Version classiqueVersion mobile

Bâtiment en famille

 | 
Manuela Martini

Première partie. Le Bâtiment : une histoire d'archaïsmes

Chapitre 1. Bâtiment, emplois et petite entreprise : une vision d’ensemble

Texte intégral

1Pendant les Trente Glorieuses, on assiste à une extraordinaire floraison d’études sur le bâtiment. Sollicitées le plus souvent par l’État, elles donnent une vision d’ensemble d’un secteur traversé à la fois par des courants de transformation profonds et des archaïsmes persistants. Si l’on suit ces lectures, les éléments antinomiques qu’elles mettent en évidence apparaissent comme une contradiction non résolue. Or c’est précisément cette physionomie ambivalente de la branche et de ses composantes qui attire toute notre attention. Nous essaierons, dans ce premier chapitre, de la saisir au niveau national dans sa dimension à la fois sociale, économique et organisationnelle.

  • 1 Le rôle joué par la crise sur l’attention portée aux formes historiques « alternatives » de l’indu (...)

2Si on peut aujourd’hui relire d’un œil nouveau ces contradictions, c’est qu’entre-temps plusieurs décennies d’incertitude économique nous ont entraînés à regarder plus attentivement les marges de l’économie et de la société1. Le rôle majeur du travail peu qualifié et l’importance de la main-d’œuvre étrangère, le faible taux d’investissement et la pulvérisation de la structure productive, n’ont pas quitté la scène productive du bâtiment. Ainsi, ces archaïsmes peuvent entrer à juste titre dans notre objet d’étude. D’ailleurs, c’est sur la fin de cette intense période d’enquêtes qu’on découvre la vitalité de la petite entreprise de la branche : elle se révèle soudainement comme une sorte de recours dans un monde économique de plus en plus agité.

  • 2 Par exemple dans la Charte européenne des petites entreprises annoncée par le Conseil européen de (...)
  • 3 Plus largement, la publication collective de la Commission internationale d’histoire des mouvement (...)

3En temps de crise on reconnaît volontiers les vertus des petites unités industrielles, leur capacité à absorber les chocs conjoncturels, leur souplesse, leur réactivité, leur rapidité dans la reconversion et, surtout, leur rôle d’amortisseur en termes d’occupation2. Les enquêtes dont on dispose sur ce segment, longtemps délaissé, du monde de l’entreprise, sont le fruit d’un étonnement. À partir des années 1970, la pérennité des PME s’est imposée même aux regards les moins réceptifs et les plus sceptiques3 ; les PME n’avaient donc pas entièrement disparu de l’horizon frénétique des Trente Glorieuses.

4Ainsi on s’attachera d’abord à définir la présence de ces petites unités productives dans la structure industrielle du bâtiment et en termes d’effectifs employés tout au long du xxe siècle. Dans un deuxième temps, il importera de les cerner d’un point de vue de l’organisation industrielle, en étudiant les formes de la sous-traitance et celles de la location d’ouvrage (dit « tâcheronnat »), non seulement en période de récession économique mais également en pleine croissance. Cela nous permettra, dans un dernier temps, d’observer dans quelles proportions la petite entreprise et les migrations se croisent dans les différents échelons de la structure de cette branche atypique.

Une industrie de main-d’œuvre

  • 4 INA, « Rétrospective Paris-chantiers », Journal de Paris – 30/12/1966 – 08min02s Sur les travaux d (...)

« En cette fin d’année 1966, Paris présente à nos yeux le spectacle d’une ville en pleine gestation : on démolit, on creuse, on bâtit. […] Car dans notre capitale qui se réveille et se rajeunit un énorme travail était à faire et est en train de se faire. […] On cure les vieux quartiers, on abolit la lèpre des taudis. Des vastes programmes de restructuration où l’administration a une place prépondérante tout en faisant appel à l’initiative privée sont en cours dans tout Paris, de Grenelle à Plaisance, de Belleville à La Défense. Des immeubles harmonieux et hardis se dressent au milieu de quartiers condamnés. Le métro express régional immerge ses caissons dans la Seine, tandis que ses tunnels avancent dans le ventre de Paris. Des terrains immobilisés inutilement, tels ceux abandonnés par l’armée, vont permettre l’extension de constructions sociales que le développement de Paris exige et qui dressent déjà tout autour de Paris leurs vastes sites. […]
Le Paris de 1966, c’est aussi celui de la blancheur : 4500 immeubles ont été ravalés. C’est celui des autoberges dont 2 km ont été ouverts à la circulation. C’est le pont d’Auteuil, c’est la passerelle de Grenelle, c’est les ponts d’Epinay, c’est le pont de Chatou, le plus long de la région parisienne, c’est l’échangeur du Petit Clamart, c’est le parking Haussmann, c’est le passage souterrain du Cours-la-Reine. C’est aussi 7 km de boulevard périphérique, du Pré-Saint-Gervais à la Villette, c’est l’échangeur de la Chapelle, l’un des plus grands du monde, c’est le tronçon Porte de Clignancourt-Le Bourget. En 1966, la seule voirie parisienne a employé 5 000 ouvriers, représentant 1 350 000 journées de travail4 ».

  • 5 INA, « Les grands travaux de Paris », édition spéciale, 19/06/1963 – 08min21s ; « Des travaux un p (...)

5À l’instar de ce reportage diffusé en 1966, plusieurs émissions dans les actualités et les journaux télévisés illustrent l’ampleur des grands chantiers parisiens et banlieusards mis en œuvre entre 1963 et 19705. Le récit volontiers prométhéen sur ces chantiers emblématiques de la fièvre constructrice qui traverse la France des Trente Glorieuses ne manque pas, à l’occasion, de faire référence à leurs retombées économiques et à la force de travail nécessaire à cet énorme effort bâtisseur.

Croissance et emploi dans le BTP

6Que l’industrie de la construction soit au cœur de la croissance pendant les Trente Glorieuses ne fait aucun doute : chercheurs et acteurs s’accordent sur ce point.

  • 6 En réalité, la première tentative de planification remonte aux travaux préparatoires du IVe Plan ( (...)
  • 7 Commissariat général du plan, IVe Plan, 1961 ; Commissariat général du plan, 1976 ; Commissariat g (...)
  • 8 Dans la lettre de saisine du CES le premier ministre part du constat que « le secteur du bâtiment (...)
  • 9 Voir l’« Avis » aux accents keynésiens adopté (et les annexes à l’avis) par le Conseil économique (...)

7Une fois dépassée la période de la reconstruction, les travaux préparatoires du Commissariat au Plan pour les années 1960 et 1970 reconnaissent encore au bâtiment son importance relative6. Les rapports préalables aux VIe et VIIe Plans insistent à plusieurs reprises sur sa place stratégique dans le développement. Encore au début des années 1980, le rapport du groupe de stratégie industrielle préparatoire au IXe Plan n’hésite pas à déclarer que sa croissance est « indispensable au développement de la compétitivité industrielle »7. L’avis adopté dans ces mêmes années par le Conseil économique et social, à la demande du Premier ministre Pierre Mauroy, qualifie le bâtiment de « moteur d’activité » et rappelle le point de vue de Jean Carbonnel, président de l’Union nationale des industries, des carrières et matériaux de construction, sur l’effet d’entraînement du secteur en amont et en aval8. À l’heure où les effets de la crise des années 1970 devenaient de plus en plus lourds, les acteurs de l’intervention étatique dans l’économie, administrateurs mais aussi représentants patronaux et syndicaux convergeaient sur ce point et sur l’importance accordée au soutien de la branche par l’État et les collectivités territoriales, quitte à se partager sur ses modalités9.

  • 10 du Tertre, 1989, cf. Campinos-Dubernet, 1985 et Campagnac, Bobroff et Caro, 1990. Certaines de ces (...)

8À la même époque, sous l’impulsion du ministère de l’Équipement, plusieurs chercheurs consacraient, dans différents domaines, des études d’envergure au bâtiment, car il paraissait évident que, « tant sur le plan de l’emploi que du développement industriel – selon les mots de l’économiste Christian du Tertre –, le BTP occupait une place centrale dans l’accumulation du capital en France »10. Ce rôle n’était pas moindre auparavant.

  • 11 Lescure, Les banques, 1982, p. 26-27 ; Barjot, 1991, p. 9-37, p. 17-18 ; Levy-Leboyer, 1968, Fig. (...)
  • 12 Lescure, 1983, p. 11.

9Parmi les historiens, Michel Lescure et Dominique Barjot en ont illustré la réalité historique biséculaire en inscrivant la poussée du secteur pendant les Trente Glorieuses dans une évolution de longue durée. La première grande phase de croissance du bâtiment se situe au cœur du xixe siècle, entre les années 1820 et le début des années 188011. À l’époque, l’impact du bâtiment sur l’économie française est de poids, avec un taux de croissance moyen de 3 % par an, une portion de 11,8 % de la production nationale entre 1850 et 1880, une part de 25 % de la valeur ajoutée de l’industrie au milieu du xixe siècle12.

  • 13 Nadaud, 1889, séance du 21 juin 1876, p. 433-34.

« Et pourtant vous osez nous dire que ces nouveaux travaux occuperont 20 ou 25000 ouvriers ! Oh ! mon collègue vous vous imaginez que les travaux de Paris sont seulement avantageux aux Parisiens. Mais ce sont les ouvriers des départements qui bénéficient du travail de Paris. En effet, quand les fers de Commentry, du Creusot et d’autres forges nous arrivent, il n’y a plus qu’à les poser, et à cela il n’y a pas plus de difficulté qu’il y en a plus qu’à les poser, et à cela il n’y a pour moi à enfiler mes doigts les uns dans les autres. (Rires) Il faut donc à Paris pour poser les fers qu’on a travaillés au Creusot, environ cinq ou six ouvriers ; tandis qu’il a fallu pour extraire le minéral, pour le transporter dans les usines, pour le couler, le modeler, peut-être quarante ou cinquante ouvriers (C’est vrai ! très bien ! très bien !)13. »

  • 14 Lescure, 1983, p. 26 et Topalov, 1967, p. 107-127. Cf. Levy-Leboyer, 1968, p. 803. Sur l’explosion (...)
  • 15 Entre 1919 et 1939, on construit 114.000 logements par an, Lescure, 1983, p. 38. Sur les phases ma (...)
  • 16 Fourcaut, 2000, chap. 1 ; pour un point de vue ouvrier, voir Dubost, 1991 et Frouard, 2011.

10Les remarques ancrées dans l’expérience vécue du député Martin Nadaud (1815-1885), – député entre 1849 et 1851 et entre 1876 et 1885 – ont trouvé une validation savante un siècle plus tard. L’effet moteur du secteur continue de se faire sentir même dans la longue phase de crise du rendement qui frappe l’immobilier entre 1880 et le milieu des années 1950 (0,6 % seulement de croissance annuelle entre 1872 et 1913)14. Certes la reconstruction des maisons et des immeubles détruits en 1914-1918 ainsi qu’une nouvelle dynamique liée à la politique des grands travaux ont contribué à infléchir la dynamique d’un marché immobilier qui a continué à être caractérisé par un rendement globalement faible de l’investissement locatif. Mais le changement de rythme est dû surtout à la construction de l’immobilier neuf, en particulier des petits pavillons dans les périphéries des grandes villes15. La démocratisation de l’accès à la propriété des couches moyennes et des classes populaires provoque l’essor du pavillonnaire banlieusard et constitue, dès l’entre-deux-guerres, une niche grandissante pour un secteur en crise dont l’ampleur va s’accroître encore après la guerre16. Ainsi, à la veille de la grande crise des années 1930, les sommets du xixe siècle sont de nouveau atteints.

  • 17 Barjot, 2006, p. 28-31 et passim.

11Mis en contexte, l’essor des Trente Glorieuses perd son caractère unique et s’inscrit dans un mouvement de balancier, mais il reste cependant extraordinaire. L’étude de Dominique Barjot sur les grandes entreprises de TP montre dans le détail l’essor de la production des grandes entreprises de TP : si cet essor est remarquable dès le début du xxe siècle, il n’apparaît véritablement spectaculaire qu’entre la fin des années 1950 et le milieu des années 197017.

Les hommes de la construction

  • 18 Lescure, 1983, p. 12.
  • 19 Campinos-Dubernet, 1985, p. 195.
  • 20 Lescure, 1983, p. 46.

12L’importance en matière d’emplois de la construction s’affirme à partir du milieu du xixe siècle : elle occupe 5 % de la population active en 1866 et représente 21 % des effectifs du secteur industriel toujours vers la moitié du xixe siècle18. Après la crise, sensible surtout entre 1932 et 1938, et le ralentissement forcé de son activité pendant la Seconde Guerre mondiale, sa part dans l’emploi du pays passe dans l’après-guerre de 7,1 % en 1954 à 8,9 % en 1975 selon la comptabilité nationale19, et de 7,4 % à 11,8 % entre 1952 et 1972 selon l’INSEE20. Cette énorme masse d’hommes, qui triple donc au cours du xixe siècle et augmente encore de 13 %, passant ainsi en chiffres absolus de 659 517 unités en 1906 à 745 031 en 1926 (Tab. 1) est accompagnée d’un faible taux d’investissement en capitaux fixes. Ces deux phénomènes interconnectés font du bâtiment et de la construction, comme on ne se lasse pas de le dire à l’époque, une « industrie de main-d’œuvre ». Elle le restera également après la guerre.

Tab. 1. Effectifs du BTP en France par statut, 1906-1936

Tab. 1. Effectifs du BTP en France par statut, 1906-1936

Source : Statistique générale de la France, Recensements de la population française, 1906-1936.

Tab. 2. Population active dans le BTP en milliers, 1954-1975

Tab. 2. Population active dans le BTP en milliers, 1954-1975

Source : INSEE, Recensements de la population française, 1954-1975.

  • 21 INSEE, Comptes nationaux – base 2000, Construction.
  • 22 INSEE, 2010. En 2011 la Construction est à 7 % tandis que l’ensemble de l’industrie est toujours à (...)
  • 23 Zarca, 1990 et Zarca, 1993. Pour le cadre juridique de l’époque Martin, 1984 et, pour les évolutio (...)

13En chiffres absolus, l’accroissement est encore une fois spectaculaire, en particulier pendant les Trente Glorieuses. Si dans l’entre-deux-guerres les emplois du « terrassement et de la construction » se stabilisent autour de 740 000 unités, à partir des années 1950 le secteur passe de 900 000 à 1 970 000 emplois salariés et non salariés en 1978, année où le nombre d’emplois atteint son maximum (Tab. 2)21. Cette tendance est plus accentuée encore de nos jours. Dans une conjoncture de désindustrialisation et de réduction du salariat, un tiers des emplois du secteur secondaire est pourvu par le BTP22. Qu’on utilise des termes plus ou moins neutres pour les indiquer – personnes, individus, « gars » – ceux dont on parle sont indiscutablement des hommes. Le bâtiment est une branche qui détient la palme de la masculinité, avec des taux oscillant entre 98 % et 99 % en 1921 et 1931 ou entre 96 % et 94,5 % dans les années 1946-975. Les femmes ne sont pourtant pas complètement absentes, notamment parmi les employés, et elles auraient sans doute été encore plus visibles dans les statistiques si les conjointes des entrepreneurs n’avaient pas dû attendre la loi de 1982 pour obtenir la reconnaissance de leur rôle d’aide non rémunérée23. Mais mis à part ces chiffres, l’apport de ces femmes est décisif pour la mise en place et l’accompagnement de nombreuses petites entreprises artisanales, comme on le verra plus loin.

  • 24 Barjot, 2006, p. 330-337. Sur le BTP comme « industrie de main-d’œuvre » ayant un « faible degré c (...)
  • 25 Barjot, 1991, souligne à la fois le poids et la main-d’œuvre et des consommations intermédiaires s (...)

14On établit souvent une corrélation entre cette force de travail abondante et les faibles taux de capital fixe qui caractérisent le bâtiment par rapport aux TP24. Du fait de ses dimensions considérables, cette main-d’œuvre a fait l’objet d’études approfondies mais elle a aussi souvent suscité des analyses teintées de réprobation. Archaïsme de l’organisation de la production, faible productivité, développement extensif sont tout d’abord pointés comme les principaux défauts de la branche en termes de rationalisation au sein du secteur industriel. Changements techniques et importance des coûts des matériaux, notamment des charpentes en fer à partir de la seconde moitié du xixe siècle et de la préfabrication dans l’après-Seconde Guerre, passent au second plan face à des taux toujours considérés comme anormaux de la main-d’œuvre dans les comptes d’exploitations25.

  • 26 Les calculs sur la productivité dans le bâtiment doivent, selon certains économistes, tenir compte (...)

15Le deuxième ordre de considérations concernant la main-d’œuvre va de pair avec les remarques sur les limites de la rationalisation de la productivité. On attribue les faibles rendements unitaires par rapport à d’autres branches au manque de qualification de beaucoup de ces effectifs et aux difficultés de recrutement et de stabilisation de la main-d’œuvre dont on évoque la segmentation et le « nomadisme » de ses couches les plus précaires26.

  • 27 Atkinson et Storey, 1994, indiquent quatre axes d’analyse issus des travaux sur la petite entrepri (...)

16Enfin, le troisième élément faisant l’objet de critiques est l’importance considérable et persistante des entreprises individuelles. Le self-employment, un aspect qui occupe une place considérable de la littérature sur la petite entreprise anglo-saxonne27, est un élément central de la structure productive du bâtiment. On reviendra à plusieurs reprises sur les implications de cette réalité productive spécifique.

  • 28 Lescure, 1996, p. 6.

17Contrairement aux travaux publics, le bâtiment a non seulement suivi tardivement le chemin de la concentration mais, de fait, il n’a jamais connu le processus d’absorption et de réduction drastique des couches inférieures de la structure des entreprises dont l’Allemagne, par exemple, est le prototype en Europe. Pour répondre à cette question du retard qui a hanté les économistes dans les années 1980, sans doute faut-il prendre en compte, comme l’ont fait les historiens de l’économie, l’articulation de la demande publique et privée de logements en remontant dans le temps, jusqu’à la sortie de la grande dépression de la fin du xixe siècle. Mais cette particularité doit aussi se comprendre dans l’ensemble de la structure de l’univers industriel et commercial français ainsi que, dans la forme pulvérisée, qu’il a adopté durant la seconde moitié du xixe siècle28.

Fig. 1. Indices de l’emploi total, salarié et non salarié dans le BTP, base 100 en 1954.

Fig. 1. Indices de l’emploi total, salarié et non salarié dans le BTP, base 100 en 1954.

Source : INSEE, Comptes nationaux, base 2005. Les tableaux de l’économie française, Construction, séries longues. Série téléchargée le 31 octobre 2012.

Des migrants dans le bâtiment

  • 29 Bade, 2002 et Rygiel, 2007.
  • 30 Sur mobilité de métier comme trait spécifique du bâtiment voir Beaune, 1991.

18Lorsque l’on effectue ce saut en arrière, on découvre la genèse d’un phénomène également important de diversification de la main-d’œuvre et de l’entrepreneuriat du bâtiment. La réorganisation du secteur à la veille de la Première Guerre mondiale coïncide avec un tournant majeur de l’histoire sociale de la France contemporaine : le changement de taille et d’envergure des flux migratoires qui avaient commencé à investir les villes, principalement dès le milieu du xixe siècle. Ce changement d’échelle amorce une transformation qui fait de la France un grand pays de migrations internes et d’immigration internationale, ce qu’elle est devenue depuis dans le cadre européen29. Les réserves de main-d’œuvre, puisées à la campagne ou au sein des familles urbaines à travers l’exploitation du travail à domicile, ont été également des réserves de migrants non nationaux30.

  • 31 Si les monographies sur les grandes entreprises de travaux publics sont désormais relativement nom (...)

19En étudiant comment, d’un point de vue historique, l’organisation de la production dans le bâtiment s’articule à la gestion d’une main-d’œuvre migrante dans des proportions considérables, nous allons comprendre, d’une part, l’extraordinaire réussite de certains groupes qui ont centré leur gestion sur le contrôle des coûts de la main-d’œuvre et construit leurs politiques salariales autour de la disponibilité d’un volant d’appoint de main-d’œuvre embauchée au gré de la durée de vie des chantiers31.

  • 32 Jounin, 2009.
  • 33 La référence classique reste Piore, 1979. Pour la confection et une discussion de la théorie de la (...)

20D’autre part, nous découvrirons également l’essor de la petite entreprise immigrée, qui constitue encore aujourd’hui l’une des spécificités du bâtiment en France. Comme pour d’autres branches industrielles telle que la confection, le corollaire de ce phénomène est la pratique de certaines formes de gestion de la main-d’œuvre que l’on apparente aujourd’hui à la spécialisation flexible et que l’on étudie en termes de précarisation et d’ethnicisation comme un phénomène propre aux transformations contemporaines du travail32. De fait, celles-ci appartiennent à un passé de modes organisationnels inextricablement liés à un marché du travail segmenté en termes ethniques et sexuels33, dont la profondeur chronologique est épaisse et stratifiée. Sans comprendre les logiques de cette stratification, on peut difficilement saisir les dynamiques actuelles de l’ethnicisation à l’œuvre dans les chantiers du bâtiment.

  • 34 Je fais ici allusion au lexique d’un filon extrêmement riche de la recherche sur l’histoire et l’é (...)

21Les alternatives historiques au fordisme sont nombreuses également en France34. Ce caractère atypique du tissu industriel est évident non seulement à l’aune de la crise actuelle, mais il transparaît aussi dans les analyses empiriques des contemporains dès la fin du xixe siècle. Bien avant les rapports préparatoires aux plans des années 1960 et 1970, les enquêtes et les récits de syndicalistes, économistes et réformateurs sociaux reviennent sans cesse sur les caractéristiques multiculturelles de cette main-d’œuvre. De même, plus tard, les travaux des programmes lancés par le Plan Construction, Architecture du ministère de l’Équipement des années 1980 fournissent de precieux aperçus sur la complexité de la branche que l’on peut qualifier de para-ethnographiques.

22Une remarque de Myriam Campinos portant sur la modernisation de certains aspects de la production des grandes entreprises du gros œuvre donne un bon exemple de cette complexité. Dans son récit centré sur le processus de rationalisation du bâtiment, la notation est apparemment marginale mais elle constitue une sorte de marqueur de longue durée de l’organisation du travail dans la construction française :

  • 35 Campinos-Dubernet, 1985, p. 317.

« … les travailleurs étrangers paraissent particulièrement rémunérés au « rendement ou à la pièce », « à la tâche » comme on dit dans le bâtiment. Le tâcheron est totalement rémunéré à la quantité produite. Théoriquement, ce système est censé ne plus être utilisé puisque le salarié ne possède ainsi aucune garantie de salaire minimale. Apparemment il reste bien répandu35 ».

Le royaume de la petite entreprise

  • 36 Perrin, 1925 et Allison, s.d., mais probablement 1925 ou 1926.

23Contre toute attente, dans les années 1970 et 1980, comme dans les années de l’entre-deux-guerres, les mentions de la rémunération des travailleurs immigrés à la pièce ou au forfait sont fréquentes. Que ce soit pour contourner l’écueil du SMIG institué en 1950 ou pour intensifier le travail comme il apparaît dans d’autres textes de l’entre-deux guerres36, l’existence de ces formes d’organisation du travail explique l’importance extraordinaire de l’entreprise individuelle dans le bâtiment. Plus largement, l’auto-emploi, ou self-employment, représente en effet une composante fondamentale et particulière des formes prises par le travail indépendant dans la branche. Nous étudierons dans le prochain chapitre la place que les migrants ont occupée dans ce segment du travail indépendant et le cadre institutionnel concernant ces pratiques organisationnelles qui survivent obstinément dans le bâtiment, secteur qui refuse de se plier aux impératifs de la modernisation et à la législation étatique visant à les encadrer. Pour le moment, la présence récurrente de cette catégorie particulière nous suggère la nécessité d’élargir le champ d’analyse de l’entreprise du BTP jusqu’à inclure ses franges les plus atomisées.

24D’emblée, cela implique que le chercheur doit accepter de se confronter à la fluidité des délimitations de ces marges. Prendre en compte les « tâcherons » de l’époque, ceux que l’on rattache aujourd’hui à la catégorie de la micro-entreprise individuelle, signifie adopter une définition très large et sans doute peu maniable de l’entreprise, mais qui correspond davantage à la réalité de la structure de l’organisation industrielle du bâtiment. Du reste, on découvre toute la difficulté de mettre au point une taxinomie, voire d’établir des typologies, lorsqu’on passe en revue les définitions de l’entreprise – individuelle, très petite, petite et moyenne – qu’acteurs et observateurs se sont efforcés de préciser depuis une quarantaine d’années.

Définir la petite entreprise

  • 37 Parmi les premiers travaux en France à insister sur ce point voir Lescure, 1996, Introduction. Les (...)

25La densité et la fragmentation des PME dans le bâtiment est spécifique à cette branche. En même temps elle peut, plus largement, être considérée comme un épiphénomène d’un capitalisme industriel français plus diversifié que ce qu’on aurait souhaité dans les discours sur la modernisation planificatrice37.

  • 38 Baroin, Daniel et Frachebond, 1983.
  • 39 Il est intéressant de ce point de vue, malgré l’absence du BTP dans l’échantillon choisi, de remar (...)

26Les incitations venant du Plan ne sont parvenues qu’à infléchir une tendance qui, en ce qui concerne la concentration industrielle, voit la France dans une position médiane alors que, dans les années 1970, l’Angleterre et l’Italie se situent aux deux extrêmes opposés38. Plusieurs facteurs ont favorisé le maintien du poids des PME dans la structure industrielle française : la persistance de facteurs favorables, surtout du côté de la demande, mais également l’action régulatrice de l’État qui, tout en favorisant la concentration, visait à coordonner les composantes du tissu industriel ainsi que leur apport au développement des grandes entreprises39.

  • 40 Parmi les derniers travaux Zalc, 2010 et Perrin, 2007.
  • 41 L’historiographie a surtout nuancé les jugements hâtifs sur la place résiduelle occupée par les PM (...)
  • 42 Outre Segenberger, Loveman et Piore, 1990, voir le volume entièrement consacré à emploi et petite (...)
  • 43 Notamment 47 % pour les entreprises de moins de 100 employés contre 51 % pour la France et 45 % po (...)

27Indéniablement c’est surtout la dimension politique et sociale qui encore de nos jours accapare l’attention des historiens40, le rôle économique de la PME en France a certes été souligné mais n’a pas encore été suffisamment exploré41. Au niveau international, dans les années 1980, on a découvert non sans surprise que les PME destinées à disparaître regagnaient du terrain dans de grands pays industrialisés, comme notamment le Royaume-Uni et les États-Unis qui avaient été traditionnellement des hauts lieux de la concentration industrielle42. Au Royaume-Uni, cette résurgence inattendue s’est d’ailleurs poursuivie dans les années suivantes pour atteindre en 1988 des valeurs d’effectifs employés dans les PME désormais tout à fait comparables à celles de la France43. Ce phénomène a mobilisé économistes et sociologues qui, en général, ont apporté des réponses d’ordre extra-économique à ces questionnements. Le principe d’une supériorité ou infériorité intrinsèque des petites unités de production étant écarté, le phénomène est expliqué suivant deux ordres d’analyses.

  • 44 Segenberger, Loveman et Piore, 1990, p. 5.
  • 45 Pour une synthèse de la vaste littérature de l’approche des « alternatives économiques » établie p (...)
  • 46 À ce sujet cf. les remarques d’Arnaldo Bagnasco dans Bagnasco et Sabel, 1995, p. 1-5. Cf. Eck et L (...)
  • 47 En histoire sociale, comme en sociologie, après des débuts prometteurs entre la fin des années 197 (...)

28Selon le premier, axé sur l’importance de la logique de l’efficacité technologique et organisationnelle, les transformations exogènes (demande, turbulences des marchés, goûts différenciés des consommateurs), rendent la production standardisée de masse moins efficiente, voire obsolète, par comparaison à la spécialisation flexible. Selon le second, ce sont des facteurs politiques et institutionnels au sens large (législation et règles informelles) qui déterminent les changements systémiques dans l’organisation de la production. D’où l’idée d’un clivage industriel qui aurait caractérisé les années 1970 à cause de l’intervention publique44. Ainsi, sollicités par les mutations économiques en cours, les économistes ont non seulement étudié la dimension macro-économique de la diffusion des petites entreprises, mais ils ont également ouvert le filon des études sur la logique socio-économique des systèmes productifs locaux, en analysant selon des perspectives théoriques diverses, plus ou moins orthodoxes en termes économiques, des formes industrielles alternatives au fordisme, ancrées dans des territoires socio-économiques singuliers45. En Italie, la floraison, depuis la fin des années 1970, des études sur les districts industriels où, à l’époque, 66 % des emplois industriels se concentraient dans le small sector, a fini par toucher les historiens qui se sont attelés à partir des années 1990 à reconstituer généalogies et fondements historiques des « atmosphères » socio-économiques des districts46. Pourtant, cet objet que les historiens de l’économie et de la société ont commencé à prendre en compte dans leurs études47, au demeurant plus sous la forme de réseaux que de cas individuels, reste peu exploré pour le bâtiment.

  • 48 Eccles, 1981, p. 335-357 ; Gianfaldoni, Guilhon et Trinquet, 1997 ; cf. Campagnac et Winch, 1995, (...)

29Cela tient, en premier lieu, au système de production typique de la branche, dont la structure organisationnelle qui lui est propre ne s’apparente que de loin au « modèle du district » qui a davantage attiré l’attention des historiens. Sans parvenir à une formalisation poussée, pour le bâtiment on a plutôt parlé de firme-réseau, de « quasi-firme » reliant entreprise principale et sous-traitantes, de filière ou de système productif de type chantier en insistant sur l’unicité de chaque réalisation productive48. En tout état de cause, il s’agit d’un cas à part d’organisation industrielle qui, même lorsqu’elle concerne des systèmes productifs localisés et rassemblant des entreprises de petite taille, se distingue des autres formes de coopération industrielle concertées.

30En second lieu, la petite entreprise du bâtiment, on l’a évoqué, est un conglomérat hétérogène de types organisationnels différents. S’il est vrai que l’on peut difficilement découper et traiter séparément ses parties sous peine d’une décomposition artificielle d’un ensemble industriel effectivement complexe, il est également certain que la définition des contours des répartitions internes n’est pas aisée. Celles-ci ne sont pas séparées par des lignes nettes mais plutôt par des zones d’intersection. L’entreprise individuelle peut, par exemple, s’agrandir d’un ou plusieurs salariés au gré des chantiers. Une entreprise moyenne peut recentrer sa production et confier à des sous-traitants la réalisation de certaines phases d’une construction en fonction des marchés.

31L’hétérogénéité de la structure industrielle du bâtiment est, en effet, le fruit d’une recomposition de particules de taille et format très menues. Leur éviction de certaines enquêtes, notamment de celles qui utilisent les données de l’ASSEDIC concernant les emplois des entreprises de plus de dix salariés, crée une image déformée de la distribution de l’emploi.

32Cela ne signifie pas que les toutes petites entreprises échappent à toute évaluation : à regarder de près dans les dispositifs statistiques publics, les définitions de l’entreprise sont vastes et inclusives, y compris pour le passé. Le problème est plutôt celui de la comparabilité des données à cause de l’extrême variabilité des découpages entre les différents types d’entreprise.

  • 49 Journal officiel de l’Union européenne, 2003.
  • 50 Elle inclut : l’entreprise individuelle qui ne possède pas de personnalité juridique distincte de (...)

33Au niveau européen on considère comme entreprise « toute entité, indépendamment de sa forme juridique, exerçant une activité à titre individuel ou familial ; les sociétés de personnes ou les associations qui exercent régulièrement une activité économique »49. La définition est extensive également pour le répertoire SIRENE (Système Informatique pour le Répertoire des Entreprises et de leurs Établissements) de l’INSEE, car il comptabilise toute « personne physique ou morale exerçant de manière indépendante une activité professionnelle non salariée »50 ; une définition qui inclut donc les travailleurs indépendants sans salariés.

  • 51 Bolton, 1971.
  • 52 Alors que pour les « manufacturing firms » ce seuil était de 200 unités.
  • 53 Storey, 1994, p. 10-13.

34Concrètement, les élaborations statistiques de ces répertoires sont effectuées sur la base des effectifs employés et de leur répartition en classes. En général, et tout particulièrement en France, le seuil de 50 employés marque la séparation entre petite et moyenne entreprise. Cette définition statistique fondée sur le simple poids démographique a été précisée par des définitions « économiques » à partir de l’enquête publiée par le Bolton Committee en 197151, qui a ouvert la voie à l’étude de la petite entreprise en Europe. Dans son rapport, Bolton avance l’importance de prendre en compte des critères économiques pour définir la petite entreprise, notamment le chiffre d’affaires, l’indépendance et l’intervention du petit propriétaire dans la gestion sans l’intermédiaire d’une structure formalisée de management. Il tient également à différencier par branche la taille pertinente pour définir la petite entreprise, ce qui pour le bâtiment revenait à baisser le seuil entre petite et moyenne entreprise autour de 25 unités52. Depuis, de nombreuses critiques ont été adressées à cette première tentative d’analyse, notamment en ce qui concerne l’impossibilité, à partir de 25 unités, d’assurer une gestion sans intermédiaires53. Récemment la Commission Européenne a défini le seuil entre micro, petite et moyenne entreprise, qui sert de repère pour ses politiques économiques, en prenant en compte effectifs, chiffre d’affaires, bilan et autonomie, définition précisée ultérieurement selon les critères suivants :

  • 54 Recommandation 2003/361/CE de la Commission, du 6 mai 2003.

Une moyenne entreprise est définie comme une entreprise dont l'effectif est inférieur à 250 personnes et dont le chiffre d’affaires n’excède pas 50 millions d’euros ou dont le total du bilan annuel n’excède pas 43 millions d'euros. Une petite entreprise est définie comme une entreprise dont l’effectif est inférieur à 50 personnes et dont le chiffre d’affaires ou le total du bilan annuel n’excède pas 10 millions d’euros. Une microentreprise est définie comme une entreprise dont l'effectif est inférieur à 10 personnes et dont le chiffre d’affaires ou le total du bilan annuel n’excède pas 2 millions d’euros »54.

  • 55 Selon la loi de 1962 réactualisée par celle du 5 juillet 1996, « doivent être immatriculées au Rép (...)

35En France, à la définition administrative et statistique se superpose une seconde classification, celle qui tient au statut du gérant : artisan inscrit au Registre des Métiers ou entrepreneur inscrit à celui du Commerce. Mais alors qu’il existe aussi des entreprises de plus de dix ouvriers inscrites aux registres des métiers, d’autres, plus petites mais moins spécialisées, notamment les entreprises générales du bâtiment « tout corps d’état », nombreuses dans l’entretien, n’y figurent pas car elles ne relèvent pas d’un seul métier55.

  • 56 Storey, 1994, p. 8. En sociologie des organisations le débat sur les limites de la taille date des (...)
  • 57 Storey, 1994, p. 8.

36Face à de telles difficultés à cerner l’objet d’analyse, compliquées ultérieurement par les traditions historiques et les régimes juridiques nationaux, la littérature s’accorde sur la considération du fait que la taille reste une première approximation grossière mais utile56. Dans une synthèse issue d’une enquête internationale d’envergure, David J. Storey rappelait sa commodité tout en soulignant la valeur purement impressionniste des statistiques sur la petite entreprise à cause de la difficulté de mesurer un phénomène fuyant à plusieurs titres : durée de vie parfois très courte des entreprises, retards dans l’enregistrement, incertitudes liées au statut voire à l’existence de l’entreprise lorsque l’activité est à la frontière entre sphère de la production et sphère marchande, sans compter les incertitudes déjà mentionnées sur les bornes entre très petite, petite et moyenne entreprise57.

  • 58 Curran et Blackburn, 2001, p. 22.
  • 59 Sur la base du répertoire de l’Organisme professionnel de qualification et classification du bâtim (...)

37Comme l’ont récemment suggéré James Curran et Robert Blackburn, nous nous efforcerons de donner des informations ciblées et enrichies d’éléments qualitatifs sur les différentes composantes de cet ensemble multiforme, y compris sur les entreprises individuelles sans salarié, même si, lorsque nous donnerons des exemples chiffrés, nous serons obligés de faire surtout référence à la taille, le seul critère qui permette d’envisager des comparaisons, aussi indicatives soient-elles, dans le temps58. Les seuils de 10 unités d’une part et 50 unités de l’autre représentent des limites qui sont cohérentes avec les statistiques disponibles en France et avec l’histoire de son droit du travail (notamment avec le seuil de la représentation syndicale dans les entreprises). Toutefois, dans le sillon des considérations du Bolton Committee qui, pour les mines (mining and quarring) et la construction, avait indiqué la taille de 25 employés comme critère pour définir la petite entreprise, alors que pour d’autres secteurs le chiffre d’affaires ou le nombre de camions pour les transports étaient les critères retenus ; certaines des données présentées ici feront référence au seuil statistique de 20 unités, fréquent en France aussi59. En ce qui concerne le seuil haut, séparant la moyenne de la grande entreprise pour l’ensemble du secteur industriel, nous retiendrons celui de 200 unités, le nombre de 250 employés défini par l’Union européenne empêchant toute comparaison historique.

Permanences. Le poids de la petite entreprise au xxe siècle

  • 60 Cf. Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’équipement, du logement et du tourisme, 1968-69 (...)

38Armés de ces précautions, nous pouvons tenter un premier aperçu historique du degré de concentration de la Construction. Dans l’entre-deux guerres le processus s’amorce : la part de la population active travaillant dans les entreprises de plus de dix salariés passe de 42 % en 1906 à 66 % en 1931 principalement au profit du bâtiment. Certes, les travaux publics, dont la concentration s’était amorcée dans le dernier quart du xixe siècle, comptent 87,4 % des salariés employés dans les entreprises de plus de dix salariés, mais leurs marges de progression sont moindres car, dès 1906, 82,1 % des salariés y étaient rassemblés60.

  • 61 En 1906 la population active des corps de métier des maçons, carreleurs, cimentiers et plâtriers c (...)

39L’accélération du processus est indéniable mais la dispersion du bâtiment est incontestable et constitue son trait distinctif dans le secteur industriel. La moitié de ses effectifs pendant toute la première moitié du xxe siècle – que l’on considère le recensement de 1906, celui de 1936 ou celui de 1954 – est employée dans les entreprises de moins de dix salariés, tandis que dans l’industrie seulement un tiers des emplois y sont rassemblés61.

  • 62 Cf. Topalov, 1973, p. 32.
  • 63 Dans un contexte de croissance des emplois du BTP, qui passent de 1 529 069 à 2 064 049, une réduc (...)

40Après la Seconde Guerre mondiale, la création des quelques grands groupes qui dominent, et domineront jusqu’à nos jours, la scène de la construction, n’altère pas de manière fondamentale la structure de la branche. En termes de nombre d’entreprises et d’emplois, le bâtiment n’entame son essor qu’à partir de 1955. Avec une progression spectaculaire des grandes entreprises qui occupent désormais un bon quart des salariés du bâtiment, seule la première partie des années 1960 semblerait être marquée par une affirmation significative des moyennes entreprises, notamment grâce au développement de l’activité de promotion. Un tiers des petites et moyennes entreprises de promoteurs en région parisienne sont créées au cours du boom immobilier de 1961-196562. Mais une certaine prudence à cet égard s’impose. Si la progression des effectifs est considérable, avec une augmentation de 48 % pour les entreprises du second œuvre de 51 à 100 salariés, qui passent de 23 000 à 34 000 salariés, la part de ceux-ci sur l’ensemble, en progression, du secteur ne révèle pas de changements marquants. L’augmentation du poids des entreprises moyennes est beaucoup plus modeste, de 8,1 à 10,5 %, et ressemble davantage à une stabilisation. Comme le fait remarquer Myriam Campinos, l’augmentation de taille des entreprises « par adjonction de chantiers » n’autorise pas à parler de concentration, car l’augmentation des effectifs est sensible dans toutes les classes d’entreprises, avec une croissance plus accentuée surtout pour les entreprises de plus de 500 salariés63 (Tab. 4). D’ailleurs, le chiffre d’affaires des entreprises de moins de 20 salariés reste sensiblement le même en 1961 et 1971.

  • 64 Lescure, 1983, p. 62.
  • 65 Campinos-Dubernet, 1985, tableau p. 170, cf. du Tertre, 1989, p. 149.
  • 66 Campinos-Dubernet, 1985, p. 162.

41La crise ne fait que renforcer une faiblesse structurelle, qui avait connu une légère et passagère inflexion positive dans la décennie 1955-196564. Elle a indéniablement accentué la polarisation65. Pourtant, dans cette polarisation, certains corps de métier sont moins concentrés que d’autres. Tel est le cas pour la maçonnerie : les entreprises de plus de 500 salariés représentent seulement 9 % et 12 % respectivement des entreprises et des emplois de ce métier en 197566. Parmi les corps du gros œuvre, la maçonnerie est celui qui est le plus marqué par l’importance de la petite entreprise.

  • 67 Ibid., p. 170. Pour des données récentes, régulièrement mises à jour voir le site Métiers du BTP. (...)

42Au niveau international, le bâtiment se distingue par un taux de concentration particulièrement faible par rapport à celui d’autres pays, notamment l’Allemagne, surtout si l’on considère les effectifs employés, dont 43 % travaillent dans des PME de moins de 20 salariés en 1962 (Tab. 3). Encore une fois, du point de vue de l’emploi, la part des toutes petites entreprises est écrasante : en 1970 les entreprises employant entre zéro et cinq salariés occupent 516 289 individus, soit un quart du total. De nos jours la répartition est comparable : selon l’INSEE, en 2009, les entreprises de un à quatre salariés emploient 264 731 individus sur un total de 1 475 898 salariés (19,9 %), et les entreprises individuelles sont 233 228 (sur un total de 331 000 artisans et chefs d’entreprise)67.

  • 68 Une seule des 11 entreprises de la construction de 501 à 1000 effectifs est une entreprise du bâti (...)
  • 69 Barjot, 2006, p. 36, p. 331-332.

43Avant la période de l’entre-deux-guerres, on ne peut même pas parler de grande entreprise dans la branche, et en 1906 seulement 5,54 % des effectifs travaillent dans des entreprises employant plus de 100 salariés68. Même dans les travaux publics et le génie civil, qui pourtant connaissent des niveaux de concentration sensiblement plus importants que le bâtiment, on commence seulement au début du xxe siècle à ouvrir des chantiers de grande envergure, de plus de 100 salariés, où sont employés 45 % des effectifs des travaux publics en 190669.

Tab. 3. Entreprises du BTP par taille en France, Royaume-Uni, Allemagne en 1976

Tab. 3. Entreprises du BTP par taille en France, Royaume-Uni, Allemagne en 1976

Source : EUROSTAF-DAFSA, 1980, p. 20-23 (pour la France l’enquête n’a pas pris en compte les entreprises de moins de cinq salariés, pour l’Allemagne celles de moins de vingt salariés).

Tab. 4. Effectifs du BTP par taille des entreprises en France, Royaume-Uni, Allemagne en 1976

Tab. 4. Effectifs du BTP par taille des entreprises en France, Royaume-Uni, Allemagne en 1976

Source : EUROSTAF-DAFSA, 1980, p. 20-23.

Indépendants, « isolés » et travailleurs non salariés

44Dès lors, comment évolue la population de la petite et de la très petite entreprise pendant les Trente Glorieuses ?

  • 70 En 1959 lorsqu’on présente la population du BTP (1 350 000 emplois pour la branche selon le syndic (...)

45Prenons tout d’abord les non-salariés, qui représentent sans doute un segment considérable en matière d’emploi et spécifique du bâtiment. Catégorie hybride, le « non-salariat » est principalement constitué par des « maîtres artisans » travaillant souvent seuls, mais regroupe aussi une partie des chefs d’entreprise ainsi que les aides familiaux (enfants et conjoints principalement) non salariés travaillant dans des entreprises familiales70.

  • 71 Campinos-Dubernet, 1985, p. 203.
  • 72 Ibid., p. 67 et p. 203.

46Ainsi, de manière significative, le « non-salariat » constitue 24 % de l’emploi de la branche en 1949 et encore 14 % en 1968, pour remonter à 17 % en 1978. Le marché du travail des années fastes de la croissance absorbe une partie des travailleurs indépendants rémunérés au forfait, les tâcherons, et des collaborateurs familiaux de la construction mais la décroissance est moins accélérée que, par exemple, dans l’industrie des biens de consommation qui partaient de chiffres comparables dans l’après Seconde Guerre mondiale71. Il en résulte qu’une bonne partie de l’emploi non salarié de l’industrie (y compris l’énergie et l’industrie agro-alimentaire) est formé d’indépendants du BTP : selon la comptabilité nationale, 27 % de l’emploi non salarié en 1949 et 54 % trente ans plus tard72.

  • 73 Barjot, 2006, p. 597-622.
  • 74 Campinos-Dubernet, 1985, p. 204-205.

47Ces « non-salariés » du BTP sont, en effet, des « non-salariés » du bâtiment, bien plus que des Travaux publics, où le processus de concentration a été drastique à partir de l’entre-deux-guerres et a littéralement balayé les petites structures productives pendant les Trente Glorieuses73. Plus précisément encore, ils appartiennent aux activités du second œuvre et, dans le gros œuvre, de la maçonnerie et plâtrerie. Menuiserie, peinture, installation électrique, couverture-plomberie, fumisterie et maçonnerie réunissent 90 % des non-salariés de la branche74. Fait significatif, on constate une reprise de la part des non-salariés dans toutes ces activités dès 1975 (Tab. 5).

  • * Poids relatif, en pourcentage, des principales activités du bâtiment dans le non salariat total de (...)

Tab. 5. Répartition du non-salariat dans le bâtiment*

Activités

1954

1962

1968

1975

Entreprises de maçonnerie, plâtrerie, etc.

30,7

30,2

32,4

31,5

Charpente-menuiserie

24,0

22,2

18,9

16,5

Peinture, décoration

14,8

16,8

16,6

16,6

Couverture, plomberie

12,5

13,6

14,1

16,3

Installation électrique

7,5

7,1

7,8

8,2

Fumisterie, chauffage, ramonage

1,0

1,4

1,3

1,6

Non salariat bâtiment/effectifs totaux bâtiment

18,5

14,6

13,7

15,4


Sources : Campinos-Dubernet, 1985, p. 205.

  • 75 Zalc, 2010, p. 93-101.
  • 76 Martini, 2014.

48L’accroissement de ce groupe dans les phases de conjoncture négative, comme cela a été noté pour le commerce75, traduit les effets d’un repli par la contrainte, vers le travail indépendant, de la part de travailleurs éjectés de l’emploi salarié. Mais en regardant de près l’évolution de la courbe des non-salariés (Fig. 1), il est aussi évident que, plus globalement, leur croissance est ininterrompue pendant toute la deuxième moitié du xxe siècle et qu’elle est caractérisée par une accélération considérable à partir du début des années 1960. Toutefois, nous avons vu que la catégorie des non-salariés est composite : les collaborateurs familiaux non rémunérés en font partie et l’absence d’un comptage de cette population est l’une des lacunes les plus tenacement reproduites de l’histoire de la statistique française76.

  • 77 Topalov, 1994, p. 327.
  • 78 Desrosières et Thévenot, 2002 (1988), p. 11-12.

49Pour s’approcher des tâcherons, des indépendants solitaires, de l’entreprise individuelle, et tenter d’en donner un ordre de grandeur, dans les recensements de l’entre-deux-guerres, on peut utiliser la catégorie des « isolés ». Mise en place en 1896 dans les recensements de la population active, cette catégorie a été forgée pour rendre compte d’un univers social correspondant à une réalité économique diffuse, comme Alain Derosières et Laurent Thevenot l’ont à juste titre souligné. Sous ce statut professionnel sont recensés les travailleurs qui ont déclaré être des travailleurs à domicile ou indépendants sans aides (dans le cas contraire ils seraient comptés comme des « chefs d’établissement ») ou ceux qui ont déclaré travailler « sous la direction d’autrui » mais sans indiquer le nom de leur employeur ou ont indiqué le faire « pour différents patrons »77. En d’autres termes, il s’agit ici de prendre au sérieux la distinction qui, du point de vue statistique, se traduit dans la création de la catégorie spécifique des « isolés »78. Or dès 1896, les travailleurs « isolés » représentent un sixième des effectifs du BTP. C’est seulement dans les années 1926, une période de plein emploi à la date du recensement, que leur nombre décroît sans jamais descendre en dessous de 10 %.

Tab. 6. Répartition de la population active du BTP par statut, 1906-1936

Tab. 6. Répartition de la population active du BTP par statut, 1906-1936

Source : Statistique générale de la France, Recensements de la population française, 1906-1936.

Fig. 2. Répartition par statut professionnel de la population active du BTP en 1936 (4 Q).

Fig. 2. Répartition par statut professionnel de la population active du BTP en 1936 (4 Q).

Source : Statistique générale de la France, Recensement de la population française, 1936.

  • 79 Campinos-Dubernet, p. 158, tab. 46.

50Dans l’après Seconde Guerre mondiale, on retrouve des chiffres comparables. On compte 101 908 entreprises sans aucun salarié en 1954, et ce sans prendre en compte les résultats du recensement peu fiable de 1946 ; en chiffres absolus, elles vont se stabiliser autour de ce nombre dans les années 60. Dans une phase de croissance de toutes les autres classes d’entreprise, de multiplication des chantiers de taille diverse, qui entraîne des passages d’une classe à une autre pour maintes entreprises, un socle d’une centaine de milliers de tâcherons se cristallise alors, dont cependant la part relative diminue dans la branche. Toutefois, au tout début des années 1970, bien avant la crise, le renforcement des petites entreprises est tel qu’il rejaillit aussi sur le tâcheronnat. À cette époque il reprend du terrain et représente la moitié du nombre des entreprises et, dans le bâtiment où ils sont les plus nombreux, environ 10 % des effectifs79.

Fig. 3. Répartition des entreprises par nombre de salariés, année 1954.

Fig. 3. Répartition des entreprises par nombre de salariés, année 1954.

Source : INSEE, Les établissements industriels, 1956.

Fig. 4. Répartition des entreprises par nombre de salariés, année 1971.

Fig. 4. Répartition des entreprises par nombre de salariés, année 1971.

Source : INSEE, Les entreprises et établissements industriels, 1974.

  • 80 Elles représentent notamment 26,3 % du chiffres d'affaires en 1961 et 29,6 % en 1970 cf. tab. 48 d (...)
  • 81 Boublil, 1980, p. 25.
  • 82 Ce point d’entrée permet également de dialoguer avec les travaux des économistes et des sociologue (...)
  • 83 En 1975, le gros œuvre représente 40,5 % des emplois du BTP, le reste se répartissant entre 40,8 % (...)

51Lorsqu’on désagrège ces données, on s’aperçoit que les « isolés » sont surreprésentés dans le second œuvre. De même, c’est dans ces corps de métiers que les petites et toutes petites entreprises prolifèrent. Mais curieusement, les entreprises de moins de 20 salariés occupent aussi une place de choix dans le gros œuvre80. La maçonnerie regorge de PME spécialisées dans les travaux d’assemblage de briques et de petits éléments mais aussi dans les travaux courants en béton armé81. Cette configuration plus surprenante nous a amenés à nous interroger plus particulièrement sur la petite entreprise du gros œuvre82. À elle seule, elle couvre plus d’un quart de son chiffre d’affaires en 1961 et presque un tiers en 1971 (Tab. 6)83.

  • * pour 1961 de 1 à 20, pour 1970 de 0 à 19 salariés

Tab. 7. Chiffre d’affaires des activités des entreprises de moins de 20 salariés*, pourcentages

Tab. 7. Chiffre d’affaires des activités des entreprises de moins de 20 salariés*, pourcentages

Source : Campinos-Dubernet, 1985, p. 171.

  • 84 Lafont et Leborgne, 1974, partie I.

52À partir de la fin des années 1970 et du début des années 1980, la crise provoque une contraction du nombre des entreprises et des emplois du gros œuvre. Sans doute la part relative du second œuvre augmente-t-elle, mais ces chiffres globaux masquent une augmentation du travail indépendant qui, dans les années 1980, concerne aussi les entreprises de maçonnerie. Certaines d’entre elles se rabattent sur l’entretien et le ravalement, qui devient une composante considérable du volume de la production84.

53Dans ce contexte, il est indéniable que les entreprises artisanales résistent mieux que les entreprises moyennes aux secousses du marché. Les restructurations suivies de réduction des effectifs mais aussi les nouvelles créations dues surtout aux changements dans l’organisation de la production, pour partie confiée à l’extérieur à travers la sous-traitance, contribuent à redessiner le paysage industriel. Mais contrairement à ce qu’on lit généralement, l’essor de la sous-traitance précède puis accompagne la crise et coïncide avec les premiers signes d’étouffement des classes intermédiaires de la structure des entreprises dès le début des années 1970.

Changements technologiques, structure industrielle et coût du travail

L’importance du tâcheronnat et de la sous-traitance

  • 85 Cf. Abraham et Taylor, 1996. Les travaux du CEREQ ont sur la relation entre recours à la sous-trai (...)

54L’accroissement du recours à la sous-traitance apparaît donc bien comme le résultat de restructurations et de recentrages productifs mais également comme le développement d’un mode d’organisation spécifique, historiquement inhérent à la production de la branche85. Dans cette optique, on pourrait relire l’histoire du bâtiment, notamment de sa dispersion structurelle, à la lumière de l’importance et de la persistance relative de la sous-traitance au xxe siècle.

55La parabole historique du bâtiment fait apparaître distinctement sa capacité d’adaptation et de réinvention de formes organisationnelles connues, réactualisées à travers l’utilisation, voire le contournement, des dispositifs juridiques et institutionnels mis en place par les autorités publiques.

  • 86 Chauvin et Jounin, 2011.

56Des études récentes de sociologie du travail ont pointé l’« externalisation de l’illégalité » qui se fait par l’intérim dans certains secteurs, et en particulier dans le bâtiment, en observant les stratégies d’évitement et de manipulation des normes existantes. Pour libérer notamment le recrutement des contraintes juridiques liées au licenciement des employés, nombre d’employeurs ont recours à des aménagements informels de l’embauche à travers une utilisation opportuniste des procédures de recrutement de l’intérim. Certains entrepreneurs pratiquent couramment la signature des contrats d’embauche en fin de mission, ce qui permet notamment d’indiquer la date de sortie du travailleur une fois que l’employeur a pris la décision du licenciement86.

  • 87 Cf. les travaux de la Mission de liaison interministérielle pour la lutte contre le travail clande (...)
  • 88 La politique de régularisation mise en œuvre en 1981-1982 a permis d’identifier les secteurs les p (...)
  • 89 Chauvin et Jounin, 2011, p. 115-117.
  • 90 Les études disponibles, et tout particulièrement les études sociologiques, n'ont pas analysé la re (...)
  • 91 Petit et Thévenot, 2006, Repenser les frontières du travail subordonné. Introduction, fait état de (...)

57Avec plus de recul historique, on pourrait également constater que, au lendemain de la promulgation du Code du travail, le 2 janvier 1973 et dans les deux décennies qui suivent, le bâtiment est l’un des secteurs les plus concernés par la détection et la répression des formes les plus courantes de travail aujourd’hui appelé dissimulé ou illégal (loi de 1997) et à l’époque clandestin (comme le définissait la loi de 1991)87. Et ce malgré les difficultés notoires de l’administration à intervenir sur le terrain. Aussi, on a pu remarquer que bon nombre de ces formes légalisées depuis les années 1980 permettent de donner toute une série de garanties, moindres mais non négligeables, à des travailleurs qui autrement étaient cantonnés dans la sphère entièrement opaque du travail au « noir »88. Parmi les « nouvelles » formes réglementées de flexibilité, l’existence d’agences travaillant uniquement sur l’embauche d’intérimaires de longue durée, pour ainsi dire « permanents », permet de saisir un aspect crucial de l’embauche et la gestion de la main-d’œuvre dans le bâtiment89. La construction, mise en évidence par ces études ethnographiques, de liens personnalisés et durables via l’intérim, permet une baisse considérable des charges patronales mais aussi la fidélisation de travailleurs ne souhaitant pas eux-mêmes une embauche contraignante qui réduirait leur mobilité (retour dans le pays d’origine, « pauses » dans l’activité productive salariée)90. Évidemment cela n’enlève rien à la précarisation de ces carrières ouvrières. Elles en subissent les effets surtout à long terme et les employés peuvent être amenés en fin de parcours professionnel à regretter d’avoir accepté ou sollicité ce type d’aménagements91.

58Tout cela nous permet de détecter des pratiques qui font résistance à la réduction de la diversité (fruit d’une stratification historiquement déterminée) de la force de travail du bâtiment. Ces cas particuliers ajoutent de la complexité à l’ensemble du salariat de la branche et nous permettent d’enrichir la palette des statuts du travail subordonné, qui débordent à leur tour sur la zone grise, propre à cette branche, de ceux qui se situent entre dépendance et indépendance.

  • 92 Tripier et Casella, 1998, p. 40-45 ; p. 76-84.
  • 93 Ibid., p. 83.

59Les résultats d’autres analyses sociologiques des années 1970-1980 sur l’indépendance vont dans le même sens. Pierre Tripier et Philippe Casella ont montré que dans les années 1970 des démarrages d’entreprises de « faux indépendants » fondées sur un lien privilégié avec un entrepreneur principal ont débouché finalement sur la création de petites entreprises qui ont eu des conditions de développement semblables à celles au départ plus autonomes92. Souvent la relation de sous-traitance avec l’ancien employeur est transitoire et s’apparente ainsi à un moyen pour aller vers l’autonomie plus qu’à une situation permanente de subordination masquée pour un seul entrepreneur. Elle présente toutefois des risques, même si les « artisans les plus expérimentés désertent les marchés en sous-traitance ou sélectionnent les donneurs d’ordre les plus sûrs »93. Cependant cela n’empêche pas, dans les années 1970 comme par le passé, certains travailleurs sans clientèle mais visant l’indépendance d’accepter des formes de précarisation de leur statut, qui deviennent paradigmatiques de l’extrême variété sociale des acteurs du travail en sous-traitance.

60Des hommes jeunes, dans la fleur de l’âge et de leur capacité productive, des sans-emploi qui se rabattent sur le travail indépendant, des adeptes de la pluriactivité, des « faux indépendants », précaires du travail à la tâche travaillant pour un seul donneur d’ordre ou des chefs de véritables entreprises autonomes ayant un carnet de clients diversifié : les frontières entre les différentes figures du sous-traitant sont, elles aussi, difficiles à cerner.

  • 94 Campagnac, Bobroff et Caro, 1990, p. 10-24.

61Le bâtiment devient un cas d’école de toutes les formes de la location d’ouvrage et de service dont le panorama industriel contemporain est si riche, à l’instar de celui du passé : du tâcheronnat en passant par la sous-traitance pour arriver à l’out-sourcing (dans la menuiserie par exemple où l’on se borne à la pose d’éléments fabriqués à l’extérieur). Certes, il l’est à cause de la demande, toujours différente et unique et qui plus est localisée, mais plus encore à cause de sa typologie productive. La standardisation y est en partie possible dans le neuf, mais la production se structure selon des séquences qui s’accompagnent de problèmes de coordination et créent des liens forts au sein des collectifs de production en même temps que des besoins antagonistes94.

  • 95 Berthomieu et al., 1982, p. 7, p. 85-86.
  • 96 Ibid., p. 85-86. Cf. Duchéneaut, 1995 ; Campinos-Dubernet, 1985, p. 159-160, p. 184 ; Kerbourc’h, (...)

62Malgré le peu d’homogénéité des informations concernant au niveau macro la sous-traitance sur la période qui précède la crise, une donnée structurale originale apparaît clairement : les grandes comme les petites entreprises confient des travaux en sous-traitance95. Cette particularité est symptomatique de l’importance structurelle de la sous-traitance dans la branche. Dans les années 1960, elle est quantifiée par le ministère de l’Équipement : en 1968, 8,8 % des marchés des entreprises concernait la sous-traitance confiée et 6,3 % celle reçue ; à peine un an plus tard, en 1969, celle confiée s’élevait à 12 % et celle reçue à 7,3 %96.

  • 97 « La sous-traitance est l'opération par laquelle une entreprise confie à une autre le soin d'exécu (...)
  • 98 Il s’agit du décret n. 7668 du 20 juillet 1976, cf. Commission technique de la sous-traitance, 197 (...)

63Lorsqu’il s’approche pour la première fois de cette question dans un rapport de 1973, le Conseil économique et social en donne une définition et pointe les carences en termes de connaissances sur ce phénomène, malgré les efforts déployés par les membres de la commission chargée du rapport97. À partir de cette période charnière, l’État français commence à s’intéresser au phénomène de la sous-traitance dans le contexte plus large d’une politique économique active vis-à-vis des PME, menée par le gouvernement. Dans une période de crise et de contestation fiscale de la part des artisans et petits commerçants, le président de la République Giscard d’Estaing et le ministre des Finances Raymond Barre désignent un délégué à la PME, Michel Durafour, et mettent en place un ensemble de mesures en sa faveur financées par l’emprunt national pour les PME et l’artisanat lancé le 13 octobre 1976. Quelques mois plus tôt, on avait établi la création d’une Commission technique de la sous-traitance ayant pour but d’améliorer le recueil et la diffusion des informations la concernant98.

  • 99 Depuis 1975 des statistiques sont recueillies par le Ministère de l’industrie dans le cadre de l’E (...)
  • 100 Commission technique de la sous-traitance, 1978, p. 7, note que les données sur les travaux reçus (...)

64Selon les premières données99 recueillies par cette commission sur le volume de la sous-traitance confiée, en se plaçant à leur tête le bâtiment se distingue assurément de façon très nette par rapport aux autres branches. Qui plus est, si on désagrège ces données d’ensemble, on découvre qu’en 1973 dans la construction neuve, les entreprises de bâtiment générales commissionnent entre 18 % et 20 % des travaux en sous-traitance100. Même les entreprises de moins de 20 ouvriers déclarent confier une partie significative de leurs travaux à des sous-traitants. Ainsi, certaines entreprises sont à la fois sous-traitantes et donneuses d’ordres. Est-il surprenant dès lors de constater la mobilisation de la branche derrière la promulgation de la loi qui constituait le pilier de ce dispositif ?

  • 101 Loi no 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance, disponible en ligne sur le site d (...)
  • 102 Ministère de l’économie, Médiateur des relations interindustrielles et de la sous-traitance, Rappo (...)

65Après une intense campagne de sensibilisation, la loi du 31 décembre 1975, fortement voulue par les organismes de représentations du patronat et de la petite entreprise du bâtiment, est conçue et négociée par les partenaires sociaux et l’État dans ce contexte de prise de conscience de l’importance de la régulation d’un phénomène considéré désormais comme loin d’être négligeable pour ce secteur101. Les problèmes pointés par les organismes patronaux, par la Confédération nationale des petites entreprises du bâtiment mais aussi par la Fédération nationale du bâtiment pour des raisons différentes mais convergentes, venaient du fait qu’avant la loi de 1975, la sous-traitance était soumise uniquement à la législation du code civil et du code du commerce102.

  • 103 Barrère-Fligt, Pierre, Président du conseil national de la sous-traitance du bâtiment (FNB), décla (...)
  • 104 Rapport Volot, 2010, p. 8.
  • 105 Ibid., p. 6-7.
  • 106 La raison tient au fait qu’elle règle également, à la différence d’autres législations européennes (...)

66C’est également avec la crise que la perception de l’ampleur croissante de la sous-traitance devient aiguë103. Par rapport à la législation en vigueur dans d’autres pays européens, le trait original de cette loi a été d’introduire dans son premier article, comme l’a récemment remarqué le médiateur des relations interindustrielles et de la sous-traitance du gouvernement Fillon (2010), « une relation de sous-traitance tripartite maître de l’ouvrage, entrepreneur principal, sous-traitant, typique du BTP »104. Et c’est dans cette branche – obligée à devenir par la force des choses un modèle pour les autres – qu’ont été introduites des « bonnes pratiques » d’autorégulation au sein de la corporation, visiblement déficitaires dans d’autres branches professionnelles, telles que l’élaboration de chartes, de contrats type et de structures d’arbitrage, nécessaires à la résolution des innombrables conflits qui évidemment découlent de cette pratique industrielle105. La loi de 1975, étendue par la suite aux autres secteurs, est toujours défendue par le lobby de la construction qui a pu se réjouir des conclusions de ce rapport prônant son maintien106.

  • 107 Petit et Thévenot, 2006, Introduction, passim.
  • 108 Ibid, p. 6, cf. Morin, 1994, sur la protection du travail « mobile ».

67Il est indéniable que l’intervention d’une entreprise sous-traitante complique le jeu des relations sur le chantier. Les rapports de dépendance qui dépassent le cadre de l’entreprise modifient le lien de subordination entre employeurs et employés. Les formes mêmes d’autonomisation des tâches confiées à l’extérieur mais réalisées sur un chantier partagé par l’entreprise principale et l’entreprise sous-traitante amènent, comme il a été noté dans des études sociologiques empiriques, à un « éclatement des collectifs de travail »107. Le jeu de dépendances qui se crée ainsi rend incertaine la définition du détenteur du commandement, de l’autorité vis-à-vis des employés, en mettant en discussion la pertinence des catégories d’employeur et de salarié108.

  • 109 L’ouvrage de Taylor, écrit au début du siècle, a d'ailleurs été traduit assez précocement en Franc (...)
  • 110 Dans ses travaux analysant les contrats, les relations de subordination et la flexibilité au trava (...)
  • 111 Taylor et Thompson, 1924, p. 23-33.

68Ainsi, on oppose généralement la prestation de service qui s’apparente à celle de l’artisan, maître d’organiser son temps mais assujetti à livrer un produit final faisant l’objet de son contrat (locatio operis), à la fourniture de la force de travail du salarié (locatio operarum), dont le prototype est l’ouvrier des grandes entreprises fordistes. La configuration organisationnelle particulière que nous venons d’esquisser incite toutefois à ne pas opposer de manière schématique ces deux figures. Dans le bâtiment, la taylorisation ne parvient pas à éliminer le système des petites équipes tout en décomposant les différentes étapes du produit collectif. Lorsque au début du siècle Frederick W. Taylor et S. E. Thompson donnent le détail de la découpe des différentes phases de production dans la construction et la mesure au chronomètre de ces dernières, ils doivent admettre que, pour les travaux en béton aux pièces, il est « impossible de déterminer le salaire de chaque ouvrier d’après son travail individuel, de sorte qu’on est amené à adopter la fixation des tâches par équipe même si chaque homme doit avoir une série d’opérations bien déterminées à effectuer »109. Par conséquent, l’autonomisation de ces équipes capables de maintenir une certaine productivité peut, en effet, aller de soi dans certaines conditions productives, notamment celles peu prévisibles et demandant une certaine souplesse des chantiers de taille petite et moyenne110. La rémunération de ces collectifs à la tâche, dans une organisation scientifique qui implique des situations productives moins « inhumaines » que celles du « marchandage », selon le traducteur et adaptateur de Taylor, sont celles d’une réalisation d’une phase du produit final dans un temps déterminé négocié entre patrons et ouvriers111. Même dans le cadre d’une organisation « scientifique » de la production dans le bâtiment, la rationalisation productive ne peut faire l’impasse sur le travail en équipe à la tâche. La pérennité de la sous-traitance, y compris dans la période faste de la rationalisation des années 1960, devient ainsi moins surprenante, tout en restant assez particulière dans le paysage industriel de l’époque.

Des conditions productives changeantes et contraignantes

  • 112 Pour une discussion centrée sur la confiance et les normes de la coopération inhérentes à la sous- (...)

69Toutes les formes de sous-traitance et de travail à la tâche que l’on a décrites visent à résoudre deux types de problèmes. D’une part, elles pallient les difficultés de recrutement et coordination de la main-d’œuvre, d’autre part, elles visent à la baisse des coûts de production en augmentant l’intensité du travail et en externalisant les problèmes de surveillance et coordination de la main-d’œuvre112.

  • 113 La théorie économique appréhende cette forme d’organisation de la production dans le cadre de l’ap (...)
  • 114 Amat et al., 1980.
  • 115 Barjot, 1999, p. 52-56 ; Campinos-Dubernet, 1985, p. 113-117.
  • 116 Sur Petit, qui a dirigé, entre autre, la SONACOTRA de sa fondation en 1956 à 1977, cf. Pouvreau, 2 (...)

70Un grande partie de la réduction de ces coûts a été obtenue par l’assemblage d’éléments préfabriqués en usine113. Cependant, le processus de rationalisation de la production, très poussé pour certains grands chantiers, a très vite atteint les limites de la fabrication à l’extérieur de pièces préfabriquées : leur taille, leur poids et la distance du site de fabrication influaient sur les prix du transport vers des chantiers certes importants mais tout de même temporaires. Dans les années 1960, les grands groupes sont les premiers à être concernés par l’extraordinaire développement de la technicité dans la réalisation de certains ouvrages d’art, notamment les tours (ouvrages appelés IGH, Immeubles de Grande Hauteur) réalisées en utilisant des coffrages complexes. Ces ouvrages pouvaient être composés à la fois de parties réalisées à l’unité et d’éléments répétitifs. Ainsi, pour le gros œuvre des grands chantiers, dans les années 1960 on commence à remarquer régulièrement des formes de répétitivité grâce à la préfabrication en usine et l’installation demandant un nombre limité d’opérations de montage sur le chantier114. Après quelques exemples pionniers dans l’entre-deux-guerres, l’après-guerre constitue l’apogée de la préfabrication lourde avec un pic au début des années 1960115, époque des marchés triennaux lancés par le ministre du Logement de l’époque, le centriste Eugène Claudius-Petit116.

  • 117 Amat et al., 1980, p. 57-75. Pour une analyse de cette question dans le contexte nord-américain vo (...)
  • 118 Campinos-Dubernet, 1985, p. 204, p. 115, p. 118.

71Assez rapidement toutefois, on assiste à l’abandon de la préfabrication lourde et au développement des « coffrages-outils », réutilisables et permettant la construction d’architectures plus variées. Nécessitant des engins moins coûteux pour leur pose, les « banches » et les « tables » étaient plus accessibles en termes de technologie et d’investissements par des entreprises de taille moyenne117. Par la suite, on a pu constater un véritable repli vers des techniques plus traditionnelles dans les années 1974-1980 y compris pour les grandes entreprises avec l’abandon des « coffrages outils » les plus complexes (notamment les « tunnels »). Ainsi, on considère que le « retour » à la maçonnerie de la fin des années 1970 (qui explique les pourcentages croissants de travail indépendant, toujours autour de 18-20 % dans cette activité) est le résultat d’une modification de la demande de logements : en 1974 les logements collectifs constituent 58 % du total du bâti, alors qu’en 1979 ils ne représentaient qu’un tiers de l’ensemble des logements neufs, face à la faveur des maisons individuelles118.

72Par ailleurs, dès les années 1960, la corrélation entre faibles investissements fixes et basse productivité que l’on reproche couramment à l’ensemble de la branche, y compris aux grands groupes, a été remise en discussion. Les changements technologiques ont de fait été nombreux, mais certaines contraintes environnementales, liées notamment à la météorologie, restaient primordiales et intervenaient lourdement sur la productivité du travail par tête.

  • 119 Nadaud, 1998, p. 61, Taylor et Thompson, 1924, p. 22 : Tableau des 13 opérations chronométrées de (...)

73Entre 1860 et 1960, les chantiers de construction ont pourtant connu des mutations extraordinaires, malgré certaines continuités dans l’organisation de la force de travail. Entre l’époque où le plâtre arrive sur les chantiers sans être tamisé, obligeant les garçons à écraser avec une batte les morceaux les plus durs, et l’époque où l’on coule le béton dans la ferraille, entre celle où les garçons transportent l’auge sur la tête et celle des engins, grues et remontées mécaniques, se dessinent des mondes productifs très éloignés, quoique toujours (mais différemment) pénibles119.

  • 120 Campinos-Dubernet, 1985, p. 197-205 et Ministère du logement, Plan construction et architecture, « (...)
  • 121 Duc, 2002, p. 65-82 et pour les années 1970, Amat et al., 1980, p. 211-231.

74Enfin, il est significatif de remarquer que les chantiers modernisés ne sont pas toujours de grande taille. Si la dimension artisanale domine pour l’entretien, dès les années 1970 les progrès extraordinaires de la mécanisation et l’utilisation d’éléments préfabriqués sont une réalité même pour les petits chantiers de construction. L’outillage pour le levage et les petits engins, de même que la pose d’éléments préfabriqués, ont profondément modifié le processus de production en créant de nouvelles figures professionnelles hybrides, spécialisées notamment dans les finitions, tel par exemple le plâtrier-peintre-parqueteur. Depuis plusieurs années, les maçons posent de moins en moins de briques sur n’importe quel chantier francilien. Cependant, tout chantier de construction continue à demander une main-d’œuvre considérable, d’autant plus que les compagnons ont toujours besoin de garçons-maçons chargés de leur préparer et de leur apporter les matériaux120. L’équipe de base est d’au moins deux personnes et souvent hiérarchisée : dans n’importe quel chantier de construction un compagnon travaille de préférence avec un aide « garçon-maçon »121.

Le coût de la force de travail et la main-d’œuvre migrante

  • 122 Barjot, 2006, p. 320-330 ; Barjot, 1991.
  • 123 du Tertre, Christian, 1989, p. 169-174 et Campinos-Dudernet, 1985, p. 173, p. 193-206, p. 274-76.
  • 124 Sur ce point a récemment insisté Jounin, 2008, p. 7 et passim ainsi que l’artiche de Chauvin et Jo (...)
  • 125 Commissariat général du plan, VIe plan, t. 2, 1971, p. 54.

75De nos jours comme par le passé, une bonne partie de cette main d’œuvre non qualifiée est migrante. La maîtrise des coûts de production dans cette « industrie de main-d’œuvre » s’appuie sur la compression de la masse salariale. Cela a été le cas pendant la période de croissance des effectifs de l’après Première Guerre mondiale et de pénurie de main-d’œuvre qui avait fait grimper les salaires réels dans le secteur122. Dans ce contexte, le recours à la main-d’œuvre étrangère a été une manière pour contenir des coûts de production croissants à cause des lois de 1928 et 1930 sur les assurances sociales et de 1932 sur les allocations familiales (desquelles ne bénéficiaient pas les travailleurs étrangers). Toutefois, cela s’est aussi fait dans le contexte exceptionnellement favorable des Trente Glorieuses, pour lequel les économistes ont pu parler de « rente de situation » pour certaines entreprises leaders du secteur à cause de l’effet conjugué de l’offre de marchés publics et d’une faible concurrence sur les marchés les plus importants123. Bas salaires, importance de la durée du travail et difficulté des conditions de travail expliquent la persistance du poids relatif d’une main-d’œuvre immigrée extrêmement instable. Elle a fluctué selon les périodes, comme nous le verrons dans le chapitre suivant, en baissant notamment pendant les crises des années 1930 et 1980 ; mais la présence étrangère toujours en forte augmentation en période de tension du marché du travail, constitue la marque distinctive de la force de travail de la branche124. Les acteurs eux-mêmes adoptent cette clé de lecture de leur politique de recrutement. Lors des travaux préparatoires au VIe Plan, le dirigeant d’une grande entreprise de travaux publics admettait que « s’il était contraint d’employer du personnel français au lieu des étrangers, il devrait verser des salaires supérieurs de 20 % »125.

  • 126 Entretien avec Louis Taravella, Nogent-sur-Marne. On retrouve des propos semblables pour des pério (...)
  • 127 Entretien de 1969 diffusé dans un reportage de 1983 du Journal de 20 h de TF2 et puis de nouveau e (...)

76Les petits patrons utilisent plutôt le registre du recrutement « à défaut de mieux », mais en se référant implicitement à leur impossibilité d’offrir, à compétence égale, des salaires concurrentiels à des Français126. Francis Bouygues, en 1969, va encore plus loin lorsqu’il parle des travailleurs migrants qui ont pour lui une qualité « fondamentale » et « qui [ont] toute [s]a sympathie » : « s’ils viennent chez nous, c’est pour travailler, et à la base ce sont des gens courageux », par contre ils ne sont « pas tellement qualifiés » et « viennent avec une idée en tête, c’est d’amasser un pécule et de nous quitter lorsqu’ils auront un pécule suffisant ». Il tire ainsi des conclusions simples sur cette main-d’œuvre « pas stable » : « nous ne pouvons pas [la] former et nous n’avons pas l’espoir que si nous la formons nous pouvons la conserver »127.

  • 128 Commissariat général du plan, VIe plan, t. 2, 1971, p. 54.
  • 129 Campinos-Dubernet, 1985, p. 298-299.
  • 130 Commissariat général du plan, Préparation du VIe plan, t. 2, 1971, p. 55.

77Rémunération et durée du travail hebdomadaire ont sans doute constitué un élément dissuasif pour la stabilisation de la main-d’œuvre d’abord nationale, puis immigrée dont le turnover est d’autant plus important que l’arrivée est récente128. Dans le bâtiment, on dépasse largement les 40 heures hebdomadaires, même si, entre les années 1950 et les années 1970, la diminution des heures travaillées (tant affichées qu’effectivement payées) a été sensible129. Mais à vrai dire, cela vaut aussi pour d’autres secteurs et il est intéressant de constater que plus la présence d’étrangers est significative, plus la durée hebdomadaire du travail est grande. Plus que la précision des chiffres, qui a été critiquée à plusieurs reprises, il importe d’observer l’écart entre les branches. En 1971, on travaillait en moyenne 49 heures par semaine dans le bâtiment et 47,2 dans les industries extractives ou dans celles du bois et de l’ameublement, toutes peuplées de 10 à 15 % au moins de salariés étrangers, contre 43,7 heures dans les industries polygraphiques qui comptent à peine 3,3 % d’étrangers130.

  • 131 Campinos-Dubernet, 1985, pour une comparaison entre les salaires de différents secteurs industriel (...)
  • 132 Ibid., p. 291.

78Avec la durée du travail, la rémunération constitue un obstacle non négligeable à la stabilisation131. Elle est toujours plus basse que dans le reste de l’industrie, au point qu’on a parlé de la construction comme d’un secteur « secondaire » avec une référence explicite à la théorie du dualisme du marché du travail. Ce faisant on considère de manière homogène l’ensemble du secteur132. Et pourtant, l’hétérogénéité dont nous avons commencé à sonder la complexité laisse entrevoir des conditions de travail opposées au sein de la branche, voire au sein des entreprises elles-mêmes. C’est ce que nous essaierons de montrer en décomposant les différents éléments de la structure productive, et en poussant l’analyse jusqu’au cœur même des unités de production individuelles.

79La présence étrangère – un emploi salarié et non salarié sur trois au niveau national au début des années 1970 – ne peut cependant pas se réduire uniquement à ce rôle d’appoint.

80Pour expliquer ce phénomène de concentration étrangère massive – plus dense que dans n’importe quel autre secteur en France dans les années 1970 –, la prise en compte de l’ensemble des unités de production permet d’articuler au mieux les formes variées de cette présence immigrée. La diversité de la main-d’œuvre est présente à des degrés différents mais toujours conséquents, dans toutes les classes d’entreprises. La diversité a également résisté à la réduction des effectifs des années 1980 et à la modification de l’organisation de la production, aux restructurations, aux recentrages fonctionnels accompagnés de la sous-traitance en cascade. Elle a pris au passage des formes nouvelles : sous-traitance et travail à la tâche sont largement tributaires de la contribution de la main-d’œuvre immigrée. Et cela aussi parce que, on le dit moins souvent, les titulaires mêmes de ces activités sont des étrangers. Conditions de travail difficiles voire pénibles, bas salaires et auto-exploitation expliquent aussi la prolifération des indépendants travaillant à la tâche. « Marchandeurs » de main-d’œuvre, tâcherons et petits artisans indépendants sont ainsi, on verra dans quelle mesure, des immigrés.

  • 133 Mais cf. Lafont et Leborgne, 1974, partie I et Boublil, 1980, p. 85-86.
  • 134 Sur les réactions des associations syndicales professionnelles et l’attitude de l’État, cf. Perrin (...)

81Même si les statistiques sont quasiment absentes sur ce sujet, du côté des sous-traitants les migrants sont légion133. Les entrepreneurs immigrés ont été des interlocuteurs indispensables pour les grands et les petits maîtres d’œuvre de la reconstruction du Nord-Est après la Première Guerre mondiale comme pour ceux des marchés publics des Trente Glorieuses. Leur concurrence a été regardée avec une appréhension croissante depuis l’entre-deux-guerres134. Dans les chapitres à venir, nous appréhenderons cette présence et son évolution historique à différents niveaux afin de comprendre comment la diversité des origines s’articule avec l’indépendance, et comment elle se compose en termes de provenance parmi indépendants et salariés.

  • 135 Boublil, 1980, p. 29-31, cf. également du Tertre, 1989, p. 169-174. Pour les données des années 19 (...)

82La réduction, au cours des vingt dernières années du xxe siècle, de la main-d’œuvre immigrée ne résulte pas de la volonté affichée par le patronat et prônée dans les VIe et VIIe plans de rendre le secteur attractif pour les jeunes travailleurs français, mais de l’action de deux facteurs conjugués : la réduction draconienne des effectifs produite par la crise, qui a pesé tout particulièrement sur les immigrés, et la législation restrictive en matière d’immigration de travail. Bien qu’amoindrie, cette présence reste néanmoins considérable : au moins un travailleur sur cinq est étranger au niveau national, même dans les phases d’oscillation les plus marquées de l’immobilier135.

Conclusion

  • 136 Le travail le plus emblématique de ce point vue est celui de Friedmann, 1956 (édition mise à jour (...)

83Pour nombre de planificateurs, économistes et sociologues des années 1950 et 1960, certains phénomènes pouvaient sembler résiduels136. En creusant sous la surface des analyses, il a été possible de découvrir les multiples espèces de la petite entreprise du bâtiment ainsi que des figures entrepreneuriales liminaires, les travailleurs à la tâche « isolés », dont le poids statistique et social nous a obligés à aborder de front des questions apparemment latérales, des anomalies de la modernisation du secteur de la construction qui du coup sont passées quasiment inobservées.

84Que l’on retrouve les étrangers au cœur de ces anomalies est-il surprenant ? Et qu’en est-il de l’attitude des observateurs contemporains à leur égard ?

85Il s’agit à présent, une fois établi le poids statistique des travailleurs indépendants et des étrangers en leur sein, de les approcher de manière plus qualitative. Ce survol ciblé servira ainsi de tremplin pour mieux décrypter la perception que différents enquêteurs et observateurs sociaux ont pu avoir des migrants dans cette masse croissante de travailleurs de toute origine qui compose la force de travail salariée et indépendante du bâtiment au xxe siècle.

Notes

1 Le rôle joué par la crise sur l’attention portée aux formes historiques « alternatives » de l’industrialisation occidentale est mis en avant dans Sabel et Zeitlin, 1997, p. 2-3. La lecture de longue durée de l’histoire du salariat de Robert Castel est également emblématique de cet intérêt contemporain pour les marges de la société, Castel, 1995.

2 Par exemple dans la Charte européenne des petites entreprises annoncée par le Conseil européen de Lisbonne en mars 2000 et adoptée par le Conseil de Feira les 19 et 20 juin 2000 dont l’incipit énonce : « Les petites entreprises sont l’épine dorsale de l’économie européenne », http://ec.europa.eu/enterprise/policies/sme/documents/charter/index_en.htm, consulté le 20 mai 2013.

3 Plus largement, la publication collective de la Commission internationale d’histoire des mouvements sociaux et des structures sociales, 1981 visait à donner une vision d’ensemble à la fois historique et comparative de la petite entreprise. À la même époque on s’intéressait également à l’emploi dans les PME, toujours dans une perspective internationale, dans Baroin et Fracheboud, 1983. Cf. en particulier, pour la France, Lescure, 1996.

Pour le Royaume-Uni voir par exemple Segenberger, Loveman et Piore, 1990, ainsi que le volume entièrement consacré à l’emploi et à la petite entreprise édité par Atkinson et Storey, 1994 et en général la collection Routledge Small Business Series, dirigée par David Storey à partir du début des années 1990. Pour des revues plus recentes de la littérature anglo-saxonne sur la petite entreprise, cf. Curran et Blackburn, 2001. Le Bolton Report, l’enquête pionnière et anticipatrice en Europe sur le small business, date, en revanche, de 1971: Bolton, 1971.

4 INA, « Rétrospective Paris-chantiers », Journal de Paris – 30/12/1966 – 08min02s Sur les travaux de voirie cf. Flonneau, 2008 et, pour une plus ample bibliographie, Dufaux, Fourcaut et Skoutelsky, 2003.

5 INA, « Les grands travaux de Paris », édition spéciale, 19/06/1963 – 08min21s ; « Des travaux un peu partout », Les Actualités Françaises – 09/09/1964 – 01min49s ; « Grands travaux de Paris », Journal de Paris – 03/02/1970 – 04min11s. Cf. Cohen, 2009.

6 En réalité, la première tentative de planification remonte aux travaux préparatoires du IVe Plan (publiés en 1961). La raison, mise en évidence lors des travaux préparatoires du Ve, a été attribuée au « caractère rudimentaire des statistiques disponibles », Commissariat général du plan, Ve Plan, 1966, p. 7, p. 13. Le bilan fait état d’une expérience « décevante », d’une « réalité pas conforme aux prévisions », notamment au niveau de la productivité, de prix des travaux trop sensibles aux oscillations de la conjoncture, p. 8-9. De plus, on remarque que « loin de diminuer, la part des petites entreprises aurait eu plutôt eu tendance à s’accroître avec l’expansion particulière des travaux disséminés du bâtiment », p. 10. Sur le contexte économique plus large de l’époque voir Gueslin, 1994, p. 67-70 ; cf. Steoffaës, « La Restructuration industrielle » et Casez, « Un demi-siècle », in Lévy-Leboyer et Casanova, 1991, p. 445-472 et p. 473-506.

7 Commissariat général du plan, IVe Plan, 1961 ; Commissariat général du plan, 1976 ; Commissariat général du plan, 1971 (le Comité a été crée le 24 octobre 1969 par arrêté et rattaché à la commission habitation) ; Commissariat général du Plan, 1987. Sur le Commissariat au Plan voir Rousso, 1986 (en part. Rousso, « Le ministère de l’industrie », p. 27-40 et Barjot, « Un patronat face aux Plans »). Sur la crise vécue par la planification dans les années 1970 voir Rousso, 1987 (en part. Margairaz et Rousso, « Le Plan, une affaire d’Etat ? » et Barjot, « Une branche stratégique ») et le plus récent Bezes, 2009, p. 66-92.

8 Dans la lettre de saisine du CES le premier ministre part du constat que « le secteur du bâtiment tient dans l’activité économique du pays une place considérable par son volume de production, par le nombre d’emplois qu’il offre et par l’importance du logement, de l’urbanisme et du cadre de vie pour l’existence de nos concitoyens », Conseil économique et social, 1984, rapport de Jacques Danon.

9 Voir l’« Avis » aux accents keynésiens adopté (et les annexes à l’avis) par le Conseil économique et social dans Conseil économique et social, 1984, p. 3-10. 10. du Tertre, 1989, cf. Campinos-Dubernet, 1985 et Campagnac, Bobroff et Caro, 1990. Certaines de ces études ont répondu à des commandes publiques ; sans en faire ici la liste complète on rappellera les travaux de Christian du Tertre, de Myriam Campinos et Elisabeth Campagnac dont plusieurs références bibliographiques vont apparaître dans les notes qui suivent.

10 du Tertre, 1989, cf. Campinos-Dubernet, 1985 et Campagnac, Bobroff et Caro, 1990. Certaines de ces études ont répondu à des commandes publiques ; sans en faire ici la liste complète on rappellera les travaux de Christian du Tertre, de Myriam Campinos et Elisabeth Campagnac dont plusieurs références bibliographiques vont apparaître dans les notes qui suivent.

11 Lescure, Les banques, 1982, p. 26-27 ; Barjot, 1991, p. 9-37, p. 17-18 ; Levy-Leboyer, 1968, Fig. 2, p. 790, p. 803. Cf. Levy Leboyer et Bourguignon, 1985, p. 278-279.

12 Lescure, 1983, p. 11.

13 Nadaud, 1889, séance du 21 juin 1876, p. 433-34.

14 Lescure, 1983, p. 26 et Topalov, 1967, p. 107-127. Cf. Levy-Leboyer, 1968, p. 803. Sur l’explosion du phénomène du lotissement banlieusards dans l’entre-deux-guerres voir Fourcaut, 2000, chap. 2 et 3, p. 57-111.

15 Entre 1919 et 1939, on construit 114.000 logements par an, Lescure, 1983, p. 38. Sur les phases marquantes de la chronologie du bâtiment voir Barjot, 1991, p. 17-27.

16 Fourcaut, 2000, chap. 1 ; pour un point de vue ouvrier, voir Dubost, 1991 et Frouard, 2011.

17 Barjot, 2006, p. 28-31 et passim.

18 Lescure, 1983, p. 12.

19 Campinos-Dubernet, 1985, p. 195.

20 Lescure, 1983, p. 46.

21 INSEE, Comptes nationaux – base 2000, Construction.

22 INSEE, 2010. En 2011 la Construction est à 7 % tandis que l’ensemble de l’industrie est toujours à 13,9 % du total de la population active http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATCCF03172. Après une forte baisse dans les années 1990 les actifs de la construction sont en 2011 de nouveau 1 838 milliers, consulté le 31 octobre 2012.

23 Zarca, 1990 et Zarca, 1993. Pour le cadre juridique de l’époque Martin, 1984 et, pour les évolutions postérieures, Karm, 2004.

24 Barjot, 2006, p. 330-337. Sur le BTP comme « industrie de main-d’œuvre » ayant un « faible degré capitalistique et employant à production égale 30 % en plus de main-d’œuvre que les industries manufacturières », cf. du Tertre, 1989, p. 130.

25 Barjot, 1991, souligne à la fois le poids et la main-d’œuvre et des consommations intermédiaires sur les marges des comptes d’exploitation, p. 14 ; cf. Guillerme, 1991.

26 Les calculs sur la productivité dans le bâtiment doivent, selon certains économistes, tenir compte des difficultés de diffusion et d’application des normes de production variables d’une entreprise à l’autre, cf. du Tertre, 1989, p. 150-151.

27 Atkinson et Storey, 1994, indiquent quatre axes d’analyse issus des travaux sur la petite entreprise et l’emploi : quantitatif, qualitatif, self-employment, interaction avec le marché local et les économies locales, voir l’Introduction, p. 4-16.

28 Lescure, 1996, p. 6.

29 Bade, 2002 et Rygiel, 2007.

30 Sur mobilité de métier comme trait spécifique du bâtiment voir Beaune, 1991.

31 Si les monographies sur les grandes entreprises de travaux publics sont désormais relativement nombreuses, on dispose également de quelques études de cas d’entreprises du bâtiment, grâce notamment à la polyvalence qui caractérise certains grands groupes. Par exemple, l’expansion de Fougerolle s’est accompagnée de l’absorption d’un certain nombre de petites et moyennes entreprises du bâtiment : Dominique Barjot donne les éléments essentiels de leur histoire dans Barjot, 1992. Tout récemment, un illustre exemple de reconversion des travaux publics au bâtiment a été étudié par Jambard, 2008. Mais cf. également Park-Barjot, 2005 ; Berthonnet, 1996 ; Burnel, 1995 ; Doux, 1994 ; d’Angio, 1995. La figure de Bouygues a été plus particulièrement décryptée par les sociologues et en particulier par Campagnac, 1988 ; Barjot, 2013.

32 Jounin, 2009.

33 La référence classique reste Piore, 1979. Pour la confection et une discussion de la théorie de la spécialisation flexible voir Green, 1998, p. 15-20.

34 Je fais ici allusion au lexique d’un filon extrêmement riche de la recherche sur l’histoire et l’économie de l’industrialisation : Sabel et Piore, 1989. Pour une mise au point récente cf. l’article de Zeitlin, 2008.

35 Campinos-Dubernet, 1985, p. 317.

36 Perrin, 1925 et Allison, s.d., mais probablement 1925 ou 1926.

37 Parmi les premiers travaux en France à insister sur ce point voir Lescure, 1996, Introduction. Les études sur la spécialisation flexible des années 1970 et 1980 avaient porté aussi sur la France, cf. tout particulièrement Berger, « The traditional sector in France and Italy », in Berger et Piore, 1980, p. 88-131 et Piore et Sabel, 1984.

38 Baroin, Daniel et Frachebond, 1983.

39 Il est intéressant de ce point de vue, malgré l’absence du BTP dans l’échantillon choisi, de remarquer que le Ministère du développement industriel lance au début des années 1970 l’enquête publié par Sallez et Bayle-Ottenheim, 1974.

40 Parmi les derniers travaux Zalc, 2010 et Perrin, 2007.

41 L’historiographie a surtout nuancé les jugements hâtifs sur la place résiduelle occupée par les PME dans la croissance à travers l’étude du financement des PME dans les années de conjoncture positive qui ont suivi la Première Guerre mondiale, voir en particulier Lescure, 1996, p. 10 ; Chadeau, 1988.

42 Outre Segenberger, Loveman et Piore, 1990, voir le volume entièrement consacré à emploi et petite entreprise Atkinson et Storey, 1994. Pour une revue de la littérature anglo-saxonne sur la petite entreprise voir Curran et Blackburn, 2001.

43 Notamment 47 % pour les entreprises de moins de 100 employés contre 51 % pour la France et 45 % pour l’Allemagne, cf. Storey, David, 1994 (re-éd. Thomson Learning, 2005), p. 22-26. Les statistiques européennes relatives aux années 1990 confirment cette tendance, cf. Ferrier, 2002, p. 141. La part de PME dans le parc entrepreneurial au Royaume-Uni dépasse désormais en 1995 celle de la France (94,3 % contre 92,9 %) et celle de l’emploi dans ces dernières s’y avoisine avec 28 % pour le Royaume-Uni contre 32,3 % pour la France.

44 Segenberger, Loveman et Piore, 1990, p. 5.

45 Pour une synthèse de la vaste littérature de l’approche des « alternatives économiques » établie par l’un des ses pionniers cf. Zeitlin, 2008. Il est intéressant de remarquer que l’article pionnier de Charles Sabel et Jonhatan Zeitlin, sorti en 1985 dans Past and present, Sabel et Zeitlin, 1985 a d’abord été publié dans Stato e mercato en 1982.

46 À ce sujet cf. les remarques d’Arnaldo Bagnasco dans Bagnasco et Sabel, 1995, p. 1-5. Cf. Eck et Lescure, 2002 ; Lescure, 2006 ; Daumas, Lamard et Tissot, 2007.

47 En histoire sociale, comme en sociologie, après des débuts prometteurs entre la fin des années 1970 et les années 1980, l’intérêt pour les classes moyennes productives s’est amoindri jusqu’à des années très récentes. Cf. l’ouvrage critique et monumental en deux volumes de la Commission internationale d’histoire des mouvements sociaux et des structures sociales, Petite entreprise, 1981 et les études sur le monde de la boutique et du petit commerce de Vigier, 1979. En sociologie voir notamment Gresle, 1980 ; Zarca, 1983 ; Zarca, 1986. Plus récemment voir Zalc, 2010 et Zalio, 1999.

48 Eccles, 1981, p. 335-357 ; Gianfaldoni, Guilhon et Trinquet, 1997 ; cf. Campagnac et Winch, 1995, p. 3-14. Les études les plus développées sur ce point portent sur l’Amérique du Nord, Buzzelli et Harris, 2006, et Harris et Buzzelli, 2005.

49 Journal officiel de l’Union européenne, 2003.

50 Elle inclut : l’entreprise individuelle qui ne possède pas de personnalité juridique distincte de celle de son exploitant (par exemple : commerçant, artisan, profession libérale, exploitant agricole...) ; l’entreprise dite personne morale (par exemple : société anonyme (SA), société à responsabilité limitée (SARL)...) définitions consultées en ligne le 31 octobre 2012 sur le site de l’INSEE, http://www.sirene.tm.fr/pages/sirene_le_rep.asp?contenu=definitions#entreprise.

51 Bolton, 1971.

52 Alors que pour les « manufacturing firms » ce seuil était de 200 unités.

53 Storey, 1994, p. 10-13.

54 Recommandation 2003/361/CE de la Commission, du 6 mai 2003.

55 Selon la loi de 1962 réactualisée par celle du 5 juillet 1996, « doivent être immatriculées au Répertoire des métiers (auprès de la Chambre des Métiers) les personnes physiques et les personnes morales qui n'emploient pas plus de 10 salariés et qui exercent à titre principal ou secondaire une activité professionnelle indépendante de production, de transformation, de réparation ou de prestations de services relevant de l'artisanat ». Mais le « droit de suite » permet de rester immatriculé au Répertoire des métiers au-delà de 10 salariés sous certaines conditions, ce qui revient à ne pas établir de limites juridiques de fait en termes de taille pour le maintien de l’inscription au Registre des métiers. L’artisanat du bâtiment et la question de la création de l’entreprise ont été étudiés tout particulièrement par Auvolat et Terrasse, Artisans, 1992. Pour une définition officielle, cfr. Conseil économique et social, 1987 et Conseil économique et social, 1997.

56 Storey, 1994, p. 8. En sociologie des organisations le débat sur les limites de la taille date des années 1970 cf. Mileti, Gillespie et Haas, 1977, cf. Uhlaner, 2003.

57 Storey, 1994, p. 8.

58 Curran et Blackburn, 2001, p. 22.

59 Sur la base du répertoire de l’Organisme professionnel de qualification et classification du bâtiment, 1969, Christian Topalov utilise un seuil de 1 à 50 pour la petite entreprise et de 50 et 300 pour la moyenne, cf. Topalov, 1973, p. 31. L’effectif moyen annuel est calculé sur la base des heures de travail effectuées sur l’année par les salariés, divisé par le nombre d’heures de l’année normale (2000).

60 Cf. Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’équipement, du logement et du tourisme, 1968-69, p. 31 ; Barjot, 2006, p. 332 et Lescure, 1983, p. 47.

61 En 1906 la population active des corps de métier des maçons, carreleurs, cimentiers et plâtriers comptait 316 283 actifs des deux sexes. En ajoutant les 66 679 « isolés » aux ouvriers et employés travaillant dans les établissements de 1 à 10, ouvriers on atteint le pourcentage de 51,5 % des actifs. Pour les mêmes corps de métiers en 1936 on obtient 41,7 % ou 47 % si l’on enlève de la population active les 49 972 travailleurs sans emploi qui représentaient le pourcentage record de 11,9 % de la population active. Statistique générale de la France, Recensement de la population française, 1906 et 1936 ; Pour 1954 voir le tableau 5 ci-dessous dans le texte, tiré de INSEE, Les établissements industriels, 1956.

62 Cf. Topalov, 1973, p. 32.

63 Dans un contexte de croissance des emplois du BTP, qui passent de 1 529 069 à 2 064 049, une réduction de la part des effectifs employés par les entreprises de 50 à 200 salariés a tout de même eu lieu dès la deuxième moitié des années 1960. En 1962, on passe de 21,2 % à 18,9 % des effectifs employés alors que les entreprises de plus de 500 salariés passent de 14,9 à 17,3 % et celles de 20 à 49 passent de 13,6 à 14,5 %. Cette réduction se fait principalement dans le second œuvre, mais aussi dans le gros œuvre, cette fois selon un processus de réelle concentration qui débouche sur une polarisation encore plus accentuée entre les deux extrêmes du spectre industriel du bâtiment : les très grandes et les très petites unités Campinos-Dubernet, 1985, p. 166 ; p. 170, tab. 47. Lafont et Leborgne, 1974, partie I, p. 3-24 et partie II, n. 56, p. 17-27.

64 Lescure, 1983, p. 62.

65 Campinos-Dubernet, 1985, tableau p. 170, cf. du Tertre, 1989, p. 149.

66 Campinos-Dubernet, 1985, p. 162.

67 Ibid., p. 170. Pour des données récentes, régulièrement mises à jour voir le site Métiers du BTP. Observatoire perspectif des métiers et des qualifications, http://www.metiers-btp.fr.

68 Une seule des 11 entreprises de la construction de 501 à 1000 effectifs est une entreprise du bâtiment et seulement un quart des 55 entreprises de 201 à 500 l’est, Lescure, 1983, p. 14, p. 47-51.

69 Barjot, 2006, p. 36, p. 331-332.

70 En 1959 lorsqu’on présente la population du BTP (1 350 000 emplois pour la branche selon le syndicat patronal, la FNB), on distingue les chefs d’entreprise non-salariés (30 000) des salariés (20 000), les personnels salariés des personnels non-salariés (20 000 aides familiaux, tous dans le bâtiment) et on précise que tous les 200 000 « maîtres artisans » sont non-salariés, Commissariat général du plan, IVe Plan, 1961, p. 11.

71 Campinos-Dubernet, 1985, p. 203.

72 Ibid., p. 67 et p. 203.

73 Barjot, 2006, p. 597-622.

74 Campinos-Dubernet, 1985, p. 204-205.

75 Zalc, 2010, p. 93-101.

76 Martini, 2014.

77 Topalov, 1994, p. 327.

78 Desrosières et Thévenot, 2002 (1988), p. 11-12.

79 Campinos-Dubernet, p. 158, tab. 46.

80 Elles représentent notamment 26,3 % du chiffres d'affaires en 1961 et 29,6 % en 1970 cf. tab. 48 dans Campinos-Dubernet, 1985, p. 170.

81 Boublil, 1980, p. 25.

82 Ce point d’entrée permet également de dialoguer avec les travaux des économistes et des sociologues portant sur les années 1945-80, qui ont été nombreux à se pencher sur la grande entreprise du gros œuvre, quoique pour des raisons opposées auxnôtres. Cf., par exemple, dans une production foisonnante, Amat et al., 1980 ; du Tertre, 1989 ; Campagnac, Bobroff et Caro, 1990.

83 En 1975, le gros œuvre représente 40,5 % des emplois du BTP, le reste se répartissant entre 40,8 % dans le second œuvre et 18,7 % dans les TP. Notons également que la maçonnerie réunit la très grande majorité des emplois du gros œuvre et 31,5 % de la totalité des emplois de du bâtiment, Campinos-Dubernet, 1985, p. 162.

84 Lafont et Leborgne, 1974, partie I.

85 Cf. Abraham et Taylor, 1996. Les travaux du CEREQ ont sur la relation entre recours à la sous-traitance et réduction de l’emploi dans les entreprises Perraudin, Thevenot et Valentin, 2006.

86 Chauvin et Jounin, 2011.

87 Cf. les travaux de la Mission de liaison interministérielle pour la lutte contre le travail clandestin, l’emploi non déclaré et les trafics de main d’œuvre et, plus largement, Le Goff, 2004.

88 La politique de régularisation mise en œuvre en 1981-1982 a permis d’identifier les secteurs les plus concernés par l’utilisation de cette main-d’œuvre : services (commence de détail et restauration surtout, 36 %), BTP (30 %), agriculture et confection. Cf. Claude-Valentin, 1992, Haut Conseil à l’Intégration, 1992, p. 97.

89 Chauvin et Jounin, 2011, p. 115-117.

90 Les études disponibles, et tout particulièrement les études sociologiques, n'ont pas analysé la relation entre évolution de l’intérim et conjoncture dans le BTP. La baisse récente de l’intérim en période de crise, elle aussi contre-intuitive, révèle l’existence de politiques de gestion de la main-d’œuvre visant à maintenir un socle de salariés interne à l’entreprise. http//:www.metiersbtp.-fr/reperes/chiffresdubtp/-Pages/salaries.aspx, consulté le 17 janvier 2010 : « Après une hausse régulière de l’intérim dans le BTP depuis le milieu des années 90 jusqu'en 2006, le poids de l'intérim diminue fortement en 2007 et 2008. Le taux de recours (intérimaires/effectifs salariés) est de 8,8 dans la construction, 7,5 dans l'industrie, 1,7 dans le tertiaire ».

91 Petit et Thévenot, 2006, Repenser les frontières du travail subordonné. Introduction, fait état de la convergence de plusieurs institutions publiques nationales et internationales (Conseil économique et social, Commission Européenne, OIT, Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de travail), sur « les nouveaux besoins en matière de sécurisation des parcours professionnels », p. 7. Cf. Centre d’études de l’emploi, Perraudin, Thevenot et Valentin, 2006.

92 Tripier et Casella, 1998, p. 40-45 ; p. 76-84.

93 Ibid., p. 83.

94 Campagnac, Bobroff et Caro, 1990, p. 10-24.

95 Berthomieu et al., 1982, p. 7, p. 85-86.

96 Ibid., p. 85-86. Cf. Duchéneaut, 1995 ; Campinos-Dubernet, 1985, p. 159-160, p. 184 ; Kerbourc’h, 2003 ; du Tertre, 1989.

97 « La sous-traitance est l'opération par laquelle une entreprise confie à une autre le soin d'exécuter pour elle et selon un cahier des charges préétabli une partie des actes de production ou de services dont elle conserve la responsabilité économique » (Journal officiel du 26 avril 1973), cf. le rapport de l’Office international du travail, 1975.

98 Il s’agit du décret n. 7668 du 20 juillet 1976, cf. Commission technique de la sous-traitance, 1978, p. 7 et le livre de l’inspecteur général de l’industrie Claude Altersohn qui a assuré la gestion de la Commission technique de la sous-traitance, De la sous-traitance, 1992, cf. Berthomieu et al., 1982.

99 Depuis 1975 des statistiques sont recueillies par le Ministère de l’industrie dans le cadre de l’Enquête Annuelle d’Entreprise dont sont exclus l’artisanat (entreprises de moins de 10 employés), l’aéronautique, l’armement, la construction navale, les industries agroalimentaires et le BTP (mais le ministère de l’équipement produit une enquête annuelle d’entreprise sur les travaux confiés, à laquelle s’ajoutent les statistiques de la FNB et de FNTP).

100 Commission technique de la sous-traitance, 1978, p. 7, note que les données sur les travaux reçus sont moins fiables. De plus, la commission insiste sur le fait qu’il s’agit de chiffres sous-estimés car ils portent sur des situations de sous-traitance connues au moment de la passation du contrat, dans d’autres cas la nature exacte des produits finaux n’est pas forcément connue par les entrepreneurs qui travaillent en sous-traitance. Cf. Gorgeu et Mathieu, 1981, p. 5-110 et Sallez et Schlegel, 1963.

101 Loi no 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance, disponible en ligne sur le site de Legifrance, http ://www. legifrance. gouv. fr (consultée le 21 mai 2013). Cf. pour une chronologie détaillée de l’élaboration de cette loi et de ses applications Altersohn, 1992, p. 126-136.

102 Ministère de l’économie, Médiateur des relations interindustrielles et de la sous-traitance, Rapport, 2010, p. 8-9, dorénavant Rapport Volot, où sont mentionnées les définitions du Conseil économique et social de 1973, de la loi de 1975 et de la CEE en 1978.

103 Barrère-Fligt, Pierre, Président du conseil national de la sous-traitance du bâtiment (FNB), déclare en 1996 à propos de la loi de 1975 « c’est la crise de 1973 qui est à l’origine de ce texte ».

104 Rapport Volot, 2010, p. 8.

105 Ibid., p. 6-7.

106 La raison tient au fait qu’elle règle également, à la différence d’autres législations européennes, le cas d’un maître d’ouvrage confiant à un maître d’œuvre/entrepreneur principal la réalisation d’un produit éventuellement sous-traité par partie Ibid.., « Synthèse », p. 6-7., cf. d'Auzon, « Remise du rapport Volot, 2010

107 Petit et Thévenot, 2006, Introduction, passim.

108 Ibid, p. 6, cf. Morin, 1994, sur la protection du travail « mobile ».

109 L’ouvrage de Taylor, écrit au début du siècle, a d'ailleurs été traduit assez précocement en France et republié à plusieurs reprises : Taylor et Thompson, 1924 (3e éd., la première édition, traduite et adaptée par M. Darras, avait été publiée en 1914 et la deuxième en 1920).

110 Dans ses travaux analysant les contrats, les relations de subordination et la flexibilité au travail, Robert Boyer a justement mis en évidence l'importance de mécanismes (institutions et outils de gestion tels que, par exemple, les contrats implicites) qui contribuent à définir la relation de subordination, qui ne se réduit pas au seul échange force de travail contre revenu salarial, cf. Boyer, 1986a. Boyer souligne (p. 303) la difficulté de « développer une approche purement axiomatique des outils de gestion du travail salarié. Dès lors, la question centrale est celle du processus dynamique d’apparition, de diffusion, puis de remise en cause d’une composante de la gestion salariale » (italique dans le texte). Cf. Boyer, 1986b, p. 11-34.

111 Taylor et Thompson, 1924, p. 23-33.

112 Pour une discussion centrée sur la confiance et les normes de la coopération inhérentes à la sous-traitance, cf. Baudry, 1994, en particulier p. 55-56.

113 La théorie économique appréhende cette forme d’organisation de la production dans le cadre de l’approche neo-institutionnelle, à travers la théorie des contrats et celle des coûts de transaction. La question des frontières de la firme, des limites de l’efficience de l’intégration verticale et de ce qui constitue le core de ses activités, soulevée par Ronald Coase en 1937, continue d’être une interrogation centrale, couplée à la question de la réduction des coûts de transaction, posée par Oliver E. Williamson. Coase, 1937 ; Williamson, 1975 ; Williamson, 1985, p. 120-122 ; 232 ; 265, cf. par exemple De Haan, Voordijk et Joosten, 2002.

114 Amat et al., 1980.

115 Barjot, 1999, p. 52-56 ; Campinos-Dubernet, 1985, p. 113-117.

116 Sur Petit, qui a dirigé, entre autre, la SONACOTRA de sa fondation en 1956 à 1977, cf. Pouvreau, 2003.

117 Amat et al., 1980, p. 57-75. Pour une analyse de cette question dans le contexte nord-américain voir Harris et Buzzelli, 2005.

118 Campinos-Dubernet, 1985, p. 204, p. 115, p. 118.

119 Nadaud, 1998, p. 61, Taylor et Thompson, 1924, p. 22 : Tableau des 13 opérations chronométrées de « travaux de coulage d’un massif de béton » avec la « méthode scientifique » : « Tamisage du gravier, chargement du gravier en brouette, transport du gravier à 30 mètres, chargement du sable en brouette, transport du sable à 30 mètres, chargement du ciment en barils sur wagons à 10 km, transport du ciment à 10 km, déchargement du ciment, malaxage du béton, chargement en brouette, transport du béton à 30 m., damage ou pilonnage, temps total par mètre cube de béton : 680,1 minutes ».

120 Campinos-Dubernet, 1985, p. 197-205 et Ministère du logement, Plan construction et architecture, « Chantier 2000 », Techniques et chantiers et « Chantier 2000 », Les chantiers de demain.

121 Duc, 2002, p. 65-82 et pour les années 1970, Amat et al., 1980, p. 211-231.

122 Barjot, 2006, p. 320-330 ; Barjot, 1991.

123 du Tertre, Christian, 1989, p. 169-174 et Campinos-Dudernet, 1985, p. 173, p. 193-206, p. 274-76.

124 Sur ce point a récemment insisté Jounin, 2008, p. 7 et passim ainsi que l’artiche de Chauvin et Jounin, 2011, en part. sur l’emploi de travailleurs immigrés irréguliers, p. 124.

125 Commissariat général du plan, VIe plan, t. 2, 1971, p. 54.

126 Entretien avec Louis Taravella, Nogent-sur-Marne. On retrouve des propos semblables pour des périodes plus récentes : « J’en prends, j’en prends, j’en prends… jusqu’à ce que je tombe sur le bon. Ce n’est pas évident de trouver surtout en ce momentque le bâtiment a redémarré. Ce n’est même pas une question de salaire, il y a eu la folie des salaires en 1990-1992 tout le monde voulait gagner 10 000, 12 000 francs nets. Moi je ne pouvais pas donner ces salaires-là. Puis il y a eu baisse de salaires et tout le monde a cherché à garder son patron », entretien avec M. B., Nogent-sur-Marne, 9 septembre 1999.

127 Entretien de 1969 diffusé dans un reportage de 1983 du Journal de 20 h de TF2 et puis de nouveau en 1989 avec une partie rétrospective sur les années 1970 ; INA, « Francis Bouygues sur les immigrés ». JA2 20H – 28/07/1983 et « Politique d'immigration », JA2 20H – 05/12/1989 – 04min50s. À cette époque Bouygues participait également aux travaux préparatoires au VIe plan, cf. Barjot, Dominique, « Une branche stratégique », p. 137-152.

128 Commissariat général du plan, VIe plan, t. 2, 1971, p. 54.

129 Campinos-Dubernet, 1985, p. 298-299.

130 Commissariat général du plan, Préparation du VIe plan, t. 2, 1971, p. 55.

131 Campinos-Dubernet, 1985, pour une comparaison entre les salaires de différents secteurs industriels en France et dans différents pays, p. 291, pour les taux de sortie et de concentration des étrangers dans les années 1970, cf. p. 281 et p. 313.

132 Ibid., p. 291.

133 Mais cf. Lafont et Leborgne, 1974, partie I et Boublil, 1980, p. 85-86.

134 Sur les réactions des associations syndicales professionnelles et l’attitude de l’État, cf. Perrin, 2007, p. 47 et Zalc, 2010, p. 197-205.

135 Boublil, 1980, p. 29-31, cf. également du Tertre, 1989, p. 169-174. Pour les données des années 1970 voir INSEE, 1975 et INSEE, 1979, p. 207.

136 Le travail le plus emblématique de ce point vue est celui de Friedmann, 1956 (édition mise à jour en 1964). Certains milieux patronaux, lors du Ve plan, avaient évoqué l’idée d’un développement de la sous-traitance comme facteur de spécialisation productive souhaitable, cf. Bayle-Ottenheim, Le Thomas et Sallez, 1973 (Préface de Pierre Dreyfus, PDG de la régie nationale des usines Renault), p. 83.

Notes de fin

* Poids relatif, en pourcentage, des principales activités du bâtiment dans le non salariat total de la branche (corps 8)

* pour 1961 de 1 à 20, pour 1970 de 0 à 19 salariés

Table des illustrations

Titre Tab. 1. Effectifs du BTP en France par statut, 1906-1936
Légende Source : Statistique générale de la France, Recensements de la population française, 1906-1936.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tab. 2. Population active dans le BTP en milliers, 1954-1975
Légende Source : INSEE, Recensements de la population française, 1954-1975.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 1. Indices de l’emploi total, salarié et non salarié dans le BTP, base 100 en 1954.
Légende Source : INSEE, Comptes nationaux, base 2005. Les tableaux de l’économie française, Construction, séries longues. Série téléchargée le 31 octobre 2012.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25690/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tab. 3. Entreprises du BTP par taille en France, Royaume-Uni, Allemagne en 1976
Légende Source : EUROSTAF-DAFSA, 1980, p. 20-23 (pour la France l’enquête n’a pas pris en compte les entreprises de moins de cinq salariés, pour l’Allemagne celles de moins de vingt salariés).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25690/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tab. 4. Effectifs du BTP par taille des entreprises en France, Royaume-Uni, Allemagne en 1976
Légende Source : EUROSTAF-DAFSA, 1980, p. 20-23.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25690/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tab. 6. Répartition de la population active du BTP par statut, 1906-1936
Légende Source : Statistique générale de la France, Recensements de la population française, 1906-1936.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25690/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 2. Répartition par statut professionnel de la population active du BTP en 1936 (4 Q).
Légende Source : Statistique générale de la France, Recensement de la population française, 1936.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25690/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 3. Répartition des entreprises par nombre de salariés, année 1954.
Légende Source : INSEE, Les établissements industriels, 1956.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25690/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 4. Répartition des entreprises par nombre de salariés, année 1971.
Légende Source : INSEE, Les entreprises et établissements industriels, 1974.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25690/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tab. 7. Chiffre d’affaires des activités des entreprises de moins de 20 salariés*, pourcentages
Légende Source : Campinos-Dubernet, 1985, p. 171.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25690/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search