Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le thermalisme

 | 
John Scheid
, 
Marilyn Nicoud
, 
Didier Boisseuil
, 
et al.

Eaux, sources et bains dans la Descrittione di tutta Italia de Leandro Alberti (1550)

Jean-Marc Mandosio

Texte intégral

  • 1 Sur la vie d’Alberti, voir Redigonda A. L., « Alberti, Leandro », dans Dizionario biografico degli (...)
  • 2 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, Bologne, Anselmo Giaccarelli, 1550 ; dorénavant : « éd. 1 (...)
  • 3 Sur les étapes de la composition de l’ouvrage, voir Petrella G., L’officina del geografo : la « De (...)

1Le dominicain Leandro Alberti naquit en 1479 à Bologne. Ses fonctions l’amenèrent à parcourir l’Italie de manière intensive à partir de 1525, car il accompagna pendant plusieurs années le maître général de l’ordre dans ses tournées de prédication à travers la péninsule. Il demeura ensuite à Bologne, où il exerça la charge d’inquisiteur, de 1538 à sa mort survenue en 15521. Il mit à profit la connaissance qu’il avait acquise du pays pour composer son œuvre principale, la volumineuse Descrittione di tutta Italia, publiée en 1550 à Bologne2. Une première version était déjà prête en 1536, comme l’atteste la lettre que lui envoya cette année-là son ami le dominicain Giovanni Antonio Flaminio pour le féliciter, lettre qu’Alberti plaça en tête de l’édition imprimée ; il compléta son ouvrage par la suite, puisqu’il y est fait référence à des événements ultérieurs – en particulier l’éruption volcanique de 1538 dans les Champs Phlégréens, dont il sera question plus loin3.

  • 4 Voir Lestringant F., « L’Isolario italien de Leandro Alberti », dans M. Donattini (dir.), L’Italia (...)
  • 5 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1550, f. 469v.
  • 6 Ibid.
  • 7 Alberti L., Descriptio totius Italiæ, trad. G. Kyriander [Wilhelm Hermann], Cologne, Nicolaus Graph (...)
  • 8 Alberti L., Descrittione di tutta Italia…, aggiuntavi nuovamente la descrittione di tutte l’isole d (...)
  • 9 Je me référerai dans la suite de cet article, par commodité, au fac-similé de 2003 (voir ci-dessus (...)

2L’édition originale ne comprend que l’Italie continentale. La section consacrée aux îles – regroupées selon la tradition des insulaires4 – était pourtant écrite, mais Alberti (sans doute poussé par son éditeur) avait renoncé à l’inclure, car le volume, un épais in-folio de près de mille pages, était déjà « si gros qu’il me paraissait dépasser la taille ordinaire » (tanto grande, che parea a me eccedere il comun modo dei volumi5). Il avait néanmoins tenu à ce que Venise, qui faisait partie des îles, y fût insérée, afin de « conclure ledit volume avec la description de [cette] triomphante cité, gloire de l’Italie » (et così diliberai di concludere detto volume colla descrittione della trionfante città di Vinegia, gloria d’Italia6). L’ouvrage aura un énorme succès, sera réédité pendant tout le xvie siècle avec des additions, et même traduit en latin7. La section sur les îles sera finalement imprimée avec le reste de l’ouvrage en 1561, formant un second volume, paginé à part8. Dans toutes les éditions ultérieures, les îles resteront annexées à la péninsule, la promesse du titre étant ainsi réalisée : décrire l’Italie tout entière9.

  • 10 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, Isole appartenenti alla Italia, f. 4r.
  • 11 Sur l’histoire naturelle comme composante de l’« histoire » au même titre que l’histoire humaine d (...)
  • 12 Descrittione di tutta Italia di Fra Leandro Alberti Bolognese, nella quale si contiene il sito di e (...)
  • 13 Voir Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 16-26.
  • 14 La Descrittione n’a jamais été traduite en français, en dehors de quelques extraits parus dans une (...)

3Alberti explique qu’il ne se considère pas comme un simple géographe, mais qu’il a voulu « joindre à la géographie et à la topographie l’histoire et l’anthropologie » (congiugnerò con la geografia e topografia la historia et antropologia10). L’histoire naturelle y occupe une place de choix11, comme l’indique le titre complet du livre : Description de toute l’Italie par Frère Leandro Alberti de Bologne, contenant sa situation, la qualité de ses parties [= géographie], l’origine des villes, des villages et de leurs seigneuries [= histoire humaine], avec leurs noms antiques et modernes [= topographie], les montagnes, les lacs, les fleuves, les fontaines et les bains, les minières, et les œuvres admirables que la Nature y a produites [= histoire naturelle], les mœurs des peuples, ainsi que les hommes célèbres qui l’ont illustrée au cours du temps [= anthropologie]12. Le but de l’auteur n’était pas d’écrire un guide de voyage – les touristes ne se promènent pas avec un in-folio sous le bras – mais une véritable encyclopédie de l’Italie, dont il a voulu être en quelque sorte le Pline. Il avait eu des prédécesseurs, en particulier l’humaniste Flavio Biondo (1392-1463) avec son Italia illustrata, imprimée en 147413, mais l’entreprise d’Alberti a une ambition plus totalisante et vise explicitement à l’exhaustivité14.

  • 15 Voir Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 77-168, et « La Descrittione di tutta Ital (...)

4La Descrittione se présente comme un itinéraire, structuré de la façon suivante : après un chapitre introductif sur « l’Italie en général » (De Italia in generale), Alberti décrit successivement les dix-neuf régions de l’Italie continentale, puis Venise et les îles. Bien sûr, toute l’information n’est pas de première main : outre ses observations personnelles, Alberti a abondamment puisé dans la littérature antique et moderne (le caractère compilatoire de l’entreprise n’est pas dissimulé), et il a aussi utilisé des mémoires qui lui ont été fournis, au fil de ses visites, par des érudits locaux, décrivant avec force détails les particularités de telle ou telle région15.

  • 16 Voir Mandosio J.-M., « La miscellanée : histoire d’un genre », dans D. de Courcelles (dir.), Ouvra (...)
  • 17 Mandosio J.-M., « Filosofia, arti e scienze : una lettura sperimentale della Descrittione di tutta (...)
  • 18 Mandosio J.-M., « “Pour que tu puisses goûter toute la richesse du fruit…” : une analyse exploratoi (...)

5La question qui se pose inévitablement avec les ouvrages de ce type, se rattachant, par la diversité et le mélange des sujets traités, au genre de la miscellanée16, est : comment retrouver au milieu de tout ce fouillis « les montagnes, les lacs, les fleuves, les fontaines et les bains, les minières » et tous les autres lieux mentionnés par l’auteur ? La solution est fournie par l’index, complément indispensable permettant d’accéder aux « choses remarquables » que l’ouvrage contient. Je me suis livré il y a quelques années à une « lecture expérimentale » de l’ouvrage d’Alberti17 – et j’ai ensuite récidivé avec les Consilia medicinalia du médecin parisien Guillaume de Baillou18 – en prenant pour guide les matières mentionnées dans l’index. Cette méthode permet d’identifier certains aspects du texte que l’auteur ou l’éditeur considéraient comme intéressants, ou susceptibles d’intéresser les lecteurs auxquels l’ouvrage était destiné, et qui n’apparaissent pas forcément à la lecture – compte tenu du fait que ces énormes volumes étaient davantage faits pour être consultés que pour être lus cursivement du début à la fin. L’étude des index et de l’ensemble du dispositif d’accompagnement et de mise en valeur du texte (qu’on appelle le « paratexte ») apporte ainsi un éclairage de première main sur ce que les historiens de la réception appellent « l’horizon d’attente » du livre, c’est-àdire le type de lecture et d’utilisation que l’auteur ou l’éditeur avaient en tête en publiant l’ouvrage. Dans la mesure où l’index thématique fait partie intégrante du livre dès l’origine, il montre de manière objective quels sont les thèmes qui ont été consciemment mis en vedette lors de sa fabrication, et ce en utilisant des catégories de pensée qui ne sont pas anachroniques.

  • 19 Voir Mandosio J.-M., « Filosofia, arti e scienze : una lettura sperimentale della Descrittione di (...)

6Dès la première édition, la Descrittione est donc pourvue d’un copieux index – 55 pages sur trois colonnes – intitulé « Table de la Description de l’Italie » (Tavola della Descrittione d’Italia). Ladite « table » était toutefois d’une utilisation particulièrement malaisée, car elle ne se présentait pas comme une liste alphabétique homogène : chacune des vingt-deux lettres qui composaient l’alphabet italien de l’époque était divisée en sous-index régionaux19. Il était donc difficile de retrouver une chose si l’on ne savait pas à l’avance dans quelle région elle se situait, et par conséquent dans quel sous-index il fallait la chercher ; et si l’on s’intéressait à une matière précise, par exemple les bains, il fallait rechercher le mot bagno (bain) dans les vingt-etune listes régionales rangées sous la lettre B. Cette subdivision est vite apparue comme une erreur, et dans les éditions suivantes toutes ces listes furent ramenées à la simplicité de l’ordre alphabétique. À partir de 1561, lorsque le volume sur les îles vint compléter la Descrittione, il fut pourvu de son propre index. L’ouvrage complet comporte ainsi deux « tables » distinctes : celle de l’Italie continentale et celle des îles. J’appellerai désormais « index de la Descrittione » le cumul de ces deux tables.

  • 20 Voir l’échantillon présenté ci-dessous (Annexe 1).

7Dans l’index de la Descrittione, les noms propres et les matières ne sont pas indexés séparément comme on le ferait de nos jours ; tout est regroupé pêle-mêle, le seul ordre étant celui des lettres de alphabet20. Le dispositif de repérage utilisé correspond aux normes en vigueur au milieu du xvie siècle : les entrées énumérées dans l’index renvoient, comme il se doit, à la pagination, et dans la marge de la page concernée se trouve une manchette reprenant le libellé figurant dans l’index. Par exemple, l’entrée « Fontaine merveilleuse » (Fontana maravigliosa) renvoie au f. 20 du volume sur les îles, et l’on retrouve effectivement en marge du f. 20v la mention : « À propos d’une fontaine merveilleuse » (Riguarda d’una fontana maravigliosa). Ce système est très commode lorsque tout fonctionne bien, mais il arrive assez souvent que les références des pages soient inexactes, auquel cas il faut faire un effort parfois fastidieux pour retrouver le passage que l’on cherche.

  • 21 Sur les critères de classification adoptés, voir Mandosio J.-M., « Filosofia, arti e scienze : una (...)
  • 22 Voir ibid., p. 355.

8Pour obtenir la liste des matières contenues dans l’index de la Descrittione, j’ai cumulé les deux « tables », à l’exclusion des noms de lieux ou de personnes – sauf lorsque ces noms étaient subordonnés à un terme constituant une entrée « matières ». Ainsi, j’ai pris en compte l’entrée « Fontaine d’eau douce dans le golfe de Pouzzoles » (Fontana d’acqua dolce nel golfo di Puzzoli), mais j’ai exclu l’entrée « Ville de Pouzzoles » (Puzzoli città). Les entrées ont ensuite été réparties par catégories21 ; le résultat fait apparaître de manière flagrante la prédominance de l’histoire naturelle, avec 244 entrées sur 598, soit un peu plus de 40 % du total, et, au sein de l’histoire naturelle, la prédominance des eaux, auxquelles sont consacrées 97 entrées, soit 40 % des entrées relatives à l’histoire naturelle et 16 % du nombre total d’entrées22. Ces pourcentages ne reflètent pas forcément la proportion réelle des matières traitées dans le corps de l’ouvrage – impossible à quantifier étant donné ses dimensions et l’enchevêtrement des sujets abordés au fil des « descriptions » locales –, mais la proportion des thèmes présentés dans l’index comme constituant les « choses les plus remarquables » (le cose più notabili) contenues dans l’ouvrage. Ainsi, de même que, dès la page de titre, les « fontaines » et les « bains » étaient mis en valeur, la forte présence des entrées relatives aux eaux dans l’index souligne que ce thème était considéré comme l’un des points forts du livre d’Alberti.

  • 23 J’ai laissé de côté des termes tels que « fleuve », « lac », « mer » ou « puits », sans rapport av (...)
  • 24 Voir ibid., p. 335.

9La liste des entrées – 109 en tout, les toponymes étant cette fois inclus –, signalées par les mots « eau » (acqua), « bain » (bagno), « fontaine » (fontana), « source » (sorgivo) et « sudatorium » (sudatorio), est présentée dans l’Annexe 123. Lorsque ces entrées concernent spécifiquement des eaux médicinales ou des sources thermales, les passages de la Descrittione auxquels elles renvoient sont édités et traduits dans l’Annexe 2 avec, si nécessaire, des éléments supplémentaires fournissant le contexte des passages en question. On voit ainsi que les entrées de l’index relatives aux eaux ne donnent pas accès à toutes les parties de l’ouvrage d’Alberti. Huit entrées renvoient à la Toscane, dont six au territoire de Volterra (extrait no 1) et deux à l’antique Cerveteri (extrait no 6) ; quatre entrées renvoient à une petite portion de l’Ombrie (extrait no 2) ; quatre à la description de la Sicile (extrait no 10) ; quatre à la description de la Corse (extrait no 12) ; et en ce qui concerne la Campanie, trois entrées renvoient au complexe thermal de Baïes (extrait no 7) et pas moins de trentetrois aux environs de Pouzzoles (extrait no 8). Ainsi, sur les 109 entrées de notre liste, 56, soit un peu plus de la moitié, portent sur seulement deux îles et trois régions de la péninsule (rappelons que la Descrittione en comprend dixneuf) ; et 36 de ces 56 entrées (64 %) ne concernent qu’une seule région, la Campanie. L’index ne reflète donc pas de manière neutre et uniforme l’ensemble de l’ouvrage mais se concentre sur certains secteurs. Et l’on retrouve cette sélectivité au sein de chaque secteur. Prenons par exemple l’extrait no 1. Les six entrées relatives au territoire de Volterra se concentrent sur trois pages (f. 54v-55v) contenant des énumérations de sources, et au sein de ce passage l’indexation n’est pas exhaustive : entre les paragraphes correspondant aux entrées [2] et [3], il y a une source non répertoriée dans l’index (§ b), et deux autres encore (§ c) après le paragraphe correspondant à l’entrée [3]. Cela vaut pour l’ensemble du livre. L’index de la Descrittione ne propose donc qu’un échantillonnage des « choses les plus remarquables » contenues dans l’ouvrage, à charge pour le lecteur d’aller y voir de plus près, sa curiosité ayant été pour ainsi dire mise en appétit24.

De la nature des eaux

  • 25 Les chiffres entre crochets renvoient aux entrées de l’index énumérées dans l’Annexe 1.
  • 26 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, Isole appartenenti alla Italia, f. 20v.
  • 27 Ibid., f. 21r.

10Les propriétés des eaux sont parfois apparentes dans l’index. Ainsi, deux eaux possédant ce qu’on appelait à l’époque une « vertu pétrifiante » (virtus lapidifica) sont mentionnées : « Eau où le bois se change en pierre » [1]25, « Eau où les sabots des chevaux durcissent » [14] ; on trouve aussi une eau d’où l’on extrait le sel [3], et certaines eaux possédant des caractéristiques surprenantes, comme les « eaux très froides qui bouillent » [13], la « fontaine qui fait mourir les oiseaux qui y ont bu » [77], la « fontaine qui prédit la disette » [79], celle « qu’on voit toujours pleine d’eau, qui descend du ciel et s’écoule par un petit ruisseau » [85], la « fontaine qui augmente et diminue selon l’allongement et le raccourcissement des jours » [107], ou encore la « fontaine merveilleuse » [106], formulation qui invite à se reporter au texte pour en savoir davantage. Il s’agit d’une fontaine de Sardaigne « avec l’eau de laquelle », selon ce que « certains disent », « on découvrait les voleurs » (Dicono alcuni essere in questa isola una fontana, con l’acqua della quale […] si scoprivano i ladroni26) ; mais l’histoire est sujette à caution puisque, précise Alberti, « cette fontaine a peut-être existé autrefois, mais de nos jours on n’en a pas retrouvé trace » (Vero è che potrebbe essere, che già vi fusse detta fontana, ma al presente non si ritruova di quella vestigio27).

11Pour ce qui est des eaux médicinales, certaines portent un nom qui exprime leur nature : « Bains des Maladies » [25], « Bains du Secours de l’Homme » [58], « Bains de la Pierre » [60], ces derniers étant ainsi appelés parce qu’ils soignent la lithiase (« maladie de la pierre ») ; d’autres sont simplement désignées comme « médicinales » [19, 95, 97, 108] ; certaines voient leurs vertus curatives spécifiées : ainsi, deux entrées concernent des eaux recommandées aux femmes qui allaitent [2, 21], deux autres des eaux qui dissolvent les calculs [60, 99], et l’on trouve aussi des bains « bons pour le foie » [103] ou « bons pour les douleurs des flancs » [104].

12Le caractère hétéroclite de cette liste fait d’emblée apparaître que les eaux médicinales ne sont qu’un cas particulier des eaux ayant des propriétés remarquables, et qu’entre celles qui ne se signalent que parce qu’elles sont « douces » [84, 98], « aigres » [83] ou « chaudes » [12, 100] et celles qui sont qualifiées de « merveilleuses » [106], en passant par les eaux pétrifiantes ou médicinales, il n’y a pas de séparation nette mais une gradation continue.

  • 28 Voir Pline l’ancien, Naturalis Historia, notamment le début du livre XXXI (sur les propriétés des (...)

13Dans le cadre de la Descrittione, les eaux sont essentiellement l’émanation d’un territoire, qui a reçu de la Nature ses caractéristiques : « On voit en ces lieux le pouvoir qu’a la grande maîtresse Nature de produire des effets divers, rares et merveilleux » (extrait no 1, § d). Cette phrase type revient constamment sous la plume d’Alberti ; elle résume sa conception de la Nature en tant que force active (natura naturans), largement inspirée de celle de Pline, dont il se veut le continuateur. Tout comme l’encyclopédiste romain28, Alberti estime que « la grande maîtresse Nature » agit selon des voies mystérieuses : sa puissance excède les facultés de compréhension humaines, en particulier pour ce qui est de sa capacité à rendre certains lieux fertiles et d’autres inhabitables. Ainsi, certaines contrées sont plus riches que d’autres en eaux de toutes sortes : reste à savoir pourquoi, dans la mesure où la chose est possible.

  • 29 C’est-à-dire « brûlés » en grec.
  • 30 Puzzoli, de puzzo, « puanteur ».
  • 31 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 178v.

14La règle générale est que la qualité des eaux procède de la nature des minéraux présents dans le sous-sol : c’est ainsi que les eaux de la Porretta, près de Bologne (extrait no 9), tirent manifestement leur vertu médicinale du fait que « ces eaux chaudes sortent en grande abondance, avec un goût salé, d’un haut rocher de minerai de soufre », qui a en outre la propriété de germer spontanément au contact du feu et de produire de l’herbe (fin du § 10/67). De la même manière, la profusion des eaux qui jaillissent en Campanie est intimement liée au soufre et aux feux souterrains, particulièrement actifs dans les Champs Phlégréens29, où règne une puanteur – d’où le nom de Pouzzoles30 – due aux émanations des eaux sulfureuses et à la combustion du soufre (dal puzzo che esce di questi luoghi, dall’acque calde, dal fuoco, et zolfo, che di continuo evapora da dette minere di acque sulfuree, et dal zolfo che abbrucia31).

  • 32 Ibid., f. 86v ; voir Mandosio J.-M., « Filosofia, arti e scienze : una lettura sperimentale della (...)

15Dans le cas de l’Ombrie, si les eaux « sortent de diverses minières métalliques », comme celle qui, à l’examen, s’est révélée contenir du fer (extrait no 2, § a), l’abondance des eaux médicinales est à mettre en relation avec la stupéfiante fertilité de la région – caractéristique imaginaire, déjà soulignée par Aristote et qu’Alberti n’hésite pas à reprendre à son compte au mépris de la vraisemblance32. Même chose pour le territoire de Parme (extrait no 4) : il est intéressant de voir ici que l’entrée correspondante, « Eaux médicinales du Parmesan » [19], renvoie à une toute petite phrase, qui ne dit rien de plus : « Il y a aussi dans ce pays des eaux médicinales pour beaucoup de maladies. » Malgré son imprécision, cette notation, en mettant l’accent sur les vertus curatives des eaux du territoire de Parme, attire l’attention sur le cadre général qui explique leur présence : cette contrée qui « abonde en choses nécessaires à la vie humaine » produit toutes sortes de végétaux, des fruits et du vin (§ a), des eaux médicinales (§ 19), et aussi du fromage – le fameux parmesan, « renommé pour sa bonté dans toute l’Italie » (§ b). Conséquence de l’extraordinaire richesse de ce territoire, Pline rapporte qu’« on y trouva deux hommes […] âgés de cent vingt-trois ans chacun » (fin du § b). Même chose encore pour le territoire de Vérone (extrait no 5), lieu d’une rare fertilité, où les herboristes viennent de l’Europe entière « cueillir les racines et les herbes très profitables pour toutes les grandes maladies » (§ a) ; on y trouve donc, tout naturellement, « diverses sources d’eaux bienfaisantes » (ibid.). On voit clairement par tous ces exemples que la nature des eaux est indissolublement liée à celle du lieu qui leur donne naissance.

  • 33 Aristote, Physique, IV, 1, 208b (trad. P. Pellegrin, Paris, Flammarion, 2000, p. 202-203).
  • 34 Ibid., p. 204.
  • 35 Ibid., IV, 5, 212b (p. 225).

16Cette conception du territoire correspond à une représentation du « lieu » analogue à celle que mentionne Aristote dans la Physique, selon laquelle le lieu n’est pas un espace neutre, une localisation abstraite, mais bel et bien « une certaine chose » qui a « une certaine puissance33 » ; Aristote ajoute même que, dans cette perspective, « la puissance du lieu » est « quelque chose d’admirable34 ». Même si le philosophe n’adhère pas pleinement à cette thèse, dans la physique aristotélicienne chaque corps tend naturellement vers « son lieu propre35 », c’est-à-dire celui qui convient le mieux à sa nature – ce qui pourrait impliquer qu’il y ait des lieux naturellement favorables ou défavorables à l’existence et au développement de certains corps. Pour Alberti, esprit peu porté à la spéculation, chaque lieu possède très concrètement des qualités qui lui sont propres, et tout ce qui est engendré dans un lieu est aussi engendré par ce lieu. Il y a ainsi des emplacements tels que l’Ombrie et les territoires de Parme ou de Vérone, intrinsèquement fertiles et bienfaisants, qui sont éminemment propres à la vie humaine et correspondent au locus amœnus, le « lieu de délices » de la tradition littéraire latine. Les hommes peuvent se contenter d’y faire fructifier les ressources que la Nature produit généreusement. D’autres lieux, en revanche, comme les zones volcaniques et plus généralement les paysages minéraux, sont impropres à la vie (même s’ils peuvent engendrer des eaux médicinales à cause de leur richesse en métaux, en soufre et en feux souterrains, comme nous l’avons vu à propos de la Campanie). C’est le contraire du locus amœnus : le locus horridus, horribilis ou terribilis ; nous en avons un exemple dans l’extrait no 1 (§ 12) : on voit « en certains lieux les eaux bouillir, monter avec un grand fracas et précipitamment à dix pieds de hauteur, puis descendre brusquement avec encore plus de fracas, chose que nul, si courageux soit-il, ne peut voir sans frayeur » ; et elles brûlent tellement que, « si l’on y jette un animal, ses os remontent immédiatement à la surface, nettoyés de toute chair ». Il n’est pas surprenant qu’aux abords de ces lieux infernaux apparaissent des dépôts « couleur de fer, de soufre et de vitriol ». Un autre exemple est fourni par le « bain de la Bulle » (extrait no 8, § 31) : contrairement à ce que son nom semble annoncer, ses eaux sont loin d’être plaisantes, car elles « bouillonnent très fortement » en produisant un « énorme fracas », et de la fumée en sort continuellement. « Ce lieu est très effrayant pour les gens qui s’y rendent seuls, car il est sauvage et abandonné », précise Alberti.

Eaux médicinales et sources thermales

  • 36 Voir Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 136, et « La Descrittione di tutta Italia (...)
  • 37 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 54v ; cf. Petrella G., L’officina del geogra (...)

17Tel est donc le cadre physique général dans lequel s’insèrent les eaux médicinales et les sources thermales. Les descriptions particulières, quant à elles, sont plus ou moins détaillées en fonction des informations dont Alberti pouvait disposer. Dans le cas de Volterra (extrait no 1), il disposait d’un mémoire rédigé par son ami le sculpteur Zaccaria Zacchi (1473-1544)36, natif de cette ville, décrivant « les choses admirables de sa patrie, ainsi que les minières des métaux et autres choses minérales, et les eaux médicinales » (onde descrisse le cose della patria maravigliose, sì come le minere de i metalli, et di altre cose minerali, et dell’acque medicinevoli37). D’où la minutie des détails techniques qu’Alberti est en mesure de fournir pour cette région : longue description des salines (§ 3), dont je n’ai donné ici que la première phrase ; description de la terre de Sienne brûlée (§ 12 : « Toutes les pierres autour desdites eaux apparaissent brûlées » et « sont très appréciées des peintres pour ombrer leurs dessins ») ; précisions sur la manière d’administrer l’eau médicinale de Leccia (§ 25 : « salée, bue en bonne quantité et rejetée par la bouche ou par un autre lieu naturel », elle a des vertus purgatives « très merveilleuses » pour « de nombreuses maladies », et « elle est bonne aux femmes stériles pour engendrer des enfants »). Alberti n’omet pas non plus de mentionner (fin du § 12) que certaines eaux ont la propriété d’annoncer le temps qu’il va faire.

  • 38 Ibid., p. 141.
  • 39 A. Justiniano, Dialogo nominato Corsica, éd. V. de Caraffa, Bastia, Société des Sciences Historiqu (...)

18Pour décrire la Corse, il a bénéficié du travail d’un confrère, le dominicain Agostino Giustiniani (1470-1536), qui fut évêque de Nebbio et avait rédigé en 1531 une description dialoguée de l’île38. L’énumération des bains médicinaux de la Corse (extrait no 12) est un condensé du chapitre de Giustiniani consacré à cette question39.

  • 40 Voir Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 59-76.
  • 41 Ibid., p. 162-165.

19Dans de nombreux cas, la documentation d’Alberti est purement livresque. Il se cantonne alors à des considérations de type philologique sur les appellations anciennes et modernes des lieux : au sujet des bains de Cerveteri (extrait no 6), il se réfère aux affabulations d’Annius de Viterbe (Giovanni Nanni, 1432-1502), auteur d’une série de faux textes antiques que, comme beaucoup de ses contemporains, il tient pour authentiques40 ; au sujet de Baïes (extrait no 7, § 34), il discute en détail la question de savoir si les bains de Tritoli correspondent bien aux « bains de Cicéron » mentionnés dans l’Antiquité, puis se réfère (§ 35) à Strabon et au Dittamondo de Fazio degli Uberti (xive siècle), poème cosmographique dont la présence ici est plutôt ornementale. La très longue description des eaux de Pouzzoles (extrait no 8) consiste essentiellement en une explication, à grand renfort d’étymologies, des noms portés par les différents bains, et elle est en grande partie décalquée d’un ouvrage latin écrit par le médecin napolitain Giovanni Elisio, Succincta instauratio de balneis Campaniæ, publié en 151941. Il faut toutefois noter qu’en ce qui concerne Baïes, l’érudition antiquisante se mêle au souvenir de la visite personnelle des lieux par Alberti, qui raconte (extrait no 7, § a et § 33) le voyage qu’il y avait effectué en mai 1526, avec le récit circonstancié du « plaisant déjeuner » fait en cette occasion. Il décrit en détail le sudatorium (§ 34), en terminant par la liste de ses vertus médicinales : « il purge les humeurs, conforte la tête et l’estomac, guérit les catarrhes, chasse le phlegme, réjouit la tête et apporte un grand secours aux goutteux et aux hydropiques ».

20La confrontation entre la riche histoire de l’Italie et la période moderne est constante. Un exemple frappant est celui de Pouzzoles (extrait no 8), dont la description est écrite en partie au passé, pour toute une série de raisons :

  • la zone a été dévastée très récemment, en septembre 153842, par une éruption volcanique qui a donné naissance à une nouvelle montagne, appelée précisément Monte Nuovo43 ; ce faisant, elle a fait disparaître « plusieurs bains très profitables aux mortels » (§ c) ;
  • mais avant même le désastre, elle avait été « abandonnée à cause des tremblements de terre et des incursions des pirates » (§ 36b) ;
  • en outre, certaines des sources encore existantes sont devenues inutilisables « à cause de la négligence et de l’ignorance des habitants du pays » (§ 57 et § 58).

21Heureusement, il n’en va pas toujours ainsi. À Terme d’Himera, en Sicile (extrait no 10, § 97), ce qui subsiste « des antiques édifices qui abritaient les bains d’eaux chaudes » a été remis en état « pour que les malades puissent se baigner ». L’intervention des autorités urbaines se révèle bénéfique, tant sur le plan de l’hygiène que de l’esthétique : en 1525, « un bel édifice » – une fontaine monumentale – a été construit pour mettre les eaux locales en valeur. Ici, donc, la modernité a pris le relais de l’Antiquité, et elle tient à le faire savoir. Alberti cite l’inscription gravée sur la fontaine, où non seulement la qualité des eaux (« meilleures que des coupes de nectar ») est vantée, mais où « la ville » elle-même présente la résurrection de ce lieu, mis au jour par les nymphes dans les temps mythiques et tombé en ruine pendant de nombreux siècles, comme l’heureux fruit d’une politique municipale appliquant avec discernement le programme de la Renaissance.

22La situation est encore différente à Amelia, en Ombrie (extrait no 2, § 95). Une source aux excellentes vertus médicinales y a été découverte en 1507 ; et quand on voulut y construire des logements pour accueillir la « grande foule » des malades qui venaient profiter des bienfaits de cette eau, on y trouva « les fondations de bâtiments antiques, ce qui fit connaître que ladite eau avait été prisée autrefois » mais avait ensuite été oubliée. Il s’agit donc d’une redécouverte. Alberti précise (§ a) qu’il y a dans la région « plusieurs autres sources […] qui ont peut-être une grande vertu mais ne sont pas connues ». Il y a donc place pour la nouveauté dans le monde tel que le décrit Alberti, où beaucoup de choses restent à découvrir ou à réexhumer.

  • 44 Voir notamment Boisseuil D. et Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta, l (...)
  • 45 Je prends ici « moderne » au sens que ce terme avait au temps d’Alberti, où la période que nous ap (...)
  • 46 Voir le site : www.termediporretta.it/italiano/Terme-storia.htm.

23Les eaux de la Porretta, près de Bologne (extrait no 9), sont caractéristiques à cet égard. L’histoire de cette source est très bien documentée ; il est donc possible de comparer dans le détail ce qu’en dit Alberti avec ce que nous en disent les historiens44. Alberti annonce (§ 10/67) qu’il va parler des « bains de la Porretta, belle terre où des eaux chaudes très médicinales sortent en grande abondance de la roche », et dont la grande vertu « est confirmée chaque jour par des effets visibles ». Il déclare que « cette eau médicinale fut découverte en 1375 », ce qui est inexact puisque la source était déjà en usage au milieu du xiiie siècle. Bien que la date qu’il avance soit fausse, il n’en a pas moins raison de considérer que cette source était inconnue des anciens et n’a été exploitée qu’à l’époque moderne45. On ignore en réalité par qui et comment cette source a été découverte ; Alberti, lui, le sait, et il le raconte sur le mode de la fable, reprenant la légende médiévale des origines de la station thermale. Selon cette légende, « un paysan avait un bœuf malade » et qui dépérissait. Considéré comme incurable, l’animal, livré à lui-même, découvrit un ruisseau auquel il revenait fréquemment : « il commença alors à mieux se porter et à engraisser », ce qui fit s’interroger le paysan sur la cause de cette guérison. « Voyant que le bœuf devenait toujours plus gras et gaillard, il comprit qu’il avait retrouvé la santé grâce à la vertu de ladite eau », dont il goûta lui-même et remarqua qu’elle était salée (comme nous l’avons vu plus haut, « ces eaux chaudes » tirent leur vertu du « minerai de soufre » à travers lequel elles passent et qui leur donne ce goût). Il s’en fut rapporter ces événements à Bologne, et les bienfaits de la source furent reconnus par les médecins de la ville. La légende est restée vivace dans le folklore local, à tel point que le bœuf guéri constitue l’emblème des thermes, encore en activité de nos jours46.

24Dans la suite du récit, Alberti, lui-même natif de Bologne, met en valeur le rôle joué par les médecins bolonais dans cette affaire. Il les présente comme sérieux et méthodiques : dès qu’ils furent informés de l’existence de la source, ils « examinèrent bien la chose » et « expérimentèrent cette eau sur les malades », et c’est seulement après cette validation par l’expertise médicale que la source fut déclarée « très bonne pour certaines maladies ». Ce n’est pas le seul endroit de la Descrittione où Alberti évoque des analyses médicales ou chimiques menées sur les eaux pour éprouver leurs qualités. Ainsi, dans l’extrait no 1 concernant les eaux de Volterra, il explique (§ c) que la fontaine située au pied du mont Ruffoli est « douce et claire », toujours pure (« on n’y voit jamais de vilaine chose »), et « si légère que, lorsqu’on la pèse, elle dépasse en légèreté toutes les autres eaux du pays ». Cette mention de la pesée comparative des eaux – qui selon toute vraisemblance n’est pas due à Alberti lui-même mais à son informateur, le sculpteur Zacchi – témoigne d’une démarche expérimentale par laquelle on s’efforçait de classer les différents types d’eaux en fonction de leurs caractéristiques physiques. Dans l’extrait no 2, Alberti nous montre les médecins de Narni effectuant (ou faisant effectuer) l’analyse chimique des eaux du territoire d’Amelia (§ a) : « les médecins de Narni découvrirent, après l’avoir fait distiller, que l’eau qui guérissait tant de maladies sortait de la minière du fer ». La composition de cette eau ferrugineuse a donc été découverte au terme d’une enquête rigoureuse. Les extraits no 9, no 1 et no 2 nous montrent ainsi trois types d’expérimentation : l’expérimentation sur les malades pour déterminer quels types de maladies une eau est à même de soigner ; l’expérimentation physique (pesage) ; l’expérimentation chimique (distillation).

  • 47 Voir Boisseuil D. et Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta », op. cit., (...)
  • 48 Alberti L., Historie di Bologna, Bologne, Biblioteca universitaria, ms. 97 ; l’ouvrage ne fut publi (...)

25Revenons aux médecins de Bologne et à notre extrait no 9. Les différentes étapes de l’exploitation des bains de la Porretta, si l’on exclut l’histoire du paysan et de son bœuf, sont correctement décrites par Alberti. Ce sont effectivement les médecins de l’université de Bologne qui ont lancé la vogue de ces bains, et il est tout à fait exact qu’à la fin du XIVe siècle – non pas en 1375 toutefois, mais en 139647 – le sénat de Bologne prit le contrôle des opérations en pilotant l’action des communes de Capognano et Garnagliono, avec en particulier la construction des deux édifices mentionnés par Alberti. (La politique de développement de la station thermale comprenait également l’établissement d’une « zone franche » avec exemptions fiscales, dont Alberti ne parle pas.) Il n’est pas étonnant qu’Alberti soit si bien renseigné, puisqu’il est l’auteur d’une Histoire de Bologne depuis les origines de la ville jusqu’en 154348.

  • 49 Boisseuil D. et Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta », op. cit., p. 76 (...)

26Mais son récit comporte une omission majeure. En effet, la promotion des bains de la Porretta par les médecins de Bologne ne faisait pas l’unanimité, contrairement à ce qu’il laisse entendre lorsqu’il dit que « leur vertu est manifeste à chacun » (§ 10/67) : dès la seconde moitié du xive siècle, des médecins qui n’étaient pas bolonais, comme Ugolino de Montecatini dans son traité sur les bains de l’Italie (De balneorum Italiæ proprietatibus ac virtutibus), commencèrent à dénoncer ce qui leur apparaissait comme une opération publicitaire, par laquelle les médecins de Bologne vantaient de façon exagérée les vertus des bains de la Porretta pour favoriser le développement du tourisme thermal dans la région49. Alberti, qui ne manque jamais une occasion de faire l’éloge de sa ville natale, ne dit mot de cette polémique et prend clairement parti en faveur de la politique des médecins et du sénat de Bologne. À cet égard, la fable du paysan et de son bœuf malade, qu’il rapporte comme si elle était vraie, permet de légitimer la vertu des eaux de la Porretta : d’après ce récit, ce ne sont pas les médecins de Bologne qui ont découvert ces eaux, c’est la Nature elle-même qui a, pour ainsi dire, montré du doigt leurs merveilleuses propriétés, puisque c’est en observant le comportement spontané de son bœuf que le paysan comprit qu’il ne s’agissait pas d’une source ordinaire. Les médecins interviennent au terme d’un processus dont la première étape est la découverte fortuite d’un phénomène naturel, reconnu et compris par la sagacité populaire, et finalement confirmé par la science. Dans cette vision idyllique, il n’y a ni contraste ni conflit entre la Nature, le peuple et les autorités médicales, ni d’ailleurs entre les médecins eux-mêmes, ouvrant consensuellement dans le seul intérêt du public.

  • 50 Je remercie Didier Boisseuil de me l’avoir signalé.
  • 51 Cité par Boisseuil D. et Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta », op. c (...)
  • 52 Bernardi A., Introito dal bagno della Poretta, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. ital. 2 (...)
  • 53 Nuovissima guida dei viaggiatori in Italia, Milan, Epicamo e Pasquale Artaria, 18343, p. 310 ; Lic (...)

27Alberti ne se limite pas à passer sous silence les objections faites par certains médecins au sujet des eaux de la Porretta. Il opère, sinon une véritable falsification, du moins un détournement de sens, lorsqu’il cite (§ 10/67) le dicton supposé témoigner, « par la bouche du peuple », du fait que les vertus salutaires de ces eaux sont unanimement célébrées. Ce dicton, tel qu’il le cite, signifie littéralement : « Qui boit l’eau de la Porrette, ou elle le balaie, ou elle le rend net » (Chi beve l’acqua della Porretta, o che lo spazza, o che lo netta) – formulation pour le moins ambiguë, puisque le verbe « balayer » (spazzare) peut se comprendre ici soit comme voulant dire « nettoyer », auquel cas le dicton serait un pléonasme (spazzare et nettare signifiant la même chose), soit comme voulant dire « éliminer » : selon cette acception, ceux qui boivent de cette eau ont une chance sur deux de mourir ou de guérir. Or c’est historiquement ce deuxième sens qui est le bon50, comme le montre une version plus ancienne du dicton, attestée dès 1473 : « L’eau de la Porrette, ou elle te tue ou elle te rend net » (L’aqua della Porretta, o te amaza o te neta51) ; on la trouve sous une forme plus complète dans le récit d’un barbier de Forlì, Andrea Bernardi, qui visita les thermes de la Porretta en 1505 : « L’eau de la Porrette, ou elle te tue ou elle te rend net, ou elle te vide la bougette » (L’aqua della Porretta, o te amaza o te neta, o te vada la borseta52). Dans la version transmise par Alberti, l’allusion à la cherté de la cure thermale qui « vide la bougette » (c’est-à-dire le porte-monnaie) a disparu, et le verbe ammazzare, qui signifie sans équivoque « tuer » ou « assassiner », est remplacé par l’euphémisme spazzare. Une variante de cette version, où apparaît le verbe spicciare (« expédier ») à la place de spazzare, est rapportée dans des ouvrages plus tardifs : « Qui boit l’eau de la Porrette, ou elle l’expédie, ou elle le rend net » (Chi beve acqua alla Porretta, o lo spiccia, ovver lo netta53). Bref, Alberti réussit l’exploit de faire d’un dicton qui visait initialement à mettre en garde contre la dangerosité de ces eaux un slogan publicitaire en leur faveur !

  • 54 L’humaniste Paul Jove (Paolo Giovio, 1483-1552), qui détestait Alberti, le qualifiait de « doux co (...)

28J’espère avoir montré, à travers l’examen de ces quelques extraits de la Descrittione sélectionnés en prenant pour guide l’index de l’ouvrage, la richesse d’un texte qui n’avait pas été pris en considération jusqu’à présent, du moins à ma connaissance, dans les études sur l’histoire du thermalisme et des eaux médicinales. Pour terminer sur une note légère, je signalerai ce passage de l’extrait no 5 (§ 21), dans lequel Alberti décrit une fontaine où l’on voit, « artificieusement taillées avec le ciseau dans le dur rocher, deux mamelles de la même grandeur que celles que porte ordinairement une femme. De leurs tétons jaillissent continuellement de claires eaux, dont la force est telle que, si les femmes qui allaitent les nourrissons ont le lait desséché par suite de quelque malheur ou maladie, quand elles se lavent les seins avec ces eaux il y revient le lait. » Ce qui confirme que l’imaginaire fellinien est l’héritier d’une tradition italienne fort ancienne, dont Leandro Alberti, à la fois inquisiteur et « doux cosmographe54 », se fait ici le malicieux témoin.

Annexes

Annexe 1. Liste des « eaux », des « bains », des « fontaines » et des « sources » répertoriés dans l’index de la Descrittione di tutta Italia

« Table » de l’Italie continentale55

[1] Acqua ove diventano56 le legne pietre

Eau où le bois se change en pierre

[2] Acqua che fa ritornar’il latte alle donne

Eau qui fait revenir le lait aux femmes

[3] Acqua da fare il sale

Eau pour faire le sel

[4] Acqua Pendente castello

Village d’Acquapendente [Eau qui descend]

[5] Acqua Martia

Eau de Mars

[6] Acqua Vergine

Eau Vierge

[7] Acqua della Mela

Eau de la Pomme

[8] Acqua che Favella fontana

Fontaine de l’Eau-qui-parle

[9] Acquaviva castello

Village d’Acquaviva [Eau vive]

[10] Acqua della Porretta57

Eau de la Porretta

[11] Acqua Negra castello

Village d’Acqua Negra [Eau noire]

[12] Acque calde

Eaux chaudes

[13] Acque freddissimo che bolleno

Eaux très froides qui bouillent

[14] Acque ove induriscono l’unghie a i cavalli

Eaux où les sabots des chevaux durcissent

[15] Acque Salvie

Eaux Saines

[16] Acque Successane

Eaux Successanes

[17] Acque Albule

Eaux Albules

[18] Acque Labane

Eaux Labaines

[19] Acque medicinevoli nel Parmigiano

Eaux médicinales du Parmesan

[20] Acque città

Ville d’Acque [Eaux]

[21] Acque proficue alle donne che lattano

Eaux profitables aux femmes qui allaitent

[22] Bagnarea, Balneo Regium

Bain Royal

[23] Bagni Ceretani, Sabatini58

Bains Cérétains, Sabatins

[24] Bagni nel Pisano delle Rane

Bain des Grenouilles, dans la région de Pise

[25] Bagni de’Morbi

Bains des Maladies

[26] Bagni di Petriolo

Bains de Petriolo [Pétrole]

[27] Bagni di san Filippo

Bains de saint Philippe

[28] Bagni di Caie

Bains de Caïes

[29] Bagni Ceretani

Bains Cérétains

[30] Bagni Giasinelli

Bains Giasinelli

[31] Bagni della Bolla

Bains de la Bulle

[32] Bagni di santo Anastagio

Bains de saint Anastase

[33] Bagni Silvani59

Bains Silvains

[34] Bagni di Cicerone

Bains de Cicéron

[35] Bagni di Baie

Bains de Baïes

[36] Bagni di Tripergola

Bains de Tripergola

[37] Bagni dell’Arco

Bains de l’Arc

[38] Bagni di Ranerio60

Bains de Rainier

[39] Bagni di san Niccolò61

Bains de saint Nicolas

[40] Bagni della Scrofa

Bains de la Truie

[41] Bagni dell’Arcolo

Bains du Petit Arc

[42] Bagni della Croce

Bains de la Croix

[43] Bagni di Cantarello62

Bains de la Chanterelle

[44] Bagni di Fontana

Bains de [la] Fontaine

[45] Bagni del Colmo

Bains du Sommet

[46] Bagni del Sole, et della Luna

Bains du Soleil et de la Lune

[47] Bagni di Gibboroso63

Bains de Gibboroso

[48] Bagni de Fatis

Bains de Fatis

[49] Bagni di Bracula64

Bains de Bracula

[50] Bagni della Spelonca65

Bains de la Caverne

[51] Bagni di Fonte del Vescovo

Bains de [la] Fontaine de l’Évêque

[52] Bagni dell’Imperatore

Bains de l’Empereur

[53] Bagni dell’Olio Petrolio66

Bains de l’Huile Pétrole

[54] Bagni di Cristo

Bains du Christ

[55] Bagni di santa Lucia

Bains de sainte Lucie

[56] Bagni di santa Maria

Bains de sainte Marie

[57] Bagni molti

Nombreux bains

[58] Bagni dell’Aiuto dell’Huomo

Bains du Secours de l’Homme

[59] Bagni di Calatura67

Bains de Calatura

[60] Bagni della Pietra

Bains de la Pierre

[61] Bagni di Bagnuolo68

Bains de Bagnuolo

[62] Bagni di Giuncara

Bains de la Jonquière

[63] Bagni della Grotta

Bains de la Grotte

[64] Bagni d’Orto Donico69

Bains d’Orto Donico

[65] Bagni altri

Autres bains

[66] Bagni d’Austruno

Bains d’Austruno

[67] Bagni della Porretta70

Bains de la Porretta

[68] Bagni della Scarpetta

Bains de la Scarpetta

[69] Bagni di Acquario

Bains du Verseau

[70] Bagni di san Martino

Bains de saint Martin

[71] Bagni d’Abano

Bains d’Abano

[72] Bagni di Monte Falcone

Bains de Montefalcone

[73] Bagno castello

Village de Bagno [Bain]

[74] Fonte nelle rovine di Populonia71

Source dans les ruines de Populonia

[75] Fontana grande di Siena

Grande fontaine de Sienne

[76] Fontana di Perugia

Fontaine de Pérouse

[77] Fontana di cui bevendone gli augelli, moreno

Fontaine qui fait mourir les oiseaux qui y ont bu

[78] Fontana di Viterbo

Fontaine de Viterbe

[79] Fontana che predice la carestia

Fontaine qui prédit la disette

[80] Fontana di Nettuno

Fontaine de Neptune

[81] Fontana Nemni

Fontaine de Nemni

[82] Fontana Albunea

Fontaine Albunea

[83] Fontana acetosa

Fontaine aigre

[84] Fontana d’acqua dolce nel golfo di Puzzoli

Fontaine d’eau douce dans le golfe de Pouzzoles

[85] Fontana che sempre si vede piena d’acqua, quale scende dal cielo, et corre per un ruscelletto

Fontaine qu’on voit toujours pleine d’eau, qui descend du ciel et s’écoule par un petit ruisseau

[86] Fontana sotto il Ponte al Mare

Fontaine sous le Pont vers la Mer

[87] Fontana del Garigliano

Fontaine du Garigliano

[88] Fontana castello

Village de Fontana [Fontaine]

[89] Fontana contrada

Contrée de Fontana

[90] Fontana Viscende da cui ha principio il Po

Fontaine Viscende [Il en descend], d’où le Pô prend naissance

[91] Fontana Freddara

Fontaine Freddara [Refroidissante]

[92] Fontana Pliniana

Fontaine de Pline

[93] Fontane tre

Trois fontaines

[94] Fontane due sopra Monteso

Deux fontaines au-dessus de Monteso

[95] Sorgivi d’acque medicinali

Sources d’eaux médicinales

[96] Sudatori cavati nel sasso

Sudatoriums creusés dans la roche

« Table » des îles72

[97] Acque medicinevoli

Eaux médicinales

[98] Acque dolci

Eaux douces

[99] Acque salutifere a gli infermi di pietra

Eaux salutaires aux malades de la pierre

[100] Bagni d’acque calde

Bains d’eaux chaudes

[101] Bagni Segestani

Bains de Ségeste

[102] Bagni di Pietra Pola73

Bains de Pietra Pola

[103] Bagni freddi, sani al fegato

Bains froids, bons pour le foie

[104] Bagni sani al dolor de’fianchi

Bains bons pour les douleurs des flancs

[105] Bagni di Vico

Bains de Vico

[106] Fontana maravigliosa

Fontaine merveilleuse

[107] Fontana, che cresce et scema secondo il crescere et diminuir de’giorni

Fontaine qui augmente et diminue selon l’allongement et le raccourcissement des jours

[108] Fontana medicinevole

Fontaine médicinale

[109] Sudatorio

Sudatorium

Annexe 2. Extraits de la Descrittione di tutta Italia74

Extrait no 1 : Eaux du territoire de Volterra, en Toscane75

(a) Ritornando alla descrittione76 nostra habbiamo da descrivere hora il territorio di Volterra, et i circostanti paesi. Et acciò che ordinatamente faccia detta descrittione (seguitando Zaccaria) prima mi rivolterò a tre di quei cinque colli, avanti nominati, congiunti con la città, nominati, Monte Brandono, Portono, et Ulimento, ne’quali veggonsi molte sepoltureantiche.
[1] Esce alle radici di quest’ultimo colle, da un sasso, una fontana d’acqua di tal natura, che tutte le cose che vi sono poste dentro, fra spatio di 15 giorni di pietra coperte siritrovano.
[2] Poscia quindi ad un miglio dimostrasi Febiano contrada, ove è una fontana d’acqua dolce, che bevendone le donne prive di latte, fra poco tempo molto abondevolmente gli ritorna. […]
(b) Passate due miglia ritrovasi Monte Ventaio ; nella cui cima vedensi li vestigi d’una roinata fortezza. A mezo il monte sorge una bella fontana d’acquadolce.
[3] Ritornando a Volterra, et caminando verso il fiume Cecina tre miglia, veggonsi alquanti colli, ove sono gli edifici da congelare in sale l’acqua estratta da alcuni pozzi, che sono cavati nella terra creta tanto profondamente quanto è necessario a ritrovare il gesso, dal quale scaturiscono salsissime acque. […]
(c) Quindi a tre miglia scorgesi sopra il monte Libbiano, ove si cava la terra nera, con gran copia di vitriolo. Et evvi una fontana, nominata Acqua Forte, dal sapore acuto, et forte, che tiene ; dalla quale nessuno animale ne vuole gustare. Ben è vero che ella è molto giovevole ad alcune infirmitati. Più oltre a tre miglia vedesi Monte Ruffoli, nella cui cima eravi una fortezza già molto tempo fa, a i cui piedi vi è una molto nobile fontana di acqua dolce, et chiara, che mai per tempo alcuno ivi si vede dentro cosa brutta, et tanto è ella leggiera, che tutte l’altre del paese, essendo pesata, le supera in leggierezza. […]
(d) Poscia da Ripamaranze 5 miglia discosto appare sopra’l monte un castello nomato Monte di Cerbero ; et dopo 4 miglia Castel Nuovo di Volterra, et più oltre Leccia. Vedesi in questi luoghi quanta possanza ha la gran maestra Natura producendo diversi, rari, et maravigliosi effetti.

[12] Et prima veggonsi bollire l’acque in alcuni luoghi, et con tanto strepito, et velocità da dieci piedi in alto salire, et poi con maggior strepito scendere subitamente, che non è così animosa persona, che non si paventi mirandole. Et sono di tanta caldezza, che essendosi gittato un animale dentro, incontinente saliscono l’ossa a galla, totalmente dalla carne denudate. Dalle dette acque è creato un ruscelletto, per il quale si scarcano. Lungo la riva di cui vedesi gomma di colore di ferro, di zolfo, et di vitriolo. Appaiono tutte le pietre intorno di dette acque bruciate, che sono molto appretiate da i pittori per ombreggiare i loro disegni. […] Etiandio è maravigliosa cosa da considerare in queste acque, che quando in propinquo dee piovere, mandano insino alle nuvole con grand’impeto fumosi vapori, et quando è sereno, poco impeto77 fanno, et poco alto ascendono, anzi per li luoghi contorni siallargano.
[13] Altre acque si veggono molto chiare, che paiono molto impetuosamente bollire, ma poi toccandole sono freddissime. Compongono queste acque la molto bianca gomma, et sono assai giovevoli a quelli, che con difficultà hanno il beneficio delventre.
[25] In assai luoghi del territorio di Volterra appaiono molti bagni, et massime fra Castel Nuovo, et Ripamaranze78, ove sono i bagni da i Morbi nominati, perché vi sono più specie d’acque a diverse infirmitati giovevoli, che sarei molto lungo in descriverli. Vero è che voglio narrare di quella chiarissima acqua, ch’è vicina a Leccia antidetta, qual’è di tal virtù, che salata, et in buona quantità bevuta, et uscita per la bocca, o per altro luogo naturale, lascia la persona molto maravigliosamente purgata da molte infirmitati. Giova similmente alle donne sterili per generare figliuoli. Passerò l’altre acque, come ho detto.

(a) Revenant à notre description, il nous faut maintenant décrire le territoire de Volterra et les pays environnants. Et pour faire ladite description avec ordre (en suivant Zaccaria79), je me tournerai d’abord vers trois des cinq collines susnommées, situées aux abords de la ville, qu’on appelle les monts Brandono, Portono et Ulimento, sur lesquels on voit de nombreuses sépultures antiques.
[1] Au pied de cette dernière colline, une fontaine d’eau jaillit d’un rocher ; sa nature est telle que toutes les choses que l’on y plonge se retrouvent couvertes de pierre en l’espace de quinze jours.
[2] Puis, à un mille de là, apparaît la contrée de Febiano, où il y a une fontaine d’eau douce ; quand les femmes privées de lait en boivent, en peu de temps il leur revient très abondamment. […]
(b) Deux milles plus loin se trouve le mont Ventaio, au sommet duquel on voit les vestiges d’une forteresse en ruine. À mi-hauteur coule une belle fontaine d’eau douce. [3] Retournant à Volterra et cheminant en direction de la rivière Cecina, à trois milles, on voit plusieurs collines où se trouvent les édifices dans lesquels on congèle en sel l’eau tirée de certains puits, creusés dans la terre crayeuse aussi profondément qu’il est nécessaire pour trouver le gypse d’où jaillissent des eaux très salées. […]
(c) À trois milles de là, on voit s’élever le mont Libbiano, où l’on creuse la terre noire très riche en vitriol. Et il y a là une fontaine appelée « Eau Forte » à cause de sa saveur piquante et forte ; aucun animal ne veut y goûter. Il n’en est pas moins vrai qu’elle est très bonne pour certaines maladies. Plus loin, à trois milles, on voit le mont Ruffoli, au sommet duquel se dressait autrefois une forteresse. Au pied de ce mont il y a une très noble fontaine d’eau douce et claire, dans laquelle on ne voit jamais de vilaine chose, et elle est si légère que, lorsqu’on la pèse, elle dépasse en légèreté toutes les autres eaux du pays. […]
(d) Puis, à cinq milles de Ripamaranze, apparaît sur le mont un village appelé Monte di Cerbero ; et quatre milles plus loin Castel Nuovo di Volterra, et ensuite Leccia. On voit en ces lieux le pouvoir qu’a la grande maîtresse Nature de produire des effets divers, rares et merveilleux.
[12] Et tout d’abord on y voit en certains lieux les eaux bouillir, monter avec un grand fracas et précipitamment à dix pieds de hauteur, puis descendre brusquement avec encore plus de fracas, chose que nul, si courageux soit-il, ne peut voir sans frayeur. Et ces eaux sont si chaudes que, si l’on y jette un animal, ses os remontent immédiatement à la surface, nettoyés de toute chair. Lesdites eaux produisent un ruisselet par lequel elles s’écoulent. On voit sur ses bords une gomme couleur de fer, de soufre et de vitriol. Toutes les pierres autour desdites eaux apparaissent brûlées ; elles sont très appréciées des peintres pour ombrer leurs dessins. […] Il y a aussi une chose merveilleuse à considérer à propos de ces eaux : quand la pluie est imminente, elles envoient jusqu’aux nuages, avec un grand élan, des vapeurs fumeuses, et quand il fait beau elles ont peu d’élan et ne montent pas beaucoup mais se répandent alentour.
[13] On voit d’autres eaux très claires qui paraissent bouillir très impétueusement, mais quand on les touche elles sont glacées. Ces eaux composent la gomme très blanche, et elles sont assez bonnes pour ceux qui ont avec difficulté le bénéfice du ventre80.
[25] En plusieurs lieux du territoire de Volterra apparaissent de nombreux bains, et surtout entre Castel Nuovo et Ripamaranze, où se trouvent les bains dits « des Maladies » parce qu’il y a là plusieurs espèces d’eaux bonnes pour diverses maladies, qu’il serait trop long de décrire. Je veux néanmoins parler de la très célèbre eau que l’on trouve près de la susdite Leccia, dont la vertu est telle que, salée, bue en bonne quantité et rejetée par la bouche ou par un autre lieu naturel, elle laisse la personne très merveilleusement purgée de nombreuses maladies. Elle est également bonne aux femmes stériles pour engendrer des enfants. Je laisserai de côté les autres eaux, comme je l’ai dit.

Extrait no 2 : Eaux des environs d’Amelia et de Rieti, en Ombrie81

[95] Da questo lato, avanti che si passi il fiume [Negra] antidetto (seguitando la riva di quello appresso le radici del monte) si veggono molte scaturigini d’acque, fra le quali ve n’è una ritrovata nell’anno del 1507 che essendo bevuta da gli infermi pareano essere sanati da qualunque infermità fossero tenuti. Là onde vi cominciò a concorrere da ogni lato gran moltitudine di ammalati ch’erano restituiti alla sanità ; havendo bevuto di quella. Et perciò i Narnesi volendo farvi alcune habitationi per quelli, che quivi venivano, fecero cavar la terra, et ritrovarono fondamenti d’antichi edifici, da i quali, si conobbe che altre volte fosse stato in pretio detta acqua. Più avanti caminando altri sorgivi d’acque si ritrovano.

[79] Tra le quali ve n’è una che mai si vede uscire ; eccetto l’anno avanti che dee esser carestia, sì come intervenne nell’anno 1505 nel qual fu grandissima carestia per tuttaItalia.
(a) Come ho detto altre assai sorgivi d’acque si ritrovano seguitando la riva della Negra alle radici del monte insino ad Horta, che peraventura hanno gran virtù, ma non sono conosciute. Et non dubito che escano da diverse minere di metalli, sì come fu ritrovato di quella, che sanava tante infirmità, dai medici di Narni, che procedeva dalla minera del ferro, havendola fatto distillare. […]
(b) Fuori poi di Riete per poco spatio, si vede il fiume Velino con molti sorgivi d’acqua dar principio al lago di Pie di Luco, Lacus Velinus da gli antichi nominato […]. [80] Evvi fra detti sorgivi, et fontane d’acque sopranominate la fontana di Nettuno da Pliniodescritta.
(c) Ben è vero che innanzi siano tante acque di quelle scaturigini, insieme raunate per crear questo lago, prima fanno una palude, et poi di questa palude uscendo, danno principio al dettolago.
[14] Fa memoria di questa palude Cicerone nelle cose maravigliose, dicendo che dimorando i giumenti in essa per alquanto spatio di tempo se gli induriscono le loro unghie.

[95] De ce côté, avant de traverser la rivière [Nera] susdite, quand on en suit la rive au pied de la montagne on voit jaillir de nombreuses eaux. L’une d’elles a été découverte en l’an 1507 ; quand les malades en avaient bu, ils paraissaient guéris de tous les maux qui les affectaient. On y vit donc accourir de toutes parts une grande foule de malades qui recouvraient la santé après avoir bu de cette eau. C’est pourquoi les habitants de Narni, voulant édifier des logements pour ceux qui venaient là, firent creuser la terre et trouvèrent les fondations de bâtiments antiques, ce qui fit connaître que ladite eau avait été prisée autrefois. En cheminant encore, on trouve d’autres sources d’eau.
[79] Parmi celles-ci, il y en a une que l’on ne voit jamais couler, sauf durant l’année qui précède une disette, comme cela se passa en l’an 1505, où il y eut une très grande disette dans toute l’Italie.
(a) Comme je l’ai dit, on trouve plusieurs autres sources d’eau en suivant la rive de la Negra au pied de la montagne jusqu’à Orte, qui ont peut-être une grande vertu mais ne sont pas connues. Et je ne doute pas qu’elles sortent de diverses minières métalliques : ainsi les médecins de Narni découvrirent, après l’avoir fait distiller, que celle qui guérissait tant de maladies sortait de la minière du fer. […]
(b) En sortant de Rieti, à peu de distance, on voit la rivière Velino avec de nombreuses sources d’eau donner naissance au lac de Piediluco, appelé par les anciens Lacus Velinus[…].
[80] Il y a parmi les sources et fontaines susdites la fontaine de Neptune, décrite par Pline82.

(c) En vérité, avant que ces nombreuses eaux jaillissantes ne se regroupent pour créer ce lac, elles forment un marais, et en sortant de ce marais elles donnent naissance audit lac.
[14] Cicéron mentionne ce marais dans [son livre sur] les choses merveilleuses83, où il dit que, si les bêtes de somme y demeurent quelque temps, leurs sabots deviennent durs.

Extrait no 3 : Eaux des environs de Tivoli, dans le Latium84

[17] Ancor’in questa pianura sotto Tivoli vicino all’Aniene (hora Teverone) scaturiscono assai acque fredde, chiamate Albule molto medicinevoli a diverse infirmitati, o bevendosi, o in quelle bagnandosi, come dice Strabone. Così Albule furo dette dall’albedine, o sia bianchezza, che traeno dallo zolfo, dalla cui minera scaturiscono. Delle quali dice Marziale nel 1o libro delli Epigrammati : « Itur ad Herculei gelidas, qua Tyburis arces/Canaque sulphureis Albula fumat aquis ».
[18] Sono l’acque Labane del territorio di Nomento, o sia dell’Amentana, del territorio di monte Ritondo da gli antichi Ereto detto, nella loro virtù, et medicina molto simiglianti a queste85, come scrive Strabone.

[17] Dans cette plaine au-dessous de Tivoli, près de la rivière Aniene (aujourd’hui Teverone), jaillissent aussi des eaux froides appelées Albulæ, très médicinales pour diverses maladies, qu’on les boive ou qu’on s’y baigne, comme le dit Strabon86. Elles furent appelées Albulæ à cause de la blancheur87 qu’elles tirent du soufre, de la minière duquel elles jaillissent. Martial dit à leur propos, au premier livre des Épigrammes : « Sur la route qui mène aux fraîches hauteurs de Tibur, chères à Hercule, au point où fument les eaux sulfureuses de la blanche Albula88 ».
[18] Les eaux Labaines du territoire de Nomentum, c’est-à-dire de l’Amentana, sur le territoire du mont Ritondo appelé par les anciens Eretus, ressemblent beaucoup à celles-là par leur vertu et médecine, comme l’écrit Strabon89.

Extrait no 4 : « Eaux médicinales du Parmesan », en Lombardie90

(a) Abbonda assai [Parma] delle cose necessarie per l’humano vivere. Ha buono, ameno, et fruttifero territorio, il qual produce frumento, fava, et altre biade, con saporite frutte, et ogni maniera di vino, cioè, dolce, brusco, bianco, etvermiglio.
[19] Sono altresí in questo paese l’acque medicinevoli a molteinfirmità.
(b) Scorgonsi belle, et larghe campagne, ove sono buoni, et grassi pascoli per gli animali, et fra gli altri per le gran mandre di vacche, dalle quali se ne cava tanto latte per fare il cascio, ch’è quasi da non credere, a quelli che non l’haveranno veduto. Onde è nominato il detto cascio, per la sua bontà, per tutta Italia […]. Ritornando alla città, vi è tanta dolcezza d’aria, che dice Plinio che vi fossero ritrovati due huomini (facendosi il censo ne’tempi di Vespasiano) che ciascuno d’essi havea 123 anni.

(a) [Parme] abonde en choses nécessaires à la vie humaine. Elle a un bon, plaisant et fructueux territoire, qui produit le froment, la fève et autres végétaux, ainsi que des fruits savoureux et toutes manières de vin, à savoir : du doux, du fort, du blanc et du rouge.
[19] Il y a aussi dans ce pays des eaux médicinales pour beaucoup de maladies.
(b) On y voit de belles et vastes campagnes, où il y a de bons et gras pâturages pour les animaux, notamment pour les grands troupeaux de vaches, dont on tire tant de lait pour faire le fromage que ceux qui ne l’ont pas vu ne peuvent presque pas le croire. De là vient que ce fromage est renommé pour sa bonté dans toute l’Italie […]. Pour en revenir à la ville, il y règne une telle douceur de l’air que, d’après Pline, on y trouva deux hommes (quand on fit le recensement au temps de Vespasien) âgés de cent vingttrois ans chacun91.

Extrait no 5 : Eaux du territoire de Vérone, dans la Marche Trévisane92

(a) Della varietà, et bontà de i frutti che si ritrovano in questo territorio, non ardisco a descrivere, perché credo in pochi luoghi ritrovarsene di tanta diversità, et bontà quanto quivi. Et sono queste frutta di tal natura, che altresì invecchiandosi talmente si conservano, che nel fiorir delle altre sono saporite, come le novelle. Non vi mancano le mandre d’animali, per l’uso de gli huomini. Ritrovansi medicinevoli herbette per sanità de i mortali, et massimamente nell’altissimo monte Baldo, che è sopra la città. Ove da ogni parte di Europa concorrono herbolatti a raccogliere radici, et herbette molto profittevoli ad ogni grande infirmità. Scaturiscono etiandio in molte parti, et luoghi di questo territorio, diversi sorgivi di sanevoli acque, et altresì acque fredde, et chiare per irrigare i campi, et prati secondo il bisogno, et anche per rivolgere diverse macchine, et strumenti disposti a diversi artificii per comodità de glihuomini.
[21] Delle quali sorgive d’acque ve n’è una (che merita, ne sia fatta memoria di essa) nella Valle di Policella, presso Negarino. Vedensi adunque quivi artificiosamente fatte con il scarpello nel duro sasso due mammelle tanto grandi, quanto communemente sono quelle di una donna. Dalle papille delle quali continuamente stillano chiare acque, le quali hanno tanta forza, che essendo diseccato il latte per qualche caso, o infirmità alle donne, lattando i fanciulli, lavate le poppe con quelle vi ritorna il latte.

(a) La variété et la bonté des fruits que l’on trouve sur ce territoire, je n’ose pas les décrire, car je crois qu’il n’existe qu’en peu d’endroits autant de diversité et de bonté que là. Et ces fruits sont d’une nature telle que lorsqu’ils vieillissent ils se conservent si bien que, lorsque les autres fleurissent, ils sont [encore] aussi savoureux que des fruits nouveaux. Il n’y manque pas les troupeaux d’animaux pour l’usage des hommes. On y trouve les herbes médicinales pour la santé des mortels, principalement sur le très haut mont Baldo, qui domine la ville. De toutes les parties de l’Europe, les herboristes se pressent pour y cueillir les racines et les herbes très profitables pour toutes les grandes maladies. On voit aussi jaillir, dans de nombreuses parties de ce territoire, diverses sources d’eaux bienfaisantes, ainsi que des eaux froides et claires pour irriguer les champs et les prés en fonction des besoins, et aussi pour faire tourner différentes sortes de machines et d’instruments servant à divers artifices utiles au confort des hommes.
[21] Parmi ces sources il y en a une (qui mérite d’être mentionnée) dans la Valpolicella, près de Negarino. On y voit, artificieusement taillées avec le ciseau dans le dur rocher, deux mamelles de la même grandeur que celles que porte ordinairement une femme. De leurs tétons jaillissent continuellement de claires eaux, dont la force est telle que, si les femmes qui allaitent les nourrissons ont le lait desséché par suite de quelque malheur ou maladie, quand elles se lavent les seins avec ces eaux il y revient le lait.

Extrait no 6 : Les bains de Cerveteri, en Toscane93

[23] Di tanta città [Agilla] oggidì pochi vestigi si veggono. Vicini a quella erano i bagni Ceretani molto profittevoli (secondo Strabone) i quali (come scrive Annio sopra l’Itinerario di Antonino) sono quelli le therme, o siano bagni Stigiani, et hora nominati bagni Sabatini dal lago Sabatino, o sia di Bracciano. Sono detti Ceretani da Cere Vecchia, che è vicina a quelli. Benché siano molto ne’Mediterrani questi bagni, nondimeno ne ho voluto dire una parola per rispetto di Cervetere, da cui trassero il nome. […]
[29] Sono in questi luoghi similmente i bagni Ceretani da Antonino nell’Itinerario posti nel viaggio Aureliano, et Claudiano, et nominate Terme Stigiane ; et altresì Balnea Sabatina dalla regione Sabatia, nella quale sono posti, dal lago Sabatino (come è dimostrato nella parte littorale di questa regione).

[23] De cette si grande ville [Agilla], on ne voit plus de nos jours que quelques vestiges. Tout près de là il y avait les très profitables bains Cérétains (selon Strabon94), qui étaient (comme l’écrit Annius à propos de l’Itinéraire d’Antonin95) les thermes – c’est-à-dire les bains – Stygiens, aujourd’hui appelés « bains Sabatins » d’après le lac Sabatin, c’est-à-dire le lac de Bracciano. Ils sont dits « Cérétains » d’après [la ville de] Cere Vecchia96, qui est à proximité. Bien que ces bains soient très à l’intérieur des terres97, j’ai voulu en dire un mot par égard pour Cerveteri, dont ils prirent le nom. […]
[29] Il y a aussi en ces lieux les bains Cérétains, qu’Antonin évoque dans son Itinéraire là où il parle du voyage d’Aurélien et de Claudien98, en les appelant « Thermes Stygiens » et aussi « Bains Sabatins », d’après la Sabatie, région où ils sont situés, [ainsi nommée] à cause du lac Sabatin (comme je l’ai montré dans la partie littorale de cette région).

Extrait no 7 : Le complexe thermal de Baïes, en Campanie99

(a) Ritrovandomi quivi nell’anno della gratia 1526 del mese di maggio con alquanti compagni, et con la barchetta varcando per questi luoghi, et curiosamente considerandogli, giunto a questo luogo, ove era Baie[…].
[33] Finito il pranzo con tai piaceri scendemmo al lito, et alquanto caminato presso dette ripe, ove erano già i prefati superbi edifici, ritrovammo i bagni, nominati di Baie, ma da i medici, Silvani, dalla dea Selva. Veggonsi quegli alquanto cavati ne’detteripe.
[34] Passando più avanti seguitando le prefate ripe, presso il lito del mare, appare una grande stanza cavata nelle dette sassose ripe, ove sono i bagni di Tritoli, talmente da’medici nominati, ma dal volgo, di Cicerone, et parimente di Prato per esser ne’prati, nella via di Tripergola ad Aversa, passato l’Hospitale a man sinistra di detta via, ove è una grotta per la quale alquanto scendendo si dimostra la sorgiva dell’acqua. Et che siano questi i bagni di Cicerone, oltre la commune opinione, anche lo dice Boccaccio nel libro delle fontane, scrivendo che trassero detto nome per esser nella villa di Cicerone nomata Academia. Vero è, che non furono fatti ne’tempi di Cicerone, ma dopo la sua morte da Antisteo, che a lui successe nella detta villa, i quali poi ornò con versi Laurina liberto di Cicerone, lasciando quivi la sua memoria, come dice Plinio. Et ciò fece per dimostrar l’amore, che portava a Cicerone. Egliè questo luogo molto bello, con grand’artificio cavato nella sassosa rupe, ove erano intagliate le figure de gli huomini accennando con le mani al membro, al quale era questa acqua profittevole. Sono hora per maggior parte guasti questi bagni, i quali erano sontuosamente dipinti di finissimi colori, come insino ad oggi appare in qualche parte. Quivi scaturiscono l’acque solamente una volta il giorno, et similmente la notte secondo il principio, et fine della Luna. Escono esse calde con gran fumo, et entrano in un vaso cavato, anch’egli fatto nel sasso, et come è pieno parte d’esse scendeno fuori della stanza per un rusceletto, che mette capo nel mare, et parte ritornano al luogo, ove escono. Sopra questo bagno alquanti gradi salendo, ritrovasi una grotta artificiosamente nel sasso cavata, sei piedi alta, et cinque larga, tortuosamente girando di soave odore, nella quale entrando alcuno in piede, quasi incontinente comincierà a sudare, ma se a basso caminerà presso al pavimento, si rinfrescherà. Entrato alquanto che sarà a man destra, et un poco essendo scenduto, vederà un’acqua bella, et chiara tanto calda, che a fatica la potrà toccare, della quale molti pensano, che sia quella che scenda di sotto nel bagno di Cicerone per secreti ruscelletti. Volendosi bagnare alcuno, gli fa bisogno, havendo caminato due passi di pigliare il camino alla destra, et avanti caminando arriverà ad una pietra la quale è nominata il Cavallo. Oltre di questo passando sopra la calda polvere, ritroverà il fine di questa grotta, ove ha lasciato lo scalpello di cavare più oltra. Ritornando al luogo, per il quale in questa parte s’entra, vedesi una molto alta, profonda, et larga fossa, con un’altra grotta quivi vicina, che trascorre al meriggio. Nella quale se v’intrerà alcuno senza soperchio caldo, o freddo, o senza vento, et movimento dell’aria, farà fiamma, che di continuo salisce ad alto, deleguando la cera delle torchie, che quivi si portano per vedere, et rimarrà spento il lume. Et chi più oltre vorrà passare caderà morto per la vertigine, et debolezza del capo. Questo è un sudatorio, sano a diverse infermitati, purga gli humori, conforta il capo, et lo stomaco, sana
i catarri, scaccia la flegma, letifica il capo, et dà grande aiuto a i gottosi, ethidropici.
[96] Veggonsi alcuni buchi alla destra per li quali escono vapori grossi con tanto caldo, che paiono il fiume di una caldara, ove l’acqua bolle. Furono molto apprezzati questi sudatorii da gli antichi, perché provocavano il sudore senz’altra cosa. Secondo alcuni anticamente dimandavansi bagni di Fritole, perché si fricavano le persone quivi per provocare maggiormente il sudore. Vero è che hora (come ho detto) nominansi bagni diTritoli.
[35] Sono similmente in questi contorni altri bagni, detti di Baie, i quali per hora li lascio. Ne fa memoria di questi bagni Strabone, quando dice essere appresso Baie l’acque calde tanto per la sanità de i mortali, quanto per loro delicie, et piaceri. De i quali dice Faccio nel 1o canto del 3o libro : « Vidi Vesuvio100, che dá101 lume altrui,/E vidi102 i bagni antichi, buoni, e sani,/Dove annegò Baio103, e gli hostier sui. » (a) Comme je me trouvais là en l’an de grâce 1526, au mois de mai, avec quelques amis, parcourant en barque ces lieux [le golfe de Baïes] et les considérant avec curiosité, nous arrivâmes à l’endroit où se situait Baïes […].
[33] Ayant achevé ce plaisant déjeuner, nous descendîmes vers le rivage, et après avoir marché quelque temps le long desdites pentes où s’élevaient autrefois les superbes édifices dont j’ai parlé, nous découvrîmes les bains dits de Baïes mais que les médecins appellent Silvains, du nom de la déesse Selva. On les voit assez profondément creusés sur lesdites pentes.
[34] En continuant le long des pentes susdites, près du bord de la mer, apparaît une grande salle creusée dans lesdites pentes rocheuses, où sont les bains de Tritoli ; les médecins les nomment ainsi, mais le peuple les appelle « bains de Cicéron », et aussi « bains du Pré » car ils sont dans les prés, sur la route de Tripergola à Aversa, après l’Hôpital du côté gauche de ladite route, où il y a une grotte dans laquelle, en descendant un peu, on montre la source de l’eau. Qu’il s’agisse bien des bains de Cicéron, ce n’est pas seulement l’opinion commune qui l’affirme, mais aussi Boccace dans le livre des fontaines104, où il écrit qu’ils prirent ce nom parce qu’ils se trouvaient dans la villa de Cicéron appelée « Académie ». En vérité, ils ne furent pas construits au temps de Cicéron mais, après sa mort, par Antistée, qui lui succéda dans ladite villa, à la suite de quoi Laurina, affranchi de Cicéron, les orna par des vers pour y laisser sa mémoire, comme le dit Pline105. Et il fit cela pour montrer l’amour qu’il portait à Cicéron. C’est un très bel endroit, creusé avec grand artifice dans la falaise rocheuse ; y étaient gravées les images des hommes désignant avec leurs mains le membre auquel cette eau était profitable. Ces bains sont désormais en grande partie hors d’usage ; ils étaient somptueusement peints de couleurs très délicates, comme on le voit encore par endroits. Les eaux n’y jaillissent qu’une fois par jour, et de même la nuit, en suivant le début et la fin de la Lune106. Elles sortent chaudes avec beaucoup de fumée et entrent dans un bassin artificiel, également creusé dans la roche, et quand il est rempli une partie des eaux s’écoule hors de la salle par un ruisselet qui se jette dans la mer, et une partie retourne vers le lieu d’où elles sortent. Au-dessus de ce bain, en montant quelques marches, on trouve une grotte artificieusement creusée dans la roche, haute de six pieds et large de cinq, de forme tortueuse, à l’odeur suave ; celui qui y entre debout se mettra à suer presque aussitôt, mais s’il marche en se tenant près du sol, il se rafraîchira. Après être entré, en se dirigeant vers la droite et en descendant un peu, il verra une eau belle et claire, si chaude qu’il pourra à grand-peine la toucher ; beaucoup pensent que c’est celle qui descend dans le bain de Cicéron par de secrets ruisselets. Celui qui voudra s’y baigner doit, après avoir fait deux pas, prendre le chemin de droite, et en le suivant il arrivera à une pierre qu’on appelle le Cheval. Ensuite, passant sur la poussière chaude, il atteindra le bout de cette grotte, où le ciseau s’est arrêté de creuser. En retournant au lieu par où l’on entre dans cette partie [du complexe thermal], on voit une fosse très haute, profonde et large, flanquée d’une autre grotte vers le côté sud. Si quelqu’un entre dans cette grotte quand il ne fait ni trop chaud ni trop froid, sans vent ni mouvement de l’air, il y aura une flamme qui continuellement s’élève, liquéfiant la cire des torches qu’on apporte là pour y voir clair, et la lumière s’éteindra. Et qui voudra franchir ce passage tombera mort, succombant au vertige et à la faiblesse de tête. C’est un sudatorium, bon pour diverses maladies : il purge les humeurs, conforte la tête et l’estomac, guérit les catarrhes, chasse le phlegme, réjouit la tête et apporte un grand secours aux goutteux et aux hydropiques.
[96] On y voit certains trous vers la droite, d’où sortent des vapeurs épaisses, si chaudes qu’on dirait la fumée d’une chaudière remplie d’eau bouillante. Ces sudatoriums étaient très appréciés des anciens, car ils provoquaient la sueur et rien d’autre. Selon certains, ces bains s’appelaient dans l’Antiquité les bains de Fritole, car on y frictionnait les gens pour les faire transpirer davantage. En vérité, aujourd’hui (comme je l’ai dit) on les appelle les bains de Tritoli.
[35] Il y a également dans les environs d’autres bains, dits de Baïes, que je laisse pour l’instant de côté. Strabon mentionne ces bains quand il dit qu’il y a près de Baïes des eaux chaudes, [exploitées] tant pour la santé des mortels que pour leurs délices et plaisirs107. Fazio dit à leur sujet, au premier chant du livre III108 : « J’ai vu le Vésuve, qui éclaire alentour, et j’ai vu les bains antiques, bons et sains, où se noya Baïus109 avec ses compagnons. »

Extrait no 8 : Les eaux de Pouzzoles, en Campanie110

[36a] Lasciando questi luoghi del seno Baiano, et ritornando a quella fossa, per la quale dicemmo passare il pesce dal seno Lucrino al lago d’Averno il qual oggidì totalmente è otturato, per la roina fatta dal fuoco nel 1538 come poi si dimostrerà ; et passata detta fossa ritrovavansi avanti detta roina i bagni diTripergola.
(a) Avanti ch’io seguiti la descrittione d’alcuni bagni, che erano in questi luoghi, voglio nominare altri bagni ch’erano intorno il lago diAverno.
[37] Et prima si ritrovava a man sinistra d’esso, il bagno dell’Arco talmente nominato dalla figura dell’edificio, ove siritrovava.
[38] Eravi poi il bagno di Ranerio111 così chiamato dall’autore.
[36b] Piegandosi dall’altro lato del lago, per passare a Puzzoli, vi erano gli antidetti bagni di Tripergola già detti vecchi. Et così erano di Tripergola nominati avanti la rovina del 1538 dalla casa tripartita, o fosse divisa in tre parti, ove erano conservate le veste, et altre cose di quelli i quali quivi erano passati a bagnarsi. Da questi bagni trasse il nome la gran contrada d’habitationi piena, che quivi era avanti detta roina, avenga che la fosse abbandonata per li terremoti, et incursioni de i pirati. […]
(b) Ma avanti ch’io descriva tale e tanto caso, voglio nominare alcuni bagni, et descrivere alcuni edifici, ch’erano quivi, et ne’luoghi vicini, sopra questa parte dell’Averno.
[54] Ove si vede Tripergola, et gli antidetti bagni vi è monte di Christo, talmente nomato secondo il volgo, perché dicono, Christo nostro servatore quindi passasse con le squadre de’santi padri ritornando dall’inferno.
[39] Vedesi poi il bagno di san Niccolò ; et fu imposto a questo bagno tal nome, perché soveniva ai poveri come facea sanNiccolò.
[40] Poscia si dimostra il bagno diScrofa.
[55] Evvi quivi vicino il bagno di santa Lucia. Et gli fu posto tal nome per esser molto profittevole a gliocchi.
[41] Appare poi il bagno dell’Arcolo che trasse tal nome dalla forma dell’edificio.
[56] Etiandio nominasi bagno di santaMaria.
[42] Seguita il bagno della Croce, gli fu posto tal nome per essere giovevole a i mali de i piedi, delle mani, et del costato. Ne’quali luoghi furono l’insegne della passione di Christo nostro redentore ; et per tanto così della Croce fudetto.
[43] Poscia al lito del mare scorgesi il bagno di Cantarello, talmente chiamato dalla forma dell’edificio.
[44] Da un lato di questo bagno si dimostra il bagno di Fontana. Acquistò tal nome dal sorgere che fa a simiglianza della fontana.
(c) Avanti che più passi a gli altri bagni vicini, voglio narrare il gran caso occorso al luogo della contrada di Tripergola sopra descritta, et ai luoghi contorni, nell’anno 1538 nel giorno di san Michele di settembre. […] Cessata la gran furia delle fiamme di fuoco, le quali uscivano, rimase quest’alto monte nella sommità con detta bocca ritonda, sempre più in giù stringendosi, a simiglianza d’un artificioso teatro, tal che nel fondo d’esso, vi è solamente una picciola piazza, ove si vede chiara acqua, dalla quale di continuo esala fumo d’odore di zolfo, là onde sono perduti assai bagni molto giovevoli a imortali.
Seguitando la nostranarrazione.
[53] Vicino alla chiesa di santa Maria evvi il bagno dell’Olio Petrolio, talmente dimandato, perché si vede uscire insieme con l’acqua un certo liquore, che par olio tanto nel colore, quanto nelodore.
[45] Appare etiandio alle radici del monte, qual’è sopra di detta chiesa, il bagno di Culma, così chiamato dal dettomonte.
[46] Poscia lungo il lito ritrovasi il bagno del Sole, et della Luna. Et è perciò così detto, che sì come il Sole, et la Luna superano le stelle nel splendore, così parimente quest’acqua avanza tutte l’altre acque nella virtù. Et a quella non vi si può passare, eccetto per le rovine d’alcuni antichiedifici.
[52] Et quivi vedesi questo edificio tutto diroccato, et dal mare sommerso. Vero è che cavando alquanto l’arena sorge l’acqua grassa, et di colore varia. Già fu nominata quest’acqua, Bagno de gliImperadori.
[47] Ritrovasi poi il bagno di Gibboroso112. Ha tratto questo nome dalla figura dell’edificio, qual’è alzato a simiglianza del gibbo. Scendesi a quest’acqua per alcuni gradi.
[51] Si vede poi il bagno detto Fonte del Vescovo, essendo stato ristorato da un vescovo, come dicono alcuni, o sia come vogliono altri, per esser molto usata quest’acqua da i gran prelati, i quali per l’abbondanza delle delicie, sogliono esser podagrosi, per esser quest’acqua giovevole allepodagre.
[48] Salendo poi alcuni passi, si dimostrano i bagni de’Fatis, forse così nominati dal fato, per il quale furono ritrovati, come dicono alcuni ; ma come vogliono altri, dalla volta da cui sono coperti, cioèfatti.
[49] Appare poi il bagno di Bracula per aventura talmente detto per esser basso, et ritondo illuogo.
[50] Evvi etiandio in questi luoghi il bagno della Spelonca, così nominato dalla spelonca, ove è posto ; et conforta il cervello. Et come dice Galeno, bevendone ogni giorno di essa calda cinque dramme, sarà sanato dall’infermitati che sono sopra, et altresì sotto ildiastemma.
[57] Sono anche in questi luoghi vicini, cominciando dal territorio Falerno insino al monte Miseno, molte altre scaturigine d’acque calde, et fredde. Le virtuti delle quali non sono conosciute, così per esser roinati i loro edifici, come etiandio per la negligenza, et ignoranza de gli habitatori del paese. Onde facilmente si può giudicare esser la maggior parte delle fontane di questi paesi, acque medicinali. […]
[32] Seguitando poi lo lito di là da Puzzoli vedensi molte sorgive di medicinevoli acque nel lito appresso le rive, fra le quali ritrovasi il bagno di santo Anastagio, così nominato per la chiesa di santo Anastagio a cui è vicino. Bisogna cavare l’arena a chi vuole ritrovare dettaacqua.
[58] Vedesi etiandio in questi luoghi presso alle dette rive, una caverna, della quale escono alcune acque, le quali poi sono inghiottite dall’arena, et per alcuni secreti ruscelletti entrano nella marina. Et ciò interviene per esser otturati li meati, per la negligentia de gli habitatori del paese, per i quali uscivano. Et per tanto fa bisogno cavare l’arena di rimpetto alla detta caverna, a quelli che le vogliono ritrovare. Già fu dimandato questo bagno l’Aiuto dell’Huomo, o sia in latino subsidium hominis, imperoché sanava molto maravigliosamente gli huomini sovenendogli nelle loroinfirmità.
[59] Lungo questa riva alla scesa del monte di Calatura, evvi un’altra scaturigine d’acqua nominata bagno di Calatura dal dettomonte.
[60] Poi sotto le rupi del monte appare il bagno della Pietra, così dimandato perché rompe lapietra.
[61] Più oltre seguitando il lito incontrasi nel bagno di Bagnuolo, talmente nominato dalla piccola forma d’esso.
[62] Più avanti evvi il bagno della Giuncara, così chiamato dalli giunchi, i quali in gran copia quivi siritrovano.
[63] Presso poi al lito, vedesi il bagno dellaGrotta.
(e) Havendo descritto le sorgive dell’acque medicinevoli, le quali sono circa il lito del mare da Puzzoli verso il monte Pausilippo (di cui poi si scriverà) voglio ritornare a Puzzoli, per dimostrare i luoghi mediterranei overo fraterra.
[64] Adunque appresso Pozzoli nell’horto del vescovo dalla parte australe, vedesi una porta dalla quale per molti scaglioni si scende in un luogo molto caldo, tal ch’entrandovi alcuno spirando il vento Ostro facilmente si soffocarebbe non potendo evaporare il soverchio caldo che quivi si ritrova. Trasse nome questo bagno d’Orto Donico perché esce nell’horto del vescovo. […]
[65] Piegandosi poi al Settentrione dopo poco appare monte Astruno molto alto. […] Io penso che fosse fatto questo monte con detto buco da qualche violentia di fuoco, sì come è stato fatto questi anni passati quello a Tripergola113, di che havemo scritto di sopra, et che vi sia poi rimasto114 quel picciolo fiume, presso il quale vi sono alcuni giovevoli bagni, come dimostrerò. […]
[66] Da questo naturale teatro, non molto lontano si vede un picciolo stagno d’acqua, alla cui sinistra è il bagno d’Astruno che son due fontane d’ugual forza. […]
(f) Et ritornando alquanto alla via verso Pozzoli (perché ci è rimasto a dietro un bagno da descrivere, ch’è alla sinistra di essa strada) vedesi un colle tutto secco, di cui altre volte usciva fuoco (come anche chiaramente si può giudicare) et fumo, sopra il quale, secondo il riporto de gli habitatori del luogo, mai si ferma alcun augello, ne etiandio vi riposano glianimali.
[31] Alle cui radici sono alcune caverne, nelle quali bogliono molto fortemente l’acque. Et perciò è nomato questo bagno della Bulla. Appena si vede uscir fuori di questi luoghi detta acqua. Et per tanto fa bisogno a chi ne vuole, con industria, et arte condurla, et raunarla in alcuni luoghi acciò la possa usare. Egliè questo luogo molto spaventoso a quelli, che vi vanno soli per esser selvaggio, et abbandonato, et per il continuo fumo che sempre esce di detta acqua, et altresì per il gran rimbombo dello strepito del bollire dell’acqua.
[36a] Laissant ces lieux du golfe de Baïes, revenons vers cette fosse qu’empruntaient, comme nous l’avons dit, les poissons pour passer du golfe Lucrin dans le lac d’Averne, lequel de nos jours est entièrement bouché à cause des ravages provoqués par le feu en 1538, comme cela sera montré plus loin ; à la sortie de cette fosse se trouvaient, avant ledit désastre, les bains de Tripergola.
(a) Avant de poursuivre la description de quelques-uns des bains qui étaient en ces lieux, je veux nommer d’autres bains qui se trouvaient autour du lac d’Averne.
[37] Et il y avait d’abord à gauche de celui-ci le bain de l’Arc, ainsi nommé à cause de la forme de l’édifice où il se trouvait.
[38] Il y avait ensuite le bain de Rainier, ainsi appelé d’après le nom de son dé couvreur.
[36b] En obliquant vers l’autre côté du lac pour aller vers Pouzzoles, il y avait les susdits bains anciens de Tripergola. On les appelait « de Tripergola », avant le désastre de 1538, d’après la maison tripartite, c’est-à-dire divisée en trois parties, où l’on conservait les vêtements et autres affaires de ceux qui venaient là se baigner. Ces bains donnèrent leur nom à la grande contrée pleine d’habitations qui se trouvait là avant ledit désastre, mais qui était déjà abandonnée à cause des tremblements de terre et des incursions des pirates. […]
(b) Mais avant de décrire ce terrible malheur [survenu en 1538], je veux nommer certains bains et décrire certains édifices qui se trouvaient là et dans les lieux voisins, dominant ce côté de l’Averne.
[54] Là où l’on voit Tripergola et les bains susdits, il y a le Mont du Christ, ainsi nommé par le peuple parce que, dit-on, le Christ notre sauveur passa par là avec la troupe des Saints Pères en revenant de l’enfer115.
[39] On voit ensuite le bain de saint Nicolas ; ce bain fut ainsi appelé car il assistait les pauvres comme le faisait saint Nicolas.
[40] Puis on montre le bain de la Truie.
[55] Près de là se trouve le bain de sainte Lucie. Et on lui donna ce nom parce qu’il était très profitable aux yeux.
[41] Apparaît ensuite le bain du Petit Arc, qui tira son nom de la forme de l’édifice.
[56] On l’appelle aussi « bain de sainte Marie ».
[42] Vient ensuite le bain de la Croix. On lui donna ce nom car il était bon pour les affections des pieds, des mains et des côtes. En ces lieux il y avait les enseignes de la Passion du Christ notre rédempteur ; et c’est pourquoi on l’appela « [bain] de la Croix ». [43] Puis, au bord de la mer, on aperçoit le bain de la Chanterelle, ainsi nommé d’après la forme de l’édifice.
[44] Sur un des côtés de ce bain, on montre le bain de [la] Fontaine. Il prit ce nom à cause de la manière dont l’eau jaillit à la ressemblance d’une fontaine.
(c) Avant de passer aux autres bains voisins, je veux raconter le grand malheur qui survint dans la contrée de Tripergola ci-dessus décrite et dans les lieux environnants, en l’an 1538, le jour de la Saint-Michel, en septembre. […] Quand cessa la grande furie des flammes de feu qui se déversaient, il resta cette haute montagne116 au sommet pourvu d’une bouche ronde, se rétrécissant vers le bas à la ressemblance d’un théâtre artificiel, si bien que tout au fond il n’y a qu’une petite place où l’on voit de l’eau claire, d’où émane continuellement une fumée sentant le soufre. De là vient que plusieurs bains très profitables aux mortels ont disparu.
Poursuivons notre narration.
[53] Près de l’église de sainte Marie il y avait le bain de l’Huile Pétrole, ainsi appelé parce que l’on voit sortir en même temps que l’eau un certain liquide qui ressemble à de l’huile tant par la couleur que par l’odeur117.
[45] Apparaît aussi au pied de la montagne qui domine cette église le bain de Culma, ainsi appelé à cause de cette montagne118.
[46] Puis, le long du rivage, se trouve le bain du Soleil et de la Lune. Et il est ainsi appelé car, de même que le Soleil et la Lune l’emportent sur les étoiles par leur splendeur, cette eau surmonte toutes les autres eaux par sa vertu. On ne peut pas y accéder, sinon en passant par les ruines de certains édifices antiques.
[52] Et là on voit cet édifice entièrement effondré et englouti par la mer. En vérité, si l’on creuse un peu le sable on voit surgir une eau grasse à la couleur changeante. Cette eau était appelée « le bain des Empereurs ».
[47] On trouve ensuite le bain de Gibboroso. Il a tiré ce nom de la forme de l’édifice, qui se dresse à la ressemblance d’une bosse119. On accède à cette eau en descendant quelques marches.
[51] On voit ensuite le bain appelé « Source de l’Évêque », soit parce qu’il fut restauré par un évêque, comme disent certains, soit, comme d’autres le veulent, parce que cette eau était très utilisée par les grands prélats, lesquels, à cause de l’abondance de leurs plaisirs, sont souvent goutteux, car cette eau est bonne pour les podagres.
[48] En montant ensuite de quelques pas, on voit les bains de’Fatis, peut-être ainsi nommés à cause de la fatalité qui les fit découvrir, comme certains disent ; mais [peut-être,] comme d’autres le veulent, à cause de la voûte dont ils sont couverts, c’est-à-dire faits.
[49] Apparaît ensuite le bain de Bracula, qui a peut-être reçu ce nom parce que c’est un lieu bas et rond120.
[50] Il y avait aussi en ces lieux le bain de la Caverne, ainsi nommé à cause de la caverne où il se trouve ; il conforte le cerveau. Et, comme le dit Galien, celui qui la boit chaude en en prenant chaque jour cinq drachmes sera guéri des maladies qui surviennent au-dessus et au-dessous du diastème121.
[57] Il y a aussi dans les lieux voisins, qui vont du territoire de Falerne jusqu’au mont Miseno, beaucoup d’autres sources d’eaux chaudes et froides. Leurs vertus ne sont pas connues, tant parce que leurs édifices sont en ruine qu’à cause de la négligence et de l’ignorance des habitants du pays. De là vient qu’on peut facilement estimer que la plupart des fontaines de ces pays sont des eaux médicinales. […]
[32] En suivant ensuite la côte au-delà de Pouzzoles, on voit de nombreuses sources d’eaux médicinales près du rivage, parmi lesquelles se trouve le bain de saint Anastase, ainsi nommé à cause de l’église de saint Anastase dont il est proche. Il faut creuser le sable pour retrouver cette eau.
[58] On voit aussi en ces lieux, près desdites rives, une caverne d’où sortent certaines eaux qui sont ensuite avalées par le sable et qui, par certains ruisselets secrets, entrent dans la mer. Et cela se produit parce que les ouvertures grâce auxquelles elles sortaient sont bouchées à cause de la négligence des habitants du pays. C’est pourquoi ceux qui veulent les retrouver sont obligés de creuser le sable devant ladite caverne. Ce bain était appelé « le Secours de l’Homme », qui se dit en latin subsidium hominis, parce qu’il guérissait très merveilleusement les hommes en les secourant dans leurs maladies.
[59] Le long de cette rive, à la descente du mont de Calatura122, il y avait une autre source d’eau appelée « bain de Calatura » d’après ledit mont.
[60] Puis, sous les pentes du mont, apparaît le bain de la Pierre, ainsi appelé parce qu’il brise la pierre.
[61] Plus loin, en suivant le rivage, on rencontre le bain de Bagnuolo, ainsi nommé à cause de sa petite taille123.
[62] Plus avant, il y avait le bain de la Jonquière, ainsi appelé à cause des joncs qui s’y trouvent en grand nombre.
[63] Ensuite, près du rivage, on voit le bain de la Grotte.
(e) Ayant décrit les sources des eaux médicinales qui sont au bord de la mer entre Pouzzoles et le mont Pausilippe (dont il sera question plus loin), je veux retourner à Pouzzoles pour montrer les lieux méditerranées, c’est-à-dire à l’intérieur des terres.
[64] Donc, près de Pouzzoles, dans le jardin de l’évêque, du côté sud, on voit une porte d’où l’on descend par de nombreuses marches dans un lieu très chaud, à tel point que, si quelqu’un y entrait quand le vent d’Auster souffle, il suffoquerait facilement, car la chaleur excessive qui s’y trouve ne peut s’évaporer. Ce bain doit son nom d’Orto Donico124 au fait qu’il débouche dans le jardin de l’évêque. […]
[65] En tournant ensuite vers le nord, à peu de distance apparaît le mont Astruno, très élevé. […] Je pense que ce mont a été engendré, avec ledit trou125, par quelque violence de feu, comme cela s’est produit il y a quelques années à Tripergola, dont nous avons parlé plus haut, et qu’il y est ensuite resté cette petite rivière, près de laquelle il y a quelques bains profitables, comme je le montrerai. […]
[66] Pas très loin de ce petit théâtre naturel, on voit un petit étang, à la gauche duquel il y a le bain d’Astruno, qui consiste en deux fontaines de force égale. […]
(f) En reprenant un peu la route de Pouzzoles (parce qu’il nous reste un bain à décrire, qui est à la gauche de cette route), on voit une colline toute sèche d’où autrefois sortait du feu (comme on peut clairement en juger) et de la fumée, au-dessus de laquelle, selon ce que rapportent les habitants du lieu, jamais aucun oiseau ne s’arrête, et les [autres] animaux ne s’y reposent pas non plus.
[31] Au pied de cette colline il y a certaines cavernes où les eaux bouillonnent très fortement. C’est pourquoi ce bain est appelé « [bain] de la Bulle ». On voit à peine ladite eau sortir de ces lieux. De ce fait, qui veut en prendre doit la conduire avec industrie et art, et la recueillir en certains lieux afin de pouvoir l’utiliser. Ce lieu est très effrayant pour les gens qui s’y rendent seuls, parce qu’il est sauvage et abandonné, et à cause de la fumée qui sort continuellement de ladite eau, et aussi à cause de l’énorme fracas que produit le bouillonnement de l’eau.

Extrait no 9 : Eaux du territoire de Bologne, en Romagne126

[10 & 67] Più ad alto salendo veggonsi i bagni della Porretta, bella terra, ove escono l’acque calde molto medicinevoli in gran copia dal sasso. La virtù delle quali è manifesta ad ogn’uno. Conciosia cosa che per la bocca del volgo si dica « Chi beve l’acqua della Porretta, o che lo spazza, o che lo netta ». Il che di continuo si verifica da gli effetti che si veggon. Fu trovata questa medicinevole acqua nel 1375 in tal modo. Havea un contadino un bue infermo molto magro, et vedendo per niun modo poterlo far guarire, l’abbandonò, lasciandolo in libertà, non curandosi di quello, sì come cosa abbandonata. Ora il bue in qua, et in là passando al meglio che potea pascolando, havendo ritrovato un ruscello d’acqua ne bevette, et tanto li piacque, che sovente vi passava a bere. Onde cominciò a sanarsi et ad ingrassare. Il che vedendo il padrone, et molto maravigliandosi di tal cosa, deliberò di ritrovar la cagione di questo, et un giorno di lunge seguitando il bue lo vide passar a quel ruscello d’acqua, ch’usciva dal sasso, et bere molto soavemente. Et osservando questa cosa più giorni tuttavia vedendolo farsi più grasso, et gagliardo, conobbe che per virtù di detta acqua havea racquistato la sanità. Et gustando d’essa acqua li parve havere il sapore salso. Onde riferita la cosa a Bologna, et ben considerata da i medici, et fatta l’isperientia ne gli infermi fu ritrovata molto giovevole ad alcune infirmitati. Et per questo vi cominciarono gl’infermi a passare, così consigliati da i medici per ricoverare la sanità. Et acciò potessero alloggiare, fu decreto dal senato bolognese che’l commun di Capognano, et di Garnagliono dovessero far quivi due habitationi. Cominciarono poi ad esser tanto frequentati, che fu necessario di fabricarli altre assai case, et tante ne furono fatte, che hora hanno forma d’una buona terra, di continuo etiandio fabricandosi dell’altre, ove sono civili habitatori. Escono queste acque calde in grande abondanza di sapore salso, da un alto sasso di minera di zolfo. Sopra il gran sasso antedetto, veggonsi in qua, et in là uscire alcune fiammette di fuoco ; et più dirò, che percossa piacevolmente la pietra sfavilla fuoco, ivi accendendosi la terra ; et spento il fuoco, vedesi germinar essa terra, et produrre l’herbe. Mette capo nel Reno quest’acqua. Onde non è maraviglia se l’acqua del Reno è tanto sana abeverla.
[68] Più in alto vi sono i bagni della Scarpetta i quali hanno gran virtù. Imperò che pigliando di detta acqua, et meschiandola con la terra, et fattone luto, et quel posto sopra il luogo de gli intrinseci dolori delle persone, si sanano.

[10 & 67] En montant plus haut, on voit les bains de la Porretta, belle terre où des eaux chaudes très médicinales sortent en grande abondance de la roche. Leur vertu est manifeste à chacun, étant donné que par la bouche du peuple il est dit : « Qui boit l’eau de la Porrette, ou elle le balaie, ou elle le rend net », ce qui est confirmé chaque jour par des effets visibles. Cette eau médicinale fut découverte en 1375 de la manière que voici. Un paysan avait un bœuf malade, très maigre ; voyant qu’on ne pouvait le guérir par aucun moyen, il l’abandonna, le laissant en liberté sans s’en occuper, comme une chose abandonnée. Or le bœuf, déambulant du mieux qu’il pouvait tout en broutant, trouva un ruisseau, y but, et son eau lui plut tellement qu’il retournait souvent en boire. Il commença alors à mieux se porter et à engraisser. Voyant cela, son maître en fut très étonné ; il voulut en découvrir la cause, si bien qu’un jour, suivant le bœuf de loin, il le vit aller à ce ruisseau qui sortait de la roche et s’y abreuver avec grand plaisir. Observant ce comportement pendant plusieurs jours et voyant que le bœuf devenait toujours plus gras et gaillard, il comprit qu’il avait recouvré la santé grâce à la vertu de ladite eau. L’ayant lui-même goûtée, il la trouva salée. Il rapporta ces événements à Bologne ; les médecins examinèrent bien la chose et expérimentèrent [cette eau] sur les malades : elle fut trouvée très bonne pour certaines maladies. À la suite de quoi les malades commencèrent à visiter cette source, sur les conseils des médecins, pour recouvrer la santé. Et afin qu’ils puissent être logés, le sénat de Bologne décréta que les communes de Capognano et de Garnagliono devaient y faire construire deux habitations. Les lieux commencèrent ensuite à être si fréquentés qu’il fut nécessaire d’y bâtir plusieurs autres maisons ; on en construisit tant qu’aujourd’hui l’endroit est devenu une bonne terre, et l’on continue encore d’en édifier d’autres, peuplées d’habitants policés. Ces eaux chaudes sortent en grande abondance, avec un goût salé, d’un haut rocher de minerai de soufre. Au-dessus de ce grand rocher, on voit jaillir de-ci de-là des flammèches de feu ; je dirai même que, lorsque la pierre est doucement frappée, il en jaillit du feu et là s’allume la terre ; et qu’une fois le feu éteint l’on voit cette terre germer et produire de l’herbe. Cette eau finit dans le Reno : il n’est donc pas étonnant que l’eau du Reno soit si saine à boire.
[68] Plus haut il y a les bains de la Scarpetta, qui sont de grande vertu. C’est pourquoi, quand on prend de ladite eau, qu’on la mélange avec la terre pour en faire de la boue, et qu’on la pose sur le lieu des douleurs internes des personnes, elles guérissent.

Extrait no 10 : Eaux de la Sicile127

[98] Poi discosto da Pietra di Roma dodeci miglia ritrovansi Acque dolci addimandate da Tolomeo Calacta. […]
[97] Scendendo poi al lito del mare, annoveransi poi quattro miglia dal fiume Torto a Brucato contrada dietro il lito ; et altretanto di quindi a Therme, così anche nominato Therme d’Himera da Tolomeo, et da Cicerone nel quarto delle Verrine, dice che fu colonia de’Romani. […] edificarono questa città, nominandola così Therme dalli sorgivi dell’acque calde, che quivi in gran copia escono, molto medicinali, come pare volere Cicerone nel quarto libro delle Verrine. Di queste acque calde ne fa memoria Strabone dicendo come in più luoghi di questa isola escono assai scaturigini di acque calde, et fra l’altre le salse Seluntine per insino ad Himera. Veggionsi anche per insino ad hoggi quivi parte de gli antichi edificii de’bagni d’acque calde, ove sono anche fatti alcuni luoghi agevoli per bagnarsi per le infermità. Oltre di detti sorgivi d’acque calde, ancor si veggiono altre fontane d’acque fresche, et fra l’altre un bello et vago edificio nuovamente nella piazza fatto da cui escono chiare et fresche acque in gran copia, dalle quali oltre la dilettatione che se ne piglia a vedere, anche gran sodisfattione se ne riceve al gusto, et ricreatione al bagnare. Sopra di quale ornato edificio, li Thermani hanno fatto tagliare nella pietra l’infrascritte lettere : « Lavato flagitia, non solum faciem ». Et poi sottoscritti questi versi : « Dent aliæ gelidas, dum nos dulcissima cunctis/Pocula nectareis anteferenda damus. /Hic sitis expletur, perstringunt balnea morbos,/Est thermis calida, non calidaque frui. /Alcide ediderant iam quondam balnea nymphæ,/Hæc urbs nunc edit blanda fluenta tibi. /Quinque trecenta super transibant lustra salutis/Himera quam fontis nobile struxit opus. » Et a’piedi di questi versi, così si vede scritto : « Copia tantum nos perdit ». Adunque fu nominata questa città Therme dall’acque calde, che quivi sorgono, et cognominata de Himera dalli cittadini della ruinata Himera, li quali la fabricarono, et etiandio per esser posta nel territorio dell’antica Himera. […]
[101] Era in questi luoghi la città di Segesta […]. In questo luogo sono le tanto celebrate acque dei bagni, secondo Philone. […]
(a) Più avanti entra nel mare il fiume di Caltabelotta128, che nasce da Giuliana, et passa da Chiusa, da Bivona et dalloBorgio.
[109] Fra questi due fiumi al mediterrano veggionsi sopra Xacca per due miglia ne’monti San Caloiro, ove si vede una spelunca molto larga et lunga co i seggi intorno fatti così dalla Natura, ove posson prender riposo quelli, che vi vengono per sudare, imperoché egli è un bel sudatorio, et molto sano per gliinfermi.
[100] Più vicino in Xacca sono sanissimi bagni d’acquecalde.
[108] Et quivi presso è una fontana d’acqua fresca, larga quattro palmi, molto utile per la sanità ; la qual mai non manca benché ne sia tolta, né cresce per cosa alcuna, che occorra.

[98] Puis, à douze milles de Pietra di Roma, on trouve [les] Eaux douces, que Ptolémée appelle Calacta129. […]
[97] En descendant ensuite vers le bord de la mer, on compte quatre milles du fleuve Torto à la contrée de Brucata, derrière la côte ; et autant de là jusqu’à Thermes, également appelé Thermes d’Himera par Ptolémée130 et par Cicéron dans le quatrième [livre] des Verrines131, qui dit que c’était une colonie des Romains. […] [Après la destruction d’Himera,] ils édifièrent cette ville, lui donnant ce nom de Thermes à cause des sources d’eaux chaudes très médicinales qui s’y trouvent en grand nombre, comme semble le vouloir Cicéron au quatrième livre des Verrines132. Ces eaux chaudes sont mentionnées par Strabon133, qui dit qu’en plusieurs lieux de cette île [la Sicile] jaillissent des eaux chaudes, notamment les eaux salées de Sélinonte, jusqu’à Himera. On y voit encore de nos jours une partie des antiques édifices qui abritaient les bains d’eaux chaudes, où ont été aménagés certains lieux praticables pour que les malades puissent se baigner. En plus desdites sources d’eaux chaudes, on voit des fontaines d’eaux fraîches, en particulier un bel édifice nouvellement construit sur la place, d’où sortent de claires et fraîches eaux en grand nombre, qui, outre le plaisir que l’on prend à les voir, donnent aussi grande satisfaction au goût et grande récréation au bain. Sur ce somptueux édifice, les Thermains ont fait graver dans la pierre les lettres que voici : « Lave tes souillures, pas seulement ton visage » ; et, au-dessous, ces vers : « Tandis que les autres [sources] donnent des [eaux] fraîches, nous offrons les coupes les plus douces de toutes, meilleures que des coupes de nectar. Ici la soif est étanchée, les bains chassent les maladies, et dans les thermes on tire profit des eaux chaudes ou froides. Les nymphes mirent autrefois au jour les bains d’Alcide134, et maintenant la ville les fait couler, délicieux, pour toi. Plus de trois cent cinq lustres du Salut s’étaient écoulés135 quand Himera fit édifier cette noble fontaine. » Et sous ces vers on voit inscrits ces mots : « Seule l’abondance nous perd ». Cette ville fut donc appelée « Thermes » à cause des eaux chaudes qui y jaillissent, et surnommée « d’Himera » par les citoyens de l’Himera détruite qui l’édifièrent ; elle est aussi appelée de cette manière parce qu’elle est située sur le territoire de l’antique Himera. […]
[101] Il y avait en ces lieux la ville de Ségeste […]. C’est là que se trouvent les eaux des bains tant célébrées, selon Philon136. […]
(a) Plus loin entre dans la mer le fleuve de Caltabellotta, qui naît à Giuliana et passe par Chiusa, par Bivona et par Borgio.
[109] Entre ces deux fleuves, dans l’intérieur des terres, on voit sur les hauteurs de Xacca, à deux milles dans les monts de San Caloiro, [l’endroit] où se trouve une caverne très large et longue, entourée de bancs créés par la Nature, où peuvent se reposer ceux qui viennent là pour suer, car il s’agit d’un beau sudatorium, très sain pour les malades.
[100] Plus près de Xacca, il y a des bains d’eaux chaudes très sains.
[108] Et près de là il y a une fontaine d’eau fraîche, large de quatre palmes, très utile pour la santé ; elle ne se vide jamais, combien qu’on en prenne, ni jamais n’augmente, quoi qu’il advienne.

Extrait no 11 : Eaux de l’île des Sirènes, dans la mer Tyrrhénienne137

[99] Strabone narra assai cose maravigliose del fuoco, che per questa isola discorre, tanto che ella rimase in quei tempi priva di habitatori. Sono l’acque calde, che in questa isola si ritrovano, di molto profitto a quelli, che patiscono di male di pietra.

[99] Strabon dit des choses merveilleuses du feu qui court à travers cette île, en telle quantité qu’elle resta privée d’habitants en ces temps [anciens]138. Les eaux chaudes qui se trouvent dans cette île sont d’un grand profit à ceux qui souffrent du mal de la pierre.

Extrait no 12 : Eaux de la Corse139

(a) Et così sarà tutta l’isola descritta disegnandovi però li bagni medicinevoli, che quivi siritrovano.
[102] Primieramente adunque ritrovansi i bagni di Pietra Pola appresso le Pratelle due miglia, nella pieve della Ciregia, hora villa disabitata. Et quivi è un bel vaso quadrato et murato cento palmi grande, ove scende l’acqua solfurea grossa, et molto calda, alla rogna giovevole, et alle contratture de’nervi. Non molto lungi da questo vaso sorge una fontana d’acqua più calda diquella.
[103] Nella pieve di Caccia della valle di Caroggia, vicino ad Asco vedensi due bocche d’acque fresche, assai al gusto delettevoli, et utili al caldo del fegato, alle rotture etoppilationi.
[104] Il terzo bagno è a Morazzani nella pieve Mariana, il quale è sano a quelli, che patiscono la febbre et il dolor de i fianchi et altre similiinfirmitati.
(b) Ritrovasi ancora un altro bagno in Campo Cardetto in Nebbio ch’è d’acqua fredda, ma scaldata fa maravigliose prove alli nervi attratti, et ad altrimali.
[105] Nella pieve di Vico in Balagno sorgono pure acque fredde, et più ad alto acque calde, nominate Bagni di Vico, i quali sanano molte infirmitati, et massimamente il flusso delsangue.
(c) Altre acque ritrovansi nella pieve di Talago di virtù simili a quelle di Prunelli. Et nella valle di Santo Antonio escono acque fredde molto chiare di gran virtù et possanza.

(a) Et ainsi toute l’île aura été décrite lorsque les bains médicinaux qui s’y trouvent auront été indiqués.
[102] Premièrement donc, on trouve les bains de Pietra Pola, à deux milles des Pratelle, dans la piève140 de Ciregia, ville aujourd’hui inhabitée. Il y a là un beau bassin carré entouré de murs, grand de cent palmes, où descend une eau sulfureuse grasse et très chaude, bonne pour la gale et pour les contractures des nerfs. Pas très loin de ce bassin jaillit une fontaine d’eau encore plus chaude.
[103] Dans la piève de Caccia, située dans la vallée de Caroggia, près d’Asco, on voit deux bouches d’eaux fraîches, au goût délicieux, et utiles pour la chaleur du foie, pour les ruptures et les opilations.
[104] Le troisième bain est à Morazzani, dans la piève Mariana ; il est sain pour ceux qui souffrent de fièvre, de douleurs des flancs et d’autres semblables maladies.
(b) On trouve encore un autre bain à Campo Cardetto, dans le Nebbio, qui est d’eau froide ; mais une fois chauffée elle agit merveilleusement sur les nerfs tendus et sur d’autres maux.
[105] Dans la piève de Vico, en Balagne, jaillissent aussi des eaux froides, et plus haut des eaux chaudes, appelées « Bains de Vico », qui guérissent beaucoup de maladies, principalement le flux de sang.
(c) D’autres eaux se trouvent dans la piève de Talago, aux vertus semblables à celles de Prunelli. Et dans la vallée de Santo Antonio sortent des eaux froides très claires, de grande vertu et puissance.

Notes

1 Sur la vie d’Alberti, voir Redigonda A. L., « Alberti, Leandro », dans Dizionario biografico degli italiani, vol. 1, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1960, p. 699-702 ; Prosperi A., « Leandro Alberti storico di Bologna e inquisitore dell’Italia », dans Descrittione di tutta Italia di Fra Leandro Alberti Bolognese, aggiuntavi la descrittione di tutte l’isole : riproduzione anastatica dell’edizione 1568 (Venezia, Lodovico degli Avanzi), con apparato critico regionale, Bergame, Leading, 2003, p. 7-26.

2 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, Bologne, Anselmo Giaccarelli, 1550 ; dorénavant : « éd. 1550 ».

3 Sur les étapes de la composition de l’ouvrage, voir Petrella G., L’officina del geografo : la « Descrittione di tutta Italia » di Leandro Alberti e gli studi geografico-antiquari tra Quattro e Cinquecento, con un saggio di edizione (Lombardia-Toscana), Milan, Vita e Pensiero, 2004, p. 3-16.

4 Voir Lestringant F., « L’Isolario italien de Leandro Alberti », dans M. Donattini (dir.), L’Italia dell’Inquisitore : storia e geografia dell’Italia del Cinquecento nella « Descrittione » di Leandro Alberti, Bologne, Bononia University Press, 2007, p. 385-394.

5 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1550, f. 469v.

6 Ibid.

7 Alberti L., Descriptio totius Italiæ, trad. G. Kyriander [Wilhelm Hermann], Cologne, Nicolaus Grapheus, 1566 ; rééd. : Cologne, Theodorus Baumius, 1567.

8 Alberti L., Descrittione di tutta Italia…, aggiuntavi nuovamente la descrittione di tutte l’isole dal medesimo autore descritte, Venise, Lodovico degli Avanzi, 1561.

9 Je me référerai dans la suite de cet article, par commodité, au fac-similé de 2003 (voir ci-dessus, note 1), qui reproduit l’édition de Lodovico degli Avanzi, imprimée en 1567 (volume sur les îles : Isole appartenenti alla Italia) et 1568 (Italie continentale) ; pour simplifier, je l’appellerai « éd. 1568 ».

10 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, Isole appartenenti alla Italia, f. 4r.

11 Sur l’histoire naturelle comme composante de l’« histoire » au même titre que l’histoire humaine d’après les conceptions de l’époque, voir Mandosio J.-M., « L’histoire dans les classifications des sciences et des arts à la Renaissance », Corpus, no 28, 1995, p. 43-72.

12 Descrittione di tutta Italia di Fra Leandro Alberti Bolognese, nella quale si contiene il sito di essa ; la qualità delle parti sue ; l’origine delle città, de’castelli, et signorie loro con i suoi nomi antichi, et moderni ; i monti, i laghi, i fiumi, le fontane, et i bagni ; le minere, et l’opere meravigliose in quella dalla Natura prodotte ; i costumi de’popoli ; et gli huomini famosi, che di tempo in tempo l’hanno illustrata (éd. 1568). J’ai pris ce titre pour base de préférence à celui de l’édition originale, car il est ordonné de manière plus logique. Voici, à titre d’information, celui de 1550 : Descrittione di tutta Italia di Fra Leandro Alberti Bolognese, nella quale si contiene il sito di essa, l’origine, et le signorie delle città, et delle castella, co i nomi antichi et moderni, i costumi de’popoli, le condicioni de’paesi ; et più gli huomini famosi che l’hanno illustrata, i monti, i laghi, i fiumi, le fontane, i bagni, le minere, con tutte l’opre maravigliose in lei dalla Natura prodotte.

13 Voir Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 16-26.

14 La Descrittione n’a jamais été traduite en français, en dehors de quelques extraits parus dans une revue confidentielle (Alberti L., « Récits édifiants et curieux », trad. J.-M. Mandosio, Nouvelles de nulle part, no 6, octobre 2004, p. 29-36). Seules trois descriptions régionales d’Alberti ont fait l’objet d’une édition critique : celles de la Lombardie (amputée de la description de Milan) et de la Toscane (inexplicablement tronquée à partir du f. 65r de l’éd. 1550), dans Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 169-553 ; celle des Pouilles, dans Orlando M., La Puglia : saggio di edizione della « Descrittione di tutta Italia » (Venezia, 1568) di Fra Leandro Alberti, Trente, UNI Service, 2009.

15 Voir Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 77-168, et « La Descrittione di tutta Italia di Leandro Alberti e gli studi geografico-antiquari fra Quattro e Cinquecento », dans L’Italia dell’Inquisitore, op. cit., p. 309-322.

16 Voir Mandosio J.-M., « La miscellanée : histoire d’un genre », dans D. de Courcelles (dir.), Ouvrages miscellanées [sic] et théories de la connaissance à la Renaissance, Paris, École Nationale des Chartes, 2003, p. 7-27.

17 Mandosio J.-M., « Filosofia, arti e scienze : una lettura sperimentale della Descrittione di tutta Italia », dans L’Italia dell’Inquisitore, op. cit., p. 323-355.

18 Mandosio J.-M., « “Pour que tu puisses goûter toute la richesse du fruit…” : une analyse exploratoire des index des Consilia medicinalia de Baillou (1635-1649) », Medicina e Storia, X, 2011, no 21-22, p. 153-189.

19 Voir Mandosio J.-M., « Filosofia, arti e scienze : una lettura sperimentale della Descrittione di tutta Italia », op. cit., p. 326-327.

20 Voir l’échantillon présenté ci-dessous (Annexe 1).

21 Sur les critères de classification adoptés, voir Mandosio J.-M., « Filosofia, arti e scienze : una lettura sperimentale della Descrittione di tutta Italia », op. cit., p. 328-329.

22 Voir ibid., p. 355.

23 J’ai laissé de côté des termes tels que « fleuve », « lac », « mer » ou « puits », sans rapport avec le sujet du présent article. Pour plus de précisions, voir ibid., p. 330-332.

24 Voir ibid., p. 335.

25 Les chiffres entre crochets renvoient aux entrées de l’index énumérées dans l’Annexe 1.

26 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, Isole appartenenti alla Italia, f. 20v.

27 Ibid., f. 21r.

28 Voir Pline l’ancien, Naturalis Historia, notamment le début du livre XXXI (sur les propriétés des eaux) et du livre XXXII (sur les merveilles de la mer).

29 C’est-à-dire « brûlés » en grec.

30 Puzzoli, de puzzo, « puanteur ».

31 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 178v.

32 Ibid., f. 86v ; voir Mandosio J.-M., « Filosofia, arti e scienze : una lettura sperimentale della Descrittione di tutta Italia », op. cit., p. 338-339.

33 Aristote, Physique, IV, 1, 208b (trad. P. Pellegrin, Paris, Flammarion, 2000, p. 202-203).

34 Ibid., p. 204.

35 Ibid., IV, 5, 212b (p. 225).

36 Voir Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 136, et « La Descrittione di tutta Italia di Leandro Alberti e gli studi geografico-antiquari fra Quattro e Cinquecento », op. cit., p. 321.

37 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 54v ; cf. Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 478.

38 Ibid., p. 141.

39 A. Justiniano, Dialogo nominato Corsica, éd. V. de Caraffa, Bastia, Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, 1882, p. 93-96 (Bagni medicinali de l’isola).

40 Voir Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 59-76.

41 Ibid., p. 162-165.

42 Cette partie a donc été révisée, pour tenir compte de l’événement, après la première rédaction de la Descrittione (1536).

43 Voir dans ce même volume Conforti M., « Subterranean Fires and Chemical Exhalations : Mineral Waters in the Phlegraean Fields in the Early Modern Age ».

44 Voir notamment Boisseuil D. et Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta, les médecins et les autorités publiques », dans D. Boisseuil et M. Nicoud (dir.), Séjourner au bain : le thermalisme entre médecine et société ( xive- xvie siècle), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2010, p. 63-98.

45 Je prends ici « moderne » au sens que ce terme avait au temps d’Alberti, où la période que nous appelons médiévale était qualifiée de modernior ou recentior.

46 Voir le site : www.termediporretta.it/italiano/Terme-storia.htm.

47 Voir Boisseuil D. et Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta », op. cit., p. 65 et 69.

48 Alberti L., Historie di Bologna, Bologne, Biblioteca universitaria, ms. 97 ; l’ouvrage ne fut publié que partiellement, de 1541 à 1591 (Historie di Bologna, éd. A. Antonelli et M. R. Musti, Bologne, Costa, 2005).

49 Boisseuil D. et Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta », op. cit., p. 76 et 82-84.

50 Je remercie Didier Boisseuil de me l’avoir signalé.

51 Cité par Boisseuil D. et Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta », op. cit., p. 86.

52 Bernardi A., Introito dal bagno della Poretta, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. ital. 250 ; cité par Chambers D. S., « Attenti alle acque : morte alle terme di Porretta », dans D. Boisseuil et H. Wulfram (dir.), Die Renaissance der Heilquellen in Italien und Europa von 1200 bis 1600/Il Rinascimento delle fonti termali in Italia e in Europa dal 1200 al 1600, Francfort, Peter Lang, 2012, p. 61-74 (73).

53 Nuovissima guida dei viaggiatori in Italia, Milan, Epicamo e Pasquale Artaria, 18343, p. 310 ; Lichtenthal P., Idrologia medica, Novare, Pietro-Alberto Ibertis, 1838, p. 282.

54 L’humaniste Paul Jove (Paolo Giovio, 1483-1552), qui détestait Alberti, le qualifiait de « doux cosmographe et brusque inquisiteur, friand du rôti de chair humaine ». Voir Minonzio F., « “Fra Leandro, dolce cosmografo e brusco inquisitore, leccardo del arrosto di carne umana” : i rapporti tra Leandro Alberti e Paolo Giovio e l’ombra inquieta della memoria (tra Giovanfrancesco Pico e Giovanni Mainardi) », dans L’Italia dell’Inquisitore, op. cit., p. 51-79 ; voir également Mandosio J.-M., « Démons et démonologie chez le dominicain Leandro Alberti (1479-1552) », dans M. Ostorero et J. Véronèse (dir.), Penser avec les démons : démonologues et démonologies ( xiiie- xviie siècles), Florence, Sismel – Edizioni del Galluzzo, 2015 (sous presse).

55 Tavola della Descrittione d’Italia (Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568).

56 doventano

57 Poretta

58 Sabbatini

59 Bagni di Silvano

60 Renerio

61 Nicolò

62 Canterelli

63 Gimboroso

64 Brancula

65 Spelunca

66 dell’Oleo Petroleo

67 Calaturra

68 Bagnolo

69 d’Ottodonico

70 Poretta

71 Popolonia

72 Tavola di tutte le cose più notabili contenute nella descrittione dell’isole pertinenti all’Italia, et di Venetia (Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, Isole appartenenti alla Italia).

73 Pala

74 Pour faciliter le repérage, j’ai divisé le texte en paragraphes correspondant aux entrées de l’index, appelées par des chiffres entre crochets. Les paragraphes complémentaires (non répertoriés dans l’index) sont précédés par une lettre entre parenthèses.

75 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 54v-55v. Pour ce passage, voir également l’édition critique d’une partie du chapitre sur la Toscane (éd. 1550) dans Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 478-481.

76 discretione

77 impito

78 Ripamaranzi

79 Zaccaria Zacchi (1473-1544), sculpteur né à Volterra, ami d’Alberti, qui a utilisé son mémoire sur les « choses admirables » de ce territoire. L’ouvrage, qui n’est pas autrement connu, a peut-être été rédigé à la demande d’Alberti pour étoffer la Descrittione.

80 Euphémisme pour désigner la constipation.

81 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 97v, 99v.

82 En réalité cette fontaine n’est pas décrite par Pline mais par Vitruve, dans son chapitre sur les eaux de source (Vitruve, De architectura, VIII, 3, 15). Vitruve explique qu’elle tue ceux qui la boivent, parce qu’elle est empoisonnée par les substances toxiques contenues dans le sous-sol. Il la situe à Terracina, dans le Latium, et non en Ombrie comme le fait Alberti. Ce dernier la mentionne dans sa description des environs de Terracina (Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 133v.), sans se rendre compte qu’il s’agit de la même fontaine : « Il y avait aussi dans ce pays une fontaine d’eau vénéneuse, appelée Ansure, comme le dit Boccace dans le livre des fontaines [De fontibus, § 9, p. 1882 ; Trattato de’fonti, p. 62] ; elle fut comblée avec de la terre par les habitants afin qu’elle n’empoisonne aucun animal, inconscient de sa dangerosité » (Era anche in questo paese una fontana d’acqua velenosa, nominata Ansure, come dice il Boccaccio nel libro delle fontane, la quale fu otturata di terra da gli habitatori, acciò non velenasse alcuno animale, non avvertendo alla sua malignità). Anxur, qu’Alberti écrit Ansur et Boccace Anxir, est l’ancien nom de Terracina. Pour les références à l’ouvrage de Boccace, voir ci-dessous, note 104.

83 De admirandis, ouvrage perdu de Cicéron ; ce passage est cité par Pline l’Ancien, Naturalis Historia, Xxxi, 4 [12].

84 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 148r-v.

85 questi

86 Strabon, Géographie, V, 3, 11.

87 Albulæ : diminutif d’albæ (« blanches »).

88 Martial, Épigrammes, I, 12, trad. H. J. Izaac, Paris, Les Belles Lettres, 1969.

89 Strabon, Géographie, V, 3, 11.

90 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 368v.

91 Pline l’Ancien, Naturalis Historia, VII, 49 [163]. Leur âge exact, d’après les éditions modernes, était de cent vingt-cinq et non cent vingt-trois ans (l’éd. 1550 de la Descrittione, f. 330r, donne le même chiffre que l’éd. 1568).

92 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 467v-468r.

93 Ibid., f. 36r, 78v. Pour le § 23, voir également l’édition critique d’une partie du chapitre sur la Toscane (éd. 1550) dans Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 391-392.

94 Strabon, Géographie, V, 2, 3.

95 Annius de Viterbe se présente comme le traducteur et le commentateur des faux textes antiques qu’il a lui-même forgés et publiés en 1498, parmi lesquels figure l’Itinéraire d’Antonin. Sur le passage cité par Alberti, voir la note ad loc. dans Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 392.

96 « L’ancienne Céré », en latin Cære Vetera, d’où son nom moderne de Cerveteri.

97 Dans cette partie, Alberti traite de la Toscane littorale (Hetruria littoralis) et non de la Toscane intérieure (Hetruria mediterranea), à laquelle appartient en revanche le § 29.

98 Voir ci-dessus, note 95.

99 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 173v-174v.

100 Vedi Nosubio

101 fa

102 vedi

103 Baia

104 De fontibus, § 37. Il s’agit de la troisième section du De montibus, silvis, fontibus, lacubus, fluminibus, stagnis seu paludibus, et de diversis nominibus maris, dictionnaire géographique composé par Boccace en 1360 (éd. M. Pastore Stocchi, dans Boccaccio, Tutte le opere, vol. 8, Milan, Mondadori, 1998, p. 1885-1886). Une traduction toscane, par Nicolò Liburnio (mort en 1557), fut publiée à Venise après 1526 (Boccaccio, Dizionario geografico, éd. G. F. Fasini, Turin, Fògola, 1978, p. 66).

105 Pline l’ancien, Naturalis Historia, XXXI, 3 [6-7].

106 Autrement dit, elles ne coulent chaque jour qu’entre le lever et le coucher de la Lune.

107 Strabon, Géographie, V, 4, 5.

108 Fazio Degli Uberti, Il Dittamondo, III, 1, v. 13-15, éd. G. Corsi, Bari, Laterza, 1952.

109 Baïus ou Baïos, compagnon d’Ulysse, qui donna son nom à Baïes.

110 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 176v-177v, 179v-180v, 181v.

111 Raverio

112 Gimboroso

113 Tripergula

114 rimaso

115 Selon la légende, l’Averne était une des portes de l’enfer.

116 Le Monte Nuovo.

117 Petrolio, du latin petroleum : « huile de pierre ».

118 Lat. culmen, it. colmo : « sommet ».

119 Lat. gibbus, it. gibbo : « gibbeux ».

120 Bracula : diminutif de braca, « braie », c’est-à-dire culotte.

121 La référence à Galien vient de la source utilisée par Alberti, la Succincta instauratio de balneis Campaniæ (1519) de Giovanni Elisio, dont un extrait est édité dans Petrella G., L’officina del geografo, op. cit., p. 163-164 ; Elisio y parle du diaphragme (diafragma) et non du diastème (diastemma), erreur de copie d’Alberti ou du typographe. L’historien napolitain Domenico Antonio Parrino (mort vers 1730) a vainement cherché la source galénique de cette prescription (Parrino D. A., Nuova guida de’forastieri per l’antichità curiosissime di Pozzuoli, Naples, Parrino, 1725, p. 87) : « Au sujet de l’eau du bain de la Caverne, on rapporte que Galien aurait écrit que celui qui la boirait chaude en en prenant cinq drachmes tous les matins obtiendrait la santé dans tous les membres du diaphragme. Ce passage ne se trouve pas dans les œuvres de Galien » (Del Bagno della Spelonca, dicono, che avesse scritto Galeno dell’acque, del quale chi bevesse cinque dramme calde ogni mattina, avrebbe avuta la salute in tutti i membri del diafragma. Questo luogo nell’opere di Galeno non si ritrova).

122 Calatura : « descente ».

123 Bagnuolo : « petit bain ».

124 Déformation du latin hortus dominicus : « le jardin du Seigneur ».

125 Il s’agit d’un cratère volcanique (voir ci-dessus, § c, la description du Monte Nuovo).

126 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, f. 337v-338r.

127 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, Isole appartenenti alla Italia, f. 49r, 50r-v, 58r, 59v.

128 Cattabellotta

129 Ptolémée, Géographie, III, 4. « Calacta, ancienne ville maritime de Sicile sur la côte septentrionale. Hérodote […] et Diodore […] la nomment Cale Acte, c’est-à-dire, beau rivage. […] Léandre croit que c’est Acque Dolci » (Bruzen DE LA Martinière, A.-A., Le Grand Dictionnaire géographique, historique et critique, t. II, Paris, 17682, p. 30). « Léandre » est évidemment Leandro Alberti.

130 Ptolémée, Géographie, III, 4.

131 Cicéron, In Verrem, II, II, 35 [86].

132 Ibid.

133 Strabon, Géographie, VI, 2, 9.

134 Alcide : un des noms d’Hercule. « Toutes les eaux chaudes, dit Athénée, qui jaillissent de la terre et qui servent aux bains, sont consacrées à Hercule ; quelquefois même les bains chauds portaient le nom de ce demi-dieu » (Macard H. M., De la nature et de l’usage des bains [Über die Natur und den Gebrauch der Bäder, 1793], Paris, 1801, p. 19).

135 305 × 5 = 1525 ap. J.-C.

136 Philon de Byblos (mort vers 140 ap. J.-C.), cité dans les Ethnica d’Étienne de Byzance (vie siècle), dictionnaire géographique dont il ne reste qu’un abrégé réalisé par son contemporain Hermolaos (Stephani Byzantii Ethnicorum quæ supersunt, éd. A. Meineke, Berlin, G. Reiner, 1849, t. I, p. 260) : « Égeste [= Ségeste], ville de Sicile où il y avait des eaux chaudes, d’après Philon » (Ἒγεστα, πόλις Σικελίας, ἒνθα θερμά ὕδατα, ὡς Φίλων).

137 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, Isole appartenenti alla Italia, f. 28v-29r.

138 Strabon, Géographie, VI, 1, 6. En fait, Strabon parle des feux qui ont séparé de l’Italie la Sicile et les îles voisines, « fragments détachés du continent ».

139 Alberti L., Descrittione di tutta Italia, éd. 1568, Isole appartenenti alla Italia, f. 16r-v.

140 Circonscription territoriale et religieuse, intermédiaire entre le diocèse et la paroisse.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540