Version classiqueVersion mobile

Bâtiment en famille

 | 
Manuela Martini

Remerciements

Texte intégral

1Fruit d’un parcours de recherche binational, ce livre doit beaucoup aux collègues et amis croisés sur le chemin de la mobilité entre la France et l’Italie. Il a aussi largement profité des rencontres, parfois inattendues, au détour d’un colloque, d’un séminaire, d’un atelier dans un horizon géographique et intellectuel qui s’est au fur et à mesure élargi jusqu’à l’autre rive de l’Atlantique. Si d’aucuns sont ici cités, beaucoup ne le sont qu’indirectement, au hasard d’une note ou d’une référence bibliographique. Comment rendre justice en quelques lignes à toutes celles et tous ceux qui ont contribué par leurs conseils, réflexions et soutien, à faire aboutir ce travail ?

2Au début de ce parcours, une bourse Sandro Pertini du ministère des Affaires étrangères auprès du CEDEI de l’Institut culturel italien, a jeté les bases d’une recherche qui n’aurait pas pu être conçue sans l’appui d’Antonio Bechelloni, Marie-Claude Blanc-Chaléard, Pierre Milza et Éric Vial. Les bourses du CNR Consiglio Nazionale delle Ricerche, de la Maison des sciences de l’homme de Paris et de l’École française de Rome m’ont permis ensuite de bâtir un projet qui a été soutenu par un financement Marie Curie du 4e PCRD de la Commission européenne grâce à l’accueil à l’INED par ses directeurs successifs, Patrick Festy et François Heran.

3Maurice Aymard a été sensible dès les débuts aux destins des migrants des montagnes méditerranéennes qui ont attiré très rapidement mon attention, et l’orientation que mon travail a prise lui est redevable sans doute plus que ce qu’il imagine.

4Je suis très reconnaissante à Catherine Omnès qui a su s’intéresser à son tour à ces trajectoires exotiques et m’a accompagnée jusqu’à la soutenance de mon Habilitation à diriger des recherches.

5J’ai reçu des encouragements amicaux, des suggestions éclairantes et des conseils avisés de la part de nombreux collègues et amis que j’ai côtoyés au fil des années : Aurelio Alaimo, Mathieu Arnoux, Dominique Barjot, Anna Bellavitis, Noël Bonneuil, Cristina Borderías, Marco Cattini, Serge Chassagne, Alain Chatriot, Christian Chevandier, Julie Y. Chu, Claude Didry, Laura L. Downs, Isidro Dubert, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson, Gérard Gayot, Vincent Gourdon, Cyril Grange, Nancy Green, André Gueslin, Gilles Guiheux, Ramon Gutiérrez, Nicolas Hatzfeld, Liliane Hilaire-Pérez, Jan Kok, Petia Koleva, Matthias Kipping, Ana L. Lanna, Catherine Lejeune, Yves Lequin, Aurélia Michel, Zacarias Moutoukias, Elise van Nederveen Meerkerk, Gilles Postel-Vinay, Judith Rainhorn, Marlou Schroever, Dominique Vidal, Sylvain Souchaud, Lutz Raphael, Jan Rath, Catherine Rhein, Giorgio Riello, Philippe Rygiel, François-Joseph Ruggiu, Raffaella Sarti, Camille Schmoll, Sylvie Schweitzer, Alessandro Stanziani, Anne Wegener et Denis Woronoff.

6La lecture attentive et généreuse, débordante de leur intelligence et de leur finesse d’analyse, d’un ou plusieurs chapitres de versions précédentes de ce texte de la part d’Isabelle Chabot, Corine Maitte, Claire Lemercier, Marie-Louise Pelus-Kaplan, Didier Terrier et Marie Thébaud-Sorger a été une source de réflexion inappréciable.

7Un remerciement chaleureux pour leur aide précieuse, mêlé de fierté, va également aux anciens étudiants et allocataires moniteurs de Paris-Diderot, et tout particulièrement à Isabelle Bretthauer, Jean-Paul Lallemand, Olivier Leroy, Milena Palibrk et Émilien Ruiz, désormais brillants chercheurs et jeunes collègues.

8Sur mon chemin j’ai eu la chance de rencontrer les enfants d’entrepreneurs qui non seulement ont accepté de me faire part de leurs souvenirs mais m’ont aussi ouvert la porte de leurs archives. Sans la grande disponibilité des familles Cavanna, Taravella, Ponticelli, la base documentaire de cet ouvrage aurait été incomparablement moins riche. Je suis grée tout particulièrement à Serge Cavanna, Michel Taravella, Claude et René Ponticelli, et je regrette profondément que Louis Taravella ne puisse pas lire les remerciements que je lui ai formulés maintes fois de vive voix. À ma collègue Roselyne Ferrari et à sa mère Marie-Françoise, je dois la couverture de ce livre et l’émotion d’avoir pu toucher la sacoche, la caisse et les outils d’un tâcheron maçon hors pair, Alfred Ferrari.

9Aux archives départementales de Paris et de Créteil j’ai rencontré des personnels attentifs et compétents. L’équipe des archives municipales de Nogent-sur-Marne, dirigée par Vincent Villette, a fait preuve d’une disponibilité constante et d’un dévouement hors norme lors du versement des cartons de l’entreprise Cavanna et Taravella déplacement auquel nous avons tous participé, littéralement, corps et âme. Le président, Thierry Taravella, la secrétaire générale, Laurence Taravella, et les membres de l’ASPaPi (Association Parme et Plaisance en France) m’ont gratifiée d’une gentillesse sans faille dans les mois qui ont précédé la publication de ce livre.

10Merci enfin à mes filles Zelda et Martha d’être là où elles sont. Leur curiosité, enthousiasme, esprit d’indépendance m’accompagnent où que je suis depuis leur naissance.

11Ce livre est dédié à mon mari Paul-André, qui a suivi pas à pas, de près ou de loin, cette recherche depuis sa gestation, et aux hommes de ma famille – grands-pères, oncles, père, frère – dont j’ai toujours admiré la maîtrise et la finesse du geste.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search