Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle sociologie chinoise

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Yuhua Guo
, 
Peilin Li
, 
et al.

Avant-propos

Laurence Roulleau-Berger

Texte intégral

1Ce livre est le premier ouvrage en français sur la sociologie chinoise contemporaine.

2Comment est né ce livre ?

3En 2006, au cours de mon année passée à Pékin en qualité de Professeure invitée à l’Institut de sociologie de l’Académie des Sciences de Chine (CASS), ont eu lieu de nombreuses rencontres avec mes collègues sociologues chinois dans le cadre de séminaires et de réunions de travail à l’Académie des Sciences de Chine, à l’Université de Pékin, à l’Université de Tsinghua. Nous avons eu rapidement des échanges très riches et très positifs sur la renaissance de la sociologie chinoise, sur l’identité de la discipline dans un contexte international, sur le rôle des sociologues dans l’espace public.

4Plus mes collègues sociologues et moi-même échangions, plus la sociologie européenne m’apparaissait occidentalo-centrée. En effet, si les sociologues chinois connaissent bien les théories occidentales dont ils disent aujourd’hui les limites pour comprendre leur société, nous savons peu de choses de la sociologie chinoise. Il paraît aujourd’hui plus que nécessaire de casser cette dissymétrie de savoirs et de connaissances et d’ouvrir un espace de connaissances partagées avec les sociologues chinois pour appréhender la complexité dynamique des sociétés contemporaines dans lesquelles nous vivons, et réapprendre à « défaire le réel », à découvrir d’autres syntaxes. En effet si le sociologue est invité à construire incessamment des ponts, à combler des « blancs épistémologiques » entre différents espaces de pertinence, il m’est clairement apparu que la confrontation de la sociologie chinoise avec d’autres sociologies occidentales pouvait permettre de s’engager dans un vrai travail de reconfiguration épistémologique, où il est possible de prendre des distances par rapport à des habitus conceptuels, de travailler sur des écarts qui échappent à nos repères théoriques, culturels, historiques afin de mieux savoir pourquoi et comment nous fabriquons et mobilisons nos paradigmes.

5J’ai donc proposé à mes collègues chinois de « fabriquer » un ouvrage de sociologie chinoise. L’idée a été très bien reçue. Guo Yuhua, Li Peilin et Liu Shiding et moi-même avons travaillé ensemble à l’élaboration de cette œuvre collective, nous avons défini les lignes-forces de cet ouvrage, discuté des spécificités de la sociologie chinoise, des façons de penser la réalité sociale à partir de la pratique, identifié les champs de recherche majeurs, évoqué les relations entre la pensée sociologique occidentale et les théories sociologiques chinoises.

6Nous avons posé ensemble un acte intellectuel, éthique et scientifique de reconnaissance mutuelle. Je tiens à remercier tout particulièrement Guo Yuhua, Li Peilin et Liu Shiding pour la très grande qualité de nos discussions, le plaisir de vrais échanges intellectuels et leur forte mobilisation dans cette belle coopération internationale.

7Je souhaite aussi remercier vivement tous les auteurs qui ont écrit ces chapitres passionnants de sociologie, qui m’ont accordé beaucoup de temps, avec qui j’ai partagé de beaux moments lors desquels j’ai beaucoup appris sur la sociologie chinoise et qui se sont toujours montrés disponibles pour repréciser des idées et des concepts : Chen Yingying, Li Chunling, Li Lulu, Li Youmei, Luo Hongguang, Shen Yuan, Sun Liping, Tang Jun, Tong Xin, Yang Yiyin, Zhang Jing.

8Je souhaite aussi vivement remercier Michel Wieviorka pour la force de sa contribution à cet ouvrage, convaincu aussi de la vitalité et de la diversité de la sociologie chinoise dans un contexte international où il devient impératif de la connaître.

9Hu Yu et Pierre Miège ont tous deux joué un rôle décisif dans la production de cet ouvrage en réalisant un travail très lourd de traduction des textes. Cette étape nous a imposé jusqu’au bout une réflexion épistémologique sur les conditions de décontextualisation-recontextualisation des concepts sociologiques et une vigilance de tous les instants sur les façons de traduire. Je les remercie vivement pour la très grande qualité de leur contribution et leur engagement sans relâche dans la réalisation de cette œuvre collective.

10Pour appréhender le processus de réinvention et de formation des contours de la sociologie chinoise j’ai dû dépouiller des revues académiques comme la Revue des Annales de la Recherche Chinoise, la Revue de Sociologie Chinoise et la Revue de Sociologie de Tsinghua… Je souhaite remercier Yan Jun, doctorant en sociologie à l’Université de Pékin, et Cheng Shaojun, étudiante en master à l’Université des Langues étrangères n° 2 de Pékin, qui m’ont aidée dans le travail de sélection des articles des revues.

11Christine Cornet, attachée culturelle à l’Ambassade de France en Chine (Pékin), dès qu’elle a eu connaissance de ce projet en octobre 2006 m’a exprimée son vif intérêt, je la remercie aussi.

12Enfin je remercie Pascal Rouleau qui, en octobre 2006, alors responsable du service éditorial aux éditions du CNRS, m’a vivement encouragée et accompagnée dans la réalisation de cet ouvrage.

13Lyon, le 15 janvier 2008

Auteur

Sociologue, Directrice de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique, Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Économique, LISE/C.N.R.S., Conservatoire national des arts et métiers (Paris).

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site