Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Conclusion

Texte intégral

1« Bonne ville de France, vieille cité de l’Ile-de-France, cité meurtrie, cité mutilée… » C’est en ces termes que le général de Gaulle saluait en 1945 les ruines de Beauvais, plus qu’à demi détruite en juin 1940. Avec la disparition de sa parure de maisons anciennes, c’est tout un passé que la guerre venait d’abolir, un passé auquel la vieille cité attachait tant de prix, depuis qu’elle se résignait à vivoter à l’ombre de sa cathédrale. Le déclin s’était précipité lorsque le rail avait supplanté la route et que Beauvais s’était vue écartée des grandes voies de communication. À la veille de la guerre, avec sa population stagnante et ses industries démodées, la ville semblait n’avoir plus d’autre ambition que d’attirer quelques touristes.

2Or, deux siècles plus tôt, avec ses 12 000 âmes, Beauvais avait pu se flatter d’être rangée parmi les quarante premières villes du royaume, loin des 60 ou 70 000 habitants de Rouen sans doute, mais au niveau de La Rochelle ou du Mans. Elle avait fini par se remettre de la crise qu’elle avait subie, comme beaucoup d’autres, dans les dernières années du xviie siècle, en restant le centre d’une région active et bien peuplée.

3Ville animée, ville de passage, Beauvais ne limitait pas ses horizons à la vieille Europe. Elle portait ses regards bien au-delà des mers, en envoyant ses enfants prospecter de lointains marchés, en Amérique ou en Asie. Ville de la laine – elle le resterait pendant tout un millénaire – elle s’était orientée aussi vers le blanchiment des toiles, avant de se tourner en fin de siècle vers la fabrication des tissus à la mode, les célèbres indiennes. Cette activité n’en était pas moins fragile. À la fin du règne de Louis XV, se manifestait un certain essoufflement dont on aurait pu déceler les signes avant-coureurs dès l’époque de la Régence. Pour la tapisserie comme pour l’industrie lainière, la situation, devenue difficile, allait prendre des allures de débâcle dès le début de la Révolution.

4À Beauvais, il était quelques grandes fortunes, des commerçants et des bourgeois de toute condition et, comme dans toutes les villes du textile, un artisanat nombreux et besogneux. L’Église tenait la première place, grâce à la présence sur le siège cathédral d’un évêque qui, à sa dignité de comte et pair, joignait des pouvoirs seigneuriaux hérités du passé. L’administration royale, qui avait domestiqué la mairie, se trouvait quelque peu désarmée, face à un haut dignitaire ecclésiastique qui avait su faire respecter tous ses droits.

Figure 19 – La maison de l’Épée royale, d’après une lithographie de Taylor

5D’ailleurs, la ville était plutôt bien administrée. Les querelles municipales ne pouvaient guère inquiéter le représentant de l’évêque, un bailli formé dans le sérail, qui disposait légalement d’une autorité difficile à contester. Il régentait la vie économique en fixant les prix et les salaires. Le maintien de l’ordre public lui revenait, comme la surveillance des marchés, l’entretien des bâtiments et de la voirie. Cette administration était routinière sans doute. Beauvais se sentait à l’étroit dans une ceinture de remparts qui menaçaient ruine. Il faudrait attendre le Consulat pour qu’on en entreprît la démolition. On pouvait se plaindre de la saleté des rues, d’une puanteur passée en proverbe. Mais, à l’époque, avait-on les moyens de faire beaucoup mieux ? Les autres villes du royaume étaient à la même enseigne. Le problème de l’eau était autrement plus grave. C’est que Beauvais, comme Amiens, était établie sur des fonds marécageux. Les moyens feront longtemps défaut. C’est seulement dans la seconde après-guerre que Beauvais, comme Lyon d’ailleurs, fut dotée d’un système d’assainissement digne de ce nom.

6L’étude de la population réserve peu de surprises. Les moyennes décennales témoignent d’une forte natalité, en regard d’une mortalité tout aussi forte. Compte tenu des décès en nourrice, si l’on fait la part de l’hôtel-Dieu, le bilan ne peut être considéré comme vraiment positif, une situation que l’on retrouve dans bien des villes de France. Pourtant, la peste avait disparu. Mais Beauvais connut la suette miliaire ; la typhoïde, mal reconnue, devait sévir à l’état endémique et, depuis 1732, un an sur cinq, la variole enlevait par dizaines adultes et petits enfants. C’est à la campagne qu’il appartenait de combler le déficit de naissances. Chaque année, la ville recrutait apprentis et domestiques venus de cinq ou six lieues à la ronde, de futurs citadins pour la plupart. Si Paris attirait de plus en plus de Beauvaisiens, l’avantage restait cependant aux entrées.

7En 1765, les formes lourdes de la pyramide des âges indiquent clairement le sens de l’évolution. Traduits en termes de descendance, les taux de fécondité révèlent une diminution rapide depuis le milieu du siècle : 7,6 enfants par famille aux alentours de 1740, 7 en 1760, à peine plus de 6, vingt ans plus tard. En ville, les notables avaient donné l’exemple ; les campagnes prendraient bientôt modèle sur le chef-lieu. À Beauvais comme en Normandie, faut-il encore le souligner, comment établir un lien entre malthusianisme et Révolution ?

8Il reste bien difficile de définir les raisons profondes de cette évolution. Le recours à des nourrices, qui semble s’être généralisé pendant le règne de Louis XIV, entraînait le rapprochement des conceptions. Or c’est chez ceux qui mettaient presque tous leurs enfants en nourrice, les notables, que se manifeste en premier lieu une diminution sensible de la fécondité liée de toute évidence à la diffusion de pratiques malthusiennes. Les classes moyennes commençaient à suivre cet exemple. Mais, le temps de deux générations, elles auraient encore un peu plus d’enfants que les familles nourricières, en ville comme à la campagne. Le tournant décisif serait pris à la fin du siècle. Assurément, les mentalités avaient évolué. Dans la bonne société, la rigueur janséniste faisait place à la philosophie. Le clergé se plaignait de l’assiduité des fidèles et dénonçait les progrès de l’irréligion. Il ne s’agit certes pas de coïncidences, mais la prudence invite à se garder de conclusions trop catégoriques.

9Dans ce type d’enquête régionale, aurons-nous des émules ? Chez les historiens, la vogue de la démographie appartient désormais au passé. Il faudrait pourtant d’autres travaux pour cerner l’apparition de ce phénomène si lourd de conséquences pour la population française : avec ou sans Malthus, ce qu’il convient de désigner aujourd’hui sous le vocable de « transition démographique ».

10Beauvais mériterait aussi de trouver un historien pour une époque contemporaine contrastée, mais où la démographie n’aurait sans doute qu’un rôle d’appoint. Il reste à retrouver les clés d’un redressement, à expliquer la résurrection d’une ville qui semblait condamnée à un effacement sans gloire après un long siècle de déclin. À l’époque du président Lebrun, Beauvais ne vivait plus que de ses activités du passé, ses fonctions de chef-lieu, des industries sans grand avenir pour la plupart. Une longue tradition d’inertie se perpétuait dans un personnel politique assez terne. Certains s’en indignaient : « Quand, après ses dernières usines, Beauvais aura perdu sa garnison et sa préfecture », s’écriait en 1933 Robert Pimienta, « que restera-t-il de la vaillante cité de Jeanne Hachette ? »

11Or, après la crise économique, ce fut la guerre et la ville réduite à un champ de ruines, après l’incendie de juin 1940. Et pourtant, comme le phénix, Beauvais allait renaître de ses cendres et, vingt ans plus tard, grâce à des activités nouvelles, se retrouver deux fois plus peuplée qu’avant la guerre. Avec ses vieilles maisons et ses rues étroites, elle a perdu ce qui faisait son charme du passé. Autour d’une place Jeanne Hachette aux façades assez froides, la statue de l’héroïne brandit toujours son arme face à l’hôtel de ville, seul vestige d’un xviiie siècle bien oublié.

Table des illustrations

Légende Figure 19 – La maison de l’Épée royale, d’après une lithographie de Taylor
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540