Version classiqueVersion mobile

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Annexes

Texte intégral

ÉVÊQUES ET MAIRES DE BEAUVAIS AU xviiie SIÈCLE

Les évêques

1Toussaint de Forbin-Janson (1679-1713)
cardinal en 1690

2Antoine de Beauvillier de Saint-Aignan (1713-1728)

3René Potier de Gesvres (1728-1772)
cardinal en 1756

4François Joseph de La Rochefoucauld-Bayers (1772-1792)
victime des massacres de Septembre

5Jean-Baptiste Massieu (1791-1793)
évêque de l’Oise
Évêque constitutionnel, Massieu renonça à ses fonctions après avoir été élu à la Convention et se maria peu après. Il ne fut pas remplacé et le siège épiscopal, supprimé par le Concordat, ne fut rétabli qu’en 1822.

Les maires

61704 Léonor Tristan

71705 Claude Loisel

81707 Benoît Motte

91708 Claude Tiersonnier

101709 Benoît Motte (2)

111710 François Gallopin

121711 Benoît Motte (3)

131712 Denis Simon

141713 Benoît Motte (4)

151714 Claude Le Mareschal

161715 Benoît Motte (5)

171716 Jean-Baptiste Le Caron

181717 Benoît Motte (6)

191718 François Renault

201721 André Michel

211722 Benoît Motte (7)

221723 André Michel (2)

231724 Claude Auxcouteaux

241725 François Walon

251728 Jean Motte

261731 André Michel (3)

271732 JeanBingant

281738 Simon Tiersonnier

291740 Jacques Auxcouteaux

301747 François Charpentier

311748 Claude Joseph Le Mareschal’

321750 Jean Bucquet

331753 Nicolas Blanchard

341755 Jean Charles Danse

351756 Pierre Dubout

361759 Lucien Henry

371760 Raoul Lebesgue

381761 Gabriel Motte

391764 Pierre Pépin

401772 Jean Charles Danse

411773 François Walon

421776 Claude Fombert

431779 Jacques Danse

441782 Antoine Garnier

451783 Louis Fournier

461788 François Walon

471791 Antoine Gouchet

481792 Antoine Brisson

491793 Pierre Dubout

501793 Jean-Baptiste Langlet

511794 François Lemaire

521795 François de La Chaise

531797 Charles Fouquier

541798 Jean-Baptiste Langlet (2)

551798 Gabriel Michel

  • 1 Dit Caron-Guillotte, du nom de sa femme, de même que son prédécesseur se faisait appeler Michel-Ti (...)

561799 Charles Caron1

57Élus pour un an, le 1er août, les maires voyaient généralement, sauf refus de leur part, leur mandat reconduit par deux fois. Encore fallait-il qu’il y eût élection, car la vénalité des offices entraînait bien des anomalies. Imposée en 1692, elle se prolongea jusqu’en 1717, avec la création en 1708 d’une charge de maire alternatif dont Benoît Motte fit l’acquisition, ce qui explique la répétition de ses mandats. Abolie en juin 1717, la vénalité des offices fut rétablie de 1722 à 1724.

58Suspension des élections de février 1734 à décembre 1737 : Bingant demeura en fonction sur ordre du roi. Tiersonnier fut élu, mais ses deux successeurs nommés par le roi, la liberté des élections n’étant rétablie qu’en 1748. Nouvelle suspension à partir de 1765, une conséquence de la réforme L’Averdy. Pépin demeura ainsi huit ans en fonctions. Danse fut nommé par brevet royal en septembre 1772 et Walon élu en janvier 1773. L’érection de la statue de Louis XIV fournit le prétexte du dernier ajournement, en août 1785, et de la prolongation du mandat de Fournier.

59Fouquier et ses successeurs ne portaient pas le titre de maire, mais celui de président de l’administration municipale du canton.

NAISSANCES, MARIAGES ET DÉCÈS PAR ANNÉE CIVILE

Naissances 1735-1799

Basse Œuvre : estimation pour les années 1772, 1773 et 1774.

Mariages 1735-1799

Décès 1735-1799

Biographies

60La plupart de ces personnages ayant fait l’objet de biographies plus ou moins détaillées, il ne s’agit ici que de brefs rappels de carrière, l’occasion de préciser des dates, en corrigeant parfois quelques erreurs. Saint-Sauveur, Saint-Étienne et la Basse Œuvre font évidemment référence à des paroisses de Beauvais.

61Borel (Eustache, Louis), né à Beauvais le 11 novembre 1720, d’Eustache et de Louise Maupassant. Lieutenant général du bailliage de 1748 à 1785, il devint auditeur à la Chambre des comptes en 1760, conseiller d’État en 1779, puis président du tribunal civil de Beauvais. Il avait hérité de la seigneurie de Berneuil, dans le pays de Bray. De Françoise de Malin-guehen (1728-1787), qu’il avait épousée à la Basse Œuvre en mars 1745, il eut 17 enfants, dont 11 moururent avant l’adolescence. Il mourut lui-même à Beauvais, le 19 avril 1797.

62Son fils, Durand (1764-1839), qui lui avait succédé dans la charge de lieutenant général en 1785, fit une brillante carrière dans la politique et la magistrature.

63Bucquet (Louis, Jean-Baptiste), magistrat, né à Saint-Sauveur le 10 mars 1731, de Jean, maire de Beauvais (1750-1753), et de Marie-Anne Allou. Procureur au bailliage depuis septembre 1755, il donna sa démission et résigna sa charge en mai 1771 en refusant de procéder à l’enregistrement des édits du chancelier Maupeou. Dès lors, il se consacra à des recherches sur l’histoire du Beauvaisis en rassemblant une documentation importante et se fit connaître par la publication de mémoires couronnés par plusieurs académies de province. Il était seigneur de Bracheux, une petite paroisse proche de Beauvais qui lui est aujourd’hui rattachée. Jeanne Le Mareschal (1733-1794), fille du subdélégué, qu’il avait épousée à la Basse Œuvre en avril 1756 et qui lui avait donné cinq enfants, fut victime de la Révolution. Elle mourut en effet en mai 1794 au château de Chantilly où elle était incarcérée avec son mari. Retiré à Hermes, celui-ci y mourut le 13 avril 1801.

64Danjou (Jean, Pierre), né à Paris, le 10 janvier 1760, de Jean, Pierre et Angélique Chedeville. Après des études de droit et quelques années de pratique à Beauvais, il fut reçu procureur du siège en février 1785. La Révolution fit de lui l’un des animateurs du club local des Jacobins, l’un des plus ardents lors des campagnes de déchristianisation. Secrétaire, puis procureur syndic du district (1791-1792) et du département (1792-1793), député à la Convention en février 1794, il devint en 1795 commissaire du directoire exécutif du département de l’Oise avant de se faire élire député aux Cinq Cents. En décembre 1793, il avait épousé Anastasie Desjardins, 35 ans, sœur de l’imprimeur, déesse de la Raison lors de la fête du 30 brumaire an II. Victime du choléra, Danjou mourut à Notre-Dame-du-Thil, où il s’était retiré, le 18 juin 1832.

65Danse (Claude), négociant, né à Saint-Sauveur le 9 juillet 1714, huitième enfant de Jean-Baptiste et de Marguerite Ticquet. Établi rue Saint-Martin, il s’adonna au commerce et au blanchiment des toiles en association avec son frère Jacques. Ses deux unions furent brèves : Marguerite Denoroy, qu’il épousait à Saint-Sauveur en février 1743, mourut deux ans plus tard après lui avoir donné un fils unique, Claude ; Madeleine Tiersonnier, une cousine, épousée également à Saint-Sauveur en septembre 1751, mourut à 27 ans en novembre 1753, cinq mois après la naissance d’une fille à laquelle elle n’avait guère survécu. Claude Danse lui-même mourut le 22 février 1761, à l’âge de 46 ans.

66Son fils, qui était né à Saint-Sauveur en décembre 1744, épousa à la Basse Œuvre, en juillet 1765, Marguerite Le Caron, fille du bailli, une cousine, dont il eut huit enfants.

67Danse (Gabriel, Claude), chanoine, né à Beauvais en 1725, de Claude, seigneur de Boulaines, et Marguerite de Bailleux. Très cultivé, d’esprit ouvert, il fit partie du petit groupe d’intellectuels qui animèrent plusieurs sociétés savantes dès la fin du règne de Louis XV, entre autres, Le Mareschal et Bucquet. À la veille de la Révolution, il était l’un des administrateurs du Bureau des pauvres, comme représentant du chapitre cathédral. Ayant réussi à échapper au Tribunal révolutionnaire, il fut de ceux qui obtinrent la réouverture au culte de la « ci-devant cathédrale » en 1795. Retiré chez un neveu, G. Danse mourut à Beauvais, le 10 septembre 1806, à l’âge de 61 ans.

68Danse (Jacques, François de Sales), négociant, né à Saint-Sauveur, le 29 janvier 1717, dixième enfant de Jean-Baptiste et de Marguerite Ticquet. Associé à son frère Claude, il s’adonna au commerce des toiles. Il épousa à Amiens en mai 1735 Thérèse Jourdain (1722-1757) qui lui donna huit enfants, dont deux morts en nourrice. Le décès de son frère l’amena à se retirer des affaires. En 1767, il achetait une charge de secrétaire du roi. Élu maire de Beauvais en 1779, il fut « continué » par deux fois et mourut dans la ville, le 13 novembre 1791, à près de 75 ans.

69Danse (Jean, Charles), négociant, né à Beauvais en 1705, fils de Lucien et d’Élisabeth Dubos. En 1726, il prit la succession de son père dans le commerce et le blanchiment des toiles. Avec son associé, Joseph Moufle, il poursuivit le développement de l’entreprise avec des ventes largement orientées vers l’Amérique espagnole. Désigné comme maire en 1755, il se désintéressa d’une charge qu’il n’avait pas souhaitée en affectant de ne pas mettre les pieds à l’hôtel de ville. En 1757, il se retira des affaires en laissant la direction de l’entreprise à son fils unique, Jean-Baptiste. Depuis septembre 1733, il était veuf de Marie Michel qu’il avait épousée en 1732. En 1772, il fit l’acquisition d’un office de secrétaire du roi, « Maison et Couronne de France », une charge anoblissante qui revint à l’aîné de ses petits-enfants. Il mourut, paroisse Saint-Sauveur, le 16 décembre 1781, à près de 77 ans.

  • 2 Sa propre mère, Madeleine Postel, était morte une semaine après lui avoir donné le jour, le 29 avr (...)

70Danse (Jean-Baptiste, Charles), négociant, né à Saint-Sauveur le 13 septembre 1733, fils et successeur du précédent. En septembre 1760, il épousa à Saint-Sauveur sa cousine Madeleine Motte, âgée comme lui de 27 ans. La mort en Espagne de son beau-père, François Motte, lui permit, dès 1761, de reprendre les affaires de cette famille et de donner aux siennes un développement considérable. Mais Madeleine mourait en février 1768, un mois après la naissance d’un second fils2. Son mari ne devait guère lui survivre : après avoir cédé son entreprise, il mourut le 6 janvier 1771, âgé seulement de 37 ans. Ses deux fils, qui furent confiés à la tutelle de leur grand-père, ne reprirent pas le négoce. L’aîné, Jean Charles (1761-1831) fit une carrière de magistrat, le second, François, né en 1768, fut conseiller de préfecture.

71Desjardins (Pierre), fils de Pierre et de Madeleine Leuillier (1725-1782), imprimeur de l’évêché comté. Marié à Guignecourt, le 20 avril 1751, avec Marie-Anne Desaint, il en eut cinq enfants, dont deux moururent en bas âge. Son fils Pierre, qui lui succéda à 21 ans à la tête de l’imprimerie, milita de façon active dans le mouvement révolutionnaire. Anastasie, sa fille, née en avril 1758 à Saint-Étienne, épousa Pierre Danjou en décembre 1793, trois semaines après avoir animé la fête de la Raison célébrée dans l’ancienne cathédrale.

72La Rochefoucauld Bayers (François, Joseph), évêque de Beauvais, né à Angoulême en 1735. Appelé à la succession du cardinal de Gesvres en mars 1772, il administra le diocèse en s’efforçant de lutter contre « les progrès de l’irréligion ». Élu député du clergé aux États généraux, il siégea à la droite de la Constituante et refusa de prêter serment à la constitution. Arrêté à Paris en août 1792, il fut victime des massacres de Septembre, en même temps que son frère, l’évêque de Saintes.

  • 3 Fille de Claude, seigneur de Boulaines, et sœur aînée du chanoine Danse. Née le 29 avril 1724, ell (...)

73Le Caron (Jean, Toussaint), bailli de l’évêché comté, né à Beauvais, le 25 novembre 1709, de Louis, seigneur de Troussures et bailli de l’évêque, et de Catherine de Régnonval. Conseiller au bailliage, il devint lieutenant particulier de l’évêché comté en octobre 1732, lieutenant criminel en février 1735, bailli enfin, après le décès de Claude Fombert, en février 1757 : succédant ainsi à son père, à vingt-cinq ans de distance. En février 1741, il s’était marié à la Basse Œuvre avec Marguerite Danse, 16 ans3, qui lui avait donné trois filles et deux garçons, dont un décédé en nourrice. Comme ses prédécesseurs, Toussaint Le Caron demeura en fonction jusqu’à sa mort, le 3 septembre 1769, à la Basse Œuvre.

74Le Mareschal (Claude, Joseph), magistrat, né à Beauvais le 20 novembre 1707, de Claude et Marie-Anne d’Ivery. Avocat du roi au présidial, il épousa en novembre 1731 Françoise Auxcouteaux, fille d’Augustin et de Françoise Gallopin, dont il eut au moins six enfants. Désigné comme subdélégué par l’intendant de Paris en 1746, il n’en fut pas moins élu maire de Beauvais en 1748 et réélu, l’année suivante. Il demeura subdélégué presque jusqu’à sa mort, qui survint le 22 juillet 1766, paroisse de la Basse Œuvre. Dix ans plus tôt, sa fille Jeanne avait épousé J. B. Bucquet, procureur au bailliage, comme lui, un homme de grande culture.

75Lescuyer (Jean, Louis), bailli de l’évêché comté, né à Beauvais, le 29 septembre 1708, de Jean, conseiller en l’élection. En août 1731, il épousait à l’église Saint-Étienne Madeleine Loisel, emportée par la variole huit ans plus tard, après lui avoir donné quatre fils, dont des jumeaux morts en bas âge. Conseiller du roi en l’élection dès 1732, Lescuyer devait passer au service de l’évêque en juin 1735, d’abord comme substitut du procureur fiscal, puis comme lieutenant criminel, en avril 1757, enfin comme bailli, en septembre 1759, des fonctions qu’il devait exercer jusqu’à sa mort, le 27 novembre 1790. Comme son oncle, Louis Fombert, il tenait régulièrement un journal qui nous restitue la chronique locale des événements pendant plus de soixante ans.

76Michel (Jean-Baptiste), né en juin 1711, de Jean-Baptiste, de la branche aînée, seigneur d’Anserville, près de Méru, et de Marguerite Postel. Son père, qui lui survécut, lui avait acheté la charge honorifique de conseiller à la chancellerie de la Cour d’Alsace. De son mariage à Saint-Martin, en juin 1729, avec Marie Michel, une cousine éloignée de la branche cadette, étaient nés deux garçons et cinq filles, dont une mourut en nourrice. J. B. Michel fut emporté par la suette miliaire le 15 juin 1750, à l’âge de 29 ans.

  • 4 Mais baptisé à la Basse Œuvre.

77Michel (Jean-Baptiste), négociant, né à Saint-Sauveur, le 26 juin 17354, de Claude, de la branche cadette, et de Françoise Motte. Largement installé à Beauvais, rue des Flageots, il possédait la terre de Warluis, acheta une charge de secrétaire du roi et se fit élire juge consul. En juin 1755, il avait épousé à Allonne Madeleine Motte, une cousine, dont il eut deux fils et deux filles, tous mariés. Devenu veuf en septembre 1769, il épousa à Saint-Étienne, en novembre 1770, Catherine de Régnonval, 39 ans, décédée sans postérité en juillet 1785. Après la naissance d’une fille illégitime, il épousa en décembre 1795 Julie Marcoux, une jeune domestique, dont il eut encore un fils, en août 1798. J. B. Michel mourut à la Landelle, le 9 décembre 1804.

78Michel (Nicolas), négociant, né à Saint-Sauveur, le 2 juin 1708, de Nicolas, de la branche cadette, et de Françoise Milon. En mai 1740, il épousa Françoise Auxcouteaux, de la même paroisse, qui lui donna six enfants dont deux morts en nourrice. Retiré des affaires, il fit l’acquisition d’une charge de secrétaire du roi et devint veuf en août 1777. Devant son état, ses enfants obtinrent du bailli, en décembre 1782, qu’il fût interdit « pour cause de démence et d’affaiblissement d’esprit » et ses biens furent mis en vente en février 1784. Il mourut quelques années plus tard.

79Michel (Nicolas, François), fils et successeur du précédent, né à Saint-Sauveur, le 15 juillet 1743, marié à la Basse Œuvre en janvier 1768 avec Victoire Dumoulin. De cette union naquirent cinq enfants, mais les affaires de la famille étaient loin de prospérer. La situation s’aggrava après le décès de la femme, en mai 1784, et Nicolas Michel, acculé à la faillite en octobre 1789, se suicida peu après.

  • 5 Et non à Wassigny, actuelle commune de l’Aisne. Wavignies, 25 km au nord-est de Beauvais, relève d (...)

80Millon (François), né à Wavignies5 le 15 août 1726, d’Antoine et Jeanne Budin. Avocat et procureur de la ville de Beauvais, il avait acquis en 1755 le château et la terre de Montherlant, dans le pays de Thelle, dont il commença de porter le nom. De son mariage à la Basse Œuvre avec Rosalie Dumoulin, en novembre 1762, étaient nés sept enfants, dont quatre moururent en bas âge. Dénoncé pour avoir accordé l’hospitalité à un émigré, il fut condamné à mort et guillotiné à Paris, le 23 juin 1794.

81Son petit-fils Nicolas obtint par décret impérial du 31 décembre 1864 le droit de s’appeler désormais Millon de Montherlant, un patronyme transmis, deux générations plus tard, à l’auteur de La Reine morte (1895-1972).

82Motte (Antoine, Benoît), négociant, né à Beauvais en 1668, de Pierre et Françoise Le Barbier. Entre 1707 et 1723, il fut à sept reprises maire de la ville. Lors de son décès à Saint-Sauveur, le 21 février 1746, il était subdélégué de l’intendant de Paris.

  • 6 Il avait un cousin et homonyme, établi rue des Jacobins, qui fit carrière dans le négoce et le bla (...)

83Motte (Gabriel), sieur de Boiscamp, né vers 1715 de Jean et Marie-Anne Denoroy. Conseiller au présidial, élu en l’élection, il épousa à Saint-Étienne, en juillet 1757, Françoise Boicervoise, décédée en novembre 1759, à l’âge de 33 ans, après lui avoir donné une fille unique. Élu maire en 1761, il fut « continué » par deux fois sans pouvoir achever son dernier mandat, car il mourut à Paris en février 17646.

84Portiez (Louis, François), homme politique, né à Saint-Sauveur, le 5 avril 1765, onzième enfant de Pierre Portier [sic] et de Thérèse Sauvage. Après des études de droit à Paris, il devint avocat en 1788 et fut un des fondateurs d’un club des Jacobins à Beauvais. Il se fit élire député à la Convention, où il vota la mort du roi. Associé à la réaction thermidorienne il fut membre des Cinq Cents, puis du Tribunat, avant d’obtenir, en mars 1805, une chaire de professeur de droit à Paris et la charge de doyen. Il s’était marié en novembre 1799 et mourut à Paris, le 22 avril 1810, à l’âge de 45 ans.

85Potier de Gesvres (Étienne, René), évêque de Beauvais, né à Paris, le 2 janvier 1697, de Bernard, duc de Tresmes, et de Geneviève de Seiglières. Appelé à la succession de Mgr de Beauvilliers, en février 1728, il engagea aussitôt la lutte contre le jansénisme. Des religieuses furent ainsi exilées de deux couvents beauvaisiens. Mgr de Gesvres manifestait aussi dans le diocèse une belle activité pastorale. En 1738 et 1750, il témoigna de son dévouement lors des épidémies de variole et de suette miliaire. En avril 1756, il fut créé cardinal par le pape Benoît XIV. Des raisons de santé l’amenèrent à se retirer en mars 1772. Il mourut à Paris, le 26 juillet 1774. Une rue de Beauvais porte son nom depuis 1882.

  • 7 Et non près de Beauvais.

86Taupin (Éloi, Charlemagne), général, né à Barbery, près de Senlis7, le 17 août 1767, d’Éloi, fermier, et de Marie-Louise Barbier. Soldat en 1787 dans le régiment du Roi-Infanterie, sous-lieutenant au 1er bataillon de l’Oise en 1791, il servit aux armées du Nord (1792-1795), de l’Intérieur (1795-1796), puis d’Helvétie. Promu chef de bataillon depuis 1794, il participa à la seconde campagne d’Italie et se distingua à Montebello et Marengo dans le corps de Lannes. Colonel dans la Grande Armée, promu général de brigade en 1807, il partit pour l’Espagne l’année suivante et fut blessé au siège de Saragosse. Appelé en Allemagne en 1809, il fut affecté à l’armée de Portugal de 1810 à 1813 et promu général de division. Il fut tué à la bataille de Toulouse, le 10 avril 1814. Commandeur de la Légion d’honneur, il avait été fait baron d’Empire en juillet 1808. Son nom fut donné une caserne de Beauvais, démolie depuis peu pour faire place à l’Université.

87Walon (Georges, François), né à Beauvais, le 31 mars 1705 de Claude et Angélique Picard. Seigneur de Saint-Germer-de-Fly et de Morvillers, il acquit une charge de conseiller du roi, devint président du Grenier à sel et fut élu maire en 1773, 1774 et 1775. En avril 1730, il avait épousé Agnès Allou (1708-1769) qui lui donna plusieurs enfants dont nous ne savons rien à l’exception d’une fille, Angélique (1731-1764), qui épousa en 1748 François Le Mareschal, frère du subdélégué. François Walon mourut à Saint-Sauveur, le 31 janvier 1788.

88Watrin (François), général, né à la Basse Œuvre, le 29 janvier 1772, sixième enfant de Jérôme, maître galonnier, et de Rose Larcher. Engagé en 1792, il servit dans la cavalerie de l’armée du Nord avant d’être envoyé en Vendée en 1796, sous les ordres de Hoche, avec le grade de général de brigade. Après un premier séjour à Saint-Domingue, il combattit en Italie pendant près de trois ans (1799-1801). Divisionnaire à 27 ans, il couvrit la difficile retraite de l’été 1799 et se retrouva enfermé dans Gênes avec Masséna qui l’envoya en France demander des secours. Revenu avec Bonaparte dont il commandait l’avant-garde au passage du Saint-Bernard, il se distingua à Marengo, puis au siège de Port-Ferrajo, dans l’île d’Elbe. Second du général Leclerc, commandant de l’expédition de Saint-Domingue en 1802, comme lui, il mourut de la fièvre jaune en novembre, laissant une veuve, Betty de Luker. Son nom fut donné à une rue de Beauvais, ainsi qu'à une caserne, détruite en 1940 et remplacée aujourd'hui par le palais de justice et la gendarmerie.

89Sources : Les Hommes illustres du département de l’Oise, par Charles Brainne, Beauvais, 1863 ; le « journal » du bailli Lescuyer, partiellement publié par le comte d’Elbée, MSA 1935 ; Les Danse et les Motte de Beauvais par Pierre Goubert, Paris, 1959 ; Généalogie de la famille Michel, conservée dans les locaux de la Société académique ; notice sur le conventionnel Portiez, par L. Thiot, MSA, 1906. Les registres paroissiaux et les inventaires après décès de la série B des archives nous ont permis de compléter, au besoin, de corriger les informations tirées de ces différents ouvrages.
Lorsque c’était possible, nous avons indiqué le prénom usuel, mais le cas de Borel semble poser problème, puisque c’est avec le prénom de Louis que son nom a été donné à une rue de Beauvais. Nous n’avons pas été le premier à nous en étonner.

Notes

1 Dit Caron-Guillotte, du nom de sa femme, de même que son prédécesseur se faisait appeler Michel-Ticquet.

2 Sa propre mère, Madeleine Postel, était morte une semaine après lui avoir donné le jour, le 29 avril 1733.

3 Fille de Claude, seigneur de Boulaines, et sœur aînée du chanoine Danse. Née le 29 avril 1724, elle mourut à 68 ans, le 9 mars 1792.

4 Mais baptisé à la Basse Œuvre.

5 Et non à Wassigny, actuelle commune de l’Aisne. Wavignies, 25 km au nord-est de Beauvais, relève du canton de Saint-Just-en-Chaussée.

6 Il avait un cousin et homonyme, établi rue des Jacobins, qui fit carrière dans le négoce et le blanchiment des toiles.

7 Et non près de Beauvais.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Basse Œuvre : estimation pour les années 1772, 1773 et 1774.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search