Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Première partie. La ville et ses habitants

Chapitre premier. Beauvais au xviiie siècle

Texte intégral

1Au cœur de son vaste diocèse, la vieille cité épiscopale de Beauvais restait fidèle à ses traditions et à son passé. Comme sainte Angadrême, Jeanne Hachette était entrée dans la légende ; les murs qu’elle avait défendus contre les Bourguignons enserraient toujours étroitement la cité. Mais Beauvais était aussi une ville active, une ville de passage, animée et bruyante. Le travail de la laine semblait toujours sa raison d’être et sa position au croisement de routes très fréquentées assurait son rôle d’étape à une journée de route de Paris.

2C’est par le faubourg Saint-Jacques que l’on entrait en ville, après huit ou neuf heures de voiture depuis la porte Saint-Denis. À l’arrivée comme au départ, l’épreuve de rues étroites et encombrées avant d’atteindre la grand place et de découvrir enfin la cathédrale. Pour embrasser la ville dans son ensemble, il fallait venir du nord ou plutôt du sud-ouest par la route de Gisors et le plateau Saint-Jean. C’est là que les gravures anciennes plantaient le décor de leurs vues cavalières, détachant de part et d’autre de la cathédrale les flèches d’ardoise de vingt clochers au-dessus du moutonnement des toits et de la ceinture régulière des remparts. Malgré la présence de collines s’estompant dans le lointain, rien qui pût révéler la situation de la ville, blottie dans une vallée marécageuse, celle du Thérain, un modeste affluent de l’Oise.

« Beauvais est une ville très agréable, assez bien bâtie et entourée de fossés remplis d’eau de la rivière de Thérin [sic] ; cette rivière est fort utile aux ouvriers qui y fabriquent diverses étoffes. Les rues sont grandes et belles et les maisons presque toutes de bois. Les étrangers y considèrent le marché, qui est peut-être le plus grand et le plus beau du royaume. » (Louis Moreri, Le Grand Dictionnaire historique, 1759.)
« BEAUVAIS, Bellovacum, ville considérable de France, capitale du Beauvoisis, dans le gouvernement de l’Isle de France, avec un évêché qui est comté et pairie et suffragant de Rheims, un présidial et une élection de la généralité de Paris. Son premier apôtre fut saint Lucien, au troisième siècle. Le chœur de l’église cathédrale passe pour un chef-d’œuvre d’architecture. Le duc de Bourgogne l’assiégea en vain en 1472, avec une armée de 80 000 hommes. Les femmes s’y signalèrent sous la conduite de Jeanne Hachette. Il s’y fait un commerce considérable en toiles et en étoffes de laine. Il y a aussi une manufacture de belles tapisseries et des blanchisseries qui ont beaucoup de réputation, aussi bien que les moutons de son territoire… Beauvais est sur le Thérain, à 12 lieues S d’Amiens, 10 NO de Senlis, 15 E de Rouen, 17 N de Paris. Longitude 19 d.44.42, latitude 49 d.26.2. » (Vosgien, Dictionnaire géographique de 1776, après restitution des abréviations.)

UNE ANCIENNE VILLE FORTE

  • 1 Derniers travaux en 1355, selon Ch. Doyen, d’après des documents aujourd’hui disparus. En août 134 (...)

3Beauvais s’était longtemps enorgueillie de la puissance de ses remparts, « parmy les plus forts de la Chrétienté ». Leur construction, commencée sous le règne de Philippe-Auguste, s’était achevée au début du xive siècle1 Pour avoir résisté aux assauts du Téméraire, ils lui avaient valu la réputation de ville imprenable, de quoi décourager bien des assaillants. Henri IV lui-même avait mieux aimé traiter avec les Beauvaisiens plutôt que de risquer l’aventure d’un siège. Ainsi que le jurisconsulte Loisel le soulignait avec fierté, la ville était « tenue pour vierge et pucelle comme n’ayant jamais été pillée ou forcée par les ennemis ». Affirmation qui ne devait pas être démentie, même aux heures les plus graves de la guerre de Trente Ans. En 1636 en effet, l’année de Corbie, tandis que la ville se mettait en défense, l’ennemi se bornait à fourrager dans la campagne. En juillet 1657 encore, les Espagnols s’en tenaient à des raids de cavalerie autour des remparts.

  • 2 Portes de Paris, de Bresles (route de Clermont), de l’hôtel-Dieu (routes de Calais et d’Amiens), p (...)

4L’enceinte, percée de cinq portes et de trois poternes2, se développait sur près de quatre lieues, dessinant un ovale irrégulier vaste d’une centaine d’hectares. À l’intérieur, les restes d’un mur gallo-romain édifié au iiie siècle marquaient les limites de l’ancienne cité épiscopale, devenues celles de la paroisse cathédrale. La rivière continuait de courir autour de la ville dont elle baignait les murs à l’ouest et au midi ; mais, au nord et à l’est, les fossés qui n’étaient plus curés se transformaient en cloaques malodorants, comme à la porte de Bresles ou la poterne Saint-André, des dépôts d’ordures habités par des colonies de rats.

5De loin, la muraille avait encore fière allure avec ses tours et ses créneaux dominant de quarante pieds les fossés d’alentour. Le bel appareil de pierres de taille témoignait du soin qui avait été apporté à la construction au cours du xiiie siècle. Mais, avec les progrès de l’artillerie, le temps était révolu des forteresses d’un autre âge. Après l’annexion de l’Artois et d’une partie de la Flandre, la frontière militaire du royaume n’était plus sur le cours de la Somme. Vauban s’était mis à l’œuvre et Beauvais perdait son rôle de place forte couvrant les avenues de la capitale. Après la suppression de la charge de maître des forteresses en 1676, sept ans plus tard, la ville devait livrer au roi ses trente canons. L’office de capitaine de ville n’était plus qu’une sinécure lorsqu’il fut supprimé définitivement en 1696.

  • 3 C’est-à-dire sur près de 400 mètres, ce qui facilitait l’évasion des prisonniers de guerre holland (...)

6Les remparts allaient survivre plus d’un siècle à leur fonction militaire en se réduisant au rôle fiscal de barrière d’octroi. Ils devenaient un lieu de récréation pour les enfants, une promenade du dimanche pour les bourgeois. Avec le temps, les brèches allaient s’élargissant, d’autant qu’elles servaient parfois de carrière aux voisins. En juin 1747, la municipalité constatait que les remparts étaient « entièrement écroulés » depuis la poterne Sainte-Marguerite jusqu’à la porte de l’hôtel-Dieu3. Elle proposait à l’intendant de faire creuser un fossé de vingt-cinq pieds afin de rétablir de ce côté une sorte de clôture. En attendant la condamnation définitive de l’enceinte, on jetait bas les ouvrages avancés qui entravaient la circulation, porte de Bresles, porte du Limaçon. En 1767 s’achevait le démantèlement de la tour Boileau.

  • 4 La flèche s’était écroulée en 1573, quatre ans après son achèvement. L’abandon de la nef avait pré (...)

7Derrière ses remparts, avec ses maisons anciennes et ses rues étroites, Beauvais conservait encore bien des aspects d’une cité médiévale. Partout des maisons de bois et d’argile, des édifices étroits aux étages en surplomb dominés par le chœur gigantesque d’une cathédrale inachevée. Depuis l’écroulement d’une flèche trop tôt élevée sur le transept, les Beauvaisiens s’étaient résignés à l’abandon du dernier projet de nef4. Pourtant, du haut de ses deux cents pieds, Saint-Pierre semblait veiller de loin sur la grand place, centre des affaires et de la vie publique, où la présence d’un pilori d’un autre âge rappelait le pouvoir seigneurial de l’évêque sur la cité.

8Ville puante, sonnante et médisante : depuis le préfet Cambry, le vieux dicton a été repris par tous les historiens ; mais, à l’époque, à quelle ville du royaume n’aurait-il pu s’appliquer ? Les rues que l’on commençait à peine de paver étaient en toute saison d’une saleté repoussante. Certaines d’entre elles étaient constamment encombrées de tas d’ordures où les déjections des bouchers et des marchands de poisson s’ajoutaient à celles des particuliers. Il fallait en chasser les chiens errants, la volaille, voire même quelques pourceaux en liberté qui venaient y chercher leur nourriture. C’est en vain que le bailli de l’évêque, à qui revenaient les affaires de voirie, répétait inlassablement les mêmes interdits. Comme partout, les Beauvaisiens bravaient les amendes en jetant à la rue leurs ordures et leurs excréments et ce n’était certes pas avec leurs six tombereaux que les « fermiers des boues » pouvaient débarrasser le pavé des tas d’immondices qui se reformaient après leur passage.

9À la puanteur des rues répondait celle de la rivière dont les faux bras étaient autant d’égouts charriant des eaux souillées par le suint des laines, les teintures, les ordures des citadins. Le cours du Thérain, canalisé en amont, avait été détourné vers le sud afin de mieux couvrir les remparts. Mais plusieurs ruisseaux s’en détachaient pour traverser la ville, comme le Merdenson, trop bien nommé, qui suivait le tracé de l’ancienne muraille du Bas Empire. Des cimetières se dégageaient d’autres senteurs, l’été surtout, et comme on continuait d’enterrer dans les églises, il arrivait souvent que les fidèles fussent « incommodés pendant les offices ».

10La nature marécageuse du sol était un autre facteur d’insalubrité. Les puits ne fournissaient qu’une eau douteuse, souillée si souvent d’infiltrations qu’elle devait entretenir la typhoïde à l’état endémique. Tous les douze ou quinze ans, les bas quartiers étaient menacés d’inondation par les crues du Thérain. Un gros orage pouvait gonfler brusquement la rivière, comme en septembre 1729. Le plus souvent, la montée des eaux était due à la fonte des neiges, comme en janvier 1741, en février 1784 et surtout en janvier 1757 où les faubourgs Saint-Quentin et Saint-Jacques étaient presque entièrement inondés. En ville, il n’était pas de fontaines, les bains publics avaient disparu depuis le xvie siècle. La vermine et la crasse, l’entassement dans des logements étroits et humides expliquent assurément les ravages périodiques des grandes épidémies.

11La grand-place restait le centre de toute activité avec ses boutiques et son marché et un hôtel de ville que l’on rebâtirait au milieu du siècle. Alentour, c’était un dédale de ruelles étroites et tortueuses, parfois longées par quelque bras du Thérain transformé en égout. Vers le nord et la route d’Angleterre, la principale orientation du trafic depuis Paris, la liaison était tant bien que mal assurée, de la place à l’hôtel-Dieu par les grandes rues Saint-Sauveur, Saint-Martin et Saint-Laurent dont le tracé, fortement rectifié après la seconde guerre mondiale, correspondrait aux actuelles rues Carnot et Gambetta. D’est en ouest, la rue des Jacobins se prolongeait, comme de nos jours, par la rue Saint-Pierre, alors assez étroite, qui s’ouvrait en direction de Rouen par la porte du Limaçon. La route de Champagne en Normandie, par Compiègne et Clermont, entrait en ville par la porte de Bresles. Au sud, la rue Saint-Jean, aujourd’hui rue Desgroux, conduisait vers la porte et le faubourg Saint-Jean.

12Les gravures anciennes permettent de retrouver la physionomie d’un centre urbain dont les vestiges ont été irrémédiablement détruits par l’incendie de juin 1940. Autour d’une place immense, des rangées d’étroites maisons à pans de bois dressaient leurs façades historiées et leurs pignons pointus, le même décor sans doute qu’aux xve et xvie siècles. Alentour, on voyait pointer les clochers des églises les plus proches, Saint-Sauveur, Saint-Étienne, la Madeleine, Saint-Michel, un peu écrasées par la masse de la cathédrale. Côté nord, on était sur la paroisse Saint-Sauveur, la plus riche et la plus imposée de la ville. C’est là qu’habitaient presque tous les gros négociants, les drapiers, les commerçants aisés dont les boutiques s’ouvraient « sur le marché ». Au sud, on était sur Saint-Étienne, avec les mêmes échoppes et les mêmes activités, des auberges aussi et des hôtelleries comme celle des Piliers royaux, mais c’était l’hôtel du Cygne, sur Saint-Sauveur, qui était le principal point de ralliement des diligences.

13Le vieil hôtel de ville ne faisait guère honneur à la cité. Antoine Loi-sel reconnaissait qu’il était « peu de chose ». Il fallut l’incendie de 1746 pour que la municipalité se décidât à le jeter bas et à l’agrandir en achetant des immeubles voisins. Le 30 avril 1753, Mgr Potier de Gesvres posait la première pierre du nouvel édifice dont la façade régulière, épargnée par l’incendie de 1940, se dresse toujours au sud de la grand-place. Restait le pilori, souvenir d’une époque qui semblait révolue. Mais l’évêque refusait de le laisser abattre, car il était le symbole de son pouvoir seigneurial. Il fallut aux édiles près de trente ans de négociations avant d’obtenir l’arrangement qui permettrait d’installer à sa place, en août 1788, une statue équestre de Louis XIV.

14Le marché se tenait deux fois par semaine sur la place, le mercredi et le samedi, celui-ci étant de loin le plus important. Le premier samedi du mois, il s’élargissait aux dimensions d’une foire régionale. C’était le franc marché, qui datait du xvie siècle, en vertu d’un privilège accordé en 1553 par lettres patentes de Henri II. Les bêtes qu’on y conduisait, moutons, chevaux, porcs et surtout bovins, étaient exemptées de tous droits d’entrée. On les rassemblait hors les murs sur un terrain situé au nord de la ville, près de l’hôtel-Dieu, entre les routes d’Amiens et de Calais. Le centre commercial ne se réduisait cependant pas à la grand-place. Comme de nos jours, il s’orientait surtout du nord au sud, s’étirant depuis la grande rue Saint-Martin jusqu’à la rue de l’Écu et l’orée de la rue Saint-Jean. Au-delà, les maisons se faisaient plus basses et les boutiques plus rares. On se perdait bientôt dans la monotonie de quartiers populaires où le battement des métiers rappelait la vocation industrielle de la cité.

Figure 1 – Plan de la ville de Beauvais en 1692, coll. particulière.
Au nord, on voit se détacher les flèches de l’hôtel-Dieu et de l’église Saint-Laurent ; au centre, entre lesquelles on reconnaît la silhouette de l’église Saint-Étienne. À l’extérieur des remparts, se détachent la nef de Saint-Sauveur et, plus à l’ouest, la masse de la cathédrale et les tours du le couvent des Capucins, Saint-Lucien, Saint-Quentin (47, 46 et 45 du plan) ; au sud-ouest, le fau-palais épiscopal. Vers le sud, dans le prolongement de la place (avec son pilori), on peut suivre bourg Saint-Jean, dominé par l’abbaye Saint-Symphorien ; au sud-est, par-delà la porte de Paris, le tracé de la rue de l’Écu (actuelle rue de Malherbe) et surtout de la rue Saint-Jean (Desgroux) le faubourg Saint-Jacques.

15À l’ouest, on entrait dans le domaine de l’évêque. C’était la paroisse cathédrale, Saint-Pierre ou la Basse Œuvre, établie sur la cité du Bas Empire, un rectangle de dix hectares encadré par les restes de la muraille gallo-romaine, toujours baignée par une dérivation du Thérain. Auprès de la cathédrale inachevée, les deux grosses tours du xive siècle rappelaient les démêlés de Simon de Nesle avec les bourgeois ; elles continuaient de garder l’entrée du palais épiscopal, une belle demeure de style Renaissance. La tour de Crou qui couvrait à l’extérieur la porte du Limaçon ne devait pas être démolie de sitôt, mais il y avait longtemps déjà que le reste de l’ouvrage avancé avait été converti en jardin d’agrément pour l’évêque. Les petites rues qui serpentaient entre la place Saint-Michel et la rue Saint-Pierre étaient parmi les mieux habitées de la ville. La Basse Œuvre restait en effet la paroisse « des hommes en noir », qu’ils fussent « d’église ou d’écritoire », une cinquantaine de chanoines, les quatre notaires, la plupart des avocats et des procureurs, le bailli et ses lieutenants, les principaux officiers de l’élection et du présidial.

  • 5 Les Danse à Saint-Martin, pour ne citer que ceux-là. Dans la même paroisse, petite rue Saint-Marti (...)

16Les quartiers du nord, en revanche, comptaient parmi les plus pauvres, avec leur ruelles peuplées d’ouvriers en laine et d’artisans. Dans les paroisses Saint-Martin et Saint-Laurent, il était cependant quelques familles aisées5 et des commerçants, des aubergistes dans les deux rues passantes qui menaient à l’hôtel-Dieu, ce qui n’était pas le cas pour Sainte-Marguerite. Il s’agissait pourtant de la paroisse du collège, une fondation du xvie siècle, qui avait connu la célébrité à la grande époque du jansénisme. On se souvenait que Racine en avait été l’élève, mais depuis que le cardinal de Janson avait sévi contre les « hérétiques », l’établissement retournait peu à peu à sa médiocrité. L’hôtel-Dieu était établi près des remparts, sur la paroisse Saint-Laurent. Ses revenus lui permettaient d’accueillir une centaine de malades et de vieillards, citadins ou campagnards, quelques soldats parfois, confiés aux soins d’une vingtaine de religieuses. Le Bureau des pauvres, créé en 1629 par l’évêque Augustin Potier, ne s’était installé dans ses murs qu’à partir de 1655.11 abritait trois cents pauvres « tant hommes que femmes et enfants », pour lesquels on avait établi des ateliers de travail et des écoles de charité. Dépendances de Saint-Laurent, la Terre Gaillon et la Terre Bourdon méritaient à peine le nom de faubourgs. En dehors d’un couvent de capucins fondé au début du xviie siècle, leur population se réduisait à une quarantaine de familles de vignerons établies au-delà des murs.

17Même population ouvrière à Saint-André, la Madeleine et Saint-Thomas, ainsi que dans la partie orientale de Saint-Sauveur. Dans certaines rues, le travail du cuir voisinait parfois avec celui de la laine, les sergers faisant place aux tapissiers aux alentours de la Manufacture royale. Celle-ci s’était fait un nom, grâce à Colbert, mais, au début du siècle, son avenir semblait encore mal assuré, en dépit des commandes de la Cour et des encouragements officiels. Le succès viendrait plus tard, grâce à Jean-Baptiste Oudry qui sut adapter la production aux goûts des contemporains. L’est de la ville était aussi le quartier des couvents, ursulines et sœurs grises, jacobins et cordeliers. Les ursulines, une communauté vouée à l’enseignement des filles, n’avaient pas été accueillies sans réticences lorsqu’elles s’étaient établies à Beauvais en 1627. Mais elles n’avaient pas tardé à se faire apprécier de la population et leur communauté, en plein essor, comptait plus de 80 religieuses à la fin du xviie siècle. Leur ferveur janséniste devait pourtant leur valoir les persécutions de la hiérarchie. En 1723, l’interdit était jeté sur le couvent, deux religieuses exilées dix ans plus tard. Lorsque le cardinal de Gesvres leur accordait enfin son pardon, elles n’étaient plus que quatre, en 1758, dans un couvent qu’il allait falloir repeupler de religieuses venues de Picardie. Leurs voisines, les dames du tiers ordre de Saint-François, avaient vécu les mêmes épreuves, mais, après l’exil de quatre des leurs au début de 1749, les autres n’avaient pas tardé à se soumettre. Lors du recensement de 1765, le couvent comptait encore 43 religieuses, alors que les ursulines n’étaient plus que 23. Dominicains et franciscains connaissaient d’autres problèmes. Ils souffraient de la crise des vocations qui atteignait tous les ordres masculins et leurs communautés se réduisaient de moitié en un demi-siècle. En 1765, ils n’étaient plus que 18 à porter la robe de bure dans le couvent de Saint-François, 10 seulement chez les dominicains.

18Tout le sud de la ville, de la grand-place à la porte Saint-Jean, était le domaine de la paroisse Saint-Étienne, de toutes la plus vaste et la plus peuplée. C’était également l’une des plus actives : elle surclassait toutes les autres par le nombre de ses ateliers, celui des laneurs et des sergers ; pour le travail du cuir, elle n’avait d’autre rivale que Saint-Sauveur. Tous les corps de métiers y étaient représentés, alimentation, bâtiment, travail du bois et des métaux. Depuis la construction d’une caserne et l’établissement à demeure d’une compagnie de gardes du corps, le quartier de cavalerie recrutait nombre de palefreniers, ainsi que des valets pour les gardes. Pourtant Saint-Étienne n’était pas seulement une paroisse ouvrière. Les alentours de la place, les rues Saint-Jean et de l’Écu comptaient, nous l’avons vu, bien des commerçants. Mais il était aussi quelques chanoines, des magistrats, des avocats, des procureurs, des agents du fisc, des maîtres d’école et de pension, la plupart des médecins et des chirurgiens.

  • 6 D’un patronyme assez répandu à Marissel comme à la poterne Saint-André les Beauvaisiens avaient fa (...)
  • 7 On gardait le souvenir de Bossuet qui en avait été l’abbé commendataire pendant 32 ans. Ses succes (...)

19Hors les murs, on retrouvait la campagne, avec ses hameaux de jardiniers et de vignerons accolés aux portes de l’enceinte. Aux faubourgs de la ville, Saint-Jacques, Saint-Jean et Saint-Quentin, qui constituaient autant de paroisses suburbaines, il fallait adjoindre la région des aires, ou de la poterne, qui dépendait de la paroisse Saint-André dont elle constituait une sorte de banlieue maraîchère. Ils étaient trois cents à vivre au milieu de leurs champs ou de leurs jardins, se mariant entre cousins ou avec « ceux de Marissel », des paysans dont ils étaient certainement plus proches que des artisans de l’intérieur des murs. En ville, où on les moquait pour leurs façons rustiques, les « bagets6 », tenus pour demeurés, faisaient partie du folklore local. Les trois « vrais » faubourgs participaient davantage à la vie de la cité. Saint-Quentin vivait en effet avant tout du textile, l’impression des indiennes supplantant le travail de la laine à la fin du règne de Louis XV lorsque des manufactures s’installèrent au voisinage, dans le village de Saint-Just. La paroisse relevait d’un couvent d’augustins, alors que Saint-Lucien, une des abbayes les plus anciennes et les plus riches du royaume, dépendait de Notre-Dame-du-Thil7. Le faubourg Saint-Jean conservait des allures de village. Il y était quelques tisserands, mais plus de la moitié des familles vivaient essentiellement du travail de la terre. Saint-Jacques avait aussi ses vignerons, mais plus nombreux étaient les ouvriers de la laine et du cuir, ainsi que les commerçants et les artisans qui travaillaient pour une clientèle de passage. On était en effet sur la route de Paris et les maréchaux ne risquaient pas de chômer, non plus que les charrons et les bourreliers. Des trois faubourgs c’était le plus animé, le plus agité aussi. Les alentours de la porte de Paris étaient périodiquement le théâtre de rixes nocturnes où s’affrontaient mauvais sujets et soldats en goguette près des cabarets mal famés où rôdaient des vagabonds et des filles.

  • 8 À l’époque, le terme de banlieue désignait essentiellement le terroir agricole de la ville placé s (...)

20Les paroisses limitrophes, Marissel, Allonne, Saint-Just, Notre-Dame-du-Thil, ne méritaient certes pas encore l’appellation de banlieue8 mais, du fait de leur proximité, elles participaient toutes peu ou prou à la vie de la cité. Au-delà de la porte de Bresles, Marissel s’étirait en contrebas de la route de Clermont, en bordure de fonds marécageux partiellement convertis en jardins maraîchers. Le samedi, les femmes du village se retrouvaient sur le marché de Beauvais à côté de leurs cousines de la poterne Saint-André. Allonne était au sud, un peu plus loin, mais l’un de ses hameaux, Voisinlieu, apparaissait déjà comme un prolongement du faubourg Saint-Jacques, route de Paris. Saint-Just-des-Marais et Notre-Dame-du-Thil étaient d’autres villages linéaires établis le long de grandes routes, celle de Rouen, à l’ouest, celle de Calais, plus au nord. Il s’agissait de communautés rurales encore faiblement touchées par l’industrie, mais qui allaient rapidement se transformer à la fin du siècle. L’établissement de manufactures de toiles peintes à Saint-Just à partir de 1765 devait leur valoir une activité singulière, avec l’appel à une main-d’œuvre étrangère qui gonflait la population locale. Lorsque les remparts de Beauvais seraient abattus, ces deux villages ne seraient bientôt plus, comme Voisinlieu, que de longs faubourgs ouvriers, la banlieue industrielle de la ville du xixe siècle.

L’ADMINISTRATION DE LA CITE

La commune

21La « Ville et Commune de Beauvais » était toujours en droit administrée par un maire et des échevins, qualifiés de pairs, élus ou réélus les 1er et 2 août de chaque année. Mais leurs attributions, limitées par la puissance de l’évêque, comte et seigneur de la ville, avaient été singulièrement rognées par les agents du roi qui les avaient réduites à un rôle presque honorifique. L’élection du maire avait été longtemps le privilège des maîtres des métiers, répartis en 29 puis 31 corps, appelés à choisir parmi les pairs en exercice ou sortis de charge. Si le mandat était annuel, le maire restait généralement en fonction pendant trois ans, l’usage étant de le « continuer » par deux fois. Il en était de même des pairs, dont le nombre avait été ramené à six depuis 1675 et qui étaient désignés dans les mêmes conditions, le jour suivant. Tous ces élus, nécessairement Beauvaisiens de naissance, appartenaient au milieu étroit du négoce et de la robe, les Motte, les Michel, les Auxcouteaux en début de siècle, plus tard, les Bucquet, les Danse et les Walon, de grandes familles dont les alliances tissaient entre elles un réseau étroit de parentèles.

Figure 2 – Diocèse, province et département, INED.

  • 9 De 1722 à 1724 et de 1734 à 1737

22Mais de ces libertés communales, établies par une charte du xie siècle, que restait-il encore à l’époque ? En 1692, en effet, pour des raisons avant tout fiscales, le roi avait introduit la vénalité des charges en érigeant toutes les mairies en offices. Abolie en juin 1717, elle fut rétablie par deux fois9, avant de l’être à nouveau en 1740, cette fois de façon plus durable. Au début de 1765, de nouvelles institutions municipales furent mises en place à la suite d’une réforme décidée par le contrôleur général l’Averdy qui rétablissait la liberté des élections. À Beauvais, comme dans toutes les villes de plus de 4 500 habitants, la municipalité se composerait désormais d’un maire, de quatre échevins et de six conseillers, assistés d’un receveur-syndic et d’un secrétaire greffier.

  • 10 L’édit d’août 1764, daté de Compiègne et complété par un édit de mai 1765, précisait l’organisatio (...)

23Les échevins, élus pour deux ans, les conseillers pour six ans étaient également désignés par une assemblée de notables, représentant les divers corps et communautés urbaines. Quant au maire, dont le mandat était de trois ans, il serait choisi par le roi sur une liste de trois candidats présentée par l’assemblée des notables10.

  • 11 Les historiens locaux passent rapidement sur une réforme dont ils n’ont visiblement pas compris la (...)

24La ville ayant demandé à conserver ses institutions municipales, l’application de la réforme fut différée et les officiers maintenus en fonction11. Pierre Pépin, qui avait été élu maire en mars 1764 après le décès de Gabriel Motte, vit ainsi son mandat prolongé jusqu’en septembre 1772. De toute façon, il ne s’agissait que d’un intermède, car un édit de novembre 1771, dû au contrôleur général Terray, abrogeait la réforme l’Averdy pour rétablir la vénalité des offices. Le prétexte invoqué, les difficultés d’application du système, ne pouvait dissimuler les raisons fiscales de cette mesure. La municipalité eut beau protester. À Beauvais comme ailleurs, elle en fut réduite à marchander le montant de sa contribution avec les bureaux de Versailles. Un arrêt en conseil du 15 décembre 1772 l’autorisa à incorporer au « corps de ville » les offices de maire, d’échevins et de receveur créés en septembre par le roi. Une opération de rachat qui ne coûtait pas moins de 20 000 livres.

  • 12 Sur les quelque 200 000 livres acquittées en moyenne par l’élection de 1700 à 1712, Beauvais n’en (...)

25Quoi qu’il en fût, depuis longtemps le maire et ses échevins n’étaient guère plus que les commis des intendants et de leurs subdélégués. Mais les notables aimaient toujours à revêtir la robe rouge et violette et c’est avec le cérémonial traditionnel que le nouveau maire s’en allait prêter serment derrière l’église Saint-Étienne en jurant de conserver la ville sous l’autorité du roi et de la défendre « envers tous et contre tous, en ses droits, privilèges, franchises et libertés ». Or, de ses anciens privilèges, la commune ne conservait plus guère que son autonomie fiscale. Depuis le siège fameux de 1472, la ville avait été pour toujours exemptée de la taille, mais il lui fallait payer subvention et subside, taillon et dons de joyeux avènement. La répartition en était assurée par l’échevinage sous le contrôle théorique des élus. Cela n’allait pas sans marchandages avec l’intendant ou le subdélégué, mais la ville y trouvait son compte12.

26De ses anciennes attributions militaires, la Commune ne conservait plus que le logement et l’entretien des troupes en cantonnement, une charge singulièrement réduite à partir de 1740, grâce à la construction d’une caserne. Justice et police n’étaient pas de son ressort ; en revanche, elle intervenait aux côtés de l’évêque dans la gestion de l’hôtel-Dieu et du Bureau des pauvres. Restait pour le corps de ville un rôle de représentation auquel il demeurait très attaché : organisation de banquets et de processions, célébration de messes et réception des personnalités de passage selon un cérémonial minutieux. Mais, depuis la fin du grand siècle, la mode se perdait des entrées solennelles, des cavalcades et des remises de présents. En mai 1717, lors de son passage à Beauvais, Pierre le Grand s’était refusé à toute cérémonie, se contentant d’une simple collation au relais de poste. On s’était consolé en pensant que cet homme du nord n’était, somme toute, qu’un souverain barbare, mais, avec le temps, il avait bien fallu se rendre à l’évidence. D’ailleurs, la ville n’était plus sur la route des grandes opérations militaires. C’est à Compiègne que Louis XV se rendait le plus souvent, pour des déplacements qui n’avaient rien de guerrier.

Le comté pairie

  • 13 Un droit de mesurage qui devait être acquitté sur tous les grains vendus au marché. Son taux était (...)
  • 14 Ce qui lui permit de ressaisir la police des manufactures dont un édit de Colbert l’avait privé tr (...)

27Seigneur de la ville, l’évêque-comte avait la haute main sur les affaires de voirie, l’entretien des rivières, la surveillance des corps de métiers et des manufactures, la police des marchés. Il disposait également du droit de minage13 et du contrôle des mesures à grains, ce qui lui permettait de surveiller les échanges et de fixer le prix du pain et de la viande ainsi que le taux de différents types de salaires et de prestations. Attributions confiées de longue date à un bailli qui cumulait ses fonctions avec celles de lieutenant général de police, un office créé par le roi en 1699 et qui avait été aussitôt acheté par l’évêque14. À considérer l’extension de ces attributions, dont les archives nous restituent l’ampleur autant que la variété, on se rend compte que les Beauvaisiens devaient fréquenter l’hôtel du bailli bien plus souvent que les bureaux de l’hôtel de ville. Pourtant, le personnel n’était pas nombreux. Le bailli était secondé par trois lieutenants. Justice et contentieux étaient l’affaire d’un procureur général et d’un avocat fiscal. Un greffier et ses adjoints, sept ou huit sergents, deux gardiens de prison complétaient la courte liste des officiers de l’évêché-comté.

28Les affaires de voirie ne se réduisaient pas aux problèmes d’entretien de la chaussée. La réparation des bâtiments, la pose d’enseignes ou de vérins de même que, pour les tambours de ville, l’autorisation de battre la caisse pour les forains, celle de dresser leurs étals ou de montrer leurs « curiosités » relevaient également du bailli. Les assemblées des communautés, la réception des maîtres, les contrats d’apprentissage devaient être enregistrés à son greffe. Boulangers, sergers, tailleurs ou chaudronniers, toute l’année c’était un défilé de « gardes » dont les prestations de serment, encore qualifiées d’affirmations, rappelaient la compétence autant que les obligations.

29Les affaires de famille tenaient aussi une grande place dans l’activité du personnel de l’évêché-comté, les problèmes de succession tout particulièrement, avec la désignation de tuteurs, des appositions de scellés et surtout les inventaires après décès dont l’imposante collection nous restitue l’intérieur des appartements, les vêtements et le mobilier des familles. Des opérations vite expédiées dans les foyers les plus pauvres mais qui, chez les notables, pouvaient exiger plusieurs jours la présence des experts et du greffier. Il était aussi quelques déclarations de grossesse, conformément à l’édit de 1556 qui enjoignait aux filles mères de veiller à la « conservation de leur fruit » et de faire de leurs enfants de bons chrétiens. Déclarations généralement suivies d’enquête et de constat lorsque la plaignante exigeait réparation de son séducteur.

30Comme à la campagne, il fallait désigner des « messiers » pour surveiller les jardins et les vignes des faubourgs et de la banlieue. Fin septembre ou début octobre, selon les années, c’était la proclamation du ban des vendanges, accompagné des menaces habituelles contre les grappilleurs. Sur le marché où les étals s’alignaient selon un ordre presque immuable, c’était encore aux agents du bailli qu’il fallait s’adresser pour s’installer sur un emplacement réputé vacant. Le bas de la place, près de l’hôtel de ville, était réservé aux volailles et aux grains ; plus haut, c’étaient les fruits et légumes, la viande, le fromage et le poisson, mais il y avait également des places pour les boulangers, les potiers, les merciers, les cordonniers, ainsi que pour des lingères et des revendeuses « de nippes ». Le droit de minage était affermé, de même que les moulins établis sur le Thérain, mais l’évêque n’en surveillait pas moins les prix en faisant établir pour chaque marché une mercuriale dont les relevés ont permis de mieux cerner l’histoire économique de la région.

31En vertu de son pouvoir réglementaire, le bailli était amené à rendre périodiquement des ordonnances concernant l’enlèvement des ordures ménagères et le stationnement des voitures, des interdictions si souvent répétées qu’on pouvait sérieusement douter de leur efficacité. La police des cabarets était également de son ressort ; dans ce domaine, grâce à divers arrêts du Parlement, il disposait de tout un arsenal de mesures répressives contre les tenanciers qui donnaient à boire après les heures légales, ceux qui transformaient leur établissement en tripot en laissant jouer aux dés ou aux cartes, en violation de tous les interdits. Auberges et garnis étaient également l’objet d’une surveillance attentive, surtout lorsqu’une recrudescence de vols signalait en ville l’apparition d’une nouvelle bande de malfaiteurs. Il aurait fallu retrouver le registre d’écrou de la prison pour juger de sa fréquentation, mais le nombre des décès enregistrés à la Basse Œuvre, quelques naissances in carcere peuvent nous donner une idée de la diversité du peuplement.

32De ces archives de l’évêché-comté, conservées pour l’essentiel jusqu’à la Révolution, l’impression qui se dégage est celle d’une administration régulière et bien ordonnée, rapide dans ses décisions, mais parfois peu efficace, sans doute faute de moyens. Il était beaucoup demandé en effet à ces administrateurs – une demi-douzaine d’officiers civils, si l’on excepte le personnel subalterne – sur lesquels reposait la gestion d’une ville de douze mille habitants. Il est vrai qu’ils étaient formés dans le sérail ; outre la stabilité de leurs fonctions, ils pouvaient compter sur la solidité de liens familiaux qui resteraient longtemps encore le seul mode de recrutement. Mais le bailli et ses lieutenants, comme le procureur et l’avocat fiscal, étaient aussi des hommes disposant d’une solide formation juridique attestée par un titre d’avocat en Parlement décerné à Paris après prestation de serment. L’office de tabellion ne pouvait revenir qu’à un gradué en droit et même pour celui de greffier, accaparé par la famille Pulleu, il était demandé, semble-t-il, de bonnes études classiques.

33Le représentant de l’évêque, le bailli, était un personnage. On le savait pratiquement inamovible, ce qui renforçait encore son autorité ; en ville, il pouvait se flatter de compter bien plus qu’un maire renouvelé tous les deux ou trois ans. Lorsqu’il mourait en octobre 1732, Louis Le Caron, seigneur de Troussures, avait servi trois évêques au cours d’un « règne » de plus de quarante ans. Son lieutenant et successeur, Claude Fombert, demeura en fonctions lui aussi jusqu’à sa mort, en janvier 1757, à l’âge de 88 ans. La charge allait revenir à Toussaint Le Caron, fils de Louis, dont la gestion fut plus brève, puisqu’il devait disparaître en septembre 1769, à moins de 60 ans. Ce fut la Révolution qui mit un terme à la carrière du dernier bailli, Louis Lescuyer, et à celle de ses lieutenants, Michel Dagneaux et Joseph Joubert.

Les officiers du roi

34Face aux officiers de l’évêché-comté, le maire et les échevins se résignaient mal à leur effacement. Alors qu’ils se montraient déférents, voire même serviles à l’égard des agents du roi, ils étaient toujours prêts à monter des cabales en critiquant l’administration de leurs rivaux. Dans les conflits qui les opposaient aux gens de l’évêque, ils pouvaient compter sur le soutien des magistrats du présidial, un tribunal dont l’installation à Beauvais avait été décidée par le roi en décembre 1581.

35Les présidiaux avaient été créés trente ans plus tôt, sous le règne de Henri II, en vertu d’un édit de janvier 1551. Il s’agissait d’une juridiction royale destinée à soulager les parlements, celui de Paris surtout, dont le ressort s’étendait à la moitié du royaume, en retenant une partie des appels en provenance des bailliages et des sénéchaussées. Mais, à l’époque, à Beauvais, il n’était pas de juges royaux dans la ville qui relevait alors du bailliage de Senlis. Il fallut attendre le règne de Henri III pour qu’y fût installé un bailliage doté du rang de siège présidial et dont le ressort s’étendait de Crèvecœur à Méru sur quelque cent cinquante paroisses rurales. Présidé par un lieutenant général assisté de deux lieutenants particuliers, le tribunal comprenait six conseillers, l’avocat du roi faisant office de ministère public. Mais, dans la ville, cette création n’avait pas entamé les pouvoirs judiciaires de l’époque, car René Potier avait fait reconnaître ses privilèges de pair de France par des lettres patentes de 1596, confirmées en 1603.

  • 15 La création des présidiaux témoignait de l’avortement d’une réforme à laquelle les parlements étai (...)

36Cette situation explique à bien des égards le sentiment de frustration des juges, leurs récriminations contre une « justice féodale » qui, avec une partie de leur activité les privait de ressources importantes. Le ressort du bailliage était assez étriqué, le rôle du présidial plutôt décevant en matière d’appels15. Dans l’année, le nombre d’affaires à instruire ne dépassait pas de beaucoup la centaine. C’était peu pour occuper dix juges et leur assurer un train de vie décent. Aussi mettaient-ils à profit les loisirs de leur charge pour se mêler des affaires de la ville, critiquant ou contestant certaines décisions du bailli, l’occasion parfois de se poser en défenseurs de l’intérêt public.

  • 16 L’affaire remontait à 1683. L’évêque contestait à la mairie le droit de faire battre la caisse en (...)
  • 17 B 1323.
  • 18 Nous n’en connaissons ni les paroles ni les cibles, peut-être le conseiller Simon.

37Dans la monotone succession de conflits qui alimentaient la chronique locale, nous n’avons voulu retenir que l’affaire de « la barbe à 6 liards », à l’automne de 1781, une affaire aussi ridicule que celle des baguettes de tambour, qui avait fait la joie des Beauvaisiens, un siècle plus tôt16. La communauté des barbiers ayant demandé au bailli Lescuyer l’autorisation de porter de 4 à 6 liards le prix de leurs services en raison de la hausse générale des prix et de « la chèreté actuelle du savon », celui-ci leur avait donné son accord, le 21 novembre 1781. Aussitôt le présidial de s’élever contre cette décision en un discours pompeux assorti de références au droit public et naturel. Tandis que le bailli récusait ces arguments en exhumant des lettres patentes de 159617, les barbiers, furieux, décidaient de refuser désormais leurs services à ceux qui avaient monté cette affaire, trois juges connus pour leur esprit de lésine et qui se faisaient raser et poudrer à domicile. L’affaire fit le tour de la ville et, à la veille de la Révolution, les Beauvaisiens reprenaient encore la chanson des trois barbus18.

38La maréchaussée royale était représentée à Beauvais par un lieutenant, placé sous les ordres du prévôt général de l’Île-de-France. Il s’agissait d’un office, d’une valeur de 15 000 livres, qui resta longtemps dans la même famille. Jacques Ruste le rachetait en effet en juin 1748 aux héritiers de François La Grive, décédé quatre mois plus tôt. Il le transmit en 1776 à son fils Alexandre qu’il s’était d’ailleurs associé et qui demeura en fonction jusqu’en 1791 avant d’être promu lieutenant-colonel de la gendarmerie du département. Si le lieutenant présidait le tribunal prévôtal de Beauvais, son autorité s’exerçait à l’extérieur de la ville, une circonscription étirée sur près de vingt lieues, de Cormeilles-en-Parisis à Canny-sur-Thérain. Les cavaliers qui étaient sous ses ordres – ils ne furent jamais plus de trente – étaient surtout chargés de surveiller les grands chemins de la région, ceux de Paris par Beaumont et Pontoise, la route de Calais et, jusqu’aux portes de Gournay, celle de Champagne en Normandie. Des routes qui étaient devenues plus sûres, depuis que la bande à Balafre qui écumait la région avait été mise hors d’état de nuire. Mais, après sa capture au printemps de 1732, il avait fallu deux ans de procès et, sur la place, plus de trente exécutions.

  • 19 13 internes en 1765, 60 élèves vivant « à leurs dépens », sans parler des autres externes. Il étai (...)
  • 20 Les sœurs de l’Enfant Jésus devaient leur surnom au fait qu’elles avaient été appelées à Beauvais (...)

39Enseignement et assistance relevaient toujours des autorités locales. Le collège était une institution religieuse ; de la sixième à la philosophie, ses sept classes étaient confiées à autant de prêtres, sous l’autorité d’un principal, habituellement un des chanoines de la cathédrale. Les internes étaient peu nombreux car beaucoup d’élèves logeaient chez des maîtres de pension faisant office de répétiteurs19. L’enseignement primaire était abandonné à des maîtres d’école – sept ou huit, selon les périodes – qui devaient obtenir l’agrément de l’évêché. Les maîtresses d’école étaient moins nombreuses. Il est vrai que, comme les religieuses Barettes20, les ursulines avaient pour vocation l’enseignement des filles. Mais le couvent, frappé d’interdit, resta fermé pendant trente ans. L’hôtel-Dieu, la maladrerie Saint-Lazare, le Bureau des pauvres étaient administrés par un même organisme, les Trois Corps, qui réunissait sous la présidence de l’évêque, des représentants du chapitre cathédral et de la municipalité. Grâce à l’importance de ses revenus, le Bureau était en mesure de loger et d’entretenir trois cents pensionnaires, surtout des vieillards et des enfants, et de distribuer du pain à des dizaines de pauvres venus de l’extérieur.

40Les autres institutions jouaient un rôle plus effacé. Le grenier à sel, qui allait léguer son nom à une rue de la ville, n’était pas seulement un dépôt où se débitait le sel du roi. C’était également un tribunal chargé d’examiner les infractions et les contestations dans ce domaine. Une déclaration d’octobre 1717 avait fixé à cinq le nombre des offices, ceux de président, de grenetier, de contrôleur, de procureur et de greffier. Mais il était rare qu’ils fussent tous pourvus, ces offices étant difficiles à négocier, d’autant qu’il était périodiquement question de les rattacher à ceux de l’élection. Il s’agissait là d’un autre tribunal administratif connaissant des contestations civiles et criminelles en matière d’impôts comme la taille, les aides, les octrois urbains. Beauvais était le chef-lieu d’une élection de la généralité de Paris dont le ressort (159 paroisses) n’était guère plus étendu que celui du bailliage dont il épousait épisodiquement les limites. Le personnel n’était pas très nombreux : un président, son lieutenant et sept élus, auxquels pouvaient se joindre quelques conseillers honoraires.

  • 21 Leur correspondance avec la municipalité a disparu en 1940 dans l’incendie de l’hôtel de ville et (...)
  • 22 Ainsi, en février 1749, lorsque l’intendant Bertier s’étonnait des prix pratiqués à Beauvais, en l (...)

41À Beauvais, l’intendant de Paris se faisait représenter par un subdélégué de son choix, dont les rapports lui permettaient d’intervenir sur place si besoin était. Les subdélégués n’avaient pas de mission officielle. C’était d’ailleurs à l’intendant qu’il appartenait de les rémunérer. Si leur action s’exerçait dans tous les domaines de l’administration civile, il est bien difficile de porter un jugement sur la façon dont ils géraient les affaires locales, du fait de la disparition des archives municipales21. Ils intervenaient périodiquement, on le sait, dans la désignation du maire, contrôlaient les finances de la ville, s’inquiétaient de la salubrité. Un de leurs premiers soucis était de veiller à la tranquillité publique en surveillant la tenue des marchés. Le prix du pain, qui dépendait de leur approvisionnement dans les périodes de disette, était souvent l’objet de leurs remarques, voire de leurs remontrances22, quand ils ne s’interrogeaient pas sur les problèmes d’emploi lorsque l’industrie de la laine était en difficulté.

42Par intérêt ou par nécessité, l’intendant choisissait ses collaborateurs dans l’échevinage ou le milieu des offices, le cas de Benoît Motte, décédé en février 1746, qui avait été, à un titre ou un autre, maire de la ville à sept reprises. Son successeur, Claude Joseph Le Mareschal, qui demeura en fonction pendant vingt ans, était avocat du roi auprès du présidial. Élu maire en août 1748, il cumula les charges pendant deux ans avec l’autorisation de l’intendant. Après son décès en juillet 1766, Bertier de Sauvigny s’adressa à un officier de l’évêché-comté, François Dauvergne, procureur fiscal du cardinal de Gesvres. De Régnonval, le dernier subdélégué, était en revanche un officier du roi.

LA VIE ÉCONOMIQUE

Le travail de la laine

43Le travail de la laine apparaît associé à la vie de la cité depuis ses origines. Les textes les plus anciens y font allusion ; au xiiie siècle, lors des démêlés de l’évêque avec la commune, ce sont toujours les tisserands qui forment les gros bataillons de l’émeute. La fabrique s’était assez vite rétablie, semble-t-il, après la guerre de Cent Ans. Elle eut plus de mal à surmonter les épreuves de la Fronde, car elle subissait les effets de la grande dépression qui affectait alors l’économie occidentale. Beauvais n’en restait pas moins la quatrième ville « drapante » du royaume avec les 493 métiers battants dénombrés lors d’une enquête de 1692. Elle venait, assez loin certes, derrière Amiens et ses 2 000 métiers, derrière Reims et Rouen, mais avant Sedan, Elbeuf et Châlons.

44Or, en cette fin de siècle, l’industrie de la laine était au creux de la vague, après de longues années de crise qui avaient progressivement réduit son activité. Entre 1624 et 1645 en effet, il y avait eu couramment à Beauvais entre sept et huit cents métiers battants, mais guère plus de cinq cents autour de 1650, au moment de la Fronde. La terrible crise de 1693, la misère de la fin du règne prolongèrent le marasme des affaires pendant près de trente ans. Il fallut attendre les dernières années de la Régence pour retrouver, à Beauvais comme à Rouen ou Amiens, un niveau de production comparable à celui du règne de Louis XIII. La longue période de dépression qui, depuis un siècle, accompagnait la baisse des prix – la phase B des économistes – faisait place, entre 1720 et 1725, à un incontestable redressement. Mais c’était surtout l’ouverture de nouveaux marchés qui stimulait l’essor de la production textile.

  • 23 Les renseignements dont nous disposons proviennent de sources fiscales, les « recherches » opérées (...)

45Chez les fabricants, l’embauche répondait au gonflement des commandes. La campagne envoyait de nouveau ses apprentis et le nombre des métiers en activité, porté par une ascension rapide, atteignait environ six cents à partir de 1720, dépassant sept cents dans les années 1740, pour se maintenir à ce niveau avec des hauts et des bas jusqu’en 1755, dernière année pour laquelle nous disposons de statistiques assez précises23. Or il en était de même dans le plat pays. Avec Amiens, Beauvais était en effet l’un des deux pôles d’une vaste région textile étalée entre Somme et Thérain. Filature et tissage s’étaient largement répandus dans les campagnes sous l’impulsion des négociants de la ville. La fabrique rurale était devenue ainsi la plus importante, même si sa production restait assez fruste et si les pièces de serge tissées à la campagne dépendaient toujours des opérations de finissage qui demeuraient un monopole urbain. Dans les quatre-vingt paroisses de son ressort, à cheval sur Île-de-France et Picardie, l’inspecteur des manufactures de Grandvilliers recensait 1 800 métiers battants en février 1733, alors qu’il n’en dénombrait guère plus de 1 300 autour de 1715, et l’on constatait le même redressement à Mouy comme à Boufflers.

Graphique 1 – Le travail de la laine à Beauvais. (D’après P. Goubert, Beauvais, t. 2, p. 117, croquis complété)

  • 24 B 1273 : procès verbaux des assemblées de commerce (1700-1715). Dans un livret tiré des archives d (...)
  • 25 À la fin du règne de Louis XIV, la livre de pain bis valait 6 deniers en dehors des périodes de ch (...)

46En ville, les règlements des métiers, repris par les officiers de l’évêché-comté, prévoyaient que, de Pâques à la Saint-Rémi (1er octobre), le travail commençait à 5 ou 6 heures du matin pour s’achever à 8 heures du soir. Le reste de l’année, il ne commençait qu’à 6 ou 7 heures, après le lever du soleil. Une heure ou une heure et demie était prévue pour les deux repas. Les salaires étaient fixés deux ou trois fois par an par le bailli, après consultation d’une assemblée de marchands et de représentants des communautés. Ils étaient de 10 à 12 sols au début du siècle pour les tisserands et les laneurs payés à la journée24, beaucoup moins que les ouvriers du bâtiment qui pouvaient gagner 18 à 20 sols. Des salaires qui allaient s’élever par paliers au cours du siècle, suivant tant bien que mal l’augmentation du coût de la vie25.

47La production s’était diversifiée depuis le xvie siècle, en même temps que le travail de la laine se répandait dans les campagnes. Si la ville restait fidèle à une draperie de qualité qui avait fait sa réputation, elle se mettait au tissage des « petites étoffes », serges, revêches ou camelots. Production qui était aussi celle des ateliers de village qui fabriquaient surtout des serges grossières appelées blicourts, aumales ou tricots, du nom de bourgades de la région. Les meilleures laines, qu’elles vinssent de France, d’Espagne ou d’Italie, étaient réservées à la draperie, les laines « de pays » étant utilisées pour la fabrication des serges.

  • 26 Le Parfait Négociant, éd. de 1713, p. 494.

48Le principal débouché était avant tout Paris, mais les étoffes du Beauvaisis se vendaient également en province, dans toutes les régions au nord de la Loire et même jusqu’à Lyon. L’ouverture du marché sud-américain, depuis que Philippe V était monté sur le trône d’Espagne, offrait de nouvelles perspectives au commerce français. Beauvais rivalisait avec Rouen et Amiens pour la conquête d’une lointaine clientèle, en Espagne, dans les pays de la Plata, les Antilles françaises et espagnoles. Les ports de Rouen et de Saint-Malo, ceux de Nantes et de Bordeaux par lesquels on pouvait atteindre Cadix ou Lisbonne, devenaient l’objet d’expéditions régulières. Tant que durerait la paix avec l’Angleterre, pour les principaux négociants, l’Espagne et ses colonies resteraient « la ressource la plus assurée ». Mais il avait fallu adapter la production, tisser des étoffes plus légères, plus colorées, les écarlatilles, les bayettes, les sempiternes, qui se vendaient depuis l’Andalousie jusqu’au Pérou. Savary pouvait rendre hommage aux fabricants du Beauvaisis qui avaient su égaler, sinon surpasser leurs rivaux britanniques26.

  • 27 P. Goubert, Familles marchandes, p. 109.
  • 28 Nicolas Mahieu, fils aîné de François, était encore en Amérique lors du décès de son père, le 7 oc (...)

49Les plus hardis prenaient des parts dans les bâtiments qui partaient pour la « mer du Sud » quand ils n’envoyaient pas leurs fils ou leurs neveux prospecter de lointains comptoirs en courant la grande aventure. C’était d’ailleurs l’exemple que donnaient les négociants en toiles. Un fils de Lucien Danse devait se vanter d’avoir parcouru toute l’Amérique27. Un de ses frères était mort à Saint-Domingue, tandis qu’un fils Motte disparaissait à Batavia. La tradition américaine ne devait pas se perdre au cours du siècle. Marchands ou artisans, il était toujours quelques Beauvaisiens à faire le grand voyage, parfois même sans espoir de retour, comme ceux que l’on retrouve installés à Saint-Domingue à la veille de la Révolution28. On ramenait des perroquets, des singes, parfois des négrillons. La mode n’était-elle point, comme à Paris, de leur faire servir le café dans les salons ?

  • 29 D’après les recherches des métiers opérées de 1750 à 1755 (B 1275). Si les moyennes restent à peu (...)
  • 30 Après avoir été dégraissée et lavée, la laine devait être cardée avant d’être filée au rouet. Une (...)

50Dans les ouvroirs, en milieu de siècle, il était généralement trois, quatre ou cinq métiers. Quelques fabricants en avaient sept ou huit, mais certains n’en possédaient qu’un seul29. Les tisserands n’étaient pas les seuls « ouvriers en laine ». Bien plus nombreux étaient les peigneurs, les fileurs et les fileuses travaillant en ville ou à la campagne et tous ceux qui s’occupaient de la finition des étoffes, tondeurs, teinturiers ou apprêteurs. À l’époque, on estimait en effet que cent métiers en activité donnaient du travail à près de sept cents personnes pour les vingt opérations qu’imposait la confection d’une pièce30.

Figure 3 – Beauvais en 1765 : Répartition professionnelle selon les paroisses (emplois masculins uniquement).

  • 31 Décision prise à Compiègne, à la demande des sergers. La fabrication du drap était réservée aux se (...)

51La réglementation du travail perpétuait des traditions anciennes fondées sur une répartition en six communautés distinctes. Mais une ordonnance de 1739 décidait la suppression des maîtrises de laneur, tondeur, tisserand et peigneur. Restaient seules les communautés les plus importantes, celles des drapiers et des sergers qui furent à leur tour réunies en août 175531. Maîtres et compagnons travaillaient côte à côte sur les mêmes métiers. Ils dépendaient tous plus ou moins de ceux qui leur fournissaient la laine et les commandes, des négociants qui se chargeaient de la vente de tissus dont ils contrôlaient presque toujours la finition. La profession était active : selon une « recherche » effectuée en juin 1755, peu avant la réunion des deux corps, le nombre des métiers battants était alors de 700, dont 249 pour les drapiers, une moyenne qui semble s’être maintenue jusqu’au début des années 1760. Les maîtres n’avaient pas de difficultés avec leurs compagnons et, pendant longtemps, il ne fut pas question de plaintes ou de récriminations auprès des autorités.

  • 32 Vingt ans après l’invention de John Kay, on ne recensait encore qu’un seul métier équipé de la nav (...)

52La fabrique beauvaisienne ne semble pas avoir trop souffert des quinze années de guerre dans lesquelles fut engagé le royaume entre 1740 et 1763. La perte du marché américain était d’une certaine façon compensée par la fourniture de drap pour la troupe. Mais, avec le retour de la paix et la fin des commandes de l’armée s’annonçaient des années difficiles. Le succès des cotonnades entraînait la mévente des tissus légers ; les exportations françaises se voyaient durement touchées par la concurrence britannique. Des difficultés qui étaient un peu le prix de la routine, car le textile beauvaisien tardait à adopter les innovations techniques qui, depuis l’introduction de la navette volante32, commençaient à transformer l’industrie anglaise. Le marasme des affaires entraînait une baisse de la production et, parallèlement, la réduction du nombre des apprentis.

  • 33 179, fin 1778,218, fin 1779, en faisant le total des inscriptions sur les deux listes. Mais il n’y (...)

53La suppression puis le rétablissement des corporations en 1776 après le renvoi de Turgot allait quelque peu désorganiser la profession. De nouvelles communautés furent établies par un édit d’avril 1777, complété par des lettres patentes de mai 1778. Les fabricants d’étoffes de toute nature, laine, soie, fil ou coton, se trouvaient désormais réunis dans un seul corps qui regroupait plus de 200 maîtres à la fin de 177933. Aux 139 anciens maîtres « agrégés aux nouvelles communautés » bien des nouveaux étaient venus se joindre, pour la plupart des compagnons qui se mettaient à leur compte. De recherche des métiers il ne devait plus être question et sur l’activité de la fabrique on doit se contenter dès lors d’indications approximatives et parfois sujettes à caution.

  • 34 Les autres centres n’étaient pas épargnés, ni Rouen, ni surtout Amiens qui voyait sa production s’ (...)

54L’impression dominante est celle d’un ralentissement des affaires avec une réduction périodique du nombre des métiers battants. Pourtant, en ville, ils étaient encore un peu plus de 600 en 1780, entre 550 et 600, début janvier 1787. C’est alors qu’entrait en vigueur le traité signé avec l’Angleterre en septembre 1786 qui ouvrait le marché français aux produits britanniques, une mesure qui allait être considérée à Beauvais comme une véritable catastrophe. Grâce à leur avance technique, les fabricants d’outre-Manche étaient en effet de redoutables concurrents, bientôt tenus pour responsables de la mévente des tissus français. Or la situation allait encore s’aggraver l’année suivante. Fin 1788, après l’orage de juillet qui avait détruit une grande partie de la récolte, le prix du pain allait doubler et même presque tripler, ce qui entraînait, comme toujours, l’arrêt des affaires avant de provoquer des troubles dans le pays. Lors de la réunion des États généraux, les Beauvaisiens pouvaient faire le bilan : dans la ville où s’étendait le chômage, il n’était plus que 400 métiers en activité34. Le cahier de doléances du Tiers dénonçait comme la cause principale de la crise le traité conclu avec l’Angleterre, « traité plus désastreux que la guerre la plus ruineuse » et dont il demandait instamment l’abolition.

55Drapiers et sergers n’étaient pas les seuls à souffrir de la crise. La tapisserie qui faisait l’orgueil de la cité connaissait à la même époque les plus graves difficultés. Mais dans ce domaine il semblait bien difficile d’accuser la concurrence britannique.

La Manufacture royale de tapisseries

56Il s’agissait d’une entreprise relativement récente, puisqu’elle datait seulement de 1664. Son fondateur, Louis Hinart, était un Beauvaisien établi à l’époque dans les Flandres. Pour le transfert dans sa ville natale de la manufacture qu’il dirigeait à Oudenarde, il avait obtenu de Colbert un ensemble de privilèges ainsi que des avances de fonds. L’édit royal rendu à Vincennes en août 1664 prévoyait le recrutement d’ouvriers étrangers et la formation d’apprentis pour la fabrication de tapisseries « de verdures et personnages de haute et basse lice ». Mais, en dépit des commandes et des subventions royales, l’entreprise n’avait pas connu le succès. Hinart se ruina avant d’avoir pu achever les bâtiments de la manufacture. En 1684, son fils et successeur fut remplacé par Philippe Béhagle, originaire de Tournai, qui ne fut pas plus heureux. La conjoncture était difficile : en cette période de guerres et de misère, il n’était plus question de commandes ni de subventions royales. Lorsque mourut Béhagle, en juillet 1705, il ne léguait que des dettes à sa veuve et la manufacture, qui avait perdu la moitié de son personnel, ne comptait plus que 53 ouvriers.

  • 35 P. Goubert, Familles marchandes, op. cit., pp. 115 sqq. D’après l’inspecteur des manufactures Noet (...)

57Pourchassée par les créanciers, la malheureuse veuve dut abandonner la direction de l’entreprise en septembre 1708. Après un an d’un désastreux intérim marqué par la révolte d’ouvriers qui n’étaient plus payés au moment où le pain était le plus cher, le 1er septembre 1709, la Manufacture fut reprise par le plus riche négociant de la ville, Gabriel Danse35. Mais celui-ci ne tarda pas à passer la main lorsqu’il se fut rendu compte que l’entreprise n’était pas rentable. Après avoir mis un peu d’ordre dans sa gestion, il fit appel à des associés, les frères Filleul, des Normands, et se retira en février 1711, en leur abandonnant la direction de la Manufacture. Celle-ci continua de végéter sous une administration médiocre. Après les Filleul, en 1721, ce fut Menou, puis Nicolas Besnier en mars 1734.

58Mais déjà s’affirmait le redressement. Un peintre entré au service de la Manufacture en 1726, Jean-Baptiste Oudry, commençait à remettre de l’ordre dans une maison longtemps mal dirigée. Il rétablissait l’école de dessin qu’avait fondée Béhagle, attirait des apprentis. À l’époque, la Manufacture occupait une quarantaine de tapissiers ; elle donnait aussi du travail à quelque 300 fileuses égaillées dans la campagne cinq ou six lieues à la ronde. Sans renoncer aux grandes compositions, Oudry proposait d’adapter la production aux goûts du jour en abandonnant les sujets religieux traditionnels. Associé à la direction de l’entreprise, il allait, grâce à sa compétence et son talent, assurer à la tapisserie de Beauvais une réputation européenne.

59Comme les Gobelins, la Manufacture continuait de tisser sur commande des tentures murales, mais elle travaillait surtout pour l’ameublement des salons, des boudoirs, des petits appartements qui étaient à la mode depuis la Régence. Pour les fauteuils, les canapés, les paravents, des motifs familiers ou légers, scènes de chasse, fêtes galantes, fables de La Fontaine. Boucher secondait Oudry pour la préparation des cartons, mais il devenait difficile de répondre à toutes les commandes. À celles de la Cour et de l’aristocratie parisienne se joignaient celles de l’étranger, Allemagne, Suède, Angleterre. La Manufacture n’avait pas seulement une maison de vente à Paris, rue de Richelieu, elle disposait aussi d’un magasin d’exposition à Leipzig, la grande ville des foires, qui lui servait de vitrine pour l’Europe centrale. Le roi lui-même était venu apporter son hommage en rendant visite à ce que Voltaire avait appelé « le royaume d’Oudri ».

  • 36 Plus de 9 000 livres de réparations en 1754 (coll. Bucquet, t. LXXIII) Le même volume contient l’i (...)

60Depuis l’origine, la Manufacture était établie au sud de la ville, rue et paroisse Saint-Thomas. Les bâtiments n’abritaient pas seulement les ateliers et l’école de dessin. Ils servaient aussi de logement à une vingtaine de familles. Une partie des tapissiers habitaient en effet sur place, une pièce par couple, dans des locaux mal entretenus qui menaçaient ruine périodiquement. Au printemps de 1709, Gabriel Danse constatait qu’il y pleuvait « comme à la campagne ». Après des réparations de fortune, ces logements se retrouvaient bientôt dans le même état, comme au début de 1741, après un hiver pluvieux, jusqu’à ce qu’on se décide à un effort de reconstruction, à partir de 175436. Les tapissiers avaient d’autres sujets de doléances, car l’administration royale tentait périodiquement de revenir sur les privilèges qui leur étaient accordés. S’ils réussissaient en 1748 à esquiver le paiement d’une capitation qu’on cherchait à leur imposer individuellement, en 1761 il leur fallut se résigner, en dépit de leurs protestations.

61Oudry était mort en avril 1755, à l’âge de 69 ans. André Charron qui avait pris la succession de Besnier dix-huit mois plus tôt, demeura seul directeur de l’entreprise. Pendant quelques années, la Manufacture continua de travailler, selon la tradition d’Oudry, pour les cours et les salons d’Europe. Mais la mode changeait, Beauvais perdait un peu de sa réputation d’antan ; avec la réduction des commandes, l’entreprise connaissait de nouveau des jours difficiles. Elle se trouvait bien diminuée lorsqu’un nouvel entrepreneur, de Menou, prenait la relève de Charron en 1780. Celui-ci obtenait du roi une subvention de 11 000 livres et la promesse de 20 000 livres de commandes chaque année. Il était également autorisé à fabriquer des tapis de pied d’un certain prix, à charge d’entretenir au moins vingt métiers battant et trente apprentis.

  • 37 Chiffres cités par Fauqueux, d’après des documents qui ont disparu : 120 ouvriers et élèves en 178 (...)

62Les affaires auraient repris, au moins pendant quelques années, mais la révolution allait sonner le glas d’une industrie de luxe qui perdait dans le pays sa clientèle. En 1790, le nombre des tapissiers se voyait réduit de moitié37. Menou s’apprêtait à fermer la Manufacture lorsqu’elle fut reprise par l’État au début de l’an II (7 novembre 1793) avec la poignée d’ouvriers qui continuaient de vivre dans les bâtiments.

Lin et coton. Blanchiment et impression

63Le blanchiment des toiles était une autre spécialité beauvaisienne. La vallée de la Brèche était le domaine de la mulquinerie – le travail du lin – et la région de Bulles connue depuis le Moyen Âge pour la qualité de sa production. Une vingtaine de villages tissaient ainsi des toiles fines, les demi-hollandes, qui étaient blanchies et apprêtées dans les bueries de la ville et de ses faubourgs. Celles-ci avaient pris un tel développement que la production locale ne suffisait plus à leur approvisionnement. Depuis le milieu du xviie siècle, les principaux marchands faisaient venir des toiles du Maine, grâce à des achats aux foires normandes de Guibray ou à des commandes aux négociants de Laval ou de Mayenne. D’ailleurs les linières de Bulles que les Espagnols avaient dévastées en 1636 étaient irrémédiablement détruites en 1711 par des inondations, en dépit de tous les efforts de restauration. Sur place, le travail se poursuivait cependant avec des fils de Flandre ou de Picardie, ce qui n’empêchait pas les négociants de se pourvoir au-dehors, parfois jusqu’en Hollande et même en Silésie.

64Les toiles du Beauvaisis disposaient en effet d’un vaste marché dans le royaume. Linons et batistes, royales, truffettes et demi-hollandes, réputées pour leur finesse, se vendaient surtout à Paris, à Rouen, à Lyon, ainsi que dans les grandes villes du Midi. Par Calais, ils gagnaient l’Angleterre tandis que Marseille jouait un rôle de redistribution vers l’Italie. Or, dans les toutes premières années du xviiie siècle, c’est l’Amérique espagnole qui s’ouvrait brusquement au commerce français. Sur l’initiative de quelques grands négociants, les Michel, les Ticquet et surtout des familles les plus cossues, les Motte et les Danse, le port de Cadix devenait bientôt la destination première de la fabrique beauvaisienne, tandis que se succédaient les expéditions en droiture pour les Antilles et la Louisiane.

65Portée par le renversement de la conjoncture, cette industrie allait connaître pendant trente ans une indéniable prospérité. Si la rupture avec l’Angleterre désorganisait pour un temps les transactions, après le traité d’Aix-la-Chapelle la reprise était rapide. Elle fut malheureusement de courte durée car, sur mer, la guerre recommençait dès 1755, une guerre qui allait s’achever en désastre pour la France. Elle n’y perdait pas seulement ses colonies. La guerre de Sept Ans avait aussi coûté très cher à sa marine et à son commerce. Les Anglais devenaient les principaux fournisseurs de l’Amérique espagnole et si les négociants français retrouvaient aux Antilles un marché privilégié, les profits n’étaient plus ceux de la grande époque. Certains se découragèrent tandis que d’autres se tournaient vers une industrie nouvelle, l’impression des étoffes.

66En septembre 1759, un arrêt royal levait les interdits qui pesaient depuis 1686 sur le port, l’usage, le commerce et la fabrication des toiles peintes. Décision qui mettait un terme à la controverse qui opposait depuis plus de dix ans partisans et adversaires de la prohibition. Cette mesure avait été prise afin de protéger les industries nationales contre l’importation des indiennes véritables, des tissus de coton peints à la main par des artisans hindous, mais aussi contre des produits de contrefaçon, des toiles imprimées en Europe, à l’époque, de qualité fort médiocre.

  • 38 Lorient, port d’attache de la Compagnie des Indes, était le principal foyer de contrebande, ainsi (...)
  • 39 La Pompadour n’avait pas été la première à donner l’exemple.

67Malgré la répétition des interdits – deux édits, quatre-vingt arrêts en conseil – le gouvernement n’avait jamais été en mesure de réprimer efficacement une contrebande des plus lucratives38. Ces étoffes bariolées avaient trop de succès auprès des femmes, la noblesse, la bourgeoisie, la Cour elle-même donnant le mauvais exemple, à Paris comme en province39. Le régime parut s’assouplir fin 1729 lorsqu’un négociant de Bolbec obtint le privilège d’imprimer des étoffes de laine du pays avec un matériel ramené clandestinement d’Angleterre. D’autres permissions furent accordées par la suite à plusieurs fabricants. À Beauvais, un teinturier se lançait dans l’aventure, Jean-Baptiste Escouvette, qui allait chercher à Rouen son matériel et ses inspirations. Après avoir obtenu une autorisation royale en 1748 ou 1749, il montait à Saint-Lucien au début de 1750 une manufacture qui employait 45 ouvriers. En avril 1757, l’interdiction d’imprimer les étoffes de laine était levée pour tout le royaume. En janvier 1759, ce fut le tour de la soie, le 9 septembre, celui des toiles de lin et de coton.

  • 40 Pierre, Paul Guérin, né le 17 février 1725, paroisse Sainte-Marguerite, décédé le 8 juin 1797, apr (...)

68À l’exemple des Suisses et des Anglais, les Français entreprenaient de s’équiper. Mulhouse, qui demeurait une enclave étrangère dans le royaume, avait donné le branle dès 1746. Autour de Rouen et de Bolbec, à Nantes, dans la région lyonnaise et même autour de Paris, ce fut pendant quelques années une véritable frénésie. Beauvais devait être gagnée à son tour. La première manufacture d’indiennes fut fondée en 1765 à Saint-Just-des-Marais par un certain Baron qui exploitait depuis peu un petit atelier à Créteil. Après son décès en 1768, elle fut reprise par son neveu Claude, associé à Pierre Salle. La seconde entreprise fut établie en 1770, en ville, près de l’église Sainte-Marguerite, par le teinturier Guérin40 et, à peu près à la même époque, deux autres à Saint-Just par Charles Ticquet et les frères Michel qui s’installaient aux Quatre Vents en 1771. Quatre ans plus tard, Antoine Garnier et Louis Thévart s’associaient pour créer, toujours à Saint-Just, une cinquième manufacture.

  • 41 Grève provoquée par une tentative de débauchage orchestrée par l’Allemand Carstens, qui venait d’ê (...)

69Or ces nouvelles entreprises avaient peine à trouver le personnel qualifié pour les opérations délicates de la gravure et de l’impression. Il fallait offrir de gros salaires, parfois plus de 20 livres par semaine, trois ou quatre fois ce que gagnait un tisserand, faire venir de Suisse ou d’Allemagne des ouvriers et des contremaîtres, débaucher au besoin le personnel des concurrents. Surenchère qui permettait à certains de dicter leurs conditions, des primes ou des congés d’hiver, en faisant le chantage à l’arrêt de travail. Escouvette en avait déjà fait l’expérience lorsqu’il avait dû faire face à une grève en juillet 175341. Les autorités avaient dû intervenir, imposer désormais pour l’embauche la présentation d’un congé.

  • 42 D’après des listes nominatives établies les 19, 21 et 25 mars 1782 à l’intention du procureur fisc (...)
  • 43 En 1786, le royaume aurait compté une centaine de fabriques imprimant annuellement plus de 500 000 (...)

70De ces entreprises, la plus importante était sans doute celle de Baron et Salle qui aurait compté 600 ouvriers environ en 1777 et 400 en 1789, mais une liste partielle établie en mars 1782 ne comportait que 14 noms. À la même époque, Garnier et Thévart avaient 257 ouvriers, près de 400 sans doute avec les femmes, Ticquet environ 200, les frères Michel 11142. Cette dernière entreprise devait bientôt disparaître. Selon un rapport établi en 1786 par l’inspection des manufactures, à Saint-Just et Beauvais il n’était plus que quatre ateliers de toiles peintes qui, tous ensemble, disposaient de 250 tables d’impression et employaient 1 074 ouvriers. La production était évaluée à 56 000 pièces environ par an43.

71Les graveurs reproduisaient sur des planches les modèles préparés par les dessinateurs. De la gravure sur bois on allait passer à celle du cuivre avant d’en venir, après la Révolution, à l’emploi de machines à cylindre. Une fois imprimées sur table, les pièces de toile, partiellement enduites d’un mélange de cire et de suif, étaient trempées dans un ou plusieurs bains de teinture, puis garancées, afin de mieux fixer les couleurs. Après exposition sur pré pendant deux ou trois mois, les « pinceau-teuses » appliquaient les dernières couleurs. Les indiennes étaient alors « cylindrées » avant d’être mises en vente. Dans les ateliers, la moitié des contremaîtres et trois dessinateurs sur quatre étaient suisses d’origine. En revanche, il n’en était pas plus d’un sur dix parmi les graveurs, moins encore chez les imprimeurs. Avec le temps, les entreprises avaient pu former des spécialistes, mais, parmi eux, les Beauvaisiens n’étaient pas les plus nombreux. Le personnel peu qualifié était de la région, le cas des pin-ceauteuses, également celui des manœuvres « de pré », recrutés dans les villages d’alentour.

  • 44 AN. F 12, 1404 A. Cité par E. Depitre, La Toile peinte en France, p. 256. Arthur Young qui visitai (...)

72Les fabricants du Beauvaisis se flattaient en 1786 d’être « parvenus en peu d’années à faire estimer, même préférer leurs ouvrages à bien des égards à ceux des étrangers ». Ils constataient qu’en France les manufactures s’étaient multipliées « au point qu’elles suffisent actuellement pour la consommation du royaume44 ». Cette activité allait être mise à rude épreuve du fait de la concurrence anglaise, puis de la Révolution. Les entreprises qui avaient survécu devaient connaître une période plus heureuse sous l’Empire. Pourtant la crise de 1811 devait leur être fatale ; la plupart déposèrent leur bilan l’année suivante. Beauvais qui n’avait pas, comme Rouen ou Amiens, opéré sa conversion au travail du coton devait rester fidèle, pour près de deux siècles encore, à sa vieille tradition lainière.

Les autres activités

73Des autres activités de la ville, il y avait souvent peu à dire : métiers de l’alimentation comme partout, travail des étoffes, du bois, des métaux, professions du bâtiment ; mais, par son importance, le travail du cuir méritait une mention particulière. Jusqu’aux réformes de Turgot, l’administration royale laissa se pérenniser l’organisation traditionnelle des métiers et des communautés corporatives. La plupart d’entre elles avaient des statuts qui leur imposaient l’élection de gardes et la tenue d’assemblées dont les décisions étaient enregistrées à l’évêché-comté. Mais certaines, comme les libraires ou les couteliers, se réduisaient à deux ou trois membres et leur existence demeurait presque symbolique.

74Les boulangers, bien répartis dans l’ensemble des paroisses, formaient une communauté nombreuse et relativement homogène : ils étaient 31 en 1765, 34 à la veille de la Révolution. Aux mêmes époques, les bouchers ne dépassaient pas la douzaine, presque tous à Saint-Sauveur et dans le faubourg Saint-Jacques. Il est vrai qu’on pouvait leur adjoindre quelques tripiers et charcutiers. Pâtissiers et traiteurs formaient une communauté particulière ; avec les brasseurs et les fabricants de vinaigre, les poissonniers et les marchands de fromages, on avait vite fait le tour de ces métiers de l’alimentation. Aubergistes et marchands de vin appartenaient, comme les hôteliers, aux professions souvent associées du logement et de la restauration. Lors du recensement de 1765, on pouvait dénombrer quatre hôtels et huit auberges, trente-trois cabarets, dont onze dans les faubourgs, un café et trois débits de cidre. Des activités en expansion rapide puisque, selon un almanach de 1789, Beauvais n’aurait pas compté moins de trente-quatre auberges ou hôtelleries, quatre cafés et cinquante-trois débits de boissons. Mais sans doute faudrait-il faire la part d’une vingtaine de doubles emplois.

  • 45 En 1739, la communauté des potiers d’étain se réduisait à quatre membres (B 1153, 22 avril). On po (...)

75Les métiers du bois (menuisiers, tonneliers, charrons, tourneurs et vanniers), classés parmi les derniers dans les rôles anciens, n’avaient droit qu’à deux voix pour l’élection du maire. Bien qu’ils fussent moitié moins nombreux, les artisans qui travaillaient les métaux avaient droit à trois voix, peut-être parce qu’ils se trouvaient répartis en une douzaine de communautés, des chaudronniers aux cloutiers et des maréchaux aux plombiers, en passant par les orfèvres et les potiers d’étain45. Le travail du cuir comptait davantage, puisqu’il occupait deux cents personnes en 1765, plus que les métiers du bois et des métaux réunis. Huit communautés distinctes, qui disposaient ensemble de quatre voix à l’assemblée, se répartissaient minutieusement les tâches, depuis la préparation des peaux jusqu’à la fabrication de selles ou de chaussures. Les seize tanneurs de Saint-Sauveur alignaient côte à côte leurs ouvroirs le long du même bras du Thérain. Mégissiers et bourreliers étaient plus dispersés. C’était aussi le cas des cordonniers, la corporation la plus nombreuse avec celle des savetiers : ensemble, 127 artisans et compagnons en 1765, dont 44 à Saint-Étienne et 32 à Saint-Sauveur.

76Il est bien difficile d’apprécier l’importance du travail des étoffes, féminin pour une grande part et peu encadré dans le système corporatif. Les cinquante tailleurs et culottiers représentaient certainement la totalité de la profession en 1765, de même que les quelques brodeurs et boutonniers. Mais que dire de la soixantaine de couturières que nous avons recensées, des femmes seules uniquement ? La question reste la même pour les fileuses, car nos sources ne mentionnent que la profession du chef de famille en ignorant constamment le travail des femmes mariées. Nous sommes mieux renseignés en ce qui concerne le bâtiment, une activité exclusivement masculine qui occupait soixante-huit personnes en 1765. Les maçons semblaient assez nombreux – ils étaient vingt-huit –pour faire face à la besogne. En tout cas, nous n’avons pas trouvé mention d’artisans du dehors, comme ces Limousins qui, tous les printemps, venaient en bandes s’embaucher à Paris pour la saison. Le ramonage, en revanche, restait l’affaire des tournées de Savoyards venus de leurs lointains villages de Maurienne.

Figure 4 – Marque des cuirs et peaux pour 1764.

  • 46 148 feux sur le rôle de subvention de 1696,165 en 1765, compte non tenu d’une vingtaine de jardini (...)

77Les faubourgs jouaient traditionnellement pour la ville le rôle d’une banlieue maraîchère. Airiers ou vignerons, cent cinquante à cent quatre-vingt familles46 vivaient ainsi du travail de la terre, faubourg Saint-Jacques et faubourg Saint-Jean, terre Gaillon et terre Bourdon, dépendances de Saint-Laurent, le groupe le plus important restant celui de la poterne Saint-André. Locataires ou petits propriétaires, beaucoup d’entre eux entretenaient des pièces de vigne appartenant à l’Église. Sur les aires, des terres marécageuses converties en jardins, ils produisaient en abondance des salades, des carottes et des choux que leurs femmes venaient vendre sur la place avec quelques volailles, les jours de marché.

  • 47 La compagnie écossaise ou de Noailles, du nom de ses capitaines, était cantonnée à Beauvais depuis (...)
  • 48 Louis de Barthes, 27 ans, originaire d’Albi, décédé le 14 janvier 1768.

78Beauvais était aussi une ville de garnison, depuis qu’une compagnie de gardes du corps y avait établi ses quartiers. Il s’agissait de quelque trois cents cavaliers servant sous l’uniforme bleu et rouge de la compagnie de Noailles. La plupart étaient logés chez l’habitant, les autres dans des maisons qui leur étaient réservées, rues des Jacobins et des Trois-Cailles47. Les autorités étaient fières de la présence de cette unité d’élite recrutée dans la fleur de la noblesse française, mais, chez les Beauvaisiens, les opinions semblaient se partager. Hôteliers et restaurateurs n’avaient sans doute pas de meilleurs clients. Bourreliers, maréchaux et vétérinaires y trouvaient également leur compte, ainsi que les fournisseurs d’avoine et de fourrage. Enfin la caserne offrait des emplois de palefreniers et de valets à ceux que rebutait le travail du textile. Mais, à pied ou à cheval, les gardes n’étaient pas toujours d’un commerce facile, même si certains pouvaient être des locataires courtois. En ville, on se plaignait de leur morgue et de leur mépris affiché pour le bourgeois ; bien des parents craignaient aussi pour la vertu de leurs filles. Certains étaient connus pour leurs frasques, leur mauvaise tenue au théâtre, la façon dont ils poursuivaient les actrices de passage. Il était aussi question de duels, de chirurgiens appelés pour panser des blessures. En 1768, en tout cas, l’un de ces bretteurs devait sa fin tragique à une affaire de cotillon48.

79Au début de la Révolution, les relations entre civils et militaires devaient se tendre pour des raisons politiques. Les gardes du corps allaient afficher leur fidélité monarchique lors du fameux banquet de Versailles qui aurait été à l’origine des journées d’octobre. Ce fut leur dernière manifestation collective, car leur régiment fut bientôt dissous ; la plupart des gardes se retrouvaient dans l’armée des princes, tandis que leur ancienne caserne devenait un dépôt de cavalerie pour les hussards et les dragons de la République.

Notes

1 Derniers travaux en 1355, selon Ch. Doyen, d’après des documents aujourd’hui disparus. En août 1346, lors de l’expédition qui devait conduire à la bataille de Crécy, Édouard III était venu camper, le temps d’une étape, sous les murs de Beauvais, l’occasion pour ses gens de mettre le feu à l’abbaye Saint-Lucien.

2 Portes de Paris, de Bresles (route de Clermont), de l’hôtel-Dieu (routes de Calais et d’Amiens), porte du Limaçon à l’ouest, porte Saint-Jean au sud, s’ouvrant sur la route de Gisors. La poterne Saint-André, seule ouverture sur le flanc est, permettait de gagner directement les «aires », une banlieue maraîchère qui s’étendait en direction de Marissel.

3 C’est-à-dire sur près de 400 mètres, ce qui facilitait l’évasion des prisonniers de guerre hollandais cantonnés à Beauvais en octobre 1746 depuis la victoire de Rocoux. L’ouverture d’un fossé devait répondre également aux doléances du directeur des Aides qui se plaignait de l’extension de la contrebande (AD Oise, C 389).

4 La flèche s’était écroulée en 1573, quatre ans après son achèvement. L’abandon de la nef avait préservé les restes de l’ancienne cathédrale. Sous le nom de Basse Œuvre, elle jouait le rôle d’église secondaire pour la paroisse Saint-Pierre.

5 Les Danse à Saint-Martin, pour ne citer que ceux-là. Dans la même paroisse, petite rue Saint-Martin, était une belle maison du xvie siècle, celle de l’Épée royale, qui disparut dans l’incendie de juin 1940.

6 D’un patronyme assez répandu à Marissel comme à la poterne Saint-André les Beauvaisiens avaient fait un sobriquet. Baget et bagette, restent des mots encore utilisés dans la région pour désigner, comme fada dans le Midi, des individus bizarres et des simples d’esprit.

7 On gardait le souvenir de Bossuet qui en avait été l’abbé commendataire pendant 32 ans. Ses successeurs étaient beaucoup moins connus. Parmi eux, l’évêque de Viviers, de 1743 à 1766, puis l’archevêque de Bourges, Mgr d’Herbault.

8 À l’époque, le terme de banlieue désignait essentiellement le terroir agricole de la ville placé sous la juridiction de l’évêché-comté. Les villages en question, transformés progressivement en faubourgs de Beauvais au début du xixe siècle, ne lui furent rattachés administrativement qu’en 1943. Au cours du xviiie siècle, la population de Marissel oscillait entre 125 et 150 feux ; elle était de 497 âmes en 1790 (Bracheux ne fut rattachée qu’en 1826). Le hameau de Voisin-lieu, sur lequel manquent les renseignements, pouvait compter de 250 à 300 habitants. Saint-Just se réduisait à une centaine de feux jusqu’à la fin du siècle (602 habitants en 1790), Notre-Dame-du-Thil en comptait plus de 220 (964 habitants en 1790).

9 De 1722 à 1724 et de 1734 à 1737

10 L’édit d’août 1764, daté de Compiègne et complété par un édit de mai 1765, précisait l’organisation et le fonctionnement d’un système assez complexe. Les notables, âgés d’au moins 30 ans, étaient désignés pour quatre ans et indéfiniment rééligibles, à la différence des conseillers et des échevins renouvelables un par un chaque année. L’article V établissait une sorte de cursus municipal. Pour être élu conseiller, il fallait être ou avoir été notable ; pour devenir échevin, avoir rempli les fonctions de conseiller de ville ; le maire devait être choisi parmi les échevins ou les anciens maires (Maurice Bordes, La Réforme municipale du contrôleur général Laverdy…, 1968).

11 Les historiens locaux passent rapidement sur une réforme dont ils n’ont visiblement pas compris la signification, faute de références sur le plan national. La raison sans doute pour laquelle ils ne font pas allusion au recensement de 1764-1765. Comme les archives municipales ont disparu dans l’incendie de 1940, nous ignorons quels furent les termes et le fonctionnement du modus vivendi.

12 Sur les quelque 200 000 livres acquittées en moyenne par l’élection de 1700 à 1712, Beauvais n’en payait que 16 à 17 000, soit à peu près le douzième du total, alors que par le nombre de ses feux, la ville représentait le sixième de la circonscription.

13 Un droit de mesurage qui devait être acquitté sur tous les grains vendus au marché. Son taux était d’l/48e, payable indifféremment en argent ou en nature.

14 Ce qui lui permit de ressaisir la police des manufactures dont un édit de Colbert l’avait privé trente ans plus tôt en l’attribuant aux magistrats municipaux. Chaque mutation voyait revenir la même formule rituelle : « bailli de notre ville, bailliage, évêché et comté-pairie de Beauvais et du bailliage et vidamé de Gerberoy » et juge général de la police de notre ville et faubourgs « dont les fonctions et droits ont été incorporés à l’ancienne police appartenant à notre évêché et comté-pairie et y ont été unis par arrêt du Conseil d’État du 1er décembre 1699 suivi des lettres patentes du Roy, du même, registrées au Parlement de Paris le 8 dudit mois de décembre ».

15 La création des présidiaux témoignait de l’avortement d’une réforme à laquelle les parlements étaient hostiles. En effet, les nouvelles cours ne pouvaient juger en dernier ressort que jusqu’à 250 livres en principal, somme qui fut portée à 2 000 livres en 1774.

16 L’affaire remontait à 1683. L’évêque contestait à la mairie le droit de faire battre la caisse en ville. Les baguettes ayant été dérobées sur ordre du bailli, l’affaire aboutit à un procès devant le Parlement.

17 B 1323.

18 Nous n’en connaissons ni les paroles ni les cibles, peut-être le conseiller Simon.

19 13 internes en 1765, 60 élèves vivant « à leurs dépens », sans parler des autres externes. Il était périodiquement rappelé à ces maîtres de pension, en principe tous maîtres ès arts, que tout enseignement direct leur était interdit et qu’ils devaient se charger de conduire leurs pensionnaires au collège (B 1786, 24 novembre 1779). Une certaine tolérance leur était cependant accordée pour la classe de sixième.

20 Les sœurs de l’Enfant Jésus devaient leur surnom au fait qu’elles avaient été appelées à Beauvais au xviie siècle par le P. Barré. Elles étaient 8 en 1765 (paroisse St-Étienne), avec une centaine d’élèves.

21 Leur correspondance avec la municipalité a disparu en 1940 dans l’incendie de l’hôtel de ville et comme les historiens locaux ne se sont pas intéressés à la question, pour le règne de Louis XIV, seuls quelques noms de subdélégués nous sont parvenus. Au xviiie siècle encore, la chronologie demeure assez incertaine, car on n’a pas la ressource de se référer à un procès-verbal d’élection ou des provisions d’office, comme pour les maires ou les baillis.

22 Ainsi, en février 1749, lorsque l’intendant Bertier s’étonnait des prix pratiqués à Beauvais, en les comparant à ceux de Lagny, de Nemours et de Rozoy-en-Brie (B 1285).

23 Les renseignements dont nous disposons proviennent de sources fiscales, les « recherches » opérées par les gardes des deux communautés pour la répartition des taxes (AD Oise, B 1275). Or tous les documents n’ont pas été conservés et il est difficile de faire coïncider ceux des sergers et des drapiers. À titre indicatif, ces derniers étaient 77 en mai 1720, 109 en novembre 1730, puis, de cinq en cinq ans, jusqu’en juin 1755, 145, 170, 143, 175 et 249.

24 B 1273 : procès verbaux des assemblées de commerce (1700-1715). Dans un livret tiré des archives de l’évêché (G 15), la rubrique concernant les manufactures de draperie et sergetterie indique que pour les laneurs « le taux se faisoit ainsi : les plus forts et valides, Xs nunc 12 s. 6 d [lire : 10 sols à 12 sols 6 deniers], invalides 1 sol de moins, 14 à 18 ans, 1 sol de moins, 10 à 12 ans 1 sol de moins, aux plus petits 1 sol de moins ».

25 À la fin du règne de Louis XIV, la livre de pain bis valait 6 deniers en dehors des périodes de cherté. Elle vaudrait deux à trois fois plus sous le règne de Louis XVI.

26 Le Parfait Négociant, éd. de 1713, p. 494.

27 P. Goubert, Familles marchandes, p. 109.

28 Nicolas Mahieu, fils aîné de François, était encore en Amérique lors du décès de son père, le 7 octobre 1738. Cinq mois plus tard, sa mère déclarait qu’il était à Saint-Domingue ou en Louisiane (B 115, Inventaire après décès). Les registres de Saint-Laurent nous apprennent que J. B. Sommereux, marié en 1749, avait séjourné trois ans au Cap Français. L’ouverture de successions permet de constater en 1789 l’installation comme horlogers des frères Feuillet dans la même île de Saint-Domingue où le libraire Vaconsin était décédé trois ans plus tôt. On pourrait citer d’autres exemples.

29 D’après les recherches des métiers opérées de 1750 à 1755 (B 1275). Si les moyennes restent à peu près les mêmes qu’à la fin du xviie siècle, l’éventail de la répartition s’était sensiblement resserré.

30 Après avoir été dégraissée et lavée, la laine devait être cardée avant d’être filée au rouet. Une fois ourdi et empesé, le fil pouvait être mis en chaîne sur le métier. La pièce de drap terminée était alors foulée et dégraissée à l’urine. Elle passait ensuite entre les mains du laneur et du tondeur. L’un tirait les poils de l’étoffe du côté de l’endroit, tandis que l’autre les égalisait avec des chardons de plus en plus fins, une opération quatre fois répétée. Intervenait alors le teinturier, à moins que les fils n’eussent été traités au préalable. Après quoi le tondeur reprenait le drap pour en coucher le poil une dernière fois, le dresseur étant chargé de lui donner sa forme avant de le plier.

31 Décision prise à Compiègne, à la demande des sergers. La fabrication du drap était réservée aux seuls drapiers. Mais ceux-ci pouvaient également, comme les sergers, tisser de petites étoffes. Un arrangement de 1740 avait fixé la répartition des tissus fabriqués par les deux communautés. Mais, avec le temps, la plupart de ceux qui avaient été attribués aux sergers étaient passés de mode et beaucoup risquaient de rester sans emploi.

32 Vingt ans après l’invention de John Kay, on ne recensait encore qu’un seul métier équipé de la navette anglaise chez les drapiers de Beauvais (B 1275 : en 1755, sur un total de 212).

33 179, fin 1778,218, fin 1779, en faisant le total des inscriptions sur les deux listes. Mais il n’y est pas question des cessations d’activité qui avaient pu se produire entre temps (B 1271. Police des manufactures). En octobre 1765, la liste nominative des drapiers et sergers comportait 120 noms exactement (B 1273).

34 Les autres centres n’étaient pas épargnés, ni Rouen, ni surtout Amiens qui voyait sa production s’effondrer de moitié à partir de 1787 : 3 066 métiers battants en 1788, 2 241 en 1789, alors que, de 1782 à 1786, la moyenne dépassait 4 300 pour la ville et sa banlieue (Court. P. Deyon).

35 P. Goubert, Familles marchandes, op. cit., pp. 115 sqq. D’après l’inspecteur des manufactures Noette, début juillet 1709, il y avait des ouvriers qui n’avaient pas mangé depuis 60 heures (AN. F 12, 1456 A). Ils s’étaient saisis de marchandises et de tapisseries qu’ils cherchaient à mettre en gage pour obtenir de la nourriture.

36 Plus de 9 000 livres de réparations en 1754 (coll. Bucquet, t. LXXIII) Le même volume contient l’inventaire opéré en janvier 1754, lors du départ de N. Besnier (pp. 446-468).

37 Chiffres cités par Fauqueux, d’après des documents qui ont disparu : 120 ouvriers et élèves en 1788, 50 en octobre 1790. À défaut de listes nominatives, on a tout lieu de se montrer sceptique sur l’importance réelle de ces effectifs, même en faisant la part des élèves et des apprentis. Lors du recensement de 1765, parmi les chefs de famille, nous n’avons retrouvé à Beauvais que 25 tapissiers, 30 peut-être avec les enfants. 16 d’entre eux habitaient la Manufacture, les autres se dispersant dans les autres paroisses (5 à la Madeleine, 2 à Saint-Sauveur, etc.). Il est possible que certains aient pu habiter la campagne, mais ils ne pouvaient être bien nombreux, d’autant qu’il ne s’en trouvait aucun dans les faubourgs.

38 Lorient, port d’attache de la Compagnie des Indes, était le principal foyer de contrebande, ainsi que Marseille, en sa qualité de port franc. Lorsqu’on fut en mesure d’imprimer des tissus capables de rivaliser avec les véritables indiennes, la Suisse alimenta à son tour la contrebande par le Dauphiné (l’exemple de Mandrin) ou par la Lorraine ducale. Le personnel des fermes était trop peu nombreux et surtout trop mal payé pour ne pas se laisser corrompre.

39 La Pompadour n’avait pas été la première à donner l’exemple.

40 Pierre, Paul Guérin, né le 17 février 1725, paroisse Sainte-Marguerite, décédé le 8 juin 1797, après avoir épousé en premières noces en mai 1751 Marie-Louise Radel, décédée en novembre 1792, qui lui avait donné 8 enfants.

41 Grève provoquée par une tentative de débauchage orchestrée par l’Allemand Carstens, qui venait d’être recruté à Darnetal. Les autres ouvriers exigeaient 30 sous par jour au lieu de 18 ou 20 (coll. Bucquet, t. LXXII, pp. 200 sqq).

42 D’après des listes nominatives établies les 19, 21 et 25 mars 1782 à l’intention du procureur fiscal Goujon (B 1282). Nous n’en connaissons pas l’objet, mais, apparemment, l’enquête ne concernait que le personnel masculin de ces établissements. Seul Nicolas Michel avait fait le compte de ses 42 employées.

43 En 1786, le royaume aurait compté une centaine de fabriques imprimant annuellement plus de 500 000 pièces. La Haute Normandie se détachait avec 38 manufactures autour de Rouen et Bolbec. Venaient ensuite le Lyonnais (12 entreprises) et la ville de Nantes (9), mais la fabrique la plus importante et surtout la plus appréciée était celle que l’Allemand Oberkampf avait établie à Jouy-en-Josas, près de Versailles, et qui imprimait 30 000 pièces par an (AN. F 12, 1404 A). L’Alsace n’était pas comprise dans cette statistique, en raison de son régime douanier particulier.

44 AN. F 12, 1404 A. Cité par E. Depitre, La Toile peinte en France, p. 256. Arthur Young qui visitait la manufacture Garnier en octobre 1787 en jugeait la production « très ordinaire » (Voyages…, trad. Sée, p. 968).

45 En 1739, la communauté des potiers d’étain se réduisait à quatre membres (B 1153, 22 avril). On pouvait citer également les taillandiers, les quincailliers, les couteliers, les serruriers et les armuriers. En 1765, il n’existait plus qu’un fourbisseur (à Saint-Étienne). Au total, 65 artisans recensés, en regard de 119 pour le travail du bois, professions masculines uniquement.

46 148 feux sur le rôle de subvention de 1696,165 en 1765, compte non tenu d’une vingtaine de jardiniers.

47 La compagnie écossaise ou de Noailles, du nom de ses capitaines, était cantonnée à Beauvais depuis 1735. Avec les officiers, ses effectifs, établis lors des revues, étaient de 342 hommes en janvier 1776, de 306 en mars 1788 (Ph. Tiersonnier, « Les gardes du corps à Beauvais », MSA, 1902, pp. 451-480). En dehors de leur service à la cour (le quartier de janvier), les gardes pouvaient être appelés à des opérations de maintien de l’ordre dans la région. Ce fut le cas en mai 1775, lors de la « guerre des farines », pour assurer la sécurité du marché de Pont-Sainte-Maxence et la circulation sur l’Oise des bateaux chargés de grain.

48 Louis de Barthes, 27 ans, originaire d’Albi, décédé le 14 janvier 1768.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Plan de la ville de Beauvais en 1692, coll. particulière.Au nord, on voit se détacher les flèches de l’hôtel-Dieu et de l’église Saint-Laurent ; au centre, entre lesquelles on reconnaît la silhouette de l’église Saint-Étienne. À l’extérieur des remparts, se détachent la nef de Saint-Sauveur et, plus à l’ouest, la masse de la cathédrale et les tours du le couvent des Capucins, Saint-Lucien, Saint-Quentin (47, 46 et 45 du plan) ; au sud-ouest, le fau-palais épiscopal. Vers le sud, dans le prolongement de la place (avec son pilori), on peut suivre bourg Saint-Jean, dominé par l’abbaye Saint-Symphorien ; au sud-est, par-delà la porte de Paris, le tracé de la rue de l’Écu (actuelle rue de Malherbe) et surtout de la rue Saint-Jean (Desgroux) le faubourg Saint-Jacques.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 813k
Légende Figure 2 – Diocèse, province et département, INED.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Graphique 1 – Le travail de la laine à Beauvais. (D’après P. Goubert, Beauvais, t. 2, p. 117, croquis complété)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2543/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Figure 3 – Beauvais en 1765 : Répartition professionnelle selon les paroisses (emplois masculins uniquement).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2543/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Figure 4 – Marque des cuirs et peaux pour 1764.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2543/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540