Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le thermalisme

 | 
John Scheid
, 
Marilyn Nicoud
, 
Didier Boisseuil
, 
et al.

Comment raconter l’attrait des sites thermaux ?

Michel de Montaigne, Charles Paschal et les bains de Baden et Pfäfers en Confédération helvétique

Pius Kaufmann

Texte intégral

  • 1 Au sens où l’entend Jacques Le Goff, Les intellectuels au Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, 1957
  • 2 Parmi les récits sur les bains, Fürbeth distingue quatre formes qui remontent toutes à l’Antiquité. (...)

1Les intellectuels1 séjournant aux bains sont créateurs de récits. Tantôt ils décrivent une réalité thermale, tantôt ils expriment le vécu en images et en métaphores, suscitant ainsi l’intérêt du public pour le thermalisme. Ils renouent souvent avec des récits antérieurs, qu’ils interprètent à leur manière en leur donnant une nouvelle orientation. Ainsi le récit s’intègre dans une tradition narrative et devient un point de repère pour des textes postérieurs. Les récits sur le thermalisme remontent à l’antiquité gréco-romaine ; ils furent repris et modifés au haut et bas Moyen Âge et ils prolifèrent à l’époque de la Renaissance sous diverses formes : traités scientifiques, poèmes, journaux de voyage2.

  • 3 Platter T. (le Jeune), Beschreibung der Reisen durch Frankreich, Spanien, England und die Niederlan (...)

2L’inspiration des intellectuels ne connaît pas de frontières politiques. Ils s’inspirent partout, en Italie, en France, en Confédération helvétique. Michel de Montaigne en est un illustre représentant. Le 22 juin 1580, il quitte son château et commence son voyage à travers plusieurs pays. En octobre, il s’arrête à Bâle pour rendre visite à Felix Platter, professeur de médecine. Celui-ci l’accueille chez lui et lui montre sa collection de plantes médicinales, qui impressionne beaucoup Montaigne. Platter a acquis ses compétences dans ce domaine lors de ses études de médecine à Montpellier. Son professeur, Guillaume Rondelet, exigeait que toute recherche commence par l’observation de la nature. Cette approche encourageait l’étude de divers phénomènes comme l’étude des plantes mais aussi celle de l’eau thermale. Dans le corps enseignant de la faculté de médecine de Montpellier, on trouve le médecin-balnéologue Nicolas Dortoman, auteur d’un traité sur le thermalisme de Balaruc-les-Bains. Thomas Platter, demi-frère de Felix, lui aussi étudiant en médecine à Montpellier, s’est rendu lui aussi à Balaruc-les-Bains, qu’il décrit dans son journal de voyage3. Les Platter ont contribué à la propagation du nouveau savoir médical au nord des Alpes. En rendant visite à Felix Platter, Montaigne s’entretient avec un représentant de cette nouvelle génération d’experts en médecine. Quelques jours plus tard, Montaigne continue son voyage et se rend à Baden en Argovie, en Confédération helvétique. Dans son journal, il note ses impressions sur Baden et retient les idées que les activités thermales lui inspirent. Au début du xviie siècle, un autre Français se rend dans un site thermal suisse et y compose un poème : il s’agit du diplomate Charles Paschal, qui rédige le Carmen de Thermis Fabariensibus. Impressionné par les rochers entourant les bains de Pfäfers, Paschal prend l’espace topographique comme point de départ de sa poésie.

3C’est à travers l’étude de ces deux textes – celui de Michel de Montaigne (1533-1592) et celui de Charles Paschal (1547-1625) – que je me propose d’étudier la façon dont on peut évoquer l’attrait des sites thermaux. J’évoquerai ainsi la manière dont la narration rapporte les événements vécus lors d’un séjour aux bains, la façon de se remémorer les aspects attrayants, de se référer à des textes antérieurs et de formuler quelques nouveautés susceptibles d’intéresser le public.

Récit de Montaigne sur Baden

  • 4 Drack W., Fellmann R., Die Römer in der Schweiz, Stuttgart, K. Theiss Verlag, 1988, p. 348-353.
  • 5 Fürbeth F., Heilquellen in der deutschen Wissensliteratur des Spätmittelalters. Zur Genese und Funk (...)

4Avant d’analyser le récit de Montaigne, rappelons l’historique des bains de Baden en Suisse. Même si le site a une longue tradition balnéaire, son développement ne se réalisa pas de façon continue. Dans l’Antiquité, les Romains exploitèrent cette source d’eau chaude de façon importante. Avec une surface totale de bassin de 55 m sur 37 m, Aquae Helveticae accueillait le plus grand bain thermal au nord des Alpes. À l’époque romaine, la station se distinguait par des aménagements luxueux4. Avec le déclin de l’Empire, les activités balnéaires de Baden se ralentirent, les infrastructures thermales tombèrent en ruine et les savoirs sur le thermalisme disparurent. Les connaissances médicales des Romains sur l’utilisation des eaux à des fins thérapeutiques tombèrent dans l’oubli. C’est seulement au xive siècle que Baden se développa de nouveau, sous le règne des Habsbourg. Ces derniers y créèrent l’un des centres de l’administration de leur domaine autrichien en déposant leurs archives dans le château qui surplombe Baden. En même temps, ils investirent dans la construction d’infrastructures thermales. Passant sous l’autorité des Confédérés au début du xve siècle, Baden devint lieu de réunion de la Diète fédérale et accueillit des diplomates internationaux. La science médicale manquait alors pour utiliser efficacement les bains à des fins thérapeutiques et il faut attendre la seconde moitié du xve siècle pour que des savants suisses importent le savoir des médecins balnéologues italiens à Baden5.

  • 6 Schneikert É., Montaigne dans le labyrinthe. De l’imaginaire du Journal de voyage à l’écriture des (...)

5En 1580, Baden est un lieu très fréquenté. Tout comme Montaigne, beaucoup de visiteurs cherchent à soulager leurs maux au contact de la source thermale. À 47 ans, Montaigne souffre de la gravelle et pense que les cures devraient permettre de le soulager. Mais il est également à Baden pour un autre motif. L’observation des autres, des manières de vivre à l’étranger lui procurent en effet un plaisir moral et intellectuel6. Le site thermal étant un lieu de passage où beaucoup de monde se croise et où les idées foisonnent, il est particulièrement attrayant pour Montaigne.

  • 7 Cavallini C., Cette belle besogne. Étude sur le Journal de voyage de Montaigne, Fasano, Schena, 200 (...)
  • 8 Ibid., p. 28.

6Le texte de Montaigne sur Baden est en vérité rédigé par son secrétaire ou un collaborateur.7 À noter que c’est seulement au xviiie siècle que l’on découvrit le manuscrit et que l’on en fit des copies incomplètes pour préparer une édition. Le texte tel que nous le connaissons aujourd’hui repose sur les copies de ce manuscrit disparu entre temps8.

7La manière dont Montaigne présente Baden fait penser au terme latin de locus amoenus. Ce n’est pas la beauté du paysage qui mérite la qualification d’amoenus, mais parce qu’elle sert de cadre à une introspection et à une inspiration qui lui donnent du plaisir.

  • 9 Montaigne M., Journal de voyage en Italie, Œuvres complètes, textes établis par Albert Thibaudet et (...)

8La description de Baden s’étend sur huit pages dans son journal de voyage9. Voici les sujets qui attirent l’attention de Montaigne, présentés dans l’ordre de la narration.

9La première chose que Montaigne retient : c’est que Baden est une ville catholique, sous la protection des huit cantons suisses, et que c’est un lieu de grandes assemblées de princes.

  • 10 Ibid., p. 1134.

10Il note que les bains publics sont en plein air et fréquentés par les pauvres. En revanche, les bains privés se trouvent dans les maisons et sont répartis « en plusieurs petites cellules particulières, closes et ouvertes […], lesdites cellules les plus délicates et mieux accommodées qu’il est possible, y attirant des veines d’eau chaude pour chacun being10 ».

  • 11 Ibid., p. 1134.

11Puis, il décrit l’auberge dans laquelle il séjourne comme un lieu pouvant accueillir jusqu’à trois cents hôtes, avec dix-sept salles à manger et onze cuisines. « Les logis [sont] très magnifiques11 », dit-il.

  • 12 Ibid., p. 1134.

12Par la suite, Montaigne porte le regard sur l’urbanisme, sur les rues larges, les places spacieuses et les peintures murales des maisons ainsi que sur les fontaines aux carrefours. « Cela faict parétre leurs villes beaucoup plus belles que les françoises12. »

13Montaigne aborde ensuite la qualité de l’eau thermale. Il constate l’odeur de soufre et une chaleur modérée. Il apprécie cette température modérée, disant que les bains sont « fort dous et plesans. Qui aura à conduire les dames qui se veuillent beingner avec respect et delicatesse, il les peut mener là, car elles sont aussi seules au being, qui samble un très riche cabinet, cler, vitré tout autour revestu de lambris peint […] ». Il loue les promenades le long de la rivière sous les galeries couvertes et la fertilité des montagnes qui entourent les bains de Baden, pour ensuite revenir, après cette légère digression, sur la description de la source. Selon lui, l’eau a un goût fade et doux, avec « une picure de salure ».

  • 13 Ibid., p. 1135.
  • 14 Ibid., p. 1135.
  • 15 Ibid., p. 1135.

14Montaigne remarque la pratique répandue de la saignée et affirme avec stupeur : « j’ai veu les deux beings publicques parfois qui estoient de pur sang13 ». Il note que les visiteurs passent cinq à sept semaines sur le site thermal. La plupart des curistes sont allemands. Il mentionne que l’usage des bains de Baden remonte à l’Antiquité, documenté par Tacite. Il raconte ensuite avoir cherché l’emplacement exact de la source principale de Baden, sans être parvenu à la trouver14. Et il revient sur l’aspect visuel de l’eau thermale en disant qu’« elle est moins nette que les autres eaus que nous avons veu ailleurs, et charrie en la puisant certenes petites filandres fort menues15 ».

15Montaigne continue en mettant en relief sa propre manière d’utiliser l’eau thermale, qui contraste avec les pratiques répandues. Le premier jour, il se limite à boire sept verres, tout en s’abstenant de se baigner. Le deuxième jour, il prend un bain, non pas pendant toute la journée comme la plupart des gens, mais d’une courte durée de trente minutes. Tandis que les gens ont de l’eau jusqu’aux reins, Montaigne s’y immerge jusqu’au cou.

  • 16 Ibid., p. 1135.

16Puis, renouant avec la politique et avec le début du récit, il raconte sa rencontre aux bains avec un aristocrate suisse, un « fort bon serviteur du roi de France16 » aux bains, avec lequel il parle des alliances.

  • 17 Ibid., p. 1136.

17Montaigne ne peut pas se soustraire au charme de la fille de l’aristocrate : « une fille grande et belle », remarque-t-il. Par la suite, Montaigne s’abandonne à décrire les vêtements des femmes, leurs accessoires, leur coiffure. Il assure qu’elles ne s’habillent pas forcément de façon à montrer leur appartenance sociale. Il ajoute qu’« on les salue en baisant la main et offrant à toucher la leur ». « Si vous leur ostez le bonnet par jeu, […] elles ne s’en offencent pas et [vous] voiez leurs testes toutes à nud17 ». Ce tour ne se joue pas auprès des jeunes femmes, car celles-ci ne portent pas de bonnet mais des « guirlandes » de fleurs sur la tête.

  • 18 Ibid., p. 1136.
  • 19 Ibid., p. 1136.

18Montaigne est curieux de découvrir les traditions locales respectées à table pendant les repas. « M. de Montaigne, pour essayer tout à faict la diversité des moeurs et façons, se laissoit partout servir à la mode de chaque païs, quelque difficulté qu’il y trouvast. Toutefois en Souisse il disoit qu’il n’en soufroit nulle, que de n’avoir à table qu’un petit drapeau d’un demy pied pour serviette18. » Le fait de ne pas déplier sa serviette pendant le repas lui semble étrange. Aussi note-t-il que les Suisses se servent de cuillères en bois à manche en argent et de couteaux pour éviter de toucher le plat avec la main. Il conclut : « C’est une très bonne nation19 ».

19Puis, Montaigne revient sur la thérapie et constate d’une part que l’eau qu’il a bue la veille provoque une triple défécation, et d’autre part qu’il urine moins après avoir sué aux bains.

  • 20 Ibid., p. 1137.

20L’intérêt de Montaigne est ensuite attiré par les coutumes locales. Il raconte que le patron de son auberge achète beaucoup de poissons le mercredi. Lorsque Montaigne se renseigne sur la cause de cet achat, on lui répond qu’à Baden on mange du poisson le mercredi pour des raisons religieuses. Les adeptes de la confession catholique seraient plus dévots à Baden qu’ailleurs parce qu’ils devraient s’affirmer face aux fidèles d’une autre confession. Montaigne explique ce phénomène différemment ; selon lui, c’est la structure politique et non pas religieuse qui en est la cause. Quand les individus sont réunis dans un même corps politique, leurs émotions causées par des opinions divergentes tendent à s’apaiser. Un effet d’homogénéisation en serait le résultat. « Que quand la confusion et le meslange se faict dans mesmes villes et se seme en une mesme police, cela relasche les affections des hommes, la miction se coulant jusques aus individus20 ». En revanche, la parcellisation du pouvoir en différents corps politiques qui se gèrent de manière autonome comme c’est le cas en Suisse, ferait que chaque entité se referme sur elle-même et se resserre pour s’affirmer face au monde extérieur.

21Par la suite, Montaigne change de sujet et écrit sur la qualité de l’air agréable dans les salles. En y entrant, on perçoit une certaine odeur ainsi qu’une chaleur douce et uniforme. Il se réjouit de sentir toute la nuit un air chaud, plaisant et modéré.

  • 21 Ibid., p. 1138.

22Montaigne revient sur les effets que l’eau thermale exerce sur son corps. Il constate non seulement une activité accélérée de défécation et de miction, mais aussi l’évacuation d’une petite quantité de grains de sable. Il trouve les eaux de Baden « plus actives que autres qu’il eust essayées, soit la force de l’eau, ou que son corps fust ainsi disposé21 ».

23Montaigne s’amuse de nouveau à changer subitement de sujet. Il relate une discussion avec un théologien réformé sur le dogme de la prédestination. Hésitant entre les différentes positions défendues par les réformateurs, ce théologien lui avoue pencher vers la position de Zwingli, car celle-ci serait la plus proche de la première chrétienté.

  • 22 Ibid., p. 1138.

24Le 7 octobre, Montaigne quitte Baden après y avoir passé cinq jours. Il termine son journal par un bilan positif : « Sur le doubte de leur opération en laquelle il treuve autant d’occasion de bien esperer qu’en nulles autres, soit pour le breuvage, soit pour le being, il conseilleroit autant volantiers ces beings que nuls autres qu’il eust veus jusques lors, d’autant qu’il y a […] tant d’aysance et de commodité du lieu et du logis, si propre, si bien party selon la part que chacun en veut, sans subjection ny ampeschement d’une chambre à autre22. » Ce récit sur Baden montre l’attrait du site thermal aux yeux de Montaigne. Le texte est intéressant à la fois pour ce qui concerne le contenu, pour les idées et les références à des textes antérieurs, et pour ce qui concerne la structure narrative, par la fragmentation du récit.

25Montaigne met en avant quatre aspects qui lui semblent attrayants. Tout d’abord l’eau thermale et ses effets thérapeutiques. Il décrit ainsi les composants et la vertu de l’eau. Même si le texte reste flou sur les résultats thérapeutiques, il recommande l’utilisation de l’eau de Baden avant toute autre source thermale. Ensuite Montaigne éprouve de manière positive la confrontation avec les mœurs d’autres cultures. Les coutumes suisses, aussi bien celles de table que celles relatives à l’utilisation des bains ou encore à la pratique religieuse, incitent à réfléchir sur soi-même, sur les fondements de la morale – bref procurent un plaisir intellectuel, qui consiste à apprécier tout comportement guidé par la raison, et à prendre ses distances face à tout comportement irraisonné. En troisième lieu, Montaigne prend particulièrement plaisir aux contacts sociaux à Baden : rencontrer des gens cultivés, échanger des idées, faire la cour aux dames, ce sont là des plaisirs qui font oublier le quotidien et les douleurs corporelles. Et enfin, c’est le confort des aménagements thermaux que Montaigne apprécie le plus. Il vante la grandeur et le luxe des installations du site thermal.

  • 23 Sénèque, Ad Lucilium Epistulae morales, LI, ed. R. Gummere, Cambridge (Massachusetts), Harvard Univ (...)
  • 24 Bracciolini P., Lettere, ed. H. Harth, Firenze, Olschki, 1984, lettre du 18 mai 1416 à Niccolò Nicc (...)
  • 25 Ibid., p. 133.

26Ce n’est pas la première fois que l’on qualifie Baden de locus amoenus. Montaigne fait référence à des textes écrits avant lui. Il est intéressant de voir la manière dont il reprend les idées d’autres auteurs et comment il les transforme. Poggio Bracciolini, notaire florentin, a visité Baden en mai 1416, c’est-à-dire plus d’un siècle et demi avant Montaigne. En tant que secrétaire dans la chancellerie pontificale, Poggio a participé au concile de Constance. Il a profité de son séjour pour se rendre aux thermes de Baden. Poggio commence sa description en reprenant les paroles des écrivains romains qui louaient les agréments des bains de Pouzzoles23. La beauté du paysage et la magnificence des constructions faisaient le charme de ce lieu près de Naples. Poggio continue sur ce thème en disant que Baden a aussi son charme, mais que les agréments de ce lieu sont d’un autre ordre. Ce n’est pas la nature agréable mais les pratiques et coutumes balnéaires affranchies de contraintes qui permettent aux visiteurs de vivre un bonheur paradisiaque : « hunc locum illum esse credo, in quo primum hominum creatum ferunt, quem “Ganeden” Hebrei vocant, hoc est : “hortum voluptatis”24. » Les femmes et les hommes se baignent ensemble, prennent ensemble leurs repas dans les bains et badinent. Les femmes ne ressentent pas, par pudeur, le besoin de couvrir leur nudité. Même les hommes d’Église, les abbés, les moines, les prêtres vivent ici en grande liberté. Quand ils mettent des petites couronnes de fleurs sur les cheveux des femmes, alors tous les scrupules religieux s’envolent. Poggio résume : Tout le monde cherche à fuir la tristesse et à ne penser à rien d’autre qu’aux plaisirs. « Omnibus una mens est : tristitiam fugere, querere hilaritatem, nihil cogitare nisi quemadmodum leti vivant, gaudiis fruantur25. »

27Felix Hemmerli, juriste en droit canonique et chanoine à Zürich, rédige, lui aussi, un texte sur Baden en 1450/1454. Il critique cette morale décomplexée de Baden, orientée uniquement vers l’assouvissement des désirs. Opposé à l’épicurisme, il défend une morale plus rigide, se basant sur le droit romain et canonique. L’attrait des bains thermaux réside – selon Hemmerli – dans la vertu curative de l’eau. Aux quatre coins du monde, il y aurait des thermes merveilleux, connus ou inconnus, bénéfiques à la santé humaine, que Dieu aurait mis sous les pieds des hommes pour qu’ils en profitent :

  • 26 Hemmerli F., « Tractatus de balneis naturalibus », ed. Frank Fürbeth, op. cit., p. 414.

«Sunt et alie quamplures monstruose per mundum termarum et focium aque […] fortassis ignote uel autem notissime, et per has et alias dei creaturas humane nature salubriter congrunentes, quas dominus subiecit sub pedibus nostris et nobis profuturis26

  • 27 Cf. le premier chapitre, qui s’intitule « Quod aqua termarum calida sit mirabilis nobilis dei creat (...)

28Dans une vision chrétienne, cette vertu médicinale est un don que le créateur a mis dans sa création pour soulager les hommes affligés de maladies. Hemmerli avertit de ne surtout pas profaner ce don de Dieu par un comportement inadéquat27. Il invite les médecins notamment les théoriciens et les praticiens, à approfondir et partager ce savoir thérapeutique sur les thermes :

  • 28 Ibid., p. 414.

«Et illi sunt summi cognitoris creature, non minores videlicet philozophi, astronomi, phisici et medici et medicatores, qui dicuntur emphirici, et omnes et singuli, qui non tamen humano corpori, sed ad ipsius salutem periter sunt cooperantes28

29Prenant les textes de Poggio et de Hemmerli comme points de référence, on constate la reprise et la transformation de leurs idées par Montaigne. L’attrait des thermes ne réside pour lui ni dans la nature agréable, ni dans la pratique d’une morale épicurienne. Chez Montaigne, le plaisir social se limite à la galanterie. Certes, la vertu curative de l’eau est intéressante, mais le site thermal est pour Montaigne bien plus qu’une simple clinique. Il voit dans le séjour aux bains thermaux, la possibilité de rencontrer des personnes intéressantes dans un lieu d’échanges culturel et intellectuel ; surtout il loue le confort des aménagements qui permet de mener un train de vie répondant aux attentes des aristocrates. Tous ces éléments convergent vers un but identique : fuir les tracas du quotidien.

  • 29 Sur le problème de la fragmentation du texte et sur l’analyse de l’accueil que les critiques ont do (...)

30La forme narrative que Montaigne a choisie irrite d’abord. Il décrit ses impressions sur Baden en fragmentant le récit29. Il ne construit pas son texte selon une structure linéaire enchaînant les arguments. Tout au contraire, il change abruptement de sujet, juxtapose les différents thèmes sans les relier les uns aux autres et revient en arrière sur des sujets qu’il a déjà abordés. Comment trouver un sens à cette structure ?

  • 30 Montaigne M. de, Essais, ed. P. Villey, Paris, Presses universitaires de France, 1965 (1978), tome  (...)

31« Un suffisant lecteur descouvre souvant és escrits d’autruy des perfections autres que celles que l’autheur y a mises et apperceües, et y preste des sens et des visages plus riches30. » Selon la conception de Montaigne, le lecteur est amené à contribuer à la découverte et à l’enrichissement du sens d’un texte qui dépasse l’intention initiale de l’auteur. La structure fragmentée du texte sur Baden invite ainsi le lecteur à participer à l’analyse et à la construction du sens.

  • 31 Schneikert É., op. cit., p. 40-51, 98.

32Élisabeth Schneikert a écrit en 2006 une étude intéressante sur l’imaginaire du Journal de voyage de Montaigne. Elle avance l’hypothèse selon laquelle Montaigne présente son voyage sous forme d’un parcours dans un labyrinthe. Face à la complexité du vivant, Montaigne entreprend un voyage intérieur pour chercher un sens, pour se rendre compte de ses obsessions, pour trouver son identité, pour se découvrir soi-même. Si l’on admet ces prémisses, le récit du voyage géographique et la description de Baden peuvent être lus comme un voyage intérieur. Cet itinéraire est un parcours complexe, difficile à lire et à déchiffrer, comme c’est le cas d’un labyrinthe. D’où cette forme discontinue. La cohérence du récit réside dans la récurrence des images, ce qui explique pourquoi celles-ci jouent un rôle important dans cette introspection. L’image devient l’apparence à la fois imitée du réel et imaginée du moi. L’imaginaire est cette valeur symbolique ajoutée qui se réalise là où la perception du monde et la perception du moi convergent. Ainsi les images que Montaigne évoque dans son texte renvoient à sa quête intérieure31.

  • 32 Montaigne M. de, Journal de voyage en Italie, p. 1121.
  • 33 Schneikert É., op. cit., p. 170, 171.

33Lire le récit sur Baden consiste à se focaliser sur les images récurrentes et déchiffrer l’imaginaire. Montaigne associe à l’eau thermale des images contradictoires. À Plombières, la station thermale qu’il visite avant d’arriver à Baden, Montaigne avale l’eau chaude et constate « nulle senteur ni goust32 » et décrit sa vertu curative. L’eau devient symbole de pureté et de vitalité. À Baden, en revanche, la première chose qu’il note est l’odeur de soufre et la teinte de sang provoquée par la pratique de la saignée. L’eau thermale suscite une sensation de dégoût, voire de nausée. Comme l’extraction du sang affaiblit le corps, on peut même y associer l’idée de mort. De prime abord, Montaigne nous fait entrevoir à Baden l’imaginaire d’un monde obscur33.

  • 34 Schneikert É., op. cit., p. 94 voir aussi p. 170, 171.

34À cette valeur de l’eau s’ajoute une autre image que Montaigne développe dans son récit sur Baden, qui est celle du retour aux origines. Dans la discussion sur la religion, il est question de revenir à la première chrétienté. Lorsqu’il fait référence aux pratiques associées à l’eau thermale, Montaigne renvoie à Tacite, au texte le plus ancien qui atteste l’utilisation des bains de Baden. On peut alors se demander pourquoi il mentionne la teinte de sang, la chaleur agréable et l’immersion dans l’eau jusqu’au cou, bien que la pratique courante voulût que l’on s’immerge seulement jusqu’aux reins. Schneikert interprète l’immersion et la chaleur agréable de l’eau comme un symbole d’une réintégration de l’homme « dans l’unité dont il est issu » et comme « la rencontre avec la mère aquatique34 ». Dans l’imaginaire, le bain thermal reproduit la naissance à répétition et concrétise un mythe répandu, celui de la fontaine de Jouvence.

35Une troisième image récurrente dans le récit sur Baden est celle du confort et de la convivialité. Traduites dans l’imaginaire, ces deux notions symboliseraient les agréments de la vie. Donc, le séjour au site thermal ne se limite pas à chercher la guérison corporelle mais également à chasser les obsessions intérieures et psychiques afin d’accéder à un bonheur plus profond.

36Pour raconter l’attrait du thermalisme, Montaigne propose à la fois une approche rationnelle et imaginaire. Dans les passages où il est question de la thérapie thermale, il procède de manière méthodique. Il analyse les composants de l’eau, décrit les réactions du corps à l’application de l’eau et en déduit une appréciation fondée sur l’efficacité de la thérapie thermale. Quand on regarde l’ensemble du récit, le langage rationnel est cependant contrebalancé par un récit fortement fragmenté qui ouvre sur l’imaginaire, sur les sensations intimes, sur la condition humaine. Charles Paschal, quant à lui, a choisi une autre structure narrative pour éveiller l’imaginaire.

Récit de Charles Paschal sur Pfäfers

  • 35 Historisch-biographisches Lexikon der Schweiz, tome 5, Neuchâtel 1929, p. 378.
  • 36 Caroli Paschalii regis in sacro consistorio consiliarii Legatio Rhaetica, ex officina Petri Chevali (...)
  • 37 Augustin Stöcklin l’appelle « orator » dans ses Antiquitates liberi et imperialis monasterii Fabari (...)

37En 1620, Charles Paschal, vicomte de la Queute et Dargnies35, était membre du conseil du Roi de France36. Il fut orator37. Entre 1604 et 1614, il fut chargé de la légation de France aux Grisons (Ligues grises), dans la région à l’est de la Confédération helvétique. Pendant son séjour en Suisse, il se rendit aux bains thermaux de Pfäfers, situés tout près des Grisons.

  • 38 Kaufmann P., Gesellschaft im Bad. Die Entwicklung der Badefahrten und der „ Naturbäder “im Gebiet d (...)

38Avant d’analyser le texte de Paschal, il est important de rappeler la topographie particulière du site thermal de Pfäfers. La source se trouve au fond d’une gorge étroite de soixante mètres de profondeur, coincée entre des parois de rochers verticaux. Jusqu’au début du xviie siècle, les installations balnéaires (les bains, l’hébergement, la chapelle) se trouvaient au fond de cette gorge, construites comme un pont entre les deux parois de rochers. Paschal visita le lieu à une époque où les bains de Pfäfers étaient en plein essor. Pour rendre le site plus accessible, l’abbé du monastère bénédictin de Pfäfers, propriétaires des bains, fit construire en 1543 un chemin suspendu de deux cent cinquante mètres de longueur. Comme le nombre de visiteurs ne cessait d’augmenter, il décida en 1629 de bâtir un canal qui permettait de faire sortir l’eau thermale de la gorge. À l’entrée, il construisit des installations balnéaires plus spacieuses pour accueillir les curistes de manière plus confortable38. Lorsque Paschal visita Pfäfers, il séjourna cependant encore dans la gorge.

  • 39 Carmen Caroli Paschalis, christianissimae mentis olim in Rhaetia legati, de Thermis Fabariensibus ( (...)
  • 40 Il s’agit vraisemblablement de Johannes von Salis (1546-1624), originaire d’une famille aristocrati (...)
  • 41 Staatsarchiv Graubünden, B 1769 ; Stiftsarchiv St. Gallen, Cod. Fab. 106 b, fol. 173r-174v.

39Le séjour aux bains inspira à Charles Paschal un poème en latin (carmen) de 81 vers39, qu’il adressa à Johannes Salicaeus40. Le poème n’est retranscrit que dans deux manuscrits, dont l’un d’eux fait partie d’une compilation des documents historiques réalisée par le monastère, auquel appartiennent les bains41.

40Le premier vers résume l’ambivalence du site thermal. Dans une vaste caverne réside le merveilleux : « Est locus in Rhaetis vasto mirabilis antro ». Paschal continue à décrire la caverne comme un lieu sombre, effrayant, repoussant : un locus horribilis. Les falaises de la caverne couvertes de mousses font frémir ; des spectres errent dans les ténèbres, les eaux des montagnes se précipitent en bas avec un bruit effrayant, nul faune, nul satyre salace n’y prend plaisir à s’abandonner à la lasciveté. Toute personne ayant oublié ce que pouvaient être l’amour et les bouffonneries frémit quand il aperçoit ces signes néfastes qui entourent la caverne et s’en va plus vite que le vent d’Est. Car les dieux effroyables des Enfers semblent y avoir leur siège.

«Antrum muscosis introrsum rupibus horret [2]
Umbrarum et noctis facies hic plurima sese
Densat et in tenebris volitant errantia spectra
Mugitu horrifico properat similisque frementi [5]
Praecipitat flavas altis e montibus undas […].
Nullos hic Panas, Faunos, Satyrosve salaces
Lasciuire juvat. Cum quisque oblitus amorum [10]
Nugarum oblitus, simul atque e limine diras
Aspexit formas, quibus hoc circundatur antrum
Contremit inque pedes dat se velocior euro.
Scilicet hic sedes immania numina Ditis
Elegisse suas terrorque horrorque videntur.»
[15]

41Tout en prenant les aspects les plus horribles, la nature se révèle en même temps de la manière la plus généreuse. La tonalité de l’ambiance change. À la place de la frayeur qu’inspire la caverne, une atmosphère de légèreté fait son apparition. Le regard se dirige vers l’eau, un élément insignifiant à première vue. Paschal décrit une vapeur montante qui disparaît dans l’air, signe d’une tiédeur humide et naturelle. La vertu de l’eau proviendrait du flux dans des corridors souterrains. La meilleure eau se frotte aux pierres métallifères, reçoit les feux cachés et accueille les vertus transmises par les rochers.

«Aethereis vapor hinc surgens vanescit in auris [26]
Index humentis naturalisque teporis
Atque facultatis, quam concipit unda pererrans
Viscera terrarum caecos ditesque meatus
Nempe metalliferis regionibus optima limans [30]
Labitur: hic illic occultos colligit ignes
Colligit occultas per saxa latentia vires.»

42La séquence suivante met en avant le soulagement que l’eau curative procure aux malades. Son bouillonnement est canalisé et retenu dans des cuves, dans lesquelles les malades immergent leur corps affaibli. Sans relâche, jour et nuit, l’eau l’emporte sur les maladies. La peau originellement blanche prend une teinte rouge et se recouvre de taches, comme lorsque l’on peint et colorie une tapisserie avec la couleur rouge. Le vers au milieu du poème (vers 41) met en exergue la rapidité avec laquelle la guérison survient : après peu de jours, comme si c’était l’œuvre d’Hercule.

«Continuus labris distinguitur ille salubris [37]
Gurges in hunc aegri languentia corpora mergunt
Noctes atque dies vincit constantia morbos.
Haec domus, haec mensa est, hoc gratum cuique cubile. [40]
Illic expletis non multis Hercle diebus [41]
Aegris summa cutis prius alba nitensque ruborem
Induit ac maculis sensim conspergitur ut si
Rubrica totum pingas variesque tapetem.»

43Par la suite, le poème énumère les maladies que l’eau thermale guérit. Après ces indications médicales, Paschal change de registre et fait émerger une atmosphère bucolique. La nature avec ses vertus curatives se manifeste à travers nymphes et naïades. Les déesses deviennent ainsi des allégories de l’eau thermale. Le fait de boire abondamment et fréquemment honore les nymphes, invite les naïades et fait sentir les vertus de cette eau issue des plus profondes ténèbres. Mais le narrateur ne met pas Pfäfers au même rang que Baiae, l’endroit le plus agréable sur terre où la nature, créatrice des vertus de toute chose, déverse tant de largesses.

«Hinc etiam nymphis uberrima pocula libet
Najades invitet potuque haustuque frequente [65]
Sentiet ecquid opis sit in ista denique lympha
Quemlibet obstrusa densis imisque tenebris:
Cui non contulerim Bajas nec amoenius ipsis
Baijs terrarum si quid memoratur in orbe
Tantum ibi fundit opum rerum natura creatrix.» [70]

44Le narrateur loue l’hospitalité de l’abbé, qui renforcerait selon lui les effets bénéfiques de l’eau. À cet endroit-là, le poème tend vers son point culminant situé tout à la fin. Rares seraient ceux qui s’immergeraient dans l’eau en vain. L’eau expulserait le pouvoir de la douleur aiguë et enlèverait discrètement les maladies. Plus d’un homme, proche de la mort obscure, aurait ainsi été arraché à Erebus, dieu des ténèbres, et serait retourné à la gaieté de la vie.

«Quod vix ullus in hac mersatur inaniter unda [77]
Quae potis est vires saevi expurgare doloris
Et surrepentes membris suffodere morbos:
Denique non paucos atro prope fundere mersos [80]
Ereptos Erebo jucundae reddere vitae.»

45La trame du poème repose sur des oppositions et des rapprochements. Les ambiances changent. Le discours médical se juxtapose au discours relevant de l’histoire naturelle. À la topographie réelle le récit superpose la mythologie grecque, l’image de la nature abondante en remèdes et le merveilleux.

  • 42 Sur la topographie des Enfers dans la littérature gréco-latine, cf. Wulfram H., « Enzyklopädische ‘ (...)
  • 43 « Vidi loca a Virgilio descripta ; vidi Averni et Lucrini lacus, Acherontis quoque stagnantes aquas (...)
  • 44 « Et licet hec termarum aqua sit in horroris loco profundissimo solitudinis, ac sit Acharon inferna (...)

46La localisation de la source thermale, au fond des gorges de la Tamina, fait évoquer des images des Enfers auprès des visiteurs. L’idée de considérer les sites thermaux comme des entrées aux Enfers est répandue parmi les auteurs de l’Antiquité, en premier lieu chez Virgile, qui en situe une dans les sources thermales près de Naples42. À la Renaissance, Pétrarque reprend cette métaphore lorsqu’il suit les traces de Virgile et visite les eaux stagnantes d’Achéron43. Mais c’est Felix Hemmerli, compilateur de textes antiques, qui est le premier à associer la topographie des Enfers aux gorges de la Tamina, à ce lieu de la source de Pfäfers, « ac sit Acharon infernalis44 ». Même si le gouffre n’est pas accessible aux personnes souffrant de vertige, continue-t-il, le site thermal est quand même apprécié pour sa chaleur et l’abondance de l’eau thermale. De surcroît celle-ci ne provoque pas la lassitude. Paschal donne plus de poids à la description de cette topographie infernale. Il dépeint les caractéristiques traditionnelles des Enfers (ténèbres, frayeur, spectres etc.) et fait entrer en scène les dieux de ces lieux : Dis et Erebus. La métaphore des Enfers et les référence à la mythologie grecque sont un moyen d’exprimer l’imaginaire qui est associé à la source thermale. Mais dans ce contexte la métaphore des Enfers a ses limites. Comment mettre en valeur le caractère curatif de l’eau à l’aide de l’image des Enfers ?

  • 45 « Vidi rupes undique liquorum saluberrimum stillantes et cuntis olim morborum generibus omniparenti (...)
  • 46 Hemmerli F., op. cit., p. 336-338.

47Paschal résout ce problème en proposant une deuxième métaphore, selon laquelle la nature est créatrice des vertus de toute chose (« opum rerum natura creatrix », vers 70). Ici, la nature est perçue dans son abondance. Elle offre la source thermale comme réconfort aux hommes. Cette idée s’insère dans une tradition qui remonte à l’Antiquité. Au xive siècle, lors de son séjour à Baiae, Pétrarque caractérise la vertu curative comme un don de la nature « munus nature45 ». Paschal ne reprend pas seulement l’image de la nature abondante, il se base aussi sur la liste des indications de maladies que Felix Hemmerli a établie pour Pfäfers46. D’après cette liste, l’eau serait bénéfique entre autres à la goutte et à la gale mais aussi pour rétablir l’acuité visuelle et l’appétit. La mise en scène de la vertu curative, don de la nature généreuse, atteint son comble lorsque Paschal fait apparaître les nymphes et les naïades. De nouveau, la mythologie grecque fonctionne comme visualisation de l’imaginaire. Mais force est de constater qu’une seule métaphore ne peut pas rendre compte du phénomène de l’eau thermale dans son intégralité : que faire des patients qui sortent des bains sans avoir retrouvé la santé ?

  • 47 « Quod si quis fide carere ex his aliqua arbitratur, discat in nulla parte naturae maiora esse mira (...)
  • 48 « Dicimus plerosque firmiter asserentes, quod non tamen in herbarum aut lapidum seu verborum virtut (...)
  • 49 Ibid., p. 338.

48Pour l’Antiquité, Pline recense toutes sortes de merveilles provoquées par l’eau. Il affirme que l’eau est l’élément le plus prodigieux sur terre. Les sources de différentes régions produiraient des merveilles diverses, les unes propices, les autres néfastes47 : Certaines annonceraient ainsi des événements futurs, d’autres donneraient la mort. Hemmerli ajoute d’autres exemples de récits merveilleux dans son traité sur le thermalisme. S’appuyant sur des textes de l’Antiquité et du Moyen Âge, il rapporte des cas où des morts auraient été ressuscités à la vie. Il assure que ces merveilles (« monstra et monstruosorum actuum mirabilia ») ne seraient pas seulement produites par des herbes, des pierres et des paroles – dont l’expérience en aurait fait la démonstration – mais aussi par des eaux, notamment par les sources thermales qui seraient la cause des bienfaits (« benignitates ») de toute guérison48. Mais par rapport à la source de Pfäfers Hemmerli met en garde de ne pas s’attendre à des miracles. Les miracles relèveraient du domaine des croyances populaires si l’on s’attendait à ce que toute personne sorte guérie des bains : « Et summarie cunctos sperantes in se fortassis propter fidem populi qualitercumque corporis angoribus pacientes sine refocillationis consolatione non relinquit49 ». Paschal en revanche se montre moins sceptique. Le poème atteint à la fin son paroxysme, de nombreuses personnes vouées à la mort sont arrachées au dieu des Enfers. Ainsi il fait revivre les histoires merveilleuses et donne de l’espace à l’imagination et à l’imaginaire.

***

49Comment raconter l’attrait des sites thermaux ? Pour communiquer efficacement un message, il faut un narrateur qui ait un certain poids dans la société. L’intellectuel y est bien placé, parce qu’il jouit d’une certaine notoriété et d’une grande crédibilité auprès du public. Montaigne et Paschal ont en effet recours à ce type de narrateur.

50Un message doit d’abord convaincre, d’où la nécessité d’associer au contenu une forme adéquate. Si l’on se réfère aux textes de Montaigne et de Paschal, un récit axé sur l’attrait du site thermal tient compte de trois aspects.

51La mise en relief de la spécificité du site est un élément important. On décrit la topographie et la nature du site thermal, l’emplacement de la source, la qualité de l’eau, les installations et les aménagements des bains. Pour en faire ressortir la spécificité, le narrateur recourt souvent aux contrastes et aux exemples. Il montre ce qui se distingue des habitudes et des attentes générales. Il raconte un phénomène en détail ou une anecdote que l’on se remémore facilement. Montaigne attire l’attention sur le confort des installations, Paschal sur les particularités des gorges de la Tamina.

52Puis, l’explication du bien-être est un impératif pour tout récit souhaitant montrer les avantages du thermalisme. Dans la perspective de rétablir la santé ou de la garder, il s’agit de mettre en exergue la vertu de l’eau et la liste des indications médicales. Mais le récit ne se contente pas de détailler les effets positifs sur la santé, il insiste aussi sur la détente qu’un séjour thermal procure. Les opportunités sociales contribuent au bien-être, comme par exemple le fait de sortir du quotidien et d’entrer en contact avec d’autres personnes. Montaigne affirme que les échanges sociaux et interculturels lui procurent beaucoup de plaisir. Le discours médical se veut logique et se soumet à l’analyse de la raison. Il pose des prémices et analyse les causes et effets. Il fait référence aux savoirs acquis et aux recherches antérieures pour les nuancer et les adapter aux changements et besoins de l’époque. Ainsi Paschal explique la vertu de la source en se référant aux concepts de l’histoire naturelle et de la théorie des humeurs.

53Enfin, la transformation du site thermal en un espace poétique et imaginaire est un moyen de susciter des émotions. Le narrateur conçoit la source thermale comme un phénomène ambivalent. Le naturel et le merveilleux s’entremêlent. Sur cette base, l’inspiration poétique crée des images. La métaphore et la mythologie sont des mises en forme de l’imaginaire. Pour faire ressortir ces images, le narrateur-poète peut fragmenter le récit. Il peut aussi donner au langage différentes tonalités. Montaigne recourt ainsi au récit fragmenté, Paschal aux vers.

54Les récits balnéaires rationnalisent et obscurcissent à la fois le vécu en le rendant flou, énigmatique, mystérieux. Le discours rationnel clarifie les choses et les rend accessibles à la raison. La fragmentation du récit en revanche irrite, dirige l’attention sur les images fortes et ouvre la voie vers l’imaginaire qui touche l’inconscient humain. Le moi converge vers la perception du vécu, ce qui a pour résultat l’expression du rêve. L’expérience des bains comme porteuse de rêve, qu’y a-t-il de plus attrayant ?

Notes

1 Au sens où l’entend Jacques Le Goff, Les intellectuels au Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, 1957.

2 Parmi les récits sur les bains, Fürbeth distingue quatre formes qui remontent toutes à l’Antiquité. Le récit médical analyse la préservation de la santé, les causes de la maladie et les thérapies. Le récit de l’Histoire naturelle se focalise sur la relation entre causes et effets et les propriétés physiques des sources thermales. Le récit culturel traite le comportement des curistes, du rôle du médecin, des infrastructures thermales et tous les éléments qui procurent un sentiment de bien-être dans les bains. Et le récit théologique et philosophique, que l’on peut aussi rattacher au récit culturel, porte une réflexion sur la part de Dieu dans l’existence des sources curatives. Fürbeth F., « Bäderdiskurse in den deutschsprachigen balneologischen Bestsellern des 16. Jahrhunderts (Paracelsus, Etschenreutter, Tabernaemonanus) », dans Didier Boisseuil, Hartmut Wulfram, Die Renaissance der Heilquellen in Italien und Europa von 1200 bis 1600, Frankfurt a. M., Peter Lang, 2012, p. 194-195.

3 Platter T. (le Jeune), Beschreibung der Reisen durch Frankreich, Spanien, England und die Niederlande, 1595-1600, Basel, Schwabe, 1968, p. 86-87.

4 Drack W., Fellmann R., Die Römer in der Schweiz, Stuttgart, K. Theiss Verlag, 1988, p. 348-353.

5 Fürbeth F., Heilquellen in der deutschen Wissensliteratur des Spätmittelalters. Zur Genese und Funktion eines Paradigmas der Wissensvermittlung am Beispiel des‚ Tractatus de balneis naturalibus‘ von Felix Hemmerli und seiner Rezeption, Wiesbaden, L. Reichert, 2004.

6 Schneikert É., Montaigne dans le labyrinthe. De l’imaginaire du Journal de voyage à l’écriture des Essais, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 18-19.

7 Cavallini C., Cette belle besogne. Étude sur le Journal de voyage de Montaigne, Fasano, Schena, 2005, p. 20.

8 Ibid., p. 28.

9 Montaigne M., Journal de voyage en Italie, Œuvres complètes, textes établis par Albert Thibaudet et Maurice Rat, Paris, Gallimard, 1976, p. 1133-1138.

10 Ibid., p. 1134.

11 Ibid., p. 1134.

12 Ibid., p. 1134.

13 Ibid., p. 1135.

14 Ibid., p. 1135.

15 Ibid., p. 1135.

16 Ibid., p. 1135.

17 Ibid., p. 1136.

18 Ibid., p. 1136.

19 Ibid., p. 1136.

20 Ibid., p. 1137.

21 Ibid., p. 1138.

22 Ibid., p. 1138.

23 Sénèque, Ad Lucilium Epistulae morales, LI, ed. R. Gummere, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, 2002, p. 336 ; Pline (l’Ancien), Naturalis historiae, XXXI, 4, ed. K. Bayer (et alii), Zürich, Artemis & Winkler Verlag, 1974, p. 13 ; « Nullus in orbe sinus Bais praelucet amoenis » dans Horace, Epistulae, I, 1, 83, ed. R. Mayer, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 57. Pétrarque reprend au xive siècle les louanges de Baiae : « Vidimus illum hibernis mensibus peramenum sinum » (Pétrarque, Rerum familiarium, V, 4, ed. U. Dotti, Paris, Belles Lettres, 2002, tome II, p. 147).

24 Bracciolini P., Lettere, ed. H. Harth, Firenze, Olschki, 1984, lettre du 18 mai 1416 à Niccolò Niccoli, no 46, p. 133.

25 Ibid., p. 133.

26 Hemmerli F., « Tractatus de balneis naturalibus », ed. Frank Fürbeth, op. cit., p. 414.

27 Cf. le premier chapitre, qui s’intitule « Quod aqua termarum calida sit mirabilis nobilis dei creatura […] » et le chapitre 7 sous le titre « Quod hiis termarum aquis vti debemus cum gratiarum accione prout aliis dei creaturis » (ibid., p. 242, 396).

28 Ibid., p. 414.

29 Sur le problème de la fragmentation du texte et sur l’analyse de l’accueil que les critiques ont donné au Journal, cf. Cavallini C., op. cit., p. 329-335.

30 Montaigne M. de, Essais, ed. P. Villey, Paris, Presses universitaires de France, 1965 (1978), tome 1, p. 127.

31 Schneikert É., op. cit., p. 40-51, 98.

32 Montaigne M. de, Journal de voyage en Italie, p. 1121.

33 Schneikert É., op. cit., p. 170, 171.

34 Schneikert É., op. cit., p. 94 voir aussi p. 170, 171.

35 Historisch-biographisches Lexikon der Schweiz, tome 5, Neuchâtel 1929, p. 378.

36 Caroli Paschalii regis in sacro consistorio consiliarii Legatio Rhaetica, ex officina Petri Chevalier, Paris 1620.

37 Augustin Stöcklin l’appelle « orator » dans ses Antiquitates liberi et imperialis monasterii Fabariensis ordinis S. Benedicti, 1628, Stiftsarchiv St. Gallen, Cod. Fab. 106 b, fol. 173r.

38 Kaufmann P., Gesellschaft im Bad. Die Entwicklung der Badefahrten und der „ Naturbäder “im Gebiet der Schweiz und im angrenzenden südwestdeutschen Raum (1300-1610), Zürich, Chronos, 2009, p. 334-341. Anderes B., Altes Bad Pfäfers, Mels, Sarganserländer Verlag, 1999, p. 15-17.

39 Carmen Caroli Paschalis, christianissimae mentis olim in Rhaetia legati, de Thermis Fabariensibus (texte édité intégralement dans Kaufmann P., op. cit., p. 403-405).

40 Il s’agit vraisemblablement de Johannes von Salis (1546-1624), originaire d’une famille aristocratique des Grisons, diplomate comme Paschal, cf. Jenny R., Handschriften aus Privatbesitz im Staatsarchiv, Band 2, Chur 1974, p. 461.

41 Staatsarchiv Graubünden, B 1769 ; Stiftsarchiv St. Gallen, Cod. Fab. 106 b, fol. 173r-174v.

42 Sur la topographie des Enfers dans la littérature gréco-latine, cf. Wulfram H., « Enzyklopädische ‘Topographie’ vor antikem Hintergrund. Petrus de Ebulos De balneis Puteolanis und Giovanni Pontanos Baiae », dans Didier Boisseuil, Hartmut Wulfram, op. cit., p. 220-226.

43 « Vidi loca a Virgilio descripta ; vidi Averni et Lucrini lacus, Acherontis quoque stagnantes aquas » (Pétrarque, op. cit., V, 4, 5, p. 149).

44 « Et licet hec termarum aqua sit in horroris loco profundissimo solitudinis, ac sit Acharon infernalis et non omnibus et presertim vertiginis terrorum pacientibus sit inaccessibilis, est tamen propter aquarum calidarum superhabundantem qualitatem delectabilis, et moram facientibus in ea non ducit teporem lassitudinis » (Hemmerli F., op. cit., p. 334).

45 « Vidi rupes undique liquorum saluberrimum stillantes et cuntis olim morborum generibus omniparentis nature munere adhibita […] balnea » (Pétrarque, op. cit., V, 4, 6, p. 150).

46 Hemmerli F., op. cit., p. 336-338.

47 « Quod si quis fide carere ex his aliqua arbitratur, discat in nulla parte naturae maiora esse miracula » (Pline [l’Ancien], Naturalis historia, 31, 21) ; « E diverso miracula alia dira » (ibid., 31, 25).

48 « Dicimus plerosque firmiter asserentes, quod non tamen in herbarum aut lapidum seu verborum virtutibus fiunt monstra et monstruosorum actuum mirabilia et per experientiam rerum magistram patenter demonstratiua verum eciam, si quis saperet et intelligeret foncium, aquarum, limpharum, liquidarum et termarum veras operacionum uirtutes, reportaret utique cunctarum curarum benignitates » (Hemmerli F., op. cit., p. 406, 408).

49 Ibid., p. 338.

Auteur

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540