Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le thermalisme

 | 
John Scheid
, 
Marilyn Nicoud
, 
Didier Boisseuil
, 
et al.

Le thermalisme médiéval et le gouvernement des corps : d’une recreatio corporis à une regula balnei ?

Marilyn Nicoud

Texte intégral

  • 1 Aristote, dans les Problèmes, fournit une origine sacrée comme explication du phénomène thermal (P (...)

1Littérature, chroniques, récits de voyage, auxquels on ne saurait manquer d’ajouter le discours des médecins offrent une image souvent contrastée des pratiques thermales des derniers siècles du Moyen Âge, au moment où se manifeste un engouement renouvelé, pour ne pas dire presque neuf, pour ces eaux chaudes et minéralisées. Ces dernières proposent en effet au baigneur tout à la fois des plaisirs corporels, un délassement et un sentiment de bien être, mais également des soins thérapeutiques souvent diversifiés, reconnus pour surpasser les résultats obtenus par des traitements plus classiques et justifier la qualification de ces eaux de sacrées, ou plus souvent de merveilleuses par certains praticiens1.

  • 2 Cette enquête privilégie les premiers ouvrages médicaux sur les eaux minérales et thérapeutiques r (...)
  • 3 Boisseuil D., « Pie II et les bains siennois », dans Pio II Piccolomini. Il papa del Rinascimento a (...)
  • 4 Aujourd’hui Bagni di Lucca.
  • 5 . Montaigne, Journal de voyage. Partie en italien, E. Schneikert, L. Vendrame (éd.), Paris, Classiq (...)
  • 6 Littérature, enluminures, mais aussi sermons ou législations urbaines attestent la propension des (...)
  • 7 Poggio Bracciolini, Lettere a Niccolò Niccoli, éd. H. Harth, Florence, L. Olschki, 1984, p. 128-13 (...)
  • 8 Studt B., « Les joies du thermalisme. Nouvelles pratiques thermales et sociabilité dans l’Allemagne (...)

2Mais quels rapprochements l’historien peut-il opérer entre, par exemple, les conseils divulgués par les médecins italiens dans leurs traités consacrés aux eaux de la péninsule2, les longs séjours du pape Pie II dans la station siennoise de Petriolo au début des années 14603, les pratiques thermales que s’impose quotidiennement Montaigne à Plombières, à Baden et à Bagno della Villa près de Lucques4 dans les dernières décennies du xvie siècle et qu’il raconte dans son journal de voyage5 ou bien encore la description que l’humaniste Poggio Bracciolini fait de Baden à son ami Niccolò Niccoli dans une lettre datée de 1416, abondamment commentée et diffusée ? Ce dernier témoignage sur les plaisirs sexuels du bain, auxquels pourrait faire écho une peinture de Hans Bock datée de la fin du xvie siècle à propos des bains de Loèche, en Suisse, a sûrement contribué, à l’image des étuves considérées souvent comme des lieux de luxure6, à répandre l’idée que les séjours thermaux étaient plus motivés par les plaisirs de la chair que par des soins thérapeutiques et que, finalement, il ne fallait guère s’étonner, comme le soulignait le Pogge lui-même, que ces eaux aient pu être recommandées pour des questions de stérilité : la promiscuité entre hommes et femmes dans les bassins, suscitée aux yeux de l’humaniste par la libéralité dont faisaient preuve les Allemands vis à vis de leurs épouses, ne pouvaient qu’y favoriser la conception, jusqu’alors demeurée impossible dans un contexte domestique7. Comme l’a récemment montré Birgit Studt8, la lettre du Pogge ne doit sans doute pas être interprétée comme une peinture fidèle du thermalisme allemand, d’autant qu’elle est riche de références à l’Antiquité qui viennent nourrir la description des bassins et de la société des bains. Toutefois, cette lettre n’en fournit pas moins l’idée d’un thermalisme uniquement récréatif d’où est exclue toute référence thérapeutique, quand bien même l’humaniste se serait rendu à Baden pour y soigner sa goutte ; en ce sens, ces usages paraissent bien éloignés de certains propos médicaux ou bien encore de l’intense programme quotidien de baignades et de boissons que Montaigne s’impose lors de son périple allemand et italien.

  • 9 Paravicini Bagliani A., Le corps du pape, trad. fr., Paris, Le Seuil, 1997, p. 204-207.
  • 10 Sur l’usage de ce mot dans un contexte tardo-médiéval, je me permets de renvoyer à Nicoud M., « Fo (...)
  • 11 Sur cette littérature des conseils, voir Agrimi J., Crisciani C., Les « Consilia » médicaux, Turnh (...)
  • 12 Nicoud M., Les régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale, 2 vol (...)

3Pourtant, plutôt que d’opposer strictement ces deux pratiques thermales – la recreatio corporis pour reprendre la formule utilisée par Agostino Paravicini Bagliani pour décrire les loisirs des papes liés aux plaisirs de l’eau9, et les usages thérapeutiques –, il me semble qu’il faut peut-être voir dans les divers aspects ludiques, tout autant le prolongement d’habitudes anciennes (celles liées à l’usage de bains de proximité loin de toute règle et de toute contrainte), qu’une réponse aussi, ou plutôt une réaction à ce que je qualifierais volontiers de formes de médicalisation des pratiques thermales. Par ce terme10, j’entends souligner la manière dont un certain nombre de médecins, plus particulièrement dans l’espace italien des xive et xve siècles, se sont non seulement intéressés aux sources d’eau chaude minéralisée pour en déterminer les vertus thérapeutiques et les compositions naturelles, mais se sont aussi érigés en experts de leur utilisation à travers la rédaction de véritables règles à suivre durant le séjour thermal. À l’image des conseils prescriptifs que les plus renommés rédigeaient pour des patients ou des confrères à propos de cas difficiles à traiter11, mais plus encore peut-être à l’instar des régimes de santé qui étaient censés fournir des règles à suivre sa vie durant dans l’espoir de conserver une bonne santé12, certains des ouvrages médicaux sur le thermalisme italien s’apparentent aussi à une hygiène de vie au bain, proposant une manière de gouverner les gestes du curiste et plus largement son quotidien, à distance souvent, par le biais de textes écrits. Le praticien délègue ainsi au patient le règlement de sa conduite via un ensemble de dispositifs pratiques à suivre.

  • 13 À l’image d’un conseil de Francesco Casini da Siena († post 1415), adressé à un évêque, de ceux d’ (...)
  • 14 Michel Savonarole, Liber de balneis et termis naturalibus totius mundi cum suis omnibus proprietati (...)

4Ces règles peuvent soit s’intégrer aux propos d’un traité spécifique sur les eaux thermales, soit elles sont promues dans le cadre d’un conseil thérapeutique13 : au milieu du xive siècle par exemple, le Bolonais Tura di Castello énumère en trois chapitres les règles à suivre lors d’un séjour à Bagno di Porretta ; il décrit ainsi les différents usages de l’eau, les moments de la journée auxquels il convient de se rendre aux bains, et le régime à suivre durant la cure. À la fin du siècle, l’un des praticiens de Gian Galeazzo Visconti, Pietro da Tossignano († 1407), en dicte onze pour Bormio situé en Valtelline ; le Padouan Bartolomeo Montagnana (ca. 1380-1452) fournit une liste de vingt-et-une regulae pour l’usage des bains des monts euganéens, situés à proximité de la cité tandis que Michel Savonarole (1384-1464), auteur d’un traité sur l’ensemble des bains connus de la péninsule, édicte à la fin de son ouvrage quinze canons généraux à observer lors d’un séjour thermal14.

5En quoi consistaient donc ces règles ? Sont-elles présentes dans tous les textes médicaux qui traitent de thermalisme ? Qu’est-ce qui les justifie et étaient-elles suivies par les patients ? Voilà quelques-uns des thèmes sur lesquels je souhaiterais revenir dans cet article centré sur le phénomène thermal italien et fondé sur la quinzaine d’ouvrages en latin, rédigés entre le deuxième quart du xive et la fin du xve siècle, dans la péninsule italienne.

Le séjour thermal ou l’invention d’un temps médical15

  • 15 Terme emprunté à D. Jacquart (« Le temps médical au Moyen Âge ou l’introuvable précision », BEC, n(...)
  • 16 Voir dans ce volume l’article de D. Boisseuil sur la cure thermale.

6Parmi les éléments peut-être les plus marquants d’une forme volontaire de médicalisation thermale, figure l’idée soutenue par les praticiens que la pratique du bain n’est pas une activité isolée et irrégulière, mais qu’elle doit donner lieu à un séjour inscrit dans une temporalité saisonnière et dans une durée plus ou moins longue, qui sont fonctions de la pathologie à soigner et bien sûr des recommandations du médecin16.

La saison thermale

  • 17 Chandelier J., « La naissance d’un savoir médical sur les bains thermaux : les traités de Gentile d (...)

7L’idée selon laquelle la balnéothérapie est une pratique médicale saisonnière figure dans l’un des premiers traités médicaux médiévaux écrit sur ce sujet, à savoir l’un des opuscules rédigés par le praticien de Pérouse, Gentile da Foligno, mort en 1348. Comme l’a montré Joël Chandelier, ce professeur fut en effet l’auteur de quatre rapides textes sur les bains toscans qui s’apparent au genre des consilia et à celui du traité17. Il y définit les mois les plus recommandés pour se rendre dans certains des sites évoqués : Petriolo dans la province de Sienne, de septembre à février ; Bagno di Romagna, à partir de la mi-juillet et tout le mois d’août ; Porretta, près de Bologne, en août et septembre.

  • 18 Boisseuil D., Nicoud M., Moulinier L., « Il De balneis di Francesco da Siena. Uno sguardo sul terma (...)
  • 19 Ibid., p. 152.

8Dans les traités successifs, la référence à une saison propice pour chacun des bains connus devient une sorte de norme de présentation des sites ; si un Francesco Casini da Siena, auteur vers 1399-1401 d’un vaste traité sur les bains toscans adressé à Gian Galeazzo Visconti, duc de Milan et seigneur de Pise, laisse plutôt entendre qu’il se contente de rapporter les habitudes du lieu (les bains de Vicarelli dans le Latium sont selon lui utilisés en avril et mai par les Romains18, tandis que ceux d’Acqua en terre pisane, le sont en juin et juillet)19, les autres auteurs ont plutôt tendance à donner leurs préférences en matière de mois favorables au séjour thermal. Dans son vaste traité qui vise à rassembler l’ensemble des connaissances sur les eaux et leurs composantes, mais aussi sur les diverses stations connues de la péninsule italienne, le médecin de Padoue Michel Savonarole propose pour chacun des sites envisagés une rubrique intitulée « electio » qui définit clairement le meilleur moment de l’année pour se rendre dans telle ou telle station.

  • 20 Ibid., p. 150.
  • 21 « Tempus autem usus huius balnei est a principio mensis novembris usque ad principium mensis maii  (...)
  • 22 Ibid., p. 154.
  • 23 Parmi les bains couverts, ceux Delle Caldanelle selon Francesco Casini : « et ideo fuit ordinatum (...)
  • 24 Il n’est pas sûr qu’il s’agisse toutefois des installations strictement médiévales, Francesco Casi (...)
  • 25 « Sunt etiam dicta balnea pulcris et optimis circundata muris quos idem Guido hedificavit tum ad p (...)

9Dans l’ensemble, le thermalisme apparaît donc comme une pratique saisonnière des mois tempérés et chauds, qui se déploie principalement de mai à septembre, en fonction de la plus ou moins grande chaleur de l’eau, voire de l’air ; pour Francesco Casini, Bagno Vignoni est fréquenté de la mi-mai à la mi-juin et de la mi-septembre à la mi-octobre20, Rapolano en mai et en juin. Toutefois, quelques rares bains comme Petriolo sont recommandés en hiver21, tandis que ceux de Viterbe, selon Jérôme de Viterbe, auteur d’un traité sur les bains de la région adressé au pape Innocent VI, ne seraient fréquentables qu’au printemps et à l’automne22. Cette préférence pour un séjour étalé de la fin du printemps jusqu’au début de l’automne définit ainsi un temps médical de la cure. Le caractère saisonnier du bain est conforme aux conceptions hippocratiques selon lesquelles les changements climatiques ont une influence décisive sur les complexions, aussi bien celles des personnes saines que des malades. Mais il s’explique peut-être aussi par le fait qu’une partie des sites italiens (comme le sont les piscines allemandes) proposent encore souvent, avant le xve siècle, des bassins découverts ce qui rendait la cure particulièrement tributaire des conditions climatiques23 ; si certains bassins qui appartenaient à des particuliers louant des chambres dans des stations déjà huppées étaient protégés, d’autres comme ces petits bassins de Petriolo, un site thermal siennois très réputé, restaient malgré tout ouverts sur l’extérieur (fig. 1)24. Dans son ouvrage sur les bains toscans adressé à Gian Galeazzo Visconti, le médecin Francesco Casini recommande ainsi l’entretien de certains sites pour les protéger du vent et rappelle les travaux décidés par Pietro Gambacorta, le seigneur de la ville (murs et plantations d’arbres) pour les bains pisans25.

Fig. 1. Bagni di Petriolo (province de Sienne), l’édifice thermal et les petits bassins. Cliché de Didier Boisseuil.

10La saison thermale et le temps médical ne sont pas les seules inventions proposées dans ces traités ; ils sont aussi souvent accompagnés par un ensemble de conseils quotidiens à suivre tout au long du séjour thermal.

Une journée au bain

11L’encadrement quotidien de la cure ne fait pas toujours l’objet d’un développement et de considérations détaillées dans les différents traités examinés. Ainsi Gentile da Foligno paraît plus intéressé par la minéralité des bains et par leurs vertus thérapeutiques que par ces détails à caractère pratique, tandis que Jérôme de Viterbe se concentre surtout sur les pathologies que les diverses sources de la région latiale permettent de soigner. En revanche, leur contemporain Tura di Castello, professeur à Bologne, est l’auteur d’un ouvrage, souvent désigné dans les nombreux manuscrits qui le conservent sous le titre de Regula balnei. Cet ensemble de règles s’applique à la station de Porretta, située à proximité de Bologne. À sa suite, d’autres auteurs ont à leur tour énuméré un ensemble de recommandations à suivre pour rendre la cure thermale efficace.

  • 26 D’après les statuts de 1293 (ibid., p. 81-94).
  • 27 Paris, BnF, nal. 211, f. 92r.

12Ces textes énoncent généralement une suite d’opérations quotidiennes, débutées souvent tôt le matin (pour éviter de se rendre au bain lors des heures les plus chaudes et pour ne point trop fatiguer le curiste), et parfois se terminant tard au coucher du soleil ; on sait que dans certaines stations comme Petriolo, les autorités avaient mis en place un système de lanternes installées sur des piliers pour permettre un usage tardif des bassins26. L’ordonnancement de ces activités fait l’objet, comme dans le rapide texte de Pietro da Tossignano consacré à Bormio, d’une énonciation sous forme de règles qui énumèrent la succession de ces pratiques tout au long de la journée : ainsi la règle 7 concerne la durée du bain, la 8 les activités au sortir du bain (repos, sudation, repas) alors que la règle 9 recommande l’usage des étuves pour les pauvres qui ne disposent pas de lit pour s’étendre27.

  • 28 Ibid., ff. 80r-81v.
  • 29 Sur les praticiens de la cour lombarde, Nicoud M., Le prince et les médecins. Pensée et pratiques (...)
  • 30 Benedetto Reguardati, Ordo balneorum de Burmio, Florence, Bibl. Riccardiana, ms 818, ff. 42r-43v. (...)

13Le séjour se déroulant souvent sur plusieurs semaines, ces règles proposent aussi un calendrier quotidien qui donne lieu à des activités spécifiques parfois différentes d’un jour à l’autre, en alternance avec un jour de repos. Du fait de la densité et de la nature de ces activités, mais aussi et surtout en raison de la chaleur de l’eau, le séjour thermal était considéré comme particulièrement éprouvant pour les corps de ceux dont la vertu naturelle était déjà affaiblie par la maladie. Ainsi selon Tura di Castello, les pratiques thermales doivent se poursuivre trois jours durant, suivis par une pause, voire selon un cycle de six jours auxquels succède une journée de repos si la maladie est plus importante28. De même, Benedetto Reguardati, l’un des plus célèbres médecins de Francesco Sforza29, auteur d’une règle sur les bains de Bormio en Valtelline, en territoire lombard, énumère-t-il les activités sur trois journées consécutives30.

  • 31 Benedetto Reguardati préconise deux mois à Bormio (ibid.).
  • 32 Paris, BnF, nal 211, f. 81v.
  • 33 « Preterea aqua de Porreta tribus annis a prima assumptione est reiteranda. Que potata ut permitti (...)
  • 34 « Comuniter in hoc prestat maximum iuvamentum in tantum quod fere per tres annos calefacit et exic (...)
  • 35 « Misi ad istud balneum unum civem qui vocatur Iohannes Testa qui passus fuerat dolores colicos et (...)

14La longueur du séjour, quant à elle, n’est pas toujours indiquée ; dans certains ouvrages toutefois, elle peut durer de quelques jours à plusieurs semaines, en fonction de la maladie à traiter31. Tura di Castello recommande ainsi de rester à Porretta trente jours d’affilée32 et soutient aussi qu’une cure éventuellement renouvelée pendant trois ans est gage de longue vie saine et sans trouble33 ; le médecin toscan Ugolino da Montecatini, auteur d’un traité sur les bains de la péninsule au début du xve siècle, conseille lui aussi trois ans consécutifs de cure à Petriolo pour y soigner les rhumatismes34. Faisant souvent référence à sa propre expérience de médecin consultant, il mentionne aussi avoir conseillé des séjours de vingt à plus de quarante jours aux bains de Lucques pour y soigner des coliques et des douleurs articulaires liées à la goutte35.

  • 36 Lockwood D. P., Ugo Benzi, medieval philosopher and physician, 1376-1439, Chicago, Chicago Universi (...)
  • 37 Ibid., p. 315. Il recommande dans ce cas les bains de Vignoni en Toscane.
  • 38 Ibid., p. 296.

15Enfin, le Siennois Ugo Benzi, qui à défaut d’avoir rédigé un traité sur le thermalisme, laissa plusieurs consilia consacrés à des sites thermaux, propose de se rendre aux bains d’Abano ou de Porretta pour y soigner des problèmes de menstrues, et d’y séjourner un mois36, tandis qu’il ne préconise que quinze jours pour une convalescence suivant une fièvre chronique37. Dans un cas d’avortement accompagné de perte de sang, il encourage un séjour à Porretta (ou du moins d’en boire l’eau), suivi par un autre à Petriolo ou San Filippo, d’une quinzaine à une vingtaine de jours38. Ici le séjour s’accompagne même d’une sorte de circuit balnéaire entre différents sites dont les vertus étaient complémentaires aux yeux du médecin.

  • 39 Mauss M., « Les techniques du corps », dans ID., Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p.  (...)

16Saison, durée du séjour, organisation de la journée sont suivis dans certains de ces ouvrages de l’énumération de techniques corporelles spécifiques, pour reprendre le vocable de Marcel Mauss39, liées à la prise d’eau.

La cure thermale ou un ensemble de pratiques corporelles

17Chez un certain nombre d’auteurs, notamment ceux qui sont les plus attentifs à proposer des règles d’usage des eaux, ce temps médical du bain s’accompagne de recommandations pratiques. Ces médecins énumèrent ainsi un ensemble de techniques corporelles qui sont censées produire les meilleurs effets thérapeutiques : bains, douche et boisson sont les principales opérations strictement liées au séjour thermal ; elles sont assorties aussi d’un régime de vie spécifique à suivre, sous peine d’encourir des risques supérieurs aux bénéfices attendus de la cure.

Les techniques du corps

  • 40 10e règle énoncée par Pietro da Tossignano à propos de Bormio : « 10a quando prima vice intrat bal (...)

18Le bain est la pratique thermale la plus uniformément répandue dans les stations italiennes. Il fait l’objet de régulation aussi bien en terme de fréquence que de durée : souvent préconisé deux fois par jour, aux heures les moins chaudes de la journée (tôt le matin et le soir au coucher du soleil), il ne doit pas être trop long (une heure voire moins), notamment pour les individus de complexion chaude ou dont la vertu naturelle est affaiblie ; une augmentation de sa durée est préconisée au gré du déroulement du séjour40. Le curiste doit au préalable s’être purgé de toute humeur superflue, avoir le ventre vide, avoir évacué urine et selles, et éventuellement avoir procédé à des lavements. Tous les régimes insistent sur ce point.

  • 41 « Et tollunt illas herbas et fatiunt ibi foveam et intrant fatiendo permixtionem luti et aquae et (...)

19À la sortie du bain, pour éviter tout danger lié à l’écart de température entre l’eau chaude et l’air plus froid, il faut selon Tura di Castello, l’un des plus prolixes sur ce sujet, prévoir des serviettes chaudes pour le curiste et le frictionner. Si la friction n’est pas possible pour cause de faiblesse, il conseille un simple massage des pieds, ou un suppositoire censé produire les mêmes effets. Le repos et même un somme sont ensuite préconisés car ils obligent le corps à exhaler sous forme de sudations les humeurs superflues, puis un peu d’exercice pour chasser les vapeurs et ventosités générées par le bain. Certains sites, manifestement non aménagés, permettaient aussi des bains de boue mêlée d’eau41.

  • 42 Boisseuil D., « La douche thermale : une technique thérapeutique nouvelle dans l’Italie du Quattroc (...)
  • 43 Le destinataire pourrait être Guglielmo Centueri, évêque de Pavie entre 1386 et 1402 ; le texte fu (...)
  • 44 « Et maxime illi qui habuerint caput catarrosum vel malam complessionem frigidam, si habent uti ba (...)

20Aux côtés du bain, de loin la technique la plus répandue, on voit aussi se développer, dans un nombre limité de sites toutefois, une nouvelle pratique42. La douche thérapeutique apparaît dans l’Italie du xive siècle dans plusieurs sites toscans (Petriolo, Bagno di Corsena, Bagno a Morba, Bagno di Romagna, San Filippo et San Casciano). Encouragée par les médecins – il semblerait que l’un des premiers à l’évoquer soit Francesco Casini dans un conseil sur les eaux de Porretta adressé à un évêque43 –, elle est alors utilisée, non pour des raisons d’hygiène corporelle, mais pour des motifs strictement pathologiques, dans le cas de maladies localisées à la tête : certains catarrhes ou des complexions froides du cerveau étaient manifestement bien soignés, selon les médecins, par ces eaux tombées directement sur la tête des patients44. Il est difficile ici de dire si les praticiens sont à l’origine de tels usages dans les stations, ou s’ils ont simplement accompagné par leurs propres conseils, de nouvelles pratiques dont on peut voir les installations comme dans le site de Bagno Vignoni, même s’il ne s’agit probablement pas des structures médiévales (fig. 2).

Fig. 2. Bagno Vignoni (province de Sienne), installations de douches. Cliché de Marilyn Nicoud.

  • 45 Jérôme de Viterbe relate le cas d’un patient qui buvait de grandes quantités quotidiennes de cette (...)
  • 46 Chambers D. S., « Federico Gonzaga ai bagni di Caldiero (1524) », Civiltà Mantovana, no 4, 1984, p. (...)
  • 47 Florence, Bibl. Nazionale centrale, ms XV-189 ; édition sommaire dans Chellini R., op. cit., p. 53 (...)
  • 48 La mesure est par exemple utilisée par Benedetto Reguardati dans sa règle sur l’usage des bains de (...)
  • 49 « Audivi etiam ab illis medicis quod sunt aliqui qui de ista aqua (Viterbe, Della Grotta), bibunt (...)
  • 50 « Et toties bibat assumendo ipsam paulatim quasi in potu aliqualiter delectentur cum in illo potu (...)

21Enfin, certaines eaux ne sont pas simplement actives sur les parties extérieures du corps, mais peuvent être bénéfiques sous forme de boisson. Toutes ne s’y prêtent pas, en raison de leur chaleur naturelle (qui nécessite éventuellement de les laisser refroidir pour les rendre potables), de question d’hygiène aussi, mais surtout à cause de leur goût et de leur odeur forte. Dans l’ensemble, les médecins sont généralement assez méfiants à l’égard de ce qui s’ingère, car les boissons, les aliments ou les médicaments qui passent par voie orale sont reconnus pour avoir une action beaucoup plus puissante sur le corps que les traitements externes. Les eaux thermales, souvent considérées par les praticiens qui les recommandaient comme dotées de vertus thérapeutiques plus actives que la pharmacopée traditionnelle, ne pouvaient donc que faire l’objet d’une régulation plus stricte en cas de consommation potable. Certains sites comme Porretta, Corsena en Toscane, ou Bagno della Grotta, dans le territoire de Viterbe45 paraissent ainsi recommandés pour un usage en boisson, une pratique qui semble se développer surtout aux xve et xvie siècles46. Un traité ou plutôt une lettre est même strictement consacrée à la consommation de l’eau de Porretta, faisant aussi état d’un début de commercialisation à distance de cette boisson, qui, selon les médecins, ne perdait pas ses qualités thérapeutiques lorsqu’elle était transportée47. On sait ainsi que le cardinal Francesco Gonzagua, à défaut de boire l’eau de Porretta sur place, s’en faisait apporter sur la recommandation de ses médecins. Les traités qui évoquent les eaux à boire insistent aussi avec plus ou moins de précision sur les quantités (évaluées en nombre de verres, en cruches [ urceus], en vases d’environ 50 cl – ciato48 – ou en baril49) et sur la fréquence quotidienne des ingestions. Les consommations étaient telles que les curistes en étaient réduits à passer leur temps à évacuer l’eau à peine avalée50.

  • 51 « Est ibi stupha quam vocant sudatorium […]. In isto loco est magnus calor qui facit exuberanter s (...)
  • 52 « Omnia ista balnea sunt clarissima et eorum aqua bibitur et de ipsis etiam fiunt clisteria » (ibi (...)
  • 53 Éd. D. Boisseuil, « Les cours italiennes… », op. cit., p. 66.

22Moins répandues, la mention d’étuves (qui portent le nom de stupha ou sudatiorium) apparaît dans quelques textes (ceux de Gentile da Foligno, d’Ugolino da Montecatini, de Bartolomeo Montagnana, ou encore de Michel Savonarole) ; elles étaient situées à proximité de la source d’eau chaude, comme dans les bains de Lucques et favorisaient la sudation des curistes51. Ugolino mentionne également la prise d’eau en clystères pour les bains de San Casciano dans la zone siennoise52 et Benedetto Reguardati préconise la même technique à Bormio, tous les trois jours, voire quotidiennement53.

  • 54 « Cum autem aqua ista possit quis multis modis uti erit secundum modus multiplex. Possumus enim al (...)
  • 55 « Insuper ea die qua bibitur aqua non debet recipi ducia ad caput nec debet fieri ingressus in bal (...)

23Ces pratiques diversifiées, régulières et éprouvantes qui, selon Pietro da Tossignano, se trouvent toutes proposées à Acqui Terme54, sont souvent préconisées en alternance : comme le souligne Benedetto, les jours de prise d’eau en boisson, la douche et le bain ne sont pas recommandés55.

Le régime des bains

  • 56 Boisseuil D., Grieco A. J., Redon O., « Cure thermale et régime alimentaire en Toscane aux xiiie-xv (...)
  • 57 Du reste, le bain en soi relève aussi des choses non naturelles, même si les eaux minérales, en ra (...)

24L’ensemble des techniques corporelles très directement liées à la prise d’eau et le programme de soins proposé tout au long du séjour s’accompagnent souvent, dans les traités qui s’attèlent à promouvoir des règles, d’un véritable régime de vie à suivre. Ce régime ressort à la fois du genre des regimina, en ce qu’il s’articule autour des composantes non naturelles (tout particulièrement centré sur la diète alimentaire56, les activités sexuelles et les techniques d’évacuations corporelles57), et du conseil du fait qu’il participe d’une consultation à visée thérapeutique. Les traités qui proposent donc des règles de vie à suivre au bain participent bien d’une littérature de la norme, ou du moins du conseil, à visée prescriptive, telle qu’elle s’est développée dans les écrits médicaux depuis le xiiie siècle, sous la forme de régimes et de conseils qui encadrent le quotidien des individus, aussi bien ceux qui sont en bonne santé que ceux qui souffrent de maladies.

  • 58 À propos de Bormio : « 4a antequam intret balneum debet habuisse benefitium ventris. Et si aliter (...)
  • 59 « Balneo vero oportet ne approximes nisi post digestionem. Post digestionem et apud declinationem (...)
  • 60 Trois des quatre conditions à observer avant d’entrer dans les bains de Viterbe sont toutes liées (...)
  • 61 « Prima regula veniens ad balneum debet esse purgatus consilio medici et etiam flobotomatus si exp (...)

25La première règle, rappelée dans nombre de traités, consiste on l’a dit, à vider le corps de toutes ses superfluités avant de se rendre dans les bassins : urines et selles doivent avoir été évacués, y compris par le biais de suppositoires ou de clystères si nécessaire58, le nez et la bouche sont supposés nettoyés ; comme le recommande Avicenne pour toute espèce de bain59, le processus de digestion doit être presqu’achevé afin d’avoir l’estomac vide comme le rappelle Jérôme de Viterbe60. On peut éventuellement, si nécessaire, recourir aussi à la saignée que recommande Pietro da Tossignano dans son traité sur Bormio61. Une fois l’évacuation des superfluités opérées, il s’ensuit un régime qui doit être comme le rappelle Ugolino da Montecatini, d’excellente qualité et de digestion aisée, mais surtout adapté constamment aux habitudes du patient et au conseil des médecins qui l’ont prescrit en fonction de la maladie.

  • 62 « Postmodum possunt tute cibari cum cibis semper puris et optimi nutrimenti facilis digestionis se (...)

« Ainsi [les malades] peuvent s’alimenter en toute sécurité avec des aliments toujours purs, de digestion facile et optimale, en suivant constamment les habitudes et le bon conseil des médecins et le régime que [ces derniers] auront prescrit, adapté aux maladies pour lesquelles ils se sont vus contraints de venir aux bains »62.

  • 63 Sur le caractère ambigu des fruits, principalement préconisés par les médecins pour leurs vertus t (...)

26Les régimes tels qu’ils sont proposés dans ces ouvrages ne dérogent souvent pas aux types de diètes recommandés dans les regimina, le plus souvent rédigés pour des hommes oisifs qui se dépensent peu et qui sont de complexions délicates. Ici, les curistes sont des hommes dont la vertu naturelle est affaiblie, non seulement par la maladie, mais aussi en raison des pratiques thermales imposées ; leur vertu digestive elle-même diminuée ne doit pas l’être excessivement par des aliments trop lourds à digérer. Aussi retrouve-t-on les mêmes prescriptions de viandes maigres, blanches, accompagnées de brouets et de pain trempé, l’absence de fruits ou d’autres aliments aux saveurs relevées (ail, oignon…) réputés difficiles à digérer et donc favorisant la fabrication d’humeurs putrescibles dans le corps63, l’interdiction de viandes rôties…

  • 64 Tura di Castello, repris mot pour mot par Ugolino, l’interdit formellement et prolonge l’interdict (...)

27Enfin, la vertu naturelle étant affaiblie, il est rigoureusement interdit, sous peine de danger de mort, d’avoir des activités sexuelles pendant au moins un mois, c’est-à-dire au-delà même parfois du séjour thermal, voire plus pour certains64 ; ici le régime s’inscrit très clairement en totale opposition avec les représentations, fréquentes notamment dans la littérature, des bains comme des lieux licencieux que favorise la promiscuité des hommes et des femmes.

28Cette contradiction apparente entre un discours de la norme et des représentations nous conduit donc à tenter de mieux saisir la manière dont ces énoncés de règles pouvaient ou non être suivis par les curistes, voire imposés par les médecins.

Les regulae des médecins : des formes d’autocontraintes ?

  • 65 « Adhuc ad istud accedunt maxime rustici qui vexantur a doloribus iuncturarum et maxime si sint do (...)
  • 66 « Et est magnus numerus hominum et mulierum in isto tempore concurrentium, qui male servant regula (...)
  • 67 « Et tamen quandoque vidimus ex usu illius aquae multos postmodum egrotantes male ac etiam termina (...)

29Fournir une réponse globale à cette question paraît difficile, tant en raison des sources qu’il faudrait mobiliser du côté de la pratique et qui ne sont pas toujours faciles d’accès, que du fait de la diversité des situations individuelles : en fonction de la plus ou moindre gravité du mal, de la confiance plus ou moins grande du patient envers son médecin, en vertu aussi des milieux sociaux envisagés, les réponses peuvent être radicalement opposées. Ainsi Ugolino da Montecatini n’évoque-t-il pas à propos des bains de sa cité d’origine, que s’y rendent des paysans tourmentés par des douleurs du dos, des articulations et du nerf sciatique, sans y observer la moindre prescription et qu’ils tirent toutefois de grands bienfaits de cette cure65 ? Si dans ce cas, le praticien ne dénonce point de telles pratiques car quoiqu’entreprises sans le conseil des médecins, elles n’en ont pas moins une visée thérapeutique, dans d’autres il est prompt au contraire à critiquer ses contemporains qui vont aux bains sans y suivre la moindre règle ; ainsi à propos de Montecatini, il critique le grand nombre d’hommes et de femmes, de paysans et d’artisans originaires de Pistoia, de Lucques, de Prato ou encore de Florence qui s’y rendent sans adopter la moindre règle66, ou bien encore à propos des bains pisans, il dénonce des patientes qui les utilisent à leur façon, sans jamais suivre le conseil des médecins67.

30D’évidence, les règles énoncées par les experts des eaux thermales s’opposent clairement à certains comportements libres, pour ne pas dire licencieux, observés et dénoncés par les médecins. Aux dires du même Ugolino da Montecatini, ces comportements constitueraient même un empêchement au succès de la cure thermale et c’est la raison pour laquelle, tout doit être fait selon lui selon le conseil des médecins :

  • 68 « Calumpnant sepe medicos et balnea infirmi, quoniam ex eorum usu non habuerunt de suis langoribus (...)

« Souvent les médecins sont calomniés ainsi que les bains parce que les malades ne trouvent pas la convalescence à la suite de leur très long usage, ni quelque amélioration et même parfois ils semblent plutôt nuire. Cela advient parce que [les patients] ne suivent ni les canons ni les règles d’usage des bains naturels et artificiels qu’il faut observer ; et généralement les personnes venant aux bains […] vagabondent poussées vers des jeux, des danses, des banquets de vin divers, et plus largement vers l’usage de toutes les choses non naturelles, de sorte que dans ce chapitre, je traiterai de tous les modes qu’il faut suivre lors de l’accès et de l’usage de tels bains. Et que tout soit fait selon le bon conseil habituel des médecins »68.

31Pour Ugolino, ces comportements débridés, contraires à la modération de mise dans l’usage des choses non naturelles – et sont manifestement tout particulièrement dénoncées l’ébriété et les pratiques sexuelles –, constituent une contre-indication à la cure. Pourtant si les praticiens dénoncent avec force l’absence de règle dans le suivi du traitement lors du séjour thermal de certains patients, les attestations n’en sont pas moins assez nombreuses qui documentent une présence médicale au bain, qu’elle soit réelle ou médiatisée par un conseil écrit.

Présence médicale ou simples conseils à distance

  • 69 Guidotti P., « Note storiche su Porretta-Terme tra il xv e il xvi secolo », dans Ceramiche nell’alt (...)

32Sans me livrer ici à une énumération fastidieuse et dans tous les cas incomplète, je citerai cependant quelques témoignages de séjours thermaux qui évoquent un accompagnement médical : en 1475, par exemple, le seigneur de Bologne Andrea Bentivoglio se rend aux thermes de Porretta, la célèbre station de Romagne, accompagné de maître Pietro di Andrea Morsiano da Bagnara d’Imola et de maître Nicolao Bonetti, fils du célèbre professeur de Bologne et médecin de Nicolas V, Baverio Bonetti69. Mais les attestations de séjours de patients entourés de praticiens sont nombreuses dès la fin du xive siècle et le début du xve.

  • 70 Melis F., « La frequenza alle terme nel basso Medioevo », dans Atti del Io Convegno italiano di stu (...)
  • 71 « Ego autem ad illa accessi cum homine quem ultra alios omnes fere dilexi, Colutio de Stignano nov (...)

33Comme le soulignait Federigo Melis dans un article pionnier des années 1960, dans les archives du marchand de Prato, Francesco di Marco Datini, plusieurs lettres du carteggio privé évoquent des séjours thermaux 70 ; dans l’une d’elles, il est question d’un marchand pisan qui soigne son arthrite à Bagno di Lucca et raconte que s’y trouve Coluccio Salutati (1331-1406) qui attend la venue de son ami Ugolino da Montecatini, expert en eaux minérales. Dans son traité, le même Ugolino rappelle du reste avoir accompagné le chancelier de Florence aux bains de Volterra71.

34Dans ces mêmes archives Datini, on trouve aussi, à défaut d’une présence médicale réelle, la mention de recommandations et de conseils médicaux : ainsi en 1387, le marchand s’informe directement auprès de ses médecins sur la qualité des bains de Montecatini, comparables selon certains à ceux de Porretta, l’une des rares eaux réputée buvable ; il s’enquiert de la nécessité pour lui et pour son épouse d’en boire et de s’en faire alors apporter et souligne ne croire personne d’autre que ses praticiens sur un tel sujet et leur demande instamment de se mettre d’accord :

  • 72 « Qua è molta gente che vanno al Bangno a Monte Chatini e chie fae venire l’aqua qua ; e pertanto (...)

« Ici beaucoup de gens vont aux bains de Montecatini et certains en font venir l’eau ; et c’est pourquoi je voudrais vous prier de me dire ce qu’il convient selon vous de faire, faire venir la dite eau et en boire comme c’est l’usage, moi et Marguerite ; et il y a ceux qui disent que celle de Porretta serait meilleure. Et je ne croirai personne d’autre que vous deux ; et sans votre conseil, je ne ferai rien. Et c’est pourquoi je vous prie de vous mettre ensemble [d’accord] et de me dire ce qu’il vous en semble »72.

  • 73 « Per anchora io non sono ito al Bangno […]. E potrebe esere ch’io andrei più tosto a Petriuolo, c (...)
  • 74 « Per persuasione de medici da Bologna me deliberay de bevere l’aqua li in Bologna » (Archivio di (...)
  • 75 Sur ces questions, voir Chambers D. S., « Attenti alle acque : morte alle terme di Porretta », dan (...)

35Quelques décennies plus tard, l’un des facteurs de Francesco di Marco, Barzalone di Spedaliere, raconte hésiter entre deux sites (Petriolo et Bagno di Corsena) pour soigner ses maux et se renseigner aussi bien auprès d’autres patients souffrants de semblables problèmes que de médecins qui lui conseillent fortement Petriolo73. En 1453, c’est au tour du condottiere et neveu de Francesco Sforza Roberto Sanseverino, alors à Bologne, de déclarer au duc s’être décidé à boire l’eau de Porretta, persuadé de le faire par les médecins locaux74. La chancellerie des marquis de Mantoue conserve aussi de nombreux témoignages de ces présences médicales aux bains et du conseil des praticiens75. Ainsi, en 1472, alors qu’il avait décidé de se rendre à Porretta, le cardinal Francesco Gonzaga se voit empêché par ses médecins de le faire, mais être autorisé par Baverio Bonetti à en boire durant trois ou quatre jours :

  • 76 « Lo Reverendissimo Monsignore mio […] haveva terminato partire giobia per aviarse al bagno, ma pa (...)
  • 77 « Questa matina, etiam cum consentimento di medici, ha terminato solum pigliar questa purgatione, (...)

« Le révérendissime monseigneur avait décidé de partir jeudi pour se rendre au bain, mais parce que j’ai entendu après notre arrivée messire Baverio le dissuader du bain, sans que j’en sache la raison, on attendra avant de consulter bien et de manière avancée la chose76. […]. Ce matin, avec l’assentiment même des médecins, il a accepté de prendre cette purge, puis de boire trois ou quatre jours durant l’eau, sans se rendre aux bains et puis après 15 jours d’y aller »77.

  • 78 En 1458, le duc de Milan y avait déjà dépêché l’un de ses médecins, Gaspare Venturelli da Pesaro, (...)
  • 79 Sur ces différents épisodes, je renvoie à D. Boisseuil (« Les cours italiennes… », op. cit.), avec (...)

36Enfin, on ne saurait passer sous silence les divers épisodes où les compétences de Benedetto Reguardati en matière balnéaire furent requises, aussi bien pour se rendre à Bormio à la demande de Francesco Sforza et y surveiller une construction thermale78, pour conseiller Bianca Maria Visconti désireuse de séjourner à Petriolo que pour guider Giovanni Medici et le pape Pie II, eux-aussi disposés à un séjour thermal79.

  • 80 Ainsi les nombreuses références personnelles chez Francesco Casini ou Ugolino da Montecatini ou en (...)

37Outre les sources de la pratique et tout particulièrement la lecture de témoignages épistolaires où les curistes font état de leur expérience balnéaire et de possibles avis médicaux, il existe aussi d’autres attestations d’un accompagnement médical du séjour thermal, notamment celles fournies par les auteurs de traités de balnéothérapie eux-mêmes qui soulignent ainsi, à travers quelques exemples choisis, la renommée de leur clientèle, leur propre réputation et la qualité de leur expertise80.

  • 81 Boisseuil D., Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta, les médecins et les (...)
  • 82 Dans un conseil destiné à une femme qui ayant avorté a des pertes de sang, il préconise pour Porre (...)

38À défaut de disposer sur place ou dans leur entourage d’un médecin traitant les accompagnant lors de leur séjour, certains patients pouvaient aussi utiliser des conseils, des règles à suivre qui circulaient sous forme écrite. Certains des traités médicaux consacrés à des stations spécifiques, à l’image de la Regula de Tura di Castello sur Porretta dont la dimension est strictement pratique et non spéculative, ont eu une diffusion certaine qu’atteste aussi bien la dizaine de manuscrits conservés dans ce cas, les éditions incunables, une traduction en italien, que les adaptations rimées dont elle fit l’objet dans les œuvres poétiques de deux prélats à la fin du xve siècle, Battista Spagnoli da Mantova et Geremia Cusadri ; le premier fut l’auteur d’un De balneis Porrectanis, le second d’un Carme sulla Porretta81. Du reste, d’après le témoignage d’Ugo Benzi, cette règle devait manifestement être en usage dans la station, au grand dam des curistes selon le médecin82. En effet, ce dernier reproche vertement à Tura di Castello de fortement recommander la boisson d’importantes quantités d’eau, sans jamais s’intéresser à la vertu naturelle des patients qui est loin d’être la même pour tous. De telles consommations qui entraînaient l’évacuation forcée et répétée des quantités d’eau ingérées, par l’urine, les selles et les vomissements, étaient assurément responsables, selon Ugo Benzi, de la mort de patients :

  • 83 « E per questa casone me rendo certo che non è rasonevele quelo che si dise in uno conseglio el qu (...)

« Et pour cette raison, je me rends compte que ce que dit un conseil qui est commun à Bologne et qui fut fait d’après ce que je sais, par un docteur bolonais du nom de Thura di Castello, n’est pas raisonnable ; il dit que chacun doit en boire avant le repas autant qu’il faut pour que l’eau sorte du corps par le siège, et même par le vomissement, claire comme on la prend ; mais les vertus du corps sont inégales et je crois que cette erreur est cause de la mort de nombreux hommes dans ce lieu du fait de l’usage du bain »83.

39Ce faisant, le praticien siennois conteste la sorte de panacée que semble constituer parfois, aux yeux de ses collègues, le traitement thérapeutique par les eaux thermales, susceptibles selon certains de traiter quasiment toutes les pathologies, mais surtout il rejette l’absence de conseils adaptés à la singularité des cas, comme s’il était loisible de fournir des avis généralisés, valables pour l’ensemble des complexions et des individus. En effet, ces écrits normatifs et standardisés permettaient au total une diffusion large de ces règles de conduites auprès d’un public diversifié.

  • 84 SER Lapo Mazzei, Lettere di un notaio a un mercante del secolo xiv con altre lettere e documenti, (...)
  • 85 « Barnabas de Aliis […] habebat illum tractum in vulgari descriptum et nominabat aliquos ex usu hu (...)
  • 86 « E di quelli essempi ch’io vedeva, et opinione delli medici, medesimamente del Donato scrittore d (...)
  • 87 Cette Regula balnei loci de Aquaria in territorio Regii, texte anonyme, est notamment copiée dans (...)

40L’eau de Porretta n’était sans doute pas seulement connue par la règle de Tura di Castello ; le notaire florentin ser Lapo Mazzei fait ainsi référence, dans une lettre de 1408 adressée à Francesco di Marco Datini, à un bel et ingénieux écrit, compilé par le collège des médecins de Bologne, à la demande des autorités de la cité84. Ugolino da Montecatini fait quant à lui état de la circulation d’un traité en vulgaire sur ces bains dont un de ses patients, marchand florentin de renom, a manifestement eu connaissance ; bien que le médecin ait tenté, avec d’autres confrères, de détourner ce dernier de son désir de se rendre à Porretta, le patient, attiré par les bienfaits des bains décrits dans la brochure, s’y est rendu avec un praticien de Florence, collègue d’Ugolino85. D’autres bains ont manifestement aussi fait l’objet de règles d’utilisation qui circulaient sans doute sur place : Montaigne, plus d’un siècle plus tard, évoque ainsi l’ouvrage d’un certain médecin Donato consacré aux bains de Bagno della Villa en territoire lucquois, qui aurait été rédigé l’année précédent son séjour thermal86, ainsi que d’autres livres édités. Enfin, les bains d’Acquaria, dans la région de Modène, bénéficiaient eux-aussi d’une regula balnei à vocation pratique ; elle indiquait sur deux feuillets les qualités de ces eaux, comment les boire, comment s’y baigner, ce dont il fallait se prémunir une fois sur place, les maladies soignées par ces eaux et en quelle saison se rendre dans la station87.

  • 88 Benedetto Reguardati fait état à plusieurs reprises de renoncement au bain ou à la douche si le pa (...)

41D’évidence, certaines de ces règles sont rédigées au seul usage du patient car lui sont divulgués non seulement les préceptes d’une bonne cure, mais aussi les moyens d’établir son propre diagnostic et d’interrompre le cas échéant le déroulement des soins88. Surtout ces prescriptions anonymes consacrent aux pratiques thermales quotidiennes l’essentiel de leur propos, sans référence aucune à la complexion individuelle, à la pathologie du malade, ni même encore aux vertus propres des bains.

Concilier plaisir et règlement

  • 89 Cf. Élias N., La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 et La dynamique de l’Occident, (...)
  • 90 «Studeat quantum potest solatiose vivere et cavere ab ira, rancore et melancolia quantum est possi (...)

42Assurément le programme quotidien de pratiques thermales établi par le médecin et certainement mis en œuvre par les patients eux-mêmes surtout lorsqu’ils se trouvaient seuls aux bains, pourrait presque s’apparenter à une forme d’autocontrainte89. Montaigne, en s’affranchissant même des conseils médicaux et en se livrant à des règles plus sévères encore, en serait presque le parangon. Ces tentatives de contrôle sur l’usage des eaux, qui passaient par l’imposition de règles, une présence médicale, ou encore par le conseil à distance de praticiens n’apparaissent cependant pas totalement contraires à une certaine idée de recreatio corporis ou plus exactement à l’idée d’une récréation de l’esprit. Car si le corps reste soumis à un programme chargé et physiquement éprouvant, plusieurs traités insistent sur la nécessité de garder l’âme joyeuse, de se divertir par des conversations entre amis… Ainsi Benedetto Reguardati engage le curiste à délaisser toute passion de l’âme néfaste – telle la colère, la rancœur ou la mélancolie – et à vivre l’âme joyeuse, en fréquentant une société apaisante (societas solatiosa)90.

  • 91 Chambers D. S., op. cit., p. 65.
  • 92 Ibid., p. 67.
  • 93 Montaigne, Journal de voyage…, op. cit., p. 90 où toute la séquence qu’il décrit se veut en parfai (...)
  • 94 « Fece buon effetto d’ambedue le bande e cosi fu la mia ventura di non credere questi medici ch’or (...)
  • 95 Ibid., p. 74-84.
  • 96 Boisseuil D., « Les cours italiennes… », op. cit., p. 63-64.

43Si les excès aussi bien alimentaires que sexuels sont d’évidence proscrits par les médecins qui reprochent à certains curistes de se rendre dans les stations plus pour le plaisir de la chair que pour les bienfaits thérapeutiques, ces praticiens sont aussi conscients de l’ennui que suscitaient la répétition des activités balnéaires, l’éloignement du domicile durant une longue période et la fatigue corporelle engendrée. Aussi n’est-il pas étonnant que pour son séjour à Porretta, à l’été 1467, Margherita von Wittelsbach, épouse du jeune Federico Gonzaga, héritier du marquisat, ait été accompagnée non seulement de son médecin, Policleto da Ferrara qui relate par lettres les progrès de la cure, mais aussi d’un poète et courtisan, Gianfrancesco Soardi, censé la divertir91. De même, en prévision d’un séjour dans la même station en 1472, le cardinal Francesco Gonzaga avait demandé à son père de lui envoyer un bouffon florentin et le peintre Andrea Mantegna pour lui tenir compagnie92. Montaigne enfin, quoiqu’il s’impose un traitement féroce en désaccord du reste avec les conseils des médecins93 dont il se méfie et dont il critique les mésententes94, n’en organise pas moins un bal comme cela était d’usage dans ces bains (« come si usa a fare a questi bagni »95) dont il raconte par le détail les préparatifs et le déroulement dans sa relation de voyage. Mais peut-être l’un des moyens d’éviter toute tentation était-il de suivre une sorte de cure à domicile, en se faisant porter de l’eau d’une station comme celle que suivit Francesco Sforza au début des années 1460 sur la recommandation de ses médecins96.

44Au total, le guide d’usage des bains, dans ses formes les plus générales, peut aussi être compris, moins comme une forme de contrainte que d’autocontrainte, destinée à éviter des comportements à risque, une manière de rendre les curistes responsables de leur santé, de leur pratique thermale et de leur comportement au bain, par une appropriation personnelle des règles.

***

  • 97 C’est le cas notamment du De balneis d’Ugolino da Montecatini et de l’ample traité de Michel Savon (...)
  • 98 «Praeter haec autem intelligendum quod balnea praedicta non nulla accidentia producere solent quae (...)
  • 99 «Tempus electionis harum balnearum est a principio madii usque ad medium iunii, cuius temporis con (...)

45Si tous les ouvrages médicaux consacrés aux eaux thermales ne donnent pas lieu à l’énoncé de normes à suivre, certains préférant manifestement enquêter sur leur minéralité, sur leurs vertus thérapeutiques et s’adresser plutôt au médecin qu’au curiste97, plusieurs auteurs dans le cadre de consilia ou de traités proposent clairement à leurs lecteurs des règles (regulae) ou un ordonnancement (ordo) pour reprendre quelques-uns des titres employés pour désigner ces régimes du corps qui s’appliquent aussi bien aux pratiques thermales en tant que telles, qu’à l’hygiène de vie qu’il convient au curiste de suivre scrupuleusement durant son séjour, sous peine au mieux d’inefficacité des soins, au pire de danger pour sa santé. Car c’est bien le risque qu’il s’agit selon les praticiens d’écarter en suivant scrupuleusement tout un ensemble de conseils prescriptifs qui règlent le quotidien du bain et le déroulement de l’ensemble du séjour, et encore, comme le rappelle Bartolomeo Montagnana, tout danger n’en est-il pas pour autant éloigné98. Au nom d’une sorte de principe de précaution, qui s’explique aussi bien par les effets potentiellement forts des eaux minérales que par les comportements dangereux de certains curistes, qu’on pourrait qualifier avant la lettre de « pratiques à risque » (et qui alternent entre un usage anormal des eaux, une sexualité effrénée et des consommations abusives), les médecins cherchent par leurs traités et conseils à imposer des règles, une série de gestes répétés, guidés par leur soin, à une nouvelle catégorie de patients qui sont les propres opérateurs de la cure : en effet, dans la plupart des cas, les gestes thérapeutiques – qu’il s’agisse de se baigner, de boire l’eau ou de prendre une douche – sont pratiqués par les curistes eux-mêmes. Ces balneantes dont parlent Michel Savonarole99 ou Benedetto Reguardati, le temps d’un séjour thermal, voient leur corps devenir l’objet de la regula balnei des praticiens, à défaut toutefois d’y être toujours soumis.

Notes

1 Aristote, dans les Problèmes, fournit une origine sacrée comme explication du phénomène thermal (Pb, XXIV, 16-19). Sur ce lien entre le sacré et la guérison pour l’Antiquité, voir l’article de J. Scheid dans ce volume. Sur leur caractère merveilleux, Daston L. et Park K., Wonders and the order of nature, 1150-1750, New York, Zone Books, 1998, p. 109-133.

2 Cette enquête privilégie les premiers ouvrages médicaux sur les eaux minérales et thérapeutiques rédigés, à partir du second tiers du xive siècle, par des praticiens italiens (cf. Nicoud M., « Le bain thermal dans la tradition médicale occidentale », Médiévales, no 43, 2003, p. 13-40). Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du xve siècle, en Allemagne, puis du xvie en France, en Angleterre, ou encore en Suisse que se développe aussi une littérature médicale du même genre.

3 Boisseuil D., « Pie II et les bains siennois », dans Pio II Piccolomini. Il papa del Rinascimento a Siena. Atti del convegno internazionale di studi, 5-7 maggio 2005, F. Nevola (dir.), Sienne, Protagon, 2009, p. 109-127.

4 Aujourd’hui Bagni di Lucca.

5 . Montaigne, Journal de voyage. Partie en italien, E. Schneikert, L. Vendrame (éd.), Paris, Classique Garnier, 2012.

6 Littérature, enluminures, mais aussi sermons ou législations urbaines attestent la propension des bains publics à devenir des lieux de plaisir malgré les interdits. Cf. Rossiaud J., Amours vénales. La prostitution en Occident, xiie- xvie siècle, Paris, Flammarion, 2010, p. 106-109.

7 Poggio Bracciolini, Lettere a Niccolò Niccoli, éd. H. Harth, Florence, L. Olschki, 1984, p. 128-135, l. 154-158 : « Nego esse ulla in orbe terrarum balnea ad fecunditatem mulierum magis accomodata. Itaque cum plures sterilitatis causa accesserint, mira illorum virtutem experiuntur ; servant enim diligenter precepta, quibus adhibentur remedia ad eas, que concipere nequeunt ».

8 Studt B., « Les joies du thermalisme. Nouvelles pratiques thermales et sociabilité dans l’Allemagne de la fin du Moyen Âge », dans Séjourner au bain. Le thermalisme, entre médecine et société ( xive- xvie siècles), D. Boisseuil, M. Nicoud (dir.), Lyon, PUL, 2010, p. 113-129.

9 Paravicini Bagliani A., Le corps du pape, trad. fr., Paris, Le Seuil, 1997, p. 204-207.

10 Sur l’usage de ce mot dans un contexte tardo-médiéval, je me permets de renvoyer à Nicoud M., « Formes et enjeux d’une médicalisation médiévale : réflexions sur les cités italiennes (xiiie-xve siècles) », Genèse, « Médicalisation », no 82-1, 2011, p. 7-30.

11 Sur cette littérature des conseils, voir Agrimi J., Crisciani C., Les « Consilia » médicaux, Turnhout, Brepols, 1993.

12 Nicoud M., Les régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale, 2 vol., Rome, École française de Rome, 2007.

13 À l’image d’un conseil de Francesco Casini da Siena († post 1415), adressé à un évêque, de ceux d’Ugo Benzi († 1439), d’un consilium de Benedetto Reguardati († 1469) sur les eaux de Bormio, sans doute pour Francesco Sforza, d’un autre du même auteur sur Petriolo adressé à un certain Tommaso Bossi (Florence, Biblioteca Riccardiana, ms 818, ff. 42r-43v, 43-45r), d’un conseil de deux médecins lucquois pour un conseiller du duc de Milan (Paris, BnF, nal. 211, ff. 75v-76r) ou encore des consilia de Baverio Bonetti († 1480).

14 Michel Savonarole, Liber de balneis et termis naturalibus totius mundi cum suis omnibus proprietatibus necnon de balneis et termis artificialibus, Bologne, 1493, ff. 34rb-36va.

15 Terme emprunté à D. Jacquart (« Le temps médical au Moyen Âge ou l’introuvable précision », BEC, no 157, 1999, p. 157-170), qui étudie la difficile définition par les médecins du calcul des jours critiques.

16 Voir dans ce volume l’article de D. Boisseuil sur la cure thermale.

17 Chandelier J., « La naissance d’un savoir médical sur les bains thermaux : les traités de Gentile da Foligno (m. 1348) », dans D. Boisseuil, M. Nicoud (dir.), op. cit., p. 15-30, pour l’histoire de ces textes.

18 Boisseuil D., Nicoud M., Moulinier L., « Il De balneis di Francesco da Siena. Uno sguardo sul termalismo italiano all’inizio del Quattrocento », dans Die Renaissance der Heilquellen in Italien und Europa von 1200 bis 1600, D. Boisseuil, H. Wulfram (dir.), Francfort, Peter Lang, 2012, p. 129-162 : p. 158.

19 Ibid., p. 152.

20 Ibid., p. 150.

21 « Tempus autem usus huius balnei est a principio mensis novembris usque ad principium mensis maii » (ibid., p. 149).

22 Ibid., p. 154.

23 Parmi les bains couverts, ceux Delle Caldanelle selon Francesco Casini : « et ideo fuit ordinatum balneum istud copertum », ibid., p. 149) ; D. Boisseuil (Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2002, p. 146-148) souligne la progressive tendance à couvrir tous les bains de la péninsule tout au long du xve siècle, à commencer dans le territoire siennois (Petriolo, Macereto).

24 Il n’est pas sûr qu’il s’agisse toutefois des installations strictement médiévales, Francesco Casini ne mentionnant par exemple qu’un bain couvert à Petriolo (Boisseuil D., Nicoud M., Moulinier L., op. cit., p. 149). Mais la comptabilité des gabelles sur les bains conserve des traces de réfection des toits à plusieurs reprises dans le second quart du xve siècle (Boisseuil D., Le thermalisme en Toscane, op. cit., p. 147 et note 17).

25 « Sunt etiam dicta balnea pulcris et optimis circundata muris quos idem Guido hedificavit tum ad pulcritudinem et honestatem et tum pro defensione a ventis ; est enim locus ille ventosus valde et potest ibi acorus et alii australes nimis pro quorum etiam defensione dominus Petrus de Gambacurtis fecit multas arbores plantari iuxta dicta balnea et in toto medio inter balnea et mare ad hoc, ut venti pervenirent refracti et minus nocivi » (ibid., p. 151).

26 D’après les statuts de 1293 (ibid., p. 81-94).

27 Paris, BnF, nal. 211, f. 92r.

28 Ibid., ff. 80r-81v.

29 Sur les praticiens de la cour lombarde, Nicoud M., Le prince et les médecins. Pensée et pratiques médicales à Milan (1402-1476), Rome, École française de Rome, 2014.

30 Benedetto Reguardati, Ordo balneorum de Burmio, Florence, Bibl. Riccardiana, ms 818, ff. 42r-43v. Sur ce texte et pour son édition, voir Boisseuil D., « Les cours italiennes et le thermalisme à la Renaissance : les Sforza de Milan et les cures thermales au milieu du xve siècle », dans Cultures de cours, cultures du corps, M. Da-Vinha, C. Lanoë, B. Laurioux (dir.), Paris, Pups, 2011, p. 51-67.

31 Benedetto Reguardati préconise deux mois à Bormio (ibid.).

32 Paris, BnF, nal 211, f. 81v.

33 « Preterea aqua de Porreta tribus annis a prima assumptione est reiteranda. Que potata ut permittitur et reiterata vitam sine anxietate longam prestat et salubrem » (ibid.).

34 « Comuniter in hoc prestat maximum iuvamentum in tantum quod fere per tres annos calefacit et exicat » (éd. M. G. Nardi, Ugolino da Montecatini, Tractatus de balneis, Florence, L. Olschki, 1950, p. 109).

35 « Misi ad istud balneum unum civem qui vocatur Iohannes Testa qui passus fuerat dolores colicos et tandem ad nervos materia permutata est ex colica liberatus […]. Stetit tamen ibi plus quam per quadraginta dies [...]. Illo tunc fecit se portare de Fiorentia de meo consilio Pierus Iohannis aromatarius amicus meus et magnus civis, qui de podagris et doloribus vulneribus iuncturarum remanserat ex toto perditus in virtute motiva membrorum […]. Et inde ad dies XX potuit Florentiam equitare » (ibid., p. 98-99).

36 Lockwood D. P., Ugo Benzi, medieval philosopher and physician, 1376-1439, Chicago, Chicago University Press, 1951, p. 302.

37 Ibid., p. 315. Il recommande dans ce cas les bains de Vignoni en Toscane.

38 Ibid., p. 296.

39 Mauss M., « Les techniques du corps », dans ID., Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. 365-386.

40 10e règle énoncée par Pietro da Tossignano à propos de Bormio : « 10a quando prima vice intrat balneum debet modicum in balneo stare ; 2a vero vice debet plus stare ; 3a vice adhuc plus ; 4a vice debet stare usque ad tempus superius ordinatum » (Paris, BnF, nal. 211, f. 92r).

41 « Et tollunt illas herbas et fatiunt ibi foveam et intrant fatiendo permixtionem luti et aquae et dicunt [rustici] quod magis conferat illa aqua sic permixta cum luto » (éd. M. G. Nardi, op. cit., p. 95).

42 Boisseuil D., « La douche thermale : une technique thérapeutique nouvelle dans l’Italie du Quattrocento », dans A. Durand (éd.), Jeux d’eau : moulins, meuniers et machines hydrauliques, xie- xxe siècle. Études offertes à Georges Comet, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2008, p. 59-74. Certains sites antiques semblent attester la présence de douches, sans qu’il soit certain que l’usage en soit thérapeutique. Cf. l’article de H. Broise dans ce volume.

43 Le destinataire pourrait être Guglielmo Centueri, évêque de Pavie entre 1386 et 1402 ; le texte fut manifestement peu diffusé. À ma connaissance il n’en existe qu’un manuscrit le conservant, à Florence, Bibl. nazionale Centrale, ms Magl. XV. 189, ff. 43r-44r. Cf. Chellini R., « Il medico senese Francesco Casini e un codice medico del XV », dans Segreti delle acque. Studi e immagini sui bagni secoli XIV-XIX, P. Viti (éd.), Florence, L. Olschki, 2007, p. 33-54.

44 « Et maxime illi qui habuerint caput catarrosum vel malam complessionem frigidam, si habent uti balneo, et illam aquam recipere super caput sicut aquam balnei Petrioli vel Sancti Philipi in comitatu senarum quae descendit ex ore leonis » (éd. M. G. Nardi, op. cit., p. 93).

45 Jérôme de Viterbe relate le cas d’un patient qui buvait de grandes quantités quotidiennes de cette eau, sans ressentir de gonflement du ventre (Boisseuil D., Nicoud M., Moulinier L., op. cit., p. 154).

46 Chambers D. S., « Federico Gonzaga ai bagni di Caldiero (1524) », Civiltà Mantovana, no 4, 1984, p. 45-63, pour le site de Caldiero, près de Vérone, au début du XVIe siècle.

47 Florence, Bibl. Nazionale centrale, ms XV-189 ; édition sommaire dans Chellini R., op. cit., p. 53-54.

48 La mesure est par exemple utilisée par Benedetto Reguardati dans sa règle sur l’usage des bains de Bormio : « Bibatur aqua bis in septimana de mane circa ortum solis eligendo aquam nitidam et puram de canali ante quam cadat in balneo et bibantur per tres vel quatuor ciati. […]. Deinde iterum bibat tres aut quatuor ciatos aque […] » (éd. D. Boisseuil, « Les cours italiennes… », op. cit., p. 65).

49 « Audivi etiam ab illis medicis quod sunt aliqui qui de ista aqua (Viterbe, Della Grotta), bibunt usque ad unum barile » (éd. M. G. Nardi, op. cit., p. 124).

50 « Et toties bibat assumendo ipsam paulatim quasi in potu aliqualiter delectentur cum in illo potu precedente quod eius incipiat exitus apparere per poros vel per urinam vel etiam per secessum » (ibid., p. 118-119).

51 « Est ibi stupha quam vocant sudatorium […]. In isto loco est magnus calor qui facit exuberanter sudare et desicare multum. Et in isto sudatorio iuxta recessum omnes intrant bis aut semel » (ibid., p. 98). Il en existe aussi aux bains de Volterra (ibid., p. 108).

52 « Omnia ista balnea sunt clarissima et eorum aqua bibitur et de ipsis etiam fiunt clisteria » (ibid., p. 112).

53 Éd. D. Boisseuil, « Les cours italiennes… », op. cit., p. 66.

54 « Cum autem aqua ista possit quis multis modis uti erit secundum modus multiplex. Possumus enim aliquando uti aqua ista intra per potum licet non sit valde in usu. Extra per embrocam ab alto, per balneum, per stufam sine aqua et cum vapore, et cum luto et aqua » (Paris, BnF, nal. 211, f. 83v).

55 « Insuper ea die qua bibitur aqua non debet recipi ducia ad caput nec debet fieri ingressus in balneum » (éd. D. Boisseuil, « Les cours italiennes… », op. cit., p. 66).

56 Boisseuil D., Grieco A. J., Redon O., « Cure thermale et régime alimentaire en Toscane aux xiiie-xvie siècles », Chroniques italiennes, no 52, 1997, p. 11-31.

57 Du reste, le bain en soi relève aussi des choses non naturelles, même si les eaux minérales, en raison de leur capacité thérapeutique, relèvent d’un registre intermé

58 À propos de Bormio : « 4a antequam intret balneum debet habuisse benefitium ventris. Et si aliter non potest habere, faciat sibi subpositorium vel clistere, vel summat cassiam vel pilullas » (BnF, nal 211, f. 92r).

59 « Balneo vero oportet ne approximes nisi post digestionem. Post digestionem et apud declinationem est ipsum melius eis et proprie consuetis » (Avicenne, Canon medicinae, lib. IV, fen I, trac. 2, cap. 39, De cura tertiane pure).

60 Trois des quatre conditions à observer avant d’entrer dans les bains de Viterbe sont toutes liées à ce processus d’évacuation des humeurs superflues et des produits superfétatoires de la digestion : « Secundum obse[r] vabile est ne quis utatur nisi corporis plectoria, id est repletio, absit, nam cito tale balneum tale corpus cacocimie, id est humorum conruptioni disponet […] ; purgetur igitur bene et purgato corpore intret balneum. Tertium observabile est quod non intret quis balneum corpore seu stomaco pleno cibo, set perfecte mundus, celebrata eius prima digestione […]. Quartum obse[r]vabile est ut corpus sit a superfluitatibus expurgatum et perfectissime mundatum. Nam hiis quatuor condictionibus observatis vivativum esse balneum » (Boisseuil D., Nicoud M., Moulinier L., op. cit., p. 154). La première concerne la saison thermale.

61 « Prima regula veniens ad balneum debet esse purgatus consilio medici et etiam flobotomatus si expedit » (BnF, nal. 211, f. 92r).

62 « Postmodum possunt tute cibari cum cibis semper puris et optimi nutrimenti facilis digestionis sequendo semper consuetudinem et cum bono consilio medicorum in vita illud regimen quod illis requiritur secundum morbos et accidentia vel malas dispositiones membrorum propter quod ibunt ad ipsa balnea visitanda » (éd. M. G. Nardi, op. cit., p. 94).

63 Sur le caractère ambigu des fruits, principalement préconisés par les médecins pour leurs vertus thérapeutiques, Nicoud M., « I medici medievali e la frutta : un prodotto ambiguo », dans Le parole della frutta. Storia, saperi, immagini tra medioevo ed età contemporanea, I. Naso (éd.), Turin, Silvio Zamorani editore, 2012, p. 91-108.

64 Tura di Castello, repris mot pour mot par Ugolino, l’interdit formellement et prolonge l’interdiction au-delà d’un mois pour ceux qui sont faibles : « Inter omnia alia mirabiliter nocitiva et mortifera est coitus a quo saltem usque ad mensem debent se penitus abstinere. Et hoc intelligendum est in habentibus complessionem sanam optimam et robustam. Habentes autem complessionem debilem debent coitum longius retardare » (éd. M. G. Nardi., op. cit., p. 122).

65 « Adhuc ad istud accedunt maxime rustici qui vexantur a doloribus iuncturarum et maxime si sint dolores sciatici vel in dorso et vadunt nullis regulis observatis. De cuius usu maximum sepe recipiunt iuvamentum » (ibid., p. 95).

66 « Et est magnus numerus hominum et mulierum in isto tempore concurrentium, qui male servant regulas quam communiter sunt rustici et aliqui artifices pistorienses, lucani, pratenses et aliqui florentini. Et vidi aliquos qui bibunt unum barile quoniam statim emictunt illam clarissimam » (ibid., p. 96).

67 « Et tamen quandoque vidimus ex usu illius aquae multos postmodum egrotantes male ac etiam terminantes. Nec est verum quod unquam fuerit eius usus de consilio medicorum sed de proprio suo capite inveni illas sic tenere » (ibid., p. 102).

68 « Calumpnant sepe medicos et balnea infirmi, quoniam ex eorum usu non habuerunt de suis langoribus convalescentiam nec aliquod iuvamentum ymo aliquando potius noceant quod totum contingens et quia nec canones nec regulas servant in usu balneorum naturalium quam etiam artificialium observandas ymo quod peius est communiter balnea visitantes plus in omnibus quam primo facerent sunt errantes in ludis tripudiis comestionibus et impetu diversorum vinorum et communiter in omni sex rerum non naturalium usu, propter quod saltem in genere in isto tractabo capitulo modos omnes necessarios tenendos in accessu et usu talium balneorum. […] Et totum fatiant cum bono suorum habito consilio medicorum » (ibid., p. 92).

69 Guidotti P., « Note storiche su Porretta-Terme tra il xv e il xvi secolo », dans Ceramiche nell’alta valle del Reno dal secolo xiv al xx secolo, P. Guidotti, G. L. Reggi (éd.), Bologne, Atesa, 1975, p. 59.

70 Melis F., « La frequenza alle terme nel basso Medioevo », dans Atti del Io Convegno italiano di studi storici termali, Salsomaggiore-Terme, 1963, p. 38-49, rééd. dans ID., Industria e commercio nella Toscana medievale, B. Dini (éd.), Florence, Le Monnier, 1989, p. 319-347.

71 « Ego autem ad illa accessi cum homine quem ultra alios omnes fere dilexi, Colutio de Stignano noviter laureto canzelario florentino » (éd. M. G. Nardi, op. cit., p. 107).

72 « Qua è molta gente che vanno al Bangno a Monte Chatini e chie fae venire l’aqua qua ; e pertanto io vorei preghare che mmi diceste se vi pare ch’io facc(i)a qua venire della detta aqua et bernne chome è d’usanza, io e lla Margherita ; e anco ci ae alchui che dicono sarebbe milglore quella della Poretta. E io non ne crederei persona altro che vo’due ; e senza vostro chonsilglo non sono per fare nulla ; e pertanto vi pregho che voi siate insieme e ditemi quello vi pare » (cité par Nigro G., Il tempo liberato. Festa e svago nella città di Francesco Datini, Florence, Le Monnier, 1994, p. 132).

73 « Per anchora io non sono ito al Bangno […]. E potrebe esere ch’io andrei più tosto a Petriuolo, che a Chorsena, sechondo ch’io sarò chonsigliato e se il chaldo non ci faciese tropa noia […]. Nicholuccio di Filippo Vinaciesi disse avea auto quello medesimo male, egli che oe io e ch’egli andò a Petriolo e rimase libero : e molto me ne chonfortò. E da molti altri ne sono istato chonfortato ch’io vada più tosto a Petriuolo che a Chorsena e anche i medici me ne chonfortano » (4 mai 1410, ibid.).

74 « Per persuasione de medici da Bologna me deliberay de bevere l’aqua li in Bologna » (Archivio di Stato di Milan, Sforzesco 155, 29 août 1453). Cité par Motta E., « Francesco Sforza e i bagni di Bormio », Archivio Storico Lombardo, no 8, 1881, p. 665.

75 Sur ces questions, voir Chambers D. S., « Attenti alle acque : morte alle terme di Porretta », dans D. Boisseuil, H. Wulfram (dir.), op. cit., p. 61-74.

76 « Lo Reverendissimo Monsignore mio […] haveva terminato partire giobia per aviarse al bagno, ma parche sento doppo siamo arivati messer Bavera dissuader il bagno, che non intendo anchor per qual cagione, se attendera prima de consultare bene e maturamente la cosa » (Giovanni Pietro Arrivabene, secrétaire, au marquis Ludovico Gonzaga, Archivio di Stato di Mantova, AG, b. 1141, f. 242, 2 août 1472).

77 « Questa matina, etiam cum consentimento di medici, ha terminato solum pigliar questa purgatione, puoi bevere qui tre o quattro giorni l’acqua, senza andar là suso al bagno, e puoi fin a XV dì, di venire de là » (Giovanni Pietro Arrivabene à Barbara de Brandebourg, Archivio di Stato di Mantova, AG, b. 1141, f. 243, 3 août 1472).

78 En 1458, le duc de Milan y avait déjà dépêché l’un de ses médecins, Gaspare Venturelli da Pesaro, pour y étudier les vertus de l’eau (Motta E., « Un parere di un medico del Quattrocento sui bagni di Bormio », Archivio storico lombardo, no 14, 1887, p. 892-893).

79 Sur ces différents épisodes, je renvoie à D. Boisseuil (« Les cours italiennes… », op. cit.), avec la bibliographie afférente.

80 Ainsi les nombreuses références personnelles chez Francesco Casini ou Ugolino da Montecatini ou encore celles du médecin lombard Antonio Guaineri († 1458), auteur d’un traité sur les bains d’Acqui Terme, dans le Montferrat, qui rapporte les soins portés au marquis de Mantoue qui souffrait de goutte. Sur ce texte, Zuccolin G., « Les traités médicaux sur les bains d’Acqui Terme entre xive et xvie siècle », dans D. Boisseuil, M. Nicoud (dir.), op. cit., p. 31-61. Cf. aussi Michel Savonarole, op. cit., f. 20va, 21va, 24rb…

81 Boisseuil D., Nicoud M., « L’invention d’une source : les Bagni della Porretta, les médecins et les autorités publiques », dans D. Boisseuil, M. Nicoud (dir.), op. cit., p. 63-98 : p. 78.

82 Dans un conseil destiné à une femme qui ayant avorté a des pertes de sang, il préconise pour Porretta d’en boire l’eau « secundum ordinem illorum balneorum », laissant entendre qu’il existe un usage reconnu et accepté de tous pour ces bains (Lockwood D. P., op. cit., p. 296).

83 « E per questa casone me rendo certo che non è rasonevele quelo che si dise in uno conseglio el quale è comune a Bologna, che fu fato da un doctore bolognese, che ave nome miser Thura de Castello, secundo che io stemo, el quale dise che ciaschaduno che ne piglia di bibere tante volte inanze che manzi, che la aqua venga fora e per lo sedio, o veramente per vomito, chiara come si piglia, perzo che le virtu di corpe non sono inguale (sic) e credo che questo errore è casone de la morte de molti homini in quello logo nel usare nel (sic) bagno » (ibid., p. 336-337).

84 SER Lapo Mazzei, Lettere di un notaio a un mercante del secolo xiv con altre lettere e documenti, éd. C. Guasti, vol. 2, Florence, 1880, p. 125-126.

85 « Barnabas de Aliis […] habebat illum tractum in vulgari descriptum et nominabat aliquos ex usu huius aquae de egritudine simili liberatos » (éd. M. G. Nardi, op. cit., p. 117).

86 « E di quelli essempi ch’io vedeva, et opinione delli medici, medesimamente del Donato scrittore di queste acque, io non avea fatto grande errore di bagnarmi la testa in questo bagno » (Montaigne, Journal de voyage…, op. cit., p. 106). « Darente del canale di questa fontana della villa, c’è un marmo quadro che ci è stato messo sono giusto 110 anni queste cal. di Maggi, dove sono scritte le virtu di questo fonte. La lascio perche si trova questa scritta in assai libri stampati dove si parla de’bagni di Lucca » (ibid., p. 68).

87 Cette Regula balnei loci de Aquaria in territorio Regii, texte anonyme, est notamment copiée dans le ms de Paris, BnF, nal. 211, ff. 92v-93r. Voir dans ce volume l’article de D. Boisseuil.

88 Benedetto Reguardati fait état à plusieurs reprises de renoncement au bain ou à la douche si le patient sentait que les aliments ingérés n’avaient pas été digérés.

89 Cf. Élias N., La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 et La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975. Voir aussi Burguière A., « Le concept d’autocontrainte et son usage historique », dans Norbert Élias et l’anthropologie. « Nous sommes tous si étranges... », S. Chevalier, J.-M. Privat (dir.), Paris, Cnrs Éditions, 2004, p. 71-81.

90 «Studeat quantum potest solatiose vivere et cavere ab ira, rancore et melancolia quantum est possibile» (Regimen observandum per spectabilem Thommam Bossum ad balnea Petrioli in comitatu senarum, Florence, Bibl. Riccardiana, ms 818, f. 44r).

91 Chambers D. S., op. cit., p. 65.

92 Ibid., p. 67.

93 Montaigne, Journal de voyage…, op. cit., p. 90 où toute la séquence qu’il décrit se veut en parfait désaccord avec les recommandations des médecins.

94 « Fece buon effetto d’ambedue le bande e cosi fu la mia ventura di non credere questi medici ch’ordinavano d’abbandonare il bere subito ch’il primo giorno non succedeva » (ibid., p. 70). Ou encore à propos d’un habitant de Crémone venu aux bains della Villa dont il dit qu’il « viveva sotto la regola de i medici con una religiosissima osservanzia […]. Era cosa piacevole di veder le diverse ordinazioni di i medici di diverse parti d’Italia tanto contrari e particolarmente sul fatto di questi bagni e doccie : che di venti consulte, non ci erano due d’accordo, anzi accusavano e dannavano l’una l’altra quasi tutte d’omicidio » (ibid., p. 86-88).

95 Ibid., p. 74-84.

96 Boisseuil D., « Les cours italiennes… », op. cit., p. 63-64.

97 C’est le cas notamment du De balneis d’Ugolino da Montecatini et de l’ample traité de Michel Savonarole qui évoque ses confrères et leurs erreurs. Sur ce texte, Nicoud M., « Inventio, experimentum e perizia medica nel De balneis di Michele Savonarola », dans Michele Savonarola. Medicina e cultura di corte, C. Crisciani, G. Zuccolin (dir.), Florence, Sismel, 2011, p. 83-112.

98 «Praeter haec autem intelligendum quod balnea praedicta non nulla accidentia producere solent quae si perseverent iuvamenta balneorum impediunt» (Tractatus tres de Balneis patavinis, Lyon, 1525, f. 351vb).

99 «Tempus electionis harum balnearum est a principio madii usque ad medium iunii, cuius temporis constitutionem balneandus considerare debet» (Liber de balneis et termis naturalibus… cit., f. 18ra).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bagni di Petriolo (province de Sienne), l’édifice thermal et les petits bassins. Cliché de Didier Boisseuil.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Fig. 2. Bagno Vignoni (province de Sienne), installations de douches. Cliché de Marilyn Nicoud.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540