Version classiqueVersion mobile

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Sources

Texte intégral

ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE L’OISE

Registres paroissiaux

Les archives municipales de Beauvais ont disparu dans l’incendie de l’hôtel de ville, en juin 1940. La préfecture ayant été épargnée, le fonds d’archives du département, avec l’état civil ancien et la seconde série des registres paroissiaux, a pu être préservé.

Il s’agit malheureusement de la série la plus médiocre, la grosse, jusqu’en 1736, une simple copie effectuée souvent de façon hâtive à l’intention du synode. Les registres remontent à 1674 pour dix des paroisses beauvaisiennes, 1675, pour Saint-Jean1. Mais, jusqu’au début du règne de Louis XV, les lacunes sont nombreuses, Saint-Martin étant la seule à avoir été épargnée, au moins à partir de 1700. Il manque ainsi trois années à Saint-Laurent, cinq à Sainte-Marguerite et la Madeleine, neuf à la Basse Œuvre, sans parler d’autres lacunes, dix à Saint-Jean et même dix-neuf à Saint-Thomas. L’état des registres de Saint-Sauveur n’est meilleur qu’en apparence. S’il n’y manque qu’une seule année, on s’aperçoit bien vite, en faisant le compte des décès, que ceux des petits enfants n’y figurent pas, au moins jusqu’en 1715. À Saint-Étienne enfin, la paroisse la plus importante de la ville, le constat est plus brutal encore. Si l’on excepte quelques épaves, pour les baptêmes et les mariages, la collection des registres ne commence qu’en 1737, en 1738 seulement pour les décès. La situation n’est pas meilleure à l’hôtel-Dieu, où l’origine des registres remonte à 1737.

Il n’était pas possible de privilégier un groupe de paroisses, en remontant pour elles vingt ou trente ans plus tôt dans la reconstitution des familles car, sauf pour celles des faubourgs, elles se trouvaient toutes dépendre quelque peu de la Basse Œuvre, la paroisse cathédrale. La coutume était en effet d’y baptiser tous les enfants nés pendant les octaves de Pâques et de la Pentecôte. En outre, pour les adultes, se posait le problème des décès à l’hôtel-Dieu. En définitive, les registres ont été dépouillés depuis 1700 dans quatre paroisses : Sainte-Marguerite, Saint-Martin, Saint-Thomas et la Madeleine, depuis 1720 ou 1725 dans les autres, à l’exception bien sûr de Saint-Étienne et de l’hôtel-Dieu. Comme pour la campagne, nous avons conservé l’usage des fiches individuelles de l’INED pour les mariages2. La reconstitution des familles, opérée plus ou moins tôt selon les cas, a finalement été uniformisée pour des raisons pratiques en prenant pour point de départ les années 1732-1733.

À partir de 1737, on constate partout une amélioration sensible de la qualité des documents. Par décision royale, les registres paroissiaux devaient désormais être tenus en double et chacune des minutes signée également par les témoins ou les parrains. Dès lors, il n’est plus de lacunes : jusqu’en 1809, une seule en 73 ans. La présentation des actes, devenue très régulière, ne connaît plus de modifications jusqu’à la Révolution3. En mai 1791, dix paroisses sont supprimées. Saint-Étienne et la Basse Œuvre en recueillent la succession. Avec la sécularisation de l’état civil, début 1792, s’opère un partage de la ville en quatre quartiers, regroupés deux à deux pour l’établissement des actes. Jusqu’en l’an IV, on dispose ainsi de deux séries de registres en parallèle : Nord-Orient et Midi-Occident, réunis à partir de l’an V et accompagnés de tables annuelles semi-alphabétiques. La ville de Beauvais constituant à elle seule un canton, la loi du 13 fructidor an VI, qui imposait la célébration des mariages au chef-lieu, n’eut pour les conjoints d’autre conséquence que l’obligation de s’unir un décadi, et ce, pendant moins de dix-huit mois, jusqu’en février 1800. Les premières transcriptions de décès, imposées par une loi de ventôse XI, apparaissent épisodiquement dans les registres à partir de l’an IV. Enfin signalons la place faite aux enfants abandonnés, dont l’accueil, accompagné d’une longue description des vêtements, pouvait couvrir plus d’une page.

Archives du comté pairie

La série B des archives regroupe plus de 3 600 liasses de documents, presque tous rangés aujourd’hui dans de solides cartons. À eux seuls, les fonds du comté pairie (B 1 à 1329) en représentent plus du tiers. Leur importance s’explique par le rôle joué par l’évêque comte de Beauvais dans l’administration de la cité. Seigneur de la ville, il disposait en effet d’un droit de justice, confié à un bailli, assisté de trois lieutenants. Il possédait le droit de minage, autrement dit de mesurage des grains sur le marché. L’établissement d’une mercuriale, imposé au fermier, ou « minager », servait de base à la fixation du prix du pain. En achetant la charge de lieutenant général de police, créée par deux édits de 1699 et confiée à son bailli, l’évêque disposait, entre autres, de la police des manufactures, c’est-à-dire du contrôle de la vie économique. C’est encore à l’évêque ou à ses représentants que revenait la présidence des Trois Corps, cette institution chargée de la gestion du collège et de l’hôtel-Dieu, du Bureau des pauvres et de la maladrerie Saint-Lazare. Avec ceux de l’évêché, elle réunissait les délégués du chapitre cathédral et de la municipalité.

B 900 à 1328 : inventaires après décès, partages et ventes, tutelles, émancipation de mineurs, à Beauvais et dans quelques villages d’alentour. Il s’agit de liasses volumineuses, sans aucun titre ; mieux classées que P. Goubert ne les décrit, elles se succèdent à raison de deux par an le plus souvent. Indispensables pour l’étude de la société beauvaisienne, ces documents se sont révélés tout aussi précieux pour la reconstitution des familles. Nous nous en sommes tenu à ceux du xviiie siècle (depuis 1715, le dernier lot s’achevant début 1790). Méritent d’être signalés quelques-uns des dossiers les plus importants : l’inventaire après décès du richissime Gabriel Danse, qui ne dura pas moins de deux mois, de janvier à mars 1733 (B 1142) et dont P. Goubert sut tirer le meilleur parti ; les successions de François Garnier en août 1736 (B 1147), de Claude Denoroy en avril 1750 (B 1173), de Thérèse Jourdain, puis de son mari, Claude Danse, en mai 1760 et 1761 (B 1192 et 1193).

B 1260 à 1266 : de gros volumes reliés, intitulés « Registres de police ». Le premier s’ouvre en 1704, mais la série est incomplète, du fait d’une lacune (1727-1751). On peut y trouver bien des informations sur les communautés : réception de maîtres, convocation d’assemblées, contrats d’apprentissage, etc. Les affaires de voirie, les questions commerciales reviennent tout aussi souvent, avec l’affermage de différents services, de places sur le marché, sans parler des autorisations de battre tambour ni de la proclamation des bans de vendange dans les paroisses de banlieue.

Dans le même sens, sans chercher à être exhaustif, il nous faut mentionner les dossiers concernant la police des manufactures (B 1271 à 1282, pour la période qui nous intéressait). Les « recherches » périodiques des métiers à drap permettent de mesurer l’activité de la profession. Ainsi, depuis 1720 et jusqu’à la réunion des drapiers et des sergers dans la même communauté, courant 1765. Après le rétablissement des corporations en avril 1777, une série d’états semestriels nous fournit le nombre de maîtres dans une vingtaine de communautés avec le nom de leurs syndics. Suivent les mercuriales, la fixation du prix du pain de 1639 à 1789 (B 1284-1285), une série qui, pour les mercuriales se poursuit dans la série G, du fait d’une erreur de classement. C’est dans cette dernière série, mais à leur place, que l’on trouve les fonds consacrés aux biens et revenus de l’évêché (G 419 à 519), une documentation considérable où nous nous sommes contenté de quelques sondages.

AUTRES SOURCES

Collection Bucquet-Auxcouteaux

Conservée à la bibliothèque municipale de Beauvais (aujourd’hui médiathèque), elle comprend un grand nombre de dossiers qui avaient été constitués par J. B. Bucquet, procureur au bailliage jusqu’en 1771. Nous n’avons consulté que les documents du xviiie siècle, en particulier ceux qui concernent les archives communales, dont les originaux ont disparu dans l’incendie de juin 1940. Les volumes LXIII-LXV rassemblent divers extraits des délibérations de l’hôtel de ville, souvent de peu d’intérêt pour notre sujet. Le volume LXIII, fort de 443 pages, contient trois dénombrements de feux ou de personnes, datés de 1713-1714 pour le premier, de septembre 1741 et de 1764-1765, pour les autres. Les deux premiers, sommaires et incomplets, étaient difficilement utilisables. Le dernier recensement, bien que semi-nominatif, permettait une exploitation rationnelle. Il méritait plus qu’une simple mention, en raison du rôle qu’il a joué dans notre étude. Après avoir évoqué ses limites et ses particularités, ainsi que nous avons dû le faire dans le texte, il n’est pas inutile de rappeler ici comment nous avons résolu les principales difficultés résultant d’une présentation incommode.

À côté de fautes d’inattention, faciles à déceler, des erreurs de détail, des interrogations à propos du nombre des enfants, sinon des domestiques. La confrontation avec les fiches de famille nous a permis le plus souvent de résoudre d’apparentes contradictions de chiffres. Des doubles emplois sont apparus à trois reprises : à la Basse Œuvre, les quatre membres d’une famille Lemire, signalée à la fois rue du May et rue Saint-Nicolas ; à Saint-André, un couple que l’on retrouve à quelques lignes de distance, p. 230 du registre. Erreur de même nature, toujours à Saint-André, une femme comptée deux fois, p. 221, sous son nom de veuve et son nom de jeune fille. Rectifications opérées, ces sept personnes ont été définitivement rayées de leurs paroisses respectives.

En revanche, nous avons constaté l’omission de familles dont la présence dans la paroisse est pourtant attestée par une succession de naissances. Certaines de ces omissions pourraient être liées à des exemptions fiscales comme celle dont bénéficiaient les couples mariés dans l’année, les autres paraissant fortuites pour la plupart. Nous avons évalué à 140 le nombre des personnes oubliées dans le recensement, compte tenu de la marge d’erreurs représentée par les enfants dont nous n’avons pas retrouvé le décès en nourrice. Mais nous n’avons tenu compte de cette correction que pour l’évaluation globale de la population.

Pour l’étude des âges, nous nous en sommes tenu strictement aux données du registre. Sans doute aurions nous pu apporter des précisions ou des corrections pour la plupart des personnes nommément désignées. Mais il y avait aussi la masse des anonymes, enfants ou domestiques, représentés seulement par un âge ou par un chiffre. D’ailleurs l’expérience montrait que, même approximatifs, les âges indiqués étaient fort acceptables, compte tenu d’une certaine tendance à l’attraction décimale. En définitive, nous avons seulement réparé quelques oublis en fournissant des âges qui manquaient à trois personnes, dont le cardinal de Gesvres, évêque et seigneur de la ville.

Archives privées

Grâce à l’entremise de M. Dumont de Montroy, nous avons eu à notre disposition le journal tenu pendant plus de soixante ans par le dernier bailli de l’évêché comté, J. Louis Lescuyer. La première partie (1729-1757), présentée par le comte d’Elbée, avait été publiée en 1935 par la Société académique de l’Oise (voir infra). La publication fut interrompue par la guerre et, par la suite, plusieurs fois ajournée. Ce journal, dont nous avons eu l’occasion de signaler l’intérêt, vaut surtout par une chronique familiale concernant la bonne société beauvaisienne. Il peut être complété par les mémoires de Louis Fombert, oncle de Lescuyer et lieutenant criminel du comté, un journal qui se réduit malheureusement aux trois années 1730-1732. La bibliothèque de la Société académique conserve, entre autres, la généalogie de la famille Michel, établie de façon un peu désordonnée vers 1750 par un musicien de la cathédrale, Jean-Baptiste Lecoutre.

Archives nationales

Il y avait peu à tirer des statistiques de population (série F 20) : des renseignements qui figurent dans les archives de l’Oise, surtout pour la période révolutionnaire, avec des copies parfois entachées d’erreurs.

Nous ne sommes retourné à Vincennes que pour des recherches ponctuelles. Ainsi, à la mairie, pour la naissance de deux enfants Borel4. Au Service historique de l’armée de terre, nous avions déjà dépouillé les registres de deux régiments, les 61e et 82e de ligne, qui comptaient dans leurs rangs de nombreuses recrues du Beauvaisis, ainsi que les historiques de ces deux unités. Il nous restait à consulter ceux des 43e et 70e de ligne, ainsi que les dossiers de quelques officiers. Pour la ville comme pour la campagne, nous avions utilisé les contrôles de plusieurs formations d’Ancien Régime : régiments de Beauvaisis, de Vexin et Royal Pologne cavalerie, où servit Jean d’Ivery.

Notes

1 Le nombre des paroisses était de douze au xviiie siècle : neuf intra muros (Basse Œuvre, Saint-André, Saint-Étienne, Saint-Laurent, Madeleine, Sainte-Marguerite, Saint-Martin, Saint-Sauveur et Saint-Thomas) ; trois dans les faubourgs (Saint-Jacques, Saint-Jean et Saint-Quentin).

2 Indispensable pour le report des âges ou des dates de naissance qui font partout défaut dans le diocèse, les curés se bornant à indiquer si les conjoints étaient majeurs ou mineurs.

3 Si ce n’est le rattachement de Saint-Vaast à Saint-Étienne en 1753 par extinction du chapitre. Les chanoines de Saint-Vaast, chargés des sépultures, en tenaient le registre, tandis que le curé de Saint-Étienne célébrait les mariages et procédait aux baptêmes.

4 Mais le baptême n’avait pas eu lieu dans la paroisse.

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search