Version classiqueVersion mobile

Beauvais au XVIIIe siècle

 | 
Jean Ganiage

Introduction

Texte intégral

  • 1 Engagé dans les gardes du corps, Lamartine tint garnison à Beauvais pendant l’été de 1814. «Séjour (...)

1Petite capitale régionale, ville fort active au demeurant, c’est le profil de Beauvais que l’on retrouve dans les dictionnaires du xviiie siècle, avec le rappel de ses fonctions administratives et l’énumération de ses industries. L’évocation du passé, symbolisé par le siège de 1472 et le nom de Jeanne Hachette, les titres d’un évêque à la fois comte et pair de France fixent les traits d’une des bonnes villes du royaume, distinguée par son courage et sa fidélité. Plus directs, les trop rares récits de voyageurs nous laissent le choix entre l’admiration d’un Stolberg, la discrétion de Young et, à un demi-siècle de distance, les jugements méprisants de Lamartine1.

2Quoi qu’il en soit, c’est ici que nous présentons la seconde partie de notre étude sur le Beauvaisis, la ville succédant à la campagne dans le même cadre du xviiie siècle. Nous n’avions certes pas prévu qu’il nous faudrait près de dix ans pour achever le second volet du diptyque. Pourtant, la présentation de la ville ne nous posait guère de problèmes. Lors de la publication du premier tome, en 1988, nous avions déjà rassemblé l’essentiel de notre documentation, brièvement exploitée dans une Histoire de Beauvais destinée à un grand public. Mais la reconstitution des familles s’est avérée laborieuse, du fait surtout de leur mobilité. En outre, la ville avait ses usages, différents selon les paroisses ; en début de siècle, les registres, hachés de lacunes, étaient d’une utilisation difficile, les regroupements de paroisses et la sécularisation de l’état civil posant d’autres problèmes à partir de 1791.

3Comme pour la campagne, il s’est agi d’un travail collectif, mené dans le cadre d’un séminaire de recherche avec des étudiants parmi lesquels il était peu de Beauvaisiens. L’essentiel de la documentation repose ainsi sur une vingtaine de mémoires de maîtrise égrenés, avec beaucoup d’autres, sur une période assez longue. L’enquête a porté sur les douze paroisses d’une ville peuplée à l’époque de 12 000 habitants. Deux des plus petites, Saint-Jean et Saint-Quentin – ensemble, moins de 800 âmes – ont fait seulement l’objet de dépouillements nominatifs. Pour les dix autres, toutes les familles ont été systématiquement reconstituées, mais sur des périodes plus ou moins longues, selon l’état de la documentation : le siècle entier à Sainte-Marguerite et Saint-Martin, depuis 1737 seulement à Saint-Étienne, où les lacunes des registres étaient les plus importantes. Nous avons ainsi constitué un fichier de 3 600 familles, moitié moins qu’à la campagne. Mais, à Beauvais, nous avions à notre disposition un recensement semi-nominatif de la population, daté de 1765, qui permettait de recouper et souvent de compléter les données fournies par les registres paroissiaux.

4Nous n’avons pas négligé pour autant les localités du voisinage, vingt au total, dont les registres ont été parcourus en entier, à la recherche de mariages ou de baptêmes concernant les citadins, voire de décès, ceux d’enfants qui avaient été mis en nourrice. Nous pouvions également compter sur les dossiers de notre enquête précédente et, sans même parler des recherches ponctuelles, ce sont les registres de quatre-vingt-neuf villages qui ont été mis à contribution pour le xviiie siècle, le moyen de bien apprécier les relations entre ville et campagne.

5De même que pour nos villages, il nous a fallu trier et regrouper la documentation rassemblée dans les différents mémoires, afin de constituer un fichier chronologiquement cohérent. Les paroisses les plus peuplées, Saint-André, Saint-Sauveur et surtout Saint-Étienne, avaient fait l’objet d’études complémentaires. Saint-Laurent, la Madeleine, Sainte-Marguerite, Saint-Martin, Saint-Thomas ainsi que la Basse Œuvre furent étudiées séparément, les registres de l’hôtel-Dieu étant dépouillés au prix d’une série de vacations. Il nous avait fallu écarter Saint-Quentin, dont les registres furent longtemps indisponibles et reprendre personnellement l’étude de la paroisse Saint-Jacques. Le recensement de 1765 méritait une attention particulière : trois mémoires de maîtrise lui furent consacrés, sur la base d’un groupement de paroisses.

6Plus encore que dans nos villages, ces travaux, menés dans un cadre paroissial, ont fait l’objet de vérifications systématiques, souvent suivies de reclassements. La mobilité des familles, la confusion de patronymes risquaient en effet de provoquer bien des erreurs, avec la possibilité constante de doubles emplois. Comme à la campagne, nous avons retrouvé le problème des recherches de complément, singulièrement aggravé par la dispersion dans la ville et la fréquence des origines rurales. Ce furent aussi des baptêmes à rechercher dans nombre de villages, des décès à retrouver jusqu’aux premières années de la Restauration. En faisant le compte des difficultés que nous avons rencontrées en ville, la reconstitution des familles en milieu rural pouvait apparaître comme un modèle de simplicité.

7Le recensement de 1765 ne résolvait pas tous les problèmes. En aval, nous ne pouvions compter sur l’apport d’autres listes nominatives. à Beauvais, il n’était pas de rôles de taille et, des premiers recensements, aucun n’a été conservé. Il nous restait à tirer parti des inventaires après décès dont l’imposante collection nous a permis, avec le temps, de compléter, parfois de corriger les informations tirées des registres paroissiaux. Le travail en équipe explique sans doute la qualité des travaux mais il était des recherches qui ne pouvaient s’inscrire dans le cadre nécessairement limité d’un mémoire de maîtrise. C’est à nous qu’il revenait de les mener à bien, grâce aux facilités d’accès dont nous avons bénéficié si longtemps aux archives de Beauvais.

8Le traitement informatique ne nous a pas dispensé de quelques comptages, une pratique qui semble aujourd’hui bien démodée. C’est que, pour l’essentiel, nous entendions maintenir l’unité de nos deux volumes, en comparant régulièrement la ville à ses environs, le moyen également de garder le contact avec des ouvrages plus anciens, qui n’avaient pas disposé des mêmes moyens d’exploitation. Mais les études de démographie urbaine restent encore bien rares, surtout pour l’Ancien Régime ; malgré l’appel à des monographies de langue allemande, le jeu des comparaisons dans ce domaine a quelque peu manqué de variété.

9Comme il se devait, nous avons présenté assez longuement la ville, son cadre, ses activités, sa hiérarchie sociale : deux chapitres d’introduction qui ne nous ont guère posé de problèmes, grâce à l’abondance relative de la documentation locale. Il faut dire que nous étions servi par la qualité des travaux de Pierre Goubert, notre prédécesseur pour le xviie siècle, et que nous pouvions faire appel à bien des articles, puisés dans des archives aujourd’hui disparues, afin d’évoquer les problèmes quotidiens de l’existence dans une ville du xviiie siècle.

10Notre principal regret est de n’avoir pu couvrir le siècle en son entier, ainsi que nous l’avons fait pour la campagne, et d’avoir dû laisser de côté toute une génération. Regret qui reviendra comme un leitmotiv dans l’étude de la mortalité des adultes et de certains aspects de la fécondité. C’est que nous avons eu par moments l’impression gênante de nous trouver confiné dans un domaine un peu étriqué. En dépit de ces réserves, les résultats peuvent être considérés comme satisfaisants. Ils répondent en tout cas au programme que nous nous étions fixé : celui d’une étude régionale où l’analyse démographique irait de pair avec la présentation d’une société.

11Ce sera l’occasion de rappeler et de saluer le travail de nos étudiants sans lesquels cet ouvrage n’aurait pu être entrepris, d’évoquer les facilités de recherche exceptionnelles dont, grâce à Mme Gut, nous avons si longtemps bénéficié aux archives départementales de l’Oise. Robert Lemaire nous avait ouvert les archives de la bibliothèque municipale de Beauvais ; ses successeurs nous ont réservé le même accueil. Grâce à M. Dumont de Montroy, nous avons pu avoir accès au journal encore inédit du bailli Lescuyer. Enfin, le nom de Mme Charlent doit encore être rappelé pour la part qui lui revient aussi dans ce travail. à tous, nous sommes heureux de renouveler le témoignage de notre gratitude, tout en évoquant la mémoire de Louis Henry, dont l’intérêt pour nos travaux ne s’était jamais démenti.

Notes

1 Engagé dans les gardes du corps, Lamartine tint garnison à Beauvais pendant l’été de 1814. «Séjour humide et malsain », écrivait-il, «dans une espèce d’entonnoir ». C’est pourtant là qu’il devait composer la version première du «Lac », le poème qui devait lui valoir la célébrité. Si les relations de voyage d’Arthur Young sont bien connues, celles de l’Allemand Stolberg, en 1767, le sont beaucoup moins. Le dictionnaire de Moreri présentait aussi de Beauvais un tableau des plus flatteurs.

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search