Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Samarcande à Istanbul : étapes orientales

 | 
Véronique Schiltz

Troisième partie. Vent d'Est, Vent d'Ouest

L’institution des Jeunes de langue de Constantinople au début du xixe siècle

Frédéric Hitzel

Texte intégral

  • 1 Sur l’École des jeunes de langue, voir H. Dehérain, « Jeunes de langues et interprètes français en (...)

1La position de directeur des Instituts français à l’étranger n’a jamais été une mince affaire. Notre ami Pierre Chuvin, qui a brillamment dirigé l’Institut Français d’Études sur l’Asie Centrale (IFEAC), puis l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA), en sait quelque chose. Pour lui rendre hommage, il nous a paru intéressant de rappeler ce que fut la vie stambouliote d’un élève de l’une des premières écoles françaises de Constantinople. Il s’agit de l’École des jeunes de langue, laquelle, instituée par Colbert à la fin du xviie siècle, préparait de jeunes enfants au métier d’interprète ou drogman. Dès 1670, à Constantinople, le couvent des Capucins, voisin du Palais de France, recevait les premiers élèves. À partir de 1721, il existe même deux écoles, l’une à Paris, au Collège Royal de Louis-le-Grand, qui forme les jeunes gens à l’étude des langues orientales ; la seconde, à Péra, servait d’école d’application à la première. La Révolution française maintint ces deux écoles qui furent rattachées au ministère des Relations extérieures à partir de 1796. Dans le même temps, la Convention nationale promulgua en 1795 un décret portant création d’une École spéciale des langues orientales dans l’enceinte de la Bibliothèque nationale, rue de Richelieu. C’est cette dernière qui, après être restée cent cinquante ans 2 rue de Lille, et fut connue sous le nom familier de Langues O (Langzo), est depuis peu ouverte sur le site de Tolbiac. De son côté, rattachée au ministère des Relations extérieures, l’École des jeunes de langue allait continuer à fonctionner à Péra jusqu’en 1831, et, à Paris, hébergée par le Collège Louis-le-Grand jusqu’en 1873, date à laquelle elle fusionna avec l’École des langues orientales vivantes1.

  • 2 Ces lettres font partie d’un lot de documents donnés à la bibliothèque de l’Institut de France par (...)

2Mais revenons à l’École des Jeunes de langue de Péra-lez-Constantinople comme on disait alors. Quand l’expédition d’Égypte fut conclue, et la paix rétablie entre la France et l’Empire ottoman le 6 messidor an X (25 juin 1802), le ministre des Relations extérieures, Talleyrand, décida de réorganiser l’École des Jeunes de langue de Constantinople. Il fallait en effet relancer coûte que coûte l’entente traditionnelle avec la Turquie et poursuivre la formation de bons interprètes pour les besoins de la diplomatie et du commerce. C’est l’histoire mouvementée de cette institution sous l’Empire et au début de la Restauration que nous allons retracer ici, de manière amusante, à travers les lettres écrites pendant les années 1814-1816 par un jeune de langue, Guillaume Barbié du Bocage. L’ensemble de cette correspondance a été conservé par son père, Jean-Denis Barbié du Bocage (1760-1825), membre de l’Institut, géographe du Ministère des Relations extérieures dirigé par Talleyrand puis professeur à la Faculté des lettres de Paris, que tous les antiquisants connaissent pour ses remarquables cartes de l’Antiquité2. Nous verrons comment, bien loin des événements français, les jeunes de langue mettaient à profit leur séjour pour apprendre le turc, mais trouvaient aussi quelques distractions à Beyoğlu, quartier si familier aux membres de l’IFEA.

3Au lendemain de la signature de la paix entre la France et l’Empire ottoman, le Premier consul, souhaitant immédiatement renouer les bonnes relations avec l’Empire ottoman, nomma ambassadeur l’un de ses meilleurs généraux, le général Brune, qui venait d’occuper le poste de commandant en chef de l’armée d’Italie et avait remporté de brillantes victoires contre les Autrichiens. Les instructions remises par Talleyrand, le 29 vendémiaire an XI (21 octobre 1802), insistent particulièrement sur la réorganisation de l’École des jeunes de langue car elle doit être capable de fournir rapidement les drogmans nécessaires au service. Pour qu’elle remplisse ce but, insiste Talleyrand, « il est important, lorsqu’elle sera organisée, que vous la surveilliez avec soin. Tout ce qu’il y avait de jeunes de langue à Constantinople ayant été remis en activité, on recomposera l’École de quelques gens qui se destinent au drogmanat, et dont le nombre sera porté jusqu’à douze par l’addition de ceux des élèves de l’École de Paris qui seront jugés les plus instruits. Cette École de Constantinople sera divisée en deux classes et les élèves de l’une et de l’autre jouiront d’un traitement qui sera incessamment déterminé. Lorsque le premier consul aura nommé ceux qui doivent entrer dans cette première promotion je presserai leur départ pour Constantinople. »

  • 3 Sur ce diplomate, grand spécialiste des langues orientales, voir T.-X. Bianchi, Notice historique (...)

4La direction de l’école était confiée à Antoine-Joseph Ducaurroy (1775-1853), un jeune professeur de vingt-sept ans, enseignant le turc au Prytanée français (ancien collège Louis-le-Grand) depuis 1798, qui se vit nommé « Instituteur en chef ». Il arriva à Constantinople le 6 janvier 1803 à bord de la Syrène, l’un des six bâtiments de la division navale qui transportait le général ambassadeur Brune et sa nombreuse suite d’officiers, de secrétaires, et de consuls et vice-consuls nouvellement nommés. Sur place, les jeunes de langue disposaient en outre d’un précieux appui, le chargé d’affaires Pierre Ruffin (1742-1824)3. Ce dernier, interprète lui-même, titulaire de la chaire de turc au Collège de France, allait veiller au bon déroulement du séjour des élèves et les faire profiter de son érudition.

  • 4 P. Coquelle, « L’Ambassade du maréchal Brune à Constantinople, 1803-1805 », Revue d’histoire diplo (...)
  • 5 P. Coquelle, « Sébastiani, ambassadeur à Constantinople, 1806-1808 », Revue d’histoire diplomatiqu (...)

5Arrivé au début de l’année 1803, le général Brune resta deux années en poste4. Il repartit brutalement à la fin de l’année 1804, à la suite du refus par la Porte de reconnaître à Napoléon le titre d’imperator ve padişah. Il fut remplacé en 1806 par le général Horace Sébastiani, qui se distingua par la défense héroïque de la capitale ottomane assiégée par une flotte anglaise commandée par l’amiral Duckworth (février 1807)5. En signe de gratitude, le sultan Sélim iii fit don à la France du domaine et du yalı sur le Bosphore de la famille Ipsilanti, hospodars de Valachie, dont le dernier représentant, Constantin, venait de passer au service de la Russie (il s’agit de l’actuel établissement accueillant le lycée français Pierre Loti de Tarabya). Au général Sébastiani succéda en 1812, le général Andréossy qui demeura en fonction jusqu’en novembre 1814, date à laquelle Louis XVIII choisit le marquis de Rivière pour lui succéder. Entretemps, suite à l’abdication de Napoléon, le général Andréossy fit disparaître de Péra tous les signes de l’ancien ordre, notamment les aigles sur le portail de l’ambassade, et dut les remplacer par la cocarde blanche, le pavillon blanc et les fleurs de lys. En attendant l’arrivée du nouvel ambassadeur, Pierre Ruffin était provisoirement nommé chargé d’affaires le 23 septembre 1814.

6C’est dans ce contexte que le jeune Guillaume Barbié du Bocage (1793-1843) arrive à Constantinople le 14 décembre 1814 à bord du brick Le Bienfaisant. Il a alors vingt-et-un ans. Il est accompagné de son ami Armand-Pierre Caussin de Perceval qui vient lui aussi poursuivre l’apprentissage des langues orientales sur le Bosphore.

7Dès leur arrivée, les jeunes élèves sont installés par Pierre Ruffin au palais de Venise (l’actuel palais d’Italie), certainement l’une des plus belles demeures diplomatiques de Péra située en contrebas du palais de France. Depuis le traité de Campo Formio (1797) qui mit fin à la république de Venise, la France s’était approprié ce magnifique bâtiment dont la façade, artistiquement décorée de frises, est précédée de quatre colonnes ioniques. Les élèves prennent possession des lieux avec enthousiasme. Quelques jours après son arrivée, Guillaume Barbié du Bocage écrit à son père :

  • 6 Mss 5497, f. 139, G. Barbié à son père, 24 décembre 1814.

« Je suis très bien logé. J’ai une chambre dont la vue est magnifique. On voit d’une de mes fenêtres les isles des Princes et derrière elles les montagnes du Caucase [sic] ; je vois une partie de la mer de Marmara, la pointe du Sérail, Scutari (où le feu a pris hier au soir mais ce n’est rien), une partie du port et des bâtiments, la tour de Léandre, l’entrée du Bosphore, tout le faubourg de Topana [Tophane]. Il ne peut enfin arriver ni sortir aucun bâtiment, pas même une chaloupe, sans que je m’en aperçoive6. »

8L’ameublement est cependant sommaire et il faut tout acheter alors que les premiers appointements n’ont pas été encore versés :

  • 7 Idem. Le tandur est une table basse sur laquelle on place un brasier de charbons (mangal).

« Nous avons été obligé de nous meubler, cependant sans luxe, et cela nous a coûté énormément. Nous ne trouvons dans nos chambres qu’un bois de lit et un matelas ; il faut avoir au moins des sièges, des tables, une commode, quelques choses pour se chauffer, car on n’a point de cheminée ; un poêle quand on en trouve, coûte extraordinairement cher. Nous sommes obligés d’acheter des tandours7. »

9La vie au palais est agréable, surtout qu’il y a tout autour un immense jardin en terrasses qui produit « beaucoup de fruits et d’une belle taille » ; le quartier est également sûr, ce qui est rassurant pour des jeunes qui aiment sortir le soir. Guillaume Barbié du Bocage donne sommairement son emploi du temps :

  • 8 Idem.

« On dîne à 4 heures et l’on va en société jusqu’à 10 heures, heure à laquelle les Francs sont obligés de rentrer chez eux à cause de la police (…). Les rues de Péra sont bien désagréables surtout la nôtre (…). C’est une montagne extrêmement rapide, mal pavée, où il y a de quoi se casser le col la nuit ; mais heureusement nous avons une porte de derrière le palais de France qui donne dans notre rue en face du palais de Venise. Nous passons par là ce qui fait qu’on ne craint pas d’être ramassé par la patrouille car il paraît qu’il y a beaucoup d’ordre dans la police des Turcs, aussi n’entend-on presque jamais parler de voleur et d’assassinat. Les Turcs sont obligés d’être tous rentrés à la fin du jour, et les Francs sont tenus de marcher avec des fanaux. Celui que la patrouille arrête sans fanal est conduit de suite à la caserne où on le garde jusqu’à ce qu’il soit réclamé. Je crois que nous serons très bien dans cette ville8. »

  • 9 Mss 5497, f. 153, G. Barbié à son père, 25 avril 1815.

10Contrairement à ce qui était initialement prévu dans les instructions données par Talleyrand au général Brune, les élèves n’ont pas de cours. Déjà formés à l’enseignement des langues orientales, ils doivent poursuivre leur apprentissage des langues par eux-mêmes, à partir des dictionnaires et manuels existants. Ils apprennent ainsi par cœur les dialogues figurant à la fin des Élémens de la langue turque, ou tables analytiques de la langue turque usuelle du père Pierre-François Viguier9, dont plusieurs exemplaires, imprimés en 1790 sur les presses du palais de France, sont encore disponibles. Pour le vocabulaire, ils ont largement recours à l’indispensable Lexicon Arabico-Persico-Turcicum (Vienne, 1680, 5 vol.) de François Meninski. Le 15 octobre 1815, Guillaume Barbié du Bocage écrit à son père :

  • 10 Mss 5497, f. 163, G. Barbié à son père, 15 octobre 1815.
  • 11 Mss 5497, f. 164, G. Barbié à son père, 2 novembre 1815.

« Je passe mes journées agréablement. Pour mon déjeuner cent mots turcs, pour mon dîner trente mots grecs et une douzaine de phrases que je répète quelquefois aux demoiselles Dantan, qui sont les plus jolies de Constantinople. Tout cela se fait en commun avec Caussin. Ensuite nous fourrons le nez dans des bouquins turcs jusqu’au dîner10. » Quant au turc, « je m’y adonne entièrement puisque c’est de là que doit dépendre mon existence et mon avancement11. »

  • 12 Mss 5497, f. 174, G. Barbié à sa mère, 11 mars 1816.

11Il fait également de nombreuses « traductions de firmans, qui est avec la conversation la chose la plus nécessaire pour notre état12. »

12Moyennant finances, les élèves pouvaient recourir au service d’un professeur de turc, le khodja comme ils l’appelaient. Mais ce personnage, nommé Sahib Efendi, avait la fâcheuse habitude, en retour, de quémander quelques cadeaux auprès de ses élèves. Dans une lettre à son père du 15 octobre 1815, Guillaume Barbié du Bocage dresse un portrait amusant de son maître :

  • 13 Mss 5497, f. 163, G. Barbié à son père, 15 octobre 1815.

« J’ai mon khodja qui me tourmente tous les jours pour que je lui fasse cadeau d’un Atlas. Tâche de m’en faire passer un promptement. C’est un homme qui a beaucoup de connaissances et peu de préjugés, mais qui a le caractère turc, c’est-à-dire de toujours demander des présents. Nous sommes tous ici comme ses enfants et très familiers avec lui, mais il ne se gêne pas non plus beaucoup pour nous dire que telle ou telle chose lui fait plaisir, qu’il en voudrait une semblable, qu’il en fera cadeau à son esclave, dont il est extrêmement amoureux ; et il faut toujours finir par le satisfaire13. »

13À quoi, Jean-Denis Barbié du Bocage répondit à son fils :

  • 14 Le père au fils, 24 décembre 1815.

« Tu me demandes un Atlas pour ton khodja. C’est fort bien, mais il paraît qu’il ne faut pas qu’il soit trop considérable, puisque c’est pour le donner à une de ses esclaves, dont il est éperdument amoureux. Elle est donc bien jolie et en même temps bien instruite pour se servir d’un Atlas français14 ? »

  • 15 . Mss 5497, f. 158, G. Barbié à son père, 10 septembre 1815.

14Pour se familiariser avec la langue, rien de tel ne remplaçait les conteurs qui se produisaient dans les cafés. « Dantan et Desgranges sont allés entendre les meddans, qui dans le ramazan racontent, la nuit, des histoires dans le café (...). » Mais Guillaume Barbié, dont le niveau de langue était encore modeste, s’empressait de préciser à son père : « Nous, nous restons à la maison, parce que nous n’y comprenons rien15. » Cependant, avec le temps, les progrès sont là.

  • 16 Mss 5497, f. 155, G. Barbié à son père, sans date.

« Je me livre entièrement à l’étude des langues puisque je suis ici pour cela. J’ai encore beaucoup de peine à parler turc mais c’est une langue si longue à apprendre pour la savoir bien qu’il faut ne point se décourager. Nous avons un excellent khodja qui n’a aucun des préjugés des Turcs et qui est obligé de s’exprimer le plus souvent en turc. Mais il ne suffit point de comprendre un seul homme dont la prononciation est claire et facile à saisir ; il faut parler avec tout le monde et pouvoir entendre les livres16. »

15En plus du turc, Guillaume Barbié poursuit son apprentissage de l’italien et du grec. D’autres élèves approfondissent leur connaissance de l’arabe. Mais comme ils n’ont pas l’occasion de parler cette langue, certains comme les frères Antoine-Jérôme et Alix Desgranges ou Armand-Pierre Caussin de Perceval, partiront quelques mois plus tard pour le Liban.

16Déjà à cette époque, la vie à Istanbul était des plus agréables et les élèves s’y plaisaient beaucoup, d’autant qu’il régnait entre eux une atmosphère de franche camaraderie. Dès leur arrivée, Guillaume Barbié du Bocage et Armand-Pierre Caussin de Perceval ont été agréablement surpris :

  • 17 Mss 5497, f. 139, G. Barbié à son père, 24 décembre 1814.

« Nous sommes enfin arrivés au lieu de notre destination. Nous avons débarqué sains et saufs le 16 décembre. MMrs les Jeunes de langues sont venus au devant de nous dans de petits bateaux du pays et nous ont emmenés de suite. Nous avons été très bien accueillis de tout le monde17. »

  • 18 Mss 5497, f. 170, G. Barbié à sa mère, 23 décembre 1815.

17Comme tous les jeunes, ils aiment s’amuser le soir. Plusieurs étant musiciens (Guillaume Barbié du Bocage était violoniste), ils jouent de la musique ensemble, composent de la poésie et instituent des académies. « Chacun est obligé de venir malgré lui et, en dépit d’Apollon, et après avoir travaillé toute la journée, nous nous réunissons le soir pour faire et chanter quelques petits couplets qui nous mettent en gaieté18 », écrit Guillaume Barbié à sa mère le 23 décembre 1815. Et dans une autre lettre, quelques mois plus tard, il lui rappelle qu’il exerce parfois sa muse.

  • 19 Mss 5497, f. 174, G. Barbié à sa mère, 11 mars 1816.

« Ton fils poète, cela t’étonne, et bien oui, j’en suis à ma cinquième chanson. Chaque quinze jours nous avons une réunion entre nous (les soupers de Byzance). Chacun apporte sa chanson et nous passons quelques heures dans la gaieté et la folie. Il paraît quelquefois de très bons couplets. Tout cela se trouve dans un recueil composé déjà de plus d’une trentaine de chansons. Telle est la société qui a succédé à l’Académie19. »

18Les déjeuners donnent également l’occasion de se réunir, mais cela cause quelque inquiétude à Guillaume Barbié du Bocage comme il l’explique à son père dans une lettre au début de l’année 1815.

  • 20 Mss 5497, f. 141, G. Barbié à son père, 4 janvier 1815.

« Il faut se conformer aux usages. Il en est qui dans ce moment-ci est un peu dur, quoique j’aie beaucoup de plaisir à traiter mes camarades ; je me vois obligé ces jours-ci de payer un déjeuner de quinze personnes ; je croyais d’abord en être quitte pour la moitié des frais, mais pas du tout, c’est le tour de Caussin tout seul aujourd’hui et le mien vient après20. »

19Ce repas festif est généralement copieux. À titre de comparaison, il rappelle que son camarade Antoine Dantan

  • 21 Idem.

« a payé son déjeuner de réception, pour lequel on le tourmentait depuis longtemps. Il nous a fait manger douze cents huîtres à quinze que nous étions : aussi nous en sommes-nous régalés ; et M. Ruffin à la santé duquel nous avions bu dans les deux repas précédents a eu la bonté de nous envoyer huit bouteilles de différents vins étrangers et de bordeaux, ce qui est bien reçu dans ce pays-ci. Tu ne peux t’imaginer quel plaisir de se retrouver ainsi réunis. Chacun est gai, on se rappelle les anciens temps, on prophétise l’avenir et l’on a toujours soin d’assaisonner tout cela de bons mots21. »

20En raison des épidémies, les jeunes de langue ne quittent guère le quartier de Péra. Ils se rendent exceptionnellement en caïque de l’autre côté de la Corne d’Or, pour voir le selamlık hebdomadaire du sultan Mahmud II qui, chaque vendredi, quitte son palais de Topkapı pour assister à la grande prière à la mosquée Sultan Ahmed. Le faste d’antan a disparu et le cortège ne présente guère d’intérêt :

  • 22 Mss 5497, f. 142, G. Barbié à sa mère, 4 janvier 1815.

« C’est une troupe de gens mal vêtus et salement habillés, qui marchent en haie de chaque côté de la rue et le Grand Seigneur est à cheval au milieu d’eux. À peine peut-on le voir à cause des plumes que certains pages portent sur leurs bonnets. Quoique ces pages soient à pied et le Grand Seigneur à cheval, cependant ces plumes sont si hautes qu’elles le cachent entièrement22. »

21En compagnie du diplomate Amédée Jaubert, Guillaume Barbié pose pour la première fois le pied en Asie en septembre 1815 et entreprend en sa compagnie l’ascension du mont Bulgurlu.

  • 23 Mss 5497, f. 160, G. Barbié à son père, 20 septembre 1815.

« Nous sommes allés au sommet de cette montagne. Après nous être bien reposés, nous passâmes, malgré les avis de M. Jobert [sic], au milieu d’une grande quantité de femmes turques dont plusieurs avaient quitté leurs iachmaks [yaşmak, voile couvrant le visage] ; nous eûmes le loisir de les contempler tout à notre aise ; plusieurs même nous sourirent en faisant semblant de se mettre devant leur figure le voile qu’elles laissoient retomber par coquetterie, mais nous passâmes sans nous arrêter23. »

22Avec ses camarades, Guillaume Barbié se promène de temps en temps au fond de la Corne d’Or, à Eyüb et dans la plaine de Kağıthane où se tiennent les célèbres Eaux-Douces d’Europe. Le lieu est cependant quelque peu abandonné :

  • 24 Mss 5497, f. 161, G. Barbié à sa mère, 5 octobre 1816.

« On dit que la prairie de Kiat hana était autrefois un lieu charmant, planté et disposé sur les dessins de Versailles et autres, mais que dans une révolte les janissaires détruisirent entièrement cette promenade. Aussi n’offre-t-elle plus aujourd’hui qu’une vaste prairie traversée par un assez beau canal où se noya l’année dernière un page du Grand Seigneur qui, pour le plaisir de ce prince, soutint une lutte dans l’eau contre un de ses compagnons. Pour éviter son adversaire, il plongea et s’éloigna dans un endroit où étaient des herbes et des pierres. Il y fut retenu par les cheveux et les membres et périt faute de secours qu’on ne lui porta que trop tard parce qu’on le croyait rester sous l’eau par intention et ce ne fut qu’au bout d’un quart d’heure qu’on se mit en devoir de le chercher mais on le trouva mort24. »

23En compagnie de quelques camarades, Guillaume Barbié aime se promener dans les environs de la capitale.

  • 25 Mss 5497, f. 155, G. Barbié à son père, sans date.

« Nous faisons toujours une partie de nos courses dans un joli caïc [caïque] à 2 ou 3 paires de rames et nous arrivons frais après une longue course dans le canal [Bosphore]. Nous revenons à pied pour varier un peu et nous trouver avec tout le monde à la promenade (…). Notre logement n’est pas loin de là et souvent nous nous rendons au café de cette échelle pour apprendre à parler turc. C’est là que nous nous embarquons pour aller en Asie ou à la campagne. Les bateaux de cette échelle sont les plus élégants, dorés de tous les côtés et entretenus avec un soin particulier. Il y a autant et même plus de plaisir à être couché dans ces sortes de bateaux qu’on n’en trouve à aller dans les plus beaux remisés de Paris25. »

24L’hiver, les jeunes de langue quittent rarement Péra, mais dès que les beaux jours reviennent, ils cherchent à fuir les chaleurs « excessives » de la ville.

  • 26 Mss 5497, f. 156, G. Barbié à son père, sans date.

« On serait tenté de rester en chemise, aussi ne voit-on pas beaucoup de monde dans les rues et lorsque le clair de lune arrive, on ne sort qu’à 9 h jusqu’à minuit, ce qui nous est arrivé plusieurs fois. À cette heure, la promenade est remplie de monde. Il n’y a que les Francs car les Turcs ne sortent plus le soleil couché. Quelquefois aussi nous revenons assez tard de Fenar Bactché soit de Harem Iskelesi ou Kavac Iskelesi où nous allons habituellement nous baigner26. »

  • 27 Idem.

25La baignade est en effet l’un des passe-temps favoris des jeunes de langue, surtout lorsqu’ils vont prendre leur quartier d’été à Tarabya. Ce yalı des Ipsilanti, qui a été offert par Sélim iii à la France, a l’avantage d’être au bord de l’eau, ce qui permet, précise Guillaume Barbié à son père, « de descendre de sa chambre en peignoir et de se mettre de suite à l’eau. M. Ducaurroy, lui-même, peut-être le premier nageur de Constantinople, a soin de nous encourager et veut bien parfois donner quelques leçons27. »

  • 28 Mss 5497, f. 142, G. Barbié à sa mère, 4 janvier 1815.

26Autre agrément : les promenades à cheval et la chasse. Comme il l’écrit à sa mère, le 4 janvier 1815, « j’aurais bien fait d’emporter avec moi un bon fusil de chasse à deux coups bien léger. Pendant l’été c’est le seul plaisir que nous ayons que celui de chasser28. »

27Mais ce dont raffolent par-dessus tout les jeunes de langue, ce sont les mondanités qui animent les douces soirées de Péra. L’une des premières à laquelle Guillaume Barbié du Bocage assiste, c’est le carnaval de février 1815. Les étudiants jouèrent la comédie dans le grand salon du palais de Venise. Dans une longue lettre, il décrit cette joyeuse soirée à son père :

  • 29 Adjoint à la chancellerie de l’ambassade.
  • 30 Mss 5497, f. 147, G. Barbié à son père, 10 février 1815.

« Je voudrois que tu eusses pu assister seulement deux minutes, deux secondes même, pour voir les jeunes de langue devant une assemblée de plus de 350 personnes à la tête desquelles se trouvoient les différents ambassadeurs ; je désirerois que tu nous eusses vus nous promener sur les planches et donner un spectacle aussi en règle que possible. Rien ne nous manquoit : l’architecte du palais avoit fait construire un théâtre, chacun avoit le costume adapté à son rôle et parloit avec une assurance et un sérieux qu’il est difficile de se persuader quand on pense que c’étoit tous des débutants. Outre cela nous avions un orchestre magnifique composé d’une vingtaine d’amateurs qui ont joué des ouvertures, des symphonies, etc. M. Tricon29 lui-même a ouvert la soirée en jouant Pygmalion, pièce de Rousseau où il n’y a qu’un acteur. Après cela nous avons donné les Précieuses ridicules et nous avons terminé par le Malade imaginaire, dont nous avons retranché les intermèdes. Tout le monde a été fort content, mais le plus beau c’est qu’une demi-heure après la comédie il ne restoit plus aucun vestige du théâtre dans la salle, qui fut subitement changé en une salle de danse où nous sautâmes jusqu’à trois heures du matin. Chacun alors s’en fut dormir jusqu’au lendemain midi et se réveilla pour se mettre à table à un grand repas que nous fîmes entre les acteurs, l’architecte et autres jeunes gens. Nous y bûmes d’excellents vins de France et étrangers envoyés par M. Ruffin. Au sortir de la table, nous nous habillâmes pour descendre à Galata où nous restâmes au bal jusqu’à 5 h du matin ; enfin, nous quittâmes et revînmes avec les dernières personnes de Péra. Nous nous couchâmes au jour et reposâmes jusqu’à l’après-midi du mardi (…) le soir à 6 h nous nous rendîmes au palais d’Angleterre où nous apprîmes qu’il y avait bal. Nous y sautâmes jusqu’à 11 h parce que l’ambassadeur et l’ambassadrice étant âgés aiment à se coucher de bonne heure et nous nous couchâmes ce jour là à minuit (…). De toutes les soirées de ce mois, ce sont celles qui se sont passées au palais de Venise qui ont été les plus agréables et l’on dit qu’il n’y a que les Français qui sachent bien faire les choses (…). L’ambassadeur anglais et toute sa suite a été extrêmement content des comédies (…) ; il nous a fait beaucoup d’éloges et s’est épris ainsi que presque tous les étrangers à nos demoiselles qui n’étaient autre chose que les plus jolis garçons habillés en femmes, mais habillés avec le plus grand soin et par les soins de plusieurs dames de Péra30. »

28La danse tient une grande place dans la vie des jeunes de langue. Ils aiment se rendre aux soirées organisées par certains commerçants français de Galata et dans les diverses légations, notamment au palais d’Angleterre. Ainsi Guillaume Barbié du Bocage écrit-il à son père le 15 juin 1815 :

  • 31 Mss 5497, f. 141, G. Barbié à son père, 4 janvier 1815.

« Tous les mardis, nous allons aux assemblées du Palais d’Angleterre. Ces réunions sont fort agréables et quoique le Palais d’Angleterre soit à l’autre bout de Péra il ne laisse pas cependant d’y avoir beaucoup de monde. Les dames y viennent en chaise à porteurs ou bien en bottes turques, qui sont les voitures du pays : on entre là-dedans tout chaussé ; on les ôte et on les laisse à la porte de l’endroit où l’on va ; aussi voit-on dans les vestibules des ambassadeurs des régiments de ces sortes de bottes, et comme on amène toujours le soir son domestique pour porter le fanal devant soi, il s’en suit que ces vestibules ressemblent à des bazars où l’on vend la friperie, et les domestiques à des marchands cordonniers31. »

  • 32 Mss 5497, f. 139, G. Barbié à son père, 15 juin 1815.

29Dans les bals, les étudiants apportent gaîté, bonne humeur et dynamisme. « Ils en sont l’âme, poursuit Guillaume Barbié du Bocage, car ce sont les jeunes de langue qui donnent les contredanses ; ils forment toujours trois ou quatre carrés et connaissent les figures mieux que tous les autres32. »

30Au début de son séjour, Guillaume Barbié du Bocage est un peu gêné par tous ces pas de danse qu’il faut parfaitement maîtriser. Il écrit le 25 janvier 1815 :

  • 33 Mss 5497, f. 146, G. Barbié à son père, 25 janvier 1815.

« Pour moi, j’en suis réduit à ne me montrer que dans les danses anglaises, faute de savoir valser et de connaître les figures des danses allemandes ; pour les françaises on n’en danse presque pas et encore il faut en savoir les figures33. »

  • 34 Mss 5497, f. 148, G. Barbié à son père, 12 février 1815.
  • 35 Mss 5497, f. 168, G. Barbié à son père, 25 novembre 1815.

31Il recommande d’ailleurs à son père de prévenir et mettre en garde « tous ceux qui veulent venir dans ce pays ci d’apprendre à valser car c’est ici le fondement de la danse34 ». Mais heureusement, grâce à un matelot français qui a fait escale à Constantinople, Guillaume Barbié du Bocage va prendre des cours particuliers de danse, et apprendre plusieurs pas, notamment la gavotte. Et quelques mois plus tard, il annonce fièrement à ses parents qu’il est en mesure de valser « en sorte que maintenant je ne suis pas gêné dans un bal35. »

32Comme tous les garçons de leur âge, Barbié du Bocage et son ami Caussin de Perceval aiment la compagnie des jolies filles. Ils aiment particulièrement retrouver les filles de Mme Dantan. Le 6 janvier 1816, jour de la galette des rois, la fève échoit à Barbié du Bocage.

  • 36 Mss 5497, f. 176, G. Barbié à son père, le 10 janvier 1816.

« Mais ma pauvreté m’empêche de payer ma royauté. Le sort m’a fait roi. Le choix était si difficile pour prendre une reine que j’ai jugé plus avantageux pour moi d’avoir un sérail, de sorte que ces demoiselles seront mes sultanes36. »

  • 37 Mss 5497, f. 140, G. Barbié à sa mère, 26 décembre 1814.

33Dans ses lettres, Guillaume Barbié du Bocage insiste beaucoup sur sa toilette car, comme il l’explique à sa mère, les jeunes de langue à Constantinople passent pour « les fils galants de Péra37. » Aussi, n’hésite-t-il pas à lui réclamer le trousseau nécessaire.

  • 38 Mss 5497, f. 142 ; G. Barbié à sa mère, 4 janvier 1815.

« Je suis bien embarrassé avec les chemises que tu m’as données, écrit-il à sa mère le 4 janvier 1815. Les cols sont beaucoup trop courts pour que je puisse m’habiller avec ; outre cela, il n’y a ni boutons, ni boutonnières et comme je suis obligé de m’habiller presque tous les soirs (...) mes dernières chemises ne suffisent pas. Au lieu d’une douzaine de grosses chemises, j’aimerais bien mieux en avoir six fines. Toutes les cravates que tu m’as achetées sont d’un demi pied trop petites. La broderie se trouve cachée dans le nœud. Je suis en disette de bas de soie noire ; si tu peux m’en envoyer une ou deux paires, cela me fera plaisir. Je désirerais aussi un gilet de soie noire pour m’habiller. Pense bien à mon chapeau, que les rebords ne soient pas trop larges ; c’est une chose bien estimée qu’un chapeau de France. Envoie-moi aussi une ou deux paires de jarretières, non comme celles que j’ai emportées, qui sont déjà brisées, mais qui puissent s’agrafer38. »

34Les jeunes de langue étant fonctionnaires de Sa Majesté, ils doivent revêtir un uniforme, avec l’épée au côté. Certains portent attachée à cette épée une dragonne ; d’autres jugeaient au contraire que celle-ci n’était pas nécessaire.

35Dix-huit mois après leur départ de Paris, Guillaume Barbié du Bocage et Armand-Pierre Caussin de Perceval connaissent suffisamment de turc pour pouvoir accueillir les hommes du marquis de Rivière, nouvel ambassadeur de France à Constantinople. « Nous disons quelquefois si nos parents nous voyaient, ils ne nous reconnaitraient plus, écrit Barbié du Bocage à son père le 25 avril 1816. Nous les avons quitté enfants mais actuellement nous sommes des gens d’expérience qui connaissent toutes les ruses du monde, mais qui cependant se laissent encore quelquefois attraper. »

36Entretemps, la crise des Cent-Jours allait avoir de profondes répercussions sur la communauté française de Péra et sur le séjour prolongé de ces jeunes de langue en Orient.

37Le 1er mars 1815, Napoléon, qui a été assigné à résidence à l’île d’Elbe, débarque dans le Golfe Juan et marche sur Paris. Cette période, qui va du 1er mars au 7 juillet, est appelée les Cent-Jours. Lorsque la nouvelle parvint à Constantinople le 23 mars, la Nation française, c’est-à-dire l’ensemble des Français habitant Péra-Galata, se divisa en deux camps. D’un côté, les fonctionnaires, à l’exception d’un seul, le secrétaire-interprète Mathieu Deval, et les Capucins desservant l’église de Saint-Louis, se rallièrent à Napoléon ; de l’autre, principalement les négociants et les dominicains qui officiaient à Saint-Pierre de Galata, se déclarèrent fidèles à la royauté.

38Les jeunes de langue, fidèles bonapartistes, affirmèrent aussitôt haut et fort leur adhésion aux Constitutions de l’Empire et renouvelèrent leur fidélité à Napoléon. Comme Barbié du Bocage l’écrit à son père le 15 juin 1815 :

  • 39 Mss 5497, f. 157, G. Barbié à son père, 15 juin 1815.

« Le 5 juin, les jeunes de langue s’étaient déclarés à l’occasion d’un bal au Palais d’Angleterre où l’on s’attendait à les voir en cocarde blanche. Aussi ont-ils trompé leur monde. Ils avaient donné de nouvelles contredanses, très jolies, pour ce jour-là, et ils n’ont pas paru. On pensa d’abord qu’ils ne viendraient qu’à la nuit, parce que c’est la mode à Paris, mais on a été bien trompé, quand un quart d’heure après que la légation est sortie du palais d’Angleterre où elle n’est restée que dix minutes on les a vus se promener dans Péra, au Grand et au Petit champ des morts [quartier actuel de Tepebaşı], en chapeau monté et cocarde aux trois couleurs. Aussitôt le bruit s’en répandit dans le bal et la consternation se peignit sur tous les visages et plus particulièrement ceux des Français qui s’y trouvaient et qui formaient plus de la moitié de l’assemblée où aucun d’eux ne voulut plus danser. Aussi, jamais bal ne fut, dit-on, plus triste (…) les principales dames de la fête qui espéraient danser la gavotte avec un jeune de langue ont été obligées d’avoir recours à des cavaliers qui paraissaient n’avoir jamais appris cette danse. Aussi, depuis ce jour, sommes nous brouillés avec tous les alliés et même avec le palais de France39. »

  • 40 Dehérain, Pierre Ruffin, op. cit., II, 119.

39Quatre jours après cet événement, on vit arriver Amédée Jaubert, chargé d’affaires de Napoléon. Celui-ci fit aussitôt substituer l’écusson aux fleurs de lys par l’écusson aux aigles sur le grand portail du palais de France. Les ambassadeurs alliés se plaignirent au gouvernement ottoman qui invita Jaubert à enlever cet écusson. Devant son refus, la police turque intervint dans la soirée du 15 juin et fit descendre l’écusson du portail tandis que les jeunes de langue criaient « Vive l’Empereur ! Vivent les Français ! »40. Dans les jours qui suivirent, la police turque fit retirer les cocardes tricolores des chapeaux des jeunes de langue. Dès lors, la mésentente entre partisans et adversaires de Napoléon était entamée. D’un côté, nous trouvons Amédée Jaubert et Pierre Ruffin ; de l’autre Mathieu Deval qui, lors de la seconde Restauration, est officiellement nommé Chargé d’affaires le 20 septembre 1815. Le 27 octobre, il est reconnu par la Porte.

40Dans cette curieuse ambiance, les jeunes de langue cessent de fréquenter les bals des légations des puissances alliées. Ils redoutent l’arrivée du nouvel ambassadeur de Louis XVIII, le marquis de Rivière. En attendant son arrivée, l’atmosphère se détend un peu à la fin de l’année comme le raconte Guillaume Barbié du Bocage à son père dans une lettre du 10 janvier 1816 :

  • 41 Mss 5497, f. 171, G. Barbié à son père, 10 janvier 1816.

« L’année 1816 a rétabli la bonne intelligence parmi tous les Français. Tout le monde a fait les visites accoutumées et Mr Deval a bien voulu aussi se donner la peine de venir nous voir. Mr Ruffin nous a envoyé pour la noël 15 bouteilles de vin de France sachant que depuis longtemps nous avions perdu le goût de cette liqueur et il eut aussi la bonté de nous envoyer un énorme quartier de veau qu’il a fait tuer ce jour là nous disant qu’il ne pouvait mieux faire que de partager avec ses camarades. Il nous montre toujours beaucoup de bonté41. »

  • 42 Mss 5497, f. 178, G. Barbié à son père, Péra, le 25 juin 1816.

41Cependant, le répit sera de courte durée. Le 15 avril, Deval demande aux jeunes de langue de quitter leur logement au palais de Venise. Faute d’argent, ces derniers refusent et se préparent à un éventuel assaut. Mais c’est le marquis de Rivière, ambassadeur de Louis XVIII, fraîchement arrivé à Constantinople le 4 juin 1816, qui va se charger de la besogne et procéder aux nouvelles affectations. L’ancien émigré, l’ancien complice de Georges Cadoudal et de Pichegru ne pouvait avoir que des ressentiments à l’égard des bonapartistes. De fait, comme l’écrit Guillaume Barbié du Bocage à son père le 25 juin42 :

« Du nouveau, du nouveau ! Nouvel ambassadeur, nouveaux drogmans, nouvel établissement des jeunes de langues, nouveau directeur, plus de chancelier tout est changé. La chancellerie est remise au secrétariat, c’est dorénavant pour le second secrétaire d’ambassade et en cette qualité, Mr de Beaurepaire en est devenu le chef. Les drogmans sont tous changés. Les deux premiers sont Mrs Constantin Deval et Jouannin. Les autres sont Mr Viette, Dantan et Navoni. »

42Les jeunes de langue et autres drogmans sont dispersés dans les échelles de Smyrne, Alep, Sayda. Quant à Guillaume Barbié du Bocage, il est nommé à Salonique :

« Je pars pour la gloire (...) Je vais à Salonique en qualité de jeune de langues vu qu’il n’y a pas d’autre place à remplir (…) je me trouverai faire mes premières armes en famille puisque MMrs Cousinery, Pousitch, Marcel et moi seront les seules personnes formant le consulat. (…) Adieu cher papa. Tu pourras mettre Mr Barbié au consulat de France à Salonique ou drogman de France. Adieu. »

43De leur côté, Antoine-Joseph Ducaurroy et Pierre Ruffin sont rappelés à Paris. Le premier poursuivra son enseignement du turc et de l’arabe au Lycée Louis-le-Grand, tandis que le second sera nommé premier secrétaire interprète du Roi pour les langues orientales (1818).

44Avant de quitter définitivement Constantinople, Guillaume Barbié du Bocage a le plaisir de se rendre chez le grand vizir pour assister à la remise des lettres de créances du nouvel ambassadeur le marquis de Rivière.

« Nous avons eu hier [24 juin] l’audience du grand vizir. Quelle cohue, quelle indécence, il y avait je crois à côté de l’ambassadeur des portefaix. On se portait dans la salle comme aux Tuileries les jours de fête. Le plus imposant était le cortège depuis le palais jusqu’à l’échelle de Tophana. A notre retour, le Gd Seigneur est venu incognito pour nous voir passer. 200 janissaires ouvraient la marche, puis venait le capidji bachi et sa suite 30 tchokadar du palais (espèces de domestiques de cérémonie), 12 valets de pied du palais, 12 valets de pied du marquis de Rivière, 8 valets de chambre, la musique de la frégate et les 12 janissaires du palais. Aux jeunes de langue commençait l’ambassade, venaient après eux les drogmans, les trois secrétaires et le secrétaire interprète, enfin l’ambassadeur monté sur un cheval de France richement caparaçonné et suivi de ses aides de camp ; par derrière était le commandant suivi de son état major ensuite la nation ayant à sa tête son premier député ; les turcs et les rayas ainsi que la foule qui se trouvait dans la rue était dans l’admiration ; derrière le cortège suivait les capitaines de bâtiments marchands et les protégés puis la foule des curieux. Depuis longtemps on n’avait pas vu un cortège aussi brillant. Nous avons trouvé des bateaux qui nous ont conduits à l’autre bord. Au milieu des cris des bâtiments français qui s’étaient rangés sur notre passage à Constantinople nous trouvâmes des chevaux pour toute l’ambassade et 200 janissaires de plus qui nous attendaient avec le tchaouch bachi et une quarantaine de tchaouch à cheval. L’ambassadeur s’arrêta un moment au kiosk suivant l’usage au bord de la mer avec le tchaouch bachi. Au sortir de chez le grand vizir, l’ambassadeur monta le cheval dont on lui fit présent et nous revînmes à peu près dans le même ordre. Au retour nous trouvâmes aussi des chevaux à Tophana et l’ambassadeur monta son nouveau cheval qu’on avait eu soin de faire passer. Hier soir bal au palais et dans quelques jours la grande audience [auprès du sultan]. »

45Guillaume Barbié du Bocage n’assistera pas à la seconde audience du marquis de Rivière qui doit avoir lieu en présence du sultan Mahmud II au palais impérial de Topkapı. Il n’a en effet qu’un désir, partir, partir le plus vite possible ! Mais avant de quitter Constantinople, la ville qu’il a tant aimée, il achète quelques souvenirs pour sa famille qu’il confie à Antoine-Joseph Ducaurroy. Cette petite liste témoigne des objets que l’on pouvait alors rapporter d’Orient :

  • 43 Mss 5497, f. 179, G. Barbié à son père, Péra, le 18 juillet 1816.

« Un moulin à la turque qui moud extrêmement fin. C’est une production de Brousse, je l’ai rapporté comptant envoyer à maman tout ce qui est nécessaire pour faire le café à la turque et pour le servir, mais le temps m’a manqué tout à coup. Je comptais envoyer les tasses et leurs zarf ou soucoupes en argent, ainsi que deux cafetières pour faire le café mais j’ai été trop pressé, l’argent est arrivé mais le temps m’a manqué ; par dessous se trouve la cuillère. J’ai envoyé pour Adèle [sa sœur] deux fichus de Brousse ; une bourse et des pastilles ce que je la prie de partager avec Alexandre et Isidore. Je voulais envoyer une robe de Brousse mais il fallait acheter une pièce entière et mes moyens ne me le permettent guère. Pour toi [papa], je t’envoie des dessins et te réserve un extrait de mon voyage à Brousse qui a été très intéressant (…). Je regrette de quitter Constantinople dans ce moment à cause de toute l’ambassade qui est composée de personnes bien estimables mais on me parle d’avancement43. »

46Le 18 juillet 1816 au soir Guillaume Barbié du Bocage s’embarque à bord d’un navire pour Salonique. Son séjour dans cette ville modeste, au climat difficile, ne lui conviendra guère. À peine arrivé, il connaît des problèmes de santé, aux dents et aux yeux. À ceci vient s’ajouter l’anxiété causée par une épidémie de peste qui emporte trois domestiques du consulat de France. Comme il le dit à son père, « Le Levant est un pays de fièvre. Il faut le quitter et le fuir bien vite ! »

47D’autre part, l’apprentissage du turc à Salonique se révèle peu efficace et le laisse perplexe comme il l’explique à sa mère le 18 septembre 1816 :

  • 44 . Mss 5497, f. 182, G. Barbié à sa mère, Salonique, le 18 septembre 1816.

« Comment faire [pour apprendre le turc] ! (…) les gens de ce pays ci sont si instruits et ont tant de passion pour la langue qu’on ne peut pas trouver un dictionnaire dans toute la ville. Que dois-je faire alors ? Me reposer et abandonner le turc, la seule chose qui me fasse encore rester ici. Il n’y a pas de commerce par conséquent point d’affaires avec qui apprendre. Cependant, je suis ici pour cela, je n’ai pas le moyen de payer des turcs pour me donner leçon. Il faut donc tout abandonner ? (…) Si tu voyais ma chambre, tu t’apercevrais du désordre de mon esprit. J’étais bien à Constantinople, ici pas un ami, toujours concentré en moi-même, n’entendant que des plaintes en tout genre (…)44. »

48Son séjour à Salonique sera de courte durée puisque dès la fin de l’année 1816, Guillaume Barbié du Bocage obtient son rappel à Paris pour raison de santé. C’en est fini de la carrière d’interprète à laquelle il se destinait avec tant d’enthousiasme. Il va désormais travailler avec son père, Jean-Denis Barbié du Bocage, qui le fait entrer comme cartographe au ministère des Relations extérieures, et à qui il succèdera. Quant à son ami, Armand-Pierre Caussin de Perceval (1795-1871), celui-ci ne renoncera pas aux langues orientales et il connaîtra une brillante carrière universitaire. Après un long séjour au Liban et à Alep, il sera nommé professeur d’arabe à l’École des langues orientales (1820), professeur d’arabe au Collège de France (1833), puis sera élu membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (1849).

  • 45 Dehérain, Pierre Ruffin, op. cit., II, 191.

49Pendant toute la période du Consulat et de l’Empire, les jeunes de langue avaient la chance de loger au Palais de Venise, devenu propriété française en vertu du traité de Campo-Formio. Mais après la constitution du royaume lombard-vénitien, le Palais de Venise revint à l’Autriche. Les clefs furent officiellement remises en juin 1816 à l’internonce baron de Stürmer par le marquis de Rivière. Les jeunes de langue furent désormais obligés de s’installer dans « une petite maison assez peu commode et trop étroite45. »

50L’École des Jeunes de langue de Péra, précieuse création de Colbert en 1670, n’allait toutefois pas survivre très longtemps. Après le gigantesque incendie du quartier de Péra (1831), qui détruisit un grand nombre d’ambassades, dont le Palais de France, l’école fut définitivement fermée. C’est ainsi que, pendant près de cent cinquante ans, grâce à cet établissement unique en son genre, de jeunes garçons eurent la possibilité de passer quelques années à Constantinople. Cette possibilité de vivre dans « l’ambiance du Levant » comme on disait alors, a été poursuivie, à sa manière, un siècle plus tard par la création en 1930 de l’Institut Français d’Archéologie – devenu Institut Français d’Études Anatoliennes en 1975 -, d’où sont sortis, non plus de précieux interprètes, mais de remarquables chercheurs ayant la connaissance de la Turquie et de ses peuples.

Notes

1 Sur l’École des jeunes de langue, voir H. Dehérain, « Jeunes de langues et interprètes français en Orient au xviiie siècle », Bulletin de la Société de géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord, Alger 1923 [rééd. in Anatolia Moderna-Yeni Anadolu, I (1991), 324-335] ; G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou Arméniens à Louis-le-Grand », Études Arméniennes, ii (1922), 191-232 ; f. Masson, « Les jeunes de langues », Le Correspondant, sept. 1881, 905-930 ; f. Hitzel et C. Vigne-Boppe, Enfants de langue et drogmans, Yapı Kredi Yay, Istanbul 1995 ; f. Hitzel (éd.), Istanbul et les langues orientales, L’Harmattan, Paris 1997.

2 Ces lettres font partie d’un lot de documents donnés à la bibliothèque de l’Institut de France par Mme Henri Cordier et provenant de la succession de son mari, membre de l’Institut, Bibliothèque Institut, Mss 5497, fol. 127-187. Une partie de cette correspondance a été exploitée par l’historien Henri Dehérain. Cf. H. Dehérain, « Les Jeunes de langue à Constantinople sous le Premier Empire », Revue de l’histoire des colonies françaises, XVIe année (juillet-août 1928), 385-410.

3 Sur ce diplomate, grand spécialiste des langues orientales, voir T.-X. Bianchi, Notice historique sur M. Ruffin, Dondey-Dupré, Paris 1825 ; H. Dehérain, La vie de Pierre Ruffin, orientaliste et diplomate, 1742-1824, Paris, 1929-30, 2 vol. ; M. de Testa & A. Gautier, Drogmans et diplomates européens auprès de la Porte ottomane, Isis éd., Istanbul 2003, 184-186.

4 P. Coquelle, « L’Ambassade du maréchal Brune à Constantinople, 1803-1805 », Revue d’histoire diplomatique, XVIII, 1904, 53-73.

5 P. Coquelle, « Sébastiani, ambassadeur à Constantinople, 1806-1808 », Revue d’histoire diplomatique, XVIII, 1904, 574-611.

6 Mss 5497, f. 139, G. Barbié à son père, 24 décembre 1814.

7 Idem. Le tandur est une table basse sur laquelle on place un brasier de charbons (mangal).

8 Idem.

9 Mss 5497, f. 153, G. Barbié à son père, 25 avril 1815.

10 Mss 5497, f. 163, G. Barbié à son père, 15 octobre 1815.

11 Mss 5497, f. 164, G. Barbié à son père, 2 novembre 1815.

12 Mss 5497, f. 174, G. Barbié à sa mère, 11 mars 1816.

13 Mss 5497, f. 163, G. Barbié à son père, 15 octobre 1815.

14 Le père au fils, 24 décembre 1815.

15 . Mss 5497, f. 158, G. Barbié à son père, 10 septembre 1815.

16 Mss 5497, f. 155, G. Barbié à son père, sans date.

17 Mss 5497, f. 139, G. Barbié à son père, 24 décembre 1814.

18 Mss 5497, f. 170, G. Barbié à sa mère, 23 décembre 1815.

19 Mss 5497, f. 174, G. Barbié à sa mère, 11 mars 1816.

20 Mss 5497, f. 141, G. Barbié à son père, 4 janvier 1815.

21 Idem.

22 Mss 5497, f. 142, G. Barbié à sa mère, 4 janvier 1815.

23 Mss 5497, f. 160, G. Barbié à son père, 20 septembre 1815.

24 Mss 5497, f. 161, G. Barbié à sa mère, 5 octobre 1816.

25 Mss 5497, f. 155, G. Barbié à son père, sans date.

26 Mss 5497, f. 156, G. Barbié à son père, sans date.

27 Idem.

28 Mss 5497, f. 142, G. Barbié à sa mère, 4 janvier 1815.

29 Adjoint à la chancellerie de l’ambassade.

30 Mss 5497, f. 147, G. Barbié à son père, 10 février 1815.

31 Mss 5497, f. 141, G. Barbié à son père, 4 janvier 1815.

32 Mss 5497, f. 139, G. Barbié à son père, 15 juin 1815.

33 Mss 5497, f. 146, G. Barbié à son père, 25 janvier 1815.

34 Mss 5497, f. 148, G. Barbié à son père, 12 février 1815.

35 Mss 5497, f. 168, G. Barbié à son père, 25 novembre 1815.

36 Mss 5497, f. 176, G. Barbié à son père, le 10 janvier 1816.

37 Mss 5497, f. 140, G. Barbié à sa mère, 26 décembre 1814.

38 Mss 5497, f. 142 ; G. Barbié à sa mère, 4 janvier 1815.

39 Mss 5497, f. 157, G. Barbié à son père, 15 juin 1815.

40 Dehérain, Pierre Ruffin, op. cit., II, 119.

41 Mss 5497, f. 171, G. Barbié à son père, 10 janvier 1816.

42 Mss 5497, f. 178, G. Barbié à son père, Péra, le 25 juin 1816.

43 Mss 5497, f. 179, G. Barbié à son père, Péra, le 18 juillet 1816.

44 . Mss 5497, f. 182, G. Barbié à sa mère, Salonique, le 18 septembre 1816.

45 Dehérain, Pierre Ruffin, op. cit., II, 191.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540