Version classiqueVersion mobile

Rhodes et l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem

 | 
Nicolas Vatin

Épilogue : Rhodes sans les hospitaliers1

Texte intégral

L’expulsion

Les Ottomans optent pour la guerre

  • 1 Ce chapitre conclusif est principalement fondé sur Vatin 1995, pp. 329-374. Concernant plus particu (...)

1Le 14 juin 1522, le grand maître Villiers de l’Isle-Adam reçut une lettre du jeune Soliman, qui avait succédé deux ans auparavant à son père Selîm Ier. En bon souverain musulman, il donnait sa chance à l’ennemi : le grand maître pouvait se rendre et faire entrer ses possessions dans le « territoire de l’Islam » (dârü-l-islâm). Sinon, le sultan ottoman s’emparerait de Rhodes et de ses habitants.

  • 2 Cf. J.-L. Bacqué-Grammont, « Une dénonciation des abus de Hâ’ir Beg, gouverneur de l’Égypte ottoman (...)

2À dire vrai, les raisons d’expulser les Hospitaliers du Levant ne manquaient pas. Deux d’entre elles pouvaient sembler particulièrement fortes. D’une part, depuis la conquête de la Syrie-Égypte mamlouke par Selîm Ier en 1517, Rhodes se trouvait sur une route maritime intérieure ottomane, que sa flotte pouvait menacer d’interrompre à tout moment. Ce risque devait paraître d’autant plus sérieux que, depuis le début du xvie siècle, Rhodes était devenue plus que jamais un repaire de pirates. Certes, le Dodécanèse était une zone de trêve, mais on a dit combien dans ce domaine l’activité de l’ordre et de ses protégés pouvait être gênante dans d’autres eaux. D’autre part, la situation n’était pas seulement agaçante pour les autorités ottomanes : elle était moralement insupportable pour les musulmans, qui admettaient mal, en particulier, la présence à Rhodes de nombreux coreligionnaires prisonniers ou esclaves. Certains étaient contraints à de pénibles travaux de terrassement, ce qui scandalisait les sujets du sultan. On a conservé plusieurs lettres qui se font l’écho de cette « opinion publique ». Il dut y en avoir bien d’autres, sans compter les récits oraux de voyageurs et de prisonniers rachetés ou évadés. En tout cas, les mauvais traitements que les Rhodiens faisaient subir aux musulmans étaient devenus proverbiaux en Égypte, comme le prouve cette dénonciation anonyme rédigée au Caire en 1521 : « Les humiliations que le dit tchavouch [courrier officiel, parfois chargé de missions importantes] fît subir aux musulmans, par Dieu et que Dieu en garde, le mécréant n’en a jamais fait subir de semblables à la communauté musulmane à Rhodes2. »

3Il n’est donc pas étonnant que se soit renforcé, après la montée de Selîm Ier sur le trône, un parti de la guerre désireux de mettre un terme à l’anachronisme que représentait la présence de l’ordre de Saint-Jean en Méditerranée orientale. On savait bien à Istanbul que ce ne serait pas une mince affaire. L’échec du siège de Mesîh Pacha en 1480 avait marqué les esprits, et l’on n’ignorait pas que Pierre d’Aubusson et ses successeurs avaient considérablement renforcé la place depuis lors. Quant au sultan Selîm Ier, il accordait plus d’importance à la lutte qu’il menait sur ses frontières orientales contre les Séfévides de Chah Ismail. Une campagne contre Rhodes fut cependant envisagée en 1520, mais le sultan y renonça, estimant insuffisants les préparatifs, déjà avancés, des vizirs. En fait, si les Hospitaliers étaient gênants, Selîm Ier ne jugeait apparemment pas pour autant leur expulsion prioritaire.

Arrivée de Soliman le Magnifique au siège de Rhodes

Arrivée de Soliman le Magnifique au siège de Rhodes

Arifî Fethüllah Tchelebi rédigea pour Soliman un Livre des rois en persan. Le sultan arrive ici à cheval avec sa suite. Au premier plan, des sapeurs creusent des tranchées. À gauche, des janissaires ont commencé à faire feu. On remarquera aussi la présence d’archers.

(Arifi, Süleymânnâme, H 1517, 143 r°)

Le siège de Rhodes

Le siège de Rhodes

Tandis que la troupe tente un assaut contre la forteresse, les sapeurs creusent des mines. L’importance du travail de sape est une des caractéristiques du siège de 1522. Il semble que, depuis le début du siège, le sultan ait laissé pousser sa barbe.

(Arifi, Süleymânnâme, H 1517, 149 r°)

  • 1 Chroniqueur ottoman du xvie siècle.

Selîm Ier renonce en 1520 à une campagne contre Rhodes
« Après enquête, ils [les vizirs] firent savoir à la marche du trône refuge de gloire qu’on disposait de quatre mois de poudre. Leur lançant un regard de colère, le chah sublime en gloire les blâma en ces termes : « Alors qu’on n’a pas encore effacé la honte causée par Rhodes sous le règne de mon illustre ancêtre Sultan Mehmed Khan Gazi, voulez-vous reproduire cette cruelle affaire ? Sans compter que cette fois vous avez prévu que je m’y rende en personne ! Si jamais je devais partir pour rien et revenir bredouille, pas un de vous n’en réchapperait, c’est certain ! En particulier, comment quatre mois de poudre suffiraient-ils à prendre ce fort, quand ce serait une réussite exceptionnelle que d’obtenir de Dieu cette conquête dans le double de temps ? Je ne me lancerai pas, moi, dans une campagne aussi sottement préparée ! Personne ne me convaincra de partir. En un mot, nous ne ferons pas de campagne, sinon celle qui mène à l’au-delà ! »
Concluant par ces mots, il annonça ainsi l’annulation du départ en campagne. Et la prise de Rhodes, qui fut accordée [par Dieu] sous le règne de son successeur, se fit au prix de mille peines et travaux dans le temps qu’il avait prévu. »
(Sa’dü-d-dîn1, Tadjü-t-tevarih, Istanbul, 1279 (1863-64), II, p. 389 ; traduit par l’auteur)

4Deux ans plus tard, son fils Soliman semble avoir été d’un avis différent. Pourtant, la situation géopolitique n’avait pas changé. C’est plutôt dans des facteurs « psychologiques » qu’il faut chercher une explication de cette hâte. En fait, le jeune et nouveau sultan avait besoin de rassurer la troupe et de s’affirmer par de brillantes actions militaires tournées contre des mécréants, et non contre des musulmans. Ce qu’il fit en s’emparant de Belgrade en 1521 et de Rhodes l’année suivante : c’était réussir là où Mehmed II avait échoué ! Le sultan lui-même souligna à l’occasion que son action avait un caractère de guerre sainte. Enfin cette campagne ne pouvait être que populaire. Car si l’entreprise pouvait être justifiée par des calculs de haute stratégie, ceux-ci n’étaient pas dictés par l’urgence. Des considérations de politique intérieure peuvent donc expliquer le choix, à cette date, de faire coûte que coûte la conquête de Rhodes. Les vizirs poussaient à tenter une expédition déjà préparée en partie, et à laquelle l’« opinion publique » était favorable : si une guerre sainte était justifiée, n’était-ce pas celle qui libérerait tant de bons musulmans d’un joug infâmant ?

Le siège de 1522

  • 3 Sur les effectifs, cf. Vatin 1995, pp. 347-353.

5Le 21 mai 1522, une flotte importante quittait Istanbul chargée de matériel. Rejointe par l’escadre de Gallipoli et par les pirates « ottomans » amnistiés pour l’occasion, elle arriva dans les eaux de l’ordre au début de juin. De son côté, le sultan gagnait Marmaris par voie de terre avec les troupes et débarquait à Rhodes le 28 juillet. Les adversaires étaient désormais face à face3. Le grand maître Philippe Villiers de l’Isle-Adam estimait le nombre des défenseurs à seize mille, et ce chiffre paraît vraisemblable. Un tiers environ étaient des Latins : Hospitaliers (six cents), mais aussi mercenaires, marins de passage mobilisés ou personnes résidant à Rhodes. En face, les effectifs ottomans étaient beaucoup plus considérables : ils se comptaient par dizaines de milliers, mais, outre qu’il est impossible d’être plus précis, il faut rappeler qu’à côté des soldats il y avait une foule de rameurs, de sapeurs et d’artisans de tout genre. L’évaluation de la flotte ottomane, qui devait comporter environ deux cents voiles, permet également de se faire une idée de l’effort fourni : Soliman mobilisa ses forces maritimes et rassembla la plupart de ses troupes. Au total, l’effort consenti n’était pas exceptionnel, mais il était important.

  • 4 Cf. Charrière, Négociations de la France dans le Levant, t.I, Paris, 1848, p. 95.

6Important, mais non pas excessif. Le siège de Belgrade avait duré un mois. Celui de Rhodes en exigea cinq. Le sultan fut contraint en novembre de se ravitailler à nouveau en vivres, animaux et poudre et, fait exceptionnel dans la pratique ottomane, il dut envisager d’hiverner sur place. Car si les assiégés étaient beaucoup moins nombreux que les assiégeants, ils étaient de rudes combattants et la place — on le sait — était particulièrement forte. Qui plus est, la marine ottomane se révéla incapable d’assurer le blocus du port, ce qui aurait pu se révéler déterminant si l’Occident avait choisi de soutenir activement l’ordre de Saint-Jean. Mais ce ne fut guère le cas. On livra avant tout un combat d’artillerie. Les Rhodiens eurent un certain temps l’avantage dans ce domaine : le clocher de Saint-Jean (d’ailleurs détruit le 10 août) fournissait en particulier un excellent observatoire qui permettait de concentrer le tir sur les batteries ennemies avant qu’elles ne fussent totalement efficaces. Mais les Ottomans purent renverser cet équilibre. Il y eut un certain nombre de sorties des défenseurs, mais le siège fut principalement une suite d’assauts répétés, préparés par d’intenses bombardements et d’innombrables mines. Beaucoup de celles-ci furent rendues inefficaces par les contre-mines aménagées sous la direction de l’ingénieur bergamasque Gabriele Tadini di Martinengo, mais plusieurs permirent aux Ottomans de provoquer des explosions ravageuses. Quand l’hiver arriva, les murailles avaient subi des dégâts considérables. La place tenait toujours, mais la situation s’était détériorée : tandis que les fortifications cédaient peu à peu, l’espoir de voir arriver à temps vivres, renforts et munitions disparaissait. La poudre en particulier se faisait rare, soit que les Hospitaliers eussent prévu un siège moins long, soit que les contre-mines en eussent excessivement accru la consommation. Aussi les bourgeois de Rhodes, quand ils firent pression pour qu’on cessât de résister, furent-ils soutenus par les responsables militaires : manœuvres et combattants étaient morts ; on ne pouvait plus déplacer les canons, ni d’ailleurs tirer, faute de poudre et de munitions ; bref, la place était désormais indéfendable. Le conseil choisit donc d’accepter de traiter, pour éviter la mise à sac de la ville, « ayans compassion, écrivit par la suite le grand maître Villiers de l’Isle-Adam, de tant de menu peuple estans en nostre jurisdiction que avoit de passer par l’espée ou regnier la foy par contraincte4 ».

  • 5 Cf. Jacobus Fontanus, De bello rhodio libri tres, Rome, 1524, II v°.
  • 6 Cf. Sanudo, Diarii XXXIV, F. Stefani, G. Berchet et N. Barozzi éds, Venise, 1892, col. 60.
  • 7 154. Cf. Brockman, pp. 139-148.
  • 8 Cf. Jacques, Bâtard de Bourbon, La grande et mer veilleuse, & très cruelle oppugnation de la noble (...)

7Il faut pourtant dire que le grand maître n’avait pas cédé sans réticence à ces objurgations. Après coup, le Flamand Fontanus, qui était juge à Rhodes, montra une grande amertume à propos des indigènes : « Les paysans qui étaient venus des campagnes de l’île se montrèrent utiles dans le siège, moins en combattant qu’en creusant et transportant la terre. Quant au reste, la multitude citadine, à l’exception cependant de quelques hommes actifs, pusillanime, inactive, ne supportant honorablement ni le travail ni le danger, elle montra plus d’ostentation que de courage5. » Le chevalier français Prégent de Bidoulx accusa lui aussi les indigènes d’avoir dans les derniers temps refusé systématiquement de faire leur devoir6. Y avait-il un peu d’injustice dans ces jugements ? En tout cas le siège semble avoir provoqué un divorce entre les communautés. Ceci s’explique en partie par la tension croissante dans la ville : on vécut quelques mois dans la hantise d’une « cinquième colonne », voyant des traîtres partout. Les premiers coupables (ou victimes) arrêtés furent — est-ce un hasard ? — des juifs. Mais l’ordre lui-même était déchiré, puisque le chancelier Andrea d’Amaral, un dignitaire de premier plan qui avait espéré être élu grand maître, fut également soupçonné, jugé et exécuté. Il ne fait pas de doute qu’on le crut coupable sur le moment, mais la question reste ouverte aujourd’hui7. Ce qui est certain, c’est qu’au fur et à mesure que l’angoisse montait, les méfiances réciproques s’amplifiaient. Certains Latins accusèrent les Grecs de lâcheté coupable. Les Grecs de leur côté poussèrent à la reddition. Ils ne faisaient plus entière confiance aux Hospitaliers, craignant que ceux-ci ne négociassent sans se soucier du sort de leurs sujets. C’est pourquoi, comme le raconte Jacques Bâtard de Bourbon, autre témoin, « ceulx de la ville requirent audit Seigneur [le grand maître] de leur faire une grâce de les laisser élire ung ou deux de entre eulx pour aller devers le grand Turcq avec ses ambassadeurs pour avoir quelque seureté de luy8 ». En fait, les relations entre les Hospitaliers et leurs sujets se terminèrent à l’amiable, mais les intérêts des uns et des autres étaient désormais, sinon divergents, du moins différents. C’en était fini de cette solidarité sous l’égide du grand maître qui avait fait de la société rhodienne un cas à part dans la Méditerranée orientale sous domination latine.

La chute de Rhodes

La chute de Rhodes

Quoique le combat semble continuer, les Ottomans sont vainqueurs. Un janissaire s’empare d’un adolescent dans la ville. Enchaînés, des prisonniers sont menés devant des officiers ou devant le sultan, au premier plan. À l’arrière-plan, des femmes se déchirent les cheveux et implorent les deux. Cette représentation conventionnelle de la victoire n’est guère fidèle à la réalité historique.

(Arifi, Süleymânnâme, H 1517, 154 v°)

L’évacuation

  • 9 Cf. Vatin 1992, pp. 440 sq.

8On n’a pas conservé le texte de l’accord entre le sultan et le grand maître, mais les conditions faites aux vaincus sont connues. Elles tenaient compte en effet des soucis des différentes composantes de l’ancienne société rhodienne en dissolution : moyennant la remise de leurs possessions, les Hospitaliers pouvaient partir sains et saufs sous dix jours avec leurs biens et même l’artillerie de leur marine ; ceux des habitants qui le souhaitaient étaient libres de quitter les îles avec leurs biens et leurs familles, et disposaient de trois ans pour le faire ; ceux qui resteraient seraient exonérés d’impôts pour cinq ans et avaient l’assurance de ne subir ni conversion forcée à l’islam ni recrutement forcé d’enfants destinés à servir au Palais ou dans la troupe des janissaires (devchirme). On s’est souvent émerveillé de la générosité de Soliman le Magnifique. En fait, continuer plus longtemps les combats aurait coûté nombre de pertes supplémentaires dans une année déjà éprouvée par cinq mois de siège et par la dysenterie. D’ailleurs le sultan n’avait pas intérêt à rainer un peu plus une cité qui allait bientôt être à lui. Enfin, l’attitude adoptée à l’égard des vaincus était conforme à la coutume et à la loi musulmanes vis-à-vis d’une place qui capitulait9.

9Dans l’ensemble, l’évacuation des Hospitaliers se fit sans incident grave. Ils embarquèrent le 1er janvier 1523, emportant leurs archives et leurs reliques, suivis d’un nombre non négligeable, mais certainement nettement minoritaire, de Rhodiens. L’histoire de l’ordre de Saint-Jean était loin d’être terminée, mais il quittait Rhodes pour toujours.

10Momentanément installés à Viterbe, les Hospitaliers finirent par se fixer à Malte, sur l’invitation de Charles Quint, en 1530. Désormais connus sous le nom de chevaliers de Malte, ils se maintinrent sur cette île jusqu’en 1798, date à laquelle Napoléon Bonaparte les expulsa lors de son passage vers l’Égypte. Aujourd’hui, c’est à Rome qu’est implanté le centre de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, devenu une très active institution charitable.

Rhodes ottomane décrite par un voyageur français en 1547
« La plupart des habitants des villages de l’île sont grecs : qui peuvent bien entrer et venir besogner en la ville et apporter vendre leurs vivres au marché, et ont congé d’y demeurer tout le jour : mais les Turcs ne leur permettent y coucher la nuit, tant pour le soupçon qu’ils ont de révolte, que de trahison. Nous ne voulons entendre qu’en toute la ville il n’y couche bien quelques chrétiens : car mêmement plusieurs de leurs esclaves sont chrétiens. La Seigneurie de Venise y entretient un facteur pour le trafic de la marchandise, qui ne s’en déloge point la nuit, combien que tous ceux de la famille soient chrétiens. Le Grand Turc y tient ordinairement cinq galères forcées, dont le capitaine est commis pour purger la mer des incursions qu’ont accoutumé de faire les corsaires par les îles Cyclades, Sporades, et autres lieux de Grèce appartenant au Turc, et aussi pour tenir la mer Méditerranée en subjection, et tout le reste de la Grèce en sûreté. »
(P. Belon du Mans, Les observations de plusieurs singularitez & choses mémorables trouvées en Grèce, Asie, Iudée, Égypte, Arabie & autres pays estranges, Paris, 1555, 87 v°)

Fontaine ottomane à Rhodes

Fontaine ottomane à Rhodes

La distribution de l’eau dans les villes et l’érection de fontaines à usage public étaient un acte pieux très prisé de la société ottomane. En général de marbre blanc, ces fontaines sont sculptées d’élégants motifs floraux.

« Rhodes n’est d’aucune utilité au Grand Seigneur10 »

L’entrée des troupes du sultan

  • 11 Texte publié par Vatin 1995, pp. 498-501.

11Les premiers contingents ottomans entrèrent dans la ville le jour de Noël. Sur la conduite de ces troupes, les documents latins divergent. Certains évoquent des bastonnades, des pillages, des viols, sans parler des tombeaux des grands maîtres, dans l’église Saint-Jean, qui lurent déshonores. D’autres, à commencer par le grand maître lui-même, estimèrent que l’occupant se montrait correct. Un rapport du vizir Ahmed Pacha, qu’on peut dater du 30 décembre, justifie et nuance les deux versions : « Pour ce qui est de la situation dans la ville, un firman a été émis où il est rapporté que dans certaines maisons on a tué les occupants et pillé les biens. Pour moi, votre serviteur, je n’ai pas entendu parler de mort d’hommes. Cependant, la nuit où l’on est entré pour la première fois [dans Rhodes], on avait assuré une garde en plaçant des hommes chargés du maintien de l’ordre [yasaktchï] et des janissaires. À ce moment-là d’aucuns, en cherchant des maisons où s’installer, se sont emparés des biens de certaines personnes. » Et en post-scriptum : « Précédemment, ceux qui faisaient l’objet d’une plainte étaient punis. Depuis un jour ou deux, il ne s’est plus présenté de plaignant11. »

12Il y eut donc bien quelques excès dans les premiers temps, mais pas de pillage systématique. Il n’y a aucune raison de douter de la bonne foi d’Ahmed Pacha quand il écrit à son maître : « On fait de son mieux pour assurer la garde et la protection. »

Rhodes ottomane

13Quoi qu’il en soit, Rhodes, où Soliman avait fait son entrée le 27 décembre, était désormais ottomane. Ceci impliquait quelques changements immédiats qui modifiaient la physionomie de la ville des chevaliers. L’appel à la prière fut chanté du haut de la tour de Naillac. Le 2 janvier 1523, le sultan se rendit en grande pompe à l’église Saint-Jean pour y célébrer la prière du vendredi. Sainte-Marie-du-Château, la chapelle de France, la cathédrale grecque et bien d’autres furent transformées en mosquées. Au cours des siècles, les Ottomans élevèrent des minarets, bâtirent quelques mosquées, hammams ou édifices d’utilité publique ; ils installèrent des fontaines et fichèrent autour de la ville nombre de ces stèles funéraires de marbre si particulières à leur civilisation... Incontestablement, ils imprimèrent leur marque au paysage urbain. Alais ils maintinrent à peu près dans l’état les murailles et les bâtiments qu’ils avaient trouvés sur place.

Vieilles maisons à Rhodes

Vieilles maisons à Rhodes

Si les Ottomans imprimèrent leur marque au paysage urbain, ils conservèrent les murailles et les édifices trouvés lors de leur entrée dans la ville.

14Les habitants furent désarmés (ce qui n’alla pas sans protestations), et les chrétiens déplacés vers les faubourgs. D’autre part, selon son habitude, la Porte installa dans sa nouvelle conquête des populations (juives pour une part) déportées d’autres zones de l’Empire (Salonique, Eubée). Il fut même envisagé de déporter des Rhodiens, mais cette mesure, contraire d’ailleurs au traité, fut abandonnée. Ainsi la composition de la société devait changer sensiblement. Pourtant les Ottomans firent d’incontestables efforts pour retenir la population qu’ils avaient trouvée sur place, et d’abord ses éléments les plus utiles, comme les commerçants. De fait, Venise entretenait toujours un consul à Rhodes au milieu du xvie siècle, et l’on sait qu’il y avait encore une colonie étrangère assez importante en 1529. Les Ottomans ne maltraitèrent donc pas les Rhodiens, indigènes ou non. Alais la nouvelle administration, qui avait ses pratiques et ses coutumes, fit preuve de maladresse. Une certaine nostalgie de l’ancien régime existait dans la population grecque. Les chevaliers de leur côté regrettaient évidemment leur belle île. Il y eut même un complot visant à permettre leur retour, qui était assez avancé quanti les autorités le découvrirent en 1529, pour le plus grand malheur de la colonie latine demeurée sur place. L’échec de cette tentative, qui confirme la solidité du lien qui unissait l’ordre aux Rhodiens, mit un terme définitif à la période hospitalière du Dodécanèse.

  • 12 Cf. S. Faroqhi, Towns and Townsmen of Ottoman Anatolia. Trade, Crafts and Food Production in an Urb (...)

15Désormais ottomane pour quatre siècles, Rhodes devint un chef-lieu de sandjak (« sous-préfecture ») et un port militaire de second rang, avec une escadre de cinq à dix galères. Alais ceci ne remplaçait pas la manne financière apportée par les Hospitaliers. Le revenu « touristique » lié au passage des pèlerins perdit également de son importance. Le marché de Rhodes continua à écouler à l’occasion des prises de pirates, mais cette activité n’était pas comparable à celle qu’on avait connue sous les Hospitaliers. Au total, Rhodes paraît néanmoins avoir été assez prospère au xvie siècle12. Les Rhodiens continuèrent à commercer, à fournir des produits agricoles (fruits, fromage, vers à soie, bétail, pêche...), à offrir leurs services de radoub aux bateaux de passage. Mais l’entrée dans un réseau économique strictement ottoman ne pouvait rien apporter au commerce d’une place qui n’était plus dorénavant ni une plaque tournante ni un lien entre l’Occident et les puissances musulmanes.

16Ainsi, sans qu’on puisse accuser les Ottomans d’incurie ou de mauvaise volonté, Rhodes connut sous leur administration un réel déclin. Au fond, l’ambassadeur vénitien Piero Zen n’avait pas tort de penser, dès 1523, que le sultan n’avait pas l’usage de Rhodes. Dès lors que la ville n’était plus au pouvoir des Hospitaliers, elle n’était désormais qu’une petite agglomération ottomane de l’Egée comme une autre.

Notes

1 Ce chapitre conclusif est principalement fondé sur Vatin 1995, pp. 329-374. Concernant plus particulièrement le siège de Rhodes, cf. Rossi 1927 ; Vatin 1992.

2 Cf. J.-L. Bacqué-Grammont, « Une dénonciation des abus de Hâ’ir Beg, gouverneur de l’Égypte ottomane en 1521 », in Annales Islamologiques XIX (1983), pp. 19-52 (p. 44).

3 Sur les effectifs, cf. Vatin 1995, pp. 347-353.

4 Cf. Charrière, Négociations de la France dans le Levant, t.I, Paris, 1848, p. 95.

5 Cf. Jacobus Fontanus, De bello rhodio libri tres, Rome, 1524, II v°.

6 Cf. Sanudo, Diarii XXXIV, F. Stefani, G. Berchet et N. Barozzi éds, Venise, 1892, col. 60.

7 154. Cf. Brockman, pp. 139-148.

8 Cf. Jacques, Bâtard de Bourbon, La grande et mer veilleuse, & très cruelle oppugnation de la noble cité de Rhodes, Paris, 1527, E IV v°. La formule « ceux de la ville » désigne bien les Grecs puisqu’un peu plus haut le même auteur écrit : « vindrent aulcuns de la ville dire leur couraige a leur prelat qui sappelle Metropoliti ».

9 Cf. Vatin 1992, pp. 440 sq.

10 La formule est de l’ambassadeur vénitien Piero Zen en 1523 : Il Signor non ha alcun utile di Rodi (Sanudo, Diarii XXXV, F. Stefani, G. Berchet et N. Barozzi éds, Venise, 1892, col. 258).

11 Texte publié par Vatin 1995, pp. 498-501.

12 Cf. S. Faroqhi, Towns and Townsmen of Ottoman Anatolia. Trade, Crafts and Food Production in an Urban Setting, Cambridge, 1984, p. 117.

Notes de fin

1 Chroniqueur ottoman du xvie siècle.

Table des illustrations

Titre Arrivée de Soliman le Magnifique au siège de Rhodes
Légende Arifî Fethüllah Tchelebi rédigea pour Soliman un Livre des rois en persan. Le sultan arrive ici à cheval avec sa suite. Au premier plan, des sapeurs creusent des tranchées. À gauche, des janissaires ont commencé à faire feu. On remarquera aussi la présence d’archers.
Crédits (Arifi, Süleymânnâme, H 1517, 143 r°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre Le siège de Rhodes
Légende Tandis que la troupe tente un assaut contre la forteresse, les sapeurs creusent des mines. L’importance du travail de sape est une des caractéristiques du siège de 1522. Il semble que, depuis le début du siège, le sultan ait laissé pousser sa barbe.
Crédits (Arifi, Süleymânnâme, H 1517, 149 r°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2576/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre La chute de Rhodes
Légende Quoique le combat semble continuer, les Ottomans sont vainqueurs. Un janissaire s’empare d’un adolescent dans la ville. Enchaînés, des prisonniers sont menés devant des officiers ou devant le sultan, au premier plan. À l’arrière-plan, des femmes se déchirent les cheveux et implorent les deux. Cette représentation conventionnelle de la victoire n’est guère fidèle à la réalité historique.
Crédits (Arifi, Süleymânnâme, H 1517, 154 v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2576/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fontaine ottomane à Rhodes
Légende La distribution de l’eau dans les villes et l’érection de fontaines à usage public étaient un acte pieux très prisé de la société ottomane. En général de marbre blanc, ces fontaines sont sculptées d’élégants motifs floraux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2576/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Vieilles maisons à Rhodes
Légende Si les Ottomans imprimèrent leur marque au paysage urbain, ils conservèrent les murailles et les édifices trouvés lors de leur entrée dans la ville.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2576/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search