Version classiqueVersion mobile

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Première partie. La ville et ses habitants

Chapitre II. La population

Texte intégral

LES BEAUVAISIENS

1Les Beauvaisiens étaient pour beaucoup des citadins de fraîche date. De la campagne chaque année, venaient des apprentis, des commis et des servantes. Certains retournaient au village pour s’y marier, d’autres se fixaient en ville, mais Paris attirait également nombre de Beauvaisiens. Phénomène de renouvellement que l’on peut constater, mais dont il est à peu près impossible de mesurer l’ampleur. L’indigence des sources statistiques nous condamne en effet à de trop rares sondages, le moyen de suivre de façon assez irrégulière l’évolution de la population au cours du siècle.

Le nombre des hommes

  • 1 Une moyenne de 3 082 feux, dont il faudrait défalquer quelques dizaines d’absents et ceux qui mour (...)

212 0000 mille habitants, c’est l’ordre de grandeur que l’on peut retenir pour la fin du xviie siècle, à partir de sources fiscales très cohérentes. À défaut de recensements, force est de recourir aux rôles d’imposition qui nous sont parvenus, ceux de la subvention, un impôt de répartition beaucoup moins lourd que la taille dont la ville avait été pour toujours affranchie depuis le règne de Louis XI. Chaque année, après une « recherche » qui commençait en octobre dans chacune des paroisses, la révision des listes de feux aboutissait à l’établissement d’un rôle nominatif soumis au contrôle des élus. Si l’on s’en tient à la moyenne des chiffres fournis par une dizaine de rôles et de recherches entre 1679 et 1693 – un peu plus de 3 000 feux – compte tenu de toutes les exemptions, la population de Beauvais dépassait assurément les 12 000 âmes1

  • 2 Avril 1694 (cité par P. Goubert, Beauvais, p. 303).

3Or le Beauvaisis qui avait pourtant connu bien des années difficiles depuis le milieu du xviie siècle était victime d’une terrible crise en 1693-1694, une crise de subsistances qui prit des allures de catastrophe comme dans presque tout le royaume. En ville, on savait ce que représentait le retour de ces années de misère. Lorsque la récolte était mauvaise, que le prix du pain doublait ou triplait, c’était l’arrêt des affaires, la mévente des tissus, bientôt le chômage dans tous les ateliers et des centaines de familles ouvrières réduites à la mendicité. Jusqu’alors on avait évité le pire, grâce au dévouement des institutions charitables qui organisaient des quêtes et des distributions de pain. Cette fois, le prix du pain en était venu à quadrupler. Les services d’assistance n’avaient plus les moyens de faire face à l’ampleur de la crise, d’autant que la ville était envahie par des centaines de mendiants venus de la campagne. Le journal personnel d’un agent d’affaires de l’évêché, Jean Le Caron, nous apporte sur cette crise, la plus terrible du siècle, un témoignage saisissant. « L’on ne voit plus à Beauvais qu’un nombre infini de pauvres, que la faim et la misère fait languir, et qui meurent dans les places et dans les rues […] N’ayant point d’occupation et de travail, ils n’ont pas d’argent pour acheter du pain, et ainsi ils se voient mourir misérablement par la faim2. » C’était bien de famine qu’il s’agissait en effet ; les malheureux en étaient réduits à se nourrir de « choses immondes et corrompues », à manger des chats, des tripes d’animaux jetés à la voirie, à tromper leur faim avec des bouillons de racines et d’orties.

  • 3 À l’extrême, un écart qui se creuse même jusqu’à 745 feux entre 1691-1692 et 1699-1700. Denis Simo (...)
  • 4 Si nous admettons que, comme en 1765, les enfants de moins de 8 ans représentaient 15 à 16 % de la (...)

4À l’issue de la crise, Beauvais devait avoir perdu plus de 2 000 habitants. On voit en effet le nombre des feux diminuer de 600 en quelques années : 2 634 entre 1694 et 1696, 2 483 de 1697 à 17003. Malgré de nouvelles alertes, en 1710, à la suite du « grand hyver », en 1714 et 1725, après de mauvaises récoltes, la ville allait progressivement réparer ses pertes, sans doute grâce à l’immigration rurale. Dès la fin de la Régence en effet, le nombre des feux dépasse régulièrement les 3 000 dans les rôles de la subvention. On en comptait 3 279 en 1741, à l’issue d’un recensement dont les listes nominatives ont été conservées. Mais ce document où ne figurent pas les enfants de moins de 8 ans ne nous permet qu’une assez lointaine approximation. En essayant d’évaluer leur nombre et en faisant la part des omissions les plus évidentes, on dépasse à peine le total de 10 500 âmes4.

  • 5 Sur le sujet, voir la thèse déjà citée de Maurice Bordes. Des références à l’édit d’août 1764 dans (...)

5Il faut attendre 1765 pour disposer d’un recensement plus complet et certainement plus fiable, mais les chiffres qu’il fournit n’en doivent pas moins être précisés ou complétés au prix d’une critique attentive. L’origine de ce dénombrement se rattache à la réforme municipale décidée en 1764 par le contrôleur général l’Averdy5, une réforme qui devait s’étendre à l’ensemble du royaume. Le ministre avait prévu trois types d’institutions selon que les localités comptaient plus ou moins de 2 000 et 4 500 habitants, mais il restait à établir la liste de celles qui étaient concernées. C’est pourquoi l’intendant de Paris, Bertier de Sauvigny, décida de faire procéder à des recensements dans les villes de sa généralité. Ainsi à Senlis, dont la population frôlait justement les 4 500 habitants, mais aussi à Beauvais qui comptait pourtant quelque 12 000 âmes.

  • 6 Le tome LXVII : 220 pages de tableaux.

6La correspondance échangée à l’automne entre l’intendant et le subdélégué ne concerne guère que des points de détail : une lettre égarée, un rappel, l’envoi d’un modèle. Les opérations de dénombrement, commencées en décembre, se poursuivirent jusqu’en février ou mars 1765, selon les paroisses. Les listes nominatives, intégralement conservées, représentent un gros volume de la collection Bucquet6. En fait, il s’agit d’un recensement semi-nominatif où, seuls, les chefs de famille et leurs épouses sont nommément désignés, avec l’indication des âges et des professions. Ne sont pas nommés les domestiques – un vocable qui regroupe également bien des apprentis – non plus que les enfants ; on ne connaît que leur sexe et seulement l’âge de ceux de plus de 8 ans.

  • 7 Risque de confusion de chiffres entre le nombre des enfants de moins de 8 ans et l’âge de leurs aî (...)
  • 8 Les couples mariés dans l’année. Cela semble le cas à Saint-Sauveur.

7De prime abord, le travail apparaît satisfaisant ; les erreurs de décompte ou de report sont peu nombreuses, en dépit d’une présentation incommode7. Nous n’avons relevé de double emploi qu’à Saint-André et la Basse Œuvre : une veuve, un couple et une famille de quatre personnes qui avaient sans doute déménagé au cours de la période. En revanche, la reconstitution des familles nous a permis de retrouver 140 omissions, dont certaines étaient peut-être liées à une exemption fiscale8. Une inconnue demeure en ce qui concerne les enfants, les plus jeunes surtout, dont nous ne connaissons ni le nom, ni l’âge et même pas toujours le sexe. La pratique de la mise en nourrice à la campagne nous enlève en effet toute possibilité de contrôle.

  • 9 Coll. Bucquet, vol. LXVI1, p. 377.

8L’utilisation des mêmes imprimés dans toutes les paroisses semblait un gage de régularité dans les opérations. À l’usage, on s’aperçoit que le travail n’a pas été mené partout de la même façon. Dans la plupart des cas, les agents recenseurs semblent avoir respecté les instructions qui leur étaient données, mais, sauf à la Basse Œuvre et à Saint-Laurent, l’indication des rues et, partant, du domicile des intéressés, ne figure jamais dans les registres. Âges et professions semblent correctement déclinés, sauf pour quelques personnes sans doute absentes lors du passage des agents municipaux. Travail bâclé en revanche à la Madeleine comme à Saint-Étienne, où le nombre des erreurs traduit un manque de soin qui apparaît déjà dans la confection des tableaux : professions à peine indiquées, enfants de moins de 8 ans réunis, garçons et filles, dans les mêmes colonnes. « On n’a pas distingué le sexe des enfants », peut-on lire sur le registre de la Madeleine. « On peut estimer que ces enfants sont moitié des garçons et moitié des filles9. » Le travail n’est pas plus sérieux en ce qui concerne les professions, sergers, cordonniers, maçons, valets d’écurie étant confondus par dizaines sous le même vocable de journaliers. Or Saint-Étienne étant de loin la paroisse la plus importante de Beauvais, il n’aurait pas été possible d’établir sérieusement la répartition professionnelle de la population si l’apport des registres paroissiaux et le recours à d’autres archives ne nous avaient permis de combler la plupart des lacunes.

9Pour l’établissement de la pyramide des âges, nous nous en sommes tenu aux indications fournies par les registres, quitte à compléter un âge ou une situation matrimoniale lorsque la mention faisait défaut. En ce qui concerne les adultes, les vérifications, possibles dans la moitié des cas, nous ont montré que les âges indiqués pouvaient être retenus, en dépit d’une certaine approximation et d’une tendance à l’attraction décimale, sensible dans toutes les paroisses.

Tableau 1 – Beauvais en 1765. Répartition par âges de la population.

Tableau 1 – Beauvais en 1765. Répartition par âges de la population.

0-19 : 4 020 (363,4 ‰)
20-59 : 5 666 (512,3 ‰)
> 60 : 1 375 (124,3 ‰)
Total : 11 061 (1 000)
Aux 11 061 personnes de ce tableau, il faut ajouter 140 habitants au moins qui ont été omis. Avec les 15 capucins, les 300 pensionnaires du Bureau des pauvres et la compagnie de gardes du corps, on atteint le total d’au moins 11 850 habitants.

Tableau 2 – Beauvais, Meulan et Senlis. Répartition par groupes d’âges en 1765 ( %)

Tableau 2 – Beauvais, Meulan et Senlis. Répartition par groupes d’âges en 1765 ( %)
  • * « La population de Senlis en 1765 », Mesurer et comprendre, 1993, p. 352.
    4 666 habitants recensés (...)

La répartition par grands groupes d’âges souligne un peu l’impression relative de vieillissement. À cet égard, nous ne pouvons que reprendre à notre compte les remarques faites par René Le Mée, lorsqu’il comparait les populations de Meulan, Senlis et Beauvais, toutes trois recensées à la même époque et selon les mêmes directives. Si les Meulanais et les Beauvaisiens « semblent avoir été un peu plus jeunes que les Senlisiens, le caractère de vieillissement paraît, lui, avoir été plus accentué chez les Beauvaisiens, surtout si l’on tient compte d’un net déficit dans ce cas des effectifs masculins aux âges adultes* ».

10Au total demeure un reliquat de 71 adultes, pour la plupart les membres de collectivités, comme l’entourage et la domesticité du cardinal de Gesvres, 20 personnes de 20 à 50 ans, les 16 chanoines réguliers de l’abbaye Saint-Quentin et les 24 religieuses de l’hôtel-Dieu. Pourtant, dans les autres couvents, nous connaissons les nom, âge et qualité de tous les réguliers, à l’exception de 15 capucins dont l’établissement, non mentionné faubourg Gaillon, semble victime d’une omission de copiste. Nous les avons pourtant laissés de côté à ce point de notre enquête, de même que les familles oubliées, mais nous avons retranché les 7 personnes en double emploi.

11Paroisse Saint-Laurent, ne figurent que pour mémoire les 300 pensionnaires du Bureau des pauvres, « tant hommes que femmes et enfants ». Des militaires enfin, il n’était pas question dans nos documents, malgré la présence avérée d’une compagnie de gardes du corps, quelque 340 cavaliers, officiers ou simples gardes, logés chez l’habitant ou cantonnés près de leur caserne de la place Saint-Gilles. En revanche, leurs valets et leurs palefreniers figurent bien au nombre des habitants.

12La pyramide que nous avons établie peut sembler assez sommaire avec ses tranches d’âges de dix ans. Mais ce choix nous était imposé par la nature de nos sources, le manque de renseignements sur les enfants de moins de 8 ans. Par ailleurs, il présentait l’avantage d’estomper les effets d’une attraction décimale sensible à tous les âges. Il n’en laisse pas moins apparaître les principales anomalies de cette répartition. La première concerne le nombre des enfants. On pourrait s’étonner en effet que la pyramide ne soit pas plus large à la base, en s’interrogeant sur une baisse possible de la natalité. En fait, l’explication est tout autre : beaucoup d’enfants étaient mis en nourrice à la campagne, nous l’avons dit. Nous en avons retrouvé bien des décès dans une trentaine de villages du Beauvaisis.

Graphique 2 – Beauvais en 1765. Pyramide des âges

  • 10 54,8 % de la population, soit un écart de près de 18 % entre les sexes.
  • 11 Catherine Dardanne, Nuptialité et alliances dans une paroisse de Beauvais (mémoire de maîtrise, Pa (...)

13Les femmes étaient plus nombreuses que les hommes10, une constatation qui n’a pas lieu de nous étonner, notamment en milieu urbain, si l’on songe à la présence de couvents et surtout à l’importance de la domesticité féminine employée dans les familles de la bourgeoisie. Plus énigmatique en revanche, le déficit qui se creuse entre 20 et 30 ans dans les rangs masculins et que l’on retrouve dans toutes les paroisses, y compris les faubourgs. Or ce sont les âges où les femmes sont justement les plus nombreuses, ce qui exclut toute référence à une classe creuse victime de quelque épidémie, même en tenant compte du recrutement de servantes venues de la campagne. On le constate à Saint-Sauveur, une paroisse cossue où le nombre des domestiques était fort important. En les écartant de nos calculs, on constate en effet que, de 20 à 40 ans chez les femmes, la décroissance des effectifs se fait de façon régulière, alors que, de 20 à 30, apparaît toujours la même brèche, côté masculin11.

  • 12 L’Armée française de la fin du xviie siècle au ministère de Choiseul, Paris, 1964 (en particulier, (...)

14Faut-il invoquer le recrutement de l’armée royale, conséquence d’un racolage dont on trouve la trace dans les registres de police de l’évêché-comté ? La paix était rétablie depuis deux ans et le roi avait licencié une partie de ses troupes. Restaient les besoins de l’armée permanente pour lesquels, à défaut de sources locales, on peut faire appel aux travaux d’André Corvisier12. En tablant sur la moyenne régionale du recrutement, on pourrait estimer à 65 ou 70 le nombre de Beauvaisiens sous l’uniforme. Mais certains avaient sans doute plus de 30 ans ou moins de 20 et, si l’on peut retenir l’explication, on constate qu’elle ne résout qu’à demi le problème, puisque entre 20 et 30 ans le déficit apparent est de 110 hommes.

  • 13 L’étude de la répartition socio-professionnelle posait d’autres problèmes, résolus pour la plupart (...)

15On peut songer, bien sûr, à une explication de type économique. Or, à cette époque, la fabrique beauvaisienne restait fort active ; l’industrie de la laine ne connaissait pas encore les difficultés qui devaient l’assaillir un peu plus tard. Quelques jeunes gens, on le devine, s’en allaient tenter leur chance dans la capitale, mais, pour les emplois de domestique, ceux qu’on retrouve le plus souvent, les femmes étaient au moins aussi nombreuses que les hommes. Restait l’émigration outre-Atlantique, surtout vers les Antilles, où les négociants beauvaisiens, pour les intérêts de leur commerce, envoyaient certains de leurs parents. Ces lointaines relations semblent avoir poussé quelques Beauvaisiens vers l’aventure. On en trouve épisodiquement la trace à l’occasion d’un mariage ou de l’ouverture d’une succession. Mais il ne faut pas se méprendre sur l’importance de ce phénomène, trop bien souligné certainement au sein d’une société très casanière. Les Beauvaisiens n’étaient pas des marins et ceux qui se sont établis plus ou moins longtemps à Saint-Domingue n’ont jamais dû dépasser beaucoup la demi-douzaine13.

16Le recensement de 1765 devait être, pour Beauvais, le dernier de l’Ancien Régime. Jusqu’à la Révolution, nous ne disposons plus d’informations, même approximatives, sur l’évolution de la population. Après la création du département, l’administration décida d’une enquête afin d’établir le nombre des habitants et des citoyens actifs en vue des opérations électorales. C’est ainsi que nous connaissons la population de toutes les communes de l’Oise à la fin de 1790. Il ne s’agissait sans doute pas là d’un recensement en forme, avec établissement de listes nominatives. Mais, sur place, les municipalités avaient dû procéder à enquête, même si, le plus souvent, elles avaient eu recours aux rôles de taille de l’année, à Beauvais, au rôle de la subvention. La ville comptait alors 12 165 habitants, seulement 600 de plus qu’en 1765 sans la garnison. Il lui avait fallu un siècle pour retrouver la population qui était sienne à la veille de la crise de 1693-1694.

  • 14 12 063 habitants en l’an 11, 12 449 en l’an IV, avec des variantes dues pour la plupart à des erre (...)

17Nous disposons de statistiques ultérieures datant de la Convention et du Directoire et sur lesquelles nous savons peu de chose. Il s’agit vraisemblablement de mises à jour assez simplistes où entrait surtout en ligne de compte la balance des naissances et des décès. Les autorités du département devaient s’en contenter, faute de moyens. L’administration préfectorale allait se montrer plus exigeante : en 1801, Beauvais comptait 12 392 habitants dûment recensés, 12 791 en 180614. Malheureusement, pour ces deux dénombrements, les premiers d’une longue série administrative, les listes nominatives n’ont pas été conservées, au moins pour la ville. Les premières qui l’aient été par la suite sont celles de 1831, sans grand intérêt, on le devine, pour une étude portant sur le xviiie siècle.

Signalement et patronymes

18Pour la ville comme pour la campagne, c’est aux archives militaires de l’époque révolutionnaire et impériale qu’il faut avoir recours pour disposer de renseignements d’ordre physique sur la population. Mais, des volontaires de 1792 aux conscrits de l’Empire, les jeunes gens dont nous retrouvons les mensurations étaient nés pour la plupart pendant le règne de Louis XVI, les plus âgés aux alentours de 1770. Rien ne nous permet d’affirmer que ces moyennes valaient aussi pour les générations précédentes. En revanche, pour la répartition des patronymes et le choix des prénoms, en combinant les renseignements fournis par le recensement de 1765 et les registres de baptêmes, c’est à peu près tout le siècle que l’on arrive à couvrir.

  • 15 D’après les tableaux de conscription de 1806 et 1809 qui ne donnent pas de renseignements sur la c (...)

19Les Beauvaisiens avaient pour la plupart les yeux bleus et des cheveux blonds ou clairs. La ville ne tranchait donc pas sur la campagne où ces caractères nordiques étaient seulement un peu plus accusés. C’est ce qui ressort du signalement des « volontaires » de 1793, dans la liste nominative du bataillon de district (Lr I). Selon la même source, il apparaît que les citadins étaient sensiblement plus grands, cinq pieds deux pouces en moyenne, soit 1,67 mètre au lieu d’1,65, un écart qui serait plus significatif si nous avions disposé d’un échantillon mieux équilibré15.

Tableau 3 – Levée de 1793 : signalement des volontaires

Tableau 3 – Levée de 1793 : signalement des volontaires
  • Gris ou bleu, les termes utilisés varient selon les employés. Il serait donc vain de les distingue (...)

Le bataillon du district de Beauvais comprenait 1 424 hommes répartis en 16 compagnies recrutées dans le cadre cantonal. La ville n’avait fourni que 90 « volontaires », autant que 5 villages voisins qui, ensemble, ne comptaient guère plus de 3 500 habitants. Allonne en avait fourni 33, Bracheux 5, Marissel 25, Notre-Dame-du-Thil 20 et Saint-Just-des-Marais seulement 7. Les autres soldats étaient originaires de 150 villages des districts de Beauvais, Chaumont et Grandvilliers.
Note *

  • 16 Parfois écrit Lefèbvre, mais l’orthographe n’était pas fixée. Nous avons procédé de même façon pou (...)

20Les patronymes les plus courants étaient ceux que l’on rencontrait partout ailleurs en Île-de-France, voire dans l’ensemble du Bassin parisien. Leur variété – nous en avons recensé plus de 700 – témoigne du brassage et du renouvellement de la population. Dans le tableau que nous avons dressé à partir du recensement de 1765, il est un seul nom qui se détache, celui de Lefèvre, que nous avons retenu sous sa forme la plus courante16. Or celui-ci n’était porté que par un Beauvaisien sur quarante et, tout ensemble, les Dedreux, les Lévêque, les Potier et les Dubos étaient à peine plus nombreux. En réunissant les dix patronymes les mieux représentés, on couvrait moins de 8 % de la population.

Tableau 4 – Répartition des noms de famille

Tableau 4 – Répartition des noms de famille

À ces 61 noms on peut adjoindre une quarantaine d’autres, moins bien représentés sans doute, mais qui n’en sont pas moins caractéristiques de la ville et de sa région : Baget, Boicervoise, Comédé, Crosnier, Dardaillon, Desaint, Desessement, Dorgebray, Duroyaume, Fermepin, Fléchelle, Fléchemer, Gimart, Hainque, Halotier, Hersent, Labitte, Lainé, Lécuyer, Linstruiseur, Liviere, Lormier, Loury, Lou-vencourt, Pilavoine, Pillon, Pulleu, Rimaugy, Roisse, Ropitaille, Saulnier, Sercus, Taconnet, Vacquerie, Vaudremer, Virgile, Walon.

21Les 9 178 personnes dont nous avons retrouvé les noms ne représentent que 80 % de la population recensée en 1765. Manquent en effet ceux des domestiques, de quelques veuves et des pensionnaires du Bureau des pauvres.

22Noms de lieux ou de métiers, prénoms ou sobriquets anciens, nombre d’entre eux s’étaient déformés avec le temps et les Beauvaisiens auraient sans doute été dans l’embarras pour en retrouver la signification. Comme partout, il était des Dubois, des Durand, des Leclerc, mais on peut s’étonner de rencontrer aussi peu de Dupont et de Martin. Les patronymes les plus typiques de la ville comme de la région, étaient loin d’être les plus répandus. Nous en avons retenu une quarantaine, dont la plupart ne présentaient pas de particularités. Mais les Camousse et sans doute aussi les Roisse, descendants de tapissiers flamands recrutés lors de la fondation de la Manufacture, avaient vu leurs noms francisés par un long usage. Celui d’Eeckman, en revanche, visiblement imprononçable pour les indigènes, continuait d’être estropié à l’envi dans les registres paroissiaux.

23Si l’on se réfère aux classements des spécialistes, on constate que, selon leur origine, ces patronymes se répartissent assez uniment entre quatre grandes catégories : des noms de villages ou de provinces pour plus de 30 %, des prénoms germaniques et des noms de saints pour près du quart, à peu près autant pour les sobriquets, enfin des termes d’origine professionnelle pour moins de 20 %. D’une paroisse à l’autre, les écarts ne sont jamais très importants ; ils apparaissent d’autant moins significatifs que l’ambiguïté de certains termes ne permet pas toujours de trancher.

Tableau 5 – Origine des patronymes

Tableau 5 – Origine des patronymes
  • 17 Chacune de ces rubriques regroupe plusieurs types de patronymes : 1 – des noms de régions ou de lo (...)

Note 1717

24Les actes de mariage permettent bien souvent de dater la fixation d’éléments étrangers, des hommes presque toujours, qui, après quelques années de séjour dans la ville, convolaient en justes noces avec une Beauvaisienne de leur quartier. Toujours quelques Flamands, des Savoyards ayant abandonné leurs tournées de ramonage, mais aucun Anglais et, en un demi-siècle, pas plus de cinq Allemands.

  • 18 D’après les registres de quatre paroisses, Saint-André, la Madeleine, Sainte-Marguerite et Saint-S (...)

25En ville, la tradition du prénom unique s’était perdue au cours du xviie siècle. Dans les dernières années du règne de Louis xiv, nombreux étaient les enfants qui recevaient au baptême un second prénom. C’était le cas pour 60 % des filles, mais seulement pour moins d’un garçon sur cinq, la mode n’étant pas encore d’associer Jean, comme on le faisait pour Marie, à d’autres prénoms courants. L’exemple avait été donné par les familles de la bourgeoisie, les généalogies anciennes en témoignent, avant de s’étendre à tous les milieux18. Entre 1750 et 1754, 90 % des filles et près de 70 % des garçons recevaient deux, trois, parfois même quatre prénoms. Vingt-cinq ans plus tard, ces proportions passaient respectivement à 93,5 et 85,5 %. Il était pourtant des usages qui se perpétuaient comme à la campagne, en particulier celui de donner aux aînés les prénoms du père ou de la mère.

Nombre de prénoms au baptême ( %)

Nombre de prénoms au baptême ( %)

26Au milieu du siècle, les garçons s’appelaient surtout Pierre, François, Jean ou Louis, les autres Nicolas, Charles ou Antoine : là encore, les mêmes prénoms qu’à la campagne, sans grande différence d’ailleurs d’un quartier à l’autre. Si le prénom d’Étienne était donné un peu plus souvent dans la paroisse du même vocable, celui de Sauveur n’apparaissait nulle part et les André, les Laurent, les Martin n’étaient pas plus nombreux sur les registres de baptêmes de leurs paroisses respectives. Vingt-cinq ans plus tard, les positions n’avaient pas changé, même si l’apparition de nouveaux prénoms introduisait un peu plus de variété. Nicolas, Antoine et Charles étaient moins en faveur auprès des parents, mais Pierre, Jean, François et Louis, dans le même ordre sans doute comme noms d’appel, représentaient plus de 40 % des choix en 1775 comme en 1750.

  • 19 Le colloque d’octobre 1980 n’a pas vraiment apporté de lumière sur la façon de procéder. Le recens (...)
  • 20 Joséphine se distinguait mal de Josèph(e), de même que Rosalie se confondait bien souvent avec Ros (...)

27Marie avait été, semble-t-il, le prénom le plus répandu au xviie siècle, mais, depuis, la mode avait changé et, vers 1750, s’il continuait de figurer plus d’une fois sur trois parmi ceux que l’on donnait aux filles, en tant que nom d’appel il semblait avoir à peu près disparu19. Marguerite, très en faveur au début du siècle se voyait bientôt préférer Françoise, Catherine, Anne ou plutôt Marie-Anne, le seul prénom composé qui fût alors en usage. Venaient ensuite Madeleine, Jeanne et Louise. Si l’on retrouvait sans grands changements la même liste de prénoms sous le règne de Louis XVI, leur part n’en diminuait pas moins de façon sensible. Ils s’effaçaient peu à peu devant des appellations nouvelles, généralement plus sonores, Adélaïde, Rosalie, Sophie, Julie ou Joséphine20. Mais, chez les femmes, le fait le plus typique c’était un élargissement dans le choix des prénoms, une cinquantaine en milieu de siècle, plus de soixante-dix, vingt-cinq ans plus tard, presque autant que pour les hommes qui, en 1750 comme en 1775, en utilisaient à peu près quatre-vingts.

Tableau 6 – Répartition des prénoms selon les périodes ( %)

Tableau 6 – Répartition des prénoms selon les périodes ( %)
  • Ont été réunis Jean et Jean-Baptiste, visiblement considérés comme le même prénom.

À Beauvais nous n’avons pu, comme pour la campagne, faire le décompte régulier des prénoms d’usage. Dans bien des villages en effet, les curés se contentaient d’ordinaire du nom d’appel dans la rédaction des actes de mariage ou de sépulture, alors qu’en ville le plus souvent, mention était faite de tous les prénoms figurant sur l’acte de baptême. Grâce au recensement de 1765 et à quelques listes nominatives, il était cependant possible d’esquisser le classement des prénoms les plus répandus à l’époque.
Note *

28La Révolution n’allait pas vraiment entraîner de rupture dans une évolution qui se dessinait depuis le règne de Louis xvi. Pourtant, c’est en février 1793 que l’on voit apparaître sur les registres d’état civil les premières mentions de prénoms « républicains » qui devaient se multiplier à partir de septembre, surtout pour les garçons, lorsque la terreur fut mise à l’ordre du jour. Jusqu’en juin 1795 en effet, nous en avons relevé 266 qui concernaient 245 enfants : 166 garçons et 79 filles, 26 % des déclarations. Rien d’original assurément dans une nomenclature qui associait comme partout les vertus républicaines aux martyrs de la révolution et les légumes du jardin aux héros de l’Antiquité. Seul élément de couleur locale, l’apparition de Jeanne Hachette parmi les prénoms féminins.

  • 21 Ainsi Brutus, Nivôse Trubert, né le 10 nivôse an II (30 décembre 1793), Marat, La Montagne Rimogé, (...)

29Dans ces choix, faut-il voir, comme certains, un témoignage de ferveur révolutionnaire ? On peut tout aussi bien admettre qu’il s’agissait de mesures de prudence, à une époque où les prisons se remplissaient depuis que la ville était occupée par un détachement de cavalerie révolutionnaire. On constate en effet que, pendant cette période, les prénoms traditionnels n’avaient pas disparu, sauf celui d’Antoinette et peut-être de Louis, on en comprend la raison. Pour les enfants nés en mai ou en juillet, on adjoignait Floréal ou Thermidor à Pierre, François ou Marguerite. Il était pourtant des choix plus délibérés, lorsque Brutus ou Marat accompagnaient Égalité ou La Montagne. Mais il ne s’agissait que d’exceptions car, sur les 943 cas considérés, sauf erreur de notre part, il n’y eut que 67enfants, soit 7 % à n’avoir reçu que des prénoms républicains21.

Tableau 7 – Prénoms républicains

Tableau 7 – Prénoms républicains

Niveau d’instruction

30Pour le xviiie siècle, l’évaluation du niveau d’instruction des habitants ne peut guère être tentée qu’à partir des signatures apposées sur les actes de mariage. Or une partie des registres paroissiaux de Beauvais a disparu. Nous n’avons donc pu étendre nos recherches à l’ensemble du siècle, ainsi que nous l’avons fait pour la campagne. Même limitée pourtant à une soixantaine d’années, la comparaison entre ville et campagne n’en révèle pas moins des écarts significatifs.

31Vers le milieu du siècle, alors que, dans les villages, deux cinquièmes des hommes et plus de quatre femmes sur cinq étaient illettrés au moment de leur mariage, en ville ces proportions étaient seulement de 24 et de 49 %. Dans les dernières années du règne de Louis XV, les moyennes établies sur vingt-cinq ans sont de 21 et 42,5 % en ville, de 34 et 79 % à la campagne. L’écart se réduit en fin de siècle, avec 20 et 41 % d’illettrés parmi ceux ou celles qui se mariaient à Beauvais, 31,8 et 69,5 % chez les autres. Si la scolarisation faisait visiblement des progrès en milieu rural, surtout en ce qui concerne les filles, à peu près toutes illettrées en début de siècle, à Beauvais, en revanche, on a l’impression d’une sorte de stagnation. Il importe cependant de nuancer, car l’évolution n’est pas la même dans la ville et ses faubourgs, les paroisses les mieux alphabétisées paraissant marquer le pas, tandis que les plus retardées continuaient, semble-t-il, de progresser.

Figure 5 – Niveau d’instruction selon les paroisses.
En réunissant hommes et femmes, les contrastes entre les paroisses demeurent, malgré la disparité du niveau d’instruction.

32Pour les mariages célébrés de 1750 à 1774 dans neuf paroisses intra muros, près de 80 % des hommes étaient en état de signer leur nom de façon décente, une proportion qui tombe à moins de 73 % dans les trois faubourgs. Il était, nous l’avons vu, deux fois plus d’illettrées chez les femmes. C’est également parmi elles que l’on constate le plus grand écart entre ville et faubourgs : d’un côté, 60 % de mariées capables de signer, de l’autre, à peine plus de 41 %. Sauf exception, tous ces époux étaient nés entre 1720 et 1750, notre étude, par définition, ne concernant que les premiers mariages.

  • 22 Le cas de la Basse Œuvre pose problème, étant donné le nombre des couples sans attache aucune avec (...)
  • 23 Rappelons que toutes ces données ont pour cadre la paroisse où a été célébré le mariage, ce qui ne (...)

33En ville, il était trois paroisses qui se distinguaient par le niveau d’instruction relativement élevé des époux, Saint-Sauveur, la Basse Œuvre22 et Saint-Martin. Malgré la présence de domestiques souvent originaires de la campagne, il était en effet moins d’une illettrée sur trois parmi les femmes, moins de 15 % chez les hommes. À l’inverse, on trouve le niveau le plus bas à Saint-André, la Madeleine et surtout Sainte-Marguerite, où près de 36 % des hommes et plus de 60 % des femmes étaient incapables de signer. Des résultats qui traduisent, comme on pouvait s’y attendre, le contraste entre quartiers riches et quartiers pauvres. Le niveau était bas, nous l’avons vu, dans les faubourgs, ce qui n’excluait cependant pas des écarts sensibles entre les paroisses, à l’avantage du faubourg Saint-Jacques23.

34En fin de siècle, on ne constate guère de progrès de l’alphabétisation, le nombre des illettrés diminuant seulement de 1 %, chez les hommes exactement comme chez les femmes. Pour les comparaisons locales, on ne peut aller au-delà de 1791, en raison de la suppression de la plupart des paroisses. Lors de la sécularisation de l’état civil en 1792, les registres regroupèrent deux à deux les quatre quartiers entre lesquels la ville se trouvait désormais partagée, Nord et Orient, Midi et Occident, une division qui n’avait plus rien de commun avec celle de l’Ancien Régime.

35Au-delà des variations de détail, de 1775 à 1791, on constate une évolution différente selon les quartiers. Les progrès qui se manifestent dans les faubourgs contrastent en effet avec la stabilité des moyennes dans les paroisses du centre. D’un côté, une régression du nombre des illettrés de l’ordre de 2 à 5 % selon le sexe, de l’autre, une diminution qui, même pour les hommes, ne dépasse guère 0,5 %. Dans le détail, une évolution souvent contrastée, difficile parfois à interpréter : le cas de Saint-Thomas, qui semble se distinguer par l’ampleur de ses progrès. Étant donné la taille de la paroisse, il ne s’agit vraisemblablement que d’un phénomène aléatoire. En revanche, à Saint-Étienne et Saint-Sauveur, les paroisses les plus importantes et aussi les mieux alphabétisées de la ville, la légère régression que l’on constate pour les hommes n’en apparaît pas moins significative, dans la mesure où elle souligne une stagnation du niveau d’instruction qui semble caractériser l’ensemble de la ville close.

36À la campagne cependant, le développement de la fréquentation scolaire continuait de porter ses fruits, au moins pour un temps. La révolution allait en effet balayer le système d’enseignement traditionnel sans être en mesure de le remplacer. Mais, comme partout, les conséquences ne devaient apparaître qu’au début du siècle suivant.

  • 24 On parlait et l’on parle encore de « tiots » (abréviation de petiots) et de « tiotes » pour désign (...)
  • 25 Nous avons tenté de faire le point de la question dans le premier volume de cette étude, consacré (...)

37Sur le plan linguistique, il n’était pas de problèmes. Beauvais, comme Paris, parlait la langue du roi, mais avec un accent, des tournures et des expressions particulières qui ne devaient s’estomper qu’avec le temps24. Sur le marché, les paysans ne s’exprimaient pas autrement que les citadins. Pourtant, on avait parfois du mal à comprendre ceux qui venaient d’assez loin vers le nord, des alentours de Crèvecœur ou de Froissy, aux confins de la Picardie. À cinq ou six lieues de Beauvais, on était en effet dans cette zone de transition entre parler français et patois picard que certains linguistes ont tenté de définir25. Dans la ville, en tout cas, le vocable de Picard n’était pas tenu pour un compliment, non plus que celui de baget. Entre les deux guerres encore, il n’avait pas perdu ses vieux relents de balourdise et de rusticité.

LA SOCIÉTÉ URBAINE

Le clergé

  • 26 432 en 1708, un nombre qui devait s’accroître d’une vingtaine au cours du siècle, grâce à la créat (...)
  • 27 D’après les comptes de l’évêché de Beauvais de 1762 à 1788 (AD, G 419 à 519), une masse de documen (...)

38Dans une société d’ordres, comme celle de l’Ancien Régime, le premier rang appartenait incontestablement au clergé. On pouvait d’autant moins l’oublier à Beauvais que l’évêque était seigneur de la ville et qu’à son titre de comte il joignait la dignité de pair de France. Le diocèse était assez vaste : en dehors de la ville, il comptait plus de 430 paroisses26. Mais le siège était surtout apprécié parce qu’il valait près de 100 000 livres de rente à son titulaire27 et qu’il semblait une qualification sérieuse pour la pourpre. Le cardinal de Fortin-Janson (1679-1713) avait obtenu le chapeau en 1690 à la demande du roi, en récompense de ses talents de diplomate, et devint même grand aumônier de France. Son successeur, Antoine de Beauvillier, fut moins heureux, car il fut contraint de se démettre en 1728, à la suite d’un scandale d’ordre privé. Mais René Potier de Gesvres (1728-1772) obtint à son tour le chapeau en 1756. Quant à François Joseph de La Rochefoucauld-Bayers, dernier évêque d’Ancien Régime, il devait périr en 1792, victime des massacres de Septembre.

39L’administration d’un diocèse où l’évêque ne résidait pas régulièrement revenait à deux vicaires généraux, assistés d’une dizaine d’autres vicaires. Ils étaient en même temps chanoines de la paroisse cathédrale, le chapitre le plus important et surtout le plus richement doté. Ils habitaient avec leurs sœurs ou leurs servantes les confortables maisons canoniales qui se groupaient de part et d’autre de la cathédrale. Six autres chapitres officiaient dans autant de collégiales établies pour la plupart dans le même quartier. C’était le cas de Saint-Michel, de Saint-Barthélemy, de Saint-Nicolas et de Notre-Dame-du-Châtel qui relevaient de la Basse Œuvre. Les deux autres étaient établies dans des églises paroissiales, Saint-Laurent et Saint-Étienne (une collégiale Saint-Vaast qui s’éteignit en 1753).

40Depuis la suppression de Saint-Gilles en 1657, la ville restait divisée en douze paroisses, dont trois pour les faubourgs. Les revenus de leurs cures ne tranchaient guère sur la moyenne du diocèse avec pourtant de gros écarts entre Saint-Sauveur et les paroisses ouvrières. Dans l’ensemble, une certaine aisance, mais rien qui pût se comparer au train de vie de bien des chanoines. Le personnel du culte se réduisait au minimum dans les églises de quartier ; en revanche, il prenait de l’importance à Saint-Martin, Saint-Étienne, Saint-Sauveur et surtout à la cathédrale qui recrutaient des organistes, des chantres et des musiciens. L’évêché entretenait d’ailleurs une école de chant dans une rue voisine de la cathédrale.

41Le clergé séculier était représenté par sept couvents. Cordeliers et jacobins dataient du xiiie siècle, capucins et minimes du début du xviie. L’établissement le plus ancien était celui des chanoines réguliers de Saint-Augustin qui remontait au xie siècle, mais leur maison se trouvait au-delà des murs, faubourg Saint-Quentin. Saint-Symphorien, une ancienne abbaye cistercienne construite au faubourg Saint-Jean, avait été convertie en séminaire depuis le xviie siècle. Outre les sœurs barettes, restaient en ville deux couvents de femmes, les franciscaines ou sœurs grises (depuis 1480) qui avaient vu s’établir auprès d’elles les ursulines au cours du xviie siècle. Ces établissements ne disposaient que de revenus assez modestes, surtout les ordres mendiants, si on les comparait à la fortune des grandes abbayes bénédictines du voisinage, Saint-Lucien et les dames de Saint-Paul, qui disposaient de vastes domaines.

42Pour l’Église, en ce début de siècle, le problème majeur n’était certes plus celui de la Réforme. Il n’y avait jamais eu beaucoup de protestants à Beauvais et, n’eût été l’abjuration et le scandaleux mariage d’un ancien évêque, le cardinal de Châtillon, la ville n’aurait sans doute pas conservé grand souvenir des luttes religieuses du xvie siècle. Les quelques protestants qui demeuraient en Beauvaisis, autour de Blicourt surtout, n’avaient pas survécu à la révocation de l’édit de Nantes. Après une conversion de circonstance, la plupart avaient pris le chemin de l’exil en se réfugiant aux Pays-Bas.

43Le jansénisme, en revanche, était toujours d’actualité. Après un demi-siècle de querelles, de polémiques et de persécution gouvernementale, le diocèse restait toujours un foyer de résistance opiniâtre. Il le devait pour beaucoup à l’activité de son ancien évêque, Nicolas Choart de Buzenval, décédé en 1679. Pendant trente ans d’un apostolat rigoureux et vigilant, il avait accueilli et regroupé les sympathisants, faisant entrer certains dans les différents chapitres, confiant à d’autres des tâches d’enseignement au collège ou au séminaire. Le roi lui avait donné pour successeur l’évêque de Marseille, Toussaint de Forbin-Janson, avec mission d’extirper « l’hérésie » de son diocèse. Janson avait commencé de s’en prendre aux fortes têtes. Mais les rebelles avaient l’appui des meilleures familles de la ville, alors toute janséniste. L’évêque était retenu par une carrière de diplomate qui l’éloignait pour longtemps de Beauvais ; les excès de zèle de ses partisans finissaient par se retourner contre eux et la campagne antijanséniste s’achevait sur un constat d’échec.

44La persécution allait reprendre en 1713, après la publication par le pape Clément XI de la bulle Unigenitus, une nouvelle condamnation des thèses attribuées à Jansen et à ses disciples. Un nouvel évêque, Antoine de Beauvillier, successeur du cardinal de Janson, entreprit de la faire appliquer dans le diocèse, mais il se heurta lui aussi à une vive résistance. Les religieux de Saint-Lucien et de Saint-Quentin, les ursulines et les sœurs grises, ainsi que nombre de chanoines et de curés se rangèrent dans le camp des « appelants ». L’évêque avait commencé de sévir lorsqu’il fut atteint par le scandale d’une liaison avec la nièce du subdélégué, Suzanne Croix (1718). Celle-ci ayant été enfermée dans un couvent par lettre de cachet, Beauvillier la fit évader. Le cardinal Fleury dut exiger sa démission en 1728 et lui donner pour successeur René Potier de Gesvres, le quatrième de la famille sur le siège épiscopal de Beauvais.

45Celui-ci engageait aussitôt la lutte contre les jansénistes en publiant contre eux un mandement sévère. Mais les religieuses de Beauvais s’obstinant dans leur résistance, l’évêque dut en venir aux lettres de cachet. Depuis 1723 le couvent de Sainte-Ursule n’avait plus le droit de tenir école ni de recevoir des novices. En septembre 1733, deux religieuses furent exilées à Clermont-en-Beauvaisis, dans une autre maison de l’ordre. Après une longue controverse avec les franciscaines sur le choix d’un confesseur, Mgr de Gesvres prit la même sanction contre quatre des sœurs grises, dispersées dans le diocèse au début de 1749. Si les franciscaines venaient assez vite à résipiscence, les ursulines, dans leur couvent désert, continuèrent la lutte pendant trente ans. Encore fallut-il d’autres lettres de cachet pour ramener définitivement à l’obéissance une maison que de nouvelles religieuses entreprenaient de réorganiser.

  • 28 C’est à la demande de l’archevêque de Paris que le lieutenant général de police, sur ordre du roi, (...)

46À cette époque, la querelle janséniste appartenait déjà au passé. Avec les guerres, l’augmentation des impôts, les Beauvaisiens avaient alors d’autres soucis. L’heure n’était plus aux querelles religieuses. C’étaient les philosophes qui donnaient le ton désormais. Si leurs écrits faisaient le procès d’un régime condamné pour ses abus, les privilégiés n’étaient pas les derniers à donner dans la raillerie et la contestation. Dans le clergé, même en province, il ne manquait pas de beaux esprits dont la religion n’était pas la préoccupation première. Certains se faisaient initier à une franc-maçonnerie qui n’était pas encore à l’index. D’autres s’occupaient de littérature, d’histoire, voire d’agriculture, comme le chanoine Gabriel Danse, beau-frère du bailli et descendant d’une des plus grandes familles de Beauvais. Mais le prétexte culturel couvrait souvent d’autres activités. Les séjours dans la capitale pouvaient conduire en de mauvais lieux. C’est là qu’un soir de 1761 notre chanoine se faisait surprendre par une descente de police, en compagnie d’une pénitente du nom de Zaïre, avant de confesser qu’il s’était « amusé charnellement » avec elle « jusqu’à parfaite copulation28 ».

La bourgeoisie

47La noblesse ne comptait plus guère en Beauvaisis. Comme en bien d’autres régions, elle avait été ruinée par la hausse des prix du xvie siècle, les troubles de la Fronde et surtout par un train de vie souvent trop dispendieux. Ses terres, ses châteaux avaient été rachetés par des marchands enrichis. Dans la campagne restaient encore quelques hobereaux réduits à vivre chichement dans de tristes manoirs et bien rares étaient ceux qui possédaient encore un pied-à-terre à Beauvais. En ville, la place était occupée par la frange ambitieuse d’une bourgeoisie en voie d’anoblissement.

  • 29 Celle de Gabriel Danse était de l’ordre du million de livres.

48Pierre Goubert a suivi la destinée de deux grandes familles, les Motte et les Danse, enrichis dans le commerce et le blanchiment des toiles. Des fortunes sans doute un peu exceptionnelles29, mais des carrières qui ne tranchent pas pour autant sur celles des Nully ou des Borel, des Michel ou des Foy, des Malinguehen ou des Régnonval. Les uns après les autres, ils avaient fait l’acquisition de ces charges de secrétaire ou de conseiller du roi qu’une monarchie besogneuse mettait périodiquement en vente pour tenter d’équilibrer ses finances. Autant de sinécures, dont le seul mérite était d’anoblir leur titulaire en le dispensant désormais de la taille. Les descendants de ces lignées dont les aïeux vendaient du drap sur la grand-place faisaient sonner leurs particules et leurs titres d’écuyer tout en continuant d’arrondir des patrimoines fonciers déjà fort respectables. Avec le recul du temps, on voit ainsi se profiler le même type d’évolution, celle d’une bourgeoisie d’affaires qui, peu à peu, se transformait en bourgeoisie rentière.

49À l’époque, il était une quarantaine de familles, toutes plus ou moins unies par le mariage de leurs enfants. C’est dans leurs rangs que se recrutaient les maires et les échevins, les administrateurs de l’hôtel-Dieu et du Bureau des pauvres, ainsi que la plupart des juges et nombre de chanoines. Si l’on songe que les officiers de l’évêché-comté s’apparentaient aux mêmes familles, on doit bien constater que tout ce qui comptait à Beauvais était plus ou moins sous le contrôle d’une oligarchie assez étroite mais qui n’en restait pas moins divisée par le réveil périodique de contestations anciennes.

  • 30 Né à Beauvais en 1670, Jean-Baptiste Dubos était devenu secrétaire perpétuel de l’Académie françai (...)

50Dans cette ville dévote, la querelle janséniste avait longtemps agité les esprits. Mais, au milieu du siècle, apparaissaient d’autres préoccupations. La réputation de l’abbé Dubos30 avait pu flatter la vanité de la bourgeoisie beauvaisienne, mais ses ouvrages d’histoire, ses réflexions sur la poésie n’étaient pas de nature à intéresser un large public. En revanche, la lecture de Montesquieu, de Voltaire, voire de Rousseau, avait plus de succès et leurs idées commençaient à ouvrir des horizons nouveaux. Le clergé dénonçait les progrès de l’irréligion ; il se plaignait de l’assiduité des fidèles, de la diffusion des brochures impies qui circulaient sous le manteau. Lorsque s’achevait le règne de Louis xv, dans certains salons il était de bon ton désormais de prendre le parti des philosophes et de se dire « ami des lumières ». Pour cette frange « éclairée » de la bourgeoisie, philosopher c’était peut-être « rendre à la raison toute sa dignité », comme l’écrivait Mme de Lambert, et « secouer le joug de l’opinion et de l’autorité », une mission qui pouvait être celle de la franc-maçonnerie. Une loge était fondée à Beauvais en 1763, qui s’affiliait au Grand Orient de France en 1774. Elle comptait alors une trentaine de membres.

51La réforme de la justice et de l’administration était un des grands sujets de débat, mais on se passionnait surtout pour les problèmes économiques. Quesnay et Gournay avaient mis l’agriculture à la mode et la physiocratie, comme on disait à l’époque, comptait de nombreux adeptes dans la région. Le duc de La Rochefoucauld donnait l’exemple sur ses terres de Liancourt. Depuis 1761, Beauvais avait son Bureau d’agriculture, rattaché à la Société royale de Paris. Ses animateurs étaient des hommes très cultivés, Eustache Borel, lieutenant général du bailliage, Jean-Baptiste Bucquet, procureur du roi et dignitaire de la loge maçonnique, l’abbé Gabriel Danse, déjà nommé, chanoine de la cathédrale. Autour d’eux gravitaient quelques négociants, mais surtout des robins. D’une ville à l’autre, on échangeait des idées. Beauvais correspondait avec Paris, avec Rouen et même avec Arras. Toutes ces sociétés discutaient plus ou moins de réformes et, lorsque viendrait le moment de rédiger des cahiers de doléances, les juristes beauvaisiens sauraient à quoi s’en tenir sur la façon de réformer l’administration royale.

52Avec un train de vie plus modeste, d’autres familles du même milieu s’efforçaient de suivre l’exemple donné par les plus riches. Elles achetaient des maisons et des terres, complétant les revenus de leur travail par la constitution de rentes. Le plus souvent, le ménage était nourri et chauffé avec le produit des fermages en nature. Les économies permettaient de doter les filles et d’envoyer les garçons au collège. Mais ce n’est pas à eux que reviendraient des honneurs municipaux réservés aux membres des familles les plus huppées. Certains pouvaient en concevoir quelque aigreur. Mais beaucoup se contentaient de prendre parti, au gré des clientèles, dans ces querelles de clocher qui voyaient s’affronter périodiquement les principaux clans de la bourgeoisie beauvaisienne. Une façon au moins de s’affirmer dans le concert de médisances qui rythmait l’existence de la vieille cité.

53Cette bourgeoisie urbaine, les recensements et les registres fiscaux permettent d’en faire assez bien le décompte : quelque 240 feux sur un peu plus de 3 000, ceux qui, selon les époques étaient taxés à plus de 20 ou 25 livres dans le rôle de la subvention, auxquels il fallait adjoindre une soixantaine d’exempts, privilégiés et officiers du roi. Au-dessus de 50 et 60 livres, ils n’étaient guère plus d’une quinzaine ; avec les exempts, on retrouvait ceux qui tenaient le haut du pavé, frères, beaux-frères ou cousins, groupés sous une quarantaine de patronymes.

54Entre petit peuple et bourgeoisie, un millier de familles de conditions diverses, la plupart des maîtres fabricants du textile, drapiers ou sergers, les artisans, le gros des boutiquiers. À quelques exceptions près, on retrouve ainsi boulangers et bouchers, tanneurs et cordonniers, les gens du bâtiment, les épiciers et merciers, la plupart des aubergistes. En étaient également une partie des robins, avocats ou procureurs et la presque totalité des « praticiens », diplômés en droit travaillant dans un cabinet en attendant de pouvoir reprendre une charge. On éprouve quelque peine à bien situer le petit monde de la terre, les airiers et vignerons de la poterne et des faubourgs. Le niveau de leurs impositions permettrait de ranger les trois cinquièmes d’entre eux dans les classes moyennes, tandis que les autres s’enfonçaient plus ou moins bas jusqu’aux limites de l’indigence. À bien des égards, une répartition socioprofessionnelle qui s’apparentait beaucoup à celle de la campagne.

55En bas, c’était la foule des pauvres, les familles de ceux qui figuraient pour 20, 30 ou 40 sous dans les rôles de la subvention. Parmi eux, surtout des sergers et des tisserands, des peigneurs et des fileuses, les deux tiers de ceux qui déclaraient une profession manuelle, la même proportion que l’on retrouve tout au long du siècle dans les listes de pauvres dressées par les autorités. Il était aussi des ouvriers du cuir, des compagnons du bâtiment, quelques artisans, des manouvriers et toute la troupe des palefreniers qui travaillaient dans les écuries des gardes du corps. S’y ajoutaient des vieillards, des infirmes, la plupart des veuves et des « filles anciennes ». Lorsque l’on retrouve leur domicile, ce sont toujours les mêmes quartiers qui reviennent : Sainte-Marguerite et Saint-Laurent, Saint-André, la Madeleine, les petites rues du bas de Saint-Étienne.

Figure 6 – Une feuille d’impôts. L’intéressé, Louis Radel, un ancien épicier de la paroisse Saint-Laurent, était mort le 27 août, ce qui explique la référence aux héritiers.

  • 31 Nous connaissons les « taux du pain » tout au long du siècle, grâce aux ordonnances du bailli qui (...)

56Pour la plupart d’entre eux, le problème quotidien, c’était trop souvent le problème du pain, qui, en temps normal, représentait la moitié des dépenses d’un ménage. Quand la livre était à un sou – le prix le plus fréquent en milieu de siècle – les familles ouvrières n’avaient pas trop de peine à équilibrer leur budget, si la santé était bonne et le travail régulier. Or les prix dépendaient étroitement de la récolte et lorsque celle-ci était médiocre, les cours montaient aussitôt sur le marché. D’une année sur l’autre, pour le pain bis, les prix variaient ainsi de quelques deniers31. Lorsqu’ils en venaient à tripler ou quadrupler, c’était le drame : le cas en 1710, après le « grand hyver », en 1725 encore, comme en 1740-1741. Sauf peut-être en 1752 et en 1757, Beauvais ne devait pas connaître d’alerte sérieuse pendant près de trente ans. Mais, à la suite de mauvaises récoltes, à partir de 1770 les cours s’élevèrent par paliers, emportés dans une hausse générale des prix et des salaires.

  • 32 Pour les généralités de Rouen et d’Amiens, entre autres, les citations retenues par E. Labrousse d (...)

57Ces crises de subsistances étaient d’autant plus graves pour la population ouvrière qu’elles s’accompagnaient presque toujours de chômage et de baisse des salaires. En effet, lorsque s’envolaient les prix du blé, la production ne tardait pas à se ralentir ou à s’arrêter, faute de débouchés. La relation devait être mise en évidence par les économistes contemporains, mais elle apparaissait déjà clairement dans la correspondance des intendants et des inspecteurs des manufactures32. La mévente des tissus était provoquée par la hausse des subsistances qui privait la clientèle populaire d’une partie de ses revenus. Vendant moins, les négociants réduisaient leurs achats auprès des fabricants qui devaient mettre en chômage tout ou partie de leurs ouvriers. C’étaient alors des dizaines, voire des centaines de familles qui se voyaient réduites à la charité. À Beauvais, les Trois Corps ne pouvaient répondre à tous les besoins. La municipalité levait une taxe des pauvres, tandis que les curés organisaient les secours avec l’aide de « mères de charité ». Mais la brièveté de ces crises en effaçait rapidement le souvenir. Si l’hiver de 1709 demeurait une référence en matière de température, à la veille de la Révolution les vieux Beauvaisiens évoquaient toujours les années 1693-1694, synonymes de misère et de mort.

LOGEMENT ET NOURRITURE

58Deux pièces en bas, deux pièces en haut, cave et grenier le plus souvent : c’est presque toujours le même type de logement que décrivent les inventaires de l’époque. Derrière la maison, souvent une cour avec un puits ou une citerne. Parfois un petit jardin, partagé entre les carrés de légumes et des constructions en planches, abri pour la volaille, appentis servant d’atelier, de remise ou de bûcher. Ce pouvait être le logement d’un commerçant ou d’un maître serger, mais deux ou trois familles ouvrières pouvaient s’y entasser jusqu’au grenier avec toute une ribambelle d’enfants.

  • 33 Dans ce domaine, la Basse Œuvre représente l’exception avec sa population âgée et surtout la prése (...)

59Le recensement de 1765 qui nous renseigne sur la composition des ménages ne peut rien nous apporter en ce qui concerne l’habitat, puisque nous ne connaissons pas le domicile des intéressés. Pourtant, de la taille des ménages on peut tirer des indications permettant de nous garder de conclusions hâtives sur le surpeuplement des logements. Conséquence de la mortalité infantile autant que de la mise en nourrice, en ville les familles nombreuses restent partout l’exception. C’est dans les milieux populaires que la taille des ménages apparaît la plus faible, avec une moyenne de trois personnes par logement (3,10, pour un groupe de cinq paroisses intra muros). La présence de nombreux domestiques est seule à expliquer les moyennes élevées des quartiers aisés du centre, comme ceux de Saint-Sauveur33.

  • 34 « La population de Senlis en 1765 », Mesurer et comprendre, p. 353. C’est pour les ménages d’une s (...)
  • 35 Répartition d’une grande simplicité dans les faubourgs (personnes seules : 16,5 % ; frères et sœur (...)

60Collectivités mises à part, les ménages de Beauvais ne comptaient que 3,5 personnes en moyenne, un chiffre plus médiocre encore que celui de la ville de Senlis (3,9), étudiée par René Le Mée grâce au même recensement de 176534. Ce qui frappe en effet, c’est le nombre de personnes seules, des femmes surtout, veuves ou célibataires, sans parler de celles qui se regroupaient à deux ou trois dans le même logement. La structure des ménages, que nous avons étudiée dans le détail sans pouvoir en donner pour autant le tableau35, se révèle assez classique dans ses grandes lignes, avec une prédominance de foyers de structure nucléaire (près de 70 %), face à des personnes seules relativement nombreuses (19,9 %), compte non tenu de la domesticité.

Tableau 8 – Nombre de personnes par ménage

Tableau 8 – Nombre de personnes par ménage

Collectivités : 8 couvents (200 personnes, y compris pensionnaires et domestiques), évêché (21), 5 prêtres de Saint-Sauveur, école de chant (15), collège (24), pensions Leblond, Cognoux et Devimeux (63), Hôtel-Dieu (38), Bureau des pauvres (308). Total : 17, groupant 674 personnes.

Tableau 9 – Répartition des ménages selon leur taille (en %)

Tableau 9 – Répartition des ménages selon leur taille (en %)

1. Selon les indications du registre.
2. Après défalcation des emplois relevant de l’artisanat et du commerce (côté masculin uniquement, toute distinction étant impossible pour les femmes).

  • 36 B 1175. Inventaire après décès de Madeleine Bonnière, épouse Closier, et de Jeanne Régnier, épouse (...)
  • 37 B 1220. Inventaire de Marie-Anne Michèle Lhermillier, épouse de Pierre Cormeille (16 août 1779) et (...)

61Il faut encore avoir recours aux inventaires, plus ou moins bien répartis dans le temps, pour être en mesure d’apprécier les conditions de logement selon la situation sociale. Certains fabricants pouvaient se contenter de trois pièces, comme François Closier, maître tapissier rue des Flageots, ou Denis Cordier, maître serger, paroisse de la Madeleine. C’était aussi le cas de Georges Gambier dont la femme, marchande de poisson, avait transformé en réserve pour ses barils de salaison une des deux pièces du rez-de-chaussée36. Logements plus vastes, en revanche, pour les Cormeille et les Bauve, des fabricants de Saint-Étienne et Saint-André, dont les six pièces étaient inventoriées en août et en décembre de la même année 1779. Il est vrai que François Bauve devait loger une famille des plus nombreuses : de ses dix-sept enfants, neuf étaient encore au foyer depuis le mariage de leurs aînés, les autres étant morts en bas âge37.

  • 38 B 1232. Inventaire de Jeanne Lejeune, femme de Pierre Fassiole, compagnon serger, rue de l’Infante (...)

62Chez les ouvriers, on était plus à l’étroit, avec deux ou trois pièces, quel que fût le nombre des enfants. Cordonniers, sergers, compagnons du bâtiment, ils étaient presque tous locataires, même s’il leur arrivait de posséder la moitié ou le tiers d’une maison habitée par un neveu ou un beau-frère. Certaines familles en étaient réduites à s’entasser dans une seule pièce, avec parfois un grenier transformé en dortoir pour les enfants. Le plus souvent, il s’agissait de veuves, que la nécessité amenait à sous-louer ou à partager un logement avec une autre famille. Il était pourtant des couples qui n’étaient pas mieux logés, comme les Fassiole, de la paroisse Saint-Étienne, qui devaient faire coucher dans la soupente deux grandes filles et trois petits garçons sur les deux étages d’un vieux châlit38.

63Dans ces milieux modestes, presque tous les intérieurs se ressemblent. L’énumération des moindres objets, des allumettes aux cuillers à pot, ne souligne pas seulement l’indigence des successions ; il nous révèle aussi le décor de la vie quotidienne. On devine des logements incommodes dans ces maisons étroites aux escaliers raides comme des échelles, les problèmes de l’eau, du chauffage, ceux des ordures ménagères.

64Seule pièce qui fût un peu chauffée, la cuisine servait à la fois de salle à manger, de séjour et souvent de chambre à coucher. Malgré ses dimensions, c’était aussi une pièce fort encombrée. Autour de la cheminée et de sa crémaillère, des marmites, des poêles et des chaudrons, un soufflet, des pincettes… Plus loin, table et buffet, des chaises de bois blanc « foncées de paille », parfois un seau, des paniers, un rouet, un lit d’enfant. Beaucoup de pots, mais peu de vaisselle ; des fourchettes de fer et des cuillers d’étain, mais jamais de couteaux. Dans l’énumération des ustensiles de cuisine, estimés pièce à pièce comme le contenu des armoires, on voit apparaître les entonnoirs et le tamis, la poivrière et l’égrugeoir à sel, mais le moulin à café semblait encore réservé aux familles bourgeoises. Il en était de même des horloges, mentionnées pourtant de façon plus fréquente à la fin du règne de Louis xv.

65Dans la chambre conjugale trônait le lit à baldaquin, invariablement décrit comme une couchette de chêne à piliers, avec son inévitable tour de lit en serge verte d’Aumale. Avec la paillasse, les draps et les couvertures, selon l’état, une estimation de 60, 80 ou 100 livres. Les enfants dormaient par deux ou par trois dans des châlits de bois blanc répartis dans toutes les pièces, parfois, nous l’avons vu, jusqu’au grenier. Pour le linge et les vêtements, une ou deux armoires de chêne ou de noyer, de grands coffres, un bahut. Aux murs, un christ, des miroirs de toilette, des tentures de Bergame, une tapisserie commune tissée dans la région et dont les couleurs vives semblaient très appréciées dans les milieux populaires.

  • 39 Rue des Cordeliers, paroisse de la Madeleine (B 1216, inventaire du 12 avril 1775).

66Au grenier, des fagots, mais rarement du grain, une réserve de cuir ou de laine chez les cordonniers et les sergers. Dans la cave, apparemment peu de chose : une ou deux pièces de cidre, parfois du vin de pays. Dans la boutique, on retrouvait les ciseaux du tailleur, le métier du tisserand, l’établi et les rabots du menuisier. Quelques outils également dans la cour, avec la brouette et les seaux de bois, quatre poules parfois, comme chez les Courtois39.

67Même dans les milieux les plus pauvres, il était plus de linge qu’à la campagne : cinq à six paires de draps le plus souvent, rarement moins de trois, toujours en toile de chanvre, des serviettes et des torchons par douzaines, souvent des nappes. Les hommes avaient d’ordinaire deux ou trois vêtements de rechange, vestes, justaucorps et culottes, des bas de laine et de fil, six ou huit chemises de chanvre, une vingtaine parfois. Témoignage d’aisance incontestable, la présence de quelques chemises de lin avec jabot et manches de dentelle. La garde-robe féminine était plus variée : corsages et pets-en-l’air, jupes, jupons et tabliers de couleur, généralement par trois et par quatre, de quoi faire autant « d’habits complets », selon la formule du greffier. Dans les coffres et les armoires, des bonnets et des coiffes par douzaines, des bas, des mouchoirs et des fichus, douze ou quinze chemises de grosse toile. Les bonnets de castor n’étaient plus à la mode à la fin du siècle, mais l’hiver on portait toujours des manchons d’ours on plus modestement, en peau de chien.

  • 40 B 1207. Inventaire de Mathieu Batardy, maître corroyeur (30 janvier 1769). B 1230. Inventaire de T (...)

68L’argenterie apparaissait près d’une fois sur deux dans les inventaires, une affaire de cinquante livres le plus souvent, représentée par quelque timbale estimée au poids du métal, une petite croix d’or ou un cœur, porté dans les grandes circonstances. Lorsque l’estimation dépassait trois cents livres, ce qui était rare, même chez les fabricants, c’est que la famille s’était offert le luxe d’une dizaine de couverts d’argent40.

  • 41 Graphique n° 3 établi à partir des données fournies par J. Leparquois (op. cit., pp. 47 et 92) et (...)

69Quand on fait le bilan de tous ces inventaires, on ne peut manquer d’être frappé par l’écart que l’on constate jusque dans les milieux populaires entre le montant des différentes successions, un écart qui ne semble pas tellement affecté par la hausse des prix, sensible à la fin du siècle. Il était pourtant bien des maîtres dont les conditions d’existence étaient apparemment les mêmes que celles des compagnons. Les biens estimés entre 1 000 et 3 000, voire même 4 000 livres étaient en proportion à peu près aussi nombreux d’un côté comme de l’autre. Mais chez les ouvriers en laine il n’en était aucun dont le mobilier eût été évalué à plus de 5000 livres, tandis que parmi les fabricants, nous n’avons trouvé qu’un seul exemple de montant inférieur à 200 francs. En moyenne, entre les deux groupes, un rapport du simple au quadruple, un peu moins de 1 100 livres chez les ouvriers en laine, un peu plus de 4 000 pour les fabricants, une moyenne que l’on retrouverait dans les autres métiers41.

Graphique 3 – Inventaires après décès

70Les meubles et les vêtements ne représentaient évidemment qu’une partie des successions. Les inventaires évaluaient aussi les outils de l’artisan, les marchandises de la boutique en faisant le compte des dettes et des créances. Mais bien d’autres éléments nous échappent, notamment la valeur des biens fonds, pièces de terre provenant d’héritages, maisons dont le prix d’achat n’est pas toujours indiqué. Aussi est-il difficile d’estimer la valeur réelle de certaines successions et plus difficile encore de les comparer. Seule constatation qui s’impose, le nombre de celles qui étaient en déficit, une sur huit pour l’ensemble des professions.

71Avec le monde du négoce, celui des tissus essentiellement, on s’élevait progressivement dans l’échelle des fortunes et de la considération sociale. Le travail du cuir, en effet, n’était pas sorti d’un cadre artisanal assez étroit. Des fournisseurs à la clientèle, on ne s’éloignait guère du Beauvaisis. On était plus casanier encore dans l’alimentation. Les épiciers les mieux achalandés, grossistes ou détaillants, restaient tous plus ou moins des commerçants de quartier. L’importance et même la diversité de leurs stocks ne pouvait faire illusion. Leurs dettes et leurs créances allaient s’équilibrant et, à en juger par la modestie de leurs intérieurs, comme les tanneurs et les cordonniers, les boulangers et les bouchers, ils s’apparentaient incontestablement aux milieux populaires.

72Il n’en était pas de même des négociants en toile ni des marchands drapiers. Nombre de ces derniers et non des moindres continuaient de faire travailler pour leur compte. C’étaient généralement ceux qui disposaient du plus grand nombre de métiers, une activité que d’autres avaient abandonnée pour se consacrer exclusivement au commerce. Mais tous étaient loin d’avoir la même envergure. Beaucoup en effet se contentaient d’un marché régional, avec des correspondants à Paris et à Rouen, parfois jusqu’à Lyon. Il était difficile de les comparer à ceux qui s’étaient engagés dans le grand commerce atlantique. D’un côté, une bourgeoisie moyenne attachée surtout à tenir son rang, de l’autre, quelques familles servies par des hommes qui avaient su tenter leur chance et qui, fortune faite, ne rêvaient plus que d’anoblissement. Leurs enfants entraient dans les ordres ou la magistrature ; en recherchant les honneurs, ils aspiraient tous plus ou moins à la direction de la cité.

  • 42 B 1202 et 1142. Inventaire après décès des 17 juin 1766 et 18 août 1733.

73Chez les premiers, les inventaires témoignaient généralement d’une solide aisance, avec des appartements plus vastes et un mobilier plus recherché. En réunissant deux maisons, rue du Pont-Godart, Jean- Baptiste Sommereux disposait de huit pièces pour ses cinq enfants. Il avait chez lui huit métiers, faisait travailler à façon et son stock de marchandises était évalué à plus de 20 000 livres. Pourtant son intérieur n’avait rien que de très ordinaire, qu’il s’agît de l’ameublement, du linge ou de la vaisselle, une constatation qu’on aurait pu faire ailleurs, comme chez François Ducastel, décédé dans la même paroisse une trentaine d’années plus tôt42.

Tableau 10 – Successions de quelques notables (en livres et en sous)

Tableau 10 – Successions de quelques notables (en livres et en sous)

74D’ordinaire, dans ces familles de marchands, on ne se contentait pas du mobilier rudimentaire des artisans. On avait des fauteuils, des tables à jouer, parfois des volières. Les murs, tendus de tapisseries de Beauvais, des Flandres ou des Gobelins, étaient décorés de miroirs, de tableaux encadrés de bois des îles. À l’énumération des services de porcelaine, des pièces d’argenterie, des nappes et des serviettes damassées, on devine le luxe de la table, éclairée de flambeaux de cuivre ou d’argent. Thé et café étaient entrés dans les usages, mais, au grenier, on continuait prudemment d’entasser les sacs de blé, principal produit des fermages. À la cave, on retrouvait l’habituelle réserve de cidre, les barriques de vin de pays, assez souvent des bouteilles de Bordeaux, parfois du vin d’Alicante ou de Xérès. Le maître de maison avait fusil et pistolets, chevaux et équipage. Dans un cabinet transformé en bureau, il tenait ses livres de comptes, serrant quelques ouvrages dans le haut d’une armoire quand il ne disposait pas d’une véritable bibliothèque.

  • 43 L’expression « riche comme les Danse » remontait à la fin du xviie siècle. Le fait est rapporté pa (...)

75Les officiers royaux, ceux de l’évêché, les hommes de loi vivaient dans le même décor, au milieu de leurs dossiers et de leurs manuels de droit. Mais rien qui pût être comparé au train de vie de quelques grandes familles de négociants, Auxcouteaux, Ticquet, Walon, Michel ou de Nully, parentes ou alliées des dynasties les plus opulentes, celles des Motte et des Danse qui avaient fait fortune dans le commerce et le blanchiment des toiles. Aux honneurs municipaux dont les parents s’étaient contentés avaient succédé d’autres ambitions. Ceux qui étaient en mal de particule, comme les Foy ou les Michel, devenaient châtelains en rachetant la terre de quelque hobereau désargenté avant de payer le prix d’une charge ou d’un office anoblissant. Exemple qui avait été suivi par les Motte et les Danse : les premiers étaient devenus seigneurs de Bizancourt et de Bois-camp ; les autres ne cessaient d’étendre leurs propriétés. Lors de son décès, en décembre 1732, Gabriel Danse laissait à ses frères et neveux cinq fiefs et seigneuries, une vingtaine de fermes, sans parler de terres dispersées dans 28 paroisses. Héritage qui ne risquait pas d’être dilapidé par les successeurs : le commerce était prospère et les créances continueraient pour longtemps à se transformer en pièces de terre ou en herbages. Mais on possédait également en ville et surtout on y bâtissait. Lucien Danse, frère et associé de Gabriel, se faisait construire rue Saint-Martin un bel hôtel particulier qu’un de ses fils fit agrandir et restaurer en 1730. Estimé près de 30 000 livres au milieu du siècle, l’hôtel Danse faisait l’admiration des contemporains dans cette ville où la richesse de la famille était depuis longtemps passée en proverbe43.

Le confort domestique

76À vrai dire, c’est plutôt d’inconfort qu’il conviendrait de parler, car, même dans les intérieurs les plus cossus, on imagine les difficultés d’existence dans des appartements sans eau courante et difficiles à chauffer.

77L’approvisionnement en eau était, on le devine, la principale préoccupation des ménages, la tâche quotidienne des femmes et des enfants, celle des domestiques dans les familles bourgeoises. En ville, il n’était pas de fontaines, mais la plupart des maisons disposaient d’un puits dans une cour souvent commune à plusieurs familles. De la cour à la cuisine, c’était le va-et-vient de ces seaux que signalent tous les inventaires, avec leurs clisses de bois et leur ceinture de fer. Mais il fallait aller parfois jusqu’à la rivière pour puiser l’eau des lessives et des grands nettoyages de printemps.

78Toilette ou cuisine, faute de références, nous restons trop souvent dans le domaine des conjectures. Chez les notables, pot et cuvette de faïence faisaient partie du mobilier de la chambre à coucher, mais il était aussi des cabinets de toilette. À cet égard, les gardes du corps logés chez l’habitant semblaient généralement mieux installés que les enfants de la maison. Dans les milieux plus modestes, toutes les ablutions devaient se faire dans la cuisine. Toilette sommaire, on le devine, d’ailleurs comme dans les familles de la bourgeoisie. En effet, nulle part il n’était question de baignoire, un ustensile qu’après bien d’autres nous avons vainement cherché dans des centaines d’inventaires après décès. Un baquet devait faire l’affaire, au moins dans les grandes circonstances.

79La présence de chaires « de commodité », parfois de bidets, avec leur bassin de faïence répond à d’autres interrogations, mais cette commodité n’appartenait qu’aux intérieurs bourgeois. Ailleurs, il fallait se contenter dans la cour de latrines rustiques, sans toujours l’abri d’un édicule de fortune. De toute façon, restait la rue, surtout la nuit tombée. Les mésaventures de la servante surprise dans l’ombre en train d’opérer faisait partie du folklore, s’il faut en croire les échos de certains procès et surtout les anecdotes et les gravures licencieuses de l’époque.

80En ville, pas plus qu’à la campagne, le bruit n’était de ces problèmes dont on peut trouver l’écho dans les archives. Le passage des charrettes, l’agitation du marché, deux fois par semaine et, tout le jour, le tintement des cloches à l’occasion d’un baptême, d’un mariage ou d’un enterrement : à tous ces bruits de la rue, les Beauvaisiens étaient habitués depuis l’enfance. En revanche, à l’occasion d’une enquête, certains témoignages peuvent incidemment nous renseigner sur l’atmosphère d’une maison, surtout dans les milieux populaires. Avec l’entassement dans des logements étroits, la minceur des cloisons faisait participer les voisins à la vie de tous les ménages. Ce n’est certes pas de la turbulence des enfants qu’il était question dans les procès-verbaux d’enquête, mais des éclats de voix, des bruits de vaisselle et, souvent, de violences de nature à mettre en émoi tout un quartier.

  • 44 C’était le cas chez les Motte et les Danse (mais pas toujours au second étage), également dans les (...)
  • 45 B 1222, chez Colin, en 1781.

81Dans la plupart des logements, grands ou petits, la seule pièce qui fût un peu chauffée, nous l’avons dit, était la cuisine, qui servait en même temps de salle de séjour. Outre la cheminée, à l’étage, chez les notables, il pouvait y avoir un poêle dans une chambre ou deux, mais il était bien rare de trouver un moyen de chauffage dans chacune des pièces, surtout au rez-de-chaussée44. Partout, on se chauffait au bois, les inventaires en témoignent. Pourtant, sur la place, certains hôteliers commençaient à utiliser le charbon45. Le poêle de fonte semblait le modèle le plus courant, celui que l’on trouvait chez les marchands de fers et de « clinquaille », mais dans les intérieurs bourgeois, le majestueux poêle de faïence restait un meuble apprécié dans le salon, ou plutôt la « salle de compagnie », pour employer le vocabulaire de l’époque.

  • 46 D’après le relevé des baux passés avec différents fermiers, de Warluis au Faÿ-Saint-Quentin, Jean- (...)

82Cour et jardin pouvaient être aménagés pour l’agrément, avec une table, des chaises et des bancs, parfois une sorte de parasol. L’été, on s’y retrouvait entre amis autour d’une collation ; les enfants jouaient aux quilles ou au diabolo. C’était l’époque où l’on sortait les orangers et les grenadiers en pot, où l’on installait les oiseaux dans de grandes volières. Tout élevage était interdit par les ordonnances du bailli. Si on n’en tenait pas toujours compte dans les milieux populaires, surtout dans les faubourgs, elles n’étaient pas beaucoup mieux respectées chez les notables. Ceux-ci recevaient en effet à domicile les livraisons de leurs fermiers, plusieurs douzaines de poulets par an, dont la consommation s’étalait des semaines durant. Aussi n’était-il pas rare de voir mentionnée dans les inventaires la présence de poules et de dindons46.

83Dans la plupart des foyers, les instruments de cuisine étaient les mêmes qu’à la campagne. Une vaisselle plus variée, plus coûteuse aussi, témoignait généralement d’une certaine aisance que soulignait surtout la présence d’une salle à manger séparée de la cuisine ou de l’office. Seuls les appartements les plus vastes disposaient d’une salle de compagnie où la famille se réunissait, recevait des visites. On y jouait aux cartes, au trictrac, aux dames ou aux échecs sur des tables pliantes dressées entre les fauteuils. Les dames disposaient d’un clavecin, elles pouvaient broder ou même filer sur des rouets qui n’étaient pas seulement des objets d’ornement. La volière faisait partie du mobilier ; à défaut de serins, on se contentait de pigeons ou de moineaux ; chez certains, on pouvait même trouver un perroquet, ou seulement la mention d’un ancien perchoir.

  • 47 Ce bréviaire du négoce publié en 1675 fut en effet réédité pendant tout un siècle, le fils succéda (...)
  • 48 B 1207. Inventaire du 7 juin 1769 : 416 ouvrages nommément désignés, 300 autres estimés en vrac.

84Discutait-on littérature, affaires ou politique ? Il faudrait savoir si on lisait beaucoup dans les milieux du négoce. L’assortiment habituel des livres énumérés dans les successions, ouvrages de piété, récits de voyages, l’inévitable dictionnaire du commerce de Savary47 ne méritait certes pas le nom de bibliothèque. En dehors des gens de loi, bien rares étaient les familles qui disposaient de beaucoup plus d’une trentaine de volumes : d’une génération sur l’autre, sans doute par voie d’héritage, toujours les mêmes noms, Motte, Michel, Danse ou Régnonval, avec parfois une exception comme Nicolas Dufour, un homme d’affaires décédé en mai 1769, qui léguait plus de sept cents volumes à ses héritiers48.

85Si l’on tente de faire un bilan à partir des ouvrages cités dans une quinzaine de bibliothèques inventoriées entre 1735 et 1780, c’est un peu plus de 800 titres que l’on arrive à recenser, les mêmes que l’on retrouve le plus souvent. Les ouvrages de piété étaient partout les plus nombreux ; Bible, catéchismes, vies de saints, œuvres de saint Augustin et, trois fois sur quatre, en français ou en latin, toute la littérature janséniste : des lettres et des écrits d’Antoine Arnault et de Mésenguy, les traités de morale de Nicole, sans oublier les Pensées de Pascal, au total, 445 titres. La littérature était représentée par 90 titres environ : fables de La Fontaine, théâtre de Molière, de Racine, des frères Corneille et, parmi les contemporains, les œuvres de Voltaire et de Rousseau, Diderot parfois, plus souvent Montesquieu. Venait ensuite l’histoire, ancienne ou contemporaine (70 titres, le plus souvent des biographies, mais aussi des manuels et des traités, sans la moindre mention d’auteur). Il en était de même en ce qui concerne les récits de voyages, les manuels d’agriculture ou d’équitation, parfois présentés en vrac, à l’instar des piles de livres scolaires, visiblement très fatigués.

L’alimentation

86En ce qui concerne la nourriture, nous ne sommes pas mieux renseignés pour la ville que pour la campagne. Les inventaires après décès qui demeurent notre principale source d’information peuvent nous donner une idée du luxe de la table ou de l’opulence de la garde-robe, mais ils ne nous présentent que des plats et des assiettes rangés dans leurs buffets. Et ce n’est pas le menu de deux banquets d’époque qui pourrait témoigner pour les repas quotidiens des Beauvaisiens.

  • 49 C’est le bailli, rappelons-le, qui fixait le taux du pain en fonction de la mercuriale des grains. (...)
  • 50 Indices du coût de la vie établis par E. Labrousse : 1726-1741 (après la stabilisation de la livre (...)

87On sait quelle place le pain tenait dans l’alimentation, avec le nombre des soupes et des bouillons trempés, une consommation estimée à près de deux livres par personne et par jour. Les pauvres achetaient du pain bis qui, en milieu de siècle, ne valait pas plus d’un sou la livre en année moyenne. Avec 3, 6 ou 9 deniers de plus, on avait du pain « bis blanc », « clairet blanc » ou du pain blanc fait de fleur de farine. Des « taux49 » qui pouvaient doubler ou tripler après de mauvaises récoltes, comme en 1740-1741, en 1757 et 1758 et qui allaient progressivement s’élever pendant le règne de Louis XVI, portés par une hausse générale des prix qu’Ernest Labrousse évaluait à 45 % entre 1771 et 1789 par rapport aux années 1726 à 174150. À partir de 1770, à Beauvais, le pain bis se maintenait aux alentours de 2 sous la livre, avec une hausse brutale lors de la guerre des farines et surtout au printemps de 1789 (plus de 4 sols à la mi-juin), jusqu’à ce qu’une ordonnance de police impose un seul type de pain fait de farine de blé, d’orge et de seigle.

Graphique 4 – L’évolution du prix du pain au xviiie siècle

88La viande était beaucoup trop chère pour être consommée de façon régulière. Son prix était fixé, lui aussi, par ordonnance du bailli, des tarifs assez sommaires puisqu’ils étaient les mêmes pour le veau, le bœuf et le mouton et qu’ils se réduisaient à deux : des morceaux « à choisir » et pour 1 sol de moins la livre, de la viande « sans choix ». En milieu de siècle, les tarifs, qui variaient beaucoup moins que ceux du pain, étaient généralement de 5,6 ou 6 sols, 6 deniers la livre, selon la qualité. Dans les années 1780, ils se tenaient à 7 sols ou 7 sols, 6 deniers selon les périodes, pour les morceaux « à choisir ». Des tarifs spéciaux étaient consentis aux institutions charitables, 1 sou de moins que pour les particuliers. La viande de porc et la volaille n’étaient point taxées, non plus que le poisson. À cet égard, la ville était favorisée par sa proximité des ports de la Manche, Dieppe et Le Tréport, d’où les chasse-marée amenaient le gros de leurs chargements. Les jours de marché, les étals se garnissaient tandis que les aubergistes préparaient pour leur clientèle de la raie, des soles ou des harengs. De leur côté, les épiciers avaient toujours en réserve un baril ou deux de salaisons. On ne sait trop quelle place accorder au poisson d’eau douce, consommé surtout en période de Carême, mais la truite au poivre bouilli, une recette aujourd’hui bien oubliée, n’était sans doute pas qu’une légende au xviiie siècle.

  • 51 B. 1265,31 décembre 1777 et 1er janvier 1778. Nous n’en avons pas trouvé mention auparavant, mais (...)

89Dans la plupart des foyers, l’ordinaire ce ne pouvait être que les légumes du marché, pois, haricots ou fèves, des lentilles peut-être, des carottes, des raves et des choux, avec un morceau de lard qui avait longtemps bouilli dans le chaudron. Il n’était pas encore question de pommes de terre ; les pâtes restaient inconnues. Cependant les épiciers débitaient du riz, du poivre et des épices, ainsi que de l’huile d’olive. Le fromage était de consommation courante, la Normandie toute proche fournissant régulièrement ses cœurs et ses bondons, mais sur les tables on pouvait voir apparaître aussi le gruyère. Les fruits se limitaient à ceux du pays, cerises, pommes et poires, avec parfois des noix venant sans doute de la région de Noyon plutôt que du Dauphiné ou du Limousin. Un arrivage d’oranges restait encore un événement, même sous le règne de Louis XVI. Les marchands faisaient aussitôt battre tambour, mais, à deux sous la pièce, combien pouvait-il y avoir de clients51 ?

Figure 7 – Mercuriale des grains

90Nous connaissons souvent le contenu des caves ; bien des procès-verbaux évoquent des scènes de cabaret. Aussi en savons-nous certainement plus sur le chapitre de la boisson que sur celui de l’alimentation. Encore faudrait-il nuancer, car, sur la table familiale, le pot à eau devait apparaître plus souvent que la bouteille de vin.

91C’est à l’auberge que l’on rencontrait ouvriers et compagnons autour d’un pichet ou vidant un verre d’eau-de-vie. Au cours du siècle étaient apparus les cafés, ce qui témoignait du succès de la nouvelle boisson. Mais en buvait-on déjà à la maison dans les milieux populaires ? On achetait le vin au détail ; la cave ne contenait presque jamais de provisions. À cet égard, la mention de tonneaux dans les inventaires pourrait être retenue comme l’indice d’une certaine aisance. Le plus souvent, il ne s’agissait que de cidre ou de vin de pays, deux ou trois muids destinés également à la consommation courante. Le cidre venait du pays de Bray, Villers-Saint-Barthélemy ou Rainvillers, des villages distants de deux ou trois lieues. Le vin était récolté autour de Beauvais. Même dans les années fastes, il ne s’agissait que d’une piquette qu’il était prudent de consommer avant le retour des vendanges.

  • 52 En avril 1785, chez Lucien Lefèvre, un procureur du roi (B 1230).

92On retrouvait cidre et vin de pays dans les caves les mieux garnies. C’était alors pour tenir compagnie à des barriques de vin « de France », à des bouteilles de bourgogne, des flacons de vin d’Alicante. L’estimation variait évidemment selon les époques et l’importance de la réserve. Mais il s’agissait toujours d’au moins 300 livres, généralement entre 5 et 700. La mode n’était pas encore au Champagne – nous n’en avons retrouvé qu’une seule mention52 – mais thé, café et chocolat étaient entrés dans l’usage depuis le début du siècle et la consommation de sucre s’en accroissait d’autant.

UNE VILLE ANIMÉE

  • 53 A. Young, Voyages en France, op. cit., t. III, p. 968. – R. Stolberg, Reisen und Erinnerungen…, Nu (...)

93Une ville animée et active, c’est l’impression que Beauvais pouvait donner aux visiteurs étrangers. Le témoignage d’Arthur Young en 1787 confirme celui d’un voyageur allemand de passage peu après la guerre de Sept Ans. Wirklich ein Wunder, s’écriait celui-ci à la vue d’un marché éclatant de couleurs sous le soleil de juin, avec le spectacle d’une troupe d’acrobates se détachant sur le fond vert et rouge des légumes et des fruits. « Cela vaut tous nos marchés de Franconie53. » Encore s’agissait-il d’un samedi ordinaire car, les jours de franc marché, à Beauvais c’était la cohue. Venant de cinq ou six lieues à la ronde, même en hiver, ils étaient des centaines à se retrouver tous les mois à cette grande foire qui ne manquait pas d’attirer bateleurs et larrons. C’était l’occasion d’une étape pour les colporteurs, les raccommodeurs de vaisselle, les vendeurs de drogues miraculeuses, sans parler des arracheurs de dents. En ville, la circulation devenait une aventure ; il n’était pas de plus grande épreuve que de gagner les routes d’Amiens ou de Calais en remontant de la grand-place à l’hôtel-Dieu.

  • 54 Atrainquillage désigne, au sens propre comme au figuré, l’équipement, voire l’attelage plus ou moi (...)
  • 55 En septembre 1754.

94D’ailleurs, tous les matins, c’étaient les mêmes encombrements dans les ruelles tortueuses du centre. On voyait parfois circuler de singuliers convois de voitures et de bêtes, de bien curieux « atrainquillages54 » au dire des Beauvaisiens, qui pouvaient rester pendant des heures aux portes d’un cabaret. Le bailli n’avait guère les moyens d’imposer le respect d’interdictions de stationnement trop souvent répétées. Les doléances des riverains ne pouvaient rien, face à la désinvolture de charretiers insolents. Le franchissement des portes était aussi des plus laborieux. Si la route de Rouen était moins fréquentée que celle de Paris, il fallait se garder des chutes de pierres à la porte du Limaçon, périodiquement réparée, dans l’attente d’une démolition reportée d’année en année. Les affaires de crottin, les dégâts provoqués par les voitures étaient souvent l’origine de querelles, voire de rixes sur la chaussée. « Sacré Picard », s’écriait la mère Langlois, en voyant son éventaire renversé par une guimbarde. Et de bombarder le charretier à coups de trognons avant de se faire « assassiner » d’insultes et de coups de fouet par le rustre, visiblement pris de boisson55.

95Si la vie économique était surtout rythmée par le retour des foires et des marchés, pour les fêtes, c’était le calendrier de l’Église qui s’imposait, une tradition d’autant mieux respectée à Beauvais que c’était au bailli de l’évêque qu’appartenait la police de la cité. En toute circonstance, le premier rang revenait au clergé. Le succès des armes du roi, les naissances princières étaient célébrés à la cathédrale par des Te Deum. Les grandes fêtes s’ouvraient par des processions dont la plus solennelle était sans doute celle de la Fête-Dieu. La célébration du 27 juin – la fête de l’Assaut – qui commémorait l’échec des Bourguignons sous les murs de Beauvais, était devenue, elle aussi, une cérémonie religieuse. Les feux de la Saint-Jean étaient à peu près les seuls à conserver un caractère de liesse populaire, avec un carnaval qui n’avait plus rien de pittoresque.

96La tradition semblait s’être figée au cours des siècles, avec le maintien d’un cérémonial presque immuable. Mais, avec les années, on pouvait constater que, sur le plan populaire, les fêtes officielles ne connaissaient plus la même animation. Après les dernières années du règne de Louis XIV, marquées par les revers militaires, la misère et les deuils de la famille royale, passé l’époque un peu folle de la Régence, le règne de Louis XV avait débuté sous les meilleurs auspices, grâce à une prospérité retrouvée. Les Beauvaisiens qui avaient prié pour la santé du roi accueillaient avec allégresse la nouvelle des victoires du maréchal de Saxe. Mais la popularité d’un souverain « bien aimé » n’allait pas résister longtemps à la critique. Après une guerre coûteuse et qui s’éternisait sans gloire, on chansonnait généraux et ministres, à l’exemple de Paris, en accusant la Pompadour.

97De son côté, le clergé constatait un certain détachement à l’égard de l’Église, même dans la bonne société. Les curés se plaignaient de l’assiduité des fidèles, des hommes surtout. Dans les processions, les rangs s’éclaircissaient, la jeunesse manquait de tenue et la ville n’avait plus, comme au début du siècle, le renfort périodique de campagnards conduits par des curés du voisinage. Publique ou privée, la fête tendait à se laïciser, même si le prêtre était le plus souvent invité. Le temps était révolu des défilés corporatifs derrière l’image du saint patron. Confréries et associations de métiers se contentaient désormais d’une messe et surtout d’un banquet, généralement suivi d’un bal.

98Le spectacle pouvait être dans la rue, même les jours ouvrables. Toute l’année, c’était un défilé de bateleurs sollicitant du bailli l’autorisation de se produire en ville pendant une semaine ou deux. Autorisation généralement accordée, à condition de respecter le service divin et « de ne rien faire contre les bonnes mœurs et la bienséance ». Allemands, Hollandais, Italiens alternaient ainsi avec des Parisiens et des provinciaux pour la présentation d’animaux, la démonstration de tours d’adresse ou d’exercices d’équilibre.

  • 56 AD, B 1263-65, passim. Sous la rubrique de « curiosités », la très longue série des autorisations (...)

99Le passage d’un éléphant, en avril 1700, était demeuré longtemps dans la mémoire des Beauvaisiens. Au cours du siècle, on ne devait plus guère leur montrer que des ours, des loups et des serpents, parfois des veaux à deux têtes, rompant avec le défilé régulier des chèvres et des chiens savants56. Avec le temps, on pouvait constater un certain renouvellement des genres, la présentation de « pièces d’obtique », de figures de mécanique supplantant peu à peu celle des sujets religieux, des mystères, avec leurs traditionnels personnages de cire.

100Dimanches et jours de fête, on se retrouvait au cabaret pour jouer aux cartes, aux dominos ou pour parier sur un coup de dés. Le billard avait déjà ses adeptes, mais les jeux de paume et de tamis demeuraient très populaires dans la jeunesse. En revanche, il était une tradition qui se perdait, en ville comme à la campagne, celle du tir à l’arc, toujours bien vivante autour de Compiègne. À Beauvais, les armes à feu avaient désormais la préférence, à en juger par la fréquence des concours de tir. Pendant la belle saison, les boules comme les quilles attiraient aussi des partenaires de tous âges, surtout le dimanche. En dépit des ordonnances royales, tous ces jeux détournaient trop souvent les hommes de l’office du matin, le clergé ne manquait pas de le déplorer.

  • 57 L’incident avait eu lieu le 24 mars 1786, lors de la représentation d’une pièce de Monsigny, Le Dé (...)

101Dans la bonne société, on se réunissait entre amis pour jouer aux cartes, aux dames, au trictrac ou aux échecs. Le grand Philidor devait avoir à Beauvais quelques émules, mais la présence d’échiquiers et de manuels dans les salons ne permet pas de conclure à l’organisation de tournois. En ville, il n’était pas de salle de spectacles ; les concerts se donnaient à domicile en profitant du passage d’une troupe de musiciens qui faisaient la tournée des grandes maisons. Beauvais finissait pourtant par avoir son théâtre. Il s’agissait d’un local aménagé rue de l’Écu par l’horloger Feuillet, qui ouvrait ses portes en 1774. Mais la salle était étroite et incommode, les représentations souvent agitées. Elle fut fermée en 1786 sur décision de l’évêque, à la suite d’une violente échauffourée provoquée par des gardes du corps57.

102Levés très tôt, les Beauvaisiens rentraient chez eux dès la nuit tombée. Il est vrai que l’état des rues n’incitait guère à la promenade nocturne. Faute de lumière, on risquait à tout moment de glisser dans un caniveau ou de buter contre un tas d’ordures. D’ailleurs, un règlement de police interdisait de « circuler de nuit sans flambeaux et lanternes », sous peine d’une amende de 10 livres. La mesure visait évidemment les rôdeurs, mais elle restait encore d’actualité à la fin du siècle, malgré l’installation depuis 1765 de lampes à huile dans les principales artères.

Figure 8 – Ordonnance de police

  • 58 Ainsi, en novembre 1769, après des affrontements entre bandes lors de la saint-Martin, le bailli f (...)

103Si les rues étaient vides en hiver, les longues soirées d’été risquaient parfois d’être agitées par des rencontres entre des bandes rivales, des faits que l’on entrevoit seulement à partir d’indications trop disparates. Néanmoins, on devine des conflits de voisinage entre certains quartiers populaires, Saint-André et la Madeleine, Saint-Laurent et Marissel, avec des affrontements brutaux, sans doute plus proches des règlements de comptes entre villageois que de ces compétitions à l’italienne dont les villes de Toscane perpétuent encore la tradition pour les touristes. Les combattants s’armaient de bâtons, opéraient des descentes chez l’adversaire et continuaient d’échanger des coups jusqu’à la nuit. Les « gueules cassées », s’il y en avait, iraient se faire recoudre chez le chirurgien, mais la justice ne serait pas saisie et le bailli ou son lieutenant s’en tiendrait à une déclaration très platonique condamnant le tapage nocturne58.

104On risquait d’autres rencontres, moins agressives certes, mais plus compromettantes sans doute, si l’on s’attardait à la tombée du jour aux alentours de la porte de Paris. C’est là que quelques créatures exerçaient leur coupable métier, une activité qui faisait l’affaire de cabaretiers complaisants. En temps ordinaire, peu d’incidents, mais le cantonnement d’un régiment de passage risquait d’en provoquer. C’étaient alors des querelles, parfois des rixes entre soldats et mauvais garçons.

Notes

1 Une moyenne de 3 082 feux, dont il faudrait défalquer quelques dizaines d’absents et ceux qui mouraient pendant l’établissement des rôles. Comme les feux, en ville, comptaient un peu moins de 4 habitants, en raison du nombre des veuves et des filles anciennes cotisées séparément, cela pouvait représenter quelque 11 500 habitants, auxquels il faudrait ajouter les 700 à 800 personnes régulièrement exemptées, ecclésiastiques, tapissiers de la Manufacture, pensionnaires du Bureau des pauvres… Au total, un peu plus de 12 000 âmes, mais certainement pas plus de 13 000, comme tendait à le croire P. Goubert, en tablant sur une moyenne de 4 habitants par feu, à la ville comme à la campagne. En 1741, sans les enfants de moins de 8 ans, cette moyenne tombe même à 2,5.

2 Avril 1694 (cité par P. Goubert, Beauvais, p. 303).

3 À l’extrême, un écart qui se creuse même jusqu’à 745 feux entre 1691-1692 et 1699-1700. Denis Simon, qui fut maire de Beauvais, note qu’en 1693 « il mourut trois mille personnes dans la ville », une assertion qu’il n’est pas possible de vérifier, puisque les registres de plusieurs paroisses ont disparu. De toute façon, à l’époque, les décès des jeunes enfants n’étaient pas enregistrés et bien des nourrissons mouraient à la campagne. Sur le registre de Saint-Sauveur ne figurent que 46 actes de sépulture en 1693, 20 seulement à Saint-André. En année moyenne à Beauvais, au milieu du xviiie siècle, le nombre des décès était de l’ordre de 420, d’une cinquantaine pour ces deux paroisses.

4 Si nous admettons que, comme en 1765, les enfants de moins de 8 ans représentaient 15 à 16 % de la population, nous pouvons estimer leur nombre à 1 530 ou 1 535. Ajoutés aux 8 590 personnes recensées, aux 300 hommes de la garnison, nous obtenons le total de 10 520/25 habitants, en estimant prudemment à une centaine le nombre des omissions.

5 Sur le sujet, voir la thèse déjà citée de Maurice Bordes. Des références à l’édit d’août 1764 dans la correspondance échangée en novembre 1764 avec l’intendant.

6 Le tome LXVII : 220 pages de tableaux.

7 Risque de confusion de chiffres entre le nombre des enfants de moins de 8 ans et l’âge de leurs aînés apparaissant sur la même ligne. Décompte séparé des laïques et des ecclésiastiques d’une même famille.

8 Les couples mariés dans l’année. Cela semble le cas à Saint-Sauveur.

9 Coll. Bucquet, vol. LXVI1, p. 377.

10 54,8 % de la population, soit un écart de près de 18 % entre les sexes.

11 Catherine Dardanne, Nuptialité et alliances dans une paroisse de Beauvais (mémoire de maîtrise, Paris IV, 1975).

12 L’Armée française de la fin du xviie siècle au ministère de Choiseul, Paris, 1964 (en particulier, la carte du recrutement en 1763, p. 419).

13 L’étude de la répartition socio-professionnelle posait d’autres problèmes, résolus pour la plupart, en ce qui concerne les hommes, grâce à l’utilisation des registres paroissiaux. Pour les femmes, en revanche, lorsqu’elles exerçaient une profession, celle-ci n’était à peu près jamais mentionnée dans les registres. Quant au recensement, il se borne à en faire état pour les veuves ou les filles anciennes devenues chefs de famille.

14 12 063 habitants en l’an 11, 12 449 en l’an IV, avec des variantes dues pour la plupart à des erreurs de copie.

15 D’après les tableaux de conscription de 1806 et 1809 qui ne donnent pas de renseignements sur la couleur des yeux et des cheveux, la taille moyenne des 167 jeunes Beauvaisiens recensés était seulement de 1,66 mètre. 58 d’entre eux, soit près de 35 %, avaient plus d’1,70 mètre, 85 et 24 plus ou moins d’1,60 mètre.

16 Parfois écrit Lefèbvre, mais l’orthographe n’était pas fixée. Nous avons procédé de même façon pour tous les patronymes, lorsque les variantes n’étaient visiblement que des fautes d’orthographe.

17 Chacune de ces rubriques regroupe plusieurs types de patronymes : 1 – des noms de régions ou de localités (de loin les plus nombreux) et des particularités de l’habitat ; 2 – des noms de baptême germaniques, des noms de saints et de personnages bibliques ; 3 – des sobriquets concernant le caractère ou l’aspect physique, ou évoquant une fonction ; 4 – des noms d’outils ou de métiers ; (tableau établi à partir des mémoires de maîtrise de Christophe Queyrol et d’Isabelle Lequien qui s’étaient référés au dictionnaire d’Albert Dauzat et celui de P. Lagneau et J. Arbuleau).

18 D’après les registres de quatre paroisses, Saint-André, la Madeleine, Sainte-Marguerite et Saint-Sauveur, la plupart des autres ayant disparu, notamment ceux de la Basse Œuvre et de Saint-Étienne pour le premier tiers du xviiie siècle.

19 Le colloque d’octobre 1980 n’a pas vraiment apporté de lumière sur la façon de procéder. Le recensement de l’ensemble des prénoms ne résout pas le problème du nom d’appel. Les moyennes générales conduisent en effet à des conclusions dont il faut se défier, surtout en ce qui concerne les femmes. Le cas de Marie est assez révélateur à cet égard.

20 Joséphine se distinguait mal de Josèph(e), de même que Rosalie se confondait bien souvent avec Rose. Réunis, ces deux derniers prénoms auraient pu figurer dans notre tableau dès 1750 à la place d’Élisabeth et, au 9e rang, en 1775-1779, entre Jeanne et Thérèse (2,9 % des cas).

21 Ainsi Brutus, Nivôse Trubert, né le 10 nivôse an II (30 décembre 1793), Marat, La Montagne Rimogé, né le 12 prairial, Brutus, Messidor Morel, né le 1er messidor (19 juin 1794).

22 Le cas de la Basse Œuvre pose problème, étant donné le nombre des couples sans attache aucune avec la ville qui venaient se marier dans la paroisse cathédrale, une question sur laquelle nous reviendrons au chapitre suivant. Même si ces ruraux n’étaient pas tous illettrés, ils étaient si nombreux que leur présence aurait faussé les moyennes. Nous n’avons donc retenu pour cette étude que les mariages où l’un des époux au moins était domicilié à Beauvais, quelle que fût la paroisse.

23 Rappelons que toutes ces données ont pour cadre la paroisse où a été célébré le mariage, ce qui ne saurait préjuger du domicile et surtout de l’origine du mari. Si la femme se mariait habituellement dans sa paroisse, elle pouvait venir de l’extérieur, souvent de la campagne, comme nombre de domestiques logés chez leur maître.

24 On parlait et l’on parle encore de « tiots » (abréviation de petiots) et de « tiotes » pour désigner les enfants. Survivent également des termes anciens, comme pampilles ou atrainquillage. À cet égard, voir infra, n. 54

25 Nous avons tenté de faire le point de la question dans le premier volume de cette étude, consacré à la campagne, pp. 49 et 50.

26 432 en 1708, un nombre qui devait s’accroître d’une vingtaine au cours du siècle, grâce à la création de nouvelles cures. C’est ainsi que La Houssoye et Villotran furent distraites d’Auneuil en 1717, Brombos, puis Hautbos, détachées de Briot en 1716 et 1764.

27 D’après les comptes de l’évêché de Beauvais de 1762 à 1788 (AD, G 419 à 519), une masse de documents qui mériteraient une étude détaillée. En 1695, ces revenus avaient été évalués à 48 000 livres, une estimation que P. Goubert jugeait « fort inférieure à la réalité » (Beauvais, op. cit., p. 236, n. 79). Nous disposons de chiffres précis pour 1763 et 1764, grâce au compte rendu du receveur général de l’évêque, soit respectivement, 87 757 livres, 11 s., 9 d. et 92 076 1., 13 s., 9d. (G 419). Pour 1789, l’évaluation était de 96 000 livres. À cela s’ajoutait le revenu des abbayes en commende, quatre pour le cardinal de Gesvres.

28 C’est à la demande de l’archevêque de Paris que le lieutenant général de police, sur ordre du roi, avait décidé de faire arrêter les ecclésiastiques « trouvés en débauche ». De 1755 à 1764, un millier d’entre eux furent arrêtés, parmi lesquels une douzaine de Beauvaisiens que nous n’avons pu tous identifier. Les registres des inspecteurs des mœurs, conservés à l’Arsenal et à la Bibliothèque nationale, partiellement publiés en 1863, ont été exploités à plusieurs reprises, notamment par Camille Piton (Paris sous Louis XV…, 5 vol. parus de 1906 à 1914) et plus récemment par Marie Benabou, La Prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, 1987, où l’on peut retrouver la citation en question, p. 127, n. 1.

29 Celle de Gabriel Danse était de l’ordre du million de livres.

30 Né à Beauvais en 1670, Jean-Baptiste Dubos était devenu secrétaire perpétuel de l’Académie française. Fixé à Paris, où il mourut en 1742, il n’avait pas perdu le contact avec sa ville natale. Sa sœur Marguerite avait épousé un Boicervoise, Catherine était la femme de Lucien Motte, Élisabeth celle de Lucien Danse et François, son frère, avait épousé une fille Picard.

31 Nous connaissons les « taux du pain » tout au long du siècle, grâce aux ordonnances du bailli qui les fixait en fonction du prix des grains sur le marché (B 1285). Quatre catégories étaient habituellement taxées : du pain blanc, puis du pain mollet au pain bis. Malheureusement, nous ne connaissons pas toujours les salaires correspondants, des salaires qui suivirent avec retard la hausse générale des prix qui s’accuse après 1760 : plus de 50 % vers 1780, par rapport à 1726, date de la stabilisation de la livre tournois après la liquidation du système de Law.

32 Pour les généralités de Rouen et d’Amiens, entre autres, les citations retenues par E. Labrousse dans son Esquisse du mouvement des prix, t. II, pp. 528-541.

33 Dans ce domaine, la Basse Œuvre représente l’exception avec sa population âgée et surtout la présence de 56 chanoines vivant seuls pour la plupart dans leurs maisons canoniales.

34 « La population de Senlis en 1765 », Mesurer et comprendre, p. 353. C’est pour les ménages d’une seule personne que l’écart entre les deux villes apparaît le plus grand : 10,74 % à Senlis, 15,91 % à Beauvais.

35 Répartition d’une grande simplicité dans les faubourgs (personnes seules : 16,5 % ; frères et sœurs : 0,4 ; ménages simples : 82,5 ; familles élargies : 0,4 %), à peine plus complexe dans la plupart des paroisses intra muros. Tableau plus varié à Saint-Sauveur et Saint-Étienne, une paroisse qui nous a posé problème en raison de la qualité médiocre du recensement. Grâce aux inventaires après décès, nous avons pu constater dans quatre cas précis qu’immeuble avait été confondu avec logement, des locataires ayant été indûment réunis à la famille du propriétaire. La même erreur s’étant certainement reproduite plus d’une fois, mieux valait s’abstenir de présenter un tableau faussé sur certains points.

36 B 1175. Inventaire après décès de Madeleine Bonnière, épouse Closier, et de Jeanne Régnier, épouse Gambier, rue des Ursulines, toutes deux paroisse Saint-Sauveur, 17 septembre et 16 novembre 1750. B 1216. Inventaire de Madeleine Courtois, épouse Cordier, rue des Cordeliers (9 janvier 1775).

37 B 1220. Inventaire de Marie-Anne Michèle Lhermillier, épouse de Pierre Cormeille (16 août 1779) et François Bauve, rue du Béguinage (2-9 décembre). Celui-ci était marié à Cécile Pudepièce. Il s’agissait d’une des familles les plus nombreuses que nous ayons reconstituées à Beauvais.

38 B 1232. Inventaire de Jeanne Lejeune, femme de Pierre Fassiole, compagnon serger, rue de l’Infanterie (12 août 1787). La fille aînée avait alors 21 ans, le plus jeune garçon, 5 (Reg. par. Saint-Étienne).

39 Rue des Cordeliers, paroisse de la Madeleine (B 1216, inventaire du 12 avril 1775).

40 B 1207. Inventaire de Mathieu Batardy, maître corroyeur (30 janvier 1769). B 1230. Inventaire de Thérèse Daniel, épouse de Jérôme Mennessier, apprê-teur d’étoffes rue Saint-Jean (18 avril 1785). B 1220. Inventaire de François Bauve, déjà cité.

41 Graphique n° 3 établi à partir des données fournies par J. Leparquois (op. cit., pp. 47 et 92) et que nous avons regroupées après vérification. Dans sa thèse, p. 304, P. Goubert relève le montant de deux successions à partir d’inventaires « pris au hasard » dans les archives du comté pairie, celles d’un tisserand et d’un serger, en 1722 et 1738, d’un même montant de 86 livres. Mais de tels chiffres ne sauraient correspondre à une moyenne, ainsi qu’il le laisse entendre. Même s’il faut tenir compte d’une hausse des prix sensible pendant la soixantaine d’années sur laquelle s’étale notre enquête, nous arrivons à de tout autres résultats. Chez les ouvriers en laine, les compagnons, le mobilier était estimé à plus de 200 livres dans 85 % des cas et, trois fois sur cinq, à plus de 500. 80 livres, rappelons-le, correspondent au prix moyen d’un lit en milieu de siècle.

42 B 1202 et 1142. Inventaire après décès des 17 juin 1766 et 18 août 1733.

43 L’expression « riche comme les Danse » remontait à la fin du xviie siècle. Le fait est rapporté par P. Goubert, dont la thèse complémentaire, Familles marchandes…, op. cit., décrit de façon très suggestive l’ascension des Motte et des Danse.

44 C’était le cas chez les Motte et les Danse (mais pas toujours au second étage), également dans les 15 pièces de J. Baptiste Michel, rue des Flageots (B 1208, avril 1770, après le décès de sa jeune femme). Rappelons cependant le rôle des bassinoires ainsi que l’utilisation des bonnets de nuit, indispensables l’hiver dans des chambres qui étaient peu ou point chauffées.

45 B 1222, chez Colin, en 1781.

46 D’après le relevé des baux passés avec différents fermiers, de Warluis au Faÿ-Saint-Quentin, Jean-Baptiste Michel devait recevoir 17 paires de poulets dans l’année. On ne s’étonnera donc pas de trouver chez lui, lors du décès de sa femme, cinq poules, un coq et un dindon, estimés 3 livres (B 1208. Inventaire précité d’avril-mai 1770). Chez François Leuillier, en février 1787 il était dans la cour deux poules, deux dindons et six pigeons (B 1232).

47 Ce bréviaire du négoce publié en 1675 fut en effet réédité pendant tout un siècle, le fils succédant au père pour la mise à jour de l’ouvrage.

48 B 1207. Inventaire du 7 juin 1769 : 416 ouvrages nommément désignés, 300 autres estimés en vrac.

49 C’est le bailli, rappelons-le, qui fixait le taux du pain en fonction de la mercuriale des grains. Périodiquement, il rappelait aux boulangers les types de farine qu’il leur fallait utiliser. Ainsi, à l’automne de 1740 : « Le pain clairet blanc sera composé de deux tiers de fleur de farine et un tiers de farine blanche ou seconde farine » ; le bis blanc, par tiers, de fleur de farine, de farine blanche et de fin gruau ; le pain bis de farine blanche pour un tiers, de gruau pour le reste (B 1285 s.d.). Depuis 1735, on voyait apparaître également du pain mollet.

50 Indices du coût de la vie établis par E. Labrousse : 1726-1741 (après la stabilisation de la livre) : 100 ; 1771-1789 : 145, et même 165 pour les années 1785-1789 (Esquisse du mouvement des prix…, Paris, 1933). Selon ses estimations, le pain représentait la moitié des dépenses dans les milieux populaires, les légumes, le lard et le vin 16 %, le vêtement 15 %, éclairage et chauffage 6 %.

51 B. 1265,31 décembre 1777 et 1er janvier 1778. Nous n’en avons pas trouvé mention auparavant, mais s’agit-il vraiment d’une première ?

52 En avril 1785, chez Lucien Lefèvre, un procureur du roi (B 1230).

53 A. Young, Voyages en France, op. cit., t. III, p. 968. – R. Stolberg, Reisen und Erinnerungen…, Nuremberg, 1767, p. 104.

54 Atrainquillage désigne, au sens propre comme au figuré, l’équipement, voire l’attelage plus ou moins réussi d’éléments hétéroclites (ainsi, des vaches derrière un tombereau). Ce terme que, personnellement, nous utilisons encore, est à relier au verbe atrainquiller, dont R. Samson signalait l’emploi au Coudray-Saint-Germer.

55 En septembre 1754.

56 AD, B 1263-65, passim. Sous la rubrique de « curiosités », la très longue série des autorisations accordées par le bailli. Ainsi, en juin 1757, « un lièvre qui bat la caisse ».

57 L’incident avait eu lieu le 24 mars 1786, lors de la représentation d’une pièce de Monsigny, Le Déserteur. Il y avait eu un mort et, par lettres de cachet, les gardes qui avaient tiré l’épée furent incarcérés dans les forteresses de Ham et Doullens, en Picardie (P. Tiersonnier, op. cit.).

58 Ainsi, en novembre 1769, après des affrontements entre bandes lors de la saint-Martin, le bailli faisait-il placarder une ordonnance de police interdisant les attroupements. Mais des bagarres avaient encore lieu à Marissel, le 14 janvier 1778 (B 1323). D’autres indications, en été en 1754 et 1765, ainsi que des certificats d’arrêt de travail pour un compagnon et un apprenti serger de la Madeleine.

Notes de fin

* « La population de Senlis en 1765 », Mesurer et comprendre, 1993, p. 352.
4 666 habitants recensés à Senlis en 1765, 1 836 à Meulan étudiée par M. Lachiver. R. Le Mée avait pu utiliser les données de notre article, publié dans le même recueil, « Un recensement du xviiie siècle : Beauvais, 1764-1765 ».

Gris ou bleu, les termes utilisés varient selon les employés. Il serait donc vain de les distinguer comme s’il s’agissait de nuances différentes.

Ont été réunis Jean et Jean-Baptiste, visiblement considérés comme le même prénom.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Beauvais en 1765. Répartition par âges de la population.
Légende 0-19 : 4 020 (363,4 ‰)20-59 : 5 666 (512,3 ‰)> 60 : 1 375 (124,3 ‰)Total : 11 061 (1 000)Aux 11 061 personnes de ce tableau, il faut ajouter 140 habitants au moins qui ont été omis. Avec les 15 capucins, les 300 pensionnaires du Bureau des pauvres et la compagnie de gardes du corps, on atteint le total d’au moins 11 850 habitants.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 2 – Beauvais, Meulan et Senlis. Répartition par groupes d’âges en 1765 ( %)
Légende La répartition par grands groupes d’âges souligne un peu l’impression relative de vieillissement. À cet égard, nous ne pouvons que reprendre à notre compte les remarques faites par René Le Mée, lorsqu’il comparait les populations de Meulan, Senlis et Beauvais, toutes trois recensées à la même époque et selon les mêmes directives. Si les Meulanais et les Beauvaisiens « semblent avoir été un peu plus jeunes que les Senlisiens, le caractère de vieillissement paraît, lui, avoir été plus accentué chez les Beauvaisiens, surtout si l’on tient compte d’un net déficit dans ce cas des effectifs masculins aux âges adultes* ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Graphique 2 – Beauvais en 1765. Pyramide des âges
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Tableau 3 – Levée de 1793 : signalement des volontaires
Légende Le bataillon du district de Beauvais comprenait 1 424 hommes répartis en 16 compagnies recrutées dans le cadre cantonal. La ville n’avait fourni que 90 « volontaires », autant que 5 villages voisins qui, ensemble, ne comptaient guère plus de 3 500 habitants. Allonne en avait fourni 33, Bracheux 5, Marissel 25, Notre-Dame-du-Thil 20 et Saint-Just-des-Marais seulement 7. Les autres soldats étaient originaires de 150 villages des districts de Beauvais, Chaumont et Grandvilliers.Note *
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau 4 – Répartition des noms de famille
Légende À ces 61 noms on peut adjoindre une quarantaine d’autres, moins bien représentés sans doute, mais qui n’en sont pas moins caractéristiques de la ville et de sa région : Baget, Boicervoise, Comédé, Crosnier, Dardaillon, Desaint, Desessement, Dorgebray, Duroyaume, Fermepin, Fléchelle, Fléchemer, Gimart, Hainque, Halotier, Hersent, Labitte, Lainé, Lécuyer, Linstruiseur, Liviere, Lormier, Loury, Lou-vencourt, Pilavoine, Pillon, Pulleu, Rimaugy, Roisse, Ropitaille, Saulnier, Sercus, Taconnet, Vacquerie, Vaudremer, Virgile, Walon.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau 5 – Origine des patronymes
Légende Note 1717
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Nombre de prénoms au baptême ( %)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 6 – Répartition des prénoms selon les périodes ( %)
Légende À Beauvais nous n’avons pu, comme pour la campagne, faire le décompte régulier des prénoms d’usage. Dans bien des villages en effet, les curés se contentaient d’ordinaire du nom d’appel dans la rédaction des actes de mariage ou de sépulture, alors qu’en ville le plus souvent, mention était faite de tous les prénoms figurant sur l’acte de baptême. Grâce au recensement de 1765 et à quelques listes nominatives, il était cependant possible d’esquisser le classement des prénoms les plus répandus à l’époque.Note *
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Tableau 7 – Prénoms républicains
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Figure 5 – Niveau d’instruction selon les paroisses.En réunissant hommes et femmes, les contrastes entre les paroisses demeurent, malgré la disparité du niveau d’instruction.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Figure 6 – Une feuille d’impôts. L’intéressé, Louis Radel, un ancien épicier de la paroisse Saint-Laurent, était mort le 27 août, ce qui explique la référence aux héritiers.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Tableau 8 – Nombre de personnes par ménage
Légende Collectivités : 8 couvents (200 personnes, y compris pensionnaires et domestiques), évêché (21), 5 prêtres de Saint-Sauveur, école de chant (15), collège (24), pensions Leblond, Cognoux et Devimeux (63), Hôtel-Dieu (38), Bureau des pauvres (308). Total : 17, groupant 674 personnes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 9 – Répartition des ménages selon leur taille (en %)
Légende 1. Selon les indications du registre.2. Après défalcation des emplois relevant de l’artisanat et du commerce (côté masculin uniquement, toute distinction étant impossible pour les femmes).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Graphique 3 – Inventaires après décès
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Tableau 10 – Successions de quelques notables (en livres et en sous)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Graphique 4 – L’évolution du prix du pain au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Figure 7 – Mercuriale des grains
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Figure 8 – Ordonnance de police
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2544/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search