Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Samarcande à Istanbul : étapes orientales

 | 
Véronique Schiltz

Deuxième partie. Regards croisés

1998. Raid autour de l’Aral (5-14 mai)

René Cagnat et René Létolle

Texte intégral

Préparatifs

  • 1 L’Aral qui, à la fin des années 1950 couvrait encore 70 000 km2 n’en avait plus que 20 000 en 1998 (...)
  • 2 Aral signifie « île » dans la plupart des langues turques d’Asie centrale.

1En 1997, en nous plongeant, René Létolle et moi, dans la documentation de la cuvette aralienne, nous avions remarqué que, depuis plus de dix ans, aucune expédition scientifique n’avait tenté un périple autour de la défunte mer d’Aral. Pourtant une « navigation circumaralienne » présentait, en ces années 1990, un intérêt décuplé, aussi bien du fait de la disparition accélérée de la mer1 que par l’apparition, sur les rives de « l’île »2, de deux États : le Kazakhstan au nord et l’Ouzbékistan au sud. Il était évident que cette immense contrée, encore ouverte pour le passage d’un pays à l’autre, allait bientôt se fermer aux explorateurs et chercheurs sous les divers prétextes de la « raison d’État ». Alors attaché militaire à Tachkent, je m’ouvris à la mi-1997 de ce constat et d’un projet d’expédition à Pierre Chuvin, fondateur et directeur de l’Institut français d’Études sur l’Asie centrale (IFEAC), et, comme d’habitude, emportai l’adhésion de cet ami toujours prêt, sous des dehors paisibles, à se lancer dans l’aventure…

  • 3 Le 1er mai 1960, l’avion U2 de l’Américain Francis Powers a été abattu par les Soviétiques au dess (...)
  • 4 En 1996 une première expédition scientifique, axée sur l’étude du Kyzylkoum, avait été organisée s (...)

2C’en était une en effet. Il fallait tout d’abord obtenir l’appui de diverses personnalités des deux pays concernés. Il s’agissait d’abord de nos ambassadeurs, Jean-Claude Richard à Tachkent et Alain Richard à Almaty. Il fallait également l’accord, chez les Ouzbeks et les Kazakhs, de personnages aussi considérables que les ministres de l’Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères, mais surtout des Directeurs des services spéciaux : la zone aralienne comportait en effet des points aussi sensibles que le cosmodrome de Baïkonour et l’ex-centre soviétique d’expérimentation des armes biologiques de l’archipel de Vozrozhdenie (Résurrection, Renaissance)3, étendu peu à peu au désert de l’Oustiourt. Ces obstacles paraissaient dirimants, mais c’était ne pas compter avec l’esprit « pionnier » du personnel de nos nouvelles ambassades. Deux premières expéditions ayant été brillamment réussies en 1996 et 1997 en pays karakalpak4, tous les obstacles tombèrent côté ouzbek. Au Kazakhstan, la complicité de nos collègues d’Almaty et l’accord des Kazakhs furent vite acquis grâce aux efforts de Jean-Pierre Margot. Finalement, Pierre Chuvin, René Létolle et moi-même, nous nous retrouvâmes, fin 1997, avec une sorte de mandat pour « observer l’état des lieux » au fil d’une expédition à organiser dans les plus brefs délais : elle aurait donc lieu au printemps 1998.

3À la hâte, je me plongeai à Tachkent dans l’acquisition et l’étude de cartes soviétiques, pendant que René Létolle à Paris rassemblait la documentation scientifique. Ma formation logistique de l’École de Guerre me faisait tout particulièrement redouter les traversées de l’Oustiourt, sur la rive ouest, et, sur la rive est, du Kyzylkoum : un franchissement de trois jours au moins pour chacun de ces déserts méconnus n’avait rien de rassurant, sachant qu’ils ne comportaient aucun point d’eau potable ni aucun poste d’essence et que leur cartographie, pour des raisons de secret militaire, était très insuffisante. De plus, surtout au printemps, les quelques pistes locales étaient rendues aléatoires par les ondées pouvant transformer les takirs, espaces argileux, en autant de bourbiers infranchissables. Je m’orientai donc très vite vers une sorte de raid effectué avec les deux excellents véhicules Toyota Land Cruiser de l’IFEAC et du poste militaire, bourrés jusqu’à la gueule de 500 litres d’essence et d’une demi-tonne d’eau récupérée au passage dans les monts de Nourata. En outre, pour diminuer le volume de l’emport, je dus recourir à un stock de rations militaires de l’armée française, providentiellement menacé de péremption. Tous les participants s’en régalèrent !

  • 5 Il frôlait les 80 ans !

4Il fallait impérativement effectuer notre périple en quinze jours. Toute expédition lourde et lente était donc exclue : c’est ici qu’apparut « l’hypothèque Vadim Jagodine ». Ce vénérable professeur de Noukous5 – Monod de l’Oustiourt ou Cousteau du Kyzylkoum comme on voudra – avait été l’âme des deux premières explorations : aux yeux des Ouzbeks, mais aussi de tous les participants, son absence paraissait impensable. Mais je connaissais l’état de l’antique camion soviétique qu’il devait utiliser : je savais que la mécanique allait vite lâcher. Par chance – et malgré les invocations chamaniques du chauffeur karakalpak – le moteur céda à l’arrivée à Mouinak. Jagodine et tout son matériel durent nous quitter. L’expédition, telle qu’elle était prévue point par point, devenait possible.

5Je n’en étais pas plus fier pour autant ! Je cachais en effet à mes camarades que je ne donnais pas 40 % de chances à notre réussite : je craignais surtout une défaillance mécanique en plein désert mais aussi les trafiquants de l’Oustiourt. Dès notre départ de Tachkent, je dissimulai sous mon siège un superbe colt Makarov et ses munitions en pensant inch Allah ! Mes compagnons, souvent insouciants, ne surent jamais mes angoisses devant les risques d’embourbement, d’ensablement ou, tout simplement, sur la fin, devant le niveau d’essence qui baissait dangereusement !

  • 6 L’Oustiourt, en particulier, est parcouru par des dalnoboïchtchiki, routiers au long cours et traf (...)

6En dépit d’une durée limitée à deux semaines, il avait fallu composer avec les diktat de dernière heure de l’administration. Jean-Pierre Margot ne put faire mieux que de nous rejoindre « sur ses terres » à Aralsk. Cela tombait bien car Pierre Chuvin, toujours sollicité urbi et orbi, devait nous abandonner en ce haut lieu où il serait remplacé par un jeune coopérant de l’IFEAC. En définitive, nous sommes partis à quatre – les professeurs Pierre Chuvin et René Létolle, le chauffeur tatar Stass Achouraliev et votre serviteur – pour arriver à cinq, après le départ de Pierre et le renforcement à Aralsk de Jean-Pierre Margot et Bertrand Chauvel. Nous allions bénéficier d’un atout majeur par rapport aux premières explorations : l’expédition emportait un GPS qui, dans l’immensité sans repères – mais non sans repaires…6 – nous fut de la plus grande utilité.

2 022 km en 10 jours

Traversée de l’Oustiourt

Mardi 5 mai : Noukous-Mouinak 72 km

7Depuis Tachkent, d’où nous sommes partis le 30 avril avec nos deux Toyota Land Cruiser, nous avons déjà parcouru 1588 km. Notre matériel est en pleine forme. Il n’en va pas de même du camion GAZ-66 de l’Académie des sciences du Karakalpakstan qui, à son arrivée à Mouinak, brise un joint de culasse : nous sommes donc obligés de laisser derrière nous le professeur Jagodine qui, hier, nous a si bien accueillis à Noukous.

Fig. 1. Itinéraire de l'expédition.

8Si le delta de l’Amou-Daria fait assez bonne impression, en ce printemps pluvieux qui apporte ce qui lui manque désespérément (de l’eau !), il n’en va pas de même de la milice ouzbèke : celle-ci, près du bazar de Khodjeili, nous verbalise sans ménagement pour nos pots d’échappement polluants ! Dans le contexte local cela, – aussi ! – ne manque pas de sel… À Mouinak, nous visitons, de l’hôpital à la conserverie de poissons – en activité très ralentie –, une sorte de musée de l’abandon : la région comportait 44 000 personnes en 1951, il n’y en a plus que 28 500. Les cas d’hépatite B ont doublé en un an et ceux de tuberculose de 142 % ! Nous allons voir dans la « rade » les épaves rouillées. Une seule est repeinte à bâbord et arbore fièrement son nom : Karakalpakistan. Mais à tribord le bateau non repeint s’appelle « Kirghiziya », Kirghizie !

9Nous retenons au passage l’idée selon laquelle la création de canaux de drainage de part et d’autre de l’Amou-Daria et du Syr-Daria pour diriger leurs eaux usées jusqu’à la cuvette aralienne serait une façon d’agir contre la disparition de la mer.

6 mai : Mouinak-Aktoumsyk 195 km

10Nous quittons aux aurores Mouinak tout surpris de ne plus éveiller la sollicitude de la milice ouzbèke : dans la direction du nord quelque chose que nous aurons à découvrir semble la rebuter…

11Nous traversons l’angle sud-ouest de l’Aral asséché où une abondante végétation de saxaouls, plantée sur les premières aires émergées, se meurt du fait de l’abaissement de la couche phréatique.

  • 7 Aujourd’hui la zone est plus ou moins interdite d’accès, probablement pour empêcher l’évaluation d (...)

12Au pied du Tchink, la grande falaise qui borde la rive ouest de l’Aral sur plus de 200 km, nous découvrons un gisement de gaz en début d’exploitation7. Culminant à 170 m au-dessus du niveau de la mer, cette falaise présente vers l’est un spectacle géologique rare, avec de fantastiques éboulements de blocs colossaux de calcaire sarmatien. Suivant la crête du Tchink que parcourt un énorme gazoduc soviétique désaffecté, nous longeons par l’est le plateau désertique de l’Oustiourt : immenses espaces qui furent visiblement des terrains d’expérimentation militaire. Nous remarquons de curieuses intumescences pouvant atteindre 10 m de hauteur et ramenant en surface des blocs de pierre. Nous pensons qu’elles résultent d’énormes explosions souterraines menées à partir de tunnels forés au pied de la falaise. Ces explosions, peut-être nucléaires, doivent remonter aux années 1950-1960, avant l’installation dans ces parages d’un polygone d’expérimentations biologiques. En écoutant tinter mon compteur de poche Geiger, je commence à comprendre l’effacement total de la milice et de la population en ce lieu…

13Comme nous n’en sommes pas à une imprudence près, nous décidons de camper au pied même du Tchink dans la région du cap Aktoumsyk. L’armée soviétique y avait créé un chemin d’accès vertigineux, aujourd’hui très dégradé. Descendre est déjà bien difficile, mais pourrons-nous remonter ? Les pneus bloqués glissent parfois tant la descente est raide ! Le cœur bat. Finalement, au pied de l’escarpement, face à la « grande bleue » miroitant au-delà d’une vaste plage, nous découvrons un délicieux emplacement de bivouac. Cette « riviera ouzbèke » déserte a, ce printemps, une apparence d’Éden. Au pied de parois très blanches en surplomb, nous trouvons de l’herbe verte, des fourrés, des fleurs, mais… personne à qui les offrir ! L’endroit regorge encore de gibier, y compris le fabuleux arkhar, le mouflon du Tchink, en voie d’extinction. Pierre Chuvin, au petit matin, lève un sanglier ; plus tard, en bord de mer, nous verrons distinctement les traces sanglantes d’une saïga – antilope de l’Oustiourt – assaillie par deux loups. Surtout, nous prendrons en photo sur un sol sableux, malheureusement trop meuble, des empreintes énormes, énigmatiques, incompréhensibles…

7 mai : Aktoumsyk-frontière kazakhe 146 km

  • 8 On trouvera, sous la plume de René Létolle, dans la préface de l’album photo Asie centrale (Transb (...)

14Ouf ! Malgré le mauvais présage d’un long serpent (couleuvre ?) qui a trouvé la mort en s’enroulant autour de l’essieu d’une voiture, nous parvenons à remonter au sommet du Tchink. Et c’est la promenade de rêve ! À gauche, l’Oustiourt noir et brun, à droite l’escarpement, par vagues blanches et oranges, jusqu’à l’Aral d’un bleu intense. René Létolle me fait remarquer que l’ondulation régulière des vallonnements pourrait remonter à d’anciennes explosions nucléaires. Mais, aujourd’hui, foin des soucis ! L’expédition est d’humeur badine, à telle enseigne que nous menons avec nos Toyota, au contact d’un troupeau de saïgas, une véritable chasse à courre. L’antilope que j’ai prise en chasse sur l’étendue absolument plane file les 70 km/h et nous tient longtemps en échec8.

15Parvenus à la hauteur du cap Dyouana, nous décidons de reprendre un chemin vers le rivage où doivent figurer les restes d’un petit port soviétique : il assurait la liaison entre le centre de recherche biologique de l’archipel de la Résurrection (Vozrozhdenie) et son polygone de tir de l’Oustiourt. Le sel dans le secteur est si abondant que le paysage en devient « neigeux »… En chemin, Pierre découvre une murette de pierres (probablement une clôture) qu’il attribue aux Massagètes. Ce peuple irano-scythe était dans la région des siècles avant Jésus-Christ et y a laissé, surtout sur le Tchink, de nombreux vestiges : tombes, alignements, menhirs, etc. En arrivant sur la rive, au bord d’une crique de sable, nous trouvons, près de quelques bâtiments très abîmés, une ancre. La mer s’étend devant nous jusqu’à l’horizon : les îles de Vozrozhdenie, très basses, ne sont pas visibles. Une mouette solitaire pêche au large. Sur le bord une kambala (genre de sole ou de plie) se meurt. La salinité de l’eau, il est vrai, dépasse 40 gr/litre ! L’onde, assez transparente, décourage avec ses quinze degrés nos velléités de baignade…

16Le soir, après avoir admiré au passage divers sites préhistoriques, nous franchissons la frontière ouzbéko-kazakhe (non signalée) à proximité des restes d’un Antonov 24 écrasé près de la piste. Nous installons le bivouac dans une ravine abritée du vent. Nous avons la surprise d’y découvrir un petit névé, ultime souvenir de l’hiver.

8 mai : frontière kazakhe-région d’Akespé 251 km

17Ce matin l’ambiance est beaucoup moins folâtre… Pierre est saisi d’un stress qui lui fait redouter de ne pas arriver le 10 mai à Aralsk et de manquer ainsi un rendez-vous important. Alors que la pluie menace, il entend partir tout droit, cet après-midi, à travers les takirs de glaise. Je me prépare à une résistance acharnée…

Fig. 2. Le rivage de la presqu’île de Koulandy au Kazakhstan est couvert de plantes halophytes du plus beau rouge adaptées au sol salé (La photo a été prise d'hélicoptère par René Cagnat au cours d'une expédition ultérieure).

18Nous suivons toujours le Tchink qui s’abaisse de plus en plus. C’est en bord de mer, à Koumsouat, que nous rencontrons, après près de 400 km depuis Mouinak, notre premier semblable : un Kazakh aux yeux bleus de fière allure. Armé d’un fusil de chasse, il garde un camp de vacances abandonné assorti d’un aéroport, laissé pour compte lui aussi. Il nous parle de l’île de Barsakelmès toute proche et de ses chevaux sauvages, les koulans, comme d’un paradis perdu.

  • 9 L’album photo Asie centrale qui présente ces plantes avides de sel a influencé un grand couturier (...)

19Le rivage nous servait jusqu’ici de repère. C’en est fini de cette facilité. Nous devons partir par monts et par vaux à la recherche de l’oasis de Koulandy. Les sables du Grand Barsouki commencent à apparaître et nous patinons. Les pistes s’entrecroisent. Mais le GPS nous sauve. Voici, en guise de récompense à la sortie du désert, les chevaux de Koulandy, bais ou gris dans une lagune bleu foncé. Cette oasis, qui dispose déjà en son centre d’une mosquée neuve, est en fait une petite steppe et nous offrira des spectacles colorés : lagons émeraude d’eau minéralisée ; plantes halophytes du plus beau rouge9 surgissant d’un sel immaculé ; alternance de troupeaux somptueux de chameaux et de chevaux qui, s’ils sont gris, prennent au soleil des reflets azurés ; réapparition enfin, sur le golfe à sec de Touchybas, des épaves rouillées emblématiques de l’Aral. Mais à la sortie de ce petit paradis l’aventure reprend…

20Alors que nous avons le choix entre une progression par le littoral et le trajet par l’intérieur, mes co-équipiers, sensibilisés par les difficultés du matin, choisissent, malgré mes objurgations, l’itinéraire côtier. Peu de temps après, le mauvais temps ferme l’horizon derrière nous. Je sens la piste de glaise s’enfoncer sous nos roues : quelques gouttes de pluie et nous serons bloqués pour des semaines ! J’adjure mes compagnons de faire demi-tour. Ils finissent par s’y résoudre : nous revenons sur nos pas et nous gravissons les collines par une piste sûre mais exécrable : le restant de nos bouteilles de bon vin en a péri ! Coup supplémentaire au moral : nous ne pourrons même pas fêter, en ce soir du 8 mai, l’anniversaire de la victoire…

21Nous traversons maintenant des plateaux et reliefs alternés, désertiques. J’avise pourtant, sur un carrefour de pistes, une silhouette immobile : un homme de type caucasien, chauffeur d’un véhicule immobilisé un peu plus loin. Son compagnon, voici deux jours, est parti à pied chercher du secours le laissant pour surveiller une cargaison certainement précieuse… Depuis vingt-quatre heures, le malheureux n’a plus d’eau. Nous lui donnons à boire, ce qu’il fait sans avidité. Il refuse de se joindre à nous. Nous lui laissons un bidon d’eau et des provisions. Nous repartons silencieux : le fatalisme et la résistance de cet individu le situent très loin (au-dessus ?) de notre humanité toujours si inquiète, si fragilisée ! Dans ce désert approximatif nous préférons, pour la nuit, la discrétion d’un chemin creux…

9 mai : région d’Akespé-abords d’Aralsk 156 km

22La pluie, heureusement n’est pas tombée… Notre objectif est le village côtier d’Akespé où, paraît-il, grâce à l’aide occidentale, un forage profond de 1 000 m donne une eau excellente : si nous pouvons y faire le plein, nous aurons de quoi tenir jusqu’à la fin du périple. Nous franchissons le désert par des chemins épouvantables. Au cours d’un arrêt une vipère agressive nous confirme combien nous devons rester sur nos gardes.

23Les deux cents habitants d’Akespé ne semblent guère profiter de leur meilleur approvisionnement en eau : prostrés, l’œil vitreux, ils regardent les sables de Petit Barsouki monter à l’assaut de leur maison. Le cancer, la tuberculose, l’hépatite font, paraît-il, des ravages notamment parmi les jeunes : l’infirmier local nous apprend qu’il vient de perdre coup sur coup par maladie ses deux filles, l’une âgée de 25 ans, l’autre de 18. Les anciens sont, eux, plus résistants.

Fig. 3. Année après année, le sel dégrade les pâturages de l’Aral. Les chevaux, malgré tout étonnamment robustes, doivent s’en contenter. (La photo a également été prise d’hélicoptère par René Cagnat dans la région de Koulandy).

24Mais le pire nous attendait à Saksaoulsky. Aux abords de la localité gravats et immondices ont remplacé les forêts de saxaoul, disparues dans la chaudière des locomotives soviétiques. Les rues de la bourgade sont parcourues par des enfants à peine vêtus qui errent entre débris et chiens crevés. En ce lieu déshérité, la température, l’hiver, descend en-dessous de-30° pour atteindre, l’été, jusqu’à 48° ! Tout semble arrêté, croulant, hormis la voie ferrée Aktioubinsk-Aralsk : la cité en perdition semble s’y accrocher de ses dernières forces. Pourtant, le soir venu, nous disposons pour notre bivouac d’une steppe constellée de tulipes jaunes. En effet, le désert prend in à l’est de Saksaoulsky, où la région d’Aralsk marque le début d’un autre monde.

Traversée du delta du Syr-Daria

Dimanche 10 mai : Aralsk et alentours 108 km

25Pierre, sur des charbons ardents et les chapeaux de roues, nous quitte au petit matin pour Aralsk qui n’est qu’à 25 km : son administration l’a repris dans ses serres. Les lumières de ce bon compagnon nous manqueront dorénavant. Quant à nous, bercés par la douceur ineffable de la steppe fleurie et ensoleillée, nous lambinons : brin de toilette et détente. Bien nous en prend, car à Aralsk le maire nous attend avec une petite meute épuisante de journalistes…

  • 10 On trouvera dans La Rumeur des steppes, Payot, rééditée en 2012, la description détaillée de l’œuv (...)
  • 11 32 gr/l dans l’océan Atlantique.

26Nous pensions arriver ici au fond de la désespérance, mais au contraire c’est l’espoir que nous trouvons ! En effet, avec les moyens du bord, Alachibaï Baïmirzaev, maire et préfet local, a construit en travers de l’isthme de Kokaral une digue de 16 km qui retient les eaux du Syr-Daria10. Le barrage, certes, n’est qu’un imposant château de sable (10 m de haut, 100 m à la base, 15 m au sommet) qui a déjà cédé une fois. Il permet cependant de constater, en ce printemps 1998, qu’en rehaussant le niveau aquatique de cinq mètres il a ramené l’eau sur plus de la moitié du golfe d’Aralsk. La salinité est redescendue à 21 gr/l11. Il y a moins de vents de sel et la pêche reprend. Face à un tel résultat Alachibaï affirme : « Je n’ai pas besoin de vos dollars ; il me faut seulement des bulldozers et des camions ! » La joie du maire fait plaisir à voir, le 11 au matin, quand, dans une rigole au fond du golfe désséché, il nous montre l’eau qui remonte millimètre par millimètre. Le Syr-Daria, il est vrai, débite alors 180m3/seconde.

27L’espérance du gaz qui « imbibe le désert » est un autre réconfort pour les 20 000 survivants d’Aralsk. Alors que je visitais le port sinistré, dans un paysage de grues et d’épaves rouillées, j’ai rarement vu un tel désastre accompagné de tant d’optimisme !

28Jean-Pierre Margot et Bertrand Chauvel nous rejoignent comme prévu dans la soirée autour d’un plov reconstituant.

11 mai : Aralsk-Kazalinsk 240 km

  • 12 En 1999 j’ai trouvé dans une gare de la région une affichette manuscrite consacrée à la contaminat (...)

29Nous traversons le delta du Syr-Daria. Notre impression est pire que celle ressentie avec l’Amou-Daria : d’immenses étendues naguère irriguées et drainées sont aujourd’hui transformées en déserts gypseux. Les enfants sont souffreteux. Le delta, avec sa boue ou sa poussière, ses paysages délicats et mourants, ses villages de pêcheurs démunis où la peste rôde12, est le visage même de la désolation.

30Nous nous retrouvons le soir à Kazalinsk, ancien avant-poste de la conquête russe. Pour notre malheur les Kazakhs nous ont fourgué un surveillant qui nous oblige à aller à l’hôtel « Intourist », une horreur soviétique en complète déliquescence. Ce cerbère, qui doit nous quitter demain, nous protégeait, paraît-il, des indigènes prêts à nous lancer des cailloux... Charmant ! Nous n’avons plus qu’une idée : fuir cette caricature de « civilisation » pour la simplicité et l’authenticité du désert, des nomades.

Traversée du Kyzylkoum

Mardi 12 mai : Kazalinsk-région d’Ajar 189 km

31Un camion-citerne providentiel nous permet de faire le plein d’essence sur le marché de Kazalinsk. Un problème de pneu crevé me fait découvrir que le « tubeless » est inconnu ici ! Le delta dénudé et salinisé se maintient jusqu’au minaret isolé de Saraman Koça : il remonterait au xie siècle. Restauré, il atteint une hauteur de 15 mètres. À proximité, un puits artésien propulse un geyser d’eau tiède qui nous fait profiter d’une excellente douche. Après le minaret la piste disparaît. Un berger de passage nous conseille de prendre pour main courante la ligne électrique. Au bout de quelques kilomètres nous nous apercevons que les poteaux en béton ont été soigneusement abattus à coups de pics ! Intrigués par tant d’acharnement, nous poursuivons notre progression avec le GPS. Des dunes apparaissent, couvertes de buissons. Ce printemps est très humide : le mauvais temps menace et je me dis que nous devons accélérer notre progression au moment même où le sable commence à la ralentir ! Nous bivouaquons au creux des dunes, un peu inquiets…

13 mai : région d’Ajar-frontière ouzbèke 150 km

32La température, ce matin, est tombée en-dessous de zéro ! Nous nous sentons d’autant moins à notre aise dans ce vrai désert que l’horizon est limité par le tcheul, une végétation buissonnante où le saxaoul domine. Grâce aux vestiges des poteaux nous finissons par trouver, près d’un étang, Ajar, la seule localité de la région. Comme sa centaine d’habitants, isolée (et quelque peu demeurée), ne parle pas russe, nous ne pouvons élucider le mystère de la ligne électrique détruite. Celle-ci, ou plutôt ses restes, mène au dernier village : Kyzylkoum (44° 32, 61° 24). Ses maisons sont rasées quasiment jusqu’au sol. Les ultimes habitants (une dizaine, enfants compris) regroupés autour d’un centre météo nous donnent à mots couverts un semblant d’explication. Il y aurait eu là, jusqu’en 1985, un camp de travail forcé : deux cents forçats se seraient enfuis en détruisant tout, notamment les poteaux électriques en partie en bois : il fallait bien se chauffer !

33Le gardien-chef, qui est arrivé en 1989 et dispose d’un matériel assez complet mais vétuste, rend compte par radio des mesures météo et des passages de véhicules : en moyenne deux camions par jour à la belle saison. Il est approvisionné une fois par an. Il survit grâce à la chasse (il est armé) et un potager alimenté par une assez bonne source. Il nous promet la pluie dans les jours qui viennent…

34Nous repartons vers l’inconnu, mais par une assez bonne piste. Du fait de la baisse inquiétante de notre carburant, nous restreignons nos excursions. Revenus en Ouzbékistan (c’est déjà un résultat !), nous dormons tout notre saoul au fond d’un bois de saxaoul !

Jeudi 14 mai : Frontière ouzbèke-Noukous 305 km

35Alerté par les premières gouttes, je réveille toute l’équipe à 4 h 30. Nous décidons de foncer sur Noukous afin d’éviter l’enlisement ou l’ensablement, notamment dans les dunes de Beltaou. Le désert, car vraiment il n’y a personne, est superbe. Les puits artésiens à l’eau un peu saumâtre créent des marais où poissons et oiseaux aquatiques abondent. Si la baisse de la nappe phréatique compromet la végétation au creux des dunes, en revanche l’humidité à leur sommet les couvre de buissons. Quelques antilopes sont observées. La hauteur croissante des dunes et la pluie intermittente suffisent à maintenir un « suspense »… La première yourte karakalpake dans les dunes révèle une population de type très mongol. Elle nous accueille avec une joie que nous partageons car, depuis 220 km, nous n’avons pas vu âme qui vive. Nous ne pouvons pourtant nous attarder car les sables du Beltaou s’efforcent eux aussi de nous retenir : nous passons d’extrême justesse !

36Notre soulagement se traduit par un déjeuner festif au pied des dunes. Nous nous voyons déjà à Takhtakoupir dans trois heures : erreur ! Quatre heures après, nous sommes toujours dans une plaine naguère cultivée et, de ce fait, entrecoupée d’aryks (canaux d’irrigation) asséchés qui sont autant de ravines… Finalement, un enfant nous remet sur le bon chemin (goudronné !) et nous arrivons à Noukous à la nuit tombée. Jagodine, bon prince, nous accueille : nous avons parcouru depuis Tachkent 3610 km, dont 2022 tout autour de l’Aral. Nous avons été presque à la hauteur de nos Toyota Land Cruiser qui sont vraiment de merveilleux engins : hormis quelques problèmes de pneumatiques, nous n’avons décelé aucune défaillance.

Conclusions sommaires13 établies en 1999 et complétées en 2014 (en italiques) :

  • 13 Cf. R. Létolle, Géochronique, no 67, 1998, 19 et 20.

371/ La construction d’un barrage sur l’isthme de Kokaral est une solution efficace et peu coûteuse pour la réhabilitation du Nord-Aral à partir de la création d’une « petite mer ».

38Ceci a été réalisé de 2003 à 2005 avec un prêt de la Banque mondiale. À peu près à l’emplacement de la digue en sable de Baïmirzaev, emportée en 1999, on a construit un barrage en béton de 13 km de long avec déversoir qui a permis de recréer au nord une petite mer d’Aral de 600 km2 et de relancer l’industrie de la pêche.

392/ La création de canaux de drainage récupérant, de part et d’autre de l’Amou-Daria et du Syr-Daria, le maximum d’eaux usées pour les diriger vers la cuvette aralienne serait un moyen de lutter contre l’assèchement de cette dernière.

40Rien n’a été effectué en ce sens par manque de financement.

413/ Le reboisement est une façon de lutter contre la désertification. Cela demande une surveillance des plantations mais aussi la fourniture aux populations des moyens de se chauffer : charbon et gaz.

42Le reboisement effectué est compromis par le manque de surveillance des troupeaux qui dévorent les pousses d’arbre.

434/ La présence indubitable de gaz et de pétrole dans le sous-sol permettra de lutter contre la consommation excessive de bois mais aussi de financer la construction de barrages et de canaux.

44Les revenus du gaz et du pétrole ne sont que faiblement utilisés sur place, notamment en Ouzbékistan où de grands gisements de gaz ont été découverts le long du Tchink.

455/ Le problème « nourriture » peut être réglé par une extension des cultures vivrières (céréales, légumes, pommes de terre, sorgho, etc) au détriment des cultures industrielles (coton) de plus en plus inadaptées aux conditions locales. On observe cette évolution actuellement.

46Elle se confirme, mais pas suffisamment en Ouzbékistan.

476/ Le problème « santé » peut être résolu en bonne partie par la distillation de l’eau.

48Le matériel donné pour cela est trop complexe, fragile et coûteux.

497/ Le développement d’un tourisme « intelligent » dans le prolongement des grands sites du Khorezm (Khiva, châteaux des sables) ou par utilisation des ressources locales (musée d’art moderne de Noukous, archéologie, Tchink, « tourisme de catastrophe », cosmodrome de Baïkonour, etc.) peut assurer un revenu non négligeable.

50Quelques efforts ont été faits en ce sens, accompagnés d’une réussite certaine, notamment pour le tourisme « de catastrophe » (Aralsk) et la promotion du Musée d’art de Noukous.

51Si bref ait-il été, le « Raid Aral » nous a permis de rendre compte en fin 1998 par nos différents canaux :

  • de la persistance dans la zone aralienne d’un désastre économique et social ;
  • de la lente apparition entre Ouzbékistan et Kazakhstan d’une frontière appelée à se renforcer ;
  • de richesses culturelles et touristiques indubitables, mais tombées dans l’oubli.

52En même temps, nous avons constaté, notamment à Aralsk, une espérance en des jours meilleurs.

53Aujourd’hui, alors que les frontières se sont cadenassées, que la richesse en gaz est détournée, que la république autonome du Karakalpakistan se débat au sein de l’Ouzbékistan pour défendre son autonomie, nous avons la surprise de constater un peu partout le maintien de cette espérance.

54Comme le dit un proverbe russe : « L’espoir est le dernier à mourir ».

Notes

1 L’Aral qui, à la fin des années 1950 couvrait encore 70 000 km2 n’en avait plus que 20 000 en 1998 ! En 2014, il en reste encore 17 000.

2 Aral signifie « île » dans la plupart des langues turques d’Asie centrale.

3 Le 1er mai 1960, l’avion U2 de l’Américain Francis Powers a été abattu par les Soviétiques au dessus de l’Oural alors qu’il venait de survoler et, bien sûr, de photographier le centre d’expérimentation de l’archipel de Vozrozhdenie qui était son objectif.

4 En 1996 une première expédition scientifique, axée sur l’étude du Kyzylkoum, avait été organisée sous la direction, côté français, de Monique Minguet, René Létolle et, côté ouzbekkarakalpak, du professeur Vadim Jagodine. En mai 1997, une autre expédition, cette fois-ci orientée vers l’archéologie de l’Oustiourt, avait rassemblé, auprès de Vadim Jagodine, Véronique Schiltz, Pierre Chuvin. René Cagnat, en tant qu’organisateur avait participé aux deux explorations.

5 Il frôlait les 80 ans !

6 L’Oustiourt, en particulier, est parcouru par des dalnoboïchtchiki, routiers au long cours et trafiquants qui profitent de toute une organisation pour traverser discrètement, avec leurs camions, déserts et frontières.

7 Aujourd’hui la zone est plus ou moins interdite d’accès, probablement pour empêcher l’évaluation d’une production gazière aralienne dont l’importance pour l’Ouzbékistan croît sans cesse.

8 On trouvera, sous la plume de René Létolle, dans la préface de l’album photo Asie centrale (Transboréal, Paris 2001) une description rocambolesque de cette équipée.

9 L’album photo Asie centrale qui présente ces plantes avides de sel a influencé un grand couturier parisien. J’eus ainsi la surprise, boulevard Daumesnil, de trouver dans une devanture une collection de chapeaux intitulée « Koulandy » avec des panaches « halophytes » écarlates !

10 On trouvera dans La Rumeur des steppes, Payot, rééditée en 2012, la description détaillée de l’œuvre du maire d’Aralsk. La digue de sable s’est rompue le 20 avril 1999. Mais l’exemple avait été donné : avec l’aide de la Banque mondiale, le barrage a été reconstruit, de 2003 à 2005, cette fois-ci en béton. Grâce à lui le restant de lagune est remonté de sept mètres et a pris figure de « petite mer ».

11 32 gr/l dans l’océan Atlantique.

12 En 1999 j’ai trouvé dans une gare de la région une affichette manuscrite consacrée à la contamination par la peste.

13 Cf. R. Létolle, Géochronique, no 67, 1998, 19 et 20.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Itinéraire de l'expédition.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Fig. 2. Le rivage de la presqu’île de Koulandy au Kazakhstan est couvert de plantes halophytes du plus beau rouge adaptées au sol salé (La photo a été prise d'hélicoptère par René Cagnat au cours d'une expédition ultérieure).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25326/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 3. Année après année, le sel dégrade les pâturages de l’Aral. Les chevaux, malgré tout étonnamment robustes, doivent s’en contenter. (La photo a également été prise d’hélicoptère par René Cagnat dans la région de Koulandy).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/25326/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteurs

Colonel (e. r.), écrivain, docteur en sciences politiques
cagnat@elcat.kg

Géologue, Professeur émérite à Paris VI.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540