Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Introductions

La sociologie chinoise face à la transition sociale

Guo Yuhua, Li Peilin et Liu Shiding

Texte intégral

1À la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle la sociologie fut introduite en Chine, depuis l’Europe, comme une discipline parmi les sciences sociales modernes. Nombre de sociologues chinois savent qu’à ses débuts la sociologie était appelée « recherche sur les groupes », comme l’illustre le fait que Yan Fu (1854 – 1972) traduisit The study of Sociology (1873) du sociologue britannique Herbert Spencer sous le titre de Qunxue Yiyan, signifiant à peu près « Discours sur l’étude des groupes ». Cependant, les analyses sur la société chinoise remontent à l’Antiquité. Il y a deux mille ans, à l’époque des Royaumes Combattants, les grands penseurs ne réfléchissaient pas seulement à la gouvernance de la société, un certain nombre proposait également des analyses sociales.

2L’introduction et la naissance de la sociologie produisirent un changement important dans les méthodes de travail des penseurs chinois. Ceux-ci découvrirent que le savoir (notamment le savoir permettant d’expliquer et de résoudre des problèmes sociaux concrets) pouvait naître de l’observation de la vie quotidienne. Le recours à la méthode d’enquête sociologique renforça la pratique scientifique en Chine. La première enquête sociale est sans doute celle que réalisa entre 1914-1915 l’Association pour le progrès social de Pékin (une organisation sociale mise en place par des étudiants de Pékin en 1913) sur les conducteurs de pousse-pousse de la capitale. Ce type de méthode de recherche n’existait pas auparavant en Chine et n’était pas né des traditions chinoises en matière de production de la connaissance ; il fut, comme d’autres nouveautés à l’époque – la poste, les chemins de fer et les écoles – le fruit de la rencontre entre les cultures chinoise et occidentale et le signe de la mutation des idées d’une Chine en modernisation.

3Cette discipline eut une grande influence sur les milieux scientifiques et les politiques sociales. Mais son développement a suivi un parcours sinueux. Pendant la première moitié du xxe siècle, la succession des guerres – guerres civiles et luttes contre des invasions étrangères – se prolongea sur plusieurs décennies, perturbant directement ou indirectement le déroulement normal des recherches scientifiques. Cependant, grâce aux efforts conjoints des chercheurs, de nombreux résultats furent obtenus dont une partie attirèrent l’attention de la communauté scientifique internationale. À la fin des années 1940 et au début des années 1950, l’avènement de la paix ne s’accompagna pas du développement scientifique espéré. Pour des raisons idéologiques, entre autres, la réorganisation des disciplines universitaires entreprise en 1952 donna malheureusement lieu à la suppression de la sociologie et de l’anthropologie, deux « disciplines bourgeoises ». Pendant plus de vingt ans, la formation des sociologues ne fut plus assurée, les travaux de recherche furent interrompus, et les chercheurs qui restaient attachés à la sociologie durent s’abriter derrière d’autres disciplines. Cette situation se prolongea jusqu’à la fin des années 1970.

4En 1979, dans le contexte de la politique de réforme économique, la sociologie commença à être réintroduite dans les établissements de recherche et d’enseignement supérieur du pays. Les sociologues et les anthropologues de la première génération, comme Fei Xiaotong et Lei Jieqiong, devinrent les organisateurs de cette reconstruction. Outre la reconstitution d’équipes de recherche et d’enseignement, ils invitèrent des professeurs étrangers à venir présenter des cours, des conférences et des directions de recherche, et progressivement organisèrent des séjours d’études à l’étranger pour de jeunes étudiants.

5En ce qui concerne la recherche et l’enseignement, deux perspectives s’ouvrirent en même temps. Il s’agissait d’une part de présenter et d’étudier les méthodologies et théories sociologiques étrangères, et d’autre part de mener des enquêtes de terrain et des recherches empiriques. Ces deux perspectives se développèrent selon deux trajectoires totalement différentes, sans que des liens étroits ne soient établis entre la recherche théorique et méthodologique et la recherche empirique.

6À cette époque, les recherches empiriques, dans leur ensemble, consistaient à recueillir des données et à faire des descriptions élémentaires ; les chercheurs ne concevaient pas spontanément que la recherche empirique puisse faire avancer le développement des théories sociologiques. De son côté, la recherche théorique était pour l’essentiel une recherche sur l’histoire des idées. Enfin, les méthodologies étaient plus étudiées que mobilisées par la recherche. Cette situation n’était pas surprenante : en effet, l’étude et le développement des théories sociologiques nécessitaient une accumulation de pratiques, alors que la riche réalité des mutations sociales et l’apparition de nouveaux problèmes sociaux exerçaient une grande attraction sur les chercheurs et les étudiants en sociologie. Les discussions méthodologiques ne pouvaient être développées qu’à la suite d’un approfondissement à la fois des recherches théoriques et des recherches empiriques.

7Une nouvelle posture est apparue rapidement chez les chercheurs : la société chinoise, en train de se complexifier et de connaître une mutation accélérée, constituait en réalité un « laboratoire » exceptionnel pour la recherche scientifique. Ainsi, les sociologues chinois ne devaient pas se contenter d’y puiser des données, de comprendre et d’expliquer la situation du pays, ils avaient la responsabilité d’établir un dialogue entre la recherche empirique et la théorie afin de pousser l’innovation théorique et le développement scientifique de la discipline. Il leur incombait non seulement de découvrir les spécificités chinoises, mais encore d’explorer les principes généraux qui permettent de les expliquer.

8Pour résumer, depuis sa restauration à la fin des années 1970, le développement de la sociologie chinoise a connu deux phases principales : des années 1980 au début des années 1990, les problématiques de la réalité chinoise, comme la modernisation, l’évolution des situations matrimoniales et familiales, les entreprises rurales, les migrations de travailleurs, les relations ville-campagne… ont largement mobilisé les chercheurs. Par contraste, à côté de ce vif intérêt pour la réalité il y avait un manque relatif de ressources théoriques et de normes scientifiques. À cette époque, les chercheurs se référaient pour la plupart à la sociologie américaine. À partir des années 1990, la sociologie chinoise est entrée dans sa seconde phase. Elle connaît depuis des progrès remarquables, marqués par des échanges internationaux et la constitution de théories, de pensées et de normes scientifiques. La sociologie chinoise est devenue désormais une force importante capable de proposer des points de vue et de prendre part aux dialogues scientifiques. Mais, dans le même temps, certaines recherches ont perdu de leur sensibilité à la nature et aux spécificités de la société chinoise et se sont mises à distance de la réalité sociale du pays. Étant donné cette tradition scientifique et ce contexte, nous proposons deux objectifs scientifiques fondamentaux : faire face aux problématiques chinoises réelles, urgentes et majeures ; participer de manière constructive aux échanges et dialogues internationaux. Les efforts visant ces deux objectifs s’incarnent dans l’apparition de la sociologie de la transition sociale. Cette sociologie porte en elle de profondes réflexions sur le processus de transition de la société chinoise, possède une forte ambition théorique et demeure fortement attachée au sort de la société.

9Ces dernières années, la sociologie chinoise a connu un développement rapide lié à trois facteurs. Premièrement, la volonté de construire une société harmonieuse (hexie shehui) coïncide parfaitement avec les objectifs de la sociologie ; deuxièmement, les transformations sociales que connaît le pays stimulent la sociologie chinoise et lui imposent de nouvelles exigences sociales ; troisièmement, les enquêtes et l’accumulation des savoirs scientifiques réalisés pendant de longues années ont bâti un socle solide sur lequel la discipline a pu prendre son essor.

10Ce développement doit toutefois faire face à des défis théoriques et empiriques qui peuvent être résumés par trois questions : comment connaître, comprendre et expliquer les bouleversements de la Chine à partir des lois sociales ? Comment répondre aux problèmes importants qui surgissent au cours du développement actuel ? Comment construire une théorie de la production de la société fondée sur l’expérience chinoise ?

11Il n’est pas aisé de répondre à la première question, car la transition sociale que connaît la Chine est inédite. Si des intellectuels parlent depuis les années 1840 de changements sans précédent depuis mille ans (qiannian weiyou zhi bianju), les transformations que la Chine a connues ces trente dernières années sont sans équivalent dans l’histoire de la modernisation du monde, à la fois par l’immensité de la population concernée, par sa vitesse et par la profondeur des mutations.

12Si nous soulignons l’importance de la population concernée, il faut dire que l’ensemble des populations de tous les pays développés n’atteint pas les 1,3 milliards d’habitants de la Chine. L’entrée dans la modernité d’une telle masse fait penser à un train géant en surcharge, et qui, une fois mis en route et lancé à pleine vitesse, pose la question de son contrôle. Pour un pays surpeuplé comme la Chine, il est difficile d’éluder la variable démographique. Tout changement dans la quantité, la structure ou le niveau d’éducation de la population entraîne une modification des conséquences et des règles du développement. Le développement chinois doit répondre à des besoins différents de ceux qui naissent dans les pays ayant une population plus réduite ; il doit également faire face à des exigences de croissance économique radicalement différentes par rapport aux pays où la croissance démographique est nulle ou négative.

13Dans le processus de mondialisation, le développement chinois se distingue par sa vitesse ; il ne représente pas la simple répétition des processus de modernisation qui ont eu lieu dans le passé. L’expérience chinoise est celle de la concentration d’un processus sur quelques décennies, processus qui avait pris des centaines d’années dans d’autres pays. La circulation et l’expansion de technologies, capitaux, produits, systèmes, pensées empruntent une vitesse qui ne peut être comparée à aucune expérience passée. Dans ce type de mutation rapide, les différents problèmes liés à l’industrialisation, la modernisation et la mondialisation ont tendance à émerger conjointement ; pré-modernité, modernité et post-modernité coexistent ; différents types de contradictions sont entremêlés de façon complexe. Il est donc nécessaire de partir à la recherche de nouvelles voies qui mènent, dans un contexte de grande diversité dans la société, à l’intégration, la solidarité et l’harmonie sociales.

14La profondeur de la mutation est pour partie liée à la multiplicité des changements qui se produisent. D’une part, il y a synchronie entre les réformes du système économique et la transformation de la structure sociale. Au cours de ces vingt dernières années, le développement économique a été si dominant que beaucoup de chercheurs ont présenté la transformation structurelle de la société comme la conséquence des réformes économiques. Or, en réalité, la transformation de la structure de la société elle-même joue le rôle d’une force qui stimule le développement économique. L’avantage de cette transformation en Chine est son potentiel d’élasticité et son immense espace libre. Quand les réformes suscitent la participation et la créativité, la société devient rapidement dynamique. La substitution de la technologie au travail manuel dans l’agriculture, le transfert de la main-d’œuvre rurale vers les secteurs non agricoles et l’afflux massif de la population rurale vers les villes, ont apporté de larges bénéfices à la société. D’autre part, aussi bien la structure professionnelle que les modes de vie, les comportements et les systèmes de valeurs, ont subi des transformations, donnant lieu à de nouveaux problèmes. Par exemple, les relations professionnelles, construites dans la transition d’une société agricole vers une société industrielle, sont venues se substituer aux relations traditionnelles fondées sur les liens du sang et la proximité géographique. En un sens, la société dans laquelle les individus évoluent n’est plus une société de « proches » (c’est-à-dire où les gens se connaissent) mais est devenue une société d’« étrangers ». Dans ce contexte, une nouvelle problématique apparaît : comment reconstruire des relations sociales de confiance ? Un autre exemple : la transformation et la diversification de l’économie entraînent une modification de la configuration des intérêts sociaux. Différentes catégories sociales et groupes d’intérêts formulent des revendications divergentes. Résoudre les tensions, les contradictions, voire les conflits entre ces intérêts nés dans le contexte de l’économie de marché, constitue un défi nouveau pour notre pays socialiste. Avec les mutations sociales et économiques rapides, différentes couches sociales, classes d’âge et régions développent des idées et conceptions divergentes qui impliquent de régler les questions de justice et de formation des consensus sociaux dans un nouveau contexte.

15Il est des questions pour lesquelles il est difficile de trouver des réponses à partir de nos expériences. C’est le cas par exemple de l’élargissement des écarts de revenus qui se produit au cours de la transition vers l’économie de marché. Jusqu’au milieu des années 1990, la majorité des chercheurs estimait que ces écarts croissants de revenus étaient la conséquence naturelle du processus de transition, et que le problème de la distribution des revenus se réglerait au fur et à mesure du développement de la société et de l’enrichissement général. Or, si la croissance des écarts de revenus prend la forme en cloche énoncée par Kuznets, quand cette courbe va-t-elle arriver à son point culminant ? et quelles seront alors les conséquences de cette tendance à l’accroissement des écarts de revenus ? Nous ne possédons pas aujourd’hui de réponse claire. En effet, dans un contexte général de concurrence mondiale, les écarts de revenus entre les différents secteurs s’accroissent, l’essor rapide de l’économie immatérielle accélère l’accumulation des richesses, et les phénomènes de concentration des activités renforcent encore l’afflux des investissements vers des régions spécifiques ; l’importante offre de main-d’œuvre physique et la sur-concurrence empêchent le niveau des salaires de progresser ; à cela s’ajoutent encore les phénomènes de corruption et les bénéfices illégaux… Tous ces facteurs contribuent à ce que les écarts de revenus se creusent chaque jour davantage. Dans l’économie de marché socialiste, le problème du maintien de l’équilibre entre l’égalité et l’efficacité est une question difficile tant sur le plan théorique que pratique.

16Par ailleurs, certains problèmes nous conduisent à des dilemmes. Par exemple, il faut d’un côté proposer une solution au manque de fonds pour la protection sociale et élargir sa couverture, et de l’autre, faire attention aux décalages entre la loi de fluctuation cyclique de la croissance économique et celle de la croissance continue des avantages sociaux et donc éviter le piège du welfarism ; il faut, d’un côté, développer l’innovation technologique pour faire progresser certains secteurs et améliorer les règles du marché, et de l’autre côté, créer des emplois en soutenant les secteurs à forte intensité de main-d’œuvre ; il faut à la fois maintenir la politique de limitation des naissances tout en parant au vieillissement trop rapide de la population. Si l’on ne considère que le problème de l’emploi, celui-ci est devenu une des principales préoccupations quotidiennes des Chinois, après que trente ans de réformes et de développement soutenu aient permis d’éradiquer la famine et de vêtir tout le monde. Depuis le milieu des années 1990, l’ombre du chômage ne cesse de s’épaissir, d’autant que la situation de l’emploi en Chine ne s’est pas configurée en totale conformité avec la courbe de Phillips. En raison de la substitution du travail par la technologie et le capital, l’élasticité de l’emploi dans la croissance économique en Chine ne cesse de diminuer ; l’offre de main-d’œuvre continue d’augmenter ; les réductions d’effectifs dans les entreprises d’État ne sont pas encore arrivées à leur terme ; la réforme des unités de service qui emploie 30 millions de personnes n’a pas réellement démarré ; la pression qu’exerce le transfert de main-d’œuvre rurale vers les secteurs non agricoles reste forte. Selon les chercheurs qui croient en « la force du progrès technique », de l’ère agricole à l’ère d’informations en passant par l’ère industrielle, la technologie ne fait qu’accroître les chances d’emploi et non le contraire. Mais en Chine à l’heure actuelle, les secteurs à forte intensité de main-d’œuvre ont une portée considérable sur l’emploi, et ne doivent pas être négligés au nom de l’accent mis sur le progrès technologique. En même temps, la Chine doit faire face à la co-existence d’insuffisances d’emplois et de pénuries structurelles de main-d’œuvre.

17D’autres questions nécessitent une étude approfondie du contexte chinois. Par exemple avec les réformes et le développement économique, un grand nombre de « paysans-ouvriers » (mingong) quitte le secteur agricole. Aujourd’hui, cette population atteint presque le chiffre de 200 millions de personnes. Importants acteurs de la formation des marchés du travail, les paysans-ouvriers jouent un rôle majeur dans la transition vers le marché et la modernisation du pays. Depuis une dizaine d’années, ils polarisent l’attention du milieu académique, des autorités concernées et des médias. Entre 1979 et 1984, pendant la première phase des réformes, les entreprises de bourg et de village constituaient la voie principale de leur passage vers les activités non agricoles. La spécificité de ce passage était que ces paysans « quittaient la terre sans quitter le village, entraient dans l’usine sans entrer en ville », ce qui fut à un moment appelé la « voie d’urbanisation à la chinoise ». En 1984, l’État a assoupli les contraintes qui empêchaient les paysans d’aller dans les villes, ouvrant ainsi une longue période pendant laquelle des paysans ont afflué massivement dans les zones urbaines pour y travailler comme ouvriers ou exercer de petits métiers. En Occident, les chercheurs sont nombreux à avoir exprimé leur inquiétude face aux conséquences sociales de cette migration massive des paysans-ouvriers ; en Chine, des chercheurs ont également regardé ces déplacements comme une menace pour la stabilité sociale, presque une bombe sociale. Or, comment se fait-il que cette migration n’ait pas produit de l’agitation sociale ? Pourquoi les paysans-ouvriers, situés en bas de l’échelle des revenus dans les villes, n’ont-ils pas manifesté de forts mécontentements ? Pourquoi des actions collectives de ces paysans-ouvriers confrontés à des situations d’injustice sociale ne se sont-elles pas produites ? Les recherches ont permis de découvrir que le niveau de revenu de cette population était davantage déterminé par des facteurs comme l’éducation et l’aptitude professionnelle que par des discriminations visant leur identité. On a également découvert avec surprise que les paysans-ouvriers qui jouissent d’un statut salarial et social relativement bas ont une attitude sociale assez positive. On peut probablement expliquer ce phénomène par la courbe ascendante de leurs revenus en ville et par le fait qu’ils comparent leur situation avec celles des paysans restés dans les villages. Ce ne sont peut-être pas des déterminants économiques qui influencent leurs comportements, mais des déterminants historiques.

18Suivant de près les problèmes réels et cherchant sans relâche les lois de fonctionnement de la société, les travaux des chercheurs sont de plus en plus marqués par une double attention à la fois empirique et théorie. Aujourd’hui, c’est vers cette double exigence que tend la recherche sociologique en Chine. Les chapitres de cet ouvrage en sont les témoins.

19Ces chapitres expriment l’attachement des sociologues chinois à leur société et leur pays, mais également aux réflexions scientifiques qui transcendent les frontières. D’une part, ils suivent de près les évolutions majeures de la société chinoise en les décrivant et en les analysant. Les grands changements que la Chine a connus et connaît encore, tel que les réformes agraires, l’urbanisation dans un contexte de séparation entre villes et campagnes, la production des paysans-ouvriers, les évolutions de la structure de propriété dans les entreprises, la situation des travailleurs, la fragmentation sociale et la justice sociale, le rapport État-société, les activités de défense des droits chez les citadins, les évolutions de la structure familiale, etc., font l’objet d’une attention particulière dans la perspective d’une société en transition. D’autre part, les chercheurs s’emploient à adopter un regard international pour interpréter ces phénomènes chinois. On trouvera dans chaque article du présent ouvrage des références bibliographiques étrangères aussi bien sur des concepts que sur des problématiques. Certaines de ces références viennent des États-Unis, d’autres d’Europe.

20Ce livre est d’abord destiné aux lecteurs français. Nous souhaitons que sa publication les aide à mieux comprendre la transition que la Chine est en train de vivre et à connaître les réflexions des sociologues chinois sur cette société et ses mutations. Les bénéfices d’une telle connaissance seront évidents.

21Nous tenons à remercier tout particulièrement Laurence Roulleau-Berger pour ses immenses efforts. Avec sa fougue chaleureuse et sa vigueur professionnelle, elle a été le pilier de l’édition de cet ouvrage. Pendant notre coopération pour la co-direction, les échanges avec elle nous ont fortement impressionnés. C’est de cette heureuse coopération qu’est né ce livre.

22Pékin, le 23 octobre 2007

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site