Version classiqueVersion mobile

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Seconde partie. L’évolution démographique

Chapitre VI. Mortalité

Texte intégral

1« Ville puante… et médisante », Beauvais était aussi une ville malsaine. Mais, à l’époque, pouvait-on seulement s’en rendre compte ? À Paris, Rouen ou Amiens, les villes qu’ils avaient le plus de chances de connaître, les Beauvaisiens n’étaient certainement pas dépaysés en matière d’hygiène et de voirie. Pourtant, on peut s’étonner que ceux auxquels revenait l’administration de la cité, les échevins, le maire, le bailli de l’évêque, qui pouvaient connaître la statistique des baptêmes et des sépultures, ne se fussent pas inquiétés du caractère régulièrement négatif de ce bilan. Dans son journal, tenu avec assiduité, le bailli Lescuyer allait assurer pendant plus de soixante ans la chronique attentive de tous les événements familiaux de la bonne société. Il signale le retour des épidémies, suette ou petite vérole, en notant le nombre des victimes et les réactions des habitants. Mais il ne fait jamais de rapprochements entre les chiffres, comme certains curés, pour constater qu’à Beauvais, en année moyenne, le nombre des décès l’emportait régulièrement sur celui des naissances. Depuis la fin du règne de Louis XV, le problème de population était pourtant l’objet de discussions dans les milieux éclairés, partagés, comme les arithméticiens politiques, entre les tenants de la croissance et leurs adversaires physiocrates, convaincus du déclin démographique.

  • 1 Exactement 31 fois sur 62, de 1738 à 1799.
  • 2 Parfois plus de 100, comme en 1738, 1741 et 1742, mais jamais moins de 50 (53 seulement en 1758), (...)
  • 3 Il est bien difficile de conclure. De 1740 à 1789, en effet, le déficit moyen serait de 36 ou 37 p (...)

2À Beauvais, le nombre des décès aurait pu plaider en faveur de la thèse du déclin : une année sur deux était déficitaire1, le retour des épidémies provoquant périodiquement des pertes qui n’étaient jamais complètement réparées. La seule décennie qui présentât un solde positif était celle des années 1780. Pour la période où l’on est en mesure d’avancer des chiffres précis, sur une soixantaine d’années, le nombre des décès dépasse celui des naissances de 5 %. Pourtant, si l’on passe en revue l’ensemble des paroisses, on peut constater que presque partout, y compris dans les plus importantes, Saint-Étienne et Saint-Sauveur, le nombre des baptêmes l’emportait régulièrement sur celui des sépultures. Seule exception, Saint-Laurent, où le Bureau des pauvres apparaissait comme le grand pourvoyeur du cimetière. En définitive, la différence venait essentiellement de l’hôtel-Dieu, où l’on enregistrait chaque année de 70 à 80 décès2. Sans doute faut-il faire la part des malades venus de la campagne, tenir compte du décès de soldats de passage, voire de prisonniers de guerre. Mais, à l’inverse, on ne peut oublier les enfants qui mouraient en nourrice. De part et d’autre, beaucoup trop d’incertitudes pour que l’on ose proposer un bilan3.

  • 4 Les étrangères de passage avaient la ressource d’accoucher chez une sage-femme. Dernière naissance (...)
  • 5 En 1765, 21 professes et 3 postulantes, les tourières, au nombre de 7, étant considérées comme des (...)
  • 6 Pendant les premières années, le libellé des actes varie selon les rédacteurs. Au milieu du siècle (...)

3Depuis la création du Bureau des pauvres, l’hôtel-Dieu n’accueillait plus guère que des malades4. Ils pouvaient être de cent à cent cinquante selon les circonstances, à raison de deux ou trois par lit. Lorsque l’on redoutait quelque maladie contagieuse, on en transportait dans une maison du voisinage afin de les isoler, le cas de Charles Minel, en juillet 1760, ou de Pierre Sannier, en septembre 1765. Des médecins « habitués » faisaient leurs visites, les soins revenant à une vingtaine de religieuses5. Les registres de l’institution ne nous apportent de renseignements que sur les malades mourant à l’hôpital. Hormis les célibataires, toujours peu nombreux, il est difficile de connaître leur situation matrimoniale, la formulation des actes de sépulture pouvant s’appliquer à des personnes mariées aussi bien qu’à des veufs6. De loin en loin, la présence d’un mari parmi les témoins permet de préciser quelques situations. Mais c’est à la reconstitution des familles que nous devons le plus grand nombre de renseignements.

4Dans la statistique des décès, les moins de 20 ans ne représentaient que 10 % de l’ensemble, les personnes de 20 à 39 ans n’étant pas tellement plus nombreuses (25 %). C’est surtout à partir de 40 ans que l’on venait mourir à l’hôpital, les moyennes décennales en témoignent, et, dans cette population relativement âgée, les veuves étaient de loin les plus nombreuses.

Répartition par âges des décès à l’hôtel-Dieu (taux ‰)

Répartition par âges des décès à l’hôtel-Dieu (taux ‰)

D’après un sondage opéré sur trente ans (1740-1749, 1760-1769 et 1780-1789) et 2 347 personnes dont les âges étaient indiqués : 1 238 hommes (1 153 sans les militaires) et 1 109 femmes. Si l’on retranchait les soldats, dont la moitié avaient entre 20 et 30 ans, on verrait s’abaisser la moyenne de deux groupes d’âges (20-29 : 131, 30-39 : 122), tandis qu’elle se relèverait d’une dizaine de points entre 60 et 79 ans. Mais les femmes n’en conservent pas moins leur avantage en matière de longévité.

5Les campagnards étaient peut-être plus nombreux que les citadins. Il en venait de quatre ou cinq lieues à la ronde, du pays de Bray comme du plateau, jusqu’à Froissy, Crèvecœur ou Songeons. Vers l’est, au-delà de Bresles, on allait plutôt se faire soigner à Clermont. Ce n’était pas seulement une question de distance, car des fous étaient envoyés à Bicêtre. Une note du curé de la Neuville-Garnier, un village du Thelle, à trois lieues de Beauvais, nous apprend qu’une de ses paroissiennes, atteinte d’un « chancre à la mamelle », était allée mourir à l’hôtel-Dieu de Paris, en novembre 1710. Certains villages semblent avoir bénéficié de quelque fondation, le cas du Faÿ-Saint-Quentin et de Savignies qui auraient pu disposer d’un lit réservé à l’hôtel-Dieu, ce qui expliquerait la fréquence relative des mentions qui les concernent.

  • 7 Bilan : 172 décès de militaires en 50 ans (1740-1789).
  • 8 « L’an mil sept cent quarante-huit, le 3e may, est décédé et le lendemain a été enterré sur les bo (...)

6Les Beauvaisiens admis à l’hôtel-Dieu appartenaient presque tous à des milieux populaires ; le fait ne saurait faire de doute, même si les actes ne mentionnent jamais la profession du défunt, pas plus que les causes du décès. Il s’agissait de journaliers, de compagnons sergers, de travailleurs du cuir, de leurs femmes ou de leurs veuves. Beaucoup plus rares étaient les fabricants et les commerçants ; pendant tout un demi-siècle, pas un seul notable, mais des gens de passage, des voyageurs, des ramoneurs, surtout des militaires. Parmi ces derniers, les actes de sépulture, toujours discrets sur le plan médical, précisent régulièrement l’origine et la situation du défunt. Beauvais était devenue ville de garnison en 1740, avec l’installation d’une compagnie de gardes du corps. Mais elle ne cessa de loger des régiments de passage et des troupes en cantonnement, fantassins ou cavaliers. Au défilé de ces unités correspondaient bien souvent des décès, la moyenne de deux par an, trois fois plus en temps de guerre7. Les victoires du maréchal de Saxe avaient valu à la ville d’héberger les prisonniers de deux régiments hollandais. Captivité toute relative, puisqu’elle permit à certains de convoler, au prix, parfois, d’une abjuration. La même question se posait à l’article de la mort. Les protestants qui refusaient les secours d’un prêtre étaient enterrés à l’écart, généralement sur les boulevards8.

Les cimetières de Beauvais
Ils étaient au nombre de neuf au xviiie siècle, qui s’étendaient presque tous autour d’une église paroissiale, de même qu’à la campagne. Mais, partout, la place était comptée : le plus vaste, celui de Saint-Étienne, pouvait être rempli en une douzaine d’années, le plus petit, celui de Sainte-Marguerite, l’était en moins d’un an. À Saint-André et Saint-Thomas, les inhumations avaient lieu dans l’église. La Basse Œuvre, qui n’avait pas non plus de cimetière, disposait d’un emplacement dans celui de Saint-Étienne. Une déclaration royale de 1776 interdit d’enterrer désormais dans les églises. L’intendant pressait la municipalité de trouver à l’extérieur de la ville un terrain assez vaste pour accueillir tous les corps. Deux nouveaux cimetières furent alors établis au nord, près de l’hôtel-Dieu et derrière le couvent des Capucins. En 1791, la municipalité, ayant fait l’acquisition de l’enclos du couvent, ordonna une translation des corps dont le procès-verbal figure sur les derniers registres des paroisses qui allaient être supprimées. Les cimetières des faubourgs ne semblent pas avoir été concernés par cette mesure, à cette époque tout au moins.
(D’après L. Graves, « Précis statistique du canton de Beauvais », Ann. Oise, 1855, pp. 123-126, et C. Fauqueux, Beauvais, 1939, pp. 169-170).

  • 9 Or, dans presque toutes les successions apparaissent régulièrement des frais d’enterrement. Nous n (...)

7C’est chez eux que mouraient presque tous les Beauvaisiens. En cas de maladie, faisaient-ils régulièrement appel à des médecins ? Les inventaires après décès peuvent nous fournir quelques éléments de réponse. Dans l’énumération habituelle des dettes courantes de la succession, fournitures de pain, de viande, dépenses d’épicerie et autres, on ne trouve que de très rares mentions de fourniture de drogues et d’honoraires médicaux, et ce, presque toujours dans les milieux aisés9. S’il n’était pas de traitements, c’est sans doute que le médecin n’était appelé qu’à la dernière extrémité, ce que laissaient entendre les remarques des contemporains.

  • 10 Exemple limite, celui d’André Vie, dont la carrière s’apparenterait presque au vagabondage. Sa fem (...)

8Les médecins de Beauvais avaient-ils déjà la même réputation que celle dont ils souffraient à la fin du xixe siècle, où on leur reprochait, selon le Dr Dardignac, leur manque de sérieux et surtout de compétence ? Ils ne s’enfuyaient pas, comme certains, lors des épidémies, mais, sur place, les autorités faisaient aussitôt appel à des secours de Paris. Il est vrai qu’à Beauvais le corps médical se réduisait à une dizaine de praticiens sur lesquels nous savons assez peu de chose. En 1765, il n’était que quatre médecins en titre : le Dr Michel, qui s’était retiré, son gendre, Augustin Maine, doyen de la profession, qui avait fait ses études à Montpellier, et les docteurs Hébert et Ducauroy. Les six autres étaient des chirurgiens. Leur mobilité, pour certains, la brièveté de leur carrière beauvaisienne fait sérieusement douter de leur réussite professionnelle10. Avec quatre médecins et six chirurgiens, la situation restait la même en 1789.

  • 11 À titre d’exception, signalons, à Saint-Quentin, la mention de 3 décès dus à une « maladie contagi (...)
  • 12 Saint-Jacques : décès d’Antoine Delamarche, le 26 juillet 1739. En août 1757, Jacques Camus, 34 an (...)

9Dans les paroisses, les actes de sépulture, souvent mieux rédigés qu’à la campagne, conservent un caractère plus administratif. Sauf en cas d’accident, il n’est jamais fait mention de la cause du décès11. Or ces accidents étaient rares. Hormis le cas de maçons écrasés par la chute d’un mur, on ne signale guère que des noyades dans le Thérain, des adultes et surtout des enfants. Le fait se reproduisait tous les six ou sept ans, généralement l’été et presque toujours dans les quartiers sud, Saint-Étienne ou le faubourg Saint-Jacques : le cas, en juillet 1739, d’un petit garçon de trois ans tombé dans la rivière et dont le corps ne fut retrouvé qu’après « beaucoup de peine et de recherches12 ». Nous n’avons relevé aucune mention de suicide. D’après les contemporains, l’Église pouvait se montrer accommodante, en acceptant les explications des familles, alors qu’aux protestants elle refusait, nous l’avons vu, une sépulture en terre chrétienne.

10Ce sont les historiens locaux, les chroniqueurs, qui nous ont transmis le souvenir des épidémies les plus meurtrières, avec parfois quelque détail venu d’un journal de notable. On risque pourtant de s’égarer dans la terminologie de l’époque : dans ces maladies que l’on qualifiait alors de suette ou de pourpre, il est bien difficile d’établir ce qui revenait à la rougeole, la scarlatine ou la typhoïde. Du fait de la pollution des eaux, celle-ci devait sévir à l’état endémique. On le déplorait encore à la fin du xixe siècle, mais à l’époque on ne semblait guère s’en soucier.

  • 13 L’exemple, entre autres, du bailli Lescuyer qui y revient par trois fois dans son journal. Ainsi, (...)

11Après la terrible crise de 1693-1694, la fin du règne de Louis XIV connut encore bien des mauvaises années. Mais, en raison des lacunes et du sous-enregistrement des décès dans des paroisses comme Saint-André et surtout Saint-Sauveur, il est souvent difficile de se prononcer. Comme à la campagne, forte mortalité en 1701, due à une épidémie de pourpre qui sévissait alors dans toute la région. En revanche, on pourrait ignorer l’hiver de 1709 s’il n’avait laissé de tels souvenirs aux Beauvaisiens, au point de servir de référence pendant tout un siècle en matière de température13. De fait, à en juger par le nombre des sépultures, 1709 et 1710 auraient pu passer pour des années presque ordinaires.

  • 14 Journal d’un bailly, août 1739. Parmi les victimes, la propre femme de Lescuyer, décédée le 28, à (...)

12En revanche, l’épidémie de suette qui se répandit dans le Beauvaisis en 1718 et 1719 se lit dans tous les registres paroissiaux. Mais l’état de nos sources ne permet pas de désigner les quartiers qui furent le plus sévèrement atteints. La maladie semble avoir reparu en 1727, peut-être en 1737, à moins que ce ne fût la variole, signalée en juillet de l’année suivante, après avoir fait bien des ravages au cours de l’été de 1732. En 1738 et 1739, ce fut pis : 746 et 666 décès pour l’ensemble de la ville, alors que la moyenne oscillait à l’époque autour de 450. Plusieurs causes ont pu se conjuguer, mais, au nombre des décès d’enfants enregistré pendant l’été dans la plupart des paroisses, on aurait reconnu une épidémie de variole, même sans le témoignage de Jean-Louis Lescuyer. « La petite vérole a régné cette année pendant tout l’été », écrivait-il. « Elle a attaqué presque tous les enfants et plusieurs grandes personnes dont un grand nombre sont mortes14. »

Graphique 21 – Naissances et décès au cours du xviiie siècle

  • 15 30 naissances et 26 décès à la Basse Œuvre, 72 et 49 à Saint-Sauveur, alors que partout ailleurs s (...)

13Jusqu’en 1743, toutes les années sont déficitaires. On retrouve ici, quelque peu atténués, les effets de la crise de subsistances qui atteignit si durement les campagnes du Beauvaisis comme celles du nord de la France. Les soupes populaires ne pouvaient compenser une hausse du prix du pain durement ressentie dans les familles ouvrières. En ville aussi, c’était la disette, avec la livre de pain bis à deux sous et plus, depuis la fin août 1740 jusqu’à la mi-octobre 1741 et une nouvelle flambée, fin juin 1742 (2 sols 10). Épidémie de grippe en avril 1743, variole pendant l’été : on allait recenser 634 décès dans l’année, en regard de 425 naissances et à peu près autant de conceptions. Les quartiers populaires étaient les plus sévèrement touchés et ce n’est pas un hasard si les seules paroisses à présenter un bilan positif étaient Saint-Sauveur et la Basse Œuvre, les deux plus cossues de la cité15.

Graphique 22 – La crise de 1741-1743

  • 16 Probablement une résurgence de la suette anglaise qui avait sévi surtout dans l’archipel jusqu’au (...)

14Après quelques années de rémission, en juin 1750, ce fut l’extension d’une épidémie dont les progrès rapides inquiétèrent bientôt la population. Il s’agissait de la suette miliaire, apparue une trentaine d’années plus tôt dans le nord de la France et qui devait son nom aux éruptions cutanées en forme de grains de mil qu’elle provoquait16. Dans la seconde quinzaine de juin, on comptait plus d’un millier de malades et jusqu’à une dizaine de décès par jour. Enfants, adultes, vieillards étaient également frappés, surtout dans les quartiers les plus pauvres, mais les faubourgs étaient épargnés. Les notables quittaient la ville, le séminaire se vidait et le principal décidait de fermer le collège. Les relations commerciales étaient désorganisées ; alentour, les clients refusaient les ballots de marchandises qui leur étaient expédiés de Beauvais. Devant l’incurie des médecins et l’affolement de la population, l’évêque, revenu au milieu de ses ouailles, obtint de la Cour l’envoi de Jean-Baptiste Boyer, médecin du roi, qui avait déjà combattu la suette à Beaumont et Chambly, trois ans plus tôt. Avec les chirurgiens qui l’accompagnaient, il entreprit de traiter les malades à grand renfort de tisanes et de saignées. Méthode qui semble avoir été efficace, puisque la mortalité ne tarda pas à reculer. Lescuyer notait dans son journal que cette épidémie qui avait duré deux mois avait atteint près de 5 000 personnes et fait 110 victimes, un chiffre qui mérite d’être retenu. Le 26 juillet, un Te Deum célébrait la fin de l’épidémie dans une ville en fête. La municipalité, reconnaissante, avait offert au Dr Boyer les présents d’usage pour le remercier de son dévouement.

  • 17 Levée de 1793 (Lr), document exploité pour la présentation des Beauvaisiens au chapitre II.

15L’été suivant, la variole faisait sa réapparition à Beauvais. Elle allait sévir sans discontinuité pendant deux ans, sans faire pourtant beaucoup de victimes. Mais lors de son retour dans la ville, en 1762 et 1767, toujours pendant l’été, elle gonflait à chaque fois d’une trentaine de cas le nombre des sépultures. Forte mortalité encore, en 1776 comme en 1777. S’agissait-il d’une nouvelle épidémie de variole ? Ce fut le cas, assurément, pendant l’été de 1787 qui vit disparaître une vingtaine d’enfants à Saint-Étienne et douze au moins dans les paroisses voisines. Les timides progrès de la vaccination allaient peu à peu faire reculer une maladie dont il est difficile de mesurer les ravages, mais qui semble bien avoir été le fléau du xviiie siècle. La variole fut certainement plus meurtrière que la suette, dont les Beauvaisiens devaient garder le souvenir pendant longtemps. En ville comme à la campagne, le quart au moins d’entre eux en portaient les stigmates, si l’on se réfère aux passeports et au signalement des conscrits pendant la période révolutionnaire17.

16Avec la guerre et la concentration de troupes qu’elle entraîna bientôt à Beauvais, on allait voir se gonfler à nouveau la statistique mortuaire. L’hôtel-Dieu n’était plus en mesure d’accueillir tous les soldats ; en 1794, il fallut installer un hôpital militaire. Aux régiments de cavalerie stationnés en ville, qui fournissaient leur contingent régulier de malades, venaient se joindre les unités de passage, les permissionnaires, les militaires isolés qui rejoignaient leur corps, bientôt des prisonniers. Parmi les 533 décès enregistrés en 1793, 10 % de militaires ; l’année suivante, pour rester fidèle au « vieux style », 903 décès – de loin, le chiffre le plus élevé du siècle – dont il faudrait retrancher 216 militaires et 44 prisonniers de guerre ; en 1795, 43 soldats et 16 prisonniers, sur un total de 657 décès.

  • 18 Le général Nicolas Pascal, 65 ans, originaire de Quimper, décédé le 12 prairial an II ; le command (...)
  • 19 Parmi les 52 prisonniers dont nous connaissons l’origine, 25 Allemands, dont au moins 4 mercenaire (...)

17Au total, au cours de ces trois années, 311 militaires français et 62 prisonniers de guerre furent inhumés dans le nouveau cimetière établi au nord de la ville. Les cavaliers n’étaient pas les plus nombreux (137), mais ils sont plus faciles à identifier car beaucoup d’entre eux appartenaient à des unités qui avaient stationné plus ou moins longtemps dans la ville. C’est donc sans surprise que l’on retrouve les dragons et les hussards des 7e, 17e et 20e de cavalerie et surtout du 8e et du 16e. Parmi eux, quelques officiers : deux capitaines, un chef d’escadron, tous trois Lorrains d’origine, et même un général de division18. Les prisonniers de guerre – 62, si l’on tient compte des déserteurs – étaient allemands pour moitié, les autres se répartissant à peu près également entre Hollandais et sujets autrichiens19.

  • 20 746 décès. Depuis lors, le chiffre de 600 n’avait été dépassé que deux fois, en 1739 et en 1743.

18Le nombre des décès de militaires ne suffit pas à expliquer un accroissement brutal de la mortalité. Pour la seule année 1794, dans la population civile, 743 personnes de tous âges sont mortes, dont plus du tiers à l’hôpital, soit à peu près autant qu’en 1738, l’année la plus noire de notre statistique20. Pourtant les sources locales n’y font aucune allusion. À la lecture des chiffres, on devine qu’une épidémie a dû se déclarer fin mai à l’hospice des malades, l’ancien hôtel-Dieu. L’installation d’un hôpital militaire n’y changea rien ; la maladie continua de sévir jusqu’à la fin de l’année dans les deux établissements, enlevant civils et militaires ainsi que sept infirmiers, un administrateur et un employé de l’hospice. L’entassement des soldats et des prisonniers dans des locaux de fortune explique sans doute les progrès de la contagion, les restrictions alimentaires, la moindre résistance des malades.

  • 21 Sauf pour les « ci-devant prêtres » et les religieuses, rien de permet de les identifier. Pour les (...)

19Depuis l’été de 1793, Beauvais connaissait des jours difficiles. Devant la dépréciation de l’assignat, les paysans boudaient les marchés. Les représentants en mission qui parcouraient le département, Collot d’Herbois, Isoré, André Dumont, réquisitionnaient grains et fourrages pour le ravitaillement de Paris et de l’armée du Nord, ce qui localement n’améliorait pas la situation. Les arrestations se succédaient et les prisonniers, des prêtres, des parents d’émigrés et autres « suspects » s’entassaient dans l’ancien couvent des sœurs grises avant un transfert au château de Chantilly, l’antichambre de la guillotine. À Beauvais, il était également des exécutions (huit, de mai à juillet 1794), mais la maladie était plus meurtrière. Plusieurs dizaines de détenus, que nous ne connaissons pas tous, s’en allèrent ainsi finir leurs jours à l’hôpital21. Mais on ne saurait négliger pour autant un gonflement plus général de la mortalité dans une population sous-alimentée. La crise devait être assez brève, d’ailleurs. À partir de mai 1795, on retrouve les moyennes de décès habituelles, et ce, jusqu’à la dernière année du siècle.

Mouvement saisonnier

  • 22 Mais compte tenu des enfants morts en nourrice (M. Lachiver, op. cit., p. 87). Pour 1700-1789, des (...)

20La répartition saisonnière présente beaucoup de similitudes avec celle de la campagne : des fluctuations de même ampleur de part et d’autre et des maxima d’avril et de septembre encadrant un minimum de juin-juillet. Mais, à Beauvais, le maximum principal s’établit en septembre, alors qu’à la campagne c’est celui du printemps qui prévaut, de même qu’à Meulan d’ailleurs22. C’est à la mortalité infantile, souvent une mortalité des tout premiers jours, que l’on devait en grande partie le maximum de printemps. Or bien des enfants de la ville s’en allaient mourir à la campagne. C’est probablement ce qui explique la différence que nous avons constatée. On mourait assez peu à la belle saison, juin et juillet figurant presque toujours au plus bas dans les moyennes. C’est pourtant l’été que les enfants étaient périodiquement emportés par le retour de la variole.

21La comparaison des moyennes entre les paroisses de Beauvais n’apporte pas de révélations. On retrouve deux fois sur trois les maxima d’avril et de septembre avec, localement, des variations à l’avantage des mois d’août et de mai, parfois de mars. Saint-Étienne s’aligne assez bien sur la moyenne beauvaisienne, les écarts étant un peu plus nets à Saint-Laurent. À Saint-Sauveur, le maximum d’avril l’emporte, comme à la campagne, sur celui de septembre. C’est à l’hôtel-Dieu que l’on constate une répartition quelque peu différente, avec un maximum d’avril bien dégagé, au-dessus d’une longue série de valeurs moyennes de juin à janvier, culminant très faiblement en novembre.

Tableau 49 – Mouvement saisonnier des décès

Tableau 49 – Mouvement saisonnier des décès

Nous avons procédé comme pour les mariages et les naissances. Pour passer des nombres journaliers à l’indice mensuel, tous les chiffres ont été multipliés par 1,301 (1 200 :922,306).

22Pour point de départ de cette étude, nous avons retenu l’année 1740 et non plus 1735, comme pour les mariages et les naissances, laissant ainsi de côté un peu plus de 2 300 décès. C’est que nous avons dû tenir compte ici de lacunes plus importantes en amont : trois années au lieu de deux à Saint-Étienne, trois également à l’hôtel-Dieu, où le registre, ou sans doute sa copie, ne commence qu’en 1737. Nous n’avons pas voulu fausser l’équilibre entre les différentes paroisses. Plus de la moitié des sépultures avaient lieu en effet dans deux d’entre elles, Saint-Étienne et surtout Saint-Laurent, paroisse de l’hôtel-Dieu et du Bureau des pauvres.

Graphique 23 – Mouvement saisonnier des décès

MORTALITÉ INFANTILE

23Comme dans les autres régions de France qui ont été étudiées pour la même époque, la répartition des décès au cours de la première année souligne l’importance de la mortalité des premiers jours : 32 % à moins d’une semaine, plus d’un sur deux avant 1 mois. On le voit, ces moyennes ne diffèrent guère de la campagne, même si, dans le détail, on observe une certaine dispersion. Entre un et cinq mois, les résultats sont presque identiques de part et d’autre. En revanche, avant un mois, proportionnellement on mourait un peu plus à la campagne, mais moins qu’en ville, de six à onze mois. À Beauvais, près de 12 % de ces enfants étaient morts dans les heures qui suivaient leur naissance. Ceux que la sage-femme avait dû ondoyer étaient presque tous condamnés. Parmi eux, combien de morts-nés ? Même pour une femme du métier, il était certainement difficile de se prononcer.

Tableau 50 – Mortalité infantile : répartition des décès (ondoyés décédés compris. Taux ‰)

Tableau 50 – Mortalité infantile : répartition des décès (ondoyés décédés compris. Taux ‰)
  • 23 Sixondoyés décédés, dont un couple de jumeaux, un garçon mort à deux jours ; un seul survivant, ma (...)

24Lorsque les registres étaient bien tenus, ce qui était le cas à Beauvais pour notre période, les enfants ondoyés représentaient généralement 3 % de l’ensemble des décès. C’est la moyenne que nous avons retrouvée, sans grands écarts entre les principales paroisses. Malgré sa fréquence relative, la naissance d’un enfant mort avant d’avoir été baptisé demeurait un événement exceptionnel, sauf s’il s’agissait de jumeaux ou de triplés. Mais certains couples avaient le triste privilège de perdre dans ces conditions la presque totalité de leurs enfants, la conséquence sans doute de phénomènes d’incompatibilité sur lesquels on s’interroge encore de nos jours. Nous l’avons constaté à différentes époques et dans presque toutes les paroisses. Pour nous limiter à Saint-Étienne, nous citerons le cas d’un drapier, Louis Lévêque, qui perdit ainsi sept de ses huit enfants et celui d’un ancien soldat devenu serger, Augustin Bailly, un père de treize enfants dont deux seulement auraient survécu23.

25Si l’on fait le bilan, on constate qu’entre 1740 et 1780, 27 % des enfants de Beauvais mouraient avant leur premier anniversaire, 58 % seulement d’entre eux atteignant l’âge de dix ans. Des moyennes qui étaient très proches de celles de la campagne, où nous avions trouvé des taux de 27 et 56 % pour une période, il est vrai, deux fois plus longue (1720-1800). La mortalité tendait à baisser, mais dans la seconde moitié du siècle, l’impression dominante est plutôt celle de stagnation. On le constate pour la mortalité infantile, qui pesait si lourdement sur la destinée des enfants. Après avoir frôlé le taux de 300 pour mille, au cours des mauvaises années 1740, elle revient à 253,5 pendant la décennie suivante, se relève de dix points de 1760 à 1779 avant de se retrouver à près de 249 ‰ à partir de 1780. En revanche, on ne constate aucun progrès en ce qui concerne la mortalité des enfants sortis du premier âge. Pour ceux d’un à cinq ans, les moyennes ont même tendance à se relever, ce qui semble traduire les méfaits de la variole. Jusqu’à dix ans, pas de changements pendant trente ans (une moyenne de 41 %), une baisse sensible à partir de 1780, mais dont nous ne savons si elle se poursuit après 1790.

Tableau 51 – Évolution de la mortalité infantile et juvénile au cours du xviiie siècle (taux ‰)

Tableau 51 – Évolution de la mortalité infantile et juvénile au cours du xviiie siècle (taux ‰)

Les périodes considérées correspondent aux dates de naissance des enfants, 10 137 au total.

Graphique 24 – Évolution de la mortalité infantile et juvénile

Mortalité selon les milieux

26D’une famille à l’autre, les chances de survie des enfants apparaissent fort inégales, mais, au-delà des cas d’espèce, il fallait tenir compte du milieu social, de l’aisance relative des parents, en fonction surtout de leur métier. Nous n’avions pas les moyens de comparer la destinée des enfants nourris par leur mère à celle des bébés envoyés en nourrice. En revanche, il était possible d’opposer plusieurs groupes de familles, sinon au niveau même de la profession, du moins en fonction du groupe social. Le plus facile était d’isoler les notables, mais ils n’étaient qu’une poignée. Pour les autres, nous en sommes revenu au clivage que nous avions adopté pour l’étude de la fécondité, l’opposition entre maîtres et compagnons : 2 570 enfants d’un côté, 5 567 de l’autre, également nés entre 1740 et 1790, ce qui en laissait de côté près de 2 900, sans parler des notables, 221 enfants pour la même période.

Tableau 52 – Taux de mortalité selon les milieux sociaux (naissances de 1740 à 1779)

Tableau 52 – Taux de mortalité selon les milieux sociaux (naissances de 1740 à 1779)
  • * À l’exception des notables

Note **

27En comparant les moyennes que nous avons regroupées dans le tableau 52, on constate que chez les enfants de compagnons, la mortalité était plus forte que chez ceux de leurs employeurs. L’excédent, de l’ordre de 4 %, reste à peu près le même jusqu’à dix ans, malgré la réduction des écarts intermédiaires. La mise en nourrice des enfants, plus fréquente dans ce dernier groupe de familles, ne semble pas avoir eu de conséquence notable dans le domaine de la mortalité. Le troisième groupe réunissait des familles de boutiquiers, d’artisans et bien d’autres, de situation mouvante ou difficile à déterminer. Tantôt plus forte, tantôt plus faible, la mortalité de leurs enfants s’apparenterait plutôt à celle des enfants de maîtres. En revanche, chez les notables, qui ne figurent pas dans notre tableau, les taux de mortalité sont beaucoup plus bas : en termes de survie, 833 à un an, 748 à cinq ans et 732 à dix. Grâce au journal du bailli Lescuyer, il ne saurait y avoir de doute sur la destinée de tous ces enfants, mais il n’en faut pas moins rappeler que ces résultats ne reposent en définitive que sur 221 cas, onze à douze fois moins que pour les familles de maîtres, vingt-cinq fois moins que pour celles des compagnons.

  • 24 Des moyennes qui ne peuvent être comparées à celles de Beauvais, puisqu’elles ne tiennent pas comp (...)

28À Rouen, J. P. Bardet avait trouvé des résultats fort expressifs. La mortalité infantile allait en effet croissant à mesure que s’abaissait le niveau social, du notable à l’artisan, en passant par le marchand et le petit boutiquier. Dans toutes ces familles, pourtant, elle restait très en deçà de la moyenne de la ville, alors que les ouvriers, tout au long du siècle, perdaient deux à trois fois plus d’enfants que les commerçants24. Ces résultats, on les retrouve, somme toute, à Beauvais, mais avec plus d’ambiguïté et, surtout, des écarts moindres entre les différentes catégories sociales.

Rang de naissance et mortalité infantile

29Pour cette étude, limitée par définition aux seules familles complètes de plus de trois enfants, nous disposions de 4552 cas. Nous nous en sommes tenu en effet aux couples mariés de 1740 à 1779, 563 au total, dans nos dix paroisses. Les résultats apparaissent cohérents : avec des moyennes de même ordre, on retrouve à Beauvais les mêmes tendances qu’à la campagne. Les taux de mortalité s’élèvent en effet, à mesure que s’accroissent les dimensions de la famille, mais, entre les extrêmes, les écarts sont moins importants. Pour les premiers-nés, les chances de survie étaient plus faibles que pour les autres enfants. Pourtant, si les risques de décès diminuent au début, selon le rang de naissance, l’évolution n’est pas la même dans les familles les plus nombreuses.

Tableau 53 – Rang de naissance et mortalité infantile (taux ‰)

Tableau 53 – Rang de naissance et mortalité infantile (taux ‰)

30Le tableau 53 permet de comparer ville et campagne. À Beauvais, chez les familles de quatre, cinq ou six enfants, le taux de mortalité diminue régulièrement du premier au dernier-né, une tendance que l’on peut observer dans nos villages jusqu’au neuvième enfant. En ville, celle-ci se renverse plus tôt : dans les familles de dix enfants et plus, le taux de mortalité des derniers-nés l’emporte désormais sur tous les autres. Il est vrai que, pour eux, la progression est rapide : de 19 et 26 % de décès dans les premiers groupes, on passe en effet à 33 et 45 % dans les suivants. À la campagne, on partait de plus bas (18 %), pour atteindre le même taux dans les familles de 13 et 14 enfants.

  • 25 Nos recherches ont porté de façon plus ou moins systématique sur quelque 80 paroisses. Le même pro (...)

31On peut noter également qu’en ville, pour les premiers-nés, la moyenne générale est très proche de celle de la campagne, l’écart se creusant pour les suivants et surtout pour les derniers-nés. Simple constatation en ce qui nous concerne, car il nous semble bien difficile d’apporter sur ce sujet une explication. D’une façon plus générale, pour les familles beauvaisiennes se pose le problème des enfants décédés en nourrice. En dépit de l’étendue de nos recherches dans les villages d’alentour, on ne peut négliger un certain risque de sous-estimation25. Nous avons pourtant songé à comparer leur destinée à celle des enfants restés au foyer. Mais, en morcelant certains groupes, on risquait de se trouver devant des résultats aléatoires. Ce n’était pourtant pas la difficulté majeure car, en ville, il faut le rappeler, il était rare de pouvoir identifier les enfants mis en nourrice dans la même paroisse, le cas de Saint-Étienne en particulier.

MORTALITÉ DES ADULTES

  • 26 « Estimation de la mortalité locale des adultes à partir des fiches de familles », Population, 198 (...)

32Dans notre étude sur les villages du Beauvaisis, nous avions été en mesure de présenter, en termes d’espérance de vie, une évaluation de la longévité moyenne des femmes. À partir des éléments de notre fichier, Alain Blum avait pu faire la première expérience de la méthode qu’il venait de mettre au point26. Mais, à Beauvais, il ne nous a pas été possible de la rééditer.

  • 27 Il n’était pas possible d’envisager une recherche ponctuelle fondée sur l’exploitation des tables (...)

33Pour huit de nos villages, en effet, il nous avait fallu reprendre des dépouillements arrêtés en 1830 et les poursuivre jusqu’en 1850. Mais une recherche qui ne posait pas de problèmes dans de petites localités prenait une toute autre dimension dans une ville où le souvenir des anciennes références paroissiales avait de longtemps disparu27. En amont, l’état des registres nous interdisait de remonter jusqu’au début du siècle, ce qui réduisait singulièrement les périodes d’investigation. Or, en ce domaine, la durée apparaît comme un facteur essentiel : même dans le pays de Thelle, nous n’avions pu couvrir la totalité du siècle. À Beauvais, dans les conditions les plus favorables, notre étude n’aurait pu porter que sur une seule génération à peine, celle des femmes nées pendant les vingt ou vingt-cinq premières années du règne de Louis XV, avec des résultats assez minces, on le devine.

Figure 18 – Faire-part de décès
Nous ne connaissons pas autrement la défunte, dont l’âge n’est d’ailleurs pas mentionné dans les registres de Saint-Sauveur.

34À titre indicatif, nous avons procédé à l’exploitation des registres paroissiaux pour une étude en forme de survol à partir de notations souvent approximatives, surtout en ce qui concerne les âges au décès. Comme en bien d’autres régions, la situation matrimoniale des hommes est rarement indiquée, celle des femmes l’étant presque toujours, sauf à l’hôtel-Dieu où, sans recours à la fiche de famille, il est à peu près impossible de distinguer veuves et femmes mariées. En définitive, nous nous sommes limité à l’étude de trois décennies, 1740-1749, 1760-1769 et 1780-1789, qui nous ont fourni 6682 actes de sépulture : 4 520 pour les paroisses et 2 162 pour l’hôtel-Dieu.

35La ventilation par âge montre, ainsi qu’on pouvait s’y attendre, que la longévité des femmes était supérieure à celle des hommes. Parmi les plus de 20 ans, 35 % de septuagénaires, 55 % d’entre elles dépassant la soixantaine ; chez les hommes, des taux de 24 et 43 %. Les moyennes se relèvent si l’on écarte les soldats (76 décès pendant ces trois décennies) et surtout si l’en s’en tient aux seules paroisses urbaines, trois femmes sur cinq et près d’un homme sur deux atteignant l’âge de 60 ans.

Tableau 54 – Décès d’adultes (taux ‰)

Tableau 54 – Décès d’adultes (taux ‰)
  • 1 Dont 191 hommes et 390 femmes sans indication d’âge.
  • 2 Dont 158 hommes et 366 femmes dans le même cas.

Note 11
Note 22

36En ville comme à l’hôtel-Dieu, entre 30 et 60 ans, on observe à peu près les mêmes taux de surmortalité masculine, qui s’enflent surtout aux alentours de la cinquantaine. En revanche, en ville, on constate chez les femmes de 20 à 29 ans une surmortalité qui s’efface lorsque l’on tient compte des statistiques de l’hôtel-Dieu. On devine l’explication : des suites de couches difficiles qui emportaient la mère après l’enfant. Explication confortée par le fait qu’à Beauvais les accouchements avaient lieu à domicile, parfois chez une sage-femme, mais jamais à l’hôpital. D’ailleurs, si l’on s’en tient aux seules femmes mariées, on remarque que la répartition de leurs décès semble traduire une surmortalité assez nette de 20 à 40 et même 45 ans, par rapport à celle des hommes de toute condition.

  • 28 Ce sont les jeunes gens qui apparaissent les plus difficiles à localiser, faute de références à un (...)

37À l’hôtel-Dieu, on mourait beaucoup plus jeune que dans la ville, les adultes s’entend, car il n’y est presque jamais question de décès d’enfants. La constatation vaut surtout pour les hommes, si l’on en juge par des taux de 141 pour mille à 20-29 ans et 30-39 ans : deux fois la moyenne paroissiale dans le premier cas. On devine ce que pouvaient représenter les accidents de travail, en ville comme à la campagne. Malheureusement, il n’est guère possible, nous l’avons dit, de faire le départ entre citadins et ruraux, les religieuses se contentant pour le défunt d’une brève mention d’origine28. Entre 50 et 70 ans pour les hommes, 60 et 70 pour les femmes, les moyennes de l’hôpital correspondent à celles de la ville avant de s’infléchir par la suite.

  • 29 Angadrême Lemaire, 99 ans, décédée le 1er octobre 1769 à Saint-Étienne ; Louis Renault, 97 ans, dé (...)

38Si l’on en juge d’après les résultats du recensement de 1765, il semblerait qu’il y ait eu en ville à peu près autant de grands vieillards qu’à la campagne. On y relève en effet la présence de 85 octogénaires, 29 hommes et 56 femmes, sur une population de cinq et six mille habitants. S’y ajoutent encore trois hommes et quatre femmes de 90 à 94 ans. Les sondages que nous avons opérés sur trois décennies ne nous ont pas fait découvrir de centenaires parmi les défunts, mais une cinquantaine de nonagénaires, dont les quatre plus âgés, un homme et trois femmes, toutes célibataires, comptaient entre 96 et 99 ans29.

  • 30 Marie-Anne Bréviaire, veuve de Sébastien Gaillard, maître boulanger à Saint-Sauveur, née à Saint-J (...)
  • 31 Lucienne Marié, veuve Legras, décédée en janvier 1790, et Marguerite Delattre, veuve Drapier, mort (...)

39Mais que valaient tous ces chiffres ? En ville, les curés ne pouvaient bien connaître toutes leurs ouailles. Ils ne prenaient pas la peine de vérifier les assertions des témoins en allant rechercher sur leurs registres, comme souvent au village, l’acte de baptême de quelque vieux paroissien. En tout cas, pour l’ensemble des familles que nous avons reconstituées, nous n’avons relevé aucun décès à 90 ans ou plus et ceux d’octogénaires n’apparaissent pas si nombreux en définitive. À Saint-Étienne et Saint-Sauveur, les deux paroisses les plus peuplées de la ville, nous en avons recensé seulement 16 : 5 hommes et 11 femmes et parmi celles dont nous pouvions retrouver le baptême, la plus âgée ne dépassait pas 82 ans30. En définitive, parmi les femmes mariées à Beauvais à partir de 1735, la doyenne pouvait bien avoir été une femme de Saint-André, Lucienne Marié ou Marguerite Delattre, toutes deux créditées de 87 ans lors de leur décès31. L’homme effectivement le plus âgé aurait été Étienne Legrand, de Sainte-Marguerite, mort à l’hospice en décembre 1799, le surlendemain de son 84e anniversaire.

Mortalité maternelle

40Le 26 juillet 1731, Louis Fombert, lieutenant criminel du comté pairie, notait dans son journal que sa belle-sœur était accouchée d’une fille « après un long travail ». Le 7 août, il ajoutait qu’elle était morte « suite de couches ». C’est le type de notations que l’on retrouve aussi dans le journal tenu pendant plus de soixante ans par son neveu, le bailli Lescuyer, entre des informations politiques et les nouvelles locales. De même que les registres paroissiaux feuilletés rapidement, ce genre de document contribue à entretenir la légende noire d’une mortalité maternelle dont on retrouve trop souvent les échos dans les ouvrages les plus sérieux.

  • 32 « La mortalité maternelle autrefois », un article collectif paru dans les Annales de démographie h (...)

41Pour bien apprécier l’importance d’un phénomène toujours difficile à cerner en raison de la mobilité des familles, nous avons eu recours à la méthode exposée en 1981 par Jean-Pierre Bardet32 et dont nous avons déjà tiré parti dans notre étude sur les villages du Beauvaisis. Dans l’ensemble, les résultats restent de même ordre, en dépit de variations de détail généralement significatives.

Tableau 55 – Taux de mortalité maternelle

Tableau 55 – Taux de mortalité maternelle

42Pour les femmes mariées avant 1750, le taux de mortalité était de 6,70 %, si l’on tient compte d’une moyenne de six enfants par couple (39 décès pour 3 490 accouchements, soit, pour chaque cas, un taux de 1,1 %). Il était de 5,76 % par la suite, ce qui représente une baisse de 13 %, un écart qui aurait été certainement plus fort si nous avions pu comparer les deux moitiés du siècle. À la campagne, nous avions constaté une baisse de plus de 30 %, en Beauvaisis comme dans les villages du Vexin étudiés par J. Dupâquier.

Tableau 56A – Taux de mortalité maternelle en fonction du rang de naissance

Tableau 56A – Taux de mortalité maternelle en fonction du rang de naissance

NB. Pour ces trois régions, les périodes étudiées ne sont pas exactement comparables. À Beauvais, mariages de 1735 à 1792, en Beauvaisis, de 1700 à 1799, à Rouen, de 1650 à 1792.

43D’une période à l’autre, les décès du premier jour, que l’on considère comme étroitement liés au choc obstétrical, diminuent de près du tiers, les autres, de moins de 11 %. Faut-il l’expliquer par une meilleure formation des sages-femmes, grâce aux efforts entrepris pendant le règne de Louis XV ? Ce pouvait être le cas en ville, où des cours d’accouchement gratuits étaient dispensés par un chirurgien de l’hôtel-Dieu. On aurait quelques raisons d’en douter pour la campagne, où l’on observe pourtant le même type d’amélioration. À Rouen, la mortalité périnatale s’abaisse de moins de 8 % et on a la surprise de constater que pendant la même période elle s’accroît de 4 à 5 % pour les autres naissances.

  • 33 En 1986, deux chercheurs, U. Högberg et S. Walh, ont pu étudier l’évolution du phénomène en Suède (...)

44Des variations qu’il convient de relativiser en se référant aux statistiques actuelles. En 1990, en effet, le taux de mortalité maternelle en France était de l’ordre de 14 pour 100 000. Par rapport à ceux dont nous avons fait état (10 à 11 pour 1 000, fin xviiie siècle), cela représente en deux siècles une diminution de 99 %33.

Tableau 56B – Taux de mortalité maternelle en fonction du rang de naissance

Tableau 56B – Taux de mortalité maternelle en fonction du rang de naissance

45À Beauvais, la mortalité des primipares apparaît deux fois plus forte que celle des autres femmes. Nous retrouvons ainsi le même phénomène qu’en milieu rural, mais avec des taux sensiblement plus faibles (un écart de l’ordre de 28 %) et qui tiennent en partie au fait que notre étude ne prenait pas en compte les trente-cinq premières années du siècle, affectées certainement par une mortalité plus forte.

  • 34 Beauvaisis, p. 216.

46Entre le début et la fin du siècle, à Beauvais comme à la campagne, on observe chez les primipares une baisse spectaculaire de la mortalité du premier jour (moins 61 et 63 %), tandis que celle des semaines suivantes se réduit seulement de 12 à 13 %. Résultat qui pourrait être considéré comme logique, écrivions-nous, « s’il était confirmé par les autres accouchements. Les intervalles les plus longs ne correspondent-ils pas à des décès résultant de cas d’infection, fièvres puerpérales et autres formes septicémiques sur lesquelles les médecins de l’époque ne disposaient d’aucun moyen d’action 34 ? ».

47Or c’est une évolution bien différente qui se manifeste lorsqu’il s’agit des autres naissances. À Beauvais, la mortalité périnatale diminue plutôt moins en effet que celle des jours suivants (13,4 et 13,9 %), des résultats qui s’inversent beaucoup plus nettement dans nos villages : moins de 29 et 38,4 % (tableau 56B). Les exemples de Rouen et du Vexin ne nous apportent pas d’explications à ce sujet, d’autant que leurs résultats apparaissent assez contradictoires. C’est sans doute le fait pour les auteurs, comme pour nous-même, d’avoir disposé d’échantillons un peu trop minces, surtout pour les premières naissances, avec pour conséquence un accroissement considérable de la marge d’erreur.

48Malgré les risques dus aux accouchements, la longévité des femmes ne semble pas avoir été affectée par la répétition des maternités. Après avoir constaté le fait à la campagne, nous l’avons vérifié à Beauvais en considérant le cas de toutes celles qui, mariées ou veuves, étaient mortes à plus de 45 ans (familles complètes uniquement). Nos observations ont porté sur près de 400 Beauvaisiennes mariées entre 1735 et 1789. Comme précédemment, nous avons tenu compte des remariages, mais en les limitant à un seul et à condition que la période de veuvage fût toujours de moins de deux ans. Le tableau 57 présente la répartition de ces femmes, classées selon leur âge au décès et le nombre de leurs enfants.

49Les moyennes d’âge témoignent d’une progression assez régulière à mesure que s’accroissent les dimensions de la famille : 59 ans pour les femmes n’ayant pas eu plus de trois enfants, 61 pour celles qui en ont eu quatre, cinq ou six, 63 pour les mères de dix à quinze enfants. La moyenne est de 67 ans dans le dernier groupe (16 et 17 enfants), huit de plus que dans le haut du tableau.

Tableau 57 – Fécondité et longévité

Tableau 57 – Fécondité et longévité
  • 35 C’est ce qui explique aussi la minceur relative de notre échantillon : 396 femmes pour la ville de (...)

50Pourtant, la moyenne générale n’est pas très élevée, même pour l’époque. Elle était en effet de 66 ans dans les villages que nous avons étudiés, de 71 ans à Meulan, pour la seconde moitié du siècle. L’explication est d’ordre pratique : la plus ou moins grande extension de la recherche au cours du xixe siècle. À la campagne, nous avions poussé nos dépouillements jusqu’en 1830 et même 1850 pour certains villages. Marcel Lachiver était allé jusqu’en 1870. À Beauvais, nous avons dû les arrêter en 1810, en les complétant par de simples sondages. Or, parmi les femmes mariées sous le règne de Louis XVI, plus d’une avait vécu jusqu’à la Restauration et même certaines jusqu’aux premières années de la monarchie de Juillet. Compte tenu de l’accroissement de la longévité, ce sont autant de septuagénaires, voire d’octogénaires dont l’absence se fait sentir dans notre tableau35.

Le problème des migrations

51De même qu’à la campagne, le problème ne saurait être ignoré, car il pèse d’un poids très lourd sur notre information, autant que sur le destin des individus. Par migrations, nous entendons bien sûr celles qui dépassent le cadre paroissial, les recherches ayant été faites conjointement dans les différents quartiers. Lorsque l’émigration rurale était définitive, nous avions la possibilité de faire le point, grâce à la proximité des archives de village. Le problème est celui des Beauvaisiens dont les noms disparaissent définitivement des registres. Ce qu’ils sont devenus, nous n’étions pas résigné à l’ignorer complètement. Non pas dans un vain espoir de statistique – nous étions instruit par l’expérience – mais pour retrouver au moins la principale orientation de ces départs, ce que nous avions pu faire pour les villages d’alentour.

52Or, dans ce domaine, la ville n’était pas favorisée. La disparition de toutes les listes nominatives nous prive en effet de renseignements jusqu’en 1836, une perte irréparable. Des registres paroissiaux comme de l’état civil, il y avait peu à attendre. Mieux tenus qu’à la campagne, les registres de la ville sont également plus sobres, surtout après les regroupements de 1791 et 1792. Le nombre de témoins se réduit. Dès lors, il devient difficile de glaner dans les actes de mariage ou de décès des renseignements sur les Beauvaisiens établis au-dehors depuis plus ou moins longtemps. Autant de pistes de recherche qui disparaissent ainsi. En revanche, nous avons découvert dans les archives de l’évêché comté une source d’information inappréciable. Nous avions commencé à les exploiter par sondages à partir de 1730 pour une meilleure approche de la société beauvaisienne. La richesse et la variété des renseignements qu’elles nous apportaient pour la reconstitution des familles nous a amené à les dépouiller de façon exhaustive de 1740 à 1790. Or, dans le domaine qui nous intéresse ici, on y trouve nombre d’informations.

  • 36 Dans la succession de Louis Lefèvre, ouverte en janvier 1789, trois des quatre fils étaient négoci (...)

53Les inventaires après décès, les réunions de conseils de famille pour des affaires de tutelle ou d’émancipation égrènent des listes de parents et d’héritiers, avec leur âge pour les mineurs, leur profession et leur domicile pour les adultes. Lorsqu’il s’agit d’ascendants ou de collatéraux, on retrouve bien souvent des attaches avec la campagne. Avec les enfants et les petits-enfants, l’horizon s’élargit, même si l’on restait le plus souvent beauvaisien. À l’exception de quelques prêtres ou de soldats, ceux qui avaient quitté leur ville natale demeuraient des citadins. C’est à Paris qu’ils allaient s’établir pour les quatre cinquièmes d’entre eux, Rouen demeurant une destination très secondaire, même avec l’appoint de quelques petites cités normandes. En revanche, il n’était presque jamais question de Reims ou d’Amiens, des villes avec lesquelles Beauvais était pourtant en relations d’affaires. À la veille de la Révolution, certaines années, on pouvait trouver autant de références aux Antilles qu’à des villes de la province française36.

54Émigration de type économique, si l’on se réfère aux professions déclinées par les intéressés. On retrouve ainsi quelques négociants de nos familles bourgeoises, les autres se partageant pour la plupart entre le petit commerce et l’artisanat, avec une préférence marquée pour le textile et le travail du cuir. Les plus jeunes pouvaient être commis, mais, à la différence des campagnards d’origine, rarement domestiques. Il s’égaillaient, rive droite, dans tous les quartiers de la capitale, autant qu’on puisse en juger à partir d’une centaine d’observations. Les femmes, apparemment moins nombreuses, se répartissaient en deux groupes, essentiellement en fonction de l’âge. Pour les plus jeunes, il était toujours question d’apprentissage chez une lingère, une couturière ou une modiste, un placement dont on peut connaître les conditions, grâce à quelque rapport de tutelle. Les autres, des veuves le plus souvent, mentionnaient la profession de leur mari, certaines d’entre elles tenant boutique. Les plus jeunes pouvaient revenir à Beauvais. Pour les autres, comme pour les hommes, il s’agissait d’une émigration définitive.

  • 37 On le constatait également à la campagne. Dans les trois groupes de villages que nous avons étudié (...)

55Le mouvement semble s’accélérer en fin de siècle, la conséquence, on peut le supposer, des difficultés de l’industrie lainière, auxquelles viendront s’ajouter les effets de la Révolution et surtout de la guerre. Pendant les premières années de l’Empire en tout cas, les tableaux de conscription témoignent d’une émigration importante. Dans celui de 1806, qui concerne 112 appelés, on relève les noms de 96 Beauvaisiens d’origine. Or le quart d’entre eux n’habitait plus la ville depuis plus ou moins longtemps. La proportion se réduit à 15 ou 18 %, les années suivantes. Mais on retrouve toujours les mêmes destinations : si l’on excepte les séminaristes et les élèves des écoles militaires, Paris, pour les trois quarts d’entre eux, les autres se partageant entre Normandie et Beauvaisis. À l’inverse, aucun apport de l’extérieur, car les jeunes gens nés en dehors de Beauvais – jusqu’en 1809, 12 à 15 % des conscrits – venaient à peu près tous des campagnes d’alentour. Ce phénomène d’attraction de la capitale, devenu irréversible37, allait peser sur le destin de la ville, condamnée à végéter sans espoir pendant un siècle et demi. Quant aux professions de ces émigrés, elles témoignaient d’un partage équitable entre l’atelier et la boutique, travail du cuir et du bois d’une part, commerce de détail et limonade, de l’autre.

Les pertes militaires

  • 38 Ce pouvait être le fait d’un curé de campagne plein de zèle, comme celui de la Neuville-Garnier, à (...)
  • 39 Le 28 juillet 1739, il épousait Ursule Lefèvre qui devait lui donner douze enfants. À l’inverse, l (...)

56Jusqu’à la Révolution, d’après nos sources, aucun décès de militaire en campagne. Les seuls qui apparaissent dans les registres sont ceux de soldats de passage, de troupes cantonnées dans la région, ainsi que de prisonniers, pendant la guerre de succession d’Autriche. Il est vrai qu’à l’époque il n’était pas question de transcriptions38. Célibataires pour la plupart, les militaires n’apparaissent guère qu’à leur retour dans la vie civile, le plus souvent pour se marier : parmi une vingtaine de cas depuis 1730, celui de François Dubois, des Gardes françaises, revenant se fixer à la Madeleine comme compagnon serger39.

57À partir de 1792, avec la guerre et la mobilisation désordonnée qu’elle entraînait, les décès de militaires dans une ville envahie par la troupe allaient se multiplier. Mais, parmi les 330 que nous avons recensés de 1793 à 1796, nous n’avons pas retrouvé plus de six Beauvaisiens : à l’exception d’un cavalier, tous étaient enrôlés dans les bataillons de l’Oise. Nous savons comment ces unités s’étaient constituées avec les levées de volontaires de 1791 et 1792, l’appel des 300 000 et la levée en masse imposée par le décret du 23 août 1793.

  • 40 Dans les deux compagnies levées dans la ville, les campagnards d’origine étaient presque aussi nom (...)

58Pendant les premières campagnes, les unités formées dans la région, affectées à l’arrière ou à la défense des côtes de la Manche, n’eurent jamais à combattre. Fort de 1 400 hommes, le bataillon du district qui était organisé, début septembre 1793, ne comptait dans ses rangs que 90 Beauvaisiens d’origine40. Il partait pour la Normandie et, au cœur de l’hiver, on le retrouvait à Fécamp, puis au Havre où le commandement se débattait avec de difficiles problèmes de ravitaillement et d’équipement. Quelque peu affaibli par la désertion, il rejoindrait l’armée du Nord au début de l’été suivant.

59Les premières transcriptions, datées de brumaire et frimaire an III, émanent de l’hôpital de Lille. Elles concernent le décès de Claude Vérité, un sergent-major victime de fièvres, le 24 octobre 1794, et de Joseph Lebon, simple « volontaire », le 26 novembre suivant. Il faut attendre ensuite plus d’un an pour voir reparaître le même type de mentions, en février et mai 1796, toujours en provenance d’hôpitaux : Arles, Dieppe et Roermund, une ville du Limbourg hollandais que le traité de La Haye venait de céder à la France. À l’époque, les bataillons départementaux avaient vécu. L’amalgame, imposé par Carnot, regroupait désormais jeunes soldats et vétérans dans le cadre de la demi-brigade.

  • 41 François Watrin (1772-1802). Engagé en 1792, il servit aux Pays-Bas avant d’être envoyé en Vendée (...)

60Avec l’établissement d’une conscription régulière, il devient beaucoup plus difficile de suivre la destination des conscrits, même s’ils se trouvaient souvent incorporés par groupes dans les mêmes unités. Aux belles années de l’Empire, il était ainsi nombre de Beauvaisiens dans les rangs des 43e et 70e de ligne. Mais les registres régimentaires ne nous ont pas apporté de renseignements sur les pertes en campagne. Une loi de ventôse an XI (mars 1803) rendit obligatoire la transcription des décès, mais elle fut assez mal appliquée. Pour Beauvais en tout cas, de 1800 à 1810, leur nombre s’éleva à 63. La plupart provenaient d’hôpitaux où les décès étaient constamment attribués à des fièvres, que ce fût en France, en Italie ou en Allemagne. Mais nous ne savons combien avaient été victimes de la fièvre jaune à Saint-Domingue, lors de la désastreuse expédition du général Leclerc en 1802. C’est par d’autres voies que nous connaissons la mort du général Watrin, un brillant officier auquel sa ville natale rendit un hommage mérité41.

  • 42 En avril 1806, transcription du décès de Louis Jumel, lieutenant au 24e Régiment d’infanterie légè (...)
  • 43 Nicolas Filassier, du 21e Chasseurs, tué à Iéna « dans une charge faite contre l’ennemi », Bernard (...)
  • 44 Les lieutenants Arsène Dupuis, du 21e RI, tué à Essling le 22 mai, et François Lebel, du 8e Cuiras (...)

61En revanche, les morts au combat permettent de suivre le déroulement de certaines campagnes, avec l’évocation des grandes batailles de l’Empire. Après « Austerlick42 », après Iéna, apparaissent les noms d’Ey-lau et de Friedland, la mention du siège de Dantzig43. La cinquième coalition fait entrer ceux d’Essling et de Wagram dans le registre de 1809, avec la transcription du décès de deux officiers44. Plus tard, viendraient les pertes de l’armée d’Espagne et, de plus en plus lourdes, celles des campagnes de 1813 et 1814.

Tableau 58 – Décès d’officiers et de soldats. Répartition selon les périodes et les théâtres d’opérations

Tableau 58 – Décès d’officiers et de soldats. Répartition selon les périodes et les théâtres d’opérations

France (a) : limites de 1792 ; (b) : Belgique, rive gauche du Rhin.
Divers : 1802 : St-Domingue ; 1807 et 1808 : Varsovie ; 1808 : Hollande ; 1812 : Russie ; 1814 : Hollande.

62Pendant la même période, il faut le rappeler, nous avions relevé 94 transcriptions de décès dans les villages dont nous avons reconstitué les familles. Ceux-ci étaient moins peuplés : dix mille habitants environ, au lieu de douze mille. Mais, pour les Beauvaisiens, les pertes n’en apparaissent pas moins sévères : comparées à celles des campagnards, un accroissement de plus de 20 %.

63Pourtant, on peut se demander ce que peut réellement signifier ce genre de comparaison. Les décès transcrits sur les registres de Beauvais correspondent-ils tous à des habitants ou des originaires de la ville ? En effet, nous avons identifié 10 % seulement de ces militaires, alors que nous avions pu le faire pour la presque totalité des villageois. Le fait peut s’expliquer par la taille de la ville et le caractère sommaire de ces actes où manquent parfois les âges et bien souvent la filiation. Le brassage de la population ne peut expliquer la fréquence des patronymes étrangers à la ville ou sa région. Certains de ces soldats auraient pu venir de villages voisins, une confusion ayant pu se produire avec l’indication du canton ou du centre de recrutement, sans parler d’erreurs plus grossières dont témoignent certaines références administratives.

  • 45 Probablement de l’ordre de la moitié, surtout pour les pertes en campagne. En ce qui concerne Beau (...)

64Dans nos villages, en faisant la part des omissions45, nous étions arrivé à la conclusion que les pertes humaines auraient pu représenter 1,5 % de leur population. Pour Beauvais, ces pertes étaient sans doute un peu plus lourdes, mais, dans l’état de la question, nous nous garderons de proposer la moindre évaluation.

Notes

1 Exactement 31 fois sur 62, de 1738 à 1799.

2 Parfois plus de 100, comme en 1738, 1741 et 1742, mais jamais moins de 50 (53 seulement en 1758), la moyenne annuelle en un demi-siècle étant de 75 décès.

3 Il est bien difficile de conclure. De 1740 à 1789, en effet, le déficit moyen serait de 36 ou 37 par an, si l’on tient compte des enfants morts en nourrice à la campagne, le résultat d’une simple évaluation. Or, à l’hôtel-Dieu, mourait chaque année la moyenne de 75 malades, citadins, campagnards ou militaires de passage. Si ces derniers sont faciles à identifier, on reste dans l’embarras pour répartir des individus dont on ne connaît le plus souvent que l’origine, c’est-à-dire le lieu de naissance. Grâce à la reconstitution des familles, à l’indication de certaines professions, nombre de cas peuvent être résolus, mais il en est beaucoup sur lesquels on ne peut se prononcer. En définitive, les Beauvaisiens représentaient certainement plus du tiers des malades, la moitié peut-être, avec une estimation flottant largement entre 40 et 50 %. Selon que l’on retranche chaque année 37, 40 ou 45 décès de campagnards et de soldats, le déficit démographique de la ville se transforme en équilibre et même en excédent. Encore faudrait-il que nous n’ayons pas sous-estimé le nombre des décès en nourrice.

4 Les étrangères de passage avaient la ressource d’accoucher chez une sage-femme. Dernière naissance à l’hôtel-Dieu en juin 1789. Il y en avait eu 3 seulement en un demi-siècle.

5 En 1765, 21 professes et 3 postulantes, les tourières, au nombre de 7, étant considérées comme des domestiques.

6 Pendant les premières années, le libellé des actes varie selon les rédacteurs. Au milieu du siècle, le même bref formulaire tend à s’imposer, avec l’indication des lieux de naissance, rarement du domicile, et l’adoption d’une formule ambiguë, « qui avait épousé ».

7 Bilan : 172 décès de militaires en 50 ans (1740-1789).

8 « L’an mil sept cent quarante-huit, le 3e may, est décédé et le lendemain a été enterré sur les boulevards de Beauvais Jean Joost, prisonnier de guerre… du 3e bataillon de Planta, natif de Splügen en Grisons, âgé d’environ 27 ans, lequel est mort dans des sentiments contraires à notre religion sans avoir voulu se rétracter » (HD). Ce fut le cas pour 7 des 14 prisonniers morts à Beauvais, des Suisses pour au moins 4 d’entre eux. L’origine de ces soldats souligne la diversité d’un recrutement en grande partie mercenaire (Hollandais, Suisses et Allemands). En 1747 était morte également la femme d’un des prisonniers (native de Bouchain, dans le Hainaut français). Enfin, à Saint-Étienne, on trouve mention du décès de 5 enfants de prisonniers.

9 Or, dans presque toutes les successions apparaissent régulièrement des frais d’enterrement. Nous ne connaissons pas tous les usages en matière de paiements. On avait des comptes chez le boulanger et l’épicier, mais le médecin faisait sans doute payer chacune de ses visites. Qu’en était-il de l’apothicaire et du curé ?

10 Exemple limite, celui d’André Vie, dont la carrière s’apparenterait presque au vagabondage. Sa femme, une couturière, demanda la séparation pour mettre fin à ses indélicatesses (B 1208, 28 juin 1770). L’évêque ne consultait que des médecins de Paris. Le bailli Lescuyer faisait de même depuis le décès de sa femme.

11 À titre d’exception, signalons, à Saint-Quentin, la mention de 3 décès dus à une « maladie contagieuse », les 31 octobre et 1er novembre 1765. En mars de la même année, un dentiste étant mort subitement chez une cliente, son corps fut transporté à l’hôtel-Dieu sur ordre du bailli.

12 Saint-Jacques : décès d’Antoine Delamarche, le 26 juillet 1739. En août 1757, Jacques Camus, 34 ans, de la même paroisse, se voyait « emporté par les eaux sauvages ».

13 L’exemple, entre autres, du bailli Lescuyer qui y revient par trois fois dans son journal. Ainsi, en février 1776 : « Le 28, le froid a surpassé d’un degré et demy celuy de 1709, étant à quinze degrés et demy au-dessous du terme de la glace. »

14 Journal d’un bailly, août 1739. Parmi les victimes, la propre femme de Lescuyer, décédée le 28, à 33 ans. En 1738, d’août à octobre, 11 décès d’enfants de plus d’1 an à Saint-André, 27 à Saint-Étienne pour les mois d’août et de septembre et 36 encore en juillet-août 1739.

15 30 naissances et 26 décès à la Basse Œuvre, 72 et 49 à Saint-Sauveur, alors que partout ailleurs s’inversent les résultats (93 naissances et 142 décès à Saint-Étienne, 47 et 112 à Saint-Laurent). Il y avait eu 96 décès à l’hôtel-Dieu.

16 Probablement une résurgence de la suette anglaise qui avait sévi surtout dans l’archipel jusqu’au milieu du xvie siècle. Les médecins qui l’ont étudiée ont noté en effet un certain nombre d’analogies entre les deux maladies : fièvre élevée, sueurs abondantes, maux de tête et, surtout, fulgurance de leurs attaques. Après avoir sévi de façon irrégulière jusqu’au milieu du xixe siècle, la suette miliaire se manifesta pour la dernière fois en France en 1906. Son virus n’a jamais été isolé. À Beauvais, les décès furent moins nombreux que ne l’affirment les historiens locaux : 83 de toute origine en juin, dont les quatre cinquièmes pendant la seconde quinzaine du mois. Un seul décès dans chacun des faubourgs et 3 à l’hôtel-Dieu. Au total, dans l’année 571 décès.

17 Levée de 1793 (Lr), document exploité pour la présentation des Beauvaisiens au chapitre II.

18 Le général Nicolas Pascal, 65 ans, originaire de Quimper, décédé le 12 prairial an II ; le commandant Paul Bernard du 16e RC, 55 ans, mort le 25 germinal. Au total, 21 cavaliers du 16e, 16 du 8e, 14 du 17e et du 20e, 11 du 7e, etc.

19 Parmi les 52 prisonniers dont nous connaissons l’origine, 25 Allemands, dont au moins 4 mercenaires hanovriens, 13 Hollandais, dont 1 déserteur, 6 Autrichiens, 3 Tchèques, 1 Polonais et 2 déserteurs « belges » ; enfin un Suisse et un Anglais.

20 746 décès. Depuis lors, le chiffre de 600 n’avait été dépassé que deux fois, en 1739 et en 1743.

21 Sauf pour les « ci-devant prêtres » et les religieuses, rien de permet de les identifier. Pour les exécutions capitales, non mentionnées comme telles, il est indiqué un décès sur la place nationale, accompagné de considérations inhabituelles. Ainsi, pour Nicolas Caudriller, « ci-devant palfrenier des gardes du tyran » (section du Midi, 13 prairial an II). L’avocat François Millon fut exécuté à Paris en juin pour avoir accordé l’hospitalité à un émigré dans son château de Montherlant. Jeanne Le Mareschal, femme de l’ancien procureur Bucquet, mourut en détention à Chantilly. Mgr de La Rochefoucauld avait été victime des massacres de Septembre.

22 Mais compte tenu des enfants morts en nourrice (M. Lachiver, op. cit., p. 87). Pour 1700-1789, des indices de 127 en avril et de 114 en septembre.

23 Sixondoyés décédés, dont un couple de jumeaux, un garçon mort à deux jours ; un seul survivant, marié à 25 ans. La mère, M. Anne Neveu, n’ayant pas survécu à son dernier accouchement, Lévêque se remaria deux mois plus tard avec M. Anne Auger, qui lui donna cinq enfants dont un seul mourut en bas âge (Saint-Étienne, 1765-1773 et 1774-1793). Le cas du couple Bailly-Salabin est plus ambigu. Mariés en février 1776, après la naissance d’un enfant naturel qui n’avait pas vécu, ils eurent douze enfants : six ondoyés décédés, trois qui moururent entre onze et quinze jours, un garçon mort à un an, une fille et un garçon qui survécurent (Saint-Étienne et Saint-Jacques, 1776-1792). Le cas le plus fréquent est celui de femmes qui, après trois ou quatre naissances d’enfants ondoyés et décédés, mouraient des suites du dernier accouchement. Ainsi Marguerite Flèchemer, épouse de Gervais Langlois, un épicier de Saint-Laurent. Mariée en novembre 1760, elle eut trois enfants, dont des jumeaux, tous ondoyés décédés, et mourut en octobre 1762 à l’âge de 35 ans (Basse Œuvre, 1760, Saint-Laurent, 1761-1762).

24 Des moyennes qui ne peuvent être comparées à celles de Beauvais, puisqu’elles ne tiennent pas compte des décès en nourrice. À Rouen, les taux « apparents » oscillaient de 145 à 150 ‰ entre 1700 et 1789 (Rouen aux xviie et xviiie siècles, p. 298).

25 Nos recherches ont porté de façon plus ou moins systématique sur quelque 80 paroisses. Le même problème s’était posé pour Meulan. M. Lachiver estime en effet à 20 % au moins la mortalité infantile entre 1740 et 1789, malgré des recherches dans une trentaine de paroisses qui lui permettaient d’atteindre le taux de 17,5 % (La Population de Meulan du xviie au xixe siècle, p. 194).

26 « Estimation de la mortalité locale des adultes à partir des fiches de familles », Population, 1987, pp. 39-55.

27 Il n’était pas possible d’envisager une recherche ponctuelle fondée sur l’exploitation des tables décennales, d’autant que, depuis la nomination d’un nouvel archiviste, nous avons perdu les facilités de travail dont nous avions si longtemps bénéficié. Il eût donc fallu reprendre en son entier l’ensemble des dépouillements sur vingt ou vingt-cinq ans, une tâche sans rapport avec l’importance des résultats. Dans les villages, compte tenu de l’extension de la recherche vers l’aval, l’étude avait porté sur 11 groupes de femmes, près de 1 300 au total, dont la naissance se répartissait sur autant de décennies, de 1670 à 1779. Les groupes les moins nombreux ayant été écartés par prudence, les calculs n’ont porté en définitive que sur les femmes nées de 1680 à 1739, au nombre de 872.

28 Ce sont les jeunes gens qui apparaissent les plus difficiles à localiser, faute de références à une activité professionnelle, faute également de nom d’employeur.

29 Angadrême Lemaire, 99 ans, décédée le 1er octobre 1769 à Saint-Étienne ; Louis Renault, 97 ans, décédé le 28 août 1749 dans la même paroisse ; Jeanne Dufour, 96 ans, morte à Saint-Sauveur le 4 février 1740 ; Catherine Balleroy, une religieuse de 96 ans décédée à la Basse Œuvre, le 16 décembre 1746.

30 Marie-Anne Bréviaire, veuve de Sébastien Gaillard, maître boulanger à Saint-Sauveur, née à Saint-Jacques, le 11 mars 1723.

31 Lucienne Marié, veuve Legras, décédée en janvier 1790, et Marguerite Delattre, veuve Drapier, morte à l’hospice en mars 1775.

32 « La mortalité maternelle autrefois », un article collectif paru dans les Annales de démographie historique (1981, pp. 3148). Selon cette méthode, nous avons établi nos moyennes en termes de naissances à partir de celles que nous avons relevées dans nos fiches de famille. La mortalité maternelle apparaît ainsi comme le rapport entre le nombre de décès survenus dans les 60 jours suivant la naissance de l’enfant et la totalité des accouchements relevés dans l’ensemble de ces familles. La Fédération internationale de gynécologie s’en tient désormais à un délai d’observation de six semaines après la naissance. Si nous ne nous sommes pas conformé à ses recommandations, c’est pour être en mesure de comparer nos résultats à ceux de l’article précité qui concernent le Vexin et la ville de Rouen au xviiie siècle. D’ailleurs, à Rouen comme à Beauvais, les décès recensés entre le 43e et le 60e jour ne représentent que 5 % du total, ceux des deux premières semaines, près de 70 %.

33 En 1986, deux chercheurs, U. Högberg et S. Walh, ont pu étudier l’évolution du phénomène en Suède pendant 225 ans, grâce à la qualité des statistiques de leur pays. En 1751-1755, la mortalité maternelle y était de même ordre qu’en Beauvaisis à la même époque (1 100 pour 100 000). Elle ne commence à baisser qu’après 1800 : 500 pour 100 000 en 1876-1880, 300, autour de 1930. Après quoi, elle diminua de moitié tous les dix ans. Avec un taux de 7 pour 100 000 en 1976-1980, elle serait deux fois moins élevée qu’en France (Rens. fournis par le Dr Bréart, directeur de l’unité 149 de l’INSERM).

34 Beauvaisis, p. 216.

35 C’est ce qui explique aussi la minceur relative de notre échantillon : 396 femmes pour la ville de Beauvais, 1 758 dans nos 23 villages, pour une période un peu plus étendue, il est vrai (1720-1779), mais une population moins importante (10 000 habitants en 1790). Dans le cas qui nous intéresse, il ne s’agit pas d’une simple spéculation. Le mariage des enfants, un appel sous les drapeaux attestent souvent la présence de femmes de 60 ans et plus dont nous n’avons pu retrouver le décès.

36 Dans la succession de Louis Lefèvre, ouverte en janvier 1789, trois des quatre fils étaient négociants à Saint-Domingue et à la Martinique ; dans celle d’Anselme Desessement, en mars, le fils aîné se trouvait à Philadelphie. En septembre 1789 s’ouvrait la succession de François Porquier, décédé trois ans plus tôt à Saint-Domingue (B 1236).

37 On le constatait également à la campagne. Dans les trois groupes de villages que nous avons étudiés, on voit évoluer la direction des courants migratoires. Orientés essentiellement vers Beauvais jusqu’au milieu du siècle, ils se dirigent pour moitié vers Paris dès le règne de Louis XVI.

38 Ce pouvait être le fait d’un curé de campagne plein de zèle, comme celui de la Neuville-Garnier, à la fin du règne de Louis XIV (Beauvaisis, p. 202).

39 Le 28 juillet 1739, il épousait Ursule Lefèvre qui devait lui donner douze enfants. À l’inverse, le cas unique de Pierre Laffilé, marié également à la Madeleine en janvier 1756, qui continuait de servir dans un régiment de cavalerie jusqu’en 1764, avant de trouver un emploi de teinturier.

40 Dans les deux compagnies levées dans la ville, les campagnards d’origine étaient presque aussi nombreux que les citadins. Sept Savoyards figuraient également parmi les conscrits.

41 François Watrin (1772-1802). Engagé en 1792, il servit aux Pays-Bas avant d’être envoyé en Vendée et de se distinguer à Marengo. Général de division à 27 ans, il fit partie de l’expédition de Saint-Domingue et, comme le général Leclerc, y mourut de la fièvre jaune. Son nom fut donné à une rue de Beauvais, ainsi qu’à une caserne, aujourd’hui disparue. Autre victime de la fièvre, Louis Beauger, sous-lieutenant au 5e R1L, « mort d’épidémie » à Santo-Domingo en fructidor an IX et dont le décès fut transcrit, quatre ans plus tard, sur les registres de Pisseleu. C’est un jugement en rectification d’état civil qui nous apprend les circonstances du décès de Jean-Baptiste Lachaussée, 33 ans, fils d’un hôtelier de la grand-place. Employé aux vivres, il s’était embarqué à Brest, le 17 avril 1802, et arriva au Cap Français, le 8 juin ; onze jours plus tard, il mourait à l’hôpital militaire de la ville.

42 En avril 1806, transcription du décès de Louis Jumel, lieutenant au 24e Régiment d’infanterie légère, tué « à Austerlick, le 21 frimaire XIV ».

43 Nicolas Filassier, du 21e Chasseurs, tué à Iéna « dans une charge faite contre l’ennemi », Bernard Buteux, du 43e RI, mort de blessures reçues à Eylau ; Augustin Leuillier, un sapeur, tué d’un coup de feu au siège de Dantzig, le 8 mai 1807 ; Nicolas Oudaille, du 9e Hussards, mortellement blessé à Friedland, le 13 juin.

44 Les lieutenants Arsène Dupuis, du 21e RI, tué à Essling le 22 mai, et François Lebel, du 8e Cuirassiers, tué à Wagram, le 6 juillet 1809. La même année, en Espagne, un fantassin du 5e RIL, fut tué devant Saragosse en janvier ; un autre, du 43e RI, mourut près de Madrid, en août 1809, « de blessure reçue en se battant en duel ».

45 Probablement de l’ordre de la moitié, surtout pour les pertes en campagne. En ce qui concerne Beauvais, nous n’avons pas poussé nos recherches au-delà de 1817. Pour l’année 1814, nous avons tenu compte de la signature de l’armistice. Aucune transcription de décès de 1815.

Notes de fin

* À l’exception des notables

1 Dont 191 hommes et 390 femmes sans indication d’âge.

2 Dont 158 hommes et 366 femmes dans le même cas.

Table des illustrations

Titre Répartition par âges des décès à l’hôtel-Dieu (taux ‰)
Légende D’après un sondage opéré sur trente ans (1740-1749, 1760-1769 et 1780-1789) et 2 347 personnes dont les âges étaient indiqués : 1 238 hommes (1 153 sans les militaires) et 1 109 femmes. Si l’on retranchait les soldats, dont la moitié avaient entre 20 et 30 ans, on verrait s’abaisser la moyenne de deux groupes d’âges (20-29 : 131, 30-39 : 122), tandis qu’elle se relèverait d’une dizaine de points entre 60 et 79 ans. Mais les femmes n’en conservent pas moins leur avantage en matière de longévité.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Graphique 21 – Naissances et décès au cours du xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Graphique 22 – La crise de 1741-1743
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 49 – Mouvement saisonnier des décès
Légende Nous avons procédé comme pour les mariages et les naissances. Pour passer des nombres journaliers à l’indice mensuel, tous les chiffres ont été multipliés par 1,301 (1 200 :922,306).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Graphique 23 – Mouvement saisonnier des décès
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 50 – Mortalité infantile : répartition des décès (ondoyés décédés compris. Taux ‰)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Tableau 51 – Évolution de la mortalité infantile et juvénile au cours du xviiie siècle (taux ‰)
Légende Les périodes considérées correspondent aux dates de naissance des enfants, 10 137 au total.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Graphique 24 – Évolution de la mortalité infantile et juvénile
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 52 – Taux de mortalité selon les milieux sociaux (naissances de 1740 à 1779)
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Tableau 53 – Rang de naissance et mortalité infantile (taux ‰)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Figure 18 – Faire-part de décèsNous ne connaissons pas autrement la défunte, dont l’âge n’est d’ailleurs pas mentionné dans les registres de Saint-Sauveur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 54 – Décès d’adultes (taux ‰)
Légende Note 11Note 22
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Tableau 55 – Taux de mortalité maternelle
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau 56A – Taux de mortalité maternelle en fonction du rang de naissance
Légende NB. Pour ces trois régions, les périodes étudiées ne sont pas exactement comparables. À Beauvais, mariages de 1735 à 1792, en Beauvaisis, de 1700 à 1799, à Rouen, de 1650 à 1792.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau 56B – Taux de mortalité maternelle en fonction du rang de naissance
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 57 – Fécondité et longévité
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Tableau 58 – Décès d’officiers et de soldats. Répartition selon les périodes et les théâtres d’opérations
Légende France (a) : limites de 1792 ; (b) : Belgique, rive gauche du Rhin.Divers : 1802 : St-Domingue ; 1807 et 1808 : Varsovie ; 1808 : Hollande ; 1812 : Russie ; 1814 : Hollande.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2550/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search