Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le thermalisme

 | 
John Scheid
, 
Marilyn Nicoud
, 
Didier Boisseuil
, 
et al.

La cure thermale dans l’Italie de la fin du Moyen Âge et du début du xvie siècle

Didier Boisseuil

Texte intégral

  • 1 Michelet J., La Sorcière, Bruxelles-Leipzig, 1863, A. Lacroix, Verboeckhoven, p. 116-117.
  • 2 Si l’on exclut Guitard E.-H., Le prestigieux passé des eaux minérales. Histoire du thermalisme et d (...)

1Partout en Europe, les sources thermales ont été, dès la fin du Moyen Âge et tout au long de la Renaissance, couramment utilisées à des fins thérapeutiques ou récréatives. Cet état de fait est longtemps resté inaperçu pour un faisceau de raisons : d’abord parce que les infrastructures thermales des xiiie-xvie siècles n’ont jamais eu l’ampleur et le prestige des établissements antiques (discrètes, elles demeurent d’ailleurs ignorées de nos jours) ; ensuite, parce que les historiens, jusqu’à il y a peu, n’ont guère porté d’attention aux pratiques balnéaires du Moyen Âge et de la Renaissance. Jules Michelet n’avait-il pas en 1863 affirmé péremptoirement, dans la Sorcière, qu’il n’y avait pas eu de bains pendant mille ans1 ? Cette idée s’est longtemps maintenue et le thermalisme médiéval européen n’a pas fait l’objet d’études véritables avant les années 19602. Quant aux nombreuses monographies qui vantent l’ancienneté des stations thermales, elles escamotent bien souvent (parfois faute de sources documentaires, il est vrai) les siècles médiévaux, préférant se concentrer sur un passé antique – parfois douteux ou incompris – et une histoire récente des sites, plus accessible et plus conforme aux schémas communément admis du thermalisme.

  • 3 Cherubini G., « Ire ad aquas : le terme e il termalismo », dans Damiano Cosimo Fonseca, Giuliana Al (...)
  • 4 Mais cet aspect est plus amplement développé dans ce même volume par Marilyn Nicoud – que je souhai (...)
  • 5 Kaufmann P., Gesellschaft im Bad. Die Entwicklung der Badefahrten und der “Naturbäder” im Gebiet de (...)

2Pourtant, la façon d’utiliser les eaux pour préserver ou recouvrer la santé apparaît à la fin du Moyen Âge comme un fait social riche, complexe, notamment dans la péninsule italienne, comme l’ont montré récemment les travaux de David Chambers, Richard Palmer, Giovanni Cherubini et Philippe Braunstein3. Il est possible de distinguer, en effet, tout un ensemble de comportements plus ou moins codifiés (faits d’emprunts, d’adaptations, d’innovations) qui, sans être univoques ou figés, se distinguent sans doute (mais cela reste à observer) des pratiques antiques et constituent ce que j’appellerai une cure thermale, caractérisée par un séjour (ou voyage) au bain : ce que la langue allemande désigne sous l’expression de « Badefahrt ». J’essaierai donc de définir les principaux traits de cette cure et de soulever les questions qu’elle suscite, en réfléchissant notamment à sa dimension médicale4. Je m’intéresserai essentiellement à l’Italie centro-septentrionale, car c’est dans cette région de la péninsule que le phénomène thermal paraît le mieux documenté, où la place des médecins est la plus visible, mais j’aurais aussi pu prendre en considération le monde germanique où des travaux récents ont souligné l’intérêt d’une semblable étude5.

Le thermalisme médiéval est d’abord une balnéothérapie

  • 6 Squatriti P., Water and Society in Early Medieval Italy AD 400-1000, Cambridge, Cambridge Universit (...)
  • 7 Paravicini Bagliani A., Le corps du pape, trad. fr., Paris, Seuil, 1997, p. 204-207.

3Le bain constitue la pratique centrale du thermalisme, dès les premiers siècles du Moyen Âge6, mais son importance nous paraît plus nette à partir du xiiie siècle, lorsqu’on perçoit une plus grande attention portée au corps, notamment dans le milieu pontifical. C’est, en effet, dans la première moitié du xiiie siècle que les souverains pontifes pratiquèrent la recreatio corporis et instituèrent la villégiature estivale pour fuir les miasmes de la cité éternelle, séjournant notamment à Viterbe auprès des sources, comme l’a révélé Agostino Paravicini Bagliani7.

  • 8 Park K., « Natural Particulars : Medical Epistemology, Practice, and the Literature of Healing Spri (...)

4C’est d’ailleurs en raison des bienfaits supposés ou réels des eaux thermales que les communes rurales ou urbaines, garantes de l’utilité publique et du bien commun, se sont intéressées au thermalisme. Les normes thermales (formulées dans les statuti, parfois dans des ordinamenta ad hoc) des principales cités-États de Toscane, du Latium ou d’Émilie-Romagne rédigées dès le xiiie siècle, le manifestent amplement. Elles cherchent à valoriser, protéger voire identifier les eaux thermales, c’est-à-dire les eaux principalement chaudes et minérales (j’insiste sur ces deux aspects), dont les singularités n’ont jamais été conçues, en Italie tout au moins, comme des manifestations directes de la puissance divine – des eaux miraculeuses – mais comme les fruits singuliers d’une Création généreuse : des « merveilles de la nature »8.

  • 9 Boisseuil D., « Les juristes et les eaux thermales dans la Toscane des xiiie-xive siècles », Mélang (...)
  • 10 Boisseuil D., « Les sites thermaux toscans à la fin du Moyen Âge », dans Paola Galetti, Pierre Raci (...)
  • 11 Un inventaire exhaustif des sources thermales utilisées au Moyen Âge reste à faire, mais il est pro (...)

5Les efforts des autorités se traduisent principalement par la réalisation de bassins destinés tout autant à préserver la qualité des eaux (et donc leur pouvoir thérapeutique), qu’à s’assurer la possession et donc le contrôle public de leur écoulement. Ainsi l’eau thermale est une aqua balnei que les bassins permettent de s’approprier, comme le suggèrent deux consilia rédigés au début du xive siècle par des juristes de Pérouse, pour le compte de la commune de Montepulciano9. L’ampleur des initiatives communales fut remarquable, puisque pour la seule Toscane – certes région richement dotée en sources thermales – ce furent près d’une quarantaine de sites qui furent développés ou créés au Moyen Âge (cf. carte 1)10 ; d’autres zones de la péninsule, moins bien étudiées, possédaient aussi de nombreux bains, comme le Latium, la Campanie ou la Vénétie. Il semble bien que le phénomène n’ait épargné aucune région de l’Italie voire de l’Europe disposant de sources chaudes11.

Les sites thermaux médiévaux dans les limites de la région de Toscane actuelle.

Les sites thermaux médiévaux dans les limites de la région de Toscane actuelle.

1- Bagno a Morbo (Bagno al Morbo), 2- Bagno a Valiano, 3- Bagno ad Acqua (Bagno di Pecioli, Bagno di Acqui), 4- Bagno al Calvello (ou Bagno delle Caldane), 5- Bagno Bossolo, 6- Bagno de Altare (ou Acqua Borla, Acqua del Masso del Mortaione, Acqua passante), 7- Bagno del Busso, 8- Bagno del Re, 9- Bagno dell'Era, 10- Bagno delle Caldagna, 11- Bagno delle Caldaia, 12- Bagno delle Candagna, 13- Bagno delle Candagna cocta, 14- Bagno delle Doccia, 15- Bagno delle Ficoncella, 16- Bagno delle Figatella, 17- Bagno delle Grotta, 18- Bagno delle Leccia (ou Bagno San Quilico), 19- Bagno delle Porretta, 20- Bagno delle Terra, 21- Bagno delle Villa, 22- Bagno delle Caldane (ou Bagno di San Marziale), 23- Bagno delle Caldanelle, 24- Bagno delle Galleraie, 25- Bagno di Armaiolo, 26- Bagno di Caldana, 27- Bagno di Carraiole (Bagno a Vena, Bagno di Ulivetto ?), 28- Bagno di Corsena (ou Bagno a Corsena, Bagni Caldi), 29- Bagno di Gavorrano, 30- Bagno di Macereto, 31- Bagno di Miemo, 32- Bagno di Mommialla, 33- Bagno di Monsummano, 34- Bagno di Montecatini, 35- Bagno di Montalceto, 36- Bagno di Monte Pisano, 37- Bagno di Petriolo, 38- Bagno di Piscille, 39- Bagno di Poggio Santa Cecilia, 40- Bagno di Prata, 41- Bagno di Putidine, 42- Bagno di Rapolano, 43- Bagno di Risalso, 44- Bagno di Roccatederighi, 45- Bagno di Romagna, 46- Bagno di Roselle, 47- Bagno di San Filippo, 48- Bagno di San Giovanni, 49- Bagno di San Michele (ou Bagno di Sparteciano ou Spartacciano), 50- Bagno di Sant’Ansano (ou Acqua Borra), 51- Bagno di Santa Maria, 52- Bagno di Satumia, 53- Bagno di Sellene (ou Bagno di Sant'Agnese), 54- Bagno Grande, 55- Bagno Pojus, 56- Bagno Vignoni, 57- Bagnolo (ou Bagno delle Perla), 58- Bagnolo del Sasso, 59- Bagnolo di Monterotondo, 60- Stagno (Acqua Santa, Acqua Bogliora).

  • 12 Boisseuil D., Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge. Les bains siennois de la fin du xiii(...)

6Faute de fouilles archéologiques, il est difficile de connaître la forme des infrastructures. Les normes siennoises vers 1300 décrivent des bâtiments entourés de murs et sans toiture. À la même époque, les communes distinguaient les bassins en fonction de leur usage. Certains bains étaient ainsi dédiés aux saignées (faites par le biais de sangsues), d’autres réservées aux femmes, aux lépreux… Il semble que cette répartition ait été guidée par des impératifs sociaux (notamment la volonté d’éviter que les femmes soient vues des hommes), plus que par des exigences thérapeutiques, car il n’est pas possible de déterminer si les eaux retenues avaient des vertus particulières susceptibles d’expliquer leur spécialisation12.

7La présence d’un ou plusieurs bassins sur un même site amena aussi des cités comme Sienne, Bologne, Volterra, Lucques, Florence, ou Pise à proposer une définition matérielle et juridique des espaces thermaux, facilitant l’essor de véritables stations (Bagno di Petriolo, Bagno a Corsena, Bagno a Morbo) servant de cadre au déroulement de la cure et dotées de franchises. L’exemple le plus frappant de ces « villeneuves » est celui de Bagno della Porretta dans les Apennins dont les contours furent définis à la fin du xive siècle, avant d’être érigé en comté par la faveur des papes, au milieu du siècle suivant.

8Enfin les communes s’efforcèrent aussi de découvrir de nouvelles sources, cherchant, cette fois, à individualiser leurs qualités thérapeutiques. Pour établir leur choix, elles firent appel à des personnes compétentes sans qu’il nous soit possible de qualifier les spécialistes sollicités. Il s’agissait, peut-être, de ce personnel servant étroitement les malades (barbiers, apothicaires etc.) qui gravitait auprès des sources dès 1300, mais dont les savoirs et les pratiques restent inconnus.

  • 13 Nicoud M., « Inventio, experimentum e perizia medica nel de balneis di Michele Savonarola », dans C (...)

9Cette politique communale fut poursuivie par les princes et les Républiques à la fin du Moyen Âge qui voulurent à leur tour valoriser les eaux thermales et tirer profit des espaces balnéaires. Toutefois, le fait majeur est désormais le recours, pour ainsi dire systématique, aux médecins. Ainsi, désireux de connaître les vertus d’une source nouvellement découverte sur ses terres, le seigneur de Carpi fit appel à un praticien de renom : Michel Savonarole13.

Le rôle des médecins

  • 14 Conforti M., « I bagni di Ischia e Pozzuoli tra cinquecento e seicento. Dall’ozio privato alla pubb (...)
  • 15 Boisseuil D., Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta, les médecins et les (...)

10Cette évolution tient au fait que les praticiens se sont « emparés » du thermalisme et ont contribué à le façonner, comme l’a montré Marilyn Nicoud, sans doute pour répondre aux attentes des autorités publiques comme des malades. Ce processus reste encore à préciser, mais il s’inscrit dans un contexte plus large qui voit les médecins jouer un rôle croissant au sein de la société. Cela a été facilité voire justifié par le fait que dans la tradition hippocratico-galénique, telle qu’elle s’affirme dès les xiie-xiiie siècles, le bain figure parmi les « choses non naturelles » susceptibles de préserver ou rétablir la santé. Ainsi, même s’il apparaît parfois comme une thérapie ultime à défaut des autres14 – ce qu’un dicton bolonais résume par « l’acqua della Porretta, o te amaza, o te neta »15 –, le bain offre des possibilités curatives suffisamment étendues, pour être apprécié voire recommandé, et légitime qu’on s’intéresse à ses effets, à travers des traités ou des consilia médicaux.

  • 16 Voir principalement Fürbeth Frank, « Bibliographie der deutschen oder im deutschen Raum erschienene (...)
  • 17 García Ballester L., « Sobre el origen de los tratados de baños (de balneis) como género literario (...)
  • 18 Pour la composition du recueil voir Stefanizzi S., Il De balneis di Tommaso Giunti (1553) : autori (...)

11En effet, des praticiens italiens principalement (et dans une moindre mesure à partir de l’extrême fin du xve siècle et au début du xvie siècle, des médecins allemands, espagnols ou anglais16) furent les auteurs d’œuvres dédiées exclusivement à l’étude des eaux thermales et de leurs vertus intitulés, le plus souvent, De balneis17. Ces travaux forment un vaste corpus, composés de près d’une centaine de manuscrits et d’ouvrages imprimés. Une bonne partie des œuvres italiennes des xive-xve siècles ont été rassemblées au milieu du Cinquecento par l’éditeur vénitien Tommaso Giunta, dans un ample recueil, le De balneis18.

  • 19 Nicoud M., « Les vertus médicales des eaux thermales en Italie à la fin du Moyen Âge », dans Marie (...)
  • 20 Chandelier J., « La naissance d’un savoir médical sur les bains thermaux : les traités de Gentile d (...)
  • 21 Michele Savonarola, De Balneis et Thermis, Bologne, Benedictus Hectoris, 1493.

12Cette documentation, d’un genre complètement original19, fondée sur les « savoirs d’Anciens » mais qui les dépasse largement, s’organise en deux grands ensembles : les monographies portant sur une station (dont la tradition se maintient tout au cours de l’époque moderne et même au-delà) et des œuvres plus synthétiques, plus articulées. La première d’entre-elle est sans conteste celles de Gentile da Foligno († 1348)20. Les plus connues demeurent pour la fin du Moyen Âge celles d’Ugolino da Montecatini (1417) et de Michel Savonarole (1448), imprimé une première fois en 149321 et qui trouvent leur point d’aboutissement dans le De Thermis d’Andrea Bacci, édité à Venise en 1571. Souvent fondés sur une interprétation des composantes minérales des sources chaudes, ces textes décrivent les qualités thérapeutiques des eaux et attribuent à chaque pathologie ou à chaque type de malade (en fonction de sa complexion), un bain plutôt qu’un autre (sans qu’il soit possible d’articuler ces données avec ce que d’autres types de documents fournissent et notamment ceux émanant des communes urbaines). Ils prescrivent aussi tout un ensemble de règles destinées « à prendre les eaux » (« pigliare l’acqua ») sur lesquelles je m’attarderai plus avant. L’étude de ce corpus reste encore largement à faire (ne serait-ce qu’établir leur tradition, analyser les différents manuscrits qui nous sont parvenus), et ouvre quelques perspectives de recherche, notamment :

13Autour des auteurs des traités ou des consilia et des circonstances de leur rédaction. Bon nombre d’entre eux sont d’illustres praticiens qui ont été des courtisans ou des professeurs d’université. Il est possible que leur production soit liée à des exigences princières particulières ou bien à leur charge d’enseignement.

  • 22 Nicoud M., « Inventio, experimentum… », op. cit. ; Nicoud M., « Les vertus médicales des eaux en It (...)

14Sur les modes d’élaboration d’un savoir sur les eaux et sur les bains. Comme l’a montré Marilyn Nicoud, l’interprétation des composantes minérales des eaux (et donc de leur qualité) reposait sur des catégories anciennes et sur l’experimentum (une réflexion fondée sur l’usage des sens)22. Elle fait parfois place à la distillation, de sorte que le discours thermal a partie liée parfois avec l’alchimie et les balbutiements de la chimie notamment au xvie siècle.

15Sur une meilleure compréhension des pathologies anciennes et de leur association à un groupe social (notamment l’importance de la goutte pour les puissants, de la stérilité pour les femmes).

16Sur l’évolution des pratiques curatives et l’usage des eaux, car il est possible de percevoir de nouvelles formes de cure à la fin du Moyen Âge.

  • 23 Sur le rôle des correspondances voir notamment Jean Boutier, Sandro Landi, Olivier Rouchon (ed.), P (...)
  • 24 Nicoud M., « Expérience de la maladie et échange épistolaire : les derniers moments de Bianca Maria (...)
  • 25 Pour les Gonzague, voir notamment : Portioli A., I Gonzaga ai Bagni di Petriolo di Siena nel 1460 e (...)
  • 26 Melis F., « La frequenza alle terme nel basso Medioevo », dans Atti del I congresso italiano di stu (...)

17Le rôle thermal des médecins transparaît aussi dans les correspondances. Souvent rassemblées dans des « carteggi » conservés dans des archives publiques ou privées, elles constituent une forme documentaire fréquente en Italie (plus rare ailleurs) qui émane principalement d’individus aisés23. De très nombreuses lettres – notamment celles rédigées par des praticiens – évoquent ainsi maints aspects de la cure thermale et permettent souvent de mieux saisir les comportements des malades et les prescriptions thérapeutiques. Il conviendrait de procéder, même s’il est malaisé, à un repérage de ces correspondances dans les dépôts péninsulaires24. Car à côté des ensembles de missives conservées dans les archives princières (Médicis, Gonzague, Sforza principalement) qui ont fait l’objet d’études plus ou moins approfondies25, il existe dans les fonds privés des échanges – souvent fragmentaires, il est vrai – qui témoignent du caractère ordinaire et médicalisé du séjour thermal. Federigo Melis l’a montré en analysant, il y a presque cinquante ans, le fonds du marchand Francesco di Marco Datini, conservé à Prato26.

  • 27 Boisseuil D., « Les stations thermales entre Moyen Âge et Renaissance : l’exemple de Bagno a Morba (...)
  • 28 Boisseuil D., « Les cours italiennes et le thermalisme à la Renaissance : les Sforza de Milan et le (...)
  • 29 Guitard E.-H., op. cit., p. 80.

18Ces correspondances ont permis récemment de mettre en lumière le rôle inédit des médecins comme experts en matière d’infrastructures thermales. En 1387, en effet, la commune de Florence dépêcha à Bagno a Morbo dans le sud de la Toscane, un certain maestro Oliviero, un proche (sans doute) du chancelier de la République, Coluccio Salutati, pour faire reconstruire complètement les bassins27. En 1462, l’intendant, chargé de préparer la visite de Galeazzo Maria Sforza à Bormio et de l’édification d’un nouveau bain déclarait, dans une lettre adressée au duc de Milan, attendre avec impatience le grand médecin de cour, Benedetto Reguardati, parce qu’il ne se fiait pas à l’architecte responsable sur place des travaux « per non havere luj cognitione de simili artifici »28. Il me semble que cette expertise particulière des médecins (que l’on retrouve peut-être dans la création des hôpitaux de la Renaissance) mériterait d’être approfondie, d’autant qu’elle paraît s’affirmer ultérieurement. En 1605, le roi Henri IV nommait en France un surintendant des bains du royaume qui avait la responsabilité de les faire entretenir29.

  • 30 Nicoud M., « Les médecins italiens et le bain thermal à la fin du Moyen Âge », Médiévales, no 43, 2 (...)
  • 31 Pour un commentaire de cette œuvre classique de M. Mauss, cf. Martin O., Memmi D., « Marcel Mauss : (...)
  • 32 Boisseuil D., Nicoud M., « L’invention d’une source… », op. cit., p. 77 sq.

19Surtout, la correspondance, comme les traités ou les consilia manifestent le rôle des médecins dans l’élaboration de véritables regimina pour guider la cure30. À côté de comportements alimentaires et sexuels adaptés, les praticiens préconisaient, en effet, tout un ensemble de pratiques corporelles, de gestes destinés à constituer les étapes de la thérapie : les façons de se purger, de se baigner, de se mouvoir, de se reposer… Bref, tout un ensemble de « techniques du corps » pour reprendre les propos célèbres de Marcel Mauss, parfois violentes, qu’ils ont élaborées voire formalisées (puisque rien ne dit qu’ils les aient inventées)31. Ces techniques mériteraient d’être inventoriées et étudiées précisément. Car elles se sont imposées, autonomisées. En effet, on les retrouve répétées dans des documents très variés sous la forme de règles, notamment dans un document relativement répandu : la « Regola della Porretta », une composition rédigée en langue vulgaire, attribuée à Tura di Castello au milieu du xive siècle32 ; ou dans ce bref vademecum datant probablement de la fin du xve siècle, placé entre deux missives provenant du « carteggio » de la famille Guidi – une famille d’industriels de Volterra des xive-xvie siècles. Les instructions sont simples et paraissent s’adapter à n’importe quelle pathologie.

  • 33 Archivio di Stato di Firenze, Fondo Guidi 509, pièce volante (fin xve-début xvie siècle).

« … e però sforzate observare le infrascripte regole :
E prima, è circa la vità : mangiate cose di bono nutrimento, pane bene cotto, bene lievato non frescho del dì ; il vino sia picholo non molto bruscho, mediocremente temperato ; la carne di pollo, capretto, castrone ; herbe per insalata, radichio, (…) tucti cotti ; ova afocato, non duro ne fritto.
La seconda regola è che mentre siete nel bagno non mangiate, ne bevete per niente alcuna cosa ; ne anco da poi almeno per una hora ; il dì havendo sete, bevete acqua (…) e sopratucto vi guardiate mangiare troppo.
La terza regola è che vi levate a bona elba innanzi si levi il sole, e passegiate per casa in pocho e ingegniatevi andare del corpo ; e bene andando, pigliate una poca di cassia in canna per una hora inanzi desinare ; e andando sarete del corpo liberato entrate nel bagno ; laquale regola che cominciate a stare nel bagno per meza hora ; dì poi sucessivi per hora ; e uscito del bagno vi fate bene coprire in modo non patiat freddo ; e entratte nel lecto e sudate e di poi bene asciutto vi riposate un pocho ; e poi desinate.
Il dì non dormite. »33

  • 34 Burguière A., « Le concept d’autocontrainte et son usage historique », dans Sophie Chevalier, Jean- (...)

20Ces règles ne traduisent pas seulement comme on pourrait le croire à la suite de Norbert Elias, une accentuation de la pression normative mais elles établissent un cadre qui autorise les curistes, en respectant des codes, « à construire leur manière de se présenter aux autres en sachant qu’ils n’exposent qu’une partie de leur personnalité et préservent leur moi » pour reprendre les propos d’André Burguière34. Alors que le séjour thermal devient un lieu de représentation, ce formalisme est un moyen d’assurer une forme de « convivenza » organisée, que les médecins, soit comme prescripteurs, soit comme interprètes, ont contribué à formuler.

  • 35 La douche n’est pas une invention médiévale, elle est citée par plusieurs auteurs dès l’Antiquité, (...)
  • 36 Pontifex aquas calidas in hoc loco viginti diebus per canale ductas, in vertice capitis accepit : s (...)
  • 37 Archivio di Stato di Siena, Consiglio Generale 200, fol. 155-155v, le 26 janvier 1403 (nouveau styl (...)

21Enfin, la documentation dans son ensemble permet de nous interroger sur le rôle des praticiens dans l’apparition de quelques évolutions thérapeutiques. En premier lieu, la « douche thermale ». Elle apparaît, à la fin du xive siècle, dans quelques stations thermales toscanes. Il est possible qu’elle ait existée ailleurs auparavant35 mais elle trouva d’emblée une justification médicale : elle servait « à chasser les humeurs du cerveau » pour reprendre les propos du pape Pie II dans ses Commentaires36. Cette spécificité thérapeutique apparaît dès 1403, à Bagno di Petriolo, puisque la taxe perçue s’appelle « la gabella de docci del lavare el capo »37.

  • 38 Les eaux de Bagno di Montecatini étaient aussi consommées. En 1387, le grand marchand de Prato, Fra (...)

22Deuxièmement, l’usage des eaux thermales comme boisson. En Toscane, cette évolution est tardive, elle ne s’effectue qu’au cours du xve siècle (avec l’affirmation d’un lieu particulier : le Bagno della Villa, à proximité du Bagno a Corsena dans le territoire de Lucques), mais dans le nord de la péninsule plusieurs autres sites possédaient une source buvable dès la fin du xive siècle, principalement : Bagno di Montecatini38, Bagno della Porretta, Bagno di Bormio et peut-être Bagno di Petriolo. Il conviendrait d’étudier plus précisément ce phénomène, mais d’ores et déjà il me paraît majeur, ne serait-ce que parce qu’il soutient le développement de stations nouvelles en Europe à l’époque moderne (Spa notamment) ou dynamise d’anciens sites (comme Bath), mais aussi parce que l’absorption d’eaux minérales devint essentiel à la cure au début de l’époque contemporaine. Il conviendrait de s’interroger sur la nature des sites privilégiés pour de telles pratiques et sur les modes de consommation qui s’imposent au cours du xve siècle. La place des médecins dans la promotion des sources à boire reste complètement à définir, car ils ont longtemps déconseillé la boisson. Leur appréciation nouvelle traduit peut-être une évolution dans la perception des eaux, leur progressive assimilation à de véritables médicaments (en particulier grâce à la mise en place de procédés expérimentaux plus précis). Ce changement semble s’accompagner d’une autre modification importante : le transport désormais fréquent des eaux.

  • 39 En 1454, Borso d’Este autorisait Luigi da Dallo, qui avait construit un établissement à Quara, à pe (...)
  • 40 Boisseuil D., « Les cours italiennes et le thermalisme, op. cit., Ce fut aussi le cas du cardinal F (...)
  • 41 Notamment à Gênes, Hanke S., Zwischen Fels und Wasser, Grottenanlagen des 16. und 17. Jahrhunderts (...)

23La plupart des eaux thermales était, en effet, à la fin du Moyen Âge consommées sur place, dans les stations : les autorités publiques et les médecins soutenaient que leur transport risquait d’altérer leurs qualités naturelles (en particulier leur chaleur). Toutefois, dès le xive siècle certaines eaux circulaient comme celles de Bagno di Poretta, mais cet usage prit de l’ampleur à la fin du xve siècle pour devenir fréquent au siècle suivant. Les sources nouvelles de Quara ou de Bagno della Villa étaient ainsi commercialisées comme sans doute d’autres encore39. Il conviendrait d’étudier la posture des médecins dans cette évolution qu’ils ont dû accompagner, malgré leurs réticences, et cela d’autant qu’elle est étroitement associée à une consommation plus grande des eaux à domicile que les praticiens ont parfois suggérée. Je l’ai observé pour Francesco Sforza qui, atteint d’une grave crise d’hydropisie en 1462 et jugé intransportable, fut baigné à Milan dans son palais avec les eaux de Porretta sur les conseils de Benedetto Reguardati40. Cette nouveauté me pousse à regarder d’un œil neuf les différentes salles de bains qui apparaissent au tournant du siècle dans plusieurs résidences aristocratiques de la péninsule41 et qui dessinent les contours d’une nouvelle mise en œuvre du thermalisme à la fin de la Renaissance en éloignant certains curistes des stations.

Un séjour particulier

  • 42 Un aperçu dans Boisseuil D., Redon O., Grieco A. J., « Cures thermales et régimes alimentaires en T (...)
  • 43 Comme la longue description du séjour du duc de Calabre auprès des sources des Champs Phlégréens en (...)
  • 44 Bettoni A., Rinaldi M., Rippa Bonati M. (ed.), Michel de Montaigne e il termalismo (Atti del conveg (...)

24Car jusqu’au xvie siècle le voyage ou le séjour aux bains était la règle et suscitait une véritable organisation comme nous le révèle, outre les correspondances, des documents variés : des comptabilités privées (peu nombreuses), des œuvres littéraires (et notamment pour la Toscane, des recueils de « Novelle »42), des livres de famille essentiellement florentins (« libri di ricordanze »), quelques chroniques urbaines ou princières43 et un ouvrage exceptionnel : le Journal de Voyage de Michel de Montaigne44.

  • 45 Melis F., op. cit.

25Le séjour aux bains était suffisamment commun, en Toscane tout au moins, pour susciter ce que Federigo Melis appelle une fréquentation de masse des sites thermaux, même si elle demeure impossible à quantifier et à qualifier45. En effet, si la présence de populations aisées (accompagnées parfois par leurs médecins), nous est connue grâce aux documents qui nous sont parvenus, nous ne pouvons que supposer l’existence de visiteurs plus humbles en observant l’ampleur des stations et l’importance des taxes balnéaires prélevées.

  • 46 Bourin M., Martínez Sopena P. (ed.), Anthroponymie et déplacements dans la chrétienté médiévale, Ac (...)
  • 47 Boisseuil D., « Les Médicis aux bains. Le thermalisme dans le territoire siennois au Quattrocento, (...)
  • 48 Ferrari D., « Paola e Cecilia Gonzaga alle terme di Abano nel 1475 », dans Philippa Jackson, Guido (...)
  • 49 Boisseuil D., « La fréquentation thermale féminine dans la Toscane du Quattrocento », dans Isabelle (...)

26Le voyage aux bains en tant que tel constitue un type de mobilité singulière qui n’a pas fait jusqu’alors l’objet d’étude approfondie dans le monde italien, contrairement aux mouvements migratoires ou aux pèlerinages46. Il est particulier notamment parce qu’il intéresse des individus qui se déplaçaient peu ou plus rarement que d’autres : les enfants et les femmes. À 6 ans en 1455, Laurent de Médicis fut ainsi amené à Bagno di Petriolo comme sa sœur47. En 1475, les deux filles cadettes des Gonzague, Cecilia et Paola, âgées respectivement de 24 et 11 ans visitèrent incognito les bains de Padoue48. Pour ces jeunes curistes, il s’agissait sans doute d’un événement extraordinaire, d’autant plus important qu’il était porteur d’espoir : recouvrer la santé ou soigner un défaut physique. Pour certaines femmes, il était sans doute déterminant puisqu’il devait les aider à devenir ou à redevenir fertile49… Il pouvait constituer une épreuve d’autant qu’il présentait des risques (agression, isolement…). Il pouvait aussi procurer des surprises, des joies et des rencontres. Ces dernières étaient facilitées par le fait que les individus semblaient se côtoyer facilement dans la station.

  • 50 Cavaciocchi Simonetta (ed.), Il tempo libero. Economia e società (Loisirs, Leisure, Tiempo Libre, F (...)

27La question de la promiscuité avait d’autant plus d’importance que le séjour devait avoir une certaine durée. Les médecins sont, sur ce point, unanimes et toutes les correspondances le confirment : il fallait rester au bain plusieurs jours, une vingtaine, voire plus. J’ignore depuis quand ce laps de temps s’est imposé. Il n’est pas justifié à ma connaissance par les praticiens (ni dans leur traité, ni dans leurs lettres), peut-être est-il un héritage de traditions plus anciennes. Cette durée du séjour eut, à mes yeux, deux principales conséquences : d’une part, la recherche d’un certain confort d’hébergement, d’autre part, la nécessité d’occuper le « temps libre » en dehors des séances de soins pourtant longues50.

  • 51 Boisseuil D., Le thermalisme en Toscane…, op. cit., p. 137 sq.

28L’hébergement aux bains fut donc une constante préoccupation. Si des tentes ou de véritables campements sont attestés au xiiie siècle, auprès de certaines sources en particulier dans le territoire siennois, ils semblent disparaître par la suite et les curistes furent hébergés principalement dans des structures durables. La documentation du début du xive siècle, pour Bagno di Petriolo ou Bagno Vignoni, révèle ainsi l’existence de stationes tenues par des professionnels : les « stazionarii ». Il est difficile de connaître la forme, la nature de ces bâtisses (faute notamment de fouilles). Certaines étaient possédées par les membres de l’oligarchie urbaine, en particulier à Bagno di Macereto, les Bonsignori. Elles coûtaient, au regard, des autres habitations rurales, des sommes considérables, le double voire le quadruple des prix habituels, et leur valeur était plus proche des standards urbains. C’est qu’elles apparaissaient comme des immeubles de rapports, louées ou sous-louées, pièce par pièce, aux curistes le temps d’un séjour, lors de la saison thermale51.

  • 52 Pontieri E., « Baja nel Medievo », dans I campi Flegrei nell’archeologia e nella storia, Rome, Acca (...)
  • 53 Boisseuil D., Le thermalisme en Toscane…, op. cit., p. 177. Un médecin est attesté aussi dans l’hôp (...)

29Ces bâtiments étaient parfois si nombreux qu’ils formaient une agglomération ample. Leur rôle est d’autant plus remarquable qu’ils étaient, dans le territoire siennois tout au moins, quasiment les seuls destinés aux curistes : les structures hospitalières (qu’on aurait pu supposer présentes et amples dans un État où l’hôpital urbain – dédié à la Vierge – constituait un modèle de soins centralisés) étaient en effet modestes voire inexistantes. Seuls quelques sites thermaux de la péninsule étaient étroitement associés à un hospice : l’hôpital San Martino di Bagno à Bormio, celui de Tripergole dans les Champs Phlégréens52 et l’hôpital San Martino de Bagno a Corsena. La nature et l’organisation de ces infrastructures hospitalières mériteraient, cependant, d’être précisée et comparée à d’autres espaces car c’est, me semble-t-il, au sein de ces hôpitaux qu’apparurent les premiers médecins/consultants connus dans les stations. C’est notamment le cas, à Bagno a Corsena où la législation l’impose dans la seconde moitié du xve siècle53.

  • 54 Boisseuil D., « La fréquentation thermale médicéenne… », op. cit.
  • 55 Ibid.

30Toutefois, sans forcer le trait, la transformation majeure du Quattrocento concerne l’apparition d’auberges, attestées dans la plupart des sites. À Bagno di Petriolo, elles se substituent aux structures précédentes sans qu’il soit possible néanmoins de savoir si ce changement implique des évolutions importantes dans les modes d’hébergement ou même dans le bâti (tout au moins dans un premier temps). C’est vraisemblable cependant, car la Renaissance en Toscane se caractérise, pour les élites tout au moins, par l’édification d’un habitat plus spacieux et mieux meublé54. Or, les auberges de Toscane de la fin du xve siècle (telles que les inventaires nous les restituent), sont des établissements comparables aux établissements citadins, susceptibles de contenter une clientèle habituée au « nouveau » confort urbain. Les démarches entreprises en 1455 par les agents de Pierre de Médicis pour accueillir à Bagno di Macereto, de façon décente, toute sa famille dont Laurent sont remarquables55. Elles dessinent les contours des exigences du thermalisme impliquant des stratégies d’accueil, de recommandation, la mobilisation de réseaux d’amis ou d’informateurs qui insèrent les pratiques thermales dans un ensemble plus amples de relations sociales complexes.

  • 56 Boisseuil D., « Les stations thermales entre Moyen Âge et Renaissance… », op. cit.

31Néanmoins, les Médicis (comme d’autres grands seigneurs) ne se contentèrent pas d’être accueillis chez des étrangers et préférèrent contrôler directement un bain ou un site. Ainsi, on observe une brutale « privatisation » des eaux thermales à la fin du xve siècle : par le biais de la captation du flux pour alimenter un bain ou une baignoire privée dans une demeure à côté des sources (à Bagno di Petriolo et auparavant à Bagno della Porretta) ou bien même par l’appropriation d’un bain public, détourné de son usage collectif à des fins individuelles (comme dans la zone thermale de Viterbe). Lucrezia Tornabuoni – la mère de Laurent de Médicis – parvint même en 1478 à disposer de Bagno a Morba dans le territoire volterran56. Elle le transforma en un lieu de villégiature princière comme les autres villas médicéennes qui lui servaient pour son usage personnel et pour accueillir les clients de la famille.

  • 57 Michel de Montaigne, Journal de Voyage, éd. François Rigolot, Paris, PUF, 1992, p. 172.

32Cette évolution confirme l’importance de la station comme lieu de représentation. Car, au cours du Quattrocento principalement, se met en place tout un ensemble de pratiques sociales qui, sous couvert de fonctions récréatives, assument des fonctions distinctives. Le séjour doit, en effet, pour être fructueux, être joyeux. Les traités, les consilia médicaux soutiennent la nécessité de s’amuser pour chasser l’ennui ou la tristesse et pour faciliter la guérison. Les correspondances attestent que les curistes se sont efforcés de se conformer à ses exigences, mais elles ne précisent pas toujours la nature des divertissements adoptés. C’est regrettable, car tous n’étaient pas tolérés : les jeux de dés, les paris, par exemple, étaient prohibés dans les principaux sites siennois, par les autorités publiques dès le xiiie siècle. Il est encore difficile de savoir si ces interdictions étaient respectées et quels jeux de substitutions étaient alors pratiqués, surtout par les populations les plus modestes. Car aux bains comme ailleurs on perçoit mieux les activités ludiques des élites. Or, ces activités ne sont guère différentes de celles qu’elles pratiquaient communément en ville et qui se donnaient à voir comme des spectacles : les joutes (destinées notamment aux « condottieri » en cure) et les bals (où se révèlent l’agilité des danseurs, ou les performances des musiciens). Ces activités étaient organisées par les plus riches ou les plus puissants qui les finançaient. Michel de Montaigne rapporte par le menu les préparatifs et le déroulement d’un bal qu’il fut contraint d’offrir en 1581 aux habitants de la station de Bagno della Villa57. Il nous révèle les usages, les préséances de cette micro-société balnéaire. À Bagno di Petriolo, la station sans doute la plus « chic » d’Italie au milieu du xve siècle, les manifestations étaient coordonnées – et financées – par un « seigneur des bains » : la fonction fut attribuée au jeune Laurent le Médicis dès son premier séjour en 1455.

  • 58 Boisseuil D., « Pie II et les bains siennois », dans Fabrizio Nevola (ed.), Pio II Piccolomini : il (...)
  • 59 D. Boisseuil, « Les Médicis aux bains… », op. cit.
  • 60 Giorgio Anselmi composa, sous la forme d’un dialogue qui se serait déroulé lors d’un séjour à Bagni (...)

33Ces sites accueillaient aussi des divertissements moins animés, plus recueillis comme la musique, la poésie, la lecture ou même l’écriture. Pie II, au cours du troisième séjour thermal qu’il effectua durant son bref pontificat (1458-1464) dans le territoire siennois, y composa une partie de ses Commentaires58. En 1490, alors qu’il était à Bagni San Filippo, Laurent de Médicis fit venir ses musiciens de Florence pour composer des chansons59. Sans pour autant considérer ces comportements comme inspirés de modèles antiques – l’otium cum dignitate –, il faut bien admettre qu’ils semblent avoir été prégnants, puisque plusieurs œuvres prennent pour cadre un séjour aux bains : notamment le recueil de « nouvelles » rédigé par Giovanni Sermini60.

  • 61 En juin-juillet 1532, l’empereur Charles Quint se rend aux bains alors qu’il est fiévreux, ainsi qu (...)

34Ces divertissements, quelle que soit leur nature, contribuèrent assurément aux succès des bains et purent constituer une fin en soi. Ils attirèrent, sans doute, des populations en mal de plaisirs qui n’avaient pas nécessairement de raisons thérapeutiques d’y venir, et que les autorités publiques cherchèrent à contrôler (notamment les espions61, attirés par la présence de nombreux étrangers aux bains). Ils rendirent le travail des médecins plus difficile encore, puisqu’ils les contraignaient à composer avec des comportements que leur science pouvait réprouver.

Conclusion

  • 62 Boisseuil D., « Impiego e cultura delle acque termali in Italia nel Rinascimento (xiii-xvi secolo)  (...)
  • 63 Notamment l’œuvre de Felix Hemmerli, Tractatus de balneis naturalibus antérieur à 1450 cf. Fürberth(...)
  • 64 Woolfson J., « Sir Philip Hoby at the Baths of Caldiero », dans Philippa Jackson, Guido Rebecchini,(...)

35La cure apparaît ainsi comme un phénomène complexe que les médecins italiens ont manifestement contribué à façonner, mais qu’ils n’ont pas contrôlé. Nombre de pratiques sociales voire thérapeutiques leur ont échappé (en particulier la mobilité des eaux qu’ils avaient prohibée). En revanche, ils ont construit un discours raisonné, articulé sur les sources et sur les bains qui participe plus largement d’une « culture des eaux » à la Renaissance62. Il n’a été repris, dans le monde germanique, que dans la seconde moitié du xve siècle, par des auteurs qui n’étaient pas tous des praticiens, comme l’a montré Frank Fürberth63. Il s’est développé aussi plus tardivement dans le reste de l’Europe et notamment en France. Cela n’exclut pas que, dans ces différents pays, des pratiques thermales raffinées se soient déployées, même si elles restent, pour une large part, encore inconnues. Néanmoins, elles paraissent toujours au xvie siècle, moins attrayantes que celles d’Italie, comme le révèle le journal de voyage de Michel de Montaigne ou les protagonistes précoces du « Grand Tour »64.

Notes

1 Michelet J., La Sorcière, Bruxelles-Leipzig, 1863, A. Lacroix, Verboeckhoven, p. 116-117.

2 Si l’on exclut Guitard E.-H., Le prestigieux passé des eaux minérales. Histoire du thermalisme et de l’hydrologie des origines à 1950, Paris, Société d’histoire de la pharmacie, 1951.

3 Cherubini G., « Ire ad aquas : le terme e il termalismo », dans Damiano Cosimo Fonseca, Giuliana Albini, Giovanni Cherubini, Massimo Miglio (ed.), Ambienti, mentalita e nuovi spazi umani tra medievoe età moderna, Milan, Electa, 1987, vol. 2, p. 146-155. Chambers D. S., « Spas in the Italian Renaissance », dans Reconsidering the Renaissance. Papers from the twenty-first Annual Conference of the Center for Medieval and Early Renaissance Studies, Mario A. Di Cesare (ed.), State University of New York at Binghamton, Center for Medieval and Early Renaissance Studies, 1992, p. 3-27 ; rééd. dans Individuals and Institutions in Renaissance Italy, Londres, Variorum Reprints, 1998 ; Braunstein Ph., « Dal bagno publico alla cura corporale privata : trace per una storia sociale dell’intimo », Ricerche storiche, no 16, 1986, p. 524-534 ; Palmer R., « “In this our Lightye and Learned Tyme”, Italian Baths in the Era of Renaissance », Medical History Supplement. The Medical History of Waters and Spas, no 10, 1990, p. 14-22.

4 Mais cet aspect est plus amplement développé dans ce même volume par Marilyn Nicoud – que je souhaite chaleureusement remercier pour ses conseils et sa relecture.

5 Kaufmann P., Gesellschaft im Bad. Die Entwicklung der Badefahrten und der “Naturbäder” im Gebiet der Schweiz und im angrenzenden südewestdeutschen Raum (1300-1610), Zürich, Chronos Verlag, 2009.

6 Squatriti P., Water and Society in Early Medieval Italy AD 400-1000, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

7 Paravicini Bagliani A., Le corps du pape, trad. fr., Paris, Seuil, 1997, p. 204-207.

8 Park K., « Natural Particulars : Medical Epistemology, Practice, and the Literature of Healing Spring », dans Anthony Grafton, Nancy G. Siraisi (ed.), Natural Particulars : Nature and the Discipline in the Renaissance Europe, Cambridge Mass.-Londres, MIT Press, 1999, p. 347-367.

9 Boisseuil D., « Les juristes et les eaux thermales dans la Toscane des xiiie-xive siècles », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, no 121-1, 2009, p. 155-167.

10 Boisseuil D., « Les sites thermaux toscans à la fin du Moyen Âge », dans Paola Galetti, Pierre Racine (ed.), I mulini nell’Europa medievale. Atti del convegno di San Quirico d’Orcia, 21-23 settembre 2000, Bologne, Clueb, 2003, p. 368.

11 Un inventaire exhaustif des sources thermales utilisées au Moyen Âge reste à faire, mais il est probable qu’il révèlerait l’ampleur d’un phénomène méconnu.

12 Boisseuil D., Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge. Les bains siennois de la fin du xiiie siècle au début du xvie siècle, Rome, École française de Rome, 2002 (Cefr, 296), p. 70 sq.

13 Nicoud M., « Inventio, experimentum e perizia medica nel de balneis di Michele Savonarola », dans Chiara Crisciani, Gabriella Zuccolin (ed.), Michele Savonarola. Medicina e cultura di corte, Florence, Sismel, 2011, p. 83-112.

14 Conforti M., « I bagni di Ischia e Pozzuoli tra cinquecento e seicento. Dall’ozio privato alla pubblica utilità », dans Anna Bettoni, Massimo Rinaldi, Maurizio Rippa Bonati (ed.), Michel de Montaigne e il termalismo (atti del convegno internazionale di Battaglia Terme, Castello del Catajo, Villa Selvatico-Sartori, 20-21 aprile 2007), Florence, Olschki, 2010, (Aquae : studi e testi sulle terme, 3), p. 135.

15 Boisseuil D., Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta, les médecins et les autorités publiques », dans Didier Boisseuil, Marilyn Nicoud (ed.), Séjourner aux bains. Le thermalisme entre médecine et société (xive-xvie siècle), Lyon, PUL, 2010 (Collection d’histoire et d’archéologie médiévale, 23), p. 86.

16 Voir principalement Fürbeth Frank, « Bibliographie der deutschen oder im deutschen Raum erschienenen Bäderschriften des 15. und 16. Jahrhunderts », Wuerzburger Medizinhistorische Mitteilungen, no 13, 1995, p. 217-252.

17 García Ballester L., « Sobre el origen de los tratados de baños (de balneis) como género literario en la medicina medieval », Cronos. Cuadernos valencianos de historia de la medicina y de la ciencia, no 1, 1998, p. 7-50.

18 Pour la composition du recueil voir Stefanizzi S., Il De balneis di Tommaso Giunti (1553) : autori e testi, Florence, Olschki, 2011 (Aquae : studi e testi sulle terme, 6).

19 Nicoud M., « Les vertus médicales des eaux thermales en Italie à la fin du Moyen Âge », dans Marie Guérin-Beauvois, Jean-Marie Martin (ed.), Bains curatifs, bains hygiéniques en Italie de l’Antiquité au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2007, p. 321-344 (Cefr, 383).

20 Chandelier J., « La naissance d’un savoir médical sur les bains thermaux : les traités de Gentile da Foligno (m. 1348) », dans Didier Boisseuil, Marilyn Nicoud (ed.), Séjourner aux bains, op. cit., p. 15-30.

21 Michele Savonarola, De Balneis et Thermis, Bologne, Benedictus Hectoris, 1493.

22 Nicoud M., « Inventio, experimentum… », op. cit. ; Nicoud M., « Les vertus médicales des eaux en Italie… », op. cit. Voir aussi Thomas Bénatouïl, Isabelle Draelants (ed.), Expertus sum : l’expérience par les sens dans la philosophie naturelle médiévale. Actes du colloque international de Pont-à-Mousson (5-7 février 2009), Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2011 (Micrologus’Library, 40).

23 Sur le rôle des correspondances voir notamment Jean Boutier, Sandro Landi, Olivier Rouchon (ed.), Politique par correspondance : les usages politiques de la lettre en Italie : xive-xviiie siècle, Rennes, PUR, 2009.

24 Nicoud M., « Expérience de la maladie et échange épistolaire : les derniers moments de Bianca Maria Visconti (mai-octobre 1468) », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, no 112-1, 2000, p. 311-458. Nicoud M., Le prince et le médecin. Pensée et pratiques médicales à Milan (1402-1476), Rome, École française de Rome, 2014 (Cefr, 488).

25 Pour les Gonzague, voir notamment : Portioli A., I Gonzaga ai Bagni di Petriolo di Siena nel 1460 e 1461 : documenti inediti, Mantoue, Eredi Segna, 1869 ; Chambers D. S., « Federigo Gonzaga ai bagni di Caldiero 1524 », Civiltà Mantovana, no 4, 1984, p. 45-63 ; Ferrari D., « Paola e Cecilia Gonzaga alle terme di Abano nel 1475 », dans Philippa Jackson, Guido Rebecchini (ed.), Mantova e il Rinascimento italiano. Studi in onore di David S. Chambers, Mantoue, Sometti, 2011, p. 37-52.

26 Melis F., « La frequenza alle terme nel basso Medioevo », dans Atti del I congresso italiano di studi storici termali, Salsomaggiore Terme, Centro italiano di storia ospitaliera, 1963, p. 38-49 ; rééd. dans Melis F., Industria e commercio nella Toscana medievale, éd. B. Dini, Florence, Olschki, 1989, p. 319-347.

27 Boisseuil D., « Les stations thermales entre Moyen Âge et Renaissance : l’exemple de Bagno a Morba en Toscane », dans Marie Guérin-Beauvois, Jean-Marie Martin (ed.), Bains curatifs, bains hygiéniques…, op. cit., p. 177-216.

28 Boisseuil D., « Les cours italiennes et le thermalisme à la Renaissance : les Sforza de Milan et les cures thermales au milieu du xve siècle », dans Catherine Lanoë, Matthieu de Vinha, Bruno Laurioux (ed.), Cultures de cour, Cultures du corps. xive-xviiie siècle (actes du Colloque de Versailles, 7-9 décembre 2006), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 56.

29 Guitard E.-H., op. cit., p. 80.

30 Nicoud M., « Les médecins italiens et le bain thermal à la fin du Moyen Âge », Médiévales, no 43, 2002, p. 13-41.

31 Pour un commentaire de cette œuvre classique de M. Mauss, cf. Martin O., Memmi D., « Marcel Mauss : la redécouverte tardive des “techniques du corps” » dans Dominique Memmi, Dominique Guillo, Olivier Martin (ed.), La tentation du corps. Corporéité et sciences sociales, Paris, Ehess, 2009, p. 23-39.

32 Boisseuil D., Nicoud M., « L’invention d’une source… », op. cit., p. 77 sq.

33 Archivio di Stato di Firenze, Fondo Guidi 509, pièce volante (fin xve-début xvie siècle).

34 Burguière A., « Le concept d’autocontrainte et son usage historique », dans Sophie Chevalier, Jean-Marie Privat (ed.), Norbert Elias et l’anthropologie. « Nous sommes tous si étranges… », Paris, CNRS, 2004, p. 71-81.

35 La douche n’est pas une invention médiévale, elle est citée par plusieurs auteurs dès l’Antiquité, cf. ORÓ Fernández E., « Las aguas mineromedicinales en la medicina de la Antigüedad », dans María Jesús Peréx Agorreta (ed.), Termalismo antiguo, Madrid, Casa de Velázquez, 1997, p. 233.

36 Pontifex aquas calidas in hoc loco viginti diebus per canale ductas, in vertice capitis accepit : sic factu salubre dixerunt medici, quia nimis humidum eius cerebrum videretur, Piccolomini E.S., I Commentarii, éd. L. Totora, Milan, Adelphi, 1984, vol. I, p. 703.

37 Archivio di Stato di Siena, Consiglio Generale 200, fol. 155-155v, le 26 janvier 1403 (nouveau style).

38 Les eaux de Bagno di Montecatini étaient aussi consommées. En 1387, le grand marchand de Prato, Francesco di Marco, s’adressait à un médecin Giovanni di Banducco pour savoir s’il convenait d’en importer. « Qua a molta gente che vanno al Bangno a Montechatini e chie fae venire l’aqua qua pertanto Io vorei preghare che mmi diceste se vi pare ch’Io facca que venire della detta aqua e bernne chome è d’usanza. Io e la Margherita e ancho ciàe alchuni che dichono farebe milglore quella della Porretta e Io nonne ne crederei persona altro che vo’due sanza vostro chonsiglio non sono per fare nulla e pertanto vi pregho che voi siate insieme e ditemi quello di pare », Nigro G., Il tempo liberato, festa e svago nella città di Francesco Datini, Florence, Fondazione Istituto Internazionale di Storia Economica « F. Datini », 1994, p. 132.

39 En 1454, Borso d’Este autorisait Luigi da Dallo, qui avait construit un établissement à Quara, à percevoir une gabelle sur tous ceux qui voulaient prendre de l’eau pour la vendre, Rombaldi O., « I Bagni di Quara », dans Atti del I congresso italiano di studi storici termali, op. cit., p. 372-379.

40 Boisseuil D., « Les cours italiennes et le thermalisme, op. cit., Ce fut aussi le cas du cardinal Francesco Gonzaga qui, intransportable, fut baigné à Bologne, cf. Chambers D. S., « Attenti alle acque. Morte alle Terme di Porretta », dans Wulfram Hartmut, Boisseuil Didier (ed.), Nicoud Marilyn (collab.), Die Renaissance der Heilquellen in Italien und Europa von 1200 bis 1600. Il Rinascimento delle fonti termali in Italia e in Europa dal 1200 al 1600, Francfort/Main, Peter Lang, 2012, p. 61-74.

41 Notamment à Gênes, Hanke S., Zwischen Fels und Wasser, Grottenanlagen des 16. und 17. Jahrhunderts in Genua, Münster, Rhema, 2008 (Tholos – Kunsthistorische Studien, 4).

42 Un aperçu dans Boisseuil D., Redon O., Grieco A. J., « Cures thermales et régimes alimentaires en Toscane aux xiiie-xvie siècles », Chroniques italiennes, no 52, 1997, p. 11-31, qui trouve par exemple son prolongement dans le préambule de l’Heptameron de Marguerite de Navarre.

43 Comme la longue description du séjour du duc de Calabre auprès des sources des Champs Phlégréens en 1490, Joampiero Loestello da Volterra, Effemeridi delle cose fatte per il duca di Calabria (1484-1491), éd. Gaetano Filangieri, Naples, Società Napoletana di Storia Patria, 1883, p. 319-323.

44 Bettoni A., Rinaldi M., Rippa Bonati M. (ed.), Michel de Montaigne e il termalismo (Atti del convegno internazionale di Battaglia Terme, Castello del Catajo, Villa Selvatico-Sartori, 20-21 aprile 2007), Florence, Olschki, 2010 (Aquae : studi e testi sulle terme, 3).

45 Melis F., op. cit.

46 Bourin M., Martínez Sopena P. (ed.), Anthroponymie et déplacements dans la chrétienté médiévale, Actes du Colloque organisé par le Lamop (Université de Paris 1-CNRS) et la Casa de Velázquez 28-29 mai 2007, Madrid, Casa de Velázquez, 2010. Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge, Actes du xle Congrès de la Shmesp, Nice, 4-7 juin 2009, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010. Comba R., « Emigrare nel Medioevo, aspetti économico-sociali della mobilità geografica nei secoli xv-xvi », dans Rinaldo Comba, Gabriella Piccinni, Giuliano Pinto (ed.), Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell’italia médiévale, Naples, Edizioni scientifiche italiane, 1984, p. 45-74.

47 Boisseuil D., « Les Médicis aux bains. Le thermalisme dans le territoire siennois au Quattrocento, entre fonctions thérapeutiques et pratiques diplomatiques », dans Mario Ascheri, Fabrizio Nevola (ed.), L’ultimo secolo della Repubblica. Politica e istituzioni, economia e società, Sienne, Accademia Senese degli Intronati, 2007, p. 411-448.

48 Ferrari D., « Paola e Cecilia Gonzaga alle terme di Abano nel 1475 », dans Philippa Jackson, Guido Rebecchini (ed.), op. cit., p. 37-52.

49 Boisseuil D., « La fréquentation thermale féminine dans la Toscane du Quattrocento », dans Isabelle Chabot, Jérôme Hayez, Didier Lett (ed.), La famille, les femmes et le quotidien (xive-xviiie siècle). Textes offerts à Christiane Klapisch-Zuber, Paris, Presses de la Sorbonne, 2006, p. 371-385.

50 Cavaciocchi Simonetta (ed.), Il tempo libero. Economia e società (Loisirs, Leisure, Tiempo Libre, Freizeit) secc. xviii-xviii (Atti della settimana di studio del Istituto internazionale si storia economica Francesco Datini, Prato), Florence, Le Monnier, 1995.

51 Boisseuil D., Le thermalisme en Toscane…, op. cit., p. 137 sq.

52 Pontieri E., « Baja nel Medievo », dans I campi Flegrei nell’archeologia e nella storia, Rome, Accademia Nazionale dei Lincei, 1977, p. 377-411.

53 Boisseuil D., Le thermalisme en Toscane…, op. cit., p. 177. Un médecin est attesté aussi dans l’hôpital de Caldas de Reinha au Portugal à la même époque, cf. Melo Ferrari A. de, Melo Ferrari M. de, O Hospital Termal das Caldas da Raìnha. A sua História, a suas águas, a suas curas, Caldas da Raìnha, sociedade gráfica editorial, 1930.

54 Boisseuil D., « La fréquentation thermale médicéenne… », op. cit.

55 Ibid.

56 Boisseuil D., « Les stations thermales entre Moyen Âge et Renaissance… », op. cit.

57 Michel de Montaigne, Journal de Voyage, éd. François Rigolot, Paris, PUF, 1992, p. 172.

58 Boisseuil D., « Pie II et les bains siennois », dans Fabrizio Nevola (ed.), Pio II Piccolomini : il Papa del Rinascimento a Siena (Actes du colloque de Sienne, 5-7 mai 2005), Sienne, 2009, Protagon Editori, p. 109-127.

59 D. Boisseuil, « Les Médicis aux bains… », op. cit.

60 Giorgio Anselmi composa, sous la forme d’un dialogue qui se serait déroulé lors d’un séjour à Bagni di Lucca en 1433, un De musica destiné à Pietro di Beltrando Rossi, cf. Massera G. (ed.), Georgii Anselmi Parmensis, de musica, Florence, Olschki, 1961.

61 En juin-juillet 1532, l’empereur Charles Quint se rend aux bains alors qu’il est fiévreux, ainsi que l’affirme le docteur Augustine qui en informe secrètement le roi d’Angleterre Henri VIII, Hammond A., « Doctor Augustine, physician to cardinal Wolsey and king Henry VIII », Medical History, no 19, 1975, p. 231.

62 Boisseuil D., « Impiego e cultura delle acque termali in Italia nel Rinascimento (xiii-xvi secolo) », dans Arturo Calzona, Daniela Lamberini (ed.) La civiltà delle Acque tra Medioevo e Rinascimento (Mantoue, 1er-4 octobre 2008), Florence, Olschki, 2010 (Centro di Studi L. B. Alberti, Ingenium no 14), p. 641-655.

63 Notamment l’œuvre de Felix Hemmerli, Tractatus de balneis naturalibus antérieur à 1450 cf. Fürberth F., « L’essor de la balnéologie dans le monde germanique à la fin du Moyen Âge », dans Didier Boisseuil, Marilyn Nicoud (ed.), Séjourner aux bains…, op. cit., p. 99-112.

64 Woolfson J., « Sir Philip Hoby at the Baths of Caldiero », dans Philippa Jackson, Guido Rebecchini, op. cit., p. 271-291.

Table des illustrations

Titre Les sites thermaux médiévaux dans les limites de la région de Toscane actuelle.
Légende 1- Bagno a Morbo (Bagno al Morbo), 2- Bagno a Valiano, 3- Bagno ad Acqua (Bagno di Pecioli, Bagno di Acqui), 4- Bagno al Calvello (ou Bagno delle Caldane), 5- Bagno Bossolo, 6- Bagno de Altare (ou Acqua Borla, Acqua del Masso del Mortaione, Acqua passante), 7- Bagno del Busso, 8- Bagno del Re, 9- Bagno dell'Era, 10- Bagno delle Caldagna, 11- Bagno delle Caldaia, 12- Bagno delle Candagna, 13- Bagno delle Candagna cocta, 14- Bagno delle Doccia, 15- Bagno delle Ficoncella, 16- Bagno delle Figatella, 17- Bagno delle Grotta, 18- Bagno delle Leccia (ou Bagno San Quilico), 19- Bagno delle Porretta, 20- Bagno delle Terra, 21- Bagno delle Villa, 22- Bagno delle Caldane (ou Bagno di San Marziale), 23- Bagno delle Caldanelle, 24- Bagno delle Galleraie, 25- Bagno di Armaiolo, 26- Bagno di Caldana, 27- Bagno di Carraiole (Bagno a Vena, Bagno di Ulivetto ?), 28- Bagno di Corsena (ou Bagno a Corsena, Bagni Caldi), 29- Bagno di Gavorrano, 30- Bagno di Macereto, 31- Bagno di Miemo, 32- Bagno di Mommialla, 33- Bagno di Monsummano, 34- Bagno di Montecatini, 35- Bagno di Montalceto, 36- Bagno di Monte Pisano, 37- Bagno di Petriolo, 38- Bagno di Piscille, 39- Bagno di Poggio Santa Cecilia, 40- Bagno di Prata, 41- Bagno di Putidine, 42- Bagno di Rapolano, 43- Bagno di Risalso, 44- Bagno di Roccatederighi, 45- Bagno di Romagna, 46- Bagno di Roselle, 47- Bagno di San Filippo, 48- Bagno di San Giovanni, 49- Bagno di San Michele (ou Bagno di Sparteciano ou Spartacciano), 50- Bagno di Sant’Ansano (ou Acqua Borra), 51- Bagno di Santa Maria, 52- Bagno di Satumia, 53- Bagno di Sellene (ou Bagno di Sant'Agnese), 54- Bagno Grande, 55- Bagno Pojus, 56- Bagno Vignoni, 57- Bagnolo (ou Bagno delle Perla), 58- Bagnolo del Sasso, 59- Bagnolo di Monterotondo, 60- Stagno (Acqua Santa, Acqua Bogliora).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540