Version classiqueVersion mobile

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Première partie. La ville et ses habitants

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Pour un historien, une étude démographique ne saurait se réduire à des collections de chiffres. Les réponses qu’elle peut apporter aux questions que posent la plupart des populations anciennes perdent singulièrement de leur signification lorsque les situations et les hommes n’ont pas été clairement identifiés. Pour comprendre le comportement d’une population, il importe d’en bien connaître les éléments, d’être en mesure d’en apprécier les ressources. Pour une ville comme Beauvais, une telle présentation ne pouvait être l’affaire de quelques pages, d’autant que, fort heureusement, la documentation ne manquait pas. En lui consacrant deux chapitres, nous n’avons pas procédé autrement que pour la campagne, ouvrage dans lequel nous avions fait le tour des villages du Beauvaisis en décrivant leur situation et leurs activités.

2Il était évidemment des priorités. Du cadre urbain, il fallait surtout retenir cet établissement dans un site marécageux des plus malsains, avec un problème de l’eau qu’on mettrait deux siècles à résoudre. Le caractère pittoresque de bien des maisons anciennes ne devait pas faire oublier qu’il s’agissait de demeures incommodes et de logements surpeuplés. Même si c’était le cas un peu partout, il fallait rappeler l’état de la voirie, évoquer les odeurs et la crasse, faire le tour des remparts dont les restes étaient autant d’entraves à la circulation.

3Des hommes, un recensement nous fournissait le nombre et la répartition, mais il y avait bien des lacunes à combler, notamment sur l’organisation des métiers, le travail de la laine et du lin, les mutations économiques de la fin du règne de Louis XV, lorsque Beauvais se mettrait à l’impression des indiennes. De la répartition professionnelle, nous sommes passé à l’étude sociale, des milieux populaires au cercle étroit des notables. Mais il fallait s’arrêter aussi sur le prix du pain, dont les hausses brutales étaient synonymes de misère et de sous-alimentation. Enfin, on ne pouvait négliger les problèmes de santé, même si l’on devait se contenter de dénombrer les médecins et de faire le compte des lits à l’hôtel-Dieu. Cette présentation de la ville facilitera l’approche et fera mieux comprendre l’intérêt d’une analyse démographique aux développements parfois arides.

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search