Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur Rio+20

 | 
Jean Foyer

Partie 2. L'épreuve du marché

Chapitre 7. Modèles de verdissement de l’agriculture et acteurs en compétition à Rio+20

Elise Demeulenaere et Monica Castro

Texte intégral

1La vaste entreprise de modernisation de l’agriculture qui s’est déployée dans les pays du Nord au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, suivie quelques années plus tard dans les pays du Sud par la Révolution verte, a abouti à une augmentation spectaculaire de la productivité agricole. Aujourd’hui l’heure n’est plus à la célébration de ces courbes qui illustraient l’augmentation en flèche du rendement agricole à partir des années 1950. En effet, dans les années 1970 ont commencé à se multiplier les alertes sur les impacts écologiques et sanitaires de l’agriculture industrielle (paru en 1962 le Printemps silencieux de Rachel Carson faisant figure d’alerte précoce) ; à la même époque, la Révolution verte a commencé à être dénoncée, non seulement pour ses échecs sociaux et économiques, mais aussi pour ses effets délétères sur l’environnement. La critique des excès du productivisme agricole est de nos jours suffisamment ancrée pour que l’impératif d’un verdissement de l’agriculture fasse désormais consensus. La « révolution doublement verte », la « modernisation écologique de l’agriculture », l’« intensification écologique de l’agriculture » (IEA), l’« agro-écologie », sont des expressions qui font florès (Conway 1998 ; Horlings & Marsden 2011 ; Griffon 2006 ; Altieri 2002). Issues des milieux académiques ou militants, elles circulent entre arènes, évoluent dans leur acception, et sont plus ou moins réappropriées dans le langage institutionnel (voir l’analyse de Wezel et al. 2009 pour l’agro-écologie ; Goulet 2013 pour l’IEA). Chacune de ces formes lexicales renvoie à des visions de l’agriculture contrastées (Pervanchon & Blouet 2002), mais au-delà des divergences, elles ont en commun d’annoncer, ou au moins de prôner, le renouveau environnemental de l’agriculture.

  • 1 Traduction des auteurs : « rule-governed structure of production and consumption of food on a worl (...)

2Harriet Friedmann et Philip McMichael ont proposé d’analyser et historiciser les mutations de l’agriculture mondiale, à travers le concept de « régime agro-alimentaire » (food regime) (McMichael 2009). Pour les auteurs, l’expression « régime agro-alimentaire » désigne les configurations (règles, normes, mais aussi cadrages, formes de régulation) qui structurent pour une période donnée, la production et la consommation alimentaire à l’échelle globale1. Les auteurs décrivent pour la période 1870-1914 un premier régime agro-alimentaire, dénommé « colonial-diasporique », caractérisé par la mise en place d’un marché mondial et libre des denrées alimentaires. Après une période de crise d’une trentaine d’années ouverte par la profonde instabilité des prix alimentaires, lui succède un régime qualifié de « mercantile-industriel » (1947-1973) : celui-ci se construit au contraire sur l’idée que l’agriculture constitue un secteur industriel à part, qui justifie les larges subventions à l’export et l’écoulement de la surproduction dans les pays du Nord par l’aide humanitaire dans les pays du Sud. Un tel contexte permet le développement des géants de l’agro-alimentaire. Ce régime est mis à mal par la remise en question des aides à l’exportation, requalifiées dans les années 1980 comme des distorsions de concurrence notamment lors des négociations sur l’agriculture au GATT puis à l’OMC. Nous serions encore dans une période de transition à l’heure actuelle.

  • 2 Sur ce point, Friedmann rejoint encore Chiapello, qui a prolongé l’analyse des mutations du capita (...)

3Dans ses travaux récents, Friedmann s’est concentrée, moins sur la description de la succession historique des régimes, que sur leurs mécanismes d’évolution. Pour elle, chaque régime est marqué par des contradictions internes, qui préfigurent les crises à venir, et contribuent à façonner le régime suivant. Les régimes sont donc moins des structures statiques que des « provisional compromises among some of the contending actors, who manage to create a new interpretive frame in common » (Friedmann 2005 : 236). Le modèle des régimes alimentaires tel que développé par Friedmann converge ainsi étonnamment avec l’analyse de Boltanski et Chiapello dans Le nouvel Esprit du Capitalisme, sur le rôle moteur de différentes formes de critiques dans les mutations historiques du capitalisme (Boltanski et Chiapello 1999). Pour la période récente, Harriet Friedmann observe l’émergence de mouvements sociaux porteurs de causes rattachables plus ou moins directement à l’environnement (pollution, alimentation saine, bienêtre animal, commerce équitable…). Cette critique écologique est celle qui travaille le plus le régime actuel ; celle aussi donc qui pèsera le plus sur le régime à venir2. Bien qu’il soit trop tôt pour en dresser précisément les contours, l’auteure fait l’hypothèse de l’émergence d’un régime agroalimentaire environnemental-entrepreneurial, déjà perceptible à travers le développement de standards privés de qualité affichant la prise en compte de la question environnementale. Cependant, ce régime ne serait pas encore stabilisé et ferait encore l’objet de luttes et de contestations de la part des acteurs désireux de peser sur le futur de l’agriculture (Friedmann 2005).

  • 3 Sur la distinction entre arène et forum, voir Fouilleux, 2009.

4Avec le modèle de Friedmann en tête, et son intuition d’un régime environnemental émergent, nous souhaitons faire un état des lieux des discours actuels sur l’agriculture, des acteurs qui les portent au niveau international, et des réseaux dans lesquels ils s’inscrivent. Nous faisons l’hypothèse que Rio+20 offre une bonne fenêtre d’observation pour cela. Rio+20 représente en effet une arène de négociation autour de laquelle se retrouvent les États, mais également, un forum où des idées sont présentées, échangées, sélectionnées, et constituent un vivier d’options pour le futur3. Par ailleurs, Rio+20 a prolongé les efforts des Sommets de la Terre précédents pour inclure les voix de la société civile dans le processus de négociation, notamment via des contributions écrites, ce qui en fait a priori un espace où des voix critiques sont audibles. Enfin, quand bien même la conférence ne portait pas spécifiquement sur l’agriculture, le thème de la sécurité alimentaire et l’agriculture durable était présenté comme l’une des priorités sectorielles de la Conférence.

  • 4 Le modèle ici se rapproche de la notion d’utopie, si ce n’est qu’il n’offre pas seulement un horiz (...)

5Des auteurs avant nous ont analysé les formes concurrentes d’écologisation de l’agriculture apparaissant dans un large corpus d’articles scientifiques (Ollivier et Bellon 2013). Empruntant à la théorie kuhnienne des révolutions scientifiques, ils interprètent les formes lexicales extraites des textes comme des paradigmes en compétition. Leur analyse diachronique permet de bien en retracer la dynamique. Par contraste, notre corpus est constitué de textes contemporains, contenant peu de références scientifiques, et dans lesquels la dimension normative et prescriptive est assumée. Pour cela, et malgré les appels récurrents au forum Rio+20 à « changer de paradigme », nous préférons interpréter ces formes lexicales et les discours associés en termes de « modèles » agricoles. Au sens commun, le terme renvoie à la fois à un concept ou objet considéré comme représentatif d’un autre (le modèle comme type, voire type idéal), et à un objet réel dont on va chercher à donner une représentation (le modèle comme prototype). On retiendra plutôt l’usage classique en sciences humaines et sociales qui fait du modèle un ensemble de règles, notamment morales, relatives à l’organisation sociale qui oriente l’action de ceux qui s’y réfèrent4.

Corpus et méthode d’analyse

  • 5 Une lettre de cadrage invitait les contributeurs à s’inscrire dans les thèmes officiels de la conf (...)
  • 6 http://www.uncsd2012.org/compdocument.html.

6Comme les deux Sommets de la Terre précédents, Rio+20 affiche le souci d’inclure les voix de la société civile. L’organisation de Rio+20 apporte cependant quelques innovations dans le dispositif, notamment avec un processus participatif mis en place en amont de la Conférence (Corson et al. 2013). En effet, lors de la deuxième réunion préparatoire en mars 2011, le Comité préparatoire de la Conférence a demandé au Bureau d’initier un « processus ouvert, transparent et inclusif » pour nourrir l’avant-projet (draft zero) devant servir de base à la négociation. Pour cela, les États membres, les organisations des Nations unies, et d’autres parties prenantes pertinentes ont été invités à soumettre en ligne leurs contributions pour le 1er novembre 20115. Il en est ressorti un « document de compilation » de 2298 pages consultable en ligne6.

7Ce document est divisé en sous-documents comprenant :

  • Les contributions des neuf major groups officiels, regroupées avec 431 contributions spontanées d’autres acteurs (essentiellement des associations, affiliées ou non à un GM) - certaines étant l’émanation de collectifs regroupant des organisations ayant déjà fait une contribution à titre individuel ;
  • 72 contributions en provenance des agences des Nations Unies et des Organisations intergouvernementales (OIG) ;
  • 69 contributions d’États membres ;
  • les contributions des cinq Groupes Politiques officiellement constitués aux Nations Unies : Groupe des 77 et Chine, Union européenne, Communauté caribéenne, Forum des îles Pacifique, et États en voie de développement des petites îles du Pacifique.
  • Cinq contributions issues des réunions préparatoires régionales (non incluses dans l’analyse car mises en ligne ultérieurement).

8L’existence d’un tel matériau a joué sur les orientations méthodologiques de ce travail. En effet, son volume était trop important pour être lu en détail. Il justifiait le recours à un logiciel d’analyse de corpus textuels, en ouvrant sur une analyse des formes lexicales employées et des thèmes associés. Cette approche n’était pas que contrainte par la taille du corpus : elle nous convainquait aussi, car elle répondait à notre intuition que les acteurs dans ces conférences sont engagés dans un travail de mobilisation de ressources discursives. Il s’agit pour eux de publiciser leur cadre d’interprétation des problèmes, et de le faire via des termes, des expressions, des messages brefs, « qui fonctionnent comme des synecdoques », au sens où ils concentrent en quelques mots un effort collectif de production de sens (Benford & Snow 2000).

9Nous avons donc utilisé le logiciel d’analyse de corpus textuel Prospéro (Chateauraynaud 2003). Pour des raisons techniques, nous n’avons travaillé que sur les contributions en anglais, et exclu les 33 contributions en français et en espagnol. Les logiciels de traitement de texte offrent des fonctionnalités simples (type « Rechercher ») qui permettent de repérer le nombre d’occurrences de certains mots ou certaines expressions. Un logiciel comme Prospéro permet d’aller au-delà, par exemple en offrant la possibilité de regrouper sous la même catégorie des formes lexicales différentes, mais que le chercheur estime sémantiquement proches (exemple donné ci-dessous avec « Industrial Agriculture »). Ces catégories analytiques peuvent couvrir des domaines, mais aussi de façon plus abstraite, des concepts, ou encore des modes d’argumentation. Une fois le dictionnaire des catégories fait, il est possible de relever les proximités relatives entre auteurs et catégories, et de les représenter sous forme de réseaux. Le traitement automatique ne le permettait pas (notation des amendements sous forme de crochets, que le logiciel ne sait pas reconnaître), nous avons comparé « à la main » notre corpus avec les trois versions successives de l’avant-projet (en date respectivement des 6/1/2012, 6/3/2012, 6/5/2012), et la déclaration finale (22/6/2012).

  • 7 http://www.uncsd2012.org/meetings_sidevents.html.

10Cette consultation vient s’ajouter à d’autres formes d’intervention de la société civile à Rio. Parmi celles-ci, les side-events organisés lors des prepcom sont investis par les acteurs comme des lieux stratégiques pour promouvoir des rapports, des documents d’analyse, ou pour renforcer des liens avec des négociateurs ou des délégués. Il s’agit moins de jouer directement sur la négociation, que de peser sur le cadrage des politiques à long terme. Nous avons récupéré sur le site de la Conférence la liste des séances parallèles abordant le thème de l’agriculture, et les informations complètes concernant leur organisation (organisateurs, co-organisateurs)7. Grâce à l’organisation collective de notre terrain, nous avons pu suivre directement ou indirectement une dizaine de ces side-events. Le format des présentations et des séances, la composition des panels, le type de documents distribués figurent parmi les éléments systématiquement notés. Enfin, notre analyse s’est nourrie d’entretiens informels à l’occasion des réunions quotidiennes du major group Agriculteurs ou lors des side-events observés.

Principaux types d’agriculture selon les contributeurs

11Sur les 431 contributions soumises en anglais dans le cadre du processus de consultation, 164 contenaient le terme agriculture ; et 86 contenaient la racine farm* (pour farmer ou farming). Le terme food est également assez présent, et le plus souvent dans les mêmes textes que ceux où le thème de l’agriculture apparaît. L’alimentation est toujours en lien avec les thèmes poverty et hunger. Le terme dont l’occurrence domine reste celui de economy, ce qui n’a rien de surprenant dans la mesure où les contributeurs étaient invités à s’aligner sur les thèmes officiels de la conférence, dont l’économie verte.

  • 8 L’agriculture écologiquement intensive promue en France par le CIRAD n’apparaît pas. Michel Griffo (...)

12Nous avons trouvé 62 formes lexicales différentes pour qualifier l’agriculture : des formes les plus communes et attendues, comme « sustainable agriculture », « organic agriculture » ou « agroecology » aux formes les plus inattendues ou sophistiquées, telles que « terminator type agriculture » ou « Agroecology-based Climate Resilient Sustainable Agriculture »8. La plupart de ces expressions n’étant utilisées qu’une ou deux fois, nous avons jugé pertinent d’en regrouper certaines sur la base de leur proximité sémantique, pour aboutir à 17 catégories (incluant la catégorie « agriculture » comme forme non qualifiée).

13Le graphe 1 offre une vue schématique et synthétique des 17 catégories d’agriculture recensées et des contributeurs qui s’y réfèrent. Nous commentons ci-dessous les catégories d’agricultures offrant le plus d’occurrences dans le corpus.

Graphe 1 : Graphe de co-usage des catégories d’agriculture (noir) par les contributeurs (gris). Remarque : la catégorie « agriculture » sans qualification n’a pas été retenue ici, car cette catégorie, par son poids, écrase et rend invisible les autres.

« Agriculture industrielle » : la modernisation agricole sous les feux de la critique

14Nous avons créé en premier lieu la catégorie « industrial agriculture », qui rassemble toutes les formes lexicales renvoyant aux formes d’agriculture issues de la modernisation agricole et de la Révolution Verte (Tableau 1). L’expression « industrial agriculture » en tant que telle n’apparaît pas beaucoup, comme si elle n’était pas suffisante pour qualifier l’objet.

Tableau 1. Formes lexicales incluses pour construire la catégorie « industrial agriculture »

Chemical-based agriculture ; Corporate agriculture ; High input industrialize agriculture ; industrial agriculture ; industrial farming ; industrial corporate agriculture ; industrialized agriculture ; industrialized farming ; input-intensive agriculture ; intensive agriculture ; large scale industrial farming ; modern agriculture ; multiple-chemical-based industrial agriculture ; conventional agriculture

15Il est remarquable que dans toutes les contributions, les formes d’agricultures rassemblées dans la catégorie « industrial agriculture » sont appréhendées négativement. Les critiques portent à la fois sur les conséquences sociales et humanitaires (« constant rise in hunger and poverty » – Roots for Equity ;… « has deprived millions of their livelihoods and sent many into hunger, exploitation and slums » – International Federation of Organic Agriculture Movements (IFOAM)), et environnementales (soil degradation… has harmed our environment – ActionAid). Ces critiques mettent en cause tant les pratiques agronomiques que le système économique dans lesquels elles s’insèrent. Elles sont vives au point que « industrial agriculture » apparaît dans notre analyse comme la deuxième catégorie la plus déployée. Les acteurs promouvant un modèle d’agriculture pouvant être qualifié d’industriel par leurs détracteurs n’utilisent jamais l’expression « agriculture industrielle », comme si elle était déjà trop stigmatisée par la critique ; ils parlent de « sustainable agriculture » ou « green agriculture », ce qui marque un alignement de leur discours sur le cadrage devenu dominant en faveur du verdissement de l’agriculture.

  • 9 L’International Assessment of Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development ; nou (...)

16Les organisations qui apparaissent les plus engagées dans la dénonciation des excès de l’agriculture industrielle sont : l’International Indian Treaty Council (IITC), organisation pour la souveraineté et l’autodétermination des peuples autochtones amérindiens, l’IFOAM ; la fondation Biovision, fondée par Hans Herren, lauréat en 2013 du Right Livelihood Award (« prix Nobel alternatif », accordé à d’éminents porteurs de causes environnementales et humanistes) et vice-président de l’IAASTD9 ; l’association humanitaire ActionAid qui revendique une approche fondée sur l’accès aux droits ; une plate-forme de groupes asiatiques d’agriculteurs relayant le plaidoyer pour la souveraineté alimentaire (People’s coalition on Food sovereignty) ; le major group des peuples autochtones ; ainsi que d’autres organisations non gouvernementales (ONG) critiques de la technique (ETC Group), ou dédiées à la protection de l’environnement (Greenpeace, Friends of the Earth, International POPs Elimination Network (IPEN))…

« Agriculture durable », une catégorie courante aux contours flous

17L’expression « Sustainable agriculture » est utilisée dans un grand nombre de contributions. Les acteurs qui se réfèrent à l’agriculture durable ont un profil plutôt institutionnel. Ainsi, on trouve en majorité des États, des organisations internationales (come laFAO) et des agences onusiennes ou assimilées. Parmi celles-ci, l’International Fund for Agricultural Development (IFAD), ou le Stakeholder Forum for a Sustainable Future (SFSS), organisation travaillant en coopération avec l’UN-DESA pour l’implication de la société civile dans les processus onusiens, et encore, le International Partners for Sustainable Agriculture (IPSA) qui joue le même rôle vis-à-vis des acteurs du monde agricole. Des instituts de recherche ((Institute for Global Environmental Strategies (IGES) au Japon, Earth Institute à Columbia University…) apparaissent également. Du côté des ONG, on retrouve certaines des organisations figurant parmi celles déjà évoquées qui dénoncent l’agriculture industrielle, mais aussi de nouvelles, dont l’objet est plus axé sur les besoins fondamentaux (World Vision engagée contre l’insécurité alimentaire des enfants ; Association d’organisations chrétiennes européennes pour le développement (APRODEV) et Act Alliance).

18Un représentant du secteur privé mobilise également abondamment le vocabulaire de l’agriculture durable : il s’agit de CropLife International, qui se présente comme une fédération des industries des biotechnologies végétales pour l’agriculture (elle représente à l’heure actuelle huit géants de l’agro-chimie : BASF, Bayer CropScience, Dow Agrosciences, DuPont, Food Machinery and Chemical Corporation (FMC), Monsanto, Sumitomo et Syngenta). Son discours est favorable au développement de technologies par des « innovation-driven companies », dans la lignée de la révolution verte, même s’il appelle à tenir compte des nouvelles contraintes de durabilité : minimiser l’empreinte environnementale tout en créant des conditions de vie soutenables (sustainable) pour les agriculteurs. CropLife est impliquée dans l’initiative Farming First, dont le comité de pilotage a aussi envoyé une contribution placée sous le signe de l’agriculture durable, et dans la ligne de l’agenda onusien, à savoir la résolution des problèmes globaux que sont la « sécurité alimentaire, le changement climatique, la biodiversité ».

19« Sustainable agriculture » apparaît dans de nombreux textes conjointement avec d’autres formes lexicales, que ce soit « agroecology », « green agriculture », « organic agriculture », « conservation agriculture »... Il s’agit d’une catégorie très inclusive, au champ sémantique large. L’expression peut être considérée à juste titre comme consensuelle, peu clivante, n’impliquant pas des orientations marquées – on retrouve finalement la même polysémie (et la même dilution de sens) que dans l’expression « développement durable ». Elle est l’expression consacrée dans le langage institutionnel, que d’aucuns ont appelé ironiquement « la langue de coton », une langue qui « a réponse à tout parce qu’elle n’énonce presque rien » (Huyghe, 1991).

20« Sustainable agriculture » a un lien spécifique fort avec « food security » et « nutrition », ce qui s’explique par le fait que ces thèmes figurent parmi les priorités à l’agenda des institutions internationales. Le terme « nutrition » n’apparaît qu’une fois dans l’avant-projet du 10 janvier 2012. Dans la version du 28 mars 2012 en revanche, les paragraphes anciennement intitulés « Food Security » sont renommés, suivant la proposition du facilitateur des négociations, « Food and nutrition security and sustainable agriculture » ou (deuxième option proposée) « Sustainable agriculture, food security, and nutrition », après que l’Union Européenne, la Suisse, la Norvège, le Canada ont déposé des amendements pour réintroduire le thème de la nutrition. Ces pays reprennent là la terminologie adoptée par le Comité de la Sécurité alimentaire mondiale, et son Groupe d’experts de haut niveau (High Level Panel of Experts) sur la sécurité alimentaire et la nutrition établie en 2010. Cette observation nous permet de souligner un point de tension très actuel dans le cadrage des problèmes agricoles et alimentaires. Dans les années 1970, la faim s’est imposée comme le cadrage dominant des problématiques agricoles (Friedmann, 2005). En 2012, le thème de la nutrition s’est affirmé, mais son poids relatif par rapport à la thématique de la faim est encore débattu. En témoigne l’effort de certains acteurs (IPSA, Caribbean Policy Development Centre, Eurostep) de promouvoir l’expression « Food and Nutrition Security » plutôt que « Food security and Nutrition ». L’intitulé finalement adopté dans la déclaration finale pour la série de paragraphes dédiés à l’alimentation et l’agriculture sera « Food security and nutrition and sustainable agriculture », ce qui témoigne d’une résistance des négociateurs à voir la nutrition figurer au même rang que l’alimentation, reprenant en cela les recommandations prudentes du Comité sur la sécurité alimentaire mondiale (CFS, 2012).

« Agroecoloy », une utopie sociale-écologique en construction

21Nous avons rassemblé dans cette catégorie les formes lexicales “agroecological”, “agroecology” (et les multiples déclinaisons orthographiques : “agro-ecology”, “agro ecology”, etc.) (Tableau 4). À noter, il y a beaucoup plus d’occurrences de l’adjectif (“agroecological”) que du nom (“agroecology”) [68 vs. 22] ce que les linguistes interpréteront comme une façon d’affaiblir le sens. Une autre lecture est possible. Les créateurs de Prospéro ont créé le concept d’être-fictif pour désigner les choses abstraites qui ont un statut d’actant dans les discours. Un indicateur de cela est leur position de sujet grammatical dans les phrases (ex. « l’État », « la Maison blanche »…) (Chateauraynaud, 2003). « Agro-écologie » donc, contrairement aux autres modèles avec lesquelles elle est en compétition, n’opère pas comme un actant. Cela suggère que l’agro-écologie n’existe pas (encore) comme un modèle stabilisé pour les acteurs.

Tableau 2. Formes lexicales incluses pour construire la catégorie AGROECOLOGY

Agroecology ; agroecological approaches ; agroecological systems ; agroecological modes of production ; agroecological methods ; agroecological farming ; agroecological practices ; agroecological technologies ; agroecological solutions

  • 10 Le gouvernement comporte deux Ministères touchant à l’agriculture : le « Ministère de l’Agricultur (...)
  • 11 Le syndicat international de paysans La Via Campesina n’a pas envoyé de con

22Mis à part le Brésil, État qui s’illustre par sa politique agricole à deux têtes, ce qui l’amène à défendre simultanément le développement de l’agro-industrie et celui de l’agro-écologie10, les acteurs porteurs de l’agro-écologie dans notre corpus sont essentiellement issus de la société civile organisée. Il s’agit plus précisément d’organisations d’agriculteurs ou ayant trait à l’agriculture (IFOAM, Biovision, Institute for Agriculture and Trade Policy11), ou d’organisations écologistes ou humanitaires engagées dans les questions agricoles via les questions de pollution, d’équité, ou de production alimentaire (Friends of the Earth England, Wales and Northern Ireland (EWNI) ; Food & Water Watch ; Oxfam ; EcoNexus ; Associations 21). La Green Economy Coalition (GEC) qui utilise aussi agro-écologie constitue un cas à part : cette coalition d’acteurs implique à la fois des ONG et des acteurs privés.

23Le rapport de l’agro-écologie à la catégorie « sustainable agriculture » est ambivalent : l’agro-écologie est soit présentée comme une forme d’agriculture durable, soit comme un contre-cadrage (counterframe, cf. Benford, 1987 :75 cité dans Benford & Snow, 2000) qui s’oppose à l’agriculture durable.

24Les textes développant un discours sur l’agro-écologie mettent l’accent non seulement sur les dimensions environnementales, mais aussi sociales. L’agro-écologie est présenté comme étant centré sur une agriculture de petite échelle, qui prône la défense des petites paysanneries. Les questions d’accès (accès à l’alimentation, accès aux ressources, accès aux terres) sont omniprésentes. La question de la nourriture apparaît étroitement liée à l’agro-écologie (comme elle l’est à l’agriculture en général), mais avec un cadrage spécifique. D’une part, la « souveraineté alimentaire » est mise en avant, par opposition au vocabulaire institutionnel de la « sécurité alimentaire ». Ce concept, qui insiste sur les problèmes d’accès à la nourriture et défend la possibilité des États de recourir à un certain protectionnisme pour protéger leurs marchés agricoles locaux face aux subventions à l’exportation, est le fruit du travail de recadrage médiatisé par la Via Campesina sur les questions alimentaires et agricoles. Employé dès les années 1980 par le gouvernement mexicain, mis en avant par les organisations paysannes en 1996 lors d’un sommet sur l’alimentation à la FAO, il est actuellement activement promu par une nébuleuse d’acteurs se réclamant de l’agro-écologie (Edelman, 2013).

25D’autre part, la référence à l’alimentation saine (healthy) est récurrente. Biovision en appelle à un « shift away from environmentally and socially destructive industrial food production in order to produce enough and healthy food (...) » ; le Stakeholder Forum for a Sustainable Future évoque des « sustainable and humane food systems that provide healthy food to meet current food needs while maintaining healthy ecosystems, farmer resilience, and ensure good animal health ». Ceci contraste avec l’expression « abundant and nutritious crops » utilisée en commun par CropLife, Farming first et le major group « Business & Industry ». Le choix des termes (enough vs. abundant ; healthy vs. nutritious) dénote en effet une volonté des promoteurs de l’agro-écologie de dépasser le centrage dominant sur des objectifs quantitatifs, et de mettre en avant la qualité de l’alimentation. L’émergence actuelle du thème de la nutrition répond partiellement à cette revendication de qualité, mais avec une définition restrictive, qui incite les promoteurs de l’agro-écologie à parler plus globalement de « santé ».

« Organic agriculture », en perte de vitesse

  • 12 http://www.ifoam.org/en/organic-landmarks/principles-organic-agriculture [consulté le 27 janvier 2 (...)

26Étonnamment, « organic agriculture » n’est que la quatrième forme de qualification de l’agriculture en importance dans notre corpus. Cela contraste avec la forte poussée depuis quinze ans de l’agriculture biologique dans la littérature scientifique consacrée à l’écologisation de l’agriculture, désormais bien devant l’agriculture durable (Ollivier et Bellon, 2013). Paradoxalement ce n’est même pas la forme lexicale préférée par la Fédération internationale de l’agriculture biologique (IFOAM), qui parle plus souvent d’agro-écologie. Cette observation est à mettre en relation avec le déplacement sémantique de l’expression, de 1972 (date de création de l’IFOAM) à nos jours (Lockeretz 2007). De fait, l’institutionnalisation de l’agriculture biologique, la création de standards techniques associés à un label, a eu tendance à la réduire à sa dimension technique, alors que son projet initial correspondait à une vision holistique de l’agriculture articulant dimensions environnementales, éthiques, sanitaires, sociales, comme rappelé dans les « quatre principes de l’agriculture biologique » posés en 2005 par IFOAM : « health, ecology, fairness, care »12.

27Mis à part IFOAM, les acteurs se référant à l’agriculture biologique sont International Centre for Integrated Mountain Development (ICIMD), Non Timber Forest Product Exchange Programme, Développement sans Frontières, Asia Pacific Research Network (APRN), et quelques pays (Monténégro, Népal, Tunisie, Inde, Jamaïque, Israël).

Autres formes lexicales

28Malgré leur moindre occurrence, d’autres expressions méritent commentaire.

29« Traditional agriculture » est utilisée par six auteurs. Le plus souvent, les auteurs présentent cette forme d’agriculture de façon positive, et comme menacée par l’agriculture industrielle. Ce n’est pas un modèle pour autant, mais plutôt un ensemble de pratiques existantes, dont il faut tenir compte.

30« Mountain », « small-scale », « small-holder » agricultures sont étroitement reliées entre elles et sont reliées soit à l’agriculture biologique, soit à l’agro-écologie. Toutes ces formes incluent une dimension sociale forte, comme en témoigne le lien avec les termes equity et justice, et la convocation récurrente de deux catégories d’acteurs : women et peasants.

31« Conservation agriculture » n’apparaît que dans quatre contributions (Oxfam, Japanese Stakeholders for the Promotion of Sustainable Development (JSSD), Farming First Steering Committee and Institute Veolia Environment), mais avec des acceptions différentes. À travers cette expression, Oxfam et JSSD posent l’horizon utopique d’une agriculture qui permettrait de concilier des objectifs de conservation de la biodiversité et des ressources naturelles, et qui va de pair avec la petite échelle (smallholder farming) (d’ailleurs JSSD précise « environmental conservation agriculture »). Farming First et l’Institut Veolia Environnement font plus précisément référence à la pratique agronomique aussi appelée « sans-labour » (no-till ; low-till), vantée pour ce qu’elle évite l’érosion des sols et permet un usage économe de l’eau, mais controversée en Amérique latine pour son usage abondant en pesticides.

32À l’issue de cette cartographie des types de qualifications de l’agriculture, il apparaît que les formes lexicales ne sont pas une entrée suffisante pour comprendre les modèles agricoles en jeu. En effet, seuls les acteurs critiques du régime agro-alimentaire mercantile-industriel privilégient l’utilisation d’un vocabulaire marqué politiquement. Les autres se rangent indistinctement derrière le langage neutre et consensuel des institutions, avec un vocabulaire qui ne dit rien ou presque du modèle de développement qu’il énonce. Autant il est facile d’identifier la position d’un acteur qui défend la souveraineté alimentaire, autant il est plus délicat de repérer d’emblée que l’engagement « pour l’agriculture durable et la sécurité alimentaire » de l’initiative Farming First contient un plaidoyer appuyé pour les biotechnologies. Il faut aller dans le détail des contributions pour voir se dessiner deux grands modèles en opposition.

Techno-environnemental vs. Social-écologique : deux modèles agricoles en opposition frontale

33Le premier modèle, que nous avons nommé « techno-environnemental », nous apparaît comme une traduction emblématique de la modernisation écologique dans le secteur agricole. En tant que projet politique, la modernisation écologique annonce et célèbre la possibilité d’une réconciliation entre développement de l’activité économique et protection des ressources environnementales, et ce, grâce à une stratégie fondée sur l’innovation technologique (Mol et Jänicke, 2009). Selon ses promoteurs et ses analystes, la modernisation écologique passe par une réforme des institutions visant à laisser plus de marge de manœuvre aux acteurs de la société (parmi lesquels les acteurs économiques) : l’État doit favoriser un fonctionnement plus décentralisé et flexible de ses institutions, afin de mieux accompagner les initiatives privées en faveur de la durabilité environnementale. Les mécanismes de marché doivent être privilégiés par rapport à des politiques étatiques centralisées de type command-and-control (cf. Introduction).

34On retrouve ces traits dans le modèle agricole techno-environnemental, si ce n’est que dans le cas de l’agriculture, les enjeux affichés ne concernent pas seulement l’environnement : il s’agit de préserver les ressources naturelles, mais aussi et surtout, de nourrir une planète dont la démographie augmente inéluctablement. À ce propos, Goulet montre bien le rôle que jouent les chiffres des projections démographiques globales à l’appui du discours productiviste (Goulet, 2013). L’impératif d’augmenter la production alimentaire mondiale étant posé, ce modèle valorise l’innovation technologique comme moteur principal d’augmentation de la productivité sous contrainte de durabilité environnementale (les acteurs parlent de sustainable intensification).

  • 13 CropLife est membre de la coalition Farming First. Par ailleurs CropLife est l’auteur de la sectio (...)

35Ce cadrage va de pair avec un appel à plus de recherche agronomique, à la fois publique et privée. La question de l’adoption (ou non) des nouvelles technologies par les agriculteurs est spécifique au secteur agricole, de même que celle de leur adaptation à la singularité des contextes locaux. Elle appelle donc une réflexion originale par rapport aux autres secteurs économiques sur l’importance du conseil agricole, et des groupes de pairs dans l’adoption/adaptation locale des biotechnologies. D’où tout un argumentaire autour de la formation et du partage de la connaissance. La question des risques potentiellement associés au développement des biotechnologies peut être réglée par l’adoption de « bonnes pratiques », et non par des réglementations qui contraindraient la liberté de choix des agriculteurs. L’articulation de ces idées apparaît de façon emblématique dans cet extrait commun aux contributions de CropLife, de Farming First et du major group Business & Industry13 :

  • 14 L’argument est repris en une phrase par l’International Council for Science (ICSU), également memb (...)

« As a sector, agriculture plays a key role in supporting the economic development and well-being of societies. With a predicted 9 billion people by 2050, agricultural production will have to increase to meet new demands for food, feed, fuel and fiber. Agriculture must not only meet demand – it must also do so while minimizing its environmental footprint and creating sustainable livelihoods for farmers and others along the supply chain.
In a time of food insecurity where the poorest people are most vulnerable, the world must proactively leverage the potential of agriculture to positively contribute to the triple goals of a secure food supply, poverty reduction through improved rural livelihoods, and environmental sustainability. (…) Rio+20 outcomes should reflect a continued and long term commitment to achieving food security through increased productivity in agriculture and sound natural resources management.
However, agriculture by nature represents a mosaic of solutions and practices, with no silver bullet and no single ‘best practice’ able to meet the needs of all farmers. (…) Whatever type of agriculture a farmer chooses to adopt, they must be supported by availability of tools, appropriate technology and knowledge, which can be employed under ‘good agricultural practices’ to optimise productivity, while minimising any adverse impact.
Rio+20 outcomes should thus be focused on the goal of sustainable intensification of food production, and support the role of knowledge, science and technology in achieving this goal. »14

  • 15 L’agriculture de précision (precision agriculture), qui repose également sur une vision techno-env (...)

36Ce modèle se place sous les auspices de l’agriculture durable, catégorie consensuelle s’il en est, même si les textes font mention ça et là de techniques agronomiques plus marquées par leur orientation technologique (« conservation agriculture », « no-till agriculture », « eco-efficient agriculture »)15.

37Le modèle que nous avons appelé « social-écologique » se place en rupture avec la modernisation agricole. C’est un modèle avant tout fondé sur la critique de l’agriculture industrielle et productiviste, considérée comme intrinsèquement responsable de dégradations environnementales et de tragédies humaines. Il ne s’agit donc pas de la réformer, mais de promouvoir le développement de systèmes agricoles alternatifs, fondés sur les expériences paysannes existantes. En ligne avec les thématiques portées par les nouveaux mouvements sociaux des années 1970, et plus récemment par l’altermondialisme, il articule la critique sociale néo-marxiste avec thématiques identitaires et culturelles (femmes, paysans, mouvements autochtones…) et avec l’environnement. La grille de lecture de Chiapello (2013) éveille notre attention sur l’existence dans certains cas d’une critique « conservatrice », comme en témoigne la forte implication des mouvements religieux ou spirituels portant une condamnation morale de l’avarice capitaliste ou du manque de respect de la Création (ex. Earth Law Center qui dénonce les « market-based approaches or mechanisms that “distorts communities to serve the economy »). L’environnement n’est pas considéré à travers ses éléments séparés, mais dans une perspective plus globale, comme pour rendre compte des visions holistes du monde que la modernité aurait occulté (par exemple, IFOAM parle de Nature avec un grand N ainsi que, de « farming and food systems »).

  • 16 IFOAM converge ici avec des associations formées autour des maladies chroniques non transmissibles (...)
  • 17 L’association entre le modèle et ses dénominations n’est que provisoire, comme en témoigne la récu (...)
  • 18 Voir le Communiqué de presse de AgBioView et CropLife, « Science and technology are key to growing (...)
  • 19 Les discours prononcés par Olivier de Schutter dans différentes arènes onusiennes, sont aussi fréq (...)

38Avant tout, ce sont les questions de justice et d’équité qui dominent. Ainsi le cadrage institutionnel dominant sur la sécurité alimentaire globale est retravaillé, afin de faire émerger d’autres dimensions : les organisations représentatives de petites paysanneries mobilisent le concept de « souveraineté alimentaire ». L’IFOAM qui s’adresse également aux pays industrialisés, parle de « resilient, humane and equitable food and farming systems », de « sustainable nutritious food security », de « local food security », et évoque non seulement la faim, mais aussi les problèmes d’obésité et de maladies liées à l’alimentation16. Le modèle politique est celui d’une gouvernance locale des questions agricoles et alimentaires, d’où une critique virulente de la régulation internationale des marchés. La valorisation des savoirs locaux prévaut, et passe par un rapport ambivalent à la science et à la recherche. En 2012 à Rio, les promoteurs de ce modèle utilisaient le plus souvent le terme agro-écologie, mais aussi agriculture biologique, ou encore les expressions suivantes : smallholder agriculture, traditional agriculture, mountain agriculture17. L’un des marqueurs de ce modèle est la référence au rapport de l’International Assessment of Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development (IAASTD 2008). Cette expertise collective internationale avait pour mission lors de son lancement par la Banque Mondiale en 2005 d’évaluer l’état de la recherche et de la technologie en agriculture, et la façon dont elles répondent aux enjeux majeurs du développement durable. Un nombre important de chercheurs issus de la communauté épistémique des « farming systems » s’est trouvé impliqué dès les premières étapes du processus d’expertise (Collinson, 2000 ; Norman, 2002). Rompus à la recherche-action collaborative en contexte tropical, ils ont plaidé avec succès pour l’extension du champ de l’étude aux « savoirs des paysans » (knowledge), et pour l’inclusion de représentants d’organisations paysannes dans le processus d’expertise (Bernard Hubert, pers. comm.)10. Conséquence de cette ouverture, le rapport rendu en 2008 est marqué par des conclusions fortes en défense de la petite paysannerie et contre les intérêts des grands groupes agroalimentaires. Ces derniers quittèrent le processus avant le lancement du rapport final18. Le rapport ne fut pas approuvé non plus par les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie (Feldman, Biggs et Raina, 2010) : ce défaut de consensus dans un processus onusien impliquait l’enterrement prématuré du rapport. Alors qu’il est très peu repris par les institutions internationales, ce rapport reste un support argumentatif majeur pour les acteurs critiques du régime agro-alimentaire mercantile-industriel19.

39Modèles techno-environnemental et social-écologique illustrent des positions contrastées sur les orientations que doit prendre le verdissement de l’agriculture. Ils sont moins reconnaissables par les termes dont ils usent pour qualifier l’agriculture, que par le cadrage qu’ils offrent des questions alimentaires. De façon un peu schématique, on peut dire que le modèle techno-environnemental est incarné par l’association étroite entre « sustainable agriculture », « food security », « food insecurity » (mobilisée comme une menace) ; et que le modèle social-écologique se retrouve dans la critique de l’agriculture industrielle et des crises alimentaires (food crisis), articulée avec la mise en avant de l’agro-écologie, de la souveraineté alimentaire ou l’ouverture des questions alimentaires à d’autres thématiques que la faim (ex. qualité des aliments, obésité, maladies liées à l’alimentation) (Graphe 2).

40Nous avons dressé ici un descriptif des deux modèles qui s’affrontent dans le corpus. Ce paysage contrasté ne doit pas occulter l’existence d’une kyrielle d’acteurs qui évoquent l’agriculture ou l’alimentation dans un souci de reprendre ou porter l’agenda institutionnel et ses thèmes obligés (éradication de la pauvreté, changement climatique, biodiversité,…) – mais sans orientation perceptible. Ils sont concentrés dans notre graphe en périphérie de sustainable agriculture (où figurent beaucoup de pays) et en périphérie de food security (où figurent beaucoup d’organisations onusiennes).

Graphe 2 : Graphe de co-usage des catégories d’agriculture (noir) et d’alimentation (blanc), par les contributeurs (gris). Remarque : la catégorie « agriculture » sans qualification n’a pas été retenue ici. Cette catégorie, par son poids, écrase et rend invisible les autres.

Stratégies d’influence et d’alliance

41Cette section propose de dépasser l’analyse des discours sur le verdissement de l’agriculture, et de se pencher sur les stratégies mises en place par les acteurs pour faire entendre leur voix dans l’arène internationale. L’analyse des side-events nous sert d’entrée. Sur la page Internet de la Conférence, un programme des side-events est présenté, avec en plus des informations pratiques (date et horaire, lieu), le titre de l’évènement, son organisateur, éventuellement des partenaires organisateurs, un résumé, un programme détaillé, et parfois des liens vers des documents. Pour avoir assisté à plus d’une dizaine d’entre eux, ces side-events nous sont apparus bien moins comme des espaces de débats que comme des lieux de présentation d’idées, et des opportunités d’afficher ou de tester des alliances autour d’un cadrage commun. Comme nous l’a confié un représentant d’IFOAM : « It is through side events that we build trust ; that we introduce to each other. We do mainstreaming ». Ainsi les titres des side-events associés à la liste de leurs organisateurs et co-organisateurs offrent un bon indicateur des messages portés, et des coalitions d’acteurs qui les portent. De nombreuses organisations étant impliquées dans plusieurs évènements, la représentation graphique des liens entre organisations et évènements conduit à dessiner un réseau hybride d’acteurs et d’idées (Graphe 3).

42Cette représentation graphique permet de très bien visualiser la nébuleuse d’acteurs mobilisée autour du modèle social-écologique. Les messages en sont explicites : « Agricultural transition : into a viable food future », « Peasant reclaiming our Future with Food Sovereignty », « Scaling-Up Agro-Ecological Food Production », « Agro-ecological farming can feed the world », « Fertile Soil for our Future : nourish our people, nurture our planet ». Son absence de connexion avec les autres acteurs est frappante.

43Un certain nombre d’évènements dont les titres reprenaient un vocabulaire plus institutionnel ont été co-organisés par des États et des organisations onusiennes.

44Enfin, un groupe apparaît, qui rassemble des partenaires organisateurs de major groups (respectivement ICSU et WFEO pour le major group Scientific and Technological Community ; World Farmers Organisation (WFO) pour le major group Farmers) ; des acteurs de l’agro-industrie (entre autres, CropLife, International Fertilizer Industry Association) ; le Public Research and Regulation Initiative (PRRI) organisation hollandaise qui se présente comme « a world-wide initiative of public sector scientists active in modern biotechnology research for the common good » ; l’Institut international de recherche sur les Politiques Alimentaires (IFPRI) (un des centres de recherche membre du GCIAR, basé à Washington). Les évènements organisés par ce groupe tournent tous autour de l’innovation, de la technologie, et des connaissances « pour l’agriculture durable et la sécurité alimentaire ».

45Si ces intitulés restent vagues, le contenu des présentations ne laissait aucune ambiguïté sur l’adhésion au modèle techno-environnemental. Ainsi l’évènement organisé au Corporate Sustainability Forum par CropLife, en partenariat avec WFO, proposait une série de présentations, ouverte par Claudia Ringler, de l’IFPRI, sur les « promising technologies for food security » ; suivie d’une intervention du directeur de la National Smallholder Farmers’ Association of Malawi (NASFAM) sur la « mobilisation des systèmes de connaissances en agriculture », avec un éclairage sur les services publics de conseil agricole (extension services) mis en place au Malawi ; enfin une intervention présentant l’engagement en faveur de l’agriculture durable du géant de l’agrochimie DuPont. Ces interventions étaient suivies d’ateliers, autour de questions orientées vers l’intérêt des biotechnologies et le besoin de mieux accompagner leur adoption : 1) Can technology help reconcile, productivity, social development and environmental imperatives ? 2) Why is innovation not always translating in developing countries contexts ? How do we address the uptake gap ? 3) What role for public and private research in agriculture for development ? L’évènement intitulé « Innovation and Uptake of Best Practices for Sustainable Agriculture » était quant à lui une présentation de l’initiative Farming First. Tout comme l’évènement « the Pillars of a new knowledge » organisé par WFO, il mettait en scène des présentations d’agriculteurs venant de tous les continents, à propos de l’innovation technologique en agriculture, et du rôle des services de conseil agricole dans la diffusion du progrès agricole.

  • 20 On ne peut s’empêcher d’y entendre une évocation et un détournement de Farmer first, l’initiative (...)
  • 21 cf. Marcel Kuntz, « une science parallèle pour servir des objectifs politiques », dans la revue de (...)

46L’alignement thématique de ces trois évènements était frappant. Il nous est apparu comme une volonté des promoteurs de la modernisation écologique de l’agriculture, de reprendre la main sur les thèmes « Knowledge, Science and Technology », après les conclusions peu favorables aux biotechnologies rendues en 2008 par l’IAASTD. Farming First nous apparaît comme une incarnation emblématique de ce contre-feu20. Cette initiative lancée 2009 se veut « farmer-centric, comprehensive, and inclusive of all groups along the food production supply chain ». Elle se présente sur son site Internet comme issue du rapprochement de trois major groups (Agriculteurs, Science et technologie, Business & industrie). Cependant, en plus de l’ICSU et de la WFO, deux organisations reconnues dans les major groups, l’initiative compte parmi ses soutiens historiques, CropLife, et l’IFIA. Elle a contribué depuis 2009 à construire un plaidoyer en faveur d’une agriculture productiviste fondée sur le développement biotechnologique comme une solution à la faim dans le monde (ce qui était le projet initial, et avorté, de l’IAASTD), avec pour spécificité de faire porter ces arguments par la voix d’agriculteurs et d’organisations agricoles. Ainsi si l’IAASTD a été dénoncé par des défenseurs des biotechnologies comme « un exemple de détournement d’une organisation internationale vers la science parallèle »21, on peut soupçonner Farming First d’être un exemple d’instrumentalisation des mécanismes onusiens de la participation par l’industrie des biotechnologies.

Conclusion

47En 2012 dans un évènement international tel qu’un Sommet de la Terre, le besoin de mieux intégrer les contraintes environnementales dans la production agricole fait consensus. Pourtant derrière cet alignement de façade se jouent des luttes et compétitions féroces sur la façon dont ce verdissement doit se traduire dans les politiques internationales. S’agit-il d’une correction à la marge du régime mercantile-industriel ou de sa transformation radicale (Deverre et Sainte-Marie, 2009) ? Les deux modèles d’agriculture que nous avons fait ressortir de notre analyse illustrent cette tension, entre intégration des arguments environnementaux par un régime qui cherche à se perpétuer, et volonté de faire émerger un régime radicalement différent. Au cours de notre analyse, nous avons été surprises (voire déçues) de ne voir émerger que deux modèles, et non pas trois ou quatre… Une explication vient à notre avis de ce que ces modèles s’inscrivent dans un champ de force : ils représentent non seulement un horizon souhaitable nourrissant l’imaginaire et l’action de ceux qui s’y projettent, mais aussi des ressources discursives et politiques pour faire bouger le cadre du régime environnemental en construction. En conséquence, les acteurs critiques ont intérêt à peser de tout leur poids et à marquer leur distance avec le modèle adverse (lequel s’inscrit dans la continuité avec le régime passé), ce qui passe par la construction d’alliances, par une activité de mainstreaming et par l’usage d’un vocabulaire et de concepts marqués par leur altérité.

  • 22 La personne à l’UNDESA responsable de l’organisation des major groups, particulièrement sensible a (...)

48Devant une telle polarisation du champ, on ne s’étonne pas de l’incapacité des agriculteurs à parler d’une seule voix, comme l’ont illustré à plusieurs reprises les déclarations et communiqués faits séparément par la WFO et la Via Campesina, les deux organisateurs du major group Agriculteurs. Cet état de fait questionne les mécanismes onusiens de représentation de la « société civile », à travers les major groups : cela fait-il sens d’avoir un groupe représentant un ensemble aussi hétérogène que « les Agriculteurs » ? Faut-il se satisfaire de la bonne volonté affichée par l’UNDESA de représenter la pluralité des orientations politiques au sein de chaque Groupe22 ? Est-ce légitime d’inclure dans la société civile la catégorie « Business & Industry », au même titre que les Femmes, ou les Jeunes ? Quelle lisibilité peuvent avoir les voix critiques du Groupe Agriculteurs, quand une initiative comme Farming First se présente comme l’émanation de la rencontre entre les trois groupes : Agriculteurs, Science, et Industrie ? Dans des échanges de courriels entre membres du Groupe Agriculteurs, les débats étaient vifs, les membres de la Via Campesina n’ayant de cesse de rappeler pour repousser les tentatives d’intrusion de l’industrie agrochimique que le groupe rassemblait la voix des agriculteurs et non pas du secteur agricole. Ce qui inspirait le commentaire désabusé des responsables des mécanismes d’inclusion de la société civile à l’UNDESA : « Always fireworks in the major group Farmers… ». Ainsi, s’il est acquis que les arguments critiques sont repris par les acteurs dominants du régime agroalimentaire en place, que les mutations du capitalisme se nourrissent de sa critique, nous montrons également que les voies mêmes de la critique sont détournées, instrumentalisées, voire neutralisées. Un tel résultat appelle à un renouvellement permanent des formes de démocratie et de participation, et à une attention aux formes émergentes de contestation.

Bibliographie

Bibliographie

Altieri M. A., 2002, Agroecology : the science of natural resource management for poor farmers in marginal environments, Agriculture, Ecosystems & Environment, 93(1–3), p. 1-24.

Armatte M., 2005, La notion de modèle dans les sciences sociales, anciennes et nouvelles significations, Mathematics and Social Sciences, 43e année, 172, 2005(4), p. 91-123.

Benford R. D., Snow D. A., 2000, Framing Processes and Social Movements : An overview and Assessment, Annual Review of Sociology, 26(1), p. 611-639.

Boltanski L., Chiapello E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bonnal P., Maluf R. S., 2009, Políticas de desenvolvimento territorial e multifuncionalidade da agricultura familiar no Brasil, Política & Sociedade, 14, p. 209-248.

CFS (Committee on World Food Security), 2012, Coming to terms with terminology : Food Security, Nutrition Security, Food Security and Nutrition, Food and Nutrition Security, (document préparatoire pour la 39e session, 15-20 octobre 2012, Rome, Italie), CFS 2012/39/4.

Chateauraynaud F., 2003, Prospéro. Une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS Éditions.

Collinson M. (ed.), 2000, A history of farming systems research. Rome, FAO, Wallingford, CABI.

Conway G., 1998, The doubly green revolution : food for all in the twenty-first century, Cornell University Press, Ithaca.

Corson C., Brady B., Ahdi M., Lord J., Kim A., 2013, The Right to Resist ? Disciplining Civil Society Mobilization, Working Paper for the Conference Grabbing Green : Questioning the Green Economy, Toronto.

Deverre C., De Sainte C., 2008, L’écologisation de la politique agricole européenne. Verdissement ou refondation des systèmes agro-alimentaires ?, RAESTUD, 89(4), p. 83-104

Edelman M., 2013, Food sovereignty : Forgotten genealogies and future regulatory challenges, Conference paper for discussion at : Food Sovereignty : A Critical Dialogue International Conference, September 14-15, 2013, New Haven, Yale University.

Feldman S., Biggs S., Raina R., 2010, A Messy Confrontation of a Crisis in Agricultural Science. EPW, XLV (3), p. 66-71

Friedmann H., 2005, From Colonialism to Green Capitalism : Social Movements and Emergence of Food Regimes, Research in Rural Sociology and Development, 11, p. 227-264.

Goulet F., 2013, La notion d’intensification écologique et son succès auprès d’un certain monde agricole français. Une radiographie critique, Courrier de l’environnement de l’INRA, 62, p. 19-29.

Griffon, M., 2006, Nourrir la planète, Paris, Odile Jacob.

Horlings L., Marsden T., 2011, Towards the real green revolution ? Exploring the conceptual dimensions of a new ecological modernisation of agriculture that could ‘feed the world’, Global Environmental Change, 21(2), p. 441-452.

Huyghe F. B., 1991, La langue de coton, Paris, Robert Laffont.

IAASTD, 2008, International Assessment of Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development. Global Report. Edited by B. D. McIntyre, H. R. Herren, J. Wakhungu, R. T. Watson. WB, FAO.

Lockeretz W., 2007, Organic Farming : An International History, Wallingford, CABI.

McMichael P, 2009, A food regime genealogy, Journal of Peasant Studies, 36(1), p. 139-169.

Mol A.P.J., Jänicke M., 2009, The origins and theoretical foundations of ecological modernization theory, in A.P.J. Mol, D. Sonnenfeld, G. Spaargaren (eds.), The ecological modernisation reader. Environmental reform in theory and practice, New York, Routledge.

Norman D. W., 2002, The farming systems approach : A historical perspective. Invited paper at the 17th Symposium of the International Farming Systems Association, held 17-20 November 2002 in Buena Vista, Florida.

Ollivier G., Bellon S., 2013, Dynamiques paradigmatiques des agricultures écologisées dans les communautés scientifiques internationales, Natures Sciences Sociétés, 21(2), p. 166-181.

Pervanchon F., Blouet A., 2002, Lexique des qualificatifs de l’agriculture, Le courrier de l’environnement de l’INRA, 45, p. 117-136.

Wezel A., Bellon S., Doré T., Francis C., Vallod D., David C., 2009, Agroecology as a science, a movement and a practice. A review, Agronomy for Sustainable Development, 29(4), p. 503-515.

Notes

1 Traduction des auteurs : « rule-governed structure of production and consumption of food on a world scale » (Friedmann 1993 : 30).

2 Sur ce point, Friedmann rejoint encore Chiapello, qui a prolongé l’analyse des mutations du capitalisme en se penchant sur les déplacements actuels opérés par la critique écologique (Chiapello, 2013).

3 Sur la distinction entre arène et forum, voir Fouilleux, 2009.

4 Le modèle ici se rapproche de la notion d’utopie, si ce n’est qu’il n’offre pas seulement un horizon, mais vise aussi et avant tout à être adapté au monde réel.

5 Une lettre de cadrage invitait les contributeurs à s’inscrire dans les thèmes officiels de la conférence, à savoir « Economie verte dans le contexte du développement durable et de l’érosion de la pauvreté » et « cadre institutionnel pour le développement durable », avec la possibilité d’aborder ces questions via des « priorités sectorielles », ainsi listées : « énergie, sécurité alimentaire et agriculture durable, transfert de technologies, eau, océans, urbanisation durable, consommation et production durables, préparation aux désastres naturels et adaptation au changement climatique, biodiversité, etc. » http://www.unngls.org/spip.php?page=arioplus20&id_article=3517.

6 http://www.uncsd2012.org/compdocument.html.

7 http://www.uncsd2012.org/meetings_sidevents.html.

8 L’agriculture écologiquement intensive promue en France par le CIRAD n’apparaît pas. Michel Griffon, son inventeur et principal avocat, n’est cité qu’une fois dans notre corpus, par des chercheurs français. Cela relativise la portée internationale de ce courant, qui pourtant bénéficie d’une grande audience en France (Goulet 2013).

9 L’International Assessment of Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development ; nous y revenons plus bas.

10 Le gouvernement comporte deux Ministères touchant à l’agriculture : le « Ministère de l’Agriculture, de la pêche et de l’alimentation » et le « Ministère du développement agraire » (pour une analyse de l’institutionnalisation d’une politique de développement agraire, voir Bonnal & Maluf, 2009).

11 Le syndicat international de paysans La Via Campesina n’a pas envoyé de con

12 http://www.ifoam.org/en/organic-landmarks/principles-organic-agriculture [consulté le 27 janvier 2014].

13 CropLife est membre de la coalition Farming First. Par ailleurs CropLife est l’auteur de la section « Alimentation et sécurité alimentaire » dans la contribution du major group Business & Industry.

14 L’argument est repris en une phrase par l’International Council for Science (ICSU), également membre de la coalition Farming First : « Food security : The planet needs to feed an estimated 9 billion people by 2050. There will be a need for a knowledge-based focus on enhancing sustainable production and productivity : increasing yields while minimizing environmental footprints”.

15 L’agriculture de précision (precision agriculture), qui repose également sur une vision techno-environnementale, est absente de notre corpus, mais sa forte poussée dans la littérature scientifique fait présager de son apparition prochaine dans l’argumentaire du modèle techno-environnemental (Ollivier et Bellon, 2013).

16 IFOAM converge ici avec des associations formées autour des maladies chroniques non transmissibles (diabète, cancer) et qui mettent en cause la nourriture industrielle (cf. NCD Alliance ; International Diabetes Federation). A l’appui de ces organisations, le rapport Bringing Agriculture to the Table - How Agriculture and Food Can Play a Role in Preventing Chronic Disease.

17 L’association entre le modèle et ses dénominations n’est que provisoire, comme en témoigne la récupération récente en France du terme agro-écologie par des acteurs de la modernisation écologique agricole (analysée par Frédéric Goulet, lors d’une intervention au séminaire « Gouverner le vivant », 24 janvier 2014). 10. C’est par ce réajustement tardif que s’explique l’absence du K de Knowledge dans l’acronyme IAASTD.

18 Voir le Communiqué de presse de AgBioView et CropLife, « Science and technology are key to growing more food” » lundi 21 avril 2008 [consulté le 22 janvier 2014].

19 Les discours prononcés par Olivier de Schutter dans différentes arènes onusiennes, sont aussi fréquemment cités. Figure reconnue chez les promoteurs de l’agro-écologie, sa position de Rapporteur spécial des Nations-Unies pour le droit à l’alimentation donne une forte légitimité à ces discours alternatifs émergents.

20 On ne peut s’empêcher d’y entendre une évocation et un détournement de Farmer first, l’initiative conduite par Robert Chambers dans les années 1980 pour remettre les connaissances des agriculteurs au cœur des politiques de développement.

21 cf. Marcel Kuntz, « une science parallèle pour servir des objectifs politiques », dans la revue de l’AFIS, Science… et pseudo-sciences. http://www.pseudosciences.org/spip.php?article1404

22 La personne à l’UNDESA responsable de l’organisation des major groups, particulièrement sensible aux questions d’agriculture de par sa formation, s’est personnellement impliquée pour l’inclusion de la Via Campesina comme deuxième partenaire organisateur du groupe aux côtés de la WFO, dans l’idée de mieux rendre compte de la pluralité des voix des agriculteurs (entretien avec C.-L. Carpentier, mai 2013).

Table des illustrations

Légende Graphe 1 : Graphe de co-usage des catégories d’agriculture (noir) par les contributeurs (gris). Remarque : la catégorie « agriculture » sans qualification n’a pas été retenue ici, car cette catégorie, par son poids, écrase et rend invisible les autres.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Graphe 2 : Graphe de co-usage des catégories d’agriculture (noir) et d’alimentation (blanc), par les contributeurs (gris). Remarque : la catégorie « agriculture » sans qualification n’a pas été retenue ici. Cette catégorie, par son poids, écrase et rend invisible les autres.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26325/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26325/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 380k

Auteurs

Chercheuse au CNRS, affectée à l’UMR Eco-anthropologie et ethnobiologie au Muséum national d’histoire naturelle. Elle inscrit ses recherches dans le champ de l’anthropologie de l’environnement. Au sein de son équipe « Anthropologie et politiques de la nature », elle s’attache à développer des recherches sur la gouvernance de l’environnement ou du vivant qui rendent compte de la diversité des expériences locales des milieux. Ses travaux portent sur les mouvements de réappropriation paysanne des semences, sur les savoirs et techniques mobilisés dans différents modèles d’écologisation de l’agriculture, sur les formes d’engagement des publics dans les sciences naturalistes participatives,…

Monica Castro (Universite de Pau-CNRS) développe sur une base interdisciplinaire une approche de political ecology appliquée aux politiques internationales de gestion de la diversité biologique et des services écosystémiques en lien avec l’agriculture.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540