Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le thermalisme

 | 
John Scheid
, 
Marilyn Nicoud
, 
Didier Boisseuil
, 
et al.

Le thermalisme : histoire d’un phénomène culturel et médical

Texte intégral

  • 1 Mais comme le rappelle H. Broise dans ce volume, peu d’études ont mis l’accent sur les aspects cur (...)
  • 2 Sur le phénomène thermal toscan, voir Boisseuil D., Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âg (...)

1Le thermalisme est un phénomène culturel et social complexe dont l’histoire est à la fois longue et ambiguë. En se limitant volontairement à l’espace occidental et méditerranéen, il est possible en effet d’en trouver des traces dès l’Antiquité, par le biais notamment de vestiges archéologiques1 ; toutefois rares sont les lieux qui témoignent d’une utilisation continue dans le temps jusqu’à aujourd’hui. Le phénomène paraît par ailleurs ambigu, qui reflète l’image d’un usage principalement sanitaire (quoique contesté ou ignoré par une proportion plus ou moins forte de médecins, diverse selon les périodes et les aires culturelles), mais en même temps celle de pratiques récréatives. Entre les établissements thermaux antiques qui peuplent les cités et les stations en vogue du xixe siècle, entre les cures médicales et les témoignages littéraires de divertissements liés au bain ou encore la présence d’un casino aux côtés d’un complexe thermal, il est bien difficile parfois de trouver une continuité au phénomène. D’une vision ludique pour ne pas dire débridée des comportements balnéaires à une fréquentation à visée thérapeutique, le fossé est grand et souvent constant, que la polysémie du mot même ne fait qu’accroître : les thermes renvoient en effet aussi bien à l’édifice de bains publics antiques qu’aux vastes établissements construits à proximité de sources d’eaux minérales reconnues pour des vertus médicales spécifiques, surtout à partir de l’époque moderne. Pour éviter la confusion, les Anciens ont souvent eu recours au vocable Aqua, qu’on retrouve dans un certain nombre de toponymes, tandis que les praticiens médiévaux ont généralement utilisé le mot latin balneum pour désigner dans leurs ouvrages le bain d’eau minéralisée, qui ne renvoie pas du reste toujours à un lieu aménagé ; il a laissé sa trace dans la toponymie de la péninsule italienne, puisque le nom de nombreuses stations, pour certaines encore en activité aujourd’hui, se compose du mot « Bagno » : Bagno a Morba, Bagno San Filippo, Bagno Vignoni… pour se limiter à des sites toscans2.

  • 3 Voir dans ce volume l’article de P. Mudry.

2L’enjeu de la réflexion menée à travers une série de contributions portera ici plus précisément sur cet ensemble d’eaux particulières qui ont en commun une ou des composantes minérales manifestes, souvent identifiées à leur odeur, leur saveur ou encore leur couleur, et souvent aussi un certain degré de chaleur, même si la température n’a pas toujours constitué une donnée de classification constante. Si les stations des xixe et xxe siècles ont régulièrement produit des analyses chimiques sur les composantes de leurs eaux, et si les normes obligent depuis quelques décennies les fabricants d’eau minérale à étiqueter leurs bouteilles pour en fournir la composition aux consommateurs, les encyclopédistes et médecins antiques et médiévaux avaient aussi clairement distingués ces eaux des autres (eau de pluie, de rivière, de puits, d’étang, de mer), ces dernières considérées comme plus ou moins buvables, lorsque les premières l’étaient dans l’ensemble bien peu – si ce n’est pour des médecins comme Scribonius Largus et surtout des encyclopédistes comme Pline3 – ou ne furent recommandées pour de tels usages qu’à la fin du Moyen Âge et encore dans quelques rares cas. À défaut d’en fournir une composition exacte, ils différenciaient les eaux constituées de soufre, d’alun, de nitre ou encore de fer, sans oublier les eaux composites.

3En ne retenant pour l’étude que les eaux minéralisées, nous ne visons pas pour autant à exclure le thermalisme antique. Il s’agit au contraire de tenter de mieux en distinguer, si possible, les sites qu’on pourrait qualifier de « classiques » où l’eau était artificiellement chauffée, de ceux qui pourraient avoir été construits à proximité d’eaux minérales et utilisés pour des usages principalement thérapeutiques ; toutefois, de telles différenciations ne sont pas toujours aisées, lorsque l’eau chaude peut avoir été utilisée comme ressource naturelle pour chauffer les bains, ou lorsque l’eau froide a pu servir à des usages curatifs. Surtout, nous cherchons aussi à écrire une sorte de généalogie de l’histoire d’un thermalisme à composante médicale qui débute quand les médecins commencent à s’y intéresser et tentent de fournir des explications rationnelles à la chaleur et à la minéralité des eaux et à leurs possibles propriétés thérapeutiques. Cette histoire est loin d’être linéaire, aussi bien d’un point de vue chronologique que géographique. Les sites aujourd’hui connus et exploités sont dans certains cas fréquentés depuis l’Antiquité – à l’image d’Acqui Terme dans le Montferrat ou de Viterbe au nord du Latium –, d’autres, bien plus nombreux, sont plus récents ; surtout ils n’ont pas toujours fait l’objet d’une continuité d’utilisation, ou du moins, il est difficile de le certifier au vu de la documentation disponible. Les sources elles-mêmes ont pu migrer au gré de mouvements de terrain, disparaître et éventuellement resurgir plus loin. La documentation enfin qui nous autorise à en faire l’histoire est diverse et inégale, selon les lieux et selon les temporalités : fouilles archéologiques, traités savants, correspondances, sources narratives et littéraires, législations et statuts, documentation administrative ou juridique, comptabilités ou encore fiscalité… Autant de profils documentaires qui témoignent non seulement des spécificités de leur contexte de production, mais plus largement aussi des multiples facettes du thermalisme qu’il soit antique, médiéval, moderne ou contemporain : le mot peut recouvrir un lieu de séjour, un lieu de soins, un ensemble de pratiques corporelles plus ou moins régulées, un espace de sociabilité particulière, des établissements et des infrastructures spécifiques…

  • 4 Daston L. et Park K., Wonders and the order of nature, 1150-1750, New York, Zone Books, 1998 ; Garc (...)
  • 5 Voir la contribution d’É. Samama dans ce volume.
  • 6 . Nicoud M., « Les médecins italiens et le bain thermal à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 43, 20 (...)
  • 7 Voir Fürberth F., « Bibliographie der deutschen oder im deutschen Raum erschienenen Bäderschriften (...)
  • 8 Voir l’article de J. Scheid dans ce volume. Voir aussi Caulier B., L’eau et le sacré. Les cultes t (...)

4Au sein de cet ensemble documentaire, la littérature médicale peut toutefois servir de fil directeur : des traités et encyclopédies du monde grec, parfois peu diserts, voire critiques sur ces eaux, jusqu’aux ouvrages de balnéothérapie des périodes récentes, en passant par la naissance d’un véritable genre consacré aux eaux minérales dans l’Italie du Trecento4, le discours médical, quoique loin d’être unanime sur les vertus thérapeutiques des différents sites inventoriés, est en effet presque partout présent et nous engage à réfléchir sur le rôle qu’ont pu jouer les praticiens dans l’essor du phénomène thermal à l’échelle occidentale, dans la promotion de certains sites, dans l’essor de certains usages de ces eaux, voire encore dans l’élaboration d’une image ambiguë qui paraît constituer une constante des représentations balnéaires. En effet, le propos des médecins est loin d’offrir un visage univoque et les voix sont souvent discordantes. Aux évocations plutôt réticentes des médecins antiques5 succède l’engouement de certains praticiens médiévaux pour les sites italiens alors utilisés ; à la floraison de traités dans la péninsule au xive siècle6 répond l’émergence plus tardive d’une littérature en Allemagne, puis en France et en Angleterre à partir du milieu du xvie siècle7 : pourquoi de tels décalages chronologiques et de telles différences d’appréhension et d’appréciation ? Les contenus de ces ouvrages diffèrent aussi, qui révèlent tantôt une curiosité et des questionnements qui relèvent plutôt d’une enquête d’histoire naturelle, tantôt une tentative pour encadrer les pratiques des curistes à travers l’élaboration de normes et de règles d’usage des eaux. S’efforcer de comprendre de manière rationnelle par l’investigation sensorielle, empirique puis chimique, la nature des eaux thermales, l’origine de leur composition et de leur chaleur, c’est aussi substituer à un thermalisme antique de type cultuel où le bain, souvent situé à proximité d’un sanctuaire, ne soigne qu’en raison de la présence d’une divinité8, un thermalisme nouveau où l’eau guérit par ses vertus propres. Fournir les règles d’un ensemble diversifié de pratiques, qui vont du bain à la douche, en passant par la boisson et par d’autres activités para-balnéaires, c’est tenter de contrôler des usages qui n’étaient sans doute pas tous sanitaires, voire pour certains contraires à ce qui était alors considéré comme salubre ; c’est tenter sans doute aussi de substituer à un thermalisme récréatif, un thermalisme curatif, à un séjour ludique et de bien-être une fréquentation encadrée par un praticien.

  • 9 Voir l’article d’A. Lunel dans ce volume.

5Mais ces tentatives ne signifient pas que d’autres usages ou croyances ne perdurent pas, pas plus qu’elles n’impliquent non plus une totale adhésion de la part de la profession médicale à ces avis et positions. D’autres sources documentaires permettent tout à la fois de souligner l’image floue que continue à véhiculer le thermalisme, entre lieu de divertissement et lieu de soins, et les controverses que ses usages suscitent dans la profession médicale et au-dehors, plus motivés semble-t-il parfois par les retombées économiques qu’ils produisent que par les effets proprement sanitaires attendus9.

  • 10 Dans l’ensemble, les travaux distinguent l’étude du thermalisme en fonction des périodes chronolog (...)
  • 11 Voir l’article de C. Carribon dans ce volume.

6L’ensemble des communications ici rassemblées n’a pas la prétention de faire le tour d’un phénomène aux multiples aspects. Mais ces dernières ont pour vertu de tenter une approche diachronique du phénomène, en l’inscrivant sur une longue durée qui n’a que peu été mise en lumière dans les travaux récents sur la question10. Cette perspective sur le temps long permet de saisir des moments, des seuils, des modifications profondes ou de simples inflexions dans l’appréhension du thermalisme, non seulement du point de vue des médecins et des savoirs scientifiques, mais aussi de celui des curistes et des autorités publiques. La géographie envisagée se déploie aussi dans le temps, puisque l’espace méditerranéen qui voit éclore le thermalisme antique puis médiéval dans le monde chrétien, s’élargit aux époques modernes et contemporaines à d’autres territoires plus septentrionaux, au fur et à mesure des découvertes de nouveaux sites et d’une transformation plus profonde du phénomène qui, au xixe siècle, donne lieu à ce qu’on a parfois qualifié d’âge d’or du thermalisme11. Enfin, en faisant appel à une grande variété documentaire et à des contextes différents, c’est aussi à une approche pluri-culturelle que le volume entend conduire, celle qui peut permettre de mieux comprendre les multiples facettes d’un phénomène culturel et médical dont les contours et les enjeux ne sont pas toujours clairement distingués les uns des autres, que ce soit dans les représentations ou dans les pratiques. C’est à ce parcours à la fois temporel, géographique et culturel dans l’univers thermal, qu’invitent les diverses contributions ici réunies ; elles furent présentées à l’occasion de deux journées d’études organisées au Collège de France (16 décembre 2011 et 8 novembre 2013), qui ont bénéficié du soutien du CIHAM-UMR 5648, de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, de l’équipe SAPRAT EA 4116 de l’École pratique des hautes Études ainsi que de la Fondation Hugot du Collège de France.

Notes

1 Mais comme le rappelle H. Broise dans ce volume, peu d’études ont mis l’accent sur les aspects curatifs des thermes antiques.

2 Sur le phénomène thermal toscan, voir Boisseuil D., Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge. Les bains siennois de la fin du xiiie siècle au début du xvie siècle, Rome, École française de Rome, 2002 (CEFR, 296).

3 Voir dans ce volume l’article de P. Mudry.

4 Daston L. et Park K., Wonders and the order of nature, 1150-1750, New York, Zone Books, 1998 ; García Ballester L., « Sobre el origen de los tratados de baños (de balneis) como genero literario en la medicina medieval », Cronos, Cuadernos valencianos de historia de la medicina y de la ciencia, 1, 1998, p. 7-50.

5 Voir la contribution d’É. Samama dans ce volume.

6 . Nicoud M., « Les médecins italiens et le bain thermal à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 43, 2002, p. 13-40.

7 Voir Fürberth F., « Bibliographie der deutschen oder im deutschen Raum erschienenen Bäderschriften des 15. und 16. Jahrhunderts », Wuerzburger medizinhistorische Mitteilungen, 13, 1995, p. 217-252.

8 Voir l’article de J. Scheid dans ce volume. Voir aussi Caulier B., L’eau et le sacré. Les cultes thérapeutiques autour des fontaines en France du Moyen Âge à nos jours, Paris, Presses de l’Université Laval-Beauchesne, 1990 (Religions Société Politique, 19).

9 Voir l’article d’A. Lunel dans ce volume.

10 Dans l’ensemble, les travaux distinguent l’étude du thermalisme en fonction des périodes chronologiques classiques de l’histoire : pour l’Antiquité, voir par exemple Termalismo antiguo. I Congreso peninsular Actas, Arnedillo (La Rioja), 3-5 octubre 1996, M. J. Peréx Agorreta (éd.), Madrid, Universidad Nacional de Educación a Distancia, UNED, 1997 ; M. Guérin-Beauvois et J. -M. Martin (Bains curatifs et bains hygiéniques en Italie de l’Antiquité au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2007), ont réuni des articles sur l’Antiquité et le Moyen Âge, mais sans que le thermalisme de type minéral et thérapeutique soit toujours clairement distingué d’un thermalisme public et urbain de sociabilité. Pour les époques médiévales et du début de l’Âge moderne, on se permet de renvoyer à Boisseuil D. et Nicoud M. (éd.), Séjourner au bain. Le thermalisme entre médecine et société ( xive- xvie siècle), Lyon, PUL, 2010 et à Boisseuil D. et Wulfram H. (éd.), Die Renaissance der Heiquellen in Italien und Europa von 1200 bis 1600. Il Rinascimento delle fonti termali in Italia e in Europa dal 1200 al 1600, Francfort sur le Main, Peter Lang, 2012, pour une approche historique, littéraire et culturelle du phénomène thermal.

11 Voir l’article de C. Carribon dans ce volume.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540