Version classiqueVersion mobile

L'Homme-trace

 | 
Béatrice Galinon-Melenec
, 
Sami Zlitni
, 
Fabien Liénard

Préface

Épistémologie de la notion de trace

Béatrice Galinon-Mélénec

Texte intégral

Trace et Homme-trace : quelle relation ?

1L’usage du terme trace se développe dans tous les espaces sociaux. Quelques exemples suffiront à en rappeler la permanence et l’importance des enjeux : traçabilité des marchandises alimentaires, ou dangereuses recherches de paternité via les traces du corps, conservation des biens culturels considérés comme des traces majeures de l’histoire de l’humanité, traces numériques, traces mnésiques, etc. Des recherches scientifiques accompagnent les questionnements qui y sont associés. Monopolisées par la spécialité qu’elles approfondissent, elles restent le plus souvent cantonnées dans chaque discipline. Il nous est donc apparu nécessaire de publier une série d’ouvrages qui décloisonnent ces apports. CNRS Éditions édite cette suite sous l’intitulé « Série Homme trace » qui présente aujourd’hui son tome III.

2Le titre de cette succession d’ouvrages sur la trace provient du contenu du tome I dans lequel il est montré que la notion de trace, en circulant de discipline en discipline, se sémiotise différemment dans des écrits qui reflètent – comportent les traces – de leurs pratiques à la fois individuelles (celles du chercheur) et sociales (celles du laboratoire, de la science, etc.). Les auteurs y déconstruisent la notion de trace : reprenant à leur compte des questionnements fondamentaux déjà posés par Platon, Leibniz, Freud, Peirce, Foucault, Levinas, Derrida, ils renouvellent leurs propos à l’aune de problématiques les plus récentes. Ils donnent ainsi à voir le rôle des traces cognitives, mémorielles, dans le lisible de leur écriture. Leurs approches montrent que, malgré une illusion d’évidence significative, la notion de trace est extrêmement complexe et que le rôle de l’Homme dans sa production et dans son interprétation y est existentiel.

  • 1 Quand le terme renvoie au paradigme il y a un tiret entre Homme et trace.
  • 2 Galinon-Melenec B., « Expérience incarnée, construction cognitive et jugement : Le rôle des “signes (...)
  • 3 Galinon-Melenec B., « Des signes-traces à l’Homme-trace. La production et l’interprétation des trac (...)
  • 4 https://rightunivlehavre.wordpress.com/ichnosanthropos/.
  • 5 Cette présentation ne reprend pas pour autant les explications déjà fournies (voir la bibliographie (...)

3Le titre de la série renvoie également à un paradigme (l’Homme-trace)1 selon lequel « l’humain est anthropologiquement un Homme-trace au sens où il est à la fois un construit de traces et un producteur de traces » (Galinon-Melenec, 2011). Développé dans plusieurs articles et chapitres relevant des sciences de l’information et de la communication2, des sciences cognitives3 ou des systèmes complexes4, le fondement de cette définition mérite d’être présenté ici5. À cette fin, nous proposons en premier lieu, la lecture commentée d’extraits de deux journaux français dont la version numérique est accessible sur le Web (Courrier international et Le Nouvel Obs). Puis, après avoir rappelé brièvement les analyses déjà proposées dans les deux tomes de la série l’Homme trace qui ont précédé ce troisième tome, nous inviterons le lecteur à s’interroger sur la nature même de la trace.

L’homme-trace : identification par le corps

L’identification de l’identité : traces, indices, empreintes

  • 6 Ce qui suit est extrait de l’article sus-cité.

4Le 2 décembre 2014, le journal Courrier International titre : « ITALIE : Des traces d’ADN relancent l’enquête sur la mort de Pasolini. Enième coup de théâtre concernant la mort de l’intellectuel italien : les taches de sang sur ses vêtements révèlent des traces d’ADN différentes de celles de l’homme reconnu coupable de sa mort. » Voici le rappel des faits6. Au début des années de plomb (1970) de l’histoire italienne, l’assassinat en 1975 de Pier Paolo Pasolini constitue un événement majeur. Giuseppe Pelosi est condamné en 1976 après être passé aux aveux. Depuis quelques années, celui-ci clame son innocence et affirme qu’il avait « “avoué” puis refusé de “dire la vérité” parce qu’il avait été menacé de mort ». À la demande du cousin de Pasolini, Guido Mazzon, une enquête a été ouverte en 2010. Diverses traces d’ADN, différentes de celles de Giuseppe Pelosi, ont été effectivement retrouvées sur les vêtements du mort. Les codes génétiques correspondent à des noms que le parquet de Rome avait insérés dans une liste de coupables présumés. Ce qui semble cautionner les déclarations du condamné.

  • 7 Pour des développements sur la notion d’indice voir : Ginzburg C., « Traces. Racines d’un paradigme (...)

5Déplions les interstices de la démarche. Nous avons dit par ailleurs que, pour nous, toute Res est par essence trace, car elle est un résultat d’autre chose (Galinon-Melenec, 2014) dans la mesure où l’on pose que rien ne naît ex nihilo. Cette posture générative de l’Évolution implique que dire qu’une chose est une trace n’apporte rien si l’on pose que toute chose est trace. Par contre, si on utilise le terme trace dans son sens ordinaire, il recouvre le fait de postuler qu’une chose qui a été déposée dans le passé a été conservée dans le présent. Donc, on recherche une chose, une chose particulière, pour laquelle celui qui la cherche pré-suppose un lien de cause à effet, qui lui fait attribuer à la chose une valeur d’indice7. Cet attribut donné à la chose la connote de deux manières : le dépôt laissé a été sauvegardé. Elle pourrait être un élément d’un tout que l’on cherche à reconstituer. Donc, si intrinsèquement toute chose est trace, elle ne devient indice que dans le contexte d’une recherche rationnelle de signification en vue d’établir qu’une situation passée s’est bien déroulée comme l’interprétant l’imagine.

6Au moment de l’enquête policière concernant la mort de Passolini, Giuseppe Pelosi est condamné car les interprétants considèrent que tous les éléments recueillis comme autant d’indices concourent à prouver qu’il s’agit bien du criminel. Cependant, tout est remis en question, 30 ans plus tard, à partir du relevé des dépôts d’ADN laissés sur les vêtements du mort. Analysons : ces dépôts étaient déjà là sous les yeux des enquêteurs trente ans auparavant mais ils n’étaient pas examinés, non seulement parce que les moyens techniques de rendre visible l’invisible n’étaient pas les mêmes, mais aussi parce que l’on considérait que l’accumulation des indices était suffisante pour prouver que la scène reconstituée était exactement le reflet, le double de ce qui s’était passé réellement. Or, ultérieurement, quand l’attention se déplace vers des dépôts dont les enquêteurs n’avaient pas encore fait l’analyse, cette spéculation s’avère fausse. Ces dépôts sont des ADN. On leur attribue le terme d’empreinte. Une telle caractérisation renvoie à deux dimensions : la fixation qui implique une non évolution dans le temps et le caractère distinctif qui implique une relation précise et sans aléa. Les empreintes digitales en sont un exemple. Les codes génétiques étant de cette nature, ils attestent de façon certaine l’identité des personnes présentes sur la scène du crime. Elles prouvent que la reconstitution était fausse.

  • 8 Cf. Ollivier B., Identité et identification. Sens, mots et techniques, Paris, Hermès Lavoisier, 200 (...)

7Cet exemple nous a permis de cerner les différences que nous établissons entre trace, indice et empreinte mais aussi d’introduire leur relation dans la recherche de l’identité et de l’identification8 d’un criminel.

Le dedans-dehors et vice et versa

8Laisser des traces de passage est le corollaire de la corporéité. C’est vrai de tout individu, humain ou animal, sur terre, en mer, dans l’espace. La vie d’un corps suppose des échanges avec l’environnement pour – au minimum – maintenir et renouveler ses cellules. Ces interactions vitales modifient – même très temporairement – l’environnement. Étant le fait de la vie même, elles ne sont pas intentionnelles (Galinon-Melenec, 2011b : 366). En fait, il existe une multitude de micro-organismes invisibles à l’œil nu dans, sur et autour de l’homme.

  • 9 Micro (petit) bios (vie) en grec.
  • 10 New York : des traces de peste noire découvertes dans le métro [En ligne], disponible sur : http:// (...)

9L’environnement de l’Homme dans les rues, les bâtiments ou les zones de transport en commun est un collectif de microbiome9 qui jusqu’à présent a fait l’objet de peu de recherches. En 2013, le Weill Cornell Medical college a lancé une recherche pour étudier les microbes dans le métro de New York. Le journal français en ligne Le Nouvel Obs s’en fait l’écho10. Des extraits de cet article et de l’étude source vont nous donner l’occasion de reprendre les notions de ce chapitre en portant notre attention sur les traces des interactions entre le corps humain et son milieu, puis en élargissant le propos aux questions d’identité.

  • 11 La présentation du protocole d’observation est issue de pathomap. org (op. cit.).
  • 12 En 2013, le métro de New York a été utilisé par une moyenne de 5,5 million de personnes par jour (s (...)
  • 13 « Beaucoup d’entre eux des étudiants bénévoles, étudiants en médecine et des étudiants diplômés » ( (...)
  • 14 24 lignes de métro dans cinq arrondissements.
  • 15 Les collectionneurs d’échantillons ont été équipés d’une application mobile construite de façon ad (...)

10Dans l’étude11, l’équipe de recherche – à laquelle sont associés des chercheurs de cinq centres médicaux de New York et d’autres à travers le pays et à l’étranger – a cherché à définir le microbiome dans le système de métro de New York12. Pendant dix-sept mois, l’équipe13 a utilisé des tampons de nylon pour rassembler, en trois exemplaires, l’ADN de tourniquets, des bancs en bois et en métal, balustrades escalier à main, poubelles, et des kiosques dans toutes les stations de métro14. L’équipe a également prélevé des échantillons à l’intérieur des trains, y compris les sièges, les portes, les poteaux et les mains courantes15.

  • 16 Source : http://www.pathomap.org/. Weill Cornell Medical College. « Founded in 1898, and affiliated (...)
  • 17 New York, February 5, 2015. Source : http://weill.cornell.edu/about-us/index.html.
  • 18 Traduction de l’auteur.
  • 19 Weill Cornell Medical College. Email : pr@med.cornell.ed.

11L’homme et le milieu entretiennent des relations permanentes. Le premier reçoit du second des flux (de matière, d’énergie, etc.) qui le modifient (directement ou indirectement) dans toute sa matière corps (y compris le cerveau). Le corps y répond, ce qui modifie le milieu en retour. Cette façon de présenter les interactions est connue. Cette expression peut paraître inappropriée quand la distinction « dedans-dehors » du corps est prise en défaut comme c’est le cas dans la situation analysée. En effet Christopher Mason, chercheur qui conduit le projet16, interprète17 les observations et déclare18 que les espèces bactériennes trouvées sont « en majorité connues et représentent des bactéries présentes sur la peau humaine ou dans le tractus gastro-intestinal » (voir figure 119).

  • 20 La présence de ces microbes et l’absence de cas médicaux rapportés leur apparaît être « une trace d (...)

Figure 1 : Infographie montrant la quantité d’ADN trouvée dans le métro de New York20.

  • 21 Levinas E. cité par Derrida J., L’écriture et la différence, coll. Points, Le Seuil, 1967, p. 165.

12On voit bien ici apparaître comment le concept d’extériorité qui pose la relation dedans-dehors du corps sous forme de coupure est une métaphore spatiale (Levinas)21. La frontière individu/environnement est visuelle. En fait, les corps sont poreux : le « dedans » porte en lui des « choses » venues du « dehors » ; le « dehors » contient des « choses » en provenance de notre « dedans. ». Si l’on maintient cette distinction utile bien que sujette à critique, ces « choses » peuvent être interprétées comme des traces d’interactions individu/environnement.

L’instrumentalisation des traces du corps22

  • 22 Cf. Colloque « Cartographie des traces », Normandie université, 19 et 20 décembre 2012. Disponible (...)

13Pour interroger le rapport entre visualisation de traces et interprétations, examiner les suites données à ces prélèvements des traces du corps est intéressant.

  • 23 Cem Meydan, chercheur associé au Weill Cornell Medical College : « un portrait moléculaire de la mé (...)

14Les traces microbiennes et ADN relevées sont transmises instantanément par voie numérique et sont visualisées sur une carte dynamique (Cf. figure 3) figurant un portrait moléculaire continu de la métropole afin d’en surveiller les changements et de prévenir les risques23.

  • 24 « Des dizaines d’espèces microbiennes étaient uniques à chaque zone du train, et qu’il y avait une (...)
  • 25 « Les niveaux d’ADN humain de la surface du métro peuvent récapituler les données du recensement am (...)
  • 26 « Cela signifie que les gens laissent derrière eux leur ADN et que recueillir cet ADN peut devenir (...)

15Cette visualisation est une pathomap qui a pour objectif principal de prévenir les menaces biologiques. Cependant, elle est aussi utilisée comme tableau de bord fournissant non seulement des indicateurs concernant la mobilité des humains mais aussi des informations sur les origines géographiques24 des usagers de telle ou telle station25. Se renseigner – via les traces d’ADN – sur l’ascendance des personnes qui transitent par une station de métro devient alors une pratique légale26. Le statut de l’ADN s’en trouve changé.

  • 27 Les ADN sont relevés dans des stations de métro qui donnent accès à des espaces différenciés – Le B (...)

16De traces héréditaires laissées par les ascendants dans le corps de leurs descendants, l’ADN change de nature et devient signe-trace de passage dans un lieu d’un individu ayant une identité non seulement individuelle (chaque individu a un ADN différent) mais aussi géographique (issu d’Afrique, d’Europe, d’Asie, etc.) et culturelle27. Ce qui correspond non seulement à des identifications individuelles mais aussi à des identifications collectives (Ollivier, 2007).

Mise en visibilité et aide à la décision : des médiations voilées

17Chaque étape de l’histoire a produit des cartes (Jacob, 1992 ; Grataloup, 2012). Construction visuelle simplifiée du terrain, la carte fournit des indications et la possibilité de décisions plus rapides. Cependant, le système de signes qui constitue la carte n’est pas autosuffisant. Certes, l’usager apprécie l’économie d’hésitation, d’essai-erreur, qu’elle procure. Cependant, il convient de lever le voile sur sa fabrication.

18La carte est un système de signes qui répond en premier lieu à la logique de celui qui l’a produite. En donnant accès à sa logique de représentation du monde, et si cette logique devient une référence pour un grand nombre d’humains, cette forme d’intelligibilité du monde se répand et semble ne pas pouvoir être interrogée. C’est alors qu’il convient de se souvenir qu’une carte n’est ni le terrain ni le monde.

Figure 2 : Mappemonde ou carte réduite des parties connues du globe pour servir au voyage de La Pérouse fait dans les années 1785, 1786, 1787, et 1788.

19La carte, comme toute autre construction, n’est pas a-historique (voir figure 2). Elle porte en elle les signes-traces de son contexte de production. Les cartes successives du monde à travers le temps témoignent des correspondances entre ces condensés graphiques et les signes-traces de l’expérience et des connaissances de leurs fabricants et leurs différences peuvent être interprétées comme des signes-traces du niveau scientifique des humains au moment de leurs réalisations.

20Dans le cas présent la carte résultante n’est pas figée (voir figure 3). Le flux de données l’actualise régulièrement. Cette évolution permanente devrait permettre d’espérer une représentation plus exacte du terrain. En fait, les processus de production de la carte dynamique (Cointet, 2012) invitent plutôt à s’interroger sur l’ensemble des interfaces, autrement dit à adopter une posture de doute épistémologique sur les traces de traces qui apparaissent ainsi sur l’écran. Plus que jamais, l’analyse sémiotique s’impose. Il faut interroger non seulement le choix du support physique (l’écran à la place du papier, par exemple) et les représentations véhiculées par l’image, mais aussi les dispositifs de traitement informatiques qui les construisent et d’une façon plus générale toutes les médiations à l’œuvre (Jeanneret, 2013).

  • 28 Credit photo : Ebrahim Afshinnekoo. Source : http://images.med.cornell.edu/news/wmc/02_02_15Pseudom (...)

Figure 3 : Carte thermique montrant la présence de bactéries du genre Pseudomonas (le genre le plus abondant à travers la ville). La concentration de ces bactéries se trouve dans les stations fréquentées28.

L’homme-trace et ses pratiques : une série douvrages

  • 29 Galinon-Melenec B., 2011a : 366-367.

21Ces exemples visent simplement à sensibiliser le lecteur au fait qu’utiliser la terminologie « Homme-trace » ne renvoie pas seulement aux traces qu’il produit mais aussi aux traces qui sont en lui, les unes et les autres étant en interaction. Ils n’épuisent pas l’analyse. De nombreuses publications témoignent que la trace est associée depuis l’origine à la mobilité des animaux et des hommes – et donc aux questions d’espace et de territoire29 – ainsi qu’à l’histoire (Ginzburg, 1989). Les ouvrages de la série « L’Homme trace » explorent d’autres aspects, soit en utilisant le terme trace dans son sens ordinaire, soit en effectuant une épistémologie de son usage.

  • 30 C’est dans le cadre de cette dynamique systémique que l’Human-Trace participe à L’UNITWIN COMPLEX S (...)

22Présentée dans les différents ouvrages de la série L’Homme trace chez CNRS éditions, la question de la trace est étudiée par des chercheurs issus de disciplines diversifiées. De ces publications à visée épistémologique émerge une avancée de la compréhension des interactions entre un Homme-trace dont l’ensemble du corps – y compris le cerveau – est un construit complexe de traces et un environnement multi-échelles où les traces de l’activité humaine sont partout présentes, l’ensemble produisant une véritable écologie de la trace30. Trois tomes ont ainsi été édité en 2011, 2013 et 2015.

L’Homme trace : perspectives anthropologiques des traces humaines contemporaines

23Le tome I (2011, L’Homme trace, Perspectives anthropologiques des traces humaines contemporaines) permet de repérer comment la notion de trace est employée dans différentes disciplines (sciences de l’information et de la communication, sémiologie, sciences du langage, sociologie, géographie, informatique, etc.). La multiplicité des approches offre une mise en visibilité de la complexité d’une notion trop souvent confondue avec des notions voisines (empreinte, marque, indice, signe) dont pourtant, à l’examen de nuances – déclinées différemment selon les auteurs – elle se distingue. De cet ouvrage émerge l’absolue nécessité de mettre en rapport le contexte de production de la trace, celui de sa réception et de son interprétation.

Traces numériques : de la production à l’interprétation

24Le tome II (2013, Traces numériques. De la production à l’interprétation) se centre sur le contexte du XXIe siècle dans lequel tout humain, même le moins tenté par les nouvelles technologies, se trouve confronté à ses traces dont l’origine numérique relève de la sphère publique ou privée. Ces traces étant manipulables et susceptibles de ressurgir dans des temporalités et des contextes imprévisibles l’inquiètent. Cet ouvrage interroge l’instrumentalisation et la valeur d’échange de cette forme de trace. Le « mille feuilles » informatique est ici mis en relation avec des logiques cognitives, culturelles et sociales. La production, l’usage et l’interprétation des traces numériques y sont situés dans leurs analogies et différences avec d’autres catégories de traces. L’ouvrage renvoie le lecteur à ses propres comportements et propose une protection relevant de trois mots clefs : formation, responsabilisation, éthique.

L’Homme-trace : inscriptions corporelles et techniques

25Le tome III (2015, L’Homme-trace : inscriptions corporelles et techniques) dévoile comment la notion de trace interfère avec un sujet dont la définition dépasse les cloisonnements entre individu et social, sujet et objet, esprit et corps, raison et émotion, vivant et non-vivant. Avec la mise en évidence de ces porosités, la complexité du déchiffrement de la trace apparaît nettement. Elle pose la question de l’immédiateté de l’interprétation de la trace. Faut-il lui opposer une démarche rationnelle inférant cause et effet ou faut-il admettre que la nature même de la trace nous échappe ?

Quand la nature même de la trace nous échappe

  • 31 Le monde est constitué de traces (conséquences de l’Évolution) et ce qu’en perçoit l’humain mériter (...)

26Dans chacun des ouvrages de la série l’Homme trace, des auteurs mettent en doute la naturalité du sens de la trace. L’itinéraire qu’ils font suivre au lecteur permet de saisir la complexité de ce qui se joue derrière les apparences de l’évidence. La difficulté s’accroit encore davantage si l’on pose que la trace n’existe pas en elle-même, qu’elle est une façon pour l’humain de lier les faits et effets à leur cause, le présent au passé, et ce pour tout existant31.

Les bornes interprétatives de la trace

27Prenons l’exemple de l’écriture. Son origine remonterait aux temps où les humains « confrontés à l’antique chaos, le “tohu wa-bohu” de la Genèse » (Souchier, 2013 : 213) faisaient appel à des devins pour comprendre le monde. Ceux-ci scrutaient le ciel sur lequel ils repéraient des discontinuités (étoiles brillantes sur fond bleu nuit, par exemple) auxquelles ils donnaient une signification de traces supposées avoir été laissées intentionnellement par des dieux invisibles, en vue de leur indiquer leurs desseins pour l’humanité. Cet examen attentif les conduisait à établir des traductions entre l’écriture des dieux (les agencements de la constellation) et ce qu’il voyait sur Terre (tortue, ou tout autre animal). Ce processus d’identification à du visible-vivant, dont ils connaissaient l’apparence mais aussi les modes de vie, permettait de croire à une forme d’entendement des traces laissées par les dieux.

  • 32 Une échoïsation de traces (Cf. Galinon-Melenec, 2013).
  • 33 Cette histoire est à la fois individuelle et sociale (cf. Galinon-Mélénec, 2008).

28Cette traduction est de type analogique. Elle porte en elle les traces de l’environnement de celui qui interprète (la tortue est pour lui un animal familier). Autrement dit, il y a là rencontre de traces32, forme de jonction entre les traces cognitives et mémorielles liées à l’histoire de vie33 (ses fantômes) de celui qui interprète (ici d’ordre divinatoire) et les traces de l’intention des dieux, constituant un présupposé interprétatif associé à un implicite causal. L’intention de comprendre ce qui existe au-delà de l’inapparent et à lui donner du sens est donc en fait bornée par ces antécédents.

  • 34 Cf. Galinon-Melenec B., « L’universalité de la trace », in série L’Homme trace, tome 1, 2011, p. 36 (...)

29Comme nous l’avons déjà explicité la trace n’en vient à exister qu’à partir d’interactions ; sa perception et son interprétation sont limitées par au moins cinq préalables : la discontinuité, le présupposé interprétatif, l’implicite temporo-causal et les processus d’identification liés à l’inscription mémorielle34.

  • 35 Souvent à l’origine d’un pouvoir coercitif (Foucault, 1975).
  • 36 Foucault M., « Nietzsche, Freud, Marx », Nietzsche, Cahiers de Royaumont, Paris, Éditions de Minuit (...)

30Les représentations de la réalité d’un individu apparaissent souvent comme closes. Construites par son histoire personnelle, elles sont sujettes à discussion par tout autre individu dont l’histoire est inscrite dans la différence (Derrida, 1967). La légitimité d’une interprétation par rapport à une autre trouve en fait sa source dans le statut social de celui qui l’énonce : de longues études autorisent le devin d’hier ou le scientifique d’aujourd’hui à aller au-delà des apparences pour « révéler » aux autres humains les traces que comportent les signes qu’ils perçoivent. La question est alors de savoir quel est le bien fondé des interprétations de ces « savants » qui ont en charge la signification des signes et leur diffusion à des collectifs d’individus. La validité de leur statut de dominant interprétatif35 est elle-même le résultat de l’évaluation des autres humains à leur égard ; et, comme tout jugement36, elle est encore signe-trace (Galinon-Melenec, 2011a : 205).

À la recherche de l’identité de l’auteur des traces

31Cependant, la reconnaissance de la pertinence de l’interprétation des traces n’est pas dévolue seulement aux savants ou aux devins, ou à tout autre individu dont la prééminence du jugement serait « universellement » validée. Elle peut provenir également d’une expertise empirique dont la pertinence aurait du être cantonnée à des « cultures primitives ». Les recherches en paléontologie conduites actuellement dans les Pyrénées françaises en témoignent.

  • 37 Les « signes-traces » que cherchent à interpréter les paléontologues sont fossilisées.

32Les grottes pyrénéennes intéressent particulièrement les paléontologues37 à la recherche des traces de la vie de nos ancêtres. Ils y trouvent des peintures rupestres dont la découverte sert à la fois la connaissance de l’évolution de l’humanité et celle de l’histoire de l’écriture. Les traces analysées (la matière sur les parois) visent à deviner l’invisible, car la véritable nature de cette écriture rupestre est d’être une trace de trace : la trace picturale apparaissant comme l’objectivation des traces cognitivo-culturelles intériorisées par l’ancêtre dessinateur.

  • 38 On notera l’usage du terme empreinte qui renvoie à la notion primitive de trace (la trace de pas). (...)
  • 39 Remarquons que les pisteurs de Namibie observent le sol comme ils le font habituellement pour repér (...)

33Si ces inscriptions très visibles ont tout de suite attiré l’œil des paléontologues, ce n’est que très récemment que l’idée leur est venue d’analyser les empreintes38 de pieds nus incrustées39 dans le sol afin de mieux comprendre qui étaient ces dessinateurs et quel était leur environnement humain (taille, poids, âge, sexe, etc.).

  • 40 Directeur de recherche sur l’art rupestre africain à l’Institut d’archéologie préhistorique de l’un (...)
  • 41 Chercheur au musée de Neandertal à Mettmann.
  • 42 Pour en savoir plus : consulter « Des pisteurs sur les traces du passé », documentaire ARTE, premiè (...)

34Deux chercheurs – Tilman Lenssen-Erz40 et Andreas Pastoors41 – ont eu l’idée de solliciter les pisteurs San (ou Bochimans) de Namibie, vivant dans le désert du Kalahari pour déchiffrer les traces de pas42. Cette démarche nous paraît particulièrement intéressante en ce qu’elle ouvre le compas interprétatif. Auparavant, les écritures sur les grottes se centraient sur le support et servaient d’analyse à l’écriture d’écrans plus contemporains : ordinateur, smartphone, etc. (Christin, 2012 ; Jeanneret, 2012 ; Souchier, 1996, 2013). Déplacer l’attention portée précédemment aux écritures rupestres des murs sur les traces laissées dans le sol par le déplacement des humains, c’est vouloir aller au-delà de l’écriture pour percer le contexte de l’écriture d’écran, c’est réinvestir la question du contexte humain à partir des traces directement corporelles. C’est montrer l’intérêt de sortir d’une analyse confinée de la trace, et de la trace de trace, pour y mêler la complexité du social qui a produit la trace.

Les bruissements de la vie au cœur de l’écriture scientifique sur la trace

  • 43 Chacun (idios) a son rythme (ruthmos) propre. Cf. Barthes R., Comment vivre ensemble, Cours au coll (...)
  • 44 Nous allons y revenir.
  • 45 Pour Yves Winkin (2015), anthropologue de la communication, les situations embarrassantes peuvent l (...)
  • 46 De même, le lecteur ne pourra se tenir à égale distance de chacun des chapitres. Etant entendu que (...)

35Les chercheurs invités à s’exprimer dans les ouvrages de la série L’Homme trace suivent des cheminements très divers. Chaque auteur a son idiorrythmie43 (Barthes, 1976). Aucun protocole méthodologique n’est imposé, ce qui permet d’ouvrir des chemins de traverses. De plus, cela nous semble congruent avec nos analyses sur les traces qui reconnaissent la légitimité des interprétations multiples44. Contre la tentation des sciences humaines à devenir moins humaines pour obtenir une légitimité auprès des sciences de la matière, nous avons encouragé un des chercheurs45 à montrer comment les traces émotionnelles interfèrent, malgré lui, avec les précautions méthodologiques et épistémologiques qu’il s’impose. Le fantôme de la trace émotionnelle du chercheur vient se heurter au désir d’une connaissance dénuée de traces de vie46.

Conclusion : Déconstruire scientifiquement la trace sans exclure un reconstructivisme pragmatique

36À l’issue de cet itinéraire scientifique, nous proposons de réfléchir à quelques questions que nous pensons fondamentales ;

  • Ce que nous nommons le plus souvent trace n’est pas la matérialité (la chose en elle-même). N’est-ce pas plutôt l’attribut que nous donnons à cette chose ? Et, cette attribution n’est-elle pas simplement le fruit de l’hypothèse d’une relation de cause à effet et de présupposés interprétatifs. À ce titre, n’est-il pas raisonnable de lui associer un doute épistémologique ?

  • Quand il y a la conscience de l’incertitude de la signification du signe, s’en suit une orientation de l’attention vers la cause de l’existant, vers le passé invisible, vers la recherche du processus de construction de ce que nous percevons (le présent visible, le signe). Ce à quoi nous n’accordons pas attention, ne mériterait-il pas tout autant d’être nommé « trace » ?

  • L’attention spécifique que nous portons (ou son contraire) ne peut-elle pas elle-même être interprétée comme une trace de ce qui est inscrit dans la partie de la matière-corps où s’inscrivent la cognition et la mémoire ?

37En ce qui nous concerne, en réponse partielle à ces questions, nous faisons l’hypothèse que c’est l’aréférentialité intrinsèque du signe qui appelle la notion de trace pour donner du sens au signe ; ce qui nous conduit à lui préférer le terme signe-trace. Ce présupposé de l’existence d’une trace dans le signe vise à montrer tout ce qui est absent dans un signe et comment la génèse du signe vient combler ce vide. Cette dimension générative n’est pas d’un seul côté car rien ni personne n’est a historique.

38De plus, tout en reconnaissant la facilité d’usage du terme trace dans son sens commun, il nous paraît pertinent de lever le voile de sa construction (son épistémologie) en se souvenant que la trace n’existe en tant que trace que dans « l’imaginaire » de celui qui la pose comme trace. La trace perçue et nommée en tant que trace correspond à une reconstruction – consciente ou non consciente – de l’histoire de l’existant et de sa mise en scène dans un récit (fusse-t-il scientifique).

39L’histoire s’inscrit dans une dynamique de l’évolution qui peut renvoyer la trace sans cesse plus loin, vers l’origine. Ce report incessant invite à la raison : la trace nous échappe sans cesse nous empêchant de clore définitivement la signification. Sauf, à se référer aux cas où la relation entre un signe et sa signification est conventionnelle.

  • 47 Pour saisir comment le raisonnement abductif y tient une grande place, consulter Galinon-Mélénec B. (...)

40Le signe sans le présupposé de la trace est muet. La trace est une « lettrure » au sens où c’est la lecture qui la fait exister en tant que telle, qui la réifie. Cette lettrure est lacunaire et remplie d’incertitude47.

41Aussi, à l’issue de ces quelques observations, nous semble-t-il pertinent d’insister sur le caractère divinatoire de l’interprétation de ce que nous nommons trop facilement « trace ». Et cela, d’autant plus expressément que le xxie siècle mérite sans doute le nom de « siècle de la trace », tant les enjeux individuels (traces génétiques, traces numériques, etc.), sociaux (traces patrimoniales, etc.), planétaire (le réchauffement de la planète attribué aux traces de la vie moderne, etc.) y sont devenus primordiaux.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arnheim R., Image et cognition, Paris, PUF, 1989.

Assoun P.-L., Traces : Introduction à la métapsychologie freudienne, Paris, PUF, 1993, 2e édition en 2014.

Barthes R., Comment vivre ensemble, Cours au collège de France, Paris, Le Seuil, collection audio, 1976-1977.

Barthes R., Empire of Signs, Hull and Wang, 1983.

Barthes R., La chambre claire, Paris, Gallimard, 1980.

Berkeley G., Principles of Human Knowledge, New York, Doubleday, 1960.

Chabot P., The philosophy of Simondon. Between technology and individuation, Bloomsbury, 2013.

Chandler, D., Semiotics : The Basics, London, Routledge, 2007.

Christin A.M. (dir.), Histoire de l’écriture. De l’idéogramme au multimédia, coll. Histoire de l’art, Paris, Flammarion, 2012.

Christin A.M., L’image écrite ou la déraison graphique, Paris, Flammarion, 1995.

Cointet J.-Ph., « Mapping Knowledge Communities Dynamics from their digital traces », colloque Cartographie des traces, le 20 décembre 2012, Le Havre.

Colombo F. (dir.), Tracce : un atlante warburghiano della télevisionne, Milan, Link, 2010.

Derrida J., Bennington G. (co-author & trans.), Jacques Derrida, Chicago & London, Chicago University Press, 1993.

Derrida J., De la grammatologie, Paris, Éditions de Minuit, 1967.

Eco U., Il signo, Milan, Bonpiani, 1980.

Foucault M., « Nietzsche, Freud, Marx », Nietzsche, Cahiers de Royaumont, Paris, Éditions de Minuit, 1967.

Foucault M., Dits et Écrits, coll. Bibliothèque des Sciences Humaines, Paris, Gallimard, 1994.

Foulcault M., L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969.

Foulcault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

Freud S., « Sur les souvenirs-écrans », dans Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF, 1899.

Galinon-Melenec B, « The future of the “Homme-trace” ; a substantial societal challenge », NETCOM, no 28, 2014, p. 107-130, disponible sur : http://www.netcom-journal.com/.

Galinon-Melenec B., « Des signes-traces à l’Homme-trace. La production et l’interprétation des traces placées dans une perspective anthropologique », dans Alain Mille (dir.), De la trace à la connaissance à l’ère du web, Intellectica, 2013a, no 59, p. 89-113.

Galinon-Melenec B., « Expérience incarnée, construction cognitive et jugement : Le rôle des “signes-traces” du corps dans la signification », Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 2013b, disponible sur : http://rfsic.revues.org/487.

Galinon-Mélénec B., Zlitni S., (dir.), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, CNRS Éditions, série L’Homme-trace, tome 2, 2013.

Galinon-Melenec B., (dir.), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS Éditions, série L’Homme-trace, tome 1, 2011a.

Galinon-Melenec B., « Déclinaison du paradigme de la trace », dans Béatrice Galinon-Mélénec (dir.), L’Homme trace, CNRS Éditions, tome 1, 2011b, p. 352-371.

Galinon-Melenec B., Penser autrement la communication : Du sens commun vers le sens scientifique. Du sens scientifique vers la pratique, Paris, L’Harmattan, 2007.

Ginzburg C., « Signes, traces, pistes. Racine d’un paradigme de l’indice », Le Débat no 6, 1980, p. 3-44, disponible sur : http://lectorinfabula.free.fr/Textes/Ginzburgindice.pdf.

Ginzburg C, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », dans Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989.

Grataloup Ch., L’invention des continents, Paris, Larousse, 2009.

Goody J., La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Harris R., Sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS Éditions, 1996.

Honneth A., La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard, 2007.

Jacob C., L’empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 2000.

Jappy T., Introduction to Peircean Visual Semiotics : A Visual Rhetoric, New York, Bloomsbury, 2013.

Jeanneret Y., « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé », dans Béatrice Galinon-Mélénec (dir.), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS Éditions, série L’Homme trace, tome 1, 2011, p. 59-86.

Jeanneret Y., « Les chimères cartographiques sur l’Internet. Panoplie représentationnelle de la traçabilité sociale », dans Béatrice Galinon-Mélénec, Sami Zlitni (dir.), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, CNRS Éditions, série L’Homme trace, tome 2, 2013, p. 235-267.

Jeanneret Y., Penser la trivialié, volume 1. La vie des êtres culturels, Lavoisier, Hermès sciences, Paris, 2008.

Jeanneret Y., « Écriture et médias informatisés », dans Annne-Marie Christin (dir.), Histoire de l’écriture : de l’idéogramme au multimédia, Paris, Flammarion, 2012, p. 394-402.

Kant I., Critique de la pure raison, Paris, Flammarion, 3e édition, 2006.

Leibniz G., The Labyrinth of the Continuum : Writings on the Continuum Problem, 1672-1686, trans. Arthur, New Haven, Yale University Press, 2001.

Leleu-Merviel S., « Traces, information et construits de sens. Déploiement de la trace visuelle de la rétention indicielle à l’écriture », dans Alain Mille (dir.), De la trace à la connaissance à l’ère du web, Intellectica, 2013/1, no 59, p. 65-88.

Levinas E., « A priori et subjectivité », Revue de métaphysique et de morale, no 4, 1962, p. 490-497.

Levinas E., Existence and Existents, trans. Alphonso Lingis, The Hague and Boston, Martinus Nijhoff, 1978.

Levinas E., Totality and Infinity : An Essay on Exteriority, trans. Alphonso Lingis, Pittsburgh, PA, Duquesne University Press, 1969.

Merleau-Ponty M., Phénoménologie de la perception, coll. Tel, Paris, Gallimard, [1945], 1976.

Mille A. (dir.), « De la trace à la connaissance à l’ère du Web », Intellectica, no 59, 2013.

Morin E., La complexité humaine, Paris, Flammarion, 2008.

Ollivier B., Identité et identification : Sens, mots et techniques, Paris, Hermès Science, 2007.

Parret H., « Vestige, archive et trace : présences du temps passé », Protée, no 32/2, 2004, p. 37-46.

Peirce, C. S., Writings of Charles S. Peirce : A Chronological Édition, 8 vol., Bloomington, Indiana University Press, [1867-1892] 1982-2009.

Peirce C. S., Selected writings, New York, Wierner, 1958.

Platon, Théétète, trad. M. Narcy, Paris, Flammarion, 1994.

Prigogine I., From being to becoming, W. H. Freeman and Compagny, San Francisco, 1980.

Ricoeur P., La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000.

Sebbah F., Levinas, Paris, Librairie Académique Perrin, 2010.

Simondon, G., « The Genesis of the Individual », Jonatha Crary, Sanford Kwinter (eds.), Incorporations, New York, Zone Books, 1992, p. 297-319.

Souchier E., « Voir le web et deviner le monde. La “cartographie” au risque de l’histoire de l’écriture », dans Béatrice Galinon-Mélénec, Sami Zlitni (dir.), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, CNRS Éditions, série L’Homme-trace, tome 2, 2013, p. 213-234.

Souchier E., « Internet : naissance d’une écriture divinatoire », Communication & langages, no 158, 2008, p. 93-106.

Souchier E., « L’écrit d’écran », Communication et langages, no 107, 1996, p. 105-119.

Thom R., Esquisse d’une sémiophysique, Paris, Inter Éditions, 1988.

Notes

1 Quand le terme renvoie au paradigme il y a un tiret entre Homme et trace.

2 Galinon-Melenec B., « Expérience incarnée, construction cognitive et jugement : Le rôle des “signes-traces” du corps dans la signification », Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 2013. Disponible sur : http://rfsic.revues.org/487.

3 Galinon-Melenec B., « Des signes-traces à l’Homme-trace. La production et l’interprétation des traces placées dans une perspective anthropologique », dans Alain Mille (dir.), De la trace à la connaissance à l’ère du web, Intellectica, 2013/1, no 59, p. 89-113.

4 https://rightunivlehavre.wordpress.com/ichnosanthropos/.

5 Cette présentation ne reprend pas pour autant les explications déjà fournies (voir la bibliographie). Elle les complète en les illustrant différemment.

6 Ce qui suit est extrait de l’article sus-cité.

7 Pour des développements sur la notion d’indice voir : Ginzburg C., « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », dans Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989, p. 139-180.

8 Cf. Ollivier B., Identité et identification. Sens, mots et techniques, Paris, Hermès Lavoisier, 2007.

9 Micro (petit) bios (vie) en grec.

10 New York : des traces de peste noire découvertes dans le métro [En ligne], disponible sur : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20150207.OBS1942/newyork-des-traces-de-peste-noire-decouvertes-dans-le-metro.html.

11 La présentation du protocole d’observation est issue de pathomap. org (op. cit.).

12 En 2013, le métro de New York a été utilisé par une moyenne de 5,5 million de personnes par jour (source : Metropolitan Transportation Authority de la ville).

13 « Beaucoup d’entre eux des étudiants bénévoles, étudiants en médecine et des étudiants diplômés » (pathomap. org ; op. cit.).

14 24 lignes de métro dans cinq arrondissements.

15 Les collectionneurs d’échantillons ont été équipés d’une application mobile construite de façon ad hoc pour permettre l’horodatage de chacun des échantillons, les marquer à l’aide d’un système de positionnement global et enregistrer les données en temps réel. L’ADN des microbes de 1 457 échantillons sur plus de 4 200 recueillies, a été séquencé. Depuis lors, les enquêteurs continuent à analyser des échantillons supplémentaires prélevés pendant les quatre saisons afin d’étudier la dynamique temporelle du microbiome.

16 Source : http://www.pathomap.org/. Weill Cornell Medical College. « Founded in 1898, and affiliated with what is now NewYork-Presbyterian Hospital since 1927, Weill Cornell Medical College is among the top-ranked clinical and medical research centers in the country. In addition to offering degrees in medicine, Weill Cornell also has PhD programs in biomedical research and education at the Weill Cornell Graduate School of Medical Sciences, and with neighboring Sloan-Kettering Institute and The Rockefeller University, has established a joint MD-PhD program for students to intensify their pursuit of Weill Cornell’s triple mission of education, research, and patient care ». Source : http://weill.cornell.edu/aboutus/index.html.

17 New York, February 5, 2015. Source : http://weill.cornell.edu/about-us/index.html.

18 Traduction de l’auteur.

19 Weill Cornell Medical College. Email : pr@med.cornell.ed.

20 La présence de ces microbes et l’absence de cas médicaux rapportés leur apparaît être « une trace du système immunitaire de notre corps, et de sa capacité innée à s’adapter en permanence à son environnement ». Ils ajoutent « mais les tests plus larges sont nécessaires pour le confirmer ».

21 Levinas E. cité par Derrida J., L’écriture et la différence, coll. Points, Le Seuil, 1967, p. 165.

22 Cf. Colloque « Cartographie des traces », Normandie université, 19 et 20 décembre 2012. Disponible sur : http://www.cirtai.org/IMG/pdf/Resume_Colloque_Cartographiedestraces-2.pdf.

23 Cem Meydan, chercheur associé au Weill Cornell Medical College : « un portrait moléculaire de la métropole. (…). Cette carte va permettre de surveiller les changements et de repérer les menaces potentielles à cet écosystème microbien équilibré. »

24 « Des dizaines d’espèces microbiennes étaient uniques à chaque zone du train, et qu’il y avait une gamme importante de la diversité microbienne dans les différentes lignes de métro. Le Bronx a été jugée la zone plus diversifiée avec le plus grand nombre d’espèces trouvées ; ensuite, on trouve Brooklyn. Manhattan et Queens. Staten Island était la moins diversifiée. »

25 « Les niveaux d’ADN humain de la surface du métro peuvent récapituler les données du recensement américain. Par exemple, une zone hispanique près de Chinatown à Manhattan semblait tenir un fort mélange de gènes humains asiatiques et hispaniques. Une zone de North Harlem montre des gènes africains et hispaniques, et une zone de Brooklyn avec une population majoritairement blanche a été interprétée comme portant les gènes d’une population finlandaise, britannique et de toscane. »

26 « Cela signifie que les gens laissent derrière eux leur ADN et que recueillir cet ADN peut devenir un indice quant à la démographie de la région », Mason, 2015, op. cit.

27 Les ADN sont relevés dans des stations de métro qui donnent accès à des espaces différenciés – Le Bronx, Brooklyn, Manhattan et Queens, etc. – par leur identité culturelle et leurs pratiques, lesquelles varient en fonction de la présence d’un métissage plus ou moins important et plus ou moins fluctuant.

28 Credit photo : Ebrahim Afshinnekoo. Source : http://images.med.cornell.edu/news/wmc/02_02_15PseudomonasLG.jpg.

29 Galinon-Melenec B., 2011a : 366-367.

30 C’est dans le cadre de cette dynamique systémique que l’Human-Trace participe à L’UNITWIN COMPLEX SYSTEME DC UNESCO (Cf. Campus numérique des systèmes complexes, disponible sur : http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/ED/pdf/listnetworks20012015.pdf).

31 Le monde est constitué de traces (conséquences de l’Évolution) et ce qu’en perçoit l’humain mériterait de se nommer signe-trace. Cette posture scientifique entraine que la nature du signe se déplace pour devenir la partie de la trace constitutive de l’univers que l’homme perçoit (Cf. Galinon-Melenec, 2014).

32 Une échoïsation de traces (Cf. Galinon-Melenec, 2013).

33 Cette histoire est à la fois individuelle et sociale (cf. Galinon-Mélénec, 2008).

34 Cf. Galinon-Melenec B., « L’universalité de la trace », in série L’Homme trace, tome 1, 2011, p. 36-38.

35 Souvent à l’origine d’un pouvoir coercitif (Foucault, 1975).

36 Foucault M., « Nietzsche, Freud, Marx », Nietzsche, Cahiers de Royaumont, Paris, Éditions de Minuit, 1967. Voir aussi Foucault M., Dits et Écrits, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Sciences Humaines, 1994.

37 Les « signes-traces » que cherchent à interpréter les paléontologues sont fossilisées.

38 On notera l’usage du terme empreinte qui renvoie à la notion primitive de trace (la trace de pas). Nous la substituons ici au terme trace dans une volonté de distinction des deux termes : quand une trace est figée, incrustée dans la matière, elle porte le nom d’empreinte.

39 Remarquons que les pisteurs de Namibie observent le sol comme ils le font habituellement pour repérer le tracé du déplacement des différentes espèces animales. Mais ici les traces de passage sont des enpreintes de plusieurs millénaires.

40 Directeur de recherche sur l’art rupestre africain à l’Institut d’archéologie préhistorique de l’université de Cologne. http://www.creap.fr/participants-tilmanlenssen-erz.htm.

41 Chercheur au musée de Neandertal à Mettmann.

42 Pour en savoir plus : consulter « Des pisteurs sur les traces du passé », documentaire ARTE, première diffusion le samedi 06 septembre 2014 à 20 h 50 (89 min).

43 Chacun (idios) a son rythme (ruthmos) propre. Cf. Barthes R., Comment vivre ensemble, Cours au collège de France, 1976-1977, Le Seuil, collection audio.

44 Nous allons y revenir.

45 Pour Yves Winkin (2015), anthropologue de la communication, les situations embarrassantes peuvent laisser des traces mnésiques tellement fortes que celui qui les a vécues parle à leur sujet de brûlures réactivées par certaines interactions communicationnelles.

46 De même, le lecteur ne pourra se tenir à égale distance de chacun des chapitres. Etant entendu que le texte ne donne que l’apparence de se présenter tel quel, chaque lecteur le « réécrit » à sa manière et sa lecture porte les traces cognitives, mémorielles, émotionnelles, et culturelles de son histoire personnelle.

47 Pour saisir comment le raisonnement abductif y tient une grande place, consulter Galinon-Mélénec B., 2013b.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Infographie montrant la quantité d’ADN trouvée dans le métro de New York20.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25561/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 2 : Mappemonde ou carte réduite des parties connues du globe pour servir au voyage de La Pérouse fait dans les années 1785, 1786, 1787, et 1788.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25561/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 3 : Carte thermique montrant la présence de bactéries du genre Pseudomonas (le genre le plus abondant à travers la ville). La concentration de ces bactéries se trouve dans les stations fréquentées28.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25561/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

Auteur

Professeur des universités, Sciences de l’information et de la communication
IDEES UMR CNRS, CDHET, Normandie Université Le Havre
http://www.umr-idees.fr/?lhommetrace
e. Laboratoire Human-Trace Complex System UNESCO
http://tinyurl.com/humantraceunesco
galinon@free.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search