Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rhodes et l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem

 | 
Nicolas Vatin

Rhodes, rempart de la chrétienté ?

Texte intégral

1Les Hospitaliers ne s’étaient pas installés à Rhodes pour y couler des jours heureux en se bornant à gérer au mieux leurs possessions.

2Celles-ci devaient permettre de repartir à la conquête de la Terre Sainte et, en attendant mieux, devaient servir de base à des expéditions contre les infidèles. Les chevaliers oublièrent d’autant moins ce devoir que, comme on l’a vu, ils dépendaient grandement de la réputation de leur ordre en Occident. D’autre part, les papes avaient acquis un poids important dans la conduite de leurs affaires, et les grands maîtres successifs choisirent en général de se plier aux volontés pontificales.

La puissance réelle des chevaliers de Rhodes

3Les moyens des Hospitaliers étaient limités. Ce n’est que vers 1335 qu’il furent libérés des lourdes dettes contractées lors de l’acquisition des biens des Templiers. Ils perdirent à nouveau beaucoup lors de la banqueroute de leurs banquiers florentins en 1343-1346. En outre les responsions, sommes dues au couvent par les commanderies et prieurés d’Occident, n’étaient pas toujours versées avec régularité. En particulier, le schisme opposant Rome à Avignon à partir de 1378 réduisit les revenus de l’ordre à Rhodes (où l’on était resté fidèle à Clément VII). La peste noire du milieu du siècle diminua également les rentrées d’argent. Indépendamment de ces difficultés propres au xive siècle, une partie non négligeable de la richesse disponible passa à d’importants travaux de fortification. De toute manière, armer une flotte ou organiser un « passage » de chevaliers d’ouest en est coûtait cher.

  • 1 Cf. Rossi 1926 ; Luttrell 1992 (XIX) ; Vatin 1995, pp. 137 sqq.

4Aussi ne comptait-on que quelques centaines de membres combattants de l’ordre dans le Dodécanèse : en dehors des mercenaires, les garnisons de Rhodes et Cos rassemblaient 400 hommes en 1345. Il y avait 300 chevaliers et 20 sergents d’armes à Rhodes en 1466 ; enfin lors du siège de Rhodes en 1522, le grand maître Villiers de l’Isle-Adam, faisant flèche de tout bois, put rassembler environ 16 000 défenseurs dont un tiers de Latins, parmi lesquels se trouvaient 600 chevaliers. Quant à la flotte régulière, elle ne disposait que d’un faible nombre d’unités : c’était avec deux galères et quelques petits bâtiments que les Hospitaliers étaient partis à la conquête de Rhodes en 1306. Par la suite, la contribution de l’ordre aux flottes de diverses ligues chrétiennes fut de deux à six ou huit galères au maximum. Dans les cinquante dernières années de la présence de l’ordre à Rhodes (1480-1522), le nombre idéal paraissait être de trois galères, ce qui correspondait à la fois aux besoins ordinaires et aux moyens1. Il faut y ajouter une flottille de bâtiments moins importants et au xve siècle la grosse nef, bateau rond de gros tonnage qui jouait un rôle clef dans l’approvisionnement et les transports de troupes. Enfin, en cas de besoin, on pouvait mobiliser les flottes marchandes ou corsaires présentes dans les ports du Dodécanèse.

  • 2 Cf. Luttrell 1992 (XIX), p. 147.
  • 3 Cf. Caoursin, p. 311.

5Au total, les chevaliers de Rhodes constituaient une force militaire de grande valeur, mais réduite. La conclusion d’A. Luttrell à propos des années 1310-1344 s’applique à toute la période rhodienne : « En réalité, l’Hôpital ne pouvait guère faire plus que défendre ses propres îles, opposer une résistance limitée aux Mamlouks et aux Turcs et participer à l’occasion à des expéditions latines de croisade2. » L’ordre de Saint-Jean ne pouvait pas se dérober à ses devoirs militaires et on le verra à maintes reprises participer à des ligues anti-musulmanes. Mais il n’avait pas les moyens de mener une politique autonome, donc cohérente, de croisade. En outre, il était désormais souverain dans son archipel et avait également des devoirs envers une population agricole ou commerçante qu’il lui fallait maintenir sur place. Autrement dit, il recherchait aussi la paix avec ses voisins. Comme le disait en 1482 l’ambassadeur hospitalier Gui de Montarnauld aux vizirs de Bajazet II : « Bien souvent il faut obéir aux circonstances et compatir aux soucis des paysans dont la sueur procure leur nourriture aux princes et aux soldats3. » Il faut avoir en tête ces contradictions pour comprendre l’activité des Hospitaliers au Levant.

Éléments de la flotte rhodienne en 1482

Éléments de la flotte rhodienne en 1482

Le manuscrit de Caoursin dédié au grand maître Pierre d’Aubusson est illustré de magnifiques miniatures. On aperçoit au premier plan la grande nef de l’ordre, sur laquelle l’amiral Ludovic de Scalenghe accueille le prince Djem. À l’arrière-plan, une galère puis un bateau rond ; à l’horizon, les côtes de Rhodes.

(Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 169r°)

Croisade et diplomatie : les activités des Hospitaliers au Levant de 1310 à 15224

  • 4 Cet exposé est principalement fondé sur Delaville Le Roulx 1913 ; Zachariadou ; Luttrell 1978 (I) e (...)

6Rhodes était une petite puissance participant à un jeu diplomatique et militaire compliqué, qui mettait en jeu de nombreuses puissances : le Saint-Siège, dont l’ordre dépendait, Venise et Gênes, républiques maritimes et commerciales influentes dans la région et leurs vassaux du Levant plus ou moins indépendants, sans parler des souverains qui choisissaient de participer à une croisade ou à une ligue... En Orient, Byzance est encore, au début de notre période, une puissance qui compte. Mais, beaucoup plus proches, de petits États turcs se sont installés sur les côtes de l’Asie mineure. À quelques milles de Rhodes, on trouve l’émirat du Menteche, qui tient le port de Milet (Balat, Palatia). Plus au nord s’étendent l’émirat d’Aydïn, qui domine Smyrne et Éphèse (Ayasoluk, Selçuk), puis celui de Karasï. À l’est, c’est l’émirat de Teke, puis l’Arménie, enfin le sultanat mamlouk régnant sur la Syrie et l’Égypte. C’est au cours du xive siècle que l’émirat ottoman s’étend petit à petit au détriment des autres principautés turques ; en 1389-1390, Bajazet Ier s’empare des émirats d’Aydïn et de Menteche. L’histoire politique de Rhodes en Méditerranée orientale à la fin du Moyen Age est donc compliquée. On ne fera ici qu’en esquisser les grandes lignes.

  • 5 Le grand précepteur, jusqu’en 1420, est le dignitaire placé à la tête du Commun Trésor, qui gère le (...)

7Il est plus que vraisemblable que le grand maître Eoulques de Villaret s’attacha, dès l’installation à Rhodes, à entretenir de bonnes relations avec l’émirat voisin du Menteche. Il dut même conclure avec lui un accord commercial, puisqu’il y avait en 1311 deux cent cinquante marchands rhodiens dans les ports de l’émirat. Mais la volonté d’avoir une action « croisée » amenait d’autre part les chevaliers à s’opposer au commerce chrétien de produits stratégiques avec l’Égypte mamlouke, interdit par le pape : la saisie d’un bateau génois et le refus de le rétrocéder mirent les Génois en fureur. Ils s’entendirent avec les Turcs du Menteche, qui s’emparèrent de ces marchands et attaquèrent les bateaux de l’ordre. La flotte de celui-ci connut un succès important en 1312 sur une flottille turque. En 1313, l’ordre s’était même rendu maître de forts en territoire menteche. Peu après, un accord fut apparemment conclu avec les Génois. Quelques années plus tard, cependant, Rhodes se trouvait à nouveau confrontée à l’hostilité des flottes turques des émirs de Menteche et d’Aydïn. D’importantes victoires furent gagnées sur elles par le grand précepteur5 Albert de Schwarzburg en 1318 et, dans des opérations conjointes avec les Génois de Chio, en 1319. En 1320, il infligeait encore de lourdes pertes à une flotte du Menteche qui se préparait à attaquer Rhodes. Ces succès mirent fin à l’insécurité de l’île. Bien qu’il y courût à maintes reprises des rumeurs inquiétantes, elle ne fut plus menacée pendant plus d’un siècle.

Carte de la Méditerranée orientale

Carte de la Méditerranée orientale

D’après N. Vatin, L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480-1522), Peeters, Paris-Louvain, 1994.

Les côtes du Menteche par Pîrî Re’îs

Les côtes du Menteche par Pîrî Re’îs

En haut à droite, le cartographe ottoman a placé le « fort de Bodrum » (château Saint-Pierre)

(Pîrî Re’îs, Kitâb-i-Bahriyye, Ms orientaux, supplément turc n° 956, 118r°)

  • 6 Cf. Luttrell 1982 (V).
  • 7 Zachariadou, p. 17.
  • 8 Cf. Zachariadou, pp. 29 sqq.
  • 9 Cf. Lemerle, p. 98.

8Les années suivantes sont un peu confuses. L’ordre se consacre surtout à coloniser et fortifier sa conquête. Dans le même temps, il perd sa place en Arménie cilicienne : le roi d’Arménie avait confisqué les terres de l’ordre en 1319. Si le chevalier Maurice de Pagnac participa en 1321 à la défense de l’Arménie attaquée par les Turcs, les Mongols et les Mamlouks, au total l’ordre ne fit pas grand-chose pour aider les Arméniens. Malgré un appui chrétien auquel participèrent activement les chevaliers en 1361-1368, le royaume d’Arménie devait finalement tomber en 13756. En Egée, Byzantins et Turcs marquaient des points : en 1329, Martino Zaccaria devait abandonner Chio aux premiers et Smyrne aux Turcs d’Aydïn. Ces derniers étaient d’actifs corsaires et on craignit même en 1330 que les Byzantins ne menaçassent Rhodes7. De leur côté, les Hospitaliers semblaient ne pas réagir, et l’on se demandait en Occident s’ils avaient d’autre but que de se maintenir sur leurs îles. Cependant les succès et les menées des Turcs d’Aydïn, qui en 1332 s’en prenaient à Gallipoli et à l’Eubée, inquiétaient de plus en plus. Une ligue se constitua en 1333-1334. La flotte ainsi formée remporta des succès non négligeables en 1334 (bataille d’Edremit gagnée sur une flotte de l’émirat de Karasï8). Il y eut également une tentative de débarquement à Smyrne à la fin de l’année9 et les Hospitaliers menèrent quelques opérations mineures l’année suivante. Soulignons surtout que l’ordre avait participé activement et que Rhodes avait efficacement servi de base à des opérations de croisade. Mais en même temps, et on constate à nouveau ici l’ambiguïté de la position des Hospitaliers ou de Venise, les relations étaient restées bonnes avec l’émirat le plus voisin, celui du Menteche. Pour les Hospitaliers, l’acte militaire le plus important de la période est sans doute, en 1337, la reprise de Cos perdue en 1319, et désormais définitivement conquise. Les difficultés financières et le peu d’encouragement donné par le pape Benoît XII, élu en décembre 1334, contribuent cependant à expliquer la relative mollesse des chevaliers durant cette période.

Regain d’agressivité (1342-1403)

9L’atmosphère changea avec l’élection en 1342 du pape Clément VI, qui eut un rôle moteur dans la préparation d’une croisade qui aboutit, le 28 octobre 1344, à l’attaque de Smyrne par une escadre latine comprenant un contingent hospitalier. Les Latins purent s’emparer du port de Smyrne, la ville haute demeurant aux Turcs. Les efforts de ces derniers pour déloger les Latins se heurtèrent à une résistance opiniâtre et coûteuse, à laquelle les chevaliers prirent une part importante. Le statuquo finit par s’imposer de facto, bien que les projets de trêves négociés à partir de 1346 sur la demande du pape n’aient jamais été ratifiés par ce dernier. En 1350, l’ordre accepta de participer à hauteur de 3 000 ducats à la défense de Smyrne ; en 1374, le pape Grégoire XI lui confia la responsabilité totale de la défense militaire de la place, qui tint jusqu’en 1402.

10Dans cette partie du Levant, les activités militaires des Hospitaliers se bornèrent désormais à la défense de Smyrne. Les relations étaient plutôt bonnes avec l’émirat de Menteche, qui avait conclu une trêve avec l’ordre, et il semble qu’un accord ait également été obtenu avec l’émir d’Aydïn. Cette attitude, que pouvaient justifier les problèmes liés aux difficultés monétaires de l’ordre et à la grande peste, était avantageuse pour le commerce du Dodécanèse. Au demeurant, l’ordre ne demeura pas inactif sur tous les fronts.

11En premier lieu, il collabora aux actions de Pierre de Lusignan, roi de Chypre : quatre galères rhodiennes faisaient partie de l’escadre qui s’empara de Satalya (Antalya) en 1361 ; les Hospitaliers participèrent à des raids sur les côtes d’Anatolie du sud-est, de Syrie et d’Égypte ; en 1365, ils fournirent quatre galères et cent chevaliers à la croisade qui aboutit à la prise d’Alexandrie, bientôt abandonnée par les croisés alourdis de butin ; en 1367 encore, ils étaient actifs dans les assauts contre Tripoli ou Antalya. Utiles à l’image de l’ordre en Occident, ces actions n’étaient pas sans danger : le sac d’Alexandrie amena le sultan mamlouk à tenter de constituer, en 1366, une ligue avec les émirats turcs contre Chypre et Rhodes. Mais d’autre part il faut souligner que ces expéditions, menées contre des puissances musulmanes plus éloignées, épargnaient les émirats voisins : en 1365, l’entremise des Hospitaliers permit aux principautés d’Aydïn et de Menteche de ne pas souffrir de la croisade de Pierre de Lusignan. De toute manière, la mort de ce dernier (1369) la priva de son chef. En 1370, une paix générale mit fin aux hostilités avec les Mamlouks. Les clauses sont inconnues, mais on sait que son renouvellement négocié en 1403 mentionnait la présence de consuls rhodiens en territoire mamlouk, ainsi que le contrôle des pèlerinages et la gestion d’hospices.

Les Hospitaliers en Grèce (2nde moitié du xive siècle)

12La Grèce constituait un autre théâtre d’opérations. Le pays paraissait peut-être plus riche en ressources agricoles et humaines que Rhodes. En tout cas, les Hospitaliers s’installèrent momentanément à Karistos, en Eubée, et le pape Innocent VI envisagea en 1356-1357 d’établir l’ordre en Achaïe, ce qui du reste ne se fit pas. La situation était difficile : non seulement le pays souffrait de la piraterie turque, mais les Ottomans commençaient une ascension inquiétante. En 1354, ils avaient pris Gallipoli. La flotte latine rassemblée par Pierre Thomas détruisit en 1359, avec l’appui d’un contingent hospitalier, le fort ottoman de Lapseki, sur les Dardanelles. Mais la croisade fut ensuite dirigée contre l’Égypte. En 1366, Amédée de Savoie s’empara pour quelques années de Gallipoli : ce succès, s’il gêna les Ottomans, n’empêcha pas la progression d’autres Turcs en Thrace. De toute manière, les Ottomans ne tardèrent pas à s’imposer à nouveau et à menacer les positions chrétiennes en Grèce. Le pape Grégoire XI souhaitait utiliser la force hospitalière pour défendre ces positions. Des tentatives furent faites pour que l’ordre acquît des territoires en Grèce. Une opération militaire fut également préparée, et en 1378 une expédition catastrophique fut menée par le nouveau grand maître Fernandez de Heredia, qui fut fait prisonnier. L’ordre ne renonça pas tout à fait cependant : il tenta encore d’acquérir des droits en Morée en 1384 et 1389.

  • 10 Cf. Loenertz.

13L’arrivée de Bajazet Ier sur le trône, en 1389, accentua le danger. C’est sous son règne que les Ottomans se rendirent maîtres des principautés côtières qui faisaient face à Rhodes. Smyrne paraissait menacée. Des négociations avec Bajazet tournèrent court en 1392. D’autre part, l’Occident préparait une croisade qui s’acheva en 1396 par un désastre à Nicopolis, sur le Danube. L’ordre y avait participé, assurant le sauvetage du roi Sigismond de Hongrie, via la mer Noire et Rhodes. La présence des Hospitaliers dans le Dodécanèse trouvait là une justification, d’autant qu’ils furent très actifs dans les négociations menées pour libérer les croisés prisonniers des Ottomans. Ceux-ci, cependant, avaient repris l’offensive en Morée. Les Hospitaliers, installés à Corinthe en 1397, firent beaucoup pour la défense du pays. Des négociations entreprises en 1400 amenèrent le despote de Morée Théodore à leur céder provisoirement le despotat. Mais en dépit de leur efficacité militaire, ils étaient impopulaires auprès des populations grecques. À la suite d’un accord entre Théodore et Bajazet en 1401, puis de l’effondrement ottoman en 1402, la rétrocession du despotat fut envisagée dès 1402. Les Hospitaliers évacuèrent progressivement, quittant Corinthe en juin 140410. C’était la fin des aventures grecques de l’ordre.

Portrait du grand maître Juan Fernandez de Heredia

Portrait du grand maître Juan Fernandez de Heredia

Très actif de 1377 à 1396, ce grand seigneur espagnol passionné d’histoire commanda de nombreuses traductions du grec.

(Gravure de P. Thomassm)

Suites de l’effondrement de l’Empire ottoman (1re moitié du xve siècle)

14Le 28 juillet 1402, à Ankara, Bajazet Ier fut vaincu et fait prisonnier par Tamerlan. L’Empire ottoman, éclaté, était pour une part rendu à ses anciens souverains. En revanche, Smyrne fut prise et rasée par Tamerlan en décembre.

  • 11 Détail des clauses in Rossi 1975, pp. 316-317.
  • 12 Cf. Luttrell 1992 (II), pp. 102 sqq. ; Luttrell 1995, p. 183.

15Cette recomposition du paysage politique fut à l’origine d’une longue période de paix. La participation des Hospitaliers aux razzias du maréchal de Boucicault à Beyrouth et Tripoli n’empêcha pas la négociation, en 1403, du renouvellement de l’accord conclu en 1370 avec les Mamlouks11. Toujours en 1403, un traité fut conclu avec l’émir restauré du Menteche, ainsi qu’avec Süleymân, celui des fils de Bajazet Ier qui semblait devoir reprendre le flambeau ottoman. En 1407, l’ordre tenta de reprendre pied à Smyrne. Mehmed Ier, celui des princes ottomans qui s’était imposé, s’y opposa, mais laissa les Hospitaliers s’installer à Halicarnasse... dans une zone qui, alors, ne dépendait pas de lui. Le château Saint-Pierre, construit malgré l’opposition de l’émir du Menteche, n’avait pas un grand intérêt stratégique, mais dans la période de paix qui s’instaurait, l’installation de cet asile de fugitifs chrétiens était un coup de maître pour la propagande de l’ordre en Occident, et elle rapporta des sommes non négligeables12.

  • 13 Id., p. 104.
  • 14 Cf. Rossi 1975, pp. 320 sq.

16Dans la première moitié du xve siècle, l’ordre revint donc à une politique défensive. Sur mer, chrétiens et Turcs ne se privaient pas de pratiquer la course et Rhodes était un centre de piraterie. Mais la trêve régnait sur terre et dans les Dardanelles13. La reconquête par les Ottomans des émirats d’Aydïn, Menteche et Teke (1426) ne compromit pas ces bonnes relations. Elles furent réaffirmées publiquement par le grand maître Jean de Lastic et le sultan ottoman Murâd II en 1450. La paix reproclamée à cette date interdisait même la piraterie14. Ces conditions favorables, liées à la sécurité assurée par des fortifications régulièrement renforcées et à la disparition de nombre d’installations latines en Orient, firent de Rhodes une place commerciale importante, particulièrement pour les Catalans et les Florentins, qui ne disposaient pas de colonies au Levant.

Les Hospitaliers aux avant-postes de la chrétienté : Le château Saint-Pierre vu par un pèlerin en 1470
« Cinquante seigneurs de Rhodes et cent soldats y résident en permanence afin de la défendre et de faire la course contre les Turcs. Chaque jour, ils combattent contre les Turcs voisins leur infligeant des dommages et en subissent eux-mêmes, leur faisant constamment une guerre aussi violente que juste. C’est pourquoi les frères les plus jeunes et les plus courageux sont envoyés dans ce château pour en assurer la garde, car les difficultés et les dangers paraissent y être particulièrement grands. On tient toujours dans le château quatorze ou quinze chiens très grands et très forts et beaucoup d’autres chiens plus petits qui courent jusqu’à deux ou trois milles de là, car ils sont dressés à le faire. S’ils rencontrent des Turcs infidèles, ils les mordent et s’ils ne peuvent en venir à bout, ils reviennent au château avec force aboiements pour signaler la présence des Turcs dans le voisinage. Quand ils rencontrent des chrétiens, ce qui arrive souvent parce que les captifs qui fuient la Turquie s’efforcent de gagner le Château-Saint-Pierre pour y trouver le salut, ils leur font fête et leur montrent le chemin du château. »
(Anselme Adorno, Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre Sainte (1470-1471), J. Heers éd. et trad., Paris, 1978, p. 373)

Le port et la citadelle de Bodrum

Le port et la citadelle de Bodrum

Le comte de Choiseul-Gouffier, ambassadeur de France à Istanbul de 1784 à 1792, avait entrepris en 1776 un long voyage en Orient, dont il tira son célèbre ouvrage, illustré de belles gravures romantiques.

(Choiseul-Gouffier, Voyage pittoresque dans l’Empire ottoman, en Grèce, dans la Troade, les îles de l’Archipel et sur les côtes de l’Asie mineure. Paris, 1783, pl. 97, p. 152)

17Rhodes fut cependant attaquée par une flotte mamlouke en septembre 1440. Après un combat violent et indécis, les Égyptiens ravagèrent Cos le lendemain. Malgré des ouvertures diplomatiques de l’ordre, les Mamlouks attaquèrent à nouveau en août 1444. Le siège, qui dura quarante jours, fut un échec. La paix restaurée, le commerce reprit.

L’horizon s’assombrit (1451-1481)

  • 15 Cf. Tsirpanlis (III). Outre les clauses de non agression mutuelle, le pacte prévoyait que le grand (...)
  • 16 Cf. Valentini, p. 149.
  • 17 Cf. un recensement d’actions ottomanes contre les possessions hospitalières à partir de 1454 in Zac (...)
  • 18 Pour une étude récente sur le siège, cf. Broekman.

18La véritable menace vint d’ailleurs. En 1451 montait sur le trône ottoman un jeune homme plein d’ambition : Mehmed II. Or c’était la pratique générale chez les Ottomans que les traités conclus par un sultan dussent être renégociés ou renouvelés par son successeur. L’ordre envoya donc un ambassadeur auprès du jeune sultan, avec qui la paix fut renouvelée en décembre 145115. Mais la prise de Constantinople le 29 mai 1453 inquiéta fort à Rhodes, d’autant que la fermeture du libre accès à la mer Noire gênait l’approvisionnement de la place16. À la fin de cette même année, les Hospitaliers refusèrent de concéder à Mehmed II un tribut de 2 000 ducats : c’était en effet incompatible avec le caractère militaire de l’ordre et n’aurait pas été admis en Occident. Ceci illustre bien en quoi la position des Hospitaliers était différente de celle des autres puissances latines du Levant. Cette attitude n’était pas sans danger : une flotte ottomane vint ravager Cos et d’autres des hospitalières en 1454 et le Dodécanèse subit des incursions régulières dans les années suivantes17. Durant l’été 1457, une flotte pontificale basée à Rhodes reprit momentanément Limnos, Samothrace et Thasos. La situation paraissait inquiétante à Rhodes, où l’on renforçait les fortifications et favorisait la piraterie. Au début de 1462, l’ordre finit par renouveler la trêve avec le sultan ottoman, acceptant de payer, sinon un tribut, du moins un « cadeau » à titre exceptionnel. Mais dès le mois d’avril le grand maître Zacosta discutait avec le pape Pie II de l’opportunité de reprendre les hostilités. En 1462 et en 1464, Mehmed II exigea à nouveau un tribut. En refusant, les chevaliers consommaient la rupture. Ils participèrent d’autre part à la défense de l’Eubée vénitienne, qui tomba aux mains des Ottomans en juillet 1470. Surtout, la piraterie rhodienne ou basée à Rhodes prit des proportions considérables. Cela entraîna des dissensions avec les Vénitiens, qui débarquèrent même à Rhodes en 1464. C’était aussi inacceptable pour le sultan Mehmed II, qui voulut y mettre un terme définitif : en mai 1480, Mesîh Pacha entama le siège de la ville. Celle-ci, bien fortifiée et défendue, résista efficacement. Après l’échec d’un meurtrier assaut le 28 juillet, le pacha préféra lever le camp18.

Tombeau de Jacques de Milly

Tombeau de Jacques de Milly

Jacques de Milly fut grand maître de 1454 à 1461, à une époque où, après la conquête de Constantinople, l’Empire ottoman de Mehmed II se faisait menaçant.

Le siège de Rhodes en 1480

Le siège de Rhodes en 1480

La flotte ottomane attaque la tour Saint-Nicolas. On peut remarquer les tentes du camp ottoman, l’usage de l’artillerie, mais aussi du tir à l’arc.

(Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 30v°)

Le siège de Rhodes en 1480

Le siège de Rhodes en 1480

Les Ottomans bombardent les murailles terrestres, du côté du quartier juif. Les fortifications ont déjà beaucoup souffert. La flotte chrétienne, cependant, est à l’abri dans le port fermé par une grosse chaîne. À l’horizon, les nombreuses embarcations Ottomanes.

(Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 48v°)

Mort de Mehmed II

Mort de Mehmed II

L’annonce de la mort du conquérant de Constantinople fut accueillie avec joie par les chrétiens. Caoursin fit sur cet événement un discours que cette gravure illustre. Un diable emporte l’âme du sultan promise à l’enfer. Est-ce un prêtre ou un médecin qui présente au moribond une sorte d’idole solaire ?

(Caoursin, Opera, Ulm, 1496, C 1v°)

19Pour les Hospitaliers, ce fut un grand succès, qui fit beaucoup de bruit en Occident. Ils le firent d’ailleurs valoir de leur mieux, comme le montre la diffusion du récit du siège rédigé par le vice-chancelier Guillaume Caoursin, qui fut imprimé en différentes langues dans les années suivantes. De plus, les Ottomans gardèrent le souvenir d’un siège particulièrement éprouvant, ce qui constituait une protection psychologique appréciable. Mais dans l’immédiat la menace ne semblait pas écartée. Or les îles avaient été ravagées, les fortifications endommagées et la population était épuisée. Pour comble de malheur, de violents séismes en mars, mai, octobre et décembre 1481 achevèrent de ruiner Rhodes. Par chance pour les chevaliers, Mehmed II mourut le 3 mai 1481, laissant deux fils qui n’allaient pas tarder à s’opposer dans une guerre civile. Ce fut un débordement de joie dans tout le monde latin, et particulièrement à Rhodes, où l’on envisagea même un moment de partir à la conquête du fort de Mytilène et de l’île de Lesbos.

Relations de bon voisinage (1481-1499)

  • 19 Sur Djem, cf. L. Thuasne, Djem Sultan, Paris, 1892 ; Vatin 1995 et 1997 ; Lefort.

20Le grand maître Pierre d’Aubusson choisit de répondre aux avances de Bajazet II, qui avait pris la succession de Mehmed II à Istanbul, et à qui s’opposait son frère Djem19. Or celui-ci, vaincu, dut chercher asile à Rhodes, où il arriva le 29 juillet 1482. Maîtres du sort d’un prétendant légitime au trône ottoman, dont ils pouvaient se servir pour fomenter des troubles aux frontières de l’Empire (éventualité qui fut d’ailleurs envisagée à plusieurs reprises), les Hospitaliers étaient dès lors en position de force pour négocier avec le sultan. La paix conclue en octobre 1482 était en effet avantageuse. Outre un pacte de non agression réciproque, elle prévoyait la liberté du commerce, une clause d’échange ou de remboursement des esclaves fugitifs, et la possibilité pour l’ordre d’acheter des vivres sur le territoire ottoman : clause importante, car il s’agissait de produits stratégiques dont l’exportation n’était pas libre dans l’Empire. Ce dernier point mis à part, les conditions du traité n’étaient pas exceptionnelles. Mais l’ordre était considéré comme une puissance, à l’égal de Venise, et sa totale indépendance — il n’était pas question de tribut — était reconnue. C’était donc un vrai succès, qui fut doublé par l’accord conclu peu après sur le sort du prince Djem : en échange de la promesse de garder soigneusement l’exilé, Bajazet II s’engagea à payer à l’ordre une pension annuelle de 40 000 ducats. Pratiquement, c’était un tribut. En dehors de l’intérêt financier de l’accord, c’était une victoire psychologique qui allait donner à l’ordre un lustre incontestable.

  • 20 Cf. Lefort, pp. 79-84.

21La fin du xve siècle fut une période de paix en Méditerranée orientale. Ottomans et Hospitaliers s’efforçaient de contenir la piraterie et de favoriser un commerce actif. L’existence de Djem, otage en Occident sous la garde des chevaliers, y fut sans doute pour quelque chose. Mais elle entraîna, outre des négociations tortueuses où la mauvaise foi ne manquait pas de part et d’autre, une intensification des relations entre Ottomans et Européens. Il semble que Bajazet II et le grand maître Pierre d’Aubusson aient éprouvé une certaine estime l’un pour l’autre. Dans l’ensemble, l’entente régnait également avec les Mamlouks, avec qui fut conclu en 1484 un traité prévoyant la non-belligérance et la libre circulation des personnes et des biens. Aussi l’ordre s’en tint-il à une prudente neutralité, de facto favorable aux Ottomans, lors du conflit qui opposa ceux-ci aux Mamlouks en 1485-1491. Ajoutons que les chevaliers ne baissèrent jamais la garde pour autant. D’importantes sommes furent consacrées aux fortifications et à l’armement de Rhodes, mais aussi de Cos et du château Saint-Pierre. Au premier bruit inquiétant, le grand maître et son conseil rappelaient les chevaliers à Rhodes, bloquaient les bateaux présents dans le port et envoyaient des renforts dans les îles. D’autre part, si l’ordre ne brilla pas par son agressivité vis-à-vis des musulmans, s’il se montra réticent quand le sultan lui demanda de servir d’intermédiaire entre lui et les Occidentaux, il tenta cependant de s’imposer aux yeux de l’Occident comme le principal interlocuteur de la Porte, capable de lui faire renoncer à des opérations navales en Méditerranée, ou d’intervenir pour calmer la colère du sultan contre les Chiotes accusés de soutenir la piraterie. Bajazet II à dire vrai ne céda que dans la mesure où il le voulut bien, mais il se montra toujours courtois et de bonne volonté. Une anecdote significative montre l’intérêt que l’ordre pouvait trouver à cette position intermédiaire. En 1487, la flotte ottomane ne patrouilla pas en Méditerranée. Peut-être les pressions du grand maître Pierre d’Aubusson y avaient-elles été pour quelque chose ? En tout cas ce dernier voulut s’en attribuer le mérite : il sollicita donc du sultan une lettre où il écrirait qu’il avait renoncé à faire sortir sa flotte par amour du grand maître20. Toute la politique des Hospitaliers auréolés par leur victoire de 1480 fut donc de profiter de la paix à l’est tout en se présentant à l’ouest comme les défenseurs des Latins d’Orient.

Le grand maître Pierre d’Aubusson intercesseur des Chiotes auprès du Sultan
« Précédemment il vous avait été ordonné conformément à la Loi sacrée de payer une indemnité pour les provisions que vous aviez prises à des musulmans, mais à son arrivée vous avez demandé au bey de Rhodes d’intercéder en votre faveur. Celui-ci a envoyé un homme auprès de moi et m’a demandé [le pardon] pour vos faits et votre faute. En conséquence j’ai pardonné votre faute pour cette fois, mais à cette condition que vous preniez garde désormais que de pareilles inconduites ne se produisent pas. Aujourd’hui, à la considération [du grand maître], je vous dispense de [paver] la somme [que vous deviez] et je vous pardonne votre faute. »
(Lettre de Bajazet II à la Mahone génoise de Chio, été 1486. Document des archives du palais de Ibpkapï publié et traduit par Vatin 1995, pp. 419-421)

Le conflit de 1499-1504

22La mort de Djem à Naples en 1495 ne modifia pas sensiblement la situation et en 1499, quand le corps du prince fut rapatrié et inhumé à Brousse, le sultan ne se retourna pas pour autant contre Rhodes, mais contre Venise. Pierre d’Aubusson et le Conseil tentèrent de se tenir à l’écart du conflit, n’accordant aux Vénitiens qu’une aide discrète : ils leur envoyèrent des mercenaires à la solde de l’ordre et autorisèrent certains chevaliers à combattre en leur seul nom. La neutralité de Rhodes fut ainsi préservée un certain temps. Mais quand, au printemps 1501, le pape Alexandre VI fît savoir à Pierre d’Aubusson qu’il avait été choisi comme légat pontifical chargé de commander la flotte chrétienne qu’on allait envoyer à l’attaque des côtes ottomanes, il était impossible de se dérober. Les opérations se limitèrent au siège de Mytilène par une expédition franco-vénitienne. Celui-ci avait été levé quand Pierre d’Aubusson arriva dans la zone en novembre 1501 avec une flotte hospitalière apportant vivres et munitions. Tout l’hiver, la flotte de l’ordre croisa en Egée, pour protéger ses îles, mais aussi pour assurer un blocus maritime d’Istanbul. Face à la flotte et aux corsaires rhodiens, les Ottomans lâchèrent aussi leurs corsaires : Cos et Tilos furent ravagées en juillet 1502. L’été 1503 vit également beaucoup de corsaires turcs. Le 5 août, seize birèmes attaquèrent même plusieurs villages rhodiens, faisant 120 prisonniers avant d’être poursuivies par la flotte rhodienne et dispersées dans le golfe de Fethiye. Néanmoins, la Porte souhaitait la paix. D’abord réticents, les Hospitaliers s’y montrèrent favorables après la mort de Pierre d’Aubusson (3 juillet 1503). Il leur semblait que la disparition du chef exceptionnel qui avait su s’imposer pendant trente ans aux Ottomans affaiblissait l’ordre, d’ailleurs appauvri par un conflit qui nuisait au commerce. C’est ainsi que l’accord de 1482 fut renouvelé au printemps 1504.

Rhodes après le siège

Rhodes après le siège

Célèbre gravure Illustrant le voyage en Terre Sainte d’un pèlerin allemand. La tour des Moulins, la tour Saint-Nicolas, la palais magistral paraissent endommagés, et l’on voit des brèches dans les murailles. On remarque le gibet sur une presqu’île derrière la ville.

(Breydenbach, Sanctarum Peregrinationum (...) opusculum. Mayence, 1486)

Retour à une paix fragile (1504-1522)

23La trêve avec la Porte fut régulièrement renouvelée jusqu’en 1519. Le commerce retrouva une réelle vigueur, tant avec les Ottomans qu’avec les Mamlouks. Les Turcs semblent même avoir été plus nombreux que jamais à venir négocier à Rhodes même. Il y eut cependant des frictions avec les Mamlouks qui supportaient mal la course rhodienne. D’autre part, l’apparition des Portugais en mer Rouge, au début du xvie siècle, amena Ottomans et Mamlouks à collaborer pour s’opposer à cette menace contre les intérêts musulmans. Ce rapprochement inquiéta l’ordre. L’armement d’une flotte égyptienne avec l’aide de Bajazet II lui semblait dangereux. Aussi lança-t-il une expédition qui détruisit en 1511 la flotille mamlouke qui venait se fournir en bois dans le golfe d’Alexandrette. Par cette action, les Rhodiens privaient les Égyptiens du matériau nécessaire à leurs constructions navales, mais ils réaffirmaient en outre le monopole du commerce du bois qu’ils avaient réussi à constituer à leur profit. On voit que la défense des intérêts des coreligionaires portugais n’était sans doute pas le seul motif de l’action des Hospitaliers. Quoi qu’il en soit, si leur attitude entraîna de graves frictions avec le sultanat mamlouk, celles-ci ne dégénérèrent pas en conflit armé. Le commerce continua et la menace ottomane sur l’Égypte amena un rapprochement. Au moment où Selîm Ier battait le sultan Kansu Gavri à Mardj Dabik (24 août 1516), le grand maître Del Carretto négociait un traité ratifié en décembre 1516. Les Hospitaliers se montrèrent prudents cependant et l’effondrement mamlouk en 1516-1517 n’affecta pas leurs relations avec la Porte. Mais celles-ci n’étaient plus ce qu’elles avaient été. La confiance n’avait jamais été totalement restaurée. Une véritable mentalité d’assiégés s’était emparée des Rhodiens : on continuait a fortifier les places de l’ordre, on craignait plus que jamais l’espionnage et la traîtrise. L’arrivée de Selîm Ier sur le trône en 1512 fit même craindre le pire. En fait, les Ottomans étaient trop occupés à résoudre une crise intérieure et à combattre à l’est l’ennemi séfévide pour consacrer leur énergie à lutter contre les Hospitaliers, mais ceux-ci étaient mal vus. La principale cause en était la piraterie. L’ordre avait relancé la course contre les Ottomans lors du conflit de 1501-1503. Il se révéla incapable de la contrôler parfaitement quand la paix fut revenue. Bien plus, il semble l’avoir favorisée, du moins en dehors des zones explicitement protégées par les traités. Les pirates rhodiens, basés à Rhodes ou écoulant leur butin à Rhodes, jouaient désormais un rôle important dans le commerce du port. En outre l’ordre semble avoir mené, en laissant la course se développer sur les côtes syro-égyptiennes et dans la zone eubéenne, une guerre économique : c’est le commerce avec les Mamlouks et l’approvisionnement d’Istanbul qui étaient visés, non sans une certaine efficacité. Cette attitude pouvait passer pour la participation des Hospitaliers à la lutte contre les infidèles, mais elle ne pouvait qu’indisposer le gouvernement ottoman. Il n’allait pas tarder à réagir.

Bajazet II reçoit les ambassadeurs de l’ordre en 1482

Bajazet II reçoit les ambassadeurs de l’ordre en 1482

La représentation des Ottomans est bien entendu fantaisiste. On notera la dignité et la sobriété des ambassadeurs hospitaliers. Le personnage à genoux est vraisemblablement l’interprète. À cette époque, la langue diplomatique en Orient était principalement le grec.

(Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 193r°)

Une situation ambiguë

24Ce survol de la politique hospitalière en Egée entre 1310 et 1522 montre bien les ambiguïtés de la présence à Rhodes des chevaliers de Saint-Jean. À la fois souverains d’un petit archipel commerçant riverain des côtes musulmanes et membres d’un ordre militaire dépendant directement du pape et tirant d’Europe le principal de ses ressources, ils réussirent au total à maintenir l’équilibre entre des obligations contradictoires. Ils servirent de tête de pont à plusieurs tentatives chrétiennes en Orient et contribuèrent sans doute à la protection des possessions latines dans la zone. Il leur arriva aussi d’être nuisibles et, assurément, ils coûtaient cher. En 1522 il est vrai, plus personne ne mettait en doute le bien-fondé de la présence de l’ordre à Rhodes. Mais l’Occident ne fit pas grand-chose pour aider les chevaliers de Saint-Jean quand Soliman le Magnifique entreprit de les expulser.

Rhodes et la piraterie

  • 21 Sur la piraterie en Méditerranée orientale, cf. Zakythinos ; Tenenti ; Zachariadou 1966 ; Vasdravel (...)

25Il a été question de la piraterie à plusieurs reprises dans les lignes qui précèdent. Il s’agit, en Méditerranée orientale, d’un phénomène naturel, lié à la géographie. Le rivage des îles et du continent, déchiqueté et souvent difficile à rejoindre par voie de terre, offrait aux pirates des repaires sûrs et d’excellents lieux d’embuscade. D’autre part, la Méditerranée orientale était le théâtre d’importants trafics humains et commerciaux, qui empruntaient à peu près toujours les mêmes routes maritimes. La piraterie était donc dans cette zone une pratique « traditionnelle », mais l’ordre de Saint-Jean joua dans ce domaine un rôle particulier. C’est précisément l’importance de la piraterie pour la Rhodes des Hospitaliers qui va être brièvement exposée ici, et non la piraterie dans l’Égée en général21.

  • 1 Bateau à voile pouvant également naviguer à la rame.
  • 2 Petit bâtiment rapide allant à la rame, de 12 à 21 banes de rameurs.
  • 3 Dotation de revenus fiscaux provenant de l’exploitation d’une terre, concédée par le sultan comme r (...)
  • 4 Littéralement « esclave » (koul), c’est-à-dire agent du sultan et, en l’occurrence, un militaire.
  • 5 Sujet du sultan, musulman ou non, de statut libre, appartenant à la catégorie des producteurs et co (...)
  • 6 Officier responsable d’une circonscription administrative (subdivision d’un sandjak, lui même subdi (...)

Scènes de la piraterie ordinaire
« Qu’il soit porté à la connaissance de la poussière fortunée de vos pieds que patrouillent en mer deux bartcha1 catalanes et deux caiques2 dépendant de ces [mêmes] gens. Outre ceux-ci, il y a aussi un pirate musulman dans nos eaux qui s’empare des barques qu’il rencontre venant de Chio et d’autres îles, ainsi que de leurs provisions, et qui noie les équipages en mer. D’autre part il y a un caïque qui est venu de Rhodes : il est une île du nom de Samothrace qui constitue le timar3 d’un de vos serviteurs4. [Les Rhodiens] y sont allés, leurs hommes sont descendus faire du butin. Ils avaient pris un ou deux reaya5 et du bétail quand notre homme installé sur place, lançant contre eux les reaya, marcha sur eux. Il leur fit abandonner quelques bêtes et un reaya, mais ils en prirent un et partirent. »
(Extrait d’un rapport au sultan Bajazet II du soubachi6 de Lemnos Húseyn Bey, datant de 1486-1488. Document des archives du palais de Topkapï publié et traduit par Vatin, 1995, pp. 455-457)

Une flotte méditerranéenne

Une flotte méditerranéenne

Dans cette représentation de la flotte réunie par Pie II à Ancône en 1464, on remarquera l’alternance des bateaux ronds et des galères.

  • 22 La distinction est classique. Cf. M. Mollat du Jourdain, « De la piraterie sauvage à la course régl (...)

26Rappelons d’abord qu’il ne faut pas confondre les pirates, brigands des mers agissant pour leur compte en attaquant toute proie tentante, avec les corsaires, marins indépendants s’en prenant aux intérêts des ennemis d’une puissance qui leur en a donné licence22. Au demeurant la distinction entre les uns et les autres était souvent théorique. Enfin les flottes officielles ravageaient volontiers les côtes ennemies. Pour les riverains, c’était toujours de la piraterie, mais ce point de vue compréhensible n’était pas juridiquement fondé.

  • 23 Sur les bateaux, cf. A. Jal, Glossaire nautique, Paris, 1848 ; Jal, Nouveau glossaire nautique, Par (...)
  • 24 Marino Sanudo, Diarii, VII, R. Fulin éd., Venise, 1882, col. 329.

27On n’évoquera pas ici les actions navales « régulières ». Du reste, les opérations d’envergure étaient relativement rares. La plupart des bateaux utilisés23 étaient des fustes, bâtiments rapides allant à la rame, mais pourvus d’un gréement léger. De taille variable, ils pouvaient avoir de douze à vingt et un bancs de rameurs. Les brigantins étaient un peu plus petits. Ce n’est qu’à la fin de notre période, au début du xvie siècle, que se développe à Rhodes l’utilisation de l’artillerie, placée à l’avant de ces bâtiments longs, dans l’axe de la marche. L’avantage de ces petits navires était la légèreté et la rapidité, qui permettaient de rattraper la proie et de fuir prestement en cas de besoin. En revanche, ils étaient impuissants face à de gros vaisseaux de commerce bien défendus. Aussi la piraterie ordinaire visait-elle des proies plus faciles : petits navires de transport, mais également et surtout populations côtières, qui tentaient de se défendre contre ces razzias par des systèmes de guet et la fortification de leurs villages. Le butin consistait en vivres, bétail et captifs. Ces derniers étaient vendus sur les marchés aux esclaves ou très souvent rançonnés, parfois même sur place dans les heures suivant leur capture. Quelquefois, le bateau pris était ramené au port d’attache du pirate et il arrivait que la victime pût ainsi aller le racheter. D’autre part, des flotilles plus importantes, comptant des bateaux plus puissants, pouvaient s’attaquer à des proies plus considérables : c’est ainsi que quelques coups de semonce suffirent à la grande nef de l’ordre, gros navire rond bien pourvu d’artillerie et de combattants, pour arraisonner en 1507 une riche nef génoise transportant des Barbaresques. Dans pareils cas, la prise pouvait être considérable : en l’occurrence, les Rhodiens se seraient emparés d’espèces, d’huile, de tissus et de tapis, sans compter 500 passagers24.

Galère latine

Galère latine

Reconnaissable grâce à son pavillon, une galère latine entre dans le port de Rhodes.

(Breydenbach, Sanctarum Peregrinationum (...) opusculum. Mayence, 1486)

Les acteurs

  • 25 Cf. Luttrell 1978 (V), p. 197.

28Rhodes jouait un rôle actif dans toutes ces activités. D’abord, l’ordre participait le cas échéant à des flottes occidentales venant ravager les côtes musulmanes. D’autre part, il choisit à plusieurs reprises de mener une guerre de course, avec ses propres bateaux ou en donnant licence à des marins : c’est par exemple la politique menée au début du xvie siècle, quand il menaçait l’approvisionnement d’Istanbul au point même que les Ottomans perdirent un temps le contrôle des eaux de la zone eubéenne. Cette activité pouvait se tourner contre des chrétiens, sous le prétexte d’empêcher la vente (interdite par le pape) de produits stratégiques aux puissances musulmanes : cette politique provoqua en 1312, on l’a dit, une grave crise avec les Génois. Elle en provoqua d’autres avec les Vénitiens : ceux-ci soulevèrent la question dès 131025 ; ils protestaient encore au début du xvie siècle, à une période où les Hospitaliers menèrent une politique corsaire sans précédent. Inacceptables pour les victimes, ces actions patronnées par l’ordre étaient politiques. Outre leur intérêt immédiat, elles avaient l’avantage de montrer à l’Occident le zèle des Hospitaliers dans la lutte contre l’infidèle, et ce sans faire courir trop de dangers à leurs possessions.

Galères ottomanes

Galères ottomanes

Détail d’une miniature illustrant le manuscrit de Caoursin consacré au siège de Rhodes en 1480.

(Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 82r°)

  • 26 Cf. Luttrell 1982 (VI), pp. 82-84; Torr, p. 52; Thiriet 1966, p. 167.
  • 27 Cf. Vatin 1995, pp. 91 sq.
  • 28 Id., pp. 458 sqq.
  • 29 Cf. Marinescu, p. 343; Thiriet 1959, pp. 158, 163, 177, 209, 266.
  • 30 Les Régestes publiés par F. Thiriet, qui couvrent les années 1329-1463, contiennent de nombreuses r (...)
  • 31 Vatin 1995, pp. 235 sq.
  • 32 Id., pp. 88-93.

29Mais Rhodes était aussi, en dehors de toute considération politique, un nid de pirates ou de corsaires. En effet la place fut un centre du commerce des esclaves, des premières années de l’occupation hospitalière26 jusqu’à sa fin : les Ottomans souhaitèrent même, en 1393, y vendre des captifs. La seule présence de ce marché organisé (car l’ordre tirait un revenu fiscal de la vente du butin27) favorisait la piraterie en Egée, comme celle de ces Grecs des îles de Skyros et Skiathos qui donnèrent bien des soucis aux Ottomans dans la seconde décennie du xvie siècle28. Mais ce furent surtout les Latins qui profitèrent des circonstances. Il faut citer en particulier la piraterie catalane à partir des années 1410 et jusqu’à la moitié du xve siècle29. Notons que si l’ordre pouvait les abriter — au risque de provoquer les protestations des Vénitiens30 — par sympathie ou pour des raisons financières, la présence de corsaires était également un élément de la défense de ses possessions en cas de danger mamlouk ou ottoman : ainsi on voit le grand maître les inviter à rejoindre Rhodes en 149531, à un moment où les menaces lui semblent poindre à l’horizon. Dans leur très grande majorité, c’étaient des Latins d’Occident. Mais il y avait aussi une course proprement rhodienne. Les sujets grecs de l’ordre y participèrent-ils ? On peut supposer que ces bons marins firent souvent partie des équipages des fustes quittant le port de Rhodes. Mais l’étude de la piraterie rhodienne entre 1480 et 152232 montre que sur soixante-dix-sept capitaines, seuls deux étaient grecs et dix-sept latins, les cinquante-huit autres étant des membres de l’ordre. Trente-trois de ces derniers étaient propriétaires de leur bateau. Plus généralement, cinquante-trois chevaliers étaient propriétaires ou participaient à l’armement d’un bateau. Ces Hospitaliers agissaient à titre individuel, mais l’ordre lui-même pouvait participer au financement de la course : c’est ainsi qu’on peut le voir conclure le 11 décembre 1503 un accord avec le chevalier de Ayalla en vertu duquel il fournirait voiles, artillerie, cinquante hommes et quatre mois de vivres, Ayalla s’engageant de son côté à trouver cinquante hommes et à compléter l’artillerie et les provisions de poudre. Le butin serait partagé.

  • 33 Sur la participation de l’Ordre à la course et les revenus qu’il en tirait, cf. Luttrell 1995, pp.  (...)
  • 34 L. Alessandro, « Lettere inedite di Fra Sabba da Castiglione », in Archivio Storico Lombardo, 2e(...)
  • 35 Cf. Vatin 1995, pp. 130 sq.

30On voit qu’indépendamment de l’appui fourni aux pirates de la zone et de l’asile donné aux corsaires, l’ordre était directement intéressé à la course33. Cela entraîna des excès. Au xvie siècle, les Hospitaliers laissèrent se développer une activité dont l’intérêt politique, économique et financier avait pour revers l’exaspération croissante des dirigeants ottomans. Plus sensible à la beauté des marbres antiques qu’à la gloire des armes, le chevalier Sabba da Castiglione écrivait en 1507 à sa protectrice Isabelle d’Este : « Ma questo è ancora piu bello che de professore de santissime lege sono io devenuto pirata de mare34 » (Mais le plus beau, c’est que de professeur de la sainte loi que j’étais, me voilà devenu pirate sur mer). Era Sabba agissait aux ordres du grand maître, mais que dire de cet autre chevalier, Fra Claude Gurel, capturé en 1519 par les autorités vénitiennes alors qu’il piratait sans autorisation dans les eaux de Lepante35 ?

Le contrôle de l’ordre

  • 36 L’existence d’un corso officiel organisé par l’ordre est attestée dès 1413 (Lutrell 1989, p. 151).
  • 37 Cf. Luttrell 1978 (I), p. 292.
  • 38 Cf. Vatin 1995, p. 185.

31Quelles que soient les dérives qu’on peut constater, l’ordre contrôlait cependant l’activité des corsaires (c’est dans cette mesure qu’on peut les appeler ainsi), ne les laissant partir qu’avec sa licence, leur imposant certaines conditions et réprimant à l’occasion les manquements36 : pour ne prendre que deux exemples, Ligorio Assanti est dépossédé en 1431 de la moitié de son fief de Nisyros37 ; le 30 mai 1491, Fra J. Pignera, un récidiviste, est privé de l’habit38.

Peur de la piraterie turque à Rhodes en 1470
« L’île produit naturellement peu de fruits, et moins encore en ces temps où les Turcs, hostiles à la religion chrétienne, s’attaquent jour et nuit aux biens comme aux personnes des agriculteurs. Aussi nul n’ose habiter ou cultiver la terre ailleurs que dans le voisinage des cités et des châteaux. Une nuit, pendant notre séjour dans l’île, le bruit se répandit à travers les rues qu’un grand nombre de trirèmes et de fustes turques se trouvaient à proximité de la cité de Rhodes. Cette rumeur fit prendre les armes à toute la population, mais on s’aperçut que les veilleurs s’étaient trompés. »
(Anselme Adorno, Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre Suinte (1470-1471), 1. Heers éd., Paris, 1978, p. 361)

  • 39 Cf. Luttrell 1992 (II) p. 104 ; et 1995, p. 183. Mais en 1415, L’Ordre affirme n’être en paix avec (...)
  • 40 Cf. Marinescu, p. 393.
  • 41 Cf. Rossi 1926, p. 23.
  • 42 Cf. Vatin 1995, pp. 118-120.

32La principale condition avait trait aux zones protégées. En effet, l’intérêt de l’ordre pour la course ne devait pas nuire aux bonnes relations commerciales avec les musulmans de la côte voisine. La volonté constante d’épargner le proche émirat du Menteche a déjà été soulignée. L’accord de 1348 avec Hïzïr d’Aydïn prévoyait la répression de la piraterie. Dans les années 1410, un accord avec les Ottomans semble avoir interdit les Dardanelles et la Marmara aux activités des corsaires rhodiens39. Il n’est pas impossible que pareille trêve ait eu cours également dans les eaux séparant l’archipel rhodien du rivage anatolien (ce qui avait été le Menteche). En 1451, en tout cas, l’ordre demanda à Alphonse V d’Aragon, dont une flotte était basée à Rhodes, d’épargner autour de l’île une zone où les bateaux turcs pourraient circuler librement et d’interdire à son amiral de vendre sur le marché de Rhodes les captifs musulmans et le butin fait sur le littoral du continent40. En septembre 1466, pour protéger le commerce, l’ordre interdit aux capitaines ne lui appartenant pas d’armer des bateaux pour pirater dans le canal de Chio41. Ainsi, sans qu’il soit possible de mieux préciser les origines de cette coutume, c’est à une tradition bien ancrée qu’est liée la politique des « limites » qu’on voit à l’œuvre entre 1480 et 1522. En gros, celle-ci voulait qu’en période de paix une zone comprise entre Castellorizo et Pathmos fût protégée par une trêve42. Cette zone était liée à des réalités géographiques, puisqu’elle s’arrêtait devant le golfe d’Antalya ; elle correspondait aux eaux du Dodécanèse ; enfin ses dimensions permettaient à la flotte de l’ordre, de très bonne qualité mais petite, d’en assurer effectivement la sécurité.

  • 43 Cf. Luttrell 1989, pp. 151 sq. ; J.-C. Poutiers, « Première esquisse d’une étude du kastro des Cycl (...)
  • 44 Cf. Zachariadou, p. 78.

33Les sujets de l’ordre purent ainsi développer un commerce assez prospère et demeurer dans l’ensemble à l’abri de la piraterie. Il le durent, assurément, aux systèmes de guet et de fortifications organisés chez eux comme dans la plupart des îles de l’Egée43, mais aussi à l’efficacité militaire et politique des Hospitaliers. Certes, les îles du Dodécanèse pâtirent de razzias menées par des marins des émirats turcs, dont les Ottomans reprirent le flambeau, dévastant Rhodes en 139344. Mehmed II lança des corsaires contre les possessions des Hospitaliers après la conquête de Constantinople. Bajazet II en fit autant au début du xvie siècle. Cependant il ne fait pas de doute que la présence des Hospitaliers à Rhodes apporta à leurs sujets une sécurité exceptionnelle pour l’époque.

34Il paraît donc clair que, dans ce domaine particulier de la piraterie, la présence de l’ordre eut des conséquences très sensibles pour les Rhodiens. En premier lieu, ils lui durent une tranquillité appréciable. Alais d’autre part les Hospitaliers firent de Rhodes le centre de la course/piraterie chrétienne (et surtout latine) au Levant, C’était une source de revenus appréciable, mais aussi une position délicate.

La flotte ottomane devant Modon

La flotte ottomane devant Modon

Matrakçi Nasuhu-s-Silâhî, fameux auteur et miniaturiste de la cour ottomane de la 1re moitié du xvie siècle, rédigea une Histoire du sultan Bajazet II. Le conflit avec Venise (1499-1503) fut pour l’Empire ottoman l’occasion de s’affirmer comme une puissance maritime de premier plan.

(Matrakçi, Tarih-i Sultan Bayezid, 24r°)

Notes

1 Cf. Rossi 1926 ; Luttrell 1992 (XIX) ; Vatin 1995, pp. 137 sqq.

2 Cf. Luttrell 1992 (XIX), p. 147.

3 Cf. Caoursin, p. 311.

4 Cet exposé est principalement fondé sur Delaville Le Roulx 1913 ; Zachariadou ; Luttrell 1978 (I) et 1992 (II) ; Rossi 1926 et 1975 ; Valentini ; Vatin 1995 ; Setton 1976-1984.

5 Le grand précepteur, jusqu’en 1420, est le dignitaire placé à la tête du Commun Trésor, qui gère les finances de l’ordre.

6 Cf. Luttrell 1982 (V).

7 Zachariadou, p. 17.

8 Cf. Zachariadou, pp. 29 sqq.

9 Cf. Lemerle, p. 98.

10 Cf. Loenertz.

11 Détail des clauses in Rossi 1975, pp. 316-317.

12 Cf. Luttrell 1992 (II), pp. 102 sqq. ; Luttrell 1995, p. 183.

13 Id., p. 104.

14 Cf. Rossi 1975, pp. 320 sq.

15 Cf. Tsirpanlis (III). Outre les clauses de non agression mutuelle, le pacte prévoyait que le grand maître préviendrait les autorités ottomanes de la venue de pirates catalans.

16 Cf. Valentini, p. 149.

17 Cf. un recensement d’actions ottomanes contre les possessions hospitalières à partir de 1454 in Zachariadou 1966, pp. 190 sqq.

18 Pour une étude récente sur le siège, cf. Broekman.

19 Sur Djem, cf. L. Thuasne, Djem Sultan, Paris, 1892 ; Vatin 1995 et 1997 ; Lefort.

20 Cf. Lefort, pp. 79-84.

21 Sur la piraterie en Méditerranée orientale, cf. Zakythinos ; Tenenti ; Zachariadou 1966 ; Vasdravellis ; Krantonellè ; Vatin 1995, pp. 79-143, 184-186, 236-238, 294-310 ; Luttrell 1995.

22 La distinction est classique. Cf. M. Mollat du Jourdain, « De la piraterie sauvage à la course réglementée », in G. Jaeger éd., Vues sur la piraterie des origines à nos jours, Paris, Taillandier, 1992, pp. 70-92.

23 Sur les bateaux, cf. A. Jal, Glossaire nautique, Paris, 1848 ; Jal, Nouveau glossaire nautique, Paris-La Haye, 1970 ; II. et R. Kahane et A. Tietze, The Lingua Franca in the Levant, Istanbul, 1988 ; S. Soucek, « Certain types of ships in Ottoman-Turkish terminology », in Turcica VII (1975), pp. 233-249 ; Krantonelli, pp. 3.37-356 ; Vatin 1995, pp. 94-96.

24 Marino Sanudo, Diarii, VII, R. Fulin éd., Venise, 1882, col. 329.

25 Cf. Luttrell 1978 (V), p. 197.

26 Cf. Luttrell 1982 (VI), pp. 82-84; Torr, p. 52; Thiriet 1966, p. 167.

27 Cf. Vatin 1995, pp. 91 sq.

28 Id., pp. 458 sqq.

29 Cf. Marinescu, p. 343; Thiriet 1959, pp. 158, 163, 177, 209, 266.

30 Les Régestes publiés par F. Thiriet, qui couvrent les années 1329-1463, contiennent de nombreuses références à l’exaspération des Vénitiens devant le laxisme des Hospitaliers. Les bateaux vénitiens étaient parfois molestés dans le port même de Rhodes.

31 Vatin 1995, pp. 235 sq.

32 Id., pp. 88-93.

33 Sur la participation de l’Ordre à la course et les revenus qu’il en tirait, cf. Luttrell 1995, pp. 182-186.

34 L. Alessandro, « Lettere inedite di Fra Sabba da Castiglione », in Archivio Storico Lombardo, 2e série XIII (1886), pp. 91-112 (p. 100).

35 Cf. Vatin 1995, pp. 130 sq.

36 L’existence d’un corso officiel organisé par l’ordre est attestée dès 1413 (Lutrell 1989, p. 151).

37 Cf. Luttrell 1978 (I), p. 292.

38 Cf. Vatin 1995, p. 185.

39 Cf. Luttrell 1992 (II) p. 104 ; et 1995, p. 183. Mais en 1415, L’Ordre affirme n’être en paix avec les Ottomans « que sur terre seulement » (per terram tantum : Rossi 1926, p. 18).

40 Cf. Marinescu, p. 393.

41 Cf. Rossi 1926, p. 23.

42 Cf. Vatin 1995, pp. 118-120.

43 Cf. Luttrell 1989, pp. 151 sq. ; J.-C. Poutiers, « Première esquisse d’une étude du kastro des Cyclades au xve siècle », in Byzantinische Forschungen XI (1987), pp. 381-397 ; Vatin 1995, pp. 114 sq.

44 Cf. Zachariadou, p. 78.

Notes de fin

1 Bateau à voile pouvant également naviguer à la rame.

2 Petit bâtiment rapide allant à la rame, de 12 à 21 banes de rameurs.

3 Dotation de revenus fiscaux provenant de l’exploitation d’une terre, concédée par le sultan comme rémunération des services d’un de ses agents.

4 Littéralement « esclave » (koul), c’est-à-dire agent du sultan et, en l’occurrence, un militaire.

5 Sujet du sultan, musulman ou non, de statut libre, appartenant à la catégorie des producteurs et comme tel soumis à l’impôt.

6 Officier responsable d’une circonscription administrative (subdivision d’un sandjak, lui même subdivision d’un vilayet.

Table des illustrations

Titre Éléments de la flotte rhodienne en 1482
Légende Le manuscrit de Caoursin dédié au grand maître Pierre d’Aubusson est illustré de magnifiques miniatures. On aperçoit au premier plan la grande nef de l’ordre, sur laquelle l’amiral Ludovic de Scalenghe accueille le prince Djem. À l’arrière-plan, une galère puis un bateau rond ; à l’horizon, les côtes de Rhodes.
Crédits (Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 169r°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Carte de la Méditerranée orientale
Crédits D’après N. Vatin, L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480-1522), Peeters, Paris-Louvain, 1994.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Les côtes du Menteche par Pîrî Re’îs
Légende En haut à droite, le cartographe ottoman a placé le « fort de Bodrum » (château Saint-Pierre)
Crédits (Pîrî Re’îs, Kitâb-i-Bahriyye, Ms orientaux, supplément turc n° 956, 118r°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Portrait du grand maître Juan Fernandez de Heredia
Légende Très actif de 1377 à 1396, ce grand seigneur espagnol passionné d’histoire commanda de nombreuses traductions du grec.
Crédits (Gravure de P. Thomassm)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Le port et la citadelle de Bodrum
Légende Le comte de Choiseul-Gouffier, ambassadeur de France à Istanbul de 1784 à 1792, avait entrepris en 1776 un long voyage en Orient, dont il tira son célèbre ouvrage, illustré de belles gravures romantiques.
Crédits (Choiseul-Gouffier, Voyage pittoresque dans l’Empire ottoman, en Grèce, dans la Troade, les îles de l’Archipel et sur les côtes de l’Asie mineure. Paris, 1783, pl. 97, p. 152)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Tombeau de Jacques de Milly
Légende Jacques de Milly fut grand maître de 1454 à 1461, à une époque où, après la conquête de Constantinople, l’Empire ottoman de Mehmed II se faisait menaçant.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Le siège de Rhodes en 1480
Légende La flotte ottomane attaque la tour Saint-Nicolas. On peut remarquer les tentes du camp ottoman, l’usage de l’artillerie, mais aussi du tir à l’arc.
Crédits (Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 30v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Le siège de Rhodes en 1480
Légende Les Ottomans bombardent les murailles terrestres, du côté du quartier juif. Les fortifications ont déjà beaucoup souffert. La flotte chrétienne, cependant, est à l’abri dans le port fermé par une grosse chaîne. À l’horizon, les nombreuses embarcations Ottomanes.
Crédits (Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 48v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Mort de Mehmed II
Légende L’annonce de la mort du conquérant de Constantinople fut accueillie avec joie par les chrétiens. Caoursin fit sur cet événement un discours que cette gravure illustre. Un diable emporte l’âme du sultan promise à l’enfer. Est-ce un prêtre ou un médecin qui présente au moribond une sorte d’idole solaire ?
Crédits (Caoursin, Opera, Ulm, 1496, C 1v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Rhodes après le siège
Légende Célèbre gravure Illustrant le voyage en Terre Sainte d’un pèlerin allemand. La tour des Moulins, la tour Saint-Nicolas, la palais magistral paraissent endommagés, et l’on voit des brèches dans les murailles. On remarque le gibet sur une presqu’île derrière la ville.
Crédits (Breydenbach, Sanctarum Peregrinationum (...) opusculum. Mayence, 1486)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Bajazet II reçoit les ambassadeurs de l’ordre en 1482
Légende La représentation des Ottomans est bien entendu fantaisiste. On notera la dignité et la sobriété des ambassadeurs hospitaliers. Le personnage à genoux est vraisemblablement l’interprète. À cette époque, la langue diplomatique en Orient était principalement le grec.
Crédits (Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 193r°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Une flotte méditerranéenne
Légende Dans cette représentation de la flotte réunie par Pie II à Ancône en 1464, on remarquera l’alternance des bateaux ronds et des galères.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Galère latine
Légende Reconnaissable grâce à son pavillon, une galère latine entre dans le port de Rhodes.
Crédits (Breydenbach, Sanctarum Peregrinationum (...) opusculum. Mayence, 1486)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Galères ottomanes
Légende Détail d’une miniature illustrant le manuscrit de Caoursin consacré au siège de Rhodes en 1480.
Crédits (Caoursin, Œuvres, Ms latins n° 6067, 82r°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre La flotte ottomane devant Modon
Légende Matrakçi Nasuhu-s-Silâhî, fameux auteur et miniaturiste de la cour ottomane de la 1re moitié du xvie siècle, rédigea une Histoire du sultan Bajazet II. Le conflit avec Venise (1499-1503) fut pour l’Empire ottoman l’occasion de s’affirmer comme une puissance maritime de premier plan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2573/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540