Version classiqueVersion mobile

Rhodes et l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem

 | 
Nicolas Vatin

Avant-propos

Texte intégral

« Rhodes au xvie siècle »

« Rhodes au xvie siècle »

Cette restitution, due à l’architecte et historien Albert Gabirle, présente la ville à l’époque de sa plus grande splendeur. C’est à la fois une forteresse, un port et une ville active, ainsi qu’en témoignent les nombreux moulins.

(Gabriel, La Cité de Rhodes, Paris, De Boccard, 1921-1923, vol. II, pl. XLI.)

1Rhodes n’est pas une île comme une autre. Son histoire est riche et ancienne, depuis toujours marquée par une grande ouverture sur l’extérieur. Les premières traces d’activité connues datent du IIe millénaire av. J.-C. Au viiie siècle av. J.-C, les trois acropoles de Ialysos, Lindos et Camiros forment une confédération avec Cos et, sur le continent anatolien, Cnide et Halicarnasse. Florissante, l’île, dont les vins sont déjà célèbres, participe activement au commerce maritime et à la colonisation grecque en Occident. C’est en 408 av. J.-C. que les trois cités fondent la ville de Rhodes, sur la pointe septentrionale de l’île. Un temps dominée par les Perses, écartelée par les rivalités entre Sparte et Athènes, Rhodes réussit toujours à tirer son épingle du jeu.

2À l’époque hellénistique, ce fut une place d’un rayonnement exceptionnel. Centre commercial de tout premier plan, c’était également une capitale artistique et intellectuelle. Peintres et sculpteurs y travaillaient en nombre. Symbole de ce rôle de phare, le fameux et monumental colosse de bronze qui se dressait sur le port — une des « merveilles du monde » — célébrait l’échec du siège d’un an mené en vain par Demetrios Poliorcète (305 av. J.-C). Le prestige de Rhodes était tel qu’après le grave séisme de 227 av. J.-C, les secours affluèrent de partout pour reconstruire la ville détruite.

3D’abord alliés des Rhodiens, les Romains leur portèrent un coup très dur en créant un port franc à Délos (166 av. J.-C). Assujettie, la cité finit par être incorporée à l’Empire romain. Elle déclina progressivement, gravement affaiblie par un nouveau tremblement de terre en 142 ap. J.-C. L’époque byzantine, marquée par des incursions arabes en 654 et 807, ne fut pas très brillante. Un renouveau apparut au xie siècle, mais c’est surtout l’implantation des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem (xive-xvie siècles) qui redonna à l’île et à la ville un rôle de premier plan et une réelle prospérité. Sous les Ottomans, puis les Italiens, enfin au sein de la Grèce après la seconde guerre mondiale, la vie continua. Aujourd’hui, Rhodes est surtout (mais non uniquement) un très important centre touristique.

4Avec des permanences qui doivent beaucoup aux conditions géographiques et à la patiente activité de ses habitants, l’île a donc connu de nombreux avatars : ruines antiques, églises byzantines, bâtiments d’architecture occidentale et mosquées ottomanes en sont les témoins. Dans ce petit livre, il ne sera question que de la Rhodes des chevaliers. En retraçant deux siècles d’histoire et en décrivant la ville, mon souhait est de donner à voir l’importance qu’eut pour l’histoire de l’ordre de Saint-Jean son implantation à Rhodes, et dans quelle mesure la présence hospitalière contribua à faire de Rhodes un cas particulier.

Table des illustrations

Titre « Rhodes au xvie siècle »
Légende Cette restitution, due à l’architecte et historien Albert Gabirle, présente la ville à l’époque de sa plus grande splendeur. C’est à la fois une forteresse, un port et une ville active, ainsi qu’en témoignent les nombreux moulins.
Crédits (Gabriel, La Cité de Rhodes, Paris, De Boccard, 1921-1923, vol. II, pl. XLI.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search