Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur Rio+20

 | 
Jean Foyer

Partie 3. L'épreuve de la participation

Chapitre 9. Les reconfigurations environnementales du syndicalisme : la construction de positions et de stratégies globales

Édouard Morena

Texte intégral

  • 1 Les quelques études existantes, presque exclusivement anglosaxonnes ou anglophones, tendent à priv (...)

1L’engagement des organisations syndicales dans les négociations et processus environnementaux internationaux est peu étudié dans la littérature francophone1. Faisant écho à leur forte visibilité médiatique, on constate une surreprésentation des « nouveaux » acteurs – écologistes, altermondialistes – dans les nombreux travaux consacrés aux mobilisations transnationales. Ceci contribue à détourner le regard des chercheurs et/ou du public des acteurs sociaux plus « traditionnels » tels que les syndicats. Lorsqu’on y fait (laconiquement) référence, c’est généralement comme vestiges d’une époque révolue et de pratiques militantes dépassées. Ou alors c’est pour mettre en avant les nouvelles formes de « grassroots syndicalism » (syndicalisme de base). Pour justifier cette non-prise en compte des organisations syndicales classiques, on insiste sur la crise qu’elles traversent et que l’on présente comme une conséquence de l’avènement d’une société « post-industrielle » et « post-moderne » où le « compromis Fordiste » a fait place au « néo-management », le corporatisme à « l’élargissement de la cause » et les revendications sociales aux revendications sociétales (Bell, 1976 ; Gorz, 1988 ; Touraine, 1969). Si l’on adopte cette grille de lecture, le syndicalisme « traditionnel » serait, par sa nature même, incapable d’intégrer des nouveaux enjeux sans opérer une refondation totale de ses pratiques et de son discours. Il serait en quelque sorte une victime collatérale des transformations sociales profondes engendrées par le nouvel ordre mondial.

  • 2 Anheier, Glasius et Kaldor mettent ainsi l’accent sur le caractère « nouveau » de la société civil (...)

2En marquant la fin programmée de l’État-nation, la « mondialisation » et l’avènement d’une gouvernance mondiale n’ont fait que renforcer ce sentiment de crise et de décalage. En tant qu’acteurs nationaux et émanation des « forces de marchés » les syndicats seraient incapables d’intégrer des enjeux globaux non mercantiles comme la protection de l’environnement et ainsi de trouver leur place dans la « nouvelle » société civile globale en cours de formation (Keane, 2001, p. 312).

  • 3 À noter que certains chercheurs relativisent aussi la crise du syndicalisme dans les pays développ (...)
  • 4 http://stats.oecd.org/Index.aspx?DataSetCode=UN_DEN&Lang=fr.
  • 5 http://www.ilo.org/ifpdial/information-resources/dialogue-data/lang--en/index.htm.

3Pourtant, la double crise – des idées et de la représentativité – que l’on associe au syndicalisme est loin d’être attestée. La crise du syndicalisme concerne avant tout les pays développés3. Si l’on s’en tient au taux de syndicalisation (malgré les limites inhérentes à l’emploi d’un tel indicateur), on constate effectivement une diminution dans les pays de l’OCDE4. Par contre, le nombre de syndiqués augmente de façon notable dans de nombreux pays en développement (PVD). Cette croissance des syndicats se constate notamment dans leur plus forte influence sur le paysage politique national et leur place centrale dans les divers mouvements sociaux nationaux. Au Brésil, par exemple, les principales organisations syndicales (et tout particulièrement la CUT) ont connu un accroissement sensible de leurs membres (hausse de 50 % entre 1992 et 2009). Au cours des années 1990, la CUT joua un rôle fondamental dans l’ascension du PT et l’élection de Lula (lui-même syndicaliste de la CUT). La CUT fut au cœur des nombreuses mobilisations sociales nationales et internationales de cette époque et joua un rôle essentiel dans la mise en place des quatre Forums Sociaux Mondiaux de Porto Alegre (2001, 2002, 2003 et 20055).

  • 6 Confédération internationale des syndicats libres.
  • 7 Confédération mondiale du travail.

4À l’échelle internationale, en plus de constater un maintien global du nombre total de travailleurs syndiqués, on observe une représentation de plus en plus unifiée des organisations syndicales nationales, notamment au sein de la Confédération Syndicale Internationale (CSI). Fondée en 2006 suite au regroupement des deux grandes confédérations syndicales internationales non-communistes (CISL6 et CMT7) et à l’adhésion de centrales nationales non affiliées (dont la CGT française), la CSI représente près de 168 millions de syndicalistes issus de 306 organisations dans 154 pays, ce qui en fait, de fait, la plus grande coalition non étatique de la planète.

5Cette tendance à la concentration à l’échelle planétaire va à l’encontre de l’idée largement répandue d’une fragmentation du paysage syndical. De nombreux observateurs l’expliquent par le fait que cette unité de façade ne cache en réalité qu’une coquille vide paralysée par ses contradictions internes et donc incapable de prendre position face aux grands enjeux du moment. Les difficultés d’adaptation et d’intégration de nouveaux enjeux s’expliqueraient ainsi par : (i) ce qui divise le mouvement : sa diversité menant forcément à une position commune qui reflète le plus petit dénominateur commun ; mais aussi (ii) ce qui l’unifie : sa focalisation sur le lieu de travail et la rigidité de son organisation « top-down ».

  • 8 Connectant agences de l’ONU, états et acteurs non-étatiques.

6Pourtant, comme nous le montrerons dans les pages suivantes, une analyse des rapports de force internes à la CISL/CSI permet de montrer que la visibilité du mouvement syndical international dans le domaine environnemental n’est pas tant fonction d’un décalage insurmontable entre pratique syndicale et environnement, mais de la manière d’articuler les deux. Comme nous le verrons, tout en préservant ses caractéristiques syndicales « classiques », la CSI a réussi à se forger une place à l’intérieur des policy networks internationaux sur l’environnement8 en exploitant au mieux ces caractéristiques (Daugbjerg and Marsh, 1998 ; Marsh, 1995).

7Dans un premier temps, nous montrerons que le mouvement syndical international s’intéresse depuis longtemps à la question environnementale. Nous analyserons notamment la forme prise et l’évolution de la stratégie syndicale dans le domaine de l’environnement. Et dans un second temps, nous nous pencherons plus particulièrement sur le rôle joué par une poignée « d’entrepreneurs de politique » en prenant appui sur des travaux empiriques effectués en amont et au cours de la Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable (Rio+20) à Rio de Janeiro en juin 2012. Nous montrerons qu’ils ont contribué à l’émergence d’une position syndicale sur l’environnement à la fois en phase avec les contraintes internes liées à la pratique syndicale et les contraintes externes liées à la diffusion des idées dans le domaine environnemental.

Le mouvement syndical international et l’environnement

8En premier lieu, nous commencerons donc par analyser la trajectoire historique empruntée par la question environnementale au sein du mouvement syndical international : son émergence, son développement et l’évolution de son cadrage. Ce faisant, nous montrerons les obstacles et difficultés rencontrés – en interne et en externe – dès lors qu’il s’agit de construire une position commune. Nous verrons aussi les techniques employées pour les surmonter. Comme nous le verrons, la mise à l’agenda de la question environnementale et son interprétation résultent de la jonction entre des facteurs contextuels (grands rendez-vous internationaux, mis à l’agenda international et évolution de la thématique environnementale), et des logiques et temporalités propres au syndicalisme international (évolution du poids relatif des affiliés en son sein, changements de hiérarchie).

Les années 1970-1980 : une approche centrée sur le lieu de travail

9La prise en compte de la question environnementale par le mouvement syndical international coïncide avec la mise à l’agenda international d’enjeux environnementaux (notamment autour des biens publics mondiaux) au début des années 1970 et « d’une prise de conscience du fait que des problèmes se situant au niveau mondial ne trouveront de réponse qu’à ce même niveau grâce à l’engagement de la grande majorité ou, mieux, la totalité des pays » (Grossman et Saurugger, 2012, p. 185). En tant que structure internationale dont l’agenda est largement calqué sur celui des organisations internationales (OI), la CISL fut fortement incitée à prendre position par rapport à l’enjeu environnemental. Ainsi, en 1971, peu de temps avant la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement Humain (Stockholm, 5 au 16 juin 1972), la CISL publia ses deux premières déclarations officielles sur l’environnement (Silverman, 2004, p. 123).

10Centrée sur le lieu de travail (création d’emplois, santé et sécurité au travail, normes fondamentales du travail), la position de la CISL ne tenait que très peu compte de préoccupations plus larges contenues dans la Déclaration de Stockholm (conservation des ressources naturelles, préservation des écosystèmes). Dans sa deuxième déclaration, la CISL déclara ainsi que « les effets physiques, psychiques et sociaux induits par des conditions de vie et de travail difficiles, notamment des différentes formes de pollution, sont avant tout des aléas pour la force de travail et l’industrie, bien qu’ils se transforment par la suite en pollution dans l’environnement extérieur » (cité dans Silverman, 2004, p. 124).

11Tout en reflétant le caractère encore nouveau de la question environnementale, le positionnement « évasif » de la CISL s’explique aussi par le fait qu’il n’y avait pas à l’intérieur de la CISL de réelle volonté de traiter la question environnementale dans son ensemble (que ce soit de la part des syndicats affiliés, des permanents ou de la direction confédérale). La thématique environnementale fut abordée en tant que question annexe, d’abord par la Joint International Housing Committee et ensuite par le Groupe de Travail sur la Santé et Sécurité au Travail (GTSST).

Les années 1990 : la « dimension sociale » du développement durable

  • 9 À travers une reconnaissance officielle des major groups en tant que représentant de la société ci (...)

12La publication en mars 1987 du Rapport Brundtland Notre Avenir à Tous (1984) propulsa sur le devant de la scène internationale l’idée d’une approche intégrée du développement reliant ses dimensions sociales, environnementales et économiques. À la suite du Rapport Brundtland, la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement (UNCED) de 1992 à Rio de Janeiro mit en œuvre un programme d’action pour le développement durable (l’Agenda 21), une Convention sur la Diversité Biologique et une Convention Cadre sur le Changement Climatique. C’est également à Rio 92 que l’on accorda une plus grande place à la société civile dans les processus environnementaux internationaux9.

13Pour la CISL, il s’agissait désormais de non seulement faire face à la popularisation du concept de « développement durable » (dans les médias, les discours politiques, les relations internationales), mais aussi de « marquer son territoire » face à la recrudescence de « nouveaux » acteurs non étatiques dans les domaines du développement et de l’environnement. On constate dès lors une présence accrue du concept dans les discours et les écrits de la CISL au cours de la décennie 1990.

  • 10 Il fut à l’origine de la création de deux postes distincts de secrétaire général : l’un pour les q (...)

14Il lui fallait également tenir compte d’un intérêt croissant pour la question environnementale de la part de certains affiliés. C’est à la fin des années 1980 et dans le courant des années 1990 que la question environnementale fut intégrée aux stratégies et activités de plusieurs syndicats. En Espagne, par exemple, le syndicat CCOO, par le biais de son Secrétaire Confédéral en charge de l’Environnement et de la Santé au Travail prit régulièrement part aux processus environnementaux nationaux, européens et internationaux10. Les diverses initiatives nationales débouchèrent sur la création d’un Groupe de Travail sur le Développement Durable au sein de la Confédération Européenne Syndicale (CES). Comme nous le verrons plus loin, ces différentes initiatives nationales donneront naissance à un groupe de « syndicalistes-écologistes » qui jouera le rôle de fer de lance dans le développement d’une stratégie syndicale internationale sur l’environnement.

15Au niveau international, ceci se traduisit par une place accrue de la question environnementale au sein des instances de la CISL. En 1989, le GTSST consacra pour la première fois une réunion à la question environnementale et en 1990 il rajouta le mot « Environnement » à son intitulé (devenant ainsi le Groupe de Travail SST et Environnement, GTSSTE). La question environnementale figura en bonne position lors du XVe Congrès de la CISL à Caracas (en mars 1992). Y prirent part des représentants de Greenpeace et du WWF et Gro Harlem Brundtland y fut convié en tant qu’invité d’honneur. Dans sa déclaration finale, le Congrès s’accorda sur le fait que la source des problèmes environnementaux vient des « schémas de production et de consommation » de nos sociétés industrielles (CISL, 1992).

  • 11 http://www.un.org/french/events/rio92/agenda21/action29.htm. Une délégation d’environ 25 syndicali (...)

16Bien que comme l’atteste la déclaration de 1992, la CISL aborde de façon plus globale la question environnementale, son approche continue malgré tout à privilégier le « monde du travail » et tout particulièrement le « lieu de travail ». C’est particulièrement visible à la lecture du Chapitre 29 de l’Agenda 21 sur les Travailleurs et les Syndicats ; chapitre qui fut en grande partie rédigé par des délégués de la CISL11. Comme l’explique l’actuel permanent en charge des questions SSTE, « l’Agenda 21 […] se focalise surtout sur des actions au niveau du lieu de travail. Dès qu’il s’agit du niveau international, la seule référence est au rôle des syndicats dans le système onusien » (Rosemberg, 2013, p. 17). Cette section de l’Agenda 21 est d’autant plus significative qu’elle contribue à circonscrire un peu plus la sphère d’action du mouvement syndical dans le domaine du développement durable à sa dimension strictement sociale.

  • 12 Ces mêmes réticences se retrouvent à l’intérieur de plusieurs groupes SST à l’intérieur de syndica (...)

17Deux explications peuvent être avancées pour expliquer cette réticence de la CISL à adopter une approche plus intégrée et à étendre son champ d’action à des questions extérieures au lieu de travail. Premièrement, malgré la présence accrue de « syndicalistes environnementalistes » au sein des instances en charge du dossier, les rapports de force à la CISL (et notamment à l’intérieur du Groupe de Travail SSTE) ne leur étaient toujours pas favorables. Les membres historiques du groupe de travail, notamment les spécialistes de la SST, exprimèrent une réelle réticence à aborder la question environnementale sans référence explicite au lieu de travail (aire d’action traditionnelle des spécialistes de la SST). Le risque étant de réduire la visibilité et la place de la SST à l’intérieur de la CISL et donc potentiellement d’en réduire les niveaux de dotations en ressources humaines et financières12.

18La deuxième explication tient au rôle joué par le permanent CISL en charge du dossier. À l’époque, sa priorité, comme il l’avoue lui-même, était de « créer un nouvel “espace” pour les syndicats à l’intérieur de l’agenda d’ensemble sur le développement durable » plutôt que de « développer des positionnements politiques et de tenter d’influencer le processus gouvernemental » (Global Unions, 2003, p. 4). La création de cet « espace » supposait d’un côté, une plus grande participation des affiliés aux processus internationaux, et de l’autre une meilleure reconnaissance de la CISL dans ces mêmes processus. Ceci passait obligatoirement, selon lui, par le développement d’une approche centrée sur le lieu de travail ; seule susceptible d’intéresser et de fédérer les affiliés et de garantir une place pour la CISL à l’intérieur des processus internationaux ; place perçue comme menacée par l’arrivée de nouveaux acteurs non étatiques.

Le tournant des années 2000

19Les années 2000 marquent un tournant pour le mouvement syndical international. La présence de plus en plus régulière de délégations CISL aux réunions de la CDD et de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (UNFCCC) favorisa l’émergence d’un groupe de syndicalistes (et permanents syndicaux) exclusivement dédié à la question environnementale et au suivi des processus internationaux en cours. En plus des échanges par listes électroniques, chacune des réunions de la COP ou du CSD était l’occasion de poser les premiers jalons d’une position syndicale globale qui ne se limite pas au lieu de travail.

  • 13 http://www.sustainlabour.org/iniciativa.php?lang=EN.

20Ce travail de construction fut favorisé par la création en 2004 de Sustainlabour – à l’initiative de la CCOO (Espagne) – fondation de droit espagnol indépendante de la CISL, mais dont le conseil d’administration est exclusivement composé de responsables syndicaux (du Nord et du Sud13). Avec le soutien du gouvernement espagnol de l’époque, Sustainlabour servit à la fois d’appui au développement d’une approche globale de l’environnement à l’intérieur de la CISL (et CSI), et d’outil logistique et de formation pour favoriser la participation de syndicalistes aux processus environnementaux internationaux.

  • 14 http://www.unep.org/civil-society/Implementation/Strengtheningtradeunionparticipation/tabid/104809 (...)
  • 15 http://www.sustainlabour.org/IMG/pdf/sustainlabour_narrative_report.2007_20 10.final.2011.pdf.

21En 2006, à la veille du Congrès fondateur de la CSI, Sustainlabour organisa ainsi la première Assemblée Syndicale sur le Travail et l’Environnement. À la suite de cette conférence, Sustainlabour coordonna, avec l’appui financier du PNUE, un projet de renforcement des capacités (« Strengthening Trade Union participation in International Environmental Processes »). L’idée étant d’encourager la participation de syndicalistes – notamment du Sud – aux processus environnementaux internationaux1415.

22En impliquant une révision de la structure organisationnelle et le développement d’un nouveau projet commun, la création de la Confédération Syndicale Internationale (CSI) en 2006 favorisa également l’émergence d’une approche syndicale globale de la question environnementale. En l’espace de quatre ans, la question environnementale prit une place de plus en plus importante au sein de la CSI débouchant en 2010, lors de son deuxième Congrès à Vancouver, à l’inclusion de la question environnementale – et en particulier la lutte contre le changement climatique – comme enjeu stratégique prioritaire pour la CSI.

23Ce bref aperçu de l’évolution de la thématique environnementale au sein de la CSI montre que la prise en compte de l’enjeu environnemental n’est pas à priori incompatible avec les logiques syndicales. Il montre aussi que le mouvement syndical n’est pas par nature insensible ou hostile à l’enjeu environnemental. Elle fait également émerger l’influence (i) du contexte global sur les prises de position de la CISL/CSI et de ses affiliés, et (ii) des recompositions internes au mouvement (rattachement à la SST de la thématique environnementale, naissance de la CSI). Mais le contexte à lui seul ne suffit pas à expliquer cette évolution de la position syndicale. Il faut également tenir compte des acteurs de ce changement : syndicalistes préoccupés par la question environnementale, permanents syndicaux à la CISL/CSI…

24Un rapide décryptage des stratégies individuelles et collectives de ces acteurs permet de mieux appréhender les procédures et outils discursifs mobilisés pour faire émerger une position syndicale en phase avec les enjeux environnementaux du moment. Pour ce faire, nous procéderons à une analyse de la participation de la CSI à la Conférence de Rio 2012. Mais avant cela, nous commencerons par présenter brièvement les acteurs en question.

L’émergence « d’entrepreneurs de politique » syndicaux sur la question environnementale

  • 16 Je m’appuie sur la définition donnée par Peter Haas (Haas, 1992, p. 3). Ils disposent d’une grande (...)

25La période 2006-2010 se caractérise par l’émergence d’une communauté épistémique (au sens large) de « syndicalistes environnementalistes » regroupant des syndicalistes, des responsables et permanents syndicaux et para-syndicaux, des bureaucrates onusiens (notamment à l’OIT et au PNUE) et des membres de délégations nationales (qui suivent les différents processus environnementaux). Comme nous l’avons montré plus haut, l’expérience accumulée par les syndicalistes au cours des négociations internationales successives leur ont permis d’interagir avec d’autres « communautés épistémiques16 » environnementales et de développer une expertise des tenants et aboutissants des processus internationaux, mais aussi des obstacles internes à surmonter pour bâtir une position syndicale sur l’environnement.

26La notion « d’entrepreneur de politique » (policy entrepreneur) permet de bien cerner le rôle et le poids des différents acteurs de la communauté épistémique « syndicalo-environnementale » (Nay, 2012 ; Kingdon, 1984). Pour Kingdon les entrepreneurs de politique sont des « personnes prêtes à mobiliser leurs ressources personnelles en échange de politiques futures souhaitées » (Kingdon, 1984, p. 214). Comme nous l’avons précédemment montré, les facteurs exogènes et endogènes ne permettent pas à eux seuls d’expliquer la trajectoire empruntée par la CISL et la CSI dans le domaine de l’environnement. C’est leur interprétation et leur intégration dans la stratégie globale du mouvement par un petit groupe d’individus qui le permet.

27Quelle que soit la période analysée, cette communauté de « syndicalistes environnementalistes » se retrouve confrontée à une double contrainte. D’un côté, pour être légitime à l’intérieur du mouvement syndical, il faut se conformer à ses règles – explicites et implicites – de fonctionnement interne, tenir compte de son histoire, des spécificités de chaque affilié et des rapports de force à l’intérieur du mouvement (en grande partie lié au poids numérique et financier). De l’autre, pour être légitime à l’intérieur des processus environnementaux, il faut se conformer aux règles et pratiques qui le caractérisent (processus de négociations, place de la société civile) et qui caractérisent plus généralement la communication politique contemporaine. La légitimité du nombre – traditionnellement mobilisée par les syndicats – ne suffit plus. Il faut avoir un « point de vue “analytique” et “distancié” de [sa propre] action » et « grandir la cause » en s’alliant l’opinion publique (Riutort, 2007, p. 82).

28Face à cette double contrainte, les entrepreneurs de politique de la CSI furent amenés à imaginer et « mettre en musique » une approche spécifiquement syndicale qui soit à la fois en phase avec, d’un côté, les « transformations du système international » et les structures d’opportunités et de contraintes qui en résultent, et de l’autre, les modes de fonctionnement et stratégies de la CSI et de ses affiliés. La stratégie qui en découle consiste à :

  • construire un cadre interprétatif propre au mouvement syndical, mais qui aborde la question environnementale dans sa globalité ;
  • interpeller ses affiliés par la mobilisation de ressources symboliques propres au mouvement syndical.

La construction de concepts propres au mouvement syndical

  • 17 Sur le concept de « travail décent », se reporter à Vosko (2002).
  • 18 Extrait du dépliant « Une transition juste : un cheminement équitable pour protéger le climat » (2 (...)

29Le développement d’une approche syndicale globale de la question environnementale coïncide avec le développement d’un nouveau concept – la « transition juste » - et l’actualisation d’un concept déjà existant – le travail décent à travers celui d’« emplois verts et décents17 ». La « transition juste » se définit comme un « outil conceptuel que le mouvement syndical partage avec la communauté internationale visant à assurer un cheminement en douceur vers une société plus durable18. » Bien qu’il fût déjà évoqué dans diverses publications de la CISL de la fin des années 1990, c’est au cours des années 2000 que le concept fut doté de sa signification actuelle et promu par la CSI à l’intérieur des différents processus environnementaux internationaux (CISL, 2000 ; CISL, 2002). La « transition juste » a pour objet « de renforcer l’idée que les politiques environnementales et sociales ne se contredisent pas, mais qu’au contraire, elles peuvent se renforcer mutuellement » (Rosemberg, 2013, p. 19).

  • 19 L’initiative entraina une série de publications co-signées par les quatre organisations et dans le (...)

30Un second concept, celui « d’emplois verts et décents » découle quant à lui d’un travail conjointement mené par le responsable Environnement-SST de la CSI, son homologue à l’Organisation internationale des employeurs (OIE), un groupe de bureaucrates onusien du Programme Emplois Verts de l’OIT et ceux du major group and Stakeholders Branch du PNUE dans le cadre de la Green Jobs Initiative (lancée en 200719). Au-delà de sa dimension conceptuelle, cette collaboration permettait à chacun des acteurs de légitimer son travail en interne. Pour de nombreux affiliés de la CSI, le « label OIT » est perçu comme un gage de sérieux. Pour l’équipe du Programme Emplois Verts de l’OIT, la participation de la CSI – au vu du poids qu’elle occupe à l’OIT – est une source supplémentaire de légitimité dans la bataille qui l’oppose aux autres programmes et départements de l’Organisation.

La mobilisation des affiliés par la mobilisation de ressources symboliques propres au mouvement syndical

  • 20 Plusieurs études se sont penchées sur le union commitment ou union loyalty (Gordon et al., 1980, p (...)

31Comme le formulent Christian Lévesque, Gregor Murray et Stéphane Le Queux, en reprenant les travaux d’Offe et Wiesenthal (1980), « le façonnement des solidarités syndicales s’appuie sur un travail d’organisation, mais également de délimitation et de légitimation de l’espace collectif » (Lévesque et al., 1998, p. 220). J’émets donc l’hypothèse qu’à l’échelle internationale, les entrepreneurs de politique délimitent et légitiment leur thématique en intégrant un « sentiment d’appartenance syndical » forgé par les mythes fondateurs du syndicalisme (en particulier l’internationalisme), des pratiques communes et propres au syndicalisme (délégation, construction de position), mais aussi les perceptions véhiculées par le syndicalisme.

  • 21 Sur la question du fonctionnement interne de l’organisation syndicale, voir la thèse de Hélène Per (...)
  • 22 Le Congrès qui se tient tous les quatre ans et dont la composition est fonction du nombre d’adhére (...)

32Sur la forme, ceci se traduit par une structuration interne fondée sur la délégation des différentes tâches21. Il ne sera évidemment pas question ici d’analyser le caractère démocratique ou non de la CSI, mais plutôt de présenter sa structuration interne à la fois comme un « fait » partagé et en tant que reflet des organisations syndicales affiliées22. Cette identité commune fondée sur un mode de fonctionnement particulier permet de différencier le mouvement syndical d’autres groupes d’intérêts actifs à l’international (Van Leeuwen, 1996, cité dans O’Brien, 2000, p. 77).

33Pourtant, plutôt que d’être un frein à l’émergence de la question environnementale, nous verrons que cette « culture organisationnelle » syndicale va être réappropriée et détournée au service d’une approche syndicale intégrée de l’environnement (Isaac et Christiansen, 2002 ; Minkoff, 1999). En d’autres termes, les entrepreneurs de politique mobilisent des pratiques et un langage syndical (réels ou imaginés) pour construire un agenda global spécifique au mouvement syndical en s’appuyant sur les concepts de transition juste et des emplois verts et décents. En se référant à la littérature sur les Processus de Négociations Internationales (PIN) (Kremenyuk, 1991), on peut ainsi dire que cette démarche stratégique répond à une double contrainte pour les négociateurs syndicaux : (1) orienter le processus de négociations dans le sens recherché – « s’approprier de la valeur » (Lax et Sebenius, 1986) ; et (2) créer des « zones de contrat » à l’intérieur de l’ensemble social syndical par le biais de « négociations intra-organisationnelles » (Walton et McKersie, 1965).

La participation syndicale à Rio+20

34La forme prise par la participation du mouvement syndical international à la Conférence de Rio fait suite à un processus interne de construction de position de plus d’un an et demi. Comme nous le verrons ci-dessous, la durée relativement longue des préparatifs s’explique moins par l’incompatibilité entre syndicalisme et environnement que par les pratiques et modes de construction des positions propres à la CSI et à ses organisations affiliées précédemment présentés.

En amont de Rio

35Comme nous l’avons préalablement exposé, l’expérience accumulée par les syndicalistes dans le cadre de leur participation à différents processus environnementaux internationaux les ont amenés à interagir avec d’autres « communautés épistémiques » environnementales. Elle leur a également permis de développer une expertise des tenants et aboutissants des processus internationaux ainsi que des obstacles internes à franchir pour bâtir une position syndicale sur l’environnement. Ces interactions ont donné corps à des nouveaux concepts – transition juste, emplois verts et décents – validés par la CSI et mobilisables dans le cadre des différents processus environnementaux.

36Dans le cadre de la Conférence de Rio, les responsables de la délégation syndicale mobilisèrent ces concepts et les adaptèrent (1) aux principaux thèmes et enjeux de la Conférence, et notamment l’Économie verte ; et (2) au paysage syndical local et régional. En d’autres termes, il s’agissait moins de se positionner vis-à-vis d’un texte ou de concepts prédéfinis que de les manipuler de telle sorte que l’accord final intègre la position du mouvement syndical international. Une telle approche a le grand avantage de rassembler les différentes composantes syndicales. La promotion d’une approche syndicale spécifique permet notamment d’éviter une éventuelle querelle interne sur les tenants et aboutissants de l’Économie verte. Dès lors, la réussite de la participation syndicale à Rio ne s’évaluait pas tant en fonction des résultats globaux de la conférence que de l’atteinte d’objectifs négociés en interne et définis au préalable.

  • 23 http://www.ituc-csi.org/IMG/pdf/Rio_20_ITUC-contribution-FR.pdf.

37Les principaux éléments de la position syndicale furent proposés par les entrepreneurs de politique et validés lors du Conseil Général de la CSI dès la fin 2010. La position de la CSI se divise ainsi en trois parties : des décisions concrètes ; des engagements politiques à inclure dans la déclaration finale ; et des positions portées par d’autres organisations et soutenues par la CSI (sécurité alimentaire, accès à l’énergie, médiateur pour les générations futures, Convention internationale sur le Principe 1023). Les trois décisions concrètes reflètent le besoin de trouver un terrain d’entente entre les affiliés, les partenaires et les « syndicalistes environnementaux ». La première a trait à « [la mise] en application de l’Initiative de Socle de Protection Sociale Universelle d’ici à 2020 », demande historique des syndicats dans le cadre de l’OIT. La deuxième concerne la mise en place d’une Taxe sur les Transactions Financières, demande portée par de nombreuses coalitions et organisations de la société civile. Et la troisième concerne la mise en place d’« un objectif par pays sur les emplois décents et verts à atteindre dans les 5 à 10 prochaines années ». Cette demande s’inscrit dans la démarche précédemment décrite de construction d’une position syndicale globale sur l’environnement par le développement de concepts spécifiques (emplois verts et décents, transition juste).

En externe : suivi et participations aux intersessionals24 et prepcom25

  • 24 Trois réunions intersessionals se sont tenues à New York : 10-11 janvier 2011 ; 15-16 décembre 201 (...)
  • 25 Trois comités préparatoires se sont tenues entre mai 2010 et juin 2012 : 16-18 mai 2010 ; 7-8 mars (...)
  • 26 http://www.uncsd2012.org/content/documents/workerstrade-closing.pdf.
  • 27 ESCAP (20 octobre 2011), Economic Commission for Europe (ECE, 1-2 décembre 2011), CEPAL (septembre (...)

38Le travail de préparation de la CSI – et de Sustainlabour – débuta réellement à partir du premier comité préparatoire (prepcom) à New York (16 au 18 mai 2010). À la différence de nombreuses autres grandes ONG, la CSI – généralement représentée par Anabella Rosemberg (CSI) ou Laura Martin Murillo (Sustainlabour) – prit part au processus préparatoire dès son lancement. C’est dans sa déclaration du 18 mai 2010 que la CSI présenta l’idée d’une taxe sur les transactions financières pour financer le développement. Les deux autres grandes thématiques portées par les syndicats à Rio – seuil de protection sociale universel, et travail décent – ne figureront que dans la déclaration syndicale de la deuxième prepcom26. Le travail de suivi des négociations préalables à Rio fut également mené à l’échelle régionale. Des représentants de la CSI (ou de Sustainlabour) prirent ainsi part aux différentes prepcom régionales27. Chaque réunion fut l’occasion de présenter la position syndicale – par le biais d’une déclaration en plénière – et de s’entretenir avec des délégués nationaux et onusiens.

  • 28 http://www.un.org/gsp.

39Lors de ces différentes rencontres internationales, la CSI et Sustainlabour organisèrent ou prirent part à des side-events afin de publiciser les positions portées par la CSI. En-dehors des grands rendez-vous onusiens, Sustainlabour – avec l’appui de la CSI – organisa une rencontre internationale, « Le dialogue de Madrid » (12 avril 2011), en présence de membres du UN High Level Panel on Global Sustainability28. Y prirent également part des dirigeants syndicaux, des représentants d’ONG (Oxfam, Amis de la Terre International) et de gouvernements. L’objectif affiché du Dialogue était de débattre d’un nouveau paradigme de développement. Ce fut surtout l’occasion de publiciser les positions défendues par la CSI.

En interne : validation des positions de la CSI

  • 29 En mars 2012 (12-13), une réunion fut organisée en Europe (« Towards Rio+20 : A Sustainable New De (...)

40Une fois la position validée à l’échelle confédérale, plusieurs initiatives internes furent prises pour faire en sorte que les affiliés se la réapproprient et fassent pression sur leurs gouvernements respectifs au cours du processus de négociation et de rédaction du Zero Draft (prepcom et intersessionnelles). Les organisations régionales affiliées à la CSI organisèrent ainsi une série de séminaires et colloques auxquelles participèrent des chercheurs et représentants de l’OIT, du PNUE et d’organisations environnementales29.

41Au-delà de ces réunions destinées à un public plus large de non avertis, plusieurs rencontres et réunions furent organisées pour mobiliser la communauté des « syndicalistes environnementalistes ». Lors de la Conférence de Rio, ceux-ci seraient amenés à jouer un rôle essentiel lors des activités de lobbying et de suivi des négociations. Leur familiarité avec les positions défendues par la CSI, les règles et procédures propres aux négociations onusiennes, et les acteurs de ces négociations (de nombreux négociateurs à Rio participent également aux négociations climat) représenteraient autant d’atouts à disposition des responsables de la délégation à Rio. Ainsi, lors de la COP17 à Durban en Afrique du Sud, Sustainlabour organisa un side-event intitulé « COP17 : Unions on the Road : From Durban to Rio » (5 décembre 2011). Y participèrent Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, Zwalenzima Vavi, Secrétaire générale de la puissante centrale sud-africaine, COSATU et Carmen Foro, Secrétaire en charge de l’environnement à la CUT Brésil.

  • 30 Branche régionale de la CSI. En plus des syndicats latino-américains, la CSA regroupe également le (...)

42La participation d’une responsable de la CUT s’inscrivait dans une stratégie ciblée de mobilisation des affiliés latino-américains. Au vu de leur forte implantation politique locale – et dans le cas brésilien, de leur proximité avec les mouvements sociaux et le gouvernement en place –, la réussite de la délégation syndicale passait nécessairement par une forte mobilisation des syndicats locaux. Rassemblés à l’intérieur de la Confédération Syndicale des Amériques (CSA30), la plupart des syndicats latino-américains s’inscrivaient dans une démarche a priori hostile à l’agenda officiel de la Conférence. À l’image de la plupart des mouvements sociaux, ils s’opposaient au concept d’Économie verte qu’ils associaient à une forme de greenwashing imposé par les pays développés.

  • 31 Et en particulier FBOM, le Forum brésilien des ONG et mouvements sociaux pour l’environnement et l (...)

43Une priorité pour les coordinateurs de la CSI et Sustainlabour fut donc de faire en sorte que les centrales brésiliennes et la CSA puissent continuer à être en phase avec le positionnement des mouvements sociaux31 tout en n’obstruant pas la démarche de lobbying engagée par la CSI à Rio Centro. Au-delà des questions de fond – sur le sens et l’importance à accorder au concept d’économie verte par exemple –, il s’agissait de définir la forme que devrait prendre la participation syndicale à Rio. Les syndicats devaient-ils privilégier le Sommet des Peuples ou les négociations officielles ?

  • 32 Séminaire financé par la Friedrich Ebert Stiftung (FES).
  • 33 CSA (2012), Resolution on the United Nations Sustainable Development Conference (Rio+20).

44Un des enjeux pour les entrepreneurs de politique au cours du processus de préparation fut donc de créer les conditions d’une participation large et acceptable pour tous. En tant qu’hôtes de la Conférence, il fallait impérativement s’assurer le soutien des syndicats brésiliens et latino-américains. Pour ce faire, la CSI engagea un processus d’échanges avec les représentants des syndicats régionaux. Début novembre 2011, un séminaire international « Rio+20, travail et développement durable : la perspective du mouvement syndical des Amériques » (Sao Paolo) fut organisée pour débattre de la marche à suivre32. Ces discussions internes résultèrent à l’adoption par la CSA lors de son deuxième congrès (17 au 20 avril 2012) d’une résolution reprenant les trois thèmes inclus dans la position officielle de la CSI33. Comme nous le verrons ci-dessous, ces échanges déboucheront aussi sur une participation syndicale en deux temps à Rio.

La CSI à Rio : un Sommet à la carte

  • 34 La plupart d’entre eux y participèrent grâce à l’appui financier de syndicats du Nord ou de fondat (...)
  • 35 Document interne : « Trade Unions at the UN Conference on Sustainable Development ».

45Il n’existe pas de décompte définitif des syndicalistes ayant pris part à la délégation syndicale à Rio. Officiellement, 376 syndicalistes furent enregistrés dans le major group Travailleurs et Syndicats lors de la Conférence. Si l’on tient compte des syndicalistes ayant uniquement participé aux activités parallèles (Sommet des Peuples, Assemblée Syndicale, manifestation…), on estime à plus de 500 le nombre de syndicalistes sur place. S’agissant de la répartition géographique, on constate – sans surprise – une surreprésentation de syndicalistes sud-américains (environ 60 %). Les Européens représentent quant à eux environ 20 % de la délégation. Les régions les moins bien représentées étant l’Afrique et l’Asie-Pacifique34. La faible participation de syndicalistes africains et asiatiques et la présence relativement forte de représentants européens sont à l’image de l’implication syndicale sur le dossier environnemental35.

  • 36 http://www.sustainlabour.org/documentos/Trade%20Union%20Resolution%20on%20Labour%20and%20Environme (...)

46Dans un premier temps, il fallait créer les conditions d’un rassemblement large de syndicalistes autour d’une même position. Pour ce faire, et en préalable au lancement de la Conférence officielle, une Assemblée Syndicale sur le Travail et l’Environnement fut organisé à Rio du 11 au 13 juin. Au cours de cette conférence, environ 450 syndicalistes (représentant 56 pays) se rassemblèrent pour débattre des enjeux pour les travailleurs liés aux grands défis environnementaux. Au bout de deux jours de discussions (sous forme de groupes de travail thématiques), les délégués votèrent à la quasi-unanimité une résolution qui formerait officiellement la base des prises de parole syndicales tout au long de la Conférence36. La portée de cette résolution réside autant dans son contenu que dans son processus d’élaboration – qui reprend, quoique de façon plus militante, les principaux points contenus dans la position officielle de la CSI. L’Assemblée Syndicale a permis à toutes les sensibilités internes à la CSI de s’exprimer et de se réapproprier la thématique environnementale, et, par le biais d’une savante orchestration de la part des organisateurs, les principaux objectifs de la CSI. Dès lors, tous les syndicalistes présents à Rio – qu’ils soient à Rio Centro ou au Sommet des Peuples – parleraient d’une seule voix et seraient légitimés dans leurs actions. En d’autres termes, l’identité syndicale internationale prenait à partir de ce moment le dessus sur leur identité nationale.

47La seconde phase a trait à la Conférence à proprement parler. Pour les responsables de la délégation syndicale, il s’agissait de conjuguer des activités de lobbying dans le cadre des négociations officielles et, en parallèle, d’assurer une présence syndicale forte lors du Sommet des Peuples. Cette double orientation répond également aux priorités et préférences individuelles des différents syndicalistes présents à Rio. D’un côté, les « syndicalistes environnementalistes » (en grande partie européens) eurent tendance à privilégier le suivi des négociations officielles et les activités de lobbying. De l’autre, les nouveaux venus – et tout particulièrement les syndicalistes sud-américains – privilégièrent les activités et forums parallèles plus « militants », moins techniques et à l’intérieur desquels ils étaient souvent déjà introduits.

La délégation syndicale à Rio Centro

48À la différence d’autres organising partners, le major group « Workers and Trade Unions » se confond avec la CSI et sa délégation. En d’autres termes, c’est la CSI qui coordonne sa propre participation, celle de ses affiliés et celle des organisations syndicales non-affiliées qui souhaitent prendre part à l’évènement. Les réunions matinales du MG (à Rio Centro) étaient ainsi présidées par une responsable syndicale et une permanente de la CSI. Ces réunions quotidiennes de 35 à 50 personnes jouèrent un rôle essentiel. Elles se déroulaient habituellement de la manière suivante : après un rapide état des lieux sur l’avancée des négociations (et des positions défendues par la CSI) s’ensuivait un tour d’horizon des tractations syndicales en cours (rencontres avec représentants de délégations nationales, discussions informelles, bruits de couloir). La réunion se terminait systématiquement par une répartition des tâches pour la journée : organiser un rendez-vous avec les représentants d’une délégation, participer à un sideevent (et en faire un compte-rendu), suivre les différentes négociations en cours (un système de prise de notes fut mis en place) et en faire un compte-rendu lors de la prochaine réunion du MG. Tout au long de la journée, un système de listes électroniques permettait aux responsables de délégation de tenir les délégués informés – à Rio Centro et au centre-ville – de l’état d’avancement des négociations, mais aussi de les mobiliser en cas de besoin.

  • 37 http://vote.riodialogues.org/results1-fr.html?l=fr

49Ainsi, lors des Dialogues de Rio, un forum pour la société civile organisé par le gouvernement brésilien à Rio Centro, les responsables de délégation mobilisèrent les membres de délégation pour qu’ils votent en faveur d’une résolution portée par les syndicats. Il est intéressant de noter la manière dont les animateurs mobilisèrent les membres de la délégation. En amont de Rio, les animateurs de la CSI firent en sorte que leur résolution soit soumise au débat et au vote lors des Dialogues. Et au cours des débats, les syndicalistes furent invités à assister au Dialogue pour voter en faveur de la dite résolution37. Environ quarante syndicalistes – dans une grande salle aux trois quarts vide – prirent ainsi part au Dialogue uniquement pour voter la résolution. Cette capacité à « faire masse » fut également employée lors de mobilisations avec des partenaires de la société civile (notamment une action en faveur de la Taxe Robin des Bois).

  • 38 Voir par exemple le document interne distribué aux différents délégués syndicaux : http://www.ituc (...)

50Cette répartition des tâches et mobilisation des syndicalistes répond constamment à un objectif clair : aboutir à l’inclusion dans le texte de négociation des demandes contenues dans la position officielle de la CSI (et reprises dans la déclaration syndicale). Ceux qui participent au groupe de Rio Centro s’inscrivent volontairement dans une démarche de lobbying propre aux négociations internationales onusiennes. Il ne s’agit pas tant de radicalement transformer le cours de l’histoire, mais bien de faire progressivement évoluer les positions et faire reconnaître les positions syndicales à travers l’inclusion de concepts et de formules, une démarche à bien des égards semblable aux pratiques de négociations collectives dans leurs pays respectifs. Elle prend la forme d’un découpage des activités sous forme d’actions concrètes38.

Les syndicats au Sommet des Peuples

51Ceux qui ne souhaitaient pas participer aux négociations officielles avaient la possibilité de prendre part aux évènements organisés dans le cadre du Sommet des Peuples. La délégation syndicale présente au Sommet fut pilotée par les permanents de la CSA (dont le siège se trouve à Sao Paolo) et deux permanentes de Sustainlabour (une d’entre elles faisait régulièrement la navette entre Rio Centro et le centre-ville). Comme leurs homologues de Rio Centro, une trentaine de syndicalistes (majoritairement latino-américains) se rassemblaient chaque matin dans leur hôtel de Copacabana. La réunion quotidienne démarrait par un rapide état des lieux des négociations en cours à Rio Centro. Il s’agissait ensuite de coordonner la participation de syndicalistes aux nombreux évènements organisés par la société civile – au Sommet des Peuples et un peu partout dans la ville. Bien qu’il n’y ait pas le même degré d’exigence qu’à Rio Centro au vu des enjeux, les syndicalistes présents se devaient néanmoins de représenter la position contenue dans la déclaration commune de l’Assemblée Syndicale.

52En tant qu’organisations locales et acteurs du mouvement social régional, les syndicats brésiliens et la CSA organisèrent différents évènements lors du Sommet des Peuples. Les grandes centrales brésiliennes disposaient de leurs propres stands. Ils y organisèrent plusieurs débats autour de thèmes et concepts promus par la CSI. Ainsi, le 16 juin, Força Sindical organisa un séminaire sur le travail décent et les emplois verts. Le 18 juin, la CSA organisa un séminaire sur « l’économie solidaire, le travail décent et la coopération internationale ». Et enfin, la CUT organisa un séminaire sur la durabilité (sustainability) et le travail décent le 19 juin.

53Les représentants de syndicats prirent également part à des évènements organisés par d’autres organisations sociales, et notamment aux séances plénières organisées sous les grands chapiteaux. À plusieurs reprises, les coordinateurs encouragèrent les syndicalistes à « faire masse » en prenant part aux mêmes séances. Ce qui est intéressant à noter c’est que dans la très grande majorité des cas, les interventions des syndicalistes se limitaient aux points contenus dans la déclaration syndicale. Ainsi, lors d’une séance organisée le 17 juin et intitulée « Pour une autre économie », le temps de discussion à la fin de la séance – organisé sous forme de file d’attente – fut largement consacré à des prises de paroles syndicales. Encouragés par le coordinateur de la CSA, une dizaine de syndicalistes s’insérèrent dans la file d’attente et à chacune de leurs interventions ils firent quasi machinalement référence à un ou plusieurs points contenus dans la déclaration commune. Un représentant de la CUT parla ainsi de la taxation des transactions financières, Maria, une syndicaliste indonésienne, insista sur le besoin d’emplois verts et décents. Et un syndicaliste de la Centrale Syndicale du Chili s’écria que « nous, travailleurs, nous appelons à une transition juste ». Ainsi, et bien que le contexte du Sommet des Peuples soit différent de celui de Rio Centro, on voit bien se profiler dans les deux cas une même « manière de faire syndicale ».

54Cette « manière de faire syndicale » se construit en opposition à celle des autres acteurs présents à Rio. À Rio Centro, par exemple, le fait d’incarner le MG Workers and Trade Unions tend à renforcer ce sentiment d’appartenance à un « in-group syndical », par opposition à un « out-group non-syndical ». Au-delà de leurs divergences politiques et stratégiques, les syndicalistes se reconnaissent mutuellement en tant que représentants légitimes des travailleurs – la légitimité étant fondée sur des processus analogues de désignation des représentants et de délégation. Ainsi, lors d’une discussion en marge du Sommet des Peuples, plusieurs syndicalistes sud-américains affiliés à des organisations militantes de gauche, critiquèrent ouvertement les organisations environnementales au prétexte qu’elles appréhendaient mal les aspirations des travailleurs. Ce sentiment d’incompréhension fut exacerbé dès l’instant où la version non définitive de la déclaration finale du Sommet des Peuples n’incluait pas les thématiques et revendications portées par les syndicats. Au-delà des différences d’ordre politique et stratégique, les syndicalistes se retrouvent donc autour de mêmes pratiques.

Conclusion

  • 39 https://rio20.un.org/sites/rio20.un.org/files/a-conf.216-l-1_french.pdf.pdf.

55Si l’on en juge par le contenu de la déclaration finale de la Conférence, on peut penser que la CSI a réussi à marquer Rio+20 de son empreinte. Dans le paragraphe 152 de L’avenir que nous voulons, les États-membres « [reconnaissent] l’importance d’une transition juste prévoyant des programmes destinés à aider les travailleurs à s’adapter à l’évolution du marché du travail39. » Si ce succès ne changera évidemment pas le destin des travailleurs à court terme, la validation des thématiques syndicales constitue un point d’appui important pour une stratégie syndicale globale sur l’environnement. Elle marque aussi une plus grande reconnaissance des syndicats en tant qu’acteurs essentiels des négociations internationales sur l’environnement et le développement, rôle qui était loin d’être évident il y a de ça une dizaine d’années.

56Comme nous l’avons montré, cette plus forte influence du syndicalisme international dans ces arènes ne s’explique pas tant par une transformation radicale du paysage syndical et des pratiques qui le caractérise, mais par une adaptation de ces dernières au nouvel enjeu global que constitue la crise environnementale. En d’autres termes, le mouvement a actualisé une « manière de faire » syndicale (construction de positions communes, internationalisme, négociations directes avec les États, effet de masse, identité syndicale…) en tenant compte des nouvelles contraintes et exigences pour la réussite d’une entreprise militante.

57Au-delà de cette montée en puissance et de la combinaison de différentes stratégies, nous avons montré en quoi la thématique environnementale était à la fois cause et conséquence des évolutions et reconfiguration du syndicalisme international. Cause, car la thématique environnementale, sous l’influence des entrepreneurs de politique du syndicalisme environnemental notamment, a contribué à faire bouger les lignes du syndicalisme, ses discours et ses pratiques. Conséquence, car l’internalisation de la problématique environnementale dans le discours syndicale renvoie à la capacité du syndicalisme à considérer les grands enjeux contemporains et à s’adapter aux formes de mobilisations qui leur correspondent. Cette appropriation syndicale de la thématique environnementale n’est pas sans effet non seulement sur les négociations internationales, mais dans la manière de penser ces questions sous l’angle du travail.

Bibliographie

Bibliographie

Anheier H., Glasius M., Kaldor M., 2001, Global Civil Society 2001, Oxford, Oxford University Press.

Barling J., Fullagar C., Kelloway E. K., Mcelvie L., 1992, Union Loyalty and Strike Propensity, The Journal of Social Psychology, 132(5), p. 581-590.

Bell D., 1976, The Coming of Post-Industrial Society, New York, Basic Books.

CISL, 1992, Final Declaration : Caracas Congress.

CISL, 2000, Plough to Plate’ Approaches to Food and Agriculture, 8 th Session, UN Commission on Sustainable Development, Texte de discussion proposé par les syndicats, http://www.un.org/documents/ecosoc/cn17/2000/ecn172000-3add3.pdf [consulté en décembre 2013].

CISL, 2002, Fashioning a New Deal : Workers and Trade Unions at the World Summit for Sustainable Development, South Africa, August/September.

CSI, 2006, Statuts, http://www.ituc-csi.org/IMG/pdf/Const-FRE-W.pdf [consulté en décembre 2013].

Daugjberg C., Marsh D., 1998, Explaining Policy Outcomes : Integrating the Policy Network Approach with Macro-Level and Micro-Level Analysis, in D. Marsh (éd.), Comparing Policy Networks, Buckingham, Open University Press.

Gordon M. E., Philpot J. W., Burt R. E., Thompson C. A., Spiller W. E., 1980, Commitment to the Union : Development of a Measure and an Examination of its Correlates, Journal of Applied Psychology, 65, p. 479-499.

Gorz A., 1988, Métamorphoses du travail, Paris, Éditions Galilée.

Grossman E., Saurugger S., 2012, Les groupes d’intérêt : action collective et stratégies de représentation, Paris, Armand Colin.

Haas P., 1992, Introduction : Epistemic Communities and International Policy Coordination, International Organization, 46(1), p. 1-35.

Isaac L., Christiansen L., 2002, How Civil the Rights Movement Revitalized Labor Militancy, American Sociological Review, 67(5), p. 722-746.

Keane J., 2001, Global Civil Society ?, in H. Anheier, M. Glasius, M. Kaldor (éds.), Global Civil Society 2001, Oxford, Oxford University Press, p. 23-47.

Kingdon J., 1984, Agendas, Alternatives and Public Policies, Boston, Little, Brown and Company.

Klandermans B., 1989, Union commitment : Replications and Tests in the Dutch Context, Journal of Applied Psychology, 74, p. 869-875.

Kremenyuk V., 1991, International Negotiation : Analysis, Approaches, Issues, San Francisco, Jossey Bass.

Lax D., Sebenius J., 1987, The Manager as Negociator : Bargaining for Cooperation and Competitive Gain, Cambridge, The Free Press.

Levesque C., Murray G., Le Queux S., 1998, Transformations sociales et identités syndicales : l’institution syndicale à l’épreuve de la différenciation sociale contemporaine, in Sociologie et sociétés, 30(2), p. 131-154.

Marsh D., 1995, Théories de l’État et modèle de réseaux d’action publique, in P. Le Gales et M. Thatcher (éds.), Les réseaux de politique publique : débat autour des Policy Networks, Paris, L’Harmattan, p. 141-163.

Minkoff D., 1999, Bending with the Wind : Strategic Change and Adaptation by Women’s and Racial Minority Organizations, American Journal of Sociology, 104(6), p. 1666-1703.

Nay O., 2012, How do policy ideas spread among international administrations ? Policy Entrepreneurs and Bureaucratic Influence in the UN Response to AIDS, Journal of Public Policy, 32(1), p. 53-76.

O’Brien R., 2000, The World Trade Organization and Labour, in R. O’Brien, A.-M. Goetz, J. A. Scholte, M. Williams (éds.), Contesting Global Governance : Multilateral Economic Institutions and Global Social Movements, Cambridge, Cambridge University Press, p. 67-108.

Pernot H., 2003, Un projet de démocratie à l’épreuve du quotidien syndical, Thèse de doctorat en science politique, université Lumière Lyon 2, Institut d’études politiques de Lyon.

Riutort P., 2007, Sociologie de la communication politique, Paris, La Découverte.

Rosemberg A., 2013, Developing Global Environmental Unions Policies through the ITUC, in N. Rathzel, D. Uzzell (éds.), Trade Unions in the Green Economy : Working for the Environment, Londres, Routledge.

Schnabel C., 2012, Union Membership and Density : Some (not so) Stylized Facts and Challenges, Discussion Paper, No. 6792, aout, Bonn, Institute for the Study of Labor.

Silverman V., 2004, Sustainable Alliances : The Ideology of International Labor Environmentalism, International Labor and Working Class History, 66, Fall, p. 118-135.

Touraine A., 1969, La société post-industrielle : naissance d’une société, Paris, Denoel.

Vosko L., 2002, « Decent work » : the Shifting Role of the ILO and the Struggle for Global Justice, Global Social Policy, 19(2), p. 19-46.

Walton R., McKersie, R., 1991, A Behavioural Theory of Labor Negociations : An Analysis of a Social Interaction System, Cornell, ILR Press.

Notes

1 Les quelques études existantes, presque exclusivement anglosaxonnes ou anglophones, tendent à privilégier une approche descriptive plutôt qu’analytique (Silverman, 2006 ; Räthzel, 2011).

2 Anheier, Glasius et Kaldor mettent ainsi l’accent sur le caractère « nouveau » de la société civile globale en la présentant comme une « nouvelle sphère d’idées, de valeurs, d’institutions, d’organisations, de réseaux, et d’individus » (Anheier et al., 2001, p. 17).

3 À noter que certains chercheurs relativisent aussi la crise du syndicalisme dans les pays développés. Voir par exemple, Schnabel (2012).

4 http://stats.oecd.org/Index.aspx?DataSetCode=UN_DEN&Lang=fr.

5 http://www.ilo.org/ifpdial/information-resources/dialogue-data/lang--en/index.htm.

6 Confédération internationale des syndicats libres.

7 Confédération mondiale du travail.

8 Connectant agences de l’ONU, états et acteurs non-étatiques.

9 À travers une reconnaissance officielle des major groups en tant que représentant de la société civile auprès des différentes instances et processus liés au développement durable. Et notamment aux Commissions de Développement Durables (CDD) mises en place par l’Assemblée Générale de l’ONU en décembre 1992 pour suivre la mise en œuvre des décisions prises à l’UNCED.

10 Il fut à l’origine de la création de deux postes distincts de secrétaire général : l’un pour les questions de santé/sécurité au travail, et l’autre, pour les questions environnementales.

11 http://www.un.org/french/events/rio92/agenda21/action29.htm. Une délégation d’environ 25 syndicalistes prit part à la Conférence de Rio 92. Parmi eux, Lucien Royer (permanent syndical canadien et qui serait bientôt en charge des questions SSTE pour la CSI et le TUAC), Joaquin Nieto (membre de CCOO et futur président fondateur de Sustainlabour).

12 Ces mêmes réticences se retrouvent à l’intérieur de plusieurs groupes SST à l’intérieur de syndicats nationaux.

13 http://www.sustainlabour.org/iniciativa.php?lang=EN.

14 http://www.unep.org/civil-society/Implementation/Strengtheningtradeunionparticipation/tabid/104809/Default.aspx.

15 http://www.sustainlabour.org/IMG/pdf/sustainlabour_narrative_report.2007_20 10.final.2011.pdf.

16 Je m’appuie sur la définition donnée par Peter Haas (Haas, 1992, p. 3). Ils disposent d’une grande expérience d’interaction avec d’autres acteurs du débat international dans le domaine de l’environnement et du développement durable : membres de délégations nationales, permanents d’organisation internationales (techniques et politiques : secrétariat de l’UNFCCC, coordinateur du programme Emplois Verts à l’OIT et au PNUE en charge de la thématique environnementale, permanents syndicaux (régionaux et nationaux), représentants et permanents d’ONG environnementales et organisations du mouvement social. Ils connaissent également les règles et procédures de ces négociations, les rapports de force internes, connaissances indispensables à la réussite de toute entreprise de lobbying au sein de l’ONU.

17 Sur le concept de « travail décent », se reporter à Vosko (2002).

18 Extrait du dépliant « Une transition juste : un cheminement équitable pour protéger le climat » (2009).

19 L’initiative entraina une série de publications co-signées par les quatre organisations et dans lesquels ils développent leur vision, secteur par secteur, d’une économie mondiale fondée sur un nouveau modèle de production et de consommation. Voir, par exemple, le rapport Green Jobs : Towards Decent Work in a Sustainable, Low-Carbon World (2008).

20 Plusieurs études se sont penchées sur le union commitment ou union loyalty (Gordon et al., 1980, p. 480 ; Klandermans, 1989 ; Barling et al., 1992).

21 Sur la question du fonctionnement interne de l’organisation syndicale, voir la thèse de Hélène Pernot (2003).

22 Le Congrès qui se tient tous les quatre ans et dont la composition est fonction du nombre d’adhérents à jour de leurs cotisations, constitue « l’autorité suprême » de la CSI (et de la CISL avant elle). C’est lui qui fixe les grandes orientations pour la CSI et qui élit le Conseil Général et le Secrétaire Général. Le Conseil Général, exécutif de la CSI, rassemble 70 membres (11 Africains, 18 Américains, 15 d’Asie-Pacifique et 26 d’Europe). Il se rassemble en général deux fois par an à Bruxelles (où siège la CSI) et son rôle est de s’assurer que le Bureau Exécutif (composé du secrétaire général, du président et de 25 membres chacun en charge d’une thématique) met en œuvre les grandes orientations décidées lors du Congrès. Aucune initiative politique ne peut être prise sans discussion et vote préalable du Conseil Général.

23 http://www.ituc-csi.org/IMG/pdf/Rio_20_ITUC-contribution-FR.pdf.

24 Trois réunions intersessionals se sont tenues à New York : 10-11 janvier 2011 ; 15-16 décembre 2011 et 26-27 mars 2012.

25 Trois comités préparatoires se sont tenues entre mai 2010 et juin 2012 : 16-18 mai 2010 ; 7-8 mars 2011 et 13-15 juin 2012.

26 http://www.uncsd2012.org/content/documents/workerstrade-closing.pdf.

27 ESCAP (20 octobre 2011), Economic Commission for Europe (ECE, 1-2 décembre 2011), CEPAL (septembre 2011).

28 http://www.un.org/gsp.

29 En mars 2012 (12-13), une réunion fut organisée en Europe (« Towards Rio+20 : A Sustainable New Deal for Europe ») et en avril (3-4) une réunion fut organisée par la CSI-Asie (ITUC-Asia Pacific Regional Conference on Green Jobs and Decent Work).

30 Branche régionale de la CSI. En plus des syndicats latino-américains, la CSA regroupe également les syndicats nord-américains (notamment l’AFL-CIO).

31 Et en particulier FBOM, le Forum brésilien des ONG et mouvements sociaux pour l’environnement et le développement.

32 Séminaire financé par la Friedrich Ebert Stiftung (FES).

33 CSA (2012), Resolution on the United Nations Sustainable Development Conference (Rio+20).

34 La plupart d’entre eux y participèrent grâce à l’appui financier de syndicats du Nord ou de fondations (notamment la Freidrich Ebert Stiftung).

35 Document interne : « Trade Unions at the UN Conference on Sustainable Development ».

36 http://www.sustainlabour.org/documentos/Trade%20Union%20Resolution%20on%20Labour%20and%20Environment.pdf.

37 http://vote.riodialogues.org/results1-fr.html?l=fr

38 Voir par exemple le document interne distribué aux différents délégués syndicaux : http://www.ituc-csi.org/rio-20-want-to-know-more-on

39 https://rio20.un.org/sites/rio20.un.org/files/a-conf.216-l-1_french.pdf.pdf.

Auteur

Édouard Morena (King’s College London) s’intéresse aux formes contemporaines de mobilisations collectives à l’échelle française et internationale. Il s’intéresse plus particulièrement à la formation d’identités collectives à l’intérieur des mouvements sociaux et leur mobilisation par ces derniers.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540