Version classiqueVersion mobile

Bâtiment en famille

 | 
Manuela Martini

Troisième partie. Trajectoires d'indépendants. Mobilité et travailentre lieux de départ et lieux d'arrivée

Chapitre 5. Entrepreneurs d’hommes

Parcours entre montagne et banlieue

Texte intégral

  • 1 La notion de « formation sociale » est empruntée aux sociologues de l’économie et notamment à Zalio (...)

1La reconstruction du tissu des entrepreneurs de la maçonnerie de Nogent fait apparaître une formation sociale ancrée dans un territoire soumis à de fortes tensions économiques et démographiques, structurées par l’immigration provinciale et internationale1. Si au niveau intermédiaire du groupe nous avons pu observer l’apparition de l’entrepreneuriat de la maçonnerie et puis ses phases d’accroissement et de stabilisation, les mécanismes qui amènent à l’indépendance ces entrepreneurs et qui en assurent la pérennité, ou la disparition, restent à ce stade implicites.

  • 2 La distinction entre itinéraires de commerçants et d’indépendants de l’artisanat est évoquée dans d (...)

2Les raisons qui ont conduit les itinéraires des quelques personnalités déjà évoquées à se démarquer des autres peuvent être élucidées de façon plus circonstanciée à travers une analyse qualitative des trajectoires personnelles de ces entrepreneurs. Dans ce chapitre, l’analyse des biographies individuelles se couple à celle des biographies professionnelles telles que l’on a pu les reconstruire à travers des sources nominatives locales et les récits des protagonistes mêmes de ces carrières migratoires. Cette approche, qui a été fructueusement appliquée à l’étude du petit commerce, est ici mobilisée pour mettre en évidence les caractéristiques spécifiques des itinéraires des fondateurs d’entreprises de production2. Par rapport aux trajectoires des commerçants, les questions du placement, de l’embauche et des étapes de l’apprentissage du métier sont incontournables dans ces parcours.

3Nous avons également recueilli pour chaque entrepreneur, un certain nombre d’informations dépassant le cadre strictement professionnel afin de creuser les étapes-charnières de son parcours migratoire sans pour autant viser à une reconstruction prosopographique débouchant sur un traitement quantitatif de ces données.

  • 3 Fondées principalement sur des sources archivistiques pour l’entre-deux-guerres, les histoires de v (...)

4Dans cette optique individuelle et qualitative, les moments forts de l’histoire familiale des entrepreneurs ont été systématiquement pris en compte : mariage et naissance des enfants, mais aussi formes de cohabitation et, dans la mesure du possible, analyse de la configuration familiale dans les lieux de départ et d’arrivée. L’inscription de ces trajectoires dans un contexte relationnel dense s’appuie à la fois sur des sources administratives (déclarations de résidence et listes nominatives des recensements), sur des entretiens avec des entrepreneurs et leurs descendants et enfin sur des documents, et notamment des questionnaires individuels, produits par les enquêtes menées par l’INED dans les années 19503.

5Bien avant la mise à son compte, la première séquence reconstituée est celle de la quête d’un poste de travail. Les acteurs eux-mêmes font souvent le lien entre, d’une part, l’organisation des filières migratoires, le placement et la configuration particulière prise par le milieu social et familial dans les lieux d’arrivée et, d’autre part, la particularité des formes du placement de l’industrie de la construction. Nous allons ainsi nous intéresser tout d’abord aux modalités du placement, avant d’aborder la reconstruction des trajectoires entrepreneuriales des indépendants de la maçonnerie nogentais.

Placement et trajectoires migratoires dans la maçonnerie

Du placement dans la maçonnerie

  • 4 Borie, 1924, p. 91. Il s’agit de l’Office départemental du placement et de la statistique du travai (...)

6Au lendemain de la Première Guerre mondiale, lorsque les tâcherons et les entrepreneurs italiens commençaient à s’installer à leur compte, le recrutement de la main-d’œuvre se faisait au gré des chantiers dans des lieux précis, des carrefours ou des places où les ouvriers sans travail se réunissaient, les jours ouvrables, en général de 7 heures à 9 heures du matin. Le marché du travail de la ville et de la banlieue fonctionnait encore selon des pratiques du siècle précédent. Pourtant, l’organisation depuis 1904 d’un réseau de bureaux municipaux avait été suivie, en 1921, par la création d’un bureau départemental de placement de la Seine. Dotés d’un certain dynamisme pour l’hôtellerie, la restauration et le service domestique, ces bureaux de placement publics avaient toutefois du mal à faire valoir leur utilité pour les métiers du bâtiment4.

  • 5 Un bureau ouvert par la Chambre syndicale des entrepreneurs, situé rue Saint-Paul et très fréquenté (...)
  • 6 Borie, 1924, p. 90. La première moitié du xixe siècle marqua l’apogée du pouvoir d’attraction de la (...)

7La rencontre physique de l’ouvrier et de l’employeur ou de son représentant caractérise encore le moment clé de l’embauche. Cela permettait aux deux parties de discuter le détail de la tâche en fonction du type de travail nécessaire à un chantier donné. Outre le fait de se présenter directement sur les grands chantiers et « battre le pavé de l’entrepreneur », les ouvriers visitaient les bureaux des syndicats patronaux, qui plaçaient gratuitement5, mais aussi certains cafés et bistrots connus pour rassembler les « gars du bâtiment ». Surtout, ils battaient, cette fois littéralement, le pavé des places que l’on appelait, toujours, des grèves6.

  • 7 Borie, 1924, p. 90. Cambrousier est un mot de l’argot parisien ainsi défini dans le dictionnaire Ri (...)

8Dans l’entre-deux-guerres, le placement libre continuait de caractériser le marché du travail du bâtiment de la métropole parisienne et de sa banlieue. Au début du siècle, l’enquête de l’office du travail comptait 25 places de grèves même si, aux dires du préfet de la Seine, leur importance tendait à diminuer. La place Saint-Gervais, devant l’Hôtel de Ville, où les maçons de la Creuse se rendaient depuis des décennies, et la place de Lévis aux Batignolles à l’ouest de la Ville, restaient cependant des lieux de rassemblement très fréquentés. À ceux-ci s’ajoutait, à l’Est, un nouveau site, la place d’Italie, où dans les années 1920 étaient embauchés, selon Fernand Borie, maçons, manœuvres et ouvriers du second œuvre de la banlieue, les « cambrousiers7 », mot qui résumait à la fois la polyvalence de ces hommes et le modeste statut social dont jouissaient les chantiers et les ouvriers banlieusards.

9De retour en France après avoir été démobilisé par l’armée italienne en 1920, le jeune Lazare Ponticelli se rend directement sur la place d’Italie pour chercher du travail. C’est là qu’il va finir par retrouver son frère Céleste déjà rentré en France ; et c’est là qu’ensemble ils vont embaucher les compagnons pour leurs premiers chantiers comme tâcherons patrons.

10La variabilité des chantiers qui fait implicitement de chaque embauche un emploi à temps déterminé explique la pérennité des places les plus importantes et l’émergence de lieux nouveaux. Comme au xixe siècle, les travailleurs y sont recrutés par les chefs de chantier et les tâcherons à la journée. Selon les règlements de chantier déposé au Greffe de la juridiction prudhommale, en général l’embauche des ouvriers est faite à Paris par les contremaîtres : ceux-ci prennent connaissance des certificats d’anciens patrons et ils ont la possibilité de congédier sur l’heure l’ouvrier qui ne leur « donne pas satisfaction ». L’embauche se fait sur une base journalière sauf pour les contremaîtres ou les chefs de chantier, dont les contrats sont négociés au mois, ou à l’année, au forfait. Les engagements formels à long terme sont donc fort rares et concernent les personnels situés au sommet du métier.

  • 8 Par rapport au code de 1804, la loi du 27 décembre 1890 modifie et complète l’article 1780 : désorm (...)
  • 9 De manière significative, les pratiques de régularisation tardive utilisées par les agences d’intér (...)

11Particularité supplémentaire par rapport à d’autres corporations, dans le bâtiment le travailleur congédié dispose d’une heure « pour ramasser sa pelle », littéralement, avant la fermeture du chantier. Il s’agit d’un usage courant, légitimé par la jurisprudence prudhommale, et ce malgré la loi du 27 décembre 1890 qui stipulait que la partie se considérant lésée par la résiliation d’un contrat pouvait demander des dommages et intérêts8. Dans certaines régions le préavis de huit jours, revendiqué par les syndicats, commence à se généraliser mais dans un marché du travail tendu comme celui de Paris et de sa banlieue, cette pratique peine à s’imposer9.

12La loi de 1890, si elle protège en partie les ouvriers, entend aussi réglementer une liberté de mouvement relative, qui, en période de croissance, permet aux compagnies d’être assez facilement débauchées par la concurrence et de partir avec leurs aides-maçons. Car comme au xixe siècle, sur ces places le compagnon choisit et embauche à son tour un garçon maçon, qui peut être payé par lui-même ou par l’entrepreneur principal.

  • 10 Cette pratique s’accompagnait d’un droit coutumier très revendiqué lors des congrès des fédérations (...)
  • 11 Ibid., p. 92 De nos jours, le recours à l’intérim fournit ce volant d’appoint dont la petite et moy (...)

13L’embauche des garçons maçons se faisait encore en grande partie sur les grèves, et notamment sur celle de la place de Lancry10 à Paris. Le droit de choisir son aide, garantie de la cohésion de l’équipe de base d’un chantier, instaurait un rapport de dépendance qui pouvait déborder sur des abus d’autorité, verbaux et physiques. Les « ébouriffées » qui ont accompagné la formation de Martin Nadaud sont aussi monnaie courante dans les chantiers de la première moitié du xxe siècle. Et si on entend moins parler de corrections musclées, les réprimandes orales perdurent. Les manœuvres, appelés « garçons-maçons » indépendamment de leur âge, subissent cette double subordination, au compagnon et au patron, qui est encore le prix à payer pour acquérir un métier. Sur les grèves, on cherchait aussi des aides ponctuelles. Pour une corvée un peu difficile on embauchait des ouvriers prêts à ne pas ménager leurs efforts pour gagner rapidement de l’argent : on les appelait des « bombistes » parce que « ne travaillant que quelques jours pour ensuite manger ou boire tout leur gain, [ils] sont en général très débrouillards et travaillent dur quand ils s’y mettent »11.

  • 12 Muller, 1991.
  • 13 Des pratiques informelles de recrutement sont étudiées dans Chauvin, 2010.
  • 14 Comme pour les artisans de l’enquête menée par Casella et Tripier, 1988, parmi les entrepreneurs in (...)

14Le déclin du placement libre s’achève après la Seconde Guerre mondiale12. La quête d’un poste en se déplaçant directement sur le chantier, ou en se rendant dans des espaces spécifiques et visibles de la ville, à l’instar de ce qui se passe de nos jours pour le recrutement des précaires du bâtiment à Chicago, ne disparaît pas totalement mais l’embauche à travers les relations personnelles va l’emporter13. Au moins jusque dans les années 1970, les agences publiques (bureaux de placement municipaux, départementaux puis ANPE) et les petites annonces ne semblent pas rencontrer la faveur des entrepreneurs, et tout particulièrement des patrons des PME14.

  • 15 Rinauro, 2009, p. 148-151.

15Dans ce processus de transformation des formes du placement, les migrants internationaux peuvent ainsi s’appuyer également sur les réseaux formels et informels constitués par des générations de travailleurs déjà installés ou par des institutions charitables ou syndicales spécialisées dans l’aide aux migrants. Le recours à l’ONI de la part des patrons du bâtiment ne fut jamais un moyen de recrutement privilégié : face à la lourdeur des procédures, le recrutement d’un clandestin, malgré l’incertitude liée à la stabilité de l’ouvrier, finissait par se révéler préférable, surtout si d’autres, syndicats ou curés, se chargeaient du suivi bureaucratique de ses papiers. Entre 1946 et 1950, sur 146 416 travailleurs italiens arrivés en France, le Quai d’Orsay estimait que les clandestins étaient entre 58 000 et 72 000. Ainsi, l’enquête INED de 1951 sur l’assimilation des étrangers constatait qu’environ 80 % des travailleurs du bâtiment étaient arrivés sans contrat de travail par l’intermédiaire de migrants déjà installés en France. Selon les données de l’ONI, vers le milieu des années 1950 la part des travailleurs illégaux était descendue à un quart des arrivées, mais à partir de cette époque, les flux migratoires clandestins d’Espagnols et Portugais augmentent de manière exponentielle15. Pour les travailleurs étrangers migrants, un travailleur sur cinq après la Seconde Guerre, puis un sur trois dans les années 1960 et 1970, le placement passe surtout par ces filières informelles. Spontanément, tous les travailleurs migrants interviewés dans le cadre de cette enquête ont fait référence à des formes de recrutement pouvant être mobilisées tant sur les lieux de départ que sur ceux d’arrivée de la chaîne migratoire.

Filières migratoires et parcours professionnels

  • 16 Martini et Rygiel, 2010.

16Placeurs, « rabatteurs », « marchands de chair humaine », commis, agents du patronat sont des personnages courants dans les sources qui nous présentent le côté matériel, pragmatique des mécanismes présidant au déplacement des individus16. Dans le fonctionnement des filières migratoires, s’impose une dimension qui est centrale et qu’on voudrait observer dans sa transposition à une forme particulière d’organisation du travail et d’encadrement du travail à la tâche. Les intermédiaires entre travailleurs migrants et employeurs sont le plus souvent des migrants eux-mêmes. Comme on l’a vu, de manière plus prégnante que dans le simple mécanisme de la « niche ethnique » décrit par Fredrik Barth et observé par les premiers spécialistes de l’entrepreneuriat ethnique tels Roger Waldinger ou Ivan Light, la concentration d’immigrés d’une même origine s’accompagne d’un phénomène qui distingue certains groupes par rapport à d’autres en termes d’entrepreneuriat. À ceci s’ajoute une caractéristique spécifique du contexte économique d’accueil, du marché du travail national et des marchés du travail locaux investis par les filières migratoires.

  • 17 Comprenant bien entendu les naturalisés (Blaschke et al., 1990, p. 79-106).
  • 18 INSEE, 1992, p. 79. Les naturalisés sont non-salariés dans des proportions quasiment identiques aux (...)
  • 19 INSEE, Recensement 1962, 1964, p. 176-177. Les Italiens qualifiés sont 27,9 % (et 30,9 % des hommes (...)

17L’une des caractéristiques de la France, par rapport à d’autres pays, est le taux élevé d’entrepreneuriat des Français, oscillant entre 15 % et 20 % au xxe siècle17. Tout au long du siècle, l’écart entre ce taux d’entrepreneuriat des Français et celui des étrangers reste considérable, et ce même lorsque, à partir des années 1920, la part des étrangers dépasse 20 % dans le bâtiment. C’est seulement à la toute fin du siècle, qu’une certaine convergence se dessine, notamment pour les hommes : en 1992, 17,2 % des Français de naissance et 12,2 % des étrangers sont non-salariés (employeurs ou collaborateurs familiaux), tandis que pour les femmes les pourcentages sont respectivement de 12,5 % pour les Françaises de naissance et de 5 % pour les étrangères18. Toutefois, dans ce contexte fortement dominé par les nationaux durant tout le xxe siècle et où les étrangers indépendants font figure de minorité, Italiens, Espagnols et Portugais se distinguent par rapport à d’autres groupes, notamment ceux d’origine algérienne ou marocaine qui pourtant constituent des composantes fondamentales de la main-d’œuvre du bâtiment à partir des années 1950. Comme nous l’avons déjà évoqué plus haut, dès les années 1960 les Portugais ont, avec les Italiens et les Espagnols, des taux d’ouvriers qualifiés sensiblement plus importants que les autres étrangers19.

  • 20 Belzer, 2009-2010 et sa communication « Au-delà des migrations de travail. Les réseaux de migration (...)
  • 21 Berbagui, 2006 ; Bruno, 2010.
  • 22 Pitti, 2005.
  • 23 Auvolat et Benattig, 1988.

18Certes, dans les années 1970, l’intense courant migratoire en provenance du Portugal amoindrit leur taux d’entrepreneuriat pondéré par rapport à l’ensemble de la population portugaise, désormais très étoffée. Dix ans plus tard, toutefois, les Portugais ont de nouveau des taux de travailleurs qualifiés et indépendants tout à fait comparables à ceux des Italiens20. Au contraire, les statistiques disponibles comme les études sur les trajectoires des Maghrébins dans les années 197021 soulignent le fait que, s’ils sont bien présents dès les années 1960 parmi les étrangers du secteur, ils sont également prioritairement employés dans la grande entreprise22, alors qu’une très grande majorité des entrepreneurs du bâtiment est, dans les années 1970 et 1980, issue de la petite entreprise. Toutes les études sociologiques des années 1980 ont insisté sur ce point, de même que sur l’importance des fonctions d’encadrement et de direction de chantiers préalables, et ce aussi bien pour les indépendants étrangers que français23. L’itinéraire de Giovanni Malchiodi résume, en le simplifiant à l’extrême, ce parcours accompli entièrement au sein d’entreprises fondées par des entrepreneurs d’origine italienne de la génération migratoire des années 1950 ou de celle qui l’a précédée.

  • 24 Entretien avec Bruno Malchiodi, entrepreneur, Nogent-sur-Marne, 9 septembre 1999 et Giovanni Malchi (...)
  • 25 Plus tard, parmi les Schenardi de la deuxième génération, Jean-Pierre a été un personnage de premie (...)

19Le départ de Giovanni Malchiodi de Brugneto, un hameau de Ferriere en Val Nure, est précédé par celui de ses sœurs et de son frère aîné, Domenico, installés à Nogent depuis 195024. Ce dernier a d’abord été embauché comme manœuvre chez Cavanna et Taravella, puis comme maçon et tâcheron carreleur chez les Schenardi, originaires d’un autre village de la même vallée du Nure25. Lorsque Domenico passe ses vacances à Ferriere, Giovanni se laisse convaincre par son aîné : leur père vient de mourir, aussi peut-il partir avec lui en septembre 1956. Mais en fin de compte, la saison morte approchant, son frère n’a pas assez de travail pour deux. À Noël, Giovanni rentre alors à Brugneto en affirmant qu’il souhaite y rester, « parce qu’il était mieux chez lui » mais, sans doute grâce aux informations reçues par d’autres migrants, « tout compte fait il a trouvé du travail chez Cavanna Bonfils » au Perreux, encore un entrepreneur du « pays », où il a commencé comme manœuvre puis est devenu compagnon et enfin chef de chantier. Au bout de six ans, son frère Domenico lui a demandé de nouveau « maintes et maintes fois : viens travailler avec moi » et a fini ainsi par le débaucher. Giovanni a travaillé d’abord comme chef d’équipe chez Domenico, mais rapidement ils ont trouvé un accord pour monter, deux ans plus tard, une société ensemble, la « Malchiodi frères ». Sa carrière migratoire aboutit à l’entrepreneuriat à l’appui d’un double lien, parentélaire et ethnique. Après une expérience prolongée du travail d’encadrement de co-originaires, il peut travailler avec son frère comme associé et non plus comme employé.

20Tout en étant marié avec une Française depuis 1959 (son frère était son témoin), Giovanni passe toutes ses vacances d’été en Italie et continue d’y embaucher les ouvriers de l’entreprise même si, à partir des années 1970, son offre de travail n’a plus beaucoup de succès. Dans les années 1970, cependant, deux ou trois Italiens travaillaient encore dans l’entreprise, et désormais les enfants des deux fondateurs y étaient aussi employés. Entretemps, elle avait changé de taille : à la fin des années 1960, « Malchiodi frères » recrutait jusqu’à 40 ouvriers. Les transformations de la configuration des flux migratoires vers l’Est parisien ont, à l’époque, ouvert la voie à d’autres figures d’intermédiaires, notamment des Portugais. Ainsi, dans les années 1980, un chef de chantier portugais va participer (du moins formellement) à la fondation de l’une des deux entreprises issues de la Malchiodi frères au moment du départ à la retraite des fondateurs.

21Auparavant, c’est-à-dire dans l’entre-deux-guerres, des pratiques comparables et « contrôlées » de l’ethnicité, guidées par des raisons de cohésion et de compétence professionnelle, s’étaient appuyées sur des marchés locaux du travail façonnés par des filières migratoires provenant principalement du nord de l’Italie. Dans ces filières, des chefs de chantier appréciés par les entrepreneurs italiens ou français confrontés au problème de la gestion d’une main-d’œuvre de plus en plus marquée par la présence italienne se sont très vite fait remarquer.

22Pour cette époque, inaccessible via des sources orales directes, les itinéraires des chefs de chantier présents dans les questionnaires de l’enquête « Français et immigrés » de 1951 de l’INED menée par Alain Girard et Jean Stœtzel, sont beaucoup plus pauvres en détails et moins explicites dans les connexions entre les différentes étapes de la carrière migratoire et professionnelle des travailleurs. Ils représentent néanmoins un précieux réservoir d’informations non exploitées sur les milieux sociaux et professionnels des interviewés. D’une part, ils présentent un éventail assez diversifié de parcours en provenance des régions du nord de l’Italie proches de celles des Malchiodi que l’on vient de mentionner. D’autre part, ils fournissent des renseignements très nombreux et précis sur la perception des pratiques « ethniques » des ouvriers immigrés les plus qualifiés de la part d’enquêteurs cherchant à répondre à des questions pressantes sur l’assimilation ou la capacité d’assimilation des travailleurs enquêtés. Par comparaison, ils éclairent les biographies plus récentes reconstruites à travers les sources orales ou les trajectoires plus anciennes, tributaires principalement de sources administratives.

Quand les chefs de chantier sont immigrés

  • 26 AN, CAC, INED, Enquête 1951-52, Région parisienne, Questionnaires no 1-82. La composition de ce gro (...)
  • 27 Sur les critères de la constitution de cet échantillon voir Martini, 2003.

23Parmi les 80 travailleurs du bâtiment et des travaux publics interviewés dans le cadre de l’enquête de l’INED entre février 1951 et avril 1952, une petite quinzaine étaient des chefs de chantiers, des contremaîtres ou des tâcherons26. La longue durée d’installation est le trait commun à tous les dossiers, mais elle ne suffit pas en soi à expliquer ces parcours de mobilité géographique et sociale. De manière bien plus marquée que pour les autres migrants, ces hommes avaient pour la plupart un père dont le travail était déjà lié au monde industriel. De même, le fait d’avoir terminé l’instruction primaire et, dans quelques cas, d’avoir suivi quelques années d’études secondaires techniques, joue un rôle important dans pratiquement toutes ces trajectoires27. Tout cela laisse entrevoir une accumulation de connaissances de base facilitant la maîtrise des compétences techniques, notamment la lecture des plans et la rédaction des carnets de chantier indispensables pour exercer cette fonction. Du point de vue social enfin, les interviewés semblent correspondre aux attentes des enquêteurs.

  • 28 AN, CAC, Archives INED, Enquête 1951. Même si les remarques franchement négatives concernent enviro (...)
  • 29 AN, CAC, Archives INED, Enquête 1951, questionnaire n. 31.

24Ces profils de professionnels, qui se distinguent par leur formation et par les responsabilités exigées dans le métier, suscitent une très bonne appréciation chez les enquêteurs, par ailleurs assez pointilleux dans leurs remarques sur l’insertion des interviewés28. Trois seulement sont déclarés non assimilés, dont un qui est jugé « ni heureux, ni assimilé », sans doute à cause du déclassement dont il est victime, étant issu de la bourgeoisie commerçante milanaise. Pour tous les autres, ceux dont l’assimilation ne fait pratiquement aucun doute, les enquêteurs ne sont pas avares de superlatifs. Ainsi, un chef de chantier né à Roversella près de Mantoue, fils d’un maçon lui-même chef de chantier, est considéré avec sa famille : « Tout à fait assimilés, éléments de premier ordre »29. À première vue, on est donc tenté de conclure que, pour la quasi-totalité de ces trajectoires, il existe une certaine cohérence entre intégration sociale et intégration économique. Cette conclusion, corroborée par l’avis des enquêteurs, est donc attendue. Toutefois, la relecture des questionnaires et de leur distribution révèle d’autres éléments qui viennent compléter les logiques d’évolution de ces parcours. Ces contremaîtres étaient en France depuis très longtemps : dix d’entre eux, soit les deux tiers du groupe, étaient déjà là avant 1929, trois seulement étant arrivés après la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, malgré la très longue durée de leur séjour, cinq de ces quatorze contremaîtres (soit un tiers seulement) sont naturalisés et beaucoup déclarent travailler pour des patrons italiens. Par ailleurs, certaines remarques sur les difficultés de relations sur les chantiers, glissées en marge des questions concernant la partie professionnelle du questionnaire, laissent comprendre que, malgré tout, les rapports au travail n’étaient pas toujours faciles et que le fait de diriger une main-d’œuvre principalement italienne présentait des avantages. Cela explique sans doute la relative rapidité des carrières de ces hommes qui, pour la plupart, étaient déjà contremaîtres avant la Seconde Guerre mondiale. Comme pour Giovanni Malchiodi, la présence croissante de travailleurs migrants dans le secteur a créé des conditions favorables à l’évolution de leur carrière.

  • 30 La structure ethnique de l’entrepreneuriat du Perreux dans l’entre-deux-guerres est plus semblable (...)
  • 31 Martini, 2008.

25Sur l’organisation du travail dans le bâtiment de l’entre-deux-guerres, toutes les informations orales et écrites convergent. Contrairement à d’autres secteurs, la logique qui préside à la constitution des équipes est celle de l’homogénéité des origines. La compréhension réciproque et la cohésion sont fondamentales pour la performance du chantier. Ce que René Ponticelli souligne en parlant des équipes dirigées en dialectes par son père jusque dans les années 1950 est confirmé par les premiers registres de paye de l’entreprise Cavanna et Taravella : en 1921 et en 1922, les douze salariés de l’entreprise nouvellement créée portent des patronymes italiens, et neuf d’entre eux ont des noms typiques de la vallée dont les fondateurs de l’entreprise sont originaires et qui ne se privent pas de noter les surnoms de leurs ouvriers sur les calepins de paye. Cela ne signifie pas que l’homogénéité ethnique soit absolue et étanche sur les chantiers de la banlieue est. Au contraire, la diversité est précoce, y compris dans les entreprises fondées par des migrants, mais cette diversité est caractérisée non pas par une pulvérisation des origines, mais par une certaine coagulation de groupes issus d’une même région de provenance. Ceci est vrai non seulement pour Nogent mais aussi pour les communes voisines. À Champigny, aucun des entrepreneurs que l’on peut repérer dans les listes du recensement de 1931 n’emploie une main-d’œuvre totalement homogène du point de vue de l’origine30. Les petites et moyennes entreprises emploient des étrangers, et ce malgré le fait que l’on observe seulement la partie champenoise des travailleurs des entreprises31. La seule exception, confirmant bien évidemment la règle, est celle de Charles Bovio de Galliate, un Italien originaire de Lombardie et naturalisé français qui, lui, n’embauche que des ouvriers français et portant des patronymes français, que ce soit par souci de s’intégrer ou bien de rompre totalement avec ses origines.

  • 32 Blanc-Chaléard, 2000, p. 386-428.
  • 33 ACN, Liste nominative du recensement général de la population, 1931. Les quelques Yougoslaves, Polo (...)

26Malgré cette diversité précoce, on observe cependant des groupes très compacts d’ouvriers issus de territoires de départ : parmi les Italiens, ce sont principalement des Piémontais, des Lombards, des natifs de la Vénétie ; d’autres proviennent du nord du Portugal et de l’Espagne, ou d’Algérie, de la région autour de Nedroma, à la frontière avec le Maroc, ou de Constantine, ville d’une certaine importance au nord-est du pays. On saisit ce phénomène surtout lorsqu’on observe les listes nominatives de 1931, au moment où l’augmentation spectaculaire des flux migratoires, en provenance d’Italie mais aussi d’autre pays d’Europe du Sud et de l’Est, double le nombre de la population immigrée de maçons dans ces communes à l’impressionnant développement démographique32. Les maçons, cimentiers ou plâtriers immigrés « isolés » – tel l’Espagnol Estéban Gomez résidant à Nogent rue du Viaduc et manœuvre de l’entreprise Lafont du Perreux, – sans aucune attache sociale détectable, sont relativement rares, voire exceptionnels33.

27Cette hypothèse se trouve confirmée si l’on observe la nouvelle configuration de la composition de la main-d’œuvre de l’entreprise Cavanna et Taravella en 1931, année culminante de l’embauche pour cette entreprise à l’essor fulgurant. Parmi les quelque 70 travailleurs employés de manière variable selon les aléas saisonniers du métier, on trouve toujours une écrasante majorité d’Italiens issus de la vallée du Nure ; mais à cette date, parmi les ouvriers, on remarque aussi la présence d’un Français originaire de Constantine, en Algérie, et de trois Portugais issus des mêmes villages du Nord du Portugal, premières traces d’une diversité qui s’affirmera avec des caractéristiques très proches dans l’après Seconde Guerre mondiale. Ainsi, dans cette entreprise, les quatre chefs de chantiers sont originaires de la vallée du Nure. Mais des configurations semblables sont également attestées pour d’autres filières migratoires. Dans les listes nominatives de Champigny, on remarque dès 1931 un mécanisme identique pour le premier noyau de travailleurs portugais et espagnols embauchés par l’entreprise de travaux publics Ferrus et Lambert. Un logeur espagnol, Diaz Prieto, arrivé en France depuis plusieurs années car ses enfants sont respectivement nés à Paris en 1923 et à Champigny en 1924, héberge un nombre considérable de travailleurs : ils sont une quinzaine, la plupart d’entre eux étant employés par cette entreprise de bâtiment et travaux publics très importante, voire la plus importante du secteur à en croire le registre des patentes. Une dizaine de ces maçons sont portugais, quelques-uns sont espagnols. On ne s’étonne donc pas qu’un autre Portugais, Quarte Diaz, soit recensé comme chef d’équipe et soit installé dans un appartement contigu au garni : il y vit avec son épouse portugaise et ses deux jeunes enfants, dont l’un est né dans une ville à l’appellation incertaine, fort probablement portugaise (Feuleuse ?), et l’autre à Champigny l’année précédente. Il fallait bien un encadrement lusophone pour ces hommes arrivés ensemble et très probablement embauchés directement sur les lieux d’origine par des médiateurs représentant l’entreprise.

28Un autre ensemble régional de travailleurs employés par la même entreprise complète et renforce ce tableau de diversité précoce et de cohabitation, harmonieuse ou conflictuelle on ne sait, entre travailleurs d’origine latine. Dans un foyer voisin, littéralement sur le même palier, sont hébergés également une douzaine de travailleurs italiens provenant de la haute Lombardie. La moitié d’entre eux travaille également pour Ferrus et Lambert, et comme c’est le cas pour les Portugais, leur jeune chef de chantier né en 1907 à Pianico, un village de la province de Bergame, habite au même endroit. On ne trouve aucune trace de tous ces travailleurs dans le recensement de 1926 : arrivés récemment, ils s’appuient sur le patron du garni et leurs chefs d’équipes. Ainsi, la cohésion des équipes crée, au moins temporairement, des effets de ségrégation dans l’habitat urbain qui dépassent alors le cadre des chantiers.

  • 34 Les analogies avec l'époque moderne sont frappantes, cf. Fontaine, 1994.
  • 35 Goss et Lindquist, 1995. En 1931 sont logés dans ce garni 16 maçons dont un seul, un Yougoslave tra (...)
  • 36 Archives privées Serge Cavanna. Je remercie Serge Cavanna, petit fils d’André Cavanna, de m’avoir p (...)
  • 37 ADVM, Matrice générale des impositions, Champigny, 1935.

29Nous pouvons pousser encore plus loin la recherche des mécanismes de fonctionnement de ces filières migratoires, présidant à la fois au déplacement et au placement des migrants. Pour alimenter les canaux du recrutement de la main-d’œuvre pour les nombreux chantiers ouverts dans les années 1920, les patrons de l’entreprise Cavanna et Taravella pouvaient s’appuyer sur l’aide des hôteliers et restaurateurs de leur famille. Dès le tout début du xxe siècle, une filière de placement, plus informelle mais finalement structurée autour des mêmes « services » de logement et de placement, se met en place autour des différentes branches de la famille Cavanna installées dans la petite ville. Tous les migrants de la Vallée du Nure savaient qu’ils pouvaient loger à crédit, le temps de trouver du travail chez la patronne du « Grand Cavanna », sans doute le plus connu des restaurants italo-français du centre-ville. Comme pour tous les garnis dont on vient de parler, le système est fondé sur la dette34. Pour le début du xxe siècle, il reste un témoignage écrit de transactions que le registre des patentes et les listes nominatives des recensements attestent durablement, et qui, jusque dans les années 1950, font du « Grand Cavanna » une sorte d’« institution migratoire »35. Logé par André Cavanna à son arrivée, Giuseppe Bocciarelli se déclare son débiteur en décembre 1904 devant d’autres camarades, cosignant le papier timbré (la carta bollata italienne, support de tout acte légal) qui spécifie le montant de ses dettes envers son hôte et les intérêts au taux tout à fait raisonnable de 5 %. L’issue de cette transaction relève du même système relationnel villageois dont participe la ratification publique et collective de cet acte. Neuf ans plus tard, en 1913, le montant dont Bocciarelli était débiteur a été payé non pas par l’intéressé mais par Domenico Cavanna, chef de chantier auprès duquel Bocciarelli va aussi travailler par la suite, lorsqu’en 1920 Dominique Cavanna commence à payer la patente comme entrepreneur du bâtiment. Chef de chantier et tâcheron avant la guerre, Domenico était le cousin germain d’André Cavanna, le patron du « Grand Cavanna »36. Après la guerre, son fils unique Louis épousera Henriette, la fille d’André, sa cousine au deuxième degré, en soudant ultérieurement un lien familial déjà en place et qui recouvrait l’ensemble des dispositifs de la filière migratoire : du recrutement au placement, en passant par l’hébergement. Ce système se déclinant en plusieurs volets spécialisés, se traduit en une activité économique concentrée en une seule personne, comme c’est le cas pour Jean Barilari, à la fois maître maçon et maître logeur de garni actif à Champigny, qui dans les années 1930 est déclaré sous sa double casquette au registre des patentes37. Dans la mesure où il n’était pas concevable de faire venir des ouvriers sans les aider à trouver un logis, autant valait se faire logeur.

Tâcherons, intermédiaires et migrants

Médiateurs : à l’interface entre migrants et travail

  • 38 Bessy et Eymard-Duvernay, 1997. On a ici adopté la définition large d’intermédiaire assurant « l’aj (...)
  • 39 Martini et Rygiel, 2010, cf. Martellini, 1999, p. 165-229.
  • 40 Dans l’enquête INED des années 1950, parmi les migrants arrivés dans l’après-guerre, les clandestin (...)

30En amont comme en aval des filières migratoires, les intermédiaires entre travailleurs et marché du travail sont nombreux38. Les pratiques d’acheminement connues par les derniers migrants du Val Nure dans les années cinquante et soixante sont le plus souvent décrites par les intéressés comme le fruit d’une médiation spécialisée. On connaît des cas de migrants qui font personnellement la démarche auprès des entrepreneurs, après un départ clandestin, déguisés en touristes pour être ensuite régularisés comme travailleurs39. Toutefois, la méthode la plus fréquemment mentionnée est celle de trajets certes clandestins mais organisés, grâce aux informations ou aux supports matériels (contrats, billets de train, voire accompagnement) de passeurs à leur tour connectés à d’autres placeurs dans les lieux d’arrivée40. Ces intermédiaires varient selon le type d’activité exercée.

  • 41 Ce point a été développé dans Martini, 2011.
  • 42 De Michelis, 1926a et Id., 1926b. Cf. Serra, 1991.

31Les nombreuses figures de médiateurs ainsi évoquées attestent l’extrême spécialisation et en même temps de la diffusion par capillarité de cette activité, allant du chef d’équipe expérimenté et capable de négocier des contrats avec les employeurs, aux logeurs des lieux d’arrivée (d’où l’interdiction qui leur est portée de se transformer en placeurs rémunérés). L’historiographie, plus attentive à la dynamique des réseaux migratoires basée sur des relations familiales, s’est peu intéressée à ces médiateurs qui opèrent parfois à la marge de la légalité et sont mal vus par les administrations soucieuses de protéger les migrants contre l’exploitation de ces intermédiaires41. En Italie notamment, ce processus de contrôle des frontières, tout particulièrement avec la France et la Suisse, s’accompagne dès le début du xxe siècle des premières tentatives d’organisation par l’État de flux migratoires transcontinentaux. La surveillance portant spécifiquement sur les travailleurs aux frontières se met en place dans le cadre des activités du Commissariat général de l’émigration dirigé par Giuseppe De Michelis jusqu’à sa suppression par Mussolini en 1926. Par la suite elle va être durcie après la promulgation par le régime fasciste des lois restrictives de 1926 et 192742.

32Si, au début du siècle, les intermédiaires dont le Commissariat pour l’émigration se soucie sont surtout ceux envoyés par des industriels du textile suisses ou français pour embaucher femmes et enfants dans les campagnes italiennes, il existe également des médiateurs locaux, enracinés dans les sociétés de départ. Ceux-ci sont incontournables dans l’organisation des métiers de la mobilité comme le raconte Giovanni Malchiodi en décrivant les métiers exercés avant son départ pour la France :

  • 43 « C’era dei capisquadra, c’era un caposquadra qui di Casale ci portava via. Malchiodi Zeno (non par (...)

« Il y avait des chefs d’équipe (capisquadra). Il y avait un chef d’équipe ici de Casale, qui nous amenait. Il se nommait Malchiodi, il allait chercher des embauches là-haut au Piémont, dans les grandes fermes et faisait les contrats avec les patrons, il nous amenait là-bas, il nous surveillait, mais ensuite le salaire on l’avait par le patron, par son intendant »43.

  • 44 Entretien avec Giovanni Villa, maçon, Pietro Villa, maçon et Luigi Villa, maçon, Villa di Groppallo (...)

33Ces médiateurs sont spécialisés et ils sont connus en fonction de leurs compétences spécifiques. Dans l’entre-deux-guerres, dans la haute Vallée du Nure, des capisquadra connaissant les marchés des grands travaux de sarclage ou de la moisson dans les grandes fermes de la vallée du Pô, les cascine, organisaient les campagnes pour les saisonniers agricoles, tandis que d’autres, experts dans le marché des coupes de bois et de forêts, recrutaient les scieurs de long, tels les Provini de Strarivo de Groppallo, un lieu-dit de la commune de Ferriere44.

34Au début du xxe siècle, la politique d’intervention de l’État italien dans la réglementation des migrations internationales crée des figures d’intermédiaires officiellement reconnus en qualité d’agents des compagnies maritimes, à la suite d’une demande en bonne et due forme d’autorisation auprès de la mairie, pour l’acheminement des migrants transatlantiques. De manière beaucoup plus informelle, d’autres, assurant un logement dans les lieux d’arrivée, pouvaient se transformer à l’occasion en placeurs dans les entreprises de leurs proches ou de leurs connaissances (comme ce fut le cas pour le Grand Cavanna). Sans être forcément payés pour ce service rendu, ils transmettaient le plus souvent l’information pour avoir la garantie que les dettes de leurs clients seraient payées par des travailleurs employés avec une certaine continuité.

  • 45 Sur les filières féminines de placement de domestiques voir des exemples pour le xxe siècle dans Si (...)

35De manière plus ponctuelle, lors d’un aller-retour, si un émigré établi à son compte à l’étranger apercevait un jeune au travail, pour peu qu’il fût employé par les collectivités locales comme journalier à la pose des pierres dans la rue, celui-ci devenait le candidat idéal pour un recrutement sur le tas. Ce genre de médiation pouvait devenir plus formalisée et s’accompagner d’une rétribution : une pratique de la transnationalité qui, pour certains, se transformait en une spécialisation professionnelle45.

  • 46 Granovetter, 2003. Pour la région parisienne voir Zalc, 2010, p. 141-169 et Bruno, 2010, p. 111-132

36Enfin, dans d’autres cas qui ont été davantage traités dans la littérature, des membres de la famille devenaient non seulement informateurs mais également employeurs de leurs proches ; à l’instar de ce qui s’est passé pour Giovanni Malchiodi et son frère Doumenco46.

Tâcherons et marchandeurs : des entrepreneurs ?

  • 47 Fontaine, « Montagnes », 2005.

37Le recrutement effectué massivement via les réseaux informels est donc souvent assuré par le relais d’intermédiaires qui puisent dans leurs relations, sur place dans le milieu des Italiens, mais aussi sur les lieux de départ, et qui doublent leurs services par la fonction de surveillance et de coordination du travail. Peut-on les considérer comme des entrepreneurs ? À l’instar de ce que Laurence Fontaine a mis en exergue pour la période moderne, la pénurie de main-d’œuvre sur le marché tendu de l’après Première Guerre mondiale ou des Trente Glorieuses en fait des intermédiaires indispensables, prenant des responsabilités qui dépassent le cadre de la simple médiation entre travailleur et employeur47. Comment les appeler autrement qu’entrepreneurs à partir du moment où ils prennent des risques, ont des compétences qui les distinguent dans le milieu, sont capables de s’appuyer sur des ressources migratoires, mais peuvent aussi aller au-delà de celles-ci et être novateurs dans l’organisation du travail et la gestion de la main-d’œuvre ?

  • 48 Ponticelli, 2005. Cette idée est récurrente dans les mémoires de Lazare mais revient aussi dans l’e (...)
  • 49 Cohen, 2008 et Id., 2001, p. 119-141.

38Les frères Ponticelli ont revendiqué leur capacité de répondre de manière efficace à des demandes inattendues en introduisant des améliorations dans le rendement et la gestion des chantiers, comme une des clés de leur réussite48. Cette dimension physique et subjective de l’organisation du travail s’apparente à la « pratique de l’atelier » telle qu’Enrneste Materne la concevait au début du siècle et qui impliquait, comme le souligne Yves Cohen : « un engagement corporel et un régime de gestion de soi-même dans le rapport à l’espace d’action extrêmement intenses »49.

  • 50 Les mémoires publiées par Lazare ne disent pas explicitement qu'il est lui-même le chef du chantier (...)
  • 51 ACN, Entreprise générale de bâtiment Cavanna et Taravella, livres de paye, 1921-1925.

39Prenons l’exemple d’un des tout premiers chantiers que les frères Ponticelli, enfin réunis à Paris après la Première Guerre, mènent à bien en tant que tâcherons. Avant la fondation de leur entreprise, Céleste Ponticelli et son associé Émile Billoy, tâcherons le plus souvent sous-traitants d’un certain père Sagot, arrivent à décrocher un contrat d’une certaine importance, négocié à 2 500 francs. Le chantier est confié au frère de Céleste, Lazare, alors nogentais et obligé de prendre le train de 4h15 le matin pour se rendre à Paris. Sans redouter le travail supplémentaire que le transport des matériaux pour la démolition et de la reconstruction d’une cheminée coûte à son équipe, Ponticelli accepte pour un prix de 20 % plus élevé, 3 000 francs au total, d’utiliser une petite courette pour acheminer les gravats et les matériaux de construction et éviter ainsi le passage par le magasin intérieur du marchand d’étoffes titulaire de l’établissement. La propreté du travail, allant jusqu’au nettoyage du chantier et au remplacement des tuiles cassées pendant les opérations de démontage et montage de la nouvelle cheminée, ainsi que la rapidité de l’exécution, valent une prime supplémentaire doublant la valeur du contrat à l’équipe formée par Lazare, son frère Bonflis et un manœuvre embauché uniquement pour ce chantier. Or, cette prime suscite un débat animé, qui éclaire les relations entre tâcherons et ouvriers. Il y a tout d’abord une première discussion entre les deux compagnons et le manœuvre. Ce dernier, lui-même immigré sans doute, refuse fermement de partager en trois la prime, comme le chef de chantier le lui propose, et en accepte seulement la moitié en arguant de la subalternité de son rôle dans le chantier. « On ne va pas se disputer pour ça, alors on coupe la poire en deux »50. Le manœuvre renonce ainsi à 500 francs sur les 1 000 proposés, un montant équivalant au salaire d’un aide maçon travaillant 252 heures par mois à l’époque : en juin 1921 un manœuvre sur la place de Nogent gagnait 2 francs de l’heure en moyenne, alors qu’un chef de chantier était payé le double, 4 francs de l’heure51. Bien entendu, le respect des hiérarchies du métier et l’estime que cette négociation engendre chez ses camarades ne peuvent que constituer un gage pour des chantiers à venir.

  • 52 Ponticelli, 2005.
  • 53 Entretien de René Ponticelli, Emerainville, 5 décembre 2011.

40La vraie dispute en revanche aura lieu avec les deux entrepreneurs principaux associés, Céleste Ponticelli et Émile Billoy. Considérant que la prime revient à l’entreprise titulaire du contrat, ces derniers réclament l’argent et provoquent ainsi le départ de Lazare et Bonfils. Désormais autonomes, les deux cadets vont être embauchés comme tâcherons par un entrepreneur français et cette fois ils vont faire équipe à deux52. Après avoir terminé les deux chantiers que ce dernier leur propose, Lazare et Bonfils Ponticelli se réconcilient avec leur aîné et, peu de temps après, décident de fonder avec Céleste et Émile Billoy une société à responsabilité limitée dont la formalisation est liée, on l’avait déjà remarqué plus haut, à la présence d’un étranger à la famille. Les Ponticelli vont continuer à embaucher des migrants issus de Cordani, leur village d’origine : dans des opérations délicates et très dangereuses, il était indispensable d’avoir des équipes homogènes53. Indéniablement, ils ne sont pas seulement des marchands d’hommes. Ils sont des entrepreneurs capables de fournir un service permettant de trouver des solutions efficaces à des problèmes d’organisation de la main-d’œuvre.

Portrait de groupe : l’entrepreneuriat de la maçonnerie avant la guerre

  • 54 Granovetter, 2003.
  • 55 Gribaudi, 1987.

41Ces ressources, liées à l’appartenance à un milieu d’immigration dense, peuvent être donc importantes. Parmi les sociologues qui se sont consacrés à l’entrepreneuriat ethnique, Marc Granovetter a admirablement mis en évidence la diversité qu’elles prennent selon les groupes54. À défaut d’enquêtes ou d’archives privées pour les petites et toutes petites entreprises, nous essaierons de les saisir en suivant individuellement la trajectoire des entrepreneurs, car les sources démographiques ont conservé des traces de ces liens et peuvent, sinon suppléer, du moins pallier l’absence de témoignages55.

42Les parcours des entrepreneurs de la maçonnerie de Nogent à l’époque précédant la Première Guerre mondiale nous aident à préciser les particularités de ces relations grâce à la diversité de leurs origines migratoires, moins dominées par les Italiens que par la suite. Avant la Première Guerre mondiale, les douze entrepreneurs de Nogent appartenaient, comme on l’a vu, à trois groupes de provenance : les Italiens du Nord, les Nogentais comme Misgault et Rameau, anciens maraîchers et petits propriétaires fonciers qui, au fil des années, se transforment en entrepreneurs immobiliers en s’alliant entre eux, et enfin les Limousins. Chacun de ces groupes s’enrichit de nouveaux membres au début du siècle : un tiers d’entre eux seront extrêmement stables par la suite et avec une assise très solide sur la place locale. Même en utilisant uniquement des sources administratives, les seules disponibles pour cette époque d’avant-Première-Guerre, les informations éclairant la trajectoire de ces entrepreneurs sont nombreuses. Elles restent certes muettes sur une étape importante du parcours professionnel, celle du passage au grade de chef de chantier, mais elles enregistrent le passage à l’indépendance : les tâcherons devenus indépendants sont appelés « patrons maçons » et se distinguent des « entrepreneurs », employant plusieurs travailleurs. S’il faut chercher ailleurs des explications sur la mobilité professionnelle, comme on l’a fait à travers les entretiens, les sources administratives nous livrent cependant plusieurs renseignements sur les familles et les proches de l’ensemble des indépendants résidant à Nogent.

  • 56 À l’instar de celle des frères Turquet, les exemples de frérèches, ou de familles élargies travaill (...)

43Prenons d’abord les cimentiers limousins : Pierre Turquet, né à Ladapeyre dans la Creuse dans la préfecture de Guéret, et Aristide Sauvanet, né à Saint-Alpinien, toujours dans la Creuse. Absents des listes de recensement de 1901, ils s’installent à Nogent quelques années plus tard et apparaissent ensuite régulièrement comme « entrepreneurs » sur les registres administratifs de la commune. De manière indirecte, on peut ainsi détecter les liens familiaux et ethniques qui président au fonctionnement de leurs entreprises. Entrepreneur de ciment installé assez jeune à son compte – il est né en 1879 et a donc 32 ans en 1911 –, Pierre Turquet habite dans un immeuble du centre-ville de Nogent où quelques années plus tard s’établit, la porte à côté, son frère aîné Étienne, dont l’épouse est issue, comme la sienne, de villages situés à quelques kilomètres de Ladapeyre56. À l’époque, Pierre Turquet travaille avec son frère, ce qui est cohérent avec cette configuration migratoire centrée sur un réseau régional très circonscrit. Par ailleurs, cette préférence pour la collaboration avec des proches est encore plus accentuée dans le cas de l’entreprise d’Aristide Sauvanet. Plus âgé que Pierre Turquet, Sauvanet est né en 1856 à Saint-Alpinien, dans la partie méridionale de la Creuse, plus près d’Aubusson que de Guéret. En 1911, ses ouvriers sont en bon nombre creusois. Tous cimentiers, donc assez qualifiés pour se distinguer de la masse des maçons y compris dans les listes d’un simple relevé de population, les Creusois sont trois sur quatre (le quatrième ouvrier étant un certain André Tixier né à Paris et dont le patronyme est bien répandu dans le Massif central et dans la Creuse) ; l’un d’entre eux est même de Saint-Pardoux-le-Neuf, comme sa fille, sa femme et sa belle-mère, enregistrée comme « cultivatrice » dans le recensement malgré son âge avancé. Elle est sans doute encore propriétaire d’une ferme à Saint-Pardoux-le-Neuf confiée à un fermier ou à un autre membre de la famille. Avec une histoire de migrant temporaire derrière lui, comme la naissance creusoise de sa fille en témoigne, il n’est pas étonnant que Sauvanet cherche à constituer ses équipes sur la base de critères fortement liés à son origine. Il va aller encore plus loin dans cette fidélité à sa région de naissance en devenant en 1921 l’associé d’un autre creusois-nogentais, Jean-Baptiste Gouny, dont la proximité est sans doute liée, entre autres, à son village d’origine, Margnat, situé à quelques kilomètres à peine de Saint Alpinien.

  • 57 ACN, Matrice des impositions locales perçues au titre des contributions personnelles, mobilières et (...)
  • 58 Waldinger, Aldrich et Ward (dir.), 1990 ; Portes, 1995b ; Rath, 2000 ; Light et Gold, 2000.
  • 59 ACN, Liste nominative du recensement de 1921. En 1921 Gouny embauchait encore un Creusois et un Par (...)

44Plus jeune que Sauvanet d’une vingtaine d’années, Gouny, dont l’épouse est également creusoise, rachètera ou héritera plus vraisemblablement de son entreprise lorsque son associé se retirera : par la suite, la taxe pour le dépôt qu’ils partageaient va être uniquement à sa charge57. Recrutement de la main-d’œuvre, partenariat et enfin transmission se font au sein d’une même filière migratoire et professionnelle. Si la sociologie économique a insisté sur le fait que ces phénomènes sont liés à la densité de la présence de migrants d’une même origine, contribuant à créer un effet d’enclave ethnique58, le cas des Creusois de Nogent semble relever d’une logique différente. Ici, le resserrement autour de la filière migratoire apparaît lié à la concentration au sommet de la hiérarchie entrepreneuriale du petit groupe des Limousins, par opposition à une concurrence italienne menaçante et dans un contexte de croissance et de renforcement ultérieur de cette composante dans les flux migratoires locaux59. La comparaison avec la commune voisine de Champigny aide à étayer ces observations.

45À la veille de la guerre, Champigny compte une quinzaine d’entreprises. De très petite taille, elles ont le choix entre des maçons de différentes provenances résidant sur place. Parmi les ouvriers, les Limousins, comme on l’a vu plus haut, sont les plus représentés et, contrairement à Nogent, il n’y a pas de région de départ dominante parmi les étrangers. Alors que les entrepreneurs locaux Bessault et Petit emploient des ouvriers de toutes les origines, tout comme les entrepreneurs des gros chantiers de travaux publics, la moitié des quatre maçons de l’entreprise Bureau sont nés, comme le patron, dans la Haute-Vienne. De façon encore plus marquée chez le maître maçon Pierre Paupy, né à Saint-Hilaire dans la Creuse, ses quatre ouvriers sont tous des Limousins, la moitié nés dans la Creuse, et l’autre moitié dans la Haute-Vienne.

46D’autres Limousins « isolés » sont tâcherons ; ils travaillent probablement seuls, sans ouvrier à leurs ordres. Au besoin, des unités productives si petites n’ont pas de difficulté à trouver des ouvriers proches par origine. Ainsi, des contextes migratoires différents peuvent produire un résultat semblable au regard du recrutement de la main-d’œuvre.

Itinéraires : la mobilité professionnelle à l’échelle individuelle et familiale

Segmentations régionales : les chemins qui mènent d’Italie du Nord à la banlieue parisienne

  • 60 ACN, État des Italiens, Déclaration n. 196, depuis le 17 mars 1880 au 149 de la Grande Rue, marié à (...)
  • 61 Ivi, Déclaration n. 421 ; Déclaration n. 422.
  • 62 Ivi, Déclaration n. 422.
  • 63 Sur le processus de stabilisation, voir Ruggiu, 2010, p. 247. La question du rapport entre individu (...)

47Dans les mêmes registres du début du siècle et de l’entre-deux-guerres, on trouve également de nombreuses informations sur le groupe en voie de formation des entrepreneurs d’origine italienne. Si ces hommes proviennent de la même région des abords de la Vallée du Pô, dès la période de l’avant-Première Guerre mondiale on remarque néanmoins une forte segmentation régionale. Au début du siècle, les deux entrepreneurs les plus importants, Joseph Imbuti et Louis Dusio60, sont des Piémontais, originaires du même village de Gremiasco, dans la province d’Alessandria. Des liens de parenté les unissent à leurs ouvriers et en consolident l’assise sociale. Parmi les 446 migrants se déclarant à la mairie entre 1888 et 1893, conformément aux décrets des 2 et 27 octobre 1888, deux autres portent le patronyme de Dusio61 ; ils se présentent ensemble à la mairie en 1893 avec un troisième jeune homme portant un patronyme italien, Imbuti, et viennent du même village de Gremiasco où est né Louis. On peut ainsi imaginer une certaine familiarité entre eux du fait de leur arrivée en groupe. De plus, au moins l’un d’entre eux, Vincent Joseph Dusio, est le cadet de cinq ans de son frère Louis, l’entrepreneur. Vincent se présente à la mairie le 15 juillet 1893 avec un passeport, ce qui témoigne d’une préparation du départ impliquant des longues démarches administratives préalables, et déclare être arrivé en avril 1892 ; son frère Louis, qui affirmait être arrivé en France pour la première fois en mars 1880, s’était déclaré dès 1888 et n’avait présenté que son contrat de mariage et son attestation de congé militaire62. En 1888, Louis a déjà une fille née à Nogent, Louise Marie Adeline, âgée de 4 ans. Son installation à Nogent se prolonge par une stabilisation familiale et professionnelle : l’arrivée, quelques années plus tard, de trois jeunes de son village, dont son frère, en est la confirmation définitive63.

  • 64 ACN, État des Italiens, Déclaration n. 45, il est né le 22 mars 1872 et habite au 5 impasse Nugues.
  • 65 Ivi, parmi les 183 hommes déclarés, une grande majorité, 82, sont nés à Ferriere, et parmi ces dern (...)

48Les Piémontais restent tout de même minoritaires au sein de l’immigration italienne. Nous avons vu qu’un certain nombre d’ouvriers provient de la région d’Alessandria, surtout au tournant du xxe siècle, mais c’est principalement la filière du Val Nure qui alimente le marché du travail local de la maçonnerie. Le premier entrepreneur recensé comme tel dans les listes nominatives de Nogent est d’ailleurs issu de cette filière. Né en 1852 dans la montagne de Plaisance, à Ferriere, Jean Dominique Maloberti est l’un des premiers à déclarer sa résidence à la mairie de Nogent en octobre 1888 : il vit avec sa femme, Jeanne Roffi, née dans les mêmes montagnes, mais dans une vallée parallèle à celle du Nure, du côté de Bedonia dans la province de Parme64. Apparemment, tous deux étaient arrivés à Nogent en 1873 sans faire de détour : leur dernier domicile déclaré était dans un village de la commune de Ferrière, voici quinze ans déjà qu’ils étaient nogentais. Dans sa déclaration de résidence à la mairie de Nogent, Jean Maloberti est enregistré comme maçon, comme 39 % des 201 Italiens (dont seulement 18 femmes) qui ont déposé une déclaration en 1888, lors de la publication du premier décret portant sur la résidence des étrangers65. Maloberti fait sans doute partie des mieux établis parmi eux. Un quart seulement des 200 Italiens qui font cette demande déclarent des durées de séjours supérieures à dix ans : au total, quarante d’entre eux déclarent être arrivés dans les années 1870 comme Jean et sa femme ; les tout premiers, une douzaine, sont arrivés à peine plus tôt, entre 1865 et 1869.

  • 66 Département de la Seine, Nogent-sur-Marne, 1906b, p. 98.

49Quelques années plus tard, dans le recensement de 1891, Jean Maloberti est devenu entrepreneur maçon, couronnant ainsi cette implantation durable. Quelques ouvriers italiens se déclarent ses employés, tandis que sa femme Jeanne est plumassière. Ouverte en 1862 à Nogent, la manufacture de plumes d’autruche emploie au tournant du xxe siècle, environ 187 ouvriers dont 171 femmes66. Le couple n’a pas d’enfants et, en 1901, il cohabite avec Antoine le frère de Jean, également maçon, et leur nièce Rosine de 18 ans. Dix ans plus tard, Rosine continue d’habiter avec ses oncles : elle a épousé un peintre en bâtiment né à Paris mais probablement d’origine italienne, nommé Vassena, qui a installé son entreprise de peinture dans le même immeuble. Co-résidence et coopération professionnelle intrafamiliale caractérisent les pratiques des Maloberti. Centrées sur le cercle familial étroit, elles se confirment avec l’élargissement de l’affaire. Entretemps, deux autres neveux, Bienvenu Maloberti né à Ferriere en 1887 et son frère Jean Marie, né à Nogent en 1892, se sont installés avec leurs oncles et travaillent comme maçons pour l’entreprise Maloberti. Au lendemain de la guerre, la maisonnée est désormais composée de sept personnes largement impliquées dans le développement de l’affaire familiale. Cette configuration, proche de celle des Dusio, semble caractériser les premières maisonnées d’entrepreneurs maçons « italiens », composées de familles étendues tout comme celles des Creusois. C’est le cas également des Peguri, même si les parcours migratoires de ces entrepreneurs sont moins linéaires et moins directement liés à l’origine rurale des migrants que ceux que l’on vient d’observer.

  • 67 ACN, État des Italiens, Déclaration n. 91.

50Lorsque Joseph Peguri, un deuxième entrepreneur maçon migrant recensé comme tel en 1901, arrive à Nogent en 1883, il présente un trajet migratoire, et très vraisemblablement professionnel, plus compliqué. Né en 1864 à Ferriere d’une famille de forgerons lombards employés dans les mines de fer locales, Joseph est arrivé de Marseille, déjà muni d’un passeport, d’un livret de travail et d’un livret de mariage. Joseph était accompagné de sa femme, Pauline Casaliggi, elle aussi née dans le Val Nure mais plus en aval, à Bettola, et d’un bébé de 9 mois, Ludovic, né à Nogent67. Dans le recensement de 1891, Joseph sera enregistré comme maçon avec sa femme Pauline, à l’époque blanchisseuse. En revanche, en 1901 il est désormais compté parmi les entrepreneurs maçons et Pauline comme logeuse, occupation dans laquelle elle est sans doute aidée par sa jeune sœur Antoinette, qui habite avec eux, et leur petit Ludovic. Nous ne savons pas pour qui travaillent les dix maçons logés chez les Peguri, ni quels sont leurs lieux de naissance car le recensement de 1901 est plus pauvre en informations que celui de 1911, mais au moins six sur dix portent des patronymes typiques de la région d’origine des époux Peguri. En 1911, la configuration de la main-d’œuvre employée chez Peguri est assez diversifiée, mais elle demeure marquée par la filière du Val Nure et la dimension familiale de l’entreprise, via l’inclusion de la deuxième génération à l’activité familiale : parmi les 12 maçons résidant à Nogent et ayant déclaré travailler pour Peguri, l’un d’entre eux est son fils Ludovic et 5 autres sont des Italiens, dont 4 nés à Ferriere.

  • 68 Blanc-Chaléard et al., 2007, p. 14-15.

51Dans le recrutement de la main-d’œuvre, les préférences ethniques, que l’on peut déduire à travers la mise en série de plusieurs listes nominatives de recensement, ne sont pas uniquement le fruit de choix individuels culturellement et socialement orientés, elles peuvent être aussi attribuées à un effet de filière. Très tôt et très rapidement, le marché du travail local est investi par les Émiliens et cela a des conséquences directes sur l’ethnicisation du milieu de la maçonnerie68. Avant la Première Guerre, des « clusters » régionaux assez compacts se forment et fonctionnent de manière semblable pour les filières migratoires intérieures et extérieures, mais dès l’après-guerre le poids relatif des Émiliens dans le marché du travail local de la maçonnerie, quasiment inexistant au début du siècle, devient considérable et va bientôt imposer des choix tactiques aux indépendants issus de filières moins fournies.

  • 69 Voir la synthèse récente visant à une réévaluation de la place de la parentèle dans l’évolution des (...)

52Les entrepreneurs piémontais n’ont pas tardé à s’adapter à cette donne et à orienter leurs stratégies relationnelles en fonction de cette spécialisation professionnelle de la filière du Val Nure. Pour des entreprises familiales comme celles que l’on vient de décrire, l’alliance matrimoniale est la voie qui s’impose en priorité pour tisser des nouveaux liens69. L’origine paysanne des protagonistes, nés dans de petits villages de la moyenne montagne de l’Italie du Nord, ne fait qu’ajouter du ciment à ces unions.

  • 70 ACN, État des Italiens, Déclarations, 15 juillet 1893, il est né le 23 avril 1868 et déclare avoir (...)

53Les mariages entre maçons de Gremiasco et femmes de la vallée du Nure ouvrent aux Piémontais les ressources ethniques de leurs familles par alliance. Louis Dusio, puis son frère Vincent Joseph, et enfin Joseph Imbuti, ont trouvé une épouse dans ce milieu migratoire et professionnel proche : le bourg de Gremiasco n’était-il pas situé sur l’ancienne route du Sel qui, à l’époque moderne, reliait la plaine du Pô à la Ligurie, partant de Milan pour arriver à Gênes en passant par les vallées des hauts Apennins, notamment le haut Val Trebbia, toutes proches de celle du Nure ? (Carte 1) Le 15 juillet 1893, en même temps que Vincent Joseph Dusio, Joseph Imbuti, né à Gremiasco de parents inconnus, s’était présenté à la mairie également muni d’un passeport70. Il était quasiment illettré et pourtant il allait devenir l’un des plus importants entrepreneurs de maçonnerie sur la place de Nogent. Joseph Imbuti commence sa carrière comme ouvrier chez Dusio, dont il suivra aussi les pas dans la vie privée : il épousa une certaine Pauline Corbellini, née à Ferriere, tout comme Louis Dusio avait épousé Clémentine Corbellini, épicière, et avait longuement cohabité avec son beau-frère Louis Corbellini, dont il était en même temps le patron. Ainsi, en 1911 seulement trois des douze maçons de Nogent travaillant pour Imbuti sont français, et six des neuf travailleurs de nationalité italienne employés chez lui sont nés dans le Val Nure, à Ferriere ou dans la commune voisine de Bettola. Dans le cas de Dusio cette préférence est encore plus exclusive : la totalité des vingt-deux ouvriers résidants à Nogent et travaillant pour cette entreprise en 1911 sont nés dans la vallée du Nure ou dans les montagnes voisines du Val Trebbia de Parme, exception faite pour son frère Vincent Joseph Dusio, né comme lui dans le hameau de Colombassi de la commune de Gremiasco.

  • 71 Comme dans tous les villages montagnards, les homonymies sont nombreuses dans le Val Nure ; pour le (...)
  • 72 Sur les mariages croisés pour souder les relations familiales et professionnelles voir l’ouvrage cl (...)
  • 73 Blanc-Chaléard, p. 386-396.
  • 74 L'accordéoniste Charles Peguri est le fils du fabricant d’accordéons Felix Peguri. À la fois brilla (...)

54Cette triple alliance entre professionnels piémontais et émiliens soude le milieu nogentais de la maçonnerie71. Les mariages enchaînés dans lesquels les Dusio et Imbuti s’engagent fournissent aux Piémontais un point d’entrée stratégique72. Sans doute le marché matrimonial de la communauté italienne était-il également façonné par la forte présence de femmes du Val Nure, mais il est tout aussi vrai que d’autres Italiens, plus ouverts sur la société d’accueil, ont épousé des Françaises ou des Italiennes d’autres régions ou, à l’inverse, que d’autres Transalpins, plus liés à une conception endogamique étroite, sont rentrés dans leurs villages d’origine pour y chercher une épouse après avoir accumulé suffisamment d’argent pour fonder un foyer73. Dans ces années-là, un de ces mariages exogamiques a même suscité une nouvelle forme de loisir populaire : l’accompagnement à l’accordéon de la cabrette auvergnate, qui sanctionne l’évolution des « bals de famille » des « bougnats » vers le bal musette en vogue jusque dans les années 196074.

  • 75 Hirsch, 1991 ; Maitte, 2001 ; Thillay, 2002.

55L’analyse des premières trajectoires entrepreneuriales transalpines appréhendées du point de vue qualitatif révèle pleinement l’effet structurant de la filière migratoire du Val Nure. Lorsqu’on désagrège les données concernant les « Italiens » de la maçonnerie saisis collectivement dans le chapitre précédent, c’est la domination de ce groupe qui s’impose, ainsi que le caractère familial de leurs activités. Aussi, ce tableau socioprofessionnel, comme pour d’autres contextes professionnels urbains des xviiie et xixe siècles, se révèle strictement cohérent avec un schéma couplant famille et mobilité au sein de certaines filières professionnelles75.

  • 76 Ruggiu, 2010, p. 237.

56Grâce à la densité de certaines filières dans ce contexte migratoire, les migrants peuvent reconstruire dans les lieux d’arrivée les dynamiques familiales des lieux d’origine et reproduire ainsi certaines de leurs pratiques relationnelles en migration. On pourrait donc considérer le Nogent du début du xxe siècle comme un cas d’étude exemplaire du « familialisme » gouvernant les relations sociales et professionnelles au cours du long xixe siècle, qui contredit le modèle, communément admis, d’évolution des relations familiales centrées sur la montée de l’individualisme à partir de la fin du xviiie siècle76. Ces relations structurées par des mariages, des alliances professionnelles et des formes de cohabitation puisant dans les ressources de la parentèle étroite seraient, en l’occurrence, accentuées par le « familialisme » migratoire, axé sur les alliances et les liens horizontaux en contexte migratoire.

57Mais ces mécanismes de fonctionnement de l’entrepreneuriat migrant s’arrêtent-ils, tout simplement et instantanément, après la Première Guerre mondiale ? Le bouleversement dans la composition des flux migratoires qui caractérise l’après-guerre s’accompagne-t-il d’un changement dans la nature des liens familiaux, séparant davantage sphère familiale et professionnelle ? La comparaison entre les trajectoires des entrepreneurs « outsiders » et celles des établis, lorsque les deuxièmes générations apparaissent dans les sources nominatives, aidera à répondre à ces questions. C’est dans l’entre-deux-guerres que l’on peut observer à la fois la coexistence de ces différentes générations entrepreneuriales et la cristallisation du phénomène de concertation régionale dont nous avons observé la genèse.

Une cartographie des origines

58Les informations tirées des registres de recensements et des patentes permettent de cartographier avec précision les origines des indépendants nogentais de la maçonnerie au cours des années 1920. Ces sources permettent également de recueillir des renseignements identiques à ceux d’avant-guerre sur les familles et les formes de cohabitation des indépendants et de leurs ouvriers, car dans tous les recensements entre 1911 et 1936, les employeurs sont déclarés et assez scrupuleusement annotés.

59La liste nominative du recensement de Nogent de 1926, soigneusement établie et suffisamment distante de la Première Guerre mondiale pour ne pas en sentir les effets immédiats, complétée par les registres des patentes, permet de cerner ce que l’on peut considérer comme la totalité des indépendants de la maçonnerie (Tab. 1). Les regroupements observés en tant que tels dans le chapitre précédent sont ici décomposés dans leurs éléments constitutifs.

60Prenons pour commencer les entrepreneurs de nationalité française. Les nouveaux arrivés parmi les Français, le maçon à façon Catel et le maître maçon Trouvé, n’habitent pas à Nogent et travaillent peut-être seuls, en tout cas aucun ouvrier de Nogent ne déclare travailler pour eux. Les autres entrepreneurs français sont des figures connues de la scène de la maçonnerie d’avant-guerre, que ce soient les locaux tels les Misgault, ou les Limousins comme Pradeau, Gouny et Aussudre.

61Si la provenance de l’entrepreneuriat français est marquée par une empreinte régionale spécifique, celle des indépendants immigrés n’est pas moins façonnée par des filières régionales, quoique de plus longue distance. Les provenances de ces indépendants dessinent d’emblée un espace encore plus resserré qu’avant-guerre autour de la vallée du Pô. Certes, les Piémontais sont encore bien présents, mais un groupe très étoffé confirme par sa densité la tendance qu’on avait pu deviner dès l’avant-guerre : désormais la vallée du Nure, dans la Province de Plaisance, concentre presque la moitié des indépendants du bâtiment et de la maçonnerie. Sur trente, quatorze sont nés dans la commune de Ferriere. Cet espace montagnard d’origine paraît là encore limité à quelque communes de la haute et moyenne montagne. Cette densité est renforcée par la proximité des autres lieux d’origine des entrepreneurs « italiens », pour la plupart situés dans les montagnes voisines de Parme et Plaisance, dans les vallées du Ceno, du Taro et du Trebbia. Presque tous les tâcherons, « patrons maçons » dans le recensement, ainsi que la majorité des entrepreneurs maçons en sont issus à l’exception partielle d’Egisto Bazzoli né en Émilie, dans la province de Reggio Emilia mais dans un village relativement éloigné de la vallée du Nure.

Entrepreneurs et patrons maçons de Nogent-sur-Marne, étrangers et naturalisés nés en Italie (1926)77

  • 77 Les deux listes ne sont pas entièrement superposables dans la mesure où les patentes enregistrent t (...)

Tab. 1. Maîtres maçons et maçons à façon italiens

NOM

PROFESSION

DATE NAISSANCE

LIEU DE NAISSANCE

DATE D’ARRIVÉE

Arata Pompeo

Patron maçon

1888

Ferriere (Plaisance)

*1921, a grandi dans une grande famille qui continue de s’élargir en 1931

Bazzoli Egisto

Patron maçon

1885

Vetto (Reggio-Emilia)

Biggi Attilio

Patron maçon

1890

Ferriere (Plaisance)

Bocciarelli Joseph

1890

Ferriere (Plaisance)

Français **1931

Toni

Cavanna Jacques

Patron maçon

1882

Ferriere (Plaisance)

*1931, embauche son fils

Cavanna Dominique

Maître maçon

1861

Ferriere

Beau-père de Bonfils Cavanna 1921, rue Saint-Anne

Corbellini Louis

Maître maçon et fabricant de pâtes

1878

Bettola

*Dusio 1921

Labati Louis

Maître maçon

1876

Ferriere

1931, rue Paul Bert, son fils travaille avec lui

Petri

Plâtrier à façon

 ?

Rossi Pierre

Patron maçon

1900

Rivergaro (Plaisance)

1931, famille nucléaire

Rossi Antoine (Auguste)

Patron maçon

1893 (1890)

Mostellino

* 238, père Cavanna Pierre, charretier, sœur Marie née en France, arrivée en février 1884
** journalier célibataire, 154
*** père Taravella Antoine né le 15 juin 1869, maçon, arrivée en juin 93, sans femme, 417
Source : ADVM, Listes nominatives du recensement de 1926 de Nogent-sur-Marne.

Tab. 2. Entrepreneurs maçons italiens

NOM

PROFESSION

DATE NAISSANCE

LIEU DE NAISSANCE

DATE D’ARRIVÉE

Bocciarelli Antoine 1926-1936

Entrepr. maçon

1892

Ferriere (Plaisance)

Cavanna, Dominique* 1926-1936

Entrepr. maçon

1879

Ferriere (Plaisance)

1884

Cavanna Bonfils

Entrepr. maçon

1897

Ferriere (Plaisance)

Casella Joseph

Entrepr. maçon

1887

Plaisance

Corbellini Jean 1926-1936

Entrepr. maçon

1875

Bettola (Plaisance)

Dusio Louis 1926-1936

Entrepr. maçon

1858

Gremiasco (Alessandria)

1880

Fontana Sylvio

Entrepr. maçon

1887

Caravaggio (Bergame)

Giovanale Antoine

Entrepr. maçon

1891

Bettola (Plaisance)

(1946 Giovanale Albert)

Groppo Baptiste (associé à Pedoli et Martinoia)

Entrepr. maçon

1891

Borgotaro (Parme)

Imbuti Joseph 1926-1936

Entrepr. maçon

1868

Gremiasco (Alessandria)

1883

Labati André** 1926-1936 (maçon)

Entrepr. maçon

1863

Ferriere (Plaisance)

1885

Maloberti Bienvenu

Entrepr. maçon

1887

Ferriere (Plaisance)

Pareti Jean

Entrepr. maçon

1888

Ferriere (Plaisance)

Peguri Joseph *** 1926-1936

Entrepr. maçon

1864

Ferriere (Plaisance)

1883

Taravella Dominique **** 1926-1936

Entrepr. maçon

1885

Ferriere (Plaisance)

1898-1899

(N. B. Trois autres entrepreneurs de nationalité italienne dans le recensement de 1926 sont nés en France ou en Autriche)
Source : ADVM, Listes nominatives du recensement de 1926 de Nogent-sur-Marne.

62Du côté des « entrepreneurs », avec les deux Piémontais d’avant-guerre, apparaissent un Lombard, Fantano, plus trois autres de nationalité italienne, mais nés en France ou en Autriche. Ainsi, 57 % des 21 entrepreneurs d’origine italienne sont nés dans la vallée du Nure. Si on prend également en compte les entrepreneurs français de Nogent, les immigrés du Val Nure représentent tout de même environ 40 % sur un total de 35 indépendants. Plus précisément que de Français, il faudrait plutôt parler de Limousins car ces derniers sont largement majoritaires dans le petit groupe des entrepreneurs nationaux. L’entrepreneuriat de la maçonnerie au lendemain de la guerre est presque entièrement migrant, avec une composante significative de limousins et une, plus marquée encore, d’Italiens du Nord. Ainsi, à la sortie de la Première Guerre mondiale, la filière migratoire émilienne structure non seulement la population de la maçonnerie mais également son entrepreneuriat. Pour autant, ces indépendants migrants continuent-ils de travailler dans le cadre d’activités familiales comme dans la période précédente ?

Les entrepreneurs migrants et leurs familles

63En ce qui concerne une bonne moitié de ces indépendants piémontais et émiliens, nous pouvons affirmer avec certitude que dans l’entre-deux-guerres, comme pour l’avant-guerre, il existe différentes formes d’exploitation familiale de l’entreprise, qu’il s’agisse de l’association entre entrepreneurs liés par des relations de parentèle ou de la participation à l’activité d’enfants, de collatéraux ou d’autres membres de la famille.

64Prenons comme exemple l’une des plus importantes de ces entreprises, celle de Joseph Imbuti. Pendant toute la période de l’entre-deux-guerres, cet ancien manœuvre, qui a commencé son activité à partir du recyclage de matériaux de récupération de toutes sortes, habite avec sa femme boulevard des Deux Communes, dans un immeuble construit par son entreprise et où, à la porte à côté de la sienne, habite également son fils adoptif, Félix Dusio. Joseph Imbuti avait épousé une Émilienne mais a choisi un Dusio lorsqu’il a dû désigner son héritier, rétablissant ainsi un lien fort avec sa région d’origine et l’ensemble des Dusio immigrés à Nogent (Felix Dusio et son épouse habiteront au même endroit après la Seconde Guerre mondiale et la mort de Joseph Imbuti plus tard). À la même époque – nous sommes en 1931 – l’entreprise Imbuti, qui était en pleine expansion à la veille de la crise, emploie une cinquantaine d’ouvriers sur les chantiers de Nogent et Fontenay. Si avant la guerre on avait déjà remarqué une préférence pour les Émiliens, désormais le recrutement s’appuyant sur cette filière a quasiment l’exclusivité : seuls 10 ouvriers sur 50 sont nés en dehors du Val du Nure parmi lesquels un seul est français et porte un patronyme français. Parmi les autres Italiens non originaires du Val Nure, il faut aussi compter Felix Dusio, qui est né au Piémont comme Joseph Imbuti.

65Ces entreprises, dont nous avons remarqué la pérennité dans le chapitre précèdent, pratiquent la règle du travail en famille des garçons, voire des filles, comme en témoigne Madeleine Toni la fille d’un autre entrepreneur nogentais issu de Ferriere :

  • 78 Milza et Blanc-Chaléard, 1995, p. 82.

« Mon père a été artisan par ici. Pas très longtemps. Il avait comme ouvriers mon frère et mon cousin Jean. Un jour ma sœur, qui était au chômage, lui a dit : « Papa, tu n’a pas besoin de quelqu’un ? Eh bien oui… viens ». Elle s’est donc déguisée en maçon. Elle partait à bicyclette travailler à Champigny. Et c’est elle qui travaillait le plus78… »

66On pourrait objecter qu’il s’agit d’un comportement résiduel d’entrepreneurs appartenant, par leur culture entrepreneuriale et familiale, au siècle qui venait de s’achever avec la guerre. Toutefois, les indépendants récemment installés, qui font leur apparition dans les registres des patentes d’après-guerre, semblent adopter des pratiques fort semblables.

67Dans l’entre-deux-guerres, c’est une forme particulière d’entreprise familiale que l’on voit apparaître très nettement, aussi bien parmi les entrepreneurs migrants établis que parmi les nouveaux venus : celle qui associe les enfants des fondateurs à l’entreprise familiale. Alors que les entreprises d’avant-guerre, fondées ex nihilo par des migrants n’héritant pas du métier paternel, n’employaient que des proches de la même génération, dans l’après-guerre et pour la deuxième génération, les garçons de la maisonnée sont fréquemment employés par leurs pères, qu’ils soient nés en Italie ou en France. C’est le cas pour plus d’un quart des indépendants, 8 sur 31, en 1931. Louis Labati, maître maçon italien né en 1886 à Ferriere et nouvel arrivé sur la scène de la maçonnerie de Nogent, travaille par exemple avec son fils André, né à Nogent en 1904 ; sans négliger le fait que l’on rencontre dans ces listes un autre André Labati qui pourrait être un de leurs parents (mais nous l’ignorons car le nom est la seule trace d’un lien possible et les homonymies sont nombreuses dans les villages de montagne). Entrepreneur maçon né lui aussi à Ferriere en 1863, il suit en tout état de cause, plus explicitement encore, une logique d’association familiale. Avec sa femme, née elle aussi à Ferriere, ils mettent au monde une première fille à Passy en 1893, puis trois autres nées dans leur village d’origine entre 1894 et 1897, avant qu’en 1900 un garçon arrive enfin, toujours à Ferriere.

68André et sa femme maintiennent donc un lien étroit avec les lieux d’origine, l’accouchement au village étant une pratique très répandue dans ce milieu. Dans l’entre-deux-guerres, selon cette logique transnationale, dès que les enfants grandissent ils rejoignent leurs parents en France. Ainsi, dès le recensement de 1921, le seul garçon de cette maisonnée est employé dans l’entreprise paternelle, tandis que les quatre filles encore célibataires travaillent respectivement comme plumassière, modiste, couturière, fabricante de bonbonnières. Cette typologie familiale-entrepreneuriale n’est pas l’apanage des Italiens, elle apparaît chez les entrepreneurs locaux, tels les Misgault et les Rameau, ou chez les Limousins tels les Aussudre ou les Gouny.

69À côté de cette configuration verticale associant père et fils, on rencontre encore, comme avant la guerre, un type de collaboration familiale horizontale associant des membres d’une même génération. Les associations entre frères ou beaux-frères constituent, en effet, une deuxième forme d’entreprise familiale que l’on peut observer dans ce territoire banlieusard non seulement avant la Première Guerre mondiale mais aussi dans la période suivante. Parmi les nouveaux arrivés sur la scène de l’indépendance, au moins deux entreprises sont le fruit d’une association fondée sur des liens familiaux étroits, entre frères ou beaux-frères. C’est le cas de celle qui associe Toni et Bocciarelli, deux tâcherons maçons quadragénaires nés à Ferriere et qui sont beaux-frères. Elle se caractérise par une triple proximité : familiale, professionnelle et résidentielle. Cette même constellation reliant habitation et intérêts économiques, fondée sur un lien de parenté horizontal, apparaît également dans le cas de la société créée par Dominique Cavanna et Dominique Taravella, une entreprise qui survivra à toutes les vicissitudes institutionnelles et économiques du xxe siècle et dans laquelle s’impliqueront d’abord les enfants, puis les petits-enfants des fondateurs.

  • 79 Toutefois, les deux ouvriers de Nogent qui travaillent pour lui sont, l’un creusois, l’autre d’orig (...)

70Après la guerre, les Limousins ont cependant plus de difficultés à reproduire ce modèle. Ainsi, Pierre Turquet qui, avant la guerre, avait son frère pour voisin, habite après la guerre dans un ménage nucléaire79.

71Dans l’ensemble, les entrepreneurs se distinguent des ouvriers de la maçonnerie par la forme élargie de leurs familles. En 1921, plusieurs d’entre eux vivent dans des ménages étendus. Ils contribuent ainsi à renforcer la part des ménages étendus dans le milieu des travailleurs de la maçonnerie, qui est assez importante à cette date (un peu plus de 18 %, car elle concerne 31 ménages sur 231). La génération des parents est assez présente dans ces ménages élargis (17 sur 31), toutefois un bon tiers concerne la cohabitation avec des membres de la famille de la même génération que le chef du ménage : frères, beaux-frères et cousins principalement.

  • 80 Segalen et Zonabend, 1986, en part. p. 498-500.

72Les ouvriers de la maçonnerie, plus proches du modèle de la famille nucléaire dominant en France, vivent en revanche dans des ménages composés d’un seul couple ou d’un noyau parental et de leurs enfants (ainsi 60 % vivent dans des ménages nucléaires)80. Il est vrai toutefois que les ouvriers migrants, italiens ou provinciaux, forment plus souvent que les ouvriers de la Seine des ménages étendus. En effet, un peu moins de la moitié (13 sur 31) des ménages étendus ont pour chef un Français, mais le plus souvent il est immigré de province (parmi les origines assez variées, il faut encore une fois remarquer la Creuse, la Haute-Vienne, l’Orne). Les Français immigrés de province, surtout s’ils sont entrepreneurs, partagent leur foyer avec leurs parents dans des proportions tout à fait semblables aux montagnards immigrés des Apennins émiliens.

73Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il n’y a pas de ligne de démarcation nette entre migrants français et italiens dans les pratiques de co-résidence. Les effets de la recomposition des familles migrantes et les solidarités économiques entre leurs membres favorisent sans doute davantage ces co-résidences, tandis que les mœurs commencent à évoluer autour d’eux.

74De ce point de vue, les trois frères Ponticelli de Bettola (Plaisance), respectivement maçon, fumiste et briquetier, qui en 1921 cohabitent encore avec leur mère blanchisseuse, avant de se transférer à la porte d’Ivry, constituent un ménage fondé sur le partage des ressources du travail immigré, au même titre que les Gouny de Mogriat (Creuse) : dans ce ménage, un père patron cimentier et son épouse logent avec leur fils, métreur, et sa femme dans un appartement du centre-ville de Nogent. Le partage de ressources, locatives ou d’ouvrage, favorise les cohabitations. Pour les migrants, cette élasticité des foyers s’explique en partie par la perspective d’un partage des frais et dépenses, plus importants en ville qu’à la campagne malgré les conditions de vie modestes de la plupart de ces ménages, y compris les indépendants. En effet, en 1926 les taxes d’habitation sont très basses, inférieures à 500 francs pour plus des trois quarts des indépendants (22 sur 27). Trois d’entre eux seulement, les Dusio, les Aussudre et les Rameau, payent plus de 1 000 francs, et 5 000 francs de droits pour la patente.

75Pour les entrepreneurs, la coopération économique, en particulier au moment de la mise en place de l’entreprise ou en cas de coup dur, passe par la mise en commun du foyer. Dans d’autres cas, elle sert aussi à économiser le versement d’un salaire à un enfant. Mais le désir d’épargner n’explique pas tout : le soutien mutuel, le plaisir de partager un repas familial, les services réciproques, notamment des sœurs qui prennent en charge le ménage du logement qu’elles partagent avec leurs frères lesquels, à leur tour, les aident pour les démarches administratives, tout cela compte beaucoup. Enfin, il ne faut pas négliger les difficultés du contexte plus général de sortie de guerre qui, en 1921, a sans doute contribué à figer la morphologie de la structure familiale des maçons de Nogent.

  • 81 Roussel, 1987, p. 47-55. Du point de vue historique on dispose de quelques études régionales pour d (...)

76Bientôt une transformation s’amorce, laissant apparaître immédiatement une tendance nette à la diminution des familles étendues : en 1931, elles diminuent de moitié en termes relatifs. Comme dans d’autres réalités urbaines de l’entre-deux-guerres, un vent d’indépendance souffle sur les familles et sépare les générations : en particulier le nombre de familles étendues comportant un ascendant diminue drastiquement81. Autre élément de transformation, en 1931 le poids des ménages composés d’un seul individu devient exorbitant chez les maçons : alors qu’en 1921 ils étaient un quart, ils représentent désormais plus d’un tiers (soit 176 sur 431), et il y a sans doute là un trait qui distingue les immigrés récents du reste des maçons immigrés et des maçons nés dans la Seine. Désormais les immigrés établis ne se différencient guère des Français : qu’ils soient originaires de la province ou nés dans le département de la Seine, ils vivent majoritairement dans des structures de ménage simples.

77Pour une minorité (32 ménages), les pratiques de la co-résidence sont plus évidentes. Ce chiffre prend une certaine importance si l’on élimine les ménages isolés : il concerne alors 12 % des ménages de deux personnes et plus. Ces familles dont la structure est encore complexe sont presque exclusivement celles des migrants, qu’ils soient étrangers ou provinciaux. La quasi-totalité des maçons nés dans la Seine ne partagent pas leur foyer avec des parents ou des amis extérieurs au noyau constitué par leurs épouses et leurs enfants. En revanche, les provinciaux sont davantage prêts à accueillir les membres immigrés de leurs familles. La famille Andro, récemment immigrée du Finistère, nous fournit un cas exemplaire par son caractère atypique de ménage étendu, tardif dans le cadre d’une migration intérieure de moyenne distance. C’est également le cas pour des Creusois comme les Gouny, implantés à Nogent depuis au moins le début du siècle : le chef de famille et son épouse y sont nés mais ils hébergent aussi leur neveu, jeune manœuvre de Saint-Hilliers. Le reste de ces ménages complexes est constitué principalement par des familles d’origine transalpine.

  • 82 La même morphologie résidentielle est attestée dans une étude très connue des formes et des modalit (...)
  • 83 Martini, 2002.

78Nous pouvons tirer trois conclusions de l’observation de ces ménages élargis, dont la quasi-totalité est issue de la même région de la province de Plaisance. Primo, la génération des parents est désormais absente. Dans les ménages immigrés, seules quelques veuves vivent avec leurs enfants82. Les pratiques de co-résidence de noyaux familiaux plurigénérationnels qui, à la fin du siècle, représentent encore une partie significative des ménages, sont en voie de disparition83. Secondo, on trouve à nouveau, comme en 1921, une variété assez étendue de membres de la famille du mari ou de la femme, jeunes et actifs professionnellement : frères, sœurs, belles-sœurs, beaux-frères, cousins, neveux et nièces du chef de famille. Dans le Nogent en forte croissance de la fin des années 1920, pour le néo-immigré qui entreprend son parcours migratoire, la difficulté de trouver un logement crée des conditions particulièrement propices à la reconstitution familiale via l’immigration. Vivre sous le même toit s’apparente alors à une forme de solidarité avec la maisonnée d’origine en créant des cohabitations inédites, ou à une recomposition partielle d’anciennes cohabitations familiales au sein d’un nouveau ménage, qui peuvent d’ailleurs se prolonger pendant un temps comme dans le cas des frères et sœurs peu chargés de famille. Tertio, les entrepreneurs sont de nouveau très bien représentés dans ce petit groupe. À l’heure où la privatisation des rapports familiaux autour des couples semble l’emporter sur les formes anciennes de résidence, une partie des entrepreneurs continuent de maintenir ce modèle en vie.

  • 84 Voir à ce sujet le débat entre Lynch et Viazzo, 2002, p. 423-452, Engelen, 2002 et le commentaire d (...)

79À la lumière de cette transformation considérable et relativement rapide, en 1931, la persistance dans la co-résidence de ménages multiples composés par deux noyaux familiaux de quatre et cinq individus, déjà remarqués en 1921 et 1926 dans le cas de l’entreprise Toni et Bocciarelli, apparaît alors comme véritablement exceptionnelle. Lucien Bocciarelli et sa femme, respectivement nés à Nogent en 1883 et à Vincennes en 1887, partagent le même feu au 75 de la Grande rue avec le frère de Louise et sa femme. Contrairement à sa sœur, Jacques Toni (celui même qui a embauché sa fille comme ouvrière chez lui), de deux ans plus âgé que son beau-frère, est né à Ferriere, comme son épouse. Cette configuration particulière, union de deux noyaux qui mettent en œuvre plusieurs formes de partage du revenu, ne serait-ce que la contribution de chaque ménage à la nourriture et aux dépenses communes, est soudée par un lien professionnel mettant en œuvre une sorte de frérèche par alliance collatérale84.

  • 85 En 1931 il n’y a que 11 plâtriers recensés, dont quatre appartiennent à ce ménage.

80Observons de plus près la physionomie de ce grand ménage de neuf personnes. Les deux couples sont dans une phase assez avancée de leur cycle de vie et leurs fils aînés respectifs sont déjà entrés dans le monde de la production. De plus, les deux ménages nucléaires ont visiblement des expériences migratoires solides entre Paris, les communes de la proche banlieue, et Ferriere, où Louise Bocciarelli-Toni, pourtant française, a accouché de deux de ses enfants. Troisièmement, tous les hommes actifs de la famille se déclarent plâtriers : une spécialisation qui n’est pas extrêmement répandue dans le milieu nogentais du gros œuvre du bâtiment, où dominent les maçons85. Sans doute le fait que, d’après le recensement, Lucien Bocciarelli et son fils aîné travaillent pour Imbuti ne les empêche-t-il pas d’échanger des avis et de participer à la réalisation de chantiers avec leurs proches installés à leur compte. En effet, la même année dans le registre des patentes on retrouvera Toni et Bocciarelli associés et ayant leur siège au no 3 de la rue Saint-Anne, dans la cour de l’immeuble d’une autre entreprise familiale fruit de l’association de deux beaux-frères, celle des Cavanna-Taravella.

  • 86 Bessière et Gollac, 2008.

81Après la Seconde Guerre, les listes nominatives sont beaucoup moins riches : lieu de naissance et employeur disparaissent, seule la nationalité est encore signalée. Cela nous empêche malheureusement d’observer les modes de résidence des naturalisés et des provinciaux. Globalement, dans l’univers de la maçonnerie, il est évident que le processus de mutation des structures familiales s’est achevé : c’est bien ce qui apparaît lorsqu’on observe la liste des patentes de 1956 parallèlement à la liste nominative du recensement de 1954. Sur 31 indépendants patentés de la maçonnerie, quatre sont des sociétés et quatre n’habitent pas à Nogent. Lorsqu’on observe de près les familles des 25 indépendants présents sur les listes nominatives du recensement de Nogent de 1954, il est frappant de remarquer que leurs modes de vie ont radicalement changé par rapport à la période d’avant-guerre. En effet, comme leurs ouvriers, les entrepreneurs vivent tous dans des familles nucléaires (on enregistre un seul cas de cohabitation d’une ascendante), et ne sont pas forcément voisins de leurs parents. Nous sommes en d’autres termes en présence de la séparation résidentielle entre noyaux nucléaires, une pratique systématique et répandue dans toutes les couches de la profession. C’est également le cas pour la dizaine d’indépendants de nationalité italienne recensés (plus d’un quart de l’échantillon). La disparition des ménages multiples ou étendus ne signifie pas pour autant que l’exploitation familiale de l’entreprise se soit atténuée. Les maisonnées continuent à fonctionner en tant que collectifs alors que leurs membres ont des lieux de résidence autonomes. Des formes de coopération non plus fondées sur la cohabitation mais sur la proximité peuvent persister, les ethnologues économiques de la famille l’ont bien montré86. Ces associations entre parents peuvent également être formalisées, notamment dans les registres des patentes où beaux-frères, frères, pères et fils représentent 10 à 15 % des titulaires d’entreprises déclarées en 1951 et 1956.

  • 87 Martini, 2014, 2, p. 247-278.

82Davantage encore que les patentes, les archives d’entreprise et les entretiens avec des témoins, qui couvrent largement cette époque d’après-guerre, enrichissent d’éléments qualitatifs ces indices de la persistance de la collaboration familiale, en multipliant les informations sur des cas de participation à l’entreprise familiale comme employés salariés ou collaborateurs non rémunérés87. Malgré la diffusion massive de pratiques résidentielles individualistes, un indépendant sur trois travaille encore avec un membre de sa famille, notamment avec ses enfants qui, encore dans les années 1950 et 1960, sont fréquemment impliqués dans l’activité des petites entreprises familiales du bâtiment. De ce point de vue, Français et Italiens se comportent de manière tout à fait semblable. Il faut toutefois préciser que, parmi les Français, 14 portent des patronymes italiens. Parmi ces derniers, les Taravella et les Cavanna témoignent à la fois de cette mutation et de la persistance de modes familiaux de gestion de l’entreprise. Les enfants de la deuxième génération, tous nés en France avant le conflit, ont pris la relève dans les années 1950. Ils habitent tous encore à Nogent mais dans des immeubles différents, contrairement à leurs parents qui ont été toute leur vie voisins et copropriétaires de l’immeuble construit par l’entreprise ; tous n’en continuent pas moins à participer à l’activité de l’entreprise et à posséder en indivision tous les immeubles « de rapport » construits par leurs parents.

Conclusion

  • 88 Joseph Peguri se distingue partiellement dans cet échantillon d’entrepreneurs migrants « non qualif (...)

83Pris individuellement, dès leur apparition dans le territoire banlieusard qui constitue notre terrain d’analyse, les indépendants de la maçonnerie présentent des caractéristiques communes. En premier lieu, avant la Première Guerre mondiale et jusqu’aux lendemains de celle-ci, les migrants provinciaux ou étrangers ont une certaine tendance à vivre dans des ménages étendus, à s’associer et à travailler avec des membres de leur famille. Bien qu’on les voie changer radicalement leur mode de résidence entre les années 1930 et 1950, ces formes de collaboration persistent longuement jusque dans l’après-Seconde Guerre mondiale. Aux liens horizontaux avec des frères et des beaux-frères, s’ajoute ensuite la participation des deuxièmes générations. L’importance des frérêches, des frères ou beaux-frères qui s’associent, est une particularité de ce milieu professionnel très massivement investi par les migrants. À la différence des maçons appartenant aux filières nobles des artisans itinérants, tous les patrons-ouvriers dont on a pu reconstruire l’histoire, les Imbuti, Dusio, Maloberti, Ponticelli, Ferrari, etc., sont au départ des travailleurs non qualifiés qui n’héritent pas d’un savoir ou d’une activité familiale dans la construction : aucun d’entre eux ne succède à son père dans le métier88. Les alliances horizontales qu’ils mettent en place permettent d’une part d’associer les compétences de deux chefs de chantiers, et d’autre part de réunir les capitaux nécessaires au démarrage de l’activité.

84Les itinéraires des pionniers parmi les entrepreneurs du début du siècle, exactement comme ceux qui les ont suivis dans l’entre-deux-guerres, une fois inscrits dans leur environnement familial, social et professionnel, permettent d’étayer l’hypothèse que nous avions formulée en observant les migrants arriver en groupe : nous sommes bien en présence d’un cas particulier de spécialisation professionnelle où il y a mobilisation de ressources sociales, mais aucune transmission directe d’une spécialisation technique, ni a fortiori d’une activité bien installée. Comme les Creusois et les Limousins, ces Italiens partent jeunes et apprennent un métier en migration, chez des compatriotes ou d’autres migrants installés et maîtrisant le métier. Dans les lieux d’origine, ils étaient paysans ou scieurs de long et n’exerçaient pas le métier de maçon avant de partir.

85Les maçons immigrés en banlieue à la même époque nous incitent donc à enquêter sur les formes d’acquisition du métier et de la mise à son compte. Leur situation est évidemment très différente de la tradition de la migration de métier, impliquant des adaptations aux contextes d’arrivée, mais aussi des continuités indéniables de savoir-faire et de procédés techniques. Il serait réducteur, toutefois, d’attribuer l’orientation professionnelle des migrants au pouvoir contraignant du seul contexte d’arrivée ou au seul hasard des rencontres, sans considérer l’influence et le poids de leur passé professionnel et migratoire. Ce serait faire un tort à la capacité des migrants de mettre à profit leurs compétences et l’ensemble de leur histoire professionnelle.

86Le regroupement régional des origines des indépendants de la maçonnerie – Creuse, Haute-Vienne, Piémont, vallée du Nure – est un trait particulier de la « formation sociale et professionnelle » que nous avons reconstituée.

  • 89 Entretien avec Eliane Cavanna et Antonio Morisi, Champigny, domicile des interviewés, 16 mai 2000.

87Dans ce contexte précis, l’organisation familiale des activités, qui vaut pour un bon nombre d’entrepreneurs, fait également apparaître toute l’importance des modalités d’organisation des filières migratoires, non seulement en tant que réseaux de déplacement mais surtout de placement, où certains ont un rôle spécialisé de médiation pour l’accès au logement et au travail. Les intermédiaires, qu’ils soient en symbiose ou en compétition avec les maisonnées, sont un élément clé des dispositifs de l’accueil et du placement des migrants. S’interposant dans le jeu de l’offre et de la demande de travail, ils subsistent durablement grâce aux informations dont ils disposent et parce qu’ils maîtrisent les infrastructures du déplacement. Jusque dans l’après-Seconde Guerre mondiale, comme nous le rappellent les indépendants, on arrivait sur les chantiers avec ses gars89. C’est précisément dans cet espace de la médiation, entre migrants et employeurs, que se situe le tâcheron : outre ses compétences techniques, il maîtrise l’encadrement. Intermédiaire recherché par les entrepreneurs donneurs d’ordres pour ses capacités de coordination et de recrutement de la main-d’œuvre, cet entrepreneur d’hommes doté de compétences productives spécifiques est souvent un migrant installé depuis un certain temps, qui puise dans des réseaux relationnels dont il partage l’origine migratoire. Si l’on suit cette hypothèse interprétative, la facilité que certains groupes ont de s’organiser pour répondre à cette demande repose non seulement sur le levier culturel d’une origine partagée, mais également sur la capacité de ces chefs de chantier à résoudre des problèmes de cohésion socioprofessionnelle au sein des équipes. On peut alors se demander si cette capacité de travailler en équipe qui est le propre des migrants dans le bâtiment renvoie à des expériences professionnelles précédentes. L’histoire migratoire des entrepreneurs migrants, et tout particulièrement du groupe majoritaire de la population immigrée à Nogent, peut ainsi nous aider à comprendre les logiques des pratiques organisationnelles spécifiques aux métiers du bâtiment.

Notes

1 La notion de « formation sociale » est empruntée aux sociologues de l’économie et notamment à Zalio, 1999.

2 La distinction entre itinéraires de commerçants et d’indépendants de l’artisanat est évoquée dans deux travaux récents qui abordent la question de la mobilité sociale des migrants (Zalc, 2010, p. 109-122 et Bruno, 2010, p. 48-50).

3 Fondées principalement sur des sources archivistiques pour l’entre-deux-guerres, les histoires de vie professionnelles ici reconstruites s’appuient également, pour l’après-Seconde Guerre mondiale, sur des sources orales et tiennent ainsi compte des biais liés à la perception subjective des témoins sur leur trajectoire professionnelle. Pour une mise en dialogue des spécificités de cette approche en ethnologie et en histoire voir Müller, 2006. Sur la méthode biographique, qui ne se borne pas à enregistrer les propriétés sociales des individus mais vise à en retracer la genèse, le débat en sciences sociales ne cesse pas de se renouveler depuis les études pionnières de l’école de Chicago et, en France, les réflexions de Bertaux, 1976. Cf. Morin, 1980 ; Bourdieu, 1986, p. 69-72 et Passeron, 1989. Une synthèse de ce débat a été effectuée il y a une vingtaine d’années par Jean Pennef, qui estime que « le sujet de la méthode biographique est toujours un collectif », dans Peneff, 1994 et Peneff, 1990. Cf., également, pour certains points de méthode communs à ceux adoptés dans cette enquête, sans que l’on puisse définir au sens strict aucun de nos témoins comme un « imposant », Laurens, Genèses, 2007. Pour une typologie des biographies historiques toujours stimulante voir Levi, 1989.

4 Borie, 1924, p. 91. Il s’agit de l’Office départemental du placement et de la statistique du travail ouvert par le Conseil général de la Seine et dirigé par M. Fuster (délibération du conseil général du 23 juin 1915). Il se dota par la suite, en juin 1921, d’un Office pour le placement des maçons, charpentiers, etc. installé rue du Figuier, dans l’ancien Hôtel de Sens, qui plaça en 1922 seulement 228 ouvriers maçons.

5 Un bureau ouvert par la Chambre syndicale des entrepreneurs, situé rue Saint-Paul et très fréquenté, plaçait annuellement 4 à 5 000 ouvriers, cf. Borie, 1924, p. 89-91. Auprès des syndicats ouvriers également, les bureaux de la bourse du travail du Château d’Eau fonctionnaient le soir comme lieux de placement. Ministère du commerce, de l’industrie, des postes et des télégraphes, Office du travail, 1901b.

6 Borie, 1924, p. 90. La première moitié du xixe siècle marqua l’apogée du pouvoir d’attraction de la place de Grève, qui, entre 1830 et 1846, arriva à rassembler entre 100 et 1000 travailleurs par jour, avec une moyenne de 200 ouvriers, cf. Harison, 2008, p. 64-72. Les boutiques également sont des espaces de rencontres, Coquery, 2000.

7 Borie, 1924, p. 90. Cambrousier est un mot de l’argot parisien ainsi défini dans le dictionnaire Rigaud, 1888 : « Voleur de campagne, – dans l’ancien argot. Il indiquait également l’ouvrier peintre-vitrier attaché à un petit établissement de peinture-vitrerie, dans le jargon des peintres en bâtiment, mais aussi le revendeur qui tenait un peu de tout, – dans l’ancien argot du Temple. Le cambrousier a été le précurseur du brocanteur ». Cf. http://www.cnrtl.fr/etymologie/cambrousier, consulté le 28 octobre 2015.

8 Par rapport au code de 1804, la loi du 27 décembre 1890 modifie et complète l’article 1780 : désormais, la résiliation du contrat par la volonté d’un seul des contractants peut donner lieu à des dommages et intérêts. Cela signifie que les employeurs congédiant abusivement leurs salariés sans avoir affiché de règlement sur le chantier se rendent coupables d’un abus de droit donnant lieu à une indemnité au profit de l’ouvrier congédié, Borie, 1924, p. 89, p. 131, qui cite à ce propos Ch. Flamand, avocat conseil de la Chambre syndicale des Entrepreneurs de Paris.

9 De manière significative, les pratiques de régularisation tardive utilisées par les agences d’intérim reproduisent les conditions de cette époque du renvoi dans l’heure, Jounin, 2008, p. 9 ; Chauvin et Jounin, 2011, p. 113-138.

10 Cette pratique s’accompagnait d’un droit coutumier très revendiqué lors des congrès des fédérations syndicales : « trois heures de grève ». Le premier jour le compagnon ne venait au chantier qu’à 10h avec son garçon au lieu de 7h (1h plus tard s’il travaillait une seule journée et deux heures s’il travaillait moins de trois jours, cf. Borie, 1924, p. 92).

11 Ibid., p. 92 De nos jours, le recours à l’intérim fournit ce volant d’appoint dont la petite et moyenne entreprise, autant que la grande, a profité largement, même dans les années fastes de la rationalisation de la branche. Cela est également le cas pour le travail « au noir », notamment le travail dissimulé. Difficile à quantifier avec précision, il touche en France autour de 10-12 % des entreprises du BTP contrôlées par la Direction Générale du Travail en 2008 (contre 20 % pour la confection ou 16 % pour la restauration), cf. Defawe, « Travail clandestin », 2009.

12 Muller, 1991.

13 Des pratiques informelles de recrutement sont étudiées dans Chauvin, 2010.

14 Comme pour les artisans de l’enquête menée par Casella et Tripier, 1988, parmi les entrepreneurs interviewés plusieurs (Malchiodi, Susanna, Taravella) font état de recrutements dans les années 60 et 70 sans intermédiaires publics (« en terrain de connaissance », Ibid., p. 50-51) suivant une palette très diversifiée allant de l’embauche d’un ancien artisan à celle d’un proche d’un employé de l’entreprise ou à celle d’un travailleur côtoyé autrefois sur un chantier. Les intermédiaires « de proximité » sont privilégiés aussi par les petits entrepreneurs interviewés par Bentabet, Michum et Trouvé, Gestion des hommes, 1999, p. 81. Les petites annonces ne sont guère utilisées, peu ou point les agences d’intérim pour les années 70 et 80, et les discours des entrepreneurs pointent unanimement les problèmes rencontrés avec l’ANPE. Le discours de dénigrement n’empêche pas l’utilisation occasionnelle des agences publiques et privées, pratique qui reste néanmoins confidentielle.

15 Rinauro, 2009, p. 148-151.

16 Martini et Rygiel, 2010.

17 Comprenant bien entendu les naturalisés (Blaschke et al., 1990, p. 79-106).

18 INSEE, 1992, p. 79. Les naturalisés sont non-salariés dans des proportions quasiment identiques aux Français de naissance, respectivement 17,1 % pour les hommes et 13 % pour les femmes. En 2002, les données publiées de l’enquête Emploi de l’INSEE donnent des pourcentages d’environ 11 % (sans que les sexes soient distingués), INSEE, 2005, p. 119.

19 INSEE, Recensement 1962, 1964, p. 176-177. Les Italiens qualifiés sont 27,9 % (et 30,9 % des hommes), les Portugais 29 % (31,9 % des hommes) ; mais ces derniers sont seulement 30 100 personnes à l’époque, et les Espagnols 21,3 % (25,4 % des hommes), alors que les Polonais qualifiés étaient 15,2 % (17,4 % des hommes), les Marocains 8,7 % et les Algériens 7,6 % sur 208 640 étrangers actifs (dans ces deux cas les qualifiés sont quasi-exclusivement des hommes).

20 Belzer, 2009-2010 et sa communication « Au-delà des migrations de travail. Les réseaux de migration et les espoirs d’ascension sociale », Treizième table ronde organisée par le groupe franco-allemand d’histoire sociale comparée, Lyon, 17 mai 2010.

21 Berbagui, 2006 ; Bruno, 2010.

22 Pitti, 2005.

23 Auvolat et Benattig, 1988.

24 Entretien avec Bruno Malchiodi, entrepreneur, Nogent-sur-Marne, 9 septembre 1999 et Giovanni Malchiodi, entrepreneur, Brugneto di Ferriere, Italie, 25 septembre 1999.

25 Plus tard, parmi les Schenardi de la deuxième génération, Jean-Pierre a été un personnage de premier plan du Front National, dont il a occupé un siège à l’Assemblée nationale dans les années 1980, Assemblée Nationale, Notices et portraits des députés de la Ve République, VIIIe législature, http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/trombinoscope/VRepublique/legis08/schenardi-jean-pierre-fernand-27041937.asp., consulté le 17 janvier 2016.

26 AN, CAC, INED, Enquête 1951-52, Région parisienne, Questionnaires no 1-82. La composition de ce groupe, constitué de travailleurs provenant de différentes régions de l’Italie du Nord, est la suivante : neuf étaient chefs de chantier ou contremaîtres dans des entreprises générales de maçonnerie, les autres étaient respectivement chef paveur dans une entreprise de travaux publics, électricien, ouvrier hautement qualifié chef d’équipe, et pour les deux derniers, travailleurs tantôt dépendants, tantôt « à leur compte », dans la maçonnerie et dans la peinture), voir Girard et Stoetzel, 1953. Cf. Escafré-Dublet et Kestenbaum, 2011.

27 Sur les critères de la constitution de cet échantillon voir Martini, 2003.

28 AN, CAC, Archives INED, Enquête 1951. Même si les remarques franchement négatives concernent environ un cinquième des dossiers des Italiens du bâtiment, lorsque les enquêteurs émettent un jugement positif, ils soulignent les défauts d’assimilation (accents, lien avec les pays d’origine ou les liens amicaux).

29 AN, CAC, Archives INED, Enquête 1951, questionnaire n. 31.

30 La structure ethnique de l’entrepreneuriat du Perreux dans l’entre-deux-guerres est plus semblable à celle de Nogent qu’à celle de Champigny, ce qui nous a amenés à privilégier la comparaison avec cette dernière ville.

31 Martini, 2008.

32 Blanc-Chaléard, 2000, p. 386-428.

33 ACN, Liste nominative du recensement général de la population, 1931. Les quelques Yougoslaves, Polonais ou Algériens recensés à Nogent en 1931 sont logés ensemble dans les garnis du centre-ville.

34 Les analogies avec l'époque moderne sont frappantes, cf. Fontaine, 1994.

35 Goss et Lindquist, 1995. En 1931 sont logés dans ce garni 16 maçons dont un seul, un Yougoslave travaillant dans l’entreprise Pradeau, n’est pas issu de la même filière, ACN.

36 Archives privées Serge Cavanna. Je remercie Serge Cavanna, petit fils d’André Cavanna, de m’avoir permis de reproduire ce document.

37 ADVM, Matrice générale des impositions, Champigny, 1935.

38 Bessy et Eymard-Duvernay, 1997. On a ici adopté la définition large d’intermédiaire assurant « l’ajustement entre offres et demandes de travail » et jouant « un rôle important dans la mobilisation de l’information utile pour les échanges ». Il faut remarquer toutefois que dans ce volume les contributions portent principalement sur des intermédiaires institutionnels ou en tout cas « agissant dans des organismes de tailles variables, publics ou privés, plus ou moins spécialisés sur le recrutement, le licenciement, la formation », p. VII.

39 Martini et Rygiel, 2010, cf. Martellini, 1999, p. 165-229.

40 Dans l’enquête INED des années 1950, parmi les migrants arrivés dans l’après-guerre, les clandestins sont au nombre de 21 sur 26 ; seule exception, ceux qui arrivent en 1947 (3 sur 8 ont un contrat), cf. Martini, 2003, p. 115-129, p. 126.

41 Ce point a été développé dans Martini, 2011.

42 De Michelis, 1926a et Id., 1926b. Cf. Serra, 1991.

43 « C’era dei capisquadra, c’era un caposquadra qui di Casale ci portava via. Malchiodi Zeno (non parente) andava a prendere i posti su in Piemonte, nella cascina a fare i contratti coi padroni. Alla fine ci pagava il padrone, ci portava qua, poi ci sorvegliava, ma la paga poi ce la dava il padrone, e l’altro, il « fatour » in dialetto ». Avant de partir pour la France Giovanni Malchiodi a fait plusieurs « campagnes » encadré dans des équipes conduites par les mêmes intermédiaires et surveillants. Giovanni Malchiodi né en 1932, Brugneto, 25 septembre 1999, sa femme présente et participant à l’entretien.

44 Entretien avec Giovanni Villa, maçon, Pietro Villa, maçon et Luigi Villa, maçon, Villa di Groppallo, Ferriere, 25 septembre 1999.

45 Sur les filières féminines de placement de domestiques voir des exemples pour le xxe siècle dans Sirna, 2010.

46 Granovetter, 2003. Pour la région parisienne voir Zalc, 2010, p. 141-169 et Bruno, 2010, p. 111-132.

47 Fontaine, « Montagnes », 2005.

48 Ponticelli, 2005. Cette idée est récurrente dans les mémoires de Lazare mais revient aussi dans l’entretien avec son neveu René Ponticelli, lequel souligne le fait que son entreprise est une entreprise de « services », Emerainville, 5 décembre 2011. Des remarques semblables sont formulées par son fils Claude Ponticelli, entretien du 1er juillet 2014, Paris.

49 Cohen, 2008 et Id., 2001, p. 119-141.

50 Les mémoires publiées par Lazare ne disent pas explicitement qu'il est lui-même le chef du chantier, mais le fait qu’il effectue le travail de prospection nécessaire au démarrage du chantier en est un indice certain, confirmé par l’ensemble du récit (selon lequel Bonfils suit systématiquement Lazare pendant et après la conclusion du chantier), voir Ponticelli, 2005.

51 ACN, Entreprise générale de bâtiment Cavanna et Taravella, livres de paye, 1921-1925.

52 Ponticelli, 2005.

53 Entretien de René Ponticelli, Emerainville, 5 décembre 2011.

54 Granovetter, 2003.

55 Gribaudi, 1987.

56 À l’instar de celle des frères Turquet, les exemples de frérèches, ou de familles élargies travaillant dans la même entreprise, sont fréquents dans les listes nominatives du début du siècle. Il suffit de penser justement à celle des frères Ponticelli, enregistrés en 1921 dans les listes nominatives comme simples maçons mais déjà tâcherons à Paris.

57 ACN, Matrice des impositions locales perçues au titre des contributions personnelles, mobilières et des patentes, 1926. Jean-Baptiste Gouny sera imposé en 1926 pour un dépôt de son entreprise rue Brillet à Nogent.

58 Waldinger, Aldrich et Ward (dir.), 1990 ; Portes, 1995b ; Rath, 2000 ; Light et Gold, 2000.

59 ACN, Liste nominative du recensement de 1921. En 1921 Gouny embauchait encore un Creusois et un Parisien au patronyme creusois, mais trois de ses ouvriers étaient désormais nés dans la région du Val Nure.

60 ACN, État des Italiens, Déclaration n. 196, depuis le 17 mars 1880 au 149 de la Grande Rue, marié à Corbellini Clémentine Marie, ils ont une fille, Louise Marie Adéline, née à Nogent le 20 novembre 1884.

61 Ivi, Déclaration n. 421 ; Déclaration n. 422.

62 Ivi, Déclaration n. 422.

63 Sur le processus de stabilisation, voir Ruggiu, 2010, p. 247. La question du rapport entre individu et famille a été revisitée et remarquablement approfondie par l’historiographie de la période moderne, voire notamment Ruggiu, 2007 et, pour une approche attentive à la dimension de genre, Bellavitis, 2008.

64 ACN, État des Italiens, Déclaration n. 45, il est né le 22 mars 1872 et habite au 5 impasse Nugues.

65 Ivi, parmi les 183 hommes déclarés, une grande majorité, 82, sont nés à Ferriere, et parmi ces derniers 70 % se déclarent maçons, ce qui les distingue au sein de la communauté transalpine, beaucoup plus diversifiée du point de vue professionnel.

66 Département de la Seine, Nogent-sur-Marne, 1906b, p. 98.

67 ACN, État des Italiens, Déclaration n. 91.

68 Blanc-Chaléard et al., 2007, p. 14-15.

69 Voir la synthèse récente visant à une réévaluation de la place de la parentèle dans l’évolution des sociétés occidentales, de Sabean, Mathieu et Teuscher, 2007, et l’analyse critique de cet ouvrage menée par Ruggiu, 2010.

70 ACN, État des Italiens, Déclarations, 15 juillet 1893, il est né le 23 avril 1868 et déclare avoir établi sa résidence depuis le mois d’avril 1892 au 3, impasse Nugues, dans un garni du centre-ville habité majoritairement par des Italiens.

71 Comme dans tous les villages montagnards, les homonymies sont nombreuses dans le Val Nure ; pour les femmes, les données sur la paternité ne sont pas indiquées dans les registres de déclarations de résidence mais ces dernières sont vraisemblablement issues de la même famille.

72 Sur les mariages croisés pour souder les relations familiales et professionnelles voir l’ouvrage classique de Hirsch, 1991.

73 Blanc-Chaléard, p. 386-396.

74 L'accordéoniste Charles Peguri est le fils du fabricant d’accordéons Felix Peguri. À la fois brillant musicien et fabricant d’instruments chromatiques novateur en matière de technique musicale et instrumentale, il est accueilli par Antoine Bouscatel, « le prince des cabarettaïres », monté à Paris dans les années 1890 à 23 ans où il ouvra un « bal de famille » après avoir été classé deuxième au concours de musettes de Vic-sur-Cère. Boucastel ouvre à Charles Peguri les portes du monde des cabarets et des bals auvergnats de la rue de Lappe, d’abord comme partenaire en 1908 puis comme gendre. Ce parcours d’hybridation musicale et de mixité culturelle n’a pas une issue heureuse. Charles Peguri épouse Henriette Bouscatel en 1913 et gagne l'année suivante le concours d’accordéon de Paris mais, dépressif, il se suicide ensuite en 1930. Cf. Servant, 2006. Felix Peguri était arrivé à Marseille en 1872 où son fils Charles était né en 1879. En 1890, la famille s’installa à Paris au 61 rue de Flandre puis au 45 rue de Tanger. Un Louis, marchand, réparateur, auteur compositeur, enseignant, musicien au cachet, inventeur, né le 13 juillet 1894 à Paris dans le XIXe arrondissement et décédé le 19 mai 1972 à Clichy la Garenne, est le fils de Charles (Félix, Joseph) Peguri, forgeron, mécanicien. Charles a probablement deux autres frères entrepreneurs : Michel et Paul Charles, eux aussi liés aux métiers de l’accordéon. Les Peguri musiciens et fabricants d’accordéons sont apparentés aux Peguri maçons de Nogent. Cf. Milza et Blanc-Chaléard, 1995, p. 48-54.

75 Hirsch, 1991 ; Maitte, 2001 ; Thillay, 2002.

76 Ruggiu, 2010, p. 237.

77 Les deux listes ne sont pas entièrement superposables dans la mesure où les patentes enregistrent toute activité effectuée à Nogent, y compris celles des indépendants résidant ailleurs.

78 Milza et Blanc-Chaléard, 1995, p. 82.

79 Toutefois, les deux ouvriers de Nogent qui travaillent pour lui sont, l’un creusois, l’autre d’origine italienne mais né en France et de nationalité française.

80 Segalen et Zonabend, 1986, en part. p. 498-500.

81 Roussel, 1987, p. 47-55. Du point de vue historique on dispose de quelques études régionales pour des contextes ouvriers, cf. Petillon, 2006 ; Videlier et Bouhet, 1983. Plus globalement voir Segalen, 1988.

82 La même morphologie résidentielle est attestée dans une étude très connue des formes et des modalités de la co-résidence dans des ménages japonais immigrés aux Etats-Unis au xxe siècle, Yanagisako, 1984.

83 Martini, 2002.

84 Voir à ce sujet le débat entre Lynch et Viazzo, 2002, p. 423-452, Engelen, 2002 et le commentaire de Kok, 2002. Cf. Moen et Wethington, 1992.

85 En 1931 il n’y a que 11 plâtriers recensés, dont quatre appartiennent à ce ménage.

86 Bessière et Gollac, 2008.

87 Martini, 2014, 2, p. 247-278.

88 Joseph Peguri se distingue partiellement dans cet échantillon d’entrepreneurs migrants « non qualifiés » dans les lieux d’origine, issu qu’il est d’une famille de forgerons et fabricants d’instruments variés.

89 Entretien avec Eliane Cavanna et Antonio Morisi, Champigny, domicile des interviewés, 16 mai 2000.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search