Version classiqueVersion mobile

Rhodes et l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem

 | 
Nicolas Vatin

L’arrivée à Rhodes

Texte intégral

L’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, des origines à 13061

  • 1 Le livre de Riley-Smith a remplacé comme ouvrage de référence celui de Delaville Le Roulx 1904. Cf. (...)

1En 1306, au moment d’entamer la période rhodienne de son histoire, l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem avait déjà un long passé. Ses origines sont en effet antérieures à la première croisade : elles remontent au milieu du xie siècle, quand des marchands amalfitains reçurent du calife fatimide un terrain dans le quartier chrétien de Jérusalem, près du Saint-Sépulcre. Ils y fondèrent d’abord un monastère, mais le nombre croissant des pèlerins les amena à bâtir en outre, peu après 1080, un hospice — maison destinée à héberger les pèlerins — placé sous le patronage de saint Jean-Baptiste. En 1099, les Latins (catholiques d’Occident) s’emparèrent de Jérusalem : il était de plus en plus important d’organiser l’accueil des pèlerins. En 1113, une bulle de Pascal II accorda la protection pontificale à l’ordre. À cette époque, il recevait déjà de nombreux dons, dans le royaume latin de Jérusalem, mais aussi en Europe : les revenus des commanderies et prieurés qui commençaient à se créer furent très importants pour les finances de l’ordre.

2Ces activités charitables amenèrent les Hospitaliers à avoir également des activités militaires : il fallait protéger les routes du pèlerinage. D’ailleurs combattre, c’était toujours protéger les pauvres. Ces activités militaires furent d’abord modestes, mais prirent une importance croissante. Elles ne cessèrent plus jamais de coexister avec les activités proprement hospitalières.

3Après la chute de Jérusalem en 1187, le couvent et l’hôpital de Saint-Jean furent transférés à Acre. Retranchés derrière les murs d’imposantes forteresses (comme le fameux Krak), les chevaliers de Saint-Jean s’affirmèrent comme une unité militaire efficace et disciplinée, active dans tous les combats qui furent livrés jusqu’à l’expulsion de Syrie des Latins. En 1291, Acre, que les Hospitaliers avaient défendue pied à pied, tomba. Les quelques survivants se réfugièrent à Chypre.

  • 2 Cf. Luttrell 1982 (V).

4Chypre était la principale place chrétienne face aux musulmans. Il était donc naturel de s’y implanter. Les Hospitaliers y entamèrent la construction d’un nouvel hôpital, à Limassol : c’était avouer que la reconquête de Jérusalem ne paraissait pas d’actualité, même si elle demeurait l’objectif ultime — et largement théorique — de l’ordre. Du reste celui-ci semble avoir trouvé dans cette situation nouvelle l’occasion de se réformer. C’est en particulier de la période chypriote que date le développement de la flotte des Hospitaliers, signe évident d’un changement de stratégie. En 1299 apparaît pour la première fois dans les sources l’amiral de l’ordre. Dans l’immédiat, cependant, un certain flou régnait. D’abord, Chypre ne pouvait pas supporter cet afflux d’hommes, et l’importation de vivres et d’armement était difficile et coûteuse. Ensuite, les actions que l’ordre pouvait entreprendre restaient à définir. Pas plus que les Templiers, leurs voisins à Chypre, les Hospitaliers ne saisirent l’occasion de collaborer avec les Mongols qui attaquaient les Mamlouks de Syrie. Ils participèrent cependant à un certain nombre d’opérations : raids sur les côtes syro-égyptiennes ; prise d’un îlot au large de Tortose (Tartus, en Syrie) ; expéditions en Arménie cilicienne2... Ces activités militaires n’étaient pas au service d’une politique cohérente et n’avaient guère de résultat concret. Or il était important de justifier l’existence de l’ordre aux yeux de l’Occident bailleur de fonds.

Le Krak des chevaliers

Le Krak des chevaliers

L’impressionnante forteresse rappelle la présence militaire des Hospitaliers en Syrie entre 1187 et 1291.

Situation politique des ordres militaires en Occident3

  • 3 Pour plus de détails, cf. Riley-Smith ; Luttrell 1992 (III) ; Demurger ; Barber.

5Le mouvement des croisades amena une floraison d’ordres religieux et militaires, surtout au Levant. Trois d’entre eux, tous fondés en Terre Sainte, furent particulièrement importants. Outre l’ordre de Saint-Jean, il s’agit de celui des chevaliers teutoniques et de celui du Temple. Les chevaliers teutoniques, qui avaient comme les Hospitaliers commencé par des activités charitables, trouvèrent au xiiie siècle une nouvelle raison d’être dans la colonisation de la Prusse (tout en demeurant également au Levant dans un premier temps). Contrairement aux deux autres, l’ordre des Templiers fut militaire dès l’origine.

6À la fin du xiiie siècle, Hospitaliers et Templiers ne jouissaient pas d’une bonne réputation en Occident, d’où venait pourtant l’essentiel de leurs revenus. Le clergé et les princes leur étaient hostiles en raison de leurs privilèges, et leur richesse (d’ailleurs surestimée) faisait des jaloux. D’autre part, l’opinion publique avait commencé à douter du bien-fondé des croisades, et par conséquent des ordres militaires. On leur faisait en outre nombre de reproches : ils étaient responsables de la chute du royaume de Jérusalem ; ils étaient orgueilleux et arrogants, ou bien couards quand ils se montraient modérés. Enfin leurs rivalités paraissaient inadmissibles. Aussi l’idée de fusionner les ordres était-elle dans l’air du temps : évoquée au concile de Lyon en 1274, et à nouveau en 1292, elle fut relancée par le pape Clément V qui, en 1305, convoqua les maîtres du Temple (Jacques de Molay) et de l’Hôpital (Foulques de Villaret) pour les consulter sur ce point et sur l’organisation d’une croisade.

Portrait de Jacques de Molay

Portrait de Jacques de Molay

Dernier grand maître de l’ordre du Temple, Jacques de Molay ne réussit pas à éviter aux Templiers le procès qui mit fin à leur existence.

7La situation était donc préoccupante pour tous les ordres militaires. Ce fut sur celui des Templiers que la foudre tomba. Après une campagne de diffamation entamée vers 1303, le roi de France Philippe le Bel fit arrêter en automne 1307 tous les Templiers présents sur son territoire, dont Molay qui s’était rendu à la convocation du pape à Avignon. Ce dernier, pour ne pas être débordé, ordonna à son tour l’arrestation des Templiers (22 novembre 1307). Ceux-ci allaient être jugés ; les biens du Temple devaient être consacrés à la croisade.

  • 4 Mille cavaliers et quatre mille fantassins devaient partir sous ses ordres au printemps 1309, pour (...)

8En fait, ces biens furent pour finir attribués à l’ordre de Saint-Jean, à l’issue du concile de Vienne (1312). En quelque sorte, la fusion annoncée se faisait au bénéfice non de la Couronne de France, mais de l’Hôpital, qui remportait un beau succès. Il faut cependant relativiser cette réussite. Les malheurs des Templiers créaient un inquiétant précédent. On savait désormais qu’un ordre n’était pas intouchable et qu’il devait justifier son existence. C’est précisément ce que n’avait pas su faire Jacques de Molay. Les Templiers refusaient l’union des ordres ; ils restaient attachés à la croisade générale à l’ancienne, mais n’avaient pas de projets bien précis dans l’immédiat. Ils étaient donc difficiles à défendre. Au contraire, le nouveau grand maître de l’Hôpital, Foulques de Villaret, sut tirer son épingle du jeu. Tandis que les malheureux Templiers subissaient un procès qu’on a comparé aux grands procès staliniens, Villaret préparait à Avignon une croisade à objectifs limités4 et paraissait donc inattaquable. Mais surtout, il avait largement entamé la conquête de Rhodes, et c’est sans doute ce qui sauva son ordre : non seulement les chevaliers de Saint-Jean, par cette conquête sur les Grecs « schismatiques », justifiaient leur existence, mais encore ils se rendaient maîtres d’un territoire aux frontières de l’Islam où ils allaient fonder un État dans une large mesure indépendant.

Rhodes avant la conquête

  • 5 Pour ce qui précède, cf. les travaux d’E Malamut.
  • 6 Cf. Ahrweiler.

9Rhodes était une île relativement grande, au climat plaisant, située sur les grandes routes maritimes et disposant de bons ports. Aussi la ville byzantine de Rhodes était-elle d’une certaine importance à l’échelle impériale. C’était, aux xie-xiiie siècles, une ville fortifiée, une métropole ecclésiastique et une place commerciale. Quoique l’économie de l’île fût avant tout vivrière, la place connut apparemment un réel développement économique et démographique aux xie-xiie siècles5. D’autre part, Rhodes demeura longtemps une des principales bases égéennes de la flotte militaire byzantine6.

10Le xiiie siècle fut cependant moins favorable à Rhodes que les précédents. Vers 1202-1203, le gouverneur byzantin Léon Galabas se proclama souverain de Rhodes et des Cyclades. Une expédition de la flotte impériale l’amena en 1233 à reconnaître la suzeraineté byzantine, mais la famille demeura en place jusqu’au milieu du xiiie siècle. Fin 1248, les Génois s’emparèrent de Rhodes, d’où ils furent chassés l’année suivante par la flotte byzantine. La suzeraineté impériale ne fut pas contestée par la suite, mais devint petit à petit théorique.

11L’installation sur les côtes anatoliennes de principautés turques indépendantes (émirats) et le déclin de la flotte byzantine sous Andronic II (1282-1328) rendirent plus difficile la vie sur l’île. Celle-ci dut beaucoup souffrir des pirates latins et turcs. Elle subit en tout cas, en 1302 ou 1303, une attaque de Turcs dont certains pourraient s’être installés sur place. Ce n’était pas une ruine désertée cependant : les Hospitaliers eurent du mal à s’emparer totalement d’une île dont la capitale fortifiée leur résista. La conquête commencée en 1306 contribua en conséquence à augmenter les morts et les destructions.

La conquête de Rhodes

  • 7 Sur la rivalité à cette époque et dans cette zone des Chevaliers de Saint-Jean et des Vénitiens, cf (...)

12On comprend aisément l’intérêt des chevaliers pour la fertile île de Rhodes, dont la position était particulièrement favorable pour mener des expéditions contre les musulmans ou contrôler les routes commerciales. Il faut cependant replacer la conquête de Rhodes dans un contexte plus large. Bien des projets de « croisades » du temps visaient à profiter de l’incapacité des Grecs à résister aux attaques turques. Du reste, s’emparer des terres de ces « schismatiques » n’était pas incompatible avec l’idéal de croisade. Dans cette première décennie du xive siècle, le Génois Benedetto Zacearia mit la main sur Chio. Les Vénitiens de leur côté contrôlèrent plus ou moins Cos à partir de 1302 et ils occupaient en 1309 Karpathos (Scarpanto) et Kassos ; ils attaquèrent (sans doute au début de 1306) l’île de Nisyros et s’intéressèrent à Rhodes en 13077, de même que les Aragon de Sicile. Au même moment, Raimond Lulle plaidait pour la prise de Rhodes, d’où l’on pourrait empêcher le commerce des chrétiens avec les musulmans.

  • 8 Sur ce point, cf. Luttrell 1978 (II), p. 165 n. 1.
  • 9 Texte publié par Delaville Le Roulx 1904, pp. 274-276 (n. 2).

13Quoi qu’il en soit, l’initiative revint au grand maître Foulques de Villaret8, qui s’aboucha secrètement avec le Génois Vignolo de’ Vignoli, lequel affirmait tenir de l’empereur byzantin les îles de Cos (alors occupée par des Vénitiens) et de Léros, ainsi que le casale (domaine agricole) de Lardos, sur l’île de Rhodes. Ils parvinrent à un accord le 27 mai 1306 : à l’issue de la conquête des îles du Dodécanèse, Vignolo de’ Vignoli céderait à l’ordre Rhodes, Cos et Leros, mais conserverait deux casale sur Rhodes ; dans les plus petites îles, deux tiers du revenu reviendraient à l’Hôpital, un tiers au Génois9.

  • 10 Je me fonde principalement sur Luttrell 1978 (1), pp. 284-285, et Failler. Cf. également Delaville (...)
  • 11 Cf. Luttrell 1982 (I), p. 251 ; Zachariadou, p. 11.

14On passa aussitôt aux actes10. Le 23 juin 1306, Villaret quittait Limassol avec trente-cinq chevaliers et cinq cents fantassins, sur deux galères et quatre plus petits bâtiments, auxquels se joignirent des galères génoises, indispensables à l’opération. La chronologie des événements qui suivirent est mal connue. La ville de Rhodes tomba-t-elle aux mains des Hospitaliers dès le 15 août 1306 ? En fait, un assaut semble avoir échoué. Un long siège s’annonçait et ce fut une chance pour les assaillants de pouvoir se rendre maîtres du fort de Filerimos en novembre. À ce moment, le grand maître lui-même quitta Rhodes pour Chypre, d’où il gagna ensuite l’Europe : on se souvient qu’il avait été convoqué par le pape. Là, il prépara la croisade, rassemblant moyens et crédits. Il semble cependant avoir mené en même temps des négociations avec l’émir turc du Menteche11 et avec l’empereur byzantin Andronic II. Mais ce dernier repoussa les propositions des Hospitaliers, qui souhaitaient tenir l’île sous sa suzeraineté et offraient de fournir trois cents hommes pour combattre les Turcs. Des renforts byzantins furent même envoyés pour défendre les assiégés, obligeant les Hospitaliers à lever temporairement le siège. La ville se rendit cependant pour finir, probablement à la mi-août 1310. L’ordre put installer son couvent dans le castello de la ville.

Carte du Dodécanèse

Carte du Dodécanèse

Les Hospitaliers régnaient sur Rhodes, Alimnia, Halki, Simi, Tilos, Nissiros, Cos, Kalimnos et Leros, ainsi que sur le château Saint-Pierre (Bodrum).

(D’après N. Vatin, L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480-1522), Peeters, Paris-Louvain, 1994)

Rhodes par Buondelmonti

Rhodes par Buondelmonti

Prêtre florentin, Cristoforo Buondelmonti se rendit à Rhodes en 1414 et voyagea en mer Égée. Son Livre des îles de l’Archipel demeura longtemps la base des connaissances géographiques du monde savant. Sur cette carte du xve siècle, on distingue la tour Saint-Nicolas, l’église Saint-Antoine, le Mont Fileremos et Lindos.

(Buondelmonti, Liber Insularum Archipelagi, Ms latins n° 4825, 12v°)

  • 12 Sur ce qui suit, cf. Delaville Le Roulx 1913, pp. 3 sqq.

15La petite flotte préparée en Europe pour la croisade et partie en 1310 servit donc à achever et consolider la conquête. Les Hospitaliers, comme le craignaient les Vénitiens, ne limitèrent pas leurs ambitions à la seule île de Rhodes12. Le fort de Cos avait été pris par surprise en 1306, mais bientôt reperdu. L’île fut conquise en 1314, reperdue, et définitivement acquise en 1337. Quant aux autres îles de l’archipel rhodien, elles furent prises dans cette période, parfois non sans mal : dans l’été 1318, il fallut reprendre le fort de Leros, dont la garnison hospitalière avait été massacrée par des Grecs qui souhaitaient remettre la place à Andronic II. D’autre part, la conquête sur le Vénitien Cornaro des îles de Karpathos, Saria et Kassos, en 1313, fut provisoire : le grand maître dut en fin de compte les rétrocéder aux Vénitiens en 1316.

16À partir de 1320 environ, les positions apparaissent à peu près stabilisées. On peut donc passer rapidement en revue les territoires contrôlés par l’ordre de Saint-Jean. Peu de changements interviendront jusqu’à son expulsion de l’Égée en 1522.

Les territoires de l’ordre de Saint-Jean13

  • 13 Ces possessions sont rapidement passées en revue par Vatin 1995, pp. 15 sqq. Pour plus de détails, (...)

17À l’est de Rhodes, Castellorizo (ou Megisti) était un rocher situé en face de la côte anatolienne, en un point stratégique. En 1454, les Mamlouks s’emparèrent de l’île et détruisirent le château qu’y avait construit Foulques de Villaret. Récupéré par la flotte d’Alphonse V d’Aragon en 1450, l’îlot n’appartint plus désormais aux Hospitaliers, quoiqu’il demeurât en fait assez dépendant de ceux-ci. Au xve siècle, c’était surtout un repaire de pirates.

18Rhodes constituait le noyau des possessions de l’ordre. L’île, relativement grande (1 400 km2), était fertile et encore boisée (détail important pour la construction navale). La capitale homonyme, sur la pointe nord-est de l’île, était une puissante ville fortifiée. À cinquante kilomètres au sud, sur la côte occidentale, Lindos avait un château et de bonnes défenses naturelles. Quoique le mouillage fût dangereux en hiver, la ville connaissait une activité économique et maritime non négligeable. Parmi les autres places de l’île, on peut encore citer Arhangelos, près de la côte orientale, où les chevaliers élevèrent un petit château dans les premiers temps. Ils y firent de nouveaux travaux de fortification dans les années 1457-1466. Ferraclos, qui dominait la mer, fut pris dès 1306. Les Hospitaliers entretinrent soigneusement les fortifications d’une place considérée comme particulièrement sûre. Filerimos, sur le site de l’acropole antique de Yalisos, abritait en particulier un sanctuaire de la Vierge, lieu de pèlerinage très visité. Il faudrait encore citer Kastellos, Monolithos ou Villanova... D’autre part de nombreuses tours de guet se dressaient sur divers points de la côte.

19L’ilôt d’Alimnia (Limonia), qui possédait un petit port et un château, fut abandonné en 1479 en raison du manque d’eau.

  • 14 Myres (p. 284) évoque également, pour des périodes plus récentes, la pêche des éponges, mais sur un (...)

20Halki (Carchi, Herke) disposait également d’un port et d’un château (Saint-Nicolas), dont la chapelle a conservé des fresques. Le village de Horio était également fortifié. L’île produisait des figues et des faucons14.

Rhodes par Pîrî Re’îs

Rhodes par Pîrî Re’îs

Ce célèbre marin, auteur de la première carte ottomane de l’Amérique récemment découverte, rédigea et illustra ce magnifique portulan quelques années après la conquête de Rhodes par Soliman le Magnifique. On distingue bien en bas la ville de Rhodes avec ses murailles, son port et la tour de Naillac.

(Pîrî Re’îs, Kitâb-i-Bahriyye, Ms orientaux, supplément turc n° 956, 124v°)

  • 15 Poutiers 1989, p. 314.
  • 16 C. Schefer, Le Voyage d’Outremer de Jean Thénaud suivi de la Relation de l’Ambassade de Domenico Tr (...)
  • 17 D’après Poutiers (loc. cit.), l’île était célèbre pour la fertilité de ses champs de blé. Myres qua (...)

21Simi (Assimes, Les Symes, Sömbeki Adasï), couronnée par un puissant château, disposait d’un port maintenant désert qui « conserve quelques ruines très dégradées de ses anciennes activités industrielles15 ». Jean Thénaud y remarqua au début du xvie siècle les pêcheurs d’éponge16. On y trouvait également du bois et on y pratiquait l’agriculture17.

22Tilos (Piscopia, Illegi), pratiquement inculte, semble avoir cependant abrité de la vigne et des amandiers. Au xvie siècle, il s’y trouvait quatre forts, dont deux en ruine.

23Nissiros (Incirli Adasï), île volcanique, était au contraire fertile. Elle était célèbre pour ses figues (ainsi que le rappelle son nom turc d’« île aux figues ») et exportait du soufre. Il y avait une forteresse sur le port et sur le village de Mandraki. Une église décorée de fresques du temps des chevaliers est annexée au château de Mandraki.

24Cos (Lango, Istanköy) est la plus importante des îles de l’archipel après Rhodes, qu’elle rappelle par sa variété et sa fertilité. La capitale (Narangia, l’actuelle ville de Cos) avait un marché actif fréquenté par des étrangers à l’île. Située face au continent (où était implanté le château Saint-Pierre), elle permettait de contrôler la zone maritime. Fortifiée et bien entretenue, elle abritait une garnison importante et bien approvisionnée. L’île était divisée en quatre districts ayant chacun un chef-lieu fortifié (outre Narangia, Pili, Andimahia et Kefalos) et au moins une échelle surveillée par un petit château ou une tour.

Récolte du soufre à Nissiros dans la première décennie du xve siècle
Il y a au centre de l’île « une montagne très élevée, dont le sommet vomit du soufre jour et nuit, comme cela se passe dans l’île de Liparé. Quand on descend de cette montagne et qu’on est éloigné de la cime à la distance d’un jet de pierre, on rencontre une source extrêmement chaude, dont les eaux vont gagner un lac très profond et obscur, situé dans la plaine. Les habitants recueillent en cet endroit une quantité considérable de soufre, qu’ils vendent aux marchands. Du milieu de la montagne jusqu’au sommet, l’intensité de la chaleur est telle que personne n’ose en faire l’ascension, sans être chaussé de socques de bois ».
(Christophe Buondelmonti, Description des îles de l’Archipel, E. Legrand éd. et trad., Paris, 1897, p. 188)

Cos et Bodrum par Buondelmonti

Cos et Bodrum par Buondelmonti

Cos et le château Saint-Pierre (Bodrum), sur le site d’Halicarnasse, étaient après Rhodes les possessions les plus importantes de l’ordre.

(Buondelmonti, Liber Insularum Archipelagi, Ms latins n° 4825, 12v°)

25Calimnos (Calamos, Kelemez, Kâlimôz), aux reliefs accusés, produisait le buis dont on faisait les chapelets vendus aux pèlerins passant par Rhodes. L’île comptait un château important dominant la capitale et deux autres fortifications.

26Leros (Ilerôz), particulièrement irriguée et fertile, exportait divers produits agricoles : olives, amandes, vin ou sésame. L’île était protégée par un château bâti par les chevaliers.

  • 18 Sur le château Saint-Pierre, outre les références fournies plus haut, cf. A. Luttrell 1986 et A. Ma (...)

27Enfin il faut signaler que l’ordre tint un temps le port de Smyrne et son château, et qu’il entreprit vers 1408 la construction d’une forteresse sur le site antique d’Halicarnasse. Il conserva jusqu’en 1522 ce château Saint-Pierre (dont l’actuelle ville de Bodrum tire son nom). Très fortifiée, la place était en fait surtout un lieu de contact (économique et politique) avec les Ottomans. Par ailleurs, elle jouait un rôle important comme lieu d’asile pour les esclaves chrétiens évadés. D’après la tradition, les gros chiens de la garnison, qu’on lâchait aux abords du château, savaient distinguer les musulmans, qu’ils attaquaient, des chrétiens évadés qu’ils fêtaient et menaient à bon port18.

Lindos

Lindos

Localité la plus importante de l’île après Rhodes, Lindos possédait une forteresse et des défenses naturelles particulièrement impressionnantes.

Notes

1 Le livre de Riley-Smith a remplacé comme ouvrage de référence celui de Delaville Le Roulx 1904. Cf. en outre Luttrell 1978 (I).

2 Cf. Luttrell 1982 (V).

3 Pour plus de détails, cf. Riley-Smith ; Luttrell 1992 (III) ; Demurger ; Barber.

4 Mille cavaliers et quatre mille fantassins devaient partir sous ses ordres au printemps 1309, pour cinq ans, aux frais du pape Clément V. En fait, une petite flotte de 26 ou 27 galères prit la mer l’année suivante : elle servit à consolider les positions hospitalières dans le Dodécanèse.

5 Pour ce qui précède, cf. les travaux d’E Malamut.

6 Cf. Ahrweiler.

7 Sur la rivalité à cette époque et dans cette zone des Chevaliers de Saint-Jean et des Vénitiens, cf. Luttrell 1978 (V), pp. 196-197 ; Thiriet 1966, pp. 129-131.

8 Sur ce point, cf. Luttrell 1978 (II), p. 165 n. 1.

9 Texte publié par Delaville Le Roulx 1904, pp. 274-276 (n. 2).

10 Je me fonde principalement sur Luttrell 1978 (1), pp. 284-285, et Failler. Cf. également Delaville Le Roulx 1904, pp. 2 76-279 ; Torr, pp. 10-12 ; Riley-Smith, pp. 215-216 ; Zachariadou, pp. 10-11.

11 Cf. Luttrell 1982 (I), p. 251 ; Zachariadou, p. 11.

12 Sur ce qui suit, cf. Delaville Le Roulx 1913, pp. 3 sqq.

13 Ces possessions sont rapidement passées en revue par Vatin 1995, pp. 15 sqq. Pour plus de détails, cf. Sommi-Pieenardi, pp. 171 sqq. ; Poutiers 1989 pp. 249 sqq. ; Gerola 1914 et 1916. Enfin on trouvera une rapide description géographique des îles de l’archipel par Myres, pp. 271-338.

14 Myres (p. 284) évoque également, pour des périodes plus récentes, la pêche des éponges, mais sur une petite échelle.

15 Poutiers 1989, p. 314.

16 C. Schefer, Le Voyage d’Outremer de Jean Thénaud suivi de la Relation de l’Ambassade de Domenico Trevisan auprès du Soudan d’Égypte-1512, Paris, 1884, p. 135.

17 D’après Poutiers (loc. cit.), l’île était célèbre pour la fertilité de ses champs de blé. Myres quant à lui évoque (P. 285) la production d’amandes, d’olives et l’élevage.

18 Sur le château Saint-Pierre, outre les références fournies plus haut, cf. A. Luttrell 1986 et A. Maiuri 1921-1922, pp. 275-343.

Table des illustrations

Titre Le Krak des chevaliers
Légende L’impressionnante forteresse rappelle la présence militaire des Hospitaliers en Syrie entre 1187 et 1291.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Portrait de Jacques de Molay
Légende Dernier grand maître de l’ordre du Temple, Jacques de Molay ne réussit pas à éviter aux Templiers le procès qui mit fin à leur existence.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Carte du Dodécanèse
Légende Les Hospitaliers régnaient sur Rhodes, Alimnia, Halki, Simi, Tilos, Nissiros, Cos, Kalimnos et Leros, ainsi que sur le château Saint-Pierre (Bodrum).
Crédits (D’après N. Vatin, L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480-1522), Peeters, Paris-Louvain, 1994)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Rhodes par Buondelmonti
Légende Prêtre florentin, Cristoforo Buondelmonti se rendit à Rhodes en 1414 et voyagea en mer Égée. Son Livre des îles de l’Archipel demeura longtemps la base des connaissances géographiques du monde savant. Sur cette carte du xve siècle, on distingue la tour Saint-Nicolas, l’église Saint-Antoine, le Mont Fileremos et Lindos.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Rhodes par Pîrî Re’îs
Légende Ce célèbre marin, auteur de la première carte ottomane de l’Amérique récemment découverte, rédigea et illustra ce magnifique portulan quelques années après la conquête de Rhodes par Soliman le Magnifique. On distingue bien en bas la ville de Rhodes avec ses murailles, son port et la tour de Naillac.
Crédits (Pîrî Re’îs, Kitâb-i-Bahriyye, Ms orientaux, supplément turc n° 956, 124v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Cos et Bodrum par Buondelmonti
Légende Cos et le château Saint-Pierre (Bodrum), sur le site d’Halicarnasse, étaient après Rhodes les possessions les plus importantes de l’ordre.
Crédits (Buondelmonti, Liber Insularum Archipelagi, Ms latins n° 4825, 12v°)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Lindos
Légende Localité la plus importante de l’île après Rhodes, Lindos possédait une forteresse et des défenses naturelles particulièrement impressionnantes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2572/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search