Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le thermalisme

 | 
John Scheid
, 
Marilyn Nicoud
, 
Didier Boisseuil
, 
et al.

Le thermalisme dans l’Antiquité

Mais où sont les médecins ?

Philippe Mudry

Texte intégral

  • 1 Nat. 31,3 : « aquarum potentiae exempla ponemus ».
  • 2 Nat. 31,4 : « auxilia morborum profitentes ».
  • 3 Nat. 31,4 : « nec pluribus auxiliandi generibus ».
  • 4 Nat. 31,5 : « aliae sulpuris ui, aliae aluminis, aliae salis, aliae nitri, aliae bituminis, nonnull (...)

1Le livre 31 de l’« Histoire naturelle » de Pline est consacré aux remèdes que l’on tire des animaux aquatiques. Mais avant de traiter de cette question, Pline présente des considérations sur les différents types d’eau, eau de source, eau de mer, eau de rivière, eau de lac, eau de pluie. Puis, dans la perspective de cette partie de l’« Histoire naturelle » consacrée aux remèdes, Pline oriente rapidement sa réflexion sur les vertus thérapeutiques de ces différentes eaux : « Nous allons pour commencer montrer des exemples de leur pouvoir1. » Traitant dans ce cadre des eaux de source, Pline indique qu’on en trouve en de nombreux endroits, qu’elles peuvent être froides, chaudes ou tièdes, et qu’elles ont des vertus thérapeutiques en offrant, selon l’expression de Pline, « des secours contre les maladies2 ». Ces sources thermales, continue Pline, ont donné naissance à des villes comme Pouzzoles en Campanie, Statiellae en Ligurie (l’actuelle Acqui Terme) ou encore Aquae Sextiae en Narbonnaise (l’actuelle Aix-en-Provence). Mais on n’en trouve nulle part, remarque-t-il, en plus grande abondance qu’au golfe de Baïes ni qui « aient davantage de vertus médicinales3 ». Parmi ces sources, « les unes agissent par la vertu du soufre, d’autres par celle de l’alun, du sel, du nitre ou encore du bitume ; quelques-unes agissent par l’effet d’un mélange acide ou salé, d’autres encore par leur seule température4 ».

  • 5 Nat. 31,6 : « iam generatim neruis prosunt pedibusue aut coxendicibus, aliae luxatis fractisue, ina (...)
  • 6 Nat. 31,7 : « aquae Ciceronianae… perquam salubres oculis ».

2Après cette énumération des modes d’action des sources thermales, Pline passe à leurs diverses indications thérapeutiques : « suivant leur genre, certaines peuvent être utiles pour les nerfs, les pieds ou les hanches ; d’autres pour les luxations ou les fractures ; elles peuvent aussi dégager le ventre, guérir les plaies, être bénéfiques en particulier pour la tête, les oreilles ou les yeux5 ». Pour ce dernier cas, Pline cite l’exemple des « eaux cicéroniennes », appelées ainsi parce qu’elles ont jailli, après la mort de l’orateur, à l’entrée de la villa qu’il possédait sur la côte près de Pouzzoles. Ces eaux sont « particulièrement salubres pour les yeux6 ».

  • 7 Nat. 31,59 et 31,61.

3Pline précise en outre quelles sont les indications thérapeutiques particulières de tel ou tel type d’eau thermale : l’eau sulfureuse est bénéfique pour les nerfs, l’eau alumineuse pour les paralysies et les asthénies « du même genre », l’eau bitumineuse ou nitreuse, pour laquelle il donne l’exemple des eaux de Cutilies en Sabine, est bénéfique en boisson ou en purge, mais sans précision du type d’affection sur lequel s’exerce leur effet. Bénéfique également l’application de boue des sources thermales, mais avec la précaution de la laisser sécher au soleil après s’en être enduit7.

  • 8 8, 3, 4.

4Il est intéressant de noter que dans son traité d’architecture, au livre 8 qui traite des différentes techniques d’adduction des eaux, Vitruve signale les vertus curatives des eaux thermales, mais en donnant davantage de détails que Pline à propos de leur mode d’action sur le corps humain. Selon Vitruve8 :

  • les sources sulfureuses (sulphurosi fontes) soulagent les maladies nerveuses par leur échauffement dont la chaleur consume et expulse du corps les humeurs vicieuses ;

  • les sources alumineuses (aluminosi fontes) guérissent les membres qui ont perdu leur motricité par l’action contraire de leur chaleur qui, traversant les conduits des veines, ranime les membres « glacés » (= paralysés, ayant perdu leur motricité) en sorte que ceux-ci retrouvent bientôt leur fonction primitive ;

    • 9 Sur les vertus attribuées dans l’Antiquité à ces différentes eaux et sur leurs indications actuelle (...)

    les sources bitumineuses enfin (bituminosi fontes) offrent une boisson purgative qui constitue un remède contre les maladies internes, une information absente chez Pline, comme nous l’avons relevé plus haut9.

  • 10 Nat. 31,8 et 31,10.

5Cela étant, notre intention n’est pas de passer en revue ici la longue liste des sources thermales répertoriées par Pline non plus que d’analyser et éventuellement de vérifier le bien-fondé de tant de vertus attribuées à ces différentes eaux médicinales. D’ailleurs certaines de ces vertus, chez Pline notamment, sont pour le moins surprenantes, comme les eaux de Sinuessa en Campanie sur le golfe de Gaète qui tout à la fois guérissent la stérilité chez les femmes et la folie chez les hommes ou encore les eaux de la source Thespies en Béotie qui rendent sans délai les femmes fécondes10.

  • 11 Sur cet aspect de l’œuvre de Pline, voir en particulier V. Naas, « Opera mirabilia in terris et Rom (...)

6On connaît le goût de Pline pour les « mirabilia » et sa propension à accueillir dans son « Histoire naturelle » tout ce qui peut susciter l’admiration pour les merveilles que recèle la nature11. La vraisemblance, du moins ce que nous modernes appelons vraisemblance, n’est pas pour Pline un critère de sélection. Reste que même s’il affiche cette inclination pour le merveilleux, pour le miracle au sens premier du terme, à savoir ce qui suscite étonnement et admiration, Pline n’est pas le seul parmi les auteurs anciens à s’intéresser aux eaux thermales et à en célébrer les vertus thérapeutiques. Nous avons déjà cité Vitruve et son traité « De l’architecture ». On pourrait mentionner bien d’autres auteurs comme Strabon, le voyageur-géographe du monde méditerranéen, ou Diodore de Sicile, auteur d’une histoire universelle, tous deux relativement proches dans le temps de l’« Histoire naturelle » de Pline.

7Mais c’est sur un autre auteur que nous voudrions nous arrêter un instant, contemporain de Pline et qui s’est lui aussi intéressé à la question des eaux thermales et de leurs propriétés thérapeutiques. Il l’a fait avec un regard moins émerveillé que celui de Pline, plus scientifique s’il nous est permis d’employer ce terme dont l’acception, s’agissant de l’Antiquité, ne comporte évidemment pas la notion de rigueur qu’il a aujourd’hui. Nous voulons parler de Sénèque et de son traité des « Questions naturelles ».

  • 12 Nat. 3,2,1 « indicat uim sapor ».
  • 13 Nat. 3,1,2 : « quaedam inueterata et desperata a medicis uitia percurant ». Notons à ce propos que (...)

8Parmi les sources thermales, Sénèque distingue les eaux sulfureuses, les eaux ferrugineuses et les eaux alumineuses. Détail intéressant : c’est leur saveur qui révèle leur vertu12. Mais Sénèque ne précise pas l’identité ni la localisation de ces eaux dont les unes soignent les yeux, d’autres les nerfs, d’autres les plaies, d’autres sont hémostatiques, d’autres encore, prises en boisson, combattent les affections internes, soulagent les poumons et les intestins. Le constat général est donc le même que celui de Pline. Mais Sénèque ajoute pourtant une observation particulière sur laquelle nous reviendrons dans notre conclusion : « certaines guérissent complètement les maladies chroniques dont les médecins désespèrent13 ».

  • 14 Nat. 3,24,4.

9Selon Sénèque, l’explication des propriétés médicinales des sources thermales réside dans le fait qu’elles se chargent des propriétés des lieux à travers lesquels elles se sont échauffées et se sont écoulées. Ainsi les eaux sulfureuses ou nitreuses ont coulé sous terre à travers des lieux imprégnés de soufre ou de nitre14.

10Tous ces témoignages montrent à l’évidence que le thermalisme est une réalité dans le monde romain du début de l’Empire. Mais on aura probablement remarqué que parmi tous les auteurs cités aucun n’est médecin, ni Pline, ni Sénèque, ni aucun autre. Pourquoi ? la réponse est simple. C’est que, à notre connaissance et à quelques exceptions près sur lesquelles nous reviendrons, les traités médicaux grecs et latins sont étonnamment muets sur le thermalisme compris comme le recours thérapeutique à des eaux thermales douées de propriétés curatives. Ce quasi silence contraste fortement avec les témoignages nombreux et explicites d’un Pline, d’un Vitruve ou d’un Sénèque. Comment comprendre et expliquer cette contradiction entre la faveur dont le thermalisme jouit chez les uns et le silence des autres ? Une contradiction d’autant plus surprenante que, si l’on en croit Pline, la médecine de son temps recourt abondamment aux ressources du thermalisme :

  • 15 Nat. 31,59 : « Homerum calidorum fontium mentionem non fecisse demiror, cum alioqui lauari calida f (...)

« Je m’étonne, dit Pline, qu’Homère n’ait pas fait mention des sources thermales, bien qu’il ait par ailleurs souvent représenté des bains d’eau chaude ; c’est qu’apparemment la médecine n’utilisait pas alors comme elle le fait aujourd’hui la ressource des eaux15. »

11Cette déclaration de Pline est intéressante à plus d’un titre. D’abord elle met en évidence la contradiction que nous avons relevée entre la réalité du thermalisme dans le monde romain telle que l’affirme Pline et l’absence presque complète de cette pratique thérapeutique que nous constatons chez les médecins de l’Antiquité. Nous y reviendrons plus loin. Ensuite elle apporte une clarification importante et bienvenue : les bains chauds et le thermalisme sont deux réalités différentes. Les héros homériques sont amateurs de bains chauds mais, comme le souligne Pline, ils ignorent le thermalisme à savoir, pour reprendre l’expression de Pline, l’usage des sources chaudes « calidi fontes ».

  • 16 M. Guérin-Beauvois et J.-M. Martin (ed.), Bains curatifs et bains hygiéniques en Italie de l’Antiqu (...)

12Cette différence entre les deux pratiques, bains et sources thermales, n’a pas été prise en compte par la grande majorité sinon la totalité des études modernes sur le thermalisme antique, créant ainsi une grande confusion. On peut le vérifier, pour donner un exemple récent, dans un ouvrage collectif publié en 200716. Citons quelques lignes de son introduction (p. 9) :

« Les sources textuelles antiques restituent l’atmosphère des villes d’eaux… fréquentation, hiérarchie sociale, périodicité des visites… Ces textes appartiennent à divers domaines. Il s’agit d’écrits médicaux bien sûr, de Celse à Galien. »

  • 17 En 4,12,7, Celse mentionne comme mesure salutaire en cas d’affection du tube digestif des bains dan (...)
  • 18 J. Delaine, « Historiography. Origins, Evolution and convergence », op. cit., p. 22.
  • 19 À titre d’exemples, on peut citer le chap. 18 des « Maladies aiguës » et le chap. 57 du livre 2 du (...)

13La mention des deux médecins est surprenante, en tout cas en ce qui concerne Celse. En effet, à une exception près17, on ne trouve rien dans le traité de Celse qui concerne explicitement les eaux thermales et le thermalisme. Les sondages que nous avons faits dans l’œuvre de Galien montrent que si le thermalisme y est mentionné, c’est plutôt rarement et avec beaucoup de réserves. Nous reviendrons plus bas sur cette présence soit quasi inexistante (Celse) soit rare (Galien) chez ces deux médecins. Cette absence n’empêche pas une des contributions de l’ouvrage en question de citer une liste de passages de Celse rangés sous la rubrique : « The baths as cure : thermal and mineral springs18. » Cette confusion moderne sur le thermalisme antique mérite d’être éclaircie. Il est évident que l’usage du bain, hygiénique ou thérapeutique, remonte à la plus haute antiquité. Depuis Hippocrate déjà19, le bain est une prescription usuelle chez les médecins. Mais il faut garder à l’esprit que pour ces bains la vertu thérapeutique signalée par le médecin est la température de l’eau et non la qualité sulfureuse, bitumineuse ou alumineuse dont il n’est pas fait mention. Ce bain peut d’ailleurs être pris chez soi dans de l’eau qu’on a chauffée ou, comme ce sera le cas à Rome, dans ces thermes qui sont devenus une véritable institution, ainsi qu’en témoignent les immenses établissements que sont les Thermes de Dioclétien ou de Caracalla. On peut citer aussi ces structures plus modestes qu’on rencontre dans quasiment toutes les villes de l’Empire, comme le montre l’archéologie. Ces établissements de bains ne paraissent d’ailleurs pas avoir existé dans le monde grec avant la présence romaine. L’iconographie des vases nous fait voir que ces bains se prenaient dans des baignoires ou des vasques plus ou moins spacieuses. On ne peut donc à ce propos parler de thermalisme, comme on ne saurait aujourd’hui qualifier de thermalisme le fait de prendre un bain chaud chez soi, dans sa baignoire, même si l’opération vise à combattre un début de refroidissement ou à détendre un muscle endolori.

14Il serait fastidieux et sûrement peu utile de donner ici une liste d’exemples de prescriptions de bains dans les écrits médicaux antiques, qu’ils soient grecs ou latins. Il suffit d’ouvrir un traité médical : qu’il soit hygiénique, à savoir destiné au maintien de la santé, ou thérapeutique, donc utilisé comme ressource contre la maladie, le bain y est omniprésent. Il est toujours désigné, pour nous en tenir au latin, par le terme « balneum » (ou « balineum »), alors que les sources thermales, comme nous l’avons vu, sont appelées « sources chaudes » (fontes calidi), sources médicinales (fontes medicati) ou plus rarement « eaux chaudes » (aquae calidae).

  • 20 2,17,1. Même indication en 3,21,6 : « particulièrement bénéfiques sont les étuves naturelles et sèc (...)

15Prenons l’exemple du traité de Celse. La prescription du bain concerne toujours la température de l’eau, tiède, chaude, très chaude ou, plus rarement, froide. Mais il n’est pas fait mention de qualités particulières de cette eau, nitreuse, ferrugineuse ou sulfureuse. Nous ne voyons d’ailleurs nulle part que le médecin conseille une cure thermale, comme par exemple à Baïes, cette station thermale si en vogue dans la société romaine dont les eaux passaient pour avoir tant de vertus, pour être bénéfiques pour les nerfs, les pieds, les hanches, les luxations, les fractures, etc. Il est vrai que Celse mentionne deux fois le nom de Baïes. Mais ce n’est pas pour ses eaux. C’est pour la chaleur sèche provoquant la sudation qu’on trouve dans les étuves naturelles. La chaleur issue du sol est retenue dans un édifice comme, précise Celse, « nous en avons au-dessus de Baïes dans les bosquets de myrtes20. »

  • 21 4,12,7.
  • 22 Les eaux de Cutiliae, aujourd’hui Bagni di San Vittorio, sont situées sur la Salaria près de Rieti. (...)

16Le traité de Celse ne présente à notre connaissance qu’une seule exception à ce silence. Nous y avons fait allusion plus haut. Cette exception concerne une affection de l’estomac qui ne retient plus la nourriture de sorte que le corps s’épuise par consomption21. La prescription de Celse contre cette affection ne laisse planer aucun doute sur les réalités différentes que recouvrent chez les médecins le bain et le thermalisme. Dans ce cas en effet, Celse considère le bain comme absolument inutile, tandis qu’il recommande au malade de se plonger dans des sources froides et médicinales comme celles de Cutiliae ou celles qu’il appelle Sumbruinae22. Les eaux de Cutiliae sont mentionnées également par Pline et par Vitruve. Les indications thérapeutiques mentionnées par Pline rejoignent celles de Celse :

  • 23 Nat. 31,10 : « aptissimae stomacho, neruis, universo corpori ».

« Les eaux de Cutilies, vu leur fraîcheur extrême, sont agressives et exercent sur le corps une sorte de succion, si bien qu’on croirait presque une morsure. Elles conviennent parfaitement pour l’estomac, les nerfs, le corps tout entier23. »

  • 24 Nat. 31,59.
  • 25 8,3,5.

17Celse et Pline s’accordent donc sur l’efficacité des sources de Cutilies, même si Pline, pour qui ces eaux sont bénéfiques également pour le corps tout entier, se montre manifestement plus généreux que le médecin sur l’éventail de leurs indications thérapeutiques. Mais Celse, tout en qualifiant ces eaux de médicinales, ne voit leur vertu thérapeutique que dans leur fraîcheur, alors que Pline les décrit ailleurs comme « bitumineuses et nitreuses24 » et que Vitruve les qualifie de « froides et nitreuses25. » Ainsi même quand il s’agit d’eaux aux vertus médicinales, le médecin semble ne s’attacher qu’à l’action de la température.

18Qu’en est-il de Galien ? L’œuvre est immense. Nous n’avons fait que des sondages, de sorte que les conclusions que l’on peut en tirer, contrairement à Celse, devront nécessairement être corroborées par une investigation plus large. Mais à première vue il semble bien que Galien, tout en se montrant plus explicite sur les motivations de son attitude réservée, est aussi réticent que Celse sur le recours au thermalisme. Répétons ici, pour éviter toute ambiguïté, que nous entendons par thermalisme le recours thérapeutique à des sources aux qualités particulières (ferrugineuses, nitreuses, bitumineuses, sulfureuses etc.) et non aux bains ordinaires chez soi ou dans les thermes publics.

  • 26 De sanitate tuenda 6,423 K. λουτροῖς πολλοῖς ποτίμων ὑδάτων. Précision lexicologique : λοῦτρον est (...)

19Pour combattre les céphalées dues à une dyscrasie chaude des humeurs, Galien prescrit « des bains fréquents dans des eaux potables26 ». La prescription vise à disperser les souffles chauds et à améliorer la crase, l’équilibre des humeurs. L’exigence que le bain soit pris dans des eaux qualifiées de « potables » (ποτίμων ὑδάτων) peut surprendre. Mais Galien en donne l’explication en précisant que l’usage des eaux chaudes naturelles, par quoi il faut entendre les sources thermales, est contre-indiqué. Suivent les raisons de cette contre-indication. Pour Galien, en effet, les eaux sulfureuses et bitumineuses sont tout à fait nocives par leur effet de réchauffement tandis que pour celles qui sont alumineuses c’est leur effet de resserrement qui en interdit l’usage. Et Galien de conclure que seules les sources naturelles aux eaux douces γλυέκδατα pourraient être sans danger. Eaux douces et eaux potables sont évidemment synonymes. Elles désignent des sources exemptes de substances minérales, soufre, alun, bitume, fer etc. Leur effet salutaire n’est dû qu’à leur seule température. En cela donc la règle est la même que chez Celse.

  • 27 Ad Glauconem de medendi methodo 11, 33 K.
  • 28 οὐδ’ ὠφελεῖν αὐτά.

20Cette même opposition entre bains dans des eaux douces et bains thermaux aux eaux chargées de substances minérales actives, se retrouve chez Galien à propos du traitement des fièvres tierces27. Galien recommande vivement les bains chauds dans des eaux potables pour la raison qu’ils évacuent la bile en la faisant sortir à travers les pores. Quant aux bains dans des sources nitreuses et sulfureuses, tout en reconnaissant qu’ils font sortir davantage de bile que les bains dans des eaux potables, Galien n’y voit aucune utilité28 car, dit-il, « ils sont plus nocifs par leurs propriétés qu’utiles par leur pouvoir évacuant ». Si on exprime cet avis en termes modernes, on dira que leurs effets secondaires annulent les avantages thérapeutiques qu’on peut en retirer. Galien ne saurait être plus clair sur ses réticences, pour ne pas dire son hostilité envers le recours aux bains thermaux.

21La question qui se pose est de savoir si ce rejet du thermalisme reflète une attitude négative générale de Galien. En l’état de nos recherches, nous n’avons trouvé que ces deux mentions du thermalisme chez Galien, et ces deux exemples montrent à l’évidence une attitude très réservée de la part du médecin de Pergame. Même si à ce jour nous n’avons fait que des sondages dans cette œuvre immense, ces deux exemples sont assez explicites pour nous induire à penser que Galien nourrit à l’égard de la pratique thermale au moins une grande défiance. Mais seule une étude plus ample pourra conforter (ou infirmer) cette première conclusion.

  • 29 Nat. 31,5.
  • 30 Nat. 31,12. La ville de Tongres dans le Limbourg belge aux environs de laquelle une source porte en (...)

22Il reste que, en ces deux occasions, Pline est une fois de plus en désaccord avec l’avis du médecin. Contre les céphalées il vante les vertus bienfaisantes des sources de Baïes dont il précise, nous l’avons vu plus haut, qu’elles agissent par leurs composants minéraux, soufre, nitre, bitume ou alun29. Or c’est justement l’action de ces substances que Galien, dans ce cas précis, considère comme nocive. Nous constatons la même divergence de vues à propos du traitement des fièvres tierces. Le médecin recommande le bain dans des sources d’eau potable exclusivement, donc exemptes de substances minérales, tandis que le naturaliste met en avant par exemple l’effet salutaire des sources ferrugineuses de Tongres30.

  • 31 Scrib. Larg. 146 : « mirifice remediant uesicae uitia ».

23À notre connaissance et en l’état actuel de nos recherches, il existe deux exceptions à cette défiance des médecins envers le thermalisme. La première est le fait de Scribonius Largus, médecin de l’empereur Claude (vers 50 ap. J.-C.) et auteur d’un recueil de recettes médicales (Compositiones). Il est vrai que sur les presque trois cents recettes (271 exactement) que contient le recueil, une seule mentionne le thermalisme. L’exception n’est donc pas vraiment significative, mais elle mérite d’être signalée dans la mesure où le médecin y manifeste dans ce cas précis un véritable enthousiasme pour les vertus salutaires d’une source thermale. « Contre les affections de la vessie, dit Scribonius, les sources chaudes ferrugineuses qui se trouvent en Etrurie sont un remède remarquable31 ». La réputation de ces eaux et de leur action spécifique est d’ailleurs si bien établie que, toujours selon Scribonius, on les appelle « les eaux de la vessie », « aquae uesicariae ». Le fait que Celse, qui traite pourtant abondamment des affections de la vessie, ne mentionne nulle part ces sources qui semblent avoir été particulièrement connues et appréciées et donc qu’il ne pouvait vraisemblablement pas ignorer, est à notre avis le signe d’une hostilité de principe à ce type de ressources thérapeutiques.

  • 32 Ibid.

24Il est difficile de savoir à quelles sources thermales d’Etrurie Scribonius fait ici allusion. Cela importe d’ailleurs peu à notre propos. Mais il faut noter que le médecin est particulièrement convaincu du bénéfice thérapeutique que le malade peut retirer du recours à ces sources ferrugineuses, puisque cela lui a donné l’idée de soigner les affections de la vessie avec de l’eau dans laquelle on a plongé un fer brûlant32. C’était peut-être là le moyen d’épargner à ses patients le voyage en Etrurie en leur offrant à la maison, chez eux, grâce à cet artifice, le bénéfice de ces sources thermales.

25Les médecins ne mentionnent donc que rarement le thermalisme dans l’arsenal thérapeutique à leur disposition et quand ils le font c’est, comme nous l’avons vu chez Celse et chez Galien, avec beaucoup de retenue sinon de défiance. L’enthousiasme de Scribonius à propos des « eaux de la vessie » semble bien être un cas isolé.

  • 33 Les références de Caelius se rapportent (page et ligne) à l’édition récente de G. Bendz, Corpus Med (...)
  • 34 Sur l’originalité de Caelius par rapport à Soran, voir I. Mazzini, « Elementi Celiani in Celio Aure (...)
  • 35 chron. 436,4 « naturali uirtute medentibus ».
  • 36 Chron. 898,29.

26Cette attitude générale met d’autant plus en évidence la position différente de Caelius Aurelianus (ve s. ap. J.-C.) dans son traité « Maladies aiguës et Maladies chroniques » qui présente plus d’une dizaine d’affections pour lesquelles il prescrit l’usage des sources thermales. Les indications sont nombreuses : paralysies (572,22), épilepsie (496,4), affections de la vessie (898,24-30), asthme (684,21), affections de l’estomac (704,13), des articulations (878,6), du gros intestin (832,30), ictère (722,32) et même folie (530,21)33, toutes affections, et ce n’est pas étonnant, qui figurent parmi les maladies chroniques. Pour désigner les sources thermales qu’il distingue du simple bain dans des thermes publics ou privés « balneum », Caelius utilise l’expression « naturales aquae », un calque du grec αὐτοφυὴ ὕδατα qui devait figurer dans le traité perdu du médecin grec Soran (ier s. ap. J.-C.) que Caelius traduit (adapte ?) en latin34. Caelius précise d’ailleurs ce qu’il entend par cette expression : il s’agit, dit-il, des sources qui « guérissent par leurs vertus naturelles35 », en d’autres termes dont les eaux contiennent naturellement des substances salutaires comme le soufre, l’alun ou le nitre. À ces caractéristiques Caelius ajoute la liste des sources thermales dont les vertus correspondent aux diverses affections qu’il s’agit de soigner, permettant ainsi au lecteur, médecin ou malade, de choisir en connaissance de cause les sources qui conviennent le mieux à tel ou tel mal particulier. Ajoutons que si le bain représente l’usage ordinaire que fait le « curiste » des sources thermales, certaines eaux peuvent également, toujours selon Caelius, être prises sous forme de boisson : c’est le cas notamment des sources thermales de l’île d’Ischia (Aenaria) qui sont destinées aux affections de la vessie36.

  • 37 « De furore siue insania quam Graeci manian uocant ».
  • 38 Nat. 35,8 « sterilitatem feminarum et uirorum insaniam abolere produntur ».
  • 39 3,18.
  • 40 Chron. 530,22 « Haec est secundum Methodum furiosorum siue insanorum curatio ». Dans son livre Foli (...)

27Deux des indications de thérapie thermale mentionnées par Caelius méritent qu’on s’y arrête un instant. La première est celle qui recommande « de faire usage des sources thermales nitreuses » pour soigner la folie. Cette prescription apparaît parmi de nombreuses autres dans le chapitre intitulé « Du délire ou de la folie que les Grecs appellent « mania37 ». Elle est surprenante et, à notre connaissance, unique dans la littérature médicale antique. Nous ne la retrouvons en effet que dans l’« Histoire naturelle » de Pline que l’on ne saurait classer parmi les traités médicaux. L’auteur y attribue, comme nous l’avons vu plus haut, aux eaux de Sinuessa en Campanie sur le golfe de Gaète le pouvoir de « guérir la stérilité chez les femmes et la folie chez les hommes38 ». Celse, qui traite des cures de la folie dans un long chapitre de son traité39, ignore ce type de thérapie qui paraît être une exclusivité de l’école médicale méthodique si l’on en croit Caelius : « Tel est selon la Méthode le traitement des délirants et des fous40 ». Il serait intéressant de voir si cette forme particulière de thérapie de la folie a subsisté quelque part, sous une forme ou une autre, dans le thermalisme des époques postérieures.

  • 41 3,24,5 « per quae mens exhilaretur ».
  • 42 Chron. 722,31s. « aquarum naturalium uoluptate (utendum est) ».
  • 43 Sur les charmes annexes de Baïes, voir p. ex. Cicéron, Pro Caelio 35 : plaisirs de la plage, banque (...)

28La seconde concerne le chapitre que Caelius consacre à l’ictère. Le titre du chapitre mentionne les différentes appellations par lesquelles cette affection est désignée : « aurigo » (jaunisse), « morbus arquatus » (maladie de l’arc-en-ciel) et « icteron » en grec (720,2). Caelius ajoute que cette maladie est appelée communément « morbus regius », la maladie royale. Celse qui, dans le chapitre qu’il consacre à cette affection, signale cette même appellation de maladie royale, l’explique par le confort et les attentions dont il faut entourer le malade « afin d’égayer son esprit41 ». Caelius témoigne du même souci d’agir sur l’esprit et l’humeur du malade en le distrayant et en le comblant de prévenances. Mais parmi les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir, il ajoute une mesure dont l’absence n’étonnera pas chez Celse : « le plaisir des sources thermales42 ». Ce plaisir, si l’on en croit la réputation de villes d’eaux comme la célèbre Baïes, devait tenir autant sinon plus aux aménités qu’elles offraient aux curistes qu’au simple agrément du bain43.

  • 44 Voir à ce propos Celse, praef. 54-57. La doctrine méthodique est certes plus complexe que ne le sug (...)
  • 45 Chron. 572, 25-26 « solutione laborantibus uel fluore quorumlibet officiorum naturalium », « ceux q (...)

29Reste maintenant la question essentielle en rapport avec la problématique de notre étude : comment expliquer la place significative qu’occupe le thermalisme dans le traité de Caelius en regard des réticences et même du silence des autres médecins ? Une explication plausible pourrait résider, à nos yeux, dans la doctrine même du Méthodisme à laquelle Caelius se rattache par l’intermédiaire de Soran, un des représentants majeurs de cette école. Le fondement de la doctrine pathologique des Méthodiques, une doctrine révolutionnaire par rapport à la tradition hippocratique dominante, est constitué par le concept antagoniste de resserrement et de relâchement, toute affection se manifestant par un excès de l’un des deux états et toute thérapeutique reposant sur l’usage des contraires : relâcher le resserré et resserrer le relâché44. Or à deux reprises au moins Caelius signale dans ses prescriptions thermales l’effet bénéfique de telles ou telles eaux dans les états de relâchement caractérisés par des excrétions ou des écoulements excessifs45. La référence à la doctrine méthodique y est évidente, ce qui n’est pas surprenant dans la mesure où les Méthodiques ne pouvaient qu’accueillir favorablement une ressource thérapeutique correspondant si bien à leur doctrine pathologique du resserré et du relâché. Ainsi pourrait s’expliquer, à notre avis, l’exception que représente le traité de Caelius dans la tradition médicale antique de matrice hippocratique incarnée en l’occurrence par Galien et Celse. Rappelons en effet que, comme on l’a vu plus haut, Galien considère que l’action des eaux thermales, qu’elle soit réchauffante, évacuante, resserrante ou relâchante en fonction de leur charge en substances minérales comme l’alun, le nitre, le soufre ou le bitume, comporte souvent plus de danger que de bénéfice pour la santé.

30Revenons, pour conclure, à Pline et à la contradiction que nous avons relevée entre son affirmation d’une présence importante du thermalisme dans la médecine contemporaine et le silence ou à tout le moins les réticences que nous constatons chez les médecins.

31Soulignons tout d’abord qu’il est difficile d’amoindrir la portée du témoignage de Pline au prétexte que son penchant pour le merveilleux jetterait le doute sur la réalité de ses affirmations. Même s’il est évident que Pline tout au long de son ouvrage a tendance à magnifier les bienfaits de la nature, il n’en reste pas moins que, pour l’essentiel, ce qu’il nous dit de la faveur dont jouit le thermalisme dans le monde romain est conforté à la fois par le témoignage d’autres auteurs, moins amateurs que lui de prodiges comme Vitruve ou Sénèque, ainsi que par les vestiges archéologiques.

  • 46 Nat. 3,1,2 « quaedam inueterata et desperata a medicis uitia percurant ».

32Une clef possible pour expliquer cette contradiction pourrait résider, nous semble-t-il, dans l’interprétation du terme « medicina » chez Pline. En effet, quand Pline, dans le passage que nous citions plus haut, se référant à l’époque d’Homère, affirme que « la médecine n’utilisait pas alors comme elle le fait aujourd’hui la ressource des eaux », il est vraisemblable qu’il ne désigne pas nécessairement la médecine que nous pourrions appeler canonique, de tradition hippocratique, exercée à Rome par des médecins dont on sait qu’ils sont dans leur grande majorité des Grecs. Vu l’hostilité que Pline manifeste envers cette médecine importée de Grèce, il y a tout lieu de penser qu’il entend par « médecine » les pratiques empiriques et populaires héritées de l’antique Italie et si présentes dans son « Histoire naturelle ». Ces recettes, parfois teintées de magie, transmises de génération en génération, n’ont certainement jamais cessé d’être un recours contre la souffrance et la maladie. Par rapport à la médecine rationnelle et scientifique de tradition grecque, elles devaient constituer une sorte de médecine parallèle à laquelle il arrivait que les médecins eux-mêmes fissent appel, si l’on en croit Celse, quand leurs thérapies se révélaient impuissantes. On peut imaginer que c’est dans ce cadre empirique et traditionnel que s’inscrit le thermalisme antique tel que le décrit Pline. D’ailleurs Sénèque ne dit-il pas, texte que nous avons déjà cité46, que : « certaines eaux thermales guérissent les maladies chroniques dont les médecins désespèrent ».

Notes

1 Nat. 31,3 : « aquarum potentiae exempla ponemus ».

2 Nat. 31,4 : « auxilia morborum profitentes ».

3 Nat. 31,4 : « nec pluribus auxiliandi generibus ».

4 Nat. 31,5 : « aliae sulpuris ui, aliae aluminis, aliae salis, aliae nitri, aliae bituminis, nonnullae etiam acida salsaue mixtura, uapore ipso aliquae prosunt. »

5 Nat. 31,6 : « iam generatim neruis prosunt pedibusue aut coxendicibus, aliae luxatis fractisue, inaniunt aluos, sanant uulnera, capiti, auribus priuatim medentur, oculis uero Ciceronianae (aquae). »

6 Nat. 31,7 : « aquae Ciceronianae… perquam salubres oculis ».

7 Nat. 31,59 et 31,61.

8 8, 3, 4.

9 Sur les vertus attribuées dans l’Antiquité à ces différentes eaux et sur leurs indications actuelles, voir les notes ad loc. particulièrement bien documentées de L. Callebat, l’éditeur du livre 8 de Vitruve dans la CUF (1973).

10 Nat. 31,8 et 31,10.

11 Sur cet aspect de l’œuvre de Pline, voir en particulier V. Naas, « Opera mirabilia in terris et Romae operum miracula dans l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien » dans O. Bianchi et O. Thévenaz (ed.), Mirabilia. Conceptions et représentations de l’extraordinaire dans le monde antique, Actes du Colloque international de Lausanne (2003), Echo 4, Collection de l’Institut d’archéologie et des Sciences de l’Antiquité de l’Université de Lausanne, 2004, 253-264. » Voir également PH. Mudry, « Mirabilia et magica. Essai de définition dans l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien », ibid., p. 239-252.

12 Nat. 3,2,1 « indicat uim sapor ».

13 Nat. 3,1,2 : « quaedam inueterata et desperata a medicis uitia percurant ». Notons à ce propos que le traité « De la médecine » de Celse, qui est à peu près muet sur le thermalisme, confie ce rôle de médecine de dernier recours, quand les médecins se révèlent impuissants, aux remèdes populaires et aux recettes magiques. On peut citer à propos de l’épilepsie, un mal qui fait le désespoir des médecins, l’exemple de l’absorption de sang encore chaud de gladiateur égorgé, une médication citée non sans réticence par Celse (3,23,7) qui la décrit comme « un misérable remède qu’a rendu tolérable un mal encore plus misérable ».

14 Nat. 3,24,4.

15 Nat. 31,59 : « Homerum calidorum fontium mentionem non fecisse demiror, cum alioqui lauari calida frequenter induceret, uidelicet quia medicina tunc non erat haec quae nunc aquarum perfugio utitur ».

16 M. Guérin-Beauvois et J.-M. Martin (ed.), Bains curatifs et bains hygiéniques en Italie de l’Antiquité au Moyen Âge, Collection de l’Ecole française de Rome 383, 2007.

17 En 4,12,7, Celse mentionne comme mesure salutaire en cas d’affection du tube digestif des bains dans des sources froides et curatives comme celles de Cutiliae et de Sumbruinae.

18 J. Delaine, « Historiography. Origins, Evolution and convergence », op. cit., p. 22.

19 À titre d’exemples, on peut citer le chap. 18 des « Maladies aiguës » et le chap. 57 du livre 2 du « Régime » qui sont entièrement consacrés au bain, indications et contre-indications.

20 2,17,1. Même indication en 3,21,6 : « particulièrement bénéfiques sont les étuves naturelles et sèches telles que nous les trouvons au-dessus de Baïes parmi les myrtes. »

21 4,12,7.

22 Les eaux de Cutiliae, aujourd’hui Bagni di San Vittorio, sont situées sur la Salaria près de Rieti. En revanche, la localisation des sources thermales dites Sumbruinae (ou Simbruinae) est incertaine. On n’en connaît pas d’autre mention. Elles se situent probablement dans la haute vallée de l’Anio. Selon Tacite (ann. 11, 22), Claude en fit détourner les eaux pour les amener à Rome.

23 Nat. 31,10 : « aptissimae stomacho, neruis, universo corpori ».

24 Nat. 31,59.

25 8,3,5.

26 De sanitate tuenda 6,423 K. λουτροῖς πολλοῖς ποτίμων ὑδάτων. Précision lexicologique : λοῦτρον est l’équivalent du latin « balneum » tandis que les expressions αὐτοφυὴ ὓδατα (eaux naturelles) ou αὐτοφυὴ θερμὰ ὕδατα (eaux chaudes naturelles) correspondent au latin « fontes », les sources thermales.

27 Ad Glauconem de medendi methodo 11, 33 K.

28 οὐδ’ ὠφελεῖν αὐτά.

29 Nat. 31,5.

30 Nat. 31,12. La ville de Tongres dans le Limbourg belge aux environs de laquelle une source porte encore aujourd’hui le nom de « fontaine de Pline ». Selon Littré dans son édition de l’« Histoire naturelle » de Pline (1883), Tongres serait l’actuelle ville thermale de Spa.

31 Scrib. Larg. 146 : « mirifice remediant uesicae uitia ».

32 Ibid.

33 Les références de Caelius se rapportent (page et ligne) à l’édition récente de G. Bendz, Corpus Medicorum Latinorum VI, 1, Berlin, 1990-1993, 2 vol.

34 Sur l’originalité de Caelius par rapport à Soran, voir I. Mazzini, « Elementi Celiani in Celio Aureliano », dans Ph. Mudry (ed.), Le traité des Maladies aiguës et des Maladies chroniques de Caelius Aurelianus. Nouvelles approches, Université de Nantes, Centre Caelius, 1999, p. 27-46. Selon Mazzini, l’ouvrage de Caelius montre que son auteur s’approprie son modèle (Soran) et répond aux exigences d’un public différent, à une époque différente et surtout dans une société différente.

35 chron. 436,4 « naturali uirtute medentibus ».

36 Chron. 898,29.

37 « De furore siue insania quam Graeci manian uocant ».

38 Nat. 35,8 « sterilitatem feminarum et uirorum insaniam abolere produntur ».

39 3,18.

40 Chron. 530,22 « Haec est secundum Methodum furiosorum siue insanorum curatio ». Dans son livre Folie et cures de la folie chez les médecins de l’Antiquité gréco-romaine, Paris, 1987, p. 205 ss., J. Pigeaud mentionne ce type de traitement chez Caelius mais sans s’y arrêter.

41 3,24,5 « per quae mens exhilaretur ».

42 Chron. 722,31s. « aquarum naturalium uoluptate (utendum est) ».

43 Sur les charmes annexes de Baïes, voir p. ex. Cicéron, Pro Caelio 35 : plaisirs de la plage, banquets, fêtes, chants, concerts, promenades en bateau, etc. Voir aussi la description « colorée » qu’en donne Sénèque dans une lettre à Lucilius (epist. 51,12).

44 Voir à ce propos Celse, praef. 54-57. La doctrine méthodique est certes plus complexe que ne le suggère ce bref aperçu. Mais son fondement reste toujours cette conception de la maladie fondée sur l’opposition resserré – relâché. Sur la doctrine méthodique, voir notamment J. Pigeaud, « Les fondements du méthodisme », dans PH. Mudry et J. Pigeaud (edd.), Les Ecoles médicales à Rome, Genève, Droz, 1991, p. 8-50 ; D. Gourevitch, « La pratique méthodique », Ibid. p. 51-81 ; PH. van der Eijk, « The Methodism of Caelius Aurelianus : some epistemological issues », dans PH. Mudry (ed.), Le traité des Maladies aiguës et des Maladies chroniques de Caelius Aurelianus. Nouvelles approches, Université de Nantes, Centre Caelius, 1999, p. 47-83.

45 Chron. 572, 25-26 « solutione laborantibus uel fluore quorumlibet officiorum naturalium », « ceux qui souffrent de relâchement ou d’écoulement (excessif) de l’une ou l’autre des fonctions naturelles » ; Ibid. 898, 25 « in solutionibus », « dans les cas de relâchement ».

46 Nat. 3,1,2 « quaedam inueterata et desperata a medicis uitia percurant ».

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540