Version classiqueVersion mobile

Bâtiment en famille

 | 
Manuela Martini

Conclusion

Texte intégral

« Seules des trajectoires d’émigrés intégralement reconstituées peuvent livrer le système complet des déterminations qui, ayant agi avant l'émigration et continué d'agir, sous une forme modifié. durant l’émigration, ont conduit l’émigré au point d’aboutissement actuel. »
Sayad, 1999, p. 9.

1À partir du début du xxe siècle s’amorce une véritable métamorphose de l’entrepreneuriat du bâtiment. Déterminée par l’arrivée en nombre de migrants étrangers, la diversification du monde entrepreneurial est l’un des traits marquant l’histoire de l’industrie de la construction du xxe siècle. Retracer l’histoire de cette diversification nous a amené à suivre les transformations de la petite entreprise et du travail indépendant dans la maçonnerie, le corps de métier le plus peuplé d’étrangers dès le début du siècle.

2À la recherche des conditions qui ont rendu possible d’abord l’intégration de migrants non qualifiés dans des entreprises de production puis leur accès à l’entrepreneuriat, on a rencontré des « tâcherons » capables d’exploiter et de s’auto-exploiter, « durs à la besogne » mais aussi capables de « s’organiser », de trouver des solutions efficaces à des problèmes de coordination du travail. Les ressorts de cette capacité d’organisation sont inintelligibles si l’on ne trace pas leur lien avec les spécialisations professionnelles et les pratiques de mobilité préalables à la migration. Ces « compétences », certes non techniques au sens strict du terme, mais indéniablement professionnelles, créent des ponts entre les mondes de départ, ceux du transit et ceux d’arrivée.

Mobilités et métiers : le travail non qualifié revisité

  • 1 Des études récentes postulent l’entrée de la société contemporaine dans une époque de mobilité gén (...)
  • 2 En 1971, les immigrés représentent 29,3 % des ouvriers qualifiés du BTP. Par ailleurs, plus de la (...)

3Apprendre un métier en migration n’est pas une mince affaire. Toujours évoqué dans les récits migratoires, ce glissement professionnel est souvent présenté comme allant de soi, une transition entraînée par la mobilité entre deux espaces productifs et par les opportunités. Il s’agit pourtant d’un enjeu de premier ordre pour nos sociétés « hypermobiles »1. Le hasard n’est pas pour beaucoup dans ce passage dont il faut chercher les causes dans la rencontre entre les occasions offertes par les lieux d’arrivée et les expériences des migrants et de leurs sociétés d’origine. L’accroissement spectaculaire de la main-d’œuvre du bâtiment en France au xxe siècle a fourni un terrain où ces questions pouvaient être étudiées pour une partie d’abord significative, puis considérable, de travailleurs2. À l’issue de cette enquête, l’importance de l’histoire individuelle et collective des migrants apparaît dans toute son ampleur. Elle donne de la consistance, mais aussi, étonnamment, de la plasticité à ce processus d’acquisition de compétences adaptées qui est au cœur de la trajectoire migratoire. Elle façonne, enfin, plus largement, au-delà des trajectoires individuelles, les pratiques économiques des migrants dans leur milieu professionnel.

  • 3 Il s’agit d’une catégorie utilisée par les entrepreneurs mêmes et plus particulièrement par René P (...)

4Les relations sur les lieux de travail, l’apprentissage, la transmission du métier, mais aussi les manières de fabriquer les produits et les modes d’organisation du travail portent la marque de ce passé du migrant. La main-d’œuvre immigrée, tout comme celle des autochtones, n’est pas une pâte amorphe que l’on peut modeler à loisir. En suivant une piste ouverte par les historiens des techniques et des mondes industriels, notre attention s’est portée sur des migrants qui, partis sans un métier immédiatement utile dans le contexte urbain d’arrivée, ont fini dans leur parcours par recouvrir des responsabilités dans l’activité de production en devenant chefs d’équipe, tâcherons, entrepreneurs. Ces ouvriers migrants qui changent de statut, qui évoluent entre deux mondes géographiques et professionnels, sont apparus d’emblée comme des figures idéalement situées pour étudier les enjeux de ce transfert. Et il paraît important de les saisir non seulement au moment de l’accès à l’indépendance, mais également dans cette dimension éminemment humaine de l’expérience entrepreneuriale qu’est la gestion de la main-d’œuvre3.

  • 4 Gayot, 2008.
  • 5 Germouly et al., 2011, p. 14.

5Que l’on ne s’y trompe pas. Le passé qui finalement semble compter dans les choix des entrepreneurs migrants forme moins un bloc compact que l’on traîne qu’un bagage relativement léger d’expériences dissociables et dans lequel on puise selon les circonstances professionnelles4. Grâce à leur savoir-faire de montagnards dans le travail du bois, Bonfiglio/Bonfils et Lazzaro/Lazare Ponticelli ont pu construire eux-mêmes leurs premières échelles et sans doute élaborer la phrase qui a plus tard alimenté la rhétorique des 90 ans de l’entreprise de montage et levage de cheminées qu’ils avaient fondée en 1921 : « Nos échelles sont les plus hautes et les plus solides de Paris, et avec elles nous grimperons au-delà de nos rêves »5. D’autres, moins chanceux dans leur parcours entrepreneurial, ont mis à profit leur maîtrise de l’excavation et du déblayage de la terre pour se faire embaucher comme tâcherons terrassiers en fin de carrière. Plus ce bagage est riche d’expériences variées, plus il est mobilisable et peut ressortir ailleurs, loin du passé. Ainsi, on a pu observer jusqu’à quel point la capacité d’adaptation à des nouveaux métiers, héritée du passé, est l’un des piliers, avec la capacité d’organiser le travail d’une équipe, de l’accès à l’indépendance dans un secteur comme le bâtiment où les barrières d’entrée et les capitaux nécessaires de départ sont relativement modestes.

6Mais puiser dans le passé ne suffit pas, il faut aussi savoir en sortir et parvenir à se situer dans un espace d’échanges avec la société d’arrivée pour pouvoir s’y inscrire durablement. Clients, fournisseurs, sous-traitants obéissent à des injonctions sociales et économiques qui leur sont propres et auxquelles les entrepreneurs migrants doivent s’adapter. D’ailleurs, leurs interlocuteurs peuvent être eux-mêmes des migrants. La société française d’arrivée est loin d’être homogène tant au début qu’à la fin du xxe siècle. Dans le bâtiment, les travailleurs transalpins, majoritaires au moins jusqu’au milieu des années 1960, ont cohabité au début du siècle avec des migrants de l’intérieur à leur tour issus de différentes filières migratoires, dont les limousines et les auvergnates sont sans doute les plus actives.

7Le mot clé, de ce point de vue, est coexistence. Aiguillée par les observations des enquêteurs sociaux du début du siècle, qui décrivaient le paysage humain du bâtiment en termes régionaux plus que nationaux, nous avons étudié simultanément les flux migratoires provinciaux et transalpins. En même temps, on n’a pas négligé les contacts et les échanges entre ces populations migrantes dominantes dans le bâtiment et d’autres populations migrantes, surtout maghrébines et portugaises, dont les flux se sont sensiblement densifiés à partir des années 1960. Bien que peu nombreuse pendant toute la première moitié du xxe siècle, leur présence diversifie l’univers du bâtiment banlieusard et crée des nouvelles hiérarchies en son sein. Elle annonce des nouvelles cohabitations, des relations de transmission du métier, de coopération ou de concurrence entre les migrants qui ont auparavant caractérisé les rapports entre migrants provinciaux et internationaux, de manière différente, mais en réponse à des questions similaires. La succession des flux de travailleurs migrants ne s’est pas faite instantanément, mais par des phases de coexistence que ce travail s’est attaché à reconstituer.

8En suivant pas à pas la mutation de la composition de la main-d’œuvre du bâtiment, il a été possible d’observer comment le bâtiment des Trente Glorieuses s’est transformé dans la branche où la part de la main-d’œuvre immigrée était la plus imposante au sein du monde industriel. Avec un tiers des emplois occupés par des étrangers, ce processus a culminé à la fin des années 1970, moment de rupture économique et sociale qui constitue le point d’arrivée de cette étude. Cette présence massive fait que les étrangers ne sont une composante marginale dans aucune des catégories socio-professionnelles de la branche tout au long du xxe siècle. Comme pour l’étude de l’acquisition d’un nouveau métier par des migrants non qualifiés, le bâtiment s’est largement confirmé comme un secteur clé pour l’étude de l’accès à l’entrepreneuriat des migrants.

Travailleurs à la tâche, entrepreneurs et intermédiaires

  • 6 Pour des considérations semblables sur le monde de la boutique, voir Zalc, 2010.

9Si apprendre un nouveau métier demande beaucoup d’abnégation et de capacités d’adaptation, l’exercer en se mettant à son compte n’est pas une tâche moins difficile. Dans la masse des migrations contemporaines, le travail indépendant concerne une partie seulement des étrangers6. Des dizaines de milliers d’immigrés ont pourtant connu un temps, plus ou moins durable, cette expérience dans les différents corps de métier du bâtiment dans la France du xxe siècle. Ils ont laissé des traces significatives dès le début du siècle dans les statistiques industrielles et les recensements de la population, qui les ont saisis en tant qu’ouvriers mais aussi en tant que travailleurs indépendants ou chefs d’entreprise. Parmi les corps de métier du bâtiment, la maçonnerie est non seulement le plus important de la branche en termes d’effectifs, mais est également celui où les étrangers sont les plus nombreux. Dès le début du siècle suivant, ils sont également bien représentés parmi les indépendants travaillant individuellement, dits alors « isolés », ou parmi les « chefs d’établissement ». On a pu ainsi suivre cette transformation, historiquement bien définie, marquant le passage d’une présence occasionnelle, qui laisse le profil de l’entrepreneuriat de la construction inchangé, à une présence persistante qui en modifie la physionomie sociale.

  • 7 Demartini, 2005, p. 86-87 et Lyon-Caen, 2004, p. 303-331.
  • 8 Recensement 1926, p. 382.

10Car en parallèle, dans les statistiques comme dans les récits des enquêteurs sociaux, les maçons italiens commencent à se distinguer et à occuper la position centrale qu’ils ne quitteront plus pendant une bonne cinquantaine d’années. Parmi les étrangers, ils sont de loin les plus nombreux et les plus visibles. Le maçon italien n’est pas seulement un type national d’une littérature pittoresque des métiers projetant ses figures folkloriques jusqu’au xxe siècle7. Le stéréotype a un fondement numérique, renforcé de surcroît par le poids quantitatif de la figure toute récente du « patron italien » de la maçonnerie. À Paris et en banlieue parisienne, non seulement un maçon sur 10 est italien, mais un indépendant sur 20 l’est également en 19268.

11En suivant à la trace un groupe de ces indépendants de la maçonnerie dans leurs parcours professionnels jusque dans les espaces banlieusards de la métropole parisienne où ils se sont installés et ont monté leurs affaires, on a pu ainsi observer, en même temps que la concentration d’indépendants de la même origine, la convergence des parcours autour d’une modalité productive spécifique, celle du travail à la tâche. Une retombée inattendue de cette étude a ainsi été de cerner une figure professionnelle à l’articulation entre filières migratoires, maîtrise du métier et accès à l’indépendance : le travailleur à forfait ou « tâcheron » selon le vocabulaire de l’époque.

  • 9 Mottez, 1966.

12Dans certaines branches, les particularités du système productif et le choix délibéré des entrepreneurs donneurs d’ordres ont traditionnellement donné une place importante au travail à la tâche ou à la pièce9. Contrairement à ce que les sociologues du travail des années 1950 et 1960 avaient cru observer, ces formes de rémunération forfaitaires persistent au moment même où ils en décrètent la disparition. Le tâcheronnat n’est pas un phénomène révolu au xxe siècle dans le bâtiment, et ce malgré l’indéniable affirmation du salariat en son sein pendant les Trente Glorieuses. Comme cela a été par ailleurs le cas dans la confection, les différents corps de métier du bâtiment utilisent même à l’époque, et dans des proportions significatives, cette pratique qui va de l’allocation en sous-traitance d’une partie de la construction d’un immeuble à la fabrication d’une partie seulement, qu’il s’agisse d’un escalier ou tout simplement du carrelage, de celui-ci. Dans les contextes de croissance et de pénurie de main-d’œuvre qui ont suivi les deux guerres mondiales tout comme, pour des raisons opposées visant à réduire les coûts de production, dans celui de la crise des années 1930, cette double concentration de migrants et de tâcherons a été la marque, dans le bassin parisien, de la physionomie sociale des chantiers.

13Au niveau du territoire, cette modification du tissu entrepreneurial de la maçonnerie dans un espace banlieusard relativement vierge au début du siècle, a pris les dimensions d’une colonisation durable. La banlieue parisienne, dans cette perspective, a été retenue moins en tant qu’espace géographique que pour son statut de territoire migratoire, lieu de convergence de la circulation de flux et de trajectoires professionnels. La concentration de migrants provinciaux et italiens dans l’Est parisien nous a amenée à étudier en profondeur le territoire de Nogent-sur-Marne, en comparaison avec les communes limitrophes de Champigny-sur-Marne et du Perreux, afin de saisir l’extension effective de l’entrepreneuriat migrant au sein de l’entrepreneuriat local. À travers les patentes et les listes nominatives des recensements, il a été possible d’étudier tout d’abord la construction de ce tissu entrepreneurial. D’emblée, il est apparu pulvérisé : une minorité de petites voire de toutes petites entreprises ont coexisté avec les moyennes, mais aussi avec des grandes firmes capables d’ouvrir des chantiers d’une certaine importance dans les municipalités d’une banlieue en pleine expansion urbaine. Les composantes de cet entrepreneuriat, ensuite, ont été réparties selon une hiérarchie déterminée par les droits acquittés et par le statut des indépendants. Dans ces registres, les patentés étaient classés en trois catégories : « entrepreneurs », « maîtres maçons » et « maçons à façon ». La répartition interne au groupe des indépendants, codifiée par les catégories administratives, a fourni une grille de lecture qui, tout en étant issue du vocabulaire de l’époque et ayant été connue, voire subie, par les acteurs, permettait de coupler cette tripartition avec un questionnement sur les origines – locale, provinciale ou internationale – des patentés.

  • 10 Pour une analyse de l’activité des grandes entreprises de travaux publics voir Barjot, 1992 ; Barj (...)
  • 11 Spire, 2005 et Bruno, 2010.
  • 12 Il s’agit d’une caractéristique démographique qu’on retrouve également dans les années 1980, cf. A (...)

14Ce couplage a dessiné quatre phases distinctes entre la fin de la Première Guerre mondiale et 1956. D’abord un accroissement sensible de l’entrepreneuriat de la maçonnerie au début des années 1920 suivi d’une phase de stabilisation vers la fin des années 1920 où la répartition entre les origines est équilibrée, mais où les Italiens sont nombreux surtout parmi les deux catégories des tâcherons : les « maîtres maçons » et les « maçons à façon ». Dans une troisième période, du milieu des années 1930 à la fin de la guerre, les effets conjoints de la crise et l’impact de la législation restrictive concernant le travail et l’accès à l’entrepreneuriat des étrangers provoquent un processus de réduction et de polarisation de la population entrepreneuriale qui sera achevé par la période de stagnation de la guerre10. Comme une historiographie nourrie l’a bien montré, l’évolution institutionnelle de la régulation de l’accès des étrangers à l’entrepreneuriat a été marquée dans la France de l’entre-deux-guerres par les lois restrictives du milieu des années 1930. Ces études ont moins abordé, toutefois, la question de leur impact effectif sur les activités économiques. Observés de manière rapprochée, ces effets sont somme toute assez modestes, et ne se traduisent certainement pas par une nationalisation de l’entrepreneuriat dans la portion de la banlieue Est ici sondée en profondeur. On a remarqué plutôt certaines conséquences non attendues de ces politiques protectrices du « travail national ». Leur retombée immédiate est, en effet, une ethnicisation marquée de la population entrepreneuriale. La disparition, à cause de la crise, d’une couche intermédiaire d’entrepreneurs récemment installés, couplée à l’accès au tâcheronnat d’ouvriers expérimentés mais réduits au chômage et qui ont évidemment su surmonter les difficultés administratives réservées aux aspirants entrepreneurs étrangers, accentue la présence italienne. Ce processus a lieu non seulement à Nogent-sur-Marne, où l’entrepreneuriat italien était déjà bien affirmé, mais également dans la commune limitrophe de Champigny-sur-Marne, où son poids était précédemment beaucoup moins lourd. Fait significatif, la dominante italienne continue de caractériser après la Seconde Guerre mondiale une population entrepreneuriale qui revient aux dimensions de la fin des années 1920, après sa drastique réduction pendant la guerre. L’accès à l’indépendance d’ouvriers italiens formés avant la guerre y est pour beaucoup. Ils sont évidemment assez expérimentés en tant que compagnons pour franchir les écueils érigés par les organismes consulaires et la législation restrictive restée en vigueur jusqu’en 198411. L’âge assez mûr des nouveaux patentés immigrés, compris entre 30 et 40 ans, confirme que l’on est à une étape avancée de la carrière professionnelle lorsqu’un compagnon se met à son compte12. Du reste, c’était déjà le cas pour l’époque précédant la mise en place de procédures administratives spécifiquement destinées aux migrants. Même avant les restrictions de la fin des années 1930, le profil démographique des nouveaux entrepreneurs, y compris aux échelons les plus bas de l’échelle, atteste d’un accès assez tardif à l’indépendance, se situant après une longue carrière comme compagnon et chef de chantier qui avait le plus souvent débuté à l’adolescence.

  • 13 Cette loi prévoyait, d’une part, l’obligation de présentation de la carte de travailleur étranger (...)
  • 14 Perrin, 1925.

15Avec la maîtrise du métier, le deuxième trait faisant la renommée d’un tâcheron est, en effet, son habilité dans la direction de la main-d’œuvre. Non seulement il doit savoir coordonner le travail et être capable de lire les plans et les consignes techniques des architectes, mais il doit aussi savoir diriger une équipe. Cet intermédiaire entre le donneur d’ordres et la force de travail, en charge du recrutement de celle-ci et de son contrôle, a focalisé notre attention par sa grande capacité d’action dans les milieux migratoires. Cette fonction de médiation entre travailleurs et patrons recouvre parfaitement les mécanismes de fonctionnement des filières migratoires. Avant la crise de l’entre-deux-guerres, cela se concrétise notamment par des recrutements ciblés de travailleurs en amont, mais aussi en aval des filières migratoires. Dans les lieux d’arrivée, l’activité de recrutement et de constitution d’une équipe peut être poussée jusqu’au débauchage de travailleurs déjà employés. Ce sont ces pratiques que le lobby patronal a tenté d’endiguer par les articles restrictifs de loi dite « de protection du travail national » de 192613. L’une des raisons évoquées par les juristes de l’époque pour expliquer le succès de ces pratiques est l’attraction ethnique ou la présence de liens familiaux mobilisés par ces intermédiaires14. Les prises de position abondent à ce sujet. Pour des raisons à la fois économiques et politiques, l’intérêt porté aux migrants est croissant dans l’entre-deux-guerres. Entre une position ouvertement favorable à l’immigration de travail et une résolument contraire, sont ainsi proposées des visions opposées de leur utilité. Dans les deux cas, les éléments apportés au débat ont été précieux pour notre propos. Beaucoup des arguments sur la « concurrence déloyale » ont ainsi aidé à définir, en creux, les traits de certaines pratiques et d’une forte connotation socio-culturelle de ces migrants. Au-delà de la caricature, il a fallu les préciser.

Une histoire familiale de l’entrepreneuriat immigré

16Les entrepreneurs migrants ont été décrits avec des connotations qui renvoient à des pratiques sociales qui ne sont pas toujours adéquatement appréhendées par leurs contemporains mais qui leur sont propres. Cet exercice de mise en contexte social de l’entrepreneur peut prendre des directions différentes, plus ou moins centrées sur l’individu. Poser l’accent sur l’articulation entre organisation du travail et carrières entrepreneuriales, amène en effet à reconstruire les séquences de trajectoires surtout individuelles d’accès à l’indépendance. L’entrepreneur, quelle que soit la taille de son entreprise, ressemble ainsi singulièrement à un cavalier solitaire, maître absolu de son destin. Les sources administratives de l’enregistrement des activités économiques accentuent cette vision. Les responsables des entreprises sont en effet enregistrés individuellement dans les registres des patentes ou le registre de commerce, s’ils fondent une société de personnes, ou en tant que gérants dans une société à responsabilité limitée (de loin les formes sociétaires les plus utilisées par les entrepreneurs de la maçonnerie de l’Est parisien). On peut en effet concevoir l’histoire de l’entrepreneuriat immigré, tout particulièrement dans un secteur où l’on pouvait s’installer à son compte sans être héritier, uniquement comme une histoire de la relation entre un travailleur indépendant, lui-même mettant volontiers la main à la pâte, avec ses ouvriers. En utilisant seulement ces sources, on pourrait en d’autres termes se former l’idée, que cette relation de travail serait aussi forte que d’autres relations sociales, y compris familiales. Cette hypothèse est par ailleurs cohérente avec une vision autrefois très répandue en histoire, comme dans d’autres sciences sociales, du migrant libéré de ses attaches, désencastré de ses liens familiaux, émancipé de ses obligations genrées ou générationnelles. Il est indéniable que les familles se scindaient avec la migration. Ici, toutefois, a été explorée une autre hypothèse, inspirée par bien des témoignages recueillis. Peut-être précisément à cause de cette séparation, les familles conservaient une certaine puissance, même si elle était sans doute de nature différente de celle souhaitée par ceux restés au pays. Cette étude contribue ainsi à enterrer, à l’aide d’une histoire de l’entreprise familiale élargie à l’univers migratoire, la vision prométhéenne et solitaire du migrant entrepreneur.

17L’histoire de l’entrepreneuriat migrant du bâtiment n’est donc sans doute pas une histoire d’individualités. Bien entendu, cela ne saurait pas effacer, comme on l’a vu, l’importance des capacités individuelles, techniques et gestionnaires, des patrons, grands ou petits. Mais les biographies entrepreneuriales que j’ai pu reconstruire suggèrent indéniablement que l’inscription dans la durée nécessite plusieurs ressources, dont celle, primordiale, de la famille.

18Il a été possible de saisir cette dimension au prix d’un travail minutieux sur les sources locales. Tout d’abord, il a fallu prêter l’attention qu’ils méritaient aux indices présents dans les sources démographiques : des enfants qui apparaissaient comme employés dans l’entreprise familiale, des proximités résidentielles entre parents et membres d’une même maisonnée immigrée employés dans la même entreprise, la superposition du siège de l’entreprise et de la résidence personnelle, et ainsi de suite. Deuxièmement, il a fallu observer de près la typologie des formes prises par les entreprises dans les sources « économiques ». Or, un nombre non négligeable d’entreprises sont fondées par des associés apparentés dans l’entre-deux-guerres. Ces associés ne sont pas des pères et des fils, comme cela sera le cas après la guerre. Ils sont à l’époque des pairs du point de vue générationnel. La migration, avec la mobilité professionnelle qu’elle engendre, articule différemment les rapports entre générations. Lors de la fondation des entreprises, on cherche parmi ses proches, le plus souvent des frères biologiques ou des membres de la parentèle proche, des partenaires ayant une expérience professionnelle comparable. Qui plus est, dans notre territoire banlieusard, cette association entre chefs de chantiers apparentés, semble liée dans plusieurs cas à une certaine durée de l’activité de l’entreprise. Les sociétés familiales et professionnelles que nous avons saisies dans toute leur ampleur via les alliances matrimoniales, ont donc pris des formes institutionnelles spécifiques et se sont prolongées dans le temps.

  • 15 Hirsch, 1991, p. 120. J’ai ainsi inscri mon travail dans un filon d’études en plein développement (...)

19Nous nous sommes attelés, dans le sillon de Jean-Pierre Hirsch, à « prendre sérieusement l’entreprise pour ce qu’elle est aussi : une forme de relation familiale diachronique à travers la succession des générations »15. Appliqué à l’entrepreneuriat immigré, ce constat a permis de mettre l’accent, au-delà des formes institutionnelles familiales prises par les entreprises, sur un autre point important du fonctionnement de celles-ci : la gestion familiale des ressources collectives. Les indivisions qu’on a repérées dans plusieurs cas constituent une trace persistante de ces relations familiales qui se développent au moins jusqu’à la Seconde Guerre mondiale entre deux lieux, celui de départ et celui d’arrivée. Cette persistance nous a poussés à tenter de comprendre, en amont, les deux aspects interconnectés de cette question : d’une part, le rôle des familles dans la gestion de la mobilité de leurs membres dans les lieux de départ ; d’autre part, dans ces mêmes lieux, le background professionnel de ces migrants.

  • 16 Les réseaux relationnels et familiaux amènent certains groupes de migrants, tels les Tunisiens par (...)

20L’argument sur les qualités entrepreneuriales individuelles avancé par les économistes libéraux du début du xxe siècle pour expliquer la mobilité professionnelle de certains travailleurs amène à ignorer le cadre collectif, à la fois spatial et professionnel, de cette mobilité. De même, une interprétation uniquement centrée sur l’importance des opportunités disponibles dans les contextes d’arrivée ne peut être entièrement convaincante, car la comparaison entre trajectoires de migrants de différentes origines montre justement que les mécanismes à l’œuvre chez les Italiens ou les Creusois ne fonctionnent pas pour d’autres groupes d’immigrés. Le retour de l’étude dans les lieux d’origine s’est ainsi imposé comme un outil pour décrypter ces mécanismes. La reconstruction de l’ensemble du système migratoire caractérisant les villages de la haute vallée du Nure des Apennins septentrionaux, d’où provenait la majorité des entrepreneurs italiens de Nogent, a d’abord mis en lumière la coprésence de traditions migratoires de moyenne et de longue distance dès le début du xixe siècle, caractérisées par la souplesse et l’adaptation à des espaces économiques très variés, allant des domaines de la plaine rizicole aux chantiers des forêts frontalières, ainsi qu’aux sites de travaux publics divers et variés. Deuxièmement, ces migrations se déployaient de manière temporaire, mais répétées sur de longues périodes, dans des filières distinctes : le colportage et les métiers itinérants d’une part – concernant un nombre restreint d’individus – et de l’autre des déplacements – beaucoup plus nombreux – en équipes à forte spécialisation dans les métiers agroforestiers, et plus précisément le sciage du bois pour les hommes. L’emploi dans ces activités concernait une majorité des hommes célibataires et mariés. Le travail collectif, organisé par un responsable et payé à forfait, avait pour vocation de s’adapter à des situations productives où primaient l’accroissement de la productivité et l’adaptation au changement technologique. Des logiques familiales et villageoises présidaient à la constitution de ces équipes. Dans les lieux de départ, les configurations familiales des scieurs de long étaient liées de manière significative à des structures familiales complexes, des familles étendues ou multiples comprenant plusieurs noyaux familiaux. Les adultes en âge productif pouvaient partir, souvent ensemble, en laissant les enfants à la charge de quelques membres seulement de la maisonnée. Lorsque les migrations ont changé de destination et de secteur économique, ce passé de travail, dont les traits marquants étaient la productivité intensive et la précision, a sans aucun doute favorisé l’adaptation à un contexte productif où la coordination et l’autonomie productive étaient primordiales16.

La gestion de la petite entreprise et les marchés internes, le retour de la famille

21« Bien s’organiser » : plus qu’une exhortation, il s’agit d’un impératif dépassant toute autre priorité, qu’elle soit économique ou technique, pour bien des entreprises fondées par des anciens ouvriers. Pour comprendre les enjeux de cette stratégie productive, il suffit de revenir aux phrases lapidaires avec lesquelles Lazare Ponticelli balayait les remarques de l’ingénieur consultant de son entreprise sur les tarifs trop bas pratiqués par les gérants par rapport au coût au kilo des tuyaux utilisés :

  • 17 Ponticelli, 2005, p. 125

« Pour les deux frères, le plus important est de décrocher des commandes. Il faut qu’il y ait du travail pour les ouvriers. Le reste, ils s’en arrangent. Il suffit de bien s'organiser pour gagner de l'argent là où les autres en perdent. […]
En fait, il s’agit surtout de jouer sur les délais de réalisation des travaux : les chantiers fonctionnent en effet suivant un principe de dédits calculés par jours de retard ou d’avance. […] L’objectif est donc de terminer le travail le plus rapidement possible pour pouvoir toucher les primes (qui s’élèvent à plusieurs centaines de milliers de francs de l’époque)17. »

  • 18 Une relecture récente des causes qui ont déclenché le massacre d’Aigues-Mortes insiste précisément (...)

22À l’instar de Ponticelli, la majorité des entreprises croisées dans nos recherches ont fondé leur réussite, ou tout simplement leur survie dans les temps difficiles de la crise, sur leur habilité à « s’organiser » ; c’est-à-dire à réduire les problèmes de coordination et à s’imposer des rythmes de travail difficilement supportables par des équipes moins aguerries ou obéissant à des priorités moins contraignantes18.

  • 19 Jounin, 2008.

23Autour de la centralité de l’équipe et de l’organisation du travail se joue la relation entre sphère sociale et économique que nous avons abordée pour la maçonnerie non seulement à l’échelle intermédiaire du territoire, mais également à celle microhistorique de l’entreprise. S’interroger sur le recrutement de la main-d’œuvre et l’organisation des chantiers, de l’entre-deux-guerres aux Trente Glorieuses, pour une petite entreprise de la banlieue parisienne, signifie tout d’abord s’apercevoir de la grande autonomie dont jouissaient les chefs d’équipe. On est ici aux antipodes de l’encadrement du monde de l’usine et de la production en série, lui-même dépendant de la chaîne pour déterminer le rythme de travail. Le processus qui a rapproché, dans l’entre-deux-guerres, et plus encore dans l’après-Seconde Guerre mondiale, les travaux publics et le génie civil du monde industriel, touche une petite partie seulement des entreprises du bâtiment et nullement le gros des entreprises de la maçonnerie. L’organisation du travail se fonde sur le regroupement de dyades formées par un compagnon et un manœuvre19. Dans les années 1980 encore, chez Cavanna et Taravella le carreleur cherchait personnellement son aide, qui était ensuite recruté comme apprenti par l’entreprise. L’importance accordée à la maîtrise du métier y est beaucoup dans le maintien de ces pratiques.

24Dans l’entre-deux-guerres, c’étaient les chefs de chantiers qui embauchaient leurs équipes, en choisissant leurs compagnons qui à leur tour choisissaient leurs « garçons maçons ». Lorsqu’il fallait se séparer des ouvriers, une fois un chantier terminé, on gardait les chefs d’équipe en attente d’étoffer le carnet des commandes et on leur demandait de choisir « leurs hommes », tandis que les autres étaient remerciés. Jusque dans les années 1960, pour peu que le chantier fût éloigné du siège, les difficultés du transfert des hommes et des matériaux obligeaient le déplacement sur place d’équipes qui devenaient de fait complètement autonomes.

25Déplacer la focale de la gestion omnipuissante d’un entrepreneur à l’autonomie des équipes, nous a amenée à considérer d’un œil nouveau la relation entre employeurs et travailleurs. La dépendance de l’entrepreneur vis-à-vis du travail effectué de manière autonome par ses équipes devient un élément central pour comprendre ses choix de gestion. Certes, le contexte qui a entouré ce rapport n’est pas resté inchangé et joue également un rôle déterminant. Au beau milieu de cette relation s’est installé l’État. La législation sociale des années 1930 modifie déjà le rapport employeur/employé mais c’est sans doute après la guerre, avec les lois qui règlementent le contrat de travail et les négociations collectives, que se pose pour les gérants le problème d’un changement radical des critères de recrutement et de gestion des politiques salariales. On savait l’importance de l’impact de ces lois pour des entreprises de grande taille, on a pu ici également en apprécier l’étendue pour une entreprise qui n’a pas dépassé les 24 salariés pendant les quarante années qui se sont écoulées entre 1945 et 1985.

26Lorsqu’on observe les registres de paye de l’entre-deux-guerres, l’écart des flux d’entrée et de sortie par rapport à la période des Trente Glorieuses est frappant : d’un bassin agité, brassé par un turn-over frénétique, oscillant au gré des chantiers, on a l’impression de passer à l’observation d’un lac placide, où les flux d’entrée et de sortie diminuent d’une bonne moitié.

27Le brassage qui caractérise les premières années de l’entreprise n’a pas, toutefois, empêché dès cette époque la stabilisation d’un groupe d’ouvriers. L’ancienneté des carrières pour certains peut même dépasser celle des patrons, car ils sont assez souvent moins âgés que ces derniers au moment de l’embauche.

28En suivant la piste de ces biographies ouvrières durables au sein de l’entreprise, on a le plus souvent trouvé des affinités entre l’origine migratoire des employeurs et celle de leurs ouvriers : des Scagnelli ou des Draghi travaillant pour les Cavanna et Taravella, des Cordani pour les Ponticelli. Que des Cavanna aient recruté des Scagnelli, ou les Ponticelli des Cordani, est un fait. On ne peut toutefois résumer sa signification à celle d’une ethnicité partagée. Les traces d’une ambivalence des protagonistes vis-à-vis de la préférence ethnique ne manquent pas, aussi bien dans les sources archivistiques que dans leurs témoignages mêmes. Il faut aller au-delà de cette simple attribution, pour comprendre ce que ce choix a signifié à un moment donné, pourquoi il a été poursuivi jusqu’à un certain point et comment il a évolué dans certaines autres circonstances.

  • 20 On a préféré ici la dénomination d’entreprise immigrée (une entreprise fondée par des migrants don (...)

29Répondre à ces questions à l’échelle de la petite entreprise a signifié décomposer les différentes strates de ce véritable mille-feuilles de l’encastrement social des activités économiques. Les rapports personnalisés entre gérants et ouvriers, le caractère familial de l’entreprise et, sans doute, l’origine partagée, constituent ses strates les plus épaisses. La lecture croisée des témoignages oraux et des séries comptables des archives d’entreprise a permis toutefois d’apporter des éléments pour saisir les choix des individus en s’affranchissant de la subjectivité de leurs témoignages. L’ethnicité, le paternalisme, le familialisme affichés, certes cohérents avec l’idée que ces sujets économiques se font de leurs origines, ne résistent pas jusqu’au bout à une analyse des pratiques dans ce microcosme particulier qu’est l’entreprise immigrée20. Toutes les dimensions de l’encastrement se manifestent indéniablement sous une forme ou une autre à un regard rapproché, mais cela se fait d’une manière très ciblée et en tout cas moins généralisée que dans les discours.

30En étudiant le recrutement de la main-d’œuvre, les politiques salariales et les critères de sélection des personnels d’encadrement, les limites de l’ethnicité apparaissent aussi nettement que son emprise. Certes, le recrutement ethnique est pratiqué jusqu’à des époques très tardives chez Cavanna et Taravella. Le dernier recrutement d’un Italien a lieu au tout début des années 1980, alors même que le flux migratoire italien était quasiment tari. Toutefois, d’une part cette préférence va de pair avec le recrutement d’ouvriers d’autres nationalités : jamais, dans cette même entreprise, il n’y a eu de recrutement monoethnique, même lorsque le marché du travail local, comme on a pu largement l’apprécier, était largement dominé par les filières migratoires transalpines. D’autre part, elle répond à des critères de qualité : les Italiens jouissent d’une excellente réputation dans le bâtiment dès l’entre-deux-guerres et on n’embauche que des compagnons (italiens, espagnols et portugais principalement mais les marocains et les algériens ne sont pas absents) dans les années 1960. Ainsi, les attendus de cette préférence ethnique ressortent largement modifiés de l’analyse des conditions salariales pratiquées par des gérants pourtant au moins jusqu’à la deuxième génération complètement imbriqués dans leur appartenance communautaire. Tout compte fait on ne remarque, d’abord, aucune différence dans les salaires d’entrée. Ensuite, les carrières salariales ne sont nullement affectées par l’origine partagée entre employeur et employé.

  • 21 Scranton, 1984, en part. p. 241-243.

31D’autres éléments rendent le tableau des relations entre patrons et main-d’œuvre encore plus complexe que ne l’indiquent les discours. La présence sur les chantiers et la proximité sociale entre ouvriers et patrons engendrent sans doute des formes de soutien et d’échange de services qui s’apparentent moins au paternalisme qu’à ce que l’on peut définir, avec d’autres historiens de l’entreprise, comme des pratiques fraternalistes21. Le gérant fait des avances, se porte caution solidaire, invite les ouvriers aux mariages de ses enfants ou accepte d’être témoin aux mariages de ses ouvriers, mais reçoit aussi à l’occasion des cadeaux et des coups de main d’ouvriers dont il partage le quotidien sur les chantiers. Toutefois, dans le cas de pratiques fraternalistes, comme dans des formes plus classiques et asymétriques de paternalisme, il faut souligner le caractère très sélectif de ces pratiques. En dressant la liste des familles habitant dans les immeubles possédés par les patrons des entreprises observées de manière rapprochée, on a pu observer comment ces employeurs se conduisent vis-à-vis de l’une des expressions typiques du paternalisme : celle du logement des ouvriers. Dans des immeubles caractérisés par la mixité de la population, les ouvriers de l’entreprise sont finalement très peu nombreux non seulement après la Seconde Guerre, mais même avant. Ce sont principalement les membres de la famille étroite des patrons qui sont logés dans ces immeubles. Indéniablement, lorsqu’ils se déploient en dehors de la famille, les liens fraternalistes ou paternalistes concernent des rapports professionnels particulièrement durables. Globalement toutefois, d’autres solutions sont sans doute préférées pour stabiliser la main-d’œuvre, qui constitue un objectif majeur pour les gérants de l’entreprise. La question est sans cesse évoquée comme primordiale par nos témoins. Et cette stabilité demeure, en effet, considérable pour une partie significative des ouvriers : 24,7 %, soit un ouvrier sur quatre, parmi ceux recrutés entre 1945 et 1969 reste 10 ans ou plus employé par l’entreprise.

  • 22 Doeringer et Piore, 1985, p. XI.

32Pour parvenir à stabiliser la main-d’œuvre dans les périodes de croissance de l’après-guerre, les gérants ont dû faire des efforts en termes principalement d’incitations salariales. Le résultat a été la mise en place d’une forme de marché interne du travail qui, installé dans les périodes fastes, a finalement pu maintenir une certaine assise même pendant la crise des années 1930 et même pendant pour une bonne partie de la crise des années 1970-1980. Un noyau de carrières longues et la sélection des personnels d’encadrement uniquement en interne constituent les deux éléments les plus explicites d’un tel recours au marché interne. Exactement comme Peter Doeringer et Michael Piore l’ont théorisé, le marché interne prime lorsque des problèmes productifs techniques ou organisationnels se posent22. Et il prime, d’une certaine manière, contrairement à ce qu’ils avaient avancé, indépendamment de la taille de l’entreprise. La stratégie de niche fondée sur la qualité des produits et la souplesse de la C.&T. exige un personnel qualifié stable. Une qualité dont les petites annonces immobilières des années 1990 portent encore la trace, comme du reste c’est le cas pour d’autres entreprises à l’enseigne italienne dans ce secteur, telles la Provini et fils ou la Susanna père et fils.

  • 23 Sur les marchés internes comme phénomènes institutionnels voir Marsden, 1989. La culture de l’entr (...)
  • 24 Selon Doeringer et Piore, « customs makes the allocative structure stable and encourages internal (...)

33Bien entendu, le marché interne a des spécificités dans la petite entreprise. La principale concerne ce que la littérature sur les marchés internes appelle les règles coutumières. Ici, ces dispositifs propres à chaque entreprise établissant les critères d’avancement dans les carrières ne sont pas formalisés. Aucun document interne ne ratifie les critères des promotions, ni les incitations salariales individuelles. Ce sont davantage les règles du métier, qui restent implicites, mais finalement pleinement opérationnelles, qui établissent la hiérarchie de l’avancement dans la carrière des ouvriers. Elles ont l’avantage considérable d’être reconnues par les ouvriers mêmes. Dans ce sens, on peut parler d’une logique de gestion sociale axée sur le métier, qui demeure forte dans les structures de petite taille, mais qui concerne plus largement la filière dans son ensemble23. En considérant les règles coutumières présidant à la structuration du marché interne comme des normes qui ne sont pas forcément écrites, notre cas d’étude permet de formuler des hypothèses plus larges sur le dualisme au sein des structures productives durables. Si on part de l’hypothèse, suggérée par l’étude de l’entreprise Cavanna et Taravella, que ces entreprises, qu’elles soient grandes ou petites, ont adopté des formes de stabilisation de la main-d’œuvre qui s’apparentent au marché interne, la question est alors de savoir quel est le seuil critique permettant le développement de ce type de stratégie. Et jusqu’à quel point la technicité joue un rôle dans ce mécanisme ? La diversité ethnique au sein des industries de production d’une part ou de service, d’autre part, pourrait en effet amener à des stratégies opposées : d’une part des marchés internes, d’autre part des formes de gestion de la main-d’œuvre complètement déstructurées. Enfin, ces mécanismes sont-ils viables, pour les petites entreprises de production, seulement dans les phases de croissance ? Sont-ils trop lourds à maîtriser dans les conjonctures difficiles, comme le dépôt de bilan de notre entreprise en 1985 semblerait l’indiquer24 ?

  • 25 Le familialisme peut du reste coexister avec l’individualisme, comme le remarquent Ruggiu, 2010, L (...)

34Il est certain, en tout état de cause, qu’une logique croisée marque le fonctionnement de ces marchés internes : des logiques parentélaires se mêlent à celles de métier dans les chemins définissant les carrières. Cependant, cette observation est valable uniquement pour les membres de la famille recouvrant des rôles d’encadrement et de direction. En revanche, dans l’ensemble, cette entreprise familiale est finalement moins familiste qu’il n’y paraît25. Là encore, exception faite pour le premier cercle familial, formé notamment par les enfants et les frères, peu de parents figurent dans les rangs des personnels d’encadrement, même si des membres de la parentèle élargie des patrons travaillent nombreux dans l’entreprise, entre 10 % et 20 % selon les périodes.

  • 26 Quelques premières observations à ce sujet ont été développées dans Martini, 2002. Sur le plan mét (...)
  • 27 Fontaine, 1995 ; Sabean, 1996 ; Rosental, 2000.

35Quelle est l’importance des relations économiques et professionnelles au sein de la parenté ? La perspective historique adoptée ici permet finalement une compréhension nuancée des mécanismes de cet encastrement. Selon une lecture sociologique courante, les petits entrepreneurs migrants ne feraient qu’accentuer des traits censés caractériser la petite entreprise familiale. Les implications de cette association, difficilement contestables dans un sens très général, sont plus problématiques. Elles renvoient souvent à des considérations exclusivement culturalistes, qui n’échappent pas toujours au risque de la tautologie : la spécificité des comportements des migrants (et a fortiori des entrepreneurs migrants) serait liée à une altérité intrinsèque. Une analyse rapprochée des comportements familiaux des entrepreneurs immigrés et de leur évolution dans le temps a permis au contraire de suivre leur adaptation à l’environnement économique et institutionnel des lieux de leur insertion. Elle a aidé à sortir des réifications atemporelles de lectures souvent fondées sur des observations instantanées qui ne montrent qu’une séquence d’un film entrepreneurial plus complexe26. La façon dont la parenté fait circuler et évoluer les positions à l’intérieur ou au dehors de l’entreprise familiale, les effets sur chacun de ses membres et sur l’entreprise, sont une chose. Une autre est de revenir sur les critères qui ont guidé ces choix. Ce n’est pas au nom d’un quelconque népotisme culturel que l’entrepreneur puise dans sa parenté : l’histoire contemporaine de la famille a révisé le sens que l’on donnait à la notion de « solidarité » familiale, en la resituant dans sa définition initiale d’entraide familiale, de solidarité économique et d’obligation morale et juridique face à un problème partagé27. Ce sont principalement les liens avec un cercle étroit qui priment. Ce sont aussi des contraintes économiques qui imposent de puiser dans la famille pour y trouver des associés ou des chefs de chantier. En s’approchant au plus près du sommet, de la hiérarchie de l’encadrement dans la petite firme, on a pu mesurer jusqu’à quel point la famille est indispensable à la création et au développement de celle-ci au xxe siècle, comme c’était le cas dans des époques plus anciennes. Mais on a pu également prendre la mesure de toute la distance qui sépare ces pratiques de celles des siècles précédents : la famille entrepreneuriale du xxe siècle se resserre autour d’un cercle étroit, d’un noyau familial verrouillé dont seuls les plus proches du chef de l’entreprise détiennent la clé.

Notes

1 Des études récentes postulent l’entrée de la société contemporaine dans une époque de mobilité généralisée. Voir par exemple Kaufmann, 2002, Id., 2008, p. 99-105 et Urry, 2000 dont la sociologie de la mobilité vise à englober les « flux de personnes à l’intérieur de chaque société mais surtout hors des confins de celle-ci » (trad. fr. Sociologie des mobilités, 2005, p. 17). Cf. Flonneau et Guigueno, 2009 ; Gallez et Kaufmann, 2009.

2 En 1971, les immigrés représentent 29,3 % des ouvriers qualifiés du BTP. Par ailleurs, plus de la moitié des ouvriers immigrés (55,7 %) est constituée d’ouvriers qualifiés, tandis que les ouvriers spécialisés et les manœuvres représentent 41 % des immigrés, Campinos-Dubernet, 1985, p. 313.

3 Il s’agit d’une catégorie utilisée par les entrepreneurs mêmes et plus particulièrement par René Ponticelli qui m’a accordé un long entretien à Emerainville le 5 décembre 2011.

4 Gayot, 2008.

5 Germouly et al., 2011, p. 14.

6 Pour des considérations semblables sur le monde de la boutique, voir Zalc, 2010.

7 Demartini, 2005, p. 86-87 et Lyon-Caen, 2004, p. 303-331.

8 Recensement 1926, p. 382.

9 Mottez, 1966.

10 Pour une analyse de l’activité des grandes entreprises de travaux publics voir Barjot, 1992 ; Barjot et Jégou 2005 ; cf. Joly, 2004.

11 Spire, 2005 et Bruno, 2010.

12 Il s’agit d’une caractéristique démographique qu’on retrouve également dans les années 1980, cf. Auvolat et Benatting, 1988. Les auteurs montrent que les artisans étrangers ont un âge plus avancé que les Français également dans les années 1980.

13 Cette loi prévoyait, d’une part, l’obligation de présentation de la carte de travailleur étranger (dont l’obtention la première fois est subordonnée à l’indication de la date du contrat de travail « sur le vu duquel la dite carte a été délivrée ») et, d’autre part, l’interdiction à « tout employeur d’embaucher directement ou par un intermédiaires, un travailleur étranger introduit en France, avant l’expiration du contrat de travail en vertu duquel il a été introduit », voir Guillaume, 1985 et Singer-Kerel, 1989.

14 Perrin, 1925.

15 Hirsch, 1991, p. 120. J’ai ainsi inscri mon travail dans un filon d’études en plein développement au sein des business studies, où l’histoire connaît un regain d’intérêt, voir en particulier Clark et Rowlinson, 2004 et Ulhaner et al., 2012.

16 Les réseaux relationnels et familiaux amènent certains groupes de migrants, tels les Tunisiens par exemple, vers d’autres secteurs, notamment le commerce et la restauration. Selon les travaux qui se sont consacrés à ces populations, les réseaux des spécialisations de départ expliquent pourquoi, malgré le fait qu’un tiers d’immigrés sont employés dans le bâtiment en 1975, seulement 4 % des Tunisiens déposent des dossiers à la Chambre de Commerce pour ouvrir une activité dans ce secteur aussi bien à Lyon qu’à Paris, Berbagui, 2006 et Bruno, 2006.

17 Ponticelli, 2005, p. 125

18 Une relecture récente des causes qui ont déclenché le massacre d’Aigues-Mortes insiste précisément sur ce type de dynamique, cf. Noiriel, 2010. Dans ce monde peu protégé socialement, malgré les remontrances syndicales, les plus forts sont reconnus comme tels, y compris pécuniairement, comme le note dans ses carnets Zola en se référant aux travailleurs des mines, cf. Zola, 1993 : « La compagnie, en les payant, leur partage le salaire également. Elle défend même les remises de la main à la main. Mais ça se fait. Mon mineur reçoit du plus faible une remise de 4 à 5 fr. par quinzaine » (je remercie Mathieu Arnoux pour m’avoir signalé ce passage), p. 470-71.

19 Jounin, 2008.

20 On a préféré ici la dénomination d’entreprise immigrée (une entreprise fondée par des migrants dont l’activité principale se déploie dans les lieux d’immigration) plutôt que celle d’entreprise ethnique, dénomination qui s’approche de celle des sociologues de l’immigration, cf. Rath, 2000.

21 Scranton, 1984, en part. p. 241-243.

22 Doeringer et Piore, 1985, p. XI.

23 Sur les marchés internes comme phénomènes institutionnels voir Marsden, 1989. La culture de l’entreprise de Bouygues et la création des Compagnons du Minorange, dont la devise est : « Nous avons gardé l'amour du travail bien fait comme première motivation », est sans doute significative de cette prégnance de la rhétorique du métier, Campagnac, 1992.

24 Selon Doeringer et Piore, « customs makes the allocative structure stable and encourages internal training, informal job redesign, and other activities helpful to efficiency. However, when economic or technological factors change radically and in unanticipated ways, customs may be a deterrent to adaptation within the internal labor market », Internal labor markets, 1985, p. 63

25 Le familialisme peut du reste coexister avec l’individualisme, comme le remarquent Ruggiu, 2010, Lemercier, 2006 et Ulhaner et al., 2012.

26 Quelques premières observations à ce sujet ont été développées dans Martini, 2002. Sur le plan méthodologique, voir Fridenson, 1989, p. 1470-74 et Ulhaner et al., 2012, p. 2 ; p. 7-10.

27 Fontaine, 1995 ; Sabean, 1996 ; Rosental, 2000.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search