Version classiqueVersion mobile

Bâtiment en famille

 | 
Manuela Martini

Quatrième partie. Gestion : les petites entreprises et leur main-d'oeuvre

Gestion : les petites entreprises et leur main-d’œuvre

Texte intégral

1En nous déplaçant en amont des filières migratoires, nous avons pu tracer dans le chapitre précédent un lien entre deux mondes – champs et chantiers agroforestiers d’une part et chantiers urbains de l’autre – apparemment incommensurables. La reconstruction de l’ensemble du système migratoire caractérisant les villages de la haute vallée du Nure a mis en lumière la complémentarité de traditions migratoires différentes. Coprésentes dès le début du xixe siècle, les migrations de moyenne et de longue distance étaient caractérisées par la souplesse et l’adaptation à des espaces économiques extrêmement différents, s’étendant des domaines de la plaine rizicole aux chantiers des forêts frontalières, en passant par des sites de travaux publics divers et variés. Ces migrations se déployèrent de manière temporaire mais répétée sur de longues périodes dans des filières distinctes : le colportage et les métiers itinérants d’une part – concernant un nombre restreint d’individus – et, d’autre part, des déplacements, beaucoup plus nombreux, en équipes à forte spécialisation dans les métiers de la forêt, et plus précisément le sciage du bois.

  • 1 Weber, 2002.

2Les chantiers forestiers ont entraîné les paysans pluriactifs des montagnes émiliennes au travail en équipe. Vue de près, l’organisation de ces équipes obéissait à une double logique, de proximité et de maisonnée. À l’aide de témoignages et de travaux ethnologiques, nous avons pu reconstruire le socle dur des compétences de ces migrants temporaires : l’habilité et la rapidité de l’exécution du travail de la scie et le rôle déterminant de la famille élargie dans l’organisation de la mobilité et la gestion de ses ressources. Très nettement, la maisonnée est apparue comme la clé de voûte de ce système migratoire temporaire1. Sa plasticité s’est révélée non seulement dans la composition des équipes de migrants temporaires mais aussi dans la prise en charge des membres plus jeunes et plus âgés : la maisonnée montagnarde est une construction sociale malléable qui peut s’adapter à la mobilité de ses membres. On pourra ici apprécier toute sa plasticité en étudiant les liens communautaires et professionnels établis lors du mariage par des entrepreneurs maçons durablement installés dans la banlieue parisienne.

3Faut-il imaginer que le migrant à la recherche de travail en milieu urbain perde toutes ses attaches et oublie ses expériences sociales et professionnelles passées ? Est-ce plausible au contraire qu’il transpose à l’identique, à l’étranger, ses modes anciens d’organisation du travail ou de gestion des ressources ? Pour répondre à ces questions, il est nécessaire de suivre la biographie entrepreneuriale jusqu’au niveau des décisions individuelles.

4Il importe aussi d’analyser la traduction de ces modes d’organisation dans la gestion des entreprises. À condition de les croiser aux témoignages des entrepreneurs immigrés, les archives d’entreprise fournissent les informations indispensables pour suivre cette démarche. Les registres annuels de paye et les livres d’entrées et de sorties d’une petite entreprise, dont les séries comptables des personnels de l’entre-deux-guerres au milieu des années 1980 nous sont parvenues intactes, offrent des données précises sur les salaires mensuels des travailleurs embauchés et sur leur carrière au sein de l’entreprise, ainsi que sur les caractéristiques professionnelles et sociales de ces salariés. Nous serons ainsi en mesure d’observer si les politiques d’embauche, de salaire et d’évolution des carrières internes à l’entreprise sont écartelées entre les lois du marché et l’adaptation aux moules ethnique et paternaliste, ou si elles suivent des logiques alternatives – et plus autonomes. Ainsi, il sera possible de tester empiriquement certaines théories relatives au fonctionnement de la petite entreprise formulées par les économistes de la segmentation du marché du travail. Est-elle toujours destinée à rester cantonnée dans le segment du marché du travail le moins affranchi des lois du marché, ou ne peut-on pas envisager plutôt qu’elle puisse créer, dans certaines circonstances, ses propres logiques de carrière pour ses salariés ?

Notes

1 Weber, 2002.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search