Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Première partie. Société de marché et transition sociale

Chapitre premier. Sociologie de la transition et nouvelles perspectives théoriques

Sun Liping

Texte intégral

TRANSITION SOCIALE ET NOUVELLES PERSPECTIVES SUR LE DÉVELOPPEMENT DES CONNAISSANCES SOCIOLOGIQUES

1Dans l’article intitulé « Transformations sociales : un nouvel enjeu pour la sociologie du développement » (Sun Liping, 2007), j’ai avancé l’idée qu’il existait deux principales traditions scientifiques dans la sociologie classique du développement :

  • la théorie de la modernisation ayant pour objet les pays développés.
  • la théorie du développement qui s’appuie sur les modèles de l’Amérique latine, de l’Afrique et de l’Asie du Sud-Est.

2Ces deux traditions constituent le principal cadre théorique de la sociologie du développement, mais elles en limitent le champ. Les transitions des pays socialistes (dont la Chine, l’ancienne URSS et l’Europe de l’Est) signifient des processus de changement social totalement différents des deux types précédents, notamment en termes de contenus et de caractéristiques. Elles apportent à la sociologie du développement une série de nouveaux objets qui élargissent son champ et rendent possible la construction de nouvelles théories. Sur cette base, j’ai proposé que cette sociologie intègre le processus pratique de la transition sociale (shehui zhuanxing) dans les pays en transition pour former, avec les théories de la modernisation et les théories du développement, une sorte de nouveau triptyque conceptuel soutenant la sociologie du développement (Sun Liping, 2005). En réalité, l’apport de cette sociologie de la transition ne se restreint pas à la sociologie du développement mais s’étend à l’ensemble des domaines couverts par la discipline.

3Il suffit de revenir sur sa naissance et son développement pour comprendre cette question. En un sens, la sociologie comme discipline est née dans la civilisation capitaliste. C’est au travers des réponses successives apportées aux problèmes de cette civilisation capitaliste que s’est développée la sociologie. Du point de vue historique, les théories sociologiques classiques tirent toutes leur origine de ces réponses apportées aux questions fondamentales que posait la civilisation capitaliste, questions qui ont stimulé le développement de la sociologie pendant plus d’un siècle. La sociologie se reconnaît trois pères fondateurs : Marx, Weber et Durkheim. Certes, si l’on s’en tient à un point de vue superficiel, ces trois théoriciens n’ont pas défendu les mêmes intérêts scientifiques ni les mêmes points de vue sur la société. Cependant, chacun avec sa problématique et son angle d’approche, répond en fait à la même question : comment expliquer la civilisation capitaliste en train d’apparaître ? Marx attache une grande importance aux rapports de production, en particulier les relations de travail dans le cadre de ces rapports de production, la lutte de classes entre les représentants du capital et les travailleurs, antagonisme qui se constitue dans ces rapports de production. Weber s’intéresse davantage aux conditions spirituelles de l’apparition de la civilisation capitaliste, aux caractéristiques de ses institutions et de ses organisations, ainsi qu’au sort de l’individu dans une telle civilisation. Durkheim, quant à lui, insiste sur les nouveaux mécanismes d’intégration de cette civilisation et les institutions qui opèrent dans une telle économie de marché. Pour résumer, ces trois théoriciens classiques répondent tous à une même question : qu’est-ce que la civilisation capitaliste ? Quelles sont ses caractéristiques, ses fondements ? Quel peut en être l’avenir ?

4S’il est possible de considérer la civilisation capitaliste comme la source d’inspiration et la force motrice du développement de la sociologie depuis plus d’un siècle, nous pouvons dire que nous vivons un moment-charnière dans le développement de la sociologie. Pendant plusieurs décennies la Chine, l’ex-URSS et l’Europe de l’Est ont connu une civilisation entièrement différente de la civilisation occidentale, possédant sa propre logique et son système de valeurs. Elle a, à un moment donné, exercé une large influence sur le monde, et à son apogée, cette civilisation incluait un tiers de la population mondiale. Aujourd’hui, cette civilisation est en train de connaître un changement de nature historique, dont le processus et le point final restent une énigme qu’il faut décoder. Par conséquent, nous avons toutes les raisons de croire qu’une telle civilisation, et sa transition, doivent devenir une nouvelle source d’inspiration et de stimulation pour la sociologie, voire même pour l’ensemble des sciences sociales (Sun Liping, 1995).

5En règle générale, il est possible de distinguer deux types fondamentaux de changement social :

  • le premier ne s’apparente pas à un grand tournant de civilisation, mais correspond à un changement routinisé. Un grand nombre de changements de ce type se produit en permanence.
  • le second type de changement social représente un tournant de civilisation, et il a rarement lieu dans l’histoire. La transition sociale que nous connaissons aujourd’hui s’apparente à cette catégorie. Ce type de processus de changement social donne au développement des sciences sociales de nouvelles ressources scientifiques extrêmement riches. Pour emprunter les termes de Kuhn, cela peut entraîner une révolution dans les paradigmes des sciences sociales (Kuhn, 1980). Dwight H. Perkins, professeur à Harvard, affirmait dans un discours prononcé à l’Université Tsinghua en 2005 que la plupart des événements dans le monde se produit en Chine, alors que Cambridge, où il réside et où se trouve l’Université de Harvard, n’est plus qu’une petite bourgade ; il a diffusé le message d’évaluer complètement le processus de transition sociale pour que le développement scientifique bénéficie de ressources et d’opportunités nouvelles.

6Dans le domaine de la sociologie, pendant ces vingt dernières années, les recherches au niveau international sur la transition ont obtenu un certain succès qui défie les résultats et théories déjà constitués. Dans leur ouvrage Making capitalism without capitalists, Eyal, Townsley et Szelenyi ont fait un effort théorique important. À travers la recherche sur les processus de transition de quatre pays d’Europe centrale ils ont créé ce qu’ils ont appelé une théorie sociologique néo-classique. Pour ces auteurs, les recherches sur le capitalisme classique ont donné naissance à la sociologie classique ; et leurs propres recherches sur les « sociétés capitalistes sans capitalistes » d’Europe centrale mènent à la production d’une sociologie néo-classique qui, selon eux, adresse un défi à la théorie classique et montre que, dans l’analyse du capitalisme classique, l’existence du capital privé et de ses détenteurs est une condition préalable à la formation du capitalisme. C’est là la base la plus importante de la formation du capitalisme classique. Cependant, ces auteurs montrent que nous sommes confrontés à la formation d’un capitalisme qui n’a rien de commun avec le « capitalisme traditionnel ». L’Europe centrale est une société où n’existe pas de classe de propriétaires privés avant l’introduction des mécanismes du marché ; dans ce type de société, les « élites techniques et du savoir » ont adopté une tactique de transition nouvelle et originale : la formation d’un capitalisme sans capitalistes (Eyal, Szelenyi et Townsley, 1998). C’est précisément ce type de processus de transition qui a produit la formation d’une « sociologie néo-classique ». Burawoy, ancien président de l’Association américaine de sociologie, estime que la recherche sur la transition va faire avancer les trois théories classiques de la sociologie. Selon Burawoy qui s’inscrit dans la filiation de Marx, Szelenyi prolonge la tradition théorique de Weber et Stark dans celle de Durkheim (Burawoy, 2000).

TRANSITION SOCIALE ET SOCIOLOGIE DE LA TRANSITION

7C’est sur cette base que nous avons posé les hypothèses concernant la sociologie de la transition qui comprend au moins deux niveaux d’analyse.

8En premier lieu, elle n’est pas un champ de la sociologie, mais un point de vue théorique. Dans les années 1980, certains ont proposé de fonder une discipline du type « étude des réformes », projet qui a été abandonné, en particulier en raison du manque de scientificité de cette démarche. Pour certains, cette proposition de recherche incluait l’analyse du contenu, des étapes et des stratégies des réformes, mais les faits ont montré que cette approche était fondamentalement un échec. Au contraire, la sociologie de la transition ne se propose pas de résoudre ce type de problèmes à caractère opérationnel. La sociologie de la transition signifie l’adoption d’un point de vue sociologique pour comprendre la logique interne de cette civilisation originale du communisme, et, sur cette base, d’étudier différents phénomènes sociaux pendant cette transition historique. En d’autres termes, la sociologie de la transition ne se tourne pas vers des phénomènes spécifiques, mais place les objets de recherche dans le cadre contextuel de la société en transition, ou, plus précisément, le cadre intellectuel de cette transition.

9En second lieu, la sociologie de la transition est un champ scientifique relativement autonome procédant à une accumulation du savoir. Comme nous l’avons expliqué, la sociologie de la transition est fondée sur la compréhension de l’ensemble de la civilisation communiste et de sa transition, et vise à en constituer un système de connaissances. Il faut souligner que, comme la civilisation capitaliste, la civilisation communiste possède, dans son fonctionnement quotidien, son propre système de logiques cohérentes. Voici donc les bases pratiques qui permettent de considérer cette sociologie comme un champ qui procède à l’accumulation de connaissances de façon indépendante.

10Il est peut-être nécessaire de présenter ici une ébauche de définition de ce concept de la transition sociale. En sociologie, il est fréquent qu’un concept riche de sens soit polysémique et donc un peu flou, au point parfois de perdre son sens. Le concept de structure sociale offre un exemple de ce type, il en est de même de celui de transition sociale. Pour faire une sociologie qui soit une science sociale expérimentale, il est nécessaire que les concepts possèdent une signification claire et des frontières bien délimitées. Ainsi, avec le concept de transition sociale nous désignons les transformations qui ont eu lieu depuis les vingt dernières années du xxe siècle dans les pays socialistes et pays anciennement socialistes, et plus particulièrement les processus de changement social accompagnant les mécanismes de marché. En ce sens, dans cet article nous appelons transition sociale une partie des nombreuses transformations sociales auxquelles nous faisons face. Par exemple, notre société est confrontée en même temps à plusieurs transitions, comme celle qui mène d’une société agricole à une société industrielle, ou celle qui mène d’une société pré-moderne à une société moderne, ou encore le processus de mondialisation. La transition sociale, telle que nous la définissons, bien qu’elle possède des contenus et des caractéristiques différentes, se trouve en réalité liée à deux autres types de transformations : la transformation d’une société traditionnelle vers une société moderne et la transformation d’une société agricole vers une société industrielle.

11Distinguer ces différents processus permet de décomposer les différentes transformations afin de pouvoir mieux connaître leurs logiques internes et d’éclairer leurs interrelations. Cela nous aidera sans aucun doute à approfondir notre compréhension des évolutions sociales d’aujourd’hui. Nous pouvons illustrer ces processus et leurs relations à travers la situation des mingong (paysans-ouvriers) apparue ces dernières années. Depuis 2004, dans certaines régions du pays, notamment les plus développées, comme dans le Delta de la rivière des Perles et dans celui du Yangtsé, est apparu le phénomène de pénurie de mingong. Au bout de trois ans, un consensus s’est dégagé sur les causes de cette pénurie : des salaires trop bas, des journées de travail trop longues, de mauvaises conditions de travail et le manque de protection sociale. Selon le Bureau national de statistiques, la Chine compte actuellement 120 millions de mingong. En 2004, leur salaire mensuel moyen était de 539 yuans au niveau national, tandis que celui des employés urbains était de 1 335 yuans. Cela signifie que le pays a fait l’économie de 1,146 milliards de yuans de salaires, soit 8,5 % du PIB, soit encore l’équivalent du taux de croissance du pays cette même année. Selon les calculs de Lu Xueyi et de Guo Shutian, la valeur créée par chaque mingong s’élève à 25 000 yuans, alors que leur salaire moyen n’est que de 6 000 à 8 000 yuans par an. Les villes et les régions développées recueillent chaque année une plus-value supérieure à 16 000 yuans sur chaque mingong. Si l’on arrondit le nombre de ces mingong à 100 millions, alors chaque année, 16 000 de milliards de yuans sont extraits de cette main-d’œuvre (Li Changping, 2006). Qu’est-ce qui a provoqué cette situation ? Cette question demande une analyse approfondie. Tout d’abord, le problème des mingong possède des points communs avec la situation des ouvriers au début de l’industrialisation, mais il a également ses propres particularités. Trois facteurs ont joué un rôle important : le processus et la logique de l’industrialisation, le processus et la logique de la transition et enfin le processus et la logique de la mondialisation.

– Le processus d’industrialisation et sa logique.

12Au début de leur industrialisation, de nombreux pays ont connu une période d’accumulation primitive du capital durant laquelle les ouvriers étaient généralement privés de leurs droits par les représentants du capital. Ceci se manifestait par des salaires très bas et de longues journées de travail ; il faut aussi évoquer le système des « sweatshops » qui ont eu pour fonction principale de permettre une accumulation rapide du capital à travers l’exploitation des ouvriers. En ce sens, cette même logique de l’industrialisation se déploie dans notre vie sociale. Pendant les trente années de réformes économiques, l’industrialisation de la Chine a connu un essor sans précédent. En particulier, grâce aux délocalisations du secteur manufacturier vers la Chine, la combinaison entre capital et travail est équivalent à l’accumulation primitive de capital au début du processus d’industrialisation.

– Le processus de transition et sa logique

13L’accumulation primitive du capital est loin de pouvoir expliquer totalement la situation actuelle des mingong. Le sens même du terme mingong, « paysan-ouvrier », possède les caractéristiques d’une époque de transition : le terme de paysan renvoie à une identité, tandis que celui d’ouvrier reflète une profession. Qu’il s’agisse de paysans exerçant le métier d’ouvrier, ou de travaux d’ouvriers accomplis par des paysans, ce terme est le produit d’une période de transition. D’un côté, c’est précisément grâce aux réformes que les paysans ont pu quitter la terre pour s’engager dans la production industrielle ; d’un autre côté, le système de hukou non encore totalement aboli, ainsi que les arrangements institutionnels régissant les relations de travail et l’expression des intérêts des ouvriers, placent les mingong dans une position de faiblesse lorsqu’ils souhaitent préserver et défendre leurs propres intérêts.

– Le processus de mondialisation et sa logique.

14De nos jours, les relations de travail en Chine subissent l’influence de la mondialisation, et en particulier celle des commandes venant d’entreprises multinationales. Étant donné les conditions du commerce international et l’étroitesse du marché domestique, les produits fabriqués en Chine ne peuvent être exportés qu’à des prix très bas. À titre d’exemple, si une paire de « Jordan 5 » de la marque Nike peut se vendre aux États-Unis à plus de 120 dollars, la somme totale payée aux ouvriers chinois pour l’ensemble des étapes de fabrication n’atteint même pas 1,50 dollars. Sur une paire de Puma vendue environ 70 dollars aux États-Unis et en Europe, les ouvriers chinois ne reçoivent que 1,16 dollars de rémunération pour leur travail, alors que la publicité revient à 6,78 dollars pour chaque paire, soit six fois le salaire des ouvriers chinois. Dans ces usines, les travailleurs disent haut et fort que cet argent gagné appartient aux ouvriers. Autrement dit, les entreprises de sous-traitance ne peuvent réaliser de profits qu’en réduisant davantage les salaires.

15L’analyse précédente montre que la situation actuelle de pénurie des paysans-ouvriers résulte du concours de différents processus de transformation sociale et de leurs logiques, parmi lesquels la transition sociale. Sur un plan pratique, ces processus et ces logiques sont entremêlés.

L’ÉCOLE CHINOISE DE LA SOCIOLOGIE DE LA TRANSITION

16Actuellement, au niveau international, les recherches sur les sociétés en transition se concentrent sur les anciens pays socialistes, en particulier d’Europe centrale, et les problématiques sont majoritairement celles de la sociologie occidentale. La manifestation la plus saillante de cette sociologie de la transition est l’influente recherche de l’École de Budapest. On peut résumer les quatre caractéristiques de cette École comme suit :

  • premièrement, que ce soient les recherches sur la transition de marché ou sur les sociétés post-communistes, toutes s’intéressent principalement aux caractéristiques structurelles telles que les organisations officielles et les institutions.
  • deuxièmement, les études sur ces caractéristiques structurelles sont réalisées par des enquêtes par questionnaire de grande envergure. Il faut en particulier mentionner la recherche de Szelenyi sur les changements des élites en Europe centrale.
  • troisièmement, le point de vue théorique adopté est « top-down » avec une attention particulière portée à la question des élites.
  • quatrièmement, le préalable et la base des trois points précédents est que, pour les recherches de l’école de Budapest, la transition de marché suit la transition du système politique.

17Cependant, en Chine le processus de transition de marché a été différent de ce qu’il a été dans l’ex-URSS et dans les pays d’Europe centrale et orientale, ce qui ouvre de nouveaux champs à explorer, tant sur un plan théorique que sur un plan méthodologique. Comparées à ces pays, les spécificités chinoises sont au moins au nombre de quatre. Premièrement, le maintien du régime politique et l’idéologie en Chine ; plus de 20 ans après le début des réformes, les anciens systèmes politiques et idéologiques continuent de dominer la société. Deuxièmement, en raison de cette continuité, de nombreuses réformes et transitions ont été réalisées par adaptations progressives. Troisièmement, au cours de ces processus d’adaptation, en particulier dans les premières années, de nouveaux facteurs systémiques sont apparus et ont été diffusés sur des modes non officiels. Quatrièmement, la naissance et le développement de ces voies non officielles ont souvent pris place à l’intérieur même du fonctionnement du système. C’est la raison pour laquelle, pour mener des recherches sur la transition sociale en Chine, nous nous devons d’accorder suffisamment d’importance aux facteurs non officiels liés et tout particulièrement aux processus de fonctionnement du système. Cela signifie que nous privilégions la dimension pratique de la transition.

18Par conséquent, l’une des bases méthodologiques des recherches sur la transition en Chine est de se centrer sur la pratique. C’est la raison pour laquelle, ces dernières années, nous avons constamment préconisé une sociologie de la pratique. Privilégier la dimension pratique du processus de transition de marché signifie que nous ne pouvons pas en rester aux caractéristiques structurelles statiques des institutions et de l’organisation sociale. Dans la sociologie de la pratique on insiste pour partir des processus afin de saisir les logiques qui jouent un rôle véritable dans la réalité et mieux comprendre les changements essentiels qui se sont produits dans notre société pendant la transition (Sun Liping, 2002). Ces dernières années, nous avons toujours focalisé nos recherches sur des processus pratiques : récits de vie de paysans chinois, relations État-paysans en Chine rurale, et protection sociale des chômeurs.

19Dans un sens plus large, cela signifie porter un nouveau regard sur la civilisation. Où réside la civilisation ? Elle réside dans les pratiques de la vie quotidienne de l’homme ordinaire. En fait, il est possible de considérer la civilisation comme un système de valeurs et de fonctionnement de la vie sociale. Les fondements d’une civilisation reposent d’abord sur des valeurs et des logiques, les institutions ou les cadres institutionnels n’étant que leur forme extérieure. À partir du milieu des années 1990, avec Guo Yuhua et des étudiants de l’Université de Pékin, nous avons commencé à enquêter à partir de récits de vie dans le but de comprendre la gigantesque reconstruction de l’État et de la société en Chine rurale pendant la seconde moitié du xxe siècle. Nous avons trouvé un point d’entrée à partir des pratiques de « dénonciation des souffrances » (suku) et du « souvenir des épreuves d’antan pour chérir le bonheur d’aujourd’hui » (yi ku si tian). La révolution chinoise a dû relever un problème riche de défis : à savoir la reconstruction du rapport entre des centaines de millions de paysans et un État-Nation moderne. La recherche sur les récits de vie qui passe par la « dénonciation des souffrances » et « se souvenir des épreuves d’antan pour chérir le bonheur d’aujourd’hui » nous a conduit à penser que la plainte correspondait à un mécanisme essentiel pour la reconstruction de l’idée d’État chez les paysans chinois pendant la révolution. Le rôle de ce mécanisme réside dans ce que les « techniques » formées dans le mouvement de « dénonciation des souffrances » permettent d’extraire la souffrance quotidienne des paysans – difficile à raconter dans une forme naturelle – et d’établir un lien entre le discours sur la souffrance et celui sur l’État et sur la société. C’est donc précisément dans la pratique de la « dénonciation des souffrances » qu’a été reconstruit le rapport entre les paysans et le monde qui les entoure, y compris l’État (Guo Yuhua et Sun Liping, 2002).

20Lorsque nous étudions la transition sociale en mettant en œuvre une sociologie de la pratique, nous mettons l’accent sur quatre rouages de la transition en situation pratique, c’est-à-dire le processus, la logique, le mécanisme et les techniques.

1. Le processus de la transition sociale

21Le processus est en réalité le mode d’entrée pour approcher les phénomènes sociaux dans leurs modalités pratiques. Et ce sont les processus à caractère évenementiel qui nous intéressent particulièrement. Car le plus souvent, la logique des phénomènes sociaux en situation pratique n’apparaît entièrement que dans des processus ayant un caractère d’événement. Les particularités de la transition chinoise nous donnent des raisons de privilégier les processus pratiques. Les individus ont recours à différentes expressions pour rendre compte de ces particularités. Par exemple, quand on utilise dans le discours officiel une expression comme « pas de controverse », on dira dans le langage populaire « agir en se taisant » ou encore dans le langage officiel informel « tourner à droite mais allumer le clignotant gauche ». Autrement dit, en raison des limites des conditions structurelles, la transition sociale en Chine a emprunté une voie tout à fait autre que celle des pays d’Europe de l’Est à partir d’écarts plus marqués entre la théorie et la pratique. Par conséquent, on ne peut analyser de manière approfondie la transition sociale en Chine qu’en termes de processus.

2. La logique de la transition sociale

22Comprendre la logique de la transition correspond à l’objectif de la sociologie de la pratique. Dans l’analyse des modalités pratiques des phénomènes sociaux, cette sociologie a pour ambition de découvrir la logique dans la pratique, puis d’expliquer les questions qui nous intéressent. Bien que la tendance soit généralement de considérer les réformes comme un processus conçu par des individus, en réalité, une fois qu’il est engagé, il représente une sorte de force qui s’auto-perpétue. Dans le processus pratique se construit alors une logique propre qui constitue sa dynamique interne. En ce sens, à l’issue de la phase préliminaire, les processus de réforme et de transition se séparent, produisent des logiques qui commencent à déployer leurs fonctions propres, et qui ne cessent de se renforcer avec le temps. C’est ainsi que le processus et les résultats de la transition ont de moins en moins de rapport avec les objectifs fixés au départ.

3. Les mécanismes de la transition sociale

23Les mécanismes sont les modes nécessaires à la formation de la logique de la transition. En ce qui concerne le processus de transition, le mécanisme est le mode par lequel la logique joue son rôle. Les mécanismes de la transition sociale portent sur les institutions, les structures, les actions et la culture. Mais d’un point de vue sociologique, ils désignent l’articulation des forces sociales et leur évolution. Dans la seconde moitié des années 1990, la relation entre les changements de système et les changements structurels était différente. Cela détermine dans une large mesure les différences évidentes dans les mécanismes de réformes des deux périodes. L’importance accordée aux mécanismes est un trait essentiel de la sociologie de la pratique.

4. Les techniques et stratégies déployées par l’homme ordinaire dans la transition

24Les techniques désignent toutes les stratégies déployées par les acteurs. Si nous les mettons en évidence, c’est pour faire valoir les facteurs subjectifs qui entrent dans l’action pratique. La pratique est le processus dans lequel l’acteur joue activement son rôle qui est un facteur important dans la fabrication de la logique de la pratique. Comme nous l’avons montré précédemment, l’un des traits importants de la transition sociale en Chine est la dissociation entre la pratique et la théorie. Les systèmes non officiels jouent un rôle particulièrement marqué, s’ouvre alors un espace plus grand aux individus pour déployer des techniques et des stratégies d’action. Il ne serait pas exagéré de dire que le processus des réformes et de la transition en Chine serait en fait le résultat de jeux d’interactions des individus dans la pratique. Comprendre les techniques et les stratégies utilisées par les individus dans ce processus reste essentiel pour mieux comprendre la transition.

DES RÉFORMES INSTITUTIONNELLES AUX ÉVOLUTIONS STRUCTURELLES

25En tant que sociologie expérimentale qui étudie la société, cette discipline doit trouver un angle bien adapté pour aborder la transition sociale. Quand Nee a avancé l’idée de la « théorie de la transition de marché », il avait comme intention d’expliquer les effets sociaux d’une réforme qui introduisait le marché, ou, plus concrètement, d’expliquer l’influence de cette réforme du marché sur la question des inégalités sociales et de la stratification (Nee, 1996). Les recherches sur la transition du marché se limitaient alors, d’une façon générale, au champ classique de la stratification. Mais les recherches sur les inégalités intègrent naturellement la position et le rôle de chaque catégorie et groupe social dans la transition. Ainsi sont apparues les études sur les changements au sein des élites de Szelenyi et l’appel de Burawoy a proposé de réintroduire la classe ouvrière dans les recherches sur la transition.

26À partir du moment où les horizons de recherche s’élargissent avec l’ouverture des problématiques, les travaux sur la transition voient leur domaine s’étendre. L’un des projets récents est une étude comparée proposée par King et Szelenyi. Dans leur projet, les chercheurs établissent une typologie de trois catégories de transitions, à savoir : l’Asie orientale (en particulier la Chine et le Vietnam) où la transition est partie de la base de la société ; la Russie où la mutation est un processus du haut vers le bas ; et enfin l’Europe centrale où la mutation correspond à une introduction depuis l’extérieur du fait de la présence des investisseurs étrangers, et plus particulièrement des multinationales étrangères qui ont joué un rôle déterminant dans la privatisation (King et Szelenyi, 2004). Cependant, ce type de cadre comparatif est encore plus formaliste, et sa capacité d’explication demeure limitée. Un cadre de recherche comparatif sur la transition pertinent doit au moins être capable de répondre aux questions fondamentales suivantes :

  • quel est le modèle d’accumulation du capital ? Dans les différents pays en transition, les modalités de constitution du capital, les relations de travail, les relations entre villes et campagnes, la vente de la propriété publique, sont toutes liées à cette question ;
  • le modèle doit permettre d’expliquer l’état de développement de l’économie. Ce qui inclut principalement les succès et les principaux problèmes qui subsistent, ainsi que les modèles fondamentaux de ce type de développement économique ;
  • la question de l’itinéraire et de la ligne directrice des évolutions politiques. Sur ce point, on remarque des différences substantielles entre les pays en transition ;
  • la question de la structure sociale de base ;
  • enfin les difficultés principales auxquelles se heurtent la transition. Manifestement, le projet de recherche comparative de Szelenyi est loin de répondre d’une manière convaincante à ces questions. Les études comparatives sur la transition appellent donc un cadre ayant plus de force explicative.

27Pour parvenir à répondre aux questions présentées ci-dessus, il est nécessaire de reconstruire la problématique et le cadre de la comparaison. À mon avis, la question centrale se situe dans la relation et le mode d’articulation entre les éléments de système d’avant la transition et ceux d’après la transition. Plus précisément, si l’on représente l’ancien système par un pouvoir administratif (même si ce n’est pas obligatoirement le cas) et le nouveau par le marché, il s’agit d’un mode de combinaison entre le pouvoir administratif et le marché. Selon la théorie de la « dépendance au chemin », les éléments de l’ancien système, ainsi que leur position dans le changement, exercent une profonde influence sur l’ensemble du processus de réformes. Sur le plan pratique, quel que soit le pays en transition, l’ancien et le nouveau système, c’est-à-dire le pouvoir administratif et le marché, sont les questions les plus essentielles mais aussi les plus délicates à résoudre. En fait, le pouvoir et le marché sont des questions théoriques classiques. Nombre de théories classiques sont fondées sur un postulat : le pouvoir et le marché entretiennent une relation d’incompatibilité et d’exclusivité. La théorie de la transition de marché repose également sur ce type d’hypothèse. Par conséquent, la transition de marché est souvent perçue comme un processus dans lequel le pouvoir administratif ne cesse de s’affaiblir pour être progressivement remplacé par le marché. Mais la transition sociale en Chine montre justement que tout ne se réduit pas à une simple dichotomie pouvoir/marché. Au cours de la transition et du développement de la Chine, il s’est formé une articulation originale entre l’État et le marché. Au cours de ces trente dernières années, les succès de la croissance économique et les difficultés rencontrées sont liés à cette articulation.

28Il y a une dizaine d’années, nous avons proposé une piste de réflexion qui consistait à réfléchir sur la relation entre les évolutions de système et les changements de la structure sociale. Généralement, les transformations sociales de grande ampleur impliquent toujours deux processus : d’une part, une transformation du système qui entraîne un ensemble de changements dans les règles de la vie sociale ; d’autre part, un changement dans la configuration des forces sociales, autrement dit des évolutions structurelles. Mais au cours des différentes étapes de la transformation sociale les relations entre ces deux processus varient. Les changements dans cette relation peuvent en retour avoir des répercussions sur les évolutions elles-mêmes (Sun Liping et alii, 1994). Pour résumer, au cours des réformes des années 1980, c’est la transformation du système qui a entraîné la transition de la structure sociale, c’est-à-dire la formation de nouvelles forces sociales et de nouveaux rapports sociaux. Dans ce processus, nous avons observé la situation suivante : la réforme a provoqué la libre circulation des ressources et la constitution d’« espaces d’action libre » qui ont permis à diverses forces sociales nouvelles de croître, comme par exemple les dirigeants d’entreprises collectives et les entrepreneurs privés, les personnels de direction apparus au sein de la nouvelle structure de gestion des entreprises. De nouveaux métiers et de nouvelles techniques ont aussi permis l’émergence de nouvelles catégories de techniciens spécialisés et de cols blancs. Enfin, la diversification des ressources a permis le renforcement continu de l’indépendance des intellectuels universitaires. Toutes ces nouvelles forces sociales sont produites par les transformations du système, car c’est dans le changement de système qu’elles puisent les ressources et espaces nécessaires pour leur existence et leur développement.

29En revanche, durant les années 1990, en même temps que les transformations du système poursuivent leur cours, les nouvelles forces sociales commencent à se recomposer dans un processus qui ne pourra jamais être totalement achevé. Mais ces forces sociales ont commencé à prendre une forme certes encore floue mais identifiable et à partir du milieu des années 1990 elles deviennent plus visibles. On peut alors distinguer quatre expressions de ce processus :

  • en premier lieu, les frontières entre les catégories sociales commencent à se préciser, phénomène assez net dans l’habitat. Si les modes d’habiter donnent à voir des frontières sociales, la distinction liée aux modes de vie et à la culture demeure invisible. Mais cette frontière invisible marque les différences entre catégories sociales, et comme l’a exprimé le célèbre sociologue Bourdieu, qui expriment un mécanisme de reproduction des classes sociales (Bourdieu, 1990).
  • deuxièmement, apparaissent des phénomènes d’identification au sein des catégories sociales étroitement liés aux frontières entre elles. En effet, c’est à partir de ce type de frontières que les individus construisent la conscience du « nous » et du « eux ». En 1991, l’Académie des sciences sociales de Shanghai a mené une enquête sur la conscience des habitants de cette ville, enquête qui a conclu qu’il y a différenciation sociale mais pas de conscience de classe. En revanche, une étude similaire menée à Wuhan en 1996 a montré qu’une majorité des habitants possédait une conscience de classe, les trois quarts estimant qu’ils vivaient dans une société inégalitaire.
  • troisièmement, la mobilité entre catégories sociales commence à diminuer. Si la mobilité était forte dans les années 1980, voire jusqu’au début des années 1990, la situation a clairement changé à partir de la seconde moitié des années 1990. L’une des manifestations de ce changement est l’élévation du seuil d’entrée dans la société. Dans les années 1980 et au début des années 1990, un capital très modeste suffisait pour entrer dans la sphère économique. Certains gros promoteurs ont ainsi réussi à se lancer dans l’immobilier avec un emprunt de quelques dizaines de milliers de yuans, ce qui ne serait plus possible aujourd’hui.
  • enfin, quatrièmement, la reproduction des catégories sociales : le dicton selon lequel le fils de paysan restera paysan et le fils de commerçant restera commerçant commence à devenir réalité. Si l’on en juge par ces quatre aspects, on peut affirmer qu’un processus de reconfiguration de la structure sociale est en train de se produire dans notre vie sociale.

30Cette reconfiguration de la structure sociale s’accompagne de l’apparition d’un mécanisme qui influence, voire déforme les réformes. En effet nous pouvons observer dans la vie réelle le phénomène suivant : en amont et en aval d’une nouvelle réforme, de vastes débats se font entendre en particulier dans le milieu intellectuel. Des polémiques ont, pour partie, une forte couleur idéologique, opposant par exemple le réformisme et le conservatisme, la gauche et la droite. Cependant, une fois ces mesures ou politiques mises en application, les individus s’aperçoivent que, quelle que soit leur orientation, leurs résultats en terme d’intérêts diffèrent peu. Même les mesures et les politiques construites à partir de valeurs et d’idéologies différentes aboutissent souvent à des résultats et des convergences d’intérêts. Derrière ce phénomène, certaines mesures qui visaient initialement le progrès de l’égalité sociale finissent souvent par produire de nouvelles inégalités. Dans des cas extrêmes, des réformes sont détournées au profit de la corruption. C’est justement dans ce contexte que, ces dernières années, les réflexions et débats sur les réformes ont vu le jour.

TRANSFORMATION DE LA STRUCTURE SOCIALE : PROBLÉMATIQUES ET PARADIGMES EXPLICATIFS

31L’étude de la structure sociale ne signifie pas la décrire, mais mettre en lumière la composition des groupes sociaux occupant différentes positions et leurs relations, révéler l’influence de cette configuration et de ces relations sur la vie sociale et la vie de chaque individu. Néanmoins, chaque paradigme explicatif donne à voir un tableau différent ; chaque paradigme et cadre théorique possèdent leur propre fonction explicative.

32Il y a quelques années, j’ai montré qu’une structure que j’avais appelée « société fracturée » (duanlie shehui) était en formation (Sun Liping, 2002) ; j’ai employé ce concept dans plusieurs sens.

  • 1 Au sujet de l’influence de la zone de rupture sur la vie sociale, Coser mobilise Ross sur l’idée q (...)

33Le premier sens, dans la perspective de la stratification sociale, désigne le fait qu’une partie de la population est exclue de la structure sociale et que n’existent pas de vrais mécanismes intégrateurs de différentes couches sociales. Le deuxième sens se réfère à la rupture entre la ville et la campagne, rupture à la fois sociale et géographique. Le troisième sens manifeste une rupture à différents niveaux de la vie sociale et culturelle. Cependant, de manière plus générale, nous pouvons appeler « sociétés fracturées » toutes les sociétés au sein desquelles il existe des zones de rupture importantes. Dans son ouvrage « Functions of Social Conflicts » Coser cite Edward Ross : « Chaque conflit empêche d’autres conflits dans la société… à l’exception de moments où les lignes de séparation se rejoignent ; ces conflits se renforcent alors entre eux… Les différents antagonismes de la société sont comme différentes vagues qui frappent la côte opposée du lac. Lorsque la crête d’une vague rencontre le creux d’une autre, elles s’annulent ; mais lorsque deux crêtes se rencontrent, elles se renforcent… Ainsi, une société qui se développe vers une diversité d’antagonismes court moins le risque d’être écartelée par la violence qu’une société qui avance en sens unique. Car chaque nouvelle bifurcation donne lieu à une fracture étroite, les individus peuvent dire que la société se construit autour de conflits internes. » La question cruciale ici est de savoir s’il existe ou non une zone de conflit social centrale1. Il est dès lors permis de dire qu’une société fracturée comporte une zone de rupture entre les riches et les pauvres. Les divergences et oppositions auxquelles la Chine actuelle doit faire face se forment autour de l’émergence d’une zone de rupture centrale.

34Mais quel est le paradigme le plus approprié pour analyser les transformations de la structure sociale chinoise dans la période de transition ? Bien entendu chacun a son propre point de vue. Li Chunling distingue quatre modèles théoriques principaux en Chine sur cette question :

  • le premier est celui de la « société fracturée » de Sun Liping qui avance l’idée que la dissociation mène à constituer deux pôles.
  • le deuxième est celui de la « société moderne dominée par la classe moyenne » proposée par Lu Xueyi, qui tient pour acquis qu’une structure sociale dominée par la classe moyenne est en train d’apparaître.
  • le troisième est celui de la « structuration » de Li Lulu, qui met l’accent sur la constitution visible au quotidien d’une stratification sociale.
  • le dernier est celui de la « fragmentation » de Li Qiang et Li Peilin, qui soulignent la multiplicité des fragmentations qui rend difficile la formation de classes sociales.

35Si l’on synthétise, on peut poser deux hypothèses très différentes que sont la « structuration » et la « fragmentation ». Dans la première la dissociation entre couches sociales participe à former une structure sociale qui se solidifie à partir du maintien des forces influentes et de la délimitation de frontières entre groupes sociaux. La seconde s’appuie sur l’idée que la dissociation s’exprime sur différents modes sans faire apparaître forcément des couches sociales qui partagent les mêmes intérêts. Li Chunling elle-même juge que le courant principal de la différenciation sociale de la société actuelle suit une tendance à la structuration en différentes catégories sociales (Li Chunling, 2005).

36En réalité, utiliser de façon vague un seul modèle pour analyser les transformations de la structure sociale en Chine présente des risques : il est facile d’en donner une image fausse, notamment que les changements et la reconstitution de la structure sociale ont lieu au même rythme. Bien que personne n’ait officiellement affiché ce point de vue, elle paraît être l’hypothèse sous-jacente à de nombreuses recherches. Car la majorité des travaux sur la stratification ne distinguent pas les rythmes de formation et les degrés de différenciation des différentes couches sociales qui, pourtant ces dernières années, ont beaucoup varié. Et c’est précisément ces disparités de niveau de développement des couches sociales qui ont conduit à la perte de l’équilibre dans la structure des intérêts sociaux. Ceci se reflète en particulier dans la violation des droits de travailleurs. Ce phénomène a beau s’être répandu ces dernières années, jusqu’à devenir un fait banal, les cas de conflits du travail restent relativement peu nombreux. L’une des raisons est l’apathie des travailleurs envers la défense de leurs droits, mais surtout l’absence de modalités de protection des droits et des intérêts des travailleurs. Selon certains chercheurs, la lutte des travailleurs chinois ne montre pas qu’ils se soient constitués en une force organisée. La plupart des actions collectives d’ouvriers sont spontanées, la majorité de leurs actions ne sont pas organisées et ils ne possèdent pas de dirigeants. Dans la Chine d’aujourd’hui, il est toujours difficile d’imaginer une mobilisation de travailleurs hors de l’appareil officiel (Chen Feng, 2000). Sur la base de mes recherches, j’avais résumé les évolutions de la structure sociale chinoise en deux mouvements : la stratification en couches sociales en haut de la société et la fragmentation en bas. Ces tendances exercent une forte influence sur les comportements des différentes couches sociales. Pour certains, dans un tel contexte structurel, il existe un double risque : l’oligarchie au sommet et le populisme en bas de la société (Sun Liping, 2006).

37Face aux entités stratifiées et structurées, il existe également trois modèles d’analyse pour les classes sociales, la stratification et les groupes d’intérêts. Il faut reconnaître qu’il y a plusieurs années, le modèle de la stratification par catégories sociales occupait une place dominante dans la sociologie. Mais depuis quelques temps, cette primauté semble être accordée au modèle des classes sociales. Les différences sont importantes entre ces deux modèles. Tout d’abord, la classe désigne une position dans la structure fondée sur la possession de ressources ; par exemple, la classe bourgeoise peut être comprise comme celle qui possède un capital économique, la classe moyenne celle qui possède un capital de travail. Une même somme de 50 yuans, que ce soit le salaire obtenu par un ouvrier ou le profit d’un capitaliste, n’est pas différente dans le modèle de la stratification, mais prend un sens fondamentalement différent dans le modèle des classes. En second lieu, la classe sociale est un concept qui signifie la construction de relations sociales, à savoir qu’une classe n’existe qu’en relation avec d’autres classes et qu’elle se définit par rapport aux autres. Les caractéristiques des ouvriers ne ressortent pleinement que par rapport à celles des « capitalistes », et vice versa. De même, un rapport substantiel entre les classes, comme l’exploitation, ne peut être perçu et expliqué que par la relation réciproque entre les classes. En troisième lieu, la classe est vecteur d’intérêts communs. Nous pouvons en général parler des intérêts de telle classe qui sont liés à la position structurelle ; en revanche, les catégories sociales ont peu d’intérêts communs liés à la position structurelle. Quatrièmement, une classe sociale possède une relative homogénéité, c’est-à-dire que les différenciations n’apparaissent pas trop marquées et qu’il existe un certain niveau d’intégration et d’auto-identification par une conscience de classe. Les catégories sociales n’impliquent nullement ces questions d’intégration et d’identification. Enfin, cinquièmement, une classe peut être principalement actrice, ce qui n’est pas le cas d’une catégorie sociale. Ainsi, on dit souvent d’une classe, mais jamais d’une catégorie sociale, qu’elle agit. L’action de classe peut avoir lieu sur deux modes : l’action d’une classe entière ou l’action de groupes d’intérêts appartenant à une même classe. Mais les groupes d’intérêts ne sont pas obligatoirement liés à une classe sociale, comme l’illustrent les « déménagements forcés » de familles contraintes de partir à cause de situations de rénovation ou de destruction urbaine où sont impliqués des membres de différentes classes ou catégories sociales.

38Comme nous l’avons mentionné plus haut, un effort permanent nourrit sans cesse les recherches sur la transition sociale, un effort de dialogue constant avec la sociologie classique. Dans une large mesure, le modèle des classes peut être considéré comme une extension de la théorie marxiste traditionnelle. Les travaux de Shen Yuan rendent compte de cet effort. Ses travaux sont au fond un appel à revenir à l’étude des classes dans l’analyse des sociétés en transition, à réintégrer les études sur la classe ouvrière dans l’analyse des classes sociales, et enfin à tenir compte du lieu de travail et du régime politique des usines dans l’analyse de la classe ouvrière (Shen Yuan, 2006). Pour Qiu Liping (2006), il est aujourd’hui possible de recourir à la théorie marxiste pour analyser la structure des classes en Chine suite au virage de l’économie chinoise vers l’économie de marché, à l’apparition d’une grande diversité de formes économiques, à la réapparition de la force du capital comme si le capital au sens de Marx s’était frayé de force un chemin. Néanmoins, la théorie marxiste des classes analyse la structure profonde de la stratification sociale – qui passe par une analyse des rapports de possession des biens de production pour expliquer le pourquoi de cette acquisition. Dans l’analyse de la stratification sociale, il est nécessaire de relier les structures sociales de surface et de fond de façon à pouvoir dévoiler les causes fondamentales des inégalités sociales et de la bipolarisation (Qiu Liping, 2006). Procédant à une description systématique de la politique de transition dans la classe ouvrière chinoise, Li Jingjun (2006) établit une typologie de trois modèles de la transition de la classe ouvrière dans les villes chinoises : (1) la formation de paysans-ouvriers migrants ; (2) la réinvention de l’ouvrier socialiste ; (3) la disparition des ouvriers xiagang. Son analyse montre que ces trois modèles de transition de la classe ouvrière résultent de différents agencements entre la gouvernance par l’État, la politique et l’économie locale, le système politique dans les usines et l’organisation des ouvriers. À la différence de nouveaux courants de recherche sur les travailleurs qui insistent sur les facteurs extérieurs au domaine de production, Li Jingjun souligne la nécessité de réfléchir sur les facteurs théoriques essentiels que sont l’organisation des ateliers ou le système politique dans les usines (Li Jingjun, 2006).

39Le modèle des groupes d’intérêts suscite une plus grande attention en Chine. Il est regrettable que les recherches sur les groupes d’intérêts restent relativement limitées. Il y a quelques années, Li Qiang a élaboré pour la société chinoise un modèle de quatre groupes d’intérêts qui sont nés avec les réformes (Li Qiang, 2004). Ce modèle d’analyse des groupes d’intérêts devrait recevoir plus d’attention. En effet les groupes d’intérêts sont composés d’acteurs plus concrets ; dans la vie réelle, on voit rarement des actions menées par une classe ou une catégorie sociale mais plutôt par des groupes d’intérêts. Par ailleurs une société en transition est traversée par de violents réajustements des relations d’intérêts. Les conflits et contradictions dans la société concrète sont nombreux à être directement ou indirectement liés à ces réajustements. En outre, du point de vue des caractéristiques d’une société moderne, au fur et à mesure que la place occupée par la consommation est de plus en plus forte, les conflits et contradictions sont de plus en plus nombreux et les groupes d’intérêts acquièrent une position d’acteurs de plus en plus importante (Cai He, He Yanling, 2004). Nous pouvons d’ailleurs constater que les recherches sur les groupes d’intérêts sont de plus en plus nombreuses et font de plus en plus de liens avec l’étude de l’action collective et des mouvements sociaux.

DISCUSSION SANS FIN : DES TRANSFORMATIONS STRUCTURELLES À LA COMPRÉHENSION DE LA SOCIÉTÉ

40Les transformations de la structure sociale s’inscrivent au cœur du processus de transition sociale et produisent des influences larges et profondes sur l’ensemble de la vie économique et sociale. Il est donc nécessaire de poursuivre l’analyse de la structure sociale et de l’introduire dans d’autres cadres théoriques. Cela renforcerait la force explicative de cette notion clé de la structure sociale et approfondirait également la compréhension d’autres phénomènes sociaux.

41Prenons l’exemple de la question de la relation État-société pour en proposer une théorie simple. L’introduction du concept de structure sociale nous conduit à adopter un regard encore plus complexe pour observer cette relation. Les individus utilisent généralement la dichotomie État-société, cadre hérité essentiellement de Hegel. Dans la théorie classique de l’État, l’accent est mis sur la « représentativité » de l’État, considérant celui-ci comme le représentant de certains groupes d’intérêts ou de certaines coalitions. L’État est le représentant de la classe dominante. Il découle de cette logique que les décisions de l’État n’expriment que les intérêts de la classe dominante. Cependant des recherches récentes ont traité de l’autonomie propre à l’État. Selon les recherches de Mann (1988) sur la Grande-Bretagne, l’État possède ses propres intérêts (Mann, 1988). Dans ce nouveau cadre théorique, il importe de souligner la nature propre de l’État : l’État est une entité possédant ses propres intérêts, ses objectifs ne se réduisent pas à ceux de groupes d’intérêts. L’État peut exister en tant qu’acteur indépendant ; s’il partage des intérêts communs avec les classes dominantes, il existe également des conflits d’intérêts lorsqu’ils sont tous deux menacés. Mais si nous introduisons la perspective de la structure sociale dans ce rapport entre État et société, l’ensemble du tableau change fortement d’aspect. Sous cet angle, la société n’apparaît plus comme une entité soudée et opposée à l’État, et si l’on réintroduit l’idée que l’État n’est pas un ensemble organique, alors la relation entre État et société ne peut plus être définie entre deux ensembles cohérents et unifiés. Il est probable que se tissent des liens relativement stables entre des éléments issus de chacun de ces deux ensembles. Bien que ces liens puissent être analysés dans le cadre des relations État-société, la situation réelle apparaît ainsi bien plus complexe.

42Prenons le cas de la fièvre de l’immobilier en Chine. Ces dernières années, les plus grands bénéficiaires de cette fièvre ont sans aucun doute été les promoteurs et les gouvernements locaux. Le plus grand perdant a été la classe moyenne qui forme ce groupe qualifié d’« esclaves de l’immobilier » auquel une attention particulière a été accordée. Classe moyenne et promoteurs sont membres de la société. Cependant, les promoteurs forment cette partie la mieux organisée et constituent la partie ayant connu la plus forte croissance dans ce que l’on appelle la société urbaine ; au contraire, la classe moyenne constitue une partie de cette société urbaine moins développée et moins organisée. Parmi les forces qui promeuvent l’immobilier, l’alliance entre promoteurs et gouvernements locaux, voire même avec une partie des intellectuels, représente indéniablement la plus puissante. Pourtant, du point de vue des relations entre État et société, cette alliance transcende justement la frontière entre l’État et la société. Le gouvernement central, considérant attentivement les conséquences sociales et politiques de cette fièvre, joue le rôle principal dans la régulation de l’immobilier. À l’opposé, parmi les groupes s’opposant par tous les moyens à cette régulation figurent les gouvernements locaux participant à cette coalition de promotion de la fièvre immobilière, mais également certains ministères du gouvernement central ayant des intérêts dans cette fièvre. Dans ce rapport de forces autour de la régulation de l’immobilier les coalitions en formation ne se laissent pas couvrir par le cadre État-société. À l’opposé, la classe moyenne et les autres groupes sociaux consommateurs se placent du côté du gouvernement central pour réguler ce secteur. Ainsi, la fièvre de l’immobilier et son contrôle révèlent des alliances de forces qui dépassent de loin le simple cadre État-société.

43Penser le rapport État-société en introduisant la question de la structure sociale permet de mieux appréhender le rôle de l’État, de mieux définir la société et les relations entre eux. Gramsci et Chatterjee avaient eu recours aux concepts d’« élite » et de « subalterne » pour distinguer différents groupes sociaux. Pour Gramsci, le « subalterne » est souvent synonyme de prolétaire, mais il signifie aussi membre des classes dominées dans la structure sociale capitaliste. La classe dominante utilise la culture et l’idéologie pour exercer son pouvoir sur l’ensemble de la société. Chatterjee, quant à lui, a découvert ce que les chercheurs négligent d’ordinaire, c’est-à-dire des espaces politiques produit par les classes dominées ; cette découverte infirme l’idée de l’absence d’activités politiques chez elles sachant qu’elles produisent un mode d’action politique propre, différent de celui des élites (Chatterjee, 2001).

44L’État ne peut être défini comme un bloc monolithique. Par exemple, la recherche de Liu Yia-ling sur le développement de l’économie privée à Wenzhou montre justement que, dans un environnement économique peu développé, elle a pu croître rapidement avec la tension entre le gouvernement central et les autorités locales. Cette tension est née des réformes du système financier dans les années 1980 du fait que les gouvernements locaux tirent l’essentiel de leurs revenus de la croissance économique de leur territoire. Dans un tel contexte, les autorités locales ont souvent protégé les entreprises privées et les entreprises de bourg et de village (Liu Yia-ling, 1992).

45Introduire la structure sociale dans l’analyse des relations entre État et société n’est qu’un exemple. En fait, le rôle de la structure sociale peut être mobilisé dans beaucoup d’autres domaines de la vie sociale, et permettre la compréhension des phénomènes économiques, politiques et culturels. Cette question n’est pas l’objet de cet article, dans lequel nous avons voulu montrer la place fondamentale de la structure sociale dans les recherches sur la transition sociale.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BOURDIEU, P. (1990) : The Logic of the Practice, Cambridge, Cambridge University Press.

BURAWOY, M. (2000) : A Sociology for the Second Great Transformation ? Annual Review of Sociology vol. 26.

CAI HE, HE YANLING (2004) : Jiti xiaofei yu shehui bupingdeng. Dui dangdai zibenzhuyi dushi shehui de yizhong shijiaofenxi (Consommation collective et inégalités sociales. Une perspective analytique sur les sociétés urbaines capitalistes contemporaines), Xueshu yanjiu (Recherche académique) n. 1.

CHEN FENG (2000) : Xiagang gongren de kangyi yu daoyi jingjixue (Protestation des ouvriers xiagang et économie éthique), http://www.usc.cuhk.edu.hk/wk.asp.

CHATTERJEE, P. (2001) : Guanzhu diceng (Sur les catégories subalternes), Dushu (Lire) n. 1.

EYAL, G., SZELENYI, I., TOWNSLEY, E. (1998) : Making capitalism without capitalists : The new ruling elites in Eastern Europe, Londres, Verso.

GUO YUHUA, SUN LIPING (2002) : Suku : yizhong nongmin guojia guannian xingcheng de zhongjie jizhi (Le mouvement de dénonciation des souffrances : un mécanisme intermédiaire de production de la notion d’État chez les paysans), Zhongguo xueshu (Recherche académique en Chine) n. 4.

KING, L., SZELENYI, I. (2004) : Max Weber’s theory of capitalism and varieties of post-communist capitalism, Angewandte Sozialforschung.

KUHN, T. (1980) : Kexue keming de jiegou (La structure des révolutions scientifiques), Shanghai, Shanghai kexue jishu chubanshe.

LI CHANGPING (2006) : Zhongguo nongmin zenneng bu pinkun (Comment les paysans chinois pourrait-ils ne pas être pauvres », Shehui touchi (Perspectives sociales) 8 avril 2006. http://www.weachina.com/html/02802.htm

LI CHUNLING (2005) : Duanlie yu suipian. Dangdai zhongguo shehui jieji fenhua qushi de shizheng fenxi (Clivages et fragments. Une analyse empirique sur la stratification sociale de la Chine contemporaine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LI JINGJUN (2006) : Zhongguo Gongren jieji de zhuanxing zhengzhi (Politique en transition dans la classe ouvrière chinoise), in LI YOUMEI et alii (eds.) (2006), Dangdai zhongguo shehui fenceng : lilun yu shijian (Stratification sociale en Chine contemporaine : théorie et pratique), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LI QIANG (2004) : Zhongguo shehui fenceng jiegou de xinbianhua (Nouveaux changements dans la structure de stratification sociale en Chine), in LI PEILIN et alii (2004) : Zhongguo shehui fenceng (Stratification sociale en Chine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LIU YIA-LING (1992) : Reform from below : The Private Economy and Local Politics in the Rural Industrialization of Wenzhou, China Quarterly n.130.

MANN, M. (1988) : State and society : 1130-1815 – An Analysis of English State Finances, in Maurice Zeitlin, Political Power and Social Theory, Greenwick, JAI Press.

—– (1986) : The Sources of Social Power, vol. 1, Cambridge, Cambridge University Press.

NEE, V. (1996) : The Emergence of A Market Society : Changing Mechanisms of Stratification in China, American Journal of Sociology vol. 100.

QIU LIPING (2006) : Huidao makesi : dui zhongguo shehui fenceng yanjiu de fansi (Retour sur Marx : remise en question de la recherche sur la stratification de la société chinoise), Shehui (Société) vol. 26, n. 4.

SHEN YUAN (2006) : Shehui zhuanxing yu gongren jieji de zaixingcheng (Transition sociale et réinvention de la classe ouvrière), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 2.

SUN LIPING et alii (1994) : Gaige yilai Zhongguo shehui jiegou de bianqian (Évolutions de la structure sociale en Chine depuis les réformes), Zhongguo shehui kexue (Sciences sociales en Chine) n. 2.

—– (1995) : Cong gongchang toushi shehui (Regard sur la société à travers une usine), Zhongguo shuping (Critiques de livres chinoises) n. 1.

—– (2002) : Women zai miandui yige duanlie de shehui ? (Sommes-nous confrontés à une société en rupture ?), Zhanlue yu guanli (Stratégies et gestion) n. 2.

—– (2005) : Shehui zhuanxing : fazhan shehuixue de xinyiti (Société en transition : nouvelles problématiques de la sociologie du développement), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 1.

—– (2006) : Jingti shangceng guatouhua xiaceng pincuihua (Gare à l’élitisme au sommet et au populisme en bas de la société), Zhongguo yu shijie guancha (La Chine et l’observation du monde) n. 3.

—– (2007) : La transition sociale : un nouvel enjeu pour la sociologie du développement », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. CXXII.

Notes

1 Au sujet de l’influence de la zone de rupture sur la vie sociale, Coser mobilise Ross sur l’idée que, dans un pays, l’existence d’une seule religion signifie la dictature ; l’existence de deux religions signifie la guerre civile ; l’existence d’une multiplicité de religions signifie la paix et la liberté. La question clé n’est donc pas l’existence ou non de conflits dans une société, mais de savoir si ces conflits et désaccords s’organisent autour d’une zone de rupture dominante.

Auteur

Professeur de sociologie, Département de sociologie de l’Université de Tsinghua (Pékin).

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site