Version classiqueVersion mobile

Bâtiment en famille

 | 
Manuela Martini

Troisième partie. Trajectoires d'indépendants. Mobilité et travailentre lieux de départ et lieux d'arrivée

Trajectoires d’indépendants

Mobilité et travail entre lieux de départ et lieux d’arrivée

Texte intégral

1Dès le début du xxe siècle, l’univers de la maçonnerie banlieusard est apparu complètement perméable à l’entrée de migrants internationaux dans ses rangs quel que soit le niveau de la hiérarchie professionnelle. Dans les chapitres précédents s’est dessinée l’émergence d’un ensemble d’indépendants immigrés au sein d’un milieu professionnel en expansion. L’analyse de leurs origines a renforcé l’idée d’un lien entre filières migratoires, placement des travailleurs et entrepreneuriat. Cette troisième partie vise à rendre intelligibles toutes les étapes du passage à l’indépendance de travailleurs issus principalement de régions montagnardes de l’Italie septentrionale. L’objectif est de donner toute sa place à l’histoire collective des migrants et de relire les carrières entrepreneuriales à l’aune des caractères socio-professionnels partagés par ces migrants.

2Deux lectures s’opposent sur la question de l’accès à l’entrepreneuriat. En premier lieu est souvent évoqué l’argument générique avancé par les économistes libéraux contemporains pour expliquer la mobilité professionnelle : elle serait « physiologique » pour des travailleurs plus dotés que d’autres d’« esprit d’initiative ». Ce raisonnement en termes d’attitude entrepreneuriale sous-estime les analogies entre ces travailleurs devenus indépendants et les autres membres de leur groupe d’originaires. Par contraste, le second ordre d’explications insiste plutôt sur l’importance des opportunités disponibles dans les contextes d’arrivée. Cet argument présente également des limites car il tend à ignorer le passé migratoire et professionnel de ces travailleurs. L’hypothèse explorée ici en partant de l’étude de groupes spécifiques, comme les maçons piémontais et émiliens ou les cimentiers creusois, est que seule la comparaison entre les destins individuels et l’histoire collective permet de comprendre pourquoi la mécanique de leur accès à l’indépendance les rend plus visibles que d’autres migrants sur la scène banlieusarde.

3Nous allons ainsi suivre les migrants dans leurs allers-retours et revenir sur les lieux de départ. Dans le sillon d’études sociologiques et ethnologiques plus nourries qu’en histoire, la circulation sera saisie en prenant en compte l’ensemble du circuit qui, partant du lieu d’arrivée et remontant aux territoires de départ, suit les filières les plus nombreuses et les plus actives. Le déplacement vers les lieux d’origine sera mené par sondages et se focalisera sur les lieux de départ des groupes qui ont fourni les effectifs les plus nombreux d’entrepreneurs.

4En étudiant les étapes menant à la maîtrise du métier dans l’entre-deux-guerres puis pendant les Trente Glorieuses, il sera possible de montrer à quel point les capacités d’organisation et de gestion étaient indissociables. Plus durablement que dans d’autres industries, la dimension de coordination et de gestion d’équipes relativement autonomes en termes productifs demeure fondamentale dans le bâtiment tout au long de la période. À travers l’analyse de biographies entrepreneuriales individuelles, nous rencontrerons, en amont de ces parcours vers l’indépendance, la figure charnière du tâcheron.

  • 1 Fontaine, 2005.

5Le plus souvent, les tâcherons étaient recruteurs, placeurs et contremaîtres à la fois. Il est patent que leur capacité de recruter et de coordonner les hommes composant une équipe était grandement appréciée par les maîtres d’œuvre ; particulièrement dans les contextes de croissance et de tensions sur le marché du travail1. Cette fonction d’intermédiaire entre travailleurs et patron s’intègre par ailleurs parfaitement aux mécanismes de fonctionnement des filières migratoires. Il s’agit à présent de reconstruire ces pratiques interconnectées de la mobilité et du travail.

Notes

1 Fontaine, 2005.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search