Version classiqueVersion mobile

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Seconde partie. L’évolution démographique

Chapitre III. Nuptialité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bon an, mal an, c’est une centaine de mariages qui étaient célébrés chaque année à Beauvais, dont plus de la moitié dans trois des douze paroisses de la ville. Saint-Étienne et Saint-Sauveur le devaient à leur taille et l’importance de leur population. Pour la Basse Œuvre, en revanche, le nombre des mariages de paroissiens se voyait triplé, pour des raisons qui nous échappent un peu, par ceux de villageois sans attache aucune avec la ville. Saint-André et Saint-Laurent s’inscrivaient dans la moyenne. Dans des paroisses « de poche » comme Sainte-Marguerite et Saint-Thomas, il était deux ou trois mariages par an, guère davantage dans les trois faubourgs.

Dans ces registres bien tenus, au moins à partir de 1737, la rédaction des actes de mariage ne souffre guère de critiques. L’origine et la filiation des conjoints sont toujours clairement indiquées, les témoins dûment présentés. Le prêtre ne manque jamais de faire le compte des publications ou des dispenses de bans, mentionnant à l’occ...

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search