Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le thermalisme

 | 
John Scheid
, 
Marilyn Nicoud
, 
Didier Boisseuil
, 
et al.

Médecine et thermalisme à l’époque moderne : suivisme des pratiques et plasticité doctrinale dans les recueils de consilia et consultations français (milieu xvie siècle-début xixe siècle)

Joël Coste

Texte intégral

  • 1 Aubery J., Les bains de Bourbon Lancy et Larchanbaut, Paris, Perier, 1604, p. 54-5. Selon Jacquelin (...)
  • 2 Montaigne M. De, Journal de voyage (édition : F. Rigolot), Paris, Presses Universitaires de France, (...)
  • 3 L’Abbrégé de la propriété des Bains de Plommieres en Lorraine de Jean Le Bon, médecin du cardinal (...)
  • 4 Voir notamment Boisseuil D., « Espaces et pratiques du bain au Moyen Âge », Médiévales, no 21, 200 (...)
  • 5 Fürberth F., « L’essor de la balnéologie dans le monde germanique à la fin du Moyen Âge », dans Did (...)
  • 6 Dans son article pionnier, Lawrence W. B. Brockliss (« The development of the spa in seventeenth c (...)
  • 7 Dagognet F., Pour une philosophie de la maladie, Paris, Textuel, 1996, p. 44.
  • 8 Voir les textes d’Evelyne Samama et de Philippe Mudry dans cet ouvrage.

1En 1580, Henri III envoya son premier médecin, Myron, son premier architecte, du Cerceau, et son contrôleur des bâtiments, Donon, à Bourbon-Lancy pour remettre en état les bains et préparer le séjour de la reine, Louise de Lorraine, atteinte de stérilité. Il leur fallait très vite « remettre aucunement l’ancienne commodité des bains accablés et confondus dans leurs ruines, destoupper les canaux, tant des fontaines que de la vuidange desdicts Bains, où déjà la longueur du temps avoit ensevely le nom avec la forme de la chose »1. Le 16 septembre de la même année, Michel Eyquem de Montaigne, au début de son célèbre voyage, notait en arrivant à Plombières que « ce bain avoit autrefois esté frequenté par les Allemans seulement, mais depuis quelques ans, ceux de la Franche-Comté et plusieurs François y arrivent à grand foule »2. Ces deux témoignages, comme la publication des premiers livres de médecine thermale en France dans les années 1576-93, permettent de dater assez précisément le début de l’essor du thermalisme dans le Royaume pendant la décennie 1570, bien que certains sites thermaux de France et de Navarre aient été fréquentés antérieurement : un début particulièrement tardif – en comparaison de l’Italie, où le thermalisme avait été réactivé au xiiie siècle4, et même de l’Allemagne, qui fut touchée par celui-ci au xve siècle5 – pour un phénomène culturel et médical très particulier voire idiosyncratique dans l’hexagone, dont l’histoire diffère de celles qui ont été précisées pour les autres grands pays européens, et ceci jusqu’à l’époque contemporaine. Pour apporter une contribution à l’historiographie de l’ancien thermalisme français, encore peu développée, particulièrement pour sa dimension médicale6, je me placerai au niveau le plus bas, le plus humble, des pratiques de prescription des eaux par les médecins français, et j’interrogerai un corpus de textes issu directement de ces pratiques, celui des consilia et consultations médicales françaises de l’époque moderne. Ces écrits, qui fournissent probablement les témoignages les plus directs de la pratique quotidienne des médecins français de l’époque moderne, ont en outre l’intérêt de bien couvrir la période du milieu du xvie au début du xixe siècle quand le thermalisme a pris son essor en France. J’examinerai comment la prescription des eaux « thermales » ou « naturelles » s’est développée, pour quelles maladies et à quels patients ces eaux ont été ordonnées, et par quels médecins elles l’ont été. La prescription d’eaux thermales sera replacée dans le cadre, plus large, de l’usage thérapeutique de l’eau – puisque c’est l’eau qui constituait alors, pour les médecins, la materia medicans, pour reprendre la formule heureuse de François Dagognet7. J’analyserai particulièrement l’argumentation utilisée pour justifier la prescription d’eaux thermales, potentiellement épineuse puisque celles-ci n’avaient pas été recommandées par les Anciens, et qu’Hippocrate et Galien avaient même été hostiles ou réservés vis-à-vis d’elles8. Comme souvent, je privilégierai en première intention une approche quantitative et statistique, allant jusqu’aux limites de celles-ci, puis entrerai plus profondément dans les textes, l’écriture et la rhétorique médicale.

Le corpus étudié et la grille de lecture des textes utilisée

  • 9 Contrairement aux consilia médiévaux italiens conservés, qui ont souvent été réécrits et enrichis (...)

2Les consilia en latin, puis les consultations en français étaient des écrits rédigés par les médecins dans le cadre de leur pratique, comportant généralement une discussion de la maladie du sujet pour lequel ils étaient consultés, soit de visu, soit par lettre, incluant des aspects diagnostiques, parfois pronostiques mais surtout étiologiques ou physiopathologiques, puis les décisions thérapeutiques, comprenant habituellement l’énoncé des « indications » qui dépendaient de ces causes et mécanismes, suivies de la liste des remèdes à prendre et du régime de vie à suivre. Les consilia et consultations considéraient aussi régulièrement les adaptations thérapeutiques nécessaires en fonction de l’évolution prévisible de la maladie. Rédigés d’une manière très similaire du xiiie siècle jusqu’au début du xixe siècle, et pour certains colligés en recueils qui furent secondairement imprimés, les consilia et consultations écrites fournissent aujourd’hui aux historiens une source de grande valeur, procurant un reflet direct de la pratique médicale et des relations des médecins avec leurs malades et leurs confrères9. En France, du milieu du xvie siècle au début du xixe siècle, de nombreux recueils de consilia latins puis de consultations françaises ont été constitués et sont conservés, soit sous forme manuscrite, soit sous forme imprimée, notamment pour des auteurs prestigieux comme Fernel, Baillou, Chirac, Silva, Barthez et Dumas pour lesquels des collections ont été éditées de manière posthume. J’ai ainsi constitué un corpus composé de la totalité des recueils imprimés des médecins français, ainsi que de tous les recueils manuscrits conservés dans les bibliothèques universitaires de médecine de Paris et de Montpellier, au total 38 recueils et 2003 consilia ou consultations (annexe 1).

  • 10 Voir Coste J., « La rhétorique des consilia et consultations (France, milieu XVIe siècle – début x (...)

3Une grille de lecture spécifique portant sur les prescriptions d’usage thérapeutique de l’eau en général et des eaux thermales en particulier a été développée et appliquée à chacun de ces textes. Les différentes formes d’administration des eaux, en usage externe ou interne, ont été soigneusement différenciées ; pour les externes : les bains, les douches, les étuves, les irrigations voire les instillations dans les plaies, ainsi que les boues ; en boisson : les eaux douces ou « communes » et les eaux minérales, qui pouvaient être salines, acidulées, ferrugineuses, etc., les eaux naturelles et les eaux artificielles (par exemple, préparées avec des sels ou avec des plantes) ; et enfin quel que soit leur usage, la chaleur : chaudes, tièdes ou froides. Les lieux d’administration ont également été distingués ; pour les eaux de boisson : sur place, à la source, ou chez soi ou à proximité (un commerce à distance des eaux de boisson fut organisé très tôt et était bien encadré dès le début du xviiie siècle) ; pour les bains et douches : sur place ou chez soi, voire dans la rivière ou dans la mer. Enfin les moments ou saisons d’administration ont été relevés, le thermalisme étant alors, comme il est toujours, un traitement de « belle saison ». Les indications des eaux ont aussi été précisément recueillies : indications thérapeutiques ou préventives, pathologies pour lesquelles elles étaient prescrites et mécanismes d’action allégués. Les arguments développés et la rhétorique mise en œuvre, en faveur ou en défaveur de telle ou telle forme, de tel ou tel lieu d’administration ont enfin été relevés et analysés selon les catégories de la rhétorique classique10.

Des eaux de plus en plus prescrites au cours des siècles moderne

4Au cours de la période d’étude considérée (1550-1825), des eaux ont été ordonnées dans plus d’une consultation sur deux (54 %) : en boisson dans 31 % des consultations, et en usage externe, bains ou douches, dans 40 % de celles-ci. Les eaux thermales ou naturelles prescrites étaient, par ordre décroissant, celles de Balaruc (83 consultations), Vals (73 consultations), Yeuzet (43 consultations), Forges (35 consultations), Camarès (31 consultations), Cransac (18 consultations), Meynes (16 consultations), Spa (12 consultations), Cauterets (7 consultations), Vichy (7 consultations), Bagnères (5 consultations), Barèges (5 consultations) et Bourbon l’Archambault (5 consultations) pour les eaux à boire ; et celles de Balaruc (66 consultations), Barèges (18 consultations), Bagnols (6 consultations), Bourbon l’Archambault (4 consultations) et Dignes (4 consultations) pour les eaux à usage externe. Ces eaux correspondaient majoritairement à des sites thermaux du Sud de la France (Figure 1), la plupart se trouvant même dans un rayon de 200 kilomètres autour de Montpellier. Il y eut aussi près de 3 % de prescriptions d’eaux instillées, de lavages, de gargarismes et de boues. Toutes formes confondues, les eaux représentaient la première des thérapeutiques non-médicamenteuses devant la saignée (48 %) les lavements (35 %), le lait (43 %) et les topiques (40 %). Toutefois, une petite fraction seulement des eaux (12 %) devait être obligatoirement administrée sur les sites thermaux mêmes : la prise des eaux de boisson sur place était prescrite dans 7 % des consultations (soit pour 22 % des eaux de boisson prescrites) et celles des bains ou douches thermales dans 8 % des consultations (soit pour 20 % des eaux externes prescrites).

Figure 1. Carte des principaux sites thermaux mentionnés (réalisée par Astrid Coste).

  • 11 Sur cette doctrine importante de la médecine moderne, voir Canguilhem G., « Aspects du vitalisme » (...)

5La prescription des eaux a fortement augmenté en France au cours de l’époque moderne, mais selon des chronologies différentes en fonction du mode d’administration : la prescription des eaux de boisson culmina dans les premières décennies du xviiie siècle (Figure 2) – à l’apogée des doctrines mécanistes – et celle des prescriptions d’eaux externes augmenta surtout dans les dernières décennies du xviiie siècle au moment du développement du vitalisme11 (Figure 3).

Figure 2 : Evolution de la prescription d’eaux de boisson, en général et à prendre sur place, au cours du temps, distingué en quatre périodes, 16 : avant 1609, 17 : entre 1610 et 1689, 18 (I) : entre 1690 et 1764 et 18 (II) : après 1765.

Figure 3 : Evolution de la prescription d’eaux externes (bains et douches), en général et à prendre sur place, au cours du temps, distingué en quatre périodes, 16 : avant 1609, 17 : entre 1610 et 1689, 18 (I) : entre 1690 et 1764 et 18 (II) : après 1765.

6La prescription d’eau thérapeutique dépendait fortement du type de maladie prise en charge (Tableaux 1 et 2). En boisson, des eaux thermales ou « naturelles » ou encore « minérales » étaient volontiers prescrites dans le cas de maladies mentales, de maladies du système nerveux ou de maladie de la peau ou en encore en l’absence de toute maladie. En usage externe, elles étaient aussi couramment ordonnées en cas de maladies mentales, de maladies du système nerveux, d’affections oculaires et de pathologies traumatiques (dans ces trois derniers cas il s’agissait de séquelles et non d’épisodes récents). Les eaux étaient en revanche peu prescrites pour les maladies fébriles, les maladies respiratoires et les affections non localisées.

Tableau 1. Indications des eaux thérapeutiques internes (en boisson)

Tableau 1. Indications des eaux thérapeutiques internes (en boisson)

Tableau 2. Indications des eaux thérapeutiques externes (bains ou douches)

Tableau 2. Indications des eaux thérapeutiques externes (bains ou douches)

Les eaux a prendre sur les sites thermaux

7Si la prescription des eaux thermales à prendre sur place, sur les sites thermaux, tripla au cours des trois siècles modernes, celle-ci atteignit toutefois une asymptote voire régressa dans les dernières décennies du xviiie siècle (Figure 4), suivant ainsi une cinétique différente de la prescription des eaux en général. Les eaux furent plus souvent ordonnées à prendre sur place en l’absence de maladie ou en cas de maladies du système nerveux, d’affections oculaires et de pathologies traumatiques à l'état de séquelles ; et rarement pour les maladies digestives, endocriniennes, mentales et les affections non localisées (Tableaux 1 et 2). Ceci suggère donc une certaine prudence des médecins dans les prescriptions d’eaux thermales sur place, proposées pour des séquelles de maladies chroniques ou de traumatismes et non pour des maladies actives. Outre la pathologie, deux autres facteurs ont été trouvés associés avec la prescription d’eaux thermales sur place : la faculté d’appartenance ou d’origine des prescripteurs et la catégorie sociale des malades. Si, d’une manière générale, les eaux furent prescrites plus volontiers par les médecins montpelliérains que par les médecins parisiens, la différence fut particulièrement nette pour les eaux thermales administrées sur place par voie externe pour laquelle la fréquence de prescriptions des Montpelliérains était presque cinq fois plus importante que celle des Parisiens (Figure 5). Il existait toutefois des différences individuelles considérables entre médecins, même entre médecins originaires d’une même faculté à une même période : à la fin du xviiie siècle à Montpellier par exemple, Barthez et Dumas prescrivirent relativement peu d’eaux thermales au contraire de Berthe qui y eut fréquemment recours (Figure 6). D’une manière assez attendue, les malades appartenant à la noblesse se sont vus prescrire bien plus fréquemment – trois ou quatre fois plus – des eaux thermales à prendre sur place que les patients appartenant à la bourgeoisie ou à une autre catégorie sociale (Figure 7). En revanche, il n’a pas été observé de différence selon l’âge et le sexe des patients. Au total, quatre facteurs (période, maladie du sujet, origine facultaire du prescripteur et catégorie sociale du malade) ont été trouvés indépendamment associés à la prescription d’eaux thermales sur place dans une analyse statistique multivariée.

Figure 4 : Evolution de la prescription d’eau (thermale) à prendre sur place au cours du temps, distingué en quatre périodes, 16 : avant 1609, 17 : entre 1610 et 1689, 18 (I) : entre 1690 et 1764 et 18 (II) : après 1765.

Figure 5 : Prescription des eaux (en pourcentage de consultations) selon l’origine facultaire des médecins prescripteurs.

Figure 6 : Prescription des eaux à prendre sur place selon les principaux médecins auteurs de consilia et consultations (en abscisse le pourcentage de consultations).

Figure 7 : Prescription des eaux à prendre sur place selon la catégorie sociale des patients (en abscisse le pourcentage de consultations).

L’argumentation des prescripteurs d’eaux thermales

  • 12 Coste J., Les écrits de la souffrance…, op. cit.
  • 13 Bachelard G., La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, 1993 [1938], p. 14-15.
  • 14 Ramel M. F. B., Consultations de médecine, et mémoire sur l’air de Gemenos. La Haye, Libraires asso (...)
  • 15 LE Thieullier L.-J., Consultations de médecine, Tome 2, Paris, Osmont, Clousier et Durand, 1742, p (...)
  • 16 Consultations choisies de plusieurs médecins celebres de l’université de Montpellier sur des malad (...)
  • 17 Consilia medica, BIU Santé, ms 5056, 57 vo.
  • 18 Recueil de consultations médicales, BIU Santé 5425, p. 120.
  • 19 Ibid., p. 191.
  • 20 Deidier A., Consultations et observations médicinales, Tome second, Paris, Hérissant, 1754, p. 202.
  • 21 Consultations choisies…, op. cit., Tome second, Paris, Durand et Pissot fils, 1748, p. 313.
  • 22 Consultations choisies…, op. cit., Tome troisième, Paris, Durand et Pissot fils, 1748, p. 90.
  • 23 Recueil de consultations médicales, BIU Santé 5425, p. 56-57. Les eaux de Balaruc furent aussi qua (...)
  • 24 LE Thieullier L.-J., Consultations de médecine, op. cit., Tome 2, p. 97-98.
  • 25 Ibid., p. 98.

8L’argumentation des médecins prescripteurs d’eaux est apparue particulièrement pauvre : seulement 8 % des prescriptions d’eaux de boisson et 5 % des prescriptions d’eaux externes ont ainsi été justifiées dans les consultations. Ces proportions augmentent respectivement à 13 % et 9 % des prescriptions pour les eaux thermales à prendre sur place (en boisson et externes), mais restent très faibles en comparaison de l’effort argumentatif déployé pour d’autres traitements comme la saignée ou même le régime de vie12. Pour les eaux de boisson, les développements qui vantaient la supériorité des eaux prises sur place sur les eaux en bouteille furent très rares, et l’essentiel des arguments donnés pouvait s’appliquer aussi bien aux eaux bues à la source qu’à celles bues en bouteilles. Pour les eaux externes, les arguments portaient soit sur la « chaleur » soit sur les propriétés elles-mêmes des eaux thermales, qui les faisaient apparaître supérieures aux eaux douces avec lesquelles les patients pouvaient remplir, chez eux, leur cuvier ou leur baignoire. Dans les (rares) argumentaires fournis, les prescripteurs ne citaient aucune autorité et ne recouraient qu’à leur « expérience » ou à des arguments ad hoc, formulés dans un vocabulaire comprenant de nombreux signes de « valorisation » au sens donné par Gaston Bachelard13, comme ces eaux « d’une fraicheur agréable »14, « lavant davantage […] en agissant avec plus de douceur »15, qui « détachent et évacuent tous les mauvais levains collés aux parois des premières voies »16, « nettoient les ordures »17, ou encore dont l’usage « est tres bon pour laver l’estomac et nettoyer les entrailles »18 ou « pour bien laver [le] sang »19, c’est-à-dire, pour ces dernières, des images relevant du registre de la propreté. D’autres métaphores, appartenant cette fois au registre de l’action dynamique et de l’énergie étaient aussi utilisées, comme pour ces eaux de Balaruc qui pouvaient « pousser par les voies de la transpiration les sérosités superflues »20, ou « par leur activité, diviser le sang engourdi qui croupit dans le tissu des muscles, donner un peu plus de ressort aux vaisseaux de ces parties »21 ou encore donner « au premier organe de la digestion le ressort qui lui est nécessaire pour chasser le mauvais levain »22. Plus rarement les eaux étaient décrites dans un registre proche du merveilleux, comme dans une consultation du médecin montpelliérain Antoine Sidobre pour un certain marquis de Pereisc, atteint d’une hémiplégie, dans les années 1690 : « Vers le 10 du mois de may il pourra venir à Balaruc où il boira les eaux, se baignera et se fera doucher la tete en la maniere qui luy sera prescrite. L’usage en convient mieux que celles de Bourbon etant plus chargées de minéral, et ayant un esprit beaucoup plus penetrant et plus capable de dissiper la sérosité qui est dans le cerveau et dans le sang et de resoudre celle dont les nerfs se trouvent imbibés depuis un fort long temps »23. Il s’agit d’une des seules envolées rhétoriques constatées dans quelques 200 consultations prescrivant des eaux thermales sur place. Dans une demi-douzaine de consultations, on trouve au contraire des mises en garde, soit contre des usages à contretemps, dans une saison inadaptée, soit contre des douches au tuyau trop fortes ou tombant de trop haut, soit pour insister sur la nécessité d’une préparation à la boisson des eaux thermales par des lavements, purgations ou divers médicaments, ou encore par d’autres eaux thermales, comme dans cette consultation de Le Thieullier en 1739 pour un malade ayant probablement fait un accident vasculaire cérébral régressif à qui il recommandait l’usage des eaux de Bourbon-l’Archambault après avoir pris celles de Vichy : « Les eaux de Vichy et de Bourbon l’Archambault offrent les plus puissantes ressources et nous ne dissimulerons pas que les dernieres tirent leur principal succès de la manière dont les malades y sont disposés par celles de Vichy »24. Pour le même Le Thieullier, les eaux de Vichy devaient être prises sur place et non transportées à Bourbonl’Archambault (à 60 kilomètres de Vichy), car « malgré les expériences multipliées qu’on ait pû faire de les donner à Bourbon, il demeurera toujours constant que ce transport en diminue la vertu, et que la chaleur rappellée par l’art, non seulement n’imite jamais celle que donne la Nature mais les affoiblit indubitablement »25. Dans ce dernier passage, la consultation de Le Thieullier offre l’exemple d’une valorisation quasi mystique des propriétés des eaux thermales « données par la Nature ».

Suivisme des pratiques et plasticite doctrinale

  • 26 Hippocrate, Air, Eaux, Lieux, VII, 9.
  • 27 Voir les précisions de Philippe Mudry dans son article.

9L’analyse du corpus des consilia et consultations françaises a permis d’appréhender la réalité des prescriptions des eaux thérapeutiques à l’époque moderne et d’éclairer les relations complexes de la médecine et des médecins français avec le thermalisme pendant cette période. Elle montre d’abord la part somme toute modeste des eaux thermales à prendre sur place dans les recours thérapeutiques des médecins français à l’époque moderne, qui prescrivirent pourtant largement les eaux, en usage interne ou externe. À l’exception notable des eaux en bouteille, « naturelles » puis « minérales », dont la consommation se développa de manière importante au xviie et au début du xviiie siècle, le thermalisme ne concerna qu’une fraction limitée de malades (aisés) et d’états pathologiques (peu sévères ou à l’état de séquelle) principalement pris en charge par des médecins montpelliérains. L’analyse du corpus des consilia et consultations françaises montre ensuite la faiblesse de l’argumentation appuyant les prescriptions, dépourvue de toute citation d’autorité (qu’elle soit antique ou moderne) et réduite le plus souvent à des arguments ad hoc, puisant largement dans un répertoire d’idées communes valorisées et de figures métaphoriques. Ces résultats plaident pour le suivisme des pratiques et la plasticité doctrinale de la médecine française vis-à-vis du thermalisme. Ces deux aspects sont d’ailleurs indissociablement liés, comme les deux faces d’une même pièce, puisque les médecins français de l’époque moderne suivirent et accompagnèrent d’autant plus facilement les usages sociaux et culturels du thermalisme se développant dans les milieux aristocratiques qu’ils n’avaient pas eux-mêmes sur la question de théorie fermement établie. D’une part, ils n’avaient pas de doctrine cohérente héritée des Anciens. On sait que l’auteur hippocratique d’Air, Eaux, Lieux avait même été très critique vis-à-vis des eaux de source26 et que Galien lui avait emboîté le pas, mettant en garde contre ces eaux en divers passages de son œuvre27. Pour trouver des éloges des sources thermales, les médecins devaient chercher dans Pline, dans Scribonius Largus ou dans Caelius Aurelien, des auteurs qu’ils connaissaient, mais qui étaient tout de même assez marginaux pour eux.

  • 28 Bien que Rondelet ait été crédité d’un intérêt pour les eaux de Balaruc qu’il contribua à faire co (...)
  • 29 Les Institutions générales de thérapeutique de Barthez, un cours de thérapeutique donné aux étudia (...)

10Quant aux auteurs médiévaux, arabes ou occidentaux, on connaît la méfiance voire le rejet dont ils firent l’objet dès le milieu du xvie siècle. D’autre part, il n’y eut pas d’élaboration théorique significative sur la question dans la production médicale française pendant toute l’époque moderne. La lecture des traités de pratique ou de thérapeutique de la période montre même une sorte de mise à l’écart du thermalisme et de l’eau thérapeutique en général : il n’y a aucun chapitre sur le sujet dans la Medicina de Fernel (1554), dans la Methodus curandorum omnium morborum de Rondelet (1574)28, ni dans Les loix de médecine de La Framboisière (1608), lequel était pourtant l’auteur du Gouvernement curatif des maladies rebelles, par l’usage des eaux minérales, un des tout premiers traités français « génériques » de médecine thermale publié également en 1608. Il n’y a pas de développement non plus sur les eaux thérapeutiques dans la Praxis medica de Lazare Rivière (1640), qui évoqua pourtant plusieurs fois l’usage des eaux acidulées et des eaux de Balaruc pour divers maux particuliers, ni dans les ouvrages généraux de thérapeutique français du xviiie siècle29, au contraire par exemple de la Médecine raisonnée de l’allemand Friedrich Hoffmann (traduite en français en 1739) qui comporte plusieurs chapitres sur les eaux et leurs usages thérapeutiques. Enfin, de manière concurrente à la littérature spécifique du thermalisme médical (celle qui vantait les eaux des sites X ou Y), parurent de nombreux traités sur l’« eau commune » à la suite de la traduction française, en 1725, du traité de John Smith, The curiosities of common water qui avait eu un grand succès en Angleterre : ces traités sur l’eau commune, qui furent nombreux au xviiie siècle, promouvaient l’eau de pluie, la plus légère de toutes selon leurs auteurs, en accord avec le texte hippocratique d’Air, Eaux, Lieux.

  • 30 Coste J., « La rhétorique des consilia et consultations… », op. cit.

11L’absence de fermeté doctrinale sur les eaux thermales, sinon l’absence de doctrine tout court, permettait de fait aux médecins français des justifications ad hoc ou « sur mesure » des pratiques, adaptées d’abord dans le cadre du « galénisme » puis dans celui du mécanisme et enfin dans celui du vitalisme qui – pour faire simple – dominèrent successivement la scène doctrinale médicale en France pendant les siècles modernes. Ainsi, dans les consilia et consultations, les eaux thermales furent d’abord « rafraichissantes » et « humectantes » (corrigeant les excès de chaleur et de sécheresse) puis « délayantes » et « fluidifiantes » (permettant de lever les embarras et les obstructions) et enfin « tonifiantes » des organes affaiblis. Ces attributs et effets différents des mêmes eaux, souvent des mêmes stations, qui indiquent bien la plasticité doctrinale de la médecine sur le thermalisme, ne pouvaient guère conduire à des envolées rhétoriques lors des prescriptions, pourtant courantes dans les consilia et consultations de cette période30. On pourrait même parler, à propos du thermalisme, d’une relative « indifférence rhétorique » ou d’une argumentation « fuyante », se résumant à l’invocation de l’« expérience » des auteurs ou des « effets bien connus » des eaux thermales, c’est-à-dire recourant au registre subjectif de la valorisation, à défaut de pouvoir mobiliser des arguments logiques et rationnels.

  • 31 Voir la contribution de Xavier Le Person dans ce volume.
  • 32 Montaigne M. De, Journal de voyage, op. cit., p. 242-243.
  • 33 Voir l’article d’Alexandre Lunel dans ce recueil.
  • 34 Bordeu T. De, Correspondance (éd. critique présentée et annotée par Martha Fletcher), Montpellier, (...)
  • 35 Quelques médecins de notre corpus ont d’ailleurs signé leur consultation à Balaruc, comme Haguenot (...)

12De la plasticité doctrinale au suivisme des pratiques, de la motivation fluctuante à la justification a posteriori, le passage était insensible. En France, le voyage thermal s’est développé dans l’aristocratie à partir des années 1550 et surtout, encouragé par l’exemple de la cour d’Henri III et de Louise de Lorraine, dans les années 158031. Le célèbre voyage de Montaigne en 1580 et 1581, qui le conduisit de Spa à Viterbe, en passant entre autres par Plombières, Baden et Bagno della Villa, près de Lucques, et de désillusion en désillusion à une totalité incrédulité sur les effets thérapeutiques de l’eau, a déjà été évoqué en introduction de cet article. Le Journal de voyage témoigne de l’arrivée très récente des aristocrates français à Plombières, auparavant fréquenté que par les Allemands, mais aussi, non sans ironie de la part de Montaigne, des consultations contradictoires des médecins italiens sur la manière de prendre les eaux32. Les médecins surent ensuite mieux répondre à la demande de leurs clients ou de leurs protecteurs, les princes, les grands aristocrates et les grands ecclésiastiques, et certains d’entre eux commencèrent à « faire la saison » sur place, où ils pouvaient à la fois fréquenter la bonne société et percevoir de bons honoraires. On sait le rôle de premier plan joué dans le développement du thermalisme médical en France par les médecins du Roi comme Pierre Milon, médecin d’Henri IV puis de Louis XIII et Jacques Cousinot, médecin de Louis XIII puis de Louis XIV à qui l’on doit respectivement des ouvrages sur les eaux de la Roche-Posay et de Forges33. Des médecins du Roi se sont aussi succédé à la charge, fort lucrative, de Surintendant général des bains, fontaines et eaux minérales et médicinales, créée par Henri IV en 1605 et qui tomba dans l’escarcelle du premier médecin en 1709. Des charges d’intendant des eaux minérales furent aussi créées dans chaque site thermal important entre 1730 et 1760 pour des médecins ayant pour mission de surveiller les activités commerciales de plus en plus lucratives de ces sites. On devine ici l’importance de ce qu’on appelle aujourd’hui des « conflits » ou « liens d’intérêt », ainsi que des jeux de connivence dans lesquels certains médecins trouvèrent, grâce au thermalisme, un moyen d’enrichissement ou une voie d’ascension sociale, en particulier vers l’aristocratie, qui était l’objectif ou le rêve de beaucoup de médecins sous l’Ancien Régime. La correspondance de Théophile de Bordeu avec son père et son frère, médecins exerçant en saison à Barèges, et devant lui-même son ascension parisienne à des cures thermales aux résultats inespérés, témoigne assez de ces liens d’intérêt et des réseaux tissés autour du voyage thermal34. Il est difficile de ne pas évoquer également ceux-ci pour expliquer l’appétence de certains médecins de Montpellier pour les thérapeutiques thermales, particulièrement celles réalisées à Balaruc, à une trentaine de kilomètres de la ville, où ils pouvaient facilement accompagner leurs clients35.

Conclusions

  • 36 Les diurétiques qui « lui firent pisser son malheur. Son urine était tant chaude que depuis ce tem (...)
  • 37 Ibid. Le baurach était le nom donné alors au nitre. « Se frotter le cul au panicaut » signifiait n (...)
  • 38 Bachelard G., L’eau et les rêves, Essai sur l’imagination de la matière, Paris, José Corti, 1942 p. (...)
  • 39 Aujourd’hui, on ne connaît toujours pas précisément le bénéfice sanitaire apporté par les thérapeu (...)

13Les deux hypothèses jumelles du suivisme des pratiques et de la plasticité doctrinale de la médecine vis-à-vis du thermalisme générées par l’analyse du corpus des consilia et consultations françaises mériteraient probablement d’être considérées et testées dans d’autres contextes et périodes que les siècles modernes français, notamment en Italie et en Allemagne, où le thermalisme médical a été particulièrement précoce et vigoureux, y compris sur le plan théorique. Ces deux hypothèses mériteraient aussi une investigation approfondie en relation avec les représentations médicales et collectives des eaux thermales et de l’eau en général dans les sociétés de l’époque moderne. Dans l’avant-dernier chapitre de son Pantagruel, où il présentait les sources chaudes issues d’une chaude pisse de Pantagruel traitée par des diurétiques36, Rabelais soulignait qu’il s’ébahissait « grandement d’un tas de fols philosophes et medecins, qui perdent temps à disputer d’où vient la chaleur de ces dites eaux, ou si c’est à cause du baurach, ou du soufre, ou de l’alun, ou du salpetre qui est dedans la minere, car ils font que rêvasser, et mieux leur vaudrait aller se frotter le cul au panicaut que de perdre ainsi le temps à disputer de ce dont ils ne savent l’origine »37. Les rêvasseries médicales sur les eaux thermales fustigées par Rabelais ne sont pas sans écho dans L’eau et les rêves de Gaston Bachelard, un des ouvrages du philosophe sur l’« imaginaire » poétique dans lequel il souligna particulièrement le pouvoir onirogène de l’eau. Il est tout à fait remarquable que les principales images utilisées à propos des eaux thermales par les médecins de l’époque moderne dans leurs consultations – le nettoyage ou le lavage des impuretés, la bienfaisante fraîcheur qui réveille l’énergie – se retrouvent presque à l’identique dans le contexte poétique étudié par Bachelard38. L’étude des représentations collectives sur l’eau à l’époque moderne représente assurément une piste de recherche difficile, nécessitant une absolue rigueur conceptuelle et méthodologique et un travail au plus profond des textes et des mots, mais il semble difficile de les négliger pour expliquer la fortune historique du thermalisme, comme pour analyser aujourd’hui les effets propres de l’eau thermale et les distinguer de ceux du séjour thermal et des activités récréatives qui lui sont associées39.

  • 40 J’ai fait une analyse de ce concept d’origine foucaldienne et illitchienne dont les conclusions vo (...)

14Enfin, l’étude présentée ici suggère que les questions concernant le thermalisme médical doivent moins être posées en termes de médicalisation (ou de démédicalisation)40 qu’en termes de relations dialectiques toujours évolutives de la médecine et des médecins avec une pratique allogène et ses adeptes. Examiner la manière dont ces relations, de rejet ou d’intégration, de méfiance ou de tolérance pragmatique, se sont établies et ont varié dans la longue durée, en adoptant une double perspective « externaliste », sociale et culturelle, mais aussi « internaliste », considérant précisément les doctrines médicales, doit permettre d’apporter des éléments historiques de compréhension d’un phénomène questionnant toujours la médecine rationnelle en ce début de xxie siècle.

Annexes

Annexe : Recueils et collections de consilia et consultations étudiés

Auteur

Années de publication des recueils ou coordonnées des manuscrits

Nombre de recueils

Nombre de consilia et consultations

Années de rédaction des textes

Fernel

1582, 1589

1

72

1550-1557

Pietre

1589

1

6

NA

Baillou

1635, 1649

3

126

1570-1609

Patin

Ms 2007 BIUS Paris

1

14

1630-1644

Médecin parisien anonyme

Ms 5056 BIUS Paris

1

50

1632-1664

Helvétius père et fils

Ms 5017 et 2075 BIUS Paris

2

93

1686-1728

Médecins de Montpellier(collectif I)

Ms 5425 BIUS Paris

1

109

1695-1728

Chirac et Silva

1742-1745

3

86

1690-1743

Médecins de Montpellier (collectif II)

1748-1755

10

714

1702-1751

Deidier

1754

3

165*

1706-1744

Le Thieullier

1739-1747

4

150

1735-1747

Haguenot

Ms 2440 BIUS Paris

1

64

1737-1767

Barthez

1807, 1810

2

142

1772-1780

Médecins de Montpellier (collectif III)

1810

1

34

1772-1781

Ramel

1785

1

49

1781-1784

Broussonet père et fils

Ms H556 BUM Montpellier

1

84

1765-1825

Berthe

Ms H 612 BUM Montpellier

1

29

1804

Dumas

1824

1

63

1802-1809

Total

38

2003

Notes

1 Aubery J., Les bains de Bourbon Lancy et Larchanbaut, Paris, Perier, 1604, p. 54-5. Selon Jacqueline Boucher, Louise de Lorraine séjourna à Bourbon-Lancy d’août à novembre 1580. Elle y revint en 1582 et 1583 puis alla ensuite à Pougues en 1585 et 1586 sans devenir davantage fertile (Boucher J., Deux épouses et reines à la fin du xvie siècle : Louise de Lorraine et Marguerite de France, Saint-Etienne, Publications de l’université de Saint-Etienne, 1995).

2 Montaigne M. De, Journal de voyage (édition : F. Rigolot), Paris, Presses Universitaires de France, 1992, p. 10.

3 L’Abbrégé de la propriété des Bains de Plommieres en Lorraine de Jean Le Bon, médecin du cardinal de Guise, a été imprimé à Paris en 1576, le Petit traicté en forme de dialogue des merveilleux effects de deux admirables fontaines en la forest d’Ardenne de Philippe Besançon, également à Paris en 1577, et le De causis et effectibus thermarum Belilucanarum du médecin montpelliérain d’origine néerlandaise Nicolas Dortoman à Lyon en 1579. Les deux premiers sont des traductions de textes latins ; celui de Jean Le Bon semble perdu.

4 Voir notamment Boisseuil D., « Espaces et pratiques du bain au Moyen Âge », Médiévales, no 21, 2002, p. 5-11 ; Boisseuil D., Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge : les bains siennois de la fin du xiiie siècle au début du xvie siècle, Rome, Ecole française de Rome, 2002 ; Nicoud M., « Les médecins italiens et le bain thermal à la fin du Moyen Âge », Médiévales, no 21, 2002, p. 13-40 ; Boisseuil D., Nicoud M. (éd.), Séjourner au bain : le thermalisme entre médecine et société ( xive- xvie siècle), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2010 ; Boisseuil D., Wulfram H. (éd.), Die Renaissance der Heilquellen in Italien und Europa von 1200 Bis 1600 - Il Rinascimento delle fonti termali in Italia e in Europa dal 1200 al 1600, Francfort sur le Main, Lang, 2012.

5 Fürberth F., « L’essor de la balnéologie dans le monde germanique à la fin du Moyen Âge », dans Didier Boisseuil, Marilyn Nicoud, Séjourner au bain…, op. cit., p. 99-109.

6 Dans son article pionnier, Lawrence W. B. Brockliss (« The development of the spa in seventeenth century France », Medical History, Supplement no 10, 1990, p. 23-47) a surtout abordé les dimensions sociales et institutionnelles du phénomène thermal en France.

7 Dagognet F., Pour une philosophie de la maladie, Paris, Textuel, 1996, p. 44.

8 Voir les textes d’Evelyne Samama et de Philippe Mudry dans cet ouvrage.

9 Contrairement aux consilia médiévaux italiens conservés, qui ont souvent été réécrits et enrichis d’un contenu savant, les consilia et consultations écrites françaises de l’époque moderne ont été peu édités et pour la plupart imprimés tels quels dans les recueils. Voir Coste J., Les écrits de la souffrance : la consultation médicale en France (1550-1825), Seyssel, Champ Vallon, 2014, notamment p. 35.

10 Voir Coste J., « La rhétorique des consilia et consultations (France, milieu XVIe siècle – début xixe siècle) », dans Joël Coste, Danielle Jacquart, Jackie Pigeaud (éd.), La rhétorique médicale à travers les siècles, Genève, Droz, 2012, p. 229-248.

11 Sur cette doctrine importante de la médecine moderne, voir Canguilhem G., « Aspects du vitalisme », dans La connaissance de la vie, Hachette, 1952 (réédition Vrin, 1992, p. 83-100) ; REY R., Naissance et développement du vitalisme en France de la deuxième moitié du xviiie siècle à la fin du Premier Empire, Oxford, Voltaire Foundation, 2000 ; Id., « Vitalism, disease and society », Clio Medica 1995 ; 29 : 274-88 ; Id., L’âme, le corps et le vivant, dans Mirko D. Grmek (éd.), Histoire de la pensée médicale en occident. 2. De la Renaissance aux Lumières, op. cit., p. 117-155.

12 Coste J., Les écrits de la souffrance…, op. cit.

13 Bachelard G., La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, 1993 [1938], p. 14-15.

14 Ramel M. F. B., Consultations de médecine, et mémoire sur l’air de Gemenos. La Haye, Libraires associés, 1785, p. 118.

15 LE Thieullier L.-J., Consultations de médecine, Tome 2, Paris, Osmont, Clousier et Durand, 1742, p. 217.

16 Consultations choisies de plusieurs médecins celebres de l’université de Montpellier sur des maladies aigues et chroniques, Tome troisième, Paris, Durand et Pissot fils, 1748, p. 33.

17 Consilia medica, BIU Santé, ms 5056, 57 vo.

18 Recueil de consultations médicales, BIU Santé 5425, p. 120.

19 Ibid., p. 191.

20 Deidier A., Consultations et observations médicinales, Tome second, Paris, Hérissant, 1754, p. 202.

21 Consultations choisies…, op. cit., Tome second, Paris, Durand et Pissot fils, 1748, p. 313.

22 Consultations choisies…, op. cit., Tome troisième, Paris, Durand et Pissot fils, 1748, p. 90.

23 Recueil de consultations médicales, BIU Santé 5425, p. 56-57. Les eaux de Balaruc furent aussi qualifiées de « merveilleuses » par Marcot fils (Consultations choisies…, op. cit., Tome troisième, p. 121).

24 LE Thieullier L.-J., Consultations de médecine, op. cit., Tome 2, p. 97-98.

25 Ibid., p. 98.

26 Hippocrate, Air, Eaux, Lieux, VII, 9.

27 Voir les précisions de Philippe Mudry dans son article.

28 Bien que Rondelet ait été crédité d’un intérêt pour les eaux de Balaruc qu’il contribua à faire connaître selon Nicolas Dortoman. Une traduction du traité de Dortoman est en cours de publication, dirigée par J. Meyers, B. Pérez, R. Ayats et M. F. Delpeyroux.

29 Les Institutions générales de thérapeutique de Barthez, un cours de thérapeutique donné aux étudiants dont un manuscrit est conservé à la Bibliothèque interuniversitaire de Santé de Paris, ne comporte par exemple que quelques lignes sur les eaux acidulées (BIUS, ms 2488).

30 Coste J., « La rhétorique des consilia et consultations… », op. cit.

31 Voir la contribution de Xavier Le Person dans ce volume.

32 Montaigne M. De, Journal de voyage, op. cit., p. 242-243.

33 Voir l’article d’Alexandre Lunel dans ce recueil.

34 Bordeu T. De, Correspondance (éd. critique présentée et annotée par Martha Fletcher), Montpellier, CNRS, 1977-1979.

35 Quelques médecins de notre corpus ont d’ailleurs signé leur consultation à Balaruc, comme Haguenot le 22 octobre 1729 pour une jeune femme épileptique à qui il recommanda de venir chaque saison pour y « prendre la douche et boire les eaux » (Consultations choisies…, Tome huitième, Paris, Durand et Pissot fils, 1750, p. 345).

36 Les diurétiques qui « lui firent pisser son malheur. Son urine était tant chaude que depuis ce temps là elle n’est encore refroidie, et en avez en France, en divers lieux, selon qu’elle prit son cours, et l’on l’appelle les bains chaulx, comme à Coderetz, (Cauterets), À Limons, À Dast, (Dax), À Balleruc, À Neric, À Bourbonnensy et ailleurs » (Rabelais F., Pantagruel, Livre 2, chap. 33).

37 Ibid. Le baurach était le nom donné alors au nitre. « Se frotter le cul au panicaut » signifiait ne rien faire.

38 Bachelard G., L’eau et les rêves, Essai sur l’imagination de la matière, Paris, José Corti, 1942 p. 153 sq. Elles ont été évoquées ensuite par François Dagognet qui souligna l’anti-valeur du sec ou du desséché (Dagognet F., La raison et les remèdes, Paris, PUF, 1964, p. 92).

39 Aujourd’hui, on ne connaît toujours pas précisément le bénéfice sanitaire apporté par les thérapeutiques thermales tant les études scientifiques restent très difficiles à conduire sur le sujet, non pas pour des raisons de nature épistémologique – les outils conceptuels et méthodologiques pour poser et répondre à la question du bénéfice sanitaire du thermalisme existent depuis plusieurs décennies – mais pour des raisons sociologiques et économiques : le thermalisme médical est aujourd’hui un parfait exemple de problème pour lequel le contexte économique et social limite, non pas le droit de la science médicale de poser les questions, mais d’y répondre.

40 J’ai fait une analyse de ce concept d’origine foucaldienne et illitchienne dont les conclusions vont à l’encontre de la doxa majoritaire en histoire sociale de la médecine et de la santé française (« Le concept de médicalisation en histoire sociale de la médecine et de la santé : une analyse épistémologique et méthodologique », Archives internationales d’histoire des sciences, no 61, 2011, p. 475-488).

Notes de fin

* dont 47 présents dans les volumes des consultations des médecins de Montpellier de 1748-1755.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte des principaux sites thermaux mentionnés (réalisée par Astrid Coste).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 2 : Evolution de la prescription d’eaux de boisson, en général et à prendre sur place, au cours du temps, distingué en quatre périodes, 16 : avant 1609, 17 : entre 1610 et 1689, 18 (I) : entre 1690 et 1764 et 18 (II) : après 1765.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Figure 3 : Evolution de la prescription d’eaux externes (bains et douches), en général et à prendre sur place, au cours du temps, distingué en quatre périodes, 16 : avant 1609, 17 : entre 1610 et 1689, 18 (I) : entre 1690 et 1764 et 18 (II) : après 1765.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Tableau 1. Indications des eaux thérapeutiques internes (en boisson)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Tableau 2. Indications des eaux thérapeutiques externes (bains ou douches)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26469/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Figure 4 : Evolution de la prescription d’eau (thermale) à prendre sur place au cours du temps, distingué en quatre périodes, 16 : avant 1609, 17 : entre 1610 et 1689, 18 (I) : entre 1690 et 1764 et 18 (II) : après 1765.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26469/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 5 : Prescription des eaux (en pourcentage de consultations) selon l’origine facultaire des médecins prescripteurs.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26469/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Figure 6 : Prescription des eaux à prendre sur place selon les principaux médecins auteurs de consilia et consultations (en abscisse le pourcentage de consultations).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26469/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Figure 7 : Prescription des eaux à prendre sur place selon la catégorie sociale des patients (en abscisse le pourcentage de consultations).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26469/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540