Version classiqueVersion mobile

Bâtiment en famille

 | 
Manuela Martini

Deuxième partie. Territoire : circulation migratoire et mobilitéprofessionnelle en banlieue parisienne

Territoire : circulation migratoire et mobilité professionnelle en banlieue parisienne

Texte intégral

1L’apparition et l’affirmation statistique des origines étrangères au sein de l’entrepreneuriat au xxe siècle constituent un phénomène majeur de l’histoire contemporaine du bâtiment. Pour saisissantes qu’elles soient, les lectures chiffrées et discursives des phénomènes n’expliquent pas à elles seules le processus de transformation professionnelle et sociale en œuvre dès le début du siècle. Il faut explorer comment, concrètement, cette dynamique s’est répercutée à l’échelle du territoire économique.

  • 1 Cette idée est développée dans le livre de Catherine Omnès, 1997, en part. p. 263.
  • 2 En France comme aux Etats Unis les études de communauté constituent l’un des filons les plus impor (...)

2Afin d’étudier au niveau du territoire les rythmes de l’établissement à leur compte des entrepreneurs étrangers, une analyse plus rapprochée s’impose. Loin de servir de simple illustration au phénomène national, le but est ici de saisir des dynamiques économiques et sociales ancrées dans un cadre territorial régi par des contraintes et des logiques propres. Par la concentration de flux migratoires qu’elle canalise et par son statut de territoire moteur de la transformation économique et sociale du tournant du xxe siècle, la banlieue parisienne apparaît comme le terrain le mieux à même d’éclairer la mécanique de l’insertion économique des travailleurs étrangers du bâtiment. Par son dynamisme et la grande diversité de son marché du travail elle constitue un contexte particulièrement propice à cette démarche1. Afin de suivre de près la constitution et les formes du renouvellement d’un tissu productif façonné par l’immigration et l’essor urbain, il faut repérer la totalité des entreprises actives dans la maçonnerie dans une portion de la banlieue Est choisie pour la pluralité des flux de main-d’œuvre qui s’y dirigent à partir de la fin du xixe siècle. Par cette saisie aussi exhaustive qu’il est possible (dans la limite des sources locales disponibles), il s’agit de rompre avec les approches, souvent privilégiées par l’historiographie et la sociologie des migrations, qui se centrent sur un seul groupe d’immigrés au niveau mésoscopique d’une région ou d’une ville. En renonçant à la vision d’ensemble de l’univers économique et social étudié, elles peuvent en effet engendrer des distorsions2.

3De ce terrain d’observation et à l’aide de sources et de méthodes renouvelées émerge un groupe d’indépendants dont on analysera l’évolution conjointe de la hiérarchie professionnelle interne et le processus d’ethnicisation au niveau local.

Notes

1 Cette idée est développée dans le livre de Catherine Omnès, 1997, en part. p. 263.

2 En France comme aux Etats Unis les études de communauté constituent l’un des filons les plus importants des études migratoires, Martini, 2015.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search