Version classiqueVersion mobile

Bâtiment en famille

 | 
Manuela Martini

Deuxième partie. Territoire : circulation migratoire et mobilitéprofessionnelle en banlieue parisienne

Chapitre 3. Maçons migrants et accès à l’indépendance dans la banlieue du début du siècle

Texte intégral

  • 1 Noiriel, 1988 ; Schor, 1998 ; Viet, 1998 ; Blanc-Chaléard, 2001.

1Dans l’histoire de l’immigration vers la France, les années 1920 font figure d’ouverture et d’intensification de la dynamique migratoire. Inaugurée par une saison de conventions internationales visant à l’organisation de filières migratoires ciblées, cette décennie est marquée par une accélération sensible des flux de travailleurs migrants, par un assouplissement des normes régulant l’accès à la nationalité et par des phénomènes de mobilité sociale touchant non seulement les vagues migratoires de la fin du siècle précédent mais aussi celles arrivées dans l’après-guerre1. L’accès à l’indépendance d’un nombre croissant de travailleurs étrangers est l’un des aspects saillants de cette dynamique.

2La plupart des indépendants de la maçonnerie rencontrés dans les statistiques et les enquêtes du début du xxe siècle correspondent-ils aux figures du répertoire, pourtant riche, sur lequel s’est penchée l’historiographie de l’entrepreneur migrant ? Pas vraiment. Ils n’appartiennent ni aux minorités marchandes ou financières, ni à une filière de métier artisanale ; il ne s’agit pas non plus d’entrepreneurs s’appuyant sur des ressources communautaires pour fabriquer des produits de niche. Pour les entrepreneurs migrants de la maçonnerie, on peut en effet difficilement parler de niche productive ou commerciale. Aucun plâtrier ou carreleur migrant ne fait uniquement des enduits, du plâtre ou du carrelage « à la limousine » « à la piémontaise » ou « à l’italienne ». Même si la spécialisation peut être poussée, la typologie des produits fournis, de la mosaïque au stuc en passant par un simple enduit, est tellement variée que l’effet de niche s’estompe instantanément. Plus fréquemment, ces travailleurs réalisaient l’ensemble, ou tout au moins une bonne partie, des tâches d’un chantier donné. Peut-être est-ce précisément cette polyvalence qui a ouvert à ces migrants l’accès au travail indépendant.

3Comment se sont-ils inscrits, dès lors, dans l’environnement existant ? De quelle façon ont-ils changé le tissu productif d’un territoire donné ?

4En remontant à l’origine de ce phénomène d’insertion, au tout début du xxe siècle, ce chapitre vise d’une part à discuter les conditions préalables à la mise à son compte dans la France du début du siècle et, d’autre part, à reconstruire les étapes de formation d’un groupe d’entrepreneurs migrants en les inscrivant dans l’ensemble plus large de l’entrepreneuriat de la maçonnerie actif dans des espaces urbains où se croisent flux migratoires provinciaux et internationaux.

5Dans un premier temps il sera ainsi nécessaire de mesurer la croissance de la population des maçons au niveau local. Par la suite, la transformation de la population de la maçonnerie et de ses composantes pourra être cernée dans toute son ampleur en décomposant le groupe selon l’origine de ses membres et en relation avec sa stratification professionnelle interne. Enfin, en comparant deux espaces d’implantations proches mais aux marchés du travail façonnés différemment par les filières migratoires intérieures et extérieures qui les traversent, il sera possible d’apprécier les connexions entre filière migratoire et accès à l’indépendance. L’ambition est de saisir, dès son apparition, la constitution d’un ensemble d’indépendants qui s’affirme dans un environnement partiellement exploité et l’occupe.

Le travail indépendant en question : histoire et sciences sociales

  • 2 Comme beaucoup d’immigrés, il est arrivé à Paris avec ses meilleurs habits, et en chaussettes et s (...)
  • 3 Archives départementales de Paris (dorénavant ADP), Registre matricule du recrutement, État signal (...)
  • 4 Avec cette grande honnêteté qui a toujours caractérisé l’attitude de Ponticelli vis à vis de son p (...)
  • 5 Ponticelli, 2005, p. 91-102.
  • 6 Archives communales de Nogent-sur-Marne (dorénavant ACN), Registres des recensements de la populat (...)
  • 7 Plusieurs pages des mémoires de Ponticelli sont consacrées à ce moment crucial de sa biographie, P (...)

6Fin de l’année 1920 : après avoir servi d’abord dans la légion étrangère et ensuite dans l’armée italienne, Lazare Ponticelli reprend le chemin de la France où il était arrivé, « nus pieds », en 19072. Dans les mois difficiles qui ont précédé la guerre, pour lui, comme pour d’autres jeunes migrants italiens, l’engagement dans l’armée française a représenté une manière, plus ou moins contrainte mais aussi concrète et facilement réalisable, de se prémunir contre l’indigence3. D’abord dans les bataillons des volontaires étrangers de l’armée française, avec son frère aîné Céleste, ensuite dans l’armée régulière de son pays d’origine « du moment qu’on le nourrit, il se satisfait de son sort », y compris lorsque l’armée italienne décide de prolonger son service après la signature de l’armistice. Les choses se compliquent, en termes de subsistance, à la sortie de la guerre4. Ainsi, quelques mois à peine après avoir été démobilisé, Lazare Ponticelli, devenu un siècle plus tard un personnage mythique – le dernier des poilus – quitte l’Italie avec le regret de ne pas pouvoir partir avec son frère cadet Bonfils, dépourvu de l’argent nécessaire pour faire face aux frais de voyage, malgré son emploi de garçon dans un restaurant des montagnes des Apennins5. À la Porte d’Italie, l’une des places parisiennes du marché du travail du bâtiment dans l’après-guerre, Lazare retrouve Céleste, qui avait quitté l’armée après avoir été blessé au cours des premiers mois du conflit. Avec son aîné il commence ainsi à travailler à la tâche sur des chantiers de construction de cheminées. La fratrie est bientôt réunie (grâce aux économies de Lazare qui peut maintenant prêter l’argent pour le voyage à son frère Bonfils) dans un appartement de Nogent-sur-Marne occupé avant la guerre par leur mère Philomène6. Pour les jeunes montagnards se pose rapidement une question qui imprimera un nouveau cours à leurs existences mouvementées : s’installer ou non à leur compte7 ?

  • 8 Selon Lazare Ponticelli, deux Français participent également au financement de la société, dont le (...)

7La décision ne tarde pas à venir. En 1921 est fondée la société de construction de cheminées et de fumisterie associant Lazare, Céleste et Bonfils Ponticelli, ainsi que l’ancien partenaire de Céleste, un Français nommé Émile Billoy, dont la nationalité et les compétences comptables assurent la cooptation pour une courte durée8.

Une catégorie résiduelle ?

  • 9 Recensement 1926, t. 1, III partie. En chiffres absolus, pour l’ensemble de la population active o (...)

8De nombreux Italiens ont franchi ce pas à la même époque. Lors du recensement de 1926, dans le secteur du terrassement et de la construction, où les Italiens dominaient la scène du travail immigré, ils étaient 6 444 hommes à se déclarer chefs d’établissement et 3 690 indépendants « isolés », à leur compte mais sans employé. Au total donc, six travailleurs indépendants étrangers sur dix (en chiffres absolus 10 134 sur 16 568) étaient des Italiens. Le taux d’entrepreneuriat masculin pour les Italiens est ainsi de 11,6 %. Légèrement supérieur à celui de l’ensemble des étrangers, qui ne dépassait pas 11,3 %, il reste, tout de même, largement en dessous du taux d’entrepreneuriat de la population active masculine de la branche, qui était en 1926 de 23 %9.

  • 10 Blaschke et al., 1990 p. 79-106, cf. Phizacklea et Ram, 1995.
  • 11 Recensement 1936, t. 1, p. 3. Les particularités du recensement de la population de 1911 nous impo (...)

9Dans un pays où la dispersion est le caractère original du tissu industriel, les migrants ne sont pas ces champions de l’indépendance professionnelle qu’on a pu observer dans d’autres pays10. Toutefois, dès le début du siècle les Italiens occupent une place prépondérante dans la catégorie des travailleurs « isolés » du « terrassement et de la construction » : ils représentent, en chiffres absolus, la moitié des petits indépendants « isolés », ce qui contribue à les rendre visibles de manière autonome, même si leur part relative est moindre, par exemple en tant que chefs d’établissement. Difficile de dire si ces données sont sous-estimées. Fondées sur la précision des agents recenseurs, il n’est pas exclu qu’elles souffrent d’un défaut de déclaration. En tout état de cause, cette position s’accentuera ultérieurement pendant la crise : en 1936, au sein de ce groupe en forte croissance dans un contexte où le chômage sévit depuis quelques années, les Italiens ont triplé en chiffres absolus et en chiffres relatifs. Ils représentent maintenant deux étrangers sur trois11.

10Face à des taux de cette portée, on peut aisément imaginer que de nombreux travailleurs salariés du bâtiment de l’entre-deux-guerres, y compris étrangers, se soient interrogés au moins une fois dans leur carrière, dans leur vie, sur cette issue possible de leur trajectoire professionnelle.

  • 12 Mayer, 1977, p. 25-45, p. 38. Il s’agit, en chiffres absolus, de 151 000 sur 5 391 000 individus. (...)
  • 13 Ibid., p. 38.
  • 14 Lafont et Leborgne, 1974, p. 17. Selon l’enquête Formation qualification professionnelle, sur 1000 (...)
  • 15 et 18 deviennent « cadres » en 1977 (Pohl et al., 1977, p. 229). Casella et Tripier, 1998, enquête (...)

11Après la Seconde Guerre mondiale, les enquêtes suivies que l’INSEE commence à mener sur l’emploi et la formation et qualification professionnelle donnent des estimations chiffrées de ce passage au travail indépendant qu’on peut seulement deviner pour la période précédente. Le suivi d’une cohorte de travailleurs interrogés en 1965 et encore en activité en 1970 montre que, si un ouvrier sur cinq songe à se mettre à son compte en 1970, seulement 2,5 % des travailleurs y sont parvenus entre 1965 et 197012. Cependant, un peu plus de 41 % des ouvriers devenus artisans entre 1965 et 1970, la plupart issus de petites entreprises artisanales, franchissent le pas dans le bâtiment. Selon Nonna Mayer, cette branche constitue « une filière de mobilité privilégiée »13. Ainsi, dans le bâtiment, un quart des 256 800 patrons de 1970 était composé d’anciens ouvriers qui, cinq ans plus tôt, étaient en majorité des compagnons ou des enfants de petits patrons14. L’indépendance, plus accessible dans le bâtiment que dans d’autres branches mais malgré tout atteignable par une minorité, reste un objectif professionnel largement diffus. Selon une enquête effectuée par l’Association française pour le développement de l’enseignement technique, en 1984 presque la moitié (46 %) des apprentis du BTP désirait s’installer à son compte15.

  • 16 Les enquêtes d’ethnosociologie effectuées au début des années 1980 dans le milieu de l’entrepreneu (...)

12S’échapper du salariat. À l’heure où toute forme d’entrepreneuriat est encouragée, il paraît presque inévitable de donner une valeur positive à l’activité autonome et de supposer une réponse de l’ordre de la volonté individuelle. Pour les migrants, cet aboutissement s’apparente, de surcroît, à un symbole de la réussite du projet migratoire. Tout un pan de la littérature migratoire, en contrepoint à des filons plus « misérabilistes », prend pour objet des parcours entrepreneuriaux exemplaires16.

  • 17 Un recueil des principaux articles de Mark Granovetter sur ce point a été traduit et republié réce (...)
  • 18 Stanziani, 2007.
  • 19 Beckert, 1999 et, plus largement, Barnes, 2001.

13Plus que l’expression d’une volonté subjective, l’autonomie professionnelle est surtout une décision éminemment sociale, prise par des individus encastrés dans des univers de relations plus ou moins fermées17. Elle dépend aussi de normes et institutions, administratives et réglementaires au sens large, avec lesquelles ils doivent, au quotidien, se confronter18. Mais elle peut être tout autant le fruit d’un mode d’organisation du travail qui s’institutionnalise. Passer du statut de travailleur dépendant au statut d’indépendant suppose de franchir un seuil à la fois juridique et professionnel, dans des contextes institutionnels et sociaux contraignants. Le lien entre ces deux aspects de l’autonomie productive est crucial. Pour les salariés, la question devient alors de se donner les moyens pour franchir cette barrière, surtout s’ils viennent d’ailleurs. Les migrants connaissent-ils des contraintes spécifiques ? Comment s’y prendre pour devenir un indépendant lorsque le contexte économique est porteur ? Comment s’organise l’activité d’un indépendant étranger ? Quelles difficultés – ou quelles incitations – rencontre-t-on quand on traverse une récession économique alors qu’on est un étranger ? Les marges dont ces indépendants disposent, celles d’une agency bridée et soumise à des contraintes nombreuses et particulières, peuvent se révéler importantes19.

  • 20 Dans le contexte américain, ce type de représentations a été également fondateur de l’identité nat (...)

14Il faut, tout d’abord, pouvoir mobiliser des moyens techniques et sociaux, des compétences relationnelles et économiques. En quelques années de travail acharné comme manœuvre, puis comme compagnon auprès de différents employeurs du bâtiment, et grâce à l’expérience de tâcheron dans la construction de cheminées de son frère Céleste, Lazare Ponticelli a pu se procurer ce bagage minimal de départ qui l’a ensuite emmené très loin comme entrepreneur. L’issue heureuse de cette histoire entrepreneuriale ne doit toutefois pas faire passer en second plan une première expérience inaboutie de Lazare. Comme dans beaucoup de success stories de self-made men, les échecs des débuts occupent souvent une place propédeutique et accessoire dans le récit, les déboires des commencements valorisant les écrasantes performances postérieures20. On peut aussi l’appréhender comme une expérience inaboutie.

  • 21 Ponticelli arrivera à décrocher son premier permis de travail avant 14 ans et un poste d’aide maço (...)
  • 22 « Il n’y plus personne pour faire ramoner sa cheminée (et les gens ont de toute façon la tête à au (...)

15Déjà attiré par le travail indépendant, à la veille de la Première Guerre mondiale, à peine sorti de l’adolescence, Lazare Ponticelli avait su trouver dans le fils d’un petit entrepreneur de bâtiment de Nogent, Ludovic Peguri, un partenaire plus fourni que lui en moyens et relations21. Le petit capital de 150 francs que Ponticelli a accumulé jusque-là est ainsi complété par la mère de Peguri, afin qu’ils puissent acheter les outils et la corde de 30 mètres nécessaires pour entrer dans la fumisterie et ramoner les cheminées des clients. Ces derniers sont princiaplement italiens, envoyés par le père du jeune Peguri, l’un des premiers entrepreneurs maçons de Nogent. La déclaration de guerre, accompagnée des départs de beaucoup d’Italiens de Nogent, tue dans l’œuf la petite affaire en condamnant au chômage les deux jeunes partenaires. Ludovic Peguri, qui venait d’achever son service militaire dans l’armée française, est l’un des premiers appelés ; Lazare Ponticelli s’engage dans la Légion étrangère. Chacun part à la guerre avec un louis d’or et la promesse réciproque d’en revenir pour redémarrer leur affaire une fois le conflit terminé22. Ludovic Peguri n’aura pas le temps de gaspiller son petit pécule au front, où il sera tué après quelques semaines.

  • 23 Marco, 1989. Les secteurs peu concentrés comme le bâtiment et le commerce sont moins affectés par (...)
  • 24 INSEE, 1980, tab. p. 126 (entreprises disparues en 1978). Cf. INSEE, 1982.
  • 25 Lafont et Leborgne, 1974, p. 17.

16Les parcours professionnels et relationnels vers l’indépendance sont marqués par de nombreux aléas. Les entrepreneurs migrants font des aller-retour entre travail indépendant et subordonné dans des parcours loin d’être unilinéaires ou une fois pour toutes établis dans le royaume de l’indépendance. La démographie des entreprises du BTP, très dynamique, voire vertigineuse dans certaines phases du cycle économique, ne peut qu’inciter à la prudence23. Dans la seconde moitié des années 1970, 36 % des entreprises artisanales du bâtiment disparaissent moins de trois ans après leur installation, et 49 % en moins de 5 ans24. Même en pleine croissance, les retours dans les rangs du salariat sont nombreux : 12,2 % des indépendants du bâtiment de 1965 encore en activité en 1970 étaient redevenus des ouvriers (dont 9,3 % dans le bâtiment) et pour une plus petite partie (2,6 %) des employés ou cadres25.

Tab. 1. Taux de disparition et faillite des entreprises, 1979-85

Tab. 1. Taux de disparition et faillite des entreprises, 1979-85

Source : Marco, 1989, p. 145.

Tab. 2. Nombre d’établissements en milliers et taux de défaillance (pour mille) par secteur, 1906-1934

Tab. 2. Nombre d’établissements en milliers et taux de défaillance (pour mille) par secteur, 1906-1934

Source : Marco, 1989, p. 107.

  • 26 ADP, Tribunal de commerce, Faillites, 55305, 19 juin 1936, Pareti Jean (Giovanni).

17À côté d’un Ponticelli, qui connaît une ascension en deux étapes, on trouve une myriade de parcours alternant des périodes d’autonomie et des phases de travail dépendant, tel celui de Jean Pareti, issu d’un village de la même vallée des Apennins que Ponticelli et fondateur d’une entreprise de maçonnerie en 1921. Quinze ans plus tard il sera obligé de déposer son bilan : il s’était endetté, comme l’avaient fait d’autres entrepreneurs nogentais quelques années auparavant, pour construire un immeuble « de rapport », destiné à la location, un investissement qui lui fut fatal pendant la Grande dépression26.

  • 27 Le Goff, 2004, p. 531-532.

18Il faut également prendre en compte des travailleurs, bien connus par les juristes du droit du travail, qui échappent à toute qualification réductrice et auxquels s’adapte parfaitement l’oxymore d’indépendant dépendant27.Travaillant pour un seul entrepreneur principal de manière régulière mais rémunérés à la tâche, ces champions de l’auto-exploitation se situent à la jonction de deux statuts : la complexité de leur situation pose problème, non seulement sur le plan juridique mais aussi anthropologique.

  • 28 Lyon-Cahen, 1990 et pour une synthèse du débat juridique, Gogneau-Côte 2001, p. 2-26.
  • 29 Grassani, 1999, p. 239.

19Le groupe plus large des petits indépendants, et ces « faux indépendants » en particulier, vivent des contradictions qui dans certains cas peuvent devenir déchirantes. Plusieurs études ont souligné le caractère hybride de leur position. Sur le plan juridique, la qualification de leur statut fait débat28 et, sur le plan social, il suffira de noter que, subjectivement et matériellement, la proximité est grande avec le monde ouvrier. Sur les chantiers, ils travaillent coude à coude et autant que leurs salariés, ils avalent la même poussière et partagent leur repas à la gamelle chez les bougnats29.

  • 30 Nadaud, 1998, p. 150-154 ; Nahan, 2005-2006.

20Tiraillés entre ces deux classes, ils voient leur condition mise en cause par un mauvais mot lancé par un employé ou par un conflit avec un maître d’ouvrage qui les traite avec condescendance. Martin Nadaud, qui a porté, si brièvement que ce soit, la casquette du tâcheron, a évoqué le malaise et l’ambiguïté de cette condition, pour l’avoir vécue au début du xixe siècle, au sein de la corporation des tailleurs de pierre de la place parisienne30.

  • 31 Castel, 1995. Pour une mise au point récente sur cette vaste littérature cf. Vatin, 2007 et pour u (...)
  • 32 Le Goff, 2004, p. 531.
  • 33 Selon Piatecki, Ferrier et Ulmann, 1997, p. 35, p. 40, dans un contexte de relative stabilité des (...)
  • 34 INSEE, 1964, t. 5, p. 72.

21S’il est vrai que le salariat s’affirme et domine dans le secteur public et privé au xxe siècle31, il n’efface pas totalement le travail indépendant. Contrairement à ce qu’on a tendance à affirmer32, la part des travailleurs indépendants continue à être un trait distinctif de la France par rapport aux autres pays de l’Europe occidentale. De fait, malgré l’effondrement de l’hexagone dans l’agriculture et le commerce, le taux du travail indépendant n’est jamais descendu en dessous de 12 % de la population active du pays, à la différence de la Grande-Bretagne ou de l’Allemagne, où il avait atteint 7 % dans les années 90. En étudiant la petite entreprise du bâtiment, on est forcé d’admettre que la voie de l’indépendance, loin d’être exceptionnelle, est une condition « normale », une solution possible au même titre que le salariat ; rien de résiduel en tout cas. L’ensemble de la branche et en particulier le second œuvre et la maçonnerie se distinguent nettement par des pourcentages élevés de travailleurs isolés, petits patrons travaillant au forfait ou tâcherons. Il y a là une spécificité au sein du secteur industriel qui, tout en connaissant un léger fléchissement dans les années 1960, perdure jusqu’à nos jours33. Les indépendants « isolés » constituent un marqueur de cette spécificité, comme on l’a vu dans les chapitres précédents, qui ressort encore plus nettement si on les compare à ceux des autres branches industrielles. En 1962, dans le recensement de la population, on compte dans le bâtiment environ 260 000 patrons dont 140 340 indépendants sans salarié, soit au total 15,7 % des actifs de la branche, qui regroupait à l’époque 1 657 320 salariés et non-salariés et représentait 8,7 % de la population active de la France34. Les autres branches industrielles sont loin de ces chiffres. Tout comme une trentaine d’années plus tôt, il faut se tourner vers le commerce et les services pour trouver des chiffres absolus et relatifs semblables.

Tab. 3. Population active ayant un emploi par statut professionnel et par catégorie d’activité économique, 1962.

Tab. 3. Population active ayant un emploi par statut professionnel et par catégorie d’activité économique, 1962.

***Dans le total sont compris : pêche, agriculture, services publics administratifs, armée
Source : INSEE, Recensement général de la population, 1962, vol. 1.

Tab. 4. Statuts professionnels en pourcentages de l’ensemble des actifs par catégorie d’activité économique, 1962.

Tab. 4. Statuts professionnels en pourcentages de l’ensemble des actifs par catégorie d’activité économique, 1962.

***Dans le total sont compris : pêche, agriculture, services publics administratifs, armée
Source : INSEE, Recensement général de la population, 1962, vol. 1.

  • 35 Hernandez et Marco, 2008 ; Crola et Guillerme, 1991 ainsi que la bibliographie portant le même tit (...)
  • 36 Bien qu’il traite ces questions sans se focaliser sur le bâtiment, le livre de Florence Weber est (...)

22Concrètement cela signifie que, même à son époque la plus glorieuse, le modèle du salariat coexiste avec celui du tâcheronnat. En dehors du contrat de travail, le statut d’indépendant sous différentes formes, avec ou sans salariés, fait partie de l’horizon attendu des travailleurs du bâtiment et de la maçonnerie35. Mises à part les voies les plus classiques, qui demeurent sans doute les plus suivies, les chemins portant à l’indépendance sont multiples. On peut être sans emploi et devenir indépendant par le biais du travail « au noir », ou être salarié et effectuer, toujours « au noir », des travaux en tant qu’indépendant. Cette pratique est très répandue dans le secteur, sous différentes formes, vénales ou bénévoles, en famille ou dans l’entourage plus éloigné36.

23Ces incertitudes liées au statut juridique influent sur les identités des acteurs, entraînant des effets de longue durée. Ce flou statutaire, que certains sociologues attribuent à la flexibilité de l’époque actuelle, est une constante dans toute l’histoire récente du bâtiment.

24Pour aller le plus loin possible dans l’étude de l’ensemble de la gamme des parcours professionnels d’indépendants, il faut restreindre le territoire exploré et cibler le groupe enquêté. Le but ici va donc être d’observer le corps de métier le plus représentatif de la branche de par son poids démographique et son statut socio-professionnel : celui des maçons. En d’autres termes, il s’agit de reconstruire le tissu des entreprises de maçonnerie installées dans un territoire circonscrit – un petit secteur de la banlieue parisienne – à partir des traces qu’elles ont pu laisser dans les sources administratives locales, et notamment dans les registres annuels des patentes et les listes nominatives des recensements. En effet, un nombre considérable de trajectoires d’indépendants apparaît ici de manière successive jusqu’à leur effacement des registres. Dans certains cas, l’enquête peut aller plus loin grâce à l’examen des dossiers de faillite et à des entretiens approfondis susceptibles d’éclairer les mécanismes qui président à l’entrée et la sortie en entrepreneuriat. En prenant en compte un arc chronologique suffisamment long pour couvrir non seulement des périodes de crises mais aussi de croissance, entre l’après Première Guerre mondiale et les années 1970, se déroulent ainsi les parcours de l’indépendance.

Entrepreneuriat et ethnicité

25Au cours du xxe siècle, la composition de l’ensemble des actifs du bâtiment change, et tout particulièrement celle des travailleurs indépendants, et dans les contextes de croissance, elle se diversifie, comme on l’a vu, en termes d’origine géographique. Cela suffit cependant pour marquer la transformation du paysage économique et social du secteur au niveau national. De manière plus visible encore, la physionomie du milieu professionnel de la construction au niveau local en est affectée, surtout dans les régions les plus directement concernées par l’accroissement et la concentration des flux migratoires internationaux.

  • 37 Cf. Soulignac, 1993, p. 8-13. Pour une représentation graphique voir Fourcaut, 1988, p. 185 et not (...)
  • 38 Maitte et Martini, 2009, p. 7-24, p. 19-20.
  • 39 Portes, 1995b.
  • 40 Mark Granovetter écrit « The Economic Sociology of Firms and Entrepreneurs », un article qui a fai (...)
  • 41 Sur les relations entre Weber et Sombart, notamment en rapport à l’entrepreneuriat et l’« esprit d (...)

26Selon quelles dynamiques un environnement économique se renouvelle-t-il ? Cette question classique de l’histoire économique et sociale constitue le point de départ de cette partie consacrée au niveau méso historique, à l’échelle intermédiaire du territoire. Une réponse émerge de manière très nette. Pour l’entrepreneuriat du bâtiment de la Seine, Paris et la petite couronne réunis jusqu’à la loi du 1964 dans un même département, un renouvellement social radical s’opère par l’hétérogénéité des origines des patrons des entreprises37. Le thème est d’actualité dans plusieurs espaces économiques et pas seulement dans le monde occidental. Le renouveau historiographique apporté par la global history nous permet d’observer ce phénomène d’ethnicisation de l’entrepreneuriat, tantôt complètement inédit, tantôt se greffant sur des traditions migratoires de longue durée, dans des contextes économiques et sociaux géographiquement très éloignés38. L’entrepreneur migrant est désormais un personnage familier de la sociologie économique et commence à l’être pour l’histoire économique également. Mais la catégorie spécifique du petit entrepreneur ethnique existe-telle ? Au croisement de deux filons de première envergure, les études des migrations et celles de l’entrepreneuriat, la sociologie de l’immigrant ou ethnic business occupe une place de choix au sein de la sociologie économique du monde anglo-saxon39. S’inscrivant dans la droite ligne du filon des performances économiques des minorités religieuses, elle en constitue une branche à part, enrichie par les réflexions sur l’encastrement de l’activité économique dans les univers sociaux des acteurs développées par Mark Granovetter40. Incomparablement moins pratiquée par les historiens que l’analyse des activités économiques des minorités, dont les titres de noblesse remontent aux études classiques de Max Weber et Werner Sombart, l’histoire de l’entrepreneuriat migrant voit cependant le jour dans les années 1980 avec les travaux pionniers de spécialistes des migrations tels Nancy Green et Roger Waldinger sur la confection à New York et à Paris41. Le small business a été dès le départ au cœur de l’analyse, les gros industriels constituant finalement des exemples relativement marginaux dans un argumentaire qui soulignait l’importance de la structure des opportunités, environnementales au sens économique et social du terme, dans le façonnement des entrepreneuriats ethniques dans les contextes d’arrivée. Alors que les études sur les minorités ont eu le plus souvent pour objet les élites économiques, marchandes ou industrielles, le petit patron est l’acteur principal de l’histoire sociale de l’immigrant business. Il l’est néanmoins plus en tant que groupe social qu’en tant qu’acteur individuel.

  • 42 Dans l’immense littérature existante, il suffira de donner quelques références françaises faisant (...)

27C’est dans le domaine bien plus vaste et hétérogène des études sur l’entrepreneuriat (champ de recherche également très développé dans le monde anglo-saxon sous toutes ses facettes) que la figure de l’entrepreneur et de son histoire de vie professionnelle s’est développée comme un genre en soi de l’histoire de l’entreprise. Les études de grands groupes, fondés dans certains cas par des migrants, ont nourri largement une très vaste littérature publiée depuis les années 1920. Si le modèle chandlerien a été remis en cause par des travaux désormais classiques visant à montrer une vision plus complexe du monde industriel américain et par les études mettant en évidence la vitalité du capitalisme familial en Europe malgré les sévères stigmatisations dont il a été victime, cela n’a que marginalement affecté le cette production historiographique42.

  • 43 Pour une présentation de cette historiographie, issue de la rencontre entre business history anglo (...)
  • 44 Bourdieu et de Saint Martin, 1978.
  • 45 Cf. Campagnac, 1987 et, pour une revue de l’historiographie sur la grande entreprise, Joly, 2013.

28En France, l’abondante littérature disponible a contribué à enrichir ce modèle de cas plus complexes, où l’on pouvait observer des dynamiques à la fois familiales et managériales parfaitement intégrées dans le développement d’entreprises et qui ont pu atteindre des performances tout à fait compétitives non seulement au niveau national, mais aussi dans certains cas, au niveau mondial43. Parallèlement, dans les années 1960 et 1970 la sociologie française s’est intéressée à l’organisation des grandes entreprises, aux élites économiques et à leurs pratiques sociales44. La culture d’entreprise et les conceptions constitutives des politiques gestionnaires de certains grands groupes familiaux, à l’instar de Bouygues pour le bâtiment, ont ainsi pu être étudiées dans leur dimension éminemment sociale et culturelle45. Mais dans ce cadre, les petits entrepreneurs n’ont pratiquement pas retenu l’attention des chercheurs.

  • 46 Hilaire-Pérez et Verna, 2009 ; Stanziani, 2007.
  • 47 Carvais, 1995, et Potofsky, 2009.
  • 48 Chavance, 2007.

29Une tradition historiographique plus attentive aux activités artisanales a enquêté sur les transferts de savoir-faire et de technologie par l’émigration, où la mobilité des hommes et des savoirs vont de pair46. Dans cette orientation historiographique, comme dans l’approche des alternatives historiques au fordisme, l’étude des pratiques adaptatives des acteurs est centrale et va souvent de pair avec l’analyse des conditions préalables à la mise en place des activités économiques dans des situations de mobilité. Encore plus ouvertement vouée à l’étude du petit entrepreneuriat, la théorie des alternatives économiques a placé au cœur de ses préoccupations l’analyse des systèmes de petites structures productives. Dans son effort de montrer que des mondes productifs économiquement efficaces et viables existaient au-delà du modèle de la grande entreprise, elle a insisté sur les conditions historiques et institutionnelles garantissant la survie de tissus productifs pulvérisés. Si on les croise, ces deux approches permettent de saisir à la fois les mécanismes de fonctionnement et d’évolution propres aux tissus industriels et les effets de la circulation des hommes et des pratiques qui constituent le fondement de l’aventure entrepreneuriale ; mais à la condition de prendre la mesure du poids des barrières institutionnelles. De ce point de vue, l’histoire de l’économie-droit les complète. Même si elle n’a pas débouché sur des enquêtes empiriques appliquées aux mondes productifs, l’étude de la position de l’entrepreneur dans la sphère de l’économie-droit, constitue une orientation prometteuse pour l’étude du petit entrepreneuriat. La prise de risque institutionnellement et juridiquement située définit une chronologie précise de l’émergence de la catégorie qui, autour du xviie siècle, place au premier rang l’entrepreneur en bâtiment47 comme prototype de la démarche entrepreneuriale. Le poids des institutions externes qui pèsent et façonnent statut et pratiques de l’entrepreneur est analysé dans une perspective qui fait écho à d’autres analyses de la famille néo-institutionnaliste48.

  • 49 Verin, 1982 ; Chadeau, 1988, Stanziani, 2007 ; Marchesnay, 2008.
  • 50 Gresle, 1980 et Zarca, 1986.
  • 51 Voir également le travail de sociologie empirique qualitative effectué dans le cadre du CEREQ par (...)
  • 52 Vigier, 1979, pour un historique des rencontres et des publications issues de ce groupe voir la po (...)
  • 53 De leur côté, les études sur la gestion et le management, plus concernés par la petite entreprise (...)

30Dans le cadre de l’économie des conventions, l’entrepreneur crée de nouvelles normes permettant de coordonner la production. Cette capacité de coordination peut être comprise au sens large, non seulement comme une nouvelle combinaison des facteurs de la production mais également en termes de créativité normative du point de vue organisationnel. Cet élargissement à la sphère organisationnelle du dynamisme et de la créativité de l’entrepreneur a l’avantage considérable de permettre la prise en compte de toute la gamme de l’expérience entrepreneuriale, y compris dans ses variations de taille ou morphologiques les plus microscopiques. Dans ce travail sera retenue cette définition inclusive, comprenant la capacité d’élaborer des formes d’organisation productives mais aussi gestionnaires dans un cadre normatif et institutionnel changeant. Selon Hélène Verin, l’entrepreneur « vise à constituer des chaînes de production – du profit. C’est l’intégration des différents processus de production qui constitue le champ de réalisation de l’entreprise49. » Ceci permettra d’appréhender les indépendants à la fois collectivement et individuellement, d’une part comme des sujets économiques capables de prendre des risques et, d’autre part, dans leur dimension agrégée, comme un groupe social. Dans les études des années 197050 sur l’artisanat français de Bernard Zarca et François Gresle ou dans celles de Nonna Mayer déjà mentionnée, le groupe prime encore une fois sur toute perspective individuelle51. À cette même époque, et de manière tout à fait symétrique, les études pionnières d’histoire sociale de la boutique lancées par Philippe Vigier ont vu le jour, toujours dans le but d’en faire un portrait de groupe52. De l’histoire des boulangers à celle des épiciers en passant par celle de l’atelier et la production en petite série, ces travaux pionniers ont grandement contribué à défricher le terrain sur le petit commerce bien que leur élan se soit par la suite ralenti. Après une longue pause, les travaux de Pierre-Paul Zalio sur le patronat familial marseillais ainsi que ceux de Claire Zalc et du groupe du laboratoire de sciences sociales de l’ENS sur le petit commerce, ont tout récemment intégré ces deux dimensions. Dans ces études, ce sont toutefois les configurations sociales qui ont polarisé l’attention. Les petites entreprises de production et leur organisation du travail, les choix des patrons-ouvriers qui les dirigent, leurs modes de gestion et leurs produits demeurent encore peu explorés du point de vue historique53.

Entrepreneurs migrants et niches productives

31Pour cerner les itinéraires de ces entrepreneurs capables de s’organiser de manière originale, leurs schémas opérationnels, leur existence pratique et leurs catégories pragmatiques, il ne suffit pas de s’appuyer sur des données connues, celles relatives à l’économie et à l’immigration à l’échelle nationale et régionale. Il faut surtout comprendre comment se structure le groupe des indépendants du bâtiment, migrants et non migrants, dans un environnement urbain spécifique, celui des banlieues en plein essor démographique, immobilier et économique depuis le dernier quart du xixe siècle, et de manière plus marquée encore du début du xxe siècle.

  • 54 Boutillier et Uzunidis, 2005, p. 25.
  • 55 Barth, 1972 (prem. éd. 1963), « Introduction », p. 5-18, p. 5.
  • 56 Barth, 1995, p. 203-249, p. 240-241.
  • 57 Barth, 1972, « The point at which an entrepreneur seeks to exploit the environment may be describe (...)

32Depuis les années 1980, les économistes qui, face à la crise prolongée de la grande entreprise managériale, ont réinvesti la théorie de l’entrepreneur, l’ont fait en la couplant à la théorie du choix. Ainsi, pour expliquer la prise de décision des acteurs, certains ont contribué à situer l’entrepreneur dans l’environnement économique et institutionnel dont il est le produit, en nous offrant des pistes d’enquête dont les points d’intérêt sont multiples54. Ils proposent une vision relationnelle et centrée sur les pratiques adaptatives des acteurs économiques, qui révèle une étonnante proximité avec la vision qu’un anthropologue économique d’inspiration interactionniste comme Fredrik Barth proposait en alternative à des conceptions fonctionnalistes plus statiques et essentialistes. Selon Barth, dans une analyse encore très pertinente pour l’étude des entrepreneurs immigrés, l’entrepreneur met localement en relation des sphères économiques diverses en termes de systèmes de valeurs et de pratiques professionnelles55. En d’autres termes, son succès est lié à ses capacités d’intermédiaire, de broker, pouvant profiter des difficultés d’appréciation des acteurs, mais surtout des failles dans leur évaluation des différents aspects des marchés et des caractères de la concurrence. En reprenant à notre compte ces réflexions, et en appliquant aux entrepreneurs immigrés les observations que Barth avait présentées dans un travail célébrissime sur les groupes ethniques et leurs frontières, on peut avancer l’idée que ceux-ci sont aussi des intermédiaires par leur compétence à maîtriser des idiomes pluriels du point de vue professionnel et linguistique56. Ce qui, selon Barth, explique leur capacité d’occuper certaines « niches » et de susciter des filières « ethniques » de mobilité de la main-d’œuvre57.

  • 58 Cf. également Nee et Sanders, 1996. J’ai pu développer quelques réflexions à ce sujet concernant m (...)

33C’est sans doute l’apport le plus connu de l’anthropologue norvégien sur les dynamiques propres à l’entrepreneuriat ethnique. Mais Barth a suggéré aussi la possibilité d’une issue différente de l’action des entrepreneurs immigrés. Dans certains contextes, leur présence déborde celle de l’enclave ethnique, sur laquelle tout un pan de la littérature sociologique anglo-saxonne a exclusivement focalisé son attention. Les migrants peuvent entrer dans un marché déjà occupé mais partiellement exploité et s’y affirmer. L’entreprise serait ainsi « purely competitive » selon Barth58.

  • 59 Catani avec Campani et Palidda, 1986. Les auteurs ont noté une forte analogie entre les comporteme (...)
  • 60 À Paris ils sont 31 273 sur 71 071, soit 44 %. Pour la Seine, la fumisterie dans l’entre-deux-guer (...)

34Dans la métropole parisienne on peut parler de niche lorsqu’on pense à la fumisterie et aux métiers de la même famille, des ramoneurs savoyards, des « bougnats » auvergnats, puis des « scaldini » italiens des vallées apennines de Plaisance. Ces derniers constituent sans doute un exemple extrême de cette spécialisation de niche ethniquement connotée. À partir du début du xxe siècle, et tout particulièrement dans l’entre-deux-guerres et jusque dans les années 1960, l’installation des grandes chaudières à charbon dans les immeubles collectifs de la ville a suscité la création d’une figure particulière, celle de chauffagistes issus majoritairement des montagnes émiliennes, chargés de remplir les chaudières pendant la saison hivernale. Leurs pratiques, notamment les tournées parisiennes, et les relations familiales ont été reconstituées par Salvatore Palidda et Maurizio Catani dans les années 198059. Mais la maçonnerie n’est pas dans cette situation de niche. En 1926 dans la banlieue du département de la Seine, elle emploie environ la moitié de la main-d’œuvre du bâtiment, de l’industrie du terrassement et de la construction en pierre (19 228 individus sur 39 580)60. Une large partie de ces emplois sont largement investis par les migrants italiens. Comme on l’a déjà vu au niveau national, et de manière encore plus marquée ici, 13,7 % des actifs (75 892 individus sur 553 588) sont des Italiens. Or, les étrangers représentent au total 23 % des actifs, ce qui signifie que désormais à l’échelle nationale, un étranger sur deux dans le bâtiment est italien et un travailleur sur 10 est italien. Étant donné l’importance de cette minorité dans un contexte de croissance des effectifs de la branche, il paraît plus pertinent d’utiliser la notion de « spécialisation » professionnelle collective. Compétitifs, les travailleurs italiens du bâtiment s’affirment dans les zones de concentration des flux migratoires.

L’univers de la maçonnerie dans la banlieue Est

  • 61 Recensement 1926, t. I, partie 5, p. 382.

35Dans la Seine, les Italiens pesaient plus en banlieue qu’en ville : en Seine-banlieue, ils étaient en 1926 6 083 individus au total, soit 15 % de l’ensemble des actifs du bâtiment, avec une légère surreprésentation par rapport à la moyenne nationale61.

  • 62 Faure, 1991.

36Contrairement à ce qui se passait à la fin du xixe siècle, dans l’entre deux-guerres la proche banlieue parisienne se présente donc comme un espace où les Italiens sont surreprésentés dans la construction, comme cela avait été le cas pour les migrants temporaires du Limousin au siècle précédent62. En revanche, en ville les Français sont plus présents dans certains corps de métier comme la vitrerie et la couverture, et les Suisses, les Belges et les Espagnols pèsent plus lourd dans le milieu de la construction. À Paris, en 1926 les Italiens sont 8 407, soit 11,8 % de la population active du BTP, une population proportionnellement moins importante qu’en banlieue, et se rangent plutôt sur les moyennes nationales : comme à l’échelle nationale, un étranger sur deux est italien dans la construction parisienne. Rien à voir avec les sept Italiens sur dix étrangers de la banlieue.

  • 63 Fourcaut, 2000, cf. Soulignac, 1993.
  • 64 Fourcaut, 1988, p. 58, cf. Soulignac, 1993, p. 26-37.

37La banlieue parisienne est alors en pleine effervescence du point de vue démographique ; les lotissements s’y développent à vue d’œil à partir de l’entre-deux-guerres63. L’accroissement démographique spectaculaire de l’agglomération parisienne concerne tout particulièrement la Seine-banlieue qui, entre 1921 et 1931, connaît un taux d’accroissement de 35 %, en passant de 1 505 000 à 2 043 000 habitants. Grâce à son dynamisme démographique, après la Première Guerre mondiale elle assure l’essentiel de la croissance de la population de l’agglomération parisienne64.

Territoires urbains et maçonnerie : un terrain situé

  • 65 Châtelain, 1959 ; Châtelain, 1958, p. 474.
  • 66 Vincent, 1985, p. 98.
  • 67 Casella et Tripier, 1988, p. 85-87. La concentration géographique des chantiers est valable pour t (...)

38La dimension territoriale est une ligne directrice de recherche constamment évoquée dans la littérature économique et sociologique concernant le BTP et plus en général la filière construction en France. Dès les années 1950, Abel Châtelain, qui s’intéressait au bâtiment en tant que géographe et sociologue, avait mis en lumière le caractère économiquement situé de la branche : « La demande extrêmement diversifiée limite le champ d’action de la très petite entreprise à une aire géographique restreinte : les alentours d’un gros bourg, donc un marché localisé »65. Trente ans plus tard, dans une revue de la littérature économique, Maurice Vincent soulignait l’intérêt d’études menées à l’échelle régionale et locale66. L’enracinement dans un territoire précis et circonscrit des entreprises du bâtiment a une signification qui concerne toutes les facettes du rapport avec l’environnement à l’intérieur duquel elles opèrent. Les rares études empiriques dont nous disposons pour des époques où les moyens de transport sont sensiblement plus rapides montrent que seule une infime minorité des artisans dépasse le rayon de 30 kilomètres67.

  • 68 Pendant les Trente Glorieuses la maçonnerie représentait un quart de l’ensemble du BTP soit, en 19 (...)
  • 69 Cette minuscule commune située dans un cadre bucolique compte en 1896 à peine 5 323 habitants, don (...)

39Cette relation étroite entre économie et territoire concerne tout particulièrement la gestion des ressources humaines ou, dans le cadre des PME qui n’ont pas de dirigeant du personnel, l’organisation et la gestion de la main d’œuvre de la part du « patron » de l’entreprise. Du recrutement des employés jusqu’à l’organisation des équipes qui travaillent dans les chantiers, l’entreprise est confrontée à des questions liées à sa localisation, à son espace économique d’implantation. C’est pourquoi, si la banlieue parisienne forme le cadre étendu de cette enquête, dans le contexte métropolitain de l’agglomération parisienne, la focale sera resserrée sur un secteur précis de la banlieue Est. En particulier, la recherche porte sur la totalité des entrepreneurs de maçonnerie installés dans la commune de Nogent-sur-Marne qui apparaissent dans les registres des patentes municipales, les listes nominatives des recensements de la population, et le Bottin Didot à partir de l’après-Première Guerre mondiale et jusqu’à la moitié des années 1970. Le choix de ce corps de métier, qui inclut les maçons, les plâtriers et les cimentiers (de fait tous les métiers de la construction des murs et parois d’une bâtisse), comme on l’a vu, s’est imposé par son poids économique et humain au sein du secteur. Historiquement, la maçonnerie représente en termes d’effectifs le corps le plus important du bâtiment68. Prendre en compte tous les corps de métiers de la branche aurait conduit à analyser des données trop fragmentaires au niveau du territoire circonscrit que l’on souhaite ici étudier en profondeur. Outre cet ensemble homogène géographiquement et professionnellement, cette recherche a pris en considération un groupe d’entrepreneurs maçons actifs à Le Perreux et Champigny-sur-Marne de 1911 à 1954, deux communes voisines qui font partie du même secteur géographique et administratif mais avec des caractéristiques socio-économiques très particulières, notamment en ce qui concerne la composition des flux d’immigration à Champigny, marqués à partir de l’après Seconde Guerre mondiale par l’arrivée massive de Portugais69. Les données nominatives, provenant de sources archivistiques et traitées aussi bien de manière agrégée que qualitative, ont été couplées avec des données qualitatives plus détaillées et subjectives issues d’une trentaine d’entretiens avec des hommes et des femmes, dont une vingtaine d’entrepreneurs, ayant travaillé dans le bâtiment dans l’est de la banlieue parisienne entre la fin des années 1930 et la fin des années 1990.

Carte 1 – Localisation contemporaine du terrain d’étude.

Un espace d’immigration

  • 70 Topalov, 1987 ; Fourcaut, 2000 ; Lescure, 1983.
  • 71 Couder, 1987 ; Blanc-Chaléard, 2000 ; Rainhorn, 2005.

40Puisque l’espace économique de la banlieue, et non pas le cœur de la métropole parisienne, s’est imposé assez rapidement comme terrain empirique de cette recherche, il est nécessaire, à ce stade, de mieux expliciter la double raison qui a guidé ce choix. En premier lieu, les recherches sur les promoteurs immobiliers et les lotissements banlieusards conduites par les sociologues et les historiens de la ville depuis une trentaine d’années ont mis en évidence l’importance du développement pavillonnaire dans la petite couronne parisienne et son lien avec l’implantation de la petite entreprise. Celle-ci a su non seulement garder son positionnement sur le marché pendant les années les plus difficiles de la crise de l’immobilier, de la fin du xixe à la Seconde Guerre mondiale, mais elle a pu aussi prospérer et profiter de phases intermittentes de reprise70. En outre, c’est toujours vers ce même espace que se sont dirigés des flux migratoires de plus en plus massifs à partir du dernier quart du xixe siècle, notamment d’Italiens, comme l’ont montré Laurent Couder et Marie-Claude Blanc-Chaléard. Plus particulièrement, les destinations des champs migratoires qui ont relié pendant un siècle plusieurs régions de l’Italie à la métropole parisienne se sont orientées principalement vers un éventail de communes situées principalement dans la zone orientale de la banlieue en expansion71. Grâce à ces études, nous savons que, dans l’entre-deux-guerres, une bonne partie de ces migrants de l’Est parisien s’est dirigée vers les métiers du bâtiment : fumisterie, peinture et, surtout, plâtrerie et maçonnerie. Mais de quelle manière ces arrivées massives ont-elles modifié le milieu banlieusard du bâtiment ?

41Répondre à cette question signifie prendre en compte à la fois l’évolution de la population des travailleurs de la maçonnerie et du gros œuvre du bâtiment et analyser, de manière plus qualitative, les parcours migratoires d’ouvriers non qualifiés puis entrepreneurs de l’industrie de la construction, dans quelques-unes des aires d’implantation privilégiées par les migrants. En mettant à profit les acquis de l’histoire des migrations il s’agit d’appréhender deux aspects interconnectés de ces transformations croisées : d’une part, le passage pour des travailleurs au départ non qualifiés à la maîtrise d’un métier et, d’autre part, le parcours vers l’indépendance. Si, pour la période qui nous intéresse, cet exercice s’avère impossible au niveau macro-historique, il est en revanche réalisable à une échelle intermédiaire suffisamment circonscrite pour pouvoir espérer aboutir, dans les limites des sources disponibles, à une cartographie « exhaustive » du tissu entrepreneurial existant.

  • 72 Schor, 1985.

42L’accès des travailleurs migrants à l’indépendance, d’abord épisodique, devient assez rapidement courant dans cette partie de la banlieue parisienne. Il constitue ainsi un angle d’observation privilégié pour mesurer l’ampleur que peuvent prendre des données certes bien perceptibles mais somme toute relativement circonscrites sur le plan national. Désagrégées à une échelle plus fine, ces données nous permettent de cerner le renouvellement in fieri, dans son développement concret, du tissu socio-économique du bâtiment de cet espace banlieusard, tel que les contemporains, intellectuellement engagés comme Abel Châtelain, ou plus idéologiquement positionnés comme les journalistes de la presse nationaliste, le percevaient avec acuité72.

À petits pas vers l’indépendance : points de vue d’enquêteurs

  • 73 Borie, 1924.
  • 74 Précis d’orientation professionnelle, Paris, Librairie de l’enseignement technique, publié sous le (...)

43Au lendemain de la Première Guerre mondiale, lorsque les entrepreneurs italiens du Bâtiment deviennent une présence assurée dans les statistiques nationales, les barrières d’entrée pour accéder au statut de petit patron ne semblent pas insurmontables. Selon Fernand Borie, dont on a déjà pu apprécier la précision des informations73, la voie maîtresse est celle du tâcheronnat, l’exécution de travaux « à forfait » pour le compte d’un entrepreneur principal. Il s’agit d’un itinéraire à la portée de beaucoup de compagnons : « La pratique du métier de maçon n’exige que des aptitudes ordinaires » comme l’explique un Précis de la profession de l’époque74. Certes, selon Fernand Borie, il faut disposer de conditions de santé optimales. L’aptitude physique est primordiale : avoir un système respiratoire solide, ne pas être cardiaque, ne pas souffrir de vertiges, être au moins de taille moyenne, avoir une bonne vision, une bonne audition, et n’être pas l’un des centaines de milliers de mutilés sortis meurtris de la Grande Guerre. Mais aucun autre talent ou compétence particuliers ne sont nécessaires. Il faut tout de même être capable d’acquérir, sur le tas, les compétences qui permettent de devenir compagnon et d’assumer le rôle de chef de chantier. Ensuite on peut facilement demander à être rémunéré à la tâche sans qu’il soit besoin d’énormes avances de capitaux, car les matériaux sont fournis par les architectes ou les entrepreneurs principaux, maîtres d’œuvre de l’immeuble en construction. Voici donc, présentée en quelques mots bien nets, une issue possible et facilement accessible pour bon nombre de compagnons.

  • 75 Selon Borie, depuis la guerre, surtout dans les zones de la reconstruction, certaines entreprises (...)

44L’apport des instruments du métier, éventuellement assortis de quelques équipements complémentaires comme des cordes, des poulies et des planches de bois pour la mise en place d’échafaudages rudimentaires, était néanmoins indispensable. À l’époque, les maçons possédaient toutefois encore des petits outils nécessaires à l’exercice de leur travail : truelles, pelles, auge, règle et équerre qu’ils laissaient avec leurs vêtements de travail dans une caisse fermée à clé sur le chantier. Selon Borie, ces outils appartiennent aux maçons « dans leur totalité… s’usent difficilement à la différence de ceux du tailleur de pierre », et coûtent 200 à 300 francs, à une époque où les compagnons étaient payés à Paris entre 3,5 francs et 4 francs de l’heure75.

  • 76 Un ouvrier expérimenté, explique Borie, « pour peu qu’il sache lire un plan de construction avec d (...)

45Il était somme toute facile de basculer vers le travail à forfait, pour ceux qui possédaient les quelques centaines de francs nécessaires à l’achat du matériel indispensable pour le démarrage, et les savoirs de base de l’instruction primaire : lire, écrire et compter76.

  • 77 Leroy-Beaulieu, 1896, t. II, p. 494, al. 9 (Gallica). Pour une vision semblable de la part d’un ho (...)
  • 78 Borie, 1924 mentionne la couverture des grands chantiers et le système complexe de poulies qu’on y (...)
  • 79 Dolivet-Petit, 1940.

46Selon les économistes libéraux de la fin du siècle « le régime des sous-contrats – comme le résume Paul Leroy-Beaulieu – a singulièrement contribué à l’essor des hommes les plus capables de la classe ouvrière »77. Après quelques années passées comme simples ouvriers, devenir tâcherons représente à leurs yeux une étape intermédiaire permettant d’accumuler le capital nécessaire afin d’acheter les matériaux pour démarrer une activité entrepreneuriale à une époque où la mécanisation, même celle des rudimentaires ancêtres des bétonneuses, est quasiment inexistante78. Les notions plus complètes sur le dessin, la géométrie plane et la géométrie descriptive, la chimie, la physique, qui selon certains auteurs devraient être le bagage du tâcheron expérimenté, ne sont en effet pas nécessaires pour demander son inscription au registre du commerce et encore moins pour être enrôlé dans les registres des patentes. Démontrer qu’on possède un fonds de commerce, c’est-à-dire les outils et matériaux de base pour l’exercice du métier et payer un loyer pour le siège de l’activité, y suffit largement79.

  • 80 Cf. pour la France Guichard et Noiriel, 1997.
  • 81 Zalc, 2010, p. 208-209.
  • 82 Zalc, 1998, p. 99-118. Claire Zalc a montré que des préoccupations d’identification des activités (...)

47Pendant une quinzaine d’années après la Première Guerre mondiale, et certainement à l’époque où Borie écrit, ce passage administratif reste assez anodin, même pour les étrangers. Plus tard, pour la vague de nouveaux migrants qui, depuis la fermeture des frontières nord-américaines à partir de 1921, s’oriente massivement vers la France, les choses changent et pas seulement pour une question de maîtrise de la langue et des rouages bureaucratiques de l’administration française80. Du xixe au xxe siècle, la taxe professionnelle loge tout le monde à la même enseigne, les natifs de la commune, de la Seine comme les migrants provinciaux et étrangers. En revanche ce n’est plus le cas, à partir du milieu des années 1930, en ce qui concerne l’inscription au registre de commerce. La forte mobilisation xénophobe qui, en défense du travail national, avait abouti à la loi de 1932 instaurant des quotas d’étrangers modulables selon les branches et les différents départements, s’organise au sein des organismes syndicaux et professionnels et trouve, dès 1934, des interlocuteurs convaincus, très actifs également parmi les représentants consulaires et syndicaux des professions indépendantes. Cette mobilisation s’accentue ultérieurement avant et après le passage du Front populaire81. La situation se complique sérieusement pour les travailleurs indépendants non nationaux du bâtiment à partir du décret-loi du 8 août 1935. Pour exercer une profession artisanale, les étrangers doivent demander une carte d’identité spécifique et les chambres des métiers peuvent introduire des limitations sur la base du critère de la nationalité. Avec le décret-loi du 12 novembre 1938, qui rend la carte de commerçant étranger indispensable pour l’inscription au registre de commerce, en l’étendant à tous les indépendants, les possibilités pour les étrangers se réduisent. Du point de vue institutionnel, à partir de cette période (mais pas spécialement avant la deuxième moitié des années 1930), les contraintes augmentent pour les indépendants étrangers, et ce de manière particulièrement sensible par rapport aux indépendants nationaux82. Reste à voir si cela a eu des effets concrets sur leur présence dans le milieu professionnel... si toutefois ils disposaient des ressources, sociales, langagières, économiques et, bien entendu, techniques nécessaires pour se mettre à leur compte et satisfaire leur clientèle. Nous allons étudier ces conditions dans le prochain chapitre, mais observons au préalable comment se configure l’univers de l’entrepreneuriat et de l’immigration au tournant du xxe siècle.

Mobilité géographique, mobilité professionnelle

  • 83 Bousquet, 1909, p. 70-74 (architecte de formation, son livre sur l’art de la maçonnerie a été rééd (...)

48Les manuels d’architecture et d’ingénierie, régulièrement réédités depuis la fin du xixe siècle, s’accordent avec les remarques des professionnels et des observateurs sociaux fréquentant les chantiers parisiens dans la première moitié du siècle83 : avant d’avoir acquis la maturité pour gérer une équipe comme maître maçon, il faut une durée minimale d’expérience dans l’exercice du métier comme compagnon. Pour parvenir à ce niveau, entre trois et cinq ans de travail préalable comme aide-maçon sont nécessaires. Dans les années 1960, dans le précis du Comité central de coordination de l’apprentissage du BTP, on qualifiait le maçon et on le nommait encore « compagnon » sur la base de la réalisation selon « les règles de l’art » de l’ensemble des tâches associées au métier. À l’époque elles comprenaient l’érection d’un mur en briques, la fabrication de parties de l’ouvrage en béton, et la mise en place des enduits et des revêtements des murs bâtis.

  • 84 Comité central de coordination de l’apprentissage du BTP, des métiers du bâtiment et des travaux p (...)

« Le maçons est l’ouvrier qualifié qui exécute la partie du gros œuvre du bâtiment appelée maçonnerie, c’est-à-dire la construction, généralement en pierre ou en briques réunies par de matériels de liaison. Il effectue aussi les enduits de revêtement. On appelle compagnon l’ouvrier qui est capable d’effectuer les travaux de maçonnerie et de béton armé. Le chef de chantier est celui qui commande un nombre important de chefs d’équipes, compagnons et manœuvres, réalise les ouvrages conformément aux plans qui lui sont fournis par l’architecte et le bureau d’étude de l’entreprise84. »

  • 85 Et ce d’autant plus si l’on songe au fait que, au début du siècle et même dans les années 1950 et (...)

49Comme à l’époque où la corporation des maçons réglaient l’accès à la profession, on devine toute la portée de l’écart entre les étapes classiques de la formation au métier, d’abord entre l’apprenti non qualifié et le compagnon, puis entre le compagnon et le maître maçon85.

  • 86 Cribier et Rhein, 1980 et Omnès, 1997.
  • 87 Levêque, 1983.
  • 88 Martini, 2006.
  • 89 « Il ne suffit pas, pour être imposable, d’exercer une profession et de résider en France ; il fau (...)

50Pour le passé ancien et plus récent, toute la difficulté consiste à établir comment et pour combien d’individus ce processus a été possible, dans un territoire donné. Faute de sources permettant de suivre les carrières professionnelles des cohortes de jeunes travailleurs au niveau régional pour la fin du xixe et le début du xxe siècle, comme c’est le cas en utilisant les dossiers de retraite pour des périodes contemporaines86, il faut se tourner vers des documents permettant de recueillir des données plus fragmentaires mais suffisantes pour dresser un portrait de groupe de ces travailleurs. À côté des sources qualitatives illustrant des parcours individuels de qualification dans toute leur richesse, les listes nominatives des recensements et les registres des patentes, de manière systématique pour Nogent depuis 1919, nous permettent d’approcher de manière agrégée les travailleurs de la maçonnerie dans leurs parcours d’insertion dans la population des maçons nogentais et ensuite d’entrée dans le tâcheronnat, même si c’est dans un espace circonscrit. Les limites de ces deux sources, complexité de l’assiette de contribution d’une part et auto-déclaration de l’autre, n’empêchent pas qu’on puisse brasser très large dans le milieu du travail indépendant et répertorier un vaste éventail de travailleurs autonomes ; et ce d’autant plus qu’elles enregistrent des différences entre les contribuables par le montant de la contribution, ainsi qu’un certain nombre d’informations concernant la sphère privée lorsque le travailleur habite dans la même commune où il acquitte la taxe professionnelle sur son activité. On verra que c’est le cas pour une bonne partie de ces travailleurs87. De plus, à l’exception des grands groupes, pour la grande majorité des entreprises du bâtiment, dépôts, hangars et chantiers, qui contribuent de manière significative à définir le montant de la contribution, ne sont pas éloignés du siège. Ceci est le cas y compris dans l’après-guerre, lorsque les moyens de locomotion permettraient, en principe, d’élargir le rayon d’activité des entreprises, mais, de fait, seulement de manière ponctuelle pour les petites et moyennes entreprises, selon les témoignages des entrepreneurs88. Pour l’étude de l’artisanat et de la boutique, ces sources éminemment « territoriales », en ce sens qu’elles témoignent de la présence des acteurs à un moment précis dans un territoire municipal donné, constituent des repères précieux pour saisir la durée de vie et une estimation de l’activité d’entreprises actives dans un espace économique donné. Dans les traités administratifs et juridiques, la patente est notamment définie comme un impôt personnel et territorial : si l’un des associés d’une activité se borne à donner les fonds nécessaires à l’exploitation, ce n’est pas lui qui est soumis à l’imposition, mais uniquement celui qui exerce une activité localisée89.

51En parcourant les pages des registres administratifs de la proche banlieue orientale, on voit défiler plusieurs noms aux consonances transalpines mais de manière somme toute assez épisodique par rapport à la grande masse des grands et petits patrons portant des patronymes aux accents nationaux, qui constituent la grande majorité des petits producteurs et commerçants français. En revanche, si l’on change de perspective en se focalisant sur tous les étrangers – nés étrangers à l’étranger ou nés en France mais de nationalité étrangère – le nombre des indépendants transalpins devient plus significatif. De toute évidence, des étapes d’apprentissage décrites comme simples et faciles d’accès sont, certes, à la portée de tout jeune travailleur inexpérimenté, mais de manière sans doute moins systématique et escomptée lorsqu’on s’approche des parcours des hommes en chair et os. Les chemins de la qualification et de l’indépendance sont sélectifs et les Transalpins semblent sortir du lot.

Migrant et non qualifié : portrait du montagnard émilien en banlieue

  • 90 La commune du Perreux, ancien territoire nogentais situé au nord de la ligne ferroviaire reliant P (...)

52Au tournant du xxe siècle, Nogent est une petite ville de 10 586 habitants bordant la Marne. La partie orientale de son territoire a été détachée en 1887 pour former une nouvelle commune : Le Perreux90. Les entrepreneurs de travaux publics et de maçonnerie sont une petite poignée auxquels s’ajoutent autant de « patrons maçons », tâcherons isolés ou employant quelques ouvriers, et osant se déclarer tels aux agents municipaux chargés du recensement.

  • 91 Recensement 1896, vol. 4, p. 403. Les femmes étaient 103 au total.

53Les premiers entrepreneurs maçons nés à l’étranger sont recensés comme tels à Nogent-sur-Marne, Le Perreux et à Champigny au tout début du siècle. Certes, la plupart des quelques entrepreneurs du gros œuvre et de la maçonnerie recensés sont français. C’est le cas au Perreux, où les 5 entrepreneurs en maçonnerie et travaux publics recensés en 1911 sont tous nés en France et de nationalité française ; mais à Champigny un « entrepreneur maçon », Joseph Pareti, est italien, et à Nogent en 1901 les trois étrangers se déclarant « entrepreneurs maçons » sont italiens. Le pionnier de ce minuscule groupe d’entrepreneur de maçonnerie, enregistré en 1891 à Nogent, s’appelait Jean Maloberti et était né à Ferrières dans la province de Plaisance. Pionnier, il l’était à plus d’un égard. À cette époque, dans la Seine-banlieue les travailleurs indépendants étrangers de sexe masculin, tous secteurs industriels confondus, étaient à peine 403. En France, ils étaient 3 55091. Ces pionniers sont la plupart des parvenus du point de vue professionnel. Aucune trace d’une expérience de Jean Maloberti dans le bâtiment ne subsiste dans les sources de Ferriere et Plaisance. Il est enregistré tantôt comme cultivateur, tantôt comme scieur de long.

  • 92 Blanc-Chaléard, 2000. Sur les incertitudes identitaires des migrants italiens à la fin du xixe siè (...)

54À l’instar des régions transfrontalières du Sud-Est et d’autres communes de la banlieue parisienne, les premiers Transalpins dont on trouve la trace à Nogent sont arrivés pendant les années 1860, dépourvus de qualifications professionnelles attestées par les sources administratives, avant qu’ils ne deviennent avec l’unification des Italiens de nom et dans la réalité administrative92. Il a donc fallu quelques dizaines d’années pour que, dans cet espace banlieusard relativement peu urbanisé et industrialisé, émergent quelques figures d’entrepreneurs étrangers issus du milieu ouvrier et intégrant le petit peloton des indépendants locaux et provinciaux. Malgré le fait que, depuis 1896, même les patrons maçons, les tâcherons, y compris les « isolés » travaillant seuls mais à leur compte, sont recensés, le groupe des indépendants se borne en fait à une poignée d’individus, moins d’une dizaine, se déclarant comme tels. Un changement de taille intervient cependant à la fin du xixe siècle. Entre 1872, année où le groupe, désormais assez nourri, des Italiens de Nogent justifie la rédaction à part d’un « état des Italiens », et la fin du siècle, période où leur déclaration de résidence est rendue obligatoire, les profils professionnels déclarés ont évolué de manière considérable. La relative stabilité des mentions professionnelles entre ces deux dates rend la comparaison instructive.

  • 93 ACN, Etats de Italiens, 19 juillet 1872, sur la topographie de l'implantation italienne cf. Blanc- (...)
  • 94 Cf. Département de la Seine, Nogent-sur-Marne, 1906b. Dans cette monographie sont indiquées seulem (...)

55Rédigée en 1872, la toute première liste des Italiens de Nogent nous offre de précieux renseignements tout d’abord sur leur résidence, concentrée dans les quartiers du centre-ville, et ensuite sur leur provenance, extrêmement homogène : parmi les 117 individus enregistrés, ceux de la province de Plaisance sont majoritaires, et tout particulièrement ceux de la commune montagnarde de Ferriere dans la vallée du Nure, d’où sont partis 47 migrants (42 hommes et 5 femmes). À l’époque, Nogent dépasse à peine les 6 000 habitants et les annuaires départementaux ne cessent de vanter ses charmes champêtres93. Ses guinguettes en bord de Marne sont une destination privilégiée des sorties dominicales des citadins, grâce aux progrès des transports ferroviaires. Ouverte le 22 septembre 1859, la ligne entre la Gare de Bastille et Nogent permettait aux Parisiens de découvrir la campagne à moins d’une demi-heure de chez eux et à un prix modique94. Les îles des Loups et de Beauté à Nogent ont été prises d’assaut, et ce surtout à partir de 1871-1872, quand la compagnie des Chemins de Fer de l’Est décida de vendre les emprises inutilisées de la ligne de la Bastille.

56Bientôt cette ligne déclenche également d’autres dynamiques, notamment dans la construction immobilière. Des 42 hommes provenant de Ferriere, sept se déclarent maçons, trois journaliers, trois employés comme ouvriers à la ‘ fabrique’ de bleu (l’entreprise chimique produisant le bleu d’éthylène, la plus importante usine de la commune) et 29 comme garçons maçons. Les premières traces de l’immigration italienne dans le secteur dessinent d’emblée un terrain professionnel privilégié, mais ce qui importe le plus, de notre point de vue, est le manque évident de spécialisation de la plupart des immigrés provenant de la vallée du Nure, d’autant qu’un bon tiers des garçons maçons ont plus de 30 ans. En d’autres termes, ils se situent dans des classes d’âge assez avancées pour des professions exigeantes du point de vue physique, telles celles du gros œuvre. En 1881, les maçons recensés dans la liste nominative de Nogent sont moins de 200. Nous n’avons malheureusement pas d’information sur leurs lieux de naissance, mais seulement sur leur nationalité. Si nous ne pouvons rien inférer de cette liste sur les migrations internes, nous pouvons en revanche affirmer que les Italiens représentent déjà une minorité plus que significative, avec un quart des travailleurs nogentais de la maçonnerie.

De manœuvres à compagnons : la mobilité géographique et professionnelle à travers les déclarations de résidence

  • 95 ACN, État nominatif et par nationalité des étrangers qui ont satisfait à la formalité de la déclar (...)
  • 96 Noiriel, 1988, p. 88.

57Une quinzaine d’années plus tard, dans les listes des déclarations de résidence des étrangers dressées selon les dispositions des décrets de 1888 et 1893, on retrouve six des montagnards de Ferriere déjà présents en 1872. Cette fois, ils sont tous enregistrés comme maçons ; un seul est resté manœuvre95. Mais au-delà des quelques rescapés du brassage migratoire de la fin du siècle ayant acquis le statut de compagnon, il est intéressant d’observer la composition de la population enregistrée dans la nouvelle liste. Des 267 Italiens (dont 242 hommes) qui déclarent leur résidence à la mairie de Nogent entre 1888 et 1893, une large part (106, 100 hommes et 6 femmes) sont des montagnards nés dans la commune de Ferriere. Or, 71 des 100 hommes nés à Ferriere sont enregistrés comme maçons, 15 comme journaliers, et seulement cinq comme garçons maçons (neuf exercent des professions diverses). On sait que ceux qui ont décidé de se déclarer avaient de solides raisons professionnelles pour le faire, d’où peut-être la sous-représentation des garçons maçons96. Cependant, le pourcentage massif des travailleurs qualifiés nés à Ferriere garde tout son relief si l’on compare l’échantillon des natifs de Ferriere avec le reste des Italiens enregistrés. Chez ces derniers, la palette des métiers est nettement plus variée : fumistes, menuisiers et ouvriers sont bien représentés. Mais surtout, le pourcentage de travailleurs non spécialisés, journaliers et garçons maçons, est beaucoup plus important chez le reste des Italiens : respectivement 24 % et 13 % de l’échantillon. Rapidement se dessine une spécialisation qui distingue les montagnards du Val Nure au sein des immigrés de la péninsule italienne dans ce secteur banlieusard.

  • 97 Schirmacher, 1908.
  • 98 Sur le rôle des « institutions migratoires », cf. Goss et Lindquist, 1995. Pour quelques réflexion (...)
  • 99 Entretien avec les frères Villa, Ferriere, 25 septembre 1999. Sur les itinéraires des travailleurs (...)
  • 100 L’étude de Goss et Linquist, 1995, insiste principalement sur le moment du passage, moins sur l’ac (...)
  • 101 Voir le chapitre 5 pour une description plus détaillée de ces itinéraires.
  • 102 Département de la Seine, Nogent-sur-Marne, 1906b, p. 43.
  • 103 Ibid., p. 79-82.

58La spécialisation ethnique, que des observateurs de l’époque, tels Schirmacher, cherchaient à définir en utilisant une grille des nationalités essentialisées, était en réalité le fruit de diversités beaucoup plus subtiles97. Parmi les Italiens, pour certains les parcours de la qualification semblent plus aisés. Qu’elles soient plus ou moins institutionnalisées, les filières migratoires jouent sans doute un rôle d’interface structurant entre migrants et marché du travail98. Les nombreuses études sur les chaînes migratoires sont plus silencieuses sur cet effet de levier, sur l’accélération dans le processus d’insertion professionnelle qu’elles permettent. Certes, il s’agit d’un appui à double tranchant, car il va de pair avec des formes d’exploitation de différente nature : travail sous-payé, prestations en nature surpayées par les nouveaux arrivés, voire services rendus à titre gracieux en échange d’assistance ; mais il débouche le plus souvent sur l’acquisition d’une qualification. Les parcours professionnels des derniers ouvriers immigrés en région parisienne dans les années 1950 et 1960 et provenant des montagnes de Plaisance renvoient systématiquement à des schémas de ce type en nous aidant à comprendre les itinéraires de leurs aînés. Vers le milieu des années 1950, pour les frères Villa de Brugneto, un village de la haute vallée du Nure, la filière encore active avec Nogent-sur-Marne représente la seule issue pour parvenir à un emploi salarié urbain. Comme bien des migrants montagnards de l’époque, ces travailleurs sont dépourvus de réseaux de recrutement dans les industries, pourtant en pleine expansion, des mêmes régions de l’Italie septentrionale vers lesquelles ils se portaient régulièrement en hiver et au printemps. Prisonniers des circuits saisonniers de l’économie agroforestière, ils étaient réembauchés chaque année pour le sciage du bois ou la transplantation, le sarclage et la moisson du riz au Piémont, mais demeuraient exclus des emplois industriels plus rémunérateurs99. Trente-cinq ans plus tard, avec l’installation en banlieue parisienne du premier des trois frères, ils seront tous ouvriers marbriers dans le second œuvre du bâtiment et propriétaires en indivision à la fois de champs ou de bois dans le village d’origine et d’un appartement en région parisienne. En agissant non seulement comme passeurs mais aussi comme placeurs, les intermédiaires alimentant les filières migratoires assurent l’intégration à des équipes culturellement homogènes, rendant l’acquisition des qualifications plus facile, même dans un environnement peu familier pour les migrants100. On reviendra sur ces mécanismes plus loin. Il importe ici de souligner, en revanche, qu’une fois que la génération des primo-arrivants a mûri professionnellement, pour les générations migratoires suivantes, l’apprentissage se fait plus rapidement car le métier pourra être transmis par des compagnons parlant la même langue. Une vingtaine d’années à peine après le premier relevé systématique des Italiens, la grande majorité des montagnards de la haute vallée du Nure, au-delà des parcours particuliers et des différents itinéraires de leur apprentissage, déclarent un métier demandant une maîtrise de compétences que d’autres Italiens ne sont pas en mesure de déclarer. De plus, en 1888 et 1893 quinze de ceux qui sont enregistrés comme maçons ont moins de 25 ans. Il s’agit de jeunes arrivés de Ferriere à Nogent sans étapes intermédiaires, quelques années à peine avant l’obligation de la déclaration de résidence, et qui sont donc passés très rapidement de la position de manœuvres à celle d’ouvriers qualifiés. Les six parcours que nous avons pu reconstituer101 et la comparaison des structures par âges de ces deux listes nous laissent entrevoir une circulation intense d’hommes et bientôt de femmes, ces dernières présentes par ailleurs dès les tout débuts. Les possibilités de placement de la filière migratoire désormais en place entre Ferriere et Nogent permettent aux migrants de fonder une famille, ou de faire venir leurs épouses des montagnes en ville, où elles seront employées comme plumassières, blanchisseuses ou femmes de ménage. Ces mouvements, auxquels s’ajoutent ceux des provinciaux et des citadins quittant la grande ville pour s’installer dans ses alentours, font augmenter la population de Nogent de 40 % entre 1891 et 1906 (de 8 399 elle passera à 11 721 habitants)102. Avec quatre lignes de tramways en provenance de Paris ouvertes entre 1877 et 1902 et la proximité de deux gares, respectivement celle de la ligne Paris Bastille à Vincennes et celle du chemin de fer de l’Est au Perreux, Nogent était l’une des communes les mieux desservies de la banlieue Est103.

  • 104 Blanc-Chaléard, 2000, p. 159-169.
  • 105 Faure et Lévy-Vroelant, 2007, p. 74-101.

59Cette vague de maçons provenant d’Italie du Nord répond à une demande de main-d’œuvre rendue pressante par la construction de nouveaux logements, et va se mélanger avec une population déjà employée dans les métiers du bâtiment et composée en 1901 pour un tiers de Nogentais, dans une moindre mesure d’anciens habitants des communes limitrophes, au premier chef Paris, ou bien, et en plus grand nombre, d’arrivants provenant de régions plus lointaines. En ce début de siècle, les listes nominatives des recensements enregistrent d’une part une remarquable croissance du milieu des maçons nogentais qui se développe considérablement en quelques dizaines d’années (Tab. 5) et, d’autre part, sur le plan démographique, une augmentation sensible de la population active née en province, et de celle née en Italie ou de nationalité italienne, la population étrangère de loin la plus importante104. Ces phénomènes finissent rapidement par se superposer. Ces filières migratoires, qui ont amené une multitude de jeunes maçons à s’installer dans les garnis qui commencent à se répandre dans les centres-ville des petites communes de la banlieue, ont bouleversé le marché du travail local105.

Tab. 5. Les maçons et leurs familles à Nogent-sur-Marne, 1901-1931

Année

1901

1911

1921

1931

Maçons

252

272

257

470

Population des familles de maçons

721

856

652

1043

Ménages

211

242

231

431

Ménages étendus

36

38

31

32

Isolés

44

29

61

172

ACN, Listes nominatives des recensements de la population, 1901-1931.

Marché du travail local, entrepreneuriat et migrations : Limousins, Italiens, banlieusards

  • 106 Voir, pour ceux-ci et d’autres exemples, Faure, 1991, p. 15-69 et 73-119.

60De fait, il vaudrait mieux parler de façonnement plutôt que de bouleversement car le marché du travail local du bâtiment s’est construit en même temps que s’est développée la population migrante. Au regard des données enregistrées au niveau national, ce mouvement paraît précoce et spectaculaire dans certaines communes comme Nogent, moins touchées par cette tendance à la différenciation des provenances au xixe siècle que d’autres communes à forte vocation industrielle de la banlieue Nord, comme Bobigny, mais aussi de la proche banlieue Est, comme Ivry106.

  • 107 Journaliers, terrassiers et manœuvres n’ont pas été pris en compte à cause de l’hétérogénéité de l (...)

61Il est ainsi frappant de constater qu’en 1901, l’univers de la maçonnerie est déjà largement investi par les Italiens. En effet, à cette date lorsqu’on regarde la composition des maçons de Nogent dans les listes des recensements, les étrangers qui se déclarent maçons sont aussi nombreux que les Français107. Plus de la moitié des 216 maçons et cimentiers recensés sont de nationalité italienne et, comme on l’a vu, même parmi les quelques entrepreneurs maçons présents, les Italiens sont déjà bien installés.

Carte 2 – Aires d’origine et d’installation des entrepreneurs.

62Quelques années plus tard, déjà en 1911 mais plus encore en 1921 et 1931, la présence des Italiens devient imposante (Tab. 5). Du point de vue quantitatif, ils ne sont plus une minorité : dès 1911, sur 259 maçons et cimentiers, une écrasante majorité est italienne (184 travailleurs, soit 67 % des maçons). Contrairement aux recensements précédents, ce dénombrement nous permet également de préciser certaines caractéristiques de ce groupe car nous disposons d’informations sur le lieu de naissance des habitants de la ville. Deux phénomènes apparaissent. D’une part, parmi les Italiens, les plus nombreux sont les montagnards de la province de Plaisance, équitablement répartis entre ressortissants de Bettola et de Ferriere, dans la haute vallée du Nure. D’autre part, la présence relativement faible de Français provinciaux : la moitié des 84 Français recensés est née dans le département de la Seine et l’autre moitié vient de la province. Seulement une petite quinzaine de travailleurs sont nés dans le Limousin, dans les départements de la Creuse, Corrèze et Haute-Vienne. En revanche, et avec un écart tout à fait significatif, les lieux d’origine des dix entrepreneurs et cinq patrons maçons sont équitablement répartis entre Italiens, Limousins, et entrepreneurs nés dans la Seine. Fidèles à leur renommée, les Limousins s’imposent parmi l’élite de la profession et ils se distinguent également par la relative spécialisation de leurs mentions professionnelles : Aristide Sauvanet est spécialisé dans les travaux en ciment et Pierre Aussudre est un entrepreneur de bâtiment qui se spécialise bientôt aussi dans les travaux publics. Les Nogentais le sont moins : Georges Misgault et Edouard Rameau, qui sont les plus importants employeurs nogentais de la maçonnerie selon les recensements de l’entre-deux-guerres, sont tous les deux liés par des alliances matrimoniales et issus de familles de propriétaires locaux.

  • 108 Dans le sens où on peut l’emplyer dans Porter, 1992.

63Si d’autres régions françaises fournissent autant d’ouvriers maçons que le Limousin, le rôle significatif joué par cette région dans le monde de la maçonnerie nogentaise est représenté par la qualification de ses migrants. Aucun n’est manœuvre, aide ou garçon-maçon. De manière plus significative encore, les rares cimentiers (ouvriers, tâcherons et entrepreneurs) sont pratiquement tous des Creusois. Dans ce segment du marché ils semblent même détenir une sorte de monopole, ils en ont fait une véritable niche108. De leur côté, les Italiens s’imposent désormais dans toutes les couches de la profession, mais avec une différence de taille : dominants parmi les ouvriers, ils restent une minorité parmi les petits patrons. Leur présence est certes tout à fait significative, mais ils doivent partager le sommet de la profession avec provinciaux et natifs de la Seine.

64Des étrangers d’origine se déclarant qualifiés, une présence importante dans le milieu, l’émergence de figures d’indépendants qui ont pu accumuler les compétences pour accéder au statut d’indépendants : voici dessiné un profil d’intégration économique typique de la sociologie américaine de l’ethnic business. En ce début de siècle, pour certains de ces Italiens, en l’occurrence ceux provenant du Val Nure émilien, les opportunités semblent suffisantes pour leur ouvrir des perspectives d’autonomie professionnelle.

  • 109 Département de la Seine, 1905, p. 8. Lieu « paisible » dont on vante les charmes des abords de la (...)
  • 110 Ibid., p. 56-57.

65Si l’on compare ce tableau avec les données qui se dégagent des listes nominatives de Champigny, un territoire proche, on voit de manière encore plus évidente l’impact que ces hommes peuvent avoir eu sur cet espace économique venant tout juste d’être équipé des infrastructures qui allaient en dicter la rapide expansion. Champigny fut desservie plus tardivement que les communes voisines. La ligne exploitée par la Compagnie de l’Est parisien partait du centre de Paris, bifurquait à Joinville et se dirigeait ensuite vers Saint-Maur et Champigny pour un trajet d’environ 40 minutes : le tronçon de la Porte de Vincennes jusqu’à Joinville fut ouvert en 1899 et en 1903 fut achevé le tronçon allant de Champigny jusqu’à la porte de Vincennes. Une deuxième ligne, partant de la porte de Vincennes, fut ouverte seulement un an plus tôt, en 1902. Pour que cette ligne devienne une réalité, il fallut attendre la réalisation du pont sur la Marne reliant Champigny à Nogent. Commencé en 1894, il fut inauguré cinq ans plus tard, en 1899. À partir de ce moment-là, la population de Champigny passe de 6 655 habitants en 1901 à 10 408 habitants en 1911 (Tab. 1, chap. 4). Elle a presque doublé en 10 ans. Pourtant, avant la Première Guerre mondiale, Champigny reste malgré tout une des communes les plus campagnardes du département de la Seine. Bien éloignée du centre parisien, elle était connue principalement pour ses bords de Marne et ses « îles ombreuses »109. Située dans une boucle du fleuve, à une distance de 16 kilomètres de Notre-Dame de Paris, son centre et ses hameaux, Plant sur le plateau et Coeuilly à l’Est, étaient entourés de jardins potagers, de champs et de bois. En 1896, précisément à ce moment décisif de la transformation urbaine de ce secteur de la banlieue, une société de secours mutuel destinée uniquement aux travailleurs du bâtiment fut fondée110. D’après les bilans de 1905, cette société comptait 32 membres participants et 23 membres honoraires, premier indice d’une présence en passe de s’affirmer. Pour y adhérer, il suffisait de pouvoir attester un semestre de résidence à Champigny (ce qui laisse entrevoir la mobilité des adhérents potentiels) et de participer à l’activité d’un des corps de métier du bâtiment. À cette époque, si l’on se borne à la maçonnerie, la partie la plus consistante de ce monde professionnel, le recensement de 1911 enregistre seulement 163 maçons et cimentiers, auxquels s’ajoutaient douze patrons maçons et deux patrons cimentiers, un entrepreneur de travaux publics et cinq entrepreneurs maçons. Si on fait la comparaison avec Nogent, la maçonnerie constitue donc un domaine d’activité très limité à Champigny. En fait, les entrepreneurs maçons ne sont que quatre, car deux d’entre eux sont un père et son fils, issus d’une famille de propriétaires, les Bessault. À côté de cette petite poignée d’entrepreneurs, on compte un nombre élevé de tâcherons, en majorité issus du Limousin, et plus particulièrement de la Haute-Vienne et de la Creuse : 7 sur 13 sont Limousins dont, comme à Nogent, les deux patrons cimentiers, une spécialisation décidément creusoise dans ce coin de la banlieue. Parmi les autres tâcherons, cinq sont nés à Champigny, un en Seine-et-Oise et l’autre en Seine-et-Marne.

66À la veille de la guerre, le petit entrepreneuriat campinois est avant tout limousin, et ce beaucoup plus que dans les communes voisines de Nogent et Le Perreux. Aussi est-il étonnant de constater la diversité des implantations dans ces trois communes limitrophes. Dans la toute nouvelle commune du Perreux, tous les entrepreneurs maçons viennent de l’extérieur, de Paris ou de province, mais seulement un des cinq entrepreneurs de la construction est né dans la Creuse. Même chose à l’échelle des petits indépendants : sur 28 tâcherons recensés (« patrons maçons ») très peu, à peine deux, sont locaux, un est Limousin et trois seulement sont étrangers (toujours des Italiens du Nord). Les autres, exactement comme l’écrasante majorité des 121 maçons recensés, sont des provinciaux provenant du nord et de l’ouest de la France et surtout, pour presque la moitié, du Bassin parisien, notamment de la Seine-et-Marne et de la Seine-et-Oise. La migration de moyenne distance en provenance de l’Est l’emporte sur tout autre type de mobilité dans cette nouvelle ville, sans doute marquée par l’arrivée de la ligne des chemins de fer de l’Est.

67La diversité de la composition de la population ouvrière de ces trois communes limitrophes et frappante et inattendue. Contrairement à Nogent et au Perreux, à Champigny la présence de migrants limousins est majoritaire également parmi les ouvriers : 44 proviennent des départements de la Creuse, de la Corrèze et de la Haute-Vienne. Aussi nombreux que les maçons de la Seine, surtout campinois, ils dépassent largement les migrants du bassin parisien (Seine-et-Marne et Seine-et-Oise) et les Italiens, lesquels sont ici tout juste une vingtaine. Tout se passe comme si le potentiel de cet espace en plein essor urbain avait fait converger principalement des flux de migrants provinciaux et plus particulièrement encore limousins d’origines différentes. Certains d’entre eux sont venus de Paris, comme Eugène Pinot, dont les enfants sont nés dans des quartiers d’implantation parisienne des Creusois, les 3e et 13e arrondissements. Dans d’autres cas ils semblent migrer directement de la Vienne comme Pierre Ducoux, de Château-Prissac, dont la fille est née à Bessines. Il s’agit sans doute d’un cas de migration alternante qui se stabilise en banlieue.

68Un de ces tâcherons, Michel Taravella, né à Paris en 1887 mais de nationalité italienne fait figure d’exception. Né visiblement au sein d’une famille de migrants, avec lesquels il cohabite à Champigny au 2 avenue Juliette, il est le fils d’Auguste Taravella, dont les deux autres enfants sont nés à Paris, et qui non seulement est de nationalité italienne, mais également est né à Ferriere dans la vallée du Nure. Michel Taravella n’est pas le seul petit patron italien à Champigny. De façon plutôt inattendue étant donné le faible nombre d’Italiens parmi les maçons, un des quatre entrepreneurs maçons de la commune est encore un Italien : Joseph Pareti, né en 1875, de nouveau à Ferriere, et habitant Boulevard de Nogent, sur l’axe reliant les deux villes, avec son épouse et sa mère, toutes les deux issues de la région de Plaisance ; le couple a trois enfants, deux sont nés à Paris alors que le dernier est né un an plus tôt à Champigny. L’installation de Pareti à Champigny comme entrepreneur est, de toute évidence, l’aboutissement d’un itinéraire migratoire ancien et complexe, qui a comporté plusieurs étapes dans la région parisienne.

69Si on fait la comparaison avec Nogent, avec seulement dix-huit Italiens parmi les ouvriers maçons installés à Champigny, le rapport entre Italiens et Limousins est inversé. Les « Italiens » de Nogent essaiment, traversent le pont avec leurs hangars et jouent un rôle de pointe dans l’entrepreneuriat dans un contexte de faible présence dans le marché du travail local de maçons d’origine italienne. Fait surprenant, les immigrations limousine et italienne ont à Champigny toutes les caractéristiques d’un phénomène récent et concomitant. Alors que d’habitude la dernière est considérée une migration de substitution, dans cet espace banlieusard relativement vierge, migrations italienne et limousine sont concurrentielles et semblent investir simultanément le monde de la maçonnerie.

  • 111 Farcy et Faure, 2003.

70Dans ce contexte, les montagnards du Val Nure, Taravella et Pareti, se distinguent tout particulièrement. Ces deux jeunes entrepreneurs avec des attaches à Nogent, où résident plusieurs membres de leur famille, sont à la recherche d’une affirmation professionnelle dans la ville voisine, où la concurrence de leurs compatriotes est moindre. Ils ont immigré dans la banlieue depuis suffisamment de temps pour avoir accumulé les capitaux et l’expérience nécessaires pour se mettre à leur compte, comme en témoigne la naissance à Paris aussi bien des enfants de Joseph Pareti que d’Auguste Taravella. Désormais, ils sont prêts à franchir le pas et s’imposent à côté des entrepreneurs locaux ou limousins qui, comme eux, cherchent, tout à tirer profit du potentiel d’expansion urbaine de la banlieue. De ce point de vue, le cas de Champigny est particulièrement intéressant car il permet d’observer la sédentarisation banlieusarde de l’immigration limousine, beaucoup moins connue que la parisienne, en même temps que celle, de plus longue distance, des Italiens des Apennins émiliens. Les hypothèses qu’Alain Faure et Jean-Claude Farcy ont émises pour Paris à propos du maintien de la migration temporaire jusqu’à la Première Guerre mondiale et de la persistance de traits communautaires dans les comportements matrimoniaux et résidentiels des migrants limousins établis en ville, trouvent ici une confirmation hors les murs111. Visiblement l’installation est récente. Non seulement les femmes des migrants limousins sont d’origine creusoise ou haute-viennoise mais, dans plusieurs cas, les enfants sont nés en partie dans la Creuse et en partie à Champigny sans mention d’autres lieux intermédiaires. Pour femmes et enfants, on est ici en présence d’une migration directe, couronnant la sédentarisation d’une migration temporaire des hommes.

71Enfin, les Creusois sont beaucoup plus imperméables que les Campinois à la diversité de l’embauche dans leurs entreprises : en ce début du siècle ils privilégient un type de recrutement axé sur l’ethnicité. Tout comme les Italiens, ils préfèrent travailler avec des ouvriers provenant de leur région. Dans le recensement de 1911, les mentions des employeurs dont on dispose pour les ouvriers de la maçonnerie et de la plâtrerie, très précises pour Champigny et Nogent, font état d’une certaine homogénéité des origines des aides et des ouvriers employés par les entrepreneurs migrants, aussi bien à Champigny qu’à Nogent. Dans cet espace banlieusard, la mixité sur les chantiers deviendra une réalité quelques années plus tard, après la rupture de la Première Guerre mondiale.

Conclusion

72Au milieu du xixe siècle le territoire formé par les communes qui bordent la Marne à l’est du département de la Seine est relativement vide. Démographiquement et économiquement, cet espace se densifie et se diversifie à partir des années 1870. C’est à ce moment que se situe le point de départ d’un phénomène à la fois migratoire et industriel qui aboutira à la constitution d’un groupe stratifié d’entrepreneurs. Le noyau minuscule, puisant dans un vivier de quelques dizaines d’ouvriers, forme en quelques décennies un milieu qui se diversifie au lendemain de la Première Guerre mondiale grâce à l’arrivée croisée de flux migratoires provinciaux et internationaux. Un groupe d’indépendants s’y distingue, qui se stabilisera autour d’une trentaine d’individus pour le demi-siècle qui suit. Décomposé par origine, le monde de la maçonnerie à la veille de la guerre apparaît dans cet espace banlieusard caractérisé par des concentrations régionales de migrants provinciaux et internationaux. On remarque tout particulièrement l’entrée en scène précoce d’entrepreneurs émiliens et piémontais aussi bien dans des territoires économiques, comme à Nogent-sur-Marne, où les Transalpins façonnent rapidement le marché du travail local, que dans des espaces, comme à Champigny, où les ouvriers de l’Italie du Nord font figure de minorité face à un contingent de travailleurs limousins. Se démarquent ainsi les quelques entrepreneurs italiens qui, tout à fait minoritaires, s’installent en éclaireurs dans cette frontière de l’Est parisien au début du xxe siècle. Malgré tout, ces quelques cas exceptionnels ne changent pas la physionomie sociale de la maçonnerie de la banlieue Est : le sommet du métier est rigoureusement occupé par des entrepreneurs locaux ou des Limousins. C’est seulement après la Première Guerre mondiale que le monde de la maçonnerie se reconfigure, et que l’on aboutit à une certaine ressemblance entre la morphologie de la base et celle du sommet du métier.

Notes

1 Noiriel, 1988 ; Schor, 1998 ; Viet, 1998 ; Blanc-Chaléard, 2001.

2 Comme beaucoup d’immigrés, il est arrivé à Paris avec ses meilleurs habits, et en chaussettes et souliers, mais il a effectivement marché une quarantaine de kilomètres nus pieds derrière le « tortillard » qui descendait de Bettola à Plaisance, Ponticelli, 2005, p. 40.

3 Archives départementales de Paris (dorénavant ADP), Registre matricule du recrutement, État signalétique et de service, 3e bureau, D3R1/449, 1940, 8085, Lazzaro Ponticelli, engagé le 26 août 1914, fut envoyé à Avignon dans la deuxième compagnie de la Légion Étrangère et muté à Nîmes le 23 septembre dans le 4e régiment de marche. Il est par la suite envoyé sur le front à Soissons jusqu’au 15 mars 1915.

4 Avec cette grande honnêteté qui a toujours caractérisé l’attitude de Ponticelli vis à vis de son passé de soldat plusieurs fois décoré, dans ses Mémoires il insiste sur les aspects matériels qui ont hanté la toute première phase de son existence et en particulier la période, française et italienne, de sa mobilisation. En 1914, « Lazare n’a pas d’autres choix : pour ne pas mourir de faim (c’est sa seule angoisse, celle qu’il traîne depuis sa naissance), il va s’engager dans la Légion » (p. 67), et lorsqu’on prolonge sa mobilisation dans l’armée italienne en 1919 : « du moment qu’on le nourrit, il se satisfait de son sort », Ponticelli, 2005, p. 86. Sur les raisons de l’engagement italien dans l’armée française, cf. Prezioso, « Les Italiens », Cahiers de la Méditerranée, 2010.

5 Ponticelli, 2005, p. 91-102.

6 Archives communales de Nogent-sur-Marne (dorénavant ACN), Registres des recensements de la population, Listes nominatives, 1921.

7 Plusieurs pages des mémoires de Ponticelli sont consacrées à ce moment crucial de sa biographie, Ponticelli, 2005, p. 91-102.

8 Selon Lazare Ponticelli, deux Français participent également au financement de la société, dont les statuts sont rédigés par un notaire à cause du fait qu’un « étranger », Émile Billoy, est partie prenante de la société. Une clause indique jusqu’à quel point elle est conçue comme une propriété familiale : aucune action ne pourra être vendue sans l’accord des trois frères. Un quatrième frère, François, alors tâcheron dans le bâtiment à Saint-Quentin, préfère ne pas participer à l’initiative (Ponticelli Frères, 2005, p. 101). Il fondera en 1932 sa propre entreprise artisanale de bâtiment, d’abord avec un siège au 69 avenue d’Ivry, auprès de Ponticelli Frères, puis, après la Seconde Guerre mondiale, rue Regnault, dans le 13e arrondissement, Archives de Paris, Registre de commerce, série D33U3 1211 (66324) et Archives privées Ponticelli Frères, Dépôt d’assemblées générales constitutives, Société anonyme « Etablissements Ponticelli Frères », 12 juillet 1932 (Notaire Jacques Régnier). Le 25 juin 1932, au moment de la constitution de l’entreprise en société anonyme, Billoy a disparu. Aves les trois frères, restent parmi les neuf actionnaires, et comme co-administrateurs, l’industriel parisien Léon Guillaune et l’ingénieur Gabriel Saintigny, du Perreux, cf. entretien avec René Ponticelli, Emerainville, 5 décembre 2011). Je remercie la famille Ponticelli, et tout particulièrement René et Claude Ponticelli, pour leur grande disponibilité.

9 Recensement 1926, t. 1, III partie. En chiffres absolus, pour l’ensemble de la population active on compte 94 837 « chefs d’établissement » et 75 007 « isolés » sur 736 708 hommes actifs, soit 23 % d’indépendants (p. 92-93).

10 Blaschke et al., 1990 p. 79-106, cf. Phizacklea et Ram, 1995.

11 Recensement 1936, t. 1, p. 3. Les particularités du recensement de la population de 1911 nous imposent de le traiter à part. Dans ce recensement, en effet, les « isolés » sont comptés avec les chefs d’établissement. Les Italiens actifs de sexe masculin sont 185 571 sur 471 991 hommes étrangers actifs (soit 39,3 %) et les indépendants italiens sont 43 150 sur 97 954 patrons étrangers (soit 44,1 %), Recensement 1911, p. 70.

12 Mayer, 1977, p. 25-45, p. 38. Il s’agit, en chiffres absolus, de 151 000 sur 5 391 000 individus. Ils sont plus nombreux, en tout cas, que ceux devenus cadres ou techniciens (140 000 au total) et contremaîtres (124 000).

13 Ibid., p. 38.

14 Lafont et Leborgne, 1974, p. 17. Selon l’enquête Formation qualification professionnelle, sur 1000 ouvriers (masculins) du BTP actifs en 1972, 52 deviennent « patrons »

15 et 18 deviennent « cadres » en 1977 (Pohl et al., 1977, p. 229). Casella et Tripier, 1998, enquête citée en note 11, p. 32.

16 Les enquêtes d’ethnosociologie effectuées au début des années 1980 dans le milieu de l’entrepreneuriat insistent également sur ce point, Palidda, 1985 ; Palidda, 1991, p. 27-29.

17 Un recueil des principaux articles de Mark Granovetter sur ce point a été traduit et republié récemment, cf. Granovetter, 2008.

18 Stanziani, 2007.

19 Beckert, 1999 et, plus largement, Barnes, 2001.

20 Dans le contexte américain, ce type de représentations a été également fondateur de l’identité nationale. Sur le mythe du self-made man et son lien avec l’American dream, où la liberté d’action se mêle à la promesse de la réussite, cf. Cullen, 2004.

21 Ponticelli arrivera à décrocher son premier permis de travail avant 14 ans et un poste d’aide maçon avant de fonder à 16 ans l’affaire avec Ludovic (appelé dans ses mémoires Pierre) Peguri, voir Ponticelli, 2005, p. 26-27.

22 « Il n’y plus personne pour faire ramoner sa cheminée (et les gens ont de toute façon la tête à autre chose), donc plus de travail pour les deux compères. Par contre, les annonces fleurissent sur les murs et dans les journaux : l’armée recrute des volontaires pour cette guerre qu’on prévoit franche et joyeuse », Ibid., p. 67.

23 Marco, 1989. Les secteurs peu concentrés comme le bâtiment et le commerce sont moins affectés par les faillites car leur mortalité passe davantage par cessation volontaire d’activité. En 1979-82, le taux de mortalité du bâtiment est de 10,3 % par disparition et 1,2 % par faillite (11,5 % tot.), pour le commerce de 11,4 % et l’industrie de 9,1 % (p. 144-145), cependant la crise affecte le secteur et en 1985-88 le taux de disparitions est de 10,8, % et les faillites de 1,4 % et le total de 13, 1 % : toujours moins que pour l’industrie (17,6 %) mais plus que le commerce (8,6 %), p. 145. Cf., pour une comparaison avec le monde britannique, Jobert et Moss, 1990.

24 INSEE, 1980, tab. p. 126 (entreprises disparues en 1978). Cf. INSEE, 1982.

25 Lafont et Leborgne, 1974, p. 17.

26 ADP, Tribunal de commerce, Faillites, 55305, 19 juin 1936, Pareti Jean (Giovanni).

27 Le Goff, 2004, p. 531-532.

28 Lyon-Cahen, 1990 et pour une synthèse du débat juridique, Gogneau-Côte 2001, p. 2-26.

29 Grassani, 1999, p. 239.

30 Nadaud, 1998, p. 150-154 ; Nahan, 2005-2006.

31 Castel, 1995. Pour une mise au point récente sur cette vaste littérature cf. Vatin, 2007 et pour une approche globale cf. Komlosy, 2012.

32 Le Goff, 2004, p. 531.

33 Selon Piatecki, Ferrier et Ulmann, 1997, p. 35, p. 40, dans un contexte de relative stabilité des travailleurs indépendants, artisans ou chefs d’entreprise, entre 1975 et 1995, les plus touchés par la crise des années 1990 sont les artisans du gros œuvre. Ils passent de 15,7 % à 12,5 % d’une population artisanale sensiblement identique en chiffres absolus (862 000 en 1975 et 816 731 en 1995). Selon le répertoire SIRENE de l’INSEE, 179 556 sur 371 200 entreprises du bâtiment n’ont aucun employé en 2008 (à la même date les effectifs du bâtiment salariés et non salariés sont 1 507 935 selon l’UNEDIC). En 2009, ces entreprises sont 201 788 et 1 473 386 le total des effectifs salariés et non salarié du bâtiment, ce qui signifie que ceux qu’on appelait autrefois les « isolés » représentent 11,9 % en 2008 et 13,7 % en 2009 des emplois du BTP, cf. CAPEB, 2010, p. 12 ; p. 18-19 et 23.

34 INSEE, 1964, t. 5, p. 72.

35 Hernandez et Marco, 2008 ; Crola et Guillerme, 1991 ainsi que la bibliographie portant le même titre publiée en 1993.

36 Bien qu’il traite ces questions sans se focaliser sur le bâtiment, le livre de Florence Weber est riche de suggestions à ce sujet (Weber, 1989, réédité en 2009 avec le sous-titre Une ethnologie des perceptions).

37 Cf. Soulignac, 1993, p. 8-13. Pour une représentation graphique voir Fourcaut, 1988, p. 185 et notamment l’annexe de Cavard, Structures administratives et tentatives de planification (1859-1965). Voir également les cartes publiées dans les années 1930 par Demangeon, 1933, p. 49.

38 Maitte et Martini, 2009, p. 7-24, p. 19-20.

39 Portes, 1995b.

40 Mark Granovetter écrit « The Economic Sociology of Firms and Entrepreneurs », un article qui a fait date, dans l’ouvrage de référence de Portes, 1995b, trad. française « La sociologie économique des entreprises », 2003, cf. Light et Rosenstein, 1995. Dans ce livre ainsi que dans l’un des classiques de la sociologie américaine sur l’ethnic business, écrit par le même Ivan Light, Max Weber est cité et discuté, cf. Light, 1972, p. 134-136, p. 183-190. Il est également cité dans le volume de Waldinger, 1986, p. 6, qui propose une approche moins culturaliste en polémique avec Light (p. 6-7), tandis que plus tard, dans le livre moins académique de Waldinger, Aldrich et Ward, 1990, Max Weber n’est jamais cité.

41 Sur les relations entre Weber et Sombart, notamment en rapport à l’entrepreneuriat et l’« esprit du capitalisme », cf. Raphael, 1988.

42 Dans l’immense littérature existante, il suffira de donner quelques références françaises faisant le point sur le débat autour de la grande entreprise, cf. le numéro spécial de la revue Entreprises et histoire, Décembre 1995, Grande entreprise ; Cassis, 1997 et le dossier Chandler vu d’Europe, in Entreprises et histoire, 2007. Voir également l’un des derniers recueils publiés par Alfred Chandler avant sa mort en 2007 : Chandler, Amatori et Hikino, 1997. Un écho du débat suscité par l’œuvre de Philip Scranton, fortement critique envers le paradigme chandlerien (notamment Scranton, 1997) dans Seiffert et Éric, 2008.

43 Pour une présentation de cette historiographie, issue de la rencontre entre business history anglo-saxonne et histoire économique et sociale française voir Barjot, 2007.

44 Bourdieu et de Saint Martin, 1978.

45 Cf. Campagnac, 1987 et, pour une revue de l’historiographie sur la grande entreprise, Joly, 2013.

46 Hilaire-Pérez et Verna, 2009 ; Stanziani, 2007.

47 Carvais, 1995, et Potofsky, 2009.

48 Chavance, 2007.

49 Verin, 1982 ; Chadeau, 1988, Stanziani, 2007 ; Marchesnay, 2008.

50 Gresle, 1980 et Zarca, 1986.

51 Voir également le travail de sociologie empirique qualitative effectué dans le cadre du CEREQ par Bentabet, Michum et Trouvé, 1999.

52 Vigier, 1979, pour un historique des rencontres et des publications issues de ce groupe voir la postface à la réédition en ligne de « Petit atelier et modernisme économique : la production en miettes au xixe siècle », Histoire, économie et société, 1986, 4, p. 531-557 dans le site de l’université Paris 10 http://www.u-paris10.fr/96682101/0/fiche___pagelibre/&RH=idhe_membres, consulté le 2 mars 2012.

53 De leur côté, les études sur la gestion et le management, plus concernés par la petite entreprise de production, le sont beaucoup moins pour l’approche historique. Le groupe qui s’est formé autour du département de gestion de Toulouse et de l’équipe de Michel Marchesnay a été parmi les premiers à s’intéresser au petit entrepreneuriat de l’industrie du point de vue analytique et empirique, mais il n’a pas attribué l’importance que d’autres ramifications de la gestion ont pu lui donner à la profondeur historique des études de cas analysés, cf. Marchesnay, 2003.

54 Boutillier et Uzunidis, 2005, p. 25.

55 Barth, 1972 (prem. éd. 1963), « Introduction », p. 5-18, p. 5.

56 Barth, 1995, p. 203-249, p. 240-241.

57 Barth, 1972, « The point at which an entrepreneur seeks to exploit the environment may be described as his niche : the position which he occupies in relation to resources, competitors and clients », p. 9.

58 Cf. également Nee et Sanders, 1996. J’ai pu développer quelques réflexions à ce sujet concernant mon terrain de recherche dans Martini, 2006.

59 Catani avec Campani et Palidda, 1986. Les auteurs ont noté une forte analogie entre les comportements familiaux et patrimoniaux des « scaldini » immigrés en France et ceux des habitants de leurs lieux d’origine, p. 106

60 À Paris ils sont 31 273 sur 71 071, soit 44 %. Pour la Seine, la fumisterie dans l’entre-deux-guerres est comptée avec la maçonnerie, Recensement 1926, t. II, p. 8.

61 Recensement 1926, t. I, partie 5, p. 382.

62 Faure, 1991.

63 Fourcaut, 2000, cf. Soulignac, 1993.

64 Fourcaut, 1988, p. 58, cf. Soulignac, 1993, p. 26-37.

65 Châtelain, 1959 ; Châtelain, 1958, p. 474.

66 Vincent, 1985, p. 98.

67 Casella et Tripier, 1988, p. 85-87. La concentration géographique des chantiers est valable pour toutes les régions françaises, y compris la région parisienne. Les entreprises qui notamment embauchent plus de deux salariés dépassent plus volontiers la distance de 10 kilomètres entre siège et chantiers. L’enquête date du début des années 1980.

68 Pendant les Trente Glorieuses la maçonnerie représentait un quart de l’ensemble du BTP soit, en 1968, 24,8 % des effectifs (répartis en 44,9 % pour le Gros œuvre, 36,6 % pour le Second œuvre et 18,5 % pour les Travaux publics) selon la répartition NAE de l’INSEE élaborée par Campinos-Dubernet, 1985 p. 161 (nous avons déjà eu l’occasion de remarquer toutefois que « Charpente en menuiserie » et « Couverture et plomberie » font dans ce recensement partie du Second œuvre).

69 Cette minuscule commune située dans un cadre bucolique compte en 1896 à peine 5 323 habitants, dont 148 Alsaciens et étrangers (37 Belges, 34 Italiens et 30 Suisses), toutefois le développement des lignes de transport laisse déjà pressentir la croissance future, notamment à cause des lotissements des terrains de Coeuilly (Département de la Seine, Champigny-sur-Marne, 1905). Voir également la description du géographe Albert Demangeon, 1933, p. 53. La commune de Champigny s’étant dotée depuis peu d’un véritable service des Archives municipales, toutes les informations concernant les entrepreneurs actifs dans cette ville ont été recueillies auprès des Archives départementales du Val-de-Marne et ce notamment à travers les listes nominatives des recensements de 1926, 1936 et 1954, et les registres des patentes des années 1915 et 1935 qui s’y trouvent microfilmés.

70 Topalov, 1987 ; Fourcaut, 2000 ; Lescure, 1983.

71 Couder, 1987 ; Blanc-Chaléard, 2000 ; Rainhorn, 2005.

72 Schor, 1985.

73 Borie, 1924.

74 Précis d’orientation professionnelle, Paris, Librairie de l’enseignement technique, publié sous le patronage de l’Office départemental de placement de la Seine, s. d. cité dans Ibid., p. 87.

75 Selon Borie, depuis la guerre, surtout dans les zones de la reconstruction, certaines entreprises ont décidé de prendre à leur charge l’outillage notamment dans les chantiers de province, dans d’autres cas on donne une majoration de 3 % d’indemnité d’outillage. Cela deviendra une revendication syndicale.

76 Un ouvrier expérimenté, explique Borie, « pour peu qu’il sache lire un plan de construction avec des indications et des mesures, peut facilement devenir tâcheron », Borie, 1924, p. 87. Or, à cette même époque non seulement la quasi-totalité des très jeunes étrangers savent lire et écrire, mais c’est le cas aussi pour 75 % des étrangers de plus 20 ans selon le Recensement de la population de 1926, t. 1, partie 5, p. 223.

77 Leroy-Beaulieu, 1896, t. II, p. 494, al. 9 (Gallica). Pour une vision semblable de la part d’un homme de terrain, ancien entrepreneur de travaux publics et secrétaire du syndicat des entrepreneurs de Travaux Publics de France, cf. Galotti, 1921, « l’entrepreneur de main-d’œuvre n’aura aucun de ces impedimenta, ce sera sa force et s’il sait se composer d’éléments honnêtes, laborieux et consciencieux, il sera recherché, il croîtra, il prospérera et deviendra entrepreneur général à son tour », p. 478. Pour une analyse des différentes lectures du tâcheronnat, cf. les réflexions incontournables de Mottez, 1966, p. 51-111.

78 Borie, 1924 mentionne la couverture des grands chantiers et le système complexe de poulies qu’on y pouvait conserver. Cf. Desabres, 2007, en particulier sur les grands chantiers des travaux du métropolitain au début du siècle.

79 Dolivet-Petit, 1940.

80 Cf. pour la France Guichard et Noiriel, 1997.

81 Zalc, 2010, p. 208-209.

82 Zalc, 1998, p. 99-118. Claire Zalc a montré que des préoccupations d’identification des activités étrangères en France ont marqué la création du Registre de commerce en 1919, dont la conception est lourdement conditionnée par des présupposés idéologiques, particulièrement prégnants au moment de sa mise en place. Mais elle a également suggéré que, si cette source enregistre scrupuleusement les déclarations effectuées par les postulants auprès des greffiers du tribunal de commerce concernant leur nationalité, cela ne signifie pas cependant qu’elle ait constitué une barrière pour les étrangers, qui pouvaient s’inscrire dans les mêmes conditions que les nationaux avant la fin des années 1930.

83 Bousquet, 1909, p. 70-74 (architecte de formation, son livre sur l’art de la maçonnerie a été réédité en 1920 et 1922). Cet auteur a écrit également quelques années plus tard un classique de la stéréotomie, le Traité pratique de l’appareilleur et du tailleur de pierres, Bousquet, 1912. Cf. Allusson, 1932.

84 Comité central de coordination de l’apprentissage du BTP, des métiers du bâtiment et des travaux publics, novembre 1968. Cela comprend la maîtrise non seulement des techniques traditionnelles, mais aussi de celle du béton armé.

85 Et ce d’autant plus si l’on songe au fait que, au début du siècle et même dans les années 1950 et 1960, pour bon nombre de migrants en provenance du Maghreb, la maîtrise de l’écriture et de la lecture ne fait pas partie du bagage de leurs ressources pré-migratoires, cf. Domingues Dos Santos, 2005.

86 Cribier et Rhein, 1980 et Omnès, 1997.

87 Levêque, 1983.

88 Martini, 2006.

89 « Il ne suffit pas, pour être imposable, d’exercer une profession et de résider en France ; il faut à la fois exercer cette profession pour son compte et sur le territoire de la France métropolitaine », Honoré, 1936, p. 40.

90 La commune du Perreux, ancien territoire nogentais situé au nord de la ligne ferroviaire reliant Paris à Mulhouse, a été constituée en 1887 (le Viaduc, « déchirure » de la ville, constitue la limite matérielle du partage, cf. Roblin, 1991, p. 123) et jusqu’en 1993 a fait partie du canton de Charenton-le-Pont ; depuis cette date, elle fait partie du canton de Nogent-sur-Marne. Cf. Département de la Seine, Le Perreux, 1906a. En 1896 ses habitants sont 8 325 (8 027 Français et 298 étrangers). Selon cette monographie, il s’agit d’une commune « rurale » acceptant seulement des manufactures de matériaux de construction, dont deux de « bétons agglomérés et de pierres factices et meulières fabriquées avec du ciment et du sable », p. 88, et les autres de ciment de Vassy, de chaux de Portland et de Boulogne, de tuiles et carreaux de Beauvais, etc., p. 90. Le Perreux comptait à cette date 11 146 habitants, p. 32.

91 Recensement 1896, vol. 4, p. 403. Les femmes étaient 103 au total.

92 Blanc-Chaléard, 2000. Sur les incertitudes identitaires des migrants italiens à la fin du xixe siècle voir Douki, 1999.

93 ACN, Etats de Italiens, 19 juillet 1872, sur la topographie de l'implantation italienne cf. Blanc-Chaléard, 2000, p. 159-169. À l’époque, le groupe d’immigrés de nationalité italienne à Nogent est largement majoritaire, dépassant les effectifs des groupes d’immigration plus ancienne comme les Belges ou les Allemands. En suivant Blanc-Chaléard, on peut ainsi affirmer que les montagnards de la haute vallée du Nure constituent le noyau dur de l’immigration étrangère à Nogent.

94 Cf. Département de la Seine, Nogent-sur-Marne, 1906b. Dans cette monographie sont indiquées seulement deux usines de quelque importance à la fin du siècle : une nouvelle usine chimique construite à Nogent pour la fabrication des bleus outremer, le bleu Armet (1855), s’ajoutant à la première, toujours créée par Jean Armet de L’Isle pour la production de sulfate de quinine. Cette dernière est considérée parmi les plus importantes au niveau national de l’époque. Au début du siècle, ces deux usines chimiques employaient 65 ouvriers et 20 ouvrières (p. 98). La deuxième manufacture de quelque importance était celle de plumes d’autruche (fondée en 1862) avec 16 hommes et 171 femmes. Dotée d’un moteur de 6 chevaux, elle effectuait à la fois le traitement des plumes et la confection de boas et pose de plumes sur les chapeaux, les panaches, les amazones, p. 98.

95 ACN, État nominatif et par nationalité des étrangers qui ont satisfait à la formalité de la déclaration de résidence, en conformité des Décrets des 2 et 27 octobre 1888, « Nationalité : Italienne ».

96 Noiriel, 1988, p. 88.

97 Schirmacher, 1908.

98 Sur le rôle des « institutions migratoires », cf. Goss et Lindquist, 1995. Pour quelques réflexions sur la palette très vaste des intermédiaires entre migrants et marché du travail en connexion avec la question du genre cf. Martini et Rygiel, 2010.

99 Entretien avec les frères Villa, Ferriere, 25 septembre 1999. Sur les itinéraires des travailleurs migrants de l’industrie cf. Ramella, 2003.

100 L’étude de Goss et Linquist, 1995, insiste principalement sur le moment du passage, moins sur l’accompagnement et le placement sur place.

101 Voir le chapitre 5 pour une description plus détaillée de ces itinéraires.

102 Département de la Seine, Nogent-sur-Marne, 1906b, p. 43.

103 Ibid., p. 79-82.

104 Blanc-Chaléard, 2000, p. 159-169.

105 Faure et Lévy-Vroelant, 2007, p. 74-101.

106 Voir, pour ceux-ci et d’autres exemples, Faure, 1991, p. 15-69 et 73-119.

107 Journaliers, terrassiers et manœuvres n’ont pas été pris en compte à cause de l’hétérogénéité de leurs emplois à cette époque.

108 Dans le sens où on peut l’emplyer dans Porter, 1992.

109 Département de la Seine, 1905, p. 8. Lieu « paisible » dont on vante les charmes des abords de la Marne, devenu lieu de villégiature, en 1896 il compte environ 5000 habitants.

110 Ibid., p. 56-57.

111 Farcy et Faure, 2003.

Table des illustrations

Titre Tab. 1. Taux de disparition et faillite des entreprises, 1979-85
Légende Source : Marco, 1989, p. 145.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Tab. 2. Nombre d’établissements en milliers et taux de défaillance (pour mille) par secteur, 1906-1934
Légende Source : Marco, 1989, p. 107.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tab. 3. Population active ayant un emploi par statut professionnel et par catégorie d’activité économique, 1962.
Légende ***Dans le total sont compris : pêche, agriculture, services publics administratifs, arméeSource : INSEE, Recensement général de la population, 1962, vol. 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25702/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tab. 4. Statuts professionnels en pourcentages de l’ensemble des actifs par catégorie d’activité économique, 1962.
Légende ***Dans le total sont compris : pêche, agriculture, services publics administratifs, arméeSource : INSEE, Recensement général de la population, 1962, vol. 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25702/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Carte 1 – Localisation contemporaine du terrain d’étude.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25702/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Carte 2 – Aires d’origine et d’installation des entrepreneurs.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25702/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search