Version classiqueVersion mobile

Bâtiment en famille

 | 
Manuela Martini

Quatrième partie. Gestion : les petites entreprises et leur main-d'oeuvre

Chapitre 7. Entreprise familiale, parentèle et paternalisme à petite échelle

Texte intégral

  • 1 Dans la sociologie française du travail et de l’artisanat on trouve explicitée cette dimension eth (...)

1Perçu comme tel et construit de manière tout à fait consciente par les acteurs, le ciment social et humain qui prend forme et se solidifie sur les chantiers a des conséquences directes sur l’activité des entreprises. La personnalisation des relations de travail, la proximité du contact entre patron et ouvriers, prennent une nuance particulière lorsque les patrons s’engagent dans le processus de production ou sont très présents sur les chantiers, en étant physiquement sur place et en intervenant directement dans la résolution des problèmes au quotidien1. Or, on l’a observé dans les chapitres précédents, les entrepreneurs maçons immigrés de l’entre deux-guerres ont tous été compagnons, s’installant là où ils ont exercé leur métier comme ouvriers et connaissant la délicate situation de devenir les employeurs de leurs anciens camarades. Ils constituent ainsi un groupe lourdement touché par les implications les plus complexes, car contradictoires, de ces rapports.

  • 2 Dans les années 1970, 70 % des entreprises artisanales du bâtiment sont des entreprises familiales (...)

2De surcroît, à la complexité de ces relations avec leurs nouveaux employés s’ajoute, pour une écrasante majorité de petites firmes, celle des relations avec les membres de leur famille étroite et élargie impliqués dans l’activité de l’entreprise2. Ce chapitre s’attache à reconstruire les formes prises par ces liens à petite échelle dans une démarche d’ethnologie historique mobilisant à la fois des sources orales et des sources écrites.

Ethnologie historique de la petite entreprise familiale

  • 3 Ibid. et Bentabet, Michum et Trouvé, 1999.

3Les ethnologues ont décelé les moments les plus sensibles des relations en place dans une entreprise fondée par un ouvrier : les étapes de l’accès à l’indépendance d’une part et le franchissement, d’autre part, du seuil de l’embauche, celui du passage de l’entreprise individuelle à la petite entreprise avec un ou plusieurs salariés3.

4Les implications sociales de ce pas sont multiples. Tout d’abord, la symétrie face à la prise de décision se rompt, le responsable de l’entreprise étant désormais seul maître à bord, tandis que dans le même temps, une certaine proximité et des rapports impliquant souvent une sociabilité partagée doivent être tout de même maintenus. Les témoignages pour le passé sont plus indirects que ceux tirés d’entretiens sur le contemporain mais il n’est pas impossible de retrouver les traces de ces relations pour l’entre-deux-guerres. En parlant de son enfance entre la porte d’Ivry et les chantiers en province dirigés par son père Bonfils, René Ponticelli, depuis peu octogénaire, se souvient :

  • 4 Ponticelli Frères, 2010, p. 7.

« J’ai connu les liens d’amitié qu’il développait avec ses compagnons qui faisaient souvent avec nous table commune et dont j’écoutais, sans les comprendre, les récits « dantesques » de leurs exploits de monteurs-levageurs »4.

  • 5 Scranton, 1984, 2, p. 235-257, en part. p. 241-243.

5Homme de terrain, Bonfils Ponticelli correspond à la figure de l’employeur travaillant au milieu de ses ouvriers, avec leurs outils et qui pratique ce que Philipp Scranton a appelé le fraternalisme5. Le portrait de Bonfils brossé par son fils et par son frère Lazare est construit autour de l’éloge de la dimension humaine, au sens physique et moral du terme, de son rôle sur les chantiers et de l’appréciation dont il jouit auprès des ouvriers :

  • 6 Ponticelli, 2005, p. 134.

« Bien qu’il ait toute une équipe à sa disposition, il est souvent le premier à la manœuvre, soucieux de toujours montrer l’exemple. Et puis, c’est lui le plus expérimenté, c’est normal qu’il donne un coup de main pour que les choses avancent vite et droit. Généralement les hommes sont contents de travailler avec Bonfils : ils savent qu’ils peuvent souffler et apprendre. Ils suffit de le regarder faire et de l’applaudir, c’est une véritable force de la nature et il sait se montrer généreux »6.

  • 7 Pour des entreprises du BTP de taille moyenne de l’époque, Dominique Barjot a également parlé de « (...)
  • 8 Entretien avec Michel Taravella, 14 juin 2007, siège de l’entreprise, Nogent-sur-Marne.

6Le fraternalisme représente l’une des formes des relations d’échange extra-économiques entre patrons et ouvriers qui peuvent se développer dans des contextes productifs particuliers, où la conjoncture économique ouvre la porte à la mobilité professionnelle, où la proximité sociale entre patrons et ouvriers est grande et les styles de vie semblables. Tel est le cas dans les petites et moyennes filatures textiles de Philadelphie fondées par des immigrés jusqu’à la crise des années 1880, ou dans les entreprises du bâtiment de la banlieue Est parisienne dans la première moitié du xxe siècle7. Même longtemps après la Seconde Guerre mondiale, un départ inattendu suivi d’un retour au pays pour des raisons personnelles peut, par exemple, dans ce type de relation, s’accompagner d’un cadeau au patron pris de court, qui à son tour se fera un devoir de recommander son ancien ouvrier à un confrère lorsque l’ouvrier réapparaîtra de manière aussi impromptue qu’au moment du départ8.

7En même temps, l’asymétrie des rôles, qui pourtant subsiste, crée également des relations moins égalitaires. Elle se traduit dans des formes verticales de soutien (prestations administratives, financières, résidentielles) créant de la dépendance, où l’aide prend des formes d’assistance.

  • 9 Noiriel, 1988 ; Gueslin, 1992 ; Schweitzer 1993 et le numéro spécial « Patronage, Paternalism and (...)
  • 10 Noiriel, 1988, p. 18-24.
  • 11 Martini, 2014. Les qualités morales et pédagogiques du chef d’entreprise sont au cœur de la législ (...)

8Lorsque ces questions ont été étudiées du point de vue historique, on a fait référence à la notion très vaste de paternalisme : un phénomène historiquement situé, caractérisant une population entrepreneuriale spécifique (influencée par des formes confessionnelles ou laïques de philanthropie ou de réformisme social, accompagnées de visées gestionnaires), un type d’entreprise (celle de grande taille) et des rapports sociaux « présyndicaux » situés dans une période historique révolue, le xixe siècle9. Peu étudiée car à la marge de ce schéma, la petite entreprise a cependant été considérée comme le lieu d’une cristallisation extrême de ce modèle. Éternellement paternaliste, elle est ainsi devenue d’office le réceptacle de tous les archaïsmes en matière d’organisation du travail et de rapports sociaux. L’abandon des pratiques protectrices, devenues obsolètes au tournant du siècle à la faveur de rapports sociaux syndicalisés dans les grandes entreprises, a amené par contraste à surestimer le poids du paternalisme dans des entreprises exemptées de représentation syndicale et dont le chef était censé agir « en bon père de famille »10. Il s’agit d’un topos qui a d’abord été porté par les contemporains eux-mêmes, avant d’avoir été adopté par les sociologues et les historiens. Loin d’être une posture purement idéologique, ce modèle a eu des retombées politiques et institutionnelles durables, notamment sur les rapports entre les conjoints et les jeunes employés dans l’entreprise, subordonnés aux exigences productives et disciplinaires du patron11. Mais quelles formes concrètes prend-il dans la pratique ?

  • 12 Dans l’un des premiers articles portant sur les économies d’enclave, le terrain empirique concerna (...)
  • 13 Portes, 1995a, p. 18.

9Quoique résistante à l’effacement, cette attitude paternaliste n’est pas nécessairement uniforme : on peut mettre en œuvre des formes de protection et/ou d’exploitation différentes selon les époques et selon les attentes des employés, et selon les contextes institutionnels plus ou moins protecteurs vis-à-vis des droits des ouvriers. De même que l’on peut fonder des pratiques visant à la cohésion sociale sur des critères différents ; par exemple en glissant du paternalisme au fraternalisme, ou d’une conception élargie de la parenté à une plus restreinte. Notre but sera d’étudier la dimension sociale de la gestion dans ces unités productives où se mettent en place des rapports particuliers certes, mais qui ne restent pas forcement figés dans le temps, ni indifférenciés vis-à-vis de l’ensemble de la main d’œuvre. Trop souvent l’anthropologie et la sociologie ont fini par donner des images statiques des relations humaines qui ont peu à voir avec la réalité des pratiques. Les économies enclavées créées par les entrepreneurs cubains de Miami et fonctionnant sur la base de normes culturelles partagées entre employeurs et employés, de même que les ateliers textiles asiatiques de New York ou de la côte Ouest, prennent ainsi l’apparence de corps socialement et culturellement séparés des contextes d’arrivée et imperméables à leurs mutations12. De ce point de vue, en effet, l’entrepreneuriat immigré constitue un groupe qui est censé accentuer les traits typiques de l’encastrement entre sphères économique et sociale dans les choix des entrepreneurs. La « confiance performative » (enforceble trust) qui le caractérise repose sur la certitude que les termes de la transaction seront respectés du fait des liens partagés des contractants avec les sociétés d’origine. Le « contrôle » du respect de ces normes est assuré par l’ensemble de la « communauté ethnique », pour utiliser les mots d’Alejandro Portes qui, on l’a vu, a forgé la formule d’économie d’enclave13.

10Mais cet « encastrement » est-il complètement invasif ou connaît-il des limites ? Selon quelles modalités s’exerce-t-il par rapport aux caractéristiques de la main-d’œuvre et, surtout, de l’employeur lorsqu’il est migrant lui-même et censé se comporter suivant des logiques doublement encastrées, ethniquement et familialement contraignantes ? Comment les modes de gestion de la main-d’œuvre s’articulent-ils avec les changements du cadre institutionnel, avec l’histoire singulière de l’entreprise et l’histoire individuelle de ses gérants ?

  • 14 Un premier changement de raison sociale a eu lieu en 1955 et un deuxième en 1973. Cf. ACN, Entrepr (...)

11Une carrière dans une petite firme n’a rien de la simplicité qu’on a tendance à lui assigner. Comme toute trajectoire professionnelle, elle est complexe et, pour comprendre ses séquences et les logiques de son déroulement, il faut s’approcher au plus près de ces relations humainement épaisses qui se tissent au sein des entreprises. Pour ce faire, nous partons tout d’abord d’une série de réflexions qualitatives tirées d’entretiens semi-directifs répétés et approfondis avec les gérants d’une douzaine d’entreprises du bâtiment actives à partir de l’entre-deux-guerres, et plus particulièrement de l’entreprise C.&T. Fondée à Nogent au lendemain de la Première Guerre mondiale, elle change deux fois de raison sociale mais reste la même entité morale pendant 65 ans, jusqu’en 198514

Confiance et parentèle

  • 15 Martini, 2006, p. 93-106 et Zalc, 2010 ; Bruno, 2010.
  • 16 Zalio, 2004, p. 16-30 ; cf. Id., 1999, p. 32-36.

12L’étude des trajectoires des entrepreneurs migrants installés à Nogent nous a permis d’aller au-delà des interprétations culturalistes sur les héritages des « prédispositions professionnelles » de longue durée des populations migrantes. Les filières de placement participent à la dynamique de la circulation des hommes et de la spécialisation des travailleurs en les orientant vers des secteurs spécifiques dans les lieux d’arrivée15. La concentration, dans certains domaines professionnels, est façonnée par les opportunités économiques et les configurations des « scènes sociales » du contexte d’arrivée, mais s’avère être aussi le produit de l’adaptation d’expériences professionnelles préalables16. Traduites et appliquées à l’univers italien de la maçonnerie en région parisienne, de l’entre-deux guerres aux Trente Glorieuses, ces interprétations trouvent leur cohérence par la bouche et la perception même des protagonistes ou de leurs descendants. L’ethnicité partagée garantit selon eux d’une part la certitude d’avoir affaire à des ouvriers « courageux et habitués à travailler dur » et, d’autre part, la cohésion sociale indispensable pour réduire l’incertitude liée aux problèmes de surveillance et de coordination qui menacent le bon déroulement de la logistique des chantiers.

13La maîtrise de la langue (voire des langues) nécessaire pour communiquer avec les ouvriers et les fournisseurs constitue sans conteste, avec les connaissances techniques et les aptitudes à la coordination, la base du triptyque des capacités requises d’un chef d’équipe :

« D’abord il y avait des problèmes de langage, même mon père, si vous voulez, pour la conversation courante ça allait, mais quand il fallait donner des ordres, là lui d’abord il ne savait pas forcément les donner en français, et puis en face de lui il avait des gens qui parlaient italien » […] « Le montage levage, ça se résumait à très peu de choses au départ, un chef qui connaissait un peu les outils, et qui savait se servir des outils, et des gens qui obéissaient ! Tire ça, mets ça là, tape là-dessus, des choses élémentaires qu’ils avaient fait en tant que paysans… tourne la manivelle…, mais le chef il avait mis les treuils parce qu’il fallait des treuils… »

  • 17 Entretien avec Michel Taravella, Nogent-sur-Marne, 14 juin 2007.
  • 18 Baudry, 1994. Fredort, 2015.
  • 19 Entretien avec Louis Taravella, Nogent-sur-Marne, 10 décembre 1998 ; Taravella, Louis, Petite hist (...)

14Ces qualités n’épuisent cependant pas les critères énumérés dans les discours des employeurs pour définir les traits de l’excellence. Un bon ouvrier, selon Michel, le gestionnaire de la troisième génération de l’entreprise C.&T., est « un gars qui travaille bien, consciencieux et tout ça »17. Sur ce registre, on peut aller un peu plus loin en reprenant certains entretiens. Un élément alors évoqué, plus difficile encore à cerner, est la référence répétée à la confiance18. Le père de Michel, Louis Taravella (1920-2005) est l’un des témoins clé, avec ses enfants, de cette partie de notre enquête. En se référant aux chefs de chantiers de l’entre-deux guerres, qui n’étaient autres que le frère et le cousin de son propre père, il en parle comme de figures exemplaires, « comme on n’en trouve plus », « fiables », « toujours les premiers à arriver sur le chantier »19. Confiance et autonomie de la figure du chef de chantier vont de pair. Qu’elle soit composée d’un compagnon avec son aide pour les petites « corvées » ou de plusieurs « gars » pour construire un pavillon, chaque équipe d’une petite entreprise est très autonome, d’où l’importance d’un chef « régulier » par sa présence et scrupuleux sur le décompte des matériaux.

  • 20 Ibid., p. 19.

15À des époques où le réseau de transports collectifs restait assez lacunaire et les déplacements, y compris mécanisés, étaient longs et complexes, conduire des chantiers dans un rayon dépassant une heure de vélo à partir du siège devenait assez laborieux en termes de gestion. Ainsi, la construction entre 1929 et 1932 de plusieurs pavillons à Lozère dans la Vallée de Chevreuse, bien que située à 44 km seulement de Nogent, mobilisa un chef de chantier de l’entreprise Cavanna et Taravella avec quatre compagnons pendant quatre ans20. La durée initialement imprévue de ce marché entraîna une sorte de délocalisation de l’entreprise avec le transfert sur place en semaine du chef de chantier, surveillant des ouvriers qui faisaient, eux, la navette, et étaient encore capables, après une journée commencée à 5 h 30 du matin, de se défier à vélo à qui arrivait à Nogent le premier le soir. Dans ces conditions, en l’absence de compte-rendu journalier et de contacts téléphoniques fréquents (le téléphone était avant la Seconde Guerre mondiale plutôt réservé aux urgences), l’autonomie dont doit faire preuve un chef de chantier ne peut qu’être couplée à une bonne dose de confiance de la part de son employeur.

  • 21 La littérature en sciences sociales sur la confiance est extraordinairement vaste. Pour un aperçu (...)
  • 22 Entretien avec Michel Taravella, Nogent-sur-Marne 14 juin 2007.

16Définis en termes de coûts de transaction par les économistes néo-institutionnalistes ou comme modes de coordination déterminés par leurs conditions de production dans le cadre de la sociologie des conventions21, les problèmes évoqués par les gérants ont trait plus globalement aux difficultés à gérer la complexité de la nature humaine : des chefs de chantier « courageux », qui « travaillent bien et tout ça », riches de toutes les qualités professionnelles requises, mais qui sont tentés de s’approprier des matériaux fournis par les clients ; d’autres colériques et caractériels qui « pour un oui ou pour un non » quittent un chantier du jour au lendemain et laissent inachevé le travail, ou sans encadrement une équipe, en s’absentant en congé de maladie pour plusieurs jours22.

  • 23 Ponticelli, 2005, p. 135.

17Cela se traduit par des impératifs organisationnels très présents dans les souvenirs des patrons : sur les chantiers importants, un membre de la famille peut devenir incontournable. Lorsque Bonfils Ponticelli a, en 1938, un grave accident sur un chantier situé dans les alentours de Rouen, Lazare s’épuise à faire des aller-retour entre son propre chantier à Pauillac, à une quarantaine de kilomètres de Bordeaux, et celui de son frère resté sans chef : « La société a besoin de Bonfils ! Sans lui, elle n’a aucune chance de survivre… »23. Un frère est irremplaçable, tant dans la sphère intime que dans celle professionnelle.

  • 24 Les études historique ont contribué à définir l’interdépendance entre normes sociales et règles co (...)

18Cette dimension de la confiance dans les récits s’apparente à la dimension « familiale » des relations entre employeurs et employés. Souvent elle se couple, en la renforçant, à la dimension ethnique lorsque les entrepreneurs sont immigrés24. Un comptable d’origine italienne, un fils transportant les matériaux de l’entreprise, un gendre directeur d’une filiale, sont des choix dont la logique va de soi.

Fig. 1. Ponticelli frères dans l'entre-deux-guerres, s.d.

Fig. 1. Ponticelli frères dans l'entre-deux-guerres, s.d.

Source : Archives Ponticelli Frères. Lazare, premier à gauche, et Céleste, en bas à droite (© Ponticelli Frères).

  • 25 Des exemples de ces pratiques ethnofamiliales figurent dans Zalc, 2010, p. 144-161 ; Bruno, 2010, (...)
  • 26 Granovetter, 2003.
  • 27 Ibid., p. 180-188.
  • 28 Ibid., p. 202.
  • 29 Ménard, 1993 ; Bellandi, 2010.

19Ceci n’est d’ailleurs pas spécifique aux entrepreneurs étudiés ici25. Mark Granovetter en fait la clef de voûte de son analyse des traits caractérisant l’entrepreneuriat ethnique dans des contextes extrêmement éloignés de la banlieue parisienne du point de vue géographique, culturel, économique26. En même temps, il souligne jusqu’à quel point est importante une limitation des obligations parentélaires et ethniques. Pour exploiter les avantages de l’ethnicité il faut d’abord avoir la conscience d’appartenir à un même groupe ethnique, mieux encore du même lieu d’origine, ce qui conduit à construire des bornes en deçà desquelles l’intensité des relations est plus forte. Mais la cohésion ne doit pas se faire au prix d’une pression sociale et culturelle trop contraignante sur les entrepreneurs. Cela explique, selon Granovetter, le succès des entrepreneurs appartenant à une population immigrée de petite taille ou ayant une conception bien définie et délimitée de la parenté, centrée sur une structure patrilinéaire, comme par exemple pour les Chinois de la côte Ouest des Etats-Unis, en Indonésie ou dans les Philippines27. Ce périmètre défini, l’entrepreneuriat immigré peut tirer profit d’une accentuation de sa diversité. L’auteur explique de cette manière les avantages que ce « découplage » par rapport aux sociétés d’accueil comporte pour les minorités : il réside dans leur capacité à faire face aux conjonctures économiques difficiles. Granovetter insiste ensuite sur le fait que « l’avantage des affaires ethniques est le plus fort là où la ressource la plus problématique est la confiance ». Cela l’amène à mettre en opposition avantages de l’ethnicité et exigences techniques : « Quand au contraire il s’agit de la connaissance technique, l’avantage ethnique peut s’estomper »28. Cet argument touche un point important pour notre propos. L’opposition entre ethnicité et technicité est suggestive. Pourtant, soumis à une analyse plus rapprochée, le bâtiment n’entre pas entièrement dans ce schéma. Le « couplage » ethnique est ici nécessaire pour des raisons de surveillance, de monitorage, pour utiliser le vocabulaire de l’économie industrielle29. En même temps, il doit nécessairement s’accompagner d’un seuil minimal de compétence technique, évidemment plus ou moins important suivant la complexité des chantiers. Dans le cadre de l’activité d’une même entreprise, les deux dimensions peuvent ainsi s’articuler différemment selon le type d’intervention effectuée.

  • 30 En ce sens on peut affirmer, avec Franck Cochoy et Michel Grossetti, que ce sont « les activités s (...)

20« Il ne faut pas seulement savoir-faire, il faut aussi faire », insiste René Ponticelli, et, puisque les ouvriers idéaux sont par définition exceptionnels, un chef d’équipe « fiable » garantit l’efficacité productive et le gain de temps en termes de surveillance et de coordination. « Fiable » est à entendre ici dans un double sens : honnête dans les relations avec les fournisseurs et les clients, et capable de mener à bien un chantier. La mise en place de rapports basés sur une confiance facilitée par le partage de valeurs et de codes de comportement cohérents avec les impératifs du métier est nécessaire pour arriver à une concertation consensuelle sur les rythmes productifs, mais aussi pour négocier la répartition des responsabilités et des gains : non seulement la droiture morale et le respect des engagements donnés, mais aussi le goût de l’effort et le plaisir de réaliser du « beau » travail30.

Famille et direction de l’entreprise

  • 31 Granovetter, 2003, p. 176-183.
  • 32 Entretien avec René Ponticelli, Emerainville 5 décembre 2011.
  • 33 Pour des synthèses utiles sur les formes du capitalisme familial voir Henri, 1988 et Daumas, 2003. (...)
  • 34 Joly, 2008, p. 167 (HDR publiée sous le titre de : Diriger une grande entreprise française, 2013).

21La douzaine d’entreprises familiales dont on a pu reconstruire l’histoire à travers des entretiens approfondis sont extrêmement diverses par la taille, le type de réalisation et le statut institutionnel. Pourtant, il y a toujours au moins un membre de la famille qui réunit ces qualités et participe à l’encadrement. Sans aucune exception, parmi tous les entretiens d’entrepreneurs de la première ou de la deuxième génération interviewés, la mise en valeur du lien familial pour expliquer la position hiérarchique d’un membre de la maîtrise ou de la direction va de soi, ne nécessite pas de commentaires tant elle est évidente31. Pour de petites entreprises telles la Malchiodi frères ou la C.&T., des établissements moyens comme Provini ou encore de grandes entreprises familiales de la branche présentes dans notre territoire banlieusard jusqu’à la crise des années 1970, ces pratiques trouvent toute leur place même à des stades assez avancés de leur cycle de vie32. De même, se renforcent-elles, a fortiori, à un niveau encore plus élevé dans la hiérarchie interne des entreprises, celui de la direction. De ce point de vue, les entrepreneurs de notre échantillon qualitatif n’échappent pas à une règle plus générale de fonctionnement de la branche. En effet, le caractère familial de la gestion de l’entreprise est un trait qui caractérise le BTP au niveau national33, dans le contexte plus large de relative persistance du capitalisme familial en France ; au point qu’on a pu récemment affirmer que « le déclin du capitalisme familial dans cette branche connaît donc une spectaculaire exception »34.

  • 35 Ponticelli, 2005, p. 102. Sur les entreprises moyennes de la région lyonnaise en général, avec uni (...)
  • 36 Sur les logiques de transmission masculine dans les exploitations familiales agricoles ou artisana (...)

22Dans les discours des entrepreneurs en effet cette conception fortement connotée en termes « familialistes » de la direction de l’entreprise fait facilement surface. L’affaiblissement de la densité des liens causé par l’intervention d’un associé extérieur à la frérêche Ponticelli et de surcroît français, imposé par son frère Céleste, est à la base de la volonté de Lazare d’imposer une clause restrictive en cas de vente (pour pouvoir céder ses parts l’accord des trois autres associés est nécessaire). D’ailleurs, il ne se prive pas dans ses mémoires de se réjouir de l’éviction, assez rapide, de ce corps « étranger », comme il le définit explicitement, à la famille35. Les fonctions de secrétariat exercées par l’associé Émile Billoy, ou plutôt par sa femme, comme le suggère malicieusement Lazare, sont finalement assez vite confiées à un Italien recommandé par Adèle, leur sœur restée en Italie. Sans surprise, par la suite la direction de l’entreprise, devenue Société anonyme en 1932 mais dont la majorité des actions est détenue par les trois frères, sera toujours solidement ancrée à une idée de gestion familiale (masculine) partagée au sein de la frérêche par les trois fondateurs et ce malgré leurs divergences sur d’autres points. René, fils de Bonfils, le seul garçon de la deuxième génération, sera intronisé en 1967, à 36 ans, héritier de la direction de l’entreprise de fumisterie et levage, après avoir fait ses preuves pendant dix ans comme ingénieur responsable des travaux de plusieurs grands chantiers en France et à l’étranger36.

  • 37 Ponticelli, 2005, p. 171. Lazare Ponticelli parle également de l’organisation, après la mort de so (...)

« Dernier garçon survivant de la deuxième génération et conscient de la lourde responsabilité et des espoirs qu’il portait, il s’est attaché au développement de la Société familiale », explique Lazare37.

  • 38 Ponticelli Frères, 2010. Marie-José Cavanna

« J’étais le dernier du nom, les deux autres frères Ponticelli ayant perdu leur enfant mâle »38.

23Ainsi s’ouvre le récit de son neveu dans le volume de mémoire qui poursuit celui de son oncle. Le lien symbolique du nom et celui, biologique, du sang se conjuguent étroitement dans ces deux récits narrant la transmission de la direction. La convergence entre les acteurs principaux, en amont et en aval, du processus de transmission intergénérationnelle est sur ce point remarquable.

24Selon une logique familiale élargie, incluant cette fois les alliances, le gendre de Lazare, l’ingénieur des Arts-et-Métiers Roger Large, était devenu quelques années après son mariage le leader d’une nouvelle branche de l’entreprise, le département de tuyauterie. En 1946, l’ancien directeur de la raffinerie de Shell à Pauillac avait épousé Madeleine, la fille de Lazare. En 1949 fut fondée la Sarl PONTIC, dont il prit immédiatement la direction. L’expansion de PONTIC, dont Large deviendra plus tard actionnaire, risquait de conférer un poids dangereux aux héritiers de Lazare en ce qui concernait les équilibres internes à la firme, et notamment au fils unique de Roger et Madeleine.

  • * Mariés la 16 avril en 1884 à Borgonure, Plaisance. Dans ce schéma généalogique manque notamment la (...)

Fig. 2. Généalogie simplifiée des descendants de Giovanni Ponticelli (1856-1908) et Filomena Cordani (1866-ca. 1975)*

Fig. 2. Généalogie simplifiée des descendants de Giovanni Ponticelli (1856-1908) et Filomena Cordani (1866-ca. 1975)*
  • 39 Le fils du premier lit de son épouse, pourtant adopté par Céleste, n’apparaît dans aucune source é (...)
  • 40 Le 3 mars 1956 elle fut radiée du Registre de commerce sur la base de l’acte de fusion avec Pontic (...)

25En expliquant les lignes directrices du testament de son oncle Céleste, bâties autour du principe d’une transmission par voie masculine et souligne lui-même comment ce critère permit à Céleste, mort en 1992 sans descendants consanguins directs39, d’assurer un équilibre entre les héritiers de l’entreprise, d’autant plus que PONTIC avant été entre-temps absorbée par Ponticelli frères40.

« On retrouve là un petit peu le sentiment de la part de l’oncle Céleste que le frère Lazare avait plus profité que les autres…Il a montré sa vision, il voulait que ça continue…
D’ailleurs le jour où il m’a nommé directeur général je ne m’y attendais absolument pas, parce que j’avais avant moi Roger Large qui était très méritoire etcetera, mais il voulait que ce soit quelqu’un qui portait le nom et puis il avait parié que j’y arriverais et moi je m’y attendais pas, ça, parce que j’avais 36 ou 37 ans, c’était un petit peu tôt pour une entreprise qui était assez grosse ».

  • 41 Bessière et Gollac, 2008, p. 47-52.
  • 42 Ponticelli frères, 2010, p. 10-12.

26En cas de défaillance, ce principe strictement patrilinéaire aurait peut-être été remis en discussion. Mais ce ne fut pas le cas et le PDG désigné in fine (et formellement désigné en tant que Président et directeur général du conseil d’administration une quinzaine d’années seulement après sa nomination comme directeur, en 1985) fut un Ponticelli, selon un choix patronymique au sens strict, une logique du nom dont les ethnologues ont montré la vigueur au sein des familles des indépendants41. La mort précoce de ses cousins prédestinait le jeune René à cette tâche dès son enfance. Comme l’admet le protagoniste de cette histoire, son oncle Céleste, l’âme commerciale et gestionnaire de l’entreprise, n’a pas ménagé ses efforts pour parvenir à ce but42. Il s’est employé à faire en sorte que son unique neveu mâle parvienne à intégrer les rangs des Gadzarts et à obtenir le diplôme d’ingénieur après trois ans à l’École Supérieure des Ingénieurs des Arts-et-Métiers de Châlons-sur-Marne, ainsi qu’à acquérir la bonne connaissance de l’anglais qui était devenue indispensable pour une entreprise qui allait bâtir son développement sur la construction de sites pétrochimiques financés par des capitaux américains.

27La culture d’entreprise développée de manière explicite par Céleste et René Ponticelli dans les années 1970 est ainsi exemplaire d’une construction monolithique, entièrement axée sur la symbiose entre l’histoire familiale et celle de l’entreprise :

  • 43 Les 4/5 des actions sont possédés par des membres de la famille, les 20 % restant par des cadres d (...)

« Nous avons un actionnariat qui est stable, qui connaît bien l’histoire, qui veut poursuivre cette histoire, qui est convaincu que cette culture et cette histoire c’est un atout. C’est un intérêt bien compris43 ».

  • 44 Au niveau de la gestion et de la politique des acquisitions, cela a été notamment explicité et dis (...)

28Par ailleurs, certaines pratiques liées à cette histoire familiale, malgré la multiplication actuelle des descendants et les enjeux financiers qui ont pu les diviser, continuent de reproduire ce modèle, avec notamment l’interdiction pour les membres de la famille de vendre en dehors du cercle familial, ou la symbolique réunion annuelle de 70 à 80 membres de la famille, dont plusieurs travaillent dans l’entreprise avec des niveaux différents de responsabilité44.

29De la même manière, en retraçant l’historique de la gestion d’une entreprise telle que la Cavanna et Taravella, qui elle est restée une PME, l’interconnexion entre famille et direction dans le fonctionnement de leur entreprise est mise en avant par les héritiers :

  • 45 Entretien avec Michel Taravella, Nogent-sur-Marne, 14 juin 2007.

« Louis Cavanna, le père de Serge, lui n’a jamais vraiment… si, il faisait le maçon, mais il n’a jamais vraiment dirigé.
Mais mon père par respect de la famille et tout, il a conservé tant qu’il était vivant Cavanna et Taravella, et le patron c’était Louis Taravella, et Luigi Cavanna, voilà, tous les deux.
Il a conservé ça uniquement… et puis le père de Serge, il était content en plus de ça : « moi je suis encore patron de l’entreprise ». Il ne regardait jamais mais… »45.

  • 46 Pour une application historique du concept de parentèle active voir Cavallo, 2007, p. 112-135.
  • 47 Pour une définition de la maisonnée et de ses pratiques, dans le cadre de la parenté quotidienne ( (...)

30Lorsque les entrepreneurs parlent génériquement de famille, ils ne se réfèrent pas cependant à une seule et identique entité familiale. Selon les situations évoquées, ils font référence à des constellations familiales à géométrie variable, qui changent dans le temps, mais peuvent également présenter des variations synchroniques. La généalogie familiale fournit des relations potentielles qui diffèrent de la parentèle « active » présente dans la vie quotidienne de l’entreprise46. Nous reviendrons plus loin sur ce point pour affiner la définition de ce que les entrepreneurs entendent par famille, mais dès à présent il est nécessaire d’insister sur le caractère polysémique du terme. Ainsi, comme point de départ, dans le sillon de la définition de la maisonnée proposée par Florence Weber, nous adoptons une définition large de la famille entrepreneuriale, correspondant à une unité de production centrée sur la coopération de membres pouvant éventuellement, mais pas nécessairement, être co-résidents et soudés par des liens de parentèle ou d’affinité47. Il est toutefois évident que les acteurs eux-mêmes introduisent des distinctions au sein de ces ensembles familiaux au sens large. Il existe des cercles différents au sein de cette famille élargie imbriquée dans l’entreprise dont ils nous décrivent les dynamiques, où le lien biologique, le lien lignager conçu en termes de proximité dans la généalogie familiale, ou le lien juridique, peuvent avoir un poids considérable. L’entreprise C.&T. nous offre un cas d’étude extrêmement fécond à ce sujet, en premier lieu parce qu’elle réunit deux familles puisque ses deux fondateurs ont d’abord été beaux-frères.

La genèse de l’entreprise familiale

  • 48 Une fois fondée l’entreprise Ponticelli frères, Céleste et Bonfils s’établissent auprès de son siè (...)

31À l’origine, la fondation de l’entreprise en 1920 fait suite à la construction au début du siècle de l’immeuble financé par Pierre Cavanna et son épouse, arrivés à Nogent en 1868, par leur fils Dominique et leur gendre Dominique Taravella. Revenus en France après avoir servi dans l’armée italienne, les deux beaux-frères se mettent à leur compte. Dans le mythe fondateur de l’entreprise, se trouve au départ une mise en commun de capitaux et de savoir-faire par plusieurs noyaux d’une même famille. Ainsi, une fois construite sur un terrain appartenant au vieux Pierre Cavanna, rue Sainte-Anne à Nogent, une bâtisse qui représentait la preuve tangible de la capacité des deux jeunes chefs de chantier à bâtir un tel immeuble, tous les différents noyaux de la famille s’y installèrent. Le chef de chantier André Taravella, frère cadet de Dominique, le bras droit, et pivot sur le terrain, de l’entreprise active dès le mois de juin 1920, y trouva également un logement, où il résida jusqu’à sa mort48.

  • 49 Blanc-Chaléard, 2000, p. 156-182 ; p. 333-337. En observant les mutations sur la moyenne durée des (...)

32Pour des contextes plus récents, les ethnologues ont mis en avant les implications immédiates et stratégiques à plus long terme de la co-résidence de membres de la même lignée pour les maisonnées d’indépendants. On retrouve ici en œuvre des motivations semblables : tout d’abord la facilité logistique (réception des clients par les membres de la famille présents sur place, organisation des chantiers car le siège de l’entreprise se trouvait dans la cour, possibilité de partager la garde des enfants). Deuxièmement, une forme de répartition de l’usufruit de l’héritage à venir de la propriété parentale. Enfin, une visibilité sociale accrue par la concentration des fonctions économiques et résidentielles dans un immeuble localisé au sein de la zone d’installation privilégiée des immigrés italiens à Nogent49.

  • 50 Entretien avec Serge Cavanna, Nogent-sur-Marne, 3 avril 1998.
  • 51 Des formes semblables d’implantation caractérisent les immigrés de la Ciociaria, une région du Lat (...)

33À toutes ces raisons complémentaires, on peut ajouter une dimension ayant trait au passé des populations immigrées dont il est question ici. Historiquement, on retrouve des modes de résidence impliquant une forte proximité dans les communautés paysannes à l’habitat concentré, dont les Cavanna et Taravella sont originaires. Le petit village de Bolgheri à Ferriere est encore aujourd’hui à moitié formé par les maisons de la lignée des Cavanna issus de Dominique senior50. Dans une économie domestique où la mobilité est une source incontournable de revenus, on a vu l’importance de cette proximité, qu’on retrouve déclinée en ville sous la forme de la construction de pavillons contigus ou de voisinage dans la même rue, voire, le cas échéant, au sein d’un même immeuble51. C’est le cas à Nogent mais aussi à Puteaux, dans la banlieue Ouest, où la famille Ferrari a partagé les trois étages d’un même pavillon.

34Cet acte fondateur et ses conséquences résidentielles sont renforcés par d’autres comportements endogamiques de la famille, se déployant notamment selon des dynamiques à la fois lignagères et ethniques. Tous les descendants de la deuxième génération nés en France, trois garçons et une fille, exception faite pour Louis Taravella, le plus jeune, se marient dans l’entre-deux-guerres avec des Italiens ou des Français d’origine italienne, issus de la même vallée que leurs parents. Qui plus est, dans certains cas, les époux ont un lien de consanguinité.

Fig. 3. Généalogie simplifiée des descendants d’Antonio Taravella (1851-1898).

Fig. 3. Généalogie simplifiée des descendants d’Antonio Taravella (1851-1898).

Fig. 4. Généalogie simplifiée des descendants de Domenico Cavanna, Giuseppe Cavanna (1829-ca. 1870) et Giovanni Cavanna (1840-ca. 1890).

Fig. 4. Généalogie simplifiée des descendants de Domenico Cavanna, Giuseppe Cavanna (1829-ca. 1870) et Giovanni Cavanna (1840-ca. 1890).

L’entrepreneur comme notable

Mariages : des photos de groupe

  • 52 Collomp, 2001.
  • 53 Albera et Corti, 2000. Sur la consanguinité des élites des affaires lilloises au xixe siècle, des (...)
  • 54 Blanc-Chaléard, 2000, p. 392. Les Italiens sont les moins exogamiques des immigrés dans le New Yor (...)

35Un mariage célébré dans les années 1920, central dans la généalogie de cette grande famille et dans l’histoire du groupe d’immigrés qui a été défini comme « la petite Italie » de Nogent, illustre de manière saisissante le prolongement, transposé à l’étranger, du fonctionnement de maisonnées paysannes dans un espace urbain, certes passablement ‘italianisé’ dans l’entre-deux-guerres, mais de fait assez mixte ethniquement52. La branche Cavanna, pourtant particulièrement bien insérée dans le contexte économique local, reproduit à Nogent le mécanisme du mariage entre enfants de cousins germains typique des alliances montagnardes53. Le mariage de Louis Cavanna, enfant unique de Dominique Cavanna, avec Henriette Cavanna, fille du patron du « Grand Cavanna », le restaurant le plus couru par les Transalpins de Nogent, ressemble plus aux systèmes de parentèle de la paysannerie méditerranéenne qu’à ceux de l’ouverture ethnique qui caractérise pourtant les comportements des immigrés italiens de Nogent de l’entre-deux-guerres. À la différence de l’avant-Première Guerre mondiale, où ils représentent à peine 12 %, les mariages mixtes, même si l’on exclut les faux mariages mixtes avec des Français nés de parents italiens, se situent dans les années 1920, autour de 20 % et dépassent largement ceux d’autres groupes de la diaspora italienne, notamment de ceux installés à New York, selon les estimations de Marie-Claude Blanc-Chaléard54. Nés italiens à Nogent, et restés italiens pendant toute leur existence, les époux Cavanna font, en revanche, résolument partie de la majorité endogamique.

  • 55 ACN, Archives de l’état civil de la mairie de Nogent-sur-Marne, Actes de Mariage, 1926 (dorénavant (...)
  • 56 Pour une analyse sociologique de la photographie familiale voir Zalio, 1999, p. 164-168, qui cite (...)

36Que ce soit pour des raisons anthropologiques ou économiques, ou pour un mélange des deux, la célébration de cette cérémonie révèle, plus spécifiquement encore, la centralité que les Cavanna détenaient dans le milieu de la maçonnerie immigrée à Nogent. Il est possible de l’appréhender telle qu’elle apparaissait le jour même de cet événement à travers le croisement d’une source iconographique – la représentation photographique de ce mariage –, d’une source orale – les souvenirs d’un jeune participant à cette fête –, et d’une source écrite – l’acte de mariage célébré à la marie de Nogent le 24 juin 192655. Outre la fonction intégratrice du groupe familial, sur laquelle a attiré l’attention Pierre Bourdieu, cette photo a également pour rôle de souder le groupe ethno-professionnel dont l’époux fait partie56.

Fig. 5. Mariage d’Henriette Cavanna et Louis Cavanna, Nogent-sur-Marne, 24 juin 1926.

Fig. 5. Mariage d’Henriette Cavanna et Louis Cavanna, Nogent-sur-Marne, 24 juin 1926.

*Encerclés en rouge les deux associés de l’entreprise C.&T., de gauche à droite, Dominique Cavanna et Dominique Taravella ; encerclé en orange André Taravella, chef de chantier et frère de Dominique Taravella ; encerclé en jaune Louis Taravella, mon témoin (© S. Cavanna).

  • 57 Sur les multiples fonctions du Grand Cavanna, garni, bal et restaurant familial (mais aussi lieu d (...)

37Qui aurait eu à redire sur les avantages de cette union, conforme à toutes les normes sociales de ce milieu ? Au vu du nombre d’invités, les codes de la sociabilité familiale et professionnelle étaient respectés : parmi les convives du repas nuptial, les maçons étaient nombreux et tous les membres de la lignée issue de Domenico Cavanna senior immigrés à Nogent, le grand-père des pères des deux époux, étaient présents57.

  • 58 Gourdon, 2007, p. 469-495. V. Gourdon a également publié un article basé sur la même enquête mais (...)

38Moment sélectif par excellence, le mariage permet d’observer une sorte de synthèse des liens professionnels, amicaux, parentaux des époux. Ces derniers, et leurs familles, sont obligés de faire des choix, de faire émerger des liens privilégiés : témoins et invités au banquet de noce sont choisis sur la base d’arbitrages précis58.

Témoins de mariage : la génération des pères

  • 59 Denoyelle, 2005.
  • 60 Il habite rue des Jardins dans le foyer géré par la mère de l’épouse car son domicile d’éléction e (...)
  • 61 La mère de l’époux étant décédée, les époux sont entourés par le père et la mère de l’épouse. Le p (...)

39La photo de mariage traduit pour partie ces logiques par une mise en scène ordonnée des liens sociaux. Les enfants sont au premier rang, les époux sont assis au milieu avec leur famille proche également assise ; suit, derrière, une rangée de jeunes ; puis des rangs surélevés plus éloignés composés les membres de la profession et de la famille élargie avec leurs conjoints. Hommes et femmes sont rigoureusement alternés. Tout le monde est bien visible et en pose. Tous, y compris les enfants, regardent le photographe, ce qui confère à cette photo le caractère statique, figé, typique des photos officielles59. Sans s’attarder sur les codes stylistiques de la photographie de l’époque, il faut rappeler l’une des principales limites de cette source. Centrée comme elle est uniquement sur l’apparence formelle, la photo ne rend pas entièrement compte de la force de certaines des relations liant les époux aux invités. Dominique Taravella, l’associé du père de l’époux, est debout sur la droite avec son épouse Angèle, dans une position apparemment excentrée, alors qu’en fait, si l’on examine l’acte de mariage, la position des Taravella redevient tout à fait centrale. En effet, le témoin de l’époux de ce beau mariage est Dominique Taravella, qui est, en même temps que son oncle par alliance (étant le mari d’Angèle, la sœur de son père), son patron, car le jeune Louis Cavanna est depuis quelques années employé dans la maison familiale. Le deuxième témoin est choisi également à l’intérieur de la famille et du métier. Il s’agit de Jacques Cavanna ; lui aussi est maçon et oncle paternel, cette fois de l’épouse60. Le jeune âge des mariés, tout juste majeurs, 21 ans chacun à peine, rend particulièrement solennel le moment de la signature du registre municipal, dominé par la génération des parents, qui signent également l’acte matrimonial61.

Fig. 6. Les Taravella au mariage Cavanna.

Fig. 6. Les Taravella au mariage Cavanna.

À droite Dominique et son épouse Angèle Cavanna, tante paternelle de l’époux, et à gauche, assis, André, son épouse et ses enfants. En haut à gauche Marie Taravella, fille de Dominique et Angèle. En bas à droite, assis avec son chien, Louis Taravella, fils de Dominique et Angèle, mon témoin.

  • 62 Cavanna, 1978, p. 152.

40De manière tout à fait symétrique, deux mois plus tôt, Dominique Cavanna a été le témoin au mariage de la fille de son associé, Marie Taravella, avec Jérôme Cavanna. Ce dernier, de même nom mais pas de la même lignée, travaille comme maçon dans l’entreprise C.&T. et choisit comme témoin non pas un membre de sa propre famille biologique et de sa génération mais son patron (associé de son beau-père et oncle maternel de son épouse) tandis que le témoin de l’épouse sera l’oncle paternel de cette dernière, et chef de chantier de l’entreprise, André Taravella62.

41Pour trouver des jeunes de la génération des époux, il faut se tourner vers la photo du mariage (Fig. 7). La sœur de l’époux est à sa droite, en l’absence de parents vivants en France. Derrière les époux se trouve également une rangée de jeunes gens, mais il s’agit là encore de membres de la famille, et plus particulièrement de la famille élargie de l’épouse, parmi lesquels on reconnaîtra, juste derrière les mariés, les fiancés Louis et Henriette Cavanna bientôt mariés à leur tour.

42L’oncle Dominique Cavanna se trouve au premier rang mais à l’extérieur, dans une position semblable à celle que prendra son associé au mariage de son fils. Le deuxième témoin, l’oncle André Taravella, est assis encore une fois avec son épouse, comme dans la photo précédente, au premier rang, en témoignage de la place centrale occupée dans l’entreprise familiale.

Fig. 7. Mariage de Marie Taravella et Jérôme (Nino) Cavanna, Nogent-sur-Marne, 12 avril 1926, propr. Serge Cavanna.

Fig. 7. Mariage de Marie Taravella et Jérôme (Nino) Cavanna, Nogent-sur-Marne, 12 avril 1926, propr. Serge Cavanna.

*Encerclés en rouge les deux associés de l’entreprise C.&T., de gauche à droite, Dominique Cavanna et Dominique Taravella ; encerclé en orange André Taravella, chef de chantier, témoin et oncle de l’épouse ; encerclé en jaune Louis Taravella, mon témoin (© S. Cavanna).

  • 63 À l’époque contemporaine, c’est dans les campagnes que le choix des parents est majoritaire, contr (...)
  • 64 La position professionnelle semble ainsi l’emporter sur la place dans la parentèle qui confère aux (...)

43Liens lignagers et professionnels se chevauchent dans une même hiérarchie où l’emprise de la génération des pères est encore une fois sans faille63. Leur rôle dominant s’accompagne d’une superposition entre sphère privée et professionnelle particulièrement serrée dans la composition de la liste des invités. Ce chevauchement est déjà évident dans le mariage de la fille de D. Taravella mais s’observe surtout dans celui du fils de D. Cavanna, où l’on peut remarquer bien des ouvriers de l’entreprise et plusieurs des jeunes entrepreneurs et maçons à façon émiliens de Nogent, tels Antoine Giovanale, Jean Tribolati, Bonfils Cavanna. Anciens ouvriers de l’entreprise et désormais tâcherons à leur compte, ces derniers gardent plusieurs liens avec leurs hôtes, y compris des liens de parenté : les trois ont épousé des Cavanna. L’un d’entre eux, Bonfils Cavanna, d’une autre lignée Cavanna de Bosco Nure, avait même choisi Dominique Cavanna, son patron en même temps que le cousin de son épouse, comme témoin de son mariage isonomique célébré au lendemain de la guerre le 21 janvier 192164.

  • 65 Au début du xxe siècle ce rôle avait été joué par l’un des premiers entrepreneurs maçons de Nogent (...)

44Non seulement sa position sociale, mais aussi la forte personnalité de Dominique Cavanna ont également contribué à renforcer son image auprès de ses proches et de ses confrères. Il est décrit par son neveu Louis Taravella – l’enfant avec le chien au premier rang en bas à gauche de la photo du mariage Cavanna – comme un homme « grand » d’où émanait une « force tranquille », capable d’aider sans contrepartie et avec beaucoup de discrétion. Cet homme charismatique réunit tous les traits du notable de ce milieu. La foule à ses funérailles est restée dans la mémoire de ses petits-enfants65. Une enquête dans le registre des mariages de Nogent entre 1903 et 1962 a permis de constater qu’à eux deux, Dominique Cavanna et Dominique Taravella ont été témoins d’une dizaine des quelque 106 mariages d’entrepreneurs maçons ou de leurs proches que j’ai pu repérer.

Des individus au groupe : mariages et liens professionnels

  • 66 Le biais est lié sans doute au fait que quasiment tous les témoins de l’entre-deux guerres, y comp (...)
  • 67 Cette forte marque socioprofessionnelle va à l’encontre de la faible importance accordée par les d (...)

45Au départ conçue comme une recherche visant à compléter la généalogie des familles Cavanna et Taravella, l’analyse des actes de mariages, et notamment des listes des témoins qui y figurent, s’est rapidement révélée précieuse non seulement pour définir le périmètre familial et amical des époux, comme on pouvait s’y attendre pour des mariages du xxe siècle, mais aussi, de manière moins attendue, le milieu professionnel des hommes, époux et pères notamment, concernés par ces actes66. Plus que le contour d’une vague insertion urbaine, le choix des témoins semble ainsi dessiner la dynamique de l’intégration professionnelle masculine67. Pour étayer ces observations, l’enquête a été par conséquent élargie aux mariages repérés à travers les listes décennales à partir des patronymes des entrepreneurs de Nogent.

  • 68 Notons par ailleurs que les mariages que nous avons examinés sont dissous de manière rarissime par (...)
  • 69 L’analyse des mariages permet en d’autres termes de montrer que l’appartenance professionnelle coï (...)

46Dans un premier temps, l’échantillon a été constitué par les actes de mariage d’entrepreneurs de la maçonnerie actifs sur la place de Nogent (selon les registres des patentes et les listes nominatives des recensements) célébrés à la mairie de la commune. Les vingt-deux premiers mariages ainsi repérés ont révélé tout d’abord l’existence d’un milieu très enraciné dans le territoire communal dès le début du siècle. Bon nombre de ceux qui ouvrent des chantiers à Nogent habitent et se marient à Nogent, comme l’atteste le fait que les mariages d’environ la moitié des entrepreneurs du milieu des années 1950 ont pu être identifiés. À ce premier corpus d’actes ont été ajoutés les mariages des époux portant les patronymes de ces entrepreneurs dans le but de saisir les alliances de leurs enfants et de leurs proches mariés à Nogent entre 1901 et 196268. Cet élargissement a mis encore plus nettement en évidence une deuxième caractéristique de ce milieu de maçons. Malgré sa formation relativement récente, il est apparu, pendant toute la période examinée, très profondément interconnecté69. L’appartenance communautaire a sans doute contribué à resserrer ces liaisons. Cela est spécialement évident pour les 23 mariages de 1901 à 1918, dont 19 concernent des époux portant des patronymes d’entrepreneurs italiens et 4 ceux d’entrepreneurs limousins ou nogentais. La très grande majorité de ces actes (11 sur 19) unissent des immigrés nés en Italie, 6 des immigrés nés en Italie avec des époux ou épouses nés en France mais portant un patronyme italien, et seulement 2 de ces unions sont des mariages mixtes unissant un époux né en Italie ou en France et portant un patronyme italien avec un époux né en France et portant un patronyme français.

  • 70 Blanc-Chaléard, 2000, p. 305-324 ; Rainhorn, 2002, p. 88-89.
  • 71 Les études sur les artisans parisiens du xixe siècle sont moins nombreuses que celles sur l’époque (...)

47Contrairement à ce qui se passe pour d’autres immigrés parisiens, plus éparpillés du point de vue des origines et des professions, l’endogamie matrimoniale représente pour les immigrés de la vallée du Nure un élément de cohésion aussi puissant que pour les commerçants des Apennins méridionaux de la Villette, le groupe de Ciociari qui se distingue par ses liens croisés, professionnels et matrimoniaux, au sein de la population italienne du quartier70. Ainsi, de manière plus semblable à ce qu’ont montré les historiens de l’époque moderne pour le faubourg Saint-Antoine prérévolutionnaire, qu’à ce qui se passe parmi la partie majoritaire des Italiens de la Villette ou de l’Est Parisien, les parents et les témoins des épouses appartiennent le plus souvent au même milieu professionnel que les époux et les témoins sont choisis parmi les membres les plus en vue du métier71.

  • 72 ACN, Archives de l’État civil de la mairie de Nogent, Mariages, 1947, n. 168 (dorénavant Mariages)

48Tout se passe comme si les liens professionnels et ethniques se renforçaient mutuellement. Les entrepreneurs maçons sont très fréquemment les témoins au mariage des membres de leurs familles ou de leurs confrères. Suivant le principe hiérarchique que nous avons vu en œuvre chez les Cavanna et les Taravella, des entrepreneurs d’âge mûr sont les témoins de maçons, commis et jeunes patrons maçons. De même, lors des mariages de métreurs ou enfants d’entrepreneurs de Travaux publics, les ingénieurs ont la part belle. Mais apparaissent également les traces de la collaboration sur les chantiers des différents corps de métier du bâtiment : ainsi le 17 juillet 1947 au mariage de Rosine, couturière et fille de l’entrepreneur maçon Jean Tribolati, avec Antonio Ferrari, entrepreneur de menuiserie né à New York de parents nés à Ferriere, signent comme témoins les deux frères Arata, l’un entrepreneur maçon, Pompeo, et l’autre peintre en bâtiment, Bonfils. À eux quatre ils auraient pu construire un pavillon en sortant de l’hôtel de ville72.

Des échanges en circuit clos ? Fermeture et porosités

Un univers cloisonné

  • 73 Mariages, 1928, n. 112. Le 23 août 1928 Lucien Eugène Gouny, dessinateur, épouse une Denise Alphon (...)

49Dans la meilleure des traditions artisanales, sous-traitance et tâcheronnat créent des rapports de coopération que les mariages au sein de la communauté immigrée renouent et renforcent par des liens sociaux en dehors du chantier. On pourrait objecter que pour les migrants d’origine émilienne ce choix s’imposait, étant donnée la concentration massive dans le bâtiment à Nogent observée précédemment, mais cela est vrai aussi pour les maçons issus de filières migratoires plus modestes. Un troisième élément mis en lumière par ces actes est en effet l’étanchéité entre les différentes composantes ethniques de l’entrepreneuriat. Au niveau des relations – fortement symboliques – que représentent les témoins au mariage, aucun mélange entre les groupes de différentes origines ne se fait. Alors que l’obéissance à la règle des affinités professionnelles est générale, aussi bien au début du siècle que dans les années 1950, on ne choisit que rarement des témoins en dehors de son milieu, quitte à prendre ses propres parents pour garants de l’union73.

  • 74 Mariages, 1928, n. 96, 1 août 1928.
  • 75 Mariages, 1932, n. 172.

50Les Limousins, notamment, demeurent fidèles à leurs attaches non seulement au début du siècle, mais aussi beaucoup plus tard. Pierrette, la fille de Pierre Turquet, elle-même sténodactylographe comme beaucoup des filles d’entrepreneurs de la maçonnerie, toutes origines confondues, épouse en 1928 un imprimeur creusois résident à Paris, mais né à Guéret, en présence d’Auguste Boudacher, maçon comme son père et vivant dans un foyer de Nogent, et de Léonard Rachet, agriculteur propriétaire à Coussières, dans la Creuse74. À la même époque, Madeleine Aussudre épouse à 19 ans, le 12 novembre 1932, Raymond Leveau, conducteurs de travaux publics, né et domicilié à Montreuil, fils d’un maraicher (horticulteur). Le père de Madeleine est mort, mais les témoins sont son grand-père Pierre Aussudre, Limousin né dans la Haute-Vienne, désormais rentier mais qui a été l’entrepreneur de travaux publics le plus important de la place dès le début du siècle et, du côté de l’époux, un Eugène Leveau, pareillement rentier et résident à Pantin75.

  • 76 Mariage entre Louis Alexandre Misgault, maçon, père décédé et mère cultivatrice, et Louise Julie L (...)

51De la même manière, si l’on considère les entrepreneurs locaux, par exemple les Misgault, ni aucun Italien, ni aucun Limousin n’est témoin aux mariages de ses enfants. Les témoins sont systématiquement choisis dans un cercle, élargi aux villes voisines, de propriétaires, maraichers et cultivateurs locaux76.

  • 77 Mariages, 1933, n. 56, Mariage entre le maçon Joseph Vito Dusio et Madeleine Marchetti, le 27 mai (...)
  • 78 Qu’il ait de bonnes relations parmi les Italo-nogentais du bâtiment, est confirmé par le fait qu’i (...)

52Bien que, dans l’entre-deux-guerres, les entrepreneurs soient quotidiennement confrontés à la diversité de leur main-d’œuvre et aux relations avec des sous-traitants de diverses provenances, la mise en scène publique des relations semble résister durablement au mélange des origines. Certes, il s’agit d’une endogamie qui se reproduit entre époux pour l’écrasante majorité née à Paris ou dans sa banlieue, surtout à partir de la fin des années 1920, mais les relations mobilisées restent résolument intracommunautaires. Pour les Italiens, le mélange se fait uniquement entre Émiliens et Piémontais. Les entrepreneurs piémontais Dusio, malgré les nombreux mariages avec des femmes du Val Nure, continuent dans la mesure du possible à privilégier des témoins issus de Gremiasco, toujours des hommes jusqu’à la guerre, plutôt que les parents de leur épouse77. L’adoption de ce fonctionnement communautariste est par contraste confirmée par l’absence de témoins italiens à des mariages hors norme tel celui d’une Pareti « artiste », travaillant sans doute dans un cirque, qui épouse un dompteur, ou celui d’un entrepreneur d’une quarantaine d’années qui épouse une Française dont il pourrait être le père. Dans ces deux cas il s’agit de mariages doublement « découplés », selon les mots de Mark Granovetter, en dehors du métier et en dehors de la communauté, avec des partenaires nés en France et de parents portant des patronymes français. Pour des mariages ethniquement découplés, mais plus conventionnels en termes sociologiques, la profession reste le liant le plus puissant. Ainsi, Albert, fils d’Angela Labati et d’un maître maçon actif au Perreux et à Nogent, Attilio Cavanna, épouse le 28 décembre 1961 la Nogentaise Julienne Vanden Daele, sténodactylographe et orpheline de père. La carrière d’Albert, né au Perreux où il exerce comme métreur, a sans doute primé sur celle de son épouse puisque le couple prend comme témoins deux professionnels du BTP : Roger Levasseur, son patron français au Perreux, et Marcel Zedet, monteur-électricien à Nogent78.

  • 79 À l’instar de Rosine, Rina est enregistrée comme couturière. Mariages, 1955, n. 20, 5 février 1955 (...)

53Mais nous rentrons avec ce mariage dans une époque nouvelle. Dès le début des années 1950 les mariages exogamiques, en dehors de la communauté, sont plus nombreux. De plus, la quasi-totalité des époux sont nés en France. Enfin, une transformation aussi nette que rapide par rapport à la relative stabilité en termes sociologiques des témoins de la première moitié du siècle apparaît clairement dans notre échantillon, y compris pour les mariages endogamiques (encore plus de la moitié des 25 actes). Une mutation générationnelle et une féminisation progressive des témoins conviés s’affirment dans la majorité des 25 actes compris entre 1945 et 1962. Cela n’estompe pas la force des liens professionnels : les maçons, entrepreneurs et agents de maîtrise continuent d’être très massivement représentés dans 18 sur 25 des actes (et dans une douzaine de cas, il s’agit d’ingénieurs, chefs d’équipe et entrepreneurs), mais souvent ces présences liées à la solidarité ou au patronage professionnel sont associées à celle de témoins de la même génération que les époux, mais aux professions plus variées. Cela au détriment des générations anciennes choisies autrefois au sein de la famille. Ainsi, contrairement à sa sœur Rosine, Rina, la plus jeune fille de l’entrepreneur maçon Jean Tribolati, se marie en 1955 en dehors du milieu du bâtiment avec un tourneur en métaux parisien. En cohérence avec son choix, elle prend comme témoins un imprimeur et un conducteur de la RATP résidant à Paris79.

Vers une ouverture

  • 80 Raymond Pellicia, magasinier, né à Paris, a 32 ans lorsqu’il épouse Maria Modesta Castellotti, 23  (...)

54Malgré l’affaiblissement du rôle de la parentèle, notamment de la génération des parents, l’endogamie des mariages de l’après Seconde Guerre reste surprenante ; elle concerne encore la moitié des mariages dont l’un des époux porte le patronyme d’un entrepreneur italien ou né italien de Nogent (soit 11 actes sur 22, les trois restants concernent des entrepreneurs d’origine limousine ou nogentaise). Les immigrés de la vague migratoire des années 1950, nés en Italie, épousent des jeunes femmes à peine arrivées à Nogent, sans doute pour l’occasion, dont les parents sont cultivateurs et résident dans leur village d’origine. Mais même lorsqu’on est né en France, on peut encore, comme par le passé, aller chercher son épouse au village, comme ce fut le cas pour Raymond Pellicia, qui épousa une Maria Modesta Castellotti née à Pontremoli, en Lunigiana, une région des Apennins à la frontière entre Toscane et Ligurie, le 1er août 195580.

  • 81 Sabean, Teuscher et Mathieu, 2007, p. 16-22.
  • 82 Hirsch, 1991, p. 285.

55S’agit-il d’une endogamie due à la nécessité d’instaurer des liens forts dans une époque d’intense transformation économique, comme le suggère un ouvrage récent sur l’histoire de la famille européenne ? Selon les éditeurs de ce volume collectif, l’entrée dans ce qu’ils appellent la seconde phase de transition dans l’histoire de la famille européenne, à partir de la fin du xviiie siècle, correspond à une époque où les mariages sont plus endogamiques81. Le développement du commerce et de l’industrie favoriserait des liens intimes et des alliances plus serrées car, parallèlement, les structures institutionnelles du système patrilinéaire s’affaiblissent. D’où un certain entêtement endogamique des élites socio-économiques qui peut dépasser le xixe siècle et se prolonger au xxe siècle. Dans notre cas l’indéniable persistance du goût pour des alliances endogamiques au sein de groupements à la fois ethniques et professionnels, au moins jusqu’à la dernière vague de primo-arrivés de l’après Seconde Guerre mondiale, semble être le fruit d’un autre type d’incertitude, celle liée à la mobilité et à l’accès à l’indépendance des premières générations de travailleurs immigrés. En même temps, ces alliances « nécessaires » ont été couplées à des liaisons institutionnelles, car pour utiliser les mots de Jean-Pierre Hirsch : « les ressources et les vertus du privé trouvaient assez rapidement leurs limites »82. Même dans le royaume des petits, les collaborations entre proches finissent par se traduire dans des sociétés formellement instituées.

  • 83 Ibid., p. 120-141 ; p. 303-313 ; p. 441.

56Portés par leurs attaches et par leurs marchés, les maçons immigrés nogentais semblent adopter, à leur manière montagnarde, des solutions qui se rapprochent fortement de celles des commerçants lillois de la première moitié du xixe siècle, où l’articulation entre sphère privée et sphère économique est étroite83. Même si nous sommes loin des sommets du commerce et de l’industrie dont Hirsch étudie les liaisons, il est indéniable que les patrons de la maçonnerie nogentaise utilisent non seulement les liens matrimoniaux, mais aussi les institutions disponibles du droit commercial, et notamment les associations entre parents et les mutations de statut juridique de l’entreprise, pour fonder leurs affaires sur une assise institutionnelle solide. Comme leurs homologues plus cossus, ils sont obligés de composer également avec les institutions du droit familial, notamment le droit matrimonial et le droit de succession, en les pliant à leurs exigences : dans certains cas en adoptant la séparation des biens, à travers le maintien des indivisions, ou en réglant la cession de parts dans le cadre de transactions intrafamiliales ; ce qui a été vital pour la survie de bien des entreprises familiales. Les frères Malchiodi, par exemple, tout comme les Cavanna, ont épousé des Françaises à la fin des années 1950, soit quelques années après leur arrivée. Ils ont été à tour de rôle les témoins l’un de l’autre et ont largement profité de la proximité résidentielle pour cohabiter et s’adonner aux partages et transferts de la propriété de leurs maisons. Ils ont également soutenu l’affaire familiale de restauration, montée par leurs épouses et leur sœur Marie.

57Les pratiques de la sociabilité ont donc également contribué à raviver ces liens. Comme pour d’autres milieux, au moins jusque dans les années 1950, les réceptions et les réunions familiales étaient des moments de partage régulièrement réitérés. La grand-mère Cavanna réunissait une ou deux fois par an, à Noël et Pâques, toute la famille autour de ses « ravioli » appelé dans la région « tortelli ». De même, les quatre frères Ponticelli, « les entrepreneurs », y compris François, patron d’une entreprise de maçonnerie cliente de Ponticelli frères, se retrouvaient régulièrement le dimanche et pour les fêtes de fin d’année chez Céleste Ponticelli, arbitre et pôle magnétique des affaires familiales (Fig. 8).

  • 84 Zalio, 1999, p. 92-100.

58Comme le résume admirablement la photo réunissant une centaine d’invités au mariage d’Henriette et Louis Cavanna, la maçonnerie immigrée constitue, entre le début du siècle et les années 1960, une formation ethno-professionnelle réunissant tous les niveaux hiérarchiques du métier et soudée par de multiples liens de parenté et d’affinité (Photo 1). Bâtie autour d’alliances matrimoniales endogamiques et de l’emprise de la génération des pères (le plus souvent nés en Italie) jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, elle est perçue comme telle par les contemporains et repose sur des formes de sociabilité ainsi que sur des relations patriarcho-professionnelles propres à ce milieu. Ses notables y jouent un rôle structurant, comparable à ceux des leaders de milieux professionnels plus complexes et économiquement beaucoup plus puissants84.

Fig. 8. La famille Ponticelli réunie chez Céleste dans les années 1930.

Fig. 8. La famille Ponticelli réunie chez Céleste dans les années 1930.

*Encerclés en rouge les fondateurs de l’entreprise, en jaune les membres de la famille ayant travaillé dans l’entreprise. En haut à gauche, Céleste, son fils Pierre, François, Lazare,
Léon Trabet-Ponticelli, fils adoptif de Céleste, Victor Pai Toschi, mari d’Adèle Ponticelli et sa fille Josette, Bonfils. En bas, à gauche Madeleine Ponticelli et à droite Réné Ponticelli(notre témoin). Au centre de la photo la mère Philomène Cordani (© Ponticelli Frères).

Dynasties familiales en mouvement

59La force des liens parentélaires-professionnels est puissante et durable. On ne peut alors s’étonner du fait que, comme on l’a évoqué en analysant photos et actes de mariage dans l’entre-deux-guerres, tous les garçons parmi les enfants des patrons de la C.&T., Louis Cavanna (par ailleurs fils unique), et son cousin Jean Taravella, puis son frère, le jeune Louis Taravella (notre témoin), intègrent l’entreprise de leurs pères. Le gendre de Dominique Taravella, Jérôme, y travaillera également, d’abord comme maçon, puis comme chauffeur. La collaboration au sein de l’entreprise entre membres situés sur le même échelon généalogique se transpose ainsi à la deuxième génération. Du point de vue résidentiel également, la contiguïté continue d’être impressionnante : les patrons et leurs enfants mariés vivent tous dans un nouvel immeuble construit par l’entreprise au début des années 1930 à la lisière de la petite Italie nogentaise, où est transféré le siège de l’entreprise. Encore une fois, l’exception est Louis Taravella, qui se marie pendant la guerre avec une Française d’origine allemande et habite tout au long de sa vie dans un appartement situé à quelques centaines de mètres de la maison paternelle où se trouvait le siège de l’entreprise, qui a été son quartier général jusqu’à ses derniers jours.

  • 85 Taravella, Petite histoire, s. d., « Commencée à l’aube du xxe siècle, j’espère qu’elle attendra l (...)

60Le plus jeune des enfants Taravella, celui qui en 1932 avait le plus souffert de l’éloignement de sa grande mère Cavanna et de la sociabilité de la rue Saint-Anne, immortalisée par Les Ritals de François Cavanna, s’affranchit une fois adulte d’une proximité trop étroite avec la famille qu’il côtoie quotidiennement au travail. Fait-il déjà partie de la génération de l’après-guerre, des enfants nés Italiens mais en France et mariés en dehors du cocon communautaire, ou s’agit-il d’une simple décision liée à l’indisponibilité de logements dans l’immeuble de la rue Lebègue ? Quoiqu’il en soit, Louis part en location dans un immeuble d’un organisme public qu’il finira par acquérir pour y rester jusqu’à la fin de sa vie. Cet éloignement relatif ne l’a pas empêché d’avoir une conception familialiste de l’entreprise qu’il a dirigée informellement dès la fin des années 1950. Bien qu’après la mort de Dominique Cavanna l’entreprise fût administrée sans trop d’ingérences par les Taravella, le récit des événements, que Louis a reconstitué à plusieurs reprises, part toujours de l’histoire parallèle des deux fondateurs85.

  • 86 Zalio, 1999 ; Bessière et Gollac, 2008 ; Bessière, 2010.

61La famille ne se laissait pas facilement oublier : le patrimoine indivis, quatre immeubles dont trois à Nogent et un au Perreux, était là avec ses revenus et ses transactions à chaque décès ou cession de propriété, notamment ceux des fondateurs, pour rappeler que tout cela était le fruit d’une entreprise commune et partagée. Comme les ethnosociologues l’ont montré, au-delà des normes juridiques, qui peuvent être adaptées voire contournées, les acteurs ont tendance à donner des obligations familiales une interprétation personnelle86. Lorsqu’ils dirigent des entreprises familiales, à l’instar de Céleste Ponticelli ou de Louis Taravella, ces interprétations subjectives peuvent se traduire en formes concrètes de représentation de l’équité intra-familiale. Les moments de la transmission de la propriété, ou les changements de statut de la firme, rendent explicites ces constructions de l’équité familiale imaginées par leurs leaders.

62Pour les Cavanna et Taravella, la transformation institutionnelle de l’entreprise en société anonyme en 1973 rend obligatoire un certain nombre de procédures administratives qui ont pour retombée, entre autres, de formaliser certains mécanismes de fonctionnement intrafamiliaux. En premier lieu, la répartition des actions se fait sur la base d’une rigoureuse équivalence de l’héritage des parts de la famille entre les ayants droit des deux fondateurs, mais intègre aussi deux membres de la troisième génération impliqués dans l’activité de promotion : Serge Cavanna et Jean Taravella. Aussi, des 200 000 francs de capital répartis en 2 000 actions de 100 francs, Louis Cavanna, le fils du fondateur Dominique Cavanna, détient la majorité des actions, soit 900 parts, les trois enfants de l’autre fondateur (Louis – le PDG-Marie et le fils du décédé Jean, Pierre) ont 300 parts chacun. Enfin, les 200 parts restantes sont réparties entre Jean Taravella, qui détient désormais 100 actions, Serge Cavanna, 50, et son père Louis, qui se voit attribuer les 50 dernières parts, ce qui rendait la répartition entre les Taravella et les Cavanna parfaitement équilibrée. Comme aux débuts de l’entreprise, chaque lignée était propriétaire de 50 % des parts. Cette répartition ne se résume pas à une simple rationalisation de la distribution des titres de propriété de la maison, mais reconnaît également le rôle des enfants (mâles) aînés de la troisième génération. Ainsi, les administrateurs de la société entre 1973 et 1985 sont au nombre de trois : Louis Taravella, président, Serge Cavanna (cadet de Marie-José, mais seul garçon de Louis Cavanna) et Jean Taravella (aîné des trois garçons de Louis). Par la suite, chaque assemblée générale renouvelle cette réunion familiale pluri-générationnelle impliquant la présence de toutes les branches des deux lignées ayant droit à l’héritage de l’entreprise.

  • 87 Sur l’utilisation des comptes courants de certains membres de la famille pour assurer le fond de r (...)

63Les obligations formelles imposent une publicité du bilan et une collégialité des décisions le concernant. Elle réactive les relations familiales quelque peu distendues dans les années 1970 entre les actionnaires, qui se réunissaient désormais seulement pour des événements familiaux exceptionnels, tels baptêmes, décès ou mariages. Certes rituelles, elles sont cependant révélatrices du degré d’implication de certains des membres de la famille dans la vie de l’entreprise. À ces réunions autour du bilan, formalisées depuis 1973 par le compte-rendu de l’assemblée générale des actionnaires, participent toujours les membres anciens de la maisonnée qui témoignent, à travers leur présence, de la prégnance de cet entre-soi familial. La répartition des rôles, lors de l’assemblée réunissant toujours au moins six actionnaires de l’entreprise, est également respectueuse à la fois des fonctions, des hiérarchies familiales et de l’équilibre entre les branches Cavanna et Taravella : Louis Taravella, le PDG, préside, sa tante Marie Taravella Cavanna et son oncle Louis Cavanna sont scrutateurs et le fils de ce dernier, Serge, ingénieur de travaux publics, est le secrétaire. Le commissaire aux comptes, également le comptable de l’entreprise, participe à l’assemblée et fait le compte-rendu des comptes annuels après le compte-rendu des administrateurs. Tous les représentants de la deuxième génération vivants et actionnaires, malgré leur âge avancé, sont présents jusqu’à la dernière assemblée, contrairement à d’autres ayants droit de la troisième génération qui ne participent pas à la réunion de 1985. C’est pourtant lors de cette assemblée que l’on décida de donner le quitus au conseil d’administration, mais de ne pas augmenter le capital de 200 000 à 250 000 francs et donc, compte tenu du montant de la dette accumulée à partir de l’année 1981, de procéder à la dissolution de l’entreprise. Le fond de roulement avait, dans cette conjoncture difficile, été assuré par les prêts en compte courant des actionnaires, des prêts non rémunérés, comme le précise une note du bilan de 198387.

Conclusion

64Ni héritiers, ni conquérants solitaires, les deux Dominique, Cavanna et Taravella – fondent – à l’instar des Malchiodi, des Provini, des Susanna, des Ponticelli – une société entre pairs d’une même génération soudée par des liens familiaux et ethniques. Cette association de familles apparentées était plongée dans un environnement professionnel dont on a pu apprécier l’enracinement local et communautaire. En son sein, les rapports extra-économiques ont été étroits au moins jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, césure qui, dans l’histoire familiale des Cavanna-Taravella, coïncide avec la disparition ou le retrait de la gestion des patriarches fondateurs immigrés.

  • 88 ADVM, Direction générale des impôts, Enregistrement, 3Q3353, Déclaration de succession de Dominiqu (...)

65Entreprise « génétiquement » familiale, la C.&T. le demeure par la suite, mais différemment. Ne serait-ce que pour des raisons patrimoniales, la branche gestionnaire a dû composer avec l’ensemble des ayants-droits à la propriété du patrimoine familial, où par ailleurs, patrimoine personnel et fonds d’exploitation se sont confondus jusqu’au redressement fiscal du milieu des années 1950. Ainsi, dans la déclaration de succession de Dominique Cavanna, l’écrasante majorité de l’actif de son patrimoine, évalué à 8 171 637 francs, est constituée par la moitié du patrimoine de l’entreprise, évalué à 7 038 365 francs88. La répartition de l’héritage immobilier pour cette famille semble en effet un processus particulièrement lent et laborieux. Bien que séparé à la fin des années 1960 à la mort de Dominique Taravella, le patrimoine immobilier est resté pour partie indivis, faute d’accord sur les partitions mais aussi de raisons pressantes pour se soustraire à l’indivision.

  • 89 Si les fondateurs n’ont jamais été salariés et se partageaient les bénéfices (desquels étaient déd (...)

66D’autres formes encore de partage des ressources provenant de l’entreprise ont été pratiquées. La répartition des bénéfices en était une, même si après la guerre ils étaient somme toute assez modestes, et les ayants droits Taravella trop nombreux, pour représenter une véritable forme de rémunération (le gérant, entré comme salarié lorsque son père était le patron, l’est resté par la suite)89. Plus tard, par des concertations verbales et un accord tacite entre les héritiers, la sœur de Dominique Taravella et la petite-fille de Dominique Cavanna ont été embauchées comme employées salariées de l’entreprise, un arrangement qui révèle de manière tangible l’existence de formes de collégialité familiale dans certains choix de gestion.

  • 90 Une réflexion sur l’interdisciplinarité du point de vue d’un économiste (avec une application sur (...)

67Par la densité des liens familiaux et ethniques qu’elles révèlent, ces histoires entrepreneuriales interpellent sur le caractère économique du comportement de ces entrepreneurs. Une bonne partie des sciences sociales récentes s’accordent, quoiqu’avec des inflexions disciplinaires spécifiques, sur l’importance de la dimension extra-économique des choix opérés par ce type d’acteurs économiques90. Avec les stratégies de transmission du patrimoine de l’entreprise, la gestion des ressources humaines constitue un terrain d’observation névralgique pour étudier ces interconnexions. Il nous faut à présent étudier comment évoluent dans ces firmes socialement imbriquées des aspects décisifs de la vie des entreprises de production : le recrutement de la main-d’œuvre, les politiques salariales ou les carrières des personnels d’encadrement.

68L’histoire des dynasties familiales aide à comprendre la physionomie sociale des entrepreneurs, mais ne dit pas tout sur les choix qu’ils effectuent au sein de leurs entreprises. Pour ce faire, l’étude de cas que l’on propose, celui d’une entreprise exceptionnellement pérenne, est de ce point de vue particulièrement féconde, car cette pérennité offre l’extraordinaire possibilité de suivre à la fois les effets des changements institutionnels majeurs qui se sont succédé entre les années 1930 et les années 1960 et ceux des mutations internes de la gestion de la firme sur les carrières ouvrières. Quelle conséquence le fait d’avoir été fondée par des étrangers ayant eu une place structurante au sein de leur milieu professionnel et migratoire a-t-il eue sur leurs pratiques entrepreneuriales ?

Notes

1 Dans la sociologie française du travail et de l’artisanat on trouve explicitée cette dimension ethnologique et relationnelle de la pratique du métier (en histoire plus suggérée qu’approfondie), notamment dans les travaux riches d’exemples de Zarca, 1983, tome 1, Organisation du travail et relations interpersonnelles, p. 27. Pour le bâtiment voir Casella et Tripier, 1988, p. 38-68.

2 Dans les années 1970, 70 % des entreprises artisanales du bâtiment sont des entreprises familiales, où le rôle du conjoint est considéré « important ou fort » dans 40 % des cas. Avec l’apport constant et régulier du conjoint, des épouses principalement, participant au projet artisanal, mis en avant par les sociologues pour cette époque, apparaît comme significatif l’apport des fils, notamment des jeunes hommes de moins de 25 ans, Ibid., p. 115-143, p. 120 et p. 124.

3 Ibid. et Bentabet, Michum et Trouvé, 1999.

4 Ponticelli Frères, 2010, p. 7.

5 Scranton, 1984, 2, p. 235-257, en part. p. 241-243.

6 Ponticelli, 2005, p. 134.

7 Pour des entreprises du BTP de taille moyenne de l’époque, Dominique Barjot a également parlé de « fraternité rude, voire brutale » en se référant aux rapports entre les ouvriers et les dirigeants des PME ayant fusionné avec Fougerolle, le plus souvent des « hommes de chantiers », Barjot, 1992, p. 173.

8 Entretien avec Michel Taravella, 14 juin 2007, siège de l’entreprise, Nogent-sur-Marne.

9 Noiriel, 1988 ; Gueslin, 1992 ; Schweitzer 1993 et le numéro spécial « Patronage, Paternalism and Company Welfare », International Labor and Working-Class History, 53, 1998. Pour le xxe siècle voir également Lemenorel, 1991.

10 Noiriel, 1988, p. 18-24.

11 Martini, 2014. Les qualités morales et pédagogiques du chef d’entreprise sont au cœur de la législation concernant l’apprentissage, non seulement au xixe siècle mais également au xxe siècle, et ce jusqu’à la loi de 1971, cf. Lemercier, 2007 ; Didry, 2015. Pour le bâtiment voir Barjot, 1993.

12 Dans l’un des premiers articles portant sur les économies d’enclave, le terrain empirique concernait notamment les immigrés cubains à Miami travaillant, en particulier, dans les services (restauration, supermarchés, soins), l’industrie textile, le cuir, le tabac, l’ameublement, la construction et la banque. Un tiers de l’échantillon des immigrés interviewés travaillait dans les années 1970 pour des entrepreneurs cubains et de ce fait ont été considérés comme intégrés dans une économie d’enclave, cf. Wilson et Portes, 1980, en part. p. 303-307. Pour une synthèse plus générale sur les économies d’enclave cf. Portes, 1995a. Une critique économique de la solidarité ethnique a été développée dans Sanders et Nee, 1987.

13 Portes, 1995a, p. 18.

14 Un premier changement de raison sociale a eu lieu en 1955 et un deuxième en 1973. Cf. ACN, Entreprise Cavanna et Taravella, Acte de transformation de la société Cavanna et Taravella en Société anonyme, 6 juillet 1973, Notaires Jacques Béhin et André Guyot, Nogent-sur-Marne.

15 Martini, 2006, p. 93-106 et Zalc, 2010 ; Bruno, 2010.

16 Zalio, 2004, p. 16-30 ; cf. Id., 1999, p. 32-36.

17 Entretien avec Michel Taravella, Nogent-sur-Marne, 14 juin 2007.

18 Baudry, 1994. Fredort, 2015.

19 Entretien avec Louis Taravella, Nogent-sur-Marne, 10 décembre 1998 ; Taravella, Louis, Petite histoire, manuscrit, s.d.

20 Ibid., p. 19.

21 La littérature en sciences sociales sur la confiance est extraordinairement vaste. Pour un aperçu pluridisciplinaire des théories et des références bibliographiques récentes à ce propos voir Mangematin et Thuderoz, 2003 et Thuderoz, Mangematin et Harrisson, 1999.

22 Entretien avec Michel Taravella, Nogent-sur-Marne 14 juin 2007.

23 Ponticelli, 2005, p. 135.

24 Les études historique ont contribué à définir l’interdépendance entre normes sociales et règles codifiées tendant à éviter les comportements opportunistes dans le cadre des relations intra et interethniques. Elles se sont cependant tournées surtout vers le monde des transactions commerciales et ont peu abordé la question de la confiance dans les rapports sociaux au sein des entreprises, cf. par exemple Trivellato, 2009, p. 11-15 et 156-158. Plus largement, sur la dépersonnalisation des relations commerciales autour de la figure du commis voyageur voir Bartolomei, Lemercier et Marzagalli, 2012, en part. p. 20-21.

25 Des exemples de ces pratiques ethnofamiliales figurent dans Zalc, 2010, p. 144-161 ; Bruno, 2010, p. 191-201 et Zalio, 1999, p. 32-45. Pour le bâtiment, les débuts de Fougerolle, fondée par cinq frères issus de la Creuse, sont également significatifs de cette dynamique, Barjot, 1992, p. 17-20.

26 Granovetter, 2003.

27 Ibid., p. 180-188.

28 Ibid., p. 202.

29 Ménard, 1993 ; Bellandi, 2010.

30 En ce sens on peut affirmer, avec Franck Cochoy et Michel Grossetti, que ce sont « les activités sociales qui permettent à l’activité économique de fonctionner », Cochoy et Grossetti, 2008.

31 Granovetter, 2003, p. 176-183.

32 Entretien avec René Ponticelli, Emerainville 5 décembre 2011.

33 Pour des synthèses utiles sur les formes du capitalisme familial voir Henri, 1988 et Daumas, 2003. Dans ce volume collectif voir, plus particulièrement pour le BTP, Barjot, 2003, en part. p. 134-135. Du même auteur voir également Barjot, 1992a ; Barjot, 1992b et des nombreux exemples dans Barjot, 2006, passim.

34 Joly, 2008, p. 167 (HDR publiée sous le titre de : Diriger une grande entreprise française, 2013).

35 Ponticelli, 2005, p. 102. Sur les entreprises moyennes de la région lyonnaise en général, avec uniquement la charpente métallique et la construction éléctrique parmi les catégories concernant la construction retenues pour déterminer l’échantillon, voir Joly, 2001.

36 Sur les logiques de transmission masculine dans les exploitations familiales agricoles ou artisanales, voir les travaux récents de Bessière, 2010, p. 53-91 et Gollac, 2009.

37 Ponticelli, 2005, p. 171. Lazare Ponticelli parle également de l’organisation, après la mort de son fils, d’une réunion entre les frères à ce sujet, p. 140.

38 Ponticelli Frères, 2010. Marie-José Cavanna

39 Le fils du premier lit de son épouse, pourtant adopté par Céleste, n’apparaît dans aucune source émanant de la famille comme un héritier possible de la direction. Il a en revanche hérité comme les autres garçons d’une part des actions de Céleste. Son fils au contraire, Pierre Trabet-Ponticelli, issu du mariage avec une italienne de Nogent, Lina Milza (cousine de la femme de Bonfils, Catherine Milza), préside actuellement la holding familiale qui détient l’écrasante majorité des actions de l’entreprise.

40 Le 3 mars 1956 elle fut radiée du Registre de commerce sur la base de l’acte de fusion avec Ponticelli Frères du 24 décembre 1955, ADP, Tribunal de commerce, D33U3 1541.

41 Bessière et Gollac, 2008, p. 47-52.

42 Ponticelli frères, 2010, p. 10-12.

43 Les 4/5 des actions sont possédés par des membres de la famille, les 20 % restant par des cadres de l’entreprise qui ne peuvent ni les vendre à l’extérieur ni les transmettre à leurs enfants. Sur l’ancrage des individus dans l’ordre généalogique, voir les réflexions psycho-sociologiques de Gaulejac, 1999, p. 92 et p. 100-105, p. 143. Plus particulièrement, sur la transmission dans les entreprises familiales voir Bessière et Gollac, 2008 et Zalio, 1999, p. 135-168.

44 Au niveau de la gestion et de la politique des acquisitions, cela a été notamment explicité et discuté lorsque l’entreprise a commencé à absorber des sociétés qui avaient leur propre histoire : « Comment, dans notre état d’esprit de société familiale, acquérir une société, qui avait sa propre histoire, sans nier son histoire, sans tuer son passé… en lui inculquant nos valeurs ? », Entretien à René Ponticelli, Emerainville, 5 décembre 2011.

45 Entretien avec Michel Taravella, Nogent-sur-Marne, 14 juin 2007.

46 Pour une application historique du concept de parentèle active voir Cavallo, 2007, p. 112-135.

47 Pour une définition de la maisonnée et de ses pratiques, dans le cadre de la parenté quotidienne (distinguée des liens de filiation biologique et de transmission juridique), cf. Weber, 2005, p. 21, p. 213-217, où apparaît également la définition synthétique de la maisonnée : « groupe domestique qui partage une cause commune et mutualise certaines ressources (logement, revenus, travail) ». Cf. Weber, 2002, p. 9.

48 Une fois fondée l’entreprise Ponticelli frères, Céleste et Bonfils s’établissent auprès de son siège, dans un immeuble à la porte d’Ivry où ils résident pendant de longues années, Bonfils notamment jusqu’au milieu des années 1950, lorsque l’entreprise change de taille et d’envergure. Entretien avec René Ponticelli, Emerainville, 5 décembre 2011.

49 Blanc-Chaléard, 2000, p. 156-182 ; p. 333-337. En observant les mutations sur la moyenne durée des pratiques de co-résidence des familles de négociants de matières oléagineuses et de fabricants de savons de Marseille, Pierre-Paul Zalio a montré les liens existant entre concentration résidentielle, resserrement de la famille et centralité de sa position économique et sociale au sein de l’élite industrielle phocéenne, Zalio, 1999, p. 185.

50 Entretien avec Serge Cavanna, Nogent-sur-Marne, 3 avril 1998.

51 Des formes semblables d’implantation caractérisent les immigrés de la Ciociaria, une région du Latium, à la Villette, Rainhorn, 2005, p. 56-71 et Ead., 2002, en part. p. 88-89.

52 Collomp, 2001.

53 Albera et Corti, 2000. Sur la consanguinité des élites des affaires lilloises au xixe siècle, des pages remarquables ont été écrites par Hirsch, 1991, p. 303-312.

54 Blanc-Chaléard, 2000, p. 392. Les Italiens sont les moins exogamiques des immigrés dans le New York de la fin du xixe siècle : en 1890 seulement 5,7 % des enfants d’origine italienne nés à New York le sont dans des unions mixtes et même 20 ans plus tard ils sont à peine 10 %, Rainhorn, 2002, p. 84. Sur les hiérarchies sociales liées aux parrainages et leurs logiques aussi bien professionnelles que politiques, voir Munno, 2005.

55 ACN, Archives de l’état civil de la mairie de Nogent-sur-Marne, Actes de Mariage, 1926 (dorénavant « Mariages »). Je remercie chaleureusement Serge Cavanna de m’avoir permis de reproduire ces photos conservées dans ses archives personnelles.

56 Pour une analyse sociologique de la photographie familiale voir Zalio, 1999, p. 164-168, qui cite un passage soulignant la « fonction familiale » de la pratique photographique tiré de Bourdieu, Boltanski, Castel et Chamboredon, 1965, p. 38 et 48.

57 Sur les multiples fonctions du Grand Cavanna, garni, bal et restaurant familial (mais aussi lieu de rencontre lors des fêtes des associations et des amicales italiennes), « cœur du Nogent italien de l’entre-deux-guerres », voir Blanc-Chaléard, 2000, p. 348-349.

58 Gourdon, 2007, p. 469-495. V. Gourdon a également publié un article basé sur la même enquête mais utilisant l’analyse de réseaux, cf. Id., 2005. Pour l’époque contemporaine et une discussion des théories évolutionnistes sur l’affirmation de l’individualisme, voir Castrén et Maillochon, 2009 et Maillochon, 2011.

59 Denoyelle, 2005.

60 Il habite rue des Jardins dans le foyer géré par la mère de l’épouse car son domicile d’éléction est à Ferrière.

61 La mère de l’époux étant décédée, les époux sont entourés par le père et la mère de l’épouse. Le père de l’époux, Dominique Cavanna, est à la droite de celle-ci et a à sa droite sa deuxième épouse. Une voisine française, à gauche du père de l’épouse, brise l’homogénéité familiale du premier rang où sont également représentés des membres de la génération des grands-parents vivant en France (l’oncle Dominique Cavanna, dit Tabiol, est en premier ligne tandis que sa fille et son époux, Bonfiglio, entrepreneur à son tour, sont bien plus éloignés, parmi les jeunes, sur la photo).

62 Cavanna, 1978, p. 152.

63 À l’époque contemporaine, c’est dans les campagnes que le choix des parents est majoritaire, contrairement à ce qui se passe dans les milieux urbains industrialisés cf. Gourdon, 2007, p. 473, p. 479.

64 La position professionnelle semble ainsi l’emporter sur la place dans la parentèle qui confère aux oncles une place considérable surtout dans les milieux ruraux, mais non négligeable aussi en ville. Cf. Gourdon, 2007, p. 483 et Garden, 1998, p. 126.

65 Au début du xxe siècle ce rôle avait été joué par l’un des premiers entrepreneurs maçons de Nogent : Joseph Peguri.

66 Le biais est lié sans doute au fait que quasiment tous les témoins de l’entre-deux guerres, y compris pour les épouses, sont des hommes, malgré la loi du 7 décembre 1897 qui avait réintroduit le droit des femmes d’être témoins après l’interdiction liée à l’application du Code civil de 1804. Il faut également remarquer que dans l’entre-deux-guerres, l’acte mentionne la présence de deux témoins uniquement (art. 75 du code civil introduit par la loi en 1919), contrairement aux actes de la période précédant la première guerre, où les témoins sont au nombre de quatre et les femmes légèrement plus nombreuses. L’institut juridique de la puissance maritale en vigueur jusqu’en 1942 (mais largement vidée de sa substance en 1938) a sans doute joué un rôle important, mais non exclusif, dans cette surprésentation, car les veuves ne sont pas non plus présentes, Gourdon, 2007, p. 469-70.

67 Cette forte marque socioprofessionnelle va à l’encontre de la faible importance accordée par les démographes historiens aux témoins lors du mariage par rapport aux parrains ; désintérêt souligné par Gourdon, 2007, p. 471-72. Sur l’importance des témoins aux mariages pour expliquer la mobilité des différents membres d’une lignée voir Rosental, 1999.

68 Notons par ailleurs que les mariages que nous avons examinés sont dissous de manière rarissime par le divorce pour ceux célébrés jusqu’en 1962, moins de 3 % dans notre échantillon, cf. Sardon, 1996.

69 L’analyse des mariages permet en d’autres termes de montrer que l’appartenance professionnelle coïncide avec la délimitation du groupe social, un groupe qui reste majoritairement centré autour de la maçonnerie, avec quelques débordements, non systématiques, dans le BTP. En revanche dans l’étude de Sandra Cavallo les alliances matrimoniales permettent de connecter les chirurgiens-barbiers au milieu plus vaste des artisans du corps, Cavallo, 2007, p. 112-121.

70 Blanc-Chaléard, 2000, p. 305-324 ; Rainhorn, 2002, p. 88-89.

71 Les études sur les artisans parisiens du xixe siècle sont moins nombreuses que celles sur l’époque moderne, cf. Thillay, 2002, p. 278-279. Selon l’auteur l’insertion dans le réseau professionnel est primordiale : l’artisan épouse la fille d’un maître ou la veuve d’un confrère. Décisif également l’apport de la dot, sur laquelle nous n’avons aucune information, si ce n’est que l’écrasante majorité des mariages se fait sans contrat, ce qui laisse supposer un apport féminin limité au trousseau. Sur l’homogamie sociale dans le choix du conjoint voir l’étude classique de Girard, 1964 et, sur celle des ouvriers polonais des couches les moins qualifiées dans un contexte socio-économiques très éloigné de celui de la banlieue parisienne, voir Rygiel, 2000, p. 81-82

72 ACN, Archives de l’État civil de la mairie de Nogent, Mariages, 1947, n. 168 (dorénavant Mariages).

73 Mariages, 1928, n. 112. Le 23 août 1928 Lucien Eugène Gouny, dessinateur, épouse une Denise Alphonsine Commun, sténodactylographe, et leurs témoins sont le père de l’épouse et André Collardy, ingénieur.

74 Mariages, 1928, n. 96, 1 août 1928.

75 Mariages, 1932, n. 172.

76 Mariage entre Louis Alexandre Misgault, maçon, père décédé et mère cultivatrice, et Louise Julie Lignon, fille d’un cordonnier, nés à Nogent-sur-Marne. Les 4 témoins, respectivement frère et beau-frère de l’époux, et oncle et cousin de la mariée, sont des cultivateurs ou jardiniers dans les communes limitrophes, Mariages, 1904, n. 5, 30 janvier 1904. La fille de François Pradeau, Fernande, qui épouse à 22 ans un soldat musicien fils d’un caporal et d’une cantinière, témoins ses supérieurs en grade, a également comme témoins son frère architecte métreur et son oncle maître compagnon, Mariages, 1909, n. 87, 25 septembre 1909. Cf. également le mariage en 1928 de Raymond Pradeau et de Germaine Vengeon, n. 58.

77 Mariages, 1933, n. 56, Mariage entre le maçon Joseph Vito Dusio et Madeleine Marchetti, le 27 mai 1933. Vito est né à San Sebastiano Curone et l’épouse, couturière et fille d’un maçon, est née à Nogent. Les témoins sont Joseph Dusio, né à Gremiasco, maçon à Nogent et Jean Tedaldi, fumiste au Perreux.

78 Qu’il ait de bonnes relations parmi les Italo-nogentais du bâtiment, est confirmé par le fait qu’il soit témoin de Maurice Cavanna, charpentier à Nogent, fils du charpentier Giuseppe et de Luisa Rezoagli, les deux nés à Ferriere, avec Marguerite Pucci, fille de commerçants à Nogent, Mariages, 1961, n. 61, 22 avril 1961.

79 À l’instar de Rosine, Rina est enregistrée comme couturière. Mariages, 1955, n. 20, 5 février 1955. Dans cet acte Jean Tribolati est indiqué comme maçon. Sur l’importance de cette phase de transformation pour les immigrés de l’entre-deux-guerres voir Rygiel, 2000, p. 75-76.

80 Raymond Pellicia, magasinier, né à Paris, a 32 ans lorsqu’il épouse Maria Modesta Castellotti, 23 ans. Les témoins sont Edouard Tarroni et le frère de l’époux Laurent, entrepreneur maçon dont la femme gère le Petit Cavanna, Mariages, 1955, n. 149.

81 Sabean, Teuscher et Mathieu, 2007, p. 16-22.

82 Hirsch, 1991, p. 285.

83 Ibid., p. 120-141 ; p. 303-313 ; p. 441.

84 Zalio, 1999, p. 92-100.

85 Taravella, Petite histoire, s. d., « Commencée à l’aube du xxe siècle, j’espère qu’elle attendra le xxie mais qui peut l’affirmer ? Avant d’énumérer ses principales réalisations, une remontée généalogique s’impose », p. 1. La généalogie familiale est reconstituée même en amont des fondateurs aussi dans les deux pages ajoutées en 1998, le 28 avril. « Ce petit compte-rendu, très condensé, beaucoup d’immigrés Italiens l’ont vécu. Il est curieux de noter qu’à l’origine de ces deux grandes familles, deux ancêtres nés tous deux en 1850 sont arrivés en France, en 1868 pour Pierre Cavanna et deux ans plus tard pour Antoine Taravella, originaires de Ferriere tous deux » (sic), cf. Milza et Blanc-Chaléard, 1995, p. 40.

86 Zalio, 1999 ; Bessière et Gollac, 2008 ; Bessière, 2010.

87 Sur l’utilisation des comptes courants de certains membres de la famille pour assurer le fond de roulement pour des entreprises de toute autre taille, cf. Mastin, 2005.

88 ADVM, Direction générale des impôts, Enregistrement, 3Q3353, Déclaration de succession de Dominique Joseph Cavanna, décédé le 2 juin 1954, 19 janvier 1955, n. 4.009. Le passif était de 321 560 francs et un terrain de 437 mètres carrés possédé pour moitié à Fontenay-sous-Bois est évalué 250000 francs (à titre de comparaison, l’immeuble indivis du 3 de la rue Sainte-Anne, dont Dominique est héritier pour un tiers est évalué à 1 275 000 francs).

89 Si les fondateurs n’ont jamais été salariés et se partageaient les bénéfices (desquels étaient déduites les avances de caisse), le gérant de la deuxième génération, Louis Taravella, a été salarié de l’entreprise d’abord comme ouvrier, puis comme cadre.

90 Une réflexion sur l’interdisciplinarité du point de vue d’un économiste (avec une application sur la théorie des marchés internes) est proposée par Marsden, 1998. Cf. Id., 1989, p. 219-249.

Notes de fin

* Mariés la 16 avril en 1884 à Borgonure, Plaisance. Dans ce schéma généalogique manque notamment la benjamine de la fratrie, Adèle, 1900. En rouge sont indiqués les membres de la famille ayant travaillé dans l'entreprise Ponticelli frères. En gras les PDG et en vert les membres ayant eu des rapports professionnels avec Ponticelli Frères. Avec une croix sont indiqués les enfants morts avant 14 ans.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Ponticelli frères dans l'entre-deux-guerres, s.d.
Légende Source : Archives Ponticelli Frères. Lazare, premier à gauche, et Céleste, en bas à droite (© Ponticelli Frères).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 2. Généalogie simplifiée des descendants de Giovanni Ponticelli (1856-1908) et Filomena Cordani (1866-ca. 1975)*
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 3. Généalogie simplifiée des descendants d’Antonio Taravella (1851-1898).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25726/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 4. Généalogie simplifiée des descendants de Domenico Cavanna, Giuseppe Cavanna (1829-ca. 1870) et Giovanni Cavanna (1840-ca. 1890).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25726/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 5. Mariage d’Henriette Cavanna et Louis Cavanna, Nogent-sur-Marne, 24 juin 1926.
Légende *Encerclés en rouge les deux associés de l’entreprise C.&T., de gauche à droite, Dominique Cavanna et Dominique Taravella ; encerclé en orange André Taravella, chef de chantier et frère de Dominique Taravella ; encerclé en jaune Louis Taravella, mon témoin (© S. Cavanna).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25726/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 6. Les Taravella au mariage Cavanna.
Légende À droite Dominique et son épouse Angèle Cavanna, tante paternelle de l’époux, et à gauche, assis, André, son épouse et ses enfants. En haut à gauche Marie Taravella, fille de Dominique et Angèle. En bas à droite, assis avec son chien, Louis Taravella, fils de Dominique et Angèle, mon témoin.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25726/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 7. Mariage de Marie Taravella et Jérôme (Nino) Cavanna, Nogent-sur-Marne, 12 avril 1926, propr. Serge Cavanna.
Légende *Encerclés en rouge les deux associés de l’entreprise C.&T., de gauche à droite, Dominique Cavanna et Dominique Taravella ; encerclé en orange André Taravella, chef de chantier, témoin et oncle de l’épouse ; encerclé en jaune Louis Taravella, mon témoin (© S. Cavanna).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25726/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Titre Fig. 8. La famille Ponticelli réunie chez Céleste dans les années 1930.
Légende *Encerclés en rouge les fondateurs de l’entreprise, en jaune les membres de la famille ayant travaillé dans l’entreprise. En haut à gauche, Céleste, son fils Pierre, François, Lazare,Léon Trabet-Ponticelli, fils adoptif de Céleste, Victor Pai Toschi, mari d’Adèle Ponticelli et sa fille Josette, Bonfils. En bas, à gauche Madeleine Ponticelli et à droite Réné Ponticelli(notre témoin). Au centre de la photo la mère Philomène Cordani (© Ponticelli Frères).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25726/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 369k

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search