Version classiqueVersion mobile

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Seconde partie. L’évolution démographique

Chapitre IV. Natalité

Texte intégral

1En dépit des lacunes qui affectent l’ensemble des registres avant 1730, il est possible de suivre dans ses grandes lignes l’évolution de la natalité tout au long du siècle. Notre graphique, aux formes plus accusées que celles des moyennes mobiles, souligne l’ampleur et la répétition des contrastes : près de 600 naissances par an pendant la première décennie, 150 de moins dans les cinq années suivantes. On voit ensuite s’élever les moyennes par paliers pendant vingt ans jusqu’à un nouveau sommet, plus modeste, en 1730-1734 (517 naissances annuelles). Et le mouvement de se poursuivre en s’atténuant, avec, à vingt-cinq ans de distance, d’autres sommets qui sont loin pourtant d’égaler celui des toutes premières années (496 en 1780-1784).

2Ces fluctuations traduisent, on le devine, un phénomène de « classes creuses » lié à l’origine à la crise de 1692-1694 qui avait décimé une génération d’enfants, en ville comme dans le plat pays. Les variations du nombre des mariages et, partant, du nombre des jeunes couples, ont ainsi leurs répercussions sur la natalité du moment, ce qu’on peut observer également à Rouen, à Sens ou à Meulan, ainsi que dans les campagnes du Beauvaisis, de façon plus nette encore.

3Il faudrait mieux connaître l’évolution de la population de la ville pour être en mesure d’évaluer les taux de natalité à différentes époques. Malheureusement, pour la première moitié du siècle, nous en sommes réduit aux conjectures. Par la suite, on ne dispose guère que de deux documents auxquels on peut accorder créance : le recensement de 1765, dont il a été abondamment question, et un dénombrement de fin 1790 qui servit de base à l’organisation politique du département. En nous référant aux années 1764-1766 qui, pour cette période, s’inscrivent assez bien dans la moyenne, nous obtenons un taux de 37,5 ‰. Fin 1790, avec une natalité en phase ascendante, le taux serait de 36,6 ou 38,2 ‰, selon qu’on le calcule sur trois ou cinq ans.

  • 1 Parité en 1747. Un excédent de 1 286 décès pour ces 59 années (4,83 %).
  • 2 B. Garnot op. cit.

4Ces moyennes élevées, comparables en tout cas à celles de la campagne, ne témoignent pas pour autant d’un accroissement naturel positif. Pour les 59 années où nous pouvons comparer naissances et décès, ces derniers l’emportent en effet une fois sur deux avec, globalement un excédent proche de 5 %1. Sans doute faut-il tenir compte des décès à l’hôtel-Dieu – 75 par an en moyenne – qu’il est bien difficile de répartir entre les citadins et des campagnards sans doute un peu plus nombreux. Mais il ne faudrait pas négliger tous ces décès d’enfants morts en nourrice à la campagne, des décès qui auraient pesé lourdement sur la mortalité infantile. Un bilan plus précis ne donnerait certainement pas des résultats très différents. À Chartres d’ailleurs, pendant la même période, le déficit était supérieur à 8 %2. Si la population de Beauvais continuait de s’accroître, elle le devait sans aucun doute à l’immigration rurale. Une situation que l’on retrouve à Lyon, à Rouen comme à Bordeaux et qui semble le cas de la plupart des villes du royaume.

Graphique 8 – Flux et reflux de la natalité au cours du xviiie siècle

Mouvement saisonnier

5C’est au mois de mars qu’il naissait le plus d’enfants. Mais, proportionnellement, février figurait au premier rang dans les moyennes. En dehors de cette particularité, que l’on retrouve à Meulan, ce que l’on constate surtout, c’est l’étalement d’une répartition fort peu contrastée. Les moyennes s’abaissent régulièrement jusqu’à un minimum de juin-juillet, pour se relever en un long palier vers les maxima de saison froide. D’un mois sur l’autre, les écarts sont faibles, même entre les extrêmes, la moyenne de février ne l’emportant que de 35 % sur celle de juin.

Graphique 9 – Mouvement saisonnier des naissances

6Si l’on se réfère aux conceptions, au prix d’un décalage de neuf mois, on constate que, de même qu’à la campagne, elles étaient les moins nombreuses en septembre et en octobre. Du minimum secondaire de mars (naissances de décembre), on peut penser qu’il était affecté par le Carême. Au village, le phénomène était plus net, surtout dans la première moitié du siècle. On pourrait y voir l’indice d’un affaiblissement de la pratique religieuse.

7La comparaison entre les différentes paroisses appelle peu de commentaires. On voit se détacher les plus peuplées d’entre elles, Saint-Sauveur et surtout Saint-Étienne, malgré, pour cette dernière, la disparition des registres de 1735 et 1736. À la Basse Œuvre, le gonflement de certains chiffres s’explique par la tradition du baptême pendant les octaves de Pâques et de la Pentecôte.

Tableau 23 – Mouvement saisonnier des naissances

Tableau 23 – Mouvement saisonnier des naissances

Nous avons procédé comme pour les mariages (tableau 11). Pour passer des nombres journaliers à l’indice mensuel, tous les chiffres ont été multipliés par 1,2495 (1 200 :960,37).

FAMILLES

8Les femmes accouchaient à domicile avec l’aide de voisines et, le plus souvent, le concours d’une sage-femme. À Beauvais, la profession était organisée, à la différence de la campagne où les matrones opéraient sans qualification ni reconnaissance officielle. Pourtant, en ville, leur formation était restée tout empirique pendant longtemps. Il s’agissait de femmes d’expérience, des veuves bien souvent, qui, sans toujours savoir lire, se transmettaient des gestes et des remèdes confirmés depuis des générations. On pouvait leur demander des soins élémentaires, mais, en cas de complications, il fallait faire appel à un chirurgien. C’était lui aussi un praticien : si ses titres étaient minces, il avait acquis néanmoins quelques notions d’obstétrique. Il pouvait manier le bistouri, mais aucun ne se fût risqué à tenter une césarienne.

9La situation s’améliorait cependant à la fin du règne de Louis XV. L’opinion et, avec elle, l’Église et les autorités royales avaient fini par s’émouvoir d’une mortalité dont on rendait responsables « les matrones de routine ». En province comme à Paris, les intendants encourageaient les efforts de ceux qui entendaient relever le niveau de la profession. Depuis longtemps circulaient des manuels d’accouchement et des planches anatomiques. Les progrès décisifs furent accomplis au milieu du siècle, grâce à la méthode d’enseignement de Mme du Coudray, fondée sur des travaux pratiques et l’emploi de mannequins mobiles. Pendant vingt-cinq ans, elle allait parcourir le royaume, donnant des cours et formant des disciples qui répandaient sa méthode. De leur côté, les Facultés de médecine se montraient plus exigeantes dans la formation des chirurgiens accoucheurs. Mais il n’était pas encore question d’imposer un diplôme pour exercer la profession de sage-femme.

  • 3 M.C. Phan, « Les déclarations de grossesse », RHMC, 1975, pp. 61-88.

10À Beauvais, selon les périodes, il en était trois ou quatre en activité dont nous retrouvons régulièrement les noms dans les registres paroissiaux. L’une d’elles, Catherine Bernard, avait pris la succession de sa mère. Mais nous ne savons comment avaient été formées deux de ses consœurs, Marie Neveu et Catherine Gline, qui exercèrent l’une et l’autre pendant plus de trente ans. Selon les saisons, elles procédaient chacune à dix ou douze accouchements par mois. Mais ce n’était pas leur seule activité. Les matrones jurées pouvaient être des auxiliaires de la justice ; elles étaient chargées de constater la virginité des filles, beaucoup plus souvent de vérifier l’état ou la réalité de grossesses illégitimes. Dans ce domaine, leur rôle pouvait être assez ambigu. Comme à Paris et ailleurs, elles logeaient des filles mères dont elles déclaraient les enfants3. Mais n’auraient-elles pu rendre d’autres services ? On devine en effet bien des sollicitations de la part de femmes ou de familles en difficulté. Pourtant, il semble que dans ce cas on ait surtout songé à s’adresser à quelque « sorcière » de village, comme cette Marguerite qui sévissait à la fin des années 1730 dans le faubourg Saint-Jean et qui disparut de sa tanière avant qu’on eût pu l’appréhender.

11Légitimes ou non, les enfants étaient baptisés le jour ou le lendemain de leur naissance. Les plus fragiles étaient ondoyés sur l’heure par la sage-femme qui leur versait quelques gouttes d’eau sur la tête ou le corps en prononçant la formule rituelle : « Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » Précaution qui n’excluait évidemment pas le baptême, sauf en cas de décès, le cas de loin le plus fréquent. Les ondoyés décédés représentaient d’ailleurs à peu près 3 % de l’ensemble des naissances. Deux semaines par an, pendant les octaves de Pâques et de la Pentecôte, tous les baptêmes devaient avoir lieu à la cathédrale, au moins pour les enfants nés intra muros, les trois faubourgs échappant à cette obligation. Parrains et marraines étaient choisis le plus souvent dans le milieu familial : grands-parents, oncles, tantes ou cousins, frères ou sœurs, pour les derniers-nés. Le choix des prénoms restait inspiré par la tradition qui privilégiait, nous l’avons vu, ceux des parents pour les aînés. Mais comme à l’époque on en donnait généralement deux ou trois, on retrouvait souvent parmi eux ceux du parrain ou de la marraine.

Figure 11 Plan de la ville de Beauvais en 1749.
Il s’agit du plan Delagrive, dédié à Mgr Potier de Gesvres. De part et d’autre de la grand place, où l’hôtel de ville n’a pas encore été reconstruit, on reconnaît le tracé des principales artères commerçantes. Au nord, depuis la porte de l’Hôtel-Dieu, les rues Saint-Martin et Saint-Sauveur (Gambetta et Carnot), au sud, la rue Saint-Jean et la rue de l’Écu (Desgroux et Malherbe), de part et d’autre de Saint-Étienne. À l’ouest, la rue Saint-Pierre débouche sur la porte du Limaçon après avoir longé la cathédrale et l’évêché, mais la rue des Jacobins, qui la prolonge à l’est, aboutit à un cul-de-sac, de même que la rue de la Madeleine, ADO.

Figure 12 – La grand-place en 1789.
Derrière l’hôtel de ville se détache le clocher de l’église Saint-Étienne. La statue de Louis XIV, érigée en 1788 au centre de la place et abattue quatre ans plus tard en même temps que les deux obélisques, se trouve aujourd’hui remplacée par celle de Jeanne Hachette, inaugurée en 1851. ADO.

12Chez ses parents ou en nourrice, l’enfant allait vivre comme en captivité les premiers mois de son existence. Langé très serré des épaules jusqu’aux pieds, il se voyait réduit presque à l’état de momie, comme en témoignent les tableaux de Le Nain ou les putti d’Andréa Della Robbia. Sur la tête, en guise de capuchon, une pièce d’étoffe que les registres beauvaisiens décrivent régulièrement comme un morceau d’indienne. À défaut d’iconographie locale, les procès verbaux d’abandon de la période révolutionnaire et impériale fournissent le détail de vêtements souvent misérables, mais toujours à peu près les mêmes.

13Après les langes, viendrait le temps de la « bavette », avec cette robe dont tous les enfants, garçons et filles, étaient vêtus jusqu’à six ou sept ans. Quelques années d’école, au moins pour les garçons, la communion : pour bien des enfants, c’était déjà l’entrée dans la vie active.

Dimension des familles

14Sept enfants par famille, au lieu de six à la campagne : l’ampleur de cet écart permet de mesurer le rôle joué par la mise en nourrice des enfants. Des conceptions plus rapprochées pour les femmes de la ville qui n’allaitaient point ; à l’inverse, pour celles qui en faisaient plus ou moins profession, des naissances plus espacées.

15Cette moyenne de sept, rappelons-le, ne vaut que pour les familles « complètes », c’est-à-dire celles où les femmes atteignaient au moins 50 ans dans l’état de mariage. Si l’on tient compte des familles « incomplètes » (deux enfants de moins), en ville, la moyenne générale s’établit à un peu plus de six enfants par ménage, là encore, un de plus qu’à la campagne. Une bonne moitié des familles comptaient entre cinq et neuf enfants, une proportion qui reste à peu près la même de part et d’autre. En revanche, celle des familles les moins nombreuses se réduisait à moins du quart, alors qu’à la campagne elles représentaient près du tiers de l’ensemble, les familles de dix enfants et plus passant de 14 à 23 % et assurant à elles seules près de 40 % des naissances.

16Ces moyennes apparaissent dans l’ensemble assez stables, mais elles évoluent lentement avec les années. En comparant trois groupes de familles réparties en fonction de leur date de mariage, de 1735 à 1749, de 1750 à 1764 et de 1765 jusqu’en 1780, on peut constater un léger fléchissement en fin de période. Dans le cas des familles complètes, les couples formés après 1750 avaient sept enfants, à peu près autant que ceux qui s’étaient mariés auparavant (7,1). Mais la moyenne s’abaisse à 6,7 pour le groupe formé à partir de 1765. Première constatation que d’autres analyses permettront d’affiner.

17Limitation des naissances ? On ne saurait en douter si l’on considère le petit groupe des notables (63 familles), dont la descendance se réduit de façon impressionnante en quelques décennies : 8,1 enfants en moyenne pour les couples formés avant 1750, 6,1, puis 4,6 pour les suivants. En revanche, l’interrogation demeure en ce qui concerne les milieux populaires. Pour les trois mêmes périodes, c’est en effet la stabilité qui prévaut, avec, successivement, 7,7, puis 6,8 enfants, pour un ensemble de 250 familles choisies parmi les journaliers, les palefreniers, les ouvriers cordonniers et surtout les compagnons sergers.

Tableaux 24 – Répartition des familles suivant le nombre de leurs enfants (mariages de 1735 à 1779)

Tableaux 24 – Répartition des familles suivant le nombre de leurs enfants (mariages de 1735 à 1779)

Tableau 25 – Dimension des familles selon l’époque du mariage

Tableau 25 – Dimension des familles selon l’époque du mariage

Tableau 26 – Nombre de naissances selon l’âge au mariage de la femme (Mariages de 1735 à 1779)

Tableau 26 – Nombre de naissances selon l’âge au mariage de la femme (Mariages de 1735 à 1779)
  • 4 Un groupe réduit à 37 familles complètes sur un total de 114, dont nous n’aurions pu isoler que de (...)

18Il faut croire que l’exemple donné par les notables fut bientôt suivi par le reste de la population, car, pour les couples mariés dans les années 1780, le nombre moyen d’enfants se réduisait à 6 pour les familles complètes à 6,1, pour celles que l’on pouvait ranger dans les milieux populaires4. On peut rappeler qu’à la campagne la diminution avait été de l’ordre de 10 % pendant les vingt dernières années du siècle, puisque le nombre d’enfants par famille passait de 6 à 5,4 pour les mariages d’après 1780.

  • 5 7 naissances en moyenne par famille à Rouen, vers 1700, comme à Beauvais en milieu de siècle (J. (...)

19La même tendance à la baisse se retrouve dans les villes qui ont été étudiées jusqu’ici, mais elle apparaît également plus précoce. Pour les mariages célébrés à Meulan de 1740 à 1789, il était 4,8 enfants par famille, un de moins qu’à Beauvais dans le même temps, où cette moyenne n’était atteinte qu’après 1780. Or nous la retrouvons, pour les premières années du siècle, cette fois (1700-1729), dans les trois paroisses de Chartres étudiées par B. Garnot. Pour des comparaisons plus précises, il faut en venir à l’étude de la fécondité. Celle-ci permet ainsi de constater que, de Rouen à Beauvais, l’évolution malthusienne marquait un demi-siècle de retard5.

  • 6 Trois de leurs enfants naquirent à Vincennes, lorsque Borel devint auditeur à la Chambre des compt (...)
  • 7 Il s’agit de Charles Hénault et de sa femme, Françoise Moronval, de Saint-Martin. C’est la même ra (...)

20En comparant familles complètes et incomplètes, l’écart que l’on constate comme partout traduit les effets de la mortalité des adultes sur la natalité. C’est à ces familles incomplètes que l’on doit en effet la baisse générale des moyennes. Il n’est que de considérer les chiffres qui reviennent le plus souvent de part et d’autre : 6, 7, 8 et 9 naissances dans le premier groupe ; 1, 2, 3 et 4 chez les familles incomplètes. L’écart se creuse pour les familles les plus nombreuses (complètes : 25,3 % ; incomplètes : 8,5 %). Pourtant, chez ces dernières, il en est de 13 et 14 enfants et même une de 17. Au total, nous avons recensé dix familles de 15 enfants et quatre de 16, inégalement réparties selon les paroisses : trois à Saint-André, quatre à Saint-Étienne, mais aucune à Saint-Sauveur. Trois couples enfin eurent 17 enfants : les Bauve de Saint-André et Saint-Sauveur, des homonymes sans lien de parenté semble-t-il, et les Borel de la Basse Œuvre, le lieutenant général du bailliage et son épouse, Françoise de Malinguehen6. Une quatrième famille ne pouvait figurer dans le tableau du fait de son classement dans une catégorie EF imposée par l’incertitude d’une date de mariage à l’extérieur7.

21La taille des familles dépendait pour beaucoup de l’âge des femmes au mariage. On voit en effet s’accroître le nombre des naissances à mesure que s’allonge la durée d’union des couples, la caractéristique d’un comportement prémalthusien. Si l’on s’en tient aux familles complètes, on constate que ce sont les femmes mariées les plus jeunes qui ont eu la descendance la plus nombreuse : pour celles qui l’ont été avant les 25 ans de leur majorité, la moyenne est de 9 enfants. Une moyenne qui s’abaisse à mesure que s’élève l’âge au mariage : après 25 ans, 7 enfants ; après 30, moins de 5 ; passé 40, 2 enfants seulement pour cinq couples. L’évolution est bien la même qu’à la campagne, mais avec des moyennes plus élevées et des écarts qui se réduisent progressivement lorsque le mariage a lieu plus tard.

22La période de fécondité des citadines n’était pas plus longue que celle des femmes de la campagne : quatorze ans en moyenne entre un mariage à près de 25 ans et un dernier enfant entre 39 et 40 ans. Mais les naissances étaient plus rapprochées, 7 en moyenne par famille, un chiffre que confirme la répartition des intervalles pour les couples mariés avant 1780. En combinant tout un jeu de moyennes, on arrive à établir ainsi une sorte de famille type, un modèle qui n’a pourtant rien d’une abstraction, puisqu’on en peut trouver plusieurs exemples dans la réalité, le cas de la famille Lormier, de Saint-André, pour ne citer que celle-là (voir infra).

23Mais la réalité du siècle, c’était aussi des décès dans la fleur de l’âge, des veuvages qui se prolongeaient, autant de familles « incomplètes » dont les trois ou quatre enfants avaient pu naître en cinq ou six années de mariage. Et pourtant on constate qu’à Beauvais, toutes catégories confondues, une femme sur six avait eu au moins dix enfants.

  • 8 Françoise de Malinguehen (1728-1787), déjà nommée, mariée en mars 1745 à E. Borel, auquel elle don (...)
  • 9 Madeleine Allais, femme de Nicolas Brouard, chamoiseur paroisse Saint-Martin, mariés en mai 1745 à (...)

24Ce n’étaient pas nécessairement de très jeunes femmes. Sans doute l’une d’elles n’avait-elle que 16 ans et demi lors de son mariage8, mais plus des trois quarts en avaient de 20 à 26. Quatre d’entre elles étaient même âgées de plus de 30 ans. Madeleine Allais et Françoise Gence en avaient 32 lors de leur mariage ou remariage en 1745 et 1760. Elles eurent dix enfants toutes deux, dont des jumeaux, le dernier-né, aux approches de la cinquantaine. Madeleine Waré et Marie-Anne Lucien, qui étaient un peu plus jeunes (30 et 31 ans), eurent onze enfants chacune, mais au prix de deux accouchements doubles9.

Âge des femmes à la naissance de leurs enfants

25Avec des naissances plus rapprochées, on retrouve les mêmes moyennes qu’à la campagne. Les femmes avaient en effet leurs enfants surtout entre 25 et 27 ans, la baisse de la fécondité se faisant sentir normalement aux alentours de la quarantaine. Constatation qui vaut pour l’ensemble des couples formés jusqu’à la fin des années 1760. Après une période de transition qu’il est difficile de bien évaluer, on remarque en effet qu’il n’en est plus de même à la fin du siècle. Dans les familles formées entre 1735 et1779, l’âge moyen des femmes à la naissance de leurs enfants est de 32 ans (31 dans les familles incomplètes). C’est également celui qui correspond à une valeur modale sans grand relief. Après 1780, il n’est plus que de 30 ans et demi.

Fiche de la famille Lornier

26L’âge à la dernière naissance présente assurément plus d’intérêt : d’abord parce qu’il permet de calculer la durée moyenne de la période de fécondité à partir du mariage et surtout parce que ses variations dans le temps peuvent être l’indice d’un changement de comportement des couples. En effet, lorsque baissent les moyennes et que les femmes cessent de plus en plus tôt d’avoir des enfants, on a tout lieu de penser qu’il s’agit d’un comportement malthusien.

  • 10 Âge à la dernière naissance : 37,9 à Chartres, 37,5 à Verdun, pour les femmes mariées à 20-29 ans (...)

27Dans les familles complètes, nous disposions d’un lot de 600 fiches, correspondant à des femmes mariées de 20 à 29 ans à diverses époques. Nous les avons réparties en quatre, puis trois groupes, en fonction des dates de mariage, afin d’opérer une série de comparaisons (tableau 27). Jusqu’en 1780, on retrouve les moyennes de la campagne, avec, par la suite, le même type d’évolution, seulement un peu plus accentuée en ville (38,1 et 38,4, au lieu de 38,9 et 39,4 dans les villages). Dans le détail, à Beauvais, pour les mariages de 1735 à 1779, l’évolution n’apparaît pas très régulière, même si, à tous les âges, on retrouve, plus ou moins bien dégagée, la même valeur modale de 41 ans. Les femmes mariées entre 20 et 24 ans cessaient en effet de plus en plus tôt d’avoir des enfants, alors que ce n’était pas le cas, semble-t-il pour celles qui s’étaient mariées entre 25 et 29 ans. Le changement n’apparaît nettement qu’en fin de siècle. Que la femme eût plus ou moins de 25 ans, si elle se mariait après 1780, elle aurait son dernier enfant quinze mois plus tôt que celle de la génération précédente, mariée en milieu de siècle. Au total, dans la mesure où l’on peut faire des comparaisons, on constate que les Beauvaisiennes continuaient d’avoir des enfants plus tard que les femmes de Chartres, de Meulan ou de Verdun10.

Garçons et filles

  • 11 Naissances de 1740-1749, 1760-1769 et 1780-1789, 13 264 au total, dont il faut défalquer les ondoy (...)

28Il naissait moins de filles que de garçons. À cet égard, Beauvais ne s’écartait pas des moyennes habituelles, avec un taux de masculinité de 104,9 pour cent, calculé à partir d’un lot de 13 000 baptêmes11. Par contre, la fréquence des naissances multiples y était nettement plus forte que la moyenne, c’est-à-dire un accouchement double sur cent, une naissance de triplés une fois sur dix mille. En effet, de 1735 à 1799, nous avons recensé 381 accouchements du premier type (1,3 %) et 8 du second, sur un total de 28,799. Les moyennes varient évidemment selon les paroisses ; c’est à Saint-Laurent qu’elles sont les plus faibles, à Saint-Jean et à Sainte-Marguerite qu’elles sont de loin les plus élevées, plus de deux fois et demi les proportions habituelles.

Tableau 27 – Âge à la dernière naissance (familles complètes)

Tableau 27 – Âge à la dernière naissance (familles complètes)
  • 12 Respectivement, en mars 1741 (filles de P. Lecerf) et mai 1791 (enfants naturels de M. Anne Pisier (...)

29Parmi ces enfants, les garçons étaient les plus nombreux, 382 en tout, en regard de 343 filles et de 37 cas indéterminés. La répartition des accouchements gémellaires est en effet la suivante : garçons : 123 ; filles : 104 ; garçon et fille : 135. Restent 19 cas douteux correspondant à des ondoyés décédés dont le sexe n’est pas indiqué dans les registres, au moins pour l’un des deux. Les triplés se répartissaient assez uniment dans la moitié des paroisses : deux cas à Saint-Étienne et Saint-Sauveur, les autres à la Basse Œuvre, la Madeleine, Sainte-Marguerite et Saint-Quentin12. Les filles étaient les plus nombreuses (14 sur 24), mais leurs chances de survie n’étaient pas plus fortes que celles de leur frères.

  • 13 Le bilan est le suivant : 519 décès avant un an à Beauvais ou à la campagne, soit 68 % ; survie at (...)

30Filles ou garçons, la plupart des jumeaux mouraient dans les jours qui suivaient leur naissance. Compte tenu des décès en nourrice, on peut estimer que, de même qu’à la campagne, les trois quarts d’entre eux mouraient avant un an13. Autant qu’on puisse s’en rendre compte, les jumelles résistaient à peine mieux que les garçons. Les survivants n’étaient pas épargnés par les accidents ni les maladies d’enfance. Parmi ceux dont nous avons suivi le destin, il n’en est pas un sur vingt que nous ayons retrouvé sur les registres de mariage. Des triplés, aucun ne survivait : ils mouraient un ou deux jours après leur naissance, la seule exception étant celle d’une fille qui atteignait l’âge de 7 mois.

31Parmi les premiers-nés, les garçons étaient les plus nombreux et ce, dans les mêmes proportions que pour l’ensemble des naissances (51,5 %). Ce sont d’ailleurs les mêmes moyennes que l’on retrouve, quel que fût le rang de l’enfant, à la différence de la campagne, où la proportion de filles était, il est vrai, un peu plus élevée. La répartition des sexes n’est pas non plus la même, surtout dans le détail. À Beauvais, les valeurs moyennes sont en effet loin de l’emporter. Le partage égal entre garçons et filles ne prévaut que pour les familles de deux enfants. Dans celles de quatre à six, il ne représente guère plus du tiers, un cinquième seulement pour celles de huit enfants et 14 à 15 % pour celles de dix et douze. On retrouve à peu près la même situation lorsqu’il s’agit de chiffres impairs. Pour les familles de trois enfants, les répartitions les plus fréquentes sont encore 2/1 et 1/2 pour filles et garçons. À partir de cinq, les distributions « moyennes », 2/3, 3/2, 3/4, 4/3, etc., s’effacent de plus en plus derrière les types d’une répartition beaucoup plus inégale.

Fiche de la famille Borel

  • 14 G. Bizet, de Saint-Étienne, marié en 1750 à M. A. Dubos ; N. Fournier, en 1764 à M. L. Pecquet ; F (...)

32Dans le détail, il n’est aucun de ces types qui se détache. Pour les familles de trois enfants, les plus fréquents, FFG, FGF et GGG, ne représentent à eux trois que 40 % du total, bien qu’il n’y ait que huit types de combinaison possibles. Pour celles de quatre enfants, avec deux fois plus de possibilités, la mieux représentée, FFGG, n’atteint pas 10 % du total, toutes les autres, sauf une, s’étageant entre 5 et 8 %. Pour les familles de cinq enfin, la dispersion est telle que les chiffres n’ont plus de signification. Même dans les plus nombreuses, on ne saurait faire état de tous les cas exceptionnels, cinq familles de six garçons et six filles, les huit garçons de Gilbert Bizet, les huit filles de Noël Fournier et de François Potier, les douze garçons et les deux filles de Jean-Baptiste Auxcouteaux14.

33Dans ce domaine, les familles de quinze enfants et plus ne se signalent par aucune particularité. Elles se répartissaient assez également entre la première et la seconde moitié du siècle et, sauf pour trois d’entre elles, ne comptaient point de jumeaux. Parmi les chefs de famille, on trouve un vigneron, un palefrenier, des artisans, des compagnons sergers et même le lieutenant général du bailliage, Eustache Borel, plus d’une fois nommé, père de dix garçons et sept filles. Dix-sept enfants également chez les Hénault de Saint-Martin (8 garçons et 9 filles), les Bauve de Saint-Sauveur (11 et 6) et leurs homonymes de Saint-André (12 et 5). Sans en tirer de conclusion, nous constatons que ces familles très nombreuses ne perdaient pas plus d’enfants que les autres.

BATARDS ET NOURRISSONS

Naissances illégitimes

34Même en ville, les naissances illégitimes étaient assez rares. À Beauvais, à l’époque de la Régence, elles n’étaient guère plus de 1 %. Mais, dès le milieu du siècle, leur nombre allait progressivement s’accroître : 3 % dans les années 1760, 6 % à la veille de la Révolution. Sur douze baptêmes d’enfants trouvés, il en était huit à partir de 1770. Évolution comparable à celle que l’on constate en d’autres villes du royaume, où le taux d’illégitimité semble bien lié à la taille des agglomérations. Or, dans les campagnes d’alentour, en dépit d’un accroissement sensible, le phénomène demeurait très limité, puisqu’en Beauvaisis comme dans le pays de Caux, il restait de l’ordre de 1 à 2 % dans les dernières années du siècle.

Figure 13 – Portail sud de la cathédrale, J. Ganiage.

35Bien des filles de la campagne, on le sait, souhaitaient éviter le scandale en accouchant de façon discrète, souvent avec l’accord de leurs parents. Comme à Paris, certaines sages-femmes se prêtaient à des arrangements en logeant l’intéressée chez elles ou chez des relations, sans qu’on puisse deviner le sort prévu pour l’enfant, mise en nourrice ou abandon. C’est ce qui explique sans doute la place tenue par certains quartiers dans la répartition des naissances illégitimes : entre 1770 et 1789, près de la moitié d’entre elles étaient déclarées dans deux des plus petites paroisses de la ville. À Saint-Martin, pendant cette période, elles représentaient 15, puis 20 % des naissances du quartier. À Saint-Thomas, on pourrait presque parler d’une industrie, puisque, dans cette minuscule paroisse, dès les années 1760, près d’un baptême sur cinq concernait un enfant né hors mariage, un sur trois dans la décennie suivante et plus de 40 % dans les années 1780. En revanche, plus de la moitié des enfants trouvés étaient baptisés à Saint-Laurent, la paroisse de l’hôtel-Dieu et du Bureau des pauvres. C’est à la porte de ce bâtiment, transformé en hospice, qu’eurent lieu presque tous les abandons pendant la période révolutionnaire.

  • 15 Blicourt, 1741. Des propos attribués à Simon Brisepot.
  • 16 L’hôtel-Dieu de Beauvais n’accueillait pas les femmes enceintes (trois naissances seulement en 55 (...)
  • 17 Épilogue d’une affaire bien compliquée. En juillet 1734, Romaine Eeckmann (ou Hiekman), 36 ans, fi (...)

36Lorsqu’on connaît leur origine, on constate que les filles mères venaient pour moitié de la campagne, parfois de localités fort éloignées de Beauvais. Le dépouillement des registres ne permet pas de faire le départ entre les femmes établies en ville depuis plus ou moins longtemps et celles qui y seraient venues seulement pour accoucher. Était-il des registres destinés à recueillir les déclarations de grossesse ? Comme à la campagne, nous n’avons retrouvé que des plaintes individuelles et il ne semble pas que les autorités aient contraint les filles enceintes à déclarer leur état. C’est pour des promesses qui n’avaient pas été tenues, des sommes d’argent qui n’avaient pas été versées que les femmes de la campagne s’adressaient au bailli, l’occasion de dévoiler des arrangements assez tortueux parfois. « 11 faut aller à Beauvais. Les sages-femmes savent leur métier et elles ne causent à personne », conseillait avec désinvolture un séducteur de village15. C’est d’ailleurs ce que l’on faisait à Blicourt, à Bresles, comme dans le pays de Bray. À cette occasion, on retrouve les relations habituelles entre ville et villages. Dans le pays de Thelle, selon les localités, on pouvait hésiter entre Beauvais et Gisors, mais on songeait également à faire le voyage de Paris. C’était le cas pour les Beauvaisiennes qui souhaitaient dissimuler leur grossesse en allant accoucher à l’hôtel-Dieu16. Mais à venir un peu trop tôt, on risquait de ne pas s’y faire admettre. Romaine Eeckmann en faisait la triste expérience, en constatant à son retour qu’elle se trouvait à la rue, sa logeuse ayant repris sa chambre et mis la main sur ses effets17.

Tableau 28A – Naissances illégitimes. Abandons d’enfants Répartition selon les paroisses

Tableau 28A – Naissances illégitimes. Abandons d’enfants Répartition selon les paroisses

À la lecture de ces chiffres, ce qui frappe c’est la régularité et surtout la rapidité de leur progression : en 60 ans, un décuplement du nombre des cas. Rien de comparable pourtant avec les moyennes que l’on atteignait en fin de siècle dans de plus grandes villes : Lille, étudiée par Alain Lottin (12,5 % de naissances illégitimes en 1785), Lyon et Rouen, avec des taux de 15,4 et 17,5 % de 1790 à 1799. Dans les campagnes du Beauvaisis à la même époque, la moyenne était loin d’atteindre les 2 %.

Tableau 28B – Proportion de naissances illégitimes

Tableau 28B – Proportion de naissances illégitimes

(D’après un tableau emprunté à J.-P. Bardet, Rouen, p. 320).

  • 18 Des âges rarement indiqués dans les registres paroissiaux, rappelons-le, des indications généralem (...)
  • 19 Le 3 décembre 1745, baptême d’une fille à Saint-Étienne.

37Citadines ou campagnardes, les filles mères dont nous connaissons l’âge avaient presque toutes entre 20 et 30 ans. Mais, à cet égard, les trois quarts d’entre elles nous échappent et, chronologiquement, notre échantillon apparaît fort mal réparti18. Les veuves représentaient le dixième de l’ensemble ; en fin de siècle, on voit apparaître quelques divorcées. La plupart d’entre elles semblaient accepter le fait accompli, faisant seulement appel à l’esprit d’équité des juges pour obtenir financièrement réparation. Mais était-il besoin, dans la cité de Jeanne Hachette, de faire intervenir les voix de Jeanne d’Arc dans ce genre d’affaire ? La veuve Angot, qui n’avait plus l’âge ni l’innocence de la Pucelle, avait cru ouvrir sa fenêtre à saint Michel, certain soir de mars 1745. Ce fut un voisin qui entra… Des explications bien peu convaincantes, au Siècle des lumières19.

  • 20 Saint-André, 10 et 11 septembre 1741. Les parents de François Fournier, né à Saint-Laurent le 29 j (...)

38Actes de baptême ou de naissance, neuf fois sur dix, il n’est fait mention que d’un père inconnu. La fille séduite conservait-elle encore quelque chance de mariage ? Si l’enfant était « mis sous le drap », une mention qui apparaît assez rarement dans les registres, c’est que, de part et d’autre, la décision était prise. De façon plus générale, lorsque le nom du père était indiqué, on constate que la femme obtenait le plus souvent réparation, le cas de Thérèse Dessesement, de la Madeleine, en mai 1766, qui épousait Guillaume Masson un mois plus tard, ou celui de Catherine Boudin, de Saint-Laurent, en janvier 1749, qui se mariait en mai suivant. Quelques semaines ou plusieurs mois, c’est le temps qu’il fallait pour trouver les termes d’un accord, entre Beauvaisiens s’entend, si l’affaire n’avait pas été portée en justice. Exemple unique en revanche, celui de Pierre Brocard épousant Marie-Louise Trouvain, le lendemain même de ses couches20.

  • 21 Après un premier enfant, de père inconnu, trois autres avec un veuf, du nom d’Alexis Blondel.
  • 22 Brigitte Ladan, entre autres, avait suivi l’exemple de sa mère Catherine. Michelle Bourguignon, fi (...)

39Avec la guerre, on voit apparaître beaucoup plus souvent les soldats, en l’occurrence, les cavaliers de ces régiments qui stationnèrent plus ou moins longtemps à Beauvais, à partir de l’an II. Si leur présence suscitait, nous l’avons vu, toute une vague de mariages, elle était également responsable de nombre de grossesses, légitimées ou non. Dans les registres de naissances, on retrouve ainsi mention des mêmes unités : 6e, 7e, 8e, 17e et surtout 16e de cavalerie. Entre 1796 et 1797, les hommes de ce dernier régiment se voyaient attribuer ainsi la paternité légitime ou naturelle d’au moins quatorze enfants. Quant aux dragons du 17e, c’est à Maastricht, après leur départ de Beauvais, qu’ils allaient connaître de nouvelles aventures. Pour cette période, nous avons la chance de retrouver l’âge au moins approximatif des parents déclarés, quelques vétérans, mais surtout des jeunes gens d’une vingtaine d’années. Autant qu’on en puisse juger, les filles semblaient plus jeunes qu’auparavant ; parmi elles, il en était en effet de 17 ou 18 ans. On peut constater également plusieurs cas de récidive, comme pour Hortense Duguèvre ou pour Victoire Maillard, qui finissait par s’installer dans le concubinage21. Échec ou libération féminine ? à cette question posée en termes un peu trop actuels par J. P. Bardet, la réponse apparaît évidente. En tout cas, le destin de ces filles mères « de mère en fille » qui finissaient leurs jours à l’hospice ne plaide certes pas en faveur d’un thème de libération, non plus que celui des demoiselles Bourguignon, dont la dynastie allait s’étendre sur deux siècles en trois générations22.

40Quel était le sort de tous ces enfants ? C’est une question à laquelle il est à peu près impossible de répondre. Sans doute les registres de sépultures nous livrent-ils un certain nombre de décès en bas âge ; le hasard nous a fait retrouver le mariage de quelques enfants « sans père », mais, dans les neuf dixièmes des cas, nous ignorons ce qu’ils deviennent.

  • 23 Le 10 pluviôse an VIII, quatre pages sont consacrées au cas d’Alexandre Dauboin, dont les autorité (...)

41Les enfants abandonnés n’étaient pas tous des bâtards. D’ailleurs, il s’agissait rarement de nouveau-nés, mais d’enfants de quelques mois, dont la mère indiquait parfois l’âge et le prénom. Pendant le Directoire et le Consulat, les actes qui les concernent s’étendent longuement sur les circonstances de leur découverte et la description des langes, le plus souvent en mauvais état23. Lorsque la mère éprouvait le besoin de s’exprimer par un billet, quelques lignes maladroites évoquaient la misère d’une femme abandonnée qui ne désespérait pas de reprendre un jour son enfant.

Deux abandons d’enfant
N°189 – « L’an treize de la République, le quinze frimaire, heure de midy, par devant nous, Pierre Georges Marie de Nully d’Hécourt, maire de la ville de Beauvais, est comparue Mademoiselle Guérin, surveillante du Bureau des pauvres de cette ville, âgée de soixante-huit ans, qui nous a déclaré que le douze de ce mois à sept heures du soir, elle avoit trouvé à la porte dudit hospice un enfant tel quelle nous le présente, vêtu ainsi qu’il suit, une chemise de grosse toille, un morceau de toille servant de couche, un bonnet d’indienne, un lange, de couverture (SIC), une robe de toille fil et coton rayé, un fichu d’indienne sous lequel étoit attaché un carré de papier sur lequel est écrit : Monsieur, je vous prie de vouloir bien avoir la bonté de recevoir une pauvre petite malheureuse que son père est à l’hôpital, et que le pauvre enfant ne peut pas résisté avec sa mère, vu quel est malade et quel ne peut pas soulager sont pauvre innocent. Cette enfant sapelle Victoire, est née le 30 avril 1803. Après avoir visité l’enfant, avons reconnu qu’il étoit de sexe féminin, qu’il paraissoit âgé d’environ vingt mois, de suite avons inscrit l’enfant sous les noms et prénoms de Catherine Victoire et avons ordonné qu’il fut remis à la commission des hospices de cette ville (…) »
N° 372 – « L’an treize de la République, le seize du mois de pluviôse (…) est comparue demoiselle Françoise Guérin, surveillante de l’hospice des pauvres de cette ville, qui nous a déclaré que le treize de ce mois, dix heures du soir, étant seule, elle a trouvé dans la rue à la porte dudit hospice un enfant telle quelle nous le présente, vêtu d’une chemise à brassière de toille blanche, une camisolle à brassière de sommière bordée d’indienne violette et blanche, les manches garnies d’indienne cadrillé rouge et viollette, deux couches de toille très mauvaise, quatre mauvais langes d’étoffe de Mouy, dont trois bordés de toille blanche et le quatrième un bout en toille bleu, un fichu de toille à carreau rouge des Indes, un bonnet d’indienne fond bleu garni de dentelle doublé de toille, sur son fichu étoit attaché une carte sur laquelle est écrit, Jean Battiste. Baptisé. Je vous prie de le recevoir.
Après avoir visité l’enfant, avons reconnu qu’il étoit de sexe masculin, qu’il paroissoit âgé d’environ huit à neuf mois. De suite avons inscrit l’enfant sous les noms et prénoms de Jean-Baptiste et avons ordonné qu’il fut remis à l’administration de l’hospice de cette ville comme enfant abandonné. »

Figure 14 – Un abandon d’enfant

Un dossier étrange
Le 17 août 1733, Claude Fombert, bailli de l’évêché comté, enregistrait la déclaration de grossesse de Marie Martin, une fille de Lignières, village de Picardie proche de Poix et distant de plus de dix lieues de Beauvais. Le responsable, un chirurgien marié depuis peu, l’avait envoyée faire ses couches chez une sage-femme de la ville, Catherine Guéline. Elle y resterait en pension aux frais du chirurgien à raison de 12 sols par jour. Le curé de Lignières, qui avait donné son accord, pour éviter le scandale, recommandait à la sage-femme la discrétion en lui conseillant de tenir Marie en lisière. Le 25 septembre naissait un garçon baptisé François qui semble avoir été abandonné à Paris deux mois plus tard.
Nous ignorons les raisons pour lesquelles ce dossier fut constitué, probablement à la demande des autorités locales. Marie, de nouveau enceinte, devait exercer un bruyant chantage envers ses nombreux amants, sans doute mariés pour la plupart. « Marie est l’opprobre de la paroisse » assurait un vicaire de Lignières dans une lettre adressée en janvier 1735 à l’un des adjoints du bailli, le procureur Lescuyer. Dernière pièce du dossier, cette lettre qu’on peut difficilement tenir pour anonyme et dont le style comme les références tranchent assurément sur la prose judiciaire de l’époque :
De Beauvais, ce 24 juillet 1734
« Marie,
Je suis fort surprise que vous m’écrivez de la sorte ; je vous assure que vous n’avez que faire de m’écrire davantage ; car il y a un ordre d’amener les filles qui ont fait des enfants à Misicipis, principalement ceux qui samuse avec des hommes mariez, comme vous avez fait ; il y a à Beauvais des archers à l’écuelle pour en mener toutes les filles qui ont fait des faux bons, y ly en na bien trente pareille à vous qui sont dans le cu des basses fosses que l’on amasse pour en faire une chesne pour mener en terre neuve pour peupler, principalement ceux qui ont engendré des enfans males, celuy qui vous la fait devroit avoir une pension du Roy parce qu’il a fait un garçon… Comme voila la guerre, Ion ouvre les tranchées de la basse ville de Constantinoble dont le Grant turque est près d’y entrer, mais pour moy, je lui ouvriray les portes et quand il sera entré, je l’enfermeray dans la ville pour 9 mois. Surtout ne revenez pas à Beauvais pour le même sujet…
Rendez-moi les 5 livres et le panier que je vous ai prêté… Toutes vos confrères vous embrasses en espérant vous voir alombre. »
Bien qu’elle ne soit pas de son écriture, cette lettre émane visiblement de la sage-femme, qu’elle ait été inspirée ou dictée par elle. L’allusion est évidente à ces convois de ribaudes envoyées en Louisiane une quinzaine d’années plus tôt et qui suscitèrent à l’époque bien des chansons. En revanche, en 1734, il n’était pas de guerre dans les Balkans. L’affabulation historique n’est qu’un prétexte destiné à voiler des allusions à la grossesse, d’un goût d’ailleurs assez douteux.

Enfants en nourrice

42Comme les Parisiens, les Beauvaisiens mettaient leurs enfants en nourrice. La tradition était ancienne, puisqu’on en trouve la trace dès 1675, dans les premiers registres qui ont été conservés. Mais la pratique semble s’être développée au xviiie siècle, avant de connaître un certain ralentissement pendant le règne de Louis XVI.

43Nombre de ces enfants ne quittaient pas la ville. On trouve en effet mention de nourrissons dans toutes les paroisses. Mais il est difficile d’en faire le compte, en raison d’une information souvent inégale. Des parents nourriciers on connaît parfois le domicile et la profession. C’est souvent le cas lorsque l’enfant a été baptisé dans une autre paroisse. S’il vient de Paris, on retrouve les indications fournies par le billet épingle sur ses langes. Mais certains desservants se contentaient d’une brève mention d’origine qui disparaissait évidemment si le nourrisson n’avait pas changé de paroisse. Il est donc bien des cas qui nous échappent. En revanche, il est des situations que l’on ne peut deviner, celles des enfants confiés à des oncles ou des grands-parents sans être pour autant orphelins. Compte tenu de ces réserves, nous pouvons estimer à 700 ou 800 pour l’ensemble de la ville, le nombre de nourrissons indigènes décédés entre 1740 et 1789.

  • 24 De 1735 à 1792, nous n’avons relevé à Saint-Sauveur qu’une demi-douzaine de décès de nourrissons b (...)

44D’une année à l’autre, les relations entre paroisses pouvaient s’inverser. Néanmoins, dans ses grandes lignes, la direction majeure de ces échanges s’orientait résolument du centre vers la périphérie, des quartiers bourgeois vers les milieux populaires. Saint-Sauveur, qui n’accueillait pas de nourrissons du dehors, envoyait ses enfants par dizaines dans les autres paroisses. Si l’on se réfère à la statistique mortuaire, certaines années, elle en fournissait autant que toutes les autres paroisses réunies. Ainsi, de 1740 à 1744, sur 36 nourrissons décédés à Saint-Laurent, 18 venaient de Saint-Sauveur ; sur les 121 qui étaient morts à Saint-Étienne, 58 étaient originaires de Saint-Sauveur, 21 de la Madeleine et 10 de Saint-Martin24. En revanche, à Saint-Étienne, il est difficile d’identifier les enfants de négociants qui auraient pu mourir en nourrice dans les quartiers populaires de la même paroisse.

  • 25 Relevé opéré dans 20 paroisses correspondant à 18 communes actuelles. Si nous avons privilégié la (...)
  • 26 Un rapport proche de 3 pour 1 dans les villages voisins de Beauvais, de 30 pour 1 dans les 34 que (...)

45Les Beauvaisiens plaçaient aussi leurs enfants à la campagne, surtout dans les villages les plus proches, Allonne ou Marissel, et, deux lieues à la ronde, à Therdonne, Laversines ou Troissereux. Pour la même période 1740-1789, le relevé des décès de ce type dans une vingtaine de localités dépasse en effet les 50025. Dans la trentaine de villages que nous avons étudiés dans le cadre de notre ouvrage sur le Beauvaisis, nous avions recensé, pour l’ensemble du siècle, 214 nourrissons de la ville, dont 142 pour ces cinquante années. Les trois quarts d’entre eux étaient morts dans des villages du plateau, surtout à Bresles et autour de Bli-court, les autres dans le Bray ou le pays de Thelle. Il ne pouvait être question de passer en revue les quatre cents paroisses du diocèse. Néanmoins, à partir des registres que nous avons épisodiquement parcourus, nous pouvons penser que, de 1740 à 1789, 1 100 à 1 200 petits Beauvaisiens sont allés mourir à la campagne, dans un rayon de cinq lieues autour de la ville. Et pourtant, dans tous ces villages, ces enfants n’étaient qu’un élément d’appoint, car ceux qui venaient de Paris étaient dix à vingt fois plus nombreux26.

Figure 15 – Les environs de Beauvais (carte de Cassini)

46De Beauvais se détachent une demi-douzaine de routes importantes : au nord, celles de Calais et d’Amiens, par Troissereux et Tillé ; à l’est, celles de Clermont et Reims, par Therdonne ; la nouvelle route de Paris, par Allonne et Ponchon ; vers l’ouest enfin, celles de Gisors et de Rouen, de part et d’autre de Goincourt.

Figure 16 – Décès de nourrissons dans les environs de Beauvais

Villages proches de Beauvais (population en 1790)

Villages proches de Beauvais (population en 1790)

Des 4 paroisses limitrophes de Beauvais au xviiie siècle, Allonne, Marissel, Notre-Dame-du-Thil et Saint-Just, seule la première survit encore aujourd’hui en tant que commune, mais au prix d’une lourde amputation. Bracheux fut rattachée à Marissel en 1826, Marissel, Notre-Dame-du-Thil et Saint-Just réunies à Beauvais en 1943, ainsi que Voisinlieu, un hameau d’Allonne érigé en commune en 1930. En revanche, le Mont-Saint-Adrien s’est séparé de Saint-Paul en 1835, Herchies de Fouquenies en 1838, tandis que la commune de Saint-Martin-le-Nœud se scindait, en janvier 1954. Les hameaux d’Aux-Marais et de Sénéfontaine devenaient des communes distinctes, ce dernier conservant le nom de Saint-Martin, celui du chef-lieu, depuis longtemps réduit à l’église et au cimetière. Des 18 communes de cette liste, 2 sont établies sur le plateau, Tillé et Laversines, 5 appartiennent au pays de Bray (Frocourt, Goincourt, Saint-Germain, Saint-Martin-le-Nœud et Saint-Paul), les autres étant plus ou moins des villages de vallée dans des sites parfois marécageux.

Tableaux 29 – Origine des nourrissons décédés autour de Beauvais

Tableaux 29 – Origine des nourrissons décédés autour de Beauvais

1. Paroisses limitrophes : Allonne, Marissel, Notre-Dame-du-Thil et Saint-Just, peuplées de 3401 habitants en 1790.

2. Bracheux, Fouquenies, Frocourt, Goincourt, Laversines (2 par.), Milly (2 par.), Rochy-Condé, Saint-Germain-la-Poterie, Saint-Martin-le-Nœud, Saint-Paul, Therdonne, Tillé, Troissereux et Warluis, 7425 habitants en 1790.

47Le nombre des enfants de Beauvais s’est plutôt accru au cours des années, celui des Parisiens, en revanche, se réduisant d’un tiers en moyenne après 1770. Néanmoins ils continuent de l’emporter très largement. De 1740 à 1769, on compte en effet 312 décès d’un côté (16 %) et 1619 de l’autre (84 %). De ce dernier chiffre il faudrait déduire 63 nourrissons originaires de localités voisines de Paris, 13 au moins de Saint-Denis, 6 d’Aubervilliers, 3 d’Argenteuil, une dizaine d’enfants « de passage », surtout à Troissereux et Warluis, et 5, peut-être, dont le domicile est inconnu. Moyennes plus élevées, rappelons-le, dans les régions que nous avons étudiées précédemment. De 1740 à 1789, 592 enfants de Paris et de sa région sont morts à Bresles, plus d’un millier, compte tenu des trois villages voisins. Autour de Bli-court, cinq lieues plus au nord, dans quatre autres villages, le total des décès n’atteint pas 200. Pendant la même période quinze villages du pays de Thelle avaient vu mourir 1 701 nourrissons, parisiens à près de 95 %. À Bresles dans le même temps étaient morts 41 enfants de Beauvais.

  • 27 Beauvaisis, op. cit., p. 134.
  • 28 La proportion était beaucoup plus forte chez les notables (de l’ordre des deux tiers), mais nous n (...)

48Ces chiffres n’ont évidemment d’intérêt qu’à condition de pouvoir être interprétés. Comme nous l’avons déjà souligné27, l’intérêt n’est pas de comptabiliser des sépultures, mais de se faire une idée du nombre des enfants qui ont été mis en nourrice. En tablant sur une mortalité infantile de l’ordre de 25 à 30 %, nous croyons pouvoir établir qu’ils étaient de six à huit mille pour Beauvais, compte tenu des enfants qui n’avaient pas quitté leur paroisse. Or le total des naissances étant, pour cette période, d’un peu plus de 22 000, cela signifie que plus du quart des enfants, le tiers vraisemblablement, auraient été confiés par leurs parents à des nourrices de la ville ou de la campagne28. À Rouen, la proportion était de l’ordre de la moitié.

  • 29 « Les paroisses de la couronne reçoivent les bébés huppés, les modestes doivent aller chercher nou (...)

49Nous ne savons comment se faisaient les rencontres, ni comment se concluaient les marchés. À Beauvais, il n’était pas de bureau des nourrices. On ne voit pas intervenir ces « meneurs » qui convoyaient à Paris les femmes de la campagne en quête de petits pensionnaires. Les sages-femmes devaient sans doute jouer le rôle d’intermédiaires. Les parents plaçaient leurs enfants plutôt dans leur village ou leur région d’origine. Ville et campagne restaient très proches et il ne devait pas manquer de parents ou d’amis pour mettre les familles en relations. Riches et pauvres mettaient leurs enfants en nourrice dans les mêmes villages et l’on ne constate pas, comme à Rouen, une apparence de ségrégation sociale dans ce domaine29. Les enfants étaient placés très tôt, un ou deux jours après leur naissance. Ils restaient en nourrice jusqu’à deux ou trois ans, parfois davantage, cinq et même six ans. Les pensions n’étaient pas toujours payées de façon régulière, car on peut trouver mention dans les inventaires de retards de plusieurs mois.

50Socialement, les parents appartenaient à tous les milieux, des notables aux simples compagnons, mais ces derniers étaient visiblement les moins nombreux. À la Basse Œuvre, on retrouve ainsi les officiers du bailliage ; autour de la grand-place, les principaux négociants, des hommes de loi, des hôteliers ; ailleurs, des boutiquiers, des artisans, boulangers, cordonniers ou menuisiers, mais surtout des drapiers, des sergers, des teinturiers, des maîtres de métiers bien plus souvent que des compagnons. D’ailleurs, à cet égard, la répartition selon les quartiers apparaît des plus significatives. À la campagne, lorsqu’un nom de paroisse est mentionné, c’est celui de Saint-Sauveur qui apparaît le plus souvent dans les registres. Parmi les familles de Saint-Sauveur et de la Basse Œuvre que nous avons reconstituées, il en est près du tiers qui avaient perdu au moins un enfant en nourrice, alors que dans les autres paroisses, la moyenne oscille souvent autour de 15 % beaucoup moins encore à Saint-Thomas, Sainte-Marguerite et surtout Saint-Jacques, paroisses d’accueil de bien des nourrissons.

  • 30 On aurait pu trouver d’autres exemples, comme celui du pâtissier Clément Dharmes, 14 enfants égale (...)

51L’usage était-il de mettre en nourrice tous les enfants de la famille, du moins chez celles qui s’y résolvaient ? On serait porté à le croire, devant l’évocation de certaines hécatombes. De ses dix enfants, Charles Lenglet, drapier à Saint-Sauveur, en avait perdu six en nourrice, deux à Saint-Laurent et les autres à la campagne, Jean-Baptiste Dubray, boulanger dans la même paroisse, neuf sur quatorze : huit à Saint-Thomas, le dernier à Milly-sur-Therain30. Des cas extrêmes, sans doute, au moins pour des particuliers, mais lorsqu’il s’agissait d’enfants trouvés, les constatations étaient plus affligeantes encore.

  • 31 Code des nourrices, ou recueil des déclarations du Roi… concernant les nourrices, les recommandere (...)
  • 32 Natif du Mesnil-Théribus, Jacques Duchesne (1722-1795) était à l’époque laquais chez le président (...)

52Devant l’extension du phénomène, les autorités s’étaient pourtant décidées à réagir. Au cours du règne de Louis XV, une réglementation s’était progressivement imposée pour le transport et l’accueil des nourrissons, des mesures qui ne concernaient pas seulement les enfants de Paris et qui devaient être codifiées en 178131. Avant de se charger d’un nourrisson, les femmes devaient attendre que leurs propres enfants eussent atteint l’âge de 8 mois. Elles devaient disposer de berceaux ainsi que de pare-feu pour leurs cheminées, le moyen d’éviter bien des accidents. Mais que pouvait-on contre les maladies et surtout des épidémies comme la variole, qui sévissait à l’état endémique en visitant chaque année quelques villages ? C’est ainsi qu’en 1760 Jacques Duchesne perdait trois enfants en quelques semaines, pour les avoir tous confiés à des familles de Therdonne32.

53À la campagne, les parents nourriciers pouvaient être des laboureurs aussi bien que des artisans ou des journaliers. Dans la plupart des foyers, une pension de 7 à 8 livres par mois représentait en effet une ressource d’appoint à ne pas négliger. En ville, il s’agissait toujours de familles assez pauvres, des journaliers, des palefreniers, des cordonniers, mais surtout des ouvriers en laine. Ils habitaient Saint-Laurent, la Madeleine ou les bas quartiers de Saint-Étienne, mais les faubourgs n’étaient pas en reste, surtout Saint-Jacques, au débouché de la route de Paris. La ville faisait en effet concurrence à la campagne pour l’accueil des enfants de la capitale, même si ces derniers étaient deux fois moins nombreux que les petits Beauvaisiens.

Tableau 30 – Décès à Beauvais de nourrissons originaires de Paris

Tableau 30 – Décès à Beauvais de nourrissons originaires de Paris
  • * Dont 8 à Saint-Martin, 4 à Saint-Sauveur, 3 à Saint-Thomas et 2 à la Basse Œuvre.

Note **

54À l’exception de deux, les nourrissons parisiens ne figurent pas dans le recensement de 1765.

  • 33 Nous ne pouvons que renvoyer à notre Beauvaisis, op. cit., pp. 142-144, et à un tableau des profes (...)

55Il en venait de tous les quartiers et bien rares étaient les paroisses de Paris dont le nom n’apparaissait pas sur les registres de sépultures de Beauvais. Rive droite, Saint-Eustache venait au premier rang, puis Sainte-Marguerite, Saint-Nicolas-des-Champs et Saint-Laurent. Rive gauche, c’était surtout Saint-Sulpice, une répartition qui correspondait à celle de la population parisienne de l’époque. Il serait plus difficile de faire l’inventaire des professions, en raison même de leur diversité. On peut seulement constater que, du magistrat au porteur d’eau, avec cette large ouverture de la bourgeoisie aux classes populaires, presque toutes les classes de la société parisienne se trouvaient représentées. Néanmoins, ainsi que nous l’avons constaté ailleurs, c’est le petit commerce et l’artisanat qui dominaient, ainsi que le personnel des hôtels particuliers33.

Notes

1 Parité en 1747. Un excédent de 1 286 décès pour ces 59 années (4,83 %).

2 B. Garnot op. cit.

3 M.C. Phan, « Les déclarations de grossesse », RHMC, 1975, pp. 61-88.

4 Un groupe réduit à 37 familles complètes sur un total de 114, dont nous n’aurions pu isoler que deux familles de notables.

5 7 naissances en moyenne par famille à Rouen, vers 1700, comme à Beauvais en milieu de siècle (J. P. Bardet op. cit., t. II, p. 135). Pour Meulan et Chartres, les études de M. Lachiver op. cit. (p. 168) et B. Garnot op. cit. (p. 43).

6 Trois de leurs enfants naquirent à Vincennes, lorsque Borel devint auditeur à la Chambre des comptes.

7 Il s’agit de Charles Hénault et de sa femme, Françoise Moronval, de Saint-Martin. C’est la même raison qui nous a fait écarter une cinquième famille de enfants.

8 Françoise de Malinguehen (1728-1787), déjà nommée, mariée en mars 1745 à E. Borel, auquel elle donna 17 enfants.

9 Madeleine Allais, femme de Nicolas Brouard, chamoiseur paroisse Saint-Martin, mariés en mai 1745 à Saint-Thomas ; Françoise Gence, remariée à Saint-Étienne en novembre 1760 à Claude Duroyaume, compagnon serger. D’un premier mariage avec J. Baptiste Gilles, elle avait déjà eu 5 enfants. Nous avons signalé, chap. III, note 27, la brièveté exceptionnelle de son veuvage (21 jours) ; Madeleine Waré, native de Noyers, mariée à Saint-Étienne en août 1766 à Louis Régnier, cordonnier à Saint-Sauveur : 11 enfants, la dernière baptisée en décembre 1778 ; Marie-Anne Lucien, femme de Jean-Jacques Routier, laneur, mariée à Saint-André en février 1752. Dernier enfant à 44 ans.

10 Âge à la dernière naissance : 37,9 à Chartres, 37,5 à Verdun, pour les femmes mariées à 20-29 ans (1730-1759 et 1750-1769) ; 38,4 à Meulan pour les moins de 30 ans (1740-1789) ; 39,4 à Beauvais, pour celles de 20 à 29 (1735-1764).

11 Naissances de 1740-1749, 1760-1769 et 1780-1789, 13 264 au total, dont il faut défalquer les ondoyés décédés.

12 Respectivement, en mars 1741 (filles de P. Lecerf) et mai 1791 (enfants naturels de M. Anne Pisier), les 18 août 1751 et 1771, à 20 ans de distance (P. Can-trel et S. Dhervillers), les autres, en mars 1757, février 1770, février 1771 et octobre 1783.

13 Le bilan est le suivant : 519 décès avant un an à Beauvais ou à la campagne, soit 68 % ; survie attestée, 33, soit 4,3 %. Le reliquat peut correspondre à des familles qui se sont déplacées, donc à des enfants qui auraient vécu, mais plutôt à des décès en nourrice dans des villages éloignés dont nous n’avons pas exploré les registres, l’explication de ces enfants « qui manquent » lors des déclarations de tutelle ou des inventaires après décès.

14 G. Bizet, de Saint-Étienne, marié en 1750 à M. A. Dubos ; N. Fournier, en 1764 à M. L. Pecquet ; F. Potier, de Saint-Jacques, marié à Lucienne Marchand en 1756 ; J. B. Auxcouteaux, de Saint-Étienne, marié en 1737 à Catherine Boicervoise.

15 Blicourt, 1741. Des propos attribués à Simon Brisepot.

16 L’hôtel-Dieu de Beauvais n’accueillait pas les femmes enceintes (trois naissances seulement en 55 ans).

17 Épilogue d’une affaire bien compliquée. En juillet 1734, Romaine Eeckmann (ou Hiekman), 36 ans, fille d’un tapissier à la Manufacture, se trouvait enceinte des œuvres dÉtienne Francru, un boulanger chez lequel elle logeait, rue Saint-Thomas. Elle accepta les 13 livres que lui proposait la femme Francru, enceinte elle aussi du fougueux boulanger, afin de s’en aller accoucher à Paris. Mais sa grossesse n’étant pas assez avancée, elle ne put être admise à l’hôtel-Dieu. De retour à Beauvais, après trois jours de marche, elle trouvait porte close chez les Francru qui refusèrent de lui rendre ses effets. Romaine porta plainte auprès du bailli qui ordonna une enquête (décembre 1734), assortie d’une menace de prise de corps contre Francru, absent à l’audience du 28 janvier. L’enfant qui naquit le 7 avril 1735 ne vécut que cinq jours, ce qui mit un terme à l’affaire. Deux ans plus tard, Étienne Francru mourait dans des circonstances que nous ignorons, peu après la naissance d’un autre enfant légitime. Il était âgé seulement de 33 ans (B 1144 et reg. par. de Saint-Thomas).

18 Des âges rarement indiqués dans les registres paroissiaux, rappelons-le, des indications généralement précises à partir de 1792.

19 Le 3 décembre 1745, baptême d’une fille à Saint-Étienne.

20 Saint-André, 10 et 11 septembre 1741. Les parents de François Fournier, né à Saint-Laurent le 29 juillet 1744 et « mis sous le drap », se marièrent une semaine plus tard.

21 Après un premier enfant, de père inconnu, trois autres avec un veuf, du nom d’Alexis Blondel.

22 Brigitte Ladan, entre autres, avait suivi l’exemple de sa mère Catherine. Michelle Bourguignon, fille naturelle de Thérèse, avait 17 ans lorsqu’elle accouchait de Marie-Eulalie, en nivôse an VII. Celle-ci fut mère à son tour à l’âge de 20 ans.

23 Le 10 pluviôse an VIII, quatre pages sont consacrées au cas d’Alexandre Dauboin, dont les autorités étaient arrivées à découvrir la mère, Marguerite, une jeune domestique. Le cas de Marie-Anne Bresse est différent puisque c’est elle qui avait épinglé un billet sur les langes de son fils, trouvé par un boulanger allant livrer son pain à l’hospice, le 20 frimaire an VIII (11 décembre 1799).

24 De 1735 à 1792, nous n’avons relevé à Saint-Sauveur qu’une demi-douzaine de décès de nourrissons beauvaisiens nés en dehors de la paroisse et seulement quatre enfants de Paris. Mêmes constatations à la Basse Œuvre et, dans une moindre mesure, à Saint-Martin. Mais la taille de ces deux paroisses était telle qu’il était difficile de trouver chaque année plus d’un ou deux nourrissons qui en fussent originaires.

25 Relevé opéré dans 20 paroisses correspondant à 18 communes actuelles. Si nous avons privilégié la période 1740-1789, c’est afin de faciliter les comparaisons. À Saint-Étienne manquent en effet les registres de baptêmes de 1735 et 1736 et ceux des sépultures jusqu’en 1737. En 1791 enfin, on assiste à la suppression de 10 des 12 paroisses de la ville.

26 Un rapport proche de 3 pour 1 dans les villages voisins de Beauvais, de 30 pour 1 dans les 34 que nous avons étudiés précédemment.

27 Beauvaisis, op. cit., p. 134.

28 La proportion était beaucoup plus forte chez les notables (de l’ordre des deux tiers), mais nous n’avons pas les moyens de l’établir à partir d’un échantillon privé, pour les raisons que nous avons exposées, de l’apport de Saint-Étienne et de ses familles de négociants. À Rouen, J. P. Bardet soulignait la netteté de la progression, selon la situation sociale : chez les ouvriers, 41 % des enfants mis en nourrice, 51 %, chez les artisans, 64 % chez les boutiquiers et 71 % chez les notables (op. cit., p. 300).

29 « Les paroisses de la couronne reçoivent les bébés huppés, les modestes doivent aller chercher nourrice à longue distance » (ibid., p. 296).

30 On aurait pu trouver d’autres exemples, comme celui du pâtissier Clément Dharmes, 14 enfants également, mais issus de deux mariages. Sept d’entre eux étaient morts en nourrice, cinq à Saint-Thomas, un à Saint-Jacques, un à Villers-Saint-Barthélemy.

31 Code des nourrices, ou recueil des déclarations du Roi… concernant les nourrices, les recommanderesses, les meneurs et les meneuses, Paris, 1781, 75 p. Des obligations qui n’étaient pas toujours respectées, car nombre de femmes prenaient des nourrissons alors que leur enfant n’avait pas plus de quatre à cinq mois.

32 Natif du Mesnil-Théribus, Jacques Duchesne (1722-1795) était à l’époque laquais chez le président Walon. Ses deux aînés, Lucien et Marie-Anne, âgés de 4 et 3 ans, mouraient les 27 et 29 mai 1760, le troisième, le 2 juillet, à l’âge de 10 mois. Ils étaient pourtant placés dans des familles différentes. Charles Lenglet (1728-1781), déjà nommé, devait perdre deux de ses enfants à Saint-Laurent, les 10 et 15 septembre 1767.

33 Nous ne pouvons que renvoyer à notre Beauvaisis, op. cit., pp. 142-144, et à un tableau des professions fondé sur l’exploitation de plus de 4 000 fiches.

Notes de fin

* Dont 8 à Saint-Martin, 4 à Saint-Sauveur, 3 à Saint-Thomas et 2 à la Basse Œuvre.

Table des illustrations

Légende Graphique 8 – Flux et reflux de la natalité au cours du xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Graphique 9 – Mouvement saisonnier des naissances
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Tableau 23 – Mouvement saisonnier des naissances
Légende Nous avons procédé comme pour les mariages (tableau 11). Pour passer des nombres journaliers à l’indice mensuel, tous les chiffres ont été multipliés par 1,2495 (1 200 :960,37).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 11 Plan de la ville de Beauvais en 1749.Il s’agit du plan Delagrive, dédié à Mgr Potier de Gesvres. De part et d’autre de la grand place, où l’hôtel de ville n’a pas encore été reconstruit, on reconnaît le tracé des principales artères commerçantes. Au nord, depuis la porte de l’Hôtel-Dieu, les rues Saint-Martin et Saint-Sauveur (Gambetta et Carnot), au sud, la rue Saint-Jean et la rue de l’Écu (Desgroux et Malherbe), de part et d’autre de Saint-Étienne. À l’ouest, la rue Saint-Pierre débouche sur la porte du Limaçon après avoir longé la cathédrale et l’évêché, mais la rue des Jacobins, qui la prolonge à l’est, aboutit à un cul-de-sac, de même que la rue de la Madeleine, ADO.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Légende Figure 12 – La grand-place en 1789.Derrière l’hôtel de ville se détache le clocher de l’église Saint-Étienne. La statue de Louis XIV, érigée en 1788 au centre de la place et abattue quatre ans plus tard en même temps que les deux obélisques, se trouve aujourd’hui remplacée par celle de Jeanne Hachette, inaugurée en 1851. ADO.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Tableaux 24 – Répartition des familles suivant le nombre de leurs enfants (mariages de 1735 à 1779)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau 25 – Dimension des familles selon l’époque du mariage
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Tableau 26 – Nombre de naissances selon l’âge au mariage de la femme (Mariages de 1735 à 1779)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fiche de la famille Lornier
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Tableau 27 – Âge à la dernière naissance (familles complètes)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fiche de la famille Borel
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure 13 – Portail sud de la cathédrale, J. Ganiage.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Tableau 28A – Naissances illégitimes. Abandons d’enfants Répartition selon les paroisses
Légende À la lecture de ces chiffres, ce qui frappe c’est la régularité et surtout la rapidité de leur progression : en 60 ans, un décuplement du nombre des cas. Rien de comparable pourtant avec les moyennes que l’on atteignait en fin de siècle dans de plus grandes villes : Lille, étudiée par Alain Lottin (12,5 % de naissances illégitimes en 1785), Lyon et Rouen, avec des taux de 15,4 et 17,5 % de 1790 à 1799. Dans les campagnes du Beauvaisis à la même époque, la moyenne était loin d’atteindre les 2 %.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau 28B – Proportion de naissances illégitimes
Légende (D’après un tableau emprunté à J.-P. Bardet, Rouen, p. 320).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Figure 14 – Un abandon d’enfant
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 15 – Les environs de Beauvais (carte de Cassini)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Figure 16 – Décès de nourrissons dans les environs de Beauvais
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Villages proches de Beauvais (population en 1790)
Légende Des 4 paroisses limitrophes de Beauvais au xviiie siècle, Allonne, Marissel, Notre-Dame-du-Thil et Saint-Just, seule la première survit encore aujourd’hui en tant que commune, mais au prix d’une lourde amputation. Bracheux fut rattachée à Marissel en 1826, Marissel, Notre-Dame-du-Thil et Saint-Just réunies à Beauvais en 1943, ainsi que Voisinlieu, un hameau d’Allonne érigé en commune en 1930. En revanche, le Mont-Saint-Adrien s’est séparé de Saint-Paul en 1835, Herchies de Fouquenies en 1838, tandis que la commune de Saint-Martin-le-Nœud se scindait, en janvier 1954. Les hameaux d’Aux-Marais et de Sénéfontaine devenaient des communes distinctes, ce dernier conservant le nom de Saint-Martin, celui du chef-lieu, depuis longtemps réduit à l’église et au cimetière. Des 18 communes de cette liste, 2 sont établies sur le plateau, Tillé et Laversines, 5 appartiennent au pays de Bray (Frocourt, Goincourt, Saint-Germain, Saint-Martin-le-Nœud et Saint-Paul), les autres étant plus ou moins des villages de vallée dans des sites parfois marécageux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableaux 29 – Origine des nourrissons décédés autour de Beauvais
Légende 1. Paroisses limitrophes : Allonne, Marissel, Notre-Dame-du-Thil et Saint-Just, peuplées de 3401 habitants en 1790.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende 2. Bracheux, Fouquenies, Frocourt, Goincourt, Laversines (2 par.), Milly (2 par.), Rochy-Condé, Saint-Germain-la-Poterie, Saint-Martin-le-Nœud, Saint-Paul, Therdonne, Tillé, Troissereux et Warluis, 7425 habitants en 1790.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 30 – Décès à Beauvais de nourrissons originaires de Paris
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2548/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search