Version classiqueVersion mobile

Rhodes et l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem

 | 
Nicolas Vatin

Paix sociale et prospérité

Texte intégral

L’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem : organisation et fonctionnement

  • 1 On laissera de côté des catégories secondaires (oblats, donnés), qui n’avaient pas leur place à Rho (...)

1À l’époque de son installation à Rhodes, les membres de l’ordre étaient principalement répartis entre trois catégories1. Les chevaliers, qui devaient faire la preuve de leur noblesse pour être reçus, avaient la préséance. Eux seuls avaient accès aux plus hautes charges. Leur rôle était d’assister les pauvres et les malades, de conduire et protéger les pèlerins et, bien sûr, de faire la guerre à l’infidèle. Ils étaient secondés par des frères servants (ou sergents), qui n’étaient pas tenus d’être nobles. À Rhodes, dans l’action, ces derniers étaient bien souvent sur un pied d’égalité avec les chevaliers, mais ils étaient leurs intérieurs et n’avaient pas accès aux principales charges. Enfin les chapelains étaient des prêtres chargés de l’assistance spirituelle des membres de l’ordre et des malades, ainsi que de la célébration des offices. Ils étaient coiffes par le prieur de Rhodes, élu parmi eux par le grand maître et son conseil avec la ratification du chapitre général. Il faut encore rappeler l’existence des dames chevalières et hospitalières de Saint-Jean-Baptiste de Jérusalem, qui constituaient un ordre indépendant mais soumis à celui des Hospitaliers. Ces dames assistaient les chevaliers par leurs prières et pratiquaient l’hospitalité (gîte, nourriture, habillement des pauvres et soins médicaux). Outre leurs diverses maisons d’Europe, elles avaient à Rhodes même un couvent dont la localisation est inconnue.

  • 2 Cf. Vatin 1995, pp. 27-29.
  • 3 Cf. Suriano, Treatise on the Holy Land, Fr. Th. Bellorini et Fr. B. Bagatti éds, Jerusalem, 1949, p (...)

2Les membres de l’ordre avaient fait vœu d’obéissance, chasteté et pauvreté. Ils pouvaient cependant avoir des biens, qui revenaient à l’ordre à leur mort. Ils ne négligèrent pas non plus certaines activités lucratives, comme la course, mais aussi le commerce (au xve siècle en tout cas)2. Quant à ce qui concerne la chasteté, Fra Francesco Suriano, à la fin du xve siècle, accusait les Hospitaliers d’être pour beaucoup dans la prospérité de la prostitution3 ! A Rhodes, les membres de l’ordre vivaient dans le « château » (ou collachium, ou couvent), la ville haute séparée du « bourg » (borgo) par un mur. Ils avaient leurs églises, et d’abord l’église conventuelle de Saint-Jean, servies et entretenues par les frères chapelains sous l’autorité du prieur.

Réception d’un frère

Réception d’un frère

Gravure illustrant la publication par le vice-chancelier Guillaume Caoursin des statuts de l’ordre.

(Caoursin, Stabilimenta militum hierosolymitanum, Ulm, 1496, C3v°)

Le chapitre général

Le chapitre général

Un intervalle de plusieurs années séparait la réunion de ces assemblées qui traitaient de questions financières et administratives ainsi que de la réforme des statuts. À gauche, le grand maître préside. Au premier plan, le vice-chancelier (Caoursin) assure le secrétariat.

(Caoursin, Stabilimenta militum hierosolymitanum, Ulm, 1496, F2r°)

3Ce n’est pas avant 1301 que les frères furent répartis entre « langues », subdivisions territoriales respectant plus ou moins des critères linguistiques (Polonais et Slaves, par exemple, dépendaient de la langue d’Allemagne). Chaque langue disposait d’une « auberge », bâtiment servant aux réunions et aux repas en commun. On compta d’abord sept langues : Provence, Auvergne, France, Espagne, Angleterre et Allemagne. Cette organisation faisait la part belle à la prédominance française. Celle-ci fut combattue en particulier par les chevaliers ibériques. En 1462, leur langue fut divisée en deux : Aragon (Aragon, Catalogne, Navarre) et Castille-Portugal.

  • 4 Cf. Ch. L. Tipton, « The 1330 Chapter General of the Knights Hospitallers at Montpellier », in Trad (...)

4Les langues avaient à leur tête un grand officier (ou pilier) de l’ordre, selon une répartition fixée à partir de 13404 : le grand commandeur (Provence) s’occupait de questions financières et de logistique ; l’hospitalier (France) des activités charitables de l’ordre, et au premier chef de l’hôpital ; le drapier — ou grand conservateur — (Aragon) des vêtements ; le maréchal (Auvergne) commandait la troupe en campagne et l’amiral (Italie) la marine ; le turcopelier (Angleterre) et le grand bailli (Allemagne) avaient également des responsabilités militaires ; enfin le chancelier (Castille) avait des tâches administratives. Bien entendu, de nombreux fonctionnaires, serviteurs et esclaves assistaient ces grands officiers et le grand maître, qui les dominait tous. Flu à vie par ses pairs à l’issue d’un scrutin différé assez compliqué, celui-ci était le souverain de l’État hospitalier du Dodécanèse, sous le contrôle cependant des chevaliers. Il était en effet assisté par un conseil ordinaire siégeant en permanence, composé des piliers, baillis et prieurs. Le conseil était dit « complet » quand il comprenait en outre deux représentants de chaque langue. Enfin les chevaliers étaient régulièrement convoqués pour un « chapitre général » traitant des questions financières et d’administration générale, et seul habilité à réformer les statuts.

Élection du grand maître

Élection du grand maître

Le grand maître était élu par un système de scrutin différé. On voit ici les électeurs se disposer à déposer leur bulletin dans deux urnes que l’on fait passer devant eux.

(Caoursin, Stabilimenta militum hierosolymitanum. Ulm, 1496, K4v°)

  • 1 Il pourrait s’agir d’un portique voûté, contigu à l’église Saint-Jean, qui prolongeait à l’ouest la (...)

La discipline à Rhodes
« Établissons que les frères dorénavant ne puissent aller ni issir hors du Chastel de Rhodes sans licence du Maître ou du Maréchal si sera cause urgente et raisonnable entre les heures de la campane [cloche] du dîner et du souper [dans l’après-midi], mais en icelui temps doivent demeurer entre les portes et murailles du château et doivent convenir en la loge du couvent1 et là jouer à l’arbalète ou quel exercice soient contraints par le Maréchal, ou à autre exercice d’armes, afin qu’apprennent les coutumes belliqueuses desquelles puissent user quand sera nécessité à la tuition [défense] de la foi. Mais devant la campane du dîner et après celle du souper puissent aller hors du Château le girant ou aller sur la muraille ou issir jusqu’à l’église de Saint-Sébastien, mais ne peuvent aller par la cité sinon à cheval et deux à deux. »
(Règlement datant du grand maître Zacosta (1461-1467), in G. Caoursin, Etablissements des Chevaliers Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, Paris, 1493)

  • 5 Sur les revenus de l’ordre et le fisc à Rhodes, cf. Poutiers 1989, pp. 91-96 et 163-167 ; Luttrell (...)
  • 6 Cf. Luttrell 1992 (V), p. 274.
  • 7 Cf. Luttrell 1992 (XIX), p. 142.

5L’ordre percevait un certain nombre de taxes sur place5 : taxe à l’importation, sur les esclaves, sur les vins, sur les produits agricoles, sur les transferts de propriété, droit d’estaque pour les bateaux amarrant au port... Il touchait en outre une rente foncière en échange de la concession à des Hospitaliers ou à d’autres Latins de casait, unités agricoles avec leurs serfs, esclaves, animaux et droits6. L’argent pouvait également s’obtenir par emprunt, par dons reçus ou à l’occasion d’aumônes récoltées contre des indulgences pontificales, sans parler du revenu de la course. En outre, les biens des chevaliers décédés revenaient à l’ordre, ainsi que le produit de leurs commanderies jusqu’à leur remplacement. Mais la ressource principale venait des responsions, droits payés par les commanderies d’Occident (et de Chypre) rassemblées en quelques prieurés au sein de chaque langue. Il est vrai qu’il n’était pas toujours facile de percevoir ce dû... Quoi qu’il en soit, la part de l’outremer (c’est-à-dire, pour les chevaliers, l’Europe) était considérable : sans doute près de 90 % des revenus de l’ordre au xive siècle d’après A. Luttrell7.

La société rhodienne

6En dehors des Hospitaliers, Rhodes abritait une population variée : grecque en majorité, mais aussi latine, juive, chrétienne d’Orient, voire musulmane, sans compter de nombreux esclaves d’origines diverses. L’ensemble, sous la domination hospitalière, composa une société relativement harmonieuse.

  • 8 Ce paragraphe est principalement fondé sur Luttrell 1992 (V, VII et XIX). Les articles de Z.N. Tsir (...)
  • 9 « Some kind of a constable » (Luttrell 1992 (VII), p. 319).

7La campagne8 était principalement grecque, occupée par des hommes libres (francomati ou angussati), des serfs (villani, servi, parichi) et, dans certaines grandes propriétés, des esclaves. L’ordre concédait des terres aux Grecs en emphytéose perpétuelle, moyennant quelques droits. Il n’y avait donc pas d’aristocratie terrienne grecque privilégiée. Il se développa au contraire, à la suite de l’affranchissement progressif des serfs et esclaves, une classe solide et indépendante de paysans grecs conduits par le prêtre local et un protos. Dans le but de repeupler l’île, l’ordre avait bien tenté au début d’attirer des Latins en leur proposant en 1313 l’attribution de fiefs en échange d’un service militaire. Il y eut peu de réponses : on cite surtout le cas de la famille Assanti installée à Nisyros. Mais s’il y eut peu de feudataires — ce qui explique en grande partie les bonnes relations entre Grecs et Latins — des Italiens s’installèrent dans la campagne rhodienne, recevant des terres par bail emphytéotique comme les Grecs, dont ils épousèrent les filles. Les Grecs des campagnes avaient des obligations : corvée de transport du bois jusqu’à la côte pour la construction navale, travail dans les forts et sur les routes et ponts, tours de garde sur les tours de guet. Chaque casale avait en outre un turcopole, sorte de gardien de la paix9 salarié qui devait combattre aux côtés des chevaliers.

Communion dans la douleur : le séisme de 1481

Communion dans la douleur : le séisme de 1481

En cette année, Rhodes subit un raz de marée et de graves tremblements de terre, représentés à l’arrière-plan, hors de l’église. Pierre d’Aubusson, reconnaissable à sa barbe, et ses chevaliers se mêlent pour prier à la population rhodienne, unie dans le malheur.

(Caoursin, Œuvres Ms latins 6067, n° 120v°)

La société rhodienne vue par un pamphlétaire musulman au début du xvie siècle
« Les gens de cette forteresse, à l’exception des frères, sont tous des Grecs, alors que les frères sont des Francs, au nombre de six cents. Ces derniers causent d’énormes torts aux Grecs ; ils peuvent en tuer quelques-uns sans être punis pour autant ni forcés de payer le prix du sang ; ils commettent l’adultère avec leurs femmes, sodomisent leurs fils, usurpent leur argent, les battent, leur font du mal, de sorte qu’il existe entre eux une forte inimitié et que si l’armée des musulmans attaque la forteresse, ils l’aideront de l’intérieur à la prendre. »
(Extrait d’une lettre d’Ebû Bekir el-Darânî, transmise à Bajazet II par son fds Korkoud en 1503. Traduction française in Vatin, 1995, pp. 538-543)

  • 10 Cf. Vatin 1995, pp. 29 sq.
  • 11 Cf. Luttrell 1992 (VII), p. 319. 74.

8C’est surtout dans la ville basse, le « bourg », que les différentes communautés se côtoyaient. Les Grecs étaient artisans, commerçants au détail, marins. Certains étaient de plus importants personnages, notaires, négociants, affréteurs ou capitaines de navires. D’autres encore travaillaient pour l’ordre. Leur connaissance du grec, langue diplomatique du temps, et parfois du turc leur permettait de servir la diplomatie du grand maître10. Quant à la population latine, L. Butler l’évalue à 3 000 colons environ se consacrant au commerce maritime et au service du grand maître, pour la plupart catalans, génois ou siciliens. L’Italie du nord était également représentée par ses juristes, ingénieurs et architectes. On peut aussi mentionner les représentants des banques florentines, ou des cités marchandes de Montpellier et Narbonne, les marchands, marins, pirates ou pèlerins de passage... En outre, il faut compter quelques milliers de mercenaires occidentaux. Pour compléter cette évocation des citadins chrétiens, on mentionnera des chrétiens d’Orient (dits christiani suriani) qui pratiquaient le commerce, pour leur compte ou non. D’autres appartenaient aux garnisons des principaux forts de l’île11.

Les latins et les grecs

  • 12 Cf. Luttrell 1978 (IV).

9Les bourgeois grecs et latins avaient une obligation de service militaire. D’autre part jusqu’en 1462, il exista une catégorie de Grecs de la ville de Rhodes astreints par une obligation héréditaire à servir sur les galères de l’ordre : c’était la servitude) marina12.

  • 13 Sur les questions religieuses, cf. Torr, pp. 70 sqq. ; Luttrell 1987, pp. 363 sqq. ; Tsirpanlis XII (...)

10En ce qui concerne les questions religieuses13, l’Église latine jouissait évidemment d’une position dominante. Lors de l’installation des Hospitaliers à Rhodes, la moitié des biens de l’Église grecque (dont l’église métropolitaine, devenue la cathédrale catholique Sainte-Marie) passa à l’Eglise latine. L’Église grecque n’en conserva pas moins la jouissance de nombreuses propriétés. Il n’y avait pas dans les îles de gros monastères, mais beaucoup de petites fondations. Les prêtres orthodoxes gardèrent un rôle majeur de notables. L’archevêque latin (dit colossensis) coiffait l’archevêque de Rhodes (grec). Ce dernier, nommé par le grand maître sur une liste présentée par vingt-sept électeurs (quatorze prêtres et treize bourgeois de Rhodes), était confirmé par l’archevêque latin. Tous deux collaboraient dans le choix des prêtres orthodoxes (nommés par le grand maître), les procès criminels du clergé grec ou les affaires matrimoniales des Grecs de la ville. Cet accord définitivement mis au point en 1474 ne satisfaisait qu’à moitié les Grecs, mais au total les relations furent bonnes entre les deux confessions.

Le quartier juif dans les années 1960

Le quartier juif dans les années 1960

La communauté juive était relativement importante sous les Hospitaliers. Elle le demeura sous les Ottomans, qui installèrent à Rhodes des familles juives originaires d’autres provinces de l’Empire.

  • 14 Cf. Luttrell 1992 (VI).
  • 15 Cf. Luttrell 1992 (XIX), p. 140.

11Ainsi, bien que le statut des Grecs fût assurément inférieur, la domination latine ne fut pas écrasante. Une certaine égalité s’installait d’ailleurs lentement. Les mariages mixtes n’étaient pas rares14. Grecs et Latins cohabitaient dans le Bourg. Certaines charges urbaines étaient également réparties entre les deux communautés : ainsi ces quatre bourgeois (deux latins et deux grecs) chargés en 1385 de contrôler les importations de vivres15.

Les juifs et les musulmans

  • 16 Cf. Angel, pp. 12-13; Vatin 1995, p. 32.
  • 17 Cf. Bosio I, p. 386.
  • 18 Cf. Vatin 1995, p. 110.

12La situation des juifs était moins solide. La liberté de culte leur était assurée, et ils disposaient d’une synagogue. Ils avaient leur quartier réservé, à l’est du Bourg, mais participaient à part entière à la vie économique de la ville, se consacrant au commerce et à certains artisanats traditionnels (diamants, tannerie, textiles...)16. Ces juifs indigènes étaient donc bien insérés, comme le prouve la décision, en 1480, de reconstruire leur synagogue détruite lors du siège ottoman qui venait de s’achever : geste destiné à témoigner de leur bonne conduite pendant le siège. Il n’en est pas moins vrai qu’un décret du 24 mai 1483 menaçait de peine de mort tout chrétien qui aurait des relations sexuelles avec Turcs, Mores ou juifs17 et qu’un autre décret, du 9 janvier 1503, ordonna l’expulsion, dans les quarante jours, des juifs de Rhodes et Cos, à moins qu’ils ne se convertissent. Les mineurs devaient être baptisés d’office. Il n’est pas certain que cette décision ait été totalement appliquée, mais elle dénote un état d’esprit. Cette période voit d’ailleurs à Rhodes un afflux considérable de captifs juifs, malheureux pris alors qu’ils fuyaient d’Occident vers les territoires mamlouks ou ottomans18.

  • 19 Cf. Georges Lengherand, Voyage de Georges Lengherand, mayeur de Mons en Haynaut, à Venise, Rome, Jé (...)

13Il semble y avoir eu à Rhodes une petite communauté de musulmans, dont la présence choqua le pèlerin Lengherand en 148519, et de nombreux négociants ottomans fréquentaient la place. Mais les musulmans constituaient un corps étranger. C’étaient les communautés grecque, latine, juive et chrétienne d’Orient qui, chacune à sa place, formaient la société rhodienne. Leurs membres se côtoyaient, trafiquaient ou travaillaient le cas échéant ensemble. Les mesures de reconstruction prises en 1480 montrent que l’ordre chercha, avec un certain succès, à unir ces différentes communautés dans un sentiment « patriotique » commun d’appartenance à la Rhodes des Hospitaliers. Sous la domination de ceux-ci en tout cas, la paix sociale régna à peu près dans le Dodécanèse.

Les esclaves

  • 20 Sur l’esclavage à Rhodes, cf. Luttrell 1982 (VI) ; Vatin 1995, pp. 33-34 et 106 sqq.

14Cette vision un peu irénique ne doit pas cependant faire oublier une dernière population, nettement moins favorisée : celle des esclaves20. Ils furent souvent grecs, et même rhodiens (les statuts du xive siècle interdisent alors leur exportation). Mais après 1380, les noms grecs non rhodiens disparaissent des actes d’affranchissement, remplacés par des noms russes, arméniens ou bulgares, selon une tendance qui n’est pas propre à Rhodes. Il y avait également des esclaves turcs, produits du commerce ou de la piraterie. Dans les premiers temps, les Hospitaliers massacraient tous les prisonniers faits lors de combats sur mer. Cette pratique cependant n’est plus attestée après le milieu du xve siècle. Comme on l’a dit, Rhodes fut dès le début de l’installation de l’ordre un actif marché aux esclaves. Dans les premiers temps, beaucoup étaient réexportés. Cela cessa d’être le cas par la suite. Bien des captifs n’étaient retenus que dans l’attente d’une rançon. En outre, l’économie rhodienne était servile : il n’y avait pas d’esclaves de plantation, mais certains travaillaient dans les casait ; d’autres étaient au service de l’ordre ou du grand maître, ou encore domestiques de chevaliers ou d’habitants de Rhodes ; d’autres enfin se plaçaient sur le marché du travail et versaient une rente à leurs propriétaires. Beaucoup semblent avoir joui d’une certaine liberté de mouvement ; mais les plus mal lotis travaillaient, à la fin du xve et au début du xvie siècle, comme manœuvres et terrassiers aux fortifications de la ville, et devaient parfois ramer sur les galères de l’ordre. Le grand maître Villiers de l’Isle-Adam dénombrait un total de 3 000 esclaves en 1522.

Une société unie lors du siège de 1480

Une société unie lors du siège de 1480

Sous la direction du grand maître Pierre d’Aubusson, les femmes apportent des pierres et des bûches pour colmater les brèches faites par la canonnade ennemie.

(Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 68v°)

« L’amiral fondateur et constructeur de l’hôpital hiérosolomitain »

« L’amiral fondateur et constructeur de l’hôpital hiérosolomitain »

Cette mention permet de conclure qu’il s’agit ici de l’hospice Sainte-Catherine, réservé au logement des pèlerins de marque, fondé à la fin du xive siècle par l’amiral Domenico d’Allemagna. Il continua à dépendre des amiraux, chefs de la langue d’Italie.

(Caoursin, Stabilimenta militum hierosolymitanum, Ulm, 1496, B7 v°)

Une économie prospère21

  • 21 La présentation qui suit a pour principales sources : Pegolotti, pp. 102-105 ; Heyd ; Ashtor ; Zaeh (...)
  • 22 Cf. Gabriel 1, pp. 113 sq.

15L’installation des Hospitaliers à Rhodes eut des effets économiques certains. Leur présence était un facteur de prospérité pour les producteurs et artisans locaux : l’ordre lui-même et les quelques centaines de chevaliers vivant dans le Dodécanèse étaient des consommateurs et des employeurs, qui enrichissaient les indigènes avec l’argent venant d’Occident. Il faut souligner en particulier leur activité de bâtisseurs : immeubles officiels, églises et, surtout, fortifications exigèrent d’importantes dépenses et de nombreuses heures de travail. Or si le terrassement incombait souvent à la main-d’œuvre servile, maçons et tailleurs de pierre étaient des ouvriers rhodiens22. D’autre part, la sécurité assurée par les Hospitaliers favorisa le développement du commerce et de l’agriculture. Sur ce point, rappelons les efforts faits par l’ordre pour remettre en culture des territoires qu’il avait trouvés désertés.

Productions locales et importations

16De fait, les productions locales n’étaient pas négligeables. Les îles (principalement Rhodes, Cos et Leros) produisaient un peu de blé, et surtout des fruits : raisin et vin, figues (celles de Halki et Nissiros étaient renommées), olives (et huile), amandes, sésame... On récoltait du soufre à Nissiros et l’on fabriquait à Rhodes du sucre, du savon et des textiles. Enfin il faut citer le bois, le corail et le produit de la pêche. Cependant, bien que, outre le corail ou le savon, sucre, fruits secs et miel fussent des produits d’exportation, Rhodes était loin d’être autosuffisante.

17Il s’agit là d’un phénomène structurel, qu’on continue à constater sous les Ottomans, mais la présence des Hospitaliers en accentuait l’importance. Non seulement ceux-ci et tous ceux qui les accompagnaient étaient autant de bouches supplémentaires à nourrir, mais encore les besoins étaient augmentés par des soucis stratégiques. En effet, la force de la position de l’ordre résidait principalement dans sa capacité à soutenir de longs sièges. Ceci supposait d’importants stocks de grains, de comestibles et de vin, sans parler des armes et munitions. Tels étaient précisément les principaux articles importés à Rhodes.

  • 23 Cf. Valentini, p. 149.
  • 24 D’après Butler, p. 342.

18Les grains avaient diverses origines. Jusqu’à la fermeture de la mer Noire par Mehmed II au milieu du xve siècle, il en vint de la région de Tana-Azov23. Dès le début, on en importa également d’Asie Mineure, ainsi que de l’Égypte mamlouke, encore que le blé égyptien perde de son importance pour Rhodes à la fin du xve siècle. Une provenance très importante aux xve-xvie siècles est la Grèce ottomane, entre Salonique et Athènes. Enfin il faut citer la Crète, Chypre et, surtout, l’Italie méridionale. Les légumes secs provenaient également d’Italie, de Sicile ou des territoires ottomans. Viandes et poissons salés étaient achetés en Italie, à Istanbul ou en Égypte. Enfin, bien que Rhodes semble avoir exporté du vin au xive siècle, ses besoins étaient très supérieurs à sa production au xve siècle, et tel demeura le cas sous les Ottomans. Sous les Hospitaliers, on en faisait venir de Sicile, d’Italie, de Chypre et de Crète. Notons au passage que si ces produits étaient le plus souvent honorablement acquis, la course/piraterie était aussi un moyen d’approvisionnement. En ce qui concerne les produits stratégiques, le bois destiné aux chantiers navals venait de la région (Rhodes, Samos, Anatolie), mais également de Crète et d’Italie. De même, armes et métaux provenaient d’Occident : de Venise en particulier, mais aussi de Florence ou de Milan. Quant aux canons, quoiqu’il y eût une fonderie à Rhodes24, ceux que l’ordre utilisait au xvie siècle avaient été fondus surtout en France et à Venise.

L’escale et le marché de Rhodes : une place internationale

19L’activité économique de Rhodes ne se bornait pas à ces achats. Rappelons d’abord que la course alimentait un marché vivant, où l’on trouvait des esclaves, mais aussi les différentes marchandises faisant l’objet du commerce maritime. Surtout, situé sur les grandes routes commerciales liant l’Occident au Levant ou l’Égypte à Istanbul, le port participait au commerce international, et d’abord comme escale : Génois, Français, Catalans, Ragusains et également (malgré leurs médiocres relations politiques avec l’ordre) Vénitiens y transitaient. Les pèlerins allant en Terre Sainte, en général sur des bateaux vénitiens, faisaient étape à Rhodes. Les capitaines pouvaient s’y approvisionner en vivres et en eau douce, ou y faire calfater et radouber leurs vaisseaux.

  • 25 Cf. Luttrell 1992 (X), p. 191.
  • 26 Cf. Jacques Le Saige, Voyage de Douai à Rome, N.-D. de Lorette, Venise, Jérusalem et autres saincts (...)
  • 27 Cf. G. Lengherrand, op. cit., p. 105.

20Ce n’est qu’à la fin du xive siècle que l’ordre commença réellement à s’intéresser aux pèlerins. L’hospice Sainte-Catherine fut fondé à leur intention en 1391, et un accord avec les Mamlouks (d’ailleurs jamais appliqué) prévoyait que les chevaliers auraient un consul à Jérusalem et contrôleraient les Lieux Saints25. En fait, les installations rhodiennes semblent avoir été insuffisantes quand Jacques Le Saige fit son pèlerinage en 1518 : « Allasmes pour souper, écrit-il ; mais nous ne trouvasmes que mengier, et nous fallut passer de menthe viande que le disner. Apres vinsmes a nostre logis pour estre mieulx couchies que la nuict devant. Mais ce fut tout ung, et sur ung matra, et sestoit le meilleur logis de la ville. Se deliberasmes que le lendemain yriesmes couchier sur nos coffre en nostre nave26. » Les pèlerins apportaient un véritable revenu touristique : non seulement ils devaient se nourrir (et Le Saige trouva tout bien cher, les fruits mis à part), mais ils faisaient du « lèche-vitrine ». Même s’ils ne se laissaient pas tenter — comme Le Saige — par une belle pièce de camelot, ils ramenaient sans doute souvent un chapelet en buis de Kalimnos, véritable « article de Rhodes » fabriqué à leur intention. On pouvait aussi acheter un cierge pour Notre-Dame de Filerme. Enfin la ville offrait d’autres tentations, aux marins sinon aux pèlerins : les archives de l’ordre confirment sur ce point le rapport de Georges Lengherrand, qui écrivait « en icelle y a beaucoup de belles femmes et fort gentes en leurs habillemens, et sont femmes de très beau taint ; et tiens qu’il y en a largement qui vendent amour en détail27 ».

Pierre d’Aubusson surveille les travaux sur les murailles

Pierre d’Aubusson surveille les travaux sur les murailles

Au premier plan, le grand maître s’entretient avec les corps de métier, tandis qu’à l’arrière-plan les maçons s’activent à renforcer les murailles.

(Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 9v°)

Calfatage dans le port de Rhodes

Calfatage dans le port de Rhodes

L’ordre commandait ses grandes nefs en Occident. Néanmoins, les métiers de la construction navale n’étaient pas inconnus à Rhodes. Des ouvriers travaillent ici dans le bassin du Mandraki au calfatage d’un vaisseau rond.

(Breydenbach, Sanctarum Peregrinationum (...) opusculum, Mayence, 1486)

  • 28 Sur ce produit, cf. Heyd II, pp. 575-580.

21Mais Rhodes était plus qu’une étape, comme le montre l’abondance des produits qu’on y négociait : dans la première moitié du xive siècle, Pegolotti mentionne le poivre, les épices, la cire, le liquidambar, le caviar, l’huile, le safran, les textiles, la viande et le poisson... Beaucoup de ces produits, destinés à être réexportés vers l’Occident, provenaient d’Égypte ou d’Anatolie : épices, liquidambar, caviar, auxquels on peut ajouter les parfums, le baume d’Égypte28, les soieries, certaines toiles et les tapis. Inversement, draps et étoffes de laine d’Occident étaient bientôt revendus à des sujets mamlouks ou ottomans. Il semble que cela ait été le cas aussi de marchandises comme l’étain ou le vert-de-gris transportés de Rhodes vers l’Égypte au xvie siècle. Certains produits anatoliens à destination de l’Égypte (bois, fruits secs, liquidambar...) transitaient aussi par Rhodes.

22Il n’est pas étonnant que la place de Rhodes soit devenue un marché international. Situé à proximité des débouchés turcs et égyptiens, son port était une base excellente pour des négociants occidentaux préférant, pour commercer avec les musulmans, s’installer dans une ville sûre sous domination chrétienne. Les marchandises pouvaient y changer de main : ainsi, en cas de différend entre Mamlouks et Catalans, les cargaisons de ces derniers pouvaient être vendues en Égypte par des Vénitiens ! Rhodes était particulièrement utile pour ceux qui ne disposaient pas de colonies dans la région : citons les marchands de Marseille, Montpellier, Narbonne ou Florence. Les Catalans, dont la présence ne devint importante que dans les années 1380 et déclina fortement à partir du milieu du xve siècle, furent un temps extrêmement actifs à Rhodes. Les Génois y furent toujours très présents. Plus discrets, les Vénitiens ne négligèrent cependant pas la place.

Lèche-vitrine à Rhodes en 1518
« Nous allâmes par toute la ville pour voir qu’on y faisait, auprès du Château et aussi de la porte tenant la mer et y a plusieurs gens faisant paternostres [chapelets] de bois d’aloes et sont chères ; car on en avait bien six à Saint-Claude pour un drola. Toutes choses sont chères audit Rhodes comme façon d’argenterie, et sont plus d’orfèvres deux fois que dedans Douai, toutefois la ville n’est point plus grande que Béthune ou Orchies ; [...] bonnets, chapeaux, cire, épicerie, pignes, draps, poules, poissons, toutes esdites choses y sont chères et aussi était le vin. Mais figues, raisins et grenades y sont bon marché, les camelots [étoffes de laine] y sont bon marché.
Le mardi douzième d’octobre, il y eut un de nos pèlerins étant de Savoie me pria de lui aider à acheter deux ou trois camelots ; et allâmes en deux ou trois boutiques ; mais nous nous arrêtâmes sur un touquet, assez près de où demeurent les orfèvres, et là en ladite maison achetai six pièces de camelot tesnet lesquels eus à bon marché, car je n’en payai des six que huit écus et demi au soleil, dont ledit pèlerin avec qui j’étais en prit pour lui faire une robe et une pour sa femme. Et je vous promets quand je vins à Paris refusai autant de l’un des miens que les deux m’avaient coûté audit touquet de Rhodes. »
(J. Le Saige, Voyage de Douai à Rome, N.-D. de Lorette, Venise, Jérusalem et autres saincts lieux, H.-R. Duthilloeul éd., Douai, 1851, p. 156)

Façade de l’hospice Sainte-Catherine

Façade de l’hospice Sainte-Catherine

La façade, sur la partie droite du dessin, est de type courant : ouvertures en arc brisé au rez-de-chaussée (magasins), fenêtres rectangulaires à l’étage. Pour tout décor, un bandeau et des chambranles moulurés, ainsi que le blason du fondateur, l’amiral Domenico d’Allemagna, qui ne fut posé qu’au xvie siècle, lorsque l’édifice fut construit.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 105)

Notre-Dame de Filerme

Notre-Dame de Filerme

L’église date des xive-xve siècles. C’était un lieu de pèlerinage important, où l’on allait volontiers déposer un cierge pour la « belle dame ».

  • 29 Cf. Ashtor, p. 376; Vatin 1995, p. 372.

23Les Florentins négociaient à Rhodes, et y acquirent des biens immobiliers, mais ils furent surtout des banquiers. Dès les premiers temps, les Peruzzi, les Bardi, les Acciaiuogli et un peu plus tard les Alberti furent les banquiers de l’ordre, à qui ils prêtèrent des sommes considérables. La banqueroute des Acciaiuogli et des Peruzzi en 1343, puis celle des Bardi en 1346, coûtèrent 360 000 florins aux Hospitaliers. Beaucoup d’agents florentins passèrent alors au service de l’ordre. Par la suite, les Florentins ne prêtèrent plus d’argent, mais continuèrent à assurer d’importants transferts de fonds entre l’Occident et Rhodes. À son niveau, celle-ci était une place financière, et elle le demeura quelques années après le départ des Hospitaliers en 152229.

  • 30 Cf. Luttrell 1987, p. 359.
  • 31 Cf. Vatin 1995, pp. 68, 74.

24Les chrétiens n’étaient pas les seuls à fréquenter les ports du Dodécanèse : la relative sécurité des eaux de l’archipel et l’existence même du marché qu’on vient de décrire expliquent que des marchands turcs se soient risqués à passer le bras de mer séparant le continent de Rhodes. On en a des attestations dès la fin du xive siècle30, et elles se multiplient au xvie siècle31.

Le commerce rhodien à l’étranger

  • 32 Cf. Zaehariadou, p. 11.
  • 33 Sur les va-et-vient entre Rhodes et le continent au xvie siècle, cf. Vatin 1995, pp. 287 sqq.
  • 34 Cf. Ashtor, p. 128.

25Les marchands étrangers, génois et catalans en particulier, mais aussi français, napolitains ou gaëtains. contribuèrent beaucoup à l’exportation vers l’Égypte de produits du Dodécanèse. De leur côté, les Rhodiens (latins ou grecs) se risquaient aussi hors de leur île. Ils embarquaient sur des bateaux étrangers ; il existait également une flotte de commerce rhodienne, à Rhodes même et à Lindos. On a surtout des attestations de leur trafic en Syrie-Égypte. On sait qu’ils avaient un consul à Alexandrie, mais ils fréquentèrent également les ports de Damiette et de Burulos. Ils y vendaient des produits rhodiens ou venant d’Anatolie et en rapportaient surtout du blé, des vivres ou de l’argent. Ils visitaient également Chypre et la Crète. Au xvie siècle, on voit se multiplier des départs pour l’Occident, dont on ramenait des métaux et des vivres. Enfin il faut souligner la présence des négociants rhodiens sur le territoire des émirats turcs (dès les premières années du xive siècle32) puis de l’Empire ottoman. Ils y vendaient notamment des draps. Dans les années 1480-1522, les destinations citées par les archives de l’ordre sont Istanbul, Salonique, Gallipoli et la zone de l’Eubée et de la Turquie d’Europe, ainsi que Finike et Fethiye : ces noms suggèrent pour une part la recherche de blés. Cependant le continent proche, représenté par les deux derniers sites évoqués, devait être visité bien plus encore que les sources ne nous le disent. On rencontrait souvent des ressortissants rhodiens dans les ports turcs de Marmaris et Fethiye, et de leur côté les marchands ottomans fréquentaient volontiers le château Saint-Pierre33. Les produits achetés sur ces marchés anatoliens, qui devaient être en grande partie réexportés vers l’Égypte ou l’Occident, ont déjà été nommés. Une mention spéciale doit néanmoins être faite du bois. L’Égypte en manquait cruellement et en importait beaucoup, en particulier d’Anatolie. Auparavant, les Génois avaient été les principaux fournisseurs de l’Égypte dans ce domaine34. Or aux xve-xvie siècles, les Rhodiens prirent une place prépondérante dans le commerce de la poix et du bois, profitant de leur situation géographique à la frontière des empires ottoman et mamlouk et de leur domination navale sur les eaux du Dodécanèse. Ils allaient couper le bois à Samos ou en Asie Mineure, mais en achetaient également aux Turcs d’Anatolie, qui venaient parfois vendre leurs coupes à Rhodes. Il venait aussi du bois d’Europe. Dans la mesure où le bois pouvait servir à la construction d’une flotte militaire, il constituait une matière stratégique, qu’il était en principe interdit de vendre aux musulmans. Aussi l’ordre jouissait-il, dans les années 1480-1522, de dispenses du Saint-Siège. Il contrôlait d’ailleurs ce trafic de près : les bateaux chargés de bois devaient repasser par Rhodes avant d’être autorisés à gagner l’Égypte. En outre le revenu de la vente devait revenir à Rhodes, de préférence sous forme de blé ou de vivres.

« Vue du port des bateaux à Rhodes »

« Vue du port des bateaux à Rhodes »

« Les Turcs conservent encore, sous une des portes de Rhodes, une mâchoire du prétendu dragon tué par Dieudonné de Gozon. Elle m’a paru être celle d’un requin. » D’après la légende, un dragon avait l’habitude de dévorer de jeunes paysannes. Tel un nouveau saint Georges, D. de Gozon, bravant les interdits du grand maître, tua le dragon, et devint à son tour grand maître de 1346 à 1353.

(Choiseul-Gouffier, Voyage pittoresque dans l’Empire ottoman (...), Paris, 1783, pl. 61, p. 106)

Rôle de l’ordre dans l’économie rhodienne

  • 35 Cf. le célèbre accord de 1356 avec les marchands de Narbonne (Heyd I, p. 526 sq.), mais les Vénitie (...)
  • 36 Cf. Torr, pp. 53-54.

26L’économie rhodienne, et en particulier le commerce, lurent donc favorisés par la présence de l’ordre. Celui-ci y trouvait d’ailleurs son intérêt, par les taxes qu’il percevait, mais aussi parce que seule la prospérité de ses territoires lui permettait d’y assurer un peuplement suffisant pour qu’il pût lui-même s’y maintenir. Aussi les Hospitaliers favorisèrent-ils ces activités, négociant des traités commerciaux avec les puissances musulmanes et attirant les marchands occidentaux à qui ils offraient des facilités (droit d’avoir un consul, un entrepôt, de faire entrer certaines marchandises en franchise...)35. Bien plus, l’ordre proposa au xvie siècle des prêts à faible taux (3,1/3 %) à ses vassaux et mercenaires36, laissa ses membres participer au négoce, et n’hésita pas, à la fin du xve et au xvie siècle, à mettre sa grande nef au service des négociants. Ainsi, si Rhodes fut une place non négligeable du commerce en Méditerranée orientale, et si une certaine prospérité régna dans le Dodécanèse entre 1310 et 1522, les Hospitaliers y furent certainement pour beaucoup.

Vie culturelle et artistique37

La culture à Rhodes sous les chevaliers

27Rhodes était surtout une ville de militaires et de marchands. La présence des Hospitaliers n’y favorisa pas particulièrement la formation d’un centre intellectuel. Eux-mêmes n’avaient guère reçu d’instruction. Au début du xive siècle, ils étaient souvent illettrés. Les statuts précisaient du reste que le chancelier devait savoir lire et écrire. Au demeurant, il y avait en Orient des chevaliers cultivés, comme Fra Guglielmo di San Stefano qui, à Chypre, compila les légendes sur l’origine de l’ordre (miracles) et les notices biographiques des grands maîtres. Le grand maître Heredia, à la fin du xive siècle, était un esprit curieux, bibliophile et passionné d’histoire. Au xvie siècle, le chancelier d’Amaral passait pour un fin connaisseur de Pline et tout l’intérêt de Fra Sabba de Castiglione allait aux antiquités qu’il recherchait pour sa protectrice Isabelle d’Este. Par ailleurs, le niveau d’instruction des chevaliers crût avec celui de leur milieu d’origine en Occident. Certains Grecs savaient le latin ; certains Latins (Hospitaliers ou non) apprirent le grec moderne. Mais le grec classique n’était guère pratiqué sur l’île : pour traduire Plutarque en espagnol à la demande du grand maître Heredia, le dominicain catalan (ou aragonais) Nicolas, ancien interprète de Jean V Paléologue à Rome et vicaire de l’archevêque de Rhodes en 1384, dut utiliser une version en grec moderne. Celle-ci n’était pas due à un Rhodien, mais à un certain Dimitri Calodikis de Salonique : les faveurs que ce dernier reçut d’Heredia montrent combien il était précieux. Du reste, la chancellerie du grand maître utilisait le démotique et non la langue classique et quand, en 1510, on voulut engager un professeur pour apprendre le latin et le grec aux jeunes Grecs et Latins de la ville, on fit appel à un Latin, Mattheus Laurus, qui se trouvait à Famagouste. Rhodes ne fut donc pas sous les Hospitaliers un centre intellectuel de premier plan.

  • 38 Cf. Tsirpanlis XIV et XV, pp. 363 sqq.
  • 39 Sur les rares traces subsistant de l’activité intellectuelle de la communauté juive, cf. Angel, pp. (...)

28Cependant, la ville n’ignorait pas tout mouvement culturel. Indépendamment des membres de l’ordre de Saint-Jean, il y avait des étudiants rhodiens en Europe (à Paris ou Padoue, par exemple) et l’on peut citer le nom d’un certain nombre d’érudits occidentaux passés par Rhodes. D’autre part, Z. Tsirpanlis insiste sur l’existence d’une production littéraire grecque. Les acteurs de cette vie intellectuelle étaient des Grecs rhodiens, sans doute, mais aussi de diverses autres origines (Constantinople, Chio, Corfou, la Crète) passant par Rhodes (comme Constantin Lascaris dans les années 1453-1458) ou y exerçant des fonctions comme les métropolites Metrophanès ou Clément. Il y eut même un chevalier français écrivant en grec, du nom de Noël de La Bro38. La conclusion de Tsirpanlis est qu’en matière culturelle, Rhodes tenait une place honorable parmi les villes de l’Orient latin du temps39. Bien entendu, elle ne soutenait pas la comparaison avec les cités d’Occident, et ne saurait être décrite comme un centre humaniste.

  • 40 Claude Guichard, Funérailles et diverses manières d’ensevelir des Rommains, Grecs, & autres nations (...)

29Fra Sabba de Castiglione, déjà nommé, se plaignait amèrement de cette atmosphère, stigmatisant l’incurie qui laissait subir les injures « du vent, de la pluie, de la neige et de la tempête » aux sculptures antiques qui jonchaient le sol de Rhodes, en particulier dans le jardin du grand maître. N’en déduisons pas qu’on se désintéressait totalement des antiquités. Les chevaliers utilisèrent à l’occasion les pièces qui leur plaisaient pour décorer leurs monuments, par exemple au château Saint-Pierre. Fra Sabba écrit lui-même en avril 1507 qu’on rapporte au grand maître des trouvailles faites sur ce même site d’Halicarnasse. Alais s’ils n’étaient pas insensibles à ces vestiges, les Hospitaliers avaient d’autres priorités. Cette attitude apparaît clairement dans le récit de la découverte du mausolée d’Halicarnasse en 1522, tel que le commandeur de La Tourrette le fit à « Monsieur d’Alechamps », source de (Maude Guichard dans la seconde moitié du xvie siècle : ayant besoin de chaux pour fortifier la place, La Tourrette et ses compagnons creusèrent le sol à la recherche de marbre et « trouvèrent une belle grande salle carrée, embellie tout autour de colonnes de marbre, avec leurs bases, chapiteaux, architraves, frises et corniches gravées et taillées en demi-bosse : l’entre-deux des colonnes était revêtu de lastres, listeaux ou plates-bandes de marbre de diverses couleurs ornées de moulures et sculptures conformes au reste de l’œuvre, et rapportés proprement sur le fond blanc de la muraille, où ne se voyait qu’histoires taillées, et toutes batailles à demi-relief. Ce qu’ayant admiré de prime face, et après avoir estimé en leur fantaisie la singularité de l’ouvrage, enfin ils défirent, brisèrent et rompirent, pour s’en servir comme ils avaient fait du demeurant40 ».

Le prince Djem reçu à la table de Pierre d’Aubusson

Le prince Djem reçu à la table de Pierre d’Aubusson

Le texte de Caoursin (voir encadré ci-contre) commente admirablement cette miniature. Au premier plan, le turban sur la tête, on voit l’esclave turc venu chanter au prince un air de son pays.

(Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 186v°)

30En revanche, l’ordre se montra soucieux d’élever le niveau de ses membres et serviteurs dans des domaines pratiques. Le chapitre général de 1461 décréta que les chapelains devraient savoir le chant et le latin. Mais c’est surtout le droit qu’il s’agissait de développer. Il y avait à Rhodes des notaires, scribes et juristes (espagnols, français ou italiens pour la plupart), mais en outre, à partir du milieu du xive siècle, certains Hospitaliers se formèrent de plus en plus au droit canon. Un décret pontifical de 1356 les autorise à l’étudier en Occident, en particulier à Paris, où l’ordre organisa une espèce de centre de formation juridique. Enfin la chancellerie avait ses besoins propres. Si le chancelier, on l’a dit, devait savoir lire et écrire, le vice-chancelier, qui dirigeait effectivement les services, devait être docte. Ce sont en effet ses services qui archivaient les documents, mettaient en forme les statuts et rédigeaient le courrier destiné aux puissants de ce monde.

  • 41 Sur Caoursin, cf. Vatin 1997, pp. 89 sqq.

31Il n’est donc pas étonnant que les activités historiques et littéraires latines proprement rhodiennes se soient surtout développées autour de la chancellerie. Fra Melchior Bandini, déjà chancelier en 1445 et décédé vers 1470, rédigea la première Histoire de l’ordre, malheureusement disparue. Son vice-chancelier Guillaume Caoursin, qui avait étudié le droit à l’université de Paris, usait d’une rhétorique un peu lourde multipliant les références aux classiques. Le discours d’obédience qu’il fit à Rome en 1485 au nom de l’ordre fut très remarqué, et aussitôt publié. Il en alla de même de celui prononcé en 1493 par Marcus Montanus, archevêque latin de Rhodes, son disciple, qui était allé se former à Paris sur ses conseils. Caoursin fut chargé de la refonte des statuts et rédigea une série de mémoires, dont l’objet était à la fois politique et historique. L’ordre prit soin de faire publier, traduire et diffuser ces textes dans toute l’Europe. Sans négliger le niveau de culture de Caoursin, son influence locale, ses intérêts littéraires et son désir de faire œuvre d’historien, il faut donc souligner l’intérêt pratique de son travail, destiné d’abord à la propagande de l’ordre41.

Le grand maître Pierre d’Aubusson reçoit le prince Djem à sa table
« On leur servit toutes sortes de mets, et les assaisonnements dus à l’art des cuisiniers ne manquèrent point. Le barbare admire les mœurs des Latins. Il ne s’installe pas sans gêne, car il n’a pas les jambes repliées à sa manière habituelle. Il goûte d’abord les assaisonnements de l’index et dédaigne ce qui est doux, choisit ce qui est aigre. Tout en mangeant il examine les assistants et, penché sur la table, saisit la nourriture le corps courbé. Il jette fréquemment des coups d’oeil sur le grand maître pour voir comment il mange. Les musiciens ne manquèrent pas pour charmer l’ouïe par l’harmonie de leurs instruments. Entre autres, certain Britannique produisait des sons fort doux en pressant de l’avant-bras des soufflets reliés à quatre flûtes. La voix sonore des chanteurs ajoutait au charme. Mais le barbare, qui n’était pas habitué à un chant si suave, n’éprouva aucun plaisir jusqu’à ce qu’un Turc qui travaillait à la cuisine émît une mélodie avec un instrument barbare : retrouvant alors son intérêt, [Djem] sourit un moment. »
(G. Caoursin, Mémoire sur l’affaire du roi Zizime, in Vatin, 1997, p. 300)

Guillaume Caoursin dans son cabinet de travail

Guillaume Caoursin dans son cabinet de travail

Ses Mémoires et son œuvre historique servaient la propagande de l’ordre en Occident. Ils firent l’objet à l’époque de plusieurs éditions et traductions.

(Caoursin, Opera, Ulm, 1496, H6r°)

Les arts à Rhodes sous les chevaliers

  • 42 Les murailles et les principaux bâtiments de Rhodes sont décrits dans le chapitre intitulé « Les li (...)
  • 43 Cf. Gabriel II, pp. 143-144, 147-156.

32Ce même caractère pratique caractérise le domaine où les Hospitaliers imposèrent le plus fortement leur marque à Rhodes : l’architecture42. Avec l’aide de la main-d’œuvre locale, ils transformèrent la ville en une imposante forteresse qu’ils ne cessèrent de renforcer et de moderniser. En ville, ils importèrent leur style architectural pour bâtir des immeubles d’utilité publique : le Palais, l’Hôpital, de nombreuses églises, les auberges des différentes langues... Comme les édifices civils publics, les maisons privées avaient en commun d’être constituées de magasins s’ouvrant au rez-de-chaussée sur la voie publique, tandis que les appartements étaient disposés à l’étage, auquel on accédait par un escalier le plus souvent extérieur. De façon générale, l’influence occidentale (Espagne, midi de la France) paraît déterminante à Albert Gabriel43. La volonté d’affirmer leur latinité se manifeste clairement chez les Hospitaliers dans les remaniements de Sainte-Marie-du-Château, église byzantine convertie au rite latin, sur laquelle un toit gothique fut rajouté. Néamoins, que ce soit sur les remparts ou dans les bâtiments de la ville, d’un style extrêmement sobre, on sent que les architectes visaient à l’efficacité plus encore qu’au prestige. Les destructions dues au siège de 1480 et aux séismes de 1481 obligèrent à de nombreuses reconstructions, qui furent l’occasion d’introduire une ornementation plus élégante et plus libre.

Caoursin dédie son œuvre historique à Pierre d’Aubusson

Caoursin dédie son œuvre historique à Pierre d’Aubusson

Publiée à Ulm en 1496, l’editio historiarum est présentée au grand maître qui siège sur un trône en tant que souverain, mais le chapelet tenu en main vient rappeler qu’il est aussi un religieux.

(Caoursin, Opera, Ulm, 1496, A1r°)

Caoursin dédie son Mémoire à Pierre d’Aubusson

Caoursin dédie son Mémoire à Pierre d’Aubusson

Vice-chancelier, rédacteur d’une mise à jour de ses statuts, Caoursin avait également rempli de nombreuses missions diplomatiques pour l’ordre.

(Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 3v°)

  • 44 Cf. Rossi 1925-1926.
  • 45 Sur ce qui suit, cf. principalement Gabriel I, pp. 91 sqq.
  • 46 Cf. Gabriel I, p. 92.

33La présence des Hospitaliers favorisa également la sculpture. Sculpture sur bois des portes de l’Hôpital, par exemple, mais surtout sculpture sur marbre. On peut citer les dalles funéraires de chevaliers ou de bourgeois44, et surtout les blasons qui couvrent les façades de la ville et les murailles45. C’était en effet la coutume que le responsable d’une construction ou d’une rénovation y apposât ses armes. À l’origine, les marbres armoriés furent enchâssés sans accompagnement. On fit ensuite des cadres rectangulaires moulurés ou ornés. Sous le magistère de Fluvian (1421-1437) apparaît un motif de cordons entrelacés qui servit aussi beaucoup dans l’architecture civile, et sous Pierre d’Aubusson (1476-1503) le motif des rinceaux de feuillages, également très répandu. Les premières figures votives, qui datent de Fluvian, sont l’œuvre de Rhodiens de tradition byzantine. Par la suite, les sculpteurs montrèrent plus d’habileté, mais ils « semblent avoir été, plutôt que des artistes, des artisans suffisamment habiles pour reproduire à plusieurs exemplaires des types traditionnels46 ». Sous Pierre d’Aubusson, les motifs se multiplient, plus variés et richement décorés.

Dessin et plan d’une maison rhodienne par Gabriel

Dessin et plan d’une maison rhodienne par Gabriel

La porte du rez-de-chaussée donne sur un vestibule plafonné où s’ouvre un puits, flanqué de l’escalier à ciel ouvert qui monte à l’étage. Ce dernier est composé d’une seule grande pièce et d’un cabinet.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 122, fig. 84 et 85)

Dessin et plan d’une maison rhodienne par Gabriel

Dessin et plan d’une maison rhodienne par Gabriel

La porte du rez-de-chaussée donne sur un vestibule plafonné où s’ouvre un puits, flanqué de l’escalier à ciel ouvert qui monte à l’étage. Ce dernier est composé d’une seule grande pièce et d’un cabinet.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 122, fig. 84 et 85)

34Le dernier demi-siècle hospitalier semble en effet avoir favorisé les arts à Rhodes. L’échec du siège ottoman en 1480, les avantages procurés par la possession de Djem, la faveur regagnée de l’ordre en Occident donnèrent-ils un nouveau goût de vivre aux Rhodiens ? En fait, le mouvement avait déjà commencé, mais on voit dans ces années se multiplier, après le siège et les tremblements de terre, des constructions plus ornées, à l’époque où fleurit la rhétorique de Caoursin et où les grands maîtres commandent de riches tapisseries en Flandre et en Artois...

  • 47 Cf. Balducci 1933, p. 39; Gabriel I, pp. 112-113.
  • 48 Cf. Gabriel II, pp. 143 sq.
  • 49 Cf. Schlumberger.
  • 50 Cf. Gabriel I, pp. 66 sq.; Belabre, pp. 91-92.
  • 51 Balducci 1933, pp. 16, 26-27.
  • 52 Cf. Poutiers 1989.

35L’influence occidentale fut considérable. Il ne faut pas cependant négliger les Grecs. On a déjà rappelé que certains Latins apprirent leur langue. Ils appliquèrent leurs techniques byzantines dans les travaux de maçonnerie commandés par les chevaliers47, comme dans les divers artisanats qu’ils continuèrent à pratiquer. Longtemps, ce furent des motifs traditionnels byzantins qui s’imposèrent dans la sculpture ornementale48. Mais dans le domaine artistique, le plus notable est une tradition byzantine de peinture murale, qui se perpétua un certain temps, tout en s’adaptant à la nouvelle société : c’est ainsi que dans la chapelle souterraine de Saint-Georges, auprès du sanctuaire de Notre-Dame de Filerme, des fresques montrent des chevaliers heaumés, cuirassés, l’épée au côté et l’écu posé devant eux, agenouillés et priant aux pieds de leurs saints patrons49. On signale encore des peintures en tout cas antérieures à 1457 dans une petite chapelle située près du port, au niveau de la jonction des murailles externes et internes50, ainsi que dans l’église Sainte-Marie du Bourg51, mais aussi dans des édifices des autres îles du Dodécanèse52.

Plans de Sainte-Marie-du-Château par Gabriel

Plans de Sainte-Marie-du-Château par Gabriel

Église grecque à l’origine, la cathédrale latine de Rhodes fut surélevée au xve siècle, ce qui explique le contraste entre les deux plans (à 1 m. du sol et au niveau de la naissance des voûtes). Lorsque les Ottomans la transformèrent en mosquée, ils placèrent devant la façade un minaret et un portique à trois colonnes.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 170-171, fig. 113 et 114)

Plans de Sainte-Marie-du-Château par Gabriel

Plans de Sainte-Marie-du-Château par Gabriel

Église grecque à l’origine, la cathédrale latine de Rhodes fut surélevée au xve siècle, ce qui explique le contraste entre les deux plans (à 1 m. du sol et au niveau de la naissance des voûtes). Lorsque les Ottomans la transformèrent en mosquée, ils placèrent devant la façade un minaret et un portique à trois colonnes.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 170-171, fig. 113 et 114)

Portes de l’Hôpital

Portes de l’Hôpital

Au sommet de chaque battant, un ange ailé tient un blason où les armes de l’ordre sont écartelées avec celles du grand maître du moment, Aimery d’Amboise (1503-1512). Ces portes, offertes à Louis-Philippe par le sultan Mahmud II, sont conservées au musée de Versailles dans la salle des croisades.

L’exception rhodienne

36Ainsi, que ce soit en matière économique, artistique ou sociale, l’installation des Hospitaliers eut des conséquences considérables à Rhodes, qui constitue un cas particulier en Méditerranée orientale au Moyen Age. L’ordre lui-même, par ses institutions propres, contribuait à créer une atmosphère exceptionnelle dans une ville marquée par son architecture civile, militaire et religieuse. Sa politique, tout en assurant au Dodécanèse une sécurité enviée et un développement économique sans précédent, permit la mise en place d’une société relativement harmonieuse où diverses traditions se mêlaient : sous l’autorité forte mais paternaliste des chevaliers, Grecs, Latins et juifs vécurent deux siècles en bonne intelligence, dans une ville militaire et marchande plus qu’intellectuelle.

Tombeau de Pierre de Corneillan (1354-1355)

Tombeau de Pierre de Corneillan (1354-1355)

Les grands maîtres étaient enterrés dans des sarcophages de pierre et représentés en relief sur la dalle. Un certain nombre de sculptures funéraires rhodiennes sont conservées au musée de Cluny, comme ici, et au musée archéologique d’Istanbul.

Une fresque du xive siècle à Notre-Dame de Filerme

Une fresque du xive siècle à Notre-Dame de Filerme

Portant leur équipement, trois chevaliers agenouillés prient aux pieds de leur saints patrons : saint Michel, sainte Catherine et peut-être saint Norbert. Devant chacun figurent ses armes en écu.

(Copie à l’aquarelle d’A. Salzmann, in Schlumberger, Monuments et mémoires publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Pans, Leroux, 1911, pl. XXII)

Notes

1 On laissera de côté des catégories secondaires (oblats, donnés), qui n’avaient pas leur place à Rhodes.

2 Cf. Vatin 1995, pp. 27-29.

3 Cf. Suriano, Treatise on the Holy Land, Fr. Th. Bellorini et Fr. B. Bagatti éds, Jerusalem, 1949, p. 237.

4 Cf. Ch. L. Tipton, « The 1330 Chapter General of the Knights Hospitallers at Montpellier », in Traditio XXIV (1968), pp. 293-308 (p. 297).

5 Sur les revenus de l’ordre et le fisc à Rhodes, cf. Poutiers 1989, pp. 91-96 et 163-167 ; Luttrell 1992 (XIX). pp. 142 sqq. ; Tsirpanlis VI et XI.

6 Cf. Luttrell 1992 (V), p. 274.

7 Cf. Luttrell 1992 (XIX), p. 142.

8 Ce paragraphe est principalement fondé sur Luttrell 1992 (V, VII et XIX). Les articles de Z.N. Tsirpanlis soulignent la souplesse des Hospitaliers dans leurs relations avec les Grecs, qui purent conserver nombre de coutumes byzantines.

9 « Some kind of a constable » (Luttrell 1992 (VII), p. 319).

10 Cf. Vatin 1995, pp. 29 sq.

11 Cf. Luttrell 1992 (VII), p. 319. 74.

12 Cf. Luttrell 1978 (IV).

13 Sur les questions religieuses, cf. Torr, pp. 70 sqq. ; Luttrell 1987, pp. 363 sqq. ; Tsirpanlis XII et XIII.

14 Cf. Luttrell 1992 (VI).

15 Cf. Luttrell 1992 (XIX), p. 140.

16 Cf. Angel, pp. 12-13; Vatin 1995, p. 32.

17 Cf. Bosio I, p. 386.

18 Cf. Vatin 1995, p. 110.

19 Cf. Georges Lengherand, Voyage de Georges Lengherand, mayeur de Mons en Haynaut, à Venise, Rome, Jérusalem, Mont Sinaï & Le Kayre, Marquis de Godefroy Ménilglaise éd., Mons, 1861, p. 105.

20 Sur l’esclavage à Rhodes, cf. Luttrell 1982 (VI) ; Vatin 1995, pp. 33-34 et 106 sqq.

21 La présentation qui suit a pour principales sources : Pegolotti, pp. 102-105 ; Heyd ; Ashtor ; Zaehariadou, pp. 1 23-173 ; Butler ; Vatin 1995, pp. 38-78 ; Sommi-Picenardi, pp. 131 sqq. ; Torr, pp. 48 sqq. ; Luttrell 1978 (V, VII, VIII, XIII) et 1987.

22 Cf. Gabriel 1, pp. 113 sq.

23 Cf. Valentini, p. 149.

24 D’après Butler, p. 342.

25 Cf. Luttrell 1992 (X), p. 191.

26 Cf. Jacques Le Saige, Voyage de Douai à Rome, N.-D. de Lorette, Venise, Jérusalem et autres saincts lieux, H.R. Duthilloeul éd.. Douai, 1851, p. 155.

27 Cf. G. Lengherrand, op. cit., p. 105.

28 Sur ce produit, cf. Heyd II, pp. 575-580.

29 Cf. Ashtor, p. 376; Vatin 1995, p. 372.

30 Cf. Luttrell 1987, p. 359.

31 Cf. Vatin 1995, pp. 68, 74.

32 Cf. Zaehariadou, p. 11.

33 Sur les va-et-vient entre Rhodes et le continent au xvie siècle, cf. Vatin 1995, pp. 287 sqq.

34 Cf. Ashtor, p. 128.

35 Cf. le célèbre accord de 1356 avec les marchands de Narbonne (Heyd I, p. 526 sq.), mais les Vénitiens eux-mêmes eurent un consul à Rhodes.

36 Cf. Torr, pp. 53-54.

37 Sur ce qui suit, cf. principalement Torr ; Sommi-Picenardi ; Flynn ; Luttrell 1978 (XV XVI, XVII, XX), 1982 (II), 1992 (XVIII) ; Belabre ; Boase ; Tsirpanlis (XIV et XV).

38 Cf. Tsirpanlis XIV et XV, pp. 363 sqq.

39 Sur les rares traces subsistant de l’activité intellectuelle de la communauté juive, cf. Angel, pp. 9 sqq.

40 Claude Guichard, Funérailles et diverses manières d’ensevelir des Rommains, Grecs, & autres nations, tant anciennes que modernes, Lyon, 1581, p. 380.

41 Sur Caoursin, cf. Vatin 1997, pp. 89 sqq.

42 Les murailles et les principaux bâtiments de Rhodes sont décrits dans le chapitre intitulé « Les lieux ». Pour une synthèse sur l’art architectural à Rhodes cf. Gabriel II, pp. 128 sqq.

43 Cf. Gabriel II, pp. 143-144, 147-156.

44 Cf. Rossi 1925-1926.

45 Sur ce qui suit, cf. principalement Gabriel I, pp. 91 sqq.

46 Cf. Gabriel I, p. 92.

47 Cf. Balducci 1933, p. 39; Gabriel I, pp. 112-113.

48 Cf. Gabriel II, pp. 143 sq.

49 Cf. Schlumberger.

50 Cf. Gabriel I, pp. 66 sq.; Belabre, pp. 91-92.

51 Balducci 1933, pp. 16, 26-27.

52 Cf. Poutiers 1989.

Notes de fin

1 Il pourrait s’agir d’un portique voûté, contigu à l’église Saint-Jean, qui prolongeait à l’ouest la rue des chevaliers, cf. Gabriel II, pp. 71 sq.

Table des illustrations

Titre Réception d’un frère
Légende Gravure illustrant la publication par le vice-chancelier Guillaume Caoursin des statuts de l’ordre.
Crédits (Caoursin, Stabilimenta militum hierosolymitanum, Ulm, 1496, C3v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Le chapitre général
Légende Un intervalle de plusieurs années séparait la réunion de ces assemblées qui traitaient de questions financières et administratives ainsi que de la réforme des statuts. À gauche, le grand maître préside. Au premier plan, le vice-chancelier (Caoursin) assure le secrétariat.
Crédits (Caoursin, Stabilimenta militum hierosolymitanum, Ulm, 1496, F2r°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Élection du grand maître
Légende Le grand maître était élu par un système de scrutin différé. On voit ici les électeurs se disposer à déposer leur bulletin dans deux urnes que l’on fait passer devant eux.
Crédits (Caoursin, Stabilimenta militum hierosolymitanum. Ulm, 1496, K4v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Communion dans la douleur : le séisme de 1481
Légende En cette année, Rhodes subit un raz de marée et de graves tremblements de terre, représentés à l’arrière-plan, hors de l’église. Pierre d’Aubusson, reconnaissable à sa barbe, et ses chevaliers se mêlent pour prier à la population rhodienne, unie dans le malheur.
Crédits (Caoursin, Œuvres Ms latins 6067, n° 120v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Le quartier juif dans les années 1960
Légende La communauté juive était relativement importante sous les Hospitaliers. Elle le demeura sous les Ottomans, qui installèrent à Rhodes des familles juives originaires d’autres provinces de l’Empire.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Une société unie lors du siège de 1480
Légende Sous la direction du grand maître Pierre d’Aubusson, les femmes apportent des pierres et des bûches pour colmater les brèches faites par la canonnade ennemie.
Crédits (Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 68v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre « L’amiral fondateur et constructeur de l’hôpital hiérosolomitain »
Légende Cette mention permet de conclure qu’il s’agit ici de l’hospice Sainte-Catherine, réservé au logement des pèlerins de marque, fondé à la fin du xive siècle par l’amiral Domenico d’Allemagna. Il continua à dépendre des amiraux, chefs de la langue d’Italie.
Crédits (Caoursin, Stabilimenta militum hierosolymitanum, Ulm, 1496, B7 v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Pierre d’Aubusson surveille les travaux sur les murailles
Légende Au premier plan, le grand maître s’entretient avec les corps de métier, tandis qu’à l’arrière-plan les maçons s’activent à renforcer les murailles.
Crédits (Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 9v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Calfatage dans le port de Rhodes
Légende L’ordre commandait ses grandes nefs en Occident. Néanmoins, les métiers de la construction navale n’étaient pas inconnus à Rhodes. Des ouvriers travaillent ici dans le bassin du Mandraki au calfatage d’un vaisseau rond.
Crédits (Breydenbach, Sanctarum Peregrinationum (...) opusculum, Mayence, 1486)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Façade de l’hospice Sainte-Catherine
Légende La façade, sur la partie droite du dessin, est de type courant : ouvertures en arc brisé au rez-de-chaussée (magasins), fenêtres rectangulaires à l’étage. Pour tout décor, un bandeau et des chambranles moulurés, ainsi que le blason du fondateur, l’amiral Domenico d’Allemagna, qui ne fut posé qu’au xvie siècle, lorsque l’édifice fut construit.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 105)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Notre-Dame de Filerme
Légende L’église date des xive-xve siècles. C’était un lieu de pèlerinage important, où l’on allait volontiers déposer un cierge pour la « belle dame ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre « Vue du port des bateaux à Rhodes »
Légende « Les Turcs conservent encore, sous une des portes de Rhodes, une mâchoire du prétendu dragon tué par Dieudonné de Gozon. Elle m’a paru être celle d’un requin. » D’après la légende, un dragon avait l’habitude de dévorer de jeunes paysannes. Tel un nouveau saint Georges, D. de Gozon, bravant les interdits du grand maître, tua le dragon, et devint à son tour grand maître de 1346 à 1353.
Crédits (Choiseul-Gouffier, Voyage pittoresque dans l’Empire ottoman (...), Paris, 1783, pl. 61, p. 106)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Le prince Djem reçu à la table de Pierre d’Aubusson
Légende Le texte de Caoursin (voir encadré ci-contre) commente admirablement cette miniature. Au premier plan, le turban sur la tête, on voit l’esclave turc venu chanter au prince un air de son pays.
Crédits (Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 186v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Guillaume Caoursin dans son cabinet de travail
Légende Ses Mémoires et son œuvre historique servaient la propagande de l’ordre en Occident. Ils firent l’objet à l’époque de plusieurs éditions et traductions.
Crédits (Caoursin, Opera, Ulm, 1496, H6r°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Caoursin dédie son œuvre historique à Pierre d’Aubusson
Légende Publiée à Ulm en 1496, l’editio historiarum est présentée au grand maître qui siège sur un trône en tant que souverain, mais le chapelet tenu en main vient rappeler qu’il est aussi un religieux.
Crédits (Caoursin, Opera, Ulm, 1496, A1r°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Caoursin dédie son Mémoire à Pierre d’Aubusson
Légende Vice-chancelier, rédacteur d’une mise à jour de ses statuts, Caoursin avait également rempli de nombreuses missions diplomatiques pour l’ordre.
Crédits (Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 3v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Dessin et plan d’une maison rhodienne par Gabriel
Légende La porte du rez-de-chaussée donne sur un vestibule plafonné où s’ouvre un puits, flanqué de l’escalier à ciel ouvert qui monte à l’étage. Ce dernier est composé d’une seule grande pièce et d’un cabinet.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 122, fig. 84 et 85)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Dessin et plan d’une maison rhodienne par Gabriel
Légende La porte du rez-de-chaussée donne sur un vestibule plafonné où s’ouvre un puits, flanqué de l’escalier à ciel ouvert qui monte à l’étage. Ce dernier est composé d’une seule grande pièce et d’un cabinet.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 122, fig. 84 et 85)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Plans de Sainte-Marie-du-Château par Gabriel
Légende Église grecque à l’origine, la cathédrale latine de Rhodes fut surélevée au xve siècle, ce qui explique le contraste entre les deux plans (à 1 m. du sol et au niveau de la naissance des voûtes). Lorsque les Ottomans la transformèrent en mosquée, ils placèrent devant la façade un minaret et un portique à trois colonnes.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 170-171, fig. 113 et 114)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Plans de Sainte-Marie-du-Château par Gabriel
Légende Église grecque à l’origine, la cathédrale latine de Rhodes fut surélevée au xve siècle, ce qui explique le contraste entre les deux plans (à 1 m. du sol et au niveau de la naissance des voûtes). Lorsque les Ottomans la transformèrent en mosquée, ils placèrent devant la façade un minaret et un portique à trois colonnes.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, vol. II, p. 170-171, fig. 113 et 114)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Portes de l’Hôpital
Légende Au sommet de chaque battant, un ange ailé tient un blason où les armes de l’ordre sont écartelées avec celles du grand maître du moment, Aimery d’Amboise (1503-1512). Ces portes, offertes à Louis-Philippe par le sultan Mahmud II, sont conservées au musée de Versailles dans la salle des croisades.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Tombeau de Pierre de Corneillan (1354-1355)
Légende Les grands maîtres étaient enterrés dans des sarcophages de pierre et représentés en relief sur la dalle. Un certain nombre de sculptures funéraires rhodiennes sont conservées au musée de Cluny, comme ici, et au musée archéologique d’Istanbul.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Une fresque du xive siècle à Notre-Dame de Filerme
Légende Portant leur équipement, trois chevaliers agenouillés prient aux pieds de leur saints patrons : saint Michel, sainte Catherine et peut-être saint Norbert. Devant chacun figurent ses armes en écu.
Crédits (Copie à l’aquarelle d’A. Salzmann, in Schlumberger, Monuments et mémoires publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Pans, Leroux, 1911, pl. XXII)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2574/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 886k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search