Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le thermalisme

 | 
John Scheid
, 
Marilyn Nicoud
, 
Didier Boisseuil
, 
et al.

Thermes « classiques » et thermes « curatifs »

Réflexions sur l’architecture et l’organisation interne des thermes utilisant l’eau des sources thermales chaudes durant l’Antiquité

Henri Broise

Texte intégral

  • 1 À ce propos voir la contribution de P. Mudry dans ce volume, p. 65-77.

1Nombreux sont les auteurs anciens qui, médecins ou non, ont inventorié les valeurs curatives – ou néfastes – des eaux, qu’il s’agisse de leur température ou de leur composition, ainsi que les pratiques liées à leur utilisation1. En revanche aucun texte ne nous est parvenu qui décrive de façon précise le cadre dans lequel se déroulaient ces pratiques. Rien d’équivalent par exemple à la description du bain d’Hippias que nous donne Lucien pour les thermes classiques.

2C’est donc en se livrant à une étude comparative des édifices que l’on peut espérer mettre en évidence les aménagements spécifiques des thermes curatifs. Aménagements qu’il conviendrait ensuite de confronter aux sources textuelles afin d’identifier les pratiques médicales auxquelles ils pourraient correspondre. C’est essentiellement à la première partie de cette démarche que nous nous attacherons ici.

Fig. 1 – Carte de répartition des principaux édifices pris en compte. Les températures indiquées sont celles des eaux à l’heure actuelle ou mentionnées dans les publications. Sur les plans des édifices illustrant le texte, les bassins froids sont portés en bleu, les tièdes en jaune et les chauds en rouge.

  • 2 Dans la thèse de Y. Thébert sur les thermes d’Afrique du Nord, seulement 3 pages sur 527 leurs sont (...)
  • 3 On peut suivre l’évolution de cet édifice, construit probablement sous Antonin le Pieux, jusqu’à l’ (...)
  • 4 Cet édifice, dont l’étude est en cours, a très probablement été construit vers le milieu du ier siè (...)
  • 5 Cf. Nikolov D., « Inscription relative à l’édification d’un établissement de bain près de Stara Zag (...)

3Les édifices thermaux ont fait l’objet de nombreuses synthèses et monographies régionales dans lesquelles une très faible part est consacrée aux thermes curatifs2 ; ces derniers sont en effet beaucoup moins nombreux et leurs vestiges ont, dans la plupart des cas, été partiellement ou totalement oblitérés par des établissements édifiés au cours des siècles suivants, au même emplacement à proximité immédiate des sources. Rares sont les monuments qui nous soient parvenus sans altérations post-antiques tels que ceux d’Hammam Biadha, Hammat Gader3, Jebel Oust4 et Starozagorski Bani5 (fig. 1). Dans la plupart des cas nous ne disposons que de descriptions sommaires d’une partie bien souvent infime des structures ; aussi est-il difficile, entre autres, de déterminer si la présence d’un frigidarium, comme cela est le cas dans ces trois derniers édifices, constitue un hapax ou si le bain froid était une pratique courante comme dans les thermes classiques.

  • 6 Sauf cas particulier comme probablement la natatio des thermes de Caracalla dont la paroi nord-est (...)
  • 7 Excepté lorsque la source jaillissait dans une dépression. L’eau devait dans ce cas être remontée a (...)
  • 8 Trop-plein mentionné sans plus de détails dans : Cosentino R., Sabbatini Tumolesi P., « L’edificio (...)
  • 9 Cf. Gsell S., Graillot H., « Explorations archéologiques dans le département de Constantine », MEFR (...)
  • 10 Cunliffe B., Roman Bath discovered, Brimscombe Port, Stroud, 2000, p. 102-103.
  • 11 Cf. Albertini E., « Le hammam des Beni Guecha », Recueil des notices et mémoire de la Société Arché (...)

4En milieu urbain, les thermes étaient approvisionnés par de l’eau qui, provenant d’un réseau, était quantitativement limitée. Les bassins n’étaient donc pas alimentés à flux continu6, d’autant plus qu’une partie de l’eau devait être chauffée artificiellement. En revanche, dans les bains alimentés par des sources chaudes, il était possible d’approvisionner les bassins en permanence7, l’eau ne pouvant être stockée indéfiniment au risque de devenir froide. Ce type d’alimentation qui impliquait l’existence d’un tropplein semble avoir été réservé aux grandes piscines et bassins collectifs, en témoignent les rares exemples qui ont pu être observés à Hammam Mellegues (fig. 2 et 3), Jebel Oust, et Aque Caeretanae8. Quant aux bassins de dimensions réduites pouvant accueillir de deux à quatre usagers ils en étaient dépourvus et devaient être vidangés entièrement avant d’être remplis à nouveau. Les thermes classiques recevaient de l’eau sous pression et il en allait de même pour certains thermes curatifs comme ceux d’Hammat Gader, Aquae Flavianae9 et Bath dans la phase IV10 où un réseau de tuyaux de plomb assurait la distribution. En revanche lorsque les eaux utilisées étaient sursaturées en carbonates comme à Beni Guecha11, Jebel Oust, Caldes de Malavella, ou à la Finconcella, elles étaient alors acheminées par gravité dans des canaux maçonnés situés en périphérie de l’édifice le long des façades, donc facilement accessibles, et qui par là même pouvaient être régulièrement curés et libérés des concrétions qui s’y déposaient.

Fig. 2 – Oued Méllègues, trop-plein sur la banquette périphérique de l’un des bassins.

Fig. 3 – Oued Méllègues, trop-plein sur l’emmarchement d’accès à l’un des bassins.

  • 12 Cf. Pasqui A., « La villa pompeiana della Pisanella presso Boscoreale », Monumenti Antichi dell’Aca (...)
  • 13 Sénèque, Q. N., III, Les eaux, XXIV.

5Dans les thermes classiques l’eau était chauffée artificiellement dans de grands réservoirs métalliques et la température des différents bassins pouvait être régulée par adjonction d’une quantité plus ou moins importante d’eau froide comme en témoigne le système de tuyauterie de la chaudière de la villa della Pisanella à Boscoreale12. Dans les thermes disposant d’eau naturellement chaude Sénèque mentionne les deux moyens de tempérer la chaleur des eaux : quare quaedam aquae caleant, quaedam etiam ferveant in tantum ut non possint esse usui, nisi aut in aperto evanuere aut mixtura frigidae intepuere13. À Jebel Oust où l’eau sort à 55°, les deux procédés ont été utilisés (fig. 4 et 5).

Fig. 4 – Plan des thermes de Jebel Oust dans la phase II. Éch. 1 : 500.

Fig. 5 – Plan des thermes de Jebel Oust dans la phase III. En vert, les bassins de refroidissement. Éch. 1 : 500.

  • 14 Phase dont le terminus post quem est daté du début du ive siècle.
  • 15 Bouet A., Les thermes privés et publics en Gaule Narbonnaise, coll. EFR, 320, Rome, École Française (...)
  • 16 Broise 2003, p. 232-233.
  • 17 Taramelli A., « Fordongianus. Antiche terme di Forum Trajani », Notizie degli Scavi, 1903, p. 469-4 (...)
  • 18 Nikolov 1968, fig. 1, p. 44 et Manderscheid 1994, fig. 267, p. 189.

6L’eau pouvait être refroidie à l’intérieur même des bassins, comme cela était le cas pour la grande piscine tiède 5, construite dans la phase I bis de l’édifice, qui n’était pas couverte mais simplement entourée par un portique. Dans la phase III14, plusieurs réservoirs de refroidissement à ciel ouvert furent construits à la périphérie du bâtiment le long des façades sud et ouest, tous mitoyens avec les petits bassins couverts qu’ils alimentaient. À l’ouest plusieurs salles de la phase précédente furent même détruites pour faire place à de tels réservoirs. Il est probable que ceux-ci aient été construits pour limiter la consommation d’eau douce plutôt que par souci de ne pas altérer les propriétés de l’eau thermale. En effet les ressources en eau douce du site, qui n’étaient pas uniquement réservées aux thermes, étaient relativement limitées, la grande citerne située en amont de la petite agglomération n’étant alimentée qu’épisodiquement à partir d’un oued voisin, la plupart du temps à sec. En revanche le petit bassin 6, compte tenu de sa position au centre de l’édifice loin des bassins de refroidissement, était approvisionné sans solution de continuité par la canalisation provenant de la source ainsi que par un système de tuyauterie apportant de l’eau douce et donc froide depuis la citerne des thermes 18. Comme à Jebel Oust, mais de façon pérenne, la plupart des édifices étaient alimentés aussi en eau douce, à l’exception des thermes de dimensions réduites tels ceux d’Hammam Biadha. Ce double approvisionnement est bien attesté à Amélieè-les-Bains15, Hammat Gader16, Fordongianus17 (fig. 6), Starozagorski Bani18 (fig. 7).

Fig. 6 – Plan des thermes de Fordongianus (d’après Taramelli 1903). Éch. 1 : 500.

Fig. 7 – Plan des thermes de Starozagorski Bani (d’après Nicolov 1968). Éch. 1 : 500.

  • 19 Cette interprétation diachronique du fonctionnement du réseau de canalisations semble plus vraisemb (...)

7À Aquae Flavianae, (fig. 8) la canalisation d’eau douce fut probablement mise en place dans la deuxième phase, lors de l’adjonction d’un secteur balnéaire classique à l’est de l’édifice19. À l’origine seule devait exister l’adduction d’eau thermale. La source étant captée à 300 m de l’édifice, l’eau qui jaillissait à 70° devait se refroidir suffisamment lors du parcours, avec ou sans solution de continuité, afin d’alimenter à une température raisonnable la piscine chaude circulaire, tandis qu’elle achevait de se refroidir à ciel ouvert dans la grande piscine tiède rectangulaire, de la même manière que dans les piscines 5 et D de Jebel Oust et Hammat Gader.

Fig. 8 – Plan des thermes d’Aquae Flavianae (d’après Gsell 1893). En rouge, les canalisations d’eau thermale dont on peut supposer qu’elles appartiennent à la 1e phase de l’édifice. Éch. 1 : 500.

  • 20 Il existe des piscines du même type mais artificiellement chauffées dans certains édifices urbains (...)
  • 21 Cf. Frade H., Beleza Moreira J., « Arquitectura das termas romanas de S. Pedro do Sul », dans Perex(...)
  • 22 1,20 m à Badenweiller, Fordongianus et San Pedro do Sul (petite piscine de la 2e phase) ; 1,30 m à (...)
  • 23 Certaines grandes piscines rectangulaires n’étaient pourvues de gradins qu’à leurs deux extrémités (...)

8L’abondance d’eau naturellement chaude jaillissant à température constante offrait la possibilité d’aménager des bassins bien supérieurs en dimensions et en nombre à ceux des thermes classiques et les grandes piscines en position centrale à l’intérieur des espaces sont sans conteste l’un des aménagements caractéristiques des thermes curatifs20. On en trouve d’une extrémité à l’autre de l’Empire, de San Pedro do Sul21 à Hammat Gader, de Bath à Aquae Flavianae. Leur profondeur est comprise dans une fourchette de 1,20 m à 1,50 m22. La hauteur d’eau devait être bien évidemment inférieure, fonction du niveau de l’adduction et de celui du trop-plein. À Jebel Oust par exemple, dans la piscine 5 profonde de 1, 30 m, le débouché de la conduite d’alimentation se situe à 0,15 m sous le sol du portique : la hauteur d’eau disponible était donc de l’ordre de 1, 15 m. Du fait de leur position centrale, ces grandes piscines qu’elles soient quadrangulaires ou circulaires étaient accessibles dans la plupart des cas sur la totalité de leur pourtour23 par une série de marches – entre 4 et 5 selon la profondeur, parfois 3 – ayant fonction aussi de gradins (fig. 9). La position de ces piscines et leur grande accessibilité sont des spécificités de ce type d’édifice. En effet dans les thermes classiques les bassins de grandes dimensions, qu’ils soient froids ou chauds, sont toujours installés dans des exèdres rectangulaires ou semi circulaires s’ouvrant dans les parois des salles thermales, laissant libre l’espace central. Ils n’étaient donc accessibles que sur un seul côté.

Fig. 9 – Jebel oust : la piscine 5 à ciel ouvert entourée d’un portique.

  • 24 Il s’agit de deux rotondes contigües, avec un oculus au centre de la coupole et occupées chacune pa (...)
  • 25 Pour ces laconica cf. Bouet 2003, vol. I, pl. 96.
  • 26 Où la piscine de la salle 9 était la plus chaude, avant que ne soit construite la salle 1 lors de l (...)

9Les rotondes qui dans les cas qui nous intéressent abritent des piscines circulaires sont beaucoup plus fréquentes et souvent plus amples-10,90 m de diamètre à Alange24, 12 m à Aquae Flavianae, 9,40 m à Jebel Oust, 11,40 m à Néris dans les thermes du Nord - que celles que l’on peut trouver dans les thermes classiques25 et ne remplissaient pas non plus la même fonction. À en juger par les exemples de Jebel Oust26 et Aquae Flavianae, elles abritaient la piscine dont la température était la plus élevée de tout l’établissement. Telle pourrait être aussi la caractéristique des rotondes d’Allianoi, Montegrotto et Néris, édifices pour lesquels nous ne disposons malheureusement que d’une documentation très lacunaire. La morphologie de ces salles les plus chaudes souvent pourvues d’exèdres latérales, n’est pas sans rappeler, et ce n’est sans doute pas un hasard, celle des laconica du ier siècle av. J.-C. que Vitruve décrit dans son livre V et que l’on peut observer dans plusieurs thermes pompéiens.

  • 27 Selon Hérodote, comme le réfère Oribase, l’immersion pouvait durer d’une demi-heure à deux heures ( (...)
  • 28 Hérodote préconise une immersion limitée à la partie souffrante du corps (Oribase, Coll. Méd., X, 5 (...)

10La présence de gradins périphériques dans les édifices qui nous intéressent ici correspond probablement au fait que pour des raisons thérapeutiques, l’usager séjournait dans l’eau plus longtemps qu’il ne l’aurait fait ailleurs27 et pouvait donc profiter des gradins pour s’asseoir. En outre, selon le gradin choisi, il pouvait s’immerger de façon sélective28 ; prendre un bain de pied en s’installant sur le premier, un bain de siège sur le second, avoir de l’eau jusqu’à la taille ou se plonger dans l’eau jusqu’au cou en utilisant le gradin inférieur et même nager lorsque l’espace était suffisant.

  • 29 De ce fait, tout risque de brûlures accidentelles était écarté ; ce qui n’était pas le cas dans les (...)
  • 30 Pour la phase II, terminus post quem iie-première moitié iiie siècle ; début ive siècle pour la pha (...)
  • 31 Cf. Broise H., Curie J., « L’étude de travertins carbonatés de Jebel Oust (Tunisie) : une contribut (...)

11L’eau jaillissant en abondance et à température constante, la mise en place d’hypocaustes et de parois chauffantes n’était pas nécessaire29 et il était inutile de chauffer le fond des piscines pour entretenir la température de l’eau, celle-ci pouvant être renouvelée à volonté. C’est l’eau elle-même qui conditionnait la température des salles, quant à celle des bassins, toutes les gradations inférieures à la température d’émergence étaient envisageables grâce aux deux techniques dont nous avons parlé plus haut. Ce large éventail de possibilités a été exploité dans certains édifices, entre autres à Jebel Oust. Dans sa phase II (cf. fig. 4) cet édifice possédait une piscine tiède (5) et une piscine chaude (9). Lors des travaux de la phase III (cf. fig. 5)30 fut construite une troisième piscine (1) dont nous savons, grâce à l’étude des travertins carbonatés qui la recouvrent, qu’elle était plus chaude que la piscine 5 avec un écart de température de l’ordre de 8°31. L’édifice possédait désormais trois piscines avec des gradations différentes. À Hammat Gader, dans la deuxième phase (fig. 10), outre la salle la plus chaude (K) comportant deux bassins disposés dans des exèdres rectangulaires, comme dans un caldarium classique, on ne compte pas moins de trois vastes piscines chaudes, A, G et D. La piscine D était une piscine tiède comme on peut le déduire avec certitude à partir de trois inscriptions dont l’une reproduit un poème d’Eudoxia qui fréquenta les lieux. Il est donc fort probable que les piscines A et G aient été maintenues à des températures intermédiaires. Mise à part la salle K, l’intercommunication entre les différents espaces abritant les piscines permettait aux usagers de choisir la température souhaitée et de fréquenter ainsi les salles au gré de leurs désirs, sans pour autant traverser toutes les autres.

  • 32 Hirschfeld 1997, malgré les données contradictoires des p. 84-94, telle semble être la profondeur t (...)
  • 33 Dans son premier état, avant qu’il ne soit transformé en douche collective.
  • 34 Hirschfeld 1997, p. 114.
  • 35 Vallet 1923, p. 201 et pl. 7.

12Bien souvent, à la périphérie des salles abritant ces vastes piscines, sont ménagés plusieurs bassins de dimensions réduites installés dans des exèdres. Ce sont soit des bassins de faible profondeur destinés à 2 ou 3 usagers – à Badenweiler (fig. 11), ceux situés au sud des deux piscines centrales (fig. 12) ont une profondeur de 50 cm, ceux de la salle A de Hammat Gader 55 cm32 – soit des bassins pour l’immersion pouvant accueillir de 2 à 5 personnes tels les bassins 5D et 5J33 de Jebel Oust destinés respectivement à 2 et 4 baigneurs et profonds de 1,30 m et 1,20 m, ou ceux de l’espace D d’Hammat Gader profonds de 1 m34. À Beni Guecha des bassins individuels profonds de 60 cm et communiquant avec les grandes piscines chaudes étaient ménagés dans le sol des plateformes entourant ces dernières35.

13À notre connaissance, les thermes de Jebel Oust comportent les seuls exemples de pédiluves dont on peut exclure qu’ils aient eu une fonction hygiénique. Ils se situent en effet dans les exèdres 5A et 5F de l’espace 5 donc loin de l’entrée de l’édifice, pour ne pas dire à son extrémité opposée.

Fig. 10 – Plan des thermes de Hammat Gader (d’après Hirschfeld 1997). Éch. 1 : 800.

Fig. 11 – Plan des thermes de Badenweiler (d’après Krencker). Éch. 1 : 800.

Fig. 12 – Badenweiler, détail des petits bassins ; au premier plan, l’une des grandes piscines.

  • 36 Tel est le cas à Amélie-les-Bains pour le bassin 14 (cf. Bouet 2003, vol. II, p 28) et aussi à Bosr (...)

14Les pédiluves permettant aux usagers de se nettoyer les pieds afin de ne pas polluer l’eau des bains, soit jouxtent les bassins qu’ils sont destinés à protéger36, soit sont situés à proximité du vestiaire avant l’accès aux salles thermales.

  • 37 Broise 2003, p. 227.
  • 38 L’étude de l’édifice n’est pas achevée et jusqu’à présent nous n’avons pu déterminer si l’eau prove (...)

15Tel est le cas à Hammat Gader où, dans la phase II, une série de fontaines basses individuelles est installée à proximité du vestiaire et de l’entrée de l’édifice37. Les deux pédiluves de Jebel Oust couverts par une nappe d’eau de 7 cm retenue par une marche margelle avaient donc probablement une fonction thérapeutique et permettait de prendre des bains de pieds dans l’eau thermale dont nous ignorons cependant si elle était chaude ou tiède38. Le pédiluve 5F, dont la marche margelle est partiellement conservée (fig. 13), était pavé d’une mosaïque blanche comme le pédiluve 5A. Dans ce dernier subsistent les deux supports d’une banquette qui occupait la paroi du fond, permettant ainsi d’y séjourner commodément.

Fig. 13 – Le pédiluve 5F des thermes de Jebel Oust. La marche margelle est restituée en pointillé.

Fig. 14 – Le bassin 5J de Jebel Oust transformé en douche : A et B, alimentation en eau thermale du bassin dans la phase III ; C, E F et G arrivées d’eau des douches. D correspond probablement à une réfection après obstruction du tuyau de terre cuite C par des dépôts carbonatés.

Fig. 15 – L’alimentation en eau thermale des douches au dos de l’abside 5J.

  • 39 Cf. Horace, Ep., I, 15 ou bien encore Celse, De Med, IV, 12.
  • 40 Cette pratique est très ancienne, en témoignent des scènes de douches figurant sur des céramiques a (...)
  • 41 Charpentier G., « Les bains de Sergilla », Syria, 71, 1994, p. 125.
  • 42 Les thermes du sanctuaire de Sanxay, bien que n’étant pas alimentés par de l’eau thermale, présente (...)
  • 43 Cette douche est créée lors des derniers états de l’édifice (cf. Aupert P., Sanxay un grand sanctua (...)

16La pratique de la douche est attestée par les textes39et l’iconographie40. Ce type d’aménagement a rarement survécu, car il suppose un bon état de conservation des édifices en élévation. À Sergilla en Syrie du nord une douche froide occupe l’une des exèdres du frigidarium de ce petit bain construit en 47341. Les ressources en eau du site étant limitées, elle servait probablement à éviter que l’eau des bassins ne soit polluée trop rapidement. À Sanxay42 une salle de douche située en contrebas de l’une des grandes piscines chaudes paraît avoir été alimentée par le tropplein de cette dernière43. À Jebel-Oust le bassin chaud pour immersion 5J construit dans la phase III des thermes a été transformé par la suite en douche collective pouvant accueillir quatre usagers (fig. 14 et 15). Les douches étaient donc pratiquées, peut-être avec des fins différentes, aussi bien dans les thermes classiques que dans les thermes curatifs.

  • 44 Bien évidemment il s’agit de la température actuelle des sources, température qui a pu varier au co (...)
  • 45 Cf. Vivó D., Palahi L. et alii, « Termes del Puig de Sant Grau (Caldes de Malavella) », dans Aigua (...)
  • 46 Nikolov 1968.

17Ces derniers étaient alimentés en eau froide non seulement, comme nous l’avons vu, pour réguler la température des eaux thermales dont certaines étaient inutilisables en l’état44 – 70° à San Pedro do Sul, 74° à Caldes de Montbui, entre 85° et 87° à Montegrotto Terme – mais aussi parce que certains d’entre eux étaient dotés d’un frigidarium. Les édifices de moindre dimension, 205 m2 à Hammam Biadha, 395 m2 à Caldes de Malavella45, en étaient dépourvus (fig. 16). En revanche les bains de Starozagorski Bani qui s’étendent sur 780 m2 dans la 1ere phase (cf. fig. 7) possèdent un bassin froid (5) de surface réduite (20 m2), installé dans une exèdre, et la présence de ce frigidarium est même mentionnée dans l’inscription qui se trouve à l’entrée des bains46. À Bath le bâtiment originel (fin du ier siècle) est doté d’un frigidarium de plan traditionnel avec un bassin installé là aussi dans une exèdre mais qui, peu de temps après, lors des remaniements de la phase II, sera remplacé par un bassin circulaire centré, accessible sur la majeure partie de sa périphérie. À Jebel Oust, dans le cadre des travaux d’agrandissement de l’édifice dont la surface est portée à 870 m2 lors de la phase II, un vaste frigidarium (14) est mis en place, lequel ne comporte pas moins de 4 bassins dont un occupe une position centrale, les trois autres étant situés dans des exèdres latérales. La surface cumulée de ces bassins, 35 m2, est légèrement supérieure à celle de la piscine 9, témoignant ainsi de l’importance de la pratique du bain froid dans cet édifice. Il en allait de même à Hammat Gader dans la phase II, tant du point de vue de la disposition des bassins que de leurs dimensions. Un bassin (C), accessible ici comme les piscines chaudes sur ses 4 côtés, occupait le centre de la salle. Dans ces deux derniers cas, la présence d’un bassin central est le seul élément qui différencie ce type de frigidaria de ceux des thermes classiques. Il est donc probable que la pratique du bain froid, même si elle n’était pas toujours prévue dès l’origine, ait eu la même importance que dans les thermes classiques, tout au moins dans un certain nombre de grands édifices.

Fig. 16 – A : les thermes du Puig de Sant Grau à Caldes de Malavella ; B : les thermes de Hammam Biadha. Éch. 1 : 500.

  • 47 Cf. Mudry P., p. 70 et p. 72.

18Après cet examen rapide d’un corpus malheureusement très limité, il apparaît que, comme l’on pouvait s’y attendre, c’est la gestion de la température des eaux qui caractérise les thermes exploitant des sources chaudes, répondant en cela aux prescriptions des médecins de l’Antiquité47. La multiplication des piscines offrait aux baigneurs la possibilité de choisir entre différents degrés de température : bain froid, tiède où plus ou moins chaud, jusqu’à cinq gradations différentes à Hammat Gader. On peut supposer aussi que la température de certains bassins de dimensions réduites possédant une double alimentation, tels que les bassins 4 et 6 de Jebel Oust, pouvait être régulée afin de correspondre exactement aux besoins de certains des usagers. En revanche les thermes classiques, même les plus vastes, ne possédaient que deux, au maximum trois types de bains ; l’un chaud, l’autre froid, et éventuellement un troisième tiède. Sur les gradins périphériques des grandes piscines, les usagers pouvaient s’immerger commodément et donc séjourner plus longtemps dans le bain que dans les thermes classiques, tout en choisissant une immersion totale ou partielle du corps. Enfin, semble-t-il, douches et bains de pieds venaient compléter l’éventail des possibilités offertes, tout au moins dans les édifices d’une certaine ampleur.

Notes

1 À ce propos voir la contribution de P. Mudry dans ce volume, p. 65-77.

2 Dans la thèse de Y. Thébert sur les thermes d’Afrique du Nord, seulement 3 pages sur 527 leurs sont consacrées, et dans celle de A. Bouet sur les thermes de Narbonnaise, 5 sur 350.

3 On peut suivre l’évolution de cet édifice, construit probablement sous Antonin le Pieux, jusqu’à l’époque Omeyyade comprise (Hirschfeld Y., The Roman Bath of Hammat Gader ; Final Report, Jerusalem, Israel Exploration Society, 1997 désormais cité Hirschfeld 1997, et Broise H., « À propos des thermes de Hammat Gader », Syria 80, 2003, désormais cité Broise 2003).

4 Cet édifice, dont l’étude est en cours, a très probablement été construit vers le milieu du ier siècle ap. J.-C et sera abandonné dans la 2e moitié du vie siècle (Ben Abed Ben Kader A., Scheid J., « Le sanctuaire de source de Jebel Oust (Tunisie) », Les nouvelles de l’archéologie 124, 2011, p. 12-13.

5 Cf. Nikolov D., « Inscription relative à l’édification d’un établissement de bain près de Stara Zagora », Archeologija Sofia 10, 1, 1968, désormais cité Nikolov 1968, et Manderscheid H., Die Wasserbewirtschaftung römischer Thermen : archäologische und hydrotechnische Untersuchungen, vol. 3, Braunschweig, Leichtweiss-Institut für Wasserbau der TU Braunschweig, 1994, désormais cité Manderscheid 1994.

6 Sauf cas particulier comme probablement la natatio des thermes de Caracalla dont la paroi nord-est était aménagée en fontaine monumentale.

7 Excepté lorsque la source jaillissait dans une dépression. L’eau devait dans ce cas être remontée artificiellement et la quantité d’eau disponible était alors conditionnée par la puissance des mécanismes mis en place. Telle était la situation à Montegrotto Terme où les vestiges de deux roues élévatrices ont été mis au jour.

8 Trop-plein mentionné sans plus de détails dans : Cosentino R., Sabbatini Tumolesi P., « L’edificio termale delle Aquae Caeretanae », Miscellanea Caeretana I, Quaderni del centro per l’archéologia etrusco-italica 17, 1989, p. 104.

9 Cf. Gsell S., Graillot H., « Explorations archéologiques dans le département de Constantine », MEFRA 13, 1893, p. 507-517 et pl. VIII, désormais cité Gsell 1893 ; Gsell S., Les monuments antiques de l’Algérie, I, Paris, Fontemoing, 1901, p. 236-239 ; Birebent J, Aquae romanae, recherches d’hydraulique dans l’est algérien, Alger, Service des Antiquités d’Algérie, 1964, p. 237-243.

10 Cunliffe B., Roman Bath discovered, Brimscombe Port, Stroud, 2000, p. 102-103.

11 Cf. Albertini E., « Le hammam des Beni Guecha », Recueil des notices et mémoire de la Société Archéologique de la province de Constantine, 1925, p. 3, et Vallet E, « Découverte d’un établissement thermal à Fedj-M’Zala », Recueil… Constantine, 1923-1924, n. 1 p. 201 et pl. 1, 2 et 7, désormais cité Vallet 1923.

12 Cf. Pasqui A., « La villa pompeiana della Pisanella presso Boscoreale », Monumenti Antichi dell’Academia dei Lincei, 7, 1897, p. 451-454 et Broise H., Scheid J., Recherches archéologiques à La Magliana, le balneum des frères arvales, Roma Antica 1, Rome, Ecole Française de Rome, 1987, p. 99 et 100.

13 Sénèque, Q. N., III, Les eaux, XXIV.

14 Phase dont le terminus post quem est daté du début du ive siècle.

15 Bouet A., Les thermes privés et publics en Gaule Narbonnaise, coll. EFR, 320, Rome, École Française de Rome, 2003, vol. I, p. 194, désormais cité Bouet 2003.

16 Broise 2003, p. 232-233.

17 Taramelli A., « Fordongianus. Antiche terme di Forum Trajani », Notizie degli Scavi, 1903, p. 469-492 ; Zucca R., Fordongianus, Sardegna archeologica, Guide e itinerari, Sassari, Carlo Delfino, 1986, p. 18-28.

18 Nikolov 1968, fig. 1, p. 44 et Manderscheid 1994, fig. 267, p. 189.

19 Cette interprétation diachronique du fonctionnement du réseau de canalisations semble plus vraisemblable que celle proposée par Gsell et Graillot (Gsell 1893, p. 514-515).

20 Il existe des piscines du même type mais artificiellement chauffées dans certains édifices urbains et dans quelques riches villae, entre autres impériales. À la quinzaine d’exemples cités par A. Bouet (Bouet 2003, vol. I, p. 118) on peut ajouter celui des thermes Maritimes d’Ostie.

21 Cf. Frade H., Beleza Moreira J., « Arquitectura das termas romanas de S. Pedro do Sul », dans Perex et Bazzana (éds.), Espacio, tiempo y forma, serie II, Historia Antigua, V, Madrid, 1992, p. 515-544.

22 1,20 m à Badenweiller, Fordongianus et San Pedro do Sul (petite piscine de la 2e phase) ; 1,30 m à Caldes de Malavella (dans la 2e phase), Hammat Gader et Jebel Oust ; 1,45 m à Aquae Flavianae ; 1,50 m à Aquae Caeretanae, Bath, Caldes de Malavella (dans la 1er phase), Fortuna et San Pedro do Sul (grande piscine de la 1er phase).

23 Certaines grandes piscines rectangulaires n’étaient pourvues de gradins qu’à leurs deux extrémités comme celle de San Pedro do Sul.

24 Il s’agit de deux rotondes contigües, avec un oculus au centre de la coupole et occupées chacune par une piscine (Alvarez Martinez J. M., « Las termas romanas de Alange », Habis, 3, Séville, 1972, p. 273-278).

25 Pour ces laconica cf. Bouet 2003, vol. I, pl. 96.

26 Où la piscine de la salle 9 était la plus chaude, avant que ne soit construite la salle 1 lors de la phase III.

27 Selon Hérodote, comme le réfère Oribase, l’immersion pouvait durer d’une demi-heure à deux heures (Oribase, Coll. Méd., X, 5, 4). Pline fait allusion à des bains d’une durée de plusieurs heures (Pline l’Ancien, H. N., XXXI, 32, 2).

28 Hérodote préconise une immersion limitée à la partie souffrante du corps (Oribase, Coll. Méd., X, 5, 6).

29 De ce fait, tout risque de brûlures accidentelles était écarté ; ce qui n’était pas le cas dans les thermes artificiellement chauffés pour lesquels de nombreux textes, entre autres talmudiques, témoignent des dangers encourus (cf. Hanoune R., « Thermes romains et Talmud », dans Chevallier R. (éds.), Caesarodunum XV bis, 1980, p. 257) et les cas ne sont pas rares de mosaïques de seuil, figurant une paire de socques, situées à l’entrée du secteur chauffé pour rappeler aux usagers de se chausser avant d’entrer afin de ne pas se brûler la plante des pieds (cf. Dunbabin K. M. D., « Ipsa deae vestigia… Footprints divine and human on Graeco-Roman monuments », JRA, 3, 1990, p. 99-102).

30 Pour la phase II, terminus post quem iie-première moitié iiie siècle ; début ive siècle pour la phase III.

31 Cf. Broise H., Curie J., « L’étude de travertins carbonatés de Jebel Oust (Tunisie) : une contribution à l’analyse diachronique, fonctionnelle et architecturale des thermes », dans Balaneia, thermes et hammams. 25 siècles de bain collectif au Proche-Orient, sous presse.

32 Hirschfeld 1997, malgré les données contradictoires des p. 84-94, telle semble être la profondeur tout au moins des bassins sud-est (p. 93) et nord-ouest, si l’on en croit les cotes reportées sur la plan de la fig. 103, p 84.

33 Dans son premier état, avant qu’il ne soit transformé en douche collective.

34 Hirschfeld 1997, p. 114.

35 Vallet 1923, p. 201 et pl. 7.

36 Tel est le cas à Amélie-les-Bains pour le bassin 14 (cf. Bouet 2003, vol. II, p 28) et aussi à Bosra dans les thermes du Sud où, lorsque dans le frigidarium J, un bassin semi circulaire est créé au détriment de la salle E, un pédiluve est mis en place le long de la marche margelle de ce nouveau bassin (inédit, pour situer ce pédiluve voir Dentzer J.-M., « Le développement urbain de Bosra de l’époque nabatéenne à l’époque byzantine : bilan des recherches françaises 1981-2002 », Syria, 79, 2002, pl. 7 p. 97).

37 Broise 2003, p. 227.

38 L’étude de l’édifice n’est pas achevée et jusqu’à présent nous n’avons pu déterminer si l’eau provenait directement de la canalisation thermale qui passe le long de la façade ou des bassins de refroidissement T20 et T23.

39 Cf. Horace, Ep., I, 15 ou bien encore Celse, De Med, IV, 12.

40 Cette pratique est très ancienne, en témoignent des scènes de douches figurant sur des céramiques attiques à figure noire telle l’hydrie de Leyde nr. XVe28 ou l’amphore de Berlin no 1848.

41 Charpentier G., « Les bains de Sergilla », Syria, 71, 1994, p. 125.

42 Les thermes du sanctuaire de Sanxay, bien que n’étant pas alimentés par de l’eau thermale, présentent d’un point de vue morphologique toutes les caractéristiques des bains curatifs, mais étaient chauffés artificiellement.

43 Cette douche est créée lors des derniers états de l’édifice (cf. Aupert P., Sanxay un grand sanctuaire rural gallo-romain, Guides archéologiques de la France, Paris, Imprimerie Nationale, 1992, p. 69 et 71).

44 Bien évidemment il s’agit de la température actuelle des sources, température qui a pu varier au cours des siècles, en témoigne une rumeur rapportée par Strabon (IV, 1, 5) comme quoi, de son temps, une partie des eaux d’Aquae Sextiae seraient devenues froides.

45 Cf. Vivó D., Palahi L. et alii, « Termes del Puig de Sant Grau (Caldes de Malavella) », dans Aigua i conjunts termals a les civitates d’Emporiae, Gerunda i Aquae Calidae... Sed uitam faciunt, Gérone, 2006, p. 119-124.

46 Nikolov 1968.

47 Cf. Mudry P., p. 70 et p. 72.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte de répartition des principaux édifices pris en compte. Les températures indiquées sont celles des eaux à l’heure actuelle ou mentionnées dans les publications. Sur les plans des édifices illustrant le texte, les bassins froids sont portés en bleu, les tièdes en jaune et les chauds en rouge.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 2 – Oued Méllègues, trop-plein sur la banquette périphérique de l’un des bassins.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 3 – Oued Méllègues, trop-plein sur l’emmarchement d’accès à l’un des bassins.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 4 – Plan des thermes de Jebel Oust dans la phase II. Éch. 1 : 500.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 5 – Plan des thermes de Jebel Oust dans la phase III. En vert, les bassins de refroidissement. Éch. 1 : 500.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 6 – Plan des thermes de Fordongianus (d’après Taramelli 1903). Éch. 1 : 500.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 7 – Plan des thermes de Starozagorski Bani (d’après Nicolov 1968). Éch. 1 : 500.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 8 – Plan des thermes d’Aquae Flavianae (d’après Gsell 1893). En rouge, les canalisations d’eau thermale dont on peut supposer qu’elles appartiennent à la 1e phase de l’édifice. Éch. 1 : 500.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 9 – Jebel oust : la piscine 5 à ciel ouvert entourée d’un portique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 10 – Plan des thermes de Hammat Gader (d’après Hirschfeld 1997). Éch. 1 : 800.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 11 – Plan des thermes de Badenweiler (d’après Krencker). Éch. 1 : 800.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 12 – Badenweiler, détail des petits bassins ; au premier plan, l’une des grandes piscines.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 13 – Le pédiluve 5F des thermes de Jebel Oust. La marche margelle est restituée en pointillé.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 14 – Le bassin 5J de Jebel Oust transformé en douche : A et B, alimentation en eau thermale du bassin dans la phase III ; C, E F et G arrivées d’eau des douches. D correspond probablement à une réfection après obstruction du tuyau de terre cuite C par des dépôts carbonatés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 15 – L’alimentation en eau thermale des douches au dos de l’abside 5J.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 16 – A : les thermes du Puig de Sant Grau à Caldes de Malavella ; B : les thermes de Hammam Biadha. Éch. 1 : 500.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26415/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540