Version classiqueVersion mobile

Sociologie de l'énergie

 | 
Marie-Christine Zélem
, 
Christophe Beslay

Sixième partie. Smart-meters, smart-grids

Grid-Teams pour maîtriser la demande énergétique résidentielle

Une approche socio-technique centrée sur l’usager

Laure Draetta, Alexandre Delanoë et Christian Licoppe

Texte intégral

Introduction

1Ce texte s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur l’usage des technologies réflexives dans les programmes de maîtrise de la demande d’électricité (MDE) résidentielle avec l’objectif de produire des effets performatifs sur les comportements de consommation des usagers. Nous présentons ici le cas d’un compteur communicant de type contrôleur d’énergie, qui équipe des situations de consommation électrique résidentielle en mettant les utilisateurs face à une représentation dynamique de leurs propres consommations. Par ce dispositif de mesure et de contrôle, les concepteurs parient sur une évolution « vertueuse » des utilisateurs qui seraient « mieux » informés sur ce qu’ils font.

2Notre propos est, d’abord, de montrer comment cette visée de la régulation des consommations énergétiques par la réflexivité est mise en œuvre avec une infrastructure technologique via la rencontre de l’usager avec ses traces de consommation. Puis, nous voudrions soumettre à discussion une proposition de couplage de cette infrastructure technologique avec deux dispositifs sociaux d’enrôlement des usagers, dans l’objectif de renforcer et d’inscrire son effet performatif dans la durée.

3Nous développons cette réflexion à partir d’une étude de cas portant sur un projet de conception et d’expérimentation en « situation naturelle » d’un système socio-technique de maîtrise de la demande d’électricité résidentielle. Ce projet est en cours de réalisation en France, dans les Alpes Maritimes, et répond au nom de Grid-Teams.

Le smart meter : une technologie réflexive et persuasive

4Par technologies réflexives, nous entendons des technologies d’enregistrement et de visualisation de données ou traces de comportements permettant de rendre disponible aux acteurs une représentation évolutive de ce qu’ils sont en train de faire, en même temps qu’ils participent à des activités (Cahour et Licoppe, 2010). Des exemples parmi les plus connus sont celui de la visio-conférence, où les participants disposent d’une image retour et, celui plus récent, des outils d’enregistrement et de restitution de données environnementales ou physiologiques, comme les applications sur téléphone mobile qui mesurent notre empreinte carbone lors de différents modes de déplacement ; ou bien, dans le domaine de la santé et du bien-être, les instruments de biofeedback (permettant par exemple de surveiller le rythme cardiaque ou l’activité musculaire).

  • 1 Cette notion de « performativité » est empruntée à la pragmatique du langage (Austin, 1962). En li (...)

5Le compteur communicant (ou smart meter) dans sa version de contrôleur d’énergie (c’est-à-dire communicant avec l’usager), est lui aussi une technologie réflexive dans la mesure où, en fournissant une représentation pertinente de la consommation électrique, il est supposé avoir une propriété persuasive et performative1, c’est-à-dire qu’il ne se limiterait pas à constater une certaine consommation mais il persuaderait indirectement l’utilisateur à réguler sa demande par un changement de ses pratiques. Ce dispositif se caractérise donc par sa visée régulatrice qui est déléguée à l’usager et qui prendrait ainsi la forme d’une autorégulation.

6D’un point de vue sociologique, le déploiement de ces compteurs communicants présente différents points d’intérêt. Par exemple, la manière dont le dispositif technologique, dans son objectif de déplacer l’agentivité régulatrice vers les usagers, se fait porteur d’une visée politico-institutionnelle et devient un outil de déploiement de programmes d’action publique. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est de développer une analyse plus micro pour montrer, d’une part, les modalités par lesquelles cette visée régulatrice est mise en œuvre dans l’organisation de la confrontation de l’usager aux traces de son activité. Et, d’autre part, montrer également comment l’efficacité du système technologique dépasse les seuls critères de performance technique pour être au final tributaire des compromis sociotechniques que le système arrive à construire avec l’usager. Dès lors, à l’aide de notre étude de cas, il s’agit d’interroger l’efficacité de l’instrument technique de mesure et d’information à partir de ses articulations possibles avec d’autres formes d’attachement (C, Meadel et Rabeharisoa, 2000 ; Latour, 2000) ou de captation (Cochoy, 2004), que nous considérons complémentaires, et qui se fondent sur les dispositions sociales des usagers visés.

Le cas d’étude : grid-teams, un dispositif socio-technique de maîtrise de la demande résidentielle d’électricité

  • 2 Le projet est porté par la start-up GridPocket, en partenariat avec la PME WIT, le fournisseur d’é (...)
  • 3 Programme Agir ensemble sur l’Energie, Conseil régional PACA, AAP 2011.

7En 2011, un consortium composé d’entreprises, de laboratoires publics de recherche, d’un fournisseur d’électricité et d’une collectivité locale2 répond à un appel à projet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, dans le cadre d’un programme environnemental de soutien à la conception/expérimentation de dispositifs innovants permettant de développer l’agentivité des citoyens en faveur de la maîtrise des consommations énergétiques3. Le projet, qui porte le nom de Grid-Teams, est retenu pour financement pour une durée de réalisation de deux ans.

Figure 1 – Le réseau sociotechnique du projet (GridTeams).

8Ce projet consiste à co-concevoir, avec un panel de futurs utilisateurs, un dispositif sociotechnique de maîtrise de la demande d’électricité (MDE) résidentielle associant un compteur communicant à des services en ligne dédiés à la gestion des consommations et à mettre le tout à l’épreuve d’une expérimentation d’usage en situation naturelle. Commencé en novembre 2011, il est réalisé dans la ville de Cannes avec la participation de 30 familles recrutées par la Direction de l’Environnement de la ville. Depuis mai 2012, après six mois dédiés à la conception, un prototype d’infrastructure technologique et de plateforme de services est en cours d’expérimentation.

  • 4 Centre de Mathématiques Appliquées de Sophia Antipolis.
  • 5 Groupe de recherche Deixis-Sophia, de Sophia Antipolis.

9Le dispositif repose sur un compteur communicant installé chez les 30 familles participant au projet. Le compteur est fourni et mis en place par une PME (WIT) spécialisée dans la conception d’outils de surveillance des consommations. Ce compteur agrège la consommation des différents appareils utilisés dans les logements et enregistre les données. Il communique via GPRS avec une base de données qui, elle, est gérée par une start-up (GridPocket) spécialisée dans les télécommunications pour les smart grids et qui pilote le projet (Figure 1). GridPocket centralise les données et avec la collaboration d’une équipe d’énergéticiens de l’école Mines ParisTech4 et une équipe de sociologues de l’école Télécom ParisTech5, les traduit de manière intelligible pour une transmission aux utilisateurs. Ces traces de consommation sont restituées sur des interfaces adaptées aux outils de communication habituels des utilisateurs, c’est-à-dire sur ordinateur, pour une consultation au domicile, ou sur tablette ou smartphone pour les situations de mobilité (Figure 2).

Figure 2 – Transmission des données (Gridteams).

10La restitution des traces de consommation est donc l’œuvre conjointe de l’entreprise qui conçoit l’interface et des deux laboratoires de recherche associés au projet. Des spécialistes de l’interaction homme-machine et de l’ergonomie reformatent les traces numériques associées aux comportements de l’utilisateur et lui livrent des représentations dynamiques de ses pratiques de consommation. Ces représentations sont rendues disponibles sous une forme visuelle, sur des terminaux informatiques. Par ce dispositif de mesure et de feedback, les concepteurs misent sur un premier registre de captation de l’usager, l’intéressement par l’information (cochoy, op. cit.), jouant sur la dimension logique de l’action et sur les capacités de calcul de l’usager. L’enjeu est celui du bouclage réflexif, qui est censé conférer une performativité aux traces. En d’autres termes, il s’agit d’arriver à restituer à l’usager les « bonnes » informations (données et représentations) relatives à sa consommation, c’est-à-dire celles susceptibles d’orienter son expérience réflexive.

Un détour par l’état de l’art

  • 6 Cf. les travaux de recherche et développement du CSTB de Sophia Antipolis, dont le projet « Ecofam (...)

11Dans ce dispositif, exception faite pour la coproduction des représentations, il n’y a, à première vue, rien d’innovant. Les outils de contrôle de consommation d’électricité basés sur l’affichage (ou le feedback) sont commercialisés et étudiés depuis les années 1970 (Darby, 2006). Cependant, leur effet performatif est controversé. La littérature met en évidence certaines limites : d’un côté, les dispositifs les plus simples, ceux qui fournissent un feedback factuel comme les données brutes de consommation en temps réel (en watt ou en kWh) n’arrivent pas à capter l’intérêt de l’usager, car peu innovants d’un point de vue fonctionnel ou pas assez explicites dans l’information qu’ils livrent. De l’autre côté, les plus sophistiqués, ceux qui vont au-delà de l’affichage et proposent des fonctionnalités de domotique, avec une gestion automatique des consommations à partir d’un réseau de capteurs, sont encore peu accessibles à cause de l’investissement financier qu’ils demandent6. Entre les deux, les infrastructures réflexives qui reformatent les traces numériques associées aux comportements de l’utilisateur et lui livrent des représentations pertinentes de ses pratiques de consommation posent le problème de leur efficacité dans la durée.

  • 7 Le quantified self (en français, mesure ou quantification de soi) est la pratique de collecte, ana (...)

12La littérature récente met l’accent sur le problème de la pérennité de l’effet performatif de l’affichage et de sa propriété réflexive. Cette critique dépasse le cadre des dispositifs de MDE et concerne, d’une manière plus générale, l’ensemble des nouvelles technologies réflexives utilisées dans le vaste domaine du quantified self7. La « mesure de soi » serait en effet une pratique ponctuelle et instable, apparentée plus à un diagnostic qu’à un outil d’accompagnement de changement : « une fois l’évaluation faite, la quantification n’a plus de sens » et les « quantifiés » auraient tendance à abandonner cette pratique lorsque les résultats ne leur semblent pas satisfaisants (Pharabod, Nikolski et Granjon, 2013).

  • 8 C’est toujours au sens de la théorie de l’acteur-réseau (Callon, Meadel C. et Rabeharisoa, op. cit (...)

13Le quantified self fait l’objet des mêmes critiques lorsqu’il s’agit de son usage dans le domaine de la MDE. Certains retours d’expérience le montrent bien : si le feedback par affichage peut contribuer à réduire la consommation énergétique d’un ménage de 5 à 20 % (comme l’atteste l’état de l’art réalisé par Darby, 2001), déjà dans le moyen terme – après quatre à six mois d’utilisation – cette performance tend à se réduire progressivement (Van Dam, Bakker & Van Hal, 2010). Car, une fois le temps de l’expérimentation ou l’effet de nouveauté passé, le dispositif semble perdre son intérêt aux yeux de l’usager : cela peut être une conséquence de « l’effet Hawthorne », caractéristique des situations expérimentales, cela peut être que les efforts qui sont demandés à l’usager finissent par le lasser ou lui paraître peu fructueux ou bien que des problèmes techniques viennent entraver son appropriation du dispositif (à titre d’exemple, au bout de six mois d’expérimentation, ¼ du parc de compteurs installés dans le cadre du projet Grid-Teams n’était toujours pas complètement opérationnel) ; ou encore, il est possible que la rencontre de l’usager avec ses traces de consommation ne produise pas les effets pragmatiques espérés, soit parce qu’on n’a pas identifié les bonnes traces et les bonnes représentations (Hinterbichler, 2008), ce qui empêcherait le bouclage réflexif, soit parce que la visualisation, à elle seule, ne suffit pas à susciter l’agentivité de l’usager et à le motiver dans l’action en tant qu’acteur social (cf. Darby, 2006 ; Dujin et al., 2011 ; Dujin et Moussaoui, 2012 ; Ehrhardt-Martinez, Donnelly & Laitner, 2010 ; Mankoffet al., 2007). Le résultat, dans cet ensemble de circonstances, est celui d’un dispositif qui finit par se transformer progressivement, aux yeux de l’usager, en un « équipement d’arrière-plan » (Van Dam, Bakker & Van Hal, op. cit.), tendant donc à être oublié avec le temps. Dès lors, le design et l’ergonomie des interfaces homme-machine s’imposent comme une première forme d’attachement8 à laquelle le concepteur doit se confronter pour capter l’attention de l’usager.

Une série d’hypothèses

14En réponse au programme d’action publique qui le soutient, le projet Grid-Teams vise à concevoir et à valider par l’usage un système d’aide à la MDE résidentielle permettant aux usagers de réduire de 5 à 15 % leur consommation globale et d’effacer les pics journaliers de consommation.

15L’enjeu est de taille surtout si l’on considère la problématique de l’efficacité et de la durabilité de la propriété réflexive de l’affichage. Bien que peu d’études aient été réalisées sur le moyen et long terme (Abrahamse et al., 2005), nous l’avons vu, la plupart de celles-ci s’orientent à démontrer la perte d’efficacité du feedback dans le temps (cf. Darby, 2006 ; Dujin et Moussaoui, op. cit. ; Ehrhardt-Martinez, Donnelly & Laitner, op. cit. ; Van Dam, Bakker & Van Hal, op. cit.). Pour les concepteurs du projet, il s’agit donc d’éviter de tomber dans la reproduction de ce qui existe déjà et de focaliser leurs efforts sur ce qui pourrait renforcer et pérenniser la performativité du dispositif. La méthodologie développée à cette fin repose ainsi sur les quelques hypothèses suivantes, déduites de l’analyse de la littérature.

16En guise de première hypothèse, on considère que les comportements routiniers (comme laisser certains équipements en veille pendant la nuit) ralentissent voire entravent le développement de nouveaux comportements plus « vertueux ». Même après plusieurs mois où l’on expérimente un changement, on peut revenir aux pratiques habituelles car les nouvelles habitudes demandent du temps pour s’installer. Ainsi les analyses de comportements vis-à-vis des dispositifs de MDE nécessitent des approches longitudinales (Van Dam, Bakker & Van Hal, op. cit.).

17On peut faire une seconde hypothèse : l’efficacité performative des dispositifs de visualisation est liée non seulement à l’ergonomie et au design des interfaces, mais aussi à la nature et au format des informations livrées à l’usager. La façon dont le dispositif met en scène les traces de consommation et suscite l’interaction avec l’usager constitue une variable déterminante de son efficacité (Hinterbichler, op. cit.). Par ailleurs, la représentation de l’information possède un caractère construit, souvent codé et conventionnel, et résulte de choix sociotechniques qui varient en fonction des acteurs qui interviennent dans la conception du dispositif (Relieu, 1999 ; Licoppe, Draetta, Delanoë, 2013). La participation des sciences sociales au processus de construction des représentations des traces de consommation permet d’inscrire cette construction dans une approche centrée sur l’utilisateur dans l’espoir que les représentations livrées puissent trouver un lien avec les expériences de consommation énergétique des usagers.

18Une autre hypothèse consiste à poser que l’effet performatif des dispositifs d’enregistrement et de visualisation de données d’activités est fragilisé sur le long terme et nécessite des formes d’attachement complémentaires. L’une d’elles consiste à renforcer la dimension comparative et évaluative du feedback en s’appuyant sur les contraintes que les situations publiques imposent à l’acteur social en termes de jugement moral et de caractère publiquement convenable de l’action (ce que les Anglo-Saxonnes définissent accountability). C’est le cas du social comparative feedback (Figure 3) ou de la « socialisation » des données, ce qui consiste à rendre visibles les courbes de consommation de l’usager à d’autres utilisateurs ou groupes d’utilisateurs pertinents (par exemple les habitants d’un quartier, d’une ville, d’une région, un réseau familial ou amical) et, vice-versa, et de permettre à l’usager d’accéder aux courbes de son groupe de référence pour pouvoir s’y comparer (Petkov et al., 2011). S’il est vrai que l’insertion des dispositifs de visualisation dans des processus de socialisation peut les aider à mieux fonctionner (Harrison et al, 1996), alors l’ouverture de ces dispositifs sur des comparaisons sociales et des évaluations, avec la proposition éventuelle de jugements normatifs, pourrait déclencher chez les usagers des formes de comportement proches de l’isomorphisme mimétique que l’on retrouve dans les organisations en situation d’incertitude (DiMaggio & Powell, 1983) et conduire donc à une homogénéisation des pratiques au sein des groupes ainsi constitués.

Figure 3 – Social comparative feedback (Petkov et al., 2011).

19Enfin, on peut également considérer que la mobilisation des usagers en tant qu’acteurs sociaux constitue aujourd’hui l’un des plus grands défis du déploiement des réseaux intelligents (Pricewaterhouse Coopers, 2010) et les systèmes de MDE fondés sur la réflexivité pourraient être plus efficaces si l’affichage était associé à des dispositifs sociaux d’enrôlement des utilisateurs (Hargreaves, Nye & Burgess, 2010). Au-delà de la comparaison sociale, d’autres voies sont envisageables. L’une d’elles est celle de la captation marchande (Cochoy, 2012) ou de la fidélisation du consommateur par les techniques de marketing relationnel et transactionnel. Des formules classiques comme la personnalisation des relations commerciales et l’usage de cadeaux pour « rémunérer » l’intensification des volumes d’achat ont déjà fait leurs preuves auprès de certaines enseignes de la grande distribution (Barrey, 2004) et du voyage aérien (Lendrevie & De Baynast, 2008). Les concepteurs de Grid-Teams avancent l’hypothèse selon laquelle ces dispositifs d’encastrement économique pourraient être transposés au domaine de la MDE, cette fois-ci pour inciter les usagers à décroitre leurs consommations énergétiques.

Une démarche ergonomique itérative et validée par une expérimentation d’usages, sur le long terme et avec la participation des SHS

20Face à ces hypothèses, l’enjeu du projet Grid-Teams est de concevoir un système de MDE résidentielle qui puisse aider les usagers à réduire leur consommation d’électricité d’au moins 5 % dans le moyen terme (au bout de six mois d’utilisation) et à stabiliser ce résultat dans le long terme (au-delà de douze mois). Pour ce faire, trois choix méthodologiques sont réalisés.

21Le premier concerne la forme et la démarche de conception. Les porteurs du projet optent tout d’abord pour une conception participative (interaction design) ou co-conception, réalisée en collaboration avec des futurs utilisateurs. Des focus groups ou ateliers participatifs et des entretiens collectifs préliminaires sont organisés au début du projet pour constituer une base de développement partagée par l’ensemble des participants au projet (concepteurs, développeurs, prescripteurs, usagers, chercheurs). La mise en œuvre de cette forme de conception est envisagée par une démarche itérative, procédant par étapes de validation systématique des principaux choix de développement auprès des utilisateurs. Les concepteurs optent pour une validation en situation d’usage, c’est-à-dire par une expérimentation « grandeur nature », réalisée au domicile des trente familles participant au projet. Des entretiens individuels, exploratoires et d’explicitation, sont effectués au cours de l’expérimentation afin de recueillir les expériences d’usage.

22Un deuxième choix consiste à inscrire l’évaluation des performances du dispositif dans une perspective de long terme : une première expérimentation d’une durée de 12 mois est en cours de réalisation dans le cadre du projet Grid-Teams ; et la décision a été prise de poursuivre l’expérimentation au cours d’un deuxième projet pour une durée globale de 24 mois.

23Et enfin, un dernier choix porte sur une approche multidisciplinaire et multi-partenariale de l’innovation. Le consortium rassemblé dans le cadre du projet est composé à la fois d’entreprises, de centres de recherche académique et d’institutions politiques territoriales. Les participants sont ingénieurs des télécommunications, énergéticiens, informaticiens/ergonomes, commerciaux, agents de la fonction publique territoriale, sociologues, sans oublier les usagers. Cette hétérogénéité répond au souci de créer un espace de décision de type « forum hybride » (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001) où tous les points de vue sont représentés et pris en compte.

24À partir de cette approche méthodologique, et afin de répondre aux objectifs de performance visés, (supra), les concepteurs du projet parient sur un dispositif sociotechnique mobilisant trois formes complémentaires d’attachement de l’usager : la visualisation dynamique de ses données de consommation, la comparaison et l’évaluation sociales, et la fidélisation.

Données et représentations

25La construction de situations réflexives à partir des données numériques s’appuie sur des infrastructures qui articulent la collecte et l’enregistrement continu de données, l’exploration de celles-ci pour extraire des indicateurs pertinents et construire des représentations adéquates de leur évolution et, enfin, des dispositifs de visualisation de ces représentations les rendant disponibles aux utilisateurs sous des modalités et sur des terminaux spécifiques. Dans le projet Grid-Teams, un compteur placé dans le logement de l’usager agrège la consommation des différents appareils électriques utilisés. Il s’agit de données qui sont agrégées à un niveau individuel car, à ce stade, elles ne renseignent que la consommation du logement où elles sont prélevées. Ces « traces » de consommation sont restituées sous la forme d’historiques actualisés en permanence rendant compte d’activités inscrites dans un passé plus ou moins lointain : l’heure, la journée, la semaine, le mois. L’usager est invité à visualiser ses consommations dans ces contextes temporels passés afin de réfléchir dans le présent à des stratégies de maîtrise pour le futur.

  • 9 Car euros et kWh font déjà partie du vocabulaire des factures électriques traditionnelles de l’opé (...)

26Une fois résolue la question du choix des traces (consommations passées et présentes du ménage), le concepteur est confronté à la mise en forme de leur représentation. La consommation d’électricité d’un logement peut en effet être restituée de différentes manières : faut-il, par exemple, rendre plus saillant le registre technique de l’unité de mesure et de la puissance énergétique et fournir une représentation en kWh ou en watts ? Ou faut-il rendre plus visible le registre économique en traduisant cette consommation en coût équivalent et fournir une représentation en euros ? Ou bien, ne faudrait-il pas imaginer aussi d’autres représentations plus innovantes9, fondées plutôt sur le registre symbolico-affectif, comme, par exemple, le registre écologique en s’appuyant sur l’éco-visualisation (Holmes, 2007) ?

  • 10 Au jour, à la semaine, au mois.

27De cet éventail de choix qui s’offre au concepteur, l’on déduit toute l’importance de la mise en forme des données car leur représentation n’est pas neutre et peut orienter l’expérience réflexive et les rationalisations qui peuvent en être faites a posteriori. Pour « ne pas se tromper », une première décision est prise en transférant sur les utilisateurs cette question lors de premiers entretiens exploratoires. Les souhaits que ces derniers expriment portent sur un design et des choix lexicaux rendant le dispositif de visualisation comparable à d’autres factures mensualisées, comme celles de la téléphonie mobile ou du fournisseur d’électricité ; une première représentation est donc fournie sous la forme d’un état dynamique10 de la facture, via des « courbes de charge » et leur coût équivalent en euros (Figure 4).

Figure 4 – Représentations de la consommation : registre technique et économique (GridTeams).

  • 11 Dans la pratique, les choix socio-techniques du projet apparaissent en grande partie comme une tra (...)

28Mais le projet étant soutenu par des acteurs publics, notamment les services de l’Environnement et du Développement Durable de la région PACA et de la ville de Cannes, l’option du registre écologique ne peut pas être écartée11. Le bon compromis est ainsi de représenter la consommation d’électricité des ménages non seulement en watt/kWh et en euros, mais aussi en « coût environnemental », par exemple en équivalents empreinte carbone ou par étiquetage énergétique. Cette option (qui est actuellement en cours de développement) permettrait d’ailleurs de vérifier, à l’usage, dans quelle mesure la MDE s’inscrit plus dans une problématique de protection de l’environnement (Maresca, Dujin et Picard, 2009) que dans celle de la maîtrise du pouvoir d’achat (OCDE, 2008).

  • 12 Entre 18h et 21h.

29Multiplier les indicateurs de consommation est aussi une manière de représenter plusieurs profils d’utilisateurs, dans l’espoir que chacun puisse trouver un lien avec ses propres expériences de la consommation énergétique. À côté des statistiques évolutives et des trois registres de représentations, d’autres éléments de calcul et de visualisation sont ainsi proposés : dans la page d’accueil de l’interface WEB du dispositif, l’utilisateur tombe sur trois indicateurs en lien direct avec l’enjeu de la MDE (Figure 5). Nous le rappelons, « Maîtriser la Demande en Électricité » signifie à la fois réduire ses consommations globales et les déporter hors des horaires de pointe. Ainsi, l’utilisateur est d’emblée confronté à sa consommation globale du mois en cours, exprimée en coût économique pour rendre un état de sa facture (indicateur 1), à la part de consommation réalisée pendant le pic du soir12 comparée à celle du reste de la journée (indicateur 3) et, entre les deux, il est aussi confronté à une évaluation normative qui qualifie sa consommation de « bonne » ou de « mauvaise » en relation avec les performances énergétiques qu’il arrive à réaliser dans son logement (indicateur 2). La confrontation à cet indicateur de performance vaut comme un jugement moral sur la pratique de consommation et est supposée posséder une valeur performative analogue à la force de la parole.

Figure 5 – Indicateurs de consommation (GridTeams).

Comparaison et évaluation sociale

30L’une des hypothèses du projet porte sur la fragilité sur le long terme de l’efficacité performative des dispositifs de visualisation et propose comme solution que l’affichage puisse, entre autres, jouer sur les contraintes de « convenance publique » (accountability) et de jugement moral de l’action qui pèsent sur l’acteur social lorsqu’il agit publiquement ou en groupe. Dès lors, il s’agit de donner aux traces de consommation une dimension socialement comparative et évaluative. Pour ce faire, le dispositif Grid-Teams propose une visualisation des consommations qui ne soit pas seulement individuelle mais aussi collective. Pour l’usager, il s’agit de « socialiser » ses propres données de consommation en les partageant avec d’autres utilisateurs et, en même temps, d’avoir accès aux données de ces autres utilisateurs.

31Deux ordres de choix font discussion parmi les partenaires du projet. Le premier concerne le groupe de référence : les propositions discutées reflètent des représentations de sens commun de la structure sociale (la famille et les amis, éventuellement à travers la médiation de Facebook) et du territoire (la ville ou la région), en sachant que le feedback comparatif réalisé sur un petit cercle de personnes aux liens forts (amis ou cercle familial étendu) est plus efficace qu’une simple comparaison périodique avec des étrangers (Mankoff et al., 2007). Face aux coûts de développement et aux difficultés d’accès aux données, le concepteur opte pour la commodité « technique » et décide de se replier sur la communauté des expérimentateurs Grid-Teams, associée par construction au projet. Le deuxième choix est relatif aux modalités de la comparaison. Plusieurs options sont possibles pour se comparer dans un groupe : le classement, la comparaison seul à seul entre individus et celle avec une moyenne (Petkov et al., 2011). Le concepteur s’oriente vers la première (le classement). Cependant, afin de faciliter l’évaluation au sein de la communauté Grid-Teams, ce ne sont pas les courbes de consommation qui sont rendues visibles sur la plateforme, mais plutôt les « performances » réalisées individuellement par chaque membre du groupe, semaine par semaine (Figure 6). L’objectif déclaré est de participer à la diffusion de pratiques virtuelles au sein du groupe en provoquant l’imitation entre ses membres (selon les théories organisationnelles de l’isomorphisme mimétique de DiMaggio & Powell, op. cit.).

32Choisir tel ou tel groupe de référence n’est donc pas neutre, mais participe de la manière dont les infrastructures réflexives « fabriquent » le social. Rentrer un groupe de référence et visualiser ses pratiques, c’est permettre à l’utilisateur de comparer et évaluer ses propres pratiques par rapport à celles du groupe, et donc à la fois mettre en jeu ses droits et ses obligations par rapport au groupe, et « performer » ceux-ci dans l’usage, c’est-à-dire dans la manière concrète dont l’utilisateur se sentira devoir agir à partir de cette évaluation.

Figure 6 – Comparaison et évaluation sociale (GridTeams).

Enrôler l’usager par la fidélisation : les EcoTroks

  • 13 Ces conseils sont repris de documents de communication de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de (...)
  • 14 Marque déposée.

33Plusieurs états de l’art mettent en évidence le fait que la mobilisation des usagers en tant qu’acteurs sociaux est importante aux fins du déploiement des réseaux intelligents (Pricewaterhouse Coopers, op. cit. ; Van Dam, Bakker & Van Hal, op. cit.) et que les dispositifs techniques d’affichage des consommations peuvent gagner en efficacité et en durabilité s’ils sont associés à des dispositifs sociaux d’enrôlement des usagers (Hargreaves et al., 2010.) Parallèlement à la comparaison et à l’évaluation sociale, les concepteurs de Grid-Teams parient sur l’intéressement (Akrich, Callon et Latour, 1991) de l’usager en s’inspirant des méthodes de fidélisation mises en place par les compagnies aériennes et les grandes marques (Lendrevie & De Baynast, op. cit.). Cet intéressement est visé par la mise en œuvre de deux approches de la fidélisation : a) l’accompagnement personnalisé de l’usager dans ses pratiques de consommation et de MDE ; b) un système de gratification de l’effort par la récompense des performances énergétiques réalisées. Dans le premier cas, il s’agit de proposer un diagnostic socio-énergétique du logement et du ménage qui l’occupe ; d’effectuer des entretiens exploratoires et d’explicitation in situ pour discuter les choix du concepteur et de l’usager ; de mettre en place un centre d’appel pour répondre aux questions ; et, enfin, de diffuser, via la plateforme Web, des conseils de consommation13. Quant à la gratification de l’effort, elle est réalisée par l’attribution d’un système de points – les « EcoTroks »14 – fonctionnant selon le même principe des « miles » des compagnies aériennes, la récompense venant en quelque sorte « fidéliser » l’usager à la MDE (Figure 7).

  • 15 100 EcoTroks par kWh épargné en période de pointe et 50 EcoTroks par kWh épargné en heures creuses

34Définis par le concepteur comme « un programme de fidélisation à la décroissance énergétique », ces EcoTroks ont une valeur d’échange convertible en biens ou services qui sont offerts, en l’occurrence, par la ville partenaire du projet. Chaque semaine, les consommations réelles de chaque ménage participant à l’expérimentation sont confrontées avec les consommations théoriques idéales modélisées à partir du bilan socio-énergétique du logement. Lorsque les consommations réelles s’avèrent être inférieures aux consommations théoriques, les usagers se voient attribués des EcoTroks via une notification par courrier électronique et cela en quantité proportionnelle au niveau de performance atteint15. Les EcoTroks ainsi gagnés peuvent être échangés avec des lots présentés dans une boutique en ligne accessible via la plateforme.

35Comme pour les précédentes formes d’attachement visées par le projet, la question de la « fidélisation » par la récompense de l’effort fait elle aussi l’objet de discussions entre les partenaires. Le débat porte sur le référentiel à utiliser pour mesurer l’effort (par exemple, les économies d’énergie réalisées par l’usager en relation à sa propre moyenne ou à celle du groupe), mais surtout il porte sur le choix de la récompense.

36Choisir tel ou tel cadeau participe d’une manière d’anticiper et, éventuellement, d’orienter les logiques d’action des usagers. Faut-il s’appuyer sur la logique utilitariste et proposer des cadeaux « marchands » ou faut-il privilégier la logique écologique et proposer des cadeaux orientés à développer ou entretenir l’éco-citoyenneté des usagers ? Un arbitrage d’ordre socio-politique s’impose aux partenaires du projet. Un premier choix est réalisé en se fondant sur l’approche transactionnelle des systèmes de fidélisation courants et, donc, sur une représentation de la MDE en tant qu’effort à (re)compenser par des biens ou des services marchands. L’expérimentation se déroulant dans la ville de Cannes, les cadeaux sont d’abord envisagés comme devant être en relation avec l’image de cette ville : des places de cinéma pendant le Festival ou des entrées à d’autres événements mondains. Puis un choix ultérieur est aussi envisagé à partir du fondement idéologique et politique du dispositif. Il s’agit de respecter la visée écologique du projet et des programmes publics qui le soutiennent (celui de la Région qui le finance et celui de la ville de Cannes qui héberge l’expérimentation). Les cadeaux doivent ainsi pouvoir participer au développement de la démarche éco-citoyenne des gagnants. La ville de Cannes, qui a inscrit le projet dans son Agenda 21, proposera donc des objets favorisant la réduction des consommations énergétiques dans les logements des gagnants (tels des ampoules basse consommation, des programmateurs, des wattmètres, des réducteurs de débit d’eau) ainsi que des services moins ciblés mais en phase tout de même avec sa politique écologique et culturelle. Dès lors, des tickets de bus et de bateau pour un déplacement en transports en commun dans la ville ou dans les îles de Lérins sont mis à la disposition des gagnants, ainsi que des entrées gratuites à des expositions et concerts.

37Conformément aux programmes de fidélisation courants, qui misent tout sur les gagnants, le système d’EcoTroks est pensé comme un dispositif pour les usagers qui sont déjà dans une approche « positive » de la consommation énergétique. Des efforts restent à faire pour favoriser l’intégration des perdants dans ce système d’intéressement.

Figure 7 – Attribution des EcoTroks (GridTeams)

Conclusion

38L’usage des compteurs communicants qui sont déployés dans le cadre des programmes de MDE résidentielle constitue un champ de recherche, dans le domaine du GreenIT, qui appelle le sociologue à s’en saisir. D’une part, parce que produire l’action qui convient dans un environnement réflexif nécessite des compétences spécifiques et, d’autre part, parce que ces compteurs, tout comme les autres technologies réflexives utilisées pour la « quantification de soi », sont développés et déployés dans des visées régulatrices, pour leur capacité à instrumenter une forme originale de contrôle social. Le retour vidéo est là pour aider l’utilisateur de la vidéoconférence à produire une image de lui adéquate. De façon moins innocente, les outils visuels de représentation de la consommation énergétique résidentielle, ou du poids des personnes, ou encore de leur empreinte écologique, cherchent à « persuader » indirectement les utilisateurs à changer leurs pratiques pour modifier leur demande d’énergie, perdre du poids ou réduire l’usage de la voiture (c’est la notion de persuasive technologies). Il est donc essentiel de saisir les ressorts d’une forme de « gouvernementalité » émergente qui s’appuie sur la constitution et l’usage des traces afin de créer et multiplier les situations réflexives.

39Pour réguler les comportements en matière de consommation d’électricité, trois leviers sont habituellement mobilisés : le levier économique (par l’augmentation des prix), le levier technique (consistant par exemple à suspendre la distribution du courant lors des moments de surcharge) et le levier réflexif. Ce dernier propose un mode de régulation alternatif, par le bas et supposé plus durable, qui cherche à produire une forme d’autorégulation chez le consommateur par le biais d’un accès à ses traces de consommation.

40Nous avons vu comment, dans le cadre du projet analysé, les concepteurs parient sur ce dernier levier. Dans ce cadre, ils sont sans cesse confrontés à des choix de design à travers lesquels ils cherchent à configurer, renforcer et multiplier les « attachements » des utilisateurs au dispositif réflexif. Une de ces stratégies de conception consiste à rendre visibles les pratiques d’un groupe social de référence, ce qui socialise et moralise la confrontation aux traces de son activité. Mais nous avons vu également comment aussitôt les choix de design cèdent la place à des choix sociopolitiques que les concepteurs doivent assumer pour renforcer le dispositif réflexif.

  • 16 L’analyse des consommations d’énergie pendant l’expérimentation a aussi tenu compte de facteurs ex (...)

41Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions empiriques du déploiement du projet Grid-Teams. Après un an d’expérimentation, nous avons analysé les performances énergétiques réalisées par notre échantillon, semaine après semaine, en les croisant avec les connexions de ce dernier à l’interface de communication. Une économie d’énergie de 10 % en moyenne, a été constatée dans le groupe d’usagers connectés. Ce premier résultat confirme, d’une manière générale, l’ouverture des utilisateurs à l’expérience de la confrontation aux traces de leurs activités. Mais des observations complémentaires sont nécessaires pour saisir la manière dont les foyers sont concernés et affectés par cette mise en visibilité des pratiques de consommation. Car, l’analyse montre aussi que les économies réalisées se distribuent dans le temps, en relation avec les principales phases de déploiement du projet16 dont celle du lancement des EcoTroks s’annonce particulièrement prometteuse (Figure 8).

Figure 8 – Historique des consommations et des connexions durant l’expérience Grid-Teams (GridTeams).

42Dès lors, il s’agit de comprendre dans quelle mesure le résultat obtenu est à mettre en relation avec le feedback informationnel ou plutôt avec le dispositif d’intéressement mis en œuvre via le système de « rémunération » des EcoTroks, comme pourrait le faire penser le cycle d’augmentation d’économies d’énergie enregistré à partir de leur lancement. Des entretiens d’explicitation avec les usagers associés au projet pourraient nous aider à mieux interpréter ces statistiques de performance. Quant à leur inscription dans le temps, seule une poursuite de l’expérimentation ou des analyses d’usage pendant le déploiement d’un projet pilote à venir pourront permettre de la confirmer.

Notes

1 Cette notion de « performativité » est empruntée à la pragmatique du langage (Austin, 1962). En linguistique, on dit d’un énoncé qu’il est performatif quand il va au-delà de la description d’un fait, et qu’il instaure, provoque ou constitue ce dont il parle.

2 Le projet est porté par la start-up GridPocket, en partenariat avec la PME WIT, le fournisseur d’électricité Planète OUI, les écoles Mines ParisTech et Télécom ParisTech, et la municipalité de Cannes.

3 Programme Agir ensemble sur l’Energie, Conseil régional PACA, AAP 2011.

4 Centre de Mathématiques Appliquées de Sophia Antipolis.

5 Groupe de recherche Deixis-Sophia, de Sophia Antipolis.

6 Cf. les travaux de recherche et développement du CSTB de Sophia Antipolis, dont le projet « Ecofamilies » (http://www.ecofamilies.fr/).

7 Le quantified self (en français, mesure ou quantification de soi) est la pratique de collecte, analyse et partage de données factuelles personnelles, réalisée à l’aide de dispositifs technologiques de type capteurs électroniques reliés à une interface de visualisation (ordinateur, tablette, téléphone mobile).

8 C’est toujours au sens de la théorie de l’acteur-réseau (Callon, Meadel C. et Rabeharisoa, op. cit. ; Latour, op. cit.) que nous utilisons le terme « attachement » dans ce texte.

9 Car euros et kWh font déjà partie du vocabulaire des factures électriques traditionnelles de l’opérateur historique en France.

10 Au jour, à la semaine, au mois.

11 Dans la pratique, les choix socio-techniques du projet apparaissent en grande partie comme une traduction à plusieurs niveaux de la visée régulatrice de ces deux institutions, car le projet s’offre comme un système techno-politique de déploiement de leurs programmes d’action publique dont il reprend les termes. Ainsi, par exemple, cette nécessité d’accrocher l’objectif énergétique à des enjeux écologiques était déjà affichée dans l’argumentaire du dossier de candidature.

12 Entre 18h et 21h.

13 Ces conseils sont repris de documents de communication de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

14 Marque déposée.

15 100 EcoTroks par kWh épargné en période de pointe et 50 EcoTroks par kWh épargné en heures creuses.

16 L’analyse des consommations d’énergie pendant l’expérimentation a aussi tenu compte de facteurs extérieurs au projet, comme l’évolution de la température liée au cycle des saisons.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Le réseau sociotechnique du projet (GridTeams).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Figure 2 – Transmission des données (Gridteams).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26136/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Figure 3 – Social comparative feedback (Petkov et al., 2011).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26136/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Figure 4 – Représentations de la consommation : registre technique et économique (GridTeams).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26136/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Figure 5 – Indicateurs de consommation (GridTeams).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26136/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 6 – Comparaison et évaluation sociale (GridTeams).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26136/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Figure 7 – Attribution des EcoTroks (GridTeams)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26136/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Figure 8 – Historique des consommations et des connexions durant l’expérience Grid-Teams (GridTeams).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/26136/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

Auteurs

Mines-Télécom Paristech
Maître de conférences en sociologie à l’Institut Mines-Télécom où elle enseigne la sociologie de l’environnement et les Green-IT. Avec une thèse de doctorat de l’EHESS sur l’environnementalisme industriel, ses recherches portent sur les processus de construction sociale de la contrainte écologique et sur sa traduction en de nouvelles pratiques économiques, organisationnelles et sociales. Elle s’intéresse aussi bien à l’éco-innovation dans les entreprises du secteur TIC qu’aux usages des systèmes technologiques de traçabilité et de surveillance (RFID, technologies réflexives), en particulier ceux appliqués à la protection de l’environnement. Coordinatrice du GT « Traçabilité » de l’Observatoire pour l’Innovation Responsable (Mines ParisTech), elle est co-autrice de deux ouvrages : Ecologie des infrastructures numériques (2008, avec F. Flipo) et RFID, une technologie controversée (2012, avec A. Delanoë).

Mines-Télécom Paristech
Sociologue. Postdoctorant puis chargé d’études à Télécom ParisTech entre 2009 et 2013, il est actuellement chercheur contractuel au CAMS (CNRS, EHESS) et au CSI (École Mines ParisTech), ainsi que membre de l’Institut des Systèmes Complexes de Paris Île-de-France (ISC-PIF). Alliant des méthodologies à la fois qualitatives (ethnographie, entretien, observation participante) et quantitatives (analyse de logs, data/text mining ou modélisation), ses travaux portent sur l’émergence des problèmes publics liés aux innovations chimiques, électroniques ou énergétiques. Il est co-auteur de l’ouvrage RFID, une technologie controversée (2012, avec L. Draetta).

Mines-Télécom Paristech
Professeur de sociologie à Telecom ParisTech. Polytechnicien et physicien de formation, il a ensuite soutenu une thèse en histoire et en sociologie des sciences et des techniques et publié un ouvrage sur la preuve empirique (La formation de la Pratique scientifique, Éditions La Découverte). Spécialiste de la mobilité, il s’intéresse à l’analyse conversationnelle et à l’analyse de l’interaction multimodale et, plus généralement, aux études ethnographiques de l’interaction sociale médiée par la technologie. Après avoir largement étudié les interactions des utilisateurs du téléphone mobile, il mène actuellement un programme de recherche sur les effets performatifs des technologies réflexives. Dans ce cadre, il est engagé dans une étude vidéo-ethnographique des interactions dans les salles d’audience, en relation avec l’introduction des systèmes de vidéo-conférence.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search