Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Introductions

Pluralisme et identité de la sociologie chinoise contemporaine

Laurence Roulleau-Berger

Texte intégral

1L’étude de la société est en Chine une pratique aussi ancienne qu’en Occident. Depuis deux mille ans s’est accumulée une littérature très importante relative à la société et aux relations humaines. Fei Xiao Tong, célèbre sociologue chinois du xxe siècle, comparera d’ailleurs les œuvres de Confucius ou de Xun Zi avec les sociologies fonctionnaliste et durkheimienne (Schmutz, 1985). Dès les années 1910-2020 de nombreuses enquêtes sociales et monographiques seront réalisées ; la première grande enquête sociale sera réalisée en 1914-1915 sur 302 histoires de vie de conducteurs pousse-pousse par l’Association pour le progrès social de Pékin (Lu Xueyi, 1995-1998). Puis le célèbre sociologue chinois Chen Da, en 1934-1935, réalisera une recherche majeure sur les communautés d’émigrants dans le sud de la Chine suivis d’autres travaux qui seront désignés comme les classiques de la sociologie d’avant 1949 dont Fei Xiaotong, auteur du fameux ouvrage Peasant Life in China, réimprimé huit fois entre 1940 et 1948. Enfin Robert E. Park, Ernest W. Burgess et Robert Redfied, figures de l’École de Chicago, viendront enseigner en Chine à cette période et la sociologie chinoise de ces années-là sera marquée par certaines influences de ce courant, notamment en matière de community studies qui donneront lieu à de nombreuses recherches.

2La sociologie chinoise, si elle s’était largement développée avant 1949, sera ensuite interdite pendant vingt-sept ans, pour retrouver un essor très rapide depuis sa recréation. La sociologie est en effet devenue une discipline-phare du champ intellectuel au cours de la décennie 1980 (Merle, 2007). L’abondance des productions scientifiques témoigne d’une dynamique intellectuelle forte qui produit une vraie originalité et de vraies spécificités liées à une histoire de la pensée chinoise et à la complexité d’un contexte sociétal. Si, dans un premier temps, les influences des sociologies occidentales ont pu jouer sur les conditions de réinvention de la sociologie chinoise, la tendance risque de s’inverser dans les années à venir dans le champ international de la sociologie avec la refondation d’une discipline dans une société en grande transformation, très dynamique et vigoureuse. En effet la sociologie prend reéllement sa place dans le champ intellectuel chinois et international (Wievioka, 2007b) en construisant des théories, des postures et des méthodes qui viennent s’inscrire à côté, avec, voire contre des pensées occidentales. Aujourd’hui les sociologues chinois élaborent une pensée propre dans une vraie diversité tout en réinterprétant, voire sinisant des théories occidentales. Cet ouvrage présentera ce qui apparaît comme étant les réflexions théoriques les plus représentatives de la sociologie académique chinoise mais nous n’avons évidemment aucune prétention à couvrir la sociologie chinoise qui se présente avant tout comme plurielle, diversifiée et présente dans les Académies des Sciences, notamment de Pékin et Shanghai, et des Universités dispersées sur tout un continent.

3Nous expliquerons dans une première partie comment s’est refondée et restructurée la sociologie chinoise après 1979.

4Dans une deuxième partie nous introduirons les auteurs de cet ouvrage et présenterons les champs de la sociologie chinoise apparaissant comme les plus développés à partir de problématiques contemporaines : la transition sociale et les marchés du travail chinois ; les transformations de la structure sociale et la production des inégalités ; urbanisation et industrialisation ; individu et société ; état et société.

5Enfin dans la dernière partie nous tenterons de dessiner ce qui nous apparaît comme contours de la sociologie chinoise en faisant valoir sa diversité, les filiations avec les sociologies occidentales, et surtout sa spécificité.

LA RÉINVENTION DE LA SOCIOLOGIE CHINOISE

6La réinvention de la sociologie chinoise en 1979 représente un événement majeur dans l’histoire des sciences humaines et sociales. Réinventer une discipline signifie la refonder, la restructurer, tracer les frontières de sous-champs. La question des méthodes apparaît toujours comme un enjeu de scientificité majeur, nous verrons comment elle s’est posée dans le cas de la Chine continentale. Enfin on ne peut dissocier la reconstruction de la sociologie chinoise sans penser ses liens particulièrement étroits avec l’anthropologie car ces deux disciplines se sont très largement influencées pendant ces trente dernières années.

1. Refondation et restructuration de la sociologie chinoise

a) La refondation de la discipline

7En 1952, la sociologie a été supprimée quand les Universités ont été restructurées. Mais la psychologie sociale, l’anthropologie sociale et la démographie n’ont plus été enseignées non plus à partir de ce moment-là. En 1956 le viiie Comité central du Parti Communiste annonce que « cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent », on s’intéresse alors à la sociologie soviétique interdite depuis plusieurs années. Une délégation est envoyée à la iiie conférence internationale de sociologie en août 1956 en Hollande lors de laquelle est célébré le centenaire d’Auguste Comte. Les grands sociologues chinois Chen Da, Wu Jingchao, Fei Xiaotong tournent leur regard vers la sociologie occidentale et proposent la réhabilitation de la sociologie à partir d’une double rupture avec la sociologie de la Chine non socialiste et avec la sociologie occidentale ; pour eux il s’agit de construire une sociologie spécifique à partir du marxisme-léninisme et du maoïsme. Mais, en juin 1957, se déclenche un mouvement contre la droite, la sociologie est perçue comme une tentative de restauration de la classe bourgeoise. En août 1957 la sociologie est interdite, elle le sera jusqu’en 1978 alors que l’Union soviétique et l’Europe de l’Est l’ont déjà rétablie.

8En 1978 est demandée la réhabilitation de la sociologie et de la traiter comme une science à part entière et non pas comme « une science fausse ». Le 18 mars 1979 l’Association des recherches de la sociologie chinoise est créée, Fei Xiao Tong la préside : la sociologie est réhabilitée en Chine. Le 30 mars Deng Xiaoping souligne la nécessité de développer la sociologie et de former des chercheurs. Au printemps 1980 est créé l’Institut de sociologie à l’Académie des Sciences Sociales de Chine dirigé par Fei Xiaotong et des formations à la recherche sont organisées. Pour Fei Xiaotong la sociologie chinoise doit se reconstruire en s’appuyant sur l’héritage des sociologues de la génération précédente et des sociologues occidentaux. En 1980 l’Université de Fudan fonde le premier département de sociologie en Chine, puis l’Université de Nankai, l’Université de Pékin, l’Université de Sun Yat-sen… De 1979 à 1989, dans vingt-deux villes de provinces (Hubei, Sichuan, Guangzhou, Harbin…) sont créés des instituts de sociologie et dans onze Universités est créé un département de sociologie. Dès la réhabilitation de la discipline est posée la question de l’ouverture à la sociologie occidentale.

9Puis entre 1979 et 1989, années de « modernisation socialiste » réapparaissent des grands noms de la sociologie chinoise : Fei Xiaotong, Luo Qing, Yuan Fang, Yan Xinzhe, Ke Xiangfeng, Li Jinghan, Dai Shiguang, Wu Wenzhao, Lin Yaohua… qui, en dix ans, formeront une nouvelle génération de chercheurs. Durant ces années-là les objets de recherche resteront construits autour du rapport théorie/pratique et de la spécificité des questions sociales pensées comme propres à la société chinoise. Est alors posée la question de la construction d’une sociologie « à la chinoise », qui suppose une bonne connaissance de la sociologie occidentale (Wu Duo, 1979-1989).

b) Structuration et découpages de la discipline

10Progressivement, à partir de réflexions sur les théories sociologiques, les méthodes et la sociologie étrangère, la sociologie se restructure et vont s’opérer des découpages en champs de recherche dont les principaux seront la sociologie rurale, la sociologie urbaine, la sociologie des classes sociales, la sociologie économique et la sociologie politique :

– De la centralité de la sociologie rurale

11Avant 1949 comme après 1979 jusqu’à aujourd’hui la question rurale reste très centrale en sociologie pour comprendre la société chinoise.

12En 1989, Lu Xueyi écrivait : « Si on ne connaît pas les paysans chinois, on ne connaît certainement pas la société chinoise » (Lu Xueyi, 19791989). La question rurale apparaît construite sur un mode spécifique du fait des évolutions du régime socialiste qui a produit des changements majeurs et mobilisé les sociologues sur les évolutions du statut des paysans et la propriété après les réformes économiques, le développement de l’économie rurale face à l’industrialisation, le processus de différenciation sociale de la classe paysanne, les modes de vie des paysans, l’évolution de la structure de la famille paysanne, la question de la pauvreté et de la protection sociale en milieu rural et de l’autonomie des régions.

– Permanence de la sociologie urbaine

13Des années 1920 aux années 1940 beaucoup de recherches en sociologie urbaine avaient donné lieu à des travaux qui resteront des références majeures comme La sociologie urbaine de Wu Jingchao en 1929, la collection des livres de sociologie urbaine ou Les ouvriers de l’usine de Kun de Shi Guoheng en 1946. Ensuite les recherches sur les petits bourgs par Fei Xiaotong, puis sur les familles et les villes chinoises par Lei Jieqiong marqueront la sociologie chinoise. La sociologie urbaine va réellement se développer à partir de 1984 (Wu Duo, 1989-1993) autour des thématiques du développement social des petits bourgs et des grandes villes, de la démographie urbaine, de la structure de la famille urbaine, des modes de vie urbains et des communautés urbaines.

– La montée de la sociologie économique

14La sociologie du travail qui a ensuite évolué vers la sociologie économique a pris son essor avec les grandes transformations économiques liées à la transition sociale. Se sont alors d’abord développés les travaux sur la danwei puis sur son démantèlement, la réduction de la taille des entreprises d’État, l’importance croissante du secteur privé, le ralentissement de la croissance de l’emploi rural et l’essor des migrations intérieures. À partir de 1978 les marchés du travail vont être pensés dans leur diversification et leur reconfiguration à partir de normes de forte production et de règles d’une surconcurrence globalisée dans un contexte de capitalisme qui cohabite avec ce qui reste d’une économie planifiée. Se développeront aussi des travaux sur les transformations des régimes de propriété, sur l’accès à l’emploi des migrants et les inégalités sur le marché de l’emploi, la protection des droits de travailleurs, les chômages et les mouvements sociaux. Enfin depuis le début des années 1990 la question de la pauvreté fait l’objet de réflexions théoriques.

– L’importance de la sociologie des classes sociales

15Depuis la mise en œuvre des réformes économiques la structure de la société chinoise a radicalement changé et se caractérise par une stratification sociale de plus en plus marquée qui produit de nouvelles inégalités sociales. Deux phénomènes conjoints et contradictoires ont lieu : la polarisation sociale et le développement de la mobilité sociale ascendante. Les recherches s’organisent autour de ces perspectives paradoxales de recherches. Un vrai débat sociologique est alors ouvert entre les théoriciens qui placent l’accent sur les processus de reproduction sociale dans un contexte de transition et ceux qui travaillent sur les différentes formes de mobilité sociale productrices d’une diversité d’inégalités entre les groupes sociaux. En effet les inégalités en matière de revenus se creusent de plus en plus entre les différentes classes sociales. Pendant qu’une classe de riches Chinois se forme, qu’émergent de nouvelles élites politiques et culturelles, le statut des ouvriers et des paysans a décliné. On commence à parler de la formation d’une underclass qui regrouperait principalement les migrants peu qualifiés.

– L’émergence de la sociologie politique

16La question de la relation entre État, marché et société est centrale dans la sociologie chinoise. Un ensemble conséquent de recherches a été produit sur la relation entre l’État et la société dans les campagnes chinoises. Puis dans le contexte des réformes économiques et sociales se sont posées de nouvelles questions liées au chômage, la pauvreté, la protection sociale… qui ont imposé la construction de nouvelles politiques publiques. Des recherches se sont alors développées autour des problématiques de gouvernance, redéfinition de l’espace public et citoyenneté.

17Comme, dans toute société, à chaque période, certains objets de recherche sont qualifiés de plus « sensibles » que d’autres. Si, en France, les questions des violences urbaines, de racisme et de pauvreté… sont considérées aujourd’hui comme objets de controverses scientifiques et politiques, en Chine celles liées au rôle des gouvernements régionaux dans la transformation des marchés du travail, des risques sanitaires, de la montée des inégalités sociales, de la corruption… sont représentés comme objets « sensibles ».

2. La réinvention des méthodes, enjeu de scientificité

18Dans le chapitre 12 Chen Yingying montre que depuis la restauration de la sociologie l’enquête sociale est la méthode la plus utilisée en sociologie. Si les méthodes quantitatives dominent encore le champ sociologique, les recherches qualitatives, sous l’influence de l’approche socio-anthropologique de Fei Xiaotong, ont pris leur place et donnent lieu à des travaux d‘envergure. Cependant Chen Yingying souligne la faiblesse de l’ajustement entre théories et méthodes sociologiques du fait d’un contexte fort de normalisation. Enfin elle pose la question de l’adaptation des méthodes occidentales au contexte chinois en insistant sur la nécessité de localiser les objets de recherche.

a) Processus structurels et enquête sociale

19À partir de la nécessité d’appréhender les transformations de structures sociales on voit aussi que l’enquête quantitative, sous la forme de l’enquête sociale, est présentée encore comme dominante aujourd’hui. Mais dans le débat méthodologique ouvert en Chine apparaît un enjeu de rénovation méthodologique autour des histoires de vie, des modes d’observation, des formes d’engagement sur les terrains de recherche… Chen Yingying insiste sur l’idée qu’avant d’évoquer la question des méthodes s’impose la nécessité de bien préciser les contours de l’espace conceptuel dans lequel on se place.

20Il est bien montré comment la simplicité de la statistique descriptive ne doit pas faire croire à la facilité de sa production, Chen Yingying montre aussi comment les différences d’échelles jouent ici un rôle décisif, la Chine est immense et rend très complexe la question de la production de statistiques nationales. Dans l’analyse quantitative les difficultés tournent évidemment autour des problèmes de définition et de catégorisation. Comme dans d’autres contextes les statistiques descriptives requièrent toujours des nomenclatures, des classements et font l’objet de débats scientifiques. L’enquête quantitative en Chine contient cette incontournable question de l’objectivation qui se réfère à l’idée durkheimienne qu’il faut traiter les faits sociaux comme des choses (De Singly, 1992) ; elle permet d’expliquer ce que les acteurs font par ce qu’ils sont, et non pas ce qu’ils disent de ce qu’ils font. Mais, comme dans les contextes européens, on voit que l’enquête quantitative précède l’enquête qualitative.

21Comme nous le verrons plus loin, la sociologie chinoise contemporaine s’annonce plutôt pluraliste dans sa façon de faire cohabiter différents paradigmes. Les sociologues, en cherchant à ouvrir l’espace méthodologique, recherchent aussi l’innovation théorique. Les méthodes quantitatives et qualitatives sont de moins en moins pensées dans un rapport d’opposition mais plutôt de complémentarité.

b) Observation et récit de vie

22Le souci d’analyser les processus pratiques conduit un certain nombre de sociologues à travailler à partir de situations d’observation et d’autres méthodes qualitatives. Sun Liping et Guo Yuhua (2000), dans une recherche sur la collecte des céréales vendues à l’État, rejoignent les postures de recherche anthropologiques et celles proches de celles des interactionnistes (Glazer, Strauss, 1967 ; Becker, 1985, 1986, 1988, 1990 ; Hughes, 1996 ; Strauss, 1982, 1992) en pratiquant l’observation in situ née des travaux de l’École de Chicago (Grafmeyer, Joseph, 1979), observent les phénomènes sociaux dans leur cadre naturel de manière impliquée et prolongée en se centrant sur des actions collectives et des processus sociaux (Chapoulie, 2000). La posture de terrain tient ici à la capacité d’agencer des propriétés situationnelles et structurelles du fait social à partir d’évènements et de les éclairer mutuellement (Schwartz, 1993). À partir de cette posture de recherche, ces mêmes sociologues posent la nécessité de faire de l’histoire orale et envisagent le récit de vie. Ils partent d’abord de la reconstitution de récits collectifs pour aller vers le récit de vie individuel. Par exemple Guo Yuhua, à partir de l’approche du processus de collectivisation dans un village de la province de Shaanxi où elle passe des semaines chaque année depuis dix ans, a réalisé des récits de paysannes sur leurs expériences, leurs mémoires et leurs sentiments. Le récit de vie articule ici mémoires collectives et mémoires individuelles, événements historiques et micro-évènements. La « petite histoire » est pensée sur le même plan que « la grande histoire », constitutive à la fois des subjectivités et du savoir civil. Ils montrent que ce ne sont pas seulement les « grands » événements collectifs qui sont susceptibles de marquer la mémoire des citoyens mais aussi des événements de caractère local. D’autres sociologues comme Fang Huirong (2003), Ying Xing (2007), adopteront ces mêmes perspectives théoriques et méthodologiques.

c) Sociologie de l’action, engagement du chercheur et intervention sociologique

23Un certain nombre de sociologues de Tsinghua, à partir d’une sociologie de l’action adaptée à la situation chinoise et articulée à une sociologie des transitions ont développé plus récemment l’intervention sociologique, en s’inspirant du paradigme tourainien. Shen Yuan (2007) distingue deux formes d’« intervention sociologique », l’une « forte », l’autre « faible » en partant de l’idée que dans une « société faible », ici la société chinoise, où les mécanismes d’auto-organisation ont subi une forte oppression-voire une destruction – et sont difficiles à restaurer à court terme, la méthode « d’intervention forte » apparaît indispensable pour provoquer du changement, rendre les faibles moins faibles, leur donner du pouvoir, les aider à fabriquer des « armes du faible ». Cette méthode est définie comme une proposition pour « sortir du piège de la magie académique » qui s’appuie largement aussi sur la nécessité d’une émancipation intellectuelle vis-à-vis des théories et méthodes occidentales importées au moment de la refondation de la discipline et appliquées avec peu de distance épistémologique face à l’urgence de recréer la discipline.

24On voit ici de manière très nette comment dans le double processus d’appropriation/adaptation de méthodes produites dans la sociologie française sont reformatés des cadres à la fois méthodologiques et théoriques à partir de représentations très situées des sociétés, ici par exemple les sociétés « faibles » et les sociétés « fortes ». Mais les usages et redéfinitions de méthodes de recherche construits dans le contexte occidental, ici français, invitent chercheurs chinois et français à repenser ensemble des notions comme sociétés « faibles » et sociétés « fortes » et à s’interroger sur la valeur heuristique de cette distinction.

3. Sociologie et anthropologie

25En Chine anthropologie et sociologie ont toujours été liées et elles ont été toutes deux importées de l’Occident. Le sociologue et anthropologue Fei Xiaotong a joué un rôle décisif dans la reconstruction de ces deux disciplines, il a donc favorisé les contacts et les proximités entre elles. Dans le chapitre 13 Luo Hongguang valorise l’important héritage de la civilisation chinoise traditionnelle. Il rappelle comment l’introduction des sciences sociales en Chine résulte directement de la pénétration occidentale. Dès 1928, en réaction à la « sociologie missionnaire » ont été réalisées des recherches ethnographiques relatives aux peuplades non Han puis ensuite les ethnologues chinois ont travaillé sur les pratiques religieuses populaires, les coutumes de mariage, les fêtes traditionnelles et enfin les minorités. De 1949 à 1958 plusieurs enquêtes sur les « minorités nationales » ont été mises en place dans toute la Chine et les recherches sur ce sujet se poursuivront, du fait que la possibilité de faire des recherches avec les Hans reste très limitée. Puis les anthropologues chinois étudieront les clans familaux qui permettent de comprendre le religieux et le politique, les « villages-standards », les rituels et symboles dans la vie folklorique. Pour Wang Mingming (2007) il faut considérer trois espaces de recherche dans l’anthropologie chinoise : l’étude des Hans, la relation politique et culturelle entre les minorités ethniques et le pouvoir central, l’approche de l’altérité. Mais la recherche sur le monde rural, forme d’expression de la civilisation chinoise, reste centrale en anthropologie et pose largement la question de la modernité.

26Luo Hongguang démontre comment l’anthropologie contemporaine s’est construite autour de l’affirmation d’une autonomie et d’une émancipation vis-à-vis de l’anthropologie occidentale et contre l’idée que la modernité chinoise serait un processus passif. Les anthropologues chinois ont besoin de construire leur propre anthropologie dans un contexte très différent de l’Occident, ils évoquent les convergences avec les sociétés indienne et arabe où, de leur point de vue, ce sont les interactions individuelles et collectives « qui font société ». Face à des formes de colonialisme intellectuel nous voyons qu’anthropologues et sociologues à différents moments se sont engagés dans des entreprises de « sinisation » de ces deux disciplines en mobilisant l’histoire de la pensée chinoise. Sont mis en avant ici des effets de domination culturelle et de violence symbolique de la pensée occidentale qui doivent être dépassés dans la construction de théories et de postures anthropologiques chinoises.

27Aujourd’hui les objets de recherche en anthropologie se sont diversifiés comme en sociologie mais les anthropologues invoquent largement le point de vue du sociologue et celui de l’historien pour se donner les moyens de penser la complexité de la société chinoise. Luo Hongguang invite aujourd’hui les anthropologies à internationaliser leur discipline.

QUESTIONS DE SOCIOLOGIE CONTEMPORAINE

28Nous avons identifié cinq espaces de recherche majeurs investis par les sociologues chinois :

  • transition sociale et marchés du travail chinois
  • transformations de la structure sociale et production des inégalités
  • urbanisation et industrialisation
  • individu et sociétés
  • État et société

29que nous allons décrire maintenant dans le détail.

1. Transition sociale et marchés du travail chinois

30Au cœur de la sociologie contemporaine chinoise se trouve la question de la transition, transition à la fois économique et sociale. Le concept de transition sociale désigne les transformations qui ont eu lieu depuis les vingt dernières années dans les pays socialistes et pays anciennement socialistes, et plus particulièrement les processus de transition sociale accompagnant les mécanismes de marché. Cependant la transition contient des éléments de modernisation sans s’y réduire et contient du développement sans s’y limiter. Le processus de transition sociale est défini par Sun Liping (2007a, 2007b) dans le chapitre 1 comme ayant une logique propre, des procédés propres dans lesquels les individus développent des stratégies et des tactiques au cours d’actions pratiques et situées dans un contexte de mondialisation. Nous analyserons le processus de transition à travers l’évolution de la danwei, la construction des marchés du travail, les marchés locaux et l’accès à l’emploi.

a) La danwei, spécificité de la société chinoise

31C’est à partir de la danwei, forme emblématique du socialisme, que les sociologues raisonnent pour comprendre les grandes transformations économiques liées à la transition sociale. La notion de danwei ou d’unité de travail, n’est apparue qu’au tournant des années 1980 ; elle désigne une spécificité de la société chinoise (Miège, 2005) c’est-à-dire une organisation autour et à partir des lieux de travail où, jusque dans la seconde moitié des années 1990, les unités de travail étaient chargées de l’amélioration de l’habitat par une politique de grands travaux, la lutte contre le chômage, la mise en œuvre de programmes de santé. La danwei était définie comme système d’organisation économique qui créait du lien social et qui sous-tendait la structure sociale dominée par l’État qui décidait des modes de distribution du pouvoir et d’allocation des ressources aux travailleurs en fonction de leur niveau de qualification, de leur ancienneté, du temps de travail mais aussi de leurs attitudes politiques et de leurs comportements sociaux (Lu Feng, 1989 ; Li Hanlin, Li Lulu, Wang Fenyu, 1992 ; Li Lulu, 1993 ; Li Hanlin, 1993 ; Li Hanlin, Li Lulu, Wang Fenyu, 1995 ; LiMeng, Zhou Feizhou, Li Kang, 1996 ; Li Peilin, Zhang Yi, 2000 ; Li Hanlin Li Lulu, 2003) Elle a été analysée comme lieu de domination étatique et de stratégies d’adaptation secondaire (Goffman, 1968) de travailleurs chinois dans des micro-espaces d’autonomie qui échappaient au contrôle et à la surveillance (Li Meng, Zhou Feizhou, Li Kang, 2003), sortes de dispositifs panoptiques au sens de Foucault (1975).

32La danwei apparaît comme une forme économique et sociale de l’ancien système socialiste qui va s’affaiblir pendant la transition et va se démultiplier en plusieurs institutions économiques comme les entreprises privées, les entreprises à capitaux mixtes, les entreprises rurales, les TVE… L’analyse de la danwei restera un objet de recherche pertinent en sociologie économique mais les sociologues vont ensuite de plus en plus s’intéresser à la construction des marchés du travail chinois. Cette forme d’entreprise s’autonomisera de plus en plus par rapport à l’État et ses contours deviennent de plus en plus difficiles à définir. Il est bien évident que la danwei ne peut être mise en relation avec des formes économiques contemporaines d’Europe de l’Ouest.

b) Marchés du travail et segmentation

33Les marchés du travail chinois se sont largement reconfigurés depuis les réformes de 1978 en rendant compte d’une grande transformation économique dans l’histoire de la Chine et du monde (Li Peilin, 2002b, 2005). En effet, jusqu’aux réformes économiques en 1979, le marché du travail chinois pouvait avant tout être défini comme un marché étatique, apparemment unifié dont les règles, conventions et normes de régulation étaient produites, énoncées et mises en œuvre par le gouvernement chinois. À partir du milieu des années 1980 les marchés du travail vont se différencier et se segmenter dans un contexte de capitalisme qui cohabite avec ce qui reste d’une économie planifiée ; ils vont aussi se construire différemment selon les régions (Chen Yingying, 2005)

34Dès le début des années 1990, la question de la formation des marchés du travail devient alors un sujet qui mobilise de nombreux chercheurs. À partir de la fin des années 1990, très sensibles à la question des réseaux, des sociologues chinois ont d’abord revisité la thèse de la Grande Transformation de Karl Polanyi puis celle de Michael Burawoy fondée sur la Seconde Grande Transformation et qui se rapporte aux transformations du Marché dans les sociétés communistes contemporaines ; Shen Yuan (2006) pose alors l’hypothèse que la Chine se trouve au point de rencontre entre ces deux Grandes Transformations. Dans les recherches réalisées, les marchés du travail, définis comme institutions économiques nées de cette double Grande Transformation sont décrits comme des constructions sociales référées à un ordre communiste ; ils produisent des changements structurels importants et donnent lieu à une nouvelle stratification sociale. Simultanément, les effets de la globalisation sur l’économie chinoise engendrent de nouvelles formes de coordination économique sur les marchés du travail et la reconfiguration des marchés du travail est pensée en lien étroit avec le processus de stratification sociale rapide et très actif dans la société chinoise. Le processus de stratification sociale traduit alors des segmentations des marchés du travail en formation.

35En Europe, notamment en France (Reynaud, Maruani, 2004), les thèses américaines sur la segmentation des marchés du travail, et plus celles sur la dualisation (Piore, 1980) ont été largement mobilisées dès les années 80, elles le seront aussi en Chine à partir des années 1990 par les sociologues chinois pour rendre compte des transformations des marchés du travail chinois. Un certain nombre de sociologues dont Li Qiang (2002), Li Peilin (2002c), Li Chunling (2005b) pose l’hypothèse d’un marché du travail chinois clivé en deux : un marché primaire qui mobilise des travailleurs qualifiés bénéficiant de hauts salaires, de bonnes conditions de travail et de la protection sociale, un marché secondaire où entrent et sortent des travailleurs-migrants peu qualifiés, mal payés et ne bénéficiant pas d’un environnement de travail favorable. Cependant cette théorie est réinterprétée et adaptée au contexte chinois à partir de trois idées :

  • l’idée que le hukou, dispositif politique spécifiquement chinois, a participé activement à dualiser les marchés du travail ;
  • l’idée que, sur des marchés du travail segmentés, se forme malgré tout une « élite de travailleurs migrants » qui restent en ville ;
  • l’idée que les marchés du travail secondaires donnent largement accès à des emplois informels. En effet il est difficile de parler d’emplois précaires en Chine dans le sens où ces travailleurs migrants bénéficient rarement d’un contrat de travail et se trouvent contraints à des mobilités professionnelles horizontales.

c) Marchés locaux, droits de propriété et privatisation

36Différents sociologues, dont Liu Shiding (1995, 1997) ont montré en quoi il est fondamental de distinguer les marchés locaux des marchés nationaux, les marchés ruraux des marchés urbains pour comprendre comment le processus de double transition économique s’opère en Chine. Après la décollectivisation du début des années 1980 un phénomène a été, un moment décisif dans le processus de transition qui a profondément transformé les zones rurales pour appréhender la construction sociale des marchés locaux : le développement des entreprises rurales non agricoles, dites entreprises de bourgs et de villages. Ce phénomène a fait l’objet de nombreuses études. En effet sur les marchés locaux ruraux dans la première phase des réformes (1978-1992) économiques naissent donc ces TVE (Township and Village Enterprises), entreprises industrielles sous propriété collective créées à la campagne. Depuis une dizaine d’années confrontées à une concurrence toujours plus grande avec les entreprises urbaines et des difficultés financières ces entreprises vont se trouver contraintes de diversifier leurs modes de propriété ; elles vont devenir collectives, coopératives par parts, sociétés à responsabilité limitée, entreprises privées, entreprises individuelles mais toutes entraînées dans un mouvement de privatisation (Aubert, 2006). Selon Zhe Xiaoye et Chen Yingying (2006) les frontières entre les différents régimes de propriété et leurs modes de régulation sont de plus en plus difficiles à définir mais surtout les droits de propriété collective doivent être pensés comme s’appuyant sur des rapports sociaux et le Marché, voire un enchevêtrement de relations sociales (Zhou Xueguang, 2006). D’autres sociologues encore (Shen Jing, Wang Hansheng, 2006) ont posé la question des droits de propriété comme lieu d’interaction entre individus et contextes ; les droits de propriété collective seraient définis comme structure intermédiaire entre le « haut » et le « bas » de la société rurale.

37Liu Shiding dans le Chapitre 4 montre comment, à partir de la seconde moitié des années 1990, ces entreprises de bourgs et de villages ont joué un rôle décisif dans la mise en place de l’économie de marché grâce à la structure particulière de leurs droits de propriété. Différents régimes de propriété collective seront remplacés par de la propriété étatique et certains évolueront vers de la propriété privée. Il insiste sur la difficulté à définir leur régime de propriété du fait qu’on ne sait pas très nettement qui des organisations économiques ou de leurs gestionnaires peut exercer le droit de propriété sur les biens économiques de ces entreprises. Liu Shiding (2006b) développe alors une théorie du système des droits de propriété à partir d’un concept proprement chinois, la possession, qui, dans son acception étroite, désigne l’usage ou le contrôle exclusif sur un objet économique de la part d’un individu ou d’un groupe, et qui peut être défini à partir de trois dimensions : les formes de l’exclusivité de la possession, l’espace de choix du mode de possession, la limite temporelle de la possession. Les trois dimensions de la possession se combinent sur des modes variés pour produire des formes complexes qui ne font pas toutes l’objet de légitimation. La possession de ressources ne devient un droit de propriété que si elle est reconnue dans un cadre social donné producteur de normes de reconnaissance. C’est la combinaison de la loi, l’administration, l’idéologie officielle, les normes en circulation dans la société ordinaire, les réseaux relationnels qui contribuent à produire ces formes de reconnaissance.

38Ces entreprises rurales ont joué un rôle très important dans le développement industriel et des campagnes, elles ont été très étudiées jusqu’en 1990 comme acteurs centraux dans la première phase des réformes. Et si ces entreprises vont d’abord absorber une grosse partie du surplus de la main-d’œuvre agricole, leur capacité d’absorption va connaître des limites et vont alors s’organiser des migrations vers les villes. Liu Shiding (1997) parlera de villages qui évoluent en villages industriels dans un contexte d’industrialisation. Peng Yusheng (2000) parlera de « marché transitionnel local » pour désigner ces arrangements entre des formes économiques disjointes qui donnent lieu à des organisations hybrides dans la transition.

39La notion de marché local ne se réduit pas aux entreprises rurales, elle peut prendre d’autres configurations. Par exemple, Liu Shiding (2002) démontrera la spécificité des marchés locaux chinois à partir de l’exemple d’une alliance entre un grand marché, le marché de Baigou, et une multitude d’ateliers domestiques en montrant comment des entreprises familiales rurales peuvent maintenir leur organisation à partir de réseaux sociaux très denses et leur compétitivité en présence d’un grand marché, un espace marchand de grande envergure ; on voit ici la complexité d’un marché local autonome vis-à-vis d’un marché national, producteur de ses propres normes, conventions, règles, modalités de circulation des biens et des hommes. À partir de ce même exemple Shen Yuan (2002a, 2002b) montrera comment joue le pouvoir politique local sur l’organisation de cet espace marchand, comment se construisent des formes d’accords et de désaccords entre autorités locales et marché local. Est posée alors la question des coordinations économiques entre différentes catégories d’espaces et d’acteurs. Enfin nous pouvons considérer l’espace marchand de petits commerces sur ces marchés locaux, les commerces en bordure de route, situés à l’extérieur des villages, qui participent largement à la reconfiguration des marchés locaux (Thireau, Hua, 2002).

40Il est intéressant de noter que ces configurations économiques n’ont pas d’équivalent sur les marchés du travail d’Europe de l’Ouest, notamment français. La notion de marché local rural ne trouve pas de forme directement équivalente aujourd’hui et fait apparaître la réelle spécificité de phénomènes économiques en Chine.

d) Accès à l’emploi, chômages et pauvretés

41Aujourd’hui l’accès à un emploi stable n’est plus une garantie dans la société chinoise quand se développe un chômage massif dans les villes chinoises et quand le secteur public en retructuration ne peut plus absorber la main-d’œuvre, ni lui garantir une protection sociale. Les phénomènes de chômages fragilisent des populations peu qualifiées qui se trouvent contraintes à des situations de marginalisation et de désaffiliation sociale (Guo Yuhua, Chang Aishu, 2005 ; Xi Guihua, 2006). En effet depuis le début des années 1990 avec la réduction de la taille des entreprises d’État, l’importance croissante du secteur privé, le ralentissement de la croissance de l’emploi rural, différentes formes de chômage émergent, différentes catégories de chômeurs se forment comme les xiagang (ouvriers licenciés par leur entreprise mais recevant des subsides, effectuant des travaux temporaires et continuant de bénéficier de la couverture sociale de leur unité de travail) (Tong Xin, 2002, 2006) et les jeunes diplômés. Par ailleurs, la rapidité des transformations économiques en Chine a aussi provoqué une intensification des mouvements migratoires sur le continent chinois et les migrants, majoritairement jeunes, souvent peu qualifiés, cherchent à accéder à un emploi sur les marchés du travail où ils sont le plus souvent objet de déqualification sociale et économique. Enfin cette nouvelle situation économique produit une création massive d’emplois dans le secteur informel où se trouvent largement représentées les populations de migrants.

42Cette nouvelle situation économique crée aussi des formes variées de pauvreté difficiles à définir. La pauvreté reste importante et se concentre dans des zones qui semblent être exclues de la vague de prospérité occasionnée par les réformes économiques : zones rurales reculées et régions peuplées par les minorités. Mais depuis les années 2000 apparaissent des formes de pauvreté urbaine largement liées à la présence de migrants dans les grandes villes chinoises. Les sociologues chinois ouvrent aujourd’hui des chantiers de recherches sur la construction des inégalités et des injustices dans ce qu’ils appellent « la vie économique moderne », sur les façons de penser au niveau théorique croissance économique et inégalités. Certains distinguent des processus « d’exclusion collective » (Li Qiang, 2000, 2001, 2002) des processus d’exclusion individuelle pour expliquer comment se constitue une underclass dans cette nouvelle société chinoise. La question de l’accès à l’emploi est devenue un enjeu scientifique très important pour les sociologues chinois.

  • 1 Fei Xiaotong (1947) explique le sens de chaxu geju de façon imagée et vivante : « Notre structure (...)

43Quelles approches sociologiques privilégient les sociologues chinois pour analyser le processus d’accès à l’emploi ? Les approches en termes de réseau, lien social et de capital social sont principalement mobilisées dans la sociologie économique chinoise pour analyser le processus d’accès à l’emploi. Les réseaux familiaux et sociaux sont pensés comme jouant un rôle central dans les processus de socialisation, désocialisation et resocialisation économique. L’analyse de réseaux dans les analyses chinoises désigne un type particulier d’abstraction et non un type particulier de relation et rejoint en cela différentes approches sociologiques américaines (Mitchell, 1973 ; Barnes, 1972). On s’intéresse plus ici aux individus et aux usages qu’ils font de leurs rôles plutôt qu’aux rôles et à la manière dont ils investissent les individus, plutôt aux pratiques qui jouent des limites institutionnelles ou qui les traversent plutôt qu’à des pratiques qui les confirment (Hannerz, 1980). À partir de l’usage du concept de réseau se pose celui des liens. Si la théorie de Granovetter a été mobilisée en France à partir des années 1990, elle le sera aussi à partir de la même période en Chine. La théorie de Mark Granovetter (1974, 1994) de la force des liens faibles, en relation directe avec la théorie du chaxu geju de Fei Xiaotong1, est en effet mobilisée dans de nombreux travaux en sociologie économique. En effet Granovetter avait posé l’hypothèse – retenue dans différentes recherches en France – de l’intrication entre réseaux sociaux et marchés en montrant que la force des liens faibles, c’est-à-dire l’accès à plusieurs réseaux, permet de comprendre le fonctionnement des marchés du travail à partir d’interactions. Les sociologues chinois semblent plutôt retenir l’idée de force des liens et donner un statut moindre à l’idée des liens faibles ; en effet les liens ne peuvent pas être vraiment pensés comme faibles puisqu’en Chine, du fait d’un héritage culturel voire civilisationnel, l’individu existe d’abord par le réseau ou le groupe d’appartenance. La théorie de la force des liens, définie comme la combinaison de la quantité de temps, l’intensité émotionnelle, l’intimité (la confiance mutuelle) et les services réciproques, permet de lier interactions et processsus structurels.

44La construction des réseaux et des liens sociaux faibles ou forts est toujours liée à celle du capital social. Quelles théories du capital social les sociologues chinois retiennent-ils ?

45Ils ne retiennent pas vraiment ici la conception du capital social de Pierre Bourdieu – évidemment très utilisée encore en France – qui s’inscrit dans une théorie de la reproduction récemment mobilisée en Chine. Robert Putnam (2000) qui considérait que le capital social peut avoir des conséquences externes, c’est-à-dire qu’il profite aussi aux personnes qui n’en sont pas dotées, est rarement cité ; mais, en revanche, apparaît plus souvent Coleman qui saisissait le capital social comme une ressource pour les acteurs dans une perspective non-déterministe où, selon Antoine Bevort et Michel Lallement (2006), l’attention est portée aux obligations et attentes réciproques qui dépendent du degré de confiance mutuelle des relations, des modes de circulation informelles des informations et des normes d’action. Il est ici intéressant de relever que la sociologie économique chinoise et la sociologie économique française (Steiner, 1999 ; Lazega, 2005 ; Lallement, 2007 ; Laville, Cattani, 2007, Panaderse, 2003) mobilise certains mêmes travaux nord-américains en essayant de trouver des voies spécifiques.

46Ces travaux peuvent largement être mis en dialogue avec des travaux français liés à la diversité des chômages (Demazière, 2006) la production de nouvelles formes de pauvreté en Europe (Paugam, 2000, 2005), l’institutionnalisation de formes de sous-emploi (Castel, 2005, 2007), la précarisation des situations d’emploi des jeunes (Roulleau-Berger, 1999, 2003, 2004b ; Nicole-Drancourt, Roulleau-Berger, 2001), les nouvelles formes de segmentation ethnique des populations migrantes (De Rudder, Poiret, Vourch’, 2000 ; Roulleau-Berger, 2007b).

2. Transformations de la structure sociale et production des inégalités

47Li Chunling (2005) a distingué quatre modèles théoriques dans la sociologie chinoise développés dans les années 2000 pour expliquer le rapport entre transition et transformations de la structure sociale :

48– le modèle de la « société fracturée » à partir de la conjonction des trois processus conjoints :

  • de stratification, de bipolarisation et de désaffiliation sociale
  • de rupture entre les villes et les campagnes
  • de production d’écarts sociaux et culturels entre différents groupes sociaux.

49– le modèle de la fragmentation sociale

50– le modèle de la stratification sociale et de l’émergence des classes moyennes

51– le modèle de la structuration de l’espace social en lien avec la modernisation

52Nous allons reprendre ce principe de distinction autour de quatre axes :

  • inégalités et « société fracturée »
  • fragmentation sociale et multiplication des inégalités
  • stratification et mobilité sociale
  • permanence et reproduction des structures sociales dans la transition

a) Inégalités et « société fracturée »

53Ce modèle pose la question de la polarisation sociale en Chine, processus qui traverse largement les sociétés européennes. Sun Liping (2002a, 2003) pose le concept de « société fracturée » et montre comment à un pôle nous aurions une classe qu’il nomme des « nouveaux riches » et à un autre pôle deux catégories sociales très appauvries : des groupes sociaux très défavorisés et qui l’ont toujours été dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest de la Chine et des nouvelles catégories de pauvres constituées de chômeurs, de xiagang et de migrants d’origine rurale. Ces deux dernières catégories seraient constitutives d’une underclass en formation dans la société chinoise. On insiste ici sur la rapidité du processus de polarisation sociale – processus qui s’est développé durant les dix dernières années – dans une société en transition où les formes d’intégration dominantes passent par l’inscription dans une économie de marché, où est mise à distance économiquement et socialement une partie de la population. Apparaissent alors dans la société chinoise des zones de marginalité sociale, phénomène très récent et très précipité qui révèle ce processus de polarisation sociale.

54Le processus de polarisation sociale est très développé en Europe de l’Ouest, notamment en France, son analyse a donné lieu à de nombreux travaux. Par exemple Robert Castel (1991, 1995a, 1995b) avait défini trois zones de cohésion sociale dans la société française : la zone d’intégration caractérisée par l’association intégration instable-insertion relationnelle solide, la zone de désaffiliation où se conjuguent l’absence de participation à toute activité productive et l’isolement relationnel, et la zone de vulnérabilité de plus en plus étendue qui associe la précarité du travail et la fragilité des supports de proximité. En effet Robert Castel ne considérait pas qu’il existe des inclus et des exclus mais un continuum qui va du pôle de la désaffiliation à celui de l’intégration professionnelle sur lequel s’organise la « lutte des places » (de Gaulejac et Taboada-Leonetti, 1994).

55Sun Liping comme Robert Castel semble aussi considérer que ce n’est pas à l’intérieur des populations dites exclues que se forme une unité mais hors d’elles, dans la perception de la société globale. Si les deux théories se touchent sans se rencontrer complètement du fait des différences de contextes sociétaux, tous les deux posent cependant la question du seuil de tolérance d’une société à l’invalidation sociale

b) Fragmentation sociale et multiplication des inégalités

56Li Peilin (2002a), Lu Xueyi (2002), Li Qiang (2002) et d’autres sociologues insistent sur les différentes formes de fragmentation sociale qui naissent dans un contexte caractérisé par la synchronicité du processus de transition économique et de transformation structurale. Apparaît alors une première ligne de fragmentation entre villes et campagnes, notamment à partir des populations de migrants qui viennent chercher du travail dans les grandes villes et n’en trouvent pas facilement, une deuxième ligne de fragmentation entre les cols bleus et les cols blancs, mais plus précisément entre les « nouveaux riches » et les cols bleus, une troisième ligne entre ceux qui travaillent dans l’économie de marché en ayant accès à des statuts reconnus et ceux qui sont contraints à des emplois informels, à travailler dans l’économie illégale, voire criminelle. Les analyses sociologiques convergent ici sur l’idée d’une fragmentation très marquée entre villes et campagnes qui aurait produit une structure socio-économique duale avant les réformes, notamment avec le hukou qui constituait en lui-même un principe de différenciation sociale producteur de deux systèmes de statuts différents non superposables. Li Qiang (2005) montrera ensuite comment cette dichotomie villes/campagnes, avec l’intensification des migrations, va se défaire pour partie et participer à la naissance d’une underclass en milieu urbain constituée de ces mêmes migrants peu qualifiés qui bénéficient d’un statut dans leurs villages et le perdent dans leurs mobilités vers les villes.

57L’accent est mis ici sur la multiplication et la hiérarchisation de groupes sociaux dotés de ressources sociales, économiques et symboliques différenciées dans le processus de stratification sociale où se combinent richesse, pouvoir et prestige social. La question de la construction des inégalités sociales est ici posée à partir de la nécessité de combiner différents registres qui se combinent sur des échelles de stratification différenciées où les frontières entre groupes sociaux apparaissent incertaines.

58Ces approches sociologiques pourraient rejoindre pour partie celles de François Dubet sur les « inégalités multipliées » (2000) qui a mis en évidence que la modernité dans la société française accroissait la différenciation sociale et multipliait les registres d’inégalités ; il a aussi montré que si la société industrielle avait pu laisser penser que l’identité de classe résumait toutes les autres, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Dans le cas de la Chine on observe que les processus de structuration et de fragmentation ont lieu dans la simultanéité et produisent aussi des inégalités multipliées.

c) Stratification et mobilité sociale

59Dans le chapitre 3 Li Chunling montre que la structure de la société chinoise a radicalement changé depuis la mise en œuvre des réformes économiques. Ainsi les itinéraires de mobilité sociale vont se diversifier à partir de 1978 et les blocages structurels à la mobilité vont se redéfinir. La question de la stratification sociale pour les sociologues chinois ne peut être dissociée de celle de l’économie de marché. Depuis les réformes économiques la société chinoise se stratifie de plus en en plus et se diversifie du point de vue de la constitution des catégories socio-professionnelles regroupées en quatre classes sociales. Les sociologues de l’Académie des Sciences Sociales de Chine (Pékin) ont identifié 10 catégories sociales qui peuvent être regroupées en quatre classes sociales (Lu Xueyi, 2001, Li Peilin, 2002b, Li Chunling, 2005a, 2006) : les classes supérieures, les classes moyennes, les classes populaires et les personnes sans activité, au chômage ou au chômage partiel. Les chercheurs de l’Académie des Sciences Sociales de Chine soulignent la complexification de la structure sociale, la différenciation des groupes sociaux, la diversification des trajectoires sociales et un accès inégal à la mobilité sociale. Les inégalités en matière de revenus se creusent de plus en plus entre les différentes classes sociales. En effet pendant qu’une classe de riches Chinois se forme, qu’émergent de nouvelles élites politiques et culturelles, le statut des ouvriers et des paysans a décliné ; et le principal obstacle à la mobilité ascendante des paysans résulte plutôt du fait que l’industrialisation et l’urbanisation ne peuvent pas offrir suffisamment d’emplois non agricoles. Le concept de mobilité intra-générationnelle paraît alors plus efficient que le concept de mobilité intergénérationnelle pour rendre compte des changements structurels depuis les réformes : Li Chunling montre dans son chapitre comment le statut du capital économique était décisif dans les processus de mobilité sociale avant 1949 pour devenir négatif entre 1949 et 1980 et comment les capitaux culturels et économiques sont devenus décisifs dans les modes de construction de la mobilité sociale aujourd’hui. Capital économique, capital social, capital culturel et capital politique vont se combiner différemment pour produire une diversité de trajectoires différenciées et de mobilités non linéaires qui témoignent de l’affirmation d’une société de classes. La mobilité sociale se caractérise plutôt par des petits déplacements dans l’espace social et des passages progressifs d’une position à l’autre que par des changements très marqués. Li Chunling explique le paradoxe de la Réforme qui a multiplié les opportunités de mobilité et produit en même temps une plus grande netteté des frontières entre les groupes sociaux ; par exemple les élites maintiendront leurs positions. Ce paradoxe apparaît propre à la société chinoise et impose au plan théorique de travailler simultanément sur le processus de différenciation et le processus de fragmentation sociale là où, dans la sociologie française, et plus largement européenne, nous les avons pensé l’un après l’autre.

60Cette approche de la mobilité sociale en Chine peut être mise en lien avec les analyses de Pierre Bourdieu qui avait montré comment les formes de mobilité sociale ascendantes ou descendantes varient selon les conjonctures historiques et comment les statuts des capitaux économique, social et culturel peuvent jouer différemment sur la construction des identités sociales. En effet nous voyons aussi comment les volumes des capitaux économique, social et culturel, leur structure et l’évolution dans le temps de ces propriétés définissent ce que Pierre Bourdieu avait appelé « un espace à trois dimensions » (1979) sauf qu’il faut considérer que le volume global du capital intègre en plus le capital politique qui intègre les ressources et pouvoirs liées à la position politique très décisive en Chine. On voit aussi comment, dans le processus de stratification sociale de la société chinois les trajectoires se diversifient à partir de la combinaison de l’effet d’inculcation, directement exercé par la famille ou par les conditions d’existence originelles et l’effet de trajectoire sociale proprement dit, c’est-à-dire l’effet qu’exerce sur les dispositions ou les opinions l’expérience de l’ascension sociale ou du déclin (Bourdieu, 1979).

d) Permanence et reproduction des structures sociales dans la transition

61Li Lulu (2003, 2006) a montré comment dans le passage à l’économie planifiée se reproduisait la structure sociale à partir des changements du système et des institutions économiques, de la relation État/Marché. Il montre comment des logiques inhérentes au Marché et au système éducatif produisent des inégalités et de la différenciation sociale. Dans le chapitre 2 Li Lulu développe la thèse de la double reproduction sociale. Il part de l’hypothèse de la détermination de l’héritage social dans la restructuration des rapports sociaux, du développement de l’économie de marché, de l’affaiblissement de l’État dans la construction des systèmes de redistribution qui produisent des processus de reproduction sociale très actifs et permanents dans la société chinoise. Il explique comment le processus de maintien des privilèges sociaux et des positions acquises a lieu à partir de stratégies de reconversion cachées. Li Lulu se réfère explicitement à Bourdieu et pose l’hypothèse de l’universalité des processus de reproduction sociale dont la forme varie selon les contextes sociétaux. Des convergences apparaissent nettement avec la théorie des stratégies de reconversion de Bourdieu (1992, 1994) sur la reproduction des inégalités sociales ; en effet pour Bourdieu les stratégies de reproduction de maintien des positions sociales constituaient un système et tout changement entraînait sa restructuration qui signifiait la reconversion d’un capital détenu sous une espèce particulière en une autre espèce ; il montrait comment des reconversions pouvaient avoir lieu par déplacement verticaux ou transversaux d’un champ à un autre. Comment sont assurés ces processus de double reproduction sociale dans la société chinoise ? Li Lulu pose l’hypothèse de la double reproduction sociale d’une part, à partir d’un pouvoir institué par l’État et les institutions, et d’autre part, à partir de l’imposition d’une domination sociale et symbolique par les groupes dominants qui produit l’intériorisation des rapports sociaux de domination. Cette théorie fait écho à la théorie du structuralisme génétique mais les formes de reproduction et de domination sociale restent situés dans un contexte socialiste où le pouvoir institué et la domination symbolique sont construits à partir d’ordres culturels, sociaux, institutionnels et politiques liés à l’histoire de la société chinoise.

62Ces analyses pourraient aussi dialoguer avec celles de Baudelot/Establet (2000) et de Beaud/Pialoux (1999) qui ont étudié comment la dévalorisation de la condition ouvrière, l’intensification des conditions de travail, la précarisation des statuts produisent de nouvelles inégalités sociales et maintiennent les mieux dotés scolairement, économiquement et socialement dans des positions et des statuts élevés (Chauvel, 1998). Reste à s’interroger sur la nature de ces points de contact entre théorie chinoise et théorie française.

63Pour appréhender la question fondamentale dans la sociologie chinoise du rapport entre transition vers l’économie de marché et stratification sociale d’autres sociologues ouvrent un espace de débats. Par exemple Liu Xin (2005) rejoint les auteurs précédents en insistant sur la difficulté à répondre à différentes questions : comment les élites maintiennent-elles leur pouvoir dans le passage de l’économie planifiée à l’économie de marché ? comment les mécanismes de pouvoir propres au secteur public peuvent-ils exister dans une économie de marché ? Sachant que la transition chinoise ne peut être assimilée à celle des pays d’Europe de l’Est du fait qu’elle est d’abord définie comme un processus progressif où le système socialiste continue d’agir sur le Marché, où les « anciennes élites » occupent toujours des positions hautes dans la société chinoise.

3. Urbanisation et industrialisation

64Le processus d’urbanisation a stagné en Chine de 1949 à 1979 et à partir de 1979 il va s’accélérer considérablement en même temps que le processus d’industrialisation. Ces deux processus s’étaient étalés sur plusieurs siècles en Occident et ils vont se dérouler ici sur deux décennies. Apparaissent alors des phénomènes économiques et sociaux très propres à la Chine qui font l’objet de nombreux travaux de recherche. Li Peilin dans le chapitre 6 et Li You Mei dans le chapitre 7 montreront dans cet ouvrage en quoi la spécificité de ces processus posent des questions théoriques que nous ne nous sommes pas vraiment posés en Europe de l’Ouest.

65Certaines mégalopoles chinoises ont en effet ouvert dans les années 1990 de nouvelles zones économiques, comme Pudong à Shanghaï par exemple. Selon Li Youmei, dans ce processus d’urbanisation, les paysans sont contraints de développer des compétences adaptatives au « nouveau système » et se trouvent propulsés dans un nouveau milieu urbain et industriel. Mais la mise en œuvre de politiques de réinsertion professionnelle réussira partiellement et une partie de ces paysans restera aux marges de la ville ; ils perdent la terre mais aussi les protections liées à leurs inscriptions en milieu rural. Suite aux réquisitions un certain nombre de paysans passent du statut de « sujet » acquis dans l’ancien système socialiste à celui de « marginal » dans le nouveau système socialiste où l’accès à une place devient difficile. Cette figure du « marginal » résulte ici du vide qui se forme entre l’ancien système d’organisation économique et social et le nouveau ; on ne voit pas de zones transitionnelles se former dans ce processus d’urbanisation accéléré. Les paysans perdent ici leurs terres, les techniques de production, leur sentiment d’appartenance à un village et leur autonomie, et sont contraints de trouver une place dans le nouvel espace productif. Ceux qui n’y parviendront pas envisageront de retourner dans leurs familles (Bai Nansheng, 2002). On voit alors des acteurs locaux politiques et économiques se mobiliser autour d’intérêts tantôt divergents tantôt convergents, des paysans développer de stratégies adaptatives qui réussissent ou non dans le nouvel espace productif ; ces différentes formes de mobilisation rendent compte de la complexité des processus d’intégration et de désaffiliation économique et urbaine dans la société chinoise contemporaine. On voit aussi comment des acteurs économiques et politiques se mobilisent pour gérer les tensions structurelles entre ancien et nouveau système par la mise en place de politiques d’innovation et comment les paysans se protègent en remobilisant d’anciens savoirs locaux. Ces différentes catégories d’acteurs situés à des places différentes dans l’espace social produisent de nouvelles formes d’action collective (Li Youmei, 2005 b, 2006, 2007).

66Li Peilin (2003) à travers un phénomène spécifiquement chinois, les « villages urbains », rend compte des paradoxes inhérent à la complexification de la société urbaine chinoise, notamment des compétences de mobilisation et d’action de paysans qui vivent dans des « enclaves urbaines » nées de ce télescopage entre un ancien système d’organisation économique socialiste et le nouveau. Plus généralement Li Peilin montre comment un processus social, ici le processus d’urbanisation, se développe de manière autonome dans une société complexe et en quoi il est spécifique ; il nous invite largement à dissocier les processus sociaux et économiques de la société chinoise pour penser sa complexité et ses dynamiques propres. « Les villages urbains » apparaissent comme un idéal-type – défini en tant que tel par Li Peilin – qui permet de penser ensemble la question des continuités et des discontinuités entre économie planifiée et économie de marché à travers ce qu’il nomme « le village-unité de travail », les modes de construction locaux des phénomènes de stratification et de différenciation sociale, les permanences et ruptures des réseaux de relations sociales. Il nous montre comment une forme sociale contient de manière concentrée des phénomènes sociaux globaux propres à la société chinoise. Li Peilin démontre comment s’agencent aujourd’hui dans la société chinoise des ordres locaux et des ordres globaux, mais surtout on voit comment ce rapport ordre local/ordre global fonctionne sur un mode propre dans le contexte chinois.

67Li You Mei et Li Peilin posent une question qui constitue un sujet de vive polémique dans le monde académique chinois : peut-on considérer les paysans comme pourvus d’une rationalité économique ? Tous deux répondent positivement mais différemment : dans le premier cas l’acteur apparaît davantage contraint économiquement que dans le deuxième où les paysans développent des micro-organisations économiques propres dans lesquelles certains obtiendront un statut dominant.

68Ces recherches pourraient évoquer certains travaux de la sociologie urbaine française et belge autour des points suivants :

  • les modes de regroupement dans la ville et les modalités spécifiques de l’espace rendent compte d’une définition de la ville et de sa structuration sociale (Rémy, Voyé, 1992, 1998).
  • tous les citadins n’accèdent pas à tous les espaces et territoires urbains qui font l’objet de systèmes de légitimation et de hiérarchies de nature différente, liés à une diversité d’activités et à une hétérogénéité de populations (Joseph, 1998 ; Roncayolo, 1990).
  • les processus de gentrification urbaine et les nouvelles pratiques des classes moyennes (Authier, 1993, Bidou-Zachariasen, 2003).
  • certains espaces apparaissent plus ségrégués que d’autres du fait de l’ampleur prise localement par des processus enchevêtrés et cumulatifs de relégation (Grafmeyer, 1994a, 1994b ; Authier, Bacqué, Guérin-Pace ; 2007, Payet, 1995 ; Van Zanten, 2001, 2007, Berry-Chikhaoui, Deboulet A. Boulleau-Berger L. (dir.)).
  • si la ville contient des ségrégations, elle produit aussi des accessibilités hiérarchisées à différents types d’espaces institués et d’espaces intermédiaires où les citadins développent des compétences de résistance à la précarité (Roulleau-Berger, 1991, 2004a).
  • l’ordre des mobilités et l’ordre des sédentarités rentrent en tension dans la ville (Tarrius, 1995, 2000).

4. Individu et sociétés

69Le concept d’identité est assez peu développé sur la scène sociologique chinoise là où il a pris un statut central dans les sociologies européennes, notamment dans la sociologie française surtout à partir de la fin des années 80 au moment où les théories interactionnistes ont été introduites en France. Par contre la problématique des guanxi est très forte dans tout le champ sociologique chinois. En revanche les chercheurs chinois articulent la question de l’identité et celle des réseaux.

70Yang Yiyin (1998, 2002) dans le chapitre 14 montre comment dans la psychologie culturelle et la psychologie interculturelle se sont développées différentes théories des guanxi. Elle pose l’hypothèse de la fabrication d’un « double nous » dans la construction d’un ordre des interactions ; elle explique comment, pour définir un guanxi interpersonnel, il faut prendre en considération l’héritage du régime de parenté et les relations de confiance et d’obligation réciproque. Le nous est produit d’une part par des guanxi qui dessinent les frontières du « moi » particulières, plus précisément de ce que Fei Xiao Tong appelait le chaxu geju, et d’autre part, par des catégorisations, des identifications et des appartenances sociales. Dans la société chinoise, de notre point de vue, on pourrait dire que les identités pour soi et pour autrui (Goffman, 1975) se construiraient à partir de ce « double nous » là où, dans les sociétés européennes, les identités se construiraient d’abord à partir du moi et du je comme moments du processus du soi au cours duquel l’individu rencontre des autruis et peut alors passer au nous. Selon les formes et types de guanxi la relation individu/groupe se posera différemment et le moi ne sera pas situé au même endroit. Yang Yiyin insiste sur l’importance des guanxi dans la construction des identités individuelles et collectives en rappelant qu’elle est inhérente à la civilisation chinoise passée et présente et en expliquant que la relation Individu/groupe signifie avant tout la construction d’une relation sociale qui ne peut se réduire ni à une catégorisation sociale, ni à un rôle social. L’individu chinois est donc pluriel dans une société en transition où, selon ses ressources sociales, il accède à une plus ou moins grande diversité d’espaces de socialisation.

71Par ailleurs le rapport individu/société a été aussi posé par Liu Shiding (2006) à partir de cette question particulièrement centrale en Chine des droits de propriété. En effet en nous montrant comment propriété d’État, propriété collective, propriété individuelle s’agencent autrement depuis 1979 et font apparaître d’une part des institutions économiques hybrides et d’autre part favorisent l’accès à la propriété de soi, Liu Shiding nous donne à voir comment les supports qui font exister l’individu ont changé. Alors on peut voir comment, dans le contexte de la société chinoise, se construit un individu à la fois propriétaire de biens matériels et symboliques collectifs, de biens sociaux et de biens récemment privatisés ; cet individu accède progressivement à la propriété de lui-même là où l’individu en Europe de l’Ouest peut accéder autrement à la propriété de soi. Une convergence théorique apparaît ici avec les travaux de Robert Castel (2001) qui a parlé « des individus par excès qui ont acquis une surface, une place et des biens, propriétaires d’eux-mêmes, et des individus par défaut, non couverts par les systèmes collectifs ou incapables de s’inscrire dans des collectifs protecteurs, disposant de peu de ressources et de supports, moins propriétaires d’eux-mêmes ». À travers le système de la propriété en Chine est posée la question des ordres de reconnaissance sociale.

72Depuis plus de vingt ans, il est intéressant de voir que sur la scène sociologique européenne, notamment française, l’individu contemporain, qu’il apparaisse incertain (Ehrenberg, 1995), réflexif, autonome… est au cœur de la réflexion sociologique là où il apparaît peu visible sur la scène sociologique chinoise. En Europe, ce phénomène met en évidence l’affirmation du processus d’individuation en tant que processus de civilisation – au sens de Norbert Elias (1991) – qui se caractérise plus par la montée de la norme d’autonomie que par un repli généralisé sur l’espace privé ; il signifie alors autant d’aspirations et de chances pour l’individu que de risques d’échec. Liberté de choix et augmentation de risques existent ensemble dans la construction sociale de l’individu (Elias, 1991) qui incorpore des schèmes différents révélés dans différents contextes (Lahire, 1998). Comme le montre Kaufmann (2001, 2004) si auparavant les structures sociales portaient l’individu, si le niveau de réflexivité était cohérent avec la structure sociale, aujourd’hui la production d’une identité est désormais une condition de l’action et le processus d’individuation passe par l’accès au gouvernement de soi. Les identités des individus se construisent à partir d’une pluralité d’espaces d’appartenances producteurs d’une diversité de socialisations, notamment horizontales (De Singly, 2007). En effet si F. Dubet (1994, 2000) a montré comment l’idée de société conçue comme un ensemble organisé a décliné avec l’autonomisation progressive des hiérarchies et des rapports de classes, les formes de représentation et d’action collective, l’affaiblissement des institutions en mettant à l’épreuve l’individu, M. Wieviorka (1993, 2005) a plus insisté sur la montée des racismes, les phénomènes de fragmentation culturelle, de ségrégation urbaine et de violences des institutions dans un contexte démocratique et, à la suite d’Alain Touraine, pose avec vigueur la question de la construction du sujet comme « ce qui échappe aux logiques des systèmes, du souverain, de Dieu, d’une Communauté et de sa loi, ou qui y résiste » (Wieviorka, 2007).

73L’autonomie devient alors à la fois une aspiration largement partagée et une norme très contraignante (Kokoreff, 2003) devant laquelle les individus seront inégaux. Dans les sociétés européennes où la subjectivité est devenue une question collective, A. Ehrenberg (1995, 2007) a montré qu’était né un « individu incertain » confronté à différentes situations d’indétermination productrices de malaises dans les vies sociales, individu qui oscille entre estime et mépris social, entre estime de soi et honte de soi selon les rôles qu’ils jouent dans les différents espaces d’appartenance et d’activités, et accède difficilement à lui-même (Roulleau-Berger, 1999, 2007B). Sur la scène sociologique française la question de la lutte pour la reconnaissance (Honneth, 2000) est devenue depuis la fin des années 1990 majeure pour rendre compte des nouveaux rapports à l’Autre dans les sociétés contemporaines où se pluralisent les ordres normatifs et où apparaissent de nouvelles fragmentations sociales. Certains anthropologues français, comme F. Laplantine (2007), nous invitent alors à interroger le sujet tel qu’il s’est construit historiquement, philosophiquement, sociologiquement et anthropologiquement en Europe en se demandant s’il ressemble ou non à d’autres sujets construits dans d’autres contextes culturels, voire civilisationnels.

5. État et société

74Dans la sociologie chinoise la question de la relation État/société prend un statut très important. Elle est posée sous différentes formes, inscrite dans des approches théoriques variées, tantôt liée à la question du pouvoir, tantôt à celle des modes de gouvernance, de la construction de l’espace public ou encore des formes de résistance et d’action collective.

a) Pouvoir des « forts » et pouvoir des « faibles »

75Il est particulièrement intéressant de voir que certains sociologues abordent la réalité chinoise plutôt d’un point de vue pragmatiste comme une construction continue des membres qui n’a pas d’autre sens que celui, endogène, qui lui est attribué par les activités mêmes qui la construisent. La domination n’est pas posée comme continue et permanente entre les situations ordinaires de la vie civile et l’État. L’État forme et informe les cadres d’actions et les processus pratiques de la vie civile en lien avec d’autres éléments locaux et contextuels (Guo Yuhua, Sun Liping, 2002 ; Guo Yuhua, 2003). Le pouvoir administratif s’exerce à travers des « constructions de situation » et des « contraintes de situation » sachant que, dans chaque situation, les membres reconstruisent le sens de leurs actions et les modalités de ces actions (Sun Liping, 2002c). Est alors saisie la complexité entre les « forts » et les « faibles », les capacités de résistance des paysans au-delà des grands mouvements collectifs. Les individus face à un État fort utilisent ici des stratégies adaptatives au quotidien qui s’appuient sur des guanxis et produisent alors des espaces sociaux (Xiang Biao, 2002). On voit comment la capacité réflexive des individus est engagée dans les situations d’interactions et les divers contextes de l’activité sociale de tous les jours.

76Si les travaux de Scott (1990) ont été mobilisés pour travailler sur les formes quotidiennes de résistance paysanne et se rapprochent aussi de celles étudiées par Michel De Certeau (1980) quand il parlait des « arts du faible », c’est-à-dire les pratiques ordinaires d’ajustement des dominés aux circonstances, qui sont de l’ordre de la tactique plus que de la stratégie. Cette façon de penser simultanément domination et résistances a été travaillée plus récemment en France dans le cadre de travaux sur les mobilisations individuelles et collectives dans les banlieues ouvrières françaises (Battegay, 1997 ; Kokoreff, 2003 ; Laé, Murard, 1985 ; Mozere, Péraldi, Rey, 1999 ; Lepoutre, 1997, Rabier, 2002 ; Roulleau-Berger, 1991,1999 ; Tarrius, 2000) où des populations en situation précaire confrontées aux épreuves du chômage, de la ségrégation et la discrimination, développent des stratégies de résistance économique, sociale et culturelle à partir d’une « intelligence collective » et de compétences réflexives.

b) Gouvernance et ritualisation

  • 2 D’autres travaux (Zhang Xiao Jun, 2001) se sont aussi inspirés de cette problématique.

77Dans le chapitre 9 Guo Yuhua théorise la question de la gouvernance à partir des rituels d’État en tant que techniques de pouvoir mises en place dans le cadre d’une gestion miniaturisée des relations entre l’État et les paysans (Guo Yuhua, 2001, 2003). Est analysée ici la manière dont les paysans ordinaires se sont laissés convaincre par l’idéal révolutionnaire et l’imposition d’une implication dans la vie politique chinoise ; l’auteur propose de ressaisir les couples État/société, grande tradition/petite tradition, culture supérieure/culture populaire, idéologie dominante/opinion publique pour les mettre en mouvement dans une sociologie « d’en-bas », c’est-à-dire en prenant en considération ce qui fait sens dans la ritualisation de la vie politique et quotidienne des individus et en analysant comment l’État ouvre des espaces publics ritualisés2. L’État et la société civile ne sont à aucun moment pensés dans des rapports d’opposition mais est analysée la complexité des continuités et discontinuités entre État et société civile. Les rituels d’État « font gouvernance », constituent des dispositifs de gestion morale et politique des corps et des esprits, des micro-dispositifs disciplinaires (Foucault, 1975) dans lesquels les individus se présentent comme acteurs dans un espace politique théâtralisé au sens de Geertz. Mais ces rituels d’État prennent appui sur les rituels de la vie ordinaire des paysans.

78En cela, même si cette approche apparaît tout à fait spécifique et contextualisée, on peut cependant voir des points de contacts avec l’analyse pragmatiste qui porte son attention sur les activités pratiques en situation dans lesquelles différentes catégories d’acteurs individuels et collectifs définissent les situations (Cefaï, Joseph, 2002). On ne s’intéresse pas ici à ce que produisent les rituels sur les hommes mais à la façon dont ils comprennent leurs significations et aux conséquences qu’ils en tirent. Il s’agit plutôt d’une réalité de corrélation (Pharo, 1985) entre la compréhension pratique qu’ont les individus des significations de leur univers collectif et ce qui constitue les rituels d’État. On voit comment les citoyens, dans la réflexivité de leurs pratiques liées aux rituels traditionnels, tiennent compte de réalités institutionnelles ou non-institutionnelles, les frontières des territoires interactionnels deviennent alors plus complexes. L’approche de Guo Yhua nous invite aussi à revenir sur le sens moral des civilisations et rejoint par là les nouvelles perspectives de Patrick Pharo (2006).

c) Gouvernance et organisation clanique

79Certaines formes de socialisation – au sens de Simmel (1999) – apparaissent propres à la Chine comme par exemple les clans qu’on peut définir comme des réseaux traditionnels de relations et notamment de parenté. Les clans ont toujours instauré une ritualisation de la vie quotidienne (Tang Jun, 2004). Il s’agit d’une forme de socialisation spécifique qui a toujours existé en Chine et qui constitue un élément structurel de la société chinoise d’hier et d’aujourd’hui. Dans le chapitre 10 Tang Jun montre comment l’État chinois en 1949 avait supprimé le système clanique suspecté de servir les intérêts des classes dominantes. Les membres de ces clans avaient un sentiment d’appartenance fort à un groupe donné et partageaient une conscience commune qui leur a permis de maintenir de manière d’abord discrète puis plus visible ensuite ce système d’organisation clanique. En effet, après les réformes, la gouvernance des villages est devenue plus autonome et progressivement ces structures traditionnelles ont réémergé sous une forme moins ritualisée et plus informelle mais très active dans les processus de socialisation. On voit ici très nettement comment des structures traditionnelles n’ont pas disparu dans un contexte historique où l’État a mis en place des dispositifs politiques pour recouvrir ces structures sociales par d’autres. Dans une société donnée, des formes de socialisation visibles peuvent devenir invisibles et réémerger à nouveau comme formes de socialisation discrètes mais actives ; ce processus de visibilité/invisibilité/visibilité varie selon les périodes historiques, comment il est construit de manière très contextualisée et surtout qu’il est propre à la société chinoise.

d) Nouvelles formes de résistances et actions collectives

80Un nouveau chantier de recherches s’est ouvert au début des années 2000 sur les nouvelles formes de résistance et de mobilisation collective dans la société chinoise à partir des mouvements de résistance des paysans, des travailleurs et des citadins liés à la classe moyenne. Il s’agit ici des nouvelles formes d’action collective portées par des groupes qui se placent dans une relation conflictuelle avec l’État, les gouvernements locaux et des acteurs privés dans une société civile en formation.

81Les travaux de Shen Yuan (2007) ouvrent un champ de recherches sur la façon dont un mouvement citoyen lié au droit de propriété se constitue à partir de la revendication de droits civils et de droits politiques portée par la classe moyenne urbaine chinoise. Dans le chapitre 8 Shen Yuan pose la question de la production d’une société civile en s’appuyant sur la théorie de Gramsci et en convoquant l’approche de l’espace public par Habermas (1990, 1992). La mise en scène des mouvements de propriétaires révèle ici dans l’espace public des situations de tension et de conflit social qui produisent des mobilisations de plus en plus organisées de citadins liés à la classe moyenne émergente. Autour de la question du droit de propriété dans la ville on voit comment des luttes et concurrences dans l’espace urbain s’organisent entre différents catégories de citadins propriétaires de biens économiques, sociaux et politiques et d’autres citadins qui disposent de moins de ressources Mais surtout des citadins liés à la classe moyenne apparaissent producteurs de compétences collectives dans des situations de résistance liées à des nouvelles formes de domination économiques et politiques. La fabrication des compétences de mobilisation et de résistance de citadins dans la ville chinoise traduit la façon dont se construit aujourd’hui de nouvelles formes d’accessibilités à l’espace public et de nouvelles demandes de reconnaissance publique. On voit ici comment l’espace public dans la ville chinoise produit de nouveaux apprentissages et compétences collectives dans la conquête du statut de citoyen à partir de situations de conflit social.

82D’autres chercheurs comme Tong Xin (2002, 2006) dans le chapitre 5 se centrent sur l’analyse de nouvelles formes d’action collective ouvrière dans la société chinoise face à la privatisation des entreprises d’État qui expriment des conflits d’intérêts économiques et politiques. Est posée la question des modes de construction de l’action collective ouvrière dans le contexte de la transition. Elle montre comment les ouvriers avaient intériorisé dans la danwei l’idée d’une interdépendance forte entre l’entreprise et l’État, comment la Réforme a cassé ce schéma et comment les ouvriers se sont sentis dupés, victimes d’inégalités et d’injustices. Les mobilisations ouvrières après la Réforme traduisent une lutte des « dominés » pour une reconnaissance sociale à partir d’une conscience de classe et d’une culture socialiste partagée. On voit ici nettement que si ces formes de mobilisation collective peuvent être mises en relation avec des mouvements sociaux comme ceux qui ont eu lieu récemment par exemple en France à l’occasion de délocalisations d’entreprises, les actions collectives des ouvriers du secteur d’État traditionnel apparaissent comme un phénomène propre à la Chine et donc très contextualisé, notamment dans les revendications des ouvriers face aux types de régimes de propriété.

83On voit alors nettement que les formes de domination dans la société chinoise se diversifient en produisant simultanément de nouvelles formes d’action individuelle et collective qui traduisent des demandes de sens et de reconnaissance fortes dans un contexte où ceux qui étaient protégés par l’État perdent leur statut pour devenir des « dominés ». Ces nouveaux « dominés » se sentent pris pour des « jobards » (Goffman, 1989) qui doivent s’adapter à des pertes, à de la reconnaissance dépréciative. On peut ici faire l’hypothèse que ces nouvelles formes d’action collective expriment des conflits entre des ordres de reconnaissance différents, les premiers étant liés au premier système socialiste et les seconds à la période post-réforme. Ces recherches pourraient dialoguer pour partie avec les recherches sur les mouvements sociaux et plus récemment sur les violences urbaines en France. On se trouve plus ici entre une sociologie des mouvements sociaux et une sociologie des émeutes. En effet ces travaux apparaissent proches d’une sociologie des mouvements sociaux définie par A. Touraine, F. Dubet, M. Wieviorka (1984) quand ils les définissaient comme se plaçant dans un type sociétal donné et organisé à partir du conflit social central où un acteur collectif produisait des formes de lutte sociale. Mais ces recherches chinoises sur les mouvements d’ouvriers et de paysans évoquent aussi les travaux français sur les violences et les émeutes urbaines (Wieviorka, 1999, 2004 ; Lapeyronnie, 2006) qui traduisent des conflits sociaux construits à partir de situations d’inégalités et d’injustices entre les « nantis » et les « exclus de l’intérieur » objets de stigmatisation, discrimination et ségrégation.

e) Espace public et pluralité des ordres normatifs

84D’autres recherches comme celles de Zhang Jing dans le chapitre 11 présentent l’évolution de modes de construction du jugement public de 1968 à aujourd’hui. On voit alors que si, espace public et espace politique tendaient à se confondre, une dissociation très lente de ces deux espaces tend à s’opérer et provoque à la fois la lente émergence d’un individu ayant-droit, d’un individu responsable et autonome dans un espace public en formation. Cette dissociation donne aussi à voir comment l’égalité sociale et la reconnaissance des droits des individus s’imposent comme normes d’action publique ; cette analyse rejoint celle d’Alain Supiot (2005) sur la reconnaissance du principe de solidarité comme garant des droits sociaux et économiques dans des contextes incertains. Dans la production des jugements publics se construisent des accords et des désaccords autour de normes morales et sociales ; des normes et des ordres de reconnaissance se différencient à partir de la diversification de critères de légitimation, d’actes, de pratiques, de discours (Zhang Jing, 2006), et rentrent en conflit autour du partage de la « chose publique ». Cet espace public apparaît ici très différent d’un espace public « démocratique » même si des associations commerciales et rurales, des organisations populaires peuvent investir l’espace public sous contrôle. À partir de l’analyse des conditions de formation d’un espace public Zhang Jing nous invite à revenir sur une des questions théoriques fondamentales en sociologie comme celle de la domination en introduisant la notion de domination civique opposée à celle de domination autoritaire. Elle poursuit son raisonnement sur la citoyenneté référée ici à la conscience publique des membres d’une société et leur capacité d’autonomie, de solidarité et de civilité ; puis elle en vient à poser la question de la politique de reconnaissance des identités individuelles.

85Il faut aussi signaler un ensemble de recherches sur la pluralisation des normes dans un contexte de transformation sociale qui a été produit au début des années 2000 à partir de collaborations entre des sociologues français et chinois : Isabelle Thireau, Wang Hansheng, Guo Yuhua, Liu Shiding, Shen Yuan et Sun Liping (Thireau, Wang Hansheng, 2001) ont travaillé ensemble sur « les formes du juste et les recompositions locales des ordres normatifs » à partir de la restructuration d’un marché rural, la redistribution des terres villageoises, la prise en charge des personnes âgées, la collecte des impôts ou la gestion des affaires communes. Liés aux travaux de Boltanski et Thévenot (1987) ces différentes recherches ont montré comment, dans des disputes ordinaires se construisait une pluralité d’ordres normatifs, comment des accords et des désaccords, des conflits et des négociations s’organisaient autour des usages et du sens du juste et de l’injuste dans des situations d’incertitude et un contexte de transition où les normes apparaissent de plus en plus polysémiques. L’hypothèse forte d’une pluralité de modes d’action et de processus différenciés de légitimation de normes sociales aujourd’hui nous a invités à réfléchir largement sur la complexification de la société chinoise (Thireau, Hua Linshan, 2001)

86Ces approches pourraient être mises en dialogue avec certaines recherches sur l’espace public défini comme une « scène primitive du politique où les appartenances et les identités sont mises en contact et en tension les unes avec les autres » (Joseph, 1998 ; Cefaï, Joseph, 2002). Plus précisément des liens pourraient être établis avec les travaux sur les arènes publiques définies comme des univers pluralistes qui contiennent une pluralité de manières de juger, de croire et d’exister légitimées par des hiérarchies de principes constitutionnels, des dispositifs légaux, des cadres institutionnels et la vie des citoyens ordinaires (Cefaï, 2007 ; Cefaï, Joseph, 2002 ; Verdier, 2007). Enfin des liens très nets apparaissent avec les chercheurs du Groupe de sociologie politique et morale (EHESS, Paris) qui ont largement travaillé sur les régimes de dénonciation, de compassion, d’indignation mais aussi les régimes de la critique, de l’opinion et du partage (Boltanski, Thévenot, 1987 ; Quéré, Ogien, 2006).

PLURALISME SCIENTIFIQUE ET CONTOURS DE LA SOCIOLOGIE CHINOISE

87Dans cet ouvrage nous avons commencé à définir de quoi est fait le pluralisme scientifique de la sociologie chinoise et les contours de cette discipline refondée depuis 1979. Nous partirons ici du constat d’une pluralité de paradigmes en présence dans l’espace sociologique, nous évoquerons les filiations, déplacements et hybridations entre théories chinoises, européennes et certaines approches américaines classiques. Enfin nous poserons l’hypothèse d’une identité de la sociologie chinoise contemporaine.

1. Diversité et pluralité des paradigmes dans la sociologie chinoise

88La sociologie connaît une division interne qui ne correspond pas seulement à un découpage en champs ou en domaines spécifiques mais aussi à des points de vue, des regards différents sur des fragments de la réalité sociale et des façons différentes de les reconstruire. Sun Liping écrit dans le chapitre 1 : « Chaque paradigme donne à voir une face de la réalité différente. Chaque paradigme et cadre théorique possède sa propre fonction analytique ». Il ressort de l’ensemble de ces travaux sociologiques chinois dans le champ académique l’idée d’un pluralisme scientifique où ne semble pas imposée une théorie unifiée et englobante, où il pourrait y avoir des correspondances univoques entre des faits et des propositions théoriques, où a priori, aucune sociologie n’est pensée comme supérieure à une autre. La sociologie chinoise semble admettre plusieurs normes de légitimation scientifique qui permet la production d’une diversité et d’une cohabitation de points de vue, à condition que soit mise en œuvre une vraie dialectique entre pratique et théorie sociologique. Si, en France par exemple, l’interactionnisme symbolique, l’ethnométhodologie, la théorie du choix rationnel, la théorie de l’agir communicationnel, la théorie théoricienne de l’historicité, le structuralisme génétique… se sont refusées parfois réciproquement toute légitimité (Berthelot, 2001), ce ne semble pas être le cas en Chine peut-être du fait que les généalogies historiques des traditions n’ont pas pu se construire de manière continue dans l’histoire de la pensée chinoise.

89Certaines sociologies peuvent nous apparaître à un moment donné plus structuralistes que d’autres, d’autres plus compréhensives ou interactionnistes, mais la diversité des postures de recherches en présence dans l’espace scientifique paraît légitimée en tant que telle dans l’espace académique, elles ne sont pas pensées comme exclusives les unes des autres mais bien susceptibles d’éclairer différentes faces d’un même processus social, économique et politique. Si, dans les années 1980, en France, la sociologie se présentait comme une succession et une juxtaposition de paradigmes concurrents, partiellement sécants (Passeron, 1991), les sociologues chinois n’auront pas connu l’équivalent jusqu’à ce jour, ils explorent des univers théoriques qui naissent de séquences partielles entre différents paradigmes pour produire des approches qui leur sont propres, prêts à identifier une défaillance qu’ils voient comme une tentative heuristique d’éclaircissement épistémologique (Kuhn, 1983).

90Ce pluralisme scientifique traduit un sens de la complexité et de la globalité des phénomènes sociaux approchés dans une perspective dynamique où les postures de recherche n’apparaissent pas fixées, définies dans un espace conceptuel stable mais toujours en mouvement, susceptible de se transformer avec les objets sociologiques qui présentent toujours des faces visibles et des faces cachées et intéressent différentes catégories de sociologues. Et dans ce pluralisme scientifique le processus de production de la connaissance naît d’un continuum entre théorie et pratique. Le chercheur construit alors une écologie des conditions de la production de l’activité, la pratique, la tâche scientifique, éléments qui entretiennent entre eux des relations complexes, multiples, dialectiques, conflictuelles, voire contradictoires (Clarke, 1992).

2. Filiations, déplacements, hybridations

91Les sociologues chinois connaissent, comme nous l’avons vu, les différents courants de la sociologie européenne et américaine, il les distinguent et les associent dans différents travaux sans refuser à l’un ou à l’autre une légitimité donnée. Mais ils procèdent à des agencements de paradigmes et produisent une sociologie susceptible de rendre compte de la complexité de différentes faces du social. En effet considérant que la sociologie comme discipline est née dans la civilisation capitaliste ils produisent une sociologie qui prend vraiment ses ancrages dans la civilisation chinoise d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi dans des filiations, déplacements, hybridations avec des sociologies nord-américaines et européennes.

92Nous avons vu les filiations visibles entre des théories américaines et européennes, notamment françaises. La première filiation est évidente avec le marxisme introduit en Chine dès 1917, elle marque encore le débat sociologique chinois mais elle cohabite avec d’autres filiations. On se souvient aussi que Robert Park et son gendre Robert Redfield, représentants de l’écologie de Chicago, étaient venus enseigner la sociologie en Chine en 1931-1932 et en 1948. D’autres filiations apparaissent alors nettement avec le pragmatisme et l’interactionnisme du côté nord-américain mais aussi avec le constructivisme de Berger et Luckman, la théorie de la rationalisation et la sociologie compréhensive de Max Weber, l’analyse stratégique, les théories de l’acteur, notamment la sociologie de l’action et des mouvements sociaux de Touraine, Dubet etWieviorka. Les filiations apparaissent plus récemment avec les sociologies critiques, notamment avec le structuralisme génétique de P. Bourdieu. Enfin les théories d’Habermas sont largement mobilisées.

93La question des déplacements des fragments de théorie est éminemment complexe. Déplacer signifie traduire, c’est-à-dire faire un travail de décontextualisation-recontextualisation de concepts et de notions construits à un moment donné dans un contexte donné. Le sociologue est ici confronté à la nécessité de s’interroger sur les risques de surplus et de défaillance de sens qu’il peut introduire dans le travail de traduction. Au cours de ces déplacements de fragments de théorie ont lieu des réappropriations, des réinterprétations, des emprunts mais nous avons vu précédemment comment naissent des zones de contacts conceptuelles entre sociologie nord-américaine ou européenne et sociologie chinoise, comment des concepts occidentaux peuvent être sinisés, comment des points de contacts s’établissent véritablement.

94Les hybridations ont toujours lieu à partir de la reconfiguration de concepts qui tient compte de contextes civilisationnels d’hier et d’aujourd’hui. La prise en compte de cet effet de contexte autorise les sociologues chinois à agencer des fragments de théories sur des modes inattendus à partir d’autres points de vue. Si apparaissent des zones de traduisibilité conceptuelle qui donnent à voir comment des heurts, des clivages entre pensée occidentale et pensée chinoise génèrent ou non des hybridations, on peut aussi voir des zones de non-traduisibilité qui naissent des « blancs épistémologiques », c’est-à-dire des espaces de non-correspondance entre la sociologie chinoise et la sociologie occidentale. En effet se pose aussi la question de l’intraduisibilité de concepts entre une pensée sociologique chinoise et d’autres pensées, ce qui ne signifie pas l’échec du passage d’une sociologie à l’autre mais plutôt qu’un rapport ontologique asymétrique est la base de la production de connaissance (Borutti, 1999).

95Certains grands auteurs font peu d’entrées sur la scène sociologique chinoise comme par exemple les sociologues allemands de l’École de Francfort ou Simmel. Les représentants de l’individualisme méthodologique et plus récemment les auteurs européens, nombreux, qui travaillent sur l’individu contemporain, n’apparaissent pas dans les bibliographies. Les sociologues nord-américains spécialistes de la globalisation ne sont pas souvent cités non plus. Les absences d’auteurs participent aussi à dessiner en creux les contours de la sociologie chinoise contemporaine.

3. Identité de la sociologie chinoise contemporaine

96La sociologie française s’est structurée et a évolué depuis les années 1960 autour des paradigmes :

  • du structuralisme génétique de Pierre Bourdieu.
  • la sociologie de l’action et des mouvements sociaux d’Alain Touraine, François Dubet, Michel Wieviorka et Didier Lapeyronnie.
  • l’approche fonctionnaliste et stratégique avec Michel Crozier et Erhard Friedberg.
  • l’individualisme méthodologique de Raymond Boudon.

97Puis, à partir des années 1980, la sociologie française a assimilé la pensée constructiviste de Peter Berger et Thomas Luckman, intégré l’influence des travaux de l’École de Chicago traduits en français par Yves Grafmeyer et Isaac Joseph en 1979, le paradigme interactionniste développé par Erving Goffman, Everett C. Hughes, Howard S. Becker, Anselm Strauss, Herbert Blumer, Tamotsu Shibutani. Enfin la sociologie française a vu se développer dans les années 1990 la sociologie de la justification inventée par Laurent Thevenot et Luc Boltanski, et la sociologie des sciences et des techniques de Callon et Latour.

98Jean-Michel Berthelot (2001) avait posé l’hypothèse que l’espace sociologique contemporain en France s’était organisé autour d’un pôle objectiviste, d’un pôle compréhensif et d’un pôle herméneutique :

  • le pôle objectiviste avait signifié la mise entre parenthèses du sujet. Le structuralisme, notamment le structuralisme génétique de Bourdieu qui avait largement renouvelé l’objectivisme durkheimien pouvait être rattaché à ce pôle.
  • le pôle compréhensif, voire constructiviste fondé sur l’idée que toute activité sociale, tout énoncé prend sens que par l’insertion du sujet dans un contexte.
  • le pôle herméneutique qui s’est construit à l’interface des deux précédents.

99Depuis la fin des années 1970 les pôles constructivistes et herméneutique sont devenus les plus visibles. L’opposition entre le pôle objectiviste et les pôles constructiviste et herméneutique s’est diversifiée et élargie alors que les pôles constructivistes et herméneutique apparaissent proches. Dans ce mouvement Michel Wieviorka (2000, 2007) montre que, depuis la fin des années 1970, en France, le marxisme a perdu l’essentiel de son dynamisme, le structuralisme s’est affaibli, la pensée critique est devenue hypercritique ; il note plusieurs changements :

  • « la fin du social » pour reprendre l’expression de Touraine et la nécessité de penser « globalement » les objets sociologiques.
  • la montée en puissance du sujet : « le sujet n’est pas l’acteur, il est ce qui rend capable d’être acteur, si les conditions le rendent possibles, il est ce qui permet d’agir, de construire son expérience, de la maîtriser jusqu’à un certain point » (Wieviorka, 2007b). Penser le sujet c’est aussi penser « l’anti-sujet » (Wieviorka, 2004). La montée en puissance du Sujet signifie la focalisation dans le débat sociologique français sur l’individu contemporain (Touraine, 2007).
  • la question de l’engagement du chercheur dans l’espace public au-delà de l’engagement politique.
  • le déclin des grandes théories et la fragmentation des grands paradigmes : les sociologues français se sont éloignés de la perspective des théorisations de portée générale.
  • le développement de la sociologie dans un monde « qui n’est plus structuré par les grands conflits » comme la fin de la guerre froide ou le déclin du mouvement ouvrier par exemple. Comment, en qualité de sociologue français, pourrions-nous parler de la sociologie chinoise durant ces trente dernières années ? Différentes conclusions ressortent :
  • l’importance de plus en plus grande de l’effet de la civilisation chinoise d’hier et d’aujourd’hui.
  • la montée de l’idée de « la production de la société » via l’analyse des processus structurels
  • l’émergence de l’Individu à travers la question de la subjectivité et des interactions
  • l’idée de produire des paradigmes émancipés de toute forme de colonisation culturelle et d’un regard surplombant de l’Occident sur la société chinoise

a) Civilisation chinoise et théorie de portée générale

100Nous avons vu qu’une majorité des sociologues chinois s’accordent pour dire que, de manière ouverte ou non, plus ou moins explicite, ils travaillent dans une société en transition, la transition sociale chinoise étant définie comme fait de civilisation communiste. La sociologie de la transition ne s’inscrit ni dans les théories de la modernisation liées au processus de modernisation des pays développés occidentaux, ni dans la sociologie du développement, aujourd’hui « en crise », élaborée à partir de recherches dans les pays d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie orientale depuis les années 1960. Cependant la transition contient des éléments de modernisation sans s’y réduire et contient du développement sans s’y limiter (Sun Liping, 2002b, 2007). Les sociologues chinois mobilisent tous l’effet de contexte culturel, historique, politique qui construit le fait civilisationnel au sens de Braudel (1987) : « Les civilisations sont des réalités de longue, d’inépuisable durée, les civilisations, sans fin réadaptées à leur destin, dépassent donc en longévité toutes les autres réalités collectives ; elles leur survivent ».

101Mais on voit que le contexte civilisationnel est pensé à la fois du point de vue de la civilisation chinoise d’hier, par exemple à travers la permanence des guanxis, et du point de vue de la civilisation chinoise d’aujourd’hui, la civilisation communiste. À partir de l’ordre civilisationnel les sociologues chinois convoquent les processus structurels, les subjectivités et les interactions. Différentes propositions théoriques naissent alors des différents modes d’agencement entre ordre civilisationnel, processus structurels, subjectivités et interactions. Les sociologues chinois ont construit un espace conceptuel original dans le champ de la sociologie internationale où se rencontrent un ordre interactionnel, un ordre subjectif, un ordre structurel et un ordre civilisationnel. C’est à partir d’une pensée propre, d’un raisonnement sociologique propre qu’ils font émerger des espaces conceptuels imprévus dans le raisonnement sociologique occidental.

102Reste à interroger cette imprévisibilité épistémologique qui peut s’expliquer du fait de la nécessité à partir de 1980 d’intégrer les sociologies nord-américaines et européeennes de manière accélérée sans prendre en considération les controverses scientifiques, les conflits de paradigmes dans l’histoire de ces sociologies. En effet on voit ici que, comme le disait Raymond Aron, toute société produit la science sociale dont elle a besoin, et comment la société chinoise favorise la renaissance d’une science sociale de manière accélérée.

103Certaines sociologies chinoises se nomment, d’autres ne se nomment pas. Mais surtout la sociologie se diversifie en produisant des propositions théoriques qui, à partir de l’effet de civilisation chinoise, agencent différemment processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités et se distinguent les unes des autres à partir de statuts différents accordés à chaque concept.

b) De la sociologie de la pratique à la sociologie de la transition

104Sun Liping (2002b, 2007) qualifie sa sociologie de « sociologie de la pratique » :

« Elle analyse les faits sociaux dans leur aspect dynamique, mobile et non statique, considérant que leur état normal réside dans la situation pratique, sans négliger bien sûr les facteurs structurels et institutionnels. Au contraire, il s’agit de porter encore davantage son attention sur les effets produits par les structures et les institutions au cours des processus de fonctionnement. Deuxièmement, elle met l’accent sur la découverte des logiques des choses et des phénomènes au cours des processus pratiques, logiques difficiles à mettre en lumière dans leur état statique… Troisièmement, la pratique est « plus grande » que la structure ou l’institution statique (Sun Liping, 2007, p. 67) ».

105Sun Liping se démarque clairement de la sociologie bourdieusienne qu’il qualifie de statique et propose une sociologie dans laquelle les acteurs jouent des rôles consciemment et où le statut de la subjectivité est pensé en relation avec la diversité et la dynamique des pratiques sociales, les événements historiques et les formes sociales invisibles.

106Les recherches de Guo Yuhua et de Sun Liping à partir du milieu des années 1990 sur les récits de vie des paysans chinois pendant la révolution pour comprendre la reconstruction de l’État et de la société en Chine rurale illustrent parfaitement cette sociologie pratique. Ou encore les recherches de Guo Yuhua et Chang Aishu sur les biographies de chômeurs articulent événements individuels et changements sociaux et historiques au niveau structurel. De même, quand Shen Yuan analyse le processus de reformation de la classe ouvrière en proposant d’analyser des micro-situations de travail ouvrier, les institutions économiques et le contexte de double Transformation à partir de la synthèse des théories de Polanyi et Burawoy, il s’inscrit aussi dans cet espace conceptuel.

107Puis, dans un second temps, la sociologie pratique va être mobilisée pour développer une théorie de la transition sociale comme fait de civilisation communiste-civilisation comme système de valeurs et de fonctionnement de la vie sociale – spécifiquement chinoise car radicalement différente des pays d’Europe de l’Est. Sociologie pratique et sociologie de la transition doivent être mobilisées ensemble pour analyser le changement social dans la société chinoise et plus globalement le grand tournant de civilisation dans lequel les sociologues chinois se placent tout en travaillant sur un niveau microsociologique où ils analysent les interactions de la vie quotidienne et les pratiques sociales.

108Il est intéressant de dire que dans la sociologie de la pratique à la fin des années 1990 les processus structurels, voire civilisationnels, les interactions et subjectivités étaient pensés au début en équivalence ; et progressivement une hiérarchie a été établie entre ces concepts, les processus structurels et civilisationnels ont pris un statut important. On peut supposer que c’est le poids de la transition qui a poussé ces sociologues à donner un nouveau statut aux processus structurels. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un paradigme émergent au sens kuhnien.

c) Pluralisme scientifique et variations théoriques

109Parmi les sociologies qui ne se nomment pas nous en avons distingué trois qui se construisent différemment en fonction du statut accordé aux processus structurels/actions pratiques/interactions/ subjectivités. Il faut préciser qu’un même sociologue peut changer de posture de recherche en fonction des objets de recherche. Les sociologues chinois, à la différence des sociologues français, expriment une souplesse épistémologique évidente liée à leur souci de lier toujours théorie et pratique.

110Ces sociologies se construisent à partir du durcissement d’une position théorique tantôt liée à une tendance structurelle, tantôt liée aux interactions, tantôt liée aux relations Individu/Société.

– Structures et stratégies

111D’autres sociologies naissent à partir d’objets sociologiques qui imposent de mobiliser principalement les processus structurels et le fait civilisationnel ; il s’agit par exemple des travaux en sociologie économique liée à la danwei, l’évolution des institutions économiques… mais aussi de travaux sur la reproduction sociale Certains de ces travaux à travers une problématique des réseaux appelle le concept de stratégies qui jouent ici un rôle secondaire dans le dispositif conceptuel. On retrouverait ici une posture d’inspiration structuralo-fonctionnaliste mais reconfigurée dans le contexte de la civilisation communiste. D’autres travaux sur le processus d’urbanisation, sur les mobilités sociales montrent comment des stratégies individuelles et collectives se construisent dans des situations de contraintes économiques et politiques qui limitent le pouvoir d’action des acteurs dans des contextes de transition.

– Interactions, actions collectives et structures sociales

112Les travaux sur les mouvements sociaux et les mobilisations collectives montrent bien comment le contexte, ici un contexte de transition, produit des interactions et actions collectives de différentes catégories de populations qui produisent des demandes de reconnaissance spécifiques dans la société chinoise. La société est produite par ce que les hommes font ensemble. La capacité interprétative des acteurs apparaît comme une véritable propriété structurale qui sera dite réflexive. Certains travaux sur les relations entre l’État et les individus sont construits à partir des interactions pour aller vers les structures et les sociologues travaillent le rapport interactions/structures en restant toujours dans l’idée qu’il n’y pas d’équilibre stable.

– Structures sociales, individu et subjectivité

113D’autres sociologies font plus de place à l’acteur, acteur contraint par l’État et le Marché dans un contexte de transition mais capable de réflexivité et de se constituer en Sujet, par exemple dans les travaux des processus d’intégration économique et sociale des migrants. La société chinoise est pensée ici comme une réalité objective et subjective et la symétrie entre réalité objective et réalité subjective n’est jamais pensée comme statique ni définie une fois pour toutes. Se pose alors la question de la construction de l’individu. Les sociologues chinois expliquent qu’en Europe de l’Ouest la formation de l’État-Nation a produit la formation d’un citoyen moderne alors qu’en Chine l’individu est simultanément pensé en relation à partir des destins individuels et collectifs au cours de différents moments historiques. La subjectivité est complètement pensée autrement ici et elle est liée à la formation du “nous” et du “eux” dans un contexte de stratification sociale, de montée des conflits sociaux et de crise de la confiance en l’Autre.

114Là où la sociologie française s’était construite à partir des couples fatals individualisme/holisme, objectivisme/subjectivisme, microsociologie/macrosociologie, la sociologie chinoise ne se construit pas à partir d’une pensée binaire mais plutôt plurielle

115On peut d’ailleurs se demander en quoi ces sociologies chinoises interrogent les paradigmes de la sociologie occidentale. Et si Kuhn (1983) accordait une attention toute particulière au rôle de l’histoire dans le processus de développement de la science nous sommes largement invités à considérer les effets de civilisation sur les modes et les types de production des paradigmes. Aujourd’hui, la Chine devient incontournable dans un contexte de globalisation, et nous permet de convoquer des « pensées d’un dehors » – pour reprendre l’expression de François Jullien (2000) – pour interroger nos pensées du dedans. Convoquer des pensées d’un dehors permet alors de retrouver des marges de manœuvre théoriques, de produire de la reconfiguration en bousculant des catégories établies, sans pour autant y renoncer. En acceptant de passer par des hétérotopies on se donne la possibilité de voir les angles morts de nos pensées d’un dedans et d’échapper à des filiations théoriques familières.

116La sociologie chinoise a trouvé un essor très rapide depuis une vingtaine d’années. L’abondance des productions scientifiques témoigne d’une dynamique intellectuelle forte qui produit une vraie originalité et de vraies spécificités, liées à une histoire de la pensée chinoise et à la complexité d’un contexte sociétal. Si, dans un premier temps, les influences des sociologies occidentales ont pu jouer sur les conditions de réinvention de la sociologie chinoise, la tendance risque de s’inverser dans les années à venir dans le champ international de la sociologie avec le développement d’une discipline dans une société en grande transformation, très dynamique et vigoureuse.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AUBERT, C. (2006) : Entreprise rurale in Dictionnaire de la Chine contemporaine, Paris, A. Colin.

AUTHIER, J.Y., (1993) : La Vie des lieux. Un quartier du Vieux-Lyon au fil du temps, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

AUTHIER, J.Y., BACQUÉ, M.-H., GUÉRIN-PACE, F. (2007) : Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, coll. « Recherches ».

BAI NANSHENG & HE YUPENG (2002) : Huixiang haishi waichu ? Anhui sichuan ersheng nongcun waichu laodongli huiliu yanjiu (Retour au pays natal ou immigration vers les grandes villes ? Étude du phénomène du retour au pays natal chez la population des travailleurs migrants de l’Anhui et du Sichuan), Shehuixue yanjiu, Recherche Sociologique, Vol. 2.

BARNES, J.A. (1972) : Social networks, Reading, Mass, Addison – Wesley.

BATTEGAY, A. (1997) : Parcours et mouvances associatives : entre affirmation d’un droit de cité et gestions politiques, Migrations études, n° 69.

BAUDELOT, C., ESTABLET, R. (2000) : Avoir 30 ans, en 1968 et 1998, Paris, Le Seuil.

BEAUD, S., PIALOUX, M. (1999) : Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard

BECKER, H. S. (1985) : Outsiders, Paris, Métailié.

BECKER, H. S. (1986) : Doing things together, Evanston, Northwestern University Press.

BECKER, H. S. (1988) : Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion.

BECKER, H. S., MAC GALL, M. M. (1990) : Symbolic interaction and cultural studies, Chicago, University of Chicago Press.

BERGER, P., LUCKMANN, T. (1986) : La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck.

BERGER, S., PIORE, M. (1980) : Dualism and discontinuity in industrial societies, New York, Cambridge University Press.

BERTHELOT J.-M. (2001) : Epistémologie des sciences sociales, Paris, PUF.

BEVORT, A. LALLEMENT, M. (2006) : Capital social et théories sociologiques : une esquisse de panorama, in : BEVORT, A. LALLEMENT, M. (2006) : Le capital social, Paris, La découverte.

BIDOU-ZACHARIASEN, C. (dir.) (2003) : Retours en ville, des processus de “gentrification”urbaine aux politiques de “revitalisation des centres”, Paris, Éditions Descartes.

BLUMER, H., (1969) : Symbolic interactionism : perspective and method, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall.

BOLTANSKI, L., THEVENOT, L. (1987) : Les économies de la grandeur, Cahiers du CEE, Paris, PUF.

BORUTTI, S. (1999) : Interprétation et construction, in Affergan, F. : Construire le savoir anthropologique, Paris, PUF.

BOURDIEU, P (1978) : Classement, déclassement, reclassement, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 24.

BOURDIEU, P (1979) : La distinction, Paris, Éditions de Minuit.

BOURDIEU, P. (1993) : La Misère du monde, Paris, Seuil.

BOURDIEU, P. (1992) : Raisons pratiques, Paris, Seuil.

BOURDIEU, P. (1994) (avec L. Wacquant) : Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil.

BRAUDEL, F. (1987) : Grammaire des civilisations, Paris, Flammarion.

CASTEL, R. (1991) : De l’indigence à l’exclusion : la désaffiliation, in DONZELOT, J. (dir.) Face à l’exclusion, Paris, Esprit.

CASTEL, R. (1995a) : Les pièges de l’exclusion, Lien social et politiques-RIAC 34.

CASTEL, R. (1995b) : Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.

CASTEL, R. (2001) : Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Fayard.

CASTEL, R. (2005) : L’insécurité sociale, Paris, Seuil.

CASTEL, R. (2007) : Au-delà du salariat ou en deçà de l’emploi ? L’institutionnalisation du précariat in PAUGAM, S. : Repenser la solidarité : l’apport des sciences sociales, Paris, PUF.

CEFAI, D. (2007) : Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte.

CEFAI, D., JOSEPH, I. (2002) : L’héritage du pragmatisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

CERTEAU, M. DE (1980) : L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Gallimard Folio.

CHAPOULIE, J. M. (2000) : La Tradition sociologique de Chicago : 1892-1961, Paris, Seuil.

CHAUVEL, L. (1998) : Le Destin des générations, Paris, PUF.

CHEN SHUDE : Shehuixue lishi yanjiu de huigu yu fansi (Les réflexions de la recherche sur l’histoire sociologique chinoise), zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise), 1989-1993.

CHEN YINGFANG (2006) : Nongmingong : zhidu anpai yu shenfen rentong (Paysan travailleur : arrangement institutionnel et identité), zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise), n° 5.

CHEN YINGYING, ZHE XIAOYE (2003) : Shequ de shijian –“chaoji cunzhuang”fazhan de licheng (La mise en œuvre des communautés urbaines – Parcours de développement du « super village »), Hangzhou, Zhejiang renmin chubanshe.

CHEN YINGYING (2004) : Zhiye jiegou yu liudong (Structure et mobilité professionnelle), Pékin, Dongfang chubanshe.

CHEN YINGYING, ZHE XIAOYE (2005) : Ziben zeyang yunzuo – dui « gaige » zhong ziben nengdongxing de shehui fenxi (Comment fonctionne le capital ? – Analyse sociologique sur la mobilité du capital dans les « réformes »), Zhongguo shehuixue wang (Réseau de la sociologie chinoise), http://www.sociology.cass.net.cn/shxw/qt/t20050310_5299.htm

CHEN YINGYING & al. (2005) : Zhongguo yanhai fada diqu shehui bianqian diaocha (Études sur les changements sociaux dans les régions côtières développées de la Chine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

CHENG BOQING (2004) : Shehuixue de xiuci (La rhétorique de la sociologie), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise), n° 3.

CHENG MEIBAO (2001) : Cong minsu dao mizu : difang wenhua yu guojia rentong (Du folklore à l’ethnique : culture locale et identité nationale), Qinghua shehuixue zazhi (Revue de sociologie de Tsinghua), Vol. 1.

CHIAPELLO, E., BOLTANSKI, L. (1999) : Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

CLARKE, A., FUJIMURA, J. H. (1992) : What tools ? Which jobs ? Why rights ? in The right tools for the job. At Work in twentieth-century life sciences, Princeton, Princeton University Press.

DAI JIANZHONG : Siyou jingji fazhan de waibu huanjing he neibu jizhi (L’environnement extérieur et le système intérieur du développement de l’économie privée chinoise), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise), 1992.7~1995.6.

DE GAULEJAC, V., TABOADA-LEONETTI, I (1992) : La Lutte des places, Paris, Desclée de Brouwer.

DE RUDDER, V., POIRET, C., VOURCH’, F. (2000) : L’inégalité raciste. L’universalité républicaine à l’épreuve, Paris, PUF.

DE SINGLY (2007) : Société des individus et transformations de la sociologie in WIEVIORKA, M. (ed.) : Les sciences sociales en mutation, Auxerre, Éditions Sciences Humaines.

DE SINGLY, F. (1992) : L’enquête et ses méthodes : le questionnaire, Paris, Nathan.

DEMAZIERE D, (2006) : La sociologie des chômeurs, Paris, La Découverte.

DING YUANZHU : Shequ yanjiu de fazhan gaishu (La généralité du développement de la recherche sur les communautés), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

DUBET, F. (1994) : Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil.

DUBET, F. (2000) : Les Inégalités multipliées, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

DUBET, F. LAPEYRONNIE, D. (1992) : Quartiers d’exil, Paris, Seuil.

EHRENBERG, A. (1995) : L’individu incertain, Paris, Calmann-Lévy.

EHRENBERG, A. (1998) : La Fatigue d’être soi, Paris, Éditions O. Jacob.

ELIAS, N. (1991) : La Société des individus, Paris, Fayard.

FANG HUIRONG (2003) : Wushijianjing yu shenghuo shijie zhong de zhenshi : xicun nongmin tudi gaige shiqi shehui shenghuo de jiyi (L’état du « non-événement » et la « vérité » dans le monde de la vie : la mémoire de la vie sociale des paysans du village de Xi à l’époque de la réforme agraire), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise), n° 2.

FANG MING : Shehui zhuangkuang de fenxi ji yu ce – yixiang zuijin kaishi de yanjiu (L’analyse et les prévisions de la situation sociale – une recherche récemment commencée), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989-1993.

FEI XIAOTONG : Du Ma jiaoshou de “wenhua xianzhuang” yougan (Après la lecture de “L’actualité de la culture” du professeur Ma), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1995.7~1998.6.

FEI XIAOTONG : Shehuixue chongjian de huigu (État des lieux sur le rétablissement de la sociologie), Zhongguo shehuixue nian jian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

FEI XIAOTONG : Shu fengqi yu rencai (Développer l’esprit, cultiver des personnes qualifiées), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

FEI XIAOTONG : Zhongguo wenhua he xin shiji de shehuixue, renleixue (La culture chinoise et la sociologie, l’anthropologie du nouveau siècle), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1995.7~1998.6.

FEI XIAOTONG (1985) : Xiangtu zhongguo (La Chine rurale), Pékin, Sanlian chubanshe.

FENG XIAOTIAN : Diaocha fangfa de fangfalun beijing (Le contexte méthodologique de la méthode d’enquête), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

FENG XIAOTIAN : Shehuixue fangfa yanjiu gaishu (Généralités sur la recherche sur les méthodes en sociologie), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

FOUCAULT, M. (1975) : Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

GLAZER.B. G., STRAUSS, A. L. (1967) : The discovery of grounded theory, Chicago, Aldine Publishing Company.

GOFFMAN, E. (1968) : Asiles, Paris, Minuit.

GOFFMAN, E. (1973) : La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit.

GOFFMAN, E. (1975) : Stigmates, Paris, Minuit.

GOFFMAN, E. (1989) : Calmer le jobard : quelques aspects de l’adaptation à l’échec, in Le parler-frais d’Erving Goffman, Paris, Minuit.

GRAFMEYER, Y., (1994a) : Sociologie urbaine, Paris, Nathan.

GRAFMEYER, Y., (1994b) : Regards sociologiques sur la ségrégation, in La Ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan.

GRAFMEYER, Y., JOSEPH, I. (dir.) (1979) : L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier-Montaigne, 3e ed., 1990.

GRAMSCI. A. (1977) : Gramsci dans le texte, Paris, Éditions Sociales.

GRANOVETTER, M. (1974) : Getting a job : a study of contacts and careers, Cambridge, Harvard University Press.

GRANOVETTER, M. (1994) : Getting a job : a study of contacts and careers, Chicago, University of Chicago Press.

GRANOVETTER, M., SWEDBERG, R. (1992) : The sociology of economic life, Boulder, Westview Press.

GUIHEUX, G. (2004) : Les ressources localisées d’une entreprise privée en Chine centrale, Genèses, n. 56.

GUOYUHUA, YANG YIYIN, YING XING (1999) : Shiye gongtongti – di san bumen jili jizhi ge an tansuo (Les communautés professionnelles – Exploration du cas du mécanisme d’encouragement du troisième département), Hangzhou, Zhenjiang remin chubanshe.

GUOYUHUA (2000a) : Zai xiangye zhong yuedu shengming (Lire la vie dans les campagnes), Shanghai, Shanghai wenyi chubanche.

GUOYUHUA (ed.) (2000b) : Yishi yu shehui bianqian (Rituels et changement social), Pékin : Zhonggo shehui kexue wenxian chubanshe.

GUOYUHUA (2001) : D’une forme de réciprocité à l’aure. Une analyse de la prise en charge des personnes âgées dans les villages du Hebei in THIREAU, I. et WANG HANSHENG : Disputes au village chinois, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

GUOYUHUA et SUN LIPING (2002) : Suku : yizhong nongmin guojia guannian xingcheng de zhongjie jizhi (Le mouvement de dénonciation des souffrances : un mécanisme intermédiaire de production de la notion d’État chez les paysans), Zhongguo xueshu (Recherche académique en Chine) n. 4.

GUOYUHUA (2003) : Xinling de jitihua : Shanbei jicun nongye hezuohua de nv xing ji yi (Collectivisation de l’âme : mémoire féminine de l’instauration des coopératives agricoles du village de Ji dans le nord du Sha’an Xi), Zhongguo shehui kexue, Sciences sociales de Chine, n° 4.

GUOYUHUA et CHANG AISHU (2006) : Life Cycle and Social Security : a Sociological Exploration of the Life Course of Laid-off workers, Social Sciences in China, vol. 26, n° 1.

GUO ZHIGANG (2004) : Jiegou, fenceng moxing (Unité d’analyse, structure et modèles de stratification), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 3.

HABERMAS, J. (1990) : Écrits politiques, Paris, Éditions du Cerf.

HABERMAS, J. (1992) : « L’espace public, trente ans après », Quaderni, n° 18.

HONNETH, A. (2000) : La lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

HUANG PING : Zhongguo dangdai zhishifenzi : shehui yanbian de canyuzhe he daibiao (Les intellectuels contemporains chinois : acteurs et représentation de l’évolution sociale), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

HUGHES, E.C., (1996) : Textes rassemblés et présentés par J.M. CHAPOULIE : Le regard sociologique, Paris, Éditions de l’école des hautes études en sciences sociales.

JIANG SHIGONG (2002) : Xiangcun shehui de sifa shijian (Pratique judiciaire dans les campagnes : savoir, technique et pouvoir), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 1.

JOSEPH, I. (1998) : La ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

JULLIEN, F. (2000) : Penser d’un dehors (La Chine), Paris, Seuil.

KAUFMANN, J.-C. (2001) : Ego : pour une sociologie de l’individu, Paris, Nathan.

KAUFMANN, J.-C. (2004) : L’invention de soi, Paris, A. Colin.

KOKOREFF, M. (2003) : La force des quartiers, Paris, Payot.

KUHN, T. (1983) : La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion.

LAE, J.-F., MURARD, N. (1985) : L’argent des pauvres, Paris, Seuil.

LAHIRE, B. (1998) : L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan.

LALLEMENT, M. (2007) : Le travail, une sociologie contemporaine, Paris, Gallimard.

LAPEYRONNIE, D. (2006) : Révolte primitive dans les banlieues françaises, Déviance et Société, n° 30.

LAPLANTINE, F. (2007) : La question du sujet dans le social et dans les sciences sociales aujourd’hui, in WIEVIORKA, M. : Les sciences sociales en mutation, Auxerre, Éditions Sciences Humaines.

LAVILLE, J.L., CATTANI, A.D. (2007) : Dictionnaire de l’autre économie, Paris, Gallimard.

LAVILLE, J.C., (1999) : Une troisième voie pour le travail, Paris, Desclée de Brouwer.

LAZEGA, E. (2006) : Échanges socio-économiques et analyse de réseaux, in ALTER, N. (ed.) (2006) : Sociologie du monde du travail, Paris, PUF.

LE GALES, P. (2003) : Le retour des villes européennes ? Sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernement, Paris, Presses de Sciences Po.

LEI JIEQIONG : Jingji shehui de hexie fazhan (Le développement harmonieux de l’économie et de la société), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

LEI JIEQIONG : Lun jingji shehui de hexie fazhan (Essai sur le développement harmonieux de l’économie et de la société), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

LEPOUTRE, D. (1997) : Cœur de banlieue, Paris, Éditions Jacob.

LI QIANG (2006) : Nongmingong yu Zhongguo shehui fenceng (Paysansouvriers et couches sociales en Chine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LI QIANG (2004) : Zhuanxing shiqi Zhongguo shehui fenceng (Couches sociales dans la Chine en transition), Shenyang, Liaoning jiaoyu.

LI CHUNLING (2003) : Institutional and Non-institutional Path : Different Processes of Socioeconomic Status Attainment of Migrants and Non-migrants in China, Institute of Sociology, Chinese Academy of Social Sciences.

LI CHUNLING (2005a) : Duanlie yu suipian. Dangdai zhongguo shehui jieji fenhua qushi de shizheng fenxi (Clivages et fragments. Une analyse empirique sur la stratification sociale de la Chine contemporaine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LI CHUNLING (2005b) : Dangdai Zhongguo shehui de shengwang fenceng (La stratification de prestige en Chine contemporaine), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 4.

LI CHUNLING (2006) : Dang dai zhong guo xian dai hua jin cheng zhong de she hui jie gou ji qi bian qian, (Structure sociale et mobilisation dans le processus de modernisation en Chine contemporaine), Hangzhou, Zhejiang renmin chubanshe.

LI HANLIN, LI LULU (2003) : Ziyuan yu jiaohuan : zhongguo danwei zuzhi zhong de yilaixing jiegou (Ressources et échanges : la structure de dépendance dans les unités de travail en Chine), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 2.

LI HANLIN (1993) : Zhongguo danwei xianxiang yu chengshi shequ de zhenghe jizhi (Le phénomène de l’unité de travail en Chine et le mécanisme d’intégration dans les quartiers urbains), Shehuixue yanjiu (Recherches en sociologie) Vol 5.

LI HANLIN (2005) : Guanxi qiangdu yu xuni shequ (Intensité de la relation et communauté virtuelle), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 4.

LI HANLIN, LI LULU, WANG FENYU (1995) : Zhongguo danwei xianxiang yanjiu ziliaoji (Documents sur les recherches sur le phénomène de l’unité de travail en Chine), Pékin, Zhongyang wenxian chubanshe.

LI LULU : Qiye shi shenme – yi ge guoyou qiye yunying fangshi de geren diaocha (Qu’est-ce que l’entreprise ? – une enquête individuelle sur le mode d’exploitation de l’entreprise d’État), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

LI LULU (1997) : Siying qiyezhe de shehui beijing youyu qiye chenggong (L’origine sociale des entrepreneurs privés qui ont du succès dans les affaires), in Zhongguo shehui kexue (Sciences sociales en Chine) vol.2.

LI LULU (1993) : Zhongguo de danwei xianxiang yu tizhi gaige (Le phénomène de l’unité de travail en Chine et la réforme du système), Zhongguo shehui kexue jikan (Revue trimestrielle des sciences sociales chinoises).

LI LULU (2003) : Zhidu zhuanxing yu fenceng jiegou de bianqian : cong “jianjie zaishengchan” dao “jianjie yu zhijie zaishengchan” bingcun (Transition institutionnelle et évolutions de la stratification sociale : de la « reproduction indirecte » à la coexistence des reproductions « indirecte » et « directe »), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n. 5.

LI LULU (2005) : Zhidu zhuanxing yu jiecenghua jizhi de bianqian (Transition institutionnelle et évolution des mécanismes de stratification), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 4.

LI LULU (2006) : Zaishengchan yu tongzhi : shehui liudong jizhi de zaisikao (Reproduction sociale et dominance : nouvelle réflexion sur les mécanismes de mobilité sociale), in Shehuixue yanjiu (Recherches sociologiques) vol. 21, n. 2.

LI MENG, ZHOU FEIZHOU, LI KANG (1996), Danwei : zhiduhua zuzhi de neibu jizhi (L’unité de travail : les mécanismes internes de l’organisation institutionnalisée), Zhongguo shehui kexue jikan, (Revue trimestrielle des sciences sociales chinoises).

LI MENG : Guowai shehuixue yanjiu gaishu (Généralité sur la recherche en sociologie à l’étranger), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

LI PEILIN (2002a) : Urban Industry in Rural China”, Social Sciences in China, Vol. XIX, No.1. 1998

LI PEILIN (2002b) : Introduction : Changes in Social Stratification in China Since the Reform, Social Sciences in China, vol. XXIII, n° 1, Spring 2002.

LI PEILIN (2002c) : Zai lun lingyizhi kanbujian de shou (Propos sur “ l’autre main invisible »), zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 1.

LI PEILIN (2003) : Jubian : cunluo de zhongjie. Yiyi doushili de cunzhuang yanjiu (Une mutation considérable : la fin des villages. Recherche sur les villages au sein des villes), in LI LI PEILIN (ed.) : Nongmingong – Zhongguo jincheng nongmingong de jingji shehui fenxi (Les paysans-ouvriers – Analyse socio-économique des paysans-ouvriers qui s’installent dans les villes chinoises), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LI PEILIN (2005) : Lingyi zhi kanbujian de shou – shehui jiegou zhuanxing (Une autre main invisible – la transition de la structure sociale), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LI PEILIN (2007) : Introduction : the Building of a harmonious society ant the China Experience, “Social Sciences in China, Autumn 2007, vol. XXVIII, n° 3.

LI PEILIN, QIN FANGMING (eds.) (2005) : Shehuixue lilun yu jingyan (Théorie et expérience en sociologie), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LI PEILIN, ZHANG YI (2000) : Guoyou qiye shehui chengben fenxi (Analyse du coût social des entreprises d’État), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LI QIANG (1997) : Zhongguo fupin zhi lu (La voie chinoise de lutte contre la pauvreté), Kunming, Yunan renmin chubanshe.

LI QIANG : Shichang zhuanxing ji Zhongguo jumin de shouru chaju wenti (La transition de marché et le problème des écarts de revenus en Chine), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1995.7~1998.6.

LI QIANG (2000) : Zhongguo chengshi zhong de eryuan laodongli shichang yu diceng jingying wenti (Dualité du marché du travail et la question des élites de base), Qinghua shehuixue zazhi (Revue de sociologie de Tsinghua) Numéro spécial n. 1.

LI QIANG (2001) : Woguo shiye xiagang wenti duibi yanjiu (Études sur le problème des chômeurs et des xiagang en Chine), Pékin, Qinghua daxue chubanshe.

LI QIANG (2002) : Stratification in China’s Urban society during the transition period, Social Sciences in China, vol. XXIII, n° 1, Spring 2002.

LI YIXIAN : Shequ jiaoyu de lilun he shijian (La théorie et la pratique de l’éducation communautaire), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

LI YOUMEI (2005a) : Shehui jiegou zhong de “bailing” jiqi shehui gongneng — yi 20 shi ji 90 nian dai yi lai de shang hai wei li (Les “cols blancs” dans la structure sociale et leur fonction sociale. Le cas de Shanghai depuis les années 1990), Shehuixue yanjie (La recherche en sociologie), n. 6.

LI YOUMEI (2005b) : Dangqian shetuan zuzhi de zuoyong jiqi guanli tixi (Le rôle des organisations sociales actuelles et leur système de gestion), Tansuo yu zhengming (Exploration and Free views), n° 12.

LI YOUMEI (2006) : Minjian zuzhi yu shehui fayu (Organisation civile et développement de la société), Tansuo yu zhengming (Exploration and Free views), n° 4.

LI YOUMEI : (2007), Shequ zhili : gongmin shehui de weiguan jichu (La gouvernance de communautés : base micro de la société civile), Shehui (Société), n° 2.

LI YOU MEI (2007) : Rebuilding basic social identity and a new collective cooperative capacity, Social Sciences in China, Autumn 2007, vol. XXVIII, n° 3.

LI MENG, ZHOU FEIZHOU, LI KANG (2003) : Danwei : zhiduhua zuzhi de neibu jizhi (Danwei : les mécanismes internes des organisations institutionnelles), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 2.

LIN BIN : Shehuixue fangfa yanjiu ji yingyong gaishu (Généralités sur l’application des méthodes en sociologie), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

LIU DAN (2001) : Citang de fazhan yu bianqian : yi jiangxi liukengcun weili (Développement et évolutions des temples ancestraux dans le village de Liukeng dans la province du Jiangxi), Qinghua shehuixue zazhi (Revue de sociologie de Tsinghua) Vol. 1.

LIU ERDUO (2006) : Chengshi laodongli shichang jiegouxing duanque yu mingonghuang (Carence structurelle du marché urbain de main-d’œuvre et “pénurie de paysans travailleurs”), Renkou xuekan (Revue de démographie), juin 2006.

LIU FENG : youguan chengzhen qiye yanglao baoxian zhidu jibenxing shi de yanjiu (Recherche sur le modèle fondamental du système d’assurance retraite des entreprises de bourg), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

LIU SHIDING (1995) : Zhengfu dui wailai nongmingong de guanli —“Guangdong wailai nongmingong kaocha” baogao zhi san, (Gestion des travailleurs migrants par les gouvernements – troisième rapport d’étude sur les travailleurs migrants dans le Guangdong), Guanli shijie (Le monde de la gestion), 1995.6.

LIU SHIDING et al. (1997) : Chanye shequxing liudong : Zhongguo nongmin jinru chengshi de yi zhong dute fangshi — yi “Zhejiangcun” wei anli (Migration de propriété et de communauté : une voie particulière d’entrée des paysans chinois en ville. Le cas du « village Zhejiang »), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie), n. 1.

LIU SHIDING (2001) : De la préférence individuelle au choix collectif. Un cas de redistribution des terres en Chine rurale, in THIREAU, I. et WANG HANSHENG : Disputes au village chinois, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

LIU SHIDING (2002) : L’alliance entre un grand marché et une multitude d’ateliers domestiques, Études rurales, n° 161-162, janvier – juin 2002.

LIU SHIDING (2004) : Weilai shinian Zhongguo shehui mianlin de ruogan wenti (Quelques problèmes auxquels la société chinoise va faire face dans les dix prochaines années), in : 2004 Zhongguo fandichan lingdaoli qianyan baogao (Rapport 2004 sur la force d’entrainement de l’immobilier en Chine), Pékin, Zhongguo chubanshe.

LIU SHIDING (2006a) : Zhongguo shehui yanjiu zhong de xueshu zijue (Conscience scientifique dans la recherche sociologique chinoise), in YU HUIFANG, ZHU ZHIYONG : Zhongguo shehui de yunxing yu bianqian : lilun yu quanshi (Fonctionnement et transformations de la société chinoise : théories et interprétations), Pékin, Beijing daxue chubanshe.

LIU SHIDING (2006b) : Zhanyou zhidu de sange weidu ji zhanyou rending jizhi (Trois dimensions du système de possession et le mécanisme de reconnaissance de la possession), Zhongguo shehuixue, Sociologie chinoise n° 5.

LIU XIN (2005) : Shichang zhuanxing yu shehui fencing (Transition de marché et stratification sociale), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 4.

LU FENG (1989) : Danwei : yi zhong teshu de shehui zuzhi xingshi (L’unité de travail – une forme particulière d’organisation sociale), Zhongguo shehui kexue (Les sciences sociales chinoises), vol. 1.

LU XUEYI (2001) : Dangdai Zhongguo shehui jieceng yanjiu baogao (Rapport d’étude sur la stratification sociale de la Chine contemporaine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LU XUEYI (2002) : China’s Modernization Process : Urbanization of rural areas, Social Sciences in China, vol. XXIII, n° 1.

LU XUEYI : Ershiyi shiji de yazhou shehui ji shehuixue (La société et la sociologie asiatiques du xxème siècle), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

LU XUEYI : Shehuixue ying zhongshi nongmin wenti yanjiu (La sociologie doit prendre en considération l’étude des problèmes des paysans), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1979~1989.

LU XUEYI : Xin Zhongguo shehuixue wushi nian (Cinquante ans de sociologie de la Chine Nouvelle), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1995.7~1998.6.

LUO HONGGUANG (2000) : Budeng jia jiaohuan : weirao caifu de laodong yu xiaofei (La richesse autour du travail et de la consommation), Hangzhou : Zhejiang renmin chubanshe.

LUO HONGGUANG. (ed.) (2003) : Wenhua yanjiu xin cidian (Nouveau dictionnaire d’études culturelles), Changchun, Jilin renmin chubanshe.

LUO HONGGUANG : Budeng jia jiaohuan de yanjiu (La recherche sur l’échange inégalitaire), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1995.7~1998.6.

MARUANI, M., REYNAUD, E. (2004) : Sociologie de l’emploi, Paris, La Découverte.

MERLE, A. (2007) : De la reconstruction de la discipline à l’interrogation sur la transition : la sociologie chinoise à l’épreuve du temps, in : « La Chine en transition : regards sociologiques » Cahiers internationaux de sociologie, vol. CXXII.

MICHELL, J.C. (1973) : Networks, norms and institutions in BOISSEVAIN, J., CLYDE MITCHELL, C. (eds) : Networks analysis, La Haye, Mouton.

MIEGE, P. (2005) : Les évolutions de la danwei dans la Chine des Réformes : une analyse des changements de la société urbaine (1978-2004) ; Thèse de doctorat, EHESS, Paris.

MOZERE, L., PERALDI, M., REY, H. (1999) : Intelligence des banlieues, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

NICOLE-DRANCOURT, C., ROULLEAU-BERGER, L. (2001) : Les jeunes et le travail 1950-2000, Paris, PUF.

PARADEISE, C. (2003) : The French sociology of work and labor from workshops to labor markets to careers in networks, Organisation studies, n° 24/4.

PASSERON, J.-C. (1991) : Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan.

PAUGAM, S. (1991) : La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF.

PAUGAM, S. (2000) : Le salarié de la précarité, Paris, PUF

PAUGAM, S. (2005) : Les formes élémentaires de la pauvreté, Paris, PUF.

PAYET, Jean-Paul (1995) : Collèges de banlieue : ethnographie d’un monde scolaire, Paris, Méridiens Klincksieck.

PEI XIAOMEI (2000) : Chuantong wenhua yu shehui xianshi : laonianren jiating guanxi chutan (Culture traditionnelle et réalité sociale : étude préliminaire sur les relations familiales des personnes âgées), Qinghua shehuixue zazhi (Revue de sociologie de Tsinghua) Numéro spécial n. 1.

PENEFF, J. (1990) : La méthode biographique, Paris, A. Colin

PENG YUSHENG (2000) : Zhongguo de cunzhen gongye gongsi : suoyouquan, gongsi zhili yu shichang jiandu (Entreprises industrielles rurales en Chine : droits de propriété, gouvernance et surveillance du marché), Qinghua shehuixue zazhi (Revue de sociologie de Tsinghua) Numéro spécial n. 2.

PERETTI-WATEL P., 2001, Sociologie des risques, Paris, A. Colin.

PETONNET, C, (1985) : On est tous dans le brouillard, Paris, Galilée.

PHARO, P. (1985) : Le civisme ordinaire, Paris, Méridiens Klincksieck.

PHARO, P. (2006) : Raison et civilisation, Paris, Passages.

PIORE, M., BERGER, S., (1980) : Dualism and discontinuity in industrial societies, New York, Cambridge University Press

PUTNAM, R. (2000) : Bowling alone : the collapse and revival of American Communicty, New-York, Simon and Schuster.

QIN FANGMING (2004) : Shehuixue fangfalun xintan : kexue zhexue yu yuyan zhexue de lilun shijiao (Nouvelle recherche sur la méthodologie sociologique : une perspective théorique des philosophies scientifiques et linguistiques), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 3.

QIN HAI, XU YING (2000) : Dongya qiji, xin rujiao yu wenhua bianqian (Le miracle de l’Asie orientale : néo-confucianisme et évolutions culturelles), Qinghua shehuixue zazhi (Revue de sociologie de Tsinghua) Numéro spécial n. 1.

QIU ZEQI et LI SHOUJING : Nongcun shehuixue yanjiu de jincheng (Le développement de la recherche en sociologie rurale), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989-1993.

QIU ZEQI : Nongcun shehuixue yanjiu jincheng (L’avancement de la recherche en sociologie rurale), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

QU JING DONG (2002) : Tu’ergan de yichan : xiandai shehui jiqi kenengxing (Patrimoine de Durkheim : la société moderne et ses possibilités), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 1.

QUERE, L. et OGIEN, A. (dir.), (2006) : Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements, Paris, Economica.

RABIER, J.-C. (2002) : Formes de mobilisation dans les régions d’activités minières, Édition numérique, Lille, IFRESI-CNRS.

REMY, J. (1998) : Sociologie urbaine et rurale, Paris, L’Harmattan.

REMY, J., VOYE, L. (1992) : La ville : vers une nouvelle définition, Paris, l’Harmattan.

RONCAYOLO, M. (1990) : La ville et ses territoires, Paris, Gallimard.

ROULLEAU-BERGER, L. (1991), réédité en (1993) : La Ville-Intervalle. Jeunes entre centre et banlieue, Paris, Méridiens Klincksieck.

ROULLEAU-BERGER, L., (1999) : Le travail en friche. Les mondes de la petite production urbaine, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

ROULLEAU-BERGER, L., (ed.) (2003) réédité en (2004) : Youth and work in the Post-Industrial City of North America and Europe, Leiden and Boston, Brill Publishers.

ROULLEAU-BERGER, L., (2004a) : La rue, miroir des peurs et des solidarités, Paris, PUF.

ROULLEAU-BERGER, L., (2004b) : Voir, “savoir-être avec ”, rendre public : pour une ethnographie de la reconnaissance, Cahiers Internationaux de sociologie, vol CXVII, Juillet-décembre, 2004.

ROULLEAU-BERGER, L., (ed.) (2007a) : Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe, Toulouse, PUM.

ROULLEAU-BERGER, L. (2007b) : Grammaires de la reconnaissance, individuation et ordres sociétaux in CAILLE, A. (ed.) : La quête de la reconnaissance, Paris, La Découverte.

SANJUAN T. (ed.) (2006) : Dictionnaire de la Chine contemporaine, Paris, A. Colin.

SCHMUTZ, G.M. (1985) : La sociologie de la Chine avant 1949, Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. LXXVIII.

SCHWARTZ, 0. (1993) : L’empirisme irréductible in : Le Hobo, sociologie du sans-abri, Paris, Nathan.

SCOTT, J. (1990) : Domination and the Arts of Resistance, New Haven, Yale University Press.

SHAN GUANGNAI : Shehui wenti yanjiu gaishu (Généralité sur la recherche sur les problèmes sociaux), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

SHEN HONG : Pinkun chansheng de yanjiu : jiating neibu pinkun de zhuanyi jizhi (Étude sur la production de la pauvreté : le système transitif de la pauvreté à l’intérieur de la famille), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

SHEN JING, WANG HANSHENG (2006) : Jiti chanquan zai Zhongguo xiangcun shenghuo zhong de shijian luoji : shehuixue shijiao xia de chanquan jiangou guocheng (La logique de pratique des droits de propriété collective dans la vie de la Chine rurale : le processus de construction des droits de propriété dans une perspective sociologique), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 5.

SHEN YUAN (2002a) : L’affaire du tirage au sort. Principes de justice des commerçants d’un marché du nord de la Chine in THIREAU, I. et WANG HANSHENG : Disputes au village chinois, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

SHEN YUAN (2002b) : Naissance d’un marché, Études rurales, n° 161-162.

SHEN YUAN (2006) : Shehui zhuanxing yu gongren jieji de zaixingcheng (Transition sociale et la reformation de la classe ouvrière), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 5.

SHEN YUAN (2007) : “Intervention forte” et “intervention faible” : deux voies d’intervention sociologique, in : « La Chine en transition : regards sociologiques » Cahiers internationaux de sociologie, vol CXXII.

SHEN YUAN (2007) : Shichang, jieji yu shehui : zhuanxing shehui de guanjian yiti (Marché, classes et société : questions clefs de la sociologie de la transition), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

STEINER, P. (1999) : La sociologie économique, Paris, La Découverte.

STRAUSS, A., (1982) traduit et présenté par BASZANGER, I. : Social worlds and legitimation processes, in : Studies in symbolic interaction, volume 4, Greenwich, CT/JAI Press.

STRAUSS, A., (1992B) : La trame de la négociation, Paris, L’Harmattan.

SU GUOXUN (2003) : Shehuixue yu shehui jiangoulun (Sociologie et constructivisme social), zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 2.

SU GUOXUN : Guowai shehuixue yanjiu (La recherche sur la sociologie étrangère), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

SU GUOXUN : Zhongguo shehuixue yingzou jiankang zhilu – jianchi yingyong yanjiu yu lilun yanjiu xiangjiehe (Le chemin sain que la sociologie chinoise doit prendre – persister dans la combinaison de la recherche appliquée et la recherche théorique), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1979-1989.

SUN LIPING et GUO YUHUA (2000) : “Ruanying jianshi” : zhengshi quanli feizhengshi yunzuo de guocheng fenxi — Huabei B zhen shouliang de gean yanjiu (Carotte et bâton : analyse du fonctionnement informel d’un pouvoir formel. Le cas de l’achat de nourriture par l’État au bourg de B dans le nord de la Chine), Qinghua shehuixue pinglun (Revue de sociologie de Tsinghua) numéro spécial.

SUN LIPING (2001) : Les armes faibles des forts. L’usage des normes sociales informelles dans l’exercice du pouvoir, in THIREAU, I. et WANG HANSHENG : Disputes au village chinois, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

SUN LIPING (2002a) : Re-accumulation of Resources : the background of social stratification in China in the 1990s, Social Sciences in China, vol. XXIII, n° 1.

SUN LIPING (2002b) : The sociology of practice and the analysis of the Practical Process of Market Transition, Social Sciences in China, vol. XXIII, n° 4.

SUN LIPING (2002c) : Guocheng shijian fenxi yu dangdai Zhongguo guojia nongmin guanxi de shijian xingtai (Analyse temporelle des processus et la relation en pratique entre l’État et les paysans dans la Chine contemporaine), zhongguo shehuixue, Sociologie chinoise n° 1.

SUN LIPING (2003) : Duanlie : Er shi shiji jiushi niandai yilai de Zhongguo shehui (Fractures : la société chinoise depuis les années 1990), Pékin : Shehui kexue wenxian chubanshe.

SUN LIPING (2007a) : La Transition sociale : un nouvel enjeu pour la sociologie du développement, in : « La Chine en transition : regards sociologiques » Cahiers internationaux de sociologie, vol CXXII.

SUN LIPING (2007b) : Reconstructing the fundamental social order, Social Sciences in China vol. XXVIII, n° 3.

SUPIOT A. (1994) : Critique du droit du travail, Paris, PUF.

SUPIOT, A. (2005) : Homo juridicus : essai sur la fonction anthropologique du droit, Paris, Seuil.

TAN SHEN : Shehui gaige qijian de funv yanjiu (La recherche sur les femmes pendant les réformes sociales), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

TANG JUN (2000) : “De l’action rationnelle des membres du lignage à sa croissance consciente : une étude sociologique des lignages villageois dans le Nord de la Chine contemporaine” (chinois), Études de la Chine rurale contemporaine. New Jersey, Global Publishing Co. Inc.

TANG JUN (2003) : Du licenciement au chômage : l’évolution de l’exclusion sociale des salariés licenciés dans la Chine d’aujourd’hui, Santé, société et solidarité, n° 3.

TANG JUN e& al. (2004) : Dui cunmin zizhi zhidu xia jiazu wenti de lilun fansi (Réflexion théorique critique sur la problématique des clans sous le système d’autonomie des villageois), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie), n. 3.

TARRIUS, A. (1995) : Economies souterraines. Le comptoir maghrébin de Marseille, La Tour D’Aigues, Éditions de l’Aube.

TARRIUS, A. en collaboration avec MISSAOUI, L. (2000) : Les nouveaux cosmopolitismes. mobilités, identités, territoires, La Tour D’Aigues, Éditions de l’Aube.

THIREAU, I., et WANG HANSHENG (2001) : Disputes au village chinois, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

THIREAU, I., HUA LINSHAN (2001) : Du présent au passé : accords et désaccords concernant les affaires communes villageoises, in THIREAU, I., et WANG HANSHENG : Disputes au village chinois, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

THIREAU, I., HUA LINSHAN (2002) : A l’ombre des commerces en bordure de route, Études rurales, n. 161-162.

TONG XIN (1997) : Xin shiqi youguan laodong guanxi de shehuixue fenxi (Analyse sociologique des relations de travail dans une ère nouvelle), Zhejiang xuekan (Journal académique du Zhejiang).

TONG XIN (2002) : Shehui bianqian yu gongren shehui shenfen de chonggou (Évolutions sociales et reconstruction de l’identité sociale des ouvriers), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie) n.6.

TONG XIN (2006) : Yanxu de shehui zhuyi wenhua chuantong — yixiang guoyou qiye gongren jitixing dongde gean fenxi (La tradition culturelle socialiste maintenue : le cas d’une action collective d’ouvriers d’une entreprise d’État), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie).

TOURAINE, A., WIEVIORKA, M., DUBET, F. (1984) : Le mouvement ouvrier, Paris, Fayard.

TOURAINE, A. (1992) : Critique de la modernité, Paris, Fayard.

TOURAINE, A. (1997) : Pourrons-nous vivre ensemble ? Paris, Fayard.

TOURAINE, A. (2005) : Un nouveau paradigme, Paris, Seuil.

TOURAINE, A. (2007) : Penser autrement, Paris, Fayard.

TOURAINE, A., KHOSROKHAVAR, F. (2000) : La recherche de soi, Paris, Fayard.

VAN ZANTEN, A. (2001) : L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, Paris, PUF.

VAN ZANTEN, A. (2007) : Ségrégations et inégalités », in J.-M. BARREAU, Dictionnaire des inégalités en France, Paris, ESF.

VERDIER E., (2007) : « Éducation et formation tout au long de la vie : une rhétorique européenne, cinq régimes d’action », in Derouet J-L., Normand R., Repenser la justice en éducation, Bruxelles, Peter Lang.

WANG KANG : Qingzhu Zhongguo shehuixue chongjian shisi zhounian (La célébration du quatorzième anniversaire du rétablissement de la sociologie en Chine), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

WANG KANG : Shehuixue renwu (Les responsabilités de la sociologie), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise)

1992.7-1995.6.

WANG KANG : Zhongguo dalu shehuixue de chongjian – qingzhu Zhongguo dalu shehuixue chongjian shi zhounian (Le rétablissement de la sociologie en Chine continentale – pour célébrer le dixième anniversaire du rétablissement de la sociologie en Chine continentale), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1979~1989.

WANG MINGMING (2007) : Zhongguo renleixue pinglun (Critique de l’anthropologie chinoise), vol. 2, Pékin, Shijie dushu chubanshe.

WANG YING : Shequ yanjiu gaishu (Généralités sur la recherche sur les communautés), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

WIEVIORKA, M. (1999) : Violences urbaines, Paris, Seuil.

WIEVIORKA, M. (1993) : Racisme et modernité. Paris, La Découverte.

WIEVIORKA, M. (2000) : Sociologie post-classique ou déclin de la sociologie ? Cahiers internationaux de sociologie, vol CVIII.

WIEVIORKA, M. (2004) : La violence, Paris, Balland.

WIEVIORKA, M. (2005) : La différence : Identités culturelles : enjeux, débats et politiques. La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

WIEVIORKA, M. (2007a) : La Chine et l’avenir mondial de la sociologie, in : « La Chine en transition : regards sociologiques » Cahiers internationaux de sociologie, vol CXXII

WIEVIORKA, M. (dir) (2007b) : Les sciences sociales en mutation, Auxerre, Éditions sciences humaines.

WU DUO : Chengshi shehuixue ji chengshi shehui de fazhan yanjiu (La sociologie urbaine et la recherche sur le développement de la société urbaine), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise)

1989~1993.

WU DUO : Chengshi shehuixue yanjiu de xin jinzhan (Les nouveaux développements de la recherche en sociologie urbaine), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

WU DUO : Jianshe you Zhongguo tese de shehuixue – qingzhu Zhongguo shehuixue chongjian shi zhounian (La construction de la sociologie aux caractéristiques chinoises – pour célébrer le dixième anniversaire du rétablissement de la sociologie chinoise), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1979~1989.

WU ZHONGMIN : Lun shehui fazhan yanjiu he xiandaihua (Commentaires sur la recherche sur le développement social et la modernisation), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

WU ZHONGMIN : Xiandaihua yanjiu zongshu (Généralités sur la recherche sur la modernisation), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

XI GUIHUA (2006) : Market transition and Laid-Off Workers, Chinese Sociology.

XIANG BIAO (2002) : Taobi, lianhe yu biaoda : Beijing zhejiangcun de gushi (Fuite, alliance et expression : une histoire du « village de Zhejiang » à Pékin), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 1.

XIANG JIQUAN (2004) : Duanque caizheng xia de xiangcun zhengzhi fazhan (Le développement de la politique à la campagne sous pénurie financière), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 3.

XIE GUIHUA (2006) : Shichang zhuanxing yu xiagang gongren (La transition du marché et les ouvriers xiagang), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 5.

XU HANG, JING MING : Shehuixue lilun yanjiu (La recherche théorique en sociologie), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

XU HANG, JING MING : Shehuixue lilun yanjiu de xianzhuang (État des lieux de la théorie en sociologie), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

YANG SHANHUA (2002) : Cunzhuang bianjie de duoyuanhua – jingji bianjie kaifang yu shehui bianjie fengbi de chongtu yu gongsheng (La multiplication des frontières entre les villages – conflits et coexistence de l’ouverture des frontières économiques et de la fermeture des frontières sociales), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 1.

YANG SHANHUA, ZHAO LITAO (2004) : Zhongguo nongcun shehui zhuanxing zhong shequ zhixu de chongjian (La reconstruction de l’ordre dans les communautés résidentielles en Chine rurale en transition), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 3.

YANG XINHENG : Gaige de shishi he zhengguihua jincheng – shi nian gaige de shehuixue fansi (La mise en œuvre des réformes et la régularisation – réflexion sociologique sur dix années de réforme), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1979~1989.

YANG YIYIN : Shehui xinlixue yanjiu zongshu (Présentation de la recherche en psychologie sociale), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

YANG YIYIN (1998) : Ziwo jiqi bianjie : wenhua jiazhi quxiang jiaodu de yanjiu jinzhan (L’ego et ses frontières. État des lieux des recherches du point de vue des valeurs culturelles), Guowai shehui kexue (Sciences sociales à l’étranger) n.6.

YANG YIYIN (2002) : Wenhua rentong de dulixing he donglixing : yi Malaixiya huaren rentong de yanjiang yu chuangxin weili (Autonomie et force mobilisatrice de l’identité culturelle : le cas des évolutions et créations de l’identité culturelle chez les Malais d’origine chinoise), in ZHANG CUNWU, TANG XIYONG (eds.) 2002 : Haiwai huazu yanjiu lunji, di san juan : Wenhua, jiaoyu yu rentong (Recueil d’études sur les Chinois d’outre-mer, tome 3 : Culture, éducation et identité), Taipei, Huaqiao xiehui zonghui chuban.

YE DELEI (1999) : Jingji zhuanxing zhong de Shanghai laodong li shichang : shi zhengmiao shuyu lilun jiexi (Le marché du travail de Shanghai dans la transition économique : description empirique et analyse théorique), Huadong shifan daxue xuebao (Le journal de l’Université Normale de Chine Orientale).

YE QIZHENG (2002) : Qimeng renwen sixiang de lishi mingyun : cong shengchan dao xiaofei (Vers une analyse sociologique du sort historique des pensées des Lumières : de la production à la consommation), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 1.

YING XING (2007) : L’École rurale et les études chinoises sur la gestion autonome des villages, in : « La Chine en transition : regards sociologiques » Cahiers internationaux de sociologie, vol CXXII.

YU RONGPEI : Chanye shehuixue zai Zhongguo de yanjiu ji jinzhan (La recherche et le développement de la sociologie industrielle en Chine), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

YU XIAOMIN (2006) : Jingji quanqiuhua beijing xia de laogong yundong (Les mouvements ouvriers dans le contexte de la mondialisation économique), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 5.

YUAN FANG : Jiasu Zhongguoren leixue fazhan jincheng (Accélérer le développement de l’anthropologie chinoise), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

YUAN FANG : Shehui gongzuo jiaoyu ji Zhongguo shehui zhuyi xiandaihua jianshe (L’éducation du travail social et la construction moderne du socialisme en Chine), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1979~1989.

YUAN FANG : Zhongguo shehuixue de chongjian he qianjing (Le rétablissement et les perspectives de la sociologie chinoise), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

YUAN JIHUI : Yanglao de lilun yu shijian (La théorie et la pratique des retraites), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

YUEN SUNPONG (2003) : Shehui yanjiu de benzhi (L’essence de la recherche sur la société), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 2.

ZHAI XUEWEI : Zhongguoren de lianmianguan – lun guonei shehui xinlixue (La conception chinoise de la face – un essai sur la psychologie sociale en Chine), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

ZHANG JING (2002) : Cunzhuang zizhi yu guojia zhengquan jianshe : huabei xicun anli fenxi (Auto-gouvernance des villages et construction de l’État : le cas du village de Xi dans la Chine du Nord), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 1.

ZHANG JING (2006) : Eryuan zhenghe zhixu : yige caichan jiufen’an de fenxi (Ordre d’intégration dual : le cas d’un procès de propriété), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 5.

ZHANG JING (dir) (2006) : Shenfen rentong yanjiu (Recherche sur la reconnaissance et l’identité), Shanghai, Shanghai Renmin Chubanshi.

ZHANG XIAOJUN (2001) : Chuantong wenhua shengchan zhong de xiangzhengxing shijian (Pratique symbolique dans la production de la culture traditionnelle), Qinghua shehuixue zazhi (revue de sociologie de Tsinghua) Vol.1.

ZHAO LIXIN (2006) : Chengshi nongmingong shiminhua wenti yanjiu (Recherche sur la question de l’urbanisation des travailleurs paysans), Renkou xuekan (Revue de démographie).

ZHAO LUKUAN & PAN JINTANG : Laodong shehuixue yanjiu gaishu (Généralité sur la recherche en sociologie du travail), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1989~1993.

ZHAO YANDONG & WANG FENYU (2005) : Chengxiang liudong renkou de jingji diwei huode ji jueding yinsu (Les facteurs décisifs dans l’acquisition du statut économique au sein de la population migrante), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 4.

ZHE XIAOYE & CHEN YINGYING : Nongcun de chengzhenhua qushi (La tendance à la transformation en bourgs des villages), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1995.7~1998.6

ZHE XIAOYE, CHEN YINGYING (2006) : Chanquan zenyang jieding : yifen jiti chanquan sihua de shehui wenben (Définir les droits de propriété : un corpus social de la privatisation de la propriété collective), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 5.

ZHENG HANGSHENG : Dangjin lilun shehuixue shenru yanjiu de jige lingyu (Quelques domaines qu’approfondit la sociologie théorique actuelle), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1992.7~1995.6.

ZHENG HANGSHENG : Deng Xiaoping he Zhongguo dangdai shehuixue – qingzhu Zhongguo shehuixue chongjian ershi zhounian (Deng Xiaoping et la sociologie contemporaine chinoise – pour célébrer le XXème anniversaire du rétablissement de la sociologie en Chine), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1995.7~1998.6.

ZHENG HANGSHENG : Zhuanxing zhong de Zhongguo shehui ji Zhongguo shehuixue de fazhan (La société et la sociologie chinoises dans la transition), Zhongguo shehuixue nianjian (Les Annales de la recherche chinoise) 1979~1989.

ZHOU XUEGUANG & HOU LIREN (2003) : Wenge zhong de haizimen : dangdai Zhongguo de guojia yu shengming licheng (Les enfants de la Révolution culturelle : l’État et le cours de la vie dans la Chine contemporaine), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 2.

ZHOU XUEGUANG (2006) : Guanxi chanquan : chanquan zhidu de yige shehuixue jieshi (Droits de propriété relationnels : une approche sociologique), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 5.

ZHU JIANGANG & TAN KAI (2001) : Gongzuo, quanli yu nuxing rentong de jiangou : dui Guangdong yijia waizi qiye de Zhongguo bailing nuxing de ge’an yanjiu (Travail, pouvoir et construction de l’identité féminine : un cas de travailleuses en « col blanc » dans une entreprise étrangère du Guangdong), Qinghua shehuixue zazhi (Revue de sociologie de Tsinghua) vol. 1.

ZHU JIANGANG (2003) : Guojia quanli yu jiequ kongjian : dangdai Zhongguo jiequ quanli yanjiu daolun (État, pouvoir et espace résidentiel : introduction à la recherche sur les pouvoirs dans les ensembles résidentiels en Chine contemporaine), Zhongguo shehuixue (Sociologie chinoise) n° 2.

Notes

1 Fei Xiaotong (1947) explique le sens de chaxu geju de façon imagée et vivante : « Notre structure n’est pas un rassemblement de bottes de bûches nettes, mais des cercles formés par des ricochets lorsque l’on lance un caillou à la surface de l’eau. Chacun est le centre des cercles que son influence sociale fait rebondir. Là où il y a rebond par ricochet, il y a lien. En différents moments et lieux, chacun mobilise des cercles différents. »

2 D’autres travaux (Zhang Xiao Jun, 2001) se sont aussi inspirés de cette problématique.

Auteur

Sociologue, Directrice de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique, Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Économique, LISE/C.N.R.S., Conservatoire national des arts et métiers (Paris).

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site