Version classiqueVersion mobile

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Seconde partie. L’évolution démographique

Introduction à la seconde partie

Texte intégral

1Depuis la destruction des archives de la ville en 1940, la seule série de registres paroissiaux qui subsiste pour Beauvais est celle du département. Or, en ce qui concerne le xviiie siècle, celle-ci souffre de lacunes considérables. Pour Saint-Étienne, la paroisse de loin la plus importante, les registres ne remontent pas au-delà de 1737, hormis quelques épaves concernant surtout des décès. La situation semble meilleure dans les autres paroisses, puisque, pour dix d’entre elles, l’origine de référence est l’année 1674 et 1675 pour Saint-Jean. Malheureusement, il est bien des années qui font défaut et, jusqu’au début du règne de Louis XV, on ne dispose que de copies rédigées pour les synodes, des actes réduits parfois à une ou deux lignes, avec des omissions qui trahissent le caractère hâtif des transcriptions. Les registres changent d’allure à partir de 1737, ce qui permet de mesurer l’efficacité de la déclaration de 1736 imposant aux curés la tenue en parallèle de deux registres identiques, également signés par les témoins. Malheureusement, sur les actes de mariage, sauf à Saint-Quentin, l’âge des époux n’est presque jamais indiqué. Les communautés religieuses tenaient également des registres, dont il nous est parvenu quelques épaves. Ceux de l’hôtel-Dieu ont été conservés depuis 1737.

2La Révolution allait entraîner un bouleversement de la géographie administrative, d’abord par la suppression de dix des douze paroisses au printemps de 1791, Saint-Étienne et la Basse Œuvre, alias Saint-Pierre, se partageant la ville à peu près par moitié. L’année suivante, en vertu de la loi du 21 septembre 1792, les registres paroissiaux furent transférés à l’hôtel de ville. Beauvais étant désormais divisée en quatre quartiers désignés d’après les points cardinaux ; pour l’état civil ceux-ci furent regroupés deux à deux : Nord-Orient et Midi-Occident, en gros, les moitiés nord et sud de la ville, faubourgs compris. Compte tenu du changement de nom des rues, il devenait parfois difficile d’identifier certains individus.

  • 1 Le cas de Joseph Dorlot (1727-1792), qui n'était certainement pas une exception. Si l'on songe que (...)

3Mais ce qui compliquait surtout la reconstitution des familles, quelle que fût la période, c’est la grande mobilité de la population. Alors qu’à la campagne, les paysans menaient presque tous une existence sédentaire, sauf, pour certains d'entre eux, à prendre femme dans le village voisin, en ville, bien rares étaient les couples qui demeuraient constamment dans la même paroisse. Tel compagnon serger de la Madeleine pouvait se marier à Saint-Sauveur, habiter Saint-André, la Madeleine, puis Saint-Thomas et revenir à la Madeleine avant de finir ses jours au Bureau des pauvres1 Or, en changeant de paroisse, un Ledru pouvait devenir Dedreux, confusion classique entre deux patronymes assez répandus dans la région.

Figure 9 – Le domaine de l'enquête, d'après INED.

4Il était également des usages déconcertants, comme cette tradition de baptiser à la Basse Œuvre tous les nouveau-nés de Beauvais, ceux des faubourgs exceptés, pendant les octaves de Pâques et de la Pentecôte. S'il n'était pas de transcription dans les huit paroisses concernées, une mention d'origine figurait du moins sur les registres de la Basse Œuvre. On n'enterrait pas toujours dans la paroisse de résidence. Dans ce cas, pouvait intervenir une présentation du corps au lieu du décès, présentation signalée par un acte risquant de faire double emploi, étant donné le caractère parfois ambigu de la rédaction. L'hôtel-Dieu accueillait également Beauvaisiens et villageois, voire quelques soldats en cantonnement. Or le libellé des actes de décès, inchangé pendant toute la période (1737-1791), ne permet pas de faire le départ entre mariés et veufs, citadins et campagnards. Le texte fait allusion en effet aux origines du défunt, rarement à son domicile, en indiquant qu'il « avait épousé » tel conjoint dont on ne précise pas s'il est vivant ou mort.

5La mise en nourrice des enfants posait d'autres problèmes. Moins systématique semble-t-il que dans la capitale, elle était cependant assez répandue pour nous interroger sur la destinée des enfants. Certains ne quittaient pas la ville. On trouvait en effet des nourrices dans les milieux populaires qui accueillaient aussi quelques enfants de Paris. Mais la plupart d'entre eux étaient envoyés à la campagne. Dans les 23 paroisses rurales que nous avons étudiées, nous avions trouvé 214 mentions de décès de petits Beauvaisiens. Restait à compléter la recherche à proximité de la ville : nous en avons retrouvé près de 500 dans une quinzaine de villages des alentours, sans pouvoir être certain, on le devine, d'avoir fait le compte de tous les décès.

6Ces difficultés n'empêchaient certes pas la reconstitution d'un grand nombre de familles. Mais beaucoup d'entre elles auraient dû être laissées de côté, faute des renseignements indispensables. Un bilan qui risquait d'être assez décevant dans le domaine de l'exploitation si nous n'avions disposé de sources complémentaires. Ainsi le recensement de 1765, dont nous avons souligné l'intérêt, nous fut-il fort utile, en dépit d'une présentation incommode. Pour les enfants, les renseignements étaient très sommaires, mais pour les chefs de famille, l'indication des âges et des professions nous a permis de combler bien des lacunes. On peut seulement regretter la disparition, comme dans la plupart des communes de l'Oise, des listes nominatives concernant les premiers recensements du Consulat et de l'Empire.

7Les archives du bailliage, pour leur part, se sont révélées précieuses à plus d'un titre, notamment pour l'étude de la société, une certaine approche de la vie quotidienne. Nous avions eu recours aux inventaires après décès pour l'estimation des successions, l'étude du logement et du mobilier. Il nous restait à élargir notre enquête dans un dessein cette fois purement démographique, en faisant le compte des héritiers, de leurs âges et de leur situation matrimoniale, le moyen de connaître le destin de familles de toutes conditions sur lesquelles bien des renseignements nous faisaient défaut. Les conseils de tutelle nous ont rendu les mêmes services, même si, parmi les comparants, il n'était d'âge indiqué que pour les mineurs.

8Les généalogies du xviiie siècle nous ont été beaucoup moins utiles, parce qu'elles ne concernaient que des familles aisées et qu'elles négligeaient les enfants morts en bas âge. En revanche, le journal tenu pendant soixante ans par Jean Louis Lescuyer, fils de bailli et lui-même bailli de l'évêque, s'est révélé d'un grand intérêt, moins par la chronique des événements que par l'enregistrement minutieux des naissances, des mariages et des décès dans les familles de ses relations. En notant le rang des enfants, le lieu de leur naissance, à Beauvais, à Paris ou dans une résidence de campagne, il nous donnait l'assurance que nul n'était omis, tout en nous guidant dans la reconstitution de la bonne société beauvaisienne.

  • 2 Le fait que certaines familles n'apparaissent pas dans ce journal pourrait bien révéler certains c (...)

9Pourtant, il nous fallait manier avec prudence ces sources de complément dont certaines risquaient d'apparaître sélectives. Ce n'était pas le cas d'un recensement qui couvrait l'ensemble de la population. Ce n'était pas non plus celui des archives du bailliage, car les inventaires après décès n'étaient pas réservés aux successions bourgeoises. On y avait recours dans tous les milieux, la répartition des montants en témoigne. En revanche, les informations fournies par le journal du bailli ne concernaient qu'un cercle de notables, des parents, des amis, des relations. Il n'était évidemment pas question d'en tirer parti pour élargir notre fichier, même si, sur le plan social, elles présentaient un intérêt certain2. Le regretté Louis Henry, qui s'intéressait à notre enquête, a bien voulu nous guider de ses conseils.

10Ces événements familiaux relevés dans le journal, nous ne les avons utilisés qu’à titre de confirmation, de précision tout au plus, lorsque l’état des registres paroissiaux ne permettait pas de dater exactement un baptême ou un décès. D’ailleurs, un certain nombre de ces familles auxquelles s’intéressait le bailli avaient quitté Beauvais définitivement.

Notes

1 Le cas de Joseph Dorlot (1727-1792), qui n'était certainement pas une exception. Si l'on songe que sa femme, native de Milly-sur-Thérain, était décédée à l'hôtel-Dieu, qu'une de ses filles était morte en nourrice à Saint-Étienne et que l'aîné de ses fils se mariait à Saint-Laurent, ce ne sont pas moins de huit fonds d'archives qu'il a fallu prospecter pour aboutir à une reconstitution correcte de cette famille.

2 Le fait que certaines familles n'apparaissent pas dans ce journal pourrait bien révéler certains clivages au sein de la bonne société beauvaisienne.

Table des illustrations

Légende Figure 9 – Le domaine de l'enquête, d'après INED.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search