Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le thermalisme

 | 
John Scheid
, 
Marilyn Nicoud
, 
Didier Boisseuil
, 
et al.

Thermalisme et politique à la Renaissance : les stratagèmes de l’absence et de la temporisation nobiliaire

Xavier Le Person

Texto completo

  • 1 Montaigne M. De, Essais, éd. P. Villey et V.-L Saulnier, Paris, Presses Universitaires de France, 2 (...)
  • 2 Ibid., p. 777.
  • 3 Montaigne était accompagné de son frère Mattecoulon, un beau-frère, Cazalis, Charles d’Estissac, u (...)
  • 4 Montaigne rapporte les paroles d’un vieillard qui affirmait « qu’on ne voyoit donc guere opérer le (...)
  • 5 Sur ces aspects voir Jeanneret M., Perpetuum mobile : métamorphoses des corps et des œuvres de Vin (...)
  • 6 Le médecin Jean Banc préconisait que « ceux qui se doivent servir des eaux medicamenteuses potable (...)
  • 7 Sur ces aspects voir Doiron N., L’art de voyager. Le déplacement à l’époque classique, Laval (Cana (...)

1L’expérience du voyage, si importante dans la vie et dans la pensée de Montaigne, a souvent été liée aux bains : « J’ay vu, par occasion de mes voyages, quasi tous les bains fameux de Crestienté, et depuis quelques années ay commencé à m’en servir : car en general j’estime le baigner salubre1. » Comme bien des hommes de son temps, Montaigne souffre, et les eaux apaisantes dans lesquelles il s’immerge ou qu’il boit en grande quantité sont un moyen de soulager son corps, n’ayant jamais – écrit-il – « veu guere de personnes que ces eaux ayent empiré2 ». Les nobles reconnaissent aux bains des propriétés magiques en fonction de leur composition minérale, renforcés dans cette croyance par les nombreuses publications sur le sujet. Ils leur attribuent même, lorsqu’ils sont associés à des lieux saints, un pouvoir purificateur, non seulement sur les vices du corps, mais aussi sur ceux de l’âme. On comprend dès lors l’attrait qu’exercent sur eux les bains, y compris ceux qui sont situés dans des contrées éloignées : ainsi Montaigne n’hésite-t-il pas, de septembre 1580 à novembre 1581, accompagné de quelques hommes de sa connaissance, à prendre des routes parfois dangereuses et inconfortables, à se rendre en Allemagne, en Suisse ou encore dans la péninsule italienne pour aller prendre les eaux3. Plus la source est lointaine, plus ses bienfaits sont grands4. Qu’importe si le malade doit subir l’inconfort des auberges et les cahots des routes mal entretenues. Les gentilshommes préfèrent le mouvement à l’immobilité. La vie est écoulement, la mort sédentarité5. Il y a donc un rapport entre l’itinérance et la maladie. Le voyage sort les gens de la mélancolie et de l’inertie. Avant d’arriver à la ville d’eau, le déplacement est perçu, en lui-même, par ses agréments, comme une véritable médication. Le changement d’air, de vue sur le monde et les choses, sont profitables à l’esprit et donc au corps. Les cahots des routes mal entretenues sont eux-mêmes considérés comme bénéfiques aux malades. Les mouvements vifs et répétés fortifieraient les muscles et aiguiseraient l’appétit. L’exercice engendré par le voyage préparerait le corps à la prise des eaux6. Sans compter qu’il y a tant d’intérêt à s’instruire, à vérifier sur le terrain des connaissances livresques ou à tirer profit de la confrontation avec la diversité des mœurs. Voyager et se baigner pour vivre une expérience existentielle et littéraire7.

  • 8 Montaigne M. de, op. cit., III, chap. 9, p. 954. Ces points sont évoqués dans le chapitre « De la v (...)
  • 9 Montaigne M. de, op. cit., III, chap. 9, p. 956.

2Cependant le voyage aux bains n’aurait-il pas d’autres vertus ? Montaigne ne cache pas qu’il s’agit d’une bonne raison pour s’éloigner des « servitudes domestiques », des tracasseries que lui causent son château, sa femme ou sa fille : « Je suis chez moy, respondant de tout ce qui va mal8. » Mais plus encore que cela, Montaigne conçoit dans le voyage aux bains, une occasion inespérée pour se retirer des turpitudes de la vie politique : « L’autre cause qui me convie à ses promenades, c’est la disconvenance aux mœurs presentes de nostre estat : je me consolerois aysement de cette corruption, pour le regard de l’interest public […], mais pour le mien, non. J’en suis en particulier trop pressé. Car en mon voisinage, nous sommes tantost par la longue licence de ces guerres civiles, envieillis en une forme d’estat si desbordée, qu’à la verité, c’est merveille qu’elle se puisse maintenir9. » Fuir la corruption du monde politique pour préserver son être… Quand le retrait dans sa demeure à la campagne ne suffit plus, le voyage aux bains aux confins du royaume ou à l’étranger s’offre comme une stratégie d’évitement ou de temporisation appropriée. Les bains réputés pour assainir le corps permettraient aussi de purifier l’être politique ou, à défaut, de le soulager.

  • 10 Sur ce point, voir Le Person X., « Usages et discours de la maladie dans la vie politique français (...)

3Ce comportement n’est pas le seul fait de Montaigne. Le voyage au bain est une « practique » bien connue à la Renaissance : d’autres seigneurs y ont recouru pour échapper à la « presse », à l’engagement, à l’infortune toujours possible des affaires publiques10. Le fait d’être sollicité et réclamé par le roi après leur départ, d’être au cœur des conversations courtisanes et de l’actualité politique, les valorisent presque autant qu’un exploit militaire ou une belle action.

4Il convient de mettre en valeur plusieurs dimensions fondamentales du voyage aux bains envisagé dans le cadre de la vie politique à la Renaissance.

5S’excuser de sa santé est d’abord le meilleur moyen de se soustraire aux contraintes de la vie politique, à l’embarras des sollicitations contradictoires, de se placer dans une logique de temporisation.

6Le voyage n’est pas une disparition silencieuse de la scène politique. Bien au contraire, le gentilhomme, parce qu’on suspecte chez lui un comportement d’évitement ou dilatoire, est obligé de se justifier en envoyant de ses nouvelles et en répondant aux lettres qu’il reçoit du prince ou du parti qui fait appel à lui. C’est alors un échange subtil et plein de sous-entendus qui s’initie entre les correspondants.

7Voyager aux bains n’est pas une retraite dans le désert. Le voyage en lui-même, ses étapes et enfin la cure sont des lieux d’entregents où la politique rattrape bien souvent le malade.

8Enfin, les bains sont aussi des endroits spécifiques où se fait la politique, où des négociations secrètes se déroulent. Ils permettent une sociabilité originale favorable aux échanges.

Se retirer aux bains : une ruse politique ?

  • 11 Sur cet aspect, voir Le Roy Ladurie E., « Auprès du Roi, la Cour » (le problème des « rangs » chez (...)
  • 12 Il existe toute une littérature médicale sur les bienfaits des eaux dans la seconde moitié du xvie(...)
  • 13 Montaigne M. De, Journal de voyage, op. cit., p. 158.

9Les gentilshommes et les dames à la Renaissance sont souvent malades. Cela apparaît dans leur correspondance où ils décrivent, sans pudeur et dans le détail, leurs indispositions. Le traitement du corps, ainsi que la publicité qui en est faite, relèvent de la quête de la pureté au sein de la noblesse. Les nobles se préoccupent avant tout de purifier leur intérieur par purgation ou par saignée, clystère et lancette. Les sources nobiliaires évoquent à longueur de page les chaises percées et les purgations réussies11. La consommation des eaux contribue, tout comme les lavements et les saignées, à purifier l’intérieur du corps et à rétablir les conditions humorales nécessaires à l’équilibre vital. Certains médecins de la Renaissance pensent que l’eau agit en s’infiltrant dans tout le corps12. Le malade doit se purger pour libérer les veines et laisser l’eau circuler. Les eaux ont pour fonction d’évacuer les mauvaises humeurs. Montaigne se félicite de voir les eaux Della Villa laver ses intestins13.

  • 14 Sur ce point, voir Le Person X., « Les symptômes de la temporisation. Langages et significations d (...)
  • 15 Boyer M., Histoire générale du tourisme du xvie au xxie siècle, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 64.
  • 16 Navarre M. De, L’Heptaméron, éd. M. François M., Paris, Garnier, 1967, p. 380-381.

10Certains gentilshommes n’hésitent toutefois pas à tirer un profit opportun de ces indispositions fréquentes et des cures qui leur sont associées, en les utilisant dans le cadre des relations courtisanes et politiques comme un artifice, une feinte, mêlant à la fois vraisemblance et invention, à la fois signes symptomatiques probants et exagération rhétorique et pathétique de ces mêmes stigmates par le biais le plus souvent du témoignage indirect ou de la relation épistolaire. Loin d’être spontané, le discours sur la maladie relève bien souvent du calcul et de la stratégie14. Il cherche à produire un effet particulier, à susciter des réactions. Cette instrumentalisation de la maladie était suffisamment connue et habituelle à la Renaissance pour figurer comme le ressort principal de l’intrigue de l’une des nouvelles de l’Heptaméron de Marguerite de Navarre. Les nouvelles furent écrites d’ailleurs lors d’un séjour thermal à Cauterets dans les Pyrénées15. La maladie idoine, celle dont le discours survient à point nommé, y est présentée comme une « bonne et saincte yprocrisie ». Voici ce que dit à sa femme un gentilhomme décidé à s’excuser d’une invitation embarrassante : « J’ai tousjours oy dire que le saige a le voiage ou une malladie en la manche pour s’en ayder à sa necessité. Parquoy, j’ay deliberé de faindre, quatre ou cinq jours devant, estre fort malade16. » Le séjour au bain réunit deux arguments de l’absence : le voyage et la maladie.

  • 17 Le médecin Jean Banc insiste longuement sur l’existence d’une pratique thermale remontant aux Roma (...)

11L’engouement nobiliaire pour les bains à la Renaissance puise sa force et son renouveau dans la redécouverte de la civilisation antique17. Le retrait aux bains participe d’une culture de l’otium, propre à la noblesse, qui consistait à s’isoler du negotium, c’est-à-dire des affaires, dans une retraite champêtre, pour y chercher recul et méditation.

12Le voyage aux bains permet l’éloignement aux confins du royaume, voire l’itinérance à l’étranger. Ordinairement, lorsqu’un gentilhomme souhaite s’éloigner de la cour, il doit demander congé au souverain : quitter brusquement la cour, plus ou moins bruyamment, est considéré comme la manifestation ostensible d’une défiance politique et affective. Le voyage au bain est alors un prétexte honorable pour quitter la cour sans risquer la rupture. Qui oserait reprocher à quelqu’un de vouloir aller se soigner, à une époque où tout le monde est plus ou moins malade ? Les plus grands ne dédaignent pas à utiliser ce moyen pour parer à une difficulté, battre en retraite avec dignité ou encore se donner un temps de réflexion politique.

  • 18 Champion P., Henri III, roi de Pologne, Paris, Grasset, 1943, chap. 15, p. 228.
  • 19 Le Roux N., La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 15 (...)
  • 20 Sur la rupture politique entre le duc de Nevers et Henri de Valois en Pologne, voir Boltanski A., (...)
  • 21 L’Estoile P. De, Registre-journal du règne de Henri III (1579-1581), éd. M. Lazard, G. Schrenck, Ge (...)
  • 22 Discours sur le voyage du duc de Nevers à Rome, Paris, BnF, ms. fr. 3296, fol. 67.
  • 23 Lettre de Henri III au duc de Nevers, de Paris, le 25 mars 1585, BnF, ms. Fr. 3363, f. 16.

13Louis de Gonzague est un personnage coutumier du fait. Ce prince, originaire de la cité de Mantoue, arrive dans le royaume de France en 1549. C’est par un mariage avec Henriette de Clèves, duchesse de Nevers, qu’il épouse le 4 mars 1565, que le duc de Nevers devient l’un des plus riches et puissants gentilshommes de France. Au temps d’Henri III, le duc de Nevers est considéré comme l’un des plus grands capitaines de son temps. Il a construit sa renommée par de nombreux faits d’armes. Dès les années 1560, il jouit d’une réputation de grand capitaine qui le place immédiatement après le duc de Guise. Il participe dès 1557 à la campagne contre les Espagnols. Il est capturé lors de la défaite de Saint-Quentin. Ses « signalés services » lui valurent de belles blessures : lieutenant pour Charles IX dans les places du Piémont, il est alors estropié d’une arquebusade au genou, tirée par un huguenot. Sa jambe en restera douloureuse. Des cures thermales s’imposent régulièrement pour le soulager. Cependant force est de constater que ses séjours en cure viennent idéalement le sortir de situations politiques difficiles. En 1573-1574, il quitte prématurément Henri de Valois, devenu roi de Pologne, pour rentrer en France, prétextant une cure thermale en Italie pour aller se soigner18. Le climat y est en outre plus clément qu’en Pologne. En fait, il éprouve alors de la jalousie envers le sieur de Bellegarde et ses partisans qui monopolisent alors l’accès à Henri de Valois : « Nevers souffre alors du peu de crédit dans lequel son maître le tient. »19 Il se plaint aussi du renoncement des places de Pignerol et de Savillan en faveur duc de Savoie20. En 1580, lors d’un différend, le duc de Nevers recourt au discours de l’indisposition et au prétexte du voyage aux bains pour échapper à l’éventualité d’un duel avec le duc de Montpensier : c’est ce que note Pierre de L’Estoile à son propos : « Le dimanche XIIe juin, le Duc de Nevers, adverti que le duc de Montpensier estoit aux environs d’Orleans avec douze ou quinze cens chevaux et vouloit venir à Paris pour y desmesler leur querelle, s’en alla ou fist semblant d’aller aux baings à Plombieres, se retirant sagement et à point selon la maxime que : vir fugiens denuo pugnabit21… » Au printemps 1585, au cœur des troubles de la Ligue, le duc de Nevers disparaît dans les mêmes circonstances en prétextant un voyage thermal à Lucques, « selon que les medecins luy ont conseillé » parce qu’il a « besoing de penser à sa santé » et qu’il espère « par le moien des bains de se fortifier »22. Déjà en route, le gentilhomme reçoit une missive d’Henri III lui demandant d’interrompre son voyage : « Je vous prie, mon cousin, comme celluy qui est des premiers de ce nombre, qu’encore je vous aye donné congé de faire ce voiage aux bains de Lucques, ainsi qu’il est requis pour vostre santé, vous veillez tant faire pour le bien de mon service et pour le respect de l’affection que vous y portez que de vous arrester par les chemins sans le poursuivre d’avantage23. » Rien n’y fait et le duc poursuit son chemin vers l’Italie.

  • 24 Champion P., Charles IX, la France et le contrôle de l’Espagne, Paris, Honoré Champion, 1939, t. I, (...)

14D’autres exemples de gentilshommes opportunément curistes peuvent être évoqués : en avril 1570, Albert de Gondi, comte de Retz, irrité des manœuvres du cardinal de Lorraine visant à obtenir pour le duc de Mayenne le titre de Premier gentilhomme de la Chambre, dénonce à la reine mère Catherine de Médicis le projet de mariage entre le jeune Henri de Lorraine, duc de Guise, et Marguerite de Valois. Aussitôt, pour éviter quelques brouilleries avec la reine mère, le duc de Guise déclare qu’il est atteint de fièvre et quitte la cour pour aller prendre les eaux à Plombières en Lorraine24. Son frère, le cardinal Louis de Lorraine, l’accompagne. Ils sont rejoints par le bailli des Vosges sur ordre du duc de Lorraine.

  • 25 Fouque M., Fastes de la Provence ancienne et moderne : contenant l’histoire politique, civile et re (...)

15Albert de Gondi, lui-même, devenu gouverneur de Provence au début du règne d’Henri III, n’arrive plus à composer avec l’hostilité d’une faction nobiliaire de sa province. L’affrontement de ses fidèles, « les Razats », avec les clients du comte de Carcès, met la province entière « en combustion » soulevant du coup l’inquiétude du roi. En novembre 1577, l’annonce d’une cure aux bains italiens de Lucques permet au maréchal de Retz d’abandonner sa charge sans déshonneur, charge qui est ensuite transmise en 1578 à François de la Baume, comte de Suze25. L’eau des thermes vient opportunément éteindre l’incendie de la Provence.

  • 26 [Rozée P.], Histoire chronologique de la Ligue, BnF, ms. Fr. 23295, p. 515.
  • 27 De Thou J.-A., Histoire universelle de Jacques-Auguste de Thou : depuis 1543 jusqu’en 1607, Londres (...)
  • 28 Sur le détail de cette affaire, voir Le Person X., « Corps souffrant et maladies politiques : les (...)

16Albert de Gondi, duc de Retz, utilise à nouveau l’artifice du voyage aux bains en 1589 lorsqu’il annonce son départ aux bains de Lucques pour soigner son corps et son esprit. En effet, après l’exécution des Guises, le maréchal de Retz avait immédiatement rejoint le parti du roi26. Cependant, constatant qu’une grande partie de la noblesse se défie d’Henri III et se rallie à la Ligue, il commence à douter de sa décision. Et s’il avait choisi le mauvais camp ? En outre, la mort de Catherine de Médicis, bienfaitrice des Gondi, fragilise leur position à la Cour ainsi que celle d’autres Italiens qui préfèrent se mettre à l’écart des troubles dans la péninsule. Comme l’écrit Jacques-Auguste de Thou, Retz « se servit du même prétexte qui lui avoit autrefois réussi lorsque pour sauver sa vie et son bonheur il avait quitté la Provence. Il feignit une maladie et demanda au roi son agrément pour aller au bain de Lucques, qui, disait-il, était absolument nécessaire à sa santé27 ». Cette retraite lui permet plus tard de ne pas prendre trop vite position, après l’assassinat d’Henri III, en faveur de la Ligue ou du roi Henri IV. Le séjour aux bains lui offre une occasion de temporiser jusqu’en 1592, moment où il propose ses services au roi par l’intermédiaire de Nicolas Brûlart de Sillery. À ce moment-là, le parti royal est conforté après ses victoires contre la Ligue. Qu’il ait ensuite véritablement servi le roi pour lever des troupes en Suisse ou qu’il n’ait pas fait grand-chose comme on le raconte à la cour en ces temps, il ne revient de sa retraite en Italie qu’en janvier 1594, peu avant le sacre d’Henri IV28 !

  • 29 L’Estoile P. DE, Registre-Journal du règne de Henri III (1585-1587), op. cit., Genève, Droz, 2001, (...)

17Les diplomates sont aussi au fait de ces stratagèmes : en juillet 1585, à la suite d’un incident diplomatique, l’ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, le sieur de Saint-Goard, se voit sommé « de quitter sous peine de mort, dans trois heures Rome et dans quatre jours, le territoire de l’Eglise… A quoi obeissant, le Sir de Saint Goas, homme de grand cœur et menée, sortist le mesme jour de la ville de Romme et se rendist tost à Lucques, où il s’accommoda des bains et y fit séjour d’un mois ou six semaines : puis s’en vint trouver le Roy à Paris29 ». Par ce détour l’ambassadeur se ménage une retraite plus digne, atténue la violence de son renvoi, règle les affaires courantes et laisse le temps à Henri III de lui envoyer ses consignes.

  • 30 Roelker N. L., Jeanne d’Albret, reine de Navarre, Paris, Imprimerie nationale, 1979, p. 333.

18Les femmes recourent aussi au prétexte du voyage aux bains. Jeanne d’Albret, en avril 1571, se trouve à La Rochelle accompagnée de ses enfants à l’occasion du synode national des réformés. Catherine de Médicis l’invite alors d’une façon pressante à revenir à la cour. Dans un premier temps, elle accepte l’invitation mais le 17 août, elle écrit au roi et à sa mère pour s’excuser de ne finalement plus venir, avançant la nécessité d’aller prendre les eaux dans les Pyrénées : « Ma santé me commandant d’aller boire des eaux chaudes si expressément que je n’y puis faillir sans me faire grand tort. » Quelques jours plus tard, le 24 août, elle leur réécrit : « Je ne vous saurois trop humblement remercier de l’honneur qu’il plaist de me faire de me vouloir voir, ce que je désire par raison plus que vous pour la faveur et bien que ce me seroit ; mais, Monseigneur, ma santé, à laquelle, à mon grand regret, j’ai été contraint de céder, ne me le permet si tost que je le souhaite, et aussi ne m’arrestera pas tant que je ne sois preste, aussitost que j’aurai pris les eaux chaudes, à me mettre en chemin pour venir satisfaire à vostre commandement, comme je vous le faict entendre par le sieur de Pardaillan, et depuis par Monsieur Beauvoir ». Elle regagne alors ses terres de Béarn avec le jeune prince Henri de Navarre « tant pour faire office de bon fils que pour voir et connaître l’état auquel sont de présent ses pays de par-delà30 ».

  • 31 Valois M. de, Mémoires et autres écrits (1574-1614), éd. É. Viennot, Paris, Honoré Champion, 1999, (...)

19En 1577, Marguerite de Valois, en délicatesse avec Henri III qui lui interdit de quitter la Cour pour rejoindre Henri de Navarre et ne voulant pas non plus y rester, prit conseil auprès de ses amis : « Ils me représentent qu’il me serait mal séant de demeurer en une Cour si ennemie du roi mon mari et d’où l’on lui faisait si ouvertement la guerre ; et qu’ils me conseillaient, pendant que cette guerre durerait, de me tenir hors de la Cour, même qu’il me serait plus honorable de trouver, s’il était possible, quelque prétexte pour sortir du royaume, ou sous couleur de pèlerinage, ou pour visiter quelqu’un de mes parents. » Elle décide finalement de profiter du départ de Madame de La Roche-sur-Yon pour les bains de Spa, pour l’accompagner et quitter le royaume31.

20Toutefois, n’en déplaise aux curistes de la politique, ce sont des stratégies d’excuse bien connues dans le registre des comportements politiques du temps comme le montrent de nombreuses sources.

De l’art de la justification : des maux et des mots

21Un tel retrait n’assure pas à ces nobles curistes une entière quiétude. L’absence suscite et chatouille l’intérêt, voire fait naître le doute sur l’engagement et la fidélité de certaines envies soudaines de soulager les douleurs aux bains, on pourrait dire les douleurs politiques. Dans l’univers du soupçon propre au monde politique des guerres de religion, il y a une forte propension chez les gentilshommes à percevoir certaines absences et disparitions de la vie publique, justifiées par des affaires domestiques ou des raisons de santé, comme des artifices visant à dissimuler une manœuvre ou une temporisation.

  • 32 De Thou J.-A., op. cit., p. 384.

22L’affaire de la fuite aux bains du maréchal de Retz en 1589, évoquée précédemment, l’illustre parfaitement. Le roi pensait alors que le départ précipité d’un maréchal de France dans ces circonstances si délicates pouvait faire beaucoup de tort à son parti : « Ce prince refusa d’abord la permission qu’il lui demandait, en lui présentant qu’il avoit besoin de sa personne, et que le soin de sa santé pouvoit se remettre à un temps plus favorable ». Mais le maréchal insista et plaida sa cause « qu’il étoit trop mal pour pouvoir plus longtemps différer le remède nécessaire à sa guérison, et ajoutant que s’il usoit du moindre retardement, il prévoyoit qu’il n’avait pas encore trois mois à vivre. Qu’après tout, on y devoit y penser deux fois lorsqu’il s’agissoit de perdre un homme comme lui, qui avait tant servi l’Etat, qui avoit reçu temps de blessures en combattant pour la gloire de la Nation et le salut du royaume dont le corps était tout criblé de coup, d’un homme enfin qui, après s’être distingué, comme lui pour sa prudence dans la paix et par une valeur toujours égale dans les malheurs de la guerre comme dans les heureux succès, devoit être cher à la France. » Pour appuyer ses missives, il fit aussi intervenir le cardinal de Gondi, son frère, auprès du roi « qui lui accorda enfin l’agrément qu’il demandoit, après l’avoir averti de prendre garde de tomber sur la route entre les mains des ennemis parce qu’il étoit sûr que bien des gens en vouloit beaucoup moins à sa vie qu’à sa bourse »32. La prédiction du roi se réalisa car Retz se fit arrêter en route vers Lyon par un capitaine de la Ligue. Le duc de Mayenne, informé de cela, n’hésita pas à soulager le maréchal, non pas de ses douleurs mais d’une somme de 50 000 écus pour rançon. Henri III aurait-il fait en sorte de livrer le maréchal de Retz ? En tout cas, il y a parfois d’étranges coïncidences en politique…

23Le gentilhomme absent est contraint d’exister par les lettres, parce qu’on lui demande de ses nouvelles. Même en politique, on s’inquiète de la maladie des absents et de leur guérison par les eaux. Le contenu des lettres est scrupuleusement analysé. À la façon du médecin de la Renaissance qui conçoit sa démarche comme une étude attentive des signes symptomatiques permettant d’identifier et guérir la maladie, le roi doit interpréter les messages dissimulés sous les « artifices » des mots des curistes pour décrire leurs maux et deviner le bon moyen d’écourter la durée de leur absence. Les eaux thermales sont parfois miraculeuses : elles permettent aussi la résurrection politique des curistes lorsque le souverain s’inquiète avec sollicitude de leur santé et se montre bien disposé à leur égard…

Voyager et sejourner aux bains : une cure politique ?

24Le voyage aux bains autorise une gentilhommerie de fortune ou de convention où l’artifice, la cérémonie et la politique sont bien présents et les occasions de « practiques » nombreuses. Les auberges disposées sur les itinéraires menant aux bains sont très fréquentées et il peut y être question de politique.

  • 33 Sur cette querelle, voir Boltanski A., op. cit., p. 231 et sq.
  • 34 Montaigne M. De, Journal, op. cit., p. 5-6.
  • 35 Sur cet aspect, voir notamment Brioist P., « Escrime et langue de controverse savante à la Renaiss (...)

25L’étape champenoise de Montaigne paraît assez intéressante à ce sujet. Il rencontre à Épernay le jésuite espagnol Jean Maldonat, en compagnie du maître d’hôtel de Louis de Gonzague, duc de Nevers. Ils passent une partie de l’après-midi ensemble. La teneur du propos, consignée dans le journal, concerne essentiellement les bains de Spa et les cures thermales. Il est habituel que lorsque que deux hommes de qualité se rencontrent, ils échangent des mots sur leur « particulier » : ils donnent des nouvelles de leur santé, ce qui les amène à s’informer sur les bons moyens de la conserver, puis parlent souvent de leur famille. Comment allez-vous… à la selle ? Cette entrée en matière ouvre le reste de la conversation et permet d’aborder « le general », c’est-à-dire les affaires du monde. Comment bien appréhender le monde si l’on n’a pas su appréhender son propre corps ? Lors de l’échange, il est question du différend entre le duc de Nevers et le duc de Montpensier, une affaire politique particulièrement bruyante du monde nobiliaire d’alors, sur laquelle tout gentilhomme de marque était censé se déterminer33. À ce sujet, on lui remet un cartel imprimé sur la querelle « afin qu’il [Montaigne] en fust instruit et en peust instruire les gentilshommes qui s’en enquerroient34 ». Cette diffusion de cartel relève de la logique du duel et prend la forme d’un combat de mots35. Sous une forme rhétorique, il poursuit la tradition chevaleresque fondée sur la publicité de l’accusation et du règlement du différend. Cependant, ces brouilleries d’esprits ne méritent pas d’être consignées dans le journal d’un voyage dont le but, souvent énoncé par Montaigne, est de permettre au corps de recouvrer une santé plus harmonieuse et à l’esprit en mouvement de s’épanouir. Aucun détail sur cette affaire n’apparaît dans le journal. Cette anecdote révèle en tout cas que Montaigne a été ramené à la politique alors qu’il la fuyait en partant aux bains.

26La renommée des gentilshommes voyageurs fait qu’ils sont sollicités par les notables ou les autorités des lieux traversés, tout comme ils tiennent aussi à se faire connaître. Les chemins des bains suisses, allemands et italiens, fréquentés par toute une noblesse en quête de pureté et travaillée de ses maux, les auberges, les bonnes maisons, les pensions cossues et les palais, sont autant d’occasion de rencontrer une « bonne compaignie ». Montaigne ne cesse en fait de croiser des notables ou d’autres personnes de marque : bourgmestres, cardinaux, diplomates, princes, etc. Le plus souvent, l’arrivée de Montaigne et de ses compagnons de voyage ne passe pas inaperçue : les voyageurs sont conviés à des visites, à des tables, à des entretiens. Montaigne est reçu avec tous les honneurs, particulièrement à Augsbourg où il passe pour un baron : quatorze vaisseaux de vin lui sont offerts en grande cérémonie. De quoi se laver les intestins… À Rome, il obtient le titre honorifique de citoyen.

  • 36 Ibid., p. 51-52.
  • 37 Kushner E., Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, 2004 (Cahiers d’Human (...)

27Parfois même, c’est Montaigne qui se fait un devoir d’aller baiser les mains d’un prince quitte à essuyer amèrement une fin de non recevoir pour des raisons politiques comme ce fut le cas lorsqu’il voulut rendre visite à l’archiduc d’Autriche Ferdinand36. En revanche, il est reçu par le pape. Connaître l’altérité, c’est d’abord communiquer avec les autres. La conversation permet l’échange, la confrontation avec l’autre, le commentaire, et donne l’occasion de développer des raisonnements37. Doit-on considérer ces rencontres comme de simples échanges de courtoisie ou des témoignages d’hospitalité ? Il n’est pas inconcevable que des discussions plus politiques ou diplomatiques aient pu se tenir.

  • 38 Correspondance du cardinal de Tournon (1521-1562), éd. M. François, Paris, Honoré Champion, 1946, (...)

28L’itinéraire du voyage aux bains est ainsi parfois l’occasion de tractations diplomatiques. Au printemps 1559, le cardinal de Tournon se disant souffrir des reins, annonce son intention de se rendre aux bains de Lucques38. Ce déplacement, qui doit permettre au prélat de traverser plusieurs cités italiennes, fait l’objet de toutes les attentions. Le cardinal prend soin d’annoncer son déplacement. Il écrit à Alexandre Farnèse et au duc de Ferrare. La cité de Ferrare l’accueille avec tous les égards dus à son rang et lui offre un présent dont il ne précise pas la nature. Enfin Côme de Médicis, duc de Florence, lui envoie par courtoisie deux représentants.

  • 39 Didier Boisseuil a montré l’émergence, en Toscane, à la fin du Moyen Âge, d’une sociabilité des ba (...)
  • 40 Aménité : douceur.
  • 41 Montaigne, M. de, Essais, op. cit., II, chap. 37, p. 777.
  • 42 Le journal de la comtesse de Sanzay : intérieur d’un château normand au xvie siècle, éd. H. de La (...)
  • 43 Voyage dans la vieille France : avec une excursion en Angleterre, en Belgique, en Hollande, en Sui (...)
  • 44 Le voyage de Thomas Platter (1595-1599). Le siècle des Platter II, éd. E. Le Roy Ladurie et F.-D. (...)
  • 45 « Michel de Montaigne aux bains de Plombières (1580) », dans Le voyage en France, éd. J.-M Goulemo (...)

29Le retrait aux bains n’est en aucun cas une épreuve de solitude ou une stratégie d’isolement. Bien au contraire, il faut se représenter qu’à la saison des bains, les villes d’eaux connaissent une forte affluence39. Le choix des nobles se porte souvent sur des stations qui promettent une vie en société riche et animée. Montaigne dit préférer les villes thermales « où il y avoit plus d’amoenité40 de lieu, commodité de logis, de vivres et de compagnies, comme sont en France, les bains de Banieres : en la frontiere d’Allemaigne, et de Lorraine, ceux de Plombieres : en Souysse, ceux de Bade : en la Toscane, ceux de Lucques ; et specialement ceux Della Villa, desquels j’ay usé plus souvent, et à diverses saisons »41. La comtesse de Sanzay, venue en cure à Spa en 1584, énumère les honorables personnes présentes à la station cette année-là et parle « d’une infinité de genti[l] shommes tant françois, allemans, espagnolz que angloys aveq leurs femmes ou parentes estrangers42 ». Du reste, la proximité de Liège favorise la venue de tout ce beau monde et de nombreux courtisans. Justus Zinzerling relève la fréquentation des bains en France : « Pougues est la source la plus célèbre de toute la France. Tu y trouveras rassemblées dans la saison quantité de personnes illustres, qui viennent soigner leur santé43 ». À Balaruc-les-Bains, en 1597, Thomas Platter rencontre « quantité d’hommes et de femmes de haut parage, venus de Montpellier, Nîmes, Toulouse et autres places, fussent-elles éloignées44 ». Plombières connaît aussi un succès notable et Montaigne rappelle que « la grande presse est dans la saison du printemps, en may…45 ». Cela n’est pas moins vrai pour Bade, car si l’on en croit le gentilhomme « au logis où nous logeâmes, il s’est vu, pour un jour, trois cents bouches à nourrir ».

  • 46 Montaigne M. De, Journal, op. cit., p. 10.

30Les gentilshommes qui se rendent aux bains ne sont pas seulement à la recherche de bienfaits offerts par la nature ou le macrocosme. Montaigne évoque la multiplicité des rencontres rendues possibles par ce monde politique retiré aux bains pour des raisons plus ou moins médicales. À Plombières, halte thermale réputée, lieu de cure de la reine Louise de Vaudémont, Montaigne fait connaissance de gentilshommes de haut rang comme « le sieur d’Andelot, général des Espagnols de la Franche-Comté… premier maréchal de camp de Don Juan d’Autriche46 ».

  • 47 Jean Le Bon évoque la tenue des baigneurs. Aux bains de Bourbonne-les-Bains, une centaine de perso (...)

31Certains gentilshommes mal en cour retrouvent une bonne sociabilité aux thermes. Il faut dire que la sociabilité nobiliaire aux bains est spécifique et s’embarrasse peut-être moins de protocoles, sans compter que les gentilshommes, lorsqu’ils se baignent, sont dans leur plus simple appareil ou très peu vêtus47. Les circonstances du voyage et de la cure favorisent la « prise de langue » avec des gentilshommes qu’il serait parfois plus difficile de rencontrer dans des circonstances usuelles.

Les bains : un lieu de negociation politique

  • 48 Motley J.-L., La Révolution des Pays-Bas au xvie siècle, Paris, Flammarion, 1859, t. 2, p. 199.

32Les villes d’eaux accueillent parfois des rencontres politiques secrètes. Se rendre en cure est assez commun au sein de la noblesse, ce qui dissimule d’autant plus l’intention politique et le conciliabule. Ces stations, lieux de grand passage, offrent de nombreuses possibilités d’hébergement. Au cours de l’année 1565, aux bains de Spa, Louis de Nassau, Nicolas de Hammes, Gilles Leclercq de Tournai, conseiller et principal secrétaire du comte Louis, et quelques autres gentilshommes, jetèrent les bases du Compromis des nobles qui est à l’origine de la révolte aux Pays-Bas contre la politique de Philippe II d’Espagne48.

  • 49 Les bains, lieux de tractations secrètes, étaient des espaces propices à l’espionnage : en 1526, l (...)
  • 50 Maladie de peau infectieuse caractérisée par une plaque rouge douloureuse.
  • 51 Valois M., Mémoires…, op. cit., p. 141.

33Le voyage aux bains est l’occasion de dissimuler une diplomatie secrète49. En 1577, le roi Henri III, apprenant l’intention de Marguerite de Valois de prétexter un voyage aux bains pour quitter sa Cour, y voit l’opportunité d’utiliser ce voyage pour ses propres affaires politiques. Un de ses conseillers lui avait suggéré le projet : « Si la reine de Navarre pouvait feindre avoir quelque mal, à quoi les eaux de Spa, où va Madame la princesse de La Roche-sur-Yon, pussent servir, cela viendrait bien à propos pour votre entreprise de Flandre, où elle pourrait faire un beau coup. » Le roi dit alors à Marguerite : « Ô reine, ne cherchez plus ! Il faut que vous alliez aux eaux de Spa, où va Madame la princesse. Je vous ai vu quelquefois une érésipèle50 au bras : il faut que vous disiez que lors les médecins vous l’avaient ordonné, mais que la saison n’y était pas propre, qu’à cette heure c’est leur saison, que vous suppliez le roi d’y aller51. »

  • 52 Lettre de Morillon, évêque de Tournai au cardinal Granvelle, de Tournai les 18-19 août 1584, éd. P (...)
  • 53 Dépêche d’Ogier Ghislain de Busbecq à l’Empereur Rodolphe II, de Paris, le 5 juin 1584, dans Lettr (...)
  • 54 Lettre de Philippe de Mornay au roi de Navarre, de Paris, 2 mai 1584, Mémoires et correspondance, (...)

34Les gentilshommes peuvent se retirer aux bains pour voir une situation évoluer ou pour se rapprocher d’un lieu ou d’un personnage réputé. Ainsi l’évêque de Tournai signale-t-il au cardinal de Granvelle que des gentilshommes français se sont servis de l’argument du bain pour se livrer à des manœuvres politiques : « D’aulcuns François estantz venuz à Spa à couleur d’y boire l’eau, desquelz l’ung des principaulx, duquel je ne sçay le nom, aiant obtenu du Sieur de Ruisbroeck – licence d’aller veoir ledict La Noue au chasteau de Limbourch, y at esté détenu prisonnier par charge de Son Altèze. Ce que at bientost faict deslogier les aultres, qu’estoient audit Spa »52. Au printemps 1584, alors que François d’Alençon frère du roi est mourant, l’un des favoris d’Henri III, le duc d’Épernon s’éloigne de Paris, sous le prétexte d’aller aux bains d’Encausse, station facile d’accès en Comminges. Les agents diplomatiques comme la cour s’interrogent sur la raison de ce départ : « Le duc d’Épernon est parti depuis peu pour la Guyenne, ayant à sa suite un pompeux équipage. Comme il est très peu de personnes qui sachent le sujet de son voyage, toute la cour en paraît fort intriguée, ce qui fournit à chacun ample matière à faire des conjectures et des raisonnements de mille natures différentes53. » En réalité, il s’agit de se rapprocher du roi de Navarre alors que le problème de succession se pose de façon urgente étant donné qu’Henri III n’a pas d’enfant et que son frère est agonisant. Philippe Du Plessis Mornay, qui est alors à Paris, annonce à Henri de Navarre l’arrivée prochaine du duc d’Épernon et le fondement de sa mission « Le sieur d’Epernon fait estat de partir le 15 de ce mois pour aller en Guyenne. Le prétexte se prend sur les bains qui lui sont nécessaires. Mais la vérité est que le Roy veut vous faire proposer par lui des témoignages de sa bonne volonté, et des moyens d’établir vostre grandeur tels qu’à mon avis, Vostre Majesté peut penser. Une entrevue en sera le commencement pour laquelle ferez facilités54. »

35Très rapidement le réel fondement de ce voyage s’ébruite à Paris. Le mémorialiste Pierre de L’Estoile évoque clairement la rencontre prévue du duc d’Épernon avec le roi de Navarre :

  • 55 L’estoile P. de, Registre-Journal du règne de Henri III (1582-1584), op. cit., t. IV, Genève, Droz (...)

Le duc Desparnon partist de Paris par mandement et commission du Roy, pour aller en Gascongne trouver el Roy de Navarre, lui porter lettres et créance de la part de Sa Majesté, par lesquelles elle l’ammonestoit, enhortoit et prioit, pource que la vie du duc Dalençon, son frère, estoit deploriée et n’en attendoit-on de jour à l’aultre que nouvelles de la mort, de venir à la cour près d’elle et d’aller à la messe, parce qu’il le vouloit faire recongnoistre pour son vrai héritier et successeur de sa couronne, lui donner grade et dignité près de sa personne, tels que méritoient les qualités de beau-frère et légitime successeur de ladite couronne de France, et recevoir de lui tous les honneurs, avantages et bon traitemens que telles qualités et la bonne amitié qu’il lui portoit pouvoient requerir. Bruit fut qu’il estoit envoié avec deux cens mil escus que le Roy lui avoit donnés sur son voiage, faire la pratique de quelque grand mariage pour lui ; mais enfin fut trouvé que son voiage n’avoit autre fin que la dessus dite. Il s’en alla accompagné de plus de cent gentilshommes, à la pluspart desquels le Roy donna cent, deux cens, et trois cens escus, pour lui faire bonne et fidèle compagnie et se mettre en bon équippage. Il souppa avec le Roy, au logis de Gondi, aux faux-bourgs Saint-Germain, d’où il partist55

36L’entrevue a effectivement eu lieu entre le 27 et le 28 juin 1584. Encausse est située sur un territoire d’Henri de Navarre mais il n’y est pas souverain. Le statut informel des villes d’eaux permet au duc d’Épernon de s’y rendre comme chez lui. En effet, c’est une ville de passage, sans murailles. En conséquence, le duc n’est pas sous la protection symbolique du Béarnais. Il s’y rend officiellement pour des raisons médicales.

  • 56 Berger de Xivey J., Recueil des lettres missives de Henri IV, Paris, Imprimerie nationale, 1843, t. (...)

37Les bains pyrénéens ont aussi accueilli des rencontres secrètes entre les grands du parti huguenot. Depuis sa fuite de la cour, Henri III n’a de cesse de rappeler Henri de Navarre. En 1583, il croit toucher au but. Sa sœur Marguerite rentre à la cour et son mari l’accompagne jusqu’à La Mothe-Saint-Héraye où il rencontre la reine mère Catherine de Médicis. Tout est fait pour qu’il gagne la cour. Fin avril, Henri de Navarre écrit à François d’Alençon frère du roi : « Je m’en voy à present faire un tour jusqu’en Bearn et aux Eaux-Chauldes, à cause de l’indisposition en quoy je me trouve… ». Bien qu’il insiste dans sa correspondance sur le motif de son éloignement disant que ce « voyage en Béarn, […] n’est pour autre occasion que pour aller aux eaux, à cause que je me trouve ung peu mal56 », il s’agit bien d’une excuse pour échapper aux sollicitations de Catherine de Médicis, mais surtout d’un moyen pour aller rencontrer le prince de Condé aux bains entre le 24 et le 26 juin 1583. Ils y préparent en sous-main la prise militaire de Mont-de-Marsan.

Conclusion

38Les gentilshommes du xvie siècle sont fascinés par l’eau. Cela tient d’abord à son inconsistance : elle s’infiltre, elle se mélange ou s’évapore. Parce qu’elle n’a aucune forme, elle est capable de les épouser toutes : c’est un élément étrange, presque magique. Elle est une force sans forme, une puissance molle douée d’une grande plasticité. Elle se prête à une incroyable quantité de mouvements. Tout comme le gentilhomme qui essaie de surnager dans le monde politique. Pour éviter de sombrer, il doit choisir le bon courant, naviguer au mieux et parfois « nager entre deux eaux » selon un proverbe du temps. À moins qu’il ne décide de partir aux bains…

Notas

1 Montaigne M. De, Essais, éd. P. Villey et V.-L Saulnier, Paris, Presses Universitaires de France, 2004, vol. 2, chap. 37, p. 776 (coll. « Quadrige »).

2 Ibid., p. 777.

3 Montaigne était accompagné de son frère Mattecoulon, un beau-frère, Cazalis, Charles d’Estissac, un gentilhomme M. du Hautoy et plusieurs domestiques. Sur ce voyage, voir Bazalmo J., « Voyage(s) », dans : Desan P. (dir.), Dictionnaire de Michel de Montaigne, nouvelle édition revue, corrigée et augmentée, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 1207-1211.

4 Montaigne rapporte les paroles d’un vieillard qui affirmait « qu’on ne voyoit donc guere opérer les bains, qu’en faveur des étrangers et personnes qui venaient de loin », Journal de voyage en Italie par la Suisse et l’Allemagne en 1580 et 1581, éd. F. Rigolot, Paris, Presses Universitaires de France, 1992, p. 276.

5 Sur ces aspects voir Jeanneret M., Perpetuum mobile : métamorphoses des corps et des œuvres de Vinci à Montaigne, Paris, Macula, 1997.

6 Le médecin Jean Banc préconisait que « ceux qui se doivent servir des eaux medicamenteuses potables, doivent plutôt se transporter sur le lieu de la source que les rendre portables… et toujours si leur santé le peut permettre, aller à pied qu’ils pourront, afin d’être mieux disposés à boire par l’exercice qu’ils auront faits ». La Memoire renouvellée des merveilles des eaux naturelles en faveur de nos nymphes françoises et des malades qui ont recours à leurs emplois salutataires, Paris, Pierre Sevestre, 1606, p. 56.

7 Sur ces aspects voir Doiron N., L’art de voyager. Le déplacement à l’époque classique, Laval (Canada), Klincksieck, 1995.

8 Montaigne M. de, op. cit., III, chap. 9, p. 954. Ces points sont évoqués dans le chapitre « De la vanité ». Sur ces aspects voir Braybrook J., « Le Journal de voyage de Montaigne », Revue de la chouette, no 31, 2000, p. 19.

9 Montaigne M. de, op. cit., III, chap. 9, p. 956.

10 Sur ce point, voir Le Person X., « Usages et discours de la maladie dans la vie politique française au xvie siècle : une “practique” », dans Andrea Carlino et Alexandre Wenger (ed.), Littérature et Médecine. Approches et perspectives, Genève, Droz, 2007, p. 229-246. Sur les « practiques », voir du même auteur, « Practiques » et « practiqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III, Genève, Droz, 2002 (Travaux d’Humanisme et Renaissance CCCLXX).

11 Sur cet aspect, voir Le Roy Ladurie E., « Auprès du Roi, la Cour » (le problème des « rangs » chez Madame) », Annales Économie Société Civilisation, no 38, 1983, p. 21-41, rééd. dans Saint-Simon et le système de la Cour, Paris, Fayard, 1997. Plus haut on est placé dans la société, plus on est saigné et purgé. Ainsi les personnes de dignité royale n’hésitent pas à rendre publiques leurs traitements et leurs médecins aussi s’en chargent naturellement.

12 Il existe toute une littérature médicale sur les bienfaits des eaux dans la seconde moitié du xvie siècle : Nicolas Dortoman, Jean Goeurot, Laurent Joubert, Roch Le Baillif, Bernard Palissy et Jean Banc rédigent des traités à ce sujet.

13 Montaigne M. De, Journal de voyage, op. cit., p. 158.

14 Sur ce point, voir Le Person X., « Les symptômes de la temporisation. Langages et significations des maladies idoines d’un Grand : Louis de Gonzague, duc de Nevers (1585-1588) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, no 62-2, 2000, p. 259-302.

15 Boyer M., Histoire générale du tourisme du xvie au xxie siècle, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 64.

16 Navarre M. De, L’Heptaméron, éd. M. François M., Paris, Garnier, 1967, p. 380-381.

17 Le médecin Jean Banc insiste longuement sur l’existence d’une pratique thermale remontant aux Romains même si, selon lui, la découverte des vertus thérapeutiques de l’eau est récente : « Voyla l’entrée de l’usage des bains, pour le luxe et le plaisir en l’antiquité : le fruict que l’experience a produict à la longue, pour la santé et la recherche de ses noms en la mesme antiquité. », op. cit., p. 23-25.

18 Champion P., Henri III, roi de Pologne, Paris, Grasset, 1943, chap. 15, p. 228.

19 Le Roux N., La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2000, p. 152.

20 Sur la rupture politique entre le duc de Nevers et Henri de Valois en Pologne, voir Boltanski A., Les ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca 1550-ca 1600), Genève, Droz, 2006, p. 387-389.

21 L’Estoile P. De, Registre-journal du règne de Henri III (1579-1581), éd. M. Lazard, G. Schrenck, Genève, Droz, 1997, t. III, p. 103.

22 Discours sur le voyage du duc de Nevers à Rome, Paris, BnF, ms. fr. 3296, fol. 67.

23 Lettre de Henri III au duc de Nevers, de Paris, le 25 mars 1585, BnF, ms. Fr. 3363, f. 16.

24 Champion P., Charles IX, la France et le contrôle de l’Espagne, Paris, Honoré Champion, 1939, t. I, p. 255, d’après la lettre du 29 mars 1570, Paris, Arch. Nat., K 1517.

25 Fouque M., Fastes de la Provence ancienne et moderne : contenant l’histoire politique, civile et religieuse de ses principales villes, Marseille, Imprimerie Jules Barile et Boulouch, 1837, t. 2, p. 413.

26 [Rozée P.], Histoire chronologique de la Ligue, BnF, ms. Fr. 23295, p. 515.

27 De Thou J.-A., Histoire universelle de Jacques-Auguste de Thou : depuis 1543 jusqu’en 1607, Londres [i. e. Paris], [s. n.], 1734, vol. 1589, note, p. 384.

28 Sur le détail de cette affaire, voir Le Person X., « Corps souffrant et maladies politiques : les stratégies du maréchal de Retz (1589-1594) », communication dans le cadre de la journée d’études du 16 mai 2014, La maladie diplomatique, organisée par X. Le Person et É. Belmas, université Paris 13, Cresc, MSH Paris-Nord, à paraître.

29 L’Estoile P. DE, Registre-Journal du règne de Henri III (1585-1587), op. cit., Genève, Droz, 2001, t. V, p. 37.

30 Roelker N. L., Jeanne d’Albret, reine de Navarre, Paris, Imprimerie nationale, 1979, p. 333.

31 Valois M. de, Mémoires et autres écrits (1574-1614), éd. É. Viennot, Paris, Honoré Champion, 1999, p. 140.

32 De Thou J.-A., op. cit., p. 384.

33 Sur cette querelle, voir Boltanski A., op. cit., p. 231 et sq.

34 Montaigne M. De, Journal, op. cit., p. 5-6.

35 Sur cet aspect, voir notamment Brioist P., « Escrime et langue de controverse savante à la Renaissance », dans : Azoulay V. et Boucheron P., Le mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nos jours, Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 55-64. On peut aussi faire le rapprochement ici entre l’aspiration du duc de Nevers à faire la publicité de son innocence et à confondre les coupables à travers la convocation en duel avec les pratiques espagnoles. En Espagne, le duel se règle fréquemment par des échanges de cartels qui évitent le passage à l’acte. Voir Chauchadis C., La loi du duel. Le code du point d’honneur dans l’Espagne des XVIe et xviie siècle, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1997.

36 Ibid., p. 51-52.

37 Kushner E., Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, 2004 (Cahiers d’Humanisme et Renaissance).

38 Correspondance du cardinal de Tournon (1521-1562), éd. M. François, Paris, Honoré Champion, 1946, p. 391 et sq.

39 Didier Boisseuil a montré l’émergence, en Toscane, à la fin du Moyen Âge, d’une sociabilité des bains encouragée par des infrastructures ad hoc. Voir Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge. Les bains siennois de la fin xiiie siècle au début xvie siècle, Rome, Ecole française de Rome, 2002.

40 Aménité : douceur.

41 Montaigne, M. de, Essais, op. cit., II, chap. 37, p. 777.

42 Le journal de la comtesse de Sanzay : intérieur d’un château normand au xvie siècle, éd. H. de La Ferrière-Percy, Paris, Aubrey, 1859, p. 45.

43 Voyage dans la vieille France : avec une excursion en Angleterre, en Belgique, en Hollande, en Suisse et en Savoie par Jodocus Sincerus..., éd. et trad. B. Thalès, Paris, Dentu, Lyon, Librairie nouvelle, 1859, p. 97.

44 Le voyage de Thomas Platter (1595-1599). Le siècle des Platter II, éd. E. Le Roy Ladurie et F.-D. Liechtenhan, Paris, Fayard, 2000, p. 129.

45 « Michel de Montaigne aux bains de Plombières (1580) », dans Le voyage en France, éd. J.-M Goulemot et alii, Paris, Robert Laffond, 1995, p. 82-86.

46 Montaigne M. De, Journal, op. cit., p. 10.

47 Jean Le Bon évoque la tenue des baigneurs. Aux bains de Bourbonne-les-Bains, une centaine de personnes peuvent se baigner « tout nuds comme de beaux Adamistes », dans : Des bains de Bourbonne-les-Bains, Lyon, B. Rigaud, 1590, p. 16. Pour le bain à Plombières, le même auteur écrit que « l’homme y entre avec des maronnes ou brayes, la femme avec sa chemise d’assez grosse toile ; la trop deliee decouvrirait ce que le bain ne veut voir », dans : Abbregé de la proprieté des bains de Plommieres, Paris, C. Macé, 1576, p. 30. Quant à Montaigne, il souligne qu’« on y observe une singuliere modestie ; et si est indecent aux hommes de s’y mettre autrement que tout nuds, sauf un petit braiet, et les femmes sauf une chemise », Journal, op. cit., p. 10.

48 Motley J.-L., La Révolution des Pays-Bas au xvie siècle, Paris, Flammarion, 1859, t. 2, p. 199.

49 Les bains, lieux de tractations secrètes, étaient des espaces propices à l’espionnage : en 1526, les réformés engagent une personne pour espionner les discussions des catholiques aux bains de Bade afin de connaître leurs arguments. Les bains offrent un cadre informel pour sonder la position du camp opposé. Voir Kaufmann P., Gesellschaft im Bad. Die Entwicklung der Badefahrten und der « Naturbäder » im Gebiet der Schweiz und im angrenzenden südwestdeutschen Raum (1300-1610), Zürich, Chronos, 2009, p. 206.

50 Maladie de peau infectieuse caractérisée par une plaque rouge douloureuse.

51 Valois M., Mémoires…, op. cit., p. 141.

52 Lettre de Morillon, évêque de Tournai au cardinal Granvelle, de Tournai les 18-19 août 1584, éd. Poullet E. et Piot C., Correspondance du cardinal de Granvelle…, vol. 11, 1584, Bruxelles, F. Hayez, 1894, p. 112.

53 Dépêche d’Ogier Ghislain de Busbecq à l’Empereur Rodolphe II, de Paris, le 5 juin 1584, dans Lettres du baron de Busbec ambassadeur de l’Empereur Rodolphe II à la cour de France sous le règne de Henri III, traduites en françois avec notes historiques et géographiques (1555-1585), Paris, C.-J.-B. Bauche, 1748, vol. 3, p. 262-265.

54 Lettre de Philippe de Mornay au roi de Navarre, de Paris, 2 mai 1584, Mémoires et correspondance, éd. A. D. La Fontenelle de Vaudoré et P.-R., Auguis, Paris, 1825, Genève, Slatkine, 1969, t. 2, p. 595-596.

55 L’estoile P. de, Registre-Journal du règne de Henri III (1582-1584), op. cit., t. IV, Genève, Droz, 2000, p. 153-154.

56 Berger de Xivey J., Recueil des lettres missives de Henri IV, Paris, Imprimerie nationale, 1843, t. 2, p. 448.

© CNRS Éditions, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540