Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Samarcande à Istanbul : étapes orientales

 | 
Véronique Schiltz

Épilogue. Enjeux contemporains

La concurrence anglo-américaine au sujet de la Turquie : la seconde conférence du Caire (4-8 décembre 1943)

Pinar Dost-Niyego

Texte intégral

Je remercie l’historien Selim İlkin pour m’avoir autorisée à consulter ses documents.

1Dans l’historiographie de la Deuxième Guerre mondiale, les relations entre les démocraties occidentales ont été souvent présentées comme une puissante alliance toute entière tournée contre l’ennemi commun. La cohérence de cette alliance est évidente. Mais il n’y en a pas moins eu des points de discordes et une concurrence à plusieurs niveaux entre les États-Unis et la Grande-Bretagne. Nous allons voir, grâce à l’appui de documents inédits des Archives d’İnönü*, que la Turquie n’échappe pas à cette concurrence.

  • 1 R. Dallek, Franklin D. Roosevelt and American Foreign Policy, 1932-1945, Oxford University Press, (...)
  • 2 “Rise to globalism” est l’expression utilisée par Stephen E. Ambrose dans son ouvrage qui porte le (...)

2Contrairement aux autres États en guerre engagés essentiellement au niveau régional ou continental, les États-Unis font « une nouvelle sorte de guerre », qui comprend « tous les continents, toutes les îles, toutes les mers, toutes les voies aériennes dans le monde » comme le formule Roosevelt1. « Pendant la guerre, les États-Unis, plus que tout autre État, élaborent une stratégie mondiale pour la guerre ainsi qu’une vision globale des exigences de l’organisation mondiale d’après-guerre et, à la fin de la guerre, ils cherchent activement à jouer un rôle décisif dans les domaines militaires, politiques et économiques dans toutes les régions du monde2. »

  • 3 P. M. Kennedy, The Rise and Fall of the Great Powers : Economic Change and Military Conflict from (...)

3Dès la première année de guerre, les États-Unis commencent à planifier l’après-guerre. Ils « sortent de la guerre plus riches et plus puissants que jamais. Alors que les mines, les champs, et les usines de l’Eurasie sont dévastés, ravagés et bombardés, les productions industrielles et agricoles américaines atteignent de nouveaux sommets. Le revenu national américain augmente. À la fin de la guerre, les États-Unis possèdent les deux tiers des réserves d’or mondiales et les trois quarts du capital investi. Les États-Unis détiennent plus de la moitié de la capacité de production au niveau mondial et la moitié de l’approvisionnement naval mondial, et ils constituent le plus grand exportateur mondial des biens et services. Le produit national américain est trois fois supérieur à celui de la Russie et cinq fois à celui de la Grande-Bretagne3. »

4Les États-Unis doivent maintenir ce niveau de production dans l’après-guerre et trouver de nouveaux marchés pour vendre leurs produits. C’est cette considérable force économique qui donne aux États-Unis son incroyable puissance militaire.

  • 4 Il faut souligner que la production d’avions était déjà une priorité pour Roosevelt. En 1938, déjà (...)
  • 5 M. P. Leffler, A Preponderance of Power : National Security, the Truman administration, and the Co (...)

« Pendant la guerre, les États-Unis augmentent leur capacité de production au point de fabriquer 100 000 avions4 et 30 000 tanks par an. En 1943, leurs usines produisent des armes pour une valeur de 37,5 millions de dollars (contre 13,9 en Union soviétique, 11,1 en Grande Bretagne, 13,8 en Allemagne, et 4,5 au Japon). Leurs forces aériennes et maritimes sont les plus puissantes. Leurs porte-avions et leurs divisions navales leur permettent d’étendre leur puissance au-delà des océans5. »

  • 6 Christopher D. O’Sullivan, Sumner Welles, Postwar Planning, and the Quest for New World Order, 193 (...)

5Les planificateurs civils et militaires de l’après-guerre « [...] cherchent d’abord à étudier comment la paix pourrait être conforme aux buts de guerre des États-Unis. Mais ils élargissent très vite leur mission, en passant des problèmes de l’après-guerre à des enquêtes plus spécifiques sur la situation après-guerre de plusieurs puissances. Et donc ils élargissent leurs investigations à presque toutes les régions du monde. Ils n’en laissent presque aucune partie, aucun continent, aucune nation non examinés et [...] en septembre 1943, les fondements de l’ordre d’après-guerre, celui qui sera poursuivi par les États-Unis, sont déjà en place6. »

  • 7 Gregory McLauchlan, “World War II and the Transformation of the U.S. State : The Wartime Foundatio (...)

6Les États-Unis ne retournent donc pas à leur modèle isolationniste d’avant-guerre, modèle dans lequel les institutions militaire et de politique étrangère jouaient des rôles mineurs dans l’État et l’économie. Ainsi, c’est à l’occasion de la Seconde Guerre mondiale que les États-Unis deviennent « l’État hégémonique » du système mondial7.

  • 8 Cet article est tiré de ma thèse de doctorat soutenue le 7 septembre 2010 à Sciences Po Paris et i (...)

7La concurrence des États-Unis avec la Grande-Bretagne au sujet de la Turquie peut être analysée dans le cadre de la volonté des Américains d’étendre leur influence partout dans le monde ainsi que de la politique américaine au Moyen-Orient, politique qui commence à prendre forme durant la Seconde Guerre mondiale. Soulignons que la concurrence anglo-américaine à propos de la Turquie pendant la Seconde Guerre mondiale suffit à remettre en cause la thèse dominante de l’historiographie turque, selon laquelle les États-Unis ne se sont intéressés à la Turquie qu’après la guerre et que dans le cadre de la Guerre froide8.

  • 9 Philip J. Baram, The Department of State in the Middle East 1919-1945, University of Pennsylvania (...)

8Les compagnies pétrolières privées américaines s’intéressaient déjà depuis longtemps au Proche et au Moyen-Orient, mais les relations du gouvernement américain avec la région s’intensifient pendant la guerre comme une contribution au commun effort de guerre allié contre les forces de l’Axe. Avant même l’attaque de Pearl Harbor et l’entrée en guerre des États-Unis, ces derniers aidaient financièrement la Grande-Bretagne au Caire. Pendant la guerre, la politique du Département d’État vis-à-vis des Britanniques au Moyen-Orient suit deux approches contradictoires : favorable à court terme, pour le bien de l’effort de guerre partagé, et très compétitif sur le long terme, dans le but de consolider l’influence économique des États-Unis après la guerre. L’objectif du Département dans la région est d’atteindre le même poids que celui des Britanniques : si Washington a été un partenaire mineur de Londres dans la région jusqu’aux débuts de la guerre, le Département veut s’assurer qu’après le conflit Washington sera le partenaire majeur, ou du moins l’égal, de Londres9.

  • 10 Foreign Relations of the United States (FRUS), 1939, vol. IV, Télégramme de l’Ambassadeur américai (...)
  • 11 National Archives and Records Administration (NARA), 611.6731/551, “Confidential release for publi (...)

9Les États-Unis avaient officialisé leur intérêt économique et commercial pour la Turquie déjà avant la guerre. Le traité commercial turco-américain signé le 1er avril 1939 à Ankara10 est le premier traité commercial américain signé avec un pays du Proche-Orient11.

  • 12 Cette rencontre est racontée à partir de FRUS, 1940, vol. III, The British Commonwealth, the Sovie (...)
  • 13 Frus, 1941, vol. III, 905-906.
  • 14 Nara, M 1224, Roll 25, Le télégramme de Cordell Hull à l’ambassadeur américain à Ankara, Washington (...)

10Cet intérêt se maintient avant l’entrée en guerre des États-Unis. Lors de la rencontre du 18 février 1941 entre l’ambassadeur américain en Turquie, MacMurray, et le Premier ministre turc, Refik Saydam12, l’ambassadeur américain transmet au Premier ministre turc le message du Président américain selon lequel les pays essayant de protéger leur indépendance face à l’agression de l’Axe pourront bénéficier du futur projet de la loi du prêt-bail. Saydam, soulignant que la Turquie partage les idéaux américains, rappelle que son pays manque de matériel militaire. Il demande en conséquence si la Turquie peut bénéficier d’une aide américaine sur ce point. Par la suite, la Grande-Bretagne qui avait promis à la Turquie, conformément à l’alliance anglo-franco-turque d’octobre 1939, du matériel militaire à hauteur de 25 millions de livres sterling et qui, après la défaite française, ne peut plus tenir ses engagements toute seule, insiste a près des autorités américaines afin que l’aide américaine soit étendue à la Turquie. Suite à l’insistance britannique, le 4 décembre 1941, trois jours avant l’attaque japonaise à Pearl Harbor, le Président américain déclare publiquement que la défense de la Turquie est essentielle pour les États-Unis et étend la portée de la loi du prêt-bail à la Turquie. Cependant, l’aide américaine, qui était attribuée par l’intermédiaire des Britanniques puisque les Américains confiaient aux Britanniques le matériel militaire qui devait être envoyé aux Turcs, a souffert de retards inopinés et c’est la raison pour laquelle il n’y a pas eu une aide américaine effective dans le cadre de la loi du prêt-bail. La Grande-Bretagne en était responsable car elle avait utilisé le matériel accordé pour ses propres besoins. Les Turcs se sont plusieurs fois plaints auprès des Américains de ce dysfonctionnement. Les responsables de la division du Proche-Orient de laquelle dépendait la Turquie voulaient qu’on informât les Turcs qu’ils n’en étaient pas responsables, que la faute en revenait aux Britanniques, et qu’il fallait substituer à l’aide indirecte via les Britanniques un système d’aide directe13. Il semble donc que soit apparue au Département d’État américain la volonté de rendre indépendante de la tutelle britannique sa relation avec la Turquie. Cette volonté est en effet parallèle à l’intérêt croissant porté au Proche et au Moyen-Orient. Finalement, on décida de maintenir l’aide financière directe, mais en pratique, on passait toujours par l’intermédiaire des Britanniques, tout en renforçant le système de contrôle afin d’empêcher tout dysfonctionnement14.

  • 15 M. Önsoy, The World War Two Allied Economic Warfare : the Case of Turkish Chrome Sales, Thèse d’hi (...)
  • 16 Nara, RG 84, Ankara Embassy, 1946, Box 18, “Rapport sur l’histoire de guerre”, no 574, envoyé par E (...)
  • 17 J. A. Denovo, “The Culbertson Economic Mission and Anglo-American Tensions in the Middle East, 194 (...)

11Les États-Unis interviennent également dans la région, en rejoignant le système de « guerre économique » britannique. Ce système de guerre économique inclut trois dimensions : « législative », en agissant sur le contrôle du commerce et de la finance dans ses propres territoires et dans les territoires des pays neutres ; « diplomatique » et « militaire », en utilisant les moyens militaires pour empêcher l’approvisionnement de l’ennemi outre-mer ou à travers les pays neutres15. En Turquie, l’aspect le plus important de la guerre économique contre l’Allemagne auquel le gouvernement américain ait participé directement concerne le chrome. Le chrome de haute qualité produit en Turquie est le plus souvent utilisé à des fins métallurgiques, une large partie de ses applications dans ce domaine ayant un caractère militaire, dans la fabrication d’avions en particulier. Précisons toutefois que les États-Unis sont intéressés par cette question du chrome, non seulement pour empêcher l’Allemagne d’obtenir du chrome turc, mais parce qu’ils en ont eux-mêmes besoin. Les expéditions de chrome turc aux États-Unis débutent en 1940 et les Américains se voient obligés de payer un prix beaucoup plus élevé pour le chrome turc que les prix mondiaux16. En 1942, la coopération anglo-américaine au Moyen-Orient se développe au moment où les États-Unis deviennent un partenaire du Centre d’approvisionnement au Moyen-Orient (Middle East Supply Center-MESC) qui se trouve au Caire et lorsqu’ils coopèrent avec les Britanniques dans l’envoi du matériel prêt-bail aux Soviétiques à travers le corridor persan17.

  • 18 Nara, M 1223, Roll 2, Lettre de Cordell Hull à Lord Halifax, le 10 juillet 1943 ; Nara, RG 84, Anka (...)

12Preuve de l’intérêt porté par les Américains à la région, comme de la concurrence entre les cadres dirigeants américains et britanniques, est la mésentente anglo-américaine liée à la décision prise à la conférence de Casablanca (le 14 janvier 1943.) Lors de la conférence, les Britanniques prétendirent Roosevelt avait accepté de reconnaître que la Turquie faisait partie de la zone d’influence britannique en contrepartie de la reconnaissance par Churchill du fait que la Chine faisait partie de celle des États-Unis. Cependant, le secrétaire d’État américain Cordell Hull défendit l’idée que les États-Unis avaient seulement reconnu que la Turquie faisait partie de la zone d’influence britannique pour les opérations militaires, excluant les domaines diplomatique et économique18. Cette discussion occupa le Département d’État américain pendant des semaines, tant que leur allié ne fut pas convaincu. C’est là un exemple entre autres de la volonté américaine de gagner son autonomie concernant ses relations avec la Turquie.

  • 19 Frus, 1943, vol. I, 457.

13Il est important de ne pas perdre de vue que les États-Unis et la Grande-Bretagne ont mené une politique très différente sur la question de l’entrée en guerre de la Turquie. À partir de l’automne 1942, et plus encore après la victoire de Stalingrad (le 2 février 1943), la Grande-Bretagne souhaite que la Turquie entre en guerre. Mais Roosevelt s’oppose clairement à l’idée de Churchill d’ouvrir un second front dans les Balkans et demande, au contraire, que celui-ci soit ouvert dans la Manche. Après que cette dernière décision eut été prise, Churchill continua cependant à insister pour que la Turquie entrât en guerre. Roosevelt et le secrétaire d’État Cordell Hull maintinrent leur opposition, craignant que les Alliés ne soient alors obligés de transférer une importante partie du matériel de guerre consacrée au débarquement dans la Manche. La Grande-Bretagne trouve cependant alors un partenaire qui la soutient : l’Union soviétique. Lors de la IIIe conférence de Moscou (19 octobre-11 novembre 1943), les deux pays signent un accord, sans la participation américaine, par lequel ils expriment leur souhait de voir la Turquie entrer en guerre avant la fin de l’année 1943. Cette décision est confirmée par écrit à la Conférence de Téhéran (28 novembre-1er décembre 1943) et on y détermine une date, le 15 février 1944, comme date ultime pour cette entrée en guerre. Cette décision est communiquée en décembre au Président İnönü, pendant la conférence du Caire (4-8 décembre 1943). Soulignons cependant que les Soviétiques, qui souhaitent l’entrée en guerre de la Turquie, sont tout à fait contre l’ouverture d’un second front dans les Balkans puisqu’ils ne veulent pas voir les forces alliées dans les Balkans qu’ils considèrent comme leur zone d’influence d’après-guerre. Ils s’opposent aussi à l’aide à apporter à la Turquie. Ils pensent que la Turquie ne peut avoir un rôle dans l’après-guerre que si elle fait effectivement la guerre contre l’Allemagne19.

14Outre cette importante différence concernant leur politique à l’égard de l’entrée en guerre de la Turquie, on note d’autres divergences entre les alliés anglo-américains sur la politique à suivre envers la Turquie. Un des points d’achoppement concerne la défense par Roosevelt de la cause turque contre Churchill et en présence du Président turc İnönü au Caire (28 novembre-1er décembre 1943). Les documents d’Archives d’İnönü montrent clairement que Roosevelt a accepté contraint et forcé une date finale d’entrée en guerre pour la Turquie à Téhéran et que son attitude dans ses dialogues avec İnönü étaient très différente de celle de Churchill, le premier étant de loin beaucoup plus compréhensif avec son homologue turc.

15Avant même que la Conférence de Téhéran ne prenne fin, Churchill et Roosevelt envoient chacun un télégramme à İnönü pour l’inviter au Caire. İnönü répond que s’il s’agit d’une réunion pour lui présenter une décision prise à Téhéran avec Staline, il n’accepte pas la proposition. Mais s’il s’agit de chercher, sans idées préconçues, les moyens de mieux servir la cause commune, il l’acceptera. Sur la garantie donnée par les Britanniques et les Américains qu’il s’agit bien de la deuxième option, İnönü part au Caire et rencontre les 4-8 décembre 1943 Churchill et Roosevelt.

  • 20 http://www.history.army.mil/books/wwii/sp1943-44/chapter16.htm

Roosevelt İnönü et Churchill au Caire, le 5 Décembre 194320.

  • 21 İnönü Arşivi [Archive d’İnönü], no 02275.
  • 22 Fahir H. Armaoğlu, “İkinci Dünya Harbinde Türkiye” [La Turquie dans la Seconde Guerre mondiale], S (...)
  • 23 İnönü Arşivi [Archive d’İnönü], no 02275.
  • 24 Ibid.

16Dès la première séance, Churchill demande à İnönü, tout en soulignant que l’Union soviétique le désire aussi, que la Turquie entre en guerre21. Dans le discours de Churchill, on sent même poindre une menace. Il déclare que si la Turquie entre en guerre, elle entretiendra à l’avenir de très bonnes relations avec l’URSS et pourra s’asseoir, avec l’URSS, la Grande-Bretagne et les États-Unis, à la table des vainqueurs. En revanche, si la Turquie manque cette occasion et que l’Allemagne s’écroule en deux ou six mois, alors, au lieu de s’asseoir à la table des arbitres, la Turquie se trouvera isolée et se promènera dans les couloirs du tribunal en simple spectatrice22. Il met l’accent sur le fait que cette situation serait très dangereuse pour la Turquie, puisqu’elle ne serait pas du côté de l’URSS, la plus grande puissance militaire de l’Europe23. Pour Churchill l’entrée en guerre de la Turquie au moment opportun est nécessaire pour abréger la guerre. Le moment est important car si la Turquie tarde à entrer en guerre, il n’y aura peut-être plus besoin de son intervention par la suite24.

17L’intervention de Churchill met İnönü mal à l’aise et le pousse à rappeler à ses interlocuteurs les services rendus par la Turquie aux Alliés en gardant sa position de neutralité. (Voir le tableau 1)

Tableau 1 – İnönü se plaint
İnönü : « […] On dit que si la Turquie n’entre pas en guerre, elle se mettra en danger. Je ne veux pas le croire. Un pays qui poursuit les mêmes principes que les Alliés, ne doit pas être en danger puisqu’il n’entre pas en guerre. Ni la Grande-Bretagne, ni les États-Unis ne peuvent nous dire ‘ Puisque vous n’êtes pas entrés en guerre, vous avez mérité le danger’. »
Roosevelt : (Il a approuvé)
İnönü : « […] Nous avons confirmé de nouveau notre souhait de collaborer avec vous. Bien sûr, nous aurons certaines conditions politiques et autres. Mais nous devons d’abord prendre en compte la situation militaire. […] Aujourd’hui, la situation militaire de l’Allemagne présente un grand danger pour nous. Nous ne sommes pas prêts au niveau militaire. […] Maintenant, si nous entendions que l’Allemagne s’est écroulée, tout le monde sera content sauf nous, nous aurons peur puisque nous n’aurions pas été entrés en guerre. Je ne peux pas accepter une chose pareille. »

18Churchill en effet, conscient de la méfiance de la Turquie vis-à-vis de la Russie, joue sur cette peur pour faire pression sur la Turquie. Roosevelt qui souhaite réconforter İnönü, lui dit qu’il ne faut pas prendre ces discours pour des menaces, mais que les États-Unis et la Grande-Bretagne se trouvant à une grande distance de la Turquie, il vaudrait mieux, pour sa sécurité, que la Turquie s’allie à l’Union soviétique.

19Nous voyons ainsi que, dès la fin de l’année 1943, Churchill et Roosevelt prévoient la possibilité d’une future menace soviétique sur la Turquie. On peut supposer que, connaissant le désir de l’URSS de posséder des bases dans les Détroits et sachant que la Turquie n’acceptera pas cette proposition, tous deux souhaitent que la Turquie fasse partie des puissances victorieuses, non seulement pour ses intérêts propres mais également pour la défense des intérêts américano-britanniques dans le Proche et Moyen-Orient.

  • 25 B. Oran (éd.), Türk Dış Politikası 1919-1980, vol 1., İletişim, Istanbul 2003, 461.

20İnönü se rend compte que le Premier ministre britannique « bluffe » et que Londres n’encouragera jamais l’expansion des intérêts russes dans le Proche-Orient. En réponse aux menaces britanniques, İnönü rétorque que l’Allemagne observait de près la Turquie, et que si elle apprenait que la Turquie se préparait pour entrer en guerre contre elle, elle l’attaquerait à coup sûr. Le Président turc accepte le principe de l’entrée en guerre de la Turquie, mais il pose comme condition qu’elle soit militairement prête. Ainsi propose-t-il deux conditions préliminaires : des préparatifs actifs pour la livraison du matériel par les Alliés d’une part, et une collaboration avec les Alliés d’autre part25.

21Lors de ces discussions, on assiste à une intéressante réaction du ministre des Affaires étrangères britannique, Anthony Eden. Comme Roosevelt n’arrête pas d’approuver ce que dit İnönü, hochant la tête et répétant « c’est vrai, il a raison », Eden se tourne vers Roosevelt et lui dit : « Vous voulez peut-être l’aider et lui tenir la main ? » On voit donc que le ministre britannique des Affaires étrangères ne supporte pas que Roosevelt écoute le Président de la République turque en l’approuvant. Les Britanniques en ont par-dessus la tête de tous les prétextes turcs pour ne pas entrer en guerre, et refusent d’écouter toute nouvelle condition qui serait avancée par la délégation turque.

22Concernant la période de la collaboration, İnönü veut savoir quel sera le rôle militaire de la Turquie. (Voir le tableau 2)

Tableau 2 – Le rôle militaire de la Turquie
İnönü : « […] Si vous dites quels sont vos plans et quel sera notre rôle dans vos plans, je l’accepterai. Mais si vous nous dites ‘entrez en guerre afin que tous les soupçons contre vous disparaissent et nous verrons les plans plus tard’, je ne peux pas l’accepter. »
Churchill : « Non. Nous voulons déterminer ici, au Caire, les plans de préparation et de collaboration. »
Roosevelt : « Bien sûr, une chose pareille ne peut pas être avancée. Avant de finir les préparatifs, avant de prendre les mesures contre l’attaque aérienne, on ne peut pas faire une proposition en disant “entrez en guerre dans un mois ou un mois et demi”. »

  • 26 İnönü Arşivi [Archive d’İnönü], no 02275.

23L’étape des préparatifs suscite beaucoup de discussions chez les participants. Pour Churchill, il s’agit d’envoyer le matériel nécessaire pour que la Turquie puisse recevoir les avions de bombardement britanniques et américains, et pour lui cela nécessite six ou sept semaines. Roosevelt réplique alors que cette durée pourrait être plus longue, et Eden rappelle à ce moment discrètement à Roosevelt : « Nous nous sommes engagés envers Staline à ce sujet ». Nous pouvons donc supposer que Staline n’accepterait plus l’entrée en guerre de la Turquie si elle n’était pas effective dans les deux mois qui suivent26.

  • 27 La conférence d’Adana a eu lieu du 30 janvier au 1er février 1943 entre les délégations turques et (...)

24Le lendemain, 5 décembre, İnönü et Roosevelt se réunissent plus tôt, et İnönü tente de rallier le Président américain à la cause turque. En rappelant que le plan britannique consiste seulement à préparer les aérodromes turcs et à envoyer en Turquie des techniciens et des spécialistes, il insiste sur le fait que la « préparation » en question est celle des forces aériennes turques et de l’armée turque. Il utilise aussi l’argument selon lequel seulement 10 % des forces promises à Adana27 sont fournies. Menemencioğlu le corrige en disant qu’il ne s’agit en fait que de 4 %. C’est la première fois que Roosevelt entend parler de cette liste d’Adana et il avoue qu’il n’était pas au courant. L’ambassadeur américain intervient alors pour présenter des arguments qui soutiennent le gouvernement turc. Il dit qu’une partie du matériel accordé aux Turcs a été envoyée à El-Alamein, que seulement 700 de 1800 camions ont été délivrés et que la plupart des canons n’étaient pas arrivés en Turquie.

  • 28 İnönü Arşivi [Archive d’İnönü], no 02275.

25Roosevelt est plus réaliste que Churchill sur la durée des préparatifs. Il dit que pour recevoir les vingt escadrilles aériennes et les avions bombardiers américains, il faut construire une piste d’atterrissage de 2000 mètres, et qu’il ne pense pas que cela puisse être terminé en trois mois28. Menemencioğlu arrive à obtenir le soutien de Roosevelt sur le fait que l’arrivée des avions ne peut pas être considérée comme une composante de la période de préparatifs, puisqu’après cette arrivée, la guerre peut se déclencher en vingt-quatre heures. Menemencioğlu fait un récapitulatif de l’entretien. (Voir le tableau 3)

Tableau 3 – Résumé de l’entretien par Menemencioğlu
Menemencioğlu : « […] Étant du même avis que le Président de la République turque, je vous explique comment je vois la situation :
1 – Un plan de préparation
2 – Un plan de collaboration
3 – Un plan politique et les détails qui les accompagnent »

26Après trente-cinq minutes d’entretien privé entre Roosevelt et İnönü, la délégation britannique arrive et la réunion, prévue à 15 h, commence à 14 h 35.

27Dans la suite de celle-ci, on mesure l’influence d’İnönü sur Roosevelt. Ce dernier commence par dire qu’il faut, dans un premier temps, livrer le matériel promis à Adana, et par la suite préparer les aérodromes et le personnel nécessaire, en rappelant que les avions ne doivent être envoyés que vingt-quatre heures avant le déclenchement de la guerre. Roosevelt ajoute :

  • 29 Ibid.

« Ils ne veulent pas entrer en guerre avant de finir leurs préparatifs. Je peux dire franchement que les Turcs ont raison. Ils ne veulent pas être pris sans préparation. Ils disent que la date doit être postérieure à la préparation et je pense qu’ils ont raison29. »

28Churchill et le reste la délégation britannique font alors leur entrée dans le salon. Roosevelt répète à nouveau, mais cette fois-ci devant Churchill, que selon le point de vue turc, ce serait une erreur de fixer une date pour la fin de la période de préparatifs, et qu’il faut livrer le matériel promis à Adana. Churchill explique que le retard de la livraison de ce matériel est dû au fait que les Turcs n’ont pas pu instruire à temps le personnel qui devait l’utiliser. Le Maréchal Shalto Douglas, des forces aériennes britanniques, ajoute que les Turcs n’ont pas réceptionné les soixante-dix avions britanniques qui sont prêts depuis trois mois.

29İnönü insiste sur le fait que les Turcs sont d’accord en principe pour entrer en guerre mais qu’il leur faut s’entendre sur la manière dont cela doit se faire. Les discussions se poursuivent sous la forme d’un dialogue de sourds, Churchill répétant que six semaines sont suffisantes pour se préparer contre l’attaque aérienne, İnönü et Menemencioğlu répétant que les préparatifs ne peuvent pas être réduits à la sécurité aérienne et essayant ainsi de gagner du temps en discutant à partir des notions de « préparation » et de « date ». (Voir le tableau 4)

Tableau 4 – Efforts pour gagner du temps
İnönü : « […] Il faut quitter le point de vue selon lequel la Turquie doit impérativement entrer en guerre dans six semaines. Sinon nous entrerons dans une impasse.(À Menemencioğlu) Pour nous, l’essentiel est la préparation minimale que nous jugeons vitale. Si cela se fait en cinq jours, nous sommes d’accord. Mais si cela prend cinq mois, je demande cinq mois. Dites-le ! »
Menemencioğlu : « Notre différence de vues est là : pour vous l’essentiel est la date déterminée. Pour nous l’essentiel est la préparation. Une préparation minimale est nécessaire […]. »

30Les pourparlers se poursuivent entre Menemencioğlu, l’ambassadeur britannique Knatchbull-Hugessen et Churchill et se transforment en discussion. Roosevelt intervient pour dire que, menées d’une telle manière, les négociations ne seront pas efficaces et propose que les ministres des Affaires étrangères et les ambassadeurs se réunissent dans l’après-midi.

  • 30 Ibid.

31Le 6 décembre, Churchill, qui a demandé un rendez-vous privé avec İnönü, vient le trouver et lui présente un rapport préparé pour lui. Selon ce rapport30, les aérodromes doivent être prêts le 15 février 1944. Entretemps, le matériel à fournir à la Turquie continuerait à être livré et le 15 février les flottes aériennes britanniques pourraient atterrir sur les aérodromes turcs. Les Alliés passeraient à l’action contre Rhodes afin de prendre les îles sous occupation allemande. Il est écrit dans le rapport qu’il est dans l’intérêt des Britanniques que la Turquie ne déclare pas la guerre. Les Alliés feront passer quelques navires de guerre à travers les Détroits en direction de l’Union soviétique. Ces navires serviront à appuyer l’attaque russe en Roumanie. Churchill ajoute que, n’ayant pas la capacité d’attaquer la Turquie, les Allemands ne pourront que bombarder Istanbul, Izmir, Zonguldak et Ankara mais que les avions britanniques seront suffisants pour protéger ces villes. Il répète encore une fois que l’URSS pourra être dangereuse après la guerre mais que si la Turquie se trouve à ce moment-là aux côtés des Alliés, ils seront des camarades et que ce sera alors, pour la Turquie, le meilleur moyen d’être protégée. Churchill précise que si la Turquie n’accepte pas cette proposition, le matériel sera envoyé sur un autre front. İnönü souligne que leur différence de vues est toujours présente, que ce rapport ne prend pas en compte le plan à trois niveaux, et que la Turquie ne saurait accepter un tel plan.

32Après cette réunion qui dure une demi-heure, Roosevelt et les représentants américains participent aux pourparlers qui se poursuivent en une sorte de compétition où Churchill et İnönü essaient chacun de prendre le dessus avec leurs arguments respectifs devant l’arbitrage de Roosevelt. À la fin de la journée, Roosevelt demande à parler avec İnönü en privé avant de partir du Caire, et il demande aux autres de quitter la salle. Il profite de cette rencontre non pas pour parler de l’entrée de la Turquie en guerre, mais pour expliquer à İnönü l’organisation internationale qui va se mettre en place après la guerre. Quant à İnönü, il profite de l’occasion pour souligner l’amitié que nourrit la Turquie envers les États-Unis. L’entretien se poursuivit dans une ambiance chaleureuse et sincère. İnönü arrive à obtenir de Roosevelt la promesse que les États-Unis ne laisseront pas tomber la Turquie (Voir le tableau 5). La Turquie souhaite en effet avoir sa place dans monde de l’après-guerre et se trouver aux côtés des États-Unis qui y seront la force dominante.

Tableau 5 – La sympathie de la Turquie pour les États-Unis
İnönü : « […] Nous avons une grande sympathie pour les idées venant des États-Unis. Nous serons toujours à vos côtés. Si vous travaillez de cette manière pour l’ordre et la paix mondiale, vous allez sûrement obtenir des résultats satisfaisants et toute l’humanité vous en sera redevable. Par ailleurs, je vous suis très reconnaissant pour votre bonne volonté durant la conférence. […] »
Roosevelt : « Je comprends parfaitement votre situation. J’espère que dans les deux ou trois mois à venir l’Allemagne sera moins forte et que la Turquie pourra entrer en guerre avant que celle-ci ne se termine. »
İnönü : « […] Ils veulent nous faire entrer en guerre dans deux mois. »
Roosevelt : « […] J’ai proposé l’option de trois mois. »
İnönü : « Je ne crois pas que nous serons prêts dans trois mois. […] »
Roosevelt : « Commencez immédiatement les préparatifs et faites-le sans être engagés. »
İnönü : « Je suis venu ici pour l’amour et l’admiration que le peuple turc et moi-même avons pour votre personnalité. J’espère que vous ne nous laisserez pas tomber. »
Roosevelt : « Non, jamais. Comme mon grand-père qui a tenu sa promesse et a envoyé aux Grecs un navire de guerre, moi non plus je ne vous laisserai pas. »

  • 31 NARA, RG 84, Ankara Embassy, 1944, Box 10, Mémorandum sur « La nouvelle politique américaine enver (...)
  • 32 B. Oran (éd.), Türk Dış Politikası, 463.

33Dans le rapport présenté par Churchill, il est mentionné que si la Turquie n’accepte pas d’entrer en guerre le 15 février 1944, la Grande-Bretagne ne lui demandera plus de remplir ses obligations dans le cadre de l’alliance turco-britannique et considérera que l’alliance est caduque à partir de cette date31. Churchill et İnönü quittent le Caire le 8 décembre sans qu’aucune décision précise ait été prise. Mais la Turquie parvient ainsi à gagner encore un peu de temps en résistant à l’application des décisions de Téhéran selon lesquelles la Turquie devait entrer en guerre à une date précise32.

  • 33 Ibid.

34Par ailleurs, contrairement à ce qui avait été décidé à Téhéran, l’Union soviétique ne participe pas à la Conférence du Caire. Staline ne pouvant y participer en raison de ses préoccupations, le Commissaire adjoint aux relations étrangères, Vychinsky, qui devait y représenter Staline, n’y va pas non plus, et Vinogradov, l’ambassadeur soviétique à Ankara qui vient pourtant jusqu’au Caire, ne participe pas aux réunions33.

  • 34 İkinci Dünya Savaşı Yılları 1939-1946, Türkiye Dış Politikasında 50 Yıl [Les années de la Seconde (...)

35En effet, estimant que les Soviétiques pourront désormais vaincre l’Allemagne sur le front de l’Est, Staline ne veut voir de soldats alliés dans les Balkans sous aucun prétexte, y compris celui de l’entrée en guerre de la Turquie. Par ailleurs, il ne veut pas participer aux marchandages avec la Turquie en contrepartie de son entrée en guerre. Ainsi, il pourra demander de négocier avec la Turquie seule « d’une manière que les nouvelles conditions » définiront lors des discussions sur l’organisation de l’après-guerre34.

  • 35 Ibid., p. 205.

36Après la Conférence du Caire, dans une note envoyée le 12 décembre 1943 à l’ambassade britannique, le gouvernement turc accepte « en principe » d’entrer en guerre, conformément aux propositions qui lui ont été faites au Caire. Cependant, il est précisé dans la note que le gouvernement turc ne peut en aucun cas accepter le risque que la Turquie soit attaquée par l’ennemi par terre ou par air sans que les forces terrestres et aériennes turques ne soient suffisamment renforcées. Le gouvernement turc veut également savoir à l’avance en quoi consistera son rôle militaire pendant la guerre : il faut ainsi qu’un plan de préparatifs soit activé et, une fois ces questions réglées, il faut s’occuper des questions politiques, c’est-à-dire des garanties politiques qui lui seront accordées pour préserver son intégrité territoriale après la guerre. Le gouvernement turc précise que si ces conditions ne sont pas remplies, il ne pourra accepter la proposition qui sera faite par le gouvernement britannique le 15 février35.

  • 36 En effet, le gouvernement turc a reçu des renseignements secrets selon lesquels le traité signé en (...)

37La Turquie ayant une alliance officielle avec la seule Grande-Bretagne, mais ni avec l’URSS, ni avec les États-Unis, la troisième condition est l’obtention, pendant la guerre, d’engagements politiques pour l’après-guerre. Il faut souligner que le gouvernement turc subodore que la volonté de le faire entrer en guerre sans la préparation nécessaire provient de l’insistance soviétique36.

  • 37 Nara, RG 84, Ankara Embassy, 1944, Box 10, Lettre de Laurence A. Steinhardt à Wallace Murray, Ankar (...)

38Soulignons par ailleurs le fait qu’au Caire, bien que les Britanniques pressent la Turquie d’entrer en guerre avant le 15 février 1944, Roosevelt se garde bien de fixer une date, comme le montrent les Archives d’İnönü. Il fait clairement comprendre à İnönü qu’il ne considère pas le 15 février comme une date butoir et que pour sa part, il sera aussi satisfait si la Turquie entre en guerre plus tard37. On peut supposer que le désir de Roosevelt de faire entrer la Turquie en guerre même tardivement ne tient qu’à sa volonté de la voir faire partie de la nouvelle organisation internationale de l’après-guerre.

39Ces documents et les documents d’archives du Département d’État américain montrent que cette attitude de Roosevelt a largement réconforté İnönü et par conséquent le gouvernement turc. Au Caire, İnönü est convaincu que le gouvernement américain n’est pas aussi insistant que l’URSS et la Grande-Bretagne pour l’entrée en guerre de son pays, et plus compréhensif face aux problèmes rencontrés par les Turcs dans la préparation à la guerre à cause de la carence en matériel dont il souffre.

  • 38 Franklin D. Roosevelt Presidential Library (FDRL), Roosevelt, Franklin D. : Papers as President, P (...)
  • 39 Ibid.
  • 40 Nara, RG 84, Ankara Embassy, 1944, Box 10, Mémorandum de conversation entre Michael Wright de l’Amb (...)

40Dans une lettre envoyée par Cordell Hull au Président américain38, il est justement fait part de ce que que les Turcs ont compris, après la conférence du Caire, la divergence de vues entre les Britanniques et les Américains sur l’entrée en guerre de la Turquie. Le gouvernement britannique informe en effet Hull que, selon une source extrêmement secrète, les autorités turques considèrent que les États-Unis sont beaucoup moins insistants que les Britanniques et que ceux-ci sont seuls à faire pression sur la Turquie39. Ainsi l’Ambassade britannique à Washington demande-t-elle l’autorisation du Département d’État pour que l’ambassadeur américain en Turquie, Steinhardt, soutienne toute initiative que l’ambassadeur britannique pourrait prendre auprès du gouvernement turc. Par ailleurs, Cordell Hull informe le Président de l’intention britannique de faire savoir au gouvernement turc qu’il s’agit de la dernière proposition alliée à la Turquie pour qu’elle entre en guerre et que, si elle n’est pas acceptée, la Grande-Bretagne sera obligée de réviser l’ensemble de sa politique40.

  • 41 FDRL, Roosevelt, Franklin D. : Papers as President, President’s Secretary’s File, vol. 51, Turkey, (...)

41Mais Roosevelt n’autorise pas Steinhardt à se joindre à l’ambassadeur britannique quelle que soit l’initiative prise. Néanmoins il veut que Steinhardt fasse comprendre aux Turcs que les États-Unis, comme la Grande-Bretagne, feront bon accueil à la contribution de la Turquie à la victoire commune par une participation active à la guerre41.

42Qu’est-ce qui motive cette attitude américaine ? Il semble qu’il s’agisse du désir de Roosevelt de ne pas s’opposer complètement à la volonté de son allié britannique. Ainsi, il n’autorise pas l’ambassadeur américain à se joindre à son collègue britannique pour menacer la Turquie, il lui demande seulement de faire quelques pressions auprès des Turcs pour soutenir les Britanniques. Nous pouvons par ailleurs supposer que, conformément à la planification américaine, les hommes d’État américains désirent une Turquie forte et alliée des États-Unis dans l’après-guerre, afin de protéger les futurs intérêts des États-Unis dans la région, aussi bien vis-à-vis des Britanniques que vis-à-vis des Soviétiques. Ainsi, paradoxalement, plus la Turquie entre en guerre tardivement, plus elle sera forte dans l’après-guerre.

  • 42 . FDRL, Roosevelt, Franklin D. : Papers as President, President’s Secretary’s File, vol. 51, Turkey (...)

43Après la conférence du Caire, des rumeurs gagnent Ankara selon lesquelles la Turquie va entrer en guerre dans les trente jours. Suite à ces rumeurs, l’Allemagne masse des troupes sur la frontière turco-bulgare et concentre en Turquie des agents capables d’accomplir des actes de sabotage quand ils en recevront l’instruction42.

  • 43 Ibid.

44Selon l’ambassadeur américain Steinhardt, après son retour du Caire, le Président turc permettra – et même encouragera – la discussion, au Parlement et dans les cercles liés à la presse, sur l’opportunité de l’entrée en guerre de la Turquie. La presse abandonne l’idée que la Turquie restera neutre jusqu’à la fin et prépare lentement l’opinion publique à une possible entrée en guerre de la Turquie43.

Notes

1 R. Dallek, Franklin D. Roosevelt and American Foreign Policy, 1932-1945, Oxford University Press, New York 1979, 332.

2 “Rise to globalism” est l’expression utilisée par Stephen E. Ambrose dans son ouvrage qui porte le même titre, Rise to globalism : American foreign policy since 1938, Penguin Books, New York 1993.

3 P. M. Kennedy, The Rise and Fall of the Great Powers : Economic Change and Military Conflict from 1500 to 2000, Random House, New York 1987.

4 Il faut souligner que la production d’avions était déjà une priorité pour Roosevelt. En 1938, déjà alarmé par les implications de la crise de Munich, le Président demande à ses conseillers militaires principaux que l’on produise 10.000 avions militaires par an jusqu’en 1940. Le 16 mai 1940, il fait augmenter la production annuelle d’avions militaires jusqu’à 50.000 unités. Il détermine ces nombres lui-même et sans consulter le Secrétaire à la Guerre ou les officiers au Ministère de la guerre. Cf. W. Emerson, “Franklin Roosevelt as Commander-in-Chief in World War II”, Military Affairs, 22, 4, hiver 1958-1959, 185-186.

5 M. P. Leffler, A Preponderance of Power : National Security, the Truman administration, and the Cold War, Stanford University Press, California 1992.

6 Christopher D. O’Sullivan, Sumner Welles, Postwar Planning, and the Quest for New World Order, 1937-1943, Columbia University Press, le livre est téléchargeable sur : http://www. gutenberg-e.org/osc01/index.html (consulté le 27 décembre 2014).

7 Gregory McLauchlan, “World War II and the Transformation of the U.S. State : The Wartime Foundations of U. S. Hegemony”, Sociological Inquiry, vol. 67, no 1, février 1997, 1-26.

8 Cet article est tiré de ma thèse de doctorat soutenue le 7 septembre 2010 à Sciences Po Paris et intitulée « De la neutralité à l’alliance. Aux origines de la prééminence américaine en Turquie (1939-1947) ». Dans la thèse, l’approche selon laquelle les États-Unis ne se sont intéressés à la Turquie qu’après la guerre et dans le cadre de la Guerre froide est remise en cause.

9 Philip J. Baram, The Department of State in the Middle East 1919-1945, University of Pennsylvania Press, Philadelphia 1978, 157.

10 Foreign Relations of the United States (FRUS), 1939, vol. IV, Télégramme de l’Ambassadeur américain en Turquie, de Mac Murray au Secrétariat d’État, 6116731/. 542, no 27, d’Ankara à Washington, le 1er avril 1939, 865.

11 National Archives and Records Administration (NARA), 611.6731/551, “Confidential release for publication in morning newspapers of Sunday April 2, 1939”, le traité de commerce est signé entre les États-Unis et la Turquie à Ankara le 1er avril 1939.

12 Cette rencontre est racontée à partir de FRUS, 1940, vol. III, The British Commonwealth, the Soviet Union, the Near East and Africa, U.S. Government Printing Office, Washington D.C. 1958, 818-819.

13 Frus, 1941, vol. III, 905-906.

14 Nara, M 1224, Roll 25, Le télégramme de Cordell Hull à l’ambassadeur américain à Ankara, Washington, 13 novembre 1941.

15 M. Önsoy, The World War Two Allied Economic Warfare : the Case of Turkish Chrome Sales, Thèse d’histoire non publiée, soutenue le 15 avril 2009, à Friedrich-Alexander-Universität, Erlangen, Nuremberg, 14.

16 Nara, RG 84, Ankara Embassy, 1946, Box 18, “Rapport sur l’histoire de guerre”, no 574, envoyé par Edwin C. Wilson au secrétaire d’État, Ankara, le 31 janvier 1946.

17 J. A. Denovo, “The Culbertson Economic Mission and Anglo-American Tensions in the Middle East, 1944-45”, The Journal of American History, 63, 4, mars 1977, 914.

18 Nara, M 1223, Roll 2, Lettre de Cordell Hull à Lord Halifax, le 10 juillet 1943 ; Nara, RG 84, Ankara Embassy, Confidential File, 1943, Box 7, Lettre de Wallace Murray au secrétaire d’État Cordell Hull, Washington, 2 juillet 1943.

19 Frus, 1943, vol. I, 457.

20 http://www.history.army.mil/books/wwii/sp1943-44/chapter16.htm

21 İnönü Arşivi [Archive d’İnönü], no 02275.

22 Fahir H. Armaoğlu, “İkinci Dünya Harbinde Türkiye” [La Turquie dans la Seconde Guerre mondiale], Siyasal Bilgiler Fakültesi Dergisi [La Revue de la Faculté des Sciences Politiques de l’Université d’Ankara], vol. 13 no 2, juin 1958, 171.

23 İnönü Arşivi [Archive d’İnönü], no 02275.

24 Ibid.

25 B. Oran (éd.), Türk Dış Politikası 1919-1980, vol 1., İletişim, Istanbul 2003, 461.

26 İnönü Arşivi [Archive d’İnönü], no 02275.

27 La conférence d’Adana a eu lieu du 30 janvier au 1er février 1943 entre les délégations turques et britanniques présidées respectivement par İnönü et Churchill. Lors de cette conférence les Turcs ont présenté une longue liste de matériel militaire aux Britanniques.

28 İnönü Arşivi [Archive d’İnönü], no 02275.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 NARA, RG 84, Ankara Embassy, 1944, Box 10, Mémorandum sur « La nouvelle politique américaine envers la Turquie », préparé par George Lewis Jones Jr et envoyé par Wallace Murray, Directeur du Bureau des Affaires orientales et africaines, 13 octobre 1944.

32 B. Oran (éd.), Türk Dış Politikası, 463.

33 Ibid.

34 İkinci Dünya Savaşı Yılları 1939-1946, Türkiye Dış Politikasında 50 Yıl [Les années de la Seconde Guerre mondiale 1939-1946 : 50 ans de politique extérieure turque], Ministère des Affaires étrangères, Ankara 1973.

35 Ibid., p. 205.

36 En effet, le gouvernement turc a reçu des renseignements secrets selon lesquels le traité signé entre Eden et Molotov à la IIIe Conférence de Moscou (18 octobre-11 novembre 1943), contenait des concessions sur la Turquie, voir B. Oran (éd.), Türk Dış Politikası, 465.

37 Nara, RG 84, Ankara Embassy, 1944, Box 10, Lettre de Laurence A. Steinhardt à Wallace Murray, Ankara, le 11 novembre 1944.

38 Franklin D. Roosevelt Presidential Library (FDRL), Roosevelt, Franklin D. : Papers as President, President’s Secretary’s File, vol. 51, Turkey, Lettre de Cordell Hull au Président F. D. Roosevelt, Washington, 8 janvier 1944.

39 Ibid.

40 Nara, RG 84, Ankara Embassy, 1944, Box 10, Mémorandum de conversation entre Michael Wright de l’Ambassade britannique à Washington et Wallace Murray, Washington, 27 décembre 1943.

41 FDRL, Roosevelt, Franklin D. : Papers as President, President’s Secretary’s File, vol. 51, Turkey, Lettre de Cordell Hull au Président F. D. Roosevelt, Washington, le 8 janvier 1944.

42 . FDRL, Roosevelt, Franklin D. : Papers as President, President’s Secretary’s File, vol. 51, Turkey, Lettre de Laurence Steinhardt à Harry Hopkins, 24 décembre 1943.

43 Ibid.

Table des illustrations

Légende Roosevelt İnönü et Churchill au Caire, le 5 Décembre 194320.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Auteur

Historienne, Directrice adjointe à l’Office d’Istanbul de l’Atlantic Council, Turquie.
pinar.dost@yahoo.com

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540