Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rhodes et l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem

 | 
Nicolas Vatin

Rhodes : les lieux1

Texte intégral

  • 1 On trouvera des descriptions générales et détaillées de Rhodes dans les livres de Sommi-Picenardi, (...)

Vue d’ensemble prise de la mer

Vue d’ensemble prise de la mer

Dessin et panorama explicatif de Rhodes

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol I, pl. XXXIII)

1La ville de Rhodes forme une sorte de croissant de 1 000 mètres de diamètre est-ouest, qui se referme sur son port (le « port du Commerce ») ouvert sur le nord, enserré au sud et à l’est par les murailles de la ville, à l’est par le môle des Moulins, au nord par celui de la tour de Naillac. Plus au nord, protégé par le môle Saint-Nicolas, le Mandraki offrait un bassin secondaire. Entièrement close de murailles, la ville était divisée en deux : d’un côté le Château (également appelé collachium ou couvent) réservé aux chevaliers, situé au nord entre le port et la campagne ; de l’autre le Bourg (borgo), qui constituait les quatre cinquièmes de l’agglomération. Une muraille séparait ces deux zones.

La tour de Naillac, dessin de Gabriel

La tour de Naillac, dessin de Gabriel

Construite sous le magistère de Philibert de Naillac (1396-1421), cette tour fut détruite par un séisme en 1863. Elle commandait l’entrée du port par sa force et parce que dans sa salle basse se trouvait le treuil actionnant la chaîne fermant le port.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, pl. XXIV.)

Plan d’ensemble de Rhodes au début du xvie siècle

Plan d’ensemble de Rhodes au début du xvie siècle

Réalisé par Olivier Baudon d’après Albert Gabriel.

Les murailles2

Les travaux de fortification, de l’installation à Rhodes au magistère de Pierre d’Aubusson (1310-1476)

2Comme le montrent les difficultés qu’eurent les chevaliers à se rendre maîtres de Rhodes en 1306-1310, ils trouvèrent des fortifications déjà en place lors de leur installation. En fait, le kastron byzantin devait correspondre à peu près au « château » de l’ordre, la fortification du reste de la ville et du port datant vraisemblablement des Hospitaliers. Ceux-ci se mirent aussitôt au travail, puisque Ludolph de Suchen, qui visita Rhodes sous le magistère d’Hélion de Villeneuve (1319-1346), mentionne les nombreux travaux de ce dernier et indique que la ville était « pulcberrima et fortissima » (très belle et très forte). Jusqu’en 1522, les murailles furent un perpétuel chantier, à tel point que les profondes modifications du xive siècle ont fait disparaître de nombreuses traces des édifications précédentes. En revanche, celles-ci ne furent pas rasées, mais modifiées et renforcées de manière à ne jamais mettre en danger la ville pendant les travaux.

  • 3 Cf. Gabriel I, p. 91.
  • 4 Cf. Gabriel I, p. 108.

3Le premier grand maître dont on trouve les armes est précisément Hélion de Villeneuve, mais elles furent vraisemblablement apposées postérieurement, sous le magistère d’Orsini (1467-1476). Les premiers témoignages dont on dispose datent de Juan Fernandez de Heredia (1377-1396)3, à qui l’on doit des tours sur les murailles nord du Château, ainsi que sur le port, à l’est de l’arsenal, avec la chapelle sise à l’angle sud-est du Château. Philibert de Naillac (1396-1421) se préoccupa principalement du port, où il construisit la tour portant son nom, ainsi qu’un rempart. Son successeur Fluvian (1421-1437) procéda au contraire à un remaniement systématique de l’enceinte de la ville vers la campagne : il est responsable de la muraille reliant la tour de Naillac au Château, et des tours (entre autres) Saint-Georges, Saint-Athanase et Saint-Jean de la Porte du Koskino. Jean de Lastic (1437-1454), à une époque où la menace ottomane se précisait, fut très actif. Son œuvre constitua « le noyau des modifications ultérieures, à la fin du xve et au début du xvie siècle4 ». Il travailla aux fortifications du port et poursuivit la transformation de l’enceinte au sud et à l’ouest (porte Saint-Antoine, tour Sainte-Marie, murs d’escarpe des courtines entre la tour Saint-Georges et la porte du Koskino). Jacques de Milly (1454-1461) pourvut aux remparts à l’est de la porte du Koskino et Ramon Zacosta (1461-1467), outre des réparations en maints endroits, termina le boulevard de la porte du Koskino et érigea les tours Saint-Pierre, Saint-Nicolas et (peut-être) des Moulins. Sous le grand maître Orsini (1467-1476), on procéda à des reprises sur les remparts du port et chaque langue se vit confier la charge de renforcer à ses frais la part de murailles qui lui était assignée, selon une répartition des postes de combat datant de 1465.

  • 5 Sur le vocabulaire technique des fortifications à Rhodes, cf. Gabriel I, pp. 16 sqq.
  • 6 Cf. Gabriel I, pp. 127 sq.

4Quand Mesîh Pacha débarqua ses troupes en 1480, les défenses présentaient à peu près le schéma suivant5 : la ville était entourée de courtines, murs d’enceinte continus se terminant par un chemin de ronde que protégeait un parapet (voir schéma p. 75). À la base de la courtine (a) courait la fausse braie (b), étroit passage protégé par un parapet, flanqué de tours (c) et dominant de 3 à 5 mètres le fond d’un fossé d’une quinzaine de mètres de largeur. Celui-ci se terminait par la contrescarpe (e) et le glacis (f). Les remparts étaient flanqués de tours rectangulaires et circulaires. Les plus importantes, qui commandaient les saillants, les portes ou les môles, étaient protégées par des boulevards, défenses avancées se composant d’une courtine d’environ 2 mètres d’épaisseur avec chemin de ronde, parapet et canonnières au niveau du sol. Les tours rectangulaires qui flanquaient les remparts du château se terminaient par une plate-forme à parapet réunie au chemin de ronde par un étroit escalier. Celles de la ville étaient à l’origine détachées des courtines. On y accédait par un pont en maçonnerie ou en bois. Ainsi elles ne risquaient pas de former en s’écroulant une brèche ouvrant une voie à l’assaillant et « la tour, le pont rompu, pouvait battre la courtine si celle-ci venait à être occupée par l’assaillant ; mais surtout ses décombres, si elle était détruite, s’amoncelaient en majeure partie au-delà de la fausse braie, et la courtine demeurait intacte en arrière6 ». La tour Saint-Pierre était déjà reliée à la courtine, sous le grand maître Zacosta. Son successeur Orsini fit épauler à la courtine les hautes tours qui en étaient précédemment séparées.

La porte de Koskino, dessin de Gabriel

La porte de Koskino, dessin de Gabriel

La tour centrale date du magistère de Fluvian (1421 -1437). Elle contenait une chapelle ornée de fresques, condamnée par la suite. Deux boulevards renforcèrent successivement cette porte. On remarquera les détours du chemin d’accès, destinés à briser l’élan d’éventuels assaillants.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, p. 51, fig. 21)

De Pierre d’Aubusson à la chute de Rhodes (1476-1522)

  • 7 Cf. Boase, pp. 234-235.
  • 8 Cf. Gabriel I, p. 123.
  • 9 Cf. Gabriel I, p. 131.

5Le rabaissement des tours, le remplissage de leurs salles inférieures par un blocage de béton, le développement des boulevards7, sont autant de marques des évolutions techniques des fortifications dès le milieu du xve siècle. Mais c’est surtout le magistère de Pierre d’Aubusson (1476-1503) qui constitue une charnière dans l’histoire des fortifications de Rhodes. L’évolution des techniques entraîna en effet, à partir de la fin du xve siècle, de nombreuses modifications auxquelles le grand maître, spécialiste de ces questions, prit une part considérable. En outre, le siège de 1480 et les tremblements de terre de 1481 causèrent de telles destructions qu’il fallut entreprendre des travaux très importants. Pierre d’Aubusson se consacra d’abord à la réfection des murs du château qu’il élargit considérablement (5,30 mètres). Après 1481, des travaux importants renforcèrent les murs de la ville. Devant les courtines jugées trop faibles et trop élevées, d’Aubusson établit « une sorte de braie (h), qui utilise la contrescarpe (e). Un escalier (g) donne accès à ce terre plein, devant lequel est creusé un second fossé (j) limité par une nouvelle contrescarpe (k). Le terre-plein est lui-même commandé par les boulevards en avant des tours8 » (cf. schéma p. 75). Conservant les boulevards primitifs en éperon, on éleva en effet devant eux des plates-formes d’artillerie de tracé polygonal permettant « de battre efficacement, d’un tir rasant et sur une zone étendue, les approches de l’ouvrage à protéger9 ». Les travaux menés sous Pierre d’Aubusson sont très nombreux : renforcement de la tour Saint-Nicolas ; des boulevards d’Angleterre, d’Espagne, d’Auvergne, de la porte du Koskino, des grands terre-pleins extérieurs parallèles aux courtines et doublement des fossés correspondants. Il restaura également les murs du port vers l’arsenal, mais l’imposante porte de la Marine est plus un monument de prestige qu’une construction militaire. Sous les grands maîtres d’Amboise (1503-1512) et Del Carretto (1513-1521), les courtines furent radicalement transformées, par l’adjonction vers l’intérieur de la ville d’un puissant massif de terre maintenu par un mur de talus soigneusement appareillé. Del Carretto bâtit en outre la nouvelle tour d’Italie avec son boulevard.

  • 10 La porte Saint-Athanase, d’après une décision de 1501, devait être fermée avec la porte Saint-Antoi (...)

6Une mention spéciale doit enfin être faite des portes. Très exposées, celles qui donnaient sur la campagne subirent un traitement particulier. La prudence incita d’abord à en réduire le nombre de cinq (en 1480) à trois, puis deux10 (en 1522). Celles qui subsistaient étaient fortement protégées. Particulièrement impressionnant est l’ensemble constitué des portes Saint-Antoine et d’Amboise. À l’origine, la porte Saint-Antoine menait de la ville à un boulevard entre deux fossés, le long du mur du château. Puis tournant à gauche, on passait une seconde porte et franchissait ainsi le fossé extérieur. L’ensemble fut complété par le percement, sous le terre-plein du xvie siècle, de la porte d’Amboise qui s’ouvrait sur un pont-levis franchissant le deuxième fossé. Pour parvenir de la ville à la campagne, il fallait donc franchir trois portes, passer deux ponts, et suivre un chemin remarquablement sinueux, allant successivement vers l’ouest, le nord, l’ouest, le sud-ouest et le nord-ouest (voir page 95 l’illustration « le palais des grands maîtres »). Un coup d’œil sur le plan de la porte du Koskino montre aussi de nombreux détours de cheminement, aménagés pour briser l’élan d’un éventuel assaillant. La porte d’Amboise était très majestueuse, flanquée de deux tours semi-circulaires à deux étages et surmontée d’un relief représentant un ange ailé tenant les armes de l’ordre et du grand maître Aimery d’Amboise.

La porte d’Amboise

La porte d’Amboise

Flanquée de deux tours semi-circulaires, elle vint doubler la porte Saint-Antoine qui menait de la ville au premier boulevard.

Schémas des défenses terrestres

Schémas des défenses terrestres

Ces deux croquis dus à Gabriel permettent de mieux comprendre les remaniements réalisés après 1480 sous les grands maîtres d’Aubusson, d’Amboise et Del Carretto. En bas, l’état originel ; au-dessus, le nouvel état.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, P. 122)

7Au total, l’ordre de Saint-Jean était donc parvenu, en deux siècles de travaux, à faire de la ville de Rhodes une forteresse puissante, qui, en 1522, tint plusieurs mois en échec la puissance de feu et la ténacité des Ottomans.

Le port

  • 11 Cf. Gabriel, I, pp. 60-81.
  • 12 Cf. Gabriel I, p. 63.
  • 13 Cf. Routiers 1989, pp. 212-213.

8Bien entendu, l’étranger arrivait à Rhodes par le port, qui avait de quoi l’impressionner. Sur sa droite, il voyait d’abord la célèbre tour de Naillac, du nom de son constructeur (1396-1421), détruite par un séisme en 1863. De plan carré, elle était flanquée de quatre tourelles en échauguette et surmontée d’une lanterne octogonale. Elle rejoignait le château par un môle situé à 12 mètres au dessus du niveau de la mer, qui portait une courtine élevée par Fluvian et remparée par d’Aubusson. Dans la salle basse, un treuil permettait de manœuvrer la chaîne qui fermait le port en rejoignant la tour des Moulins, à l’extrémité du môle des Moulins, ainsi nommé en raison des treize à quinze moulins à vent qui le surmontaient. La tour des Moulins, qui porte la fleur de lys, fut vraisemblablement construite entre 1461 et 147511. Très détériorée en 1480-1481, elle fut restaurée par Pierre d’Aubusson, qui supprima son couronnement polygonal d’origine. La base de la tour était protégée par un boulevard à canonnière et chemin de ronde. Détachée, une tourelle circulaire contenait un escalier à vis menant au niveau de la fausse braie. Le système défensif du port était complété par le boulevard aménagé à l’ouest de la porte Sainte-Catherine : cette enceinte percée de canonnières à 1 mètre au-dessus de l’eau « commandait toute la largeur de la passe et ses pièces pouvaient atteindre au niveau de flottaison les navires qui auraient tenté de forcer l’entrée du port12 ». Quant au panorama qui s’offrait ainsi au visiteur, Pierre d’Aubusson y mit la touche finale en élevant la porte de la Marine. Cette porte en plein cintre s’ouvrait entre deux tours cylindriques de trois étages en saillie sur le mur du rempart et réunies par une courtine. La paroi maritime de celle-ci était ornée d’un grand bas-relief de marbre blanc : un dais pyramidal y abritait une Vierge Marie portant l’enfant Jésus sur le bras droit, entourée de saint Jean-Baptiste (reconnaissable à sa toison), à droite, et à gauche de saint Pierre (patron du grand maître), désigné par l’Évangile qu’il tient à la main. Au-dessous, on pouvait reconnaître l’écu de France flanqué de celui de d’Aubusson, puis une inscription attribuant l’ouvrage à ce dernier en 1478. Bien protégée du feu ennemi, la porte de la Marine était surtout une construction de prestige13, et la herse qui la fermait avait un usage de police plutôt que militaire.

Le port de commerce

Le port de commerce

Un bateau entre, avec la tour de Naillac à tribord et celle des Moulins à babord, après qu’on a donné du jeu à la chaîne qui ferme le bassin. La tour de la Marine est visible au fond du port.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II. pl. XLI.)

La tour des Moulins, dessinée et photographiée par Gabriel

La tour des Moulins, dessinée et photographiée par Gabriel

Construite grâce à un don de Louis XI, elle porte la fleur de lys. Une tourelle circulaire séparée contenait un escalier à vis permettant d’accéder par des ponts légers aux paliers de la tour. La tourelle polygonale visible sur les miniatures illustrant Caoursin doit avoir été supprimée par d’Aubusson (voir III. p. 27).

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, p. 60 et pl. XVII/1)

La tour des Moulins, dessinée et photographiée par Gabriel

La tour des Moulins, dessinée et photographiée par Gabriel

Construite grâce à un don de Louis XI, elle porte la fleur de lys. Une tourelle circulaire séparée contenait un escalier à vis permettant d’accéder par des ponts légers aux paliers de la tour. La tourelle polygonale visible sur les miniatures illustrant Caoursin doit avoir été supprimée par d’Aubusson (voir III. p. 27).

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, p. 60 et pl. XVII/1)

  • 14 Cf. Jean Thévenot, Voyage du Levant, S. Yerasimos éd., Paris, La Découverte, 1980, p. 191.

9Malgré les môles de Naillac et des Moulins, le port était assez mal protégé de la houle : « il n’est pas fort sûr lorsqu’il fait grec, levant ou siroc », rapportait Jean Thévenot en 165614, « et même nous y fûmes bien tourmentés durant deux jours par la tramontane ». Mais ce bassin était assez profond pour recevoir galères et navires marchands : les vaisseaux d’un certain tonnage pouvaient mouiller perpendiculairement au môle des Moulins, amarrés par l’arrière à des fûts de colonne disposés le long du quai. Une miniature de Caoursin nous montre l’arrivée du prince Djem en 1482 : la grande nef de l’ordre ayant pénétré à l’intérieur du port, le prince monte dans une galère qui le mène au débarcadère de bois aménagé pour l’occasion devant la porte de la Marine.

Coupe de l’état primitif de la tour Saint-Nicolas, restituée par Gabriel

Coupe de l’état primitif de la tour Saint-Nicolas, restituée par Gabriel

La tour centrale était protégée à sa base par un boulevard polygonal, après un fossé. Une tourelle séparée contenant un escalier à vis permettait de gagner le boulevard, puis la tour.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, p. 87, fig. 49)

La tour Saint-Nicolas

La tour Saint-Nicolas

Élevée au bout du môle protégeant le bassin du Mandraki, elle fut principalement construite sous le magistère de Ramon Zacosta (1461-1467), avec l’aide financière du duc de Bourgogne.

(Choiseul-Gouffier, Voyage pittoresque dans l’Empire ottoman (...), Paris, 1783, pl. 62, p. 112)

10Au nord, protégé par le môle Saint-Nicolas, le bassin du Mandraki était bien abrité, mais il était peu profond et des écueils en rendaient l’abord difficile : commode pour les galères, il était impraticable aux gros vaisseaux ronds. Non fortifié, le Mandraki ne fut donc jamais qu’un refuge secondaire par temps de paix. On pouvait y réparer des bateaux. Une gravure publiée par Breydenbach nous montre des calfats y goudronnant la carène d’un navire. Cependant, s’il est vrai qu’on fabriquait à Rhotles de petits bâtiments, il ne s’y trouvait pas de grand chantier naval : les grosses nefs de l’ordre étaient commandées en Occident.

  • 15 Gabriel I, p. 90.

11Le môle Saint-Nicolas était long de 400 mètres, épais de 10 mètres et s’élevait de 3,20 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il porta quelques moulins à vent après 1481. Le site avait servi au Mamlouks lors de l’attaque de 1444. La montée de la menace ottomane convainquit le grand maître Zacosta de la nécessité d’y élever un ouvrage, pour lequel il obtint l’appui financier du duc Philippe III le Bon de Bourgogne. Fondée en 1464, la tour Saint-Nicolas fut achevée en 1467. Cette puissante tour cylindrique était protégée à sa base par un boulevard polygonal à vingt pans. Comme c’était le cas pour la tour des Moulins, une tourelle circulaire détachée de la tour centrale abritait un escalier à vis menant au niveau de la fausse braie. Il n’y avait aucune communication directe entre celle-ci et la salle basse, ce qui permettait, au cas où l’ennemi occuperait les défenses extérieures, d’assurer l’isolement absolu du donjon. Ruiné en 1480-1481, l’ouvrage fut restauré par Pierre d’Aubusson, qui y ajouta un nouveau boulevard dont le siège de 1480 avait montré la nécessité : cette enceinte polygonale suivait le tracé du littoral de la plate-forme rocheuse. En 1522, la tour Saint-Nicolas, dont partait vers la tour des Moulins une seconde chaîne doublant celle de la tour de Naillac, constituait « une petite forteresse indépendante et autonome, pourvue de tout ce qui était indispensable au logement et à l’entretien de sa garnison15 ».

Le Bourg

  • 16 Cf. Gabriel II, pp. 116-117.

12Revenons au 29 juillet 1482, jour de l’arrivée à Rhodes du prince Djem. Ayant mis pied à terre devant la porte de la Marine et passé celle-ci, il se trouva sur la place de la Cité, où le grand maître était venu à sa rencontre en grande pompe. Cette longue esplanade longeait les murailles méridionales du Château et les murs du port, fermée à l’est par l’église Saint-Sébastien (qu’il est difficile de localiser16). Deux calvaires la délimitaient : l’un à l’est, devant la porte de la Marine ; l’autre dans sa partie la plus élevée, à l’ouest (croix de la Padelle). En fait, l’espace fut de plus en plus restreint par l’implantation de bâtiments qu’il eût été dangereux d’édifier hors les murs. Cet espace libre servait aux cérémonies comme la réception de Djem ou le transfert de la main de saint Jean-Baptiste, offerte par le sultan Bajazet II. Mais il servait surtout, dans la vie quotidienne, d’emplacement au marché.

13Remontant le long des murailles avec sa suite pour entrer dans le Château par la porte de la Châtellenie, Djem et sa suite laissèrent sur leur gauche le bailliage du Commerce, et passèrent devant le site où serait par la suite installé le Mont-de-Piété et devant la Châtellenie (tribunal). Le seul de ces bâtiments qui ait subsisté est le bailliage du Commerce, siège du bailli Commarque (chevalier coiffant des services de contrôle de la vie économique) et de la cour du Commerce, où se réglaient les litiges. Le rez-de-chaussée abritait des magasins, des boutiques et une loge ouverte sur la voie publique, qui devait servir de lieu de réunion aux marchands. Un escalier extérieur menait à une terrasse à parapet puis, après une seconde volée de marches, à une grande salle flanquée d’une autre plus petite. Au-dessus de la terrasse s’ouvre une élégante fenêtre dont la croisée de marbre blanc est parsemée de fleurs de lys. Dans l’axe de la corniche, un écu porte les armes d’Aimery d’Amboise. À gauche, une dalle de marbre blanc aux armes de d’Amboise est soutenue par deux hommes sauvages et surmontée d’un décor : on note en particulier le motif de raisins et vigne de la corniche. Une banderolle, toujours de marbre, date l’édifice de 1507.

Réception en grande pompe du prince Djem par Pierre d’Aubusson en 1482
« L’arrivée du prince annoncée, on prépare des cérémonies convenables. Une passerelle de bois est jetée vers la mer pour recevoir le roi [Djem] à sa descente de bateau. La longueur de passerelle s’avançant sur la mer est d’environ dix pas, la largeur de quatre pas, de manière à permettre à plusieurs de s’y avancer à cheval. Avec des étoffes d’Artois tissues d’or, d’argent, de soie et de laine, on décore le pont à la façon des Belges. [...] La voie où ils poseront les pieds en marchant est couverte de tapis turcs colorés. Les quartiers par où l’on devait passer furent jonchés de myrte et chacun de fleurs différentes exhalant des parfums suaves. Les grands et le peuple venus au spectacle investissent les rues. Les mères de famille, les jeunes femmes et les jeunes filles s’installent aux fenêtres. Le reste de la foule monte sur les toits pour voir arriver le roi. Une trirème rhodienne s’approche du navire qui a mis l’ancre devant l’embouchure du port et recevant le roi, le porte vers la passerelle. Des chevaliers éminents de rang sénatorial sont envoyés en avant pour saluer Djem à son débarquement. Derrière eux vient la longue file des serviteurs arborant les insignes du grand maître, entonnant des chants français. Puis de jeunes soldats de Jérusalem à la barbe naissante, montant des chevaux splendides, s’avancent, chatoyant de colliers, de vestes de soie et de parures splendides. Derrière eux, le grand maître est porté par un coursier superbe rongeant son frein écumant, paré d’agrafes et de plaques d’or. [...] Les imposants sénateurs le suivent à cheval. Volontairement, le grand maître ne dépassa pas l’église de Saint-Sébastien, sur la grand-place, et c’est là que le roi Djem vint à sa rencontre sur un cheval magnifique, entouré de ses fidèles compagnons de fuite. [...] Le salut échangé, ils se serrèrent la main et [...] chevauchèrent vers les appartements préparés [pour Djem]. »
(G. Caoursin, Mémoire sur l’affaire du roi Zizime, in Vatin, 1997, pp. 93-96)

  • 17 Cf. H. Balducci 1933.

14Sur la rue qui, partant de la porte de la Marine, longe par l’intérieur les murailles du port, se trouve un vaste bâtiment du xve siècle qui pourrait avoir été la résidence de l’archevêque grec. On y remarque en particulier l’inscription « Paix sur cette demeure et sur ceux qui l’habitent », rédigée en latin sur la façade et en grec sur la cour. Plus à l’est se dressait Sainte-Marie-du-Bourg17. Il ne reste que des vestiges de cette église à trois nefs séparées par deux rangées de piliers cylindriques. A. Gabriel la datait de la fin du xive ou du début du xve siècle ; H. Balducci de la première moitié du xive siècle, la chapelle jouxtant l’abside étant quant à elle des années 1480. De 30 mètres sur 18, c’était la plus spacieuse des églises latines de la ville. Selon IL Balducci, elle pourrait être devenue la cathédrale latine en remplacement de Sainte-Marie-du-Château.

Arrivée du prince Djem à Rhodes

Arrivée du prince Djem à Rhodes

Dans cette miniature illustrant Caoursin, la grande nef de l’ordre a jeté l’ancre à l’entrée du port. Une galère amène le prince jusqu’à la passerelle. Le grand maître Pierre d’Aubusson et sa suite l’attendent place de la Cité, devant l’église Saint-Sébastien. À droite, séparé du Bourg par une muraille, le Château. Au premier plan à gauche, la tour des Moulins porte encore son couronnement polygonal.

(Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 175r°)

Façade occidentale du bailliage du Commerce

Façade occidentale du bailliage du Commerce

Façade méridionale du bailliage du Commerce, dessin de Gabriel

Façade méridionale du bailliage du Commerce, dessin de Gabriel

Au rez-de-chaussée, deux larges baies en plein cintre s’ouvrent sur la voie publique. À l’étage, deux baies rectangulaires reposent sur un bandeau orné d’entrelacs. Les gargouilles sont en forme de têtes de crocodiles. À gauche, un escalier mène à une terrasse sur laquelle donne la porte de l’étage.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 98, fig. 65)

Sainte-Marie-du-Bourg

Sainte-Marie-du-Bourg

Il ne reste que des vestiges de cette église, dont la restitution par H. Balducci est donc hypothétique, La conception d’ensemble de cette église de rite latin était occidentale, mais sa réalisation par des artisans locaux emploie un appareil typiquement byzantin.

(Balducci, La chiesa di S. Maria del Borgo in Rodi. Pavie, 1933.)

  • 18 Cf. Legrand éd., « Relation de pèlerinage à Jérusalem de Nicolas de Martoni », in Revue de l’Orient (...)

15À quelques mètres de là, près de la porte Sainte-Catherine qui donnait accès au port, s’élevait l’hospice Sainte-Catherine. Fondée à la fin du xive siècle par l’amiral Domenico d’Allemagna et gérée par ses successeurs, cette institution convenablement dotée était destinée à héberger les pèlerins de marque : « tous les pèlerins qui vont et viennent de Jérusalem et autres lieux saints outre-mer, pourvu qu’ils soient nobles », écrit Nicolas de Martoni en 139518. L’exemple de Le Saige, évoqué précédemment, montre que les voyageurs de moindre rang avaient plus de difficulté à trouver un logis satisfaisant. Comme partout, le rez-de-chaussée abritait des magasins et des boutiques. Un vestibule donnait accès à un escalier menant à une terrasse. L’étage comprenait un portique, une loge et une grande salle à solivage de cyprès sur laquelle s’ouvraient des pièces secondaires et une cuisine. La façade porte la roue de sainte Catherine (patronne de la langue d’Italie) et le blason de l’amiral Costanzo Operti, qui restaura l’ensemble en 1516 et honora le fondateur en y fixant également ses armes. L’emprise du complexe s’étendait bien au-delà de ce qui subsiste. Il comprenait en particulier une chapelle dédiée à sainte Catherine.

16Enfin, après la porte Sainte-Catherine, à l’extrémité septentrionale de la ville, on trouvait les églises Notre-Dame-des-Victoires (latine) et Saint-Pantaléon (grecque), dont la construction avait été décrétée en 1480 en mémoire de l’apparition miraculeuse de la Vierge durant le siège. On était là dans le quartier juif, qui avait particulièrement souffert des assauts ottomans. D’ailleurs, ainsi qu’on l’a dit, l’ordre fut également donné de reconstruire la synagogue. Pour le reste, le Bourg était une agglomération médiévale, avec son lacis de ruelles inextricables, ses moulins et ses nombreuses églises et chapelles. Parmi celles-ci, la nouvelle cathédrale grecque pourrait avoir été la Demirli djamii (« mosquée aux [grilles de] fer »), église grecque semblant dater du xive siècle où l’on retrouve le dispositif général de l’ancienne cathédrale (Sainte-Marie-du-Château). On peut encore citer la chapelle Saint-Athanase, qui date du xvie siècle et porte les armes du grand maître Del Carretto, ou l’ensemble de la Hourmalï Medrese : trois corps de bâtiments entourent une église de plan byzantin (peut-être Saint-Marc, attribuée en 1457 aux Franciscains).

Le Château

17Le Château, espace réservé des chevaliers, était traversé d’est en ouest par la Gran-d’rue du Château (ou rue des Chevaliers) qui, bordée de bâtiments officiels et de chapelles, montait de l’église Sainte-Marie-du-Château, contiguë aux murailles du port, à l’église conventuelle de Saint-Jean et au palais du grand maître.

La rue des Chevaliers

La rue des Chevaliers

Le grand axe est-ouest du Château qui, bordé de bâtiments prestigieux, montait de la cathédrale latine à l’église Saint-Jean et au palais magistral.

  • 19 D’après Balducci 1933, pp. 60 sqq., Sainte-Marie-du-Château fut à un moment donné attribuée à la la (...)

18Sainte-Marie-du-Château, cathédrale latine de Rhodes, était l’ancienne cathédrale grecque. C’était une église byzantine cruciforme à coupole centrale, mais au xve siècle les Hospitaliers augmentèrent la hauteur de la nef centrale en la couvrant par des croisées d’ogives, ce qui les obligea à épauler les murs de contreforts. Les bras de la croix et les bas-côtés conservèrent leur structure primitive (du xiiie siècle ?). Des vitraux représentaient sainte Catherine avec sa roue, les armes d’Angleterre, des grands maîtres Fluvian, Lastic et Milly, et de l’amiral Operti. Au faîte de l’église fut construit un parapet crénelé : ainsi, contiguë aux remparts dont elle dominait le chemin de ronde, la cathédrale était un élément (symbolique ?) de la défense. Jouxtant l’église au nord, l’archevêché était lié à celle-ci par un passage couvert19.

La rue des Chevaliers

La rue des Chevaliers

Cette lithographie du xixe siècle donne une idée de ce à quoi ressemblait la « Grand’rue du Château » avant les restaurations du xxe siècle.

(Flandin, L’Orient, Paris, 1858, vol. II, pl. 19)

Les auberges

  • 20 Cf. Gabriel I, p. 10 ; Poutiers 1989, pp. 236-237.

19Les auberges étaient des maisons où les membres d’une même langue se réunissaient et prenaient leurs repas en commun. Les chevaliers n’y logeaient pas, et se procuraient apparemment des chambres dans des maisons indépendantes situées dans le Château. Cependant les auberges les plus importantes pouvaient disposer de chambres d’hôtes. Les bâtiments qui demeurent aujourd’hui, très (trop ?) soigneusement restaurés sous l’occupation italienne, ne représentent qu’une partie des groupes de bâtiments et annexes diverses qui constituaient les auberges. Celles-ci étaient évidemment plus ou moins grandes en fonction du nombre des représentants de chaque langue à Rhodes. La plus petite, celle d’Allemagne, n’a pas été retrouvée. Celle d’Angleterre, adossée aux murailles du port, fut reconstruite en 1919. Celle d’Auvergne, également en bas du Château mais au nord de la grand’rue, porte les écus de l’ordre et de Guy de Blanchefort, ainsi que la date de 1507. Elle jouissait d’un jardin. Un passage voûté du rez-de-chaussée débouchait sur l’enclos de l’arsenal : celui-ci occupait en effet le coin nord-est du Château. Il n’en subsiste que quelques vestiges20. En revanche, l’auberge d’Italie n’a pas pu être identifiée de façon sûre, pas plus que celle de Provence, qui pourrait être liée à une vaste construction faisant face, sur la Grand’rue, à l’auberge d’Espagne. Il ne reste de ce bâtiment qu’une partie du mur de façade, dont une inscription nous apprend qu’elle fut construite en 1518 par le prieur de Toulouse François Flota. Au-dessus, dans un cadre en croix, on trouve les armes de l’ordre, de France, du grand maître Del Carretto et de Fra François Flota. Les auberges les plus importantes, et dont les restes sont les plus remarquables, sont celles d’Espagne et de France.

  • 21 Cf. Gabriel II, pp. 13.3, 149.

20L’auberge d’Espagne servait aux membres des deux langues ibériques, séparées en 1462 seulement. Le bâtiment subsistant fut fondé par le grand maître Fluvian (1421-1437), dont on voit les armes sur la façade qui donne sur la partie supérieure de la Grand’rue. On retrouve ses armes sur l’arcade en plein cintre, typiquement espagnole21, de la porte d’entrée. Les piliers polygonaux de l’aile gauche sont de la même époque. Mais d’autres parties de la façade affichent le style de périodes plus récentes. La dernière transformation date du magistère d’Aimery d’Amboise (1503-1512). Au rez-de-chaussée, on trouvait des magasins, un vestibule et un escalier à ciel ouvert ; à l’étage, une galerie, diverses pièces et une vaste salle de 21 mètres sur 8 donnant sur la rue. Une arcade, qu’on voit sur les miniatures anciennes et dont il subsiste des traces, supportait une sorte de passage entre la grande salle et des dépendances de l’auberge situées de l’autre côté de la Grand’rue.

L’auberge d’Auvergne

L’auberge d’Auvergne

L’entrée principale était au sud. Elle s’ouvrait sur un vestibule menant à la cour Intérieure. La galerie couverte à laquelle mène l’escalier, sur cette façade nord, fut reconstruite en 1919.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 66, fig. 39)

L’auberge d’Espagne

L’auberge d’Espagne

Après leur division en deux langues, les chevaliers ibériques continuèrent à partager l’unique auberge d’Espagne. Au-dessus de l’entrée d’un passage voûté, un cadre en croix regroupait sept blasons de marbre : sur un écu porté par un aigle aux ailes déployées, Castille, Aragon et Grenade ; à gauche Portugal et à droite Navarre, flanqués respectivement des écus des grands maîtres Fluvian et d’Amboise.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 60, fig. 34)

  • 22 Outre les chapitres particuliers de Gabriel II et Poutiers 1989, cf. Poutiers 1985.

21Le siège de 1480 et les tremblements de terre de 1481 avaient considérablement endommagé les bâtiments de l’auberge de France22. L’édifice, dont la restauration par Albert Gabriel dans les années 1920 fut complétée par des travaux récents (1979-1984), fut principalement construit entre 1492 et 1512. Il inclut cependant des éléments antérieurs à 1480, et l’on y fit des adjonctions jusqu’en 1520-1521. Au-dessus des magasins du rez-de-chaussée, une galerie courait à l’étage autour de la cour. Diverses salles répondaient aux besoins de la langue. Le réfectoire semble avoir subsisté, dans une partie de l’auberge extérieure à l’actuelle propriété de l’État français. Les grandes fenêtres rectangulaires de l’étage, au chambranle mouluré, sont ornées de corniches mêlant divers motifs ornementaux : rinceaux stylisés, fleurs et feuillages, entrelacs où apparaissent des cordons et des glands. Ces derniers éléments rappelaient le grand maître Pierre d’Aubusson, élevé à la dignité de cardinal en 1489. On relève les armes de ce dernier, ainsi que celles d’Aimery d’Amboise (comme prieur de France, puis comme grand maître) et de Philippe Villiers de l’Isle-Adam, outre l’écu de France et les armes de l’ordre de Saint-Jean. On a proposé de voir, dans les gargouilles en forme de tête de crocodile, une allusion à l’exploit légendaire de Dieudonné de Gozon (grand maître, par la suite, de 1346 à 1453), lequel aurait tué un dragon qui ravageait l’île. Un peu plus haut dans la rue se dressent encore la chapelle de France et (sans doute) la résidence des chapelains de la langue de France. Dans cette petite chapelle de la fin du xive siècle, des marbres sculptés portent les armes de tous les grands maîtres, d’Hélion de Villeneuve à Raymond Béranger (1319-1377), ainsi que les clefs de saint Pierre et les lys de France, mais aussi les léopards d’Angleterre : il pourrait s’agir des armes d’Edouard III (1327-1377), qui prétendait en effet au trône de France...

L’auberge de France

L’auberge de France

Quoiqu’il reste des traces du bâtiment primitif, l’édifice dans son état actuel date des années 1492-1512. Il fit l’objet d’une restauration par Gabriel dans les années 1920, complétée en 1979-1984.

L’hôpital

  • 23 Sur l’Hôpital, cf. Gabriel II, pp. 13-36 ; Maiuri 1921.
  • 24 Cf. Gabriel II, p. 73.
  • 25 Plutôt qu’une pharmacie et une salle de bains, comme le proposait Maiuri 1921, p. 225.

22Le monument le plus important de la Grand’rue est évidemment l’Hôpital23. Il ne s’agit pas du premier hospice de Rhodes : dès leur installation, en effet, les Hospitaliers s’étaient souciés d’établir dans leur nouvelle possession cette institution qui était une de leurs raisons d’être fondamentales. Le premier hospice se trouvait vraisemblablement au nord-est du Château, non loin de l’arsenal et de l’auberge d’Auvergne24. Cet établissement se révéla insuffisant au xive siècle. Aussi le grand maître Fluvian (décédé en 1437) demanda-t-il que son héritage (qui devait de toute manière, statutairement, revenir à l’ordre) servît à bâtir une nouvelle infirmerie. En effet, les travaux commencèrent dès 1440, mais, interrompus par la suite, ils ne furent totalement achevés qu’en 1489, sous le magistère de Pierre d’Aubusson. La Nouvelle Infirmerie fut donc implantée dans la partie-basse du Château, au coin de la Grand’rue et d’une petite place sur laquelle donnait également l’auberge d’Angleterre. Les corps de bâtiments furent disposés autour de deux cours, grande au nord (21,5 sur 23 mètres) et petite au sud (8 sur 9 mètres). De la façade est (sur la petite place), un portail en arc brisé et un passage menaient à la grande cour entourée d’un portique-desservant des magasins, mais sans communication avec l’étage. Un corridor voûté conduisait à la seconde cour, elle aussi entourée de magasins, mais d’où un escalier à ciel ouvert permettait d’accéder à la partie supérieure. L’escalier principal partait d’une autre porte, qui s’ouvrait au nord-ouest, sur la Grand’rue. À l’étage, une galerie plafonnée, jusqu’où l’on avait fait monter la margelle du puits, desservait les différents services. La grande salle, qui donnait sur la petite place à l’est, était un vaisseau rectangulaire de 51 sur 12,25 mètres. Elle était divisée en deux nefs égales par une rangée de piliers octogonaux dont les chapiteaux portaient la croix de l’ordre alternant avec celle des armes de Pierre d’Aubusson. Les lits (jusqu’à cent) y étaient disposés régulièrement. Entre les cent soixante-dix solives de cyprès, on a trouvé des restes de peintures montrant les armes des grands maîtres Fluvian, Lastic et d’Aubusson. Des côtés longs, quatorze alvéoles, aux étroites portes en plein cintre, avaient un usage architectural, mais servaient aussi de resserres. En face de la porte d’entrée, une abside à cinq pans, éclairée par trois baies donnant sur la place, était la chapelle. Les malades pouvaient ainsi suivre la messe matinale quotidiennement servie par les chapelains, sans quitter leurs lits. Contiguë à la grande salle, une pièce-plus petite (6,75 sur 12,35 mètres), divisée en deux nefs séparées par deux arcs retombant sur un pilier octogonal, dotée d’une cheminée et éclairée par plusieurs fenêtres, était vraisemblablement le réfectoire, jouxté par la cuisine et ses dépendances25. La galerie couverte courant autour de la grande cour desservait encore onze chambres indépendantes dotées de cheminées, elles aussi destinées aux malades. Les pièces donnant à l’étage sur la petite cour devaient abriter les services de l’infirmerie. La façade sur la Grand’rue est simple, avec un bandeau mouluré servant d’appui aux fenêtres et, au centre, un cadre en accolade, décoré de rosaces et d’entrelacs, qui renferme les armes de l’ordre et de d’Aubusson. La porte menant à l’étage est ornée d’une accolade reposant sur deux piliers polygonaux surmontés de pinacles. Un cadre rectangulaire décoré de feuillages couronne le tout. L’ornementation de cette porte semble avoir été plus riche autrefois. Les vantaux étaient en cyprès sculptés : au sommet était figuré un blason surmonté du chapeau cardinalice de Pierre d’Aubusson et portant la croix de ce grand maître écartelée avec celle de l’ordre. Cette porte était comparable à celle donnant sur la petite place, qui est conservée au musée de Versailles : chaque battant comporte douze panneaux rectangulaires décorés de divers motifs (rosaces, étoiles...) et porte au sommet, entre deux colonnes torses, un ange ailé tenant un blason où les armes de l’ordre sont écartelées avec celle d’Aimery d’Amboise, au-dessus de l’écu de Villiers de l’Isle-Adam, qui était Hospitalier à la date gravée de 1512. Le pilastre médian supporte une statuette de saint Jean-Baptiste dans une niche. Cette porte d’accès à la grande cour était également décorée de moulures, entrelacs et colonnettes, et couronnée d’une archivolte retombant sur deux culots aux feuillages stylisés. Mais ce qui donne son caractère particulier à cette façade orientale de l’Hôpital est l’encorbellement correspondant à l’abside de la chapelle, qui fait saillie au-dessus de la porte. La face centrale de l’encorbellement porte, dans un cadre rectangulaire, trois dalles de marbre représentant, de haut en bas : la bannière de l’ordre ; deux anges tenant un écu aux armes de Fluvian ; une inscription de cinq lignes confirmant la dotation de Fluvian et le commencement des travaux le 15 juin 1440. Sous l’autorité de l’Hospitalier, la Nouvelle Infirmerie, destinée aux seuls malades, était gérée par l’infirmier assisté de deux prud’hommes. Les soins étaient fournis par des médecins et chirurgiens. Un apothicaire tenait la pharmacie (« boutique »). Bien traités, ayant chacun un lit et nourris dans de la vaisselle d’argent, les malades étaient en revanche soumis à une discipline assez stricte.

L’Hôpital

L’Hôpital

Le grand maître Fluvian (1421-1437) avait légué sa fortune pour la réalisation d’une nouvelle infirmerie. Les travaux commencés en 1440 sous le magistère de Jean de Lastic, souvent interrompus faute d’argent, ne furent achevés qu’en 1489 sous celui de Pierre d’Aubusson.

(Flandin, L’Orient, Paris, 1858, vol. II, pl. 12.)

L’Hôpital

L’Hôpital

Assez bien préservé par le temps, le bâtiment fut restauré par les Italiens après leur installation dans l’île en 1912. On voit ici l’encorbellement correspondant à l’abside de la chapelle.

Vie des malades à l’infirmerie

Vie des malades à l’infirmerie

(Caoursin, Stabilimenta militum hierosolymitanum, Ulm, 1496, D7v°)

Vie des malades à l’Infirmerie
« Voulant réprimer l’insolence d’aucuns nous établissons que les malades frères et séculiers se doivent porter et conserver à l’infirmerie modestement, tempérament et honnêtement. Et ne soit licite ou permis à aucun de demander ou obtenir autre chose sinon ce que pour son remède par les médecins sera ordonné. Et si contumacement le demandera défendons que ne leur soit donné. Aussi les malades en la dite infirmerie doivent user de silence et honnête exercice, et ne doivent jouer aux tables [cartes] ni aux échecs ni lire histoires ni chroniques et ne fassent aucunes choses qui soient en perturbation ou molestes des malades. Qui contrefera soit privé de l’administration des choses nécessaires en l’infirmerie et soit rebouté de la compagnie des malades et vive à sa volonté. Car celui n’est pas digne de médecine ni aide de médecins qui déprise les enseignements d’icelle. »
(G. Caoursin, Etablissements des Chevaliers Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jémsalem, Paris, 1493)
« Pour passer le temps allâmes voir l’Hôpital de Rhodes dont je ris que à chacun malade on baillait du vin dedans de belles tasses d’argent, et la viande [nourriture] dedans beaux plats d’argent. Et si y a n’ois médecins lesquels vont visiter les dits malades trois fois le jour. Les lits sont comme un petit pavillon bien beau et le lieu a bon air et est dedans le palais et le château de Rhodes. »
(J. Le Saige, Voyage de Douai à Rome, N.-D. de Lorette, Venise, Jérusalem et autres saincts lieux, H.-R. Duthillœul éd., Douai, 1851, p. 89)

Le cloître de l’Hôpital

Le cloître de l’Hôpital

Au rez-de-chaussée, le portique entourant la cour donne accès à des magasins à l’ouest et au sud. À l’étage, la galerie dessert les différents services de l’Hôpital dont, à l’est, la grande salle de 51 mètres sur 12,25.

L’église de Saint-Jean

  • 26 Cf. Vatin 1995, p. 354.
  • 27 On en trouvera la liste chez Sommi-Picenardi, pp. 87 sqq.
  • 28 Sur les tombeaux à Rhodes, cf. Gabriel II, pp. 213-218.
  • 29 Cf. Dieudonné de Gozon (m. 1353) ; Pierre de Comedian (m. 1355) ; Robert de Juilly (m. 1377) ; Jacq (...)

23En haut de la Grand’rue se dressait l’église conventuelle de Saint-Jean, qu’une explosion détruisit complètement en 1856. Il faut donc se fier aux descriptions et représentations anciennes pour tenter de se la représenter. Datant (en dehors de quelques adjonctions postérieures comme la chapelle à la Vierge de Domenico d’Allemagna) de la première moitié du xive siècle, l’église comportait trois nefs divisées par deux rangées de colonnes. Les fûts et chapiteaux de celles-ci étaient des remplois de l’antique. Un clocher rectangulaire, détaché du bâtiment, se terminait par une plate-forme couronnée d’un campanile. Cette tour fort élevée, construite sur le point culminant de la ville, était un point d’observation très utile. Dans les premiers temps du siège de 1522, les défenseurs purent ainsi concentrer le feu de leurs canons avec une grande efficacité. Aussi les Ottomans furent-ils fort satisfaits quand ils eurent détruit ce clocher le 10 août26. L’église était décorée de vitraux portant les armes du grand maître Orsini. Le mobilier était très riche ; on cite en particulier le don fait en 1511 par Charles Allemand de la Rochechinard, prieur de Saint-Gilles : quinze tableaux représentant les mystères du Rosaire et treize statues de vermeil figurant la Vierge et les apôtres. Mais la principale richesse de l’église conventuelle était une abondance de reliques bien dignes de susciter la vénération des pèlerins27 : mentionnons seulement ici une croix faite du bois de la vraie croix ; un des trente deniers de Judas (en fait, une monnaie antique de Rhodes) dont on faisait des chalcographies utiles aux marins et aux femmes enceintes ; une épine de la couronne du Christ ; ou encore le bras droit de saint Jean-Baptiste, offert par Bajazet II en 1484. D’abord déposée dans la chapelle magistrale, la précieuse relique, une fois authentifiée par une commission ad hoc, fut transférée à l’église conventuelle au cours d’une procession solennelle. C’est enfin à Saint-Jean que les grands maîtres avaient leurs tombeaux28. Certains de ces monuments sont conservés, plus ou moins complets, à Paris au musée de Cluny29 : il s’agit de sarcophages de marbre (remplois de l’antique) portant sur leur face latérale les armes de l’ordre et du défunt avec l’épitaphe. Le couvercle était une lourde dalle portant une représentation du défunt en haut relief, dans la position traditionnelle : couché, les mains jointes, revêtu du manteau à capuchon avec la croix de l’ordre sur l’épaule gauche. La pierre tombale de Fabrizio Del Carretto ne nous est connue que par le croquis publié par Rottiers : située au niveau du pavé, elle portait gravée la figure du grand maître décédé en 1521 et était encadrée d’un assemblage de marbre et porphyre de diverses couleurs. Cet « art subtil » des compositions de pierres polychromes devait connaître par la suite une vogue durable à Malte.

Le palais des grands maîtres

24Dominant le Château et le Bourg, le palais magistral se trouvait non loin de là. Construit par les Hospitaliers, sans doute sur des substructions anciennes, le bâtiment date de la première moitié du xive siècle. Endommagé par les séismes de 1481, il fut restauré par Pierre d’Aubusson, qui ne semble pas, cependant, avoir sensiblement modifié le plan général. À la suite de l’explosion de 1856, l’étage avait totalement disparu. Dans son état actuel, le Palais est donc une reconstitution due aux architectes italiens. Un portail s’ouvrant entre deux tours semi-circulaires permettait de gagner une cour spacieuse de 40 mètres sur 50 entourée de vastes magasins voûtés, destinés à recevoir de grandes quantités de provisions. Rappelons que c’était une nécessité stratégique que d’avoir plusieurs mois de stock pour pouvoir résister à un siège éventuel. D’importants silos souterrains étaient également aménagés sous le sol de la cour. Du reste, flanqué de tours et contigu aux murailles, le Palais participait au système de défense et était conçu pour devenir, si nécessaire, le réduit de la forteresse. Il n’était pas pour autant dépourvu de tout agrément : planté d’arbres et jouissant d’une vue panoramique, le terre-plein du boulevard du Palais offrait aux grands maîtres un jardin auquel une tour leur permettait d’accéder directement. De l’état ancien de l’étage, où le grand maître avait ses appartement et ses services, on ne sait pas grand-chose. Une vaste salle du conseil était vraisemblablement aménagée dans l’aile orientale. Également située à l’étage du Palais, la chapelle était vouée à sainte Catherine-du-Mont-Sinaï et à sainte Marie-Madeleine. Elle était elle aussi célèbre pour les reliques qui y étaient conservées : le bras et la main gauche de sainte Catherine et une épine de la couronne du Christ qui fleurissait le Vendredi Saint.

Le palais des grands maîtres

Le palais des grands maîtres

Cette restitution montre l’édifice depuis le nord-ouest, avec les portes d’Amboise et Saint-Antoine. Le rez-de-chaussée et les sous-sols abritaient de grands entrepôts. L’étage supérieur a totalement disparu. Peut-être l’aile orientale (ici éclairée) abritait-elle la salle du conseil ? Au nord, on distingue le jardin.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, p. 33, fig. 7)

25Les chevaliers n’avaient pas le droit de sortir librement du couvent, autrement dit du Château. En fait, cette réglementation ne devait guère être appliquée. On a vu que nombre de chevaliers collaborèrent à titre personnel avec des marins ou des négociants du Bourg. Les relations étaient bonnes entre les citadins et les Hospitaliers. Si ceux-ci maintinrent en place les murailles du Château, ce ne fut donc pas par méfiance à l’égard des Rhodiens. D’ailleurs ils les renforcèrent peu. Des projets en ce sens, en 1475-1476, visaient à répondre au risque d’une invasion du bourg par l’ennemi, mais rien ne se fit.

Le palais des grands maîtres

Le palais des grands maîtres

Cette gravure représente la façade méridionale, en ruine, telle qu’elle était au xixe siècle. Le portail en arc brisé, entre deux tours semi-circulaires, donnait accès à la cour intérieure. Les écus armoriés, encore visibles à l’époque, auraient été ceux de la papauté et de Hélion de Villeneuve (1319-1346).

(Flandin, L’Orient, Paris, 1858, vol. II, pl. 22)

Les faubourgs et Notre-Dame de Filerme

26Plusieurs faubourgs sont attestés autour de la ville, avec leurs jardins, leurs églises et leurs chapelles. Sans entrer dans les détails, citons l’église Saint-Antoine, qui était située au bord du Mandraki, face à la tour Saint-Nicolas. C’est autour de cette église qu’étaient enterrés les chevaliers. Au sud-est, de l’autre côté de la ville, sur la rive de la baie d’Akandia, était dressé le gibet. À Rhodini, dans un parc clos de murs, le grand maître Foulques de Villaret avait fait construire une résidence d’été.

  • 30 Sur le sanctuaire du Mont-Filerme, cf. Balducci 1931 ; Ferraris di Celle ; Poutiers 1989, pp. 269-2 (...)

27Un peu plus à l’intérieur des terres, se trouve le Mont Filerimos30. Conquise par les Hospitaliers dès 1306, l’ancienne bourgade fortifiée avait beaucoup décliné. Pierre d’Aubusson y réédifia une citadelle. Mais Filerimos était bien plus qu’une place forte de l’île parmi d’autres. Elle attirait en effet de nombreux visiteurs venant en pèlerinage au sanctuaire de Notre-Dame de Filerme.

  • 31 Cf. Denis Possot, Le Voyage de Terre Sainte, Ch. Schefer éd., Paris, 1890 (repr. Genève, 1970), p.  (...)

28Implanté sur le site antique de Ialysos, le sanctuaire était ancien : son origine était liée à une apparition miraculeuse, à l’époque byzantine. On y vénérait une icône de la Vierge attribuée par la tradition à saint Luc, et qui aurait été apportée de Jérusalem. Ce culte était bien vivant quand arrivèrent les Hospitaliers, eux aussi venus de Jérusalem. Sous leur domination, le Mont-Filerme demeura donc un lieu de dévotion et de pèlerinage pour eux-mêmes et les fidèles grecs et latins. Dans les situations difficiles, lors des sièges de 1480 ou 1522 par exemple, l’icône était mise à l’abri dans la ville même de Rhodes, où sa présence réconfortait les assiégés. En 1523, elle fut emportée avec d’autres reliques précieuses par le grand maître Villiers de l’Isle-Adam. Lors de la prise de Malte par Bonaparte en 1798, le grand maître von Hompesch la transporta en Russie. La révolution bolchévique fut la cause de nouveaux transferts : on vit l’icône à Copenhague, Berlin et Belgrade, où elle disparut pendant la seconde guerre mondiale. On en possède cependant une copie russe, remise aux Italiens qui la réinstallèrent sur le Mont-Filerme, puis la déposèrent à Pérouse lors de la remise du Dodécanèse à la Grèce après la seconde guerre mondiale. Sa disparition n’avait d’ailleurs pas mis un terme aux visites des pèlerins, puisque Denis Possot raconte avoir visité Notre-Dame de Filerme lors de son passage à Rhodes en 153231.

L’église Saint-Antoine

L’église Saint-Antoine

Détruite pour des raisons de sécurité en 1480, elle fut reconstruite dès l’année suivante. C’est sur ce site que se trouvait le cimetière des chevaliers, repérable Ici par les dalles de leurs tombes.

(Breydenbach, Sanctarum Peregrinationum (...) opusculum, Mayence, 1486)

Un pèlerinage à Notre-Dame de Filerme
« Le seizième juillet comme ay escript devant vuidasmes de nostre nave pour aller veoir la ville de Rodhe. Et soubit que v fus, allay acheter deux beaus grans cirons de chire, de l’argent que nous tous pellerins aviesmes donnés, en nous recommandant a nostre dame de Fillerme, ad cause que nous estant partis de Venise nous naviesmes point de vent comme ay escript devant : adoncq nous ayda la belle dame, et de tous autres pellerins fus eslis avec ung cordelier pour y aller dire messe ; ainssy nous deux fismes porter les dis chirons qui coutèrent trois ducats par ung paisant, et aussy pour nous monstrer le chemin. C’est un devot pèlerinage et c’est à chincq mille de Rhode lelon de la mer ; mais le lieu est assis sur une montaigne et met on quasy une heure a le monter. Le cordelier que menoit ne pœult venir jusque la sans boire a une bouteille car il nen pooit plus, mais loués soit Dieu et a la belle dame que je allay en juing cœur. Et le prestre qui disoit tous les jours messe en nostre nave nous suioit ; lequel vint sans desjuner, et je lui fis dire messe en lieu dudict cordelier a lintention de nous tous et le demourant dudit don le ruay dedens ung troneq qui est la. C’est ung lieu fort devotieux. »
Jacques Le Saige, Voyage de Douai à Rome, Notre-Dame de Lorette, Venise et autres saincts lieux, H.-R. Duthillœul éd., Paris, 1890 (repr. Genève, 1970), p. 190

L’icône de Notre-Dame de Filerme

L’icône de Notre-Dame de Filerme

G. Sommi-Picenardi a pu utiliser une photographie de 1894 de l’original aujourd’hui disparu. En place de nimbe, ce sont les huit pointes de la croix de l’ordre qui apparaissent derrière la tête de la Vierge, représentée sans l’enfant Jésus.

(Sommi-Picenardi, Itinéraire d’un chevalier de Saint- Jean-de-Jérusalem, Lille, 1900, p. 217)

  • 32 Cf. Schlumberger.

29À l’époque des chevaliers, on visitait sur le Mont Filerimos deux édifices. À moitié enterrée, la chapelle Saint-Georges était un bâtiment ancien, apparemment la crypte d’une église byzantine disparue. Elle fut entretenue par les Hospitaliers, de qui datent les fresques qui l’ornaient32. L’église Notre-Dame, que visitèrent en 1518 Jacques Le Saige et ses compagnons, était faite d’éléments de trois périodes différentes : H. Balducci recense des murs du début du xive siècle, deux chapelles polygonales datant du troisième quart du xve siècle et deux chapelles dues à Pierre d’Aubusson, qui restaura le sanctuaire après les destructions de 1480 et 1481. Ce système de doubles chapelles semble répondre au désir d’accueillir en même temps, dans ce lieu œcuménique, les deux cultes latin et grec.

« Une belle, forte et puissante ville »

  • 33 Op. cit, p. 190.

30« Rhodes est une belle, forte et puissante ville de tours, fossés, murailles, doubles châteaux et beau port, assise en une belle plaine ». Telle est la description que donne de la ville Denis Possot33, qui la visita tout juste dix ans après le siège qui mit en 1522 un terme à la présence de l’ordre de Saint-Jean en Méditerranée orientale. Dans sa sécheresse, la phrase rappelle que les Hospitaliers se préoccupèrent d’abord, et avec succès, de faire de Rhodes une formidable forteresse. Mais ils durent aussi songer à se loger, à héberger les pèlerins de passage, à soigner les malades, à prévoir les magasins nécessaires à l’approvisionnement de la garnison et de la population, enfin à construire ou entretenir les églises nécessaires à l’hygiène morale. Ils se consacrèrent à cette activité de bâtisseur avec un souci d’efficacité qui explique en partie l’élégante sobriété du style, largement importé d’Occident, qu’ils imposèrent à Rhodes dans l’architecture militaire, civile et religieuse. Les destructions de 1480 et 1481 donnèrent un nouvel élan à ces travaux. Ce fut également l’occasion de soigner davantage la technique et l’ornementation, et de renouveler les motifs. Au début du xvie siècle, l’influence de la Renaissance commençait à se faire sentir. Bon nombre des édifices que trouvèrent les Ottomans en 1523 étaient, partiellement ou en totalité, postérieurs à 1481. En fait, de 1310 à 1522, Rhodes fut un perpétuel chantier.

Notes

1 On trouvera des descriptions générales et détaillées de Rhodes dans les livres de Sommi-Picenardi, Belabre et Poutiers (1989). L’ouvrage de référence reste celui d’Albert Gabriel. Un rapport des restaurations italiennes fut publié par Maiuri et Jacopich en 1928. Balard (1995) propose une utile et intéressante synthèse sur la vision que les voyageurs donnent de Rhodes aux xive et xve siècles.

2 Sur les murailles, outre les ouvrages cités à la note précédente, cf. la synthèse de Boase.

3 Cf. Gabriel I, p. 91.

4 Cf. Gabriel I, p. 108.

5 Sur le vocabulaire technique des fortifications à Rhodes, cf. Gabriel I, pp. 16 sqq.

6 Cf. Gabriel I, pp. 127 sq.

7 Cf. Boase, pp. 234-235.

8 Cf. Gabriel I, p. 123.

9 Cf. Gabriel I, p. 131.

10 La porte Saint-Athanase, d’après une décision de 1501, devait être fermée avec la porte Saint-Antoine. La décision ne fut pas appliquée en ce qui concerne cette dernière ; on ignore ce qu’il en fut de la porte Saint-Athanase (Gabriel I, p. 46).

11 Cf. Gabriel, I, pp. 60-81.

12 Cf. Gabriel I, p. 63.

13 Cf. Routiers 1989, pp. 212-213.

14 Cf. Jean Thévenot, Voyage du Levant, S. Yerasimos éd., Paris, La Découverte, 1980, p. 191.

15 Gabriel I, p. 90.

16 Cf. Gabriel II, pp. 116-117.

17 Cf. H. Balducci 1933.

18 Cf. Legrand éd., « Relation de pèlerinage à Jérusalem de Nicolas de Martoni », in Revue de l’Orient latin, III (1895).

19 D’après Balducci 1933, pp. 60 sqq., Sainte-Marie-du-Château fut à un moment donné attribuée à la langue d’Italie.

20 Cf. Gabriel I, p. 10 ; Poutiers 1989, pp. 236-237.

21 Cf. Gabriel II, pp. 13.3, 149.

22 Outre les chapitres particuliers de Gabriel II et Poutiers 1989, cf. Poutiers 1985.

23 Sur l’Hôpital, cf. Gabriel II, pp. 13-36 ; Maiuri 1921.

24 Cf. Gabriel II, p. 73.

25 Plutôt qu’une pharmacie et une salle de bains, comme le proposait Maiuri 1921, p. 225.

26 Cf. Vatin 1995, p. 354.

27 On en trouvera la liste chez Sommi-Picenardi, pp. 87 sqq.

28 Sur les tombeaux à Rhodes, cf. Gabriel II, pp. 213-218.

29 Cf. Dieudonné de Gozon (m. 1353) ; Pierre de Comedian (m. 1355) ; Robert de Juilly (m. 1377) ; Jacques de Milly (m. 1461) ; Gian-Battista Orsini (m. 1476).

30 Sur le sanctuaire du Mont-Filerme, cf. Balducci 1931 ; Ferraris di Celle ; Poutiers 1989, pp. 269-272, qui présente brièvement la citadelle médiévale dans son ensemble.

31 Cf. Denis Possot, Le Voyage de Terre Sainte, Ch. Schefer éd., Paris, 1890 (repr. Genève, 1970), p. 190.

32 Cf. Schlumberger.

33 Op. cit, p. 190.

Table des illustrations

Titre Vue d’ensemble prise de la mer
Légende Dessin et panorama explicatif de Rhodes
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol I, pl. XXXIII)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre La tour de Naillac, dessin de Gabriel
Légende Construite sous le magistère de Philibert de Naillac (1396-1421), cette tour fut détruite par un séisme en 1863. Elle commandait l’entrée du port par sa force et parce que dans sa salle basse se trouvait le treuil actionnant la chaîne fermant le port.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, pl. XXIV.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Plan d’ensemble de Rhodes au début du xvie siècle
Crédits Réalisé par Olivier Baudon d’après Albert Gabriel.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre La porte de Koskino, dessin de Gabriel
Légende La tour centrale date du magistère de Fluvian (1421 -1437). Elle contenait une chapelle ornée de fresques, condamnée par la suite. Deux boulevards renforcèrent successivement cette porte. On remarquera les détours du chemin d’accès, destinés à briser l’élan d’éventuels assaillants.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, p. 51, fig. 21)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre La porte d’Amboise
Légende Flanquée de deux tours semi-circulaires, elle vint doubler la porte Saint-Antoine qui menait de la ville au premier boulevard.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Schémas des défenses terrestres
Légende Ces deux croquis dus à Gabriel permettent de mieux comprendre les remaniements réalisés après 1480 sous les grands maîtres d’Aubusson, d’Amboise et Del Carretto. En bas, l’état originel ; au-dessus, le nouvel état.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, P. 122)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Le port de commerce
Légende Un bateau entre, avec la tour de Naillac à tribord et celle des Moulins à babord, après qu’on a donné du jeu à la chaîne qui ferme le bassin. La tour de la Marine est visible au fond du port.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II. pl. XLI.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre La tour des Moulins, dessinée et photographiée par Gabriel
Légende Construite grâce à un don de Louis XI, elle porte la fleur de lys. Une tourelle circulaire séparée contenait un escalier à vis permettant d’accéder par des ponts légers aux paliers de la tour. La tourelle polygonale visible sur les miniatures illustrant Caoursin doit avoir été supprimée par d’Aubusson (voir III. p. 27).
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, p. 60 et pl. XVII/1)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre La tour des Moulins, dessinée et photographiée par Gabriel
Légende Construite grâce à un don de Louis XI, elle porte la fleur de lys. Une tourelle circulaire séparée contenait un escalier à vis permettant d’accéder par des ponts légers aux paliers de la tour. La tourelle polygonale visible sur les miniatures illustrant Caoursin doit avoir été supprimée par d’Aubusson (voir III. p. 27).
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, p. 60 et pl. XVII/1)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Coupe de l’état primitif de la tour Saint-Nicolas, restituée par Gabriel
Légende La tour centrale était protégée à sa base par un boulevard polygonal, après un fossé. Une tourelle séparée contenant un escalier à vis permettait de gagner le boulevard, puis la tour.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, p. 87, fig. 49)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre La tour Saint-Nicolas
Légende Élevée au bout du môle protégeant le bassin du Mandraki, elle fut principalement construite sous le magistère de Ramon Zacosta (1461-1467), avec l’aide financière du duc de Bourgogne.
Crédits (Choiseul-Gouffier, Voyage pittoresque dans l’Empire ottoman (...), Paris, 1783, pl. 62, p. 112)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Arrivée du prince Djem à Rhodes
Légende Dans cette miniature illustrant Caoursin, la grande nef de l’ordre a jeté l’ancre à l’entrée du port. Une galère amène le prince jusqu’à la passerelle. Le grand maître Pierre d’Aubusson et sa suite l’attendent place de la Cité, devant l’église Saint-Sébastien. À droite, séparé du Bourg par une muraille, le Château. Au premier plan à gauche, la tour des Moulins porte encore son couronnement polygonal.
Crédits (Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 175r°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Façade occidentale du bailliage du Commerce
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Façade méridionale du bailliage du Commerce, dessin de Gabriel
Légende Au rez-de-chaussée, deux larges baies en plein cintre s’ouvrent sur la voie publique. À l’étage, deux baies rectangulaires reposent sur un bandeau orné d’entrelacs. Les gargouilles sont en forme de têtes de crocodiles. À gauche, un escalier mène à une terrasse sur laquelle donne la porte de l’étage.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 98, fig. 65)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Sainte-Marie-du-Bourg
Légende Il ne reste que des vestiges de cette église, dont la restitution par H. Balducci est donc hypothétique, La conception d’ensemble de cette église de rite latin était occidentale, mais sa réalisation par des artisans locaux emploie un appareil typiquement byzantin.
Crédits (Balducci, La chiesa di S. Maria del Borgo in Rodi. Pavie, 1933.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre La rue des Chevaliers
Légende Le grand axe est-ouest du Château qui, bordé de bâtiments prestigieux, montait de la cathédrale latine à l’église Saint-Jean et au palais magistral.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre La rue des Chevaliers
Légende Cette lithographie du xixe siècle donne une idée de ce à quoi ressemblait la « Grand’rue du Château » avant les restaurations du xxe siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre L’auberge d’Auvergne
Légende L’entrée principale était au sud. Elle s’ouvrait sur un vestibule menant à la cour Intérieure. La galerie couverte à laquelle mène l’escalier, sur cette façade nord, fut reconstruite en 1919.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 66, fig. 39)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre L’auberge d’Espagne
Légende Après leur division en deux langues, les chevaliers ibériques continuèrent à partager l’unique auberge d’Espagne. Au-dessus de l’entrée d’un passage voûté, un cadre en croix regroupait sept blasons de marbre : sur un écu porté par un aigle aux ailes déployées, Castille, Aragon et Grenade ; à gauche Portugal et à droite Navarre, flanqués respectivement des écus des grands maîtres Fluvian et d’Amboise.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 60, fig. 34)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre L’auberge de France
Légende Quoiqu’il reste des traces du bâtiment primitif, l’édifice dans son état actuel date des années 1492-1512. Il fit l’objet d’une restauration par Gabriel dans les années 1920, complétée en 1979-1984.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre L’Hôpital
Légende Le grand maître Fluvian (1421-1437) avait légué sa fortune pour la réalisation d’une nouvelle infirmerie. Les travaux commencés en 1440 sous le magistère de Jean de Lastic, souvent interrompus faute d’argent, ne furent achevés qu’en 1489 sous celui de Pierre d’Aubusson.
Crédits (Flandin, L’Orient, Paris, 1858, vol. II, pl. 12.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre L’Hôpital
Légende Assez bien préservé par le temps, le bâtiment fut restauré par les Italiens après leur installation dans l’île en 1912. On voit ici l’encorbellement correspondant à l’abside de la chapelle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Vie des malades à l’infirmerie
Crédits (Caoursin, Stabilimenta militum hierosolymitanum, Ulm, 1496, D7v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Le cloître de l’Hôpital
Légende Au rez-de-chaussée, le portique entourant la cour donne accès à des magasins à l’ouest et au sud. À l’étage, la galerie dessert les différents services de l’Hôpital dont, à l’est, la grande salle de 51 mètres sur 12,25.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Le palais des grands maîtres
Légende Cette restitution montre l’édifice depuis le nord-ouest, avec les portes d’Amboise et Saint-Antoine. Le rez-de-chaussée et les sous-sols abritaient de grands entrepôts. L’étage supérieur a totalement disparu. Peut-être l’aile orientale (ici éclairée) abritait-elle la salle du conseil ? Au nord, on distingue le jardin.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. I, p. 33, fig. 7)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Le palais des grands maîtres
Légende Cette gravure représente la façade méridionale, en ruine, telle qu’elle était au xixe siècle. Le portail en arc brisé, entre deux tours semi-circulaires, donnait accès à la cour intérieure. Les écus armoriés, encore visibles à l’époque, auraient été ceux de la papauté et de Hélion de Villeneuve (1319-1346).
Crédits (Flandin, L’Orient, Paris, 1858, vol. II, pl. 22)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Titre L’église Saint-Antoine
Légende Détruite pour des raisons de sécurité en 1480, elle fut reconstruite dès l’année suivante. C’est sur ce site que se trouvait le cimetière des chevaliers, repérable Ici par les dalles de leurs tombes.
Crédits (Breydenbach, Sanctarum Peregrinationum (...) opusculum, Mayence, 1486)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre L’icône de Notre-Dame de Filerme
Légende G. Sommi-Picenardi a pu utiliser une photographie de 1894 de l’original aujourd’hui disparu. En place de nimbe, ce sont les huit pointes de la croix de l’ordre qui apparaissent derrière la tête de la Vierge, représentée sans l’enfant Jésus.
Crédits (Sommi-Picenardi, Itinéraire d’un chevalier de Saint- Jean-de-Jérusalem, Lille, 1900, p. 217)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2575/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 672k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540