Version classiqueVersion mobile

Bâtiment en famille

 | 
Manuela Martini

Épigraphe

À Paul-André, aux hommes de ma famille

Texte intégral

1Nella notte la piazza ritorna deserta
e quest’uomo, che passa, non vede le case
tra le inutili luci, non leva più gli occhi:
sente solo il selciato, che han fatto altri uomini
dalle mani indurite, come sono le sue.

2Non è giusto restare sulla piazza deserta.
Ci sarà certamente quella donna per strada
che, pregata, vorrebbe dar mano alla casa.

3(Cesare Pavese, Lavorare stanca, Firenze 1936)

4La place dans la nuit redevient déserte
et cet homme qui passe ne voit pas les maisons
entre les lumières inutiles, il ne lève plus les yeux :
il sent seulement le pavé qu’ont posé d’autres hommes
aux mains dures et calleuses comme les siennes.

5Ce n’est pas juste de rester sur la place déserte.
Il y a certainement dans la rue une femme
qui, si on l’en priait, donnerait volontiers un foyer.

6Cesare Pavese, Travailler fatigue, dans Travailler fatigue, Paris, Gallimard, 2008, Traduction de Gilles de Van révisée par Martin Rueff, p. 168.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search