Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Homme-trace

 | 
Béatrice Galinon-Melenec
, 
Sami Zlitni
, 
Fabien Liénard

Liminaire

Traces contemporaines : corporéité, scripturalité, identité et territorialité

Sami Zlitni, Fabien Liénard et Béatrice Galinon-Mélénec

Texte intégral

  • 1 Cité par Kristeva J., « Qu’appelle-t-on la “chair” ? », Congrès Parler en psychanalyse, [en ligne], (...)

« Le monde vu n’est pas “dans” mon corps, et mon corps n’est pas dans le monde visible […] chair appliquée à la chair, le monde ne l’entoure ni n’est entouré par elle […] ; il y a insertion réciproque et entrelacs de l’un à l’autre ».
M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, 19451

1Le tome 3 de la série « L’Homme trace » de CNRS éditions continue à tracer un chemin qui, circulant de discipline en discipline, permet de saisir comment le terme trace se sémiotise différemment selon les auteurs. Leurs approches montrent que, malgré une illusion d’évidence significative, la notion de trace est extrêmement complexe et que le rôle de l’Homme dans sa production et dans son interprétation y est existentiel. À cette complexité, répondent deux chapitres proposant des repères transversaux : la préface de Béatrice Galinon-Melenec intitulée : « Épistémologie de la notion de trace », et la postface rédigée par Yves Jeanneret : « Représentations, altérations, identifications. Le signe-trace dans l’industrie des écritures ». Ensemble, ils montrent comment les différentes analyses circonscrites d’objets et de situations et leurs conceptualisations dans les trois tomes de la série maintiennent la dimension problématique et heuristique de la recherche sur la trace telle qu’elle est produite et interprétée par l’Homme-trace.

L’Homme-trace et le courant de lanthropologie de la communication2

  • 2 Galinon-Melenec B., Penser autrement la communication, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 37-59.

2Larousse définit les sens comme « chacune des fonctions psychophysiologiques par lesquelles un organisme humain ou animal reçoit des informations sur certains éléments du milieu extérieur de nature physique ou chimique ». Le corps n’est pas pour autant seulement un intermédiaire, mécaniquement et chimiquement, sensoriel entre l’environnement et l’individu, du moins si ces termes sont pris dans un sens strict. C’est par le corps que « nous sentons, désirons, agissons, exprimons et créons (…). Vivre en ce sens n’est pour chacun d’entre nous qu’assumer la condition charnelle dont les structures, les fonctions, les pouvoirs nous donnent accès au monde et nous ouvrent à la présence corporelle d’autrui » (Andrieu, 1972 : 7-9).

  • 3 Martin-Juchat F., Le corps et les médias ; la chair éprouvée par les médias et les espaces sociaux,(...)
  • 4 Ces chercheurs, entre autres, ont participé à la série L’Homme trace : Galinon-Melenec B. (tomes 1, (...)

3Quand le corps vit, il ressent, il perçoit, il se meut, même quand il semble immobile. La chair sans cesse éprouvée3 par les interactions de l’homme avec son milieu rappelle en permanence que les séparations dedans-dehors, affectif et cognitif sont des artefacts. Et le vécu corporel en repère les traces les plus diverses : qu’elles soient produites ou non par l’homme, produites ou non pour l’homme, elles participent toujours à sa construction. Cette approche s’inscrit dans le courant de pensée de l’anthropologie de la communication constitué par plusieurs chercheurs en sciences de l’information et de la communication dont4 Béatrice Galinon-Melenec, Pascal Lardelier, Jean-Jacques Boutaud, Fabienne Martin-Juchat, auquel est associé ici Bernard Andrieu, anthropologue et philosophe du corps.

  • 5 Habermas J., Théorie de l’agir communicationnel, coll. L’espace du politique, Paris, 1987. La prése (...)

4Concomitamment à cette approche donnant une place centrale au non verbal s’inscrit un courant plus orienté vers le langage verbal et l’écriture. Le tome trois de la série L’Homme trace a pour objectif de mettre en évidence ces deux dimensions de la communication qui se complètent dans la mesure où toute réalité qui s’éclaire de « sens » mène l’homme à revendiquer sa compréhension, à produire des actions pour la rendre performative. « Performativer » l’interprétation de la trace, par une action (sur lui-même, sur autrui, sur le monde), devient un enjeu fondamental de l’agir communicationnel5.

Identité et unicité6

  • 6 Galinon-Melenec B., Penser autrement la communication, op. cit., p. 59-62.
  • 7 Par exemple, par l’amniocentèse du cordon ombilical.
  • 8 Ce qui permettrait par un test prénatal de savoir qui est le père.

5La carte d’identité d’une personne indique notamment la date et le lieu de naissance mais le corps du bébé vit déjà depuis plusieurs mois dans le ventre de sa mère quand il naît à la vie sociale. Il vit bien avant que la société ne lui attribue un « état civil ». Son existence ne survient pas avec sa première bouffée d’oxygène ou, pire, lorsque l’officier d’état civil enregistre les informations relatives à cette naissance. Le bébé est donc, tout au long de la grossesse, exposé et sensible à une multitude de traces qui vont peser sur son existence (par exemple, l’environnement peut-être fumeur, mélomane, etc.). Le bébé dans le ventre est un réceptacle de traces qui s’imposent à lui mais il en est aussi une source/un producteur. Il est ainsi possible d’en connaître le sexe et de repérer son bon fonctionnement (ou ses dysfonctionnements) alors qu’il est encore un fœtus. Connaître l’ADN est possible à plusieurs moment de la grossesse7 – cet ADN qui accompagne la matière corps porte la trace des géniteurs8, empreinte indélébile qui permettra de confirmer l’identité de manière irréfutable : la trace devient alors la preuve. Malgré tout cela, pour la société, l’identité civile ne vaut qu’à la naissance : quand les corps de l’enfant et de la mère se séparent.

  • 9 Besson J., Farail M.-D., Galtier M., Martin M.-C. et Vaquer L., « L’amour maternel dans tous ses ét (...)
  • 10 Cf. Galinon-Melenec B., « Penser autrement l’identité », dans Penser autrement la communication, op (...)
  • 11 Besson J., Farail M.-D., Galtier M., Martin M.-C. et Vaquer L., op. cit., p. 113.

6C’est à ce moment qu’une nouvelle aventure commence : « Il apparaît que, pour pouvoir mettre en place le lien avec son enfant, la mère doit faire le détour et le retour régressif par le lien avec sa propre mère. Quelle que soit la nature de ce lien, la mère “naissante” va puiser dans son histoire précocissime, voire archaïque, le fond relationnel et affectif que lui a légué sa propre mère »9. Dans tous les cas, la relation initiale contribue à construire l’identité de l’individu10. Une recherche des traces immuable et fondamentale puisque « La cohérence de la relation que la mère établit avec son enfant donne à l’enfant le sentiment de sa valeur. L’enfant se sent aimable, il peut construire l’estime de soi »11.

Les traces dans la construction identitaire

  • 12 La différence entre ipse et idem est éclairante sur ce point (Levinas cité par Derrida, L’écriture (...)
  • 13 Cf. Mead G. H. (1963), cité dans L’Identité : L’individu, le groupe la société, Éditions Sciences H (...)
  • 14 Mead G. H., L’esprit, le Soi, et la Société, Paris, PUF, 1963.

7La racine du terme individu (du latin individuum : ce qui est indivisible) indique l’unicité12 du sujet, unicité qui existe par une différenciation entre soi et l’autre – sachant que le premier autre auquel il se confronte est justement la mère puisqu’il s’en disjoint à l’instant même de la naissance. L’identité sociale et psychique se construit progressivement en tentant de se situer entre similitude et différence13. Elle est « processus d’objectivation » (l’individu souhaite être reconnu dans sa différence) « et d’appropriation » (il souhaite être semblable à d’autres humains) : le soi « se développe chez un individu donné comme résultat des relations que ce dernier soutient avec la totalité des processus sociaux et avec les individus qui y sont engagés »14. La représentation que l’on a de soi tient donc essentiellement des interactions avec l’environnement. Toutes ces interactions du passé – allant jusqu’à celles héritées de ses géniteurs qui eux-mêmes remobilisent leurs propres interactions du passé – ont une influence sur le présent. En ce sens, elles correspondent à la définition des traces processuelles (Galinon-Melenec, 2013 ; 2014).

  • 15 La carte d’identité d’une personne.
  • 16 Cf. Galinon-Melenec B. (2007), Penser autrement la communication, op. cit. p. 60.

8La confrontation avec l’altérité construit l’individu en tant qu’individu, en tant que sujet et, dans un même mouvement, s’impose à lui… au point de vouloir, parfois, fuir l’altérité pour revenir au stade prénatal ou, du moins, avant la naissance de l’identité (civile)15, avant la séparation initiale avec la mère. Ainsi, entre la peur d’une identité « phagocytée » par un autre (aussi intime soit-il, soit-elle) qui tendrait à la fusion et la menace de l’autre qui impose une intolérable différence de regard, la construction de l’identité par le contact à l’autre se constitue, incontestablement, dans la complexité16.

Apprivoiser la trace émotionnelle : un contexte professionnel

9Les interactions de la naissance et de la prime enfance jouent un rôle particulier par rapport à celles qui vont suivre. Du fait du rôle très prioritaire de l’affect, les traces laissées pendant cette période de vie peuvent être qualifiées d’empreintes tant elles s’inscrivent en profondeur dans les corps.

  • 17 Violences sur les enfants, incestes, viols, attentats, etc.
  • 18 Cyrulnik B., Seron C. (dir.), La résilience ou comment renaitre de sa souffrance, Paris, Éditions F (...)
  • 19 Kristeva J., Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1988.
  • 20 Care : prendre soin, faire attention aux autres, attitude d’entraide.
  • 21 Laugier S., « L’éthique comme politique de l’ordinaire », Multitudes, no 37-38, 2009/2, p. 80-88.

10Mais ces empreintes prénatales, natales et enfantines fondatrices sont loin d’être les seules. Tous les traumas susceptibles de surgir pendant cette période ou plus avant, sont de ce type d’inscription et créent une subjectivation en souffrance (en attente). Les sources de trauma varient d’un individu à un autre ; certaines sont relativement fréquentes dans la société contemporaine17. Elles conduisent à des fragilités durables et complexifient encore le rapport à soi et le rapport à l’altérité développés par l’individu traumatisé. Quelques-uns ont la chance de trouver des points d’appuis porteurs de résilience qui leur permettent de se réparer psychologiquement. Ils résultent d’interactions positives, de relations affectives porteuses d’espoir18. D’autres encore font l’objet d’un travail de repérage en thérapie et d’une verbalisation pour sortir de l’intime vers l’extime : tous les cheminements de psychogénéalogie qui visent à sortir les traces de leurs cryptes peuvent servir de source à des orientations professionnelles : profession de soin et d’aide ; profession artistique dont l’écriture et toutes celles qui mettent en cause l’imposition du signifié, le refus de l’étrangéité, trace de conflits intérieurs non déconstruits19 – ou non –, attitude personnelle de « Care »20 et même de mise en place de politiques de soutien aux personnes vulnérables21.

  • 22 Aquien P., « Psychanalyse du spectre », Sillages critiques, no 8 (doc. 8), 2006, [en ligne], dispon (...)
  • 23 . Assoun P-L., Traces : Introduction à la métapsychologie freudienne, Paris, PUF, 1993 (2e édition (...)

11Ainsi le spectre22 de l’histoire de vie inscrite dans le corps, joue un rôle au présent, parfois de façon négative, parfois de façon positive, mais toujours agissante. Lové au cœur de la construction identitaire, l’itinéraire de chaque individu nourrit l’action présente qui en porte les traces23.

Itinéraires

I – Traces du corps

De l’épistémologie du corps à l’émersiologie

  • 24 À la suite des travaux de Brohm J.-M. : « Philosophie du corps ? Quel corps ? », Encyclopédie Philo (...)
  • 25 Galinon-Melenec B., Martin-Juchat F., Le corps communiquant, Paris, L’Harmattan, 2008.

12Bernard Andrieu a fait du corps l’objet même de ses recherches depuis de nombreuses années. Dès les années 1990, il a sorti le corps du « placard épistémologique » (Andrieu, 2006 : 14). Il rappelle qu’il existe une « historicité radicale de la corporéité »24. Il a également travaillé sur les images du corps valorisées à des moments différents de l’histoire et indiqué qu’elles portent les traces des représentations sociales et des mentalités d’une époque25.

13Il nous fait part ici d’une nouvelle approche, l’émersiologie, science réflexive née de l’émersion des sensibles provenant du corps vivant. Autrement dit, il distingue ce que le corps intériorise de ses interactions avec l’environnement, le corps vivant, – qui est aujourd’hui repérable grâce à des technologies très fines – et ce qu’est le corps senti, le corps vécu. Or, même si l’un et l’autre sont porteurs de traces intériorisées, ils ne produisent pas les mêmes signes-traces dans les relations. Sachant que ce que chaque individu connaît de son corps est le corps senti (et non la totalité du corps vivant) et que le corps vivant extériorise des signes-traces dont il n’est pas conscient. Bernard Andrieu se demande comment un enseignant en activité physique et sportive intègre l’ensemble de ces signes-traces dans une relation enseignant-enseigné qui passe nécessairement par le corps.

14À cette question répondent trois chercheurs en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) : Bernard Andrieu, Nicolas Burel et Sabine Cornus. Ils considèrent que, au travers des gestes pédagogiques de l’enseignant, s’expriment non seulement des attitudes, des postures et des techniques du corps conscientisées, rationalisées, utiles pour l’apprentissage, mais aussi les traces incorporées de manière inconsciente. Les signes-traces du corps qu’ils soient intentionnels ou involontaires se conjuguent dans la transmission vers l’enseigné.

15Les auteurs tentent de repérer un seuil à partir duquel le langage permet la formalisation des signes-traces du corps (du down vers le top, du in vers le out) ; et à l’inverse, comment dépasser la formalisation décrite par l’enseignant pour revenir à la réalité d’un corps vivant en interaction.

La relation entre traces, corps et milieu numérique vue à travers la philosophie de Spinoza

  • 26 La série L’Homme trace sélectionne pour chaque tome les travaux d’un jeune chercheur.
  • 27 Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université Libre de Bruxelles.
  • 28 Notamment Spinoza B., L’Éthique, (trad. Bernard Pautrat), Paris, Le Seuil, 2010, ainsi que les trav (...)
  • 29 Nous présentons ici ces balises de manière massive pour que le lecteur puisse les avoir à l’esprit (...)

16Dans le chapitre deux, un jeune chercheur26 bruxellois, Tyler Reigeluth27, interroge l’utilisation du terme « trace » quand il est assimilé à une « chose », à « un objet » que l’on « laisse derrière soi », quand il est considéré comme marque d’intentionnalité appelant une interprétation subjective ou impliquant une forme de représentation. Tyler Reigeluth dénonce lui aussi le hiatus aporétique que cela suppose entre le corps et l’esprit. Il mobilise des travaux majeurs28 pour également problématiser la trace comme activité d’interprétation corporelle. À cette fin, il met en relation les dimensions matérielles et discursives de la trace et montre en quoi elle est le lieu d’investissements politiques. Il pose des balises qui se déplaceront et s’étofferont au fil des pages29 :

  • le corps ne renvoie pas uniquement à un ensemble de processus biologiques ou physiques ni à une position subjective, mais plutôt à un spectre d’affectivité persévérant dans une existence matérielle limitée.

  • la relation co-constitutive du corps à son milieu se manifeste par le fait que le premier structure le second qui le structure en retour ; il est donc plus ou moins ouvert à certaines déterminations de son milieu.

17Ainsi pour Tyler Reigeluth, la tension entre l’agir et le pâtir du corps se matérialise et se concrétise dans la « trace » qui prolonge le corps au-delà de sa présence spatio-temporelle immédiate et qui fait que le corps est toujours, latent, présent même dans ses absences. Cette posture lui permet d’aborder la question de la production algorithmique de traces en réarticulant la relation entre corps et milieu numérique. Pour lui comme les auteurs qui précèdent le corps n’est donc pas une « unité isolable mais bien une manière d’exister dans un milieu, cette manière supposant que l’unité est toujours en procès ».

Les traces du corps dans les relations médiatisées par l’écriture

18Reprenant la dimension de l’affect dont on connait l’importance dans la transformation de la trace en empreinte, Pascal Lardellier, interroge à son tour la place du corps dans les relations médiatisées par l’écriture dans sa forme épistolaire la plus ancienne ou dans sa transposition contemporaine numérique.

19Partant du principe que la relation affective implique nécessairement le corps, il se demande ce que signifie l’absence des corps induite par la communication à distance. S’agit-il de retarder le dévoilement des identités que procure la rencontre des corps ? S’agit-il de jeux d’identités associant la construction d’un « soi numérique » ? Où s’agit-il de viser un idéal de « relation pure », une communication (voire une communion) d’âme à âme, bref une relation sans le bruitage des traces du corps vivant ?

20Pour répondre, Pascal Lardellier propose au lecteur une promenade littéraire et cinématographique aux détours desquelles il trouvera des passages significatifs révélateurs des problématiques traitées.

II – Un contexte hyperconnecté

La personnalisation industrielle de la communication numérique

21Dans son chapitre, Adrian Staii explique que de nombreuses techniques automatiques exploitent les traces numériques et permettent désormais d’envisager la personnalisation industrielle des informations et des communications (journalistiques, marchandes, sociales, etc.), en conciliant ainsi deux impératifs longtemps opposés : la nécessité de diffusion massive et le souhait d’adaptation à chaque individu. Les apports croisés de l’informatique, des neurosciences, des sciences de gestion et des disciplines sociales donnent corps à l’idée que les communications médiatisées peuvent être rendues plus « efficaces » grâce à la mise en œuvre de méthodes fondées sur la connaissance scientifique de la physiologie humaine et sur l’exploitation automatique des traces d’activité collectives et individuelles.

22Les techniques automatiques de mesure, de ciblage et de traçage qui se développent aujourd’hui annoncent ainsi une nouvelle étape de l’industrialisation de la communication selon Adrian Staii. Le chapitre est ainsi consacré à l’analyse des enjeux de cette transformation principalement dans le champ de la communication marchande, mais également en rapport avec les activités d’intermédiation informationnelle et de production semi-automatique de contenus informatifs. Au-delà des enjeux éthiques, ces évolutions posent la question centrale de la capacité de ces nouvelles formes de communication à opérer une médiation véritablement signifiante.

L’expérience transmédiatique : inclusion, environnement, communs

  • 30 Digital natives : proposée par Marc Prensky, (Cf. Entretien avec Marc Prensky, [en ligne], disponib (...)
  • 31 « Dès le début des années 90, des travaux menés aux États-Unis soulignent les risques liés à l’excl (...)

23Depuis les années 2000, un nouvel acteur s’est introduit dans l’environnement direct de l’enfant : la tablette numérique et autres TIC de la même nature. La familiarité précoce avec l’écriture numérique a déjà été étudiée au travers du suivi longitudinal des « digital natives »30. Ce contexte hyperconnecté dès la naissance a révélé une différence de familiarité dans la pratique de la communication numérique entre les générations, poussant les observateurs à traduire la fameuse « fracture numérique » tout juste émergente, en « fracture générationnelle »31. La grande majorité des plus jeunes incorporent les conditions de l’e-inclusion dans la nouvelle société numérique quand les autres sont soumis à l’injonction de discours les sommant de combler leur acculturation numérique.

  • 32 Cet article reprend pour l’essentiel des propos tenus lors de la journée Handicap psychique et inse (...)
  • 33 La collaboration de Louise Merzeau aux travaux sur les traces numériques conduites par B. Galinon-M (...)

24Dans le tome 2 de la série L’Homme trace, Louise Merzeau a présenté la relation « Traces numériques et recrutement » (Merzeau, 2011 : 35-53). Dans ce tome 3, elle introduit les questions de contextualisation, de mémorisation et de médiation pour penser le processus d’insertion, et replacer la problématique de l’accessibilité dans celle, plus large, du monde partagé et des biens communs32. Elle fait ainsi l’hypothèse que le numérique, repensé comme environnement, peut répondre à des besoins sociaux collectifs, renforcer le sentiment d’appartenance à un monde commun et nourrir une reconfiguration démocratique dès lors qu’il est convoqué dans des projets de production collaborative33.

Epistémologie et archéologie des inscriptions urbaines dans l’ère numérique

  • 34 Il se propose ici de l’approcher sous l’angle de Derrida (L’écriture et la différence, Paris, Point (...)

25Sung-do Kim, professeur ordinaire de l’Université de Koryo, à Séoul, s’est toujours intéressé à l’écriture34. Dans son chapitre, il la confronte à deux autres objets de recherche : le numérique (ou plus précisément l’hypermédia) et l’espace urbain considéré, « en tant que réseau social, comme un média qui permet d’organiser les flux de transactions, de ressources et d’échanges au niveau matériel et immatériel ».

26Cela conduit Sung-do Kim à se centrer sur les rapports entre espace urbain et écriture, ou plus précisément, entre espace urbain et inscription en général dans le contexte si particulier de la ville numérique. La ville numérique nous confronte en effet à de multiples changements et bouleverse la plupart des rapports au monde : rapport à soi, rapport aux autres, rapport aux choses, rapport au temps, rapport à l’espace, rapport à l’action. Le chercheur envisage ainsi d’explorer ici quelques-unes des implications épistémologiques, sémiotiques et archéologiques provoquées par l’émergence de la ville numérique, de la ville augmentée, en se concentrant sur la nature des modes d’inscriptions numériques considérant que « des marquages urbains inédits sont en cours d’élaboration partout dans le monde où l’espace urbain est repensé à l’aide de ces outils numériques ». Ces marquages sont des traces, en l’occurrence des traces numériques spatialisées que Sung-do Kim analyse finalement.

De la critique de l’économie politique du signe à l’économie politique de la mémoire

  • 35 Cf. Stiegler B., Pour une nouvelle critique de l’économie politique, Paris, éditions Galilée, 2009.

27Franck Cormerais reprend à son tour la question de la mémorisation des données informatiques et des menaces qu’elle constitue pour l’individu. Face à ce danger, il propose une économie politique de la mémoire. Fervent partisan du développement des Humanités digitales, il s’inscrit dans le courant de l’Homme-trace qui donne le primat à la relation. Dans le prolongement de travaux importants35, il rappelle que les mnémotechniques doivent être mise en correspondance avec les mémoires du corps (« mémoire nerveuse et cérébrale, mémoire corporelle et musculaire, mémoire biogénétique »). S’opère alors un double mouvement : la mémoire externalisée via la machine permet davantage de contrôle ; l’usage de la machine réagence l’organisation psychique des individus.

28Franck Cormerais développe point par point les arguments qui lui permettent d’aboutir à la critique de l’exploitation économique des traces et au dévoilement de la mise en œuvre d’un « capitalisme cognitif ». En conséquence, il appelle de ses vœux, des sciences de l’information et de la communication en dialogue avec les sciences politiques et l’économie. Il en attend une connaissance commune de ce qui fonde l’économie de la valeur et une « transdisciplinarité critique » permettant de poser, à partir de langages scientifiques différents – et une épistémologie rigoureuse – des problèmes généralisables et traductibles dans les communautés scientifiques.

III – Traces d’interaction

Traces et mise en scène de l’identité

29Michel Marcoccia aborde la question des traces et de l’identité numérique en analysant le rôle que peuvent jouer l’Internet et les forums de discussion en particulier, pour la construction et la mise en scène des identités individuelles et collectives des adolescents.

  • 36 Dans le sens de Gumperz J., « Verbal : strategies in multilingual communication », MSLL, no 23, 197 (...)

30Le chapitre est ainsi une étude de cas fine : une analyse des mécanismes de mise en scène identitaire sur le forum Ados.fr, forum de discussion dédié aux adolescents particulièrement populaire. Michel Marcoccia s’intéresse tout d’abord aux différents moyens, aux différents signes par lesquels un(e) adolescent(e) va mettre en scène son identité. Cette étape lui permet d’étudier ensuite le dispositif lui-même en présentant deux « espaces » du forum spécifiquement dédiés à la présentation de soi : le profil et les messages inscrits dans la rubrique « présentation ». À la suite, il se concentre sur l’espace de l’interaction, de la discussion en analysant le rôle que joue la présentation de soi dans la dynamique de l’interaction, le rôle de « l’identité numérique dévoilée » sur la relation qui s’instaure entre tous les autres qui fondent la communauté de paroles36 virtuelle.

Significations, figures, formes et traces

31Ce chapitre d’Alex Frame et Gilles Brachotte porte sur d’autres écritures dont paraissent absents les corps. Les chercheurs examinent en effet les interactions en ligne entre des membres d’une communauté d’ancien.nes étudiant.es, d’alumni. Ils considèrent que ces interactions, qui se manifestent sous l’unique forme de traces écrites (sans jamais de rencontres « programmées »), permettent aux membres d’un groupe de participer à la performance d’une culture et d’une identité collectives, mais aussi à tout un chacun de se démarquer sur le plan identitaire.

  • 37 Frame A. et Boutaud J.-J., « Performing Identities and Constructing Meaning in Interpersonal Encoun (...)
  • 38 Cooren F., Manières de faire parler : interaction et ventriloquie, Lormont, Le bord de l’eau, 2013.
  • 39 Latour B. et Guilhot N., Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2007.

32Sur le plan théorique, le chapitre met en relation le modèle sémiopragmatique des interactions37, l’approche ventriloque38, inspiré de la théorie de l’Acteur-réseau39 et le paradigme de l’Homme-trace. Ce paradigme aide Alex Frame et Gilles Brachotte à mieux comprendre le rôle des objets qui côtoient les acteurs humains dans les interactions, en recentrant le regard sur le rôle central des relations de l’humain avec les traces matérielles et immatérielles. Le paradigme permet ainsi de transcender les frontières entre communication médiatée par ordinateur et communication interpersonnelle.

Écritures informées du réel, de la trace d’interaction à la communication numérique

  • 40 Galinon-Melenec B., « Expérience incarnée, construction cognitive et jugement. Le rôle des “ signes (...)
  • 41 Cette base commune facilite la répartition des problématiques que les deux chercheures coordonnent (...)

33Pour Sylvie Leleu-Merviel, comme pour Béatrice Galinon-Melenec40, la réalité physique existe en dehors de la perception des humains : ce que les hommes nomment réalité provient d’un processus où les traces figurent au cœur des inférences permettant à une entité cognitive d’appréhender le monde41.

  • 42 Galinon-Melenec B. : « Avec Augustin Berque (2009) nous considérons que la notion de « milieu » con (...)
  • 43 Varela F. & Maturana H., The Tree of Knowledge : The Biological Roots of Human Understanding, revis (...)

34Dans ce chapitre, Sylvie Leleu-Merviel interroge les constructions signifiantes fondées sur un jeu d’interactions entre un interprétant cognitif (IC) et le milieu dans lequel il baigne, tout en considérant que la séparation entre cet IC et son environnement est purement artificielle. Ils sont en effet étroitement interdépendants en ce qu’ils exercent une influence réciproque constante, se transforment et se modifient l’un l’autre sans discontinuer. Aussi est-il plus juste de mobiliser le concept de milieu42 en lieu et place de « l’environnement » et de s’appuyer sur l’énaction telle que définie par ailleurs43.

  • 44 Lee, 1949 ; Floridi, 2005 & 2011 ; Korzybski, 1950 ; Mugur-Schächter, 2006 & 2009 ; Bates, 2005 & 2 (...)

35Sylvie Leleu-Merviel montre que la transformation des traces d’interaction en données verbales obéit à la sémantique et à la syntaxe du langage mobilisé. Elle remarque que si cette conversion des traces d’interaction en données fournit l’étoffe du langage, a contrario, la qualification est contrainte par le moule formel du langage mobilisé, et ne peut en excéder les possibles, ce qui conditionne en retour la mise en données des traces d’interaction. Pour mettre en évidence que les traces d’interaction sont aux racines des inférences permettant à un interprétant cognitif (IC) de saisir son milieu pour mieux s’y adapter, la chercheure s’appuie sur des travaux majeurs44. Ces références nourrissent l’argumentation montrant comment s’enchâssent les diverses phases d’un processus informationnel, qui procède d’une écriture informée d’un Réel entendu comme inatteignable par essence.

Postface

Représentations, altérations, identifications. Le signe-trace dans l’industrie des écritures

  • 45 Le premier séminaire de l’Homme-trace a eu lieu au CELSA en 2010. Les travaux des chercheurs présen (...)
  • 46 Cf. infra.

36Yves Jeanneret participe à l’aventure intellectuelle de l’Homme-trace depuis ses débuts45. Dans le tome 1, sa présentation de la « Complexité de la notion de trace » (Jeanneret, 2011 : 59-86) confrontait la notion de trace à trois termes : l’inscription, l’indice, le tracé. La trace y était située dans sa relation à l’écriture, au texte, aux archives, à la mémoire. Dans le tome 2, il présentait la problématique de la relation entre trivialité, indicialité, traçabilité et visibilité et aboutissait à une « panoplie cartographique de la traçabilité » (Jeanneret, 2013 : 235-268). Dans la postface de ce tome 3, Yves Jeanneret s’appuie sur le paradigme des « signes-traces » présentées dans le tome 1 de la série (Galinon-Melenec, 2011 : 191-212) pour l’appliquer à l’industrie des écritures. Reprenant la définition anthropologique de L’Homme-trace, il écrit un texte qui embrasse deux horizons à la fois. « D’un côté un enjeu d’actualité : l’avancée du projet industriel de redéfinir l’humanité – voire la post-humanité – comme un ensemble de traces maîtrisables. De l’autre une perspective transhistorique : celle de l’anthropos appartenant à son environnement naturel, social et technique. » Il rejoint en cela non seulement « l’inscription de signes-traces dans la matière-corps […] automatique et inhérente à la vie » (Galinon-Melenec, 2011 : 198), mais aussi les travaux de Sylvie Leleu-Merviel sur les « Écritures informées du réel »46.

  • 47 Cf. Jeanneret Y. (« Faire trace : un dispositif de représentation du social », p. 41-64), Leleu-Mer (...)
  • 48 Galinon-Melenec B., « The future of the “Homme-trace”. A substantial societal challenge », NETCOM, (...)
  • 49 Sur cette notion et ce qui la distingue de la conception contractuelle de la communication, lire Je (...)
  • 50 Sur ces distinctions conceptuelles, lire Jeanneret (2011 : 61-62) et à propos de la relation entre (...)

37Yves Jeanneret montre comment il s’accorde avec ces auteurs47 sur le fond d’une implication communicationnelle permanente dans la construction d’une réalité existentielle48 et d’une économie sémiotique où se rencontrent49 les traces du corps et de l’esprit. Pour Yves Jeanneret, « dans un tel cadre, le signe-trace est une réalité protéiforme, renvoyant inévitablement à notre être au monde mais fruit d’une élaboration complexe. Les inscriptions médiatiques, en particulier l’écriture au sens strict (qui rend la langue visible) et les écritures médiatiques et graphiques au sens large (créant le monde visuel) en sont un ingrédient essentiel, parce qu’elles lui apportent la dimension du tracé »50.

Conclusion

38Chapitre après chapitre, ce tome III de la série L’Homme trace montre comment l’environnement technique et les pratiques numériques – qu’elles soient individuelles ou sociales – s’inscrivent dans les cerveaux qui se modifient ainsi jusque dans leurs structures. En retour, cette évolution fait évoluer les comportements. La question est alors de repérer jusqu’où la technologie communicationnelle peut transformer le cerveau humain ? La standardisation de la collecte des données et de leur traitement par l’outil numérique a-t-elle comme conséquence la standardisation des cerveaux et la mise en péril d’une pensée individuelle ? Les traces laissées par l’usage quasi-permanent des technologies de l’information et de la communication peuvent-elle recouvrir dans les cerveaux des contemporains les traces laissées par l’histoire de l’humanité ? Maintenant, plus que jamais, l’évolution trouble les frontières humain-non-humain, nature et culture. Finalement ce qui perdure au travers des millénaires, le référent stable, n’est-ce pas sa condition d’Homme-trace qui le définit anthropologiquement comme un producteur de traces et un construit de traces, l’ensemble fonctionnant en système dans une dynamique écologique ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Andrieu B., Le corps, Paris, Éditions universitaires, 1972.

Andrieu B., « Quelle épistémologie du corps ? », CORPS, no 1, GDR232/Syllepses, octobre 2006, p. 13-21.

Aquien P., « Psychanalyse du spectre », Sillages critiques, no 8 (doc. 8), 2006.

Assoun P.-L., Traces : Introduction à la métapsychologie freudienne, Paris, PUF, 1993 (2nde édition en 2014).

Assoun P.-L., « Le mouvement et la trace. “L’inconscient moteur” », Actes du XIVe Colloque de thérapie psychomotrice, La Trace : résonances, Paris, 2001.

Bates M. J., « Information and knowledge : an evolutionary framework for information science », Information Research 10(4) paper 239, 2005. [Accessible en ligne à : http://InformationR.net/ir/10-4/paper239.html].

Bates M. J., « Fundamental Forms of Informations », Journal of the American Society for Information Science 57(8), p. 1033-1045, 2006.

Besson J., Farail M.-D., Galtier M., Martin M.-C., Vaquer L., « L’amour maternel dans tous ses états », Spirale, no 18 (volume 2), 2001.

Bolter J. D., Grusin R., Remediation : Understanding New Media, Cambridge (Ms), MIT Press, 1999.

Brohm J. M., « Philosophie du corps ? Quel corps ? », Encyclopédie Philosophique Universelle, tome 1, L’Univers Philosophique, Paris, PUF, 1989.

Cooren F., Manières de faire parler : interaction et ventriloquie, Lormont, Le bord de l’eau, 2013.

Cyrulnick B., Noel E., De la parole comme molécule, Paris, Le Seuil, 1995.

Cyrulnik B., Seron C. (dir.), La résilience ou comment renaitre de sa souffrance, Paris, Éditions Fabert, 2004.

Davallon J., « Conclusion », dans Jean Davallon (dir.), L’économie des écritures sur le web, Cachan, Hermès/Lavoisier, 2012.

Derrida J., L’écriture et la différence, coll. Points, Paris, Le Seuil, 1967.

Dubuisson D., Raux S. (dir.), À perte de vue : les nouveaux paradigmes du visuel, Dijon, Les presses du réel, 2014.

Floridi L., « Semantic Conceptions of Information », Stanford Encyclopedia of Philosophy, 2005, revised in 2011, [en ligne], disponible sur : http://plato.stanford.edu/entries/information-semantic/.

Frame A., Boutaud J.-J., « Performing Identities and Constructing Meaning in Interpersonal Encounters : A Semiopragmatics Approach to Communication », Constructing Identity in Interpersonal Communication, Helsinki, Société Néophilologique, vol. LXXXI, 2010, p. 85-96.

Galinon-Melenec B., Penser autrement la communication, Paris, L’Harmattan, 2007.

Galinon-Melenec B., Martin-Juchat F., Le corps communiquant, Paris, L’Harmattan, 2008.

Galinon-Melenec B., « Des signes-traces à l’Homme-trace. La production et l’interprétation des traces placées dans une perspective anthropologique », dans Alain Mille (dir.), Intellectica, vol. 59, no 1, 2013a, p. 89-113.

Galinon-Melenec B., « Expérience incarnée, construction cognitive et jugement. Le rôle des “signes-traces” du corps dans la signification », dans Jean-Jacques Boutaud et Karine Berthelot-Guiet (dir.), La vie des signes au sein de la communication : vers une sémiotique communicationnelle, 2013b. Disponible sur : http://rfsic.revues.org/487.

Galinon-Melenec B., « The future of the “Homme-trace”. A substantial societal challenge », NETCOM, 28-1/2, 2014, p. 107-130, disponible sur : http://netcom.revues.org/1554.

Galinon-Melenec B., « La trace : propositions anthropologiques et ontologiques. Le rôle de la trace dans l’interprétation du monde par l’Homme », Postface, dans Linda Idjéraoui-Ravez, Nicolas Pellissier (dir.), Quand les traces communiquent… Culture, patrimoine, médiatisation de la mémoire, L’Harmattan, 2014, p. 219-240.

Galinon-Melenec B., « Fragments théoriques du signe-trace. Propos sur le corps », dans Béatrice Galinon-Mélénec (dir.), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, tome 1, CNRS Éditions, 2011, p. 191-212.

Goffman E., Stigma : Notes on the Management of Spoiled Identity, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall, 1963.

Gumperz J., 1970, « Verbal : strategies in multilingual communication », MSLL, no 23, p. 129-148.

Habermas J., « Théorie de l’agir communicationnel », tome 2, Pour une critique de la raison fonctionnaliste, Paris, Fayard, 1987.

Jeanneret Y., Penser la trivialité : la vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès, 2008.

Jeanneret Y., « Complexité de la notion de trace : de la trace au tracé », dans Béatrice Galinon-Melenec (dir.), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, tome 1, Paris, CNRS Éditions, 2011.

Jeanneret Y., Critique de la trivialité : les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Le Havre, Éditions non standard 2014.

Jeanneret Y., « Les chimères cartographiques sur l’Internet. Panoplie représentationnelle de la “traçabilité” sociale », dans Béatrice Galinon-Melenec, Sami Zlitni, Traces numériques : de la production à l’interprétation, L’Homme-trace, tome 2, Paris, CNRS Éditions, 2013, p. 235-267.

Korzybski A., Le rôle du langage dans les processus perceptuels, New York, The International non-aristotelian library publishing company, 1950.

Kristeva J., Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1988.

Latour B., Guilhot N., Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2007.

Laugier S., « L’éthique comme politique de l’ordinaire », Multitudes, no 37-38, 2009.

Lee D. D., « Being and Value in a Primitive Culture », Journal of Philosophy, no 13, 1949, p. 401-415.

Leroi-Gourhan A., Le geste et la parole, Paris, Albin Michel, 1964.

Martin-Juchat F., Le corps et les médias ; la chair éprouvée par les médias et les espaces sociaux, Bruxelles, De Boeck – Culture Et Communication, 2008.

Mead G. H., L’esprit, le Soi et la Société, Paris, PUF, 1963.

Merleau-Ponty M., Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945.

Mugur-Schächter M., Les leçons de la mécanique quantique : vers une épistémologie formalisée, 1997, disponible sur : http://www.cesef.net/index.html.

Mugur-Schächter M., Sur le tissage des connaissances, Londres/Paris, Hermès/Lavoisier, 2006.

Mugur-Schächter M., L’Infra-Mécanique Quantique. Une révolution épistémologique révélée dans les descriptions de microétats, Paris, Dianoïa, 2009.

Rallet A., Rochelandet F., « La “fracture numérique” : une faille sans fondement ? », 2e Workshop Marsouin, ENST Bretagne, 2003, disponible sur : http://www.marsouin.org/IMG/pdf/rechelandet_rallet-fracturenum1003.pdf.

Spinoza B., L’Éthique, (trad. Bernard Pautrat), Paris, Le Seuil, 2010.

Varela F., Maturana H., The Tree of Knowledge : The Biological Roots of Human Understanding, revised edition, Boston, Shambhala Publications Inc., 1992.

Winkin Y., La nouvelle communication, Paris, Le Seuil, 1981.

Winkin Y., Erving Goffman : les moments et leurs hommes, Paris, Le Seuil & Éditions de Minuit, 1988.

Notes

1 Cité par Kristeva J., « Qu’appelle-t-on la “chair” ? », Congrès Parler en psychanalyse, [en ligne], disponible sur : http://www.kristeva.fr/parlerenpsychanalyse.html.

2 Galinon-Melenec B., Penser autrement la communication, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 37-59.

3 Martin-Juchat F., Le corps et les médias ; la chair éprouvée par les médias et les espaces sociaux, Bruxelles, De Boeck – Culture Et Communication, 2008.

4 Ces chercheurs, entre autres, ont participé à la série L’Homme trace : Galinon-Melenec B. (tomes 1, 2 & 3) ; Lardelier P. (tome 3) ; Boutaud J.-J. (tome 1) ; Martin-Juchat F. (tome 1) ; Andrieu B. (tome 3).

5 Habermas J., Théorie de l’agir communicationnel, coll. L’espace du politique, Paris, 1987. La présentation éditoriale de l’ouvrage reprend son propos central : « Une raison incarnée dans l’agir communicationnel permet d’appréhender l’ensemble dialectique que composent l’ouverture langagière au monde et les procès d’apprentissage dans le monde. En analysant la base de validité des discours, je voudrais surmonter le logocentrisme qui a marqué effectivement la tradition occidentale ».

6 Galinon-Melenec B., Penser autrement la communication, op. cit., p. 59-62.

7 Par exemple, par l’amniocentèse du cordon ombilical.

8 Ce qui permettrait par un test prénatal de savoir qui est le père.

9 Besson J., Farail M.-D., Galtier M., Martin M.-C. et Vaquer L., « L’amour maternel dans tous ses états », Spirale, no 18, volume 2, 2001, p. 113.

10 Cf. Galinon-Melenec B., « Penser autrement l’identité », dans Penser autrement la communication, op. cit., p. 59-76.

11 Besson J., Farail M.-D., Galtier M., Martin M.-C. et Vaquer L., op. cit., p. 113.

12 La différence entre ipse et idem est éclairante sur ce point (Levinas cité par Derrida, L’écriture et la différence, Paris, Points Seuil, 1967, p. 162).

13 Cf. Mead G. H. (1963), cité dans L’Identité : L’individu, le groupe la société, Éditions Sciences Humaines, 1998 ; et Marc E., cité dans « L’identité personnelle », Identité (s) : L’individu, le groupe la société, Éditions Sciences Humaines, 2009.

14 Mead G. H., L’esprit, le Soi, et la Société, Paris, PUF, 1963.

15 La carte d’identité d’une personne.

16 Cf. Galinon-Melenec B. (2007), Penser autrement la communication, op. cit. p. 60.

17 Violences sur les enfants, incestes, viols, attentats, etc.

18 Cyrulnik B., Seron C. (dir.), La résilience ou comment renaitre de sa souffrance, Paris, Éditions Fabert, 2004 ; Cyrulnick B., Noel E., De la parole comme molécule, Paris, Le Seuil, 1995.

19 Kristeva J., Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1988.

20 Care : prendre soin, faire attention aux autres, attitude d’entraide.

21 Laugier S., « L’éthique comme politique de l’ordinaire », Multitudes, no 37-38, 2009/2, p. 80-88.

22 Aquien P., « Psychanalyse du spectre », Sillages critiques, no 8 (doc. 8), 2006, [en ligne], disponible sur : http://sillagescritiques.revues.org/437.

23 . Assoun P-L., Traces : Introduction à la métapsychologie freudienne, Paris, PUF, 1993 (2e édition en 2014) ; Assoun P-L, « Le mouvement et la trace. “L’inconscient moteur” », Actes du XIVe Colloque de thérapie psychomotrice : La Trace : résonances, Paris, 2001, p. 185-192.

24 À la suite des travaux de Brohm J.-M. : « Philosophie du corps ? Quel corps ? », Encyclopédie Philosophique Universelle, t. 1, L’Univers Philosophique, Paris, PUF, 1989 ; « Précisions sur la véritable histoire de la critique du sport. Autopsie du perelmanisme », La porcherie sportive : élevage – gavage – dopage. Quel Sport ?, no 16/17, Novembre 2011.

25 Galinon-Melenec B., Martin-Juchat F., Le corps communiquant, Paris, L’Harmattan, 2008.

26 La série L’Homme trace sélectionne pour chaque tome les travaux d’un jeune chercheur.

27 Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université Libre de Bruxelles.

28 Notamment Spinoza B., L’Éthique, (trad. Bernard Pautrat), Paris, Le Seuil, 2010, ainsi que les travaux contemporains qui s’en inspirent.

29 Nous présentons ici ces balises de manière massive pour que le lecteur puisse les avoir à l’esprit en sachant que l’objet principal de la deuxième partie de ce texte sera d’y donner corps théoriquement.

30 Digital natives : proposée par Marc Prensky, (Cf. Entretien avec Marc Prensky, [en ligne], disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=uOoag6CCsSU.
Cette dénomination caractérise la génération qui se construit accompagnée par les Technologies de l’Information et de la Communication et surtout par internet (par opposition ?), digital migrants. Aujourd’hui, un digital native est un individu entre 15 et 24 ans ayant un usage actif d’internet durant les cinq dernières années au moins.

31 « Dès le début des années 90, des travaux menés aux États-Unis soulignent les risques liés à l’exclusion de certains groupes sociaux par rapport aux TIC. Mais l’expression même de digital divide aurait été évoquée en 1995 par Long-Scott (1995) mettant en évidence les risques d’exclusion des plus pauvres et des minorités communautaires des technologie de communication du point de vue de la participation à la vie démocratique. » (Rallet & Rochelandet, 2003 : 3). Progressivement, à l’image du rapport du CREDOC de 2007 ([en ligne], disponible sur : http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/etude-credoc-2007.pdf), la notion de « fracture générationnelle » lui succède, reposant sur le constat que les écarts entre les générations se creusent davantage que les écarts entre les groupes sociaux, les sociétés.

32 Cet article reprend pour l’essentiel des propos tenus lors de la journée Handicap psychique et insertion organisée par IDEES Le Havre (UMR CNRS 6266) en mars 2014, sous la responsabilité de Béatrice Galinon-Mélénec.

33 La collaboration de Louise Merzeau aux travaux sur les traces numériques conduites par B. Galinon-Melenec est constante. Cela les conduit à de nombreuses collaborations dans le cadre des ateliers pluridisciplinaires organisés par Alain Mille (dir.), « De la trace à la connaissance à l’ère du Web », Intellectica, 2013/1), dans le cadre des séminaires de l’Institut de Communication du CNRS (ISCC, Paris), dans le cadre de l’UMR IDEES et du laboratoire DICEN Paris Ile de France au sein duquel Louise Merzeau anime l’axe « Traçabilité, identités et mémoires numériques ».

34 Il se propose ici de l’approcher sous l’angle de Derrida (L’écriture et la différence, Paris, Points Seuil, 1967) et Leroi-Gourhan (Le geste et la parole, Paris, Éditions A. Michel, 1964).

35 Cf. Stiegler B., Pour une nouvelle critique de l’économie politique, Paris, éditions Galilée, 2009.

36 Dans le sens de Gumperz J., « Verbal : strategies in multilingual communication », MSLL, no 23, 1970, p. 129-148.

37 Frame A. et Boutaud J.-J., « Performing Identities and Constructing Meaning in Interpersonal Encounters : A Semiopragmatics Approach to Communication », Constructing Identity in Interpersonal Communication, Helsinki, Société Néophilologique, vol. LXXXI, 2010, p. 85-96

38 Cooren F., Manières de faire parler : interaction et ventriloquie, Lormont, Le bord de l’eau, 2013.

39 Latour B. et Guilhot N., Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2007.

40 Galinon-Melenec B., « Expérience incarnée, construction cognitive et jugement. Le rôle des “ signes-traces” du corps dans la signification », dans Boutaud J.-J. et Berthelot-Guiet K. (dir.), La vie des signes au sein de la communication : vers une sémiotique communicationnelle, 2013. Disponible sur : http://rfsic.revues.org/487. Galinon-Melenec B., « La trace : propositions anthropologiques et ontologiques. Le rôle de la trace dans l’interprétation du monde par l’Homme », Post-face, dans Linda Idjéraoui-Ravez, Nicolas Pellissier (dir), Quand les traces communiquent… Culture, patrimoine, médiatisation de la mémoire, L’Harmattan, 2014, p. 219-240.

41 Cette base commune facilite la répartition des problématiques que les deux chercheures coordonnent depuis 2014 dans le cadre de la direction du E. LABORATOIRE HUMAN-TRACE COMPLEX SYSTEM UNESCO ( http://tinyurl.com/human-trace-unesco) et qui s’intègrent aussi dans la nouvelle série qu’elles co-dirigent, depuis 2015 aux éditions ISTE (en français) et chez Wiley ou Elsevier (en anglais) selon leur nature.

42 Galinon-Melenec B. : « Avec Augustin Berque (2009) nous considérons que la notion de « milieu » constitue une occasion de sortir des suites des logiques aristotélicienne et cartésienne qui posent le sujet comme entité indépendante ; du moins, si l’on suit la tradition japonaise où l’écriture ne laisse pas place au pronom (je, tu, etc.) et où “milieu“ veut dire “à la fois une chose (un centre) et son contraire (un entourage)”. Il s’en suit que le milieu ne peut se définir indépendamment des interactions et des relations entre des existants », Galinon-Mélénec B, « Des signes-traces à L’Homme-trace », Intellectica, 2013a, p. 108.

43 Varela F. & Maturana H., The Tree of Knowledge : The Biological Roots of Human Understanding, revised edition, Boston, Shambhala Publications Inc., 1992.

44 Lee, 1949 ; Floridi, 2005 & 2011 ; Korzybski, 1950 ; Mugur-Schächter, 2006 & 2009 ; Bates, 2005 & 2006 ; Jeanneret, 2008.

45 Le premier séminaire de l’Homme-trace a eu lieu au CELSA en 2010. Les travaux des chercheurs présents ont été publiés dans le tome 1 de La série Homme trace de CNRS Éditions.

46 Cf. infra.

47 Cf. Jeanneret Y. (« Faire trace : un dispositif de représentation du social », p. 41-64), Leleu-Merviel S. (« Traces, information et construit de sens : déploiement de la trace visuelle et de la rétention indicielle à l’écriture », p. 65-88) et Galinon-Melenec B. (« Des signes-traces à l’Homme-trace : la production et l’interprétation des traces placées dans une perspective anthropologique », p. 89-115), dans Mille A., Intellectica, 2013/1, no 59.

48 Galinon-Melenec B., « The future of the “Homme-trace”. A substantial societal challenge », NETCOM, 28-1/2, 2014, p. 107-130. Disponible sur : http://netcom.revues.org/1554.

49 Sur cette notion et ce qui la distingue de la conception contractuelle de la communication, lire Jeanneret (2008 : 151-168 ; 2014 : 66-71).

50 Sur ces distinctions conceptuelles, lire Jeanneret (2011 : 61-62) et à propos de la relation entre pratiques médiatiques et pensée visuelle, lire Dubuisson D. et Raux S. (2014).

Auteurs

Maître de Conférences, Sciences de l’information et de la communication
IDEES UMR CNRS, CDHET, Normandie Université Le Havre
http://www.umr-idees.fr
sami.zlitni@univ-lehavre.fr

Maître de Conférences HDR Sciences de l’information et de la communication
IDEES UMR CNRS, CDHET, Normandie Université Le Havre
http://www.umr-idees.fr
fabien.lienard@univ-lehavre.fr

Professeur des universités, Sciences de l’information et de la communication
IDEES UMR CNRS, CDHET, Normandie Université Le Havre
http://www.umr-idees.fr/?lhommetrace
e. Laboratoire Human-Trace Complex System UNESCO
http://tinyurl.com/humantraceunesco
galinon@free.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540