Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Seconde partie. L’évolution démographique

Chapitre V. Fécondité

Texte intégral

1Nous aurions souhaité étudier les familles de Beauvais de la même façon que celles de la campagne, en les suivant sur trois ou quatre générations afin de les comparer à elles d’une période à l’autre. Malheureusement, l’état des registres de certaines paroisses, mutilés par nombre de lacunes, nous interdisait de remonter jusqu’au début du siècle. Pourtant, les instructions royales étaient respectées, origine et filiation des individus régulièrement indiquées, de même que les professions, au moins pour les hommes. Ainsi était-il possible d’identifier des illettrés ou des étrangers dont le patronyme aurait été estropié par quelque desservant de passage. Les âges ont fait l’objet, là aussi, de recherches systématiques dans toutes les paroisses de référence, urbaines et rurales. Malgré l’état de certains registres, c’est dans les villages que les recherches ont été relativement les plus fructueuses.

2La reconstitution des familles n’aurait sans doute pas posé beaucoup plus de problèmes qu’à la campagne s’il n’avait fallu compter avec la mobilité des ménages qui hachait régulièrement les résultats, en imposant à l’extérieur des recherches toujours aléatoires. Aussi les études menées dans le cadre d’une seule paroisse n’aboutirent-elles, une fois sur deux, qu’à des résultats assez décevants dans le domaine de la fécondité. Il s’agissait pourtant de travaux de groupe menés avec sérieux par nos étudiants dans un centre de recherches relativement bien équipé pour l’époque. À l’extrême, citons le cas de Saint-Thomas, où la reconstitution de plus de cent cinquante familles aboutissait à un total de trente fiches utilisables. Mais il en était à peu près de même à la Basse Œuvre et, pour Sainte-Marguerite et Saint-Martin, les résultats n’étaient guère plus encourageants.

3Il nous appartenait d’élargir le champ de ces recherches à la fois dans le temps et dans l’espace, en recourant à d’autres fonds d’archives. Restait surtout à assembler les éléments du puzzle, en prenant pour pivot les tableaux du recensement de 1765, reclassés par ordre alphabétique pour chacune des paroisses. Les inventaires après décès – 650 environ, de 1740 à 1789 – nous ont fourni, s’il en était besoin, la composition d’un demi-millier de familles. Pourtant, tous les problèmes ne pouvaient se trouver résolus. Parmi les couples dont la destinée nous échappe, il en est certainement quelques uns, surtout en fin de période, dont nous n’avons pas su retrouver les déplacements d’un quartier à l’autre. Mais la plupart des familles avaient sans doute quitté Beauvais pour une autre ville qui pouvait être Rouen ou Paris. Avec la création des manufactures d’indiennes, le recours à des spécialistes que se disputaient les entreprises avait entraîné des déplacements de personnel dont certain procès nous apportent parfois l’explication. C’est un peu la raison pour laquelle nous avons fixé à 1790 le terme de notre enquête. Par ailleurs, il nous fallait prendre en compte des difficultés d’ordre matériel, conséquence d’un regroupement des paroisses au printemps de 1791, suivi de la sécularisation de l’état civil, l’année suivante. En 1792 enfin, c’était la guerre. Dans une ville envahie par la troupe s’accroissait brusquement le nombre des mariages, cinq cents en trois ans, rappelons-le, alors qu’auparavant, la moyenne annuelle ne dépassait guère la centaine. De ces nouveaux couples, combien allaient s’établir pour longtemps dans la cité ?

4En amont, les recherches avaient commencé plus ou moins tôt, en fonction des circonstances : depuis 1718 ou l719 à Saint-André, Saint-Laurent, la Madeleine et même depuis le début du siècle, en dépit des lacunes, à Sainte-Marguerite et Saint-Martin. En revanche, à Saint-Étienne, la disparition des registres imposait de ne commencer notre étude qu’à partir de 1737. Après regroupement et vérifications, l’ensemble de ces travaux représentait un total de 3 620 familles : par comparaison avec la campagne (6 820 fiches), un peu plus de la moitié, pour une population pourtant plus nombreuse, mais sur une période sensiblement plus brève. Or il importait de réduire, autant que faire se pouvait, une certaine dispersion dans le temps, afin de traiter de la même façon les différentes paroisses. Nous avons donc écarté de notre étude tous les couples formés avant 1732 ou 1733, 352 au total, ce qui ramenait à 3 268 le volume de notre fichier, en laissant pourtant Saint-Étienne quelque peu en retrait. Il n’en resterait guère plus de la moitié pour l’étude précise de la fécondité, alors qu’à la campagne la proportion de fiches utilisables dans ce domaine avait été de 70 %.

5On peut se demander ce que fut l’apport de ce fichier rural, si l’on songe qu’à quatre ou cinq lieues de Beauvais, l’émigration venant de cette couronne discontinue de villages se dirigeait surtout vers la ville. Nous ne nous attendions certes pas à retrouver un type de relations comparable à celui qui pouvait exister entre des villages voisins. Mais le constat apparaît négatif sans la moindre nuance. Sans doute avons nous retrouvé à Beauvais nombre de nos villageois. Mais il s’agissait toujours d’individus isolés ; malgré leur mariage avec une payse, ils semblaient n’avoir pas gardé de relations avec leur village d’origine, sauf à y placer quelques-uns de leurs enfants en nourrice. Filles et garçons pouvaient regagner la campagne après des années de service à Beauvais. Mais tout se décidait au moment du mariage : si le couple s’établissait en ville, il n’y aurait plus de retour et l’émigration pouvait être considérée comme définitive. Dans le cas qui nous intéresse, le fait de disposer d’une fiche concernant la famille d’un paysan immigré ne nous a rien apporté de plus que les renseignements fournis par un baptême retrouvé dans les registres de n’importe quelle autre paroisse.

6Nous avons maintenu notre fichier dans son cadre paroissial afin de nous ménager la possibilité de comparaisons. Mais l’écart est grand entre les 791 familles de Saint-Étienne et les 122 de la Basse Œuvre, un écart qui s’accroît davantage lorsqu’on fait le compte des fiches pleinement utilisables (428 à Saint-Étienne, 46 et 40 à la Basse Œuvre et Saint-Thomas). Les différences de comportement peuvent en effet se combiner avec les différences de taille, un phénomène qui n’est pas toujours lié à l’aisance relative des habitants. On était plutôt casanier à Saint-André, une paroisse en partie rurale où 70 % des familles se maintenaient sur place, au prix de quelques déplacements dans le voisinage. C’était le cas également à la Madeleine et à Sainte-Marguerite, des paroisses purement ouvrières sans ouverture sur la campagne. En revanche, la mobilité était de règle au faubourg Saint-Jacques, à la Basse Œuvre et surtout à Saint-Thomas, ou la destinée de quatre familles sur cinq continue de nous échapper. Dans cette minuscule paroisse, à côté d’un groupe relativement stable de tapissiers logés à la Manufacture, c’est un défilé de compagnons, de commis et de gardes-moulin qui se renouvellent sur un rythme rapide. On retrouve le même phénomène à la Basse Œuvre, avec le petit personnel de l’évêché et la domesticité des maisons bourgeoises. Les quatre autres paroisses se maintenaient dans la moyenne, si l’on compte parmi elles Saint-Laurent, légèrement en retrait par rapport à Saint-Étienne, Saint-Martin et Saint-Sauveur.

  • 1 Pour plus de détails, se reporter aux notes de la page 152 de notre précédent ouvrage.

7Le classement du fichier repose sur les définitions habituelles, avec la combinaison des lettres M et E (mariages sur place ou à l’extérieur, en fait, des actes que l’on n’a pu retrouver), O et F (fiches ouvertes ou fermées, selon qu’on ignore ou non la date de fin d’union). Comme pour la campagne, nous avons dû aménager une classification qui ne convenait pas toujours à la structure multiparoissiale de notre fichier1. Nous en sommes ainsi revenu à un classement en six catégories correspondant à l’importance de notre information sur chacune des familles.

  • Types I et II (MF I et II). Il s’agit de couples pour lesquels nous disposions des renseignements les plus complets : date de mariage et de fin d’union, âge exact de la femme dans le premier cas, approximatif dans le second, ainsi que les dates de naissance des enfants, sinon toujours leur destinée. Le total, de 1 713 cas, se répartit en familles complètes et incomplètes, selon que la femme avait ou non atteint son cinquantième anniversaire dans l’état de mariage.
  • Types III et IV (MO I et II) : date de fin d’union inconnue ; âges exacts dans le premier cas, approximatifs dans le second. Leur proportion s’accroît en fin de siècle, ce qui s’explique par la disparition des listes nominatives établies lors des premiers recensements : 1790, 1801, 1806 et même 1831. Le total, 540 familles, finit par représenter près de 17 % du fichier.
  • Types V (EF et EO) et VI : date de mariage inconnue, âge le plus souvent approximatif dans le premier cas. La seconde catégorie rassemble des fiches inutilisables pour différentes raisons. Elles correspondent presque toujours à des familles de passage, mais aussi à des couples dont nous n’avons pu suivre tous les déplacements2. Nous avons rangé également dans cette catégorie quelques femmes mariées ou remariées à plus de cinquante ans, ainsi que toutes celles dont nous n’avons pu retrouver l’âge, même approximativement, faute de pouvoir sérieusement les identifier.

8Les deux premiers types de familles ont servi de base à l’étude de la fécondité. Dans ce domaine, nous n’avons pas retenu celles du type III (MO I), une mesure de prudence, car cet échantillon se révélait beaucoup moins fiable que celui de la campagne. Pour l’étude du veuvage et du remariage, celle de la destinée des enfants, nous avons utilisé à titre de complément les familles des types III, IV et V Celles du type VI, en revanche, ont constamment été ignorées, sauf à les utiliser de façon marginale, afin de suivre l’existence de veufs ou d’enfants au fil de mariages successifs. Comme pour la campagne, nous avons pris en compte les naissances posthumes ; à cet effet, en ce qui concerne les veuves de moins de 50 ans, nous avons fait état d’un délai de viduité de neuf mois, évidemment réduit en cas de remariage précipité.

9Afin de tenir compte de l’époque du mariage, nous avons procédé, selon les circonstances, à divers types de regroupements, par tranches de cinq ou dix ans, en essayant de retrouver, dans la mesure du possible, des éléments de comparaison avec la campagne où notre enquête, recensements à l’appui, avait pu couvrir largement plus d’un siècle, de la fin du xviie jusqu’au début du xixe.

Répartition des familles selon les paroisses

Répartition des familles selon les paroisses
  • 3 Techniques d’analyse, 1980, pp. 75-79.

10Le traitement informatique de ce nouveau fichier ne nous a pas rendu moins sceptique sur l’intérêt de certaine méthode de correction des résultats. Il ne s’agit que des « naissances perdues », précisons-le, car le problème des ondoyés décédés ne s’est jamais posé pour nous. À Beauvais comme à la campagne, leur proportion, constamment de l’ordre de 3 %, témoignait d’un enregistrement satisfaisant des décès. Nous avons joué le jeu des « enfants rouges », ainsi qu’il était recommandé par Louis Henry3, et, une fois encore, nous n’avons abouti qu’a des corrections infimes.

11Ce pouvait être un objet de satisfaction, dans la mesure où ces résultats témoignent autant de la qualité du travail accompli que du bon enregistrement des actes. De fait, la plupart de nos fiches ont fait l’objet de vérifications successives. En élargissant leurs recherches à d’autres fonds, en travaillant sur les fichiers de paroisses voisines, les étudiants ont été amenés à suggérer des corrections et à faire disparaître des doubles emplois. Mais leurs recherches étaient limitées dans le temps et ils n’avaient pas toujours la possibilité de résoudre les problèmes posés par la mobilité des familles, une tâche à laquelle nous nous sommes consacré en dernier ressort. Ce faisant, nous ne nous sommes pas contenté des dossiers de dépouillement regroupés au centre de recherches. Chaque fois que se posait un problème d’identification, nous sommes allé aux archives procéder à des vérifications dans les registres, de la même façon que nous avons cherché dans plus de cent paroisses rurales les baptêmes de filles et de garçons venus se fixer à Beauvais.

  • 4 En permettant une exploitation satisfaisante de documents douteux et de dépouillements de registre (...)

12Cela représentait certainement beaucoup de temps, mais il ne s’agissait certainement pas de temps perdu. Nous nous en étions ouvert à Louis Henry qui ne nous avait pas contredit. Il apparaît en effet que nous aurions pu faire l’économie du système qu’il avait imaginé, puisque, de ces corrections aucune n’apparaîtrait sur le moindre graphique. Nous aurions sans doute évité des risques d’erreur inutiles, car la méthode n’est pas des plus simples et qu’il s’agit d’une manipulation de plus dans un système déjà fort compliqué. Simple constatation en ce qui nous concerne, nous-même et quelques autres, car nous n’entendons pas condamner une méthode qui a fait ses preuves4, simplement en marquer les limites. En rappelant les mérites d’un certain artisanat, il ne s’agit pas de faire le procès de la technique ni l’apologie de méthodes dépassées. Comme bien d’autres disciplines, la démographie historique ne saurait faire de progrès sans perfectionner ses méthodes, les travaux en cours sur les xvie et xviie siècles devraient en apporter bientôt la démonstration.

FÉCONDITÉ ET FERTILITÉ

13Nous avons tenu, une fois encore, à présenter des résultats d’ensemble, tous âges au mariage confondus, des données qui nous paraissent toujours significatives, d’autant qu’elles nous permettent d’établir des comparaisons rapides avec des travaux fondés sur les mêmes bases, il y a quelques années. La présentation de ces résultats n’appelle guère de commentaires : la moyenne est élevée et la courbe régulière. Pour les couples mariés avant 1780, la fécondité, à son niveau le plus haut entre 20 et 24 ans, atteint 566 ‰, soit la moyenne de 2,8 enfants en cinq ans de mariage. À la campagne, à la même époque, le taux le plus fort que nous ayons relevé était de 525 ‰ dans le pays de Thelle. L’écart s’accroît après 1780, puisqu’il passe de 40 à 50 points, pour des périodes de durée inégale, il est vrai. L’avantage n’en reste pas moins à la ville, en dépit de l’évolution de la fécondité.

14De telles moyennes ne peuvent laisser indifférent, si l’on songe que, jusqu’à 30 ans, elles s’inscrivent au-dessus des records canadiens. Mais Marcel Lachiver avait déjà fait la même constatation dans sa bonne ville de Meulan pour des couples mariés entre 1660 et 1739. De prime abord, aucune apparence de malthusianisme. Or il s’agissait de populations urbaines qui avaient coutume de mettre en nourrice leurs enfants, ce qui entraînait un rapprochement des conceptions. En examinant de plus près les moyennes, on constate qu’elles baissaient avec le temps, l’indice d’une diminution progressive de la fécondité.

15De fait, avec des valeurs de départ plus élevées, l’évolution d’ensemble est bien la même qu’à la campagne. Elle apparaît seulement plus précoce. En comparant quatre groupes de familles de Beauvais, classées selon l’époque du mariage, on constate que pour trois d’entre eux, les plus anciens, le tracé des courbes demeure très proche, alors que pour le dernier, celui des couples unis à partir de 1780, la différence est nette et la baisse de la fécondité évidente (graphique 10). Mais il n’est pas moins significatif de constater que, d’une période à l’autre, cette baisse est continue, chaque groupe de femmes ayant un peu moins d’enfants que le précédent, au moins à partir de 25 ans. À la même époque, le phénomène n’apparaissait pas encore à la campagne, en dépit d’observations attentives, et nous en étions arrivé à cette conclusion que, jusqu’à la fin du règne de Louis XV, le comportement général des couples n’avait pas changé.

Graphique 10 – La baisse de la fécondité au cours du xviiie siècle

Tableau 31A – Fécondité légitime : mariages de 1735-1749 (taux pour ‰)

Tableau 31A – Fécondité légitime : mariages de 1735-1749 (taux pour ‰)

Tableau 31B – Fécondité légitime : mariages de 1750-1764

Tableau 31B – Fécondité légitime : mariages de 1750-1764

Tableau 31C – Fécondité légitime : mariages de 1765-1779

Tableau 31C – Fécondité légitime : mariages de 1765-1779

16À Beauvais, la comparaison entre groupes d’âges n’apporte guère de surprises. Chez les femmes mariées avant 25 ans, on retrouve, d’une période à l’autre, les mêmes écarts que dans l’ensemble de la population. Il s’agit, il est vrai, du groupe de loin le plus nombreux, puisqu’il représente la moitié des familles et c’est son comportement qui semble prévaloir. Les femmes mariées à 25-29 ans (27 à 28 % de l’ensemble) continuent d’avoir à peu près autant d’enfants, au moins pendant les trois premières périodes, ce dont témoigne le chevauchement des courbes. Mais la situation change à partir de 1780 : comme pour les femmes mariées plus jeunes, on peut constater une nette diminution de la fécondité. En ce qui concerne les femmes mariées à plus de 30 ans, il est difficile de se prononcer, d’autant que certains de nos résultats ont pu être brouillés par des phénomènes aléatoires ; mais, là encore, les moyennes de la dernière période sont inférieures aux trois autres.

Tableau 32 – Fécondité comparée selon l’époque du mariage (taux ‰)

Tableau 32 – Fécondité comparée selon l’époque du mariage (taux ‰)

17Pour les comparaisons, nous n’avions pratiquement pas de choix, c’est peu que de le rappeler. À la différence des monographies de village, les études de démographie urbaine ont été fort peu nombreuses, on comprend pourquoi. À Nevers, Guy Florenty s’en est tenu à des comptages, sans aborder le problème de la fécondité. Ce fut également le cas à Langres et Bayeux, étudiées par Georges Viard et Mohammed El Kordi. Benoît Garnot a reconstitué les familles de trois paroisses de Chartres et, s’il compare le nombre moyen d’enfants selon la profession des parents, il ne présente pas les tableaux que l’on aurait pu attendre d’une référence à la méthode Henry. Rudolf Burri, qui s’en réclame, lui aussi, ne néglige rien dans ce domaine, dans son étude sur Lucerne. Sa thèse en allemand, de bonne facture, a malheureusement souffert de la médiocrité des sources locales : la reconstitution des familles se trouve réduite à dix années tardives (1786-1795), la période où se termine notre enquête. À Ussel, Nicole Lemaître avait rencontré le même type de problème, mais pour le début du siècle. À Wangen enfin, malgré bien des lacunes, il a été possible de reconstituer deux générations.

18En définitive, pour le xviiie siècle français, restaient Rouen et Meulan, deux villes que leur taille n’incitait guère à mettre en parallèle, quelle que fût la qualité de la mise en œuvre. Dans sa thèse, soutenue en 1968, Marcel Lachiver suivait sur près de trois siècles la population de Meulan, au prix d’une étude exhaustive qui pouvait être considérée comme exemplaire. À l’époque, il n’était pas encore question de la quête des « enfants perdus », mais on peut gager que les moyennes de Meulan n’ont pas eu à souffrir de l’absence de corrections. Changement d’époque, quinze ans plus tard, avec la parution d’une thèse monumentale, celle de Jean-Pierre Bardet, consacrée à la ville de Rouen aux xviie et xviiie siècles. Mais, pour le traitement d’un « million de destins », force était de recourir à la méthode des sondages en faisant appel à un matériel informatique devenu performant. C’est désormais la méthode qui s’impose. Ainsi à Verdun ou à Roubaix. Des travaux comme ceux qui ont été entrepris sur Vernon ou Gisors devraient faire mieux connaître la population urbaine de la Normandie aux xviiie et xixe siècles. Pour nos comparaisons, il a bien fallu nous contenter d’à-peu-près chronologiques : 1730-1759 et 1760-1792 pour Rouen et 1740-1789 pour Meulan. Il est vrai que nous n’avons pas réussi à faire beaucoup mieux coïncider les deux volets de notre propre enquête.

Graphique 11 – Fécondité comparée de populations anciennes

19La courbe de Beauvais coiffe toutes celles de la campagne, en Normandie comme en Île-de-France. Elle surplombe plus nettement encore celles de Rouen et de Meulan, entrées plus tôt dans l’ère de la transition démographique : en termes de descendance, nous le verrons, entre Rouen et Beauvais, cela se traduisait pour chaque famille par une différence d’à peu près deux enfants.

Tableau 33 – Fécondité comparée de diverses populations anciennes

Tableau 33 – Fécondité comparée de diverses populations anciennes
  • 1 M. Lachiver, La Population de Meulan du xviie au xixe siècle, Paris, 1969.
  • 2 J. P. Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1983.
  • 3 S. Beauvalet, La Population de Verdun de 1750 à 1790, Bar-le-Duc, 1991.
  • 4 R. Burri, Die Bevölkerung Luzerns, Luzern, 1975.
  • 5 H. v. Wangen, Wangen im Allgau, Augsburg, 1989.
  • 6 M. Muller, MM, Paris-Sorbonne, 1975.
  • 7 J. M. Boileau, MM, Paris-Sorbonne, 1979 (Neuville-près-Sées, Montrond et Godisson).
  • 8 H. Charbonneau, Tourouvre-au-Perche aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1970.
  • 9 V. de Montchaun (Denonville, Ouarville et Mondonville), étude inachevée.
  • 10 D. Dinet, MM, Sorbonne, 1968 (Argentenay, Lézinnes, Vireaux).
  • 11 J. Houdaille, « La fécondité des mariages dans le quart nord-est de la France », Ann. demogr. hist (...)
  • 12 J. Henripin, La Population canadienne au début du xviie siècle, Paris, 1954.

Note 11
Note 22
Note 33
Note 44
Note 55
Note 66
Note 77
Note 88
Note 99
Note 1010
Note 1111
Note 1212

Graphique 12 – Fécondité comparée de populations urbaines

Fécondité selon l’âge au mariage

20Les moyennes que nous ont fournies l’ensemble des familles ont fait apparaître une lente diminution de la fécondité depuis le milieu du siècle, un phénomène qui s’accentue à partir de 1780. Même si les bases de notre étude étaient assez larges pour laisser bien peu de place au hasard, il n’en était pas moins important d’observer le comportement des couples de façon plus attentive, en privilégiant un facteur essentiel, l’âge des femmes au moment de leur mariage.

21En effet, dans le cas de comportement malthusien, on a toutes les raisons de penser que les femmes mariées les plus jeunes cessaient le plus tôt d’avoir des enfants, tandis que cette influence de l’âge avait peu de chances de se manifester chez des couples qui ne cherchaient pas à limiter leur descendance. Pourtant, il faut tenir compte de la fréquence des accidents en cours de grossesse et surtout des accouchements difficiles, la cause de bien des décès, mais aussi, nous le verrons, de cas de stérilité définitive. Même dans des populations non malthusiennes apparaît toujours une certaine influence de l’âge au mariage, les femmes mariées ou remariées sur le tard ayant toujours aux mêmes âges un peu plus d’enfants que celles qui s’étaient mariées plus jeunes.

22Pour bien mesurer l’importance d’un phénomène sans doute assez discret, nous nous sommes efforcé d’écarter les éléments qui risquaient de perturber les résultats de notre enquête, des unions trop brèves, les familles où apparaissent des conceptions prénuptiales. Nous nous en sommes tenu à la comparaison de trois périodes et trois groupes d’âges : femmes mariées avant 25 ans, de 25 à 29 ans ou à partir de 30 ans, le moyen de réduire les fluctuations aléatoires qui risquent d’apparaître dans des groupes un peu trop restreints. Le graphique 13, illustrant le tableau qui suit, permet de comparer ces résultats à ceux d’un groupe de villages du pays de Thelle, situé à une vingtaine de kilomètres au sud de Beauvais.

Tableau 34 – Fécondité selon l’âge au mariage

Tableau 34 – Fécondité selon l’âge au mariage

23Entre ville et campagne, on observe une certaine similitude, au moins dans l’allure générale des courbes. Mais les moyennes de Beauvais sont constamment les plus élevées, un avantage qui se réduit un peu au cours des années. Même constatation en ce qui concerne les deux premiers graphiques beauvaisiens : mariées jeunes ou sur le tard, les femmes continuaient d’avoir à peu près autant d’enfants aux mêmes âges, mais celles qui s’étaient mariées à partir de 1750 en avaient constamment moins que leurs aînées, l’indice de pratiques malthusiennes qui commençaient à se généraliser. Après 1780, on voit les courbes s’écarter, tandis que s’abaissent de plus en plus les moyennes, confirmation, s’il en était besoin, d’une tendance malthusienne désormais bien affirmée.

  • 5 6 fois sur 12, au prix, on peut s’en douter, de quelques phénomènes aléatoires. Pour les femmes ma (...)

24Les conceptions prénuptiales contribuent partout au relèvement des moyennes. Est-ce à dire que les couples dont une grossesse avait précipité le mariage avaient par la suite plus d’enfants que les autres ? Comme à la campagne, on peut répondre à cette question par la négative. En effet, si les moyennes sont élevées dans ce type de familles, elles le doivent presque uniquement à ces taux exceptionnels – parfois plus de 800 ‰ – qui caractérisent un seul groupe d’âges, celui du mariage. Au-delà, on se rapproche rapidement des moyennes habituelles. À cet égard, il n’est que de considérer les couples mariés avant 1750, une période, il est vrai, où les conceptions prénuptiales n’étaient pas les plus nombreuses. Pour 493 familles, dont 60 avaient eu un enfant conçu avant le mariage, le détail des chiffres est éloquent (tableau 35). Dans l’ensemble des groupes d’âges, si l’on excepte ceux de l’année du mariage, on constate que les moyennes les plus élevées se répartissent également entre les deux types de familles5. Si certaines femmes avaient leurs enfants un peu plus tôt après le mariage, les autres se succédaient au même rythme que dans les autres familles, un rythme plus ou moins rapide selon que les enfants étaient ou non mis en nourrice.

Graphique 13 – Fécondité selon l’âge au mariage

Tableau 35 – Influence des conceptions prénuptiales (mariages de 1735 à 1749)

Tableau 35 – Influence des conceptions prénuptiales (mariages de 1735 à 1749)

1 : Familles à conception prénuptiale – 2 : autres – 3 : Ensemble des familles

25Les familles « incomplètes » étaient généralement un peu moins fécondes que les autres. Nous l’avons constaté en ville comme à la campagne sans qu’il nous ait paru nécessaire de revenir sur un fait par trop général et auquel nous n’étions pas en mesure d’apporter des explications particulières.

Charges de famille

  • 6 Beauvaisis, op. cit., pp. 168-170.

26Lorsqu’on envisage la durée du mariage sous l’angle de la fécondité, il est certain que, de façon implicite, on fait référence au nombre des enfants à naître ou déjà nés. Mais, à l’époque, nombre d’entre eux n’avaient guère de chances de survivre. Pour tenir compte des effets de cette mortalité, nous avions envisagé le problème en terme de survivants, autrement dit, de bouches à nourrir et tenté l’expérience dans un groupe de villages, ceux du pays de Thelle6.

27L’enquête était plus difficile en ville qu’à la campagne, du fait de la mobilité des familles, mais, à Beauvais, nous l’avons étendue à toutes les paroisses. Nous avons dû la conduire, et pour cause, de façon manuelle, l’occasion de procéder à quelques vérifications dans des domaines voisins. En reprenant les bases de notre étude sur la fécondité, envisagée selon l’âge au mariage, nous avons fait intervenir une donnée nouvelle, le nombre d’enfants de moins de 15 ans survivants, au début de chacun des groupes d’âges. Nos familles allaient ainsi se trouver réparties en une vingtaine de catégories plus ou moins bien représentées. Par nécessité, nous avons écarté tous les cas de remariage, ainsi que les familles où apparaissait une conception prénuptiale, en nous limitant à l’étude d’une seule grande période, faute d’éléments suffisants à partir de 1780.

Tableau 36 – Fécondité et charges de famille

Tableau 36 – Fécondité et charges de famille
  • * 10 et 12 cas seulement (450) : calculé sur 26 milles.

Note **

  • 7 Pour les femmes mariées avant 25 ans, à 35-39 ans, les taux de 257 et 391 ‰, d’ailleurs bien align (...)

28Avec des moyennes plus élevées, le bilan est bien le même qu’à la campagne. Quel que fût leur âge, les femmes qui avaient le plus d’enfants à charge étaient celles qui continuaient d’en mettre le plus au monde. Pourtant, devant ces résultats, on ne saurait se départir d’une certaine prudence. En effet, d’un groupe à l’autre, le nombre de familles observées varie de façon considérable : d’une centaine de cas, le plus souvent, il peut en réunir le triple ou le quadruple, ou se réduire à quelques dizaines. Dans ce dernier cas, les moyennes obtenues pourraient avoir subi l’influence de phénomènes aléatoires7.

29Si nos villages continuaient de vivre en régime prémalthusien jusqu’à la fin du règne de Louis XV, en ville, ce n’était plus le cas : depuis le milieu du siècle, la natalité commençait lentement à baisser. Aurait-il été possible d’appréhender le phénomène à ce niveau, d’en observer de plus près les mutations ? Il aurait fallu pouvoir comparer les grandes périodes que nous avons opposées précédemment, pousser au-delà de 1780. Or, avec près de quinze cents familles, l’ensemble de notre fichier suffisait à peine à l’établissement de ce tableau. Nous ne pouvons que le regretter.

Fécondité du moment

30L’étude du comportement des familles ne serait pas complet si l’on ne cherchait à en suivre et surtout à en dater l’évolution. Pour ce faire, nous nous en sommes tenu à la méthode qui s’est imposée dans ce domaine : une totalisation des taux de fécondité, calculés de cinq en cinq ans à partir du mariage. Chacune des valeurs ainsi obtenue est alors pondérée selon l’importance numérique du groupe qu’elle représente, 7 à 10 % selon les années pour les femmes mariées avant 20 ans, autour de 40 % pour le groupe de 20 à 24 ans.

31Le tableau 37 présente en termes de descendance l’évolution de la fécondité depuis 1740. À partir d’un palier fort élevé (7,6 enfants en moyenne par famille), une baisse régulière de 1750 jusqu’au début des années 1780, les dernières de notre étude : sept enfants vers 1760, guère plus de six, vingt ans plus tard.

  • 8 Même à la campagne, pour des raisons déjà évoquées, nous ne pouvions remonter plus haut que les an (...)

32Avec Rouen comme avec les campagnes du Beauvaisis, le contraste est net : écart entre les moyennes, bien sûr, avec, pour chaque femme, vers 1740, deux enfants de plus qu’à Rouen ; mais aussi, régularité d’une courbe à peine affectée par le bref palier des années 1760. Avec les villages, l’écart se réduit progressivement : malgré l’ampleur des oscillations décennales, à la campagne les moyennes se maintiennent à 6,3 et ne commencent à baisser qu’à partir des années 17708. Évolution beaucoup plus contrastée à Rouen, mais, en dépit des rémissions, c’est toujours la même tendance qui prévaut. À l’est, Verdun offre l’exemple de la baisse la plus rapide : près de 22 % en une trentaine d’années, prélude à un véritable effondrement pendant la période révolutionnaire : moins 28 % en dix ans.

Tableau 37 – Évolution de la fécondité depuis 1740

Tableau 37 – Évolution de la fécondité depuis 1740

Pour chacun des groupes, la descendance finale est affectée d’un coefficient de pondération correspondant à son importance numérique. Chiffres arrondis.

33Il n’est pas besoin d’un long épilogue : à Beauvais, on peut dater du milieu du siècle le point de départ de la « transition démographique », vingt ou vingt-cinq ans avant les villages d’alentour. Dans le cadre de cette évolution, Rouen était en avance d’un demi-siècle sur Beauvais. Il n’est que de se référer aux conclusions de J. R Bardet, puisqu’il faut remonter au dernier quart du xviie pour trouver des moyennes qui oscillent entre sept et huit enfants. Les campagnes suivaient avec retard l’exemple de la ville. On peut le vérifier en Île-de-France comme en Normandie, les travaux de Jean-Marie Boileau, de Michel Muller et autres confirment les résultats de notre enquête sur les villages du Beauvaisis.

Tableau 38 – Descendance finale comparée

Tableau 38 – Descendance finale comparée

Nombre moyen d’enfants par femme.

Graphique 14 – Descendance finale comparée

  • 9 Beauvaisis, op. cit., p. 182.

34Nous reprendrons sans beaucoup mieux y répondre notre interrogation à propos des « funestes secrets » évoqués par Moheau9. À côté de couples plus ou moins jeunes qui semblent limiter volontairement leur descendance, il en était d’autres qui continuaient de procréer autant que leurs aïeux, la famille restreinte finissant par s’imposer partout comme une sorte de modèle. S’agissait-il d’un phénomène social traduisant un clivage entre petit peuple et possédants ? Si la réponse peut sembler positive, il reste pourtant bien des ambiguïtés, d’autres phénomènes ayant pu interférer dans ce domaine.

Maîtres et compagnons. Esquisse d’une fécondité comparée

35Dans une société beauvaisienne qui était loin d’être homogène, il était un groupe qui se détachait de façon évidente, celui des notables, mais leur petit nombre – une soixantaine de familles susceptibles d’être retenues – risquait de poser problème. Pour l’ensemble de la population, nous connaissions presque toujours la profession du chef de famille ; à défaut de références fiscales, grâce aux inventaires, nous disposions bien souvent d’indications sérieuses sur le niveau de vie de la famille. De ce fait, il était assez peu de couples dont la situation sociale risquait de nous échapper. Encore fallait-il éviter de nous perdre dans le détail. Après divers essais, nous nous en sommes tenu finalement à l’opposition de deux grandes catégories, maîtres et compagnons des principaux métiers, bâtiment, cuir et textile, un ensemble de 815 familles réparties à peu près dans la proportion de trois pour cinq : 299 pour les maîtres, 516 pour les compagnons.

Tableau 39 – Maîtres et compagnons. Fécondité comparée des familles (mariages de 1735 à 1779)

Tableau 39 – Maîtres et compagnons. Fécondité comparée des familles (mariages de 1735 à 1779)
  • 10 Ce fut un de nos principaux regrets, dans la mesure ou nous aurions aimé comparer, comme en milieu (...)

36Ce faisant, nous avons laissé de côté les petits commerçants, ainsi que des ménages dont la condition semblait avoir évolué avec le temps. Nous avons dû écarter également les familles vivant du travail de la terre, faute de pouvoir toujours établir le départ entre exploitants aisés et journaliers dans le besoin10. Restaient, bien entendu, les notables. Malgré leur petit nombre, il ne nous a pas semblé possible de les traiter comme les autres groupes, alors que tous les relevés témoignaient, en ce qui les concernait, d’un véritable effondrement de la natalité en quelques décennies. Nous avons donc pris le parti de présenter une succession de moyennes, en dépit du caractère aléatoire de certains résultats.

  • 11 Du tableau 125, nous ne retiendrons que quelques chiffres, concernant trois périodes d’observation (...)

37Le graphique 15, établi à partir du tableau 39, est certainement révélateur. Les courbes de fécondité, toutes trois de même allure, se superposent avec régularité, celles des maîtres et des compagnons encadrant de façon continue la moyenne générale de la ville. Ainsi les femmes de compagnons avaient-elles moins d’enfants que celles de leurs employeurs (6,7 en moyenne, au lieu de 7,1). Une constatation de nature à surprendre, si l’on songe à l’exemple rouennais. Pour la même époque en effet, J. P. Bardet a pu établir que, dans une ville où la baisse de la fécondité concernait tous les milieux, les notables et les petits commerçants semblaient donner l’exemple, alors que les familles les plus nombreuses restaient celles des artisans et surtout des compagnons et des ouvriers11.

Graphique 15 – Maîtres et compagnons

Tableau 40 – La baisse de la fécondité chez les notables (taux ‰)

Tableau 40 – La baisse de la fécondité chez les notables (taux ‰)
  • 12 Sans étudier le phénomène dans le détail, faute de renseignements et surtout d’effectifs suffisant (...)

38Avec de tels taux de fécondité, on hésite pourtant à envisager l’hypothèse d’une limitation des naissances, d’autant qu’à la même époque, dans les villages d’alentour, les moyennes n’atteignaient même pas le même niveau. L’écart entre nos deux types de familles doit s’expliquer autrement, il suffit de feuilleter le fichier pour s’en rendre compte. D’un côté, un groupe de familles dont beaucoup, à l’instar des notables, plaçaient nombre de leurs enfants en nourrice, de l’autre, des femmes qui élevaient elles-mêmes leurs bébés et qui, à l’occasion, pouvaient se charger d’un ou deux nourrissons. Dans les familles de maîtres, c’est par dizaines que l’on trouve la mention d’enfants décédés en nourrice, en ville ou à la campagne. Pour nous en tenir à Saint-Sauveur, nous retiendrons l’exemple de deux drapiers, Pierre Sommereux et Charles Lenglet, déjà nommé, qui, de leurs dix enfants, en perdaient quatre et six dans ces circonstances. En revanche, lorsqu’en ville nous trouvons mention d’un décès de nourrisson parisien ou beauvaisien, c’est toujours auprès d’une famille pauvre, chez des manouvriers, des laneurs ou des palefreniers. Comme à la campagne, mais en de moindres proportions, on discerne ici, de même qu’à Meulan12, l’influence d’un allaitement prolongé ou refusé. La naissance annuelle, ce phénomène urbain, ne concernait toujours qu’une minorité de familles.

  • 13 On peut noter que leurs épouses, Thérèse Prévôt et Marguerite Ma, cessèrent l’une et l’autre d’avo (...)

39Au début du siècle, c’était le cas chez les notables qui mettaient presque tous leurs enfants en nourrice. Mais si cette coutume se poursuivait jusqu’à la Révolution, la diminution rapide de la fécondité traduit de façon évidente la diffusion de pratiques malthusiennes. On peut le constater dans les familles complètes, où le nombre d’enfants diminuait de près de moitié, l’espace d’une génération : 8 enfants en moyenne pour les couples mariés avant 1750, entre 4 et 5 pour les unions de 1765 à 1779. Pour en juger, il n’est que de se pencher sur les généalogies des Motte, des Michel et des Danse. Nous pouvons y adjoindre un autre exemple, tiré de notre fichier, celui des frères Renault, des négociants de Saint-Sauveur, mariés en 1763 et 1768. François, l’aîné, n’eut que deux enfants, son cadet, Nicolas, quatre, en 26 et 34 années de mariage respectivement13. Ils étaient les fils de François Renault, un négociant de Saint-Étienne, marié en 1738 et père de treize enfants, dont huit au moins avaient survécu. Si l’on tient compte des décès en nourrice, on a l’impression qu’à la veille de la Révolution déjà, magistrats et négociants entendaient désormais limiter leur descendance à deux ou trois enfants, en léguant si possible à un fils le soin de reprendre leur charge ou leur entreprise. Mais c’est un sujet sur lequel les contemporains ne nous ont pas laissé de témoignage, on ne peut que le regretter.

Fécondité comparée selon les origines

40Dans notre enquête en milieu rural, nous avons dû nous interroger sur la représentativité des couples sédentaires en consacrant, à titre de comparaison, une étude particulière à la petite minorité de familles amenées à se déplacer plus ou moins régulièrement d’un village à l’autre. Dans ce domaine de la fécondité, nous n’avions d’ailleurs constaté aucune différence de comportement entre familles mobiles et sédentaires. En ville, le problème ne se posait pas dans les mêmes termes, la mobilité étant de règle, au moins dans le cadre urbain, nous avons eu souvent l’occasion de le rappeler. Par ailleurs, nous n’avons pas trouvé d’exemple de familles paysannes venues s’établir à Beauvais, pas plus que de Beauvaisiens partant ou repartant pour la campagne, si l’on excepte le cas de quelques notables et de leurs résidences d’été. Néanmoins, il était possible d’étudier le comportement des femmes natives de la campagne, afin de le comparer à celui des Beauvaisiennes d’origine. Comparaison que nous n’avons pu affiner en faisant intervenir le lieu de naissance du mari. Les 233 cas que nous avons recensés se trouveraient en effet réduits à une cinquantaine si l’on faisait intervenir un second paramètre.

Tableau 41 – Fécondité comparée selon les origines et les milieux (mariages de 1735-1779)

Tableau 41 – Fécondité comparée selon les origines et les milieux (mariages de 1735-1779)

A : Femmes natives de la campagne
B : Épouses de compagnons de métier
C : Ville de Beauvais

  • 14 14 jeunes filles, mariées pour 9 d’entre elles à des garçons de Saint-André, les 5 autres ayant ép (...)

41Pour être en mesure d’établir des comparaisons, nous avons limité notre enquête aux seules familles de type MF. En ville, la répartition apparaît assez inégale, en fonction de la taille ainsi que de l’activité de chacune des paroisses. Mais, pour la plupart d’entre elles, la moyenne est d’un couple sur sept ou huit, Saint-André et surtout Saint-Laurent se singularisant par des proportions plus fortes, de 17 et 27 %. Pour Saint-André, le résultat était attendu, compte tenu des relations privilégiées des gens de la poterne avec leurs voisins de Marissel. C’est d’ailleurs ce village qui est le mieux représenté dans les échanges, bien mieux qu’Allonne ou Saint-Just, grâce à des alliances, toujours avec des airiers ou des vignerons, dans les faubourgs maraîchers de Saint-André et de la Terre Bourdon14.

  • 15 De ces 233 familles, 55, soit 23 %, semblent appartenir à la classe moyenne des boutiquiers, des p (...)

42Les taux de fécondité, bien qu’élevés pour l’époque, s’inscrivent constamment en retrait par rapport à la moyenne générale de Beauvais. Un résultat qui n’est pas pour surprendre, surtout si on le compare à quelques autres. Ce n’est sans doute pas une explication de type malthusien qu’il faut envisager. On constate en effet que ces moyennes sont très proches de celles que nous fournissaient à la même époque les milieux populaires (tableau 39), une coïncidence qui n’est certainement pas fortuite. De ces 233 familles, près des quatre cinquièmes étaient de condition modeste, parfois même aux limites de l’indigence15. Les filles de la campagne ne venaient pas épouser des négociants ou des magistrats, mais des sergers, des cordonniers, des gens du bâtiment, celles de Marissel, des vignerons. Ce n’est pas dans ces milieux, nous l’avons vu, que l’on mettait d’ordinaire ses enfants en nourrice, alors qu’on y accueillait plutôt ceux de familles aisées. La fécondité devait s’en ressentir. Il n’est donc pas étonnant de retrouver des résultats de même nature à partir de sondages opérés dans les mêmes milieux. Vérification, s’il en était besoin, de la fiabilité de nos précédentes analyses.

Fécondité et durée de fertilité

43L’âge des femmes lors de leur dernière maternité revêt une grande importance pour l’étude de la fécondité légitime. En effet, de périodes de fertilité plus ou moins longues chez des femmes mariées aux mêmes âges et à la même époque, on peut déduire des différences de comportement significatives. Il faut rappeler l’hypothèse de départ : si certaines familles recouraient à la contraception, en bonne logique, accidents mis à part, ce devrait être celles qui cessaient le plus tôt d’avoir des enfants. De ce fait, si aux mêmes âges, on observait des taux plus faibles chez les femmes dont la période de fertilité était la plus brève, on pourrait conclure à la réalité d’un certain malthusianisme. Mais si les moyennes restent à peu près les mêmes dans les différents groupes, il faudrait écarter l’hypothèse d’une limitation volontaire des naissances. L’explication serait d’ordre physiologique : une ménopause précoce, des accidents de santé, l’impossibilité de mener à leur terme les dernières grossesses.

  • 16 Une soixantaine seulement, qu’il aurait fallu partager ensuite en deux groupes.

44Notre étude devait se limiter aux seules familles complètes et aux femmes mariées avant 30 ans, 508 au total, sur un ensemble de 1 447. Il nous a fallu en effet laisser de côté les couples formés entre 1780 et 1789, trop peu nombreux pour ce genre de calculs16. Pour chacune des périodes considérées, les femmes ont été réparties en deux groupes, selon leur âge à la dernière naissance : 35-39 ans, d’une part, et 40 ans ou davantage. Les résultats, regroupés dans le tableau suivant, ont servi à l’établissement du graphique 16.

Tableau 42 – Fécondité selon l’âge à la dernière naissance

Tableau 42 – Fécondité selon l’âge à la dernière naissance

N.B. Nous avons laissé de côté la tranche d’âge de 15-19 ans. Des moyennes concernant une demi-douzaine de familles et une quinzaine de femmes-années auraient été dépourvues de toute signification.

Femmes mariées avant 30 ans, conceptions prénuptiales exclues

Femmes mariées avant 30 ans, conceptions prénuptiales exclues

Graphique 16 – Fécondité selon l’âge à la dernière naissance

45Pour les femmes mariées avant 1750, les deux courbes sont très proches l’une de l’autre, un phénomène que l’on constatait déjà à la campagne. Elles s’écartent beaucoup plus dans les périodes suivantes, surtout dans le dernier groupe d’âges : de 31 points, on passe en effet à 61, puis 100 points, pour les mariages de 1750 à 1779. Sans doute faut-il tenir compte d’une certaine diminution de la fécondité aux approches de la ménopause, mais les chiffres n’en sont pas moins révélateurs, dans la mesure où ils répondent à l’hypothèse de départ. Ils semblent bien confirmer l’apparition et le développement de tendances malthusiennes dans la seconde moitié du siècle, le changement de comportement de certains couples se manifestant nettement pour les femmes à partir de la trentaine.

Stérilité des couples

46La fécondité diminue avec l’âge, c’est un phénomène que l’on constate dans toutes les populations anciennes. Diminution progressive dans la plupart des cas, avec l’approche du retour d’âge. Mais certaines femmes, encore très jeunes parfois, devenaient brusquement stériles après un ou deux accouchements pour des raisons qui évidemment nous échappent. En régime prémalthusien, ces accidents expliquent la baisse continue des taux de fécondité à partir de 25 ans, bien avant cet effondrement que l’on constate partout aux alentours de la quarantaine.

  • 17 En pratique, rappelons-le, les couples encore fertiles sont assimilés aux familles ultérieurement (...)

47Pour suivre cette évolution, nous avons eu recours à la méthode habituelle, un procédé très simple en dépit d’une définition assez complexe : calcul des taux de fécondité des couples encore fertiles et comparaison des résultats avec les moyennes générales de fécondité aux mêmes âges. Par différence à 1 et interpolation, on obtient les proportions de couples stériles, échelonnées de cinq en cinq ans, en fonction de l’âge actuel de la femme17.

Tableau 43 – Taux de stérilité

Tableau 43 – Taux de stérilité

48Dans le détail, on observe une assez grande dispersion des résultats, des écarts qui, ponctuellement, ne semblent pas avoir une signification particulière, même dans les paroisses les plus importantes. Pour l’ensemble de la ville, les moyennes apparaissent de même ordre que celles du plat pays et proches surtout de celles des villages du pays de Chaussée que nous avons étudiés. Des moyennes dans l’ensemble assez faibles, inférieures en tout cas à celles de Meulan et du même ordre que celles de la France du nord-est à la même époque.

Figure 17 – Le palais épiscopal, photo J. Ganiage.

ESPACEMENT DES NAISSANCES

49La première naissance était généralement attendue dès la première année du mariage. Comme beaucoup d’autres, nous l’avions déjà constaté dans nos villages du Beauvaisis. Mais, en ville, le fait apparaît plus nettement, compte tenu de la fréquence des conceptions prénuptiales. Néanmoins, si l’on fait abstraction de ces dernières, on constate que plus d’un enfant sur deux naissait pendant les douze premiers mois du mariage. La moyenne de l’intervalle, de 13 mois, pour l’ensemble des premiers-nés, passait à 14 mois pour les seuls enfants conçus dans le mariage (moyenne arithmétique : 12,7 et 13,9 + 0,5).

  • 18 Née à Clermont-en-Beauvaisis en janvier 1744, S. Bosquillon avait épousé à Cauvigny, en octobre 17 (...)

50Ces intervalles entre mariage et première naissance se répartissaient de la même façon qu’à la campagne avec un maximum très classique de neuvième mois, suivi d’une décroissance régulière jusqu’au-delà du trentième. Les intervalles de plus de deux ans ne représentent guère plus de 7 % du total, mais avec un sérieux étalement dans le temps : 24 intervalles de trois à quatre ans (1,2 %), 7 de quatre à cinq ans (0,3 %) et trois de plus de cinq ans, les cas extrêmes (73 et 79 mois) étant ceux de Sophie Bos-quillon, de Saint-Sauveur, qui mourut au lendemain de ses premières couches, et de Thérèse Allou, de Saint-Étienne, mariée à 18 ans à Pierre de Malinguehen, doyen des conseillers du bailliage18.

Tableau 44 – Distribution de l’intervalle entre mariage et première naissance

Tableau 44 – Distribution de l’intervalle entre mariage et première naissance

Graphique 17 – Distribution de l’intervalle entre mariage et première naissance

51Les femmes qui se mariaient à moins de 20 ans avaient généralement leur premier enfant un peu plus tard que les autres, un fait que l’on constate en comparant la répartition des intervalles dans les différents groupes d’âges. Pour les très jeunes femmes, les premières naissances se faisaient souvent attendre un peu plus d’un an : c’était le cas pour celles qui s’étaient mariées à 18 ou 19 ans et plus encore lorsqu’il s’agissait de mariages très précoces, à 14, 15 ou 16 ans. Mais si l’on retrouve ici l’influence du phénomène connu sous le nom de stérilité des adolescentes, dans ce dernier cas, nos moyennes ne sont pas très significatives, puisqu’elles ont été calculées sur 37 couples seulement. Pour les autres groupes d’âges, ces moyennes sont à peu de chose près celles de la campagne, avec toutefois en ville une légère avance dans le domaine de la précocité.

Tableau 45 – Premières naissances. Répartition des intervalles selon l’âge de la femme (1 478 cas)

Tableau 45 – Premières naissances. Répartition des intervalles selon l’âge de la femme (1 478 cas)
  • * 37 cas seulement en ville, 75 à la campagne

Note **

52Dès la seconde naissance, la durée moyenne de l’intervalle s’allonge brusquement de moitié. De 13 ou 14 mois, selon qu’on tient compte ou non des conceptions prénuptiales, elle passe en effet à 21 mois, pour l’ensemble de la période, avec une répartition évidemment très différente de la précédente : entre un et deux ans, dans 62 % des cas ; entre deux et trois, à raison de 20 %, les intervalles de moins d’un an ne représentant plus que 10 % du total. À la campagne, il faut le rappeler, le contraste était beaucoup plus net, puisque la durée de l’intervalle passait de 14 mois environ à près de 23 et même 26 mois pour les couples formés à partir de 1780. C’est qu’en ville l’allaitement maternel, responsable en partie de l’espacement des naissances, ne jouait pas le même rôle qu’à la campagne à Beauvais, nous l’avons vu, un enfant sur trois ou quatre était mis en nourrice. Il n’était donc pas étonnant que les naissances fussent plus rapprochées, à une époque où la contraception, encore peu répandue, ne concernait sans doute pas les tout premiers enfants.

Tableau 46 – Espacement des deux premiers accouchements. (Familles sans conceptions prénuptiales. Femmes ayant accouché au moins deux fois)

Tableau 46 – Espacement des deux premiers accouchements. (Familles sans conceptions prénuptiales. Femmes ayant accouché au moins deux fois)

53Pour étudier l’espacement des autres naissances, il nous fallait en revenir à la méthode mise au point par Louis Henry et qui repose sur la comparaison des intervalles dans les familles nombreuses (six enfants au moins). Rappelons qu’il s’agissait de dégager l’influence du rang des accouchements en évitant, dans la mesure du possible, de faire intervenir celle du nombre total de naissances. Étude limitée aux seules familles achevées, puisqu’il importait, entre autres, de souligner les caractéristiques du dernier intervalle, de beaucoup le plus long. Portant sur sept points, cette comparaison a servi de base à l’établissement du tableau 47 : les intervalles 1-2 à 4-5 dans un sens, les trois derniers dans l’autre, avec, pour illustration, le graphique 18.

54Les résultats que nous ont fournis ces 583 familles constituées depuis les alentours de 1735 se devaient d’être comparés à ceux que nous apportait le millier de familles rurales formées de 1720 à 1789 (Beauvaisis, graphique 19, p. 190). De prime abord, les deux séries de figures présentent le même profil, avec cet étalement progressif de la répartition et l’écrasement final qui caractérise le dernier intervalle. Mais, en ville, l’évolution apparaît moins rapide qu’à la campagne, où les naissances s’espaçaient davantage. Les moyennes en témoignent, avec des écarts qui vont croissant du premier intervalle au quatrième (près de quatre mois). Si, par la suite, ils tendent à se réduire, ils restent encore de l’ordre de deux mois pour les dernières naissances.

Tableau 47 – Espacement des naissances dans les familles nombreuses (mariages de 1735 à 1779)

Tableau 47 – Espacement des naissances dans les familles nombreuses (mariages de 1735 à 1779)

(a) Ensemble des intervalles (b) Intervalles après décès : le ou les enfants issus de l’accouchement précédent sont morts avant un an. Total de 583 familles – Moyenne arithmétique + 0,5.

55À Beauvais, le maximum de fréquence, relativement stable, se situe entre 12 et 17 mois pour les trois premiers intervalles. Il passe à 18-23 à partir du quatrième et se maintient à ce niveau jusqu’à l’avant-dernier. C’est seulement pour le dernier qu’il s’établit à 24-29 mois. Pourtant, même en y joignant les intervalles de 30-35 mois, on n’atteint pas le tiers du total. Ceux de plus de quatre ans restent extrêmement rares pendant les premières années du mariage. Mais leur fréquence progresse de façon rapide à l’approche de la ménopause. Elle passe en effet de 2 à 6 %, pour l’avant-dernier intervalle, et 18 % pour le dernier, les intervalles de plus de cinq ans étant alors pour leur part de 8 %. La répartition se modifie si l’on retranche les intervalles après décès, en moyenne toujours beaucoup plus brefs. Ces intervalles « normaux » se rangent régulièrement pour la plupart entre 12 et 30 mois, le maximum de fréquence passant à 18-23 mois, dès le troisième intervalle, avant de s’établir à 24-29 mois pour les deux derniers.

Graphique 18 – Espacement des naissances dans les familles nombreuses

56Si l’on s’en tient aux seules moyennes, on constate que, du premier intervalle à l’avant-dernier, elles passent de 19 à 27 mois, avec une progression constante mais peu régulière qu’explique parfois la répartition des intervalles après décès. Entre les deux dernières naissances, l’espacement, de près de trois ans, correspond, on le devine, à l’approche du retour d’âge. La comparaison avec d’autres villes ne nous a pas été d’un grand secours ; les questions qu’elle pourrait susciter restant apparemment sans réponse. À Meulan, des résultats de même niveau, avec des écarts dans les deux sens qui finissent par se compenser. À Rouen, des intervalles constamment plus brefs qu’à Beauvais, alors qu’on aurait attendu l’inverse, en raison d’une moindre natalité. L’enquête a-t-elle été menée sur les mêmes bases ? À en juger d’après les deux dernières moyennes, il devrait s’agir d’une erreur de calcul.

57L’espacement des naissances dépendait directement de la dimension des familles. Le rapport paraît évident et se vérifie surtout dans les familles complètes, à moins qu’une séparation, légalisée ou non par la justice, n’eût rompu des liens indissolubles aux yeux de l’Église. Cet espacement était rythmé surtout par la durée de l’allaitement qui entraînait chez la mère une période d’aménorrhée, autrement dit une stérilité temporaire qui pouvait durer un an. Si l’enfant mourait en bas âge et surtout s’il était mis en nourrice, ce qui, en ville, arrivait près d’une fois sur trois, il n’était plus question d’allaitement. Le retour plus ou moins rapide de l’ovulation exposait alors la femme à des conceptions nouvelles, donc à des naissances plus rapprochées. La durée des intervalles devait s’en ressentir.

  • 19 Si nous avions retranché toutes les familles dont un des enfants était mort en nourrice, nous auri (...)

58Or nous ne connaissons que par leur décès le cas des enfants mis en nourrice en ville ou à la campagne, ce qui nous interdisait de comparer leur destin à celui des enfants élevés dans leur foyer. Comme nous n’avions pas la possibilité d’opposer un type de famille à l’autre19, nous avons pris le parti de les traiter toutes de même façon pour la comparaison des intervalles, même lorsqu’il s’agissait de décès en nourrice. De ce fait, il ne pouvait être question de tirer de conclusions de cette confrontation de moyennes et, moins encore, de tenter une démonstration. Pour l’établissement des chiffres, nous avons procédé selon la méthode habituelle : chez toutes les familles où apparaissaient deux types d’intervalles, nous avons calculé deux types de moyennes, espacements normaux et intervalles après décès, d’où nous avons tiré une moyenne non pondérée pour chaque type de familles, comme pour l’ensemble des groupes (tableau 48).

Tableau 48 – Dimension des familles et espacement des naissances

Tableau 48 – Dimension des familles et espacement des naissances

59La durée des intervalles normaux ou présumés tels s’accroît à mesure que se réduisent les dimensions de la famille, ce que l’on constate également pour les intervalles après décès, régulièrement plus brefs. De part et d’autre, les moyennes sont faibles : deux et quatre mois de moins qu’à la campagne, ce qui traduit l’influence de la mise en nourrice. On peut seulement en déduire que cette pratique ne s’était pas généralisée, car toute différence aurait fini par disparaître entre les deux types d’intervalles. Marcel Lachiver avait trouvé des résultats de même ordre à Meulan, un peu plus faibles dans l’ensemble, avec la possibilité de quelques phénomènes aléatoires.

60Le graphique 20 traduit l’évolution que nous avons sommairement décrite. On voit se réduire de façon assez régulière les intervalles normaux, à mesure que s’accroissent les dimensions de la famille : de 28 mois, pour celles de quatre ou cinq enfants, on passe à 27, 25, puis 23 mois, lorsque les femmes ont eu 10 ou 11 enfants, à 20 mois enfin, lorsqu’elles en ont eu entre 12 et 15. Les intervalles après décès évoluent dans le même sens, plus lentement et de façon plus heurtée, jusqu’à se réduire à 18,3 mois dans les familles de 12 à 15 enfants. Les derniers cas concernent trop peu de couples pour être réellement significatifs.

Graphique 19 – Espacement des naissances. Cas moyen. Familles achevées

***

61Au terme de ce long chapitre, une conclusion s’impose, car la succession des études de détail risque un peu de faire perdre de vue l’essentiel. Dans leur diversité, courbes et graphiques permettent de cerner l’évolution de la fécondité pendant la majeure partie du siècle. Au début du règne personnel de Louis XV, les habitants de Beauvais offraient certainement l’image d’une population non malthusienne, avec des femmes qui procréaient jusqu’au retour d’âge et, pour les familles complètes, des moyennes qui oscillaient entre sept et huit enfants. Fécondité supérieure à celle de la campagne où la ville envoyait en nourrice une partie de ses enfants, l’allaitement expliquant pour beaucoup cette différence.

Graphique 20 – Dimension des familles et espacement des naissances

62À une période de stabilité relative dont nous ne pouvons apprécier la durée, faute de recul suffisant, succède un déclin rapide de la fécondité qui s’accuse en fin de siècle. Lors de l’avènement de Louis XVI, les familles beauvaisiennes comptaient désormais un enfant de moins que vingt-cinq ans plus tôt. Si l’on ne peut suivre l’évolution jusqu’à la fin du siècle, on peut gager, sans grand risque d’erreur, qu’il n’était guère plus de quatre enfants par famille complète, lors de l’installation du Consulat.

63Dans la seconde moitié du siècle, on voit s’espacer les naissances ; les femmes mariées les plus jeunes cessent de plus en plus tôt d’avoir des enfants. Ce sont les notables qui donnent l’exemple, le schéma est classique. De la bourgeoisie, l’évolution gagne les milieux populaires, avant de s’étendre de la ville à la campagne. À Beauvais, pour un temps, la mise en nourrice des enfants vient brouiller les moyennes, mais l’évolution générale n’en est pas affectée pour autant. Une évolution toujours discrète, sans libelles ni discours de morale. Malgré ses prêtres libertins, l’Église demeurait fidèle à ses principes, mais elle était de moins en moins écoutée. Lorsque vint la Révolution, les jeux étaient faits déjà ; elle précipita seulement une évolution qu’on peut juger irrémédiable.

  • 34 « L’évolution de la fécondité en France aux xviiie et xixe siècles. Analyse régionale », Ann. Démo (...)

64Si le cas de Rouen est sans doute exemplaire à cet égard, celui de Beauvais, avec une évolution plus tardive, en apporte une bonne confirmation. S’interrogeant sur le rôle de la Révolution, Alain Blum constate que, même dans les villages qu’il avait étudiés, « cette baisse de la fécondité, cette transition précoce ne date pas de 178934 ». Nous l’avions déjà constaté autour de Beauvais.

Notes

1 Pour plus de détails, se reporter aux notes de la page 152 de notre précédent ouvrage.

2 Le cas le plus fréquent est celui du couple dont nous ne connaissons que la naissance et parfois le décès de deux ou trois enfants. Nous n’avons pourtant établi de fiche qu’à partir du deuxième « événement » familial, mariage, naissance d’enfants ou décès des parents. C’est au poids de cette dernière catégorie, que nous pourrions qualifier de résiduelle, que l’on peut mesurer l’ampleur de cette mobilité des familles.

3 Techniques d’analyse, 1980, pp. 75-79.

4 En permettant une exploitation satisfaisante de documents douteux et de dépouillements de registres assez rapides.

5 6 fois sur 12, au prix, on peut s’en douter, de quelques phénomènes aléatoires. Pour les femmes mariées avant 25 ans, les moyennes les plus élevées sont, 4 fois sur 5, celles de couples à conception prénuptiale ; à l’inverse, pour celles de 25-29 ans, l’avantage revient aux autres 4 fois sur 4.

6 Beauvaisis, op. cit., pp. 168-170.

7 Pour les femmes mariées avant 25 ans, à 35-39 ans, les taux de 257 et 391 ‰, d’ailleurs bien alignés, ont été obtenus à partir de 32 et 48 familles.

8 Même à la campagne, pour des raisons déjà évoquées, nous ne pouvions remonter plus haut que les années 1730. Mais bien des indices témoignent d’une stabilité relative de la fécondité dans les premières années du siècle.

9 Beauvaisis, op. cit., p. 182.

10 Ce fut un de nos principaux regrets, dans la mesure ou nous aurions aimé comparer, comme en milieu rural, les familles de receveurs, de laboureurs et de journaliers. Mais dans ces banlieues, la qualification de vigneron était revendiquée par presque tous les exploitants.

11 Du tableau 125, nous ne retiendrons que quelques chiffres, concernant trois périodes d’observation : 1730-1739, 1750-1759 et 1770-1779. Selon les groupes, la descendance du moment évoluait ainsi : notables : 5, 5.06 et 4.45 ; boutiquiers et employés : 5.61, 4.98 et 4.05 ; artisans : 6.02, 6.07 et 5.17 ; compagnons et ouvriers : 6.40, 5.54 et 5.27 (Rouen, op. cit., p. 162). Il est vrai que, dans les milieux ouvriers, plus de 40 % des enfants étaient mis en nourrice.

12 Sans étudier le phénomène dans le détail, faute de renseignements et surtout d’effectifs suffisants, M. Lachiver constatait déjà que les notables avaient « plutôt tendance à avoir davantage d’enfants à cause de la mise en nourrice de leurs enfants » (Meulan, op. cit., p. 165).

13 On peut noter que leurs épouses, Thérèse Prévôt et Marguerite Ma, cessèrent l’une et l’autre d’avoir des enfants à 27 et 36 ans respectivement, après la naissance du premier garçon appelé à survivre. Une préoccupation de type dynastique que l’on pressent bien souvent dans ce milieu, à la fin du siècle.

14 14 jeunes filles, mariées pour 9 d’entre elles à des garçons de Saint-André, les 5 autres ayant épousé des jeunes gens de Saint-Laurent. 6 femmes natives de Voisinlieu, un des hameaux d’Allonne, s’étaient fixées au faubourg Saint-Jacques. Pour l’ensemble des familles considérées, la proportion de celles où l’épouse était native de la campagne atteint exactement 17 %.

15 De ces 233 familles, 55, soit 23 %, semblent appartenir à la classe moyenne des boutiquiers, des petits patrons du textile, du cuir ou du bâtiment, avec, parmi eux, un notaire de Saint-Étienne et un chirurgien de Saint-Laurent. Airiers, jardiniers et vignerons des faubourgs étaient 33 pour leur part, soit 14 %. Nous les avions écartés du tableau 39, faute de pouvoir bien apprécier leur condition, mais, sauf exceptions, il semble que leurs familles s’apparentaient à celles des milieux populaires.

16 Une soixantaine seulement, qu’il aurait fallu partager ensuite en deux groupes.

17 En pratique, rappelons-le, les couples encore fertiles sont assimilés aux familles ultérieurement fécondes, c’est-à-dire à celles qui continuent d’avoir des enfants après le groupe d’âges considéré. Le calcul des taux de stérilité est donné par l’équation suivante : 1 – (475 : 523) = 1 – 0,908, soit 92 pour mille (femmes de 30-34 ans), 523 correspondant dans cet exemple à la fécondité des couples fertiles et 475 au taux de fécondité générale entre 30 et 34 ans. De la moyenne des taux à 20-24 ans et 25-29 ans, 25-29 ans et 30-34 ans et ainsi de suite, on tire les taux de stérilité à 25 ans, à 30 ans, etc.

18 Née à Clermont-en-Beauvaisis en janvier 1744, S. Bosquillon avait épousé à Cauvigny, en octobre 1766, Jean-Baptiste Auxcouteaux, un négociant. Elle mourut le 13 novembre 1772, cinq jours après la naissance d’un fils qui semble avoir vécu. Thérèse Allou, née et mariée à Saint-Étienne (décembre 1745 et mars 1764), donna trois enfants à son mari. Elle avait près de 25 ans, lors de la première naissance, fin octobre 1770 ; elle en aurait 29 et 40, lors des deux suivantes.

19 Si nous avions retranché toutes les familles dont un des enfants était mort en nourrice, nous aurions amputé de 150 cas les éléments de notre enquête, sans aboutir pour autant à des résultats probants. En effet, parmi les couples dont les enfants avaient survécu, comment déceler ceux qui avaient pu les mettre en nourrice ?

34 « L’évolution de la fécondité en France aux xviiie et xixe siècles. Analyse régionale », Ann. Démogr. hist., 1988, p. 157. Et, deux pages plus loin : « La précocité de la baisse de la fécondité est maintenant bien mise en évidence et on ne saurait contester que les premiers signes sont pour le moins apparus dès avant le milieu du xviiie siècle ».

Notes de fin

1 M. Lachiver, La Population de Meulan du xviie au xixe siècle, Paris, 1969.

2 J. P. Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1983.

3 S. Beauvalet, La Population de Verdun de 1750 à 1790, Bar-le-Duc, 1991.

4 R. Burri, Die Bevölkerung Luzerns, Luzern, 1975.

5 H. v. Wangen, Wangen im Allgau, Augsburg, 1989.

6 M. Muller, MM, Paris-Sorbonne, 1975.

7 J. M. Boileau, MM, Paris-Sorbonne, 1979 (Neuville-près-Sées, Montrond et Godisson).

8 H. Charbonneau, Tourouvre-au-Perche aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1970.

9 V. de Montchaun (Denonville, Ouarville et Mondonville), étude inachevée.

10 D. Dinet, MM, Sorbonne, 1968 (Argentenay, Lézinnes, Vireaux).

11 J. Houdaille, « La fécondité des mariages dans le quart nord-est de la France », Ann. demogr. hist., 1976.

12 J. Henripin, La Population canadienne au début du xviie siècle, Paris, 1954.

* 10 et 12 cas seulement (450) : calculé sur 26 milles.

* 37 cas seulement en ville, 75 à la campagne

Table des illustrations

Titre Répartition des familles selon les paroisses
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Graphique 10 – La baisse de la fécondité au cours du xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Tableau 31A – Fécondité légitime : mariages de 1735-1749 (taux pour ‰)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau 31B – Fécondité légitime : mariages de 1750-1764
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau 31C – Fécondité légitime : mariages de 1765-1779
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 32 – Fécondité comparée selon l’époque du mariage (taux ‰)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Graphique 11 – Fécondité comparée de populations anciennes
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 33 – Fécondité comparée de diverses populations anciennes
Légende Note 11Note 22Note 33Note 44Note 55Note 66Note 77Note 88Note 99Note 1010Note 1111Note 1212
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Graphique 12 – Fécondité comparée de populations urbaines
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Tableau 34 – Fécondité selon l’âge au mariage
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Graphique 13 – Fécondité selon l’âge au mariage
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Tableau 35 – Influence des conceptions prénuptiales (mariages de 1735 à 1749)
Légende 1 : Familles à conception prénuptiale – 2 : autres – 3 : Ensemble des familles
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 36 – Fécondité et charges de famille
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 37 – Évolution de la fécondité depuis 1740
Légende Pour chacun des groupes, la descendance finale est affectée d’un coefficient de pondération correspondant à son importance numérique. Chiffres arrondis.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Tableau 38 – Descendance finale comparée
Légende Nombre moyen d’enfants par femme.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Graphique 14 – Descendance finale comparée
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Tableau 39 – Maîtres et compagnons. Fécondité comparée des familles (mariages de 1735 à 1779)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Graphique 15 – Maîtres et compagnons
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Tableau 40 – La baisse de la fécondité chez les notables (taux ‰)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Tableau 41 – Fécondité comparée selon les origines et les milieux (mariages de 1735-1779)
Légende A : Femmes natives de la campagneB : Épouses de compagnons de métierC : Ville de Beauvais
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 42 – Fécondité selon l’âge à la dernière naissance
Légende N.B. Nous avons laissé de côté la tranche d’âge de 15-19 ans. Des moyennes concernant une demi-douzaine de familles et une quinzaine de femmes-années auraient été dépourvues de toute signification.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Femmes mariées avant 30 ans, conceptions prénuptiales exclues
Légende Graphique 16 – Fécondité selon l’âge à la dernière naissance
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau 43 – Taux de stérilité
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Figure 17 – Le palais épiscopal, photo J. Ganiage.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 44 – Distribution de l’intervalle entre mariage et première naissance
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Graphique 17 – Distribution de l’intervalle entre mariage et première naissance
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 45 – Premières naissances. Répartition des intervalles selon l’âge de la femme (1 478 cas)
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 46 – Espacement des deux premiers accouchements. (Familles sans conceptions prénuptiales. Femmes ayant accouché au moins deux fois)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 47 – Espacement des naissances dans les familles nombreuses (mariages de 1735 à 1779)
Légende (a) Ensemble des intervalles (b) Intervalles après décès : le ou les enfants issus de l’accouchement précédent sont morts avant un an. Total de 583 familles – Moyenne arithmétique + 0,5.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Graphique 18 – Espacement des naissances dans les familles nombreuses
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Tableau 48 – Dimension des familles et espacement des naissances
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Graphique 19 – Espacement des naissances. Cas moyen. Familles achevées
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Graphique 20 – Dimension des familles et espacement des naissances
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2549/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540