Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur Rio+20

 | 
Jean Foyer

Partie 2. L'épreuve du marché

Chapitre 6. De l’autojustification du capitalisme

Les ambitions du secteur privé à Rio+20

Sarah Benabou et Birgit Müller

Texte intégral

« Je n’ai jamais vu que ceux qui aspiraient, dans leurs entreprises de commerce, à travailler pour le bien général, aient fait beaucoup de bonnes choses » (Smith, 1991, p. 42).

  • 1 Traduction en français des auteurs, nous avons ajouté la mise en italique.

1À la veille du Sommet de Rio+20, les Amis de la Terre International alertaient l’opinion mondiale du poids croissant des grandes entreprises et des lobbies d’affaires au sein des agences onusiennes et des négociations environnementales. Au-delà du phénomène bien connu de greenwashing, le rapport de l’organisation écologiste pointe une nouvelle tendance, le bluewashing, c’est-à-dire l’utilisation par le secteur privé du système des Nations Unies, et en particulier de ses grandes conférences, comme caution pour ses activités et son rôle nouvellement endossé de moteur du changement (FOEI, 2012). Cette tendance est jugée d’autant plus inquiétante que les décideurs politiques, empêtrés dans la crise économique mondiale, paraissent plus enclins à défendre leurs propres intérêts nationaux que ceux de la planète. Le secteur privé, a contrario, y voit la démonstration de sa capacité d’action, martelant l’idée « que le business s’est déjà approprié l’agenda du développement durable et que l’élite progressiste du milieu des affaires est prête à agir même si les décideurs politiques ne le sont pas1 » (Climent et Starbuck, 2012, p. 3).

2Gouverner sans gouvernement ? La présence massive et les discours volontaristes du secteur privé à Rio+20 posent en effet en creux la question centrale de l’affaiblissement du multilatéralisme et la montée en puissance concomitante de la « gouvernance », où la volonté générale laisse de plus en plus la place aux jeux des volontés particulières qui, via un processus de négociation multiforme et permanente, sont censés façonner l’intérêt général. La place de premier plan qu’occupe le secteur privé dans ce processus trouve sa justification depuis la fin des années 1980 dans l’institutionnalisation de la quête d’une « nouvelle ère de croissance économique, une croissance vigoureuse et, en même temps, socialement et écologiquement durable » (CMED, 1987, Avant-propos). Le « développement durable » comme production culturelle constitue en effet, pour reprendre la théorie de la justification de Boltanski et Chiapello, une des principales ressources normatives sur laquelle s’appuie le capitalisme contemporain pour se développer. Ce mouvement, impulsé dans la sphère politique notamment avec le « rapport Brundtland », a depuis été repris et développé dans la sphère économique, en défendant l’idée que cette nouvelle ère de croissance économique durable doit passer par l’internalisation des externalités environnementales. « Une protection de l’environnement couronnée de succès », explique le rapport qui fait référence en la matière, « doit puiser sa source dans des concepts économiques sensés, y compris la reconnaissance explicite, l’attribution efficace et la distribution équitable des coûts et des bénéfices de la conservation et de l’utilisation viable des ressources naturelles » (TEEB, 2010, p. 3). Autrement dit, tant que les considérations environnementales ne seront pas intégrées au calcul économique, elles sont condamnées à une existence purement virtuelle, selon l’adage managérial bien connu « on ne peut pas gérer ce qu’on ne mesure pas ». Il résulte de cette logique que la protection de l’environnement ne réclame plus tant de décision politique qu’elle prétend s’imposer depuis le « réel » tel qu’il a été mis en forme via le langage économique et la comptabilité verte.

3Est-il possible de gouverner l’environnement à partir d’une « réalité » traduite en termes économiques, sans devoir passer par l’imposition contraignante d’une norme ? Rio+20 constitue-t-il un moment de consolidation du passage d’un régime de justification à un autre, d’un modèle de gouvernance multilatérale fondée sur des normes absolues à un modèle de gouvernance « multi-stakeholders » fondé sur la flexibilité et le benchmark, la définition de bonnes pratiques (soft law) et l’action normalisatrice des opérateurs privés ? Est-ce que cela indique, contrairement à ce qu’ont pu avancer Boltanski et Chiapello (2011, p. 60), que le capitalisme est capable de se détacher de la nécessité de puiser sa justification morale hors de lui-même ? Est-ce que l’on revient au modèle de la main invisible où le bien-être de tous (et de l’environnement) est pensé comme la résultante du jeu des intérêts égoïstes ? Le capitalisme peut-il avoir une autre finalité que l’accumulation du capital ?

4Ce sont ces questions que nous proposons de mettre au centre de notre réflexion, à partir d’une analyse des évènements parallèles organisés par le secteur privé à Rio+20. Ces forums sont peuplés de nombreux consultants et experts en stratégies de durabilité à l’échelle des entreprises, qui y cherchent les ressources rhétoriques et pratiques à même de circonscrire leur nouveau champ d’activité, entre la reconnaissance des problèmes environnementaux dus à l’impact des entreprises et la recherche continuelle du profit. Le désarroi de ces conseillers, pour certains fraîchement sortis des nouveaux masters en business administration dans lesquels la « corporate sustainability » fait désormais partie du tronc commun des enseignements, est significatif. À l’heure du déjeuner, plusieurs consultants visiblement bien intentionnés admettaient lors de conversations informelles qu’ils ne savaient pas comment remplir leur fonction. D’autres mariaient un discours humanitaire et écologique avec les convictions les plus fermes sur les bienfaits du laissez-faire. Pour l’anthropologue, ces ateliers étaient donc des sites fertiles pour explorer les lignes de force ainsi que les nombreux points d’achoppement au sein du secteur privé.

La grand-messe du milieu des affaires

  • 2 Traduction en français des auteurs.
  • 3 Traduction en français des auteurs.
  • 4 Traduction en français des auteurs.

5La profonde déception suscitée par le bilan de la conférence des Nations unies sur le développement, relayée notamment par la presse et les ONG qui ont dénoncé à l’unisson un « Rio moins 20 », détonne avec l’exercice d’autosatisfaction auquel s’est livré le secteur privé pendant et au sortir de la conférence, célébrant sa propre importance et sa capacité d’agir face à des gouvernements qui n’auraient pas pris la mesure des enjeux. « Nous entrons dans une période très intéressante de l’histoire où le monde des affaires responsable devance les politiciens »2, prophétise Paul Polman, le président-directeur général (PDG) d’Unilever, à un journaliste du Guardian (Confino, 2012b). Stuart Hart, consultant en matière de « valeur soutenable », en veut pour preuve que « le contraste entre les évènements dynamiques et bien organisés du business et la nature résignée et chaotique des négociations officielles n’aurait pas pu être plus fort3 » (Hart 2012). La conférence, rappelons-le, a été boudée au profit du G20 par de nombreux chefs d’État parmi les plus influents de la planète (Obama, Merkel et Cameron en tête), tandis que les PDG de grandes multinationales, ainsi qu’une myriade d’experts en « durabilité » venue du secteur privé, ont de fait répondu massivement présents et semblaient être partout, en mission pour sauver la planète… et le capitalisme. « L’essence même du capitalisme est menacée », déplore Polman, « car le business est perçu aujourd’hui comme un moyen d’accumuler une richesse personnelle. Nous devons ramener ce monde à la raison et faire passer le bien commun devant l’intérêt personnel4 » (Confino, 2012b).

  • 5 Natura, par exemple, est une entreprise de cosmétique brésilienne accusée par le gouvernement du Br (...)
  • 6 Pendant la conférence, les ONG regroupées au contre-sommet ont multiplié les mises en garde contre (...)

6Pour le visiteur, l’engagement du secteur privé dans cette conférence était d’abord donné à voir par le biais des multiples logos d’entreprises qui ornaient les panneaux officiels de la conférence, situés aux quatre coins du Rio Centro (cf. chapitre 3). Rio+20 a en effet été financé par une trentaine de « partenaires » (terme préféré à celui de « sponsors » par le comité d’organisation) – parmi lesquels on trouve des compagnies brésiliennes comme Eletrobras, Petrobras, Vale ou Natura, mais aussi des entreprises étrangères comme BMW ou Michelin. De façon générale, la présence d’industries très polluantes lors de la conférence, et dont certaines ont un bilan environnemental lourd5, a fait dire aux critiques6 que si quelques acteurs du secteur privé étaient là bona fide, cette conférence était surtout l’occasion pour la plupart de présenter une image verte et responsable de leurs firmes, loin de correspondre à leurs comportements observés dans le monde réel (voir par exemple Corporate Europe, 2012).

  • 7 Avec environ 100 PDG et au total 700 représentants du monde des affaires représentant plus de 200 s (...)
  • 8 Traduction en français des auteurs.
  • 9 Traduction en français des auteurs.

7La participation spectaculaire du secteur privé à la conférence est en effet une évidence qui n’a échappé à personne. Alors que sa présence au Sommet de la Terre en 1992 était marginale, on estime que près de 2700 représentants du monde des affaires ont fait le déplacement vingt ans plus tard (Parnell, 2012), un nombre jamais atteint lors d’une conférence environnementale onusienne – même si cette tendance à la hausse était déjà frappante à Johannesburg en 20027. « Le business était partout à Rio+20 », s’est ainsi félicité Manish Bapna, le président par intérim du think tank américain World Resource Institute, « c’était clairement le jour et la nuit par rapport au Sommet de la Terre de 19928 » (cité dans Climent et Starbuck, 2012, p. 5). Ce chiffre est la démonstration pour le secteur privé qu’il a saisi l’importance des enjeux environnementaux et qu’il s’est imposé comme un acteur incontournable. Louise Kantrow, la personne officiellement en charge de coordonner « la plus grande délégation du secteur privé ayant jamais participé à une conférence des Nations unies », a reçu ainsi des applaudissements nourris, quand, lors d’un évènement parallèle à la conférence, elle annonce que « le business doit prendre les devants, et nous prenons les devants9 » (citée dans Hoedeman, 2012).

  • 10 Ce dernier aspect n’a pas pu être documenté dans le cadre de cette étude mais a été attesté lors de (...)
  • 11 Cette coalition a été mise en œuvre pour la première fois en 2002 pour le Sommet Rio+ 10 de Johanne (...)
  • 12 Il s’agit principalement de regroupements sectoriels : ICMM pour le secteur minier, l’IPIECA pour l (...)
  • 13 Traduction en français des auteurs.
  • 14 Traduction en français des auteurs.
  • 15 Traduction en français des auteurs.
  • 16 Traduction en français des auteurs.

8Cette attitude volontariste du secteur privé a été reconnue dans le texte final, « L’avenir que nous voulons », qui insiste sur le fait que le développement durable suppose « une participation active du secteur privé », notamment par le biais « de partenariats public-privé, qui constituent un outil précieux », et par « la mise en place de cadres nationaux, notamment dans le domaine réglementaire, qui permettent aux entreprises commerciales et industrielles d’adopter des initiatives en matière de développement durable, en tenant compte de leur responsabilité sociale » (UN, 2012, § 46). Le texte demande ainsi aux États « de créer les conditions voulues pour que les secteurs public et privé investissent dans les technologies énergétiques nécessaires, qui soient moins polluantes et efficaces » (UN, 2012, § 127). Ces déclarations, quelque peu généralistes et rebattues, sont le fruit du travail mené par le milieu des affaires, notamment via le major group « commerce et industries », mais surtout via la présence discrète de certains de ses représentants au sein des délégations gouvernementales10. Comme les huit autres major groups de la « société civile » reconnus par l’Agenda 21, le milieu des affaires dispose d’une représentation officielle dans le cadre de la conférence onusienne, avec un statut d’observateur. À Rio+20, cette représentation a été assurée par une organisation dénommée l’Action des affaires pour le développement durable (Business Action for Sustainable Development, BASD). Cette coalition, temporairement (re) créée pour Rio+2011, regroupe trois organisations représentatives du secteur privé qui jouent un rôle actif lors des grands rendez-vous onusiens – la Chambre de commerce internationale (International Chamber of Commerce, ICC), le Conseil mondial des affaires pour le développement durable (World Business Council for Sustainable Development, WBCSD) et le Pacte mondial des Nations Unies (United Nations Global Compact, UNGC) – auxquelles s’étaient associés dix partenaires représentant pour l’essentiel des secteurs de l’économie particulièrement concernés par les questions environnementales12. Si ces organisations partagent la conviction selon laquelle « le secteur privé a un rôle déterminant à jouer afin d’atteindre les objectifs du développement durable13 » (BASD, 2012), il existe cependant des nuances dans leurs positionnements respectifs. L’ICC est de loin l’organisation la plus ancienne et la plus puissante, qui fait historiquement le lien entre l’ONU et le milieu des affaires. Championne du libéralisme économique, elle promeut depuis 1992 une doctrine, qualifiée de corporate environmentalism par ses détracteurs, selon laquelle la clé du développement durable ne réside pas dans l’intervention des gouvernements, mais dans la libéralisation du marché mondial et l’autorégulation des industries via l’adoption de codes volontaires. Dans un contexte de crise économique mondiale, Rio+20 a été pour l’organisation, forte d’une délégation de 350 personnes menées par son secrétaire général Jean-Guy Carrier, l’occasion de marteler la nécessité de « restaurer la confiance des entreprises », qui ne se fera qu’à la condition que « les gouvernements se détournent du protectionnisme et collaborent à la mise en place de cadres appropriés » (Carrier, cité dans Adam, 2012). Né en partie de la cuisse de l’ICC lors du processus de suivi post-Rio 92, le WBCSD rejoint à bien des égards les intérêts de la maison mère. Dirigé par les PDG de quelque 200 sociétés d’envergure internationale, il s’en distingue cependant par sa forme délibérément plus réduite et centrée sur les quelques multinationales qui se positionnent comme leaders sur les questions de développement durable. Troisième organisation à avoir rejoint le BASD, l’UNGC est en quelque sorte l’ultime avatar né de la tentative des Nations Unies d’améliorer le comportement des grandes sociétés transnationales. Proposée en janvier 1999 au Forum économique mondial de Davos par le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, cette initiative vise à rassembler le milieu des affaires et les Nations Unies dans le but d’« initier un pacte mondial de valeurs et principes partagés, qui donneront un visage humain au marché mondial14 » (UN, 1999). Dans un contexte politique marqué par une très forte mobilisation des organisations altermondialistes dans la perspective du sommet de l’Organisation mondiale du commerce à Seattle, la création de l’UNGC visait surtout à éviter, selon les mots d’Annan, que ces revendications, certes « légitimes », ne se traduisent par « des restrictions sur le commerce et les investissements » qui représenteraient une menace pour le marché libre mondial (ibid.15). À la demande expresse de l’ICC, ce « pacte » entre l’ONU et les entreprises signataires, qui se noue autour de neuf principes universels relatifs aux droits de l’homme, aux normes du travail et à l’environnement (en 2004 un dixième principe relatif à la lutte contre la corruption a été ajouté), se fait en effet exclusivement sur une base volontaire (Richter 2004). La seule mesure d’intégrité demandée est la production d’un rapport de suivi sur les questions de développement durable, dont la validité du contenu n’est pas vérifiée par l’organisation qui manque de moyens et qui mise sur l’autodiscipline de ses adhérents. Ce choix de maintenir des standards délibérément bas, afin d’enrôler un maximum d’entreprises, a cependant un prix. Quelques mois avant Rio+20, l’UNGC a dû se délester d’une partie significative de ses adhérents pour se débarrasser, selon les mots de son directeur exécutif Georg Kell, des « passagers clandestins qui ont rejoint l’organisation, mais qui n’avaient aucune intention de rester engagés » (Confino, 2012a16). Pour l’organisation, l’enjeu de sa légitimité est primordial, surtout face à des « concurrents » comme le WBCSD qui cherche à bâtir sa réputation sur la supposée excellence de son cercle fermé d’entrepreneurs.

9La coordination de cette coalition disparate était assurée par Louise Kantrow, nommée en mars 2007 représentante permanente de la Chambre de commerce internationale auprès des Nations unies, après une longue carrière dans différentes agences onusiennes. Lors de la prepcom (13-15 juin 2012) et de la conférence (20-22 juin 2012), le rôle de cette dernière a principalement consisté à tenir des réunions quotidiennes afin de préparer pour chaque soir une « déclaration » (statement) du groupe business sur la forme et l’avancée des négociations sur le texte « L’avenir que nous voulons ». Il semble, compte tenu de la quinzaine de personnes qui assistaient à ces rendez-vous quotidiens, que la présence à ces réunions n’était cependant pas perçue comme un enjeu crucial pour les acteurs du secteur privé, qui étaient beaucoup plus nombreux dans les salles de négociation. La communication avec la coordinatrice se faisait plutôt via des SMS envoyés à la dernière minute pour préparer l’intervention du soir. Norine Kennedy, membre de la délégation américaine pour le secteur business et spécialiste des relations avec les Nations Unies, expliquait quelques mois après Rio+20 le peu d’investissement du secteur privé dans le système des major groups par le fait que ce système était désormais perçu comme « une chaussure trop étroite » pour le secteur des affaires qui revendiquait au sein des NU une reconnaissance plus à la hauteur de sa puissance financière (entretien). Dès lors, des moyens de lobbying plus classique (discussion directe avec les représentants des États) sont utilisés par le business pour peser sur les négociations.

  • 17 À titre d’exemple, le droit d’entrée au Corporate Sustainability Forum au 25 mai 2012 se situait da (...)

10Si la conférence officielle via le système des major groups a connu un succès limité auprès des entrepreneurs, ce n’est cependant pas le cas des évènements dits « parallèles » (side-events). A posteriori et face aux maigres résultats du jeu diplomatique, ces évènements ont d’ailleurs souvent été présentés, sur la foi des « engagements » qui y ont été pris, comme la seule et réelle réussite de Rio+20. À la fin de la conférence, plus de 700 engagements volontaires (venant des gouvernements, d’ONG ou du secteur privé) ont en effet été enregistrés par le Secrétariat des Nations unies, à hauteur de 513 milliards de dollars US. Ces manifestations organisées en marge de la conférence ont été sans conteste le moment où le secteur privé a pu faire la démonstration la plus visible de sa force, chaque organisation rivalisant d’influence et de promesses pour gagner la bataille des relations publiques. Il est d’ailleurs significatif que tandis que les réunions de son major group étaient quasi désertées, les side-events du business se sont joués à guichets fermés, en dépit de droits d’entrée parfois très élevés17. Ces derniers se sont en effet tenus pour partie au sein du RioCentro, et pour partie hors site, notamment dans un luxueux hôtel du bord de mer, le Windsor Barra, situé à l’ouest de la ville, qui a accueilli les deux plus grands évènements du secteur privé. D’une part, le Corporate Sustainability Forum, organisé par l’UNGC, qui a rassemblé sur trois jours (du 15 au 18 juin) plus de 2700 personnes, dont la moitié venait du milieu des affaires (commerce et finance) et l’autre moitié travaillant pour des ONG, des gouvernements ou dans le milieu universitaire. Une centaine de sessions y ont été organisées autour de thèmes centraux de la conférence : énergie et climat, eau et écosystèmes, agriculture, développement social, urbanisation, économie. Ce forum s’est conclu avec plus de 200 engagements pris par le secteur privé, notamment dans le secteur de la finance (« Déclaration du Capital Naturel », engagement public de cinq bourses de valeurs en faveur d’un investissement durable). D’autre part, le Business Day, qui s’est tenu la veille de la conférence officielle le 19 juin. Présentée comme l’évènement officiel du BASD (mais largement animé par le président du WBCSD Peter Bakker), cette journée a été l’occasion de rassembler plus de 800 personnes autour du slogan « scale-up » (littéralement, « monter en échelle »), c’est-à-dire autour de la nécessité d’étendre à la fois quantitativement et qualitativement les initiatives du secteur privé en matière de développement durable. À cette fin, plus de 25 sessions de réflexions ont été organisées sur des questions sectorielles et intersectorielles pertinentes pour le commerce et l’industrie.

11Nous allons par la suite rentrer dans les détails de ces forums. Toutefois il est important de noter à ce stade que tous ces évènements ont été utilisés par le secteur privé comme des plateformes pour démontrer que son action est non seulement essentielle, comme le reconnaît le texte final, mais surtout qu’il est en capacité d’agir ici et maintenant, y compris en l’absence d’accords diplomatiques. À ce titre, le grand raout de clôture du Business Day, les World Business and Development Awards, en constitue probablement le rite le plus symbolique. Cette cérémonie de remise de prix, organisée par la Chambre de commerce internationale, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Forum international des dirigeants d’entreprises (IBLF : International Business Leaders Forum), récompense en effet des entreprises pour des initiatives marchandes qui participent directement à la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement. La célébration de ces initiatives privées, présentées comme ayant des implications tangibles en termes de durabilité, renvoie évidemment par contraste à la lenteur du processus diplomatique, et vient en soutien à l’idée portée par le secteur privé que les avancées viendront davantage de ce type d’initiatives parallèles que des négociations officielles. « Lorsque le monde des affaires s’attaque aux défis du développement avec le même sérieux qu’il met dans la conduite de ses principales activités d’affaires (…), il n’y a plus de limites à ce qui peut être réalisé », déclare ainsi Clare Melford, président de l’IBLF (PNUD, 2012). Par ailleurs, ce choix de célébrer des exemples isolés de « bonnes pratiques », sert évidemment la cause des organisations les plus libérales comme l’ICC qui en veulent pour preuve « que le volontariat fonctionne et que des règlementations contraignantes sont inutiles » (Observatoire de l’Europe Industrielle, 2005)… Ce qui ne signifie pas, tant s’en faut, que le secteur privé rejette toute intervention gouvernementale. Au contraire, la plupart des PDG présents, comme Paul Polman, s’associent à certaines grandes organisations de conservation pour exhorter les délégués « à fournir un cadre (…) qui soutient les investissements dans des projets qui améliorent les conditions sociales et environnementales » (Whelan & Polman, 2012).

12En somme, ce qui ressort de ce bref panorama de l’emprise du secteur privé lors de Rio+20, c’est que cette conférence marque la maturation d’un processus à l’œuvre depuis vingt ans concernant le positionnement du secteur privé vis-à-vis des décideurs politiques. Si lors du Sommet de la Terre de 1992 les gouvernements en appelaient aux acteurs non étatiques pour changer leurs comportements, lors de Rio+20, ce sont de grandes figures du secteur privé qui appellent les gouvernements à les rejoindre dans le chemin vers un monde plus durable. Comme nous allons maintenant le voir, la démonstration de force du business participe d’un mouvement de fond au sein des franges les plus réformatrices du secteur privé, qui ont fait des considérations sociales et environnementales une question cruciale pour le futur du commerce et de l’industrie – mais qui s’articule difficilement aux dynamiques inhérentes au secteur privé (maximisation des profits, concurrence, etc.).

Le « nouvel impératif du business » : quelle valeur pour quel partage ?

  • 18 Traduction en français des auteurs.

13Face aux nombreuses ONG qui les accusent de prétendre adopter des pratiques économiques plus soutenables dans le seul but de protéger leur image de marque, les représentants du milieu des affaires à Rio ont répondu de façon unanime qu’un tournant vers plus de durabilité est pour leur secteur une nécessité et correspond à un réel besoin. Ce « nouvel impératif du business », pour reprendre le titre d’un document publié pour la conférence Rio+20 et qui devait fournir un cadre pour l’action, est ainsi repris en chœur par les PDG de 24 entreprises multinationales dont Disney, General Motors, Xerox, Dow et Dell, qui y déclarent que « les principaux dirigeants de certaines des plus grandes entreprises du monde découvrent pour le monde des affaires la valeur profonde des ressources naturelles de la terre – et à l’impératif pour le business de les sauvegarder18 » (O’Meara & Simmons, 2012, p. 5).

  • 19 Traduction en français des auteurs.

14Ce document qui parle au nom des chefs d’entreprises « visionnaires » cite un rapport des Nations unies qui chiffre à 6,6 milliards de dollars US par an, c’est-à-dire à 11 % du PIB du monde, les pertes occasionnées par la « mauvaise gestion collective19 » des ressources naturelles, des coûts qui devraient augmenter jusqu’à 28 milliards d’ici 2050 (ibid., p. 6). Il anticipe que les entreprises devraient à la longue répondre aux pressions des parties prenantes (surtout venant des régulateurs et des investisseurs) pour prendre la responsabilité des problèmes environnementaux auxquels ils contribuent. Curieusement, le rapport identifie comme problèmes la contamination de l’eau, la déforestation et la perte de terre fertile, et passe sous silence la pollution de l’air, du sol et de la chaîne alimentaire. Une étude du cabinet d’audit KPMG citée dans le rapport estime que si les entreprises devaient payer pour leur propre facture environnementale, elles allaient devoir débourser 41 cents sur chaque dollar gagné. Pour anticiper les changements de régulations estimés inévitables, pour éviter les amendes, les suspensions, les procès et d’autres responsabilités, le rapport conclut qu’il faudrait mieux agir en amont et améliorer les relations avec les communautés locales et les gouvernements hôtes.

  • 20 Traduction en français des auteurs.
  • 21 Traduction en français des auteurs.
  • 22 Traduction en français des auteurs.

15Au lieu d’attendre et de subir des régulations externes, les signataires proposent leurs « propres solutions innovatrices20 » pour la gestion des écosystèmes et veulent en démontrer les bénéfices (ibid., p. 6). Ces solutions permettraient « de réduire le risque et de diminuer les coûts, mais aussi d’améliorer l’image de marque et d’identifier de nouvelles opportunités de revenus et de croissance21 » (ibid., p. 6). Faire des économies d’énergie et produire moins de déchets réduirait les coûts à court terme et assurerait la disponibilité des ressources pour demain. Adopter des pratiques plus soutenables améliorerait l’image de marque, la confiance des clients, motiverait les employés et attirerait les capitaux des investisseurs qui sont de plus en plus regardants par rapport aux facteurs environnementaux. Finalement, alléger la pression sur les écosystèmes permettrait de générer de nouvelles opportunités de croissance via les nouveaux marchés de la biodiversité et de vendre plus à des clients que l’on aurait éduqués au sujet des produits soutenables de pointe. Or, si l’on regarde de plus près les solutions présentées par les signataires du rapport, on se rend compte qu’elles ne sont souvent pas en rapport avec les activités des firmes. Dell, grand producteur de déchets électroniques hautement toxiques, se vante de planter des arbres dans une réserve naturelle. Au lieu d’étudier l’impact de ses produits chimiques sur l’environnement, Dow Chemical s’embarque en collaboration avec l’ONG The Nature Conservancy dans « l’expérience courageuse22 » d’étudier la valeur commerciale des services écosystémiques d’une plantation de canne à sucre au Brésil (ibid., p. 31). L’emphase est mise sur la restauration des écosystèmes grâce aux nouvelles technologies, comme Duke Energy qui implante des marronniers génétiquement modifiés sur d’anciens sites miniers dans la chaîne des Appalaches, et sur la création de produits labellisés écologiques, comme la fondation FEMSA et le fonds d’investissement EKO qui certifient en collaboration avec l’ONG The Nature Conservancy les services écosystémiques des bassins versants. Les discours du milieu des affaires sont-ils le vernis « vert » à la poursuite du business-as-usual ou s’inscrivent-ils dans une nouvelle manière de faire du commerce ?

  • 23 Les auteurs ont introduit ce paradigme dès 2006, dans un article de la HBR intitulé « Strategy and (...)

16De nombreux intervenants dans les forums du secteur privé ont souligné que leur préoccupation croissante pour l’environnement était tout à fait compatible avec la logique immanente du milieu des affaires : dégager du profit. Dans cette perspective, ils ont accueilli avec enthousiasme le paradigme de la valeur partagée (shared value), théorisé par l’universitaire Michael Porter et son collègue-entrepreneur Mark Kramer dans un article de la Harvard Business Review (Porter & Kramer, 201123). Cité comme référence dans le document de synthèse du BASD Business Day (2012, p. 22-23) et utilisé de concert avec les concepts de « capitalisme soutenable » ou d’« économie verte », ce paradigme pose comme impératif la réinvention du capitalisme via une vague d’innovations et de croissance économique, tout en sauvant les écosystèmes et les pauvres. Le principe de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises est rejeté comme une manœuvre de justification datée qui place les problèmes sociaux à la périphérie et réagit aux pressions extérieures uniquement en vue d’améliorer la réputation des firmes. Le paradigme de la shared value, au contraire, présuppose que les problématiques sociales et environnementales ne sont pas un obstacle, mais une source d’opportunités et de création de valeur qui donnent un avantage concurrentiel aux entreprises qui les saisissent. Concrètement, la solution serait de former des clusters d’entreprises, d’adapter les modèles de distribution aux besoins des plus pauvres, de réduire les frais de transport, de se soucier de la santé de la force de travail et de relocaliser la production. C’est donc à l’idéal d’une économie enracinée localement, issue du modèle de la « main invisible » d’Adam Smith, que ces prophètes d’un capitalisme soutenable retournent : l’individu, guidé par son intérêt personnel, va naturellement investir son capital au plus prêt possible de sa maison « de manière à lui faire produire la plus grande valeur possible » (Smith 1991, p. 42).

  • 24 Traduction en français des auteurs.
  • 25 Traduction en français des auteurs.
  • 26 Dans un tableau récapitulatif des différences entre RSE et shared value, les auteurs opposent le «  (...)

17Si, dans l’esprit de la valeur partagée, les pratiques qui augmentent la compétitivité devraient aller de pair avec une amélioration des conditions économiques et sociales des communautés dans lesquelles les entreprises opèrent, tous les profits ne se valent donc pas. « Les profits qui ont un but social représentent une forme supérieure du capitalisme », expliquent Porter et Kramer, « une forme qui va permettre à la société d’avancer plus rapidement tout en permettant aux entreprises de croître encore plus24 » (Porter et Kramer, 2011, p. 76). Le défi est de rendre visible et calculable cette valeur partagée, afin que les marchés des capitaux puissent soutenir « la véritable création de valeur dans les entreprises – leur objectif fondamental – et pas seulement bénéficier aux participants des marchés financiers25 » (ibid., p. 77). Ils donnent l’exemple du laboratoire danois Novo Nordisk, un producteur d’insuline qui a découvert que le nombre des cas de diabètes 2 est en rapide augmentation en Chine à cause du changement de régime alimentaire (Porter et al., 2012). D’après des estimations, les 40 millions de cas connus aujourd’hui devraient doubler dans les quinze prochaines années. La firme, qui anticipe cette augmentation, a initié depuis vingt ans une stratégie de conquête du marché chinois à long terme. Sa stratégie de valeur partagée comporte l’éducation des docteurs et des patients en vue de diagnostiquer plus rapidement le diabète et d’augmenter la demande pour l’insuline. Depuis 2008, la Novo Nordisk’s Changing Diabetes® World Tour a ainsi visité une centaine de villes en Chine et a attiré plus de 60 000 patients/clients. Cette stratégie a permis à la firme de prendre la place de leader sur ce juteux marché chinois de l’insuline (le deuxième mondial), passant de 40 à 63 % de parts de marché, et « d’améliorer la vie de millions de citoyens chinois » (ibid., p. 7). Pour autant, la « valeur partagée » n’est possible que dans la mesure où la firme ne se concentre que sur le diagnostic du diabète (le symptôme), et pas sur la cause de la maladie (le régime alimentaire). Ce diagnostic, et le traitement à l’insuline qui l’accompagne, permettent en effet d’alléger la souffrance des malades, tout en assurant que les problèmes de santé des Chinois restent une aubaine pour le géant pharmaceutique. L’approche de la shared value se distingue ainsi clairement de la responsabilité sociale de l’entreprise par son intention : elle n’a pas la prétention de « faire le bien » dans un esprit philanthropique, mais elle vise à réaliser « des bénéfices économiques et sociétaux relatifs aux coûts » pour l’entreprise26 (Porter et Kramer, 2011, p. 76). Si la valeur créée par l’entreprise est donc dans une certaine mesure « partagée » avec le reste du monde, elle reste guidée par l’intérêt de l’entreprise qui définit d’ailleurs elle-même ce qu’est un bénéfice social et environnemental.

18Comment mesurer à la fois les impacts sociaux et environnementaux des entreprises et prouver leur lien avec la performance économique de l’entreprise ? C’était le sujet d’une séance du Business Day sur le « reporting intégré » organisée par le BASD, que nous allons analyser plus en détail.

Tensions et contradictions : la discussion sur le corporate sustainability reporting (§ 47 de la déclaration de Rio)

19Les participants à cette séance de discussion s’étaient réunis autour des tables rondes à nappes blanches du luxueux Hôtel Windsor Barra sur la plage de Barra da Tijuca. La séance était animée par le jovial Yvo de Boer, qui a démissionné en 2010 de son poste de secrétaire exécutif de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, pour intégrer le premier groupe français d’audit KPMG comme chargé des questions climatiques et de développement durable. La réunion partait du constat que si le concept de soutenabilité est maintenant largement accepté, il n’est en revanche pas bien compris ni pleinement intégré aux stratégies et pratiques des entreprises. Aussi, il était donc nécessaire de développer un cadre définissant de nouvelles références normalisées pour évaluer la « bonne performance » des entreprises, ainsi qu’une façon de traduire ces indicateurs en outils permettant aux entreprises de produire des évaluations globales sur leurs performances financières, sociales, environnementales, et de gouvernance (BASD, 2012b). Ce « reporting intégré » vise à structurer l’ensemble des informations clés (financières et extra-financières) sur les leviers de création de valeur d’une entreprise et faciliter ainsi la prise de décision et la communication en interne et vis-à-vis de l’extérieur (notamment vis-à-vis des investisseurs). Dans ce cadre, les participants à la séance étaient donc invités à repenser les notions de valeur et de profit, afin de changer la direction non soutenable dans laquelle l’économie mondiale est engagée. L’enjeu était de définir des valeurs et des objectifs en commun qui permettent d’évaluer et de récompenser les avancées dans la bonne direction. Si l’action volontaire et solitaire des entreprises ne suffit pas, comment définir des critères partagés et largement acceptés ? Surtout, qui allait les définir ?

20La déclaration de Rio+20, qui venait d’être finalisée quand cette séance a eu lieu, était jugée par les représentants du milieu des affaires trop vague pour indiquer la direction à prendre. Le paragraphe 47 en particulier, censé donner un cadre structuré permettant aux entreprises d’intégrer des critères de durabilité dans leurs rapports financiers, s’en remet uniquement à leur bon vouloir en les encourageant à développer des modèles de « bonne pratique ». Les participants présents soutenaient à l’évidence ce paragraphe qui appuie leurs intérêts, mais demandaient quand même que le rythme et l’envergure des projets s’inscrivant dans cette voie s’accélèrent (scale-up).

21« Nous sommes conscients de l’importance de la communication, par les entreprises, d’informations sur l’impact environnemental de leurs activités et les encourageons, en particulier s’agissant des entreprises cotées et des grandes entreprises, à étudier la possibilité d’insérer dans leurs rapports périodiques des informations sur la soutenabilité de leurs activités. Nous encourageons le secteur industriel, les gouvernements intéressés ainsi que les parties prenantes concernées à élaborer, avec l’appui du système des Nations unies s’il y a lieu, des modèles de meilleures pratiques et à faciliter la publication d’informations sur le caractère durable de leurs activités, en faisant fond sur les enseignements tirés des cadres existants et en accordant une attention particulière aux besoins des pays en développement, notamment en matière de renforcement des capacités » (L’avenir que nous voulons, § 47).

22La question de fond qui animait la réunion était de débattre la possibilité de se mettre d’accord sur des instruments d’évaluation et de définir la direction à prendre sans que l’État n’intervienne avec des régulations contraignantes. Qui est chargé de mettre en œuvre le reporting intégré ? Qui en fait l’arbitrage ? À qui les entreprises doivent-elles rendre des comptes ? Aux actionnaires, aux clients, à l’État, aux banques ?

  • 27 Traduction en français des auteurs.
  • 28 Traduction en français des auteurs.

23Les propositions divergeaient fortement à cet égard. Tandis que les uns, comme un représentant du Crédit Suisse, réclamaient des régulations plus claires et strictes des gouvernements, d’autres estimaient que « si ce sont les régulateurs qui posent les critères, ces derniers n’auront aucun sens pour les gens dans l’entreprise qui vont simplement s’y conformer sans se les approprier27 » (transcription, Paul Druckman, PDG du comité International de l’Information Intégrée, IIRC). Ceux qui étaient opposés aux régulations gouvernementales se demandaient cependant d’où allait venir la motivation d’inclure des critères de durabilité dans la comptabilité de l’entreprise : « Comment est-ce que l’on incite les entreprises à saisir ce que la durabilité signifie pour leurs affaires et pour leur performance financière ? » (transcription28). Est-il possible de faire des rapports de soutenabilité sans avoir une vision de ce que cela veut dire ? Les uns affirmaient que l’initiative devait venir directement des PDG « visionnaires », tandis que d’autres pensaient qu’il fallait mesurer et comptabiliser les avantages financiers des mesures de durabilité pour ensuite convaincre les directeurs et les actionnaires de poursuivre dans cette voie. Dans ce dernier cas, les participants soulevaient un problème de taille : s’il est facile d’évaluer ce que coûte l’infrastructure dont ils ont besoin pour leurs projets, comment évaluer en revanche en termes monétaires des mesures intangibles comme la décision de ne pas couper une forêt ? Que rapporte cette forêt en termes économiques ?

  • 29 Traduction en français des auteurs.

24Holly Dublin, directrice de la stratégie de développement durable de la holding française Pinault-Printemps-Redoute, a tenté de convaincre les participants de l’intérêt du projet de sa succursale Puma, qui vise à comptabiliser les pertes et gains environnementaux sur toute la chaîne de valeur du fabricant de chaussures de sport. En 2010, les cabinets de consultants PricewaterhouseCoopers et Trucost avaient chiffré les impacts environnementaux de Puma et de ses fournisseurs à 145 millions euros (les impacts relatifs à la pollution de l’air, aux déchets et à l’usage de la terre étant évalués à 51 millions d’euros, et les émissions de gaz à effet de serre et l’usage de l’eau à 91 millions d’euros). Cet exercice a aussi permis de mettre à jour que seuls 6 % de l’impact total (8 millions d’euros) sont imputables à l’entreprise Puma elle-même, c’est-à-dire à ses magasins, sa logistique, ses bureaux et ses entrepôts. Pour Dublin, la comptabilité environnementale peut donc être utilisée comme un formidable instrument pour exercer plus de contrôle sur la chaîne de valeur, et en particulier sur les entreprises qui travaillent pour Puma. « Serrer » la chaîne de valeur permettrait des économies énormes. « Pour certains fournisseurs, il y a de la flexibilité, mais pour d’autres, c’est très, très tendu. Alors qu’est-ce qu’on fait ? On commence par serrer les vis. Ils travaillent avec des marges très étroites »29 (transcription). Puma répond donc aux exigences environnementales en exerçant encore plus de pression sur ses fournisseurs, c’est-à-dire en externalisant presque exclusivement les coûts additionnels vers ces fabricants en majorité sud-asiatique – le tout en se donnant l’image d’une entreprise de pointe en matière environnementale.

  • 30 Traduction en français des auteurs.
  • 31 Traduction en français des auteurs.
  • 32 Traduction en français des auteurs.
  • 33 Traduction en français des auteurs.

25Pour les compagnies minières présentes dans la salle, une telle démarche n’est pas possible. Pour attirer les investisseurs, elles mettent en avant les normes environnementales élevées qui encadrent leur activité et qui leur permettent d’anticiper sur les changements de régulation à venir. Cependant, comme le remarque une représentante de la Société financière internationale (le bras de la Banque mondiale chargé du secteur privé), dans les marchés émergents, dont le produit intérieur brut va dépasser bientôt celui des pays développés, il n’y a pratiquement pas de rapports de durabilité. Les rapports ont souvent une très faible matérialité et peu de crédibilité. Pendant les discussions en petits groupes, les représentants des compagnies minières autour de la table étaient en désaccord sur les possibilités de créer des normes par secteur à travers leurs associations (IPIECA, ICMM) qui permettent « d’augmenter le prix du ticket d’entrée » pour les nouveaux venus et de ne pas se faire « dicter » la conduite des affaires par des personnes extérieures (transcription30). La difficulté était de chiffrer non seulement les impacts négatifs, mais aussi les conséquences sociales et environnementales positives. « Quelle étude d’impact dois-je réaliser avant de commencer l’exploitation minière et comment puis-je prouver que j’aurais après cinquante ans un impact positif sur la nature ? » (transcription)31 s’interroge ainsi un représentant de l’industrie minière. Certains des participants doutaient fort de l’intérêt de s’accorder au sein d’un seul secteur sur une norme commune : « Il faut qu’elle ne soit pas seulement validée par un secteur particulier. Elle doit être validée par le secteur financier, par les fonds et la dette, par les différents acteurs qui interagissent et ont un intérêt dans la compagnie. Si ce cadre n’est pas largement accepté et soutenu, il n’est rien qu’un jouet personnel » (transcription32). Or, comme l’explique le représentant du Crédit Suisse, « les managers ne sont malheureusement pas supposés faire du monde un endroit meilleur. On s’attend à ce qu’ils fassent de l’argent. J’aimerais que nous puissions changer cela et je pense que nous allons en être capables avec le temps » (transcription33). Des consultants qui avaient parlé avec de nombreuses banques ont confirmé que ces institutions sont effectivement demandeuses d’informations sur la gestion du risque, sur la façon dont les entreprises intègrent la notion de durabilité dans leurs activités, mais ces informations ne décident nullement si les banques leur attribuent des crédits ou non.

  • 34 Traduction en français des auteurs.

26Au final, les participants étaient même en désaccord sur le type de profit auquel ils aspirent. Pour certains, le profit se calcule par le biais d’une comptabilité sociale et environnementale qui permettrait d’internaliser des externalités et d’attribuer un prix aux actifs intangibles. D’autres en revanche contestent « le terme révolu de profit sec » (transcription)34 tel que l’entendent un trader ou un investisseur et soulignent que beaucoup de décisions prises sont motivées par d’autres facteurs que le simple prix financier. Si l’on voulait convaincre les actionnaires qu’une action soutenable est souhaitable, il faut les éduquer pour qu’ils comprennent l’intérêt de l’investissement à long terme, du stewardship et de la bonne gouvernance. Il faut éduquer les clients pour qu’ils soient prêts à payer davantage pour des produits soutenables, des labels de toute sorte et il faut ensuite encadrer les producteurs, toute la chaîne de valeur — surtout pour les produits de consommation finale (aliments, vêtements, etc.).

  • 35 Traduction en français des auteurs.
  • 36 Traduction en français des auteurs.
  • 37 Traduction en français des auteurs.

27En conclusion de la séance, Yvo de Boer résume l’esprit de la séance en indiquant que s’il est nécessaire de poursuivre les initiatives volontaires et de les étendre en matière de reporting intégré, les entreprises ont cependant besoin de lignes directrices claires qui doivent être développées par le biais d’une approche fondée sur les besoins des entreprises et en interaction avec les parties prenantes et notamment les clients, dans le but d’arriver « à la fin de la journée » à des « bonnes, plutôt que mauvaises, régulations » (transcription35). Le milieu des affaires, indique en effet le rapport final, demande aux décideurs politiques de mettre en œuvre des « cadres réglementaires pertinents36 » (BASD, 2012 b, p. 22) qui instaurent la pression nécessaire pour diriger les entreprises dans la bonne direction et leur donner une vision à long terme qui manque aux actionnaires et aux investisseurs. Dans les recommandations finales d’une séance parallèle à celle portant sur le reporting intégré, les participants sont plus explicites : « Ajouter ce texte pour renforcer le paragraphe 47 du document final de la Conférence, tel que suit : “Nous demandons aux gouvernements nationaux de donner un caractère obligatoire à la mesure et à la comptabilité des externalités environnementales, parmi lesquelles doit figurer au minimum les émissions de gaz à effet de serre en volume absolu. » Pour les autres externalités, utiliser des définitions claires et précises, et discuter ces définitions avec l’industrie. Commencer avec une période d’expérimentation concernant seulement la mesure et le reporting, avec l’objectif de donner un prix d’ici 2020 (ou une autre date). La prévisibilité est importante37 » (BASD 2012b, p. 27).

Conclusion

  • 38 Traduction en français des auteurs. L’italique est dans le texte original.

28Sans nécessairement partager les thèses d’Adam Smith, il est néanmoins possible de s’associer à son scepticisme vis-à-vis des entreprises commerciales qui aspirent à travailler pour le bien général (Smith 1991, p. 41) et de s’interroger sur les dimensions concrètes du volontarisme affiché par le secteur privé à Rio+20. L’ensemble des discours et des instruments (comme le reporting intégré) qui accompagnent et soutiennent la valorisation d’une approche strictement économique des problèmes environnementaux offrent l’illusion performatrice et réconfortante que notre modèle économique est capable, via certains ajustements, de répondre à la crise que nous traversons. Ce recalibrage que les représentants du secteur privé appellent de leurs vœux ne va cependant pas de soi. Les discussions sur le reporting intégré reflètent la difficulté pour le secteur privé à parler d’une même voix sur la question centrale de la régulation sociale et environnementale des activités marchandes, notamment du fait de la concurrence entre firmes, des différences entre secteurs d’activités et des divergences idéologiques. En dépit des grands discours sur la création de « valeur partagée » et la transition vers un capitalisme soutenable, la seule définition et mise en œuvre pratique d’indicateurs permettant plus de transparence et une éventuelle redéfinition des modèles économiques vers plus de soutenabilité se heurtent déjà à de multiples obstacles qui relèvent notamment des logiques internes aux secteurs économiques concernés… la première et la mieux partagée étant que les entreprises doivent répondre à un objectif de rentabilité et de maximisation des profits – un objectif, comme le montre l’exemple de la firme pharmaceutique en Chine, qui peut entrer en contradiction directe avec une approche globale des problèmes sociaux ou environnementaux. L’apôtre du libéralisme économique, Milton Friedman (1970), ne s’y est pas trompé, quand il affirmait avec provocation que « la responsabilité sociale des entreprises est d’augmenter leurs profits » – une devise qui fait écho à un rapport sur le « capitalisme soutenable » cité comme un exemple lors du Business Day, qui note avec force que ce capitalisme « ne représente pas un trade-off avec la maximisation du profit38 » (Generation Investment, 2012, p. 1).

  • 39 Traduction en français des auteurs.

29Si l’évènement Rio+20 fait donc bien la preuve et consacre le passage à un régime de justification qui puise sa source dans les fondamentaux mêmes du capitalisme et se fonde sur des normes flexibles émanant des pratiques et besoins des entreprises, cette tendance repose davantage sur un acte de foi sur la supposée plus grande efficacité du secteur privé – appuyée à grand renfort d’exemples isolés et de promesses d’engagements financiers – que sur une vision globale de la contribution du milieu des affaires à la transition écologique. Dans ces moments historiques où le capital recherche de la créativité plutôt qu’une reproduction stable, nous dit l’anthropologue Anna Tsing (2005), les entreprises s’engagent dans ce qu’elle nomme une « économie des apparences », c’est-à-dire dans une surenchère à la fois dramatique (au sens premier de spectacle) et économique, en exagérant les opportunités à venir. Au-delà de cette mise en scène sous le drapeau de l’ONU (bluewashing), la conférence de Rio a moins témoigné de la capacité du milieu des affaires à s’emparer des mécanismes onusiens pour faire avancer leurs intérêts vis-à-vis de régulations gouvernementales, qu’elle fut le lieu de l’affirmation de zones grises où se discutent et s’élaborent nombre de mécanismes et de réseaux d’autorégulation privés. Ainsi émergent autant de « private authorities » (Green, 2013) qui se célèbrent « comme des antidotes attractives face a l’inertie des gouvernements39 » (Wedel, 2011, 157), embryons d’une gouvernance privée parallèle qui met à l’ombre le système onusien.

Bibliographie

Bibliographie

Adam P., 2012, Rio+20 : l’International Chamber of Commerce pose les conditions d’une économie verte, Commerce International, www.actucci.com/chambres-de-commerce-vie-des-reseaux/12372-rio-20-linternational-chamber-of-commerce-pose-les-conditions-d-une-economie [consulté le 20 janvier 2014].

BASD, 2012a, BASD Zero Draft Input, http://basd2012.org/our-positions [consulté le 22 octobre 2013].

BASD, 2012b, Scale-up. Business Day Output Document, http://wbcsdservers.org/basd2012/wp-content/uploads/2012/07/BASD-Business-Day_19-June-2012_Output-Document-Update-20-Jul-2012.pdf [consulté le 3 novembre 2013].

Boltanski L., Chiapello E., 2011 (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Climent J. C., Starbuck S., 2012, What did Rio+20 deliver for business ? Ernst & Young, www.ey.com/Publication/vwLUAssets/RioSummit_leaves_lasting_legacy/$FILE/RioSummit_leaves_lasting_legacy.pdf [consulté le 20 octobre 2013].

CMED, 1987, Notre avenir à tous, www.diplomatie.gouv.fr/fr/sites/odysseedeveloppement-durable/files/5/rapport_brundtland.pdf.

Confino J., 2012a, Cleaning up the Global Compact : Dealing with Corporate Free Riders, Guardian Professional, 26 mars 2012, www.theguardian.com/sustainable-business/cleaning-up-un-global-compactgreen-wash [consulté le 20 octobre 2013].

Confino J., 2012 b, Rio+20 : Unilever CEO on the Need to Battle on to Save the World, Guardian Professional, 21 juin 2012, www.theguardian.com/sustainablebusiness/rio-20-unilever-battle-save-world [consulté le 20 octobre 2013].

Emmerij L., Jolly R., 2009, The UN and Transnational Corporations. Briefing Note Number 17. United Nations Intellectual History Project, Ralph Bunche Institute for International Studies & The CUNY Graduate Center, juillet 2009, www.unhistory.org/briefing/17TNCs.pdf [consulté le 15 octobre 2013].

FOEI, 2012, Reclaim the UN from Corporate Capture, Amsterdam, Pays-Bas.

Friedman M., 1970, The Social Responsibility of Business Is to Increase its Profits, The New York Times Magazine, 13 septembre, p. 32-33 et p. 122-124.

Generation Investment, 2012, Sustainable Capitalism, Londres, www.generationim.com/media/pdf-generation-sustainable-capitalism-v1.pdf [consulté le 8 janvier 2013].

Green J. F., 2013, Rethinking Private Authority : Agents and Entrepreneurs in Global Environmental Governance, Princeton, Princeton University Press.

Hart S., 2012, The Hidden Agenda at Rio+20, www.nextbillion.net/m/bp.aspx?b=2860 [consulté le 20 octobre 2013].

Hoedeman O., 2012a, Despite Outcry Against Corporate Capture of Rio+20, Business Lobbies Want a Bigger Formal Role in UN Talk, Corporate Europe Observatory, 20 juin 2012, http://corporateeurope.org/rio20/2012/06/despite-outcry-against-corporate-capture-rio20-business-lobbieswant-bigger-formal [consulté le 20 octobre 2013].

Hoedeman O., 2012 b, After Rio : Time to Stop Side-Stepping Government Responsibility, Corporate Europe Observatory, 27 juin 2012, http://corporateeurope.org/rio20/2012/06/after-rio-time-stop-side-steppinggovernment-responsibility [consulté le 22 octobre 2013].

ICC, 2000. Business Supports Kofi Annan’s Global Compact but Rejects “Prescriptive Rules”, ICC Press Release, Budapest, 4 mai 2000.

OMeara A., Simmons P. J., 2012, The New Business Imperative : Valuing Natural Capital, Corporate Eco Forum and The Nature Conservancy, http://corporateecoforum.com/valuingnaturalcapital/offline/download.pdf [consulté le 10 octobre 2013].

Observatoire de l’Europe industrielle, 2005, Les Nations Unies colonisées par les lobbies industriels, Agone, no 34, mis en ligne le 23 octobre 2008, http://revueagone.revues.org/113 [consulté le 29 octobre 2013].

Parnell J., 2012, Was Business the Real Winner at Rio+20 ? Responding to Climate Change (RTCC), www.rtcc.org/2012/06/28/was-business-the-realwinner-at-rio20 [consulté le 15 septembre 2013].

PNUD, 2012, Les World Business and Development Awards récompensent les contributions du monde des affaires au développement durable, communiqué de presse du 2 février 2012. www.undp.org/content/haiti/fr/home/presscenter/pressreleases/2012/02/02/les-world-business-and-development-awards-rcompensent-les-contributions-du-monde-des-affaires-au-d-veloppement [consulté le 22 octobre 2013]

Porter M. E., Hills G., Pfitzer M., Patscheke S., Hawkins E., 2012, Measuring Shared Value : How to Unlock Value by Linking Business and Social Results, rapport du Foundation Strategy Group, www.fsg.org/Portals/0/Uploads/Documents/PDF/Measuring_Shared_Value.pdf [consulté le 4 novembre 2013].

Porter M. E., Kramer M. R., 2011, Creating Shared Value. Harvard Business Review, janvier-février 2011, p. 62-77.

Richter J., 2004, Building on Quicksand. The Global Compact, Democratic Governance and Nestlé, CETIM, IBFAN/GIFA and Berne Declaration, avril 2004 (1re édition octobre 2003).

Smith A., 1991 (1776), Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, tome II, Paris, Flammarion.

Teeb, 2010. L’économie des écosystèmes et de la biodiversité : intégration de l’économie de la nature. Une synthèse de l’approche, des conclusions et des recommandations de la TEEB, UNEP, www.unep.org/pdf/TEEB_FR.pdf [consulté le 10 septembre 2013].

UN, 1999, Secretary-General Proposes Global Compact on Human Rights, Labour, Environment, in Address to World Economic Forum in Davos, Press Release, www.un.org/News/Press/docs/1999/19990201.sgsm6881.html [consulté le 22 octobre 2013].

Wedel J., 2011, « Shadow Governing : What the Neocon Core Reveals about Power and Influence in America », in C. Shore, S. Wright et D. Pero, Policy Worlds. Anthropology and the Analysis of Contemporary Power, New York, Berghahn Books.

Whelan T., Polman P., 2012, « Yes, There Are Things the Rio Summit Can Accomplish », Reuters, 21 juin, http://blogs.reuters.com/greatdebate/2012/06/21/yes-there-are-things-the-rio-summit-can-accomplish [consulté le 20 janvier 2013].

Notes

1 Traduction en français des auteurs, nous avons ajouté la mise en italique.

2 Traduction en français des auteurs.

3 Traduction en français des auteurs.

4 Traduction en français des auteurs.

5 Natura, par exemple, est une entreprise de cosmétique brésilienne accusée par le gouvernement du Brésil de bio-piraterie. Vale, autre firme brésilienne du secteur minier, a reçu en janvier 2012 « le prix de la honte et de l’irresponsabilité » par l’initiative Public Eye, pour le cumul de ses impacts sociaux et environnementaux et sa participation actuelle à la construction du barrage Belo Monte dans le bassin amazonien (qui engendrerait le déplacement forcé plus de 40 000 personnes).

6 Pendant la conférence, les ONG regroupées au contre-sommet ont multiplié les mises en garde contre la récupération des questions environnementales par le secteur privé (greenwashing) et contre sa mainmise sur les organisations onusiennes (bluewashing). À titre d’exemple, on peut citer le rapport des Amis de la Terre International, « Reclaim the UN from corporate capture », ou la campagne mondiale lancée par des organisations latino-américaines, « Stop corporate impunity ».

7 Avec environ 100 PDG et au total 700 représentants du monde des affaires représentant plus de 200 sociétés, le Sommet de Johannesburg a été décrit, selon les mots enthousiastes de Mark Malloch-Brown du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), comme « la plus grande foire commerciale du monde » (Observatoire de l’Europe industrielle, 2005).

8 Traduction en français des auteurs.

9 Traduction en français des auteurs.

10 Ce dernier aspect n’a pas pu être documenté dans le cadre de cette étude mais a été attesté lors de plusieurs entretiens.

11 Cette coalition a été mise en œuvre pour la première fois en 2002 pour le Sommet Rio+ 10 de Johannesburg, mais seulement avec l’ICC et le WBCSD.

12 Il s’agit principalement de regroupements sectoriels : ICMM pour le secteur minier, l’IPIECA pour les industries gazières et pétrolières, ICCA pour la chimie, ATAG pour le transport aérien, WSA pour l’acier, CSI pour le ciment, IAI pour l’aluminium, Croplife pour les produits phytosanitaires, Aquafed pour l’eau, et DESSC pour les technologies de l’information et de la communication.

13 Traduction en français des auteurs.

14 Traduction en français des auteurs.

15 Traduction en français des auteurs.

16 Traduction en français des auteurs.

17 À titre d’exemple, le droit d’entrée au Corporate Sustainability Forum au 25 mai 2012 se situait dans une fourchette allant de 750$ US pour les personnes travaillant dans des ONG à 1 500$ US pour les entreprises de plus de 250 salariés. La gratuité était accordée aux seuls membres des délégations gouvernementales ou des Nations unies, et aux journalistes.

18 Traduction en français des auteurs.

19 Traduction en français des auteurs.

20 Traduction en français des auteurs.

21 Traduction en français des auteurs.

22 Traduction en français des auteurs.

23 Les auteurs ont introduit ce paradigme dès 2006, dans un article de la HBR intitulé « Strategy and Society : the Link between Competitive Advantage and Corporate Social Responsibility ».

24 Traduction en français des auteurs.

25 Traduction en français des auteurs.

26 Dans un tableau récapitulatif des différences entre RSE et shared value, les auteurs opposent le « values : doing good » de la RSE, versus « value : economic and societal benefits relative to cost » de l’approche par valeur partagée.

27 Traduction en français des auteurs.

28 Traduction en français des auteurs.

29 Traduction en français des auteurs.

30 Traduction en français des auteurs.

31 Traduction en français des auteurs.

32 Traduction en français des auteurs.

33 Traduction en français des auteurs.

34 Traduction en français des auteurs.

35 Traduction en français des auteurs.

36 Traduction en français des auteurs.

37 Traduction en français des auteurs.

38 Traduction en français des auteurs. L’italique est dans le texte original.

39 Traduction en français des auteurs.

Auteurs

Anthropologue à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD-MNHN, UMR Paloc). Ses recherches portent sur la conservation de la nature dans les pays du Sud (Inde) et le développement récent d’instruments dits de « marché » pour la conservation, notamment la compensation écologique. Elle est l’auteur de Conserver la nature par l’exclusion des humains ? La lutte pour l’accès et l’usage des ressources dans la réserve de biosphère de Nanda Devi, Inde (Presse de l’ANRT, 2014), « Making up for lost nature ? A critical review of the international development of voluntary biodiversity offsets » (Environment and Society, 2014).

Anthropologue au Laboratoire de l’Anthropologie des Institutions et Organisations Sociales (IIAC-LAIOS, CNRS). Ses recherches portent sur le travail industriel et agricole dans le socialisme et le capitalisme et sa gouvernance institutionnelle. Parmi ses publications Disenchantment with Market Economics. East Germans and Western Capitalism (Berghahn 2007), La bataille des OGM. Combat vital ou d’arrière-garde (éditions ellipse), The Gloss of Harmony. The Politics of Policy Making in International Organisations (Pluto Press 2013).

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540